Vous êtes sur la page 1sur 187
REPERTOIRE DE THEMES ET DE MATIERE MEDICALE DYNAMIQUE Dr. Guy LOUTAN Septiéme édition 1996 od oiori orion iaiirininiihiniioninniitinidnioiiininiianni innit REPERTOIRE DE THEMES ET DE MATIERE MEDICALE DYNAMIQUE Frio in iS aI ISITE III RR AAAI Septiéme édition, 1996 Dr. Guy LOUTAN PREFACE Un grand Merci a Guy Loutan d'avoir fait pour nous ce travail de mots-clefs nous permettant d’entrer dans les études et cas cliniques des différentes équipes de TAF.A.DH. et celle du G.RAPH., et de le remettre a jour réguligrement, et a tous ceux qui sans cesse participent a I'élaboration du matériel qui en est la source. Nous nous enrichissons ainsi les uns les autres de toute la diversité de nos expériences et acquérons une science vraiment homceopathique ouverte a l'infini et en méme temps toujours accessible, par le répertoire, a la pauvreté de nos memoires. Je souhaite que tous puissent y puiser avec joie et succas pour le plus grand bien de nos malades. Dr. Simonne FAYETON ‘mars 1998, Copyright® Guy LOUTAN-AFADH, MARS 1996 ‘Tous drits de waduction,dereprodcuction et adaptation eserves pour tous pays. Reproduction parlle usage pédagogique autrisée avec information eerie a'auteut. Meri, La pow ¢#7YDRASTIS colleen swverur ste tmoin de ce que vous exemplar est un original Pour commander ce répertoire Sur papier: AFADH, Les Marronniers, Le Clos de Corsa, F- 43700 BRIVES-CHARENSAC, Tél: *33/71 02.9293, Fax: 71 02 3268. Sur disquette informatique comme programme indépendant en préparation, Dr Guy LOUTAN, 3, rte de Florissant, CH - 1206 GENEVE, Tél:*41/22.789 32 30, Fax 22.346 04 44, Avec les programmes RADAR et Mac Répertory: en préparation (Sadresser ces demiers). Photo de couverture:, "Hydrastis", 1995 Tiré d'un ensemble d'oeuvres sur les « personnages » homéopathiques de Ute BAUER, Schellenbergstr. 43, D-87435 KEMPTEN, tél: *49.831 18 806 al INTRODUCTION a lusage du répertoire de matiére médicale dynamique Ce répertoire présente la matiére médicale et les themes qui ont pu en étre déduits selon une approche de 'homéopathie dite miasmatique, introduite et présentée par le Dr Alfonso Masi Elizalde, de Buenos Aires. Etude de la matiére médicale & partir des pathogénésies et de Ia clinique La matidre médicale peut éte étudiée de fagon objective pure, les symptémes appris dans les livres étant recherchés ou découvertstels quels chez les patients. Dans ce cas, si un patient nous donne un symptéme qui ne figure dans aucun livre i ne nous est pas possible de utiliser. La matiére médicale peut aussi tre approchée comme une base de données relativement objectives, mais dont on esse de tier, déduire le sens profond. Ceci peut présenter Iavantage suivant: le sens que fon pergoit deriée le paroles ou les symptémes du patient peut éte retrouvé dans le sens que Ton a pergu derriere les symptémes des matieres médicales. Quand Hahnemann dit au paragraphe 3 de TOrganon que " le médecin doit "einschen examiner, comprendre, percevoir ce qui est digne d'étre guéri", le mot pereevoir montre bien quil ne agit pas seulement de prendre au premier degré les symptémes que le patient offre au médecin, mais quil faut essayer d'en extraire le sens, comprendre les symptémes. L'énumération de symptémes auxquels il faudrait trouver un équivalent livresque ne suffit donc pas. Feu le Dr.Tomas Pablo Paschero disait bien dans son live Homeopatia (28 ed.1983,ed.E1 Ateneo p53)". c'est parce que le but ‘que poursuit le médecin est de guérr le malade que Hahnemann précise ceci au paragraphe 3 de !'Organon: ily @ une nécessitéimpérieuse ce que le médecin sache précisément ce qu'l faut guérir chez chaque patient. Et pour savoir ce qu'l ‘faut guérir en chaque malade, il est nécessaire de s'expliguer les symptimes, de comprendre la genise des signes paychologiques, physiologiques et pathologiques présentés, détudier Vétiologie du processus actuel”. "En ce sens, la simple application de la loi de similitude ne sufft pas pour le choix du reméde." Nous devons donc nous interroger constamment sur ce que veut dre ce patient en racontant ceci, que signifie ce quil dit ? Pour que ce patient raconte et montre tous ces symptémes, de quoi peut-il bien souffrir en tant quindividu unique et indivisible, non dissociable en ‘organes varés, en diagnostics variables, en symptémes innombrablés ? Quelle sensation, quelle souffrance puis-je ressentir partir de tout ce quil raconte ? Cestce sens profond de Tensemble du message-patient que lon peut alors vraiment appeler le syndrome ‘valeur maximum, seul visée dela prescription & but curatif. imum de A partir études de matires médicales, de répertoire et de cas cliniques dont le résutat a confirmé la compréhension du reméde prescrt ce travail essaie donc de suggérer des résumés de remédes et des thimes de sensations, de suftance, des types de problématiques offers par les "remédes-patiets'. Essais modifiables, mouvants, temporaires, devant servt aide, ouverture, de stimulation la réflexion et & fanalyse et non de recette& appliquer. ‘Symptomes mentaux et locaux Sil est intéressant de tenter cette pratique homéopathique ultra-uniciste a partir surtout des symptOmes mentaux, qut souvent peuvent étre compris sans trop d'nterprétation, il est indispensable de rappeler qu'un symptéme local ou généra précis, modalisé et personnel au patient est souvent plus sir pour la prescription que la sensation du médecin quant & lt probiématique du malade et son équivalent médicamenteux présumé. En effet, le symptOme est indiscutable,tandis que la compréhension quien a le médecin est variable selon sa formation. Heureusement, lexpérience de étude miasmatique de le matigre médicale nous montre de plus en plus Tintérét des symptémes et modalités physiques qui se trouvent en concordances, symboliquement, avec la problématique du patient. (Voir la confusion de Veratrum améliorée en se penchant en avant et sa problématique de recevoir le pouvoir d'un supérieur; ou laudition de sa montre meilleure & distance que prés de Torelle chez Phosphoricum-acidum qui dit accepter que homme ne jouit pas de la connaissance immeédiate). Si ce travail de comprehension profonde du patient ne se fit pas, Yhoméopathe ne trouvera le reméde que pour les cat ‘qui présenteront des symptémes existant dans les lives. L'avantage de la démarche miasmatique est de permettre quan méme la prescription chez les patients qui présentent un probléme personnel précis rencontré par l'étude dun remédi ‘connu, alors que ce patient ne présente pas en méme temps les symptomes livresques (utilis pour la répertorsation). Sans cette connaissance profonde du reméde et de sa dynamique, on ne peut done trouver de simillimum pour o patient, alors que la bonne compréhension du théme de reméde peut permettre de court-circuiter les symptémes de |: ‘matiére médicale que tel patient ne présente pas, alors quil a pourtant bien le théme du reméde, En effet, les sympéme: ame It cexpérimentaux dune substance et les symptomes cliniques correspondants ne seront jamais tous suscités, car chaque cexpérimentateur et chaque patient ne présente que sa propre palette de symptémes. Guérison-suppression Cette vision de la matitre médicale et du patient devrait permettre aussi de diminuer fa nécessité actuelle des suppressions (comme moindre mal) par un reméde présumé simillimum aux symptémes, mais qui ne lest pas au patient {quant a sa problématique profonde. Ces cas sont encore beaucoup trop fréquents ol Yon voit des patient, qui ont toujours 16 "guéris” de tout, terminer leur parcours par une maladie grave ou incurable, confortant nos confréres allopathes dans, lune idée encore fort répandue, et pour cause, que "homéopathie ne marche que pour ce qui passe tout seul! [Notre travail ¢homéopathe ne fait donc que commencer, puisque pendant des générations, faute dune vision doctrnale claire et uilisable nous avions pas pu comprendre ce qu ait “digne tre guéi" chez nos patients Méme si taide apportée ait douce et ralentissait laggravation des cas, es guérisons vértables et prolongées étaient rares et incomprises, done difficilement reproductibles. Cette nouvelle vision de notre art devrait relancer Tinérét et Yestime que mérite thoméopathie, et ceci surtout gréce & une amélioration spectaculaire des résultats, illus par augmentation des guérisons a long terme, donc vraies. Présentation du Répertoire RUBRIQUES principales: Aprés les mots clés en majuscule figurent d'autres mots entre (), pour signaler & quels autres ‘mots clés, idées ou concepts on peut se reporter & partir du. premier théme cherché. Merci de nous signaler les associations cu reports qui sembleraient plus logiques et uiles selon votre exérience, ‘SOUS-RUBRIQUES: Liordre alphabétique habituel présente un certain danger: celui de se mettre en téte dabord les premiers remédes de alphabet et done daboutr& leur plus fréquente prescription. Conservé pour les rbriques principales, Tordre des remédes dans les sous rubriques sera arbiraire. Les sous rubriques de tee sont en général celles des remédes dis le plus récemment,Ainsi sera évitée cet hiréarcie entre remeédes méritant plus de place que autre, et sera favorisé Fapproche des courte pathogénésies, étude pls difficile En général, es mots négatifs sont & chercher sous leur posit de fagon & raccourcir le texte et regrouper en un liew tous les aspects dun méme théme: insécurité => sécurité, CCertins RESUMES de reméde semblent touffus & lie. Le fait est que le patient raconte sa vie de fayon patois apparemment illogique et que est au médecin & trouver le fil directeur. Le travail est le méme lors des études théoriques des matéres médicales, et ansparat par une ambiance du texte plus que dans une naraton suvie. Selon I'évolution des études, plusieurs approches du méme remeéde figurent dans le résumé. Plusieus dates peuvent figurer en fin de résumé pour signaler les différentes reprises de Pétude. Le nom de certains remédes figure sans texte car quil sont & étude actuellement, ei est vident que de nombreux autres seraient ajouter encore. La mention de DIEU dans les textes ne doit pas faire croire que Uhoméopathie profonde est réservée aux croyants. IL agit simplement de la référence la plus proche de notre culture occidentale pour aborder le probléme métaphysique de Thumanité. Toutes les mythologies, les doctrines politiques ou médicales font référence quelque part au mystére de Torigine, de la perte du paradis, de la culpabilité, de la perfection, de la sécurité, de l'amour, de la justice... Par conte il est probable que si le médecin refuse Torigine endogéne de Ia maladie naturelle, comme proposé par Hahnemann, cette approche de loméopathie uniciste sera plus ardue, la visée thérapeutique risquantd’tre plus préiphérique. Si dans certains remédes plus récemment énidiés apparaissent des références & Thomas d'Aquin, cest simplement parce que dans sa Somme Théologique (ST) ou la Somme contre les Gentils (SCG) sont énumérées des questions et des réponses sur les problémes humains, les relations entre nos différents composants, et entre l'homme et la divinité. Cette anthropologie est fort pratique pour essayer de situer le probléme fondamental de chaque reméde dans son contexte =e IV 1 métaphysique originel éventuel’ . Toute autre référence philosophique ou anthropologique utilisable pour élagrit et uuniversaliser notre compréhension de "humain sera naturellement bienvenue, La SYMBOLIQUE de nimporte quelle mythologie ou civilisation doit pouvoir ére utilisée pour essayer de découvrir le sens de telle ou telle bizarrerie de la matire médicale, par exemple pour le réve de chauve souris de Hamamélis, Ia loi mosatque ou la tradition peule peut nous éctairer. Les GENRES féminin ou masculin apparaissent indifféremment dans les résumés des remédes de fagon a sortr du sexisme homéopathique des "drug pictures” (une pulstila, un lycopodium...). Ceci signifie que chaque reméde peut étre, indifféremment prescrit pour un sexe ou Fautre, pourvu que le théme de fond est la. La lecture de cet ouvrage pourra sembler ardue & ceux qui n'ont pas suivi la démarche pas & pas, et il leur est vivement recommandé de se référer aux travaux originaux et a la doctrine & disposition (e Bibliographic) CCest volontairement pour les annotations personnelles au fur et & mesure des séminaires, des lectures et des travaux de chacun quiune page sur deux cestevierge, Les corrections et suggestions tant pour la présentation que sur le fond sont bienvenues, car ce qui est pratique & utiliser Stutilse plus et mieux. Limites de ce répertoire Ce répertoire est le fruit des travaux de divers groupes médicaux, dont les membres ont des expériences cliniques varies. Chaque reméde abordé, chaque théme déduit des symptémes, chaque symbolisme qui a été gardé, tout doit étre revu, critiqué, confirmé ou infirmé par les études théoriques suivantes et surtout par la clinique. Ce n'est done pas un ouvrage fini ni fermé, Les résumés de quelques remédes n'ont pas encore recu jusqu'a présent de confirmation clinique. Plusieurs médicaments ont déja ou vont changer de "personnage” la lumiére des cas guérs, Il est intéressant de signaler qu’ plusieurs reprises, un reméde étudié théoriquement dans un groupe a été prescrit par un confrére d'un autre ‘groupe avec succés. Des études paralléles du méme médicament par deux groupes ont aussi abouti & des conclusions et synthéses semblables. Cet ouvrage représente donc des pistes éventuelles Certains collégues doutent que ce soit scientifiquement sérieux de transmettre des esquisses de remédes peu élaborées ou non confirmées cliniquement. Quils soientrassurés, ce travail n'a pour objectif que de résumer les recherches en cours dans nos groupes dhoméopathes, afin que celles-ci puissentétre dé utlisée, vrifies, et, nous le souhaitons, remises en question, Ce livre ne doit pas étre utilisé par des personnes non-médecin pour prendre des décisions concernant des patients. [1 ne s'agit pas d'un livre de recettes utilisable par chacun, car beaucoup de notions importantes sont sous-entendues dans nos textes, en tenant compte de la formation recue par les lecteurs médecins. C'est pourquoi il est transmis essentiellement & but d'étude, comme cadre de réflexion et instrument de travail et de recherche. Une large discussion et critique doit avoir lieu, pour qu'une expérience clinique de plus en plus vaste puisse étayer. Les auteurs déclinent toutes responsabilité pour les éventuelles conséquences d'un usage de ce livre qui ne tienne pas ‘compte de ces avertissements. " organon par.d “Dans [tat de sant. est oud de raison qui habe cet organise peut ns! Wbement se servi de et instrument vant et sin, pour, a santé permet donc au patient daccepter station inermédiie entre matiée pure et exit pur avec sages, ce qui eprésete la fn de st ‘ebelion contre son ct tempore. ourmute dans cet intention represen e tava du pent guén. Bt quel ext donc le but el santé pour Hahnemann ? Dans “Eculpe dans a fares” ans Bde de médecine homeopathique:/0 8 Balliere,1855) uit enstions gui asurent lon bonheur, par des actions qu relevent ta dignté, par der connaissances ul embeasent univers, da grand expeit ‘adore es habitats do fous le yates soles ” our Hahnemann, lor de a guérson Fhomme retouve des sens sis ul ll permettent appliques raison & a recherche de a connaissance ett sonrapprochement dela dite sag done dune demarche spell! ame LIAFADH, le GRAH et les autres groupes de travail précisent quills se sont volontairement gardés de toute publication de leurs travaux, en dehors des parutions & "usage interne”, considérant que toutes les synthéses actuelles ne sont qu’hypothéses, sujettes & caution et pouvantétre entiérement renouvelées. Ils mettent en garde contre le fait de recevoir les conclusions données ici comme vérité definitive Une grande partie des études Ia source de ce répertoire étant le fruit d'années de travail des membres actifs de VAFADH, des remerciements particuliers sont adressés aux collégues de cette association, ainsi qu'aux contiéres qui mont aimablement prété les notes personnelles de leur répertoire Bibliographic: Doctrine: AFADH, Association Frangaise pour 'Appprofondissement de la Doctrine Homéopathique, Cahiers de Doctrine depuis 1984, DrM.L-FAYETON, Le Clos de Corsac, F-43700 Brives Charensac MASI Elizalde, Dr Alfonso, Polycopiés et cours depuis 1983. "Actas del Instituto Internacional” cité ci dessus. Instituto Internacional de Altos Estudios Homeopathicos J. T. Kent, CP 1124 ARENALES, ARGENTINA - 2383/87 BUENOS AIRES. GRAPH, Groupe pour la Recherche et 'Approfondissement de la Pensées Hahnemannienne, Recueil de Doctrine, Dr Guy LOUTAN, 3 Florissant, (CH-1206 GENEVE, fax:41.22/346 04 44 ‘Hahnemann: Organon et Maladies Chroniques; Ecrits Mineurs. ‘Kent JT, Lectures on Homoeopathic Philosophy; Lectures on Homoeopathic Materia Medica;Lesser Writings. Spirit of Homeopathy, the, R.Sankaran, HMP, Bombay, 2ed.1992 Etudes de matiares médicales: Allen T. Boericke W., Medica” Centre Liégeois d Homéopathie, Cahiers du, Dr Mare Brunson, Vignoble 1, B - 4130 ESNEUX Groupement Hahnemannien du Dr P.Schmidt, Cahiers du, Ed Méd. et Hyg., 78 Roseraic, CH-1211 GENEVE 4 "Dictionary of Materia Medica" Gallavardin J.P. "Psychisme et Homoeopathie" Hahnemann, "Materia Medica Pura’, "Chronische Krankheiten” uiding symptoms of our materia medica” Kent J.T, "Lectures on homeopathic materia medica” ‘Mure Benolt, Doctrine de I'école de Rio de Janeiro et Pathogénésie Brésilienne incyelopaedia of pure materia medica"; ocket Manual of Homoepathie Materia NABONA, Dr J, St Antoni M*Claret 276, E - 08026 BARCELONA News Letter de Homeopathia Europea et Internationals, ‘Bd Leopold I! 134; B-1080 BRUXELLES Remédes publiés dans les "Actas" del Instituto de Altos Estudios ‘Sankaran R, The Spirit of Homeopathy, et séminaires. ‘Travaux parus dans les Cahiers de 'AFADH ‘Travaux parus dans les Recueils des Essais de Mate Médicale du GRAPH ZALA, DrM, r. de la Lionne 8, F - 45000 ORLEANS, Dicionario Analogico da lingua portuguesa, Thesaurus, 1983 Dictionnaire des Expressions et Locutions frangaises Rober, 1989. Dictionnaire Des Symboles, hevalier,coll Bouguins, 1982. (DDS) Le Symbolisme du Corps Humain, A. de Souzenelle,Ed angles, 1984 Les Symboles, PSeringe, ed.Helios, 1988. Répertoires de matiére médicale homéopathique: Kent, Barthel, Boericke. ‘Sensations "as if" de Roberts et trad.frangaise de (C.Peyrard, ed-Similia 1990. ‘Thésaurus Larousse, "Des mots aux Idées, des idées aux. mots", 1991, ‘Unabridged Dictionary of the sensations "as if", Ward, Jain 1983, Philosophie-anthropologic DP: Dictionnaires de Philosophie,G-Durozoi.Nathan, 1987. MpT: Manuel de philosophie Thomiste, H.Collin, ed:Tequi, Pars, 1949, ‘SCG: Thomas d'Aguin, Somme Contre les Gentils ‘ST: Thomas d Aquin Somme théologique, ed.Cerf, 1984, VP: Vocabulaire de la Philosophie et des sciences fhumaines,L.M.Morfaux,A.Colin 1980. VTB: Vocabulaire de Théologique Biblique, Cert, 1991. Liste ct code des auteurs-collaborateurs, AFADH: Dr M.L.FAYETON, Les Marronniers, Le Clos de Corsac, F - 43700 BRIVES-CHARENSAC CG: Campos, Dr.Gilda, AFADH. CLH: Centre Liégeois d'Homéopathie, Dr. ‘Vet. BRUNSON Mare, Rue du Vignoble 1, B-130 ESNEUX, DRP: Deroche Pierre, AFADH. FD: FREI, Dr. Dominique, Rue Viollier 9, CH-1260 NYON, GRAPH. FDR: Dr. FRENDO Ramon, AFADH. FY: Dr ML.FAYETON, AFADH. GEHU, Dr. SERVAIS Philippe, 18 rLittr, F-75006 PARIS, GR: Groupe de travail sur le Répertoire, c/o Dr. LOUTAN Guy, 3 Florissant, CH - 1206 GENEVE. LTG: Dr.Guy LOUTAN, 3 Florissant, CH - 1206 GENEVE, GRAPH. MCB: MASCRET, Dr-Brinhyld, AFADH. MS: Masi ELIZALDE, Dr.Alfonso, CP 1124, ARENALES 2383/87, ARG - 1124 BUENOS- AIRES. NBJ: NABONA, Dr.Joakim , St Antoni M*Claret 276, E - 08026 BARCELONA. ‘SVM: SAVONNET, Dr. Michel, AFADH., ‘SVP: GEHU, Dr. SERVAIS Philippe, 18 r-Lité, F - 75006 PARIS. UNC: Unal Cécile, AFADH. ZLM: ZALA, Dr. Michel, Rue de la Lionne 8, F- 45000 ORLEANS mola REPERTOIRE DE THEMES ET DE MATIERE MEDICALE DYNAMIQUE 96 ABAISSEMENT (cf. HUMILITE, SUPERIORITE): ~Le lien ¢amour est vécu comme un abaissement. Fl-ae, «Je mfabaisse toujours aux yeux des autres. Cale-s, ABANDON: (ef, COMPANIE, SOCIETE) ~ Permettrait qu'on le déchire en piéces, plutét que 'abandonner sa volonté. Aloe. - Sensation dabandon exacerbée par refus total du bonheur. Usti. ~ Coupable car il abandonné un fable quil aurait di aider a s'accomplir en lui refléant son image. Puls ~ Abandonne son travail sion le egarde ou le complimente avant la fin. Cact. = Ne peut abandonner ceux qui ne savent quoi faire de leur souffrance. Coce. - Nabandonne pas le théme dont il pare: refus de passer d'un at a autre, Petr. [ABONDANCE: (ef: COLLECTION, RECUPERATION, PROVISION) ABOND = Veut la surabondance promise au pradis dé le temps de son cheminemeat. Bry. ABOUTISSEMENT: (ef. ACHEVEMENT, BUT) ABROTANUM: Ne peut se conserver dans la vie passivement. Ne veut pas le mode human de recevoir la vie: ambi, nurture. Eruption aux oreilles: symbole de Ia communication reeue, passive. Quand il veut ecevoir activement la nourriture ou la parole, ¢a ne marche pas. Voudrait le pouvoir vital dans une autonomie parfaite, et son chatiment est de ne plus ére capable Cassurer son efficacité vitae quoi ql se nourisse.(AADHIX.90) ABSENCE: (ef, PRESENCE) ABSOLU: - Les choix suecesifs de bien partes ne stsfant pas son besoin de bien absoluimmédiat Bism. ~ A perdu labsolu.Camph + Cherche en vain fabsolu parla méditation, latention soutenue sur Fobjet. Thea. ABSORPTION: (cf. AMORTISSEMENT) ABSTRACTION: - Bothr. méprise la nécesstéqu’a intelligence d'abstrare partir des données sensibles ABSTRAIT: (cf. CONCRET, EXPLICATIONS, IMAGINAIRE) ABSTRAIT ACCELERATION: (cf. RACCOURCIR, SUITE, tout de) ~ Accélération des idées et des associations, pulsion & communiguer. Lach = Veut aceélérer son élévation vers la perfection, sans effort ni gvolution. Brom. ACCEPTATION: (cf. ADHESION, AVAL, APPROBATION, CAUTION, CEDER): - Ne peut accepter dese lasser aller, de devoir donner, icher. faire confiance. Bor. = Ne se supporte pas. Lac-e - A. de répondre & un appel extéreur ne signifie pas tre privé de sa volonté, Rhod. ACCES: (cf. COMMENCEMENT) = Ne peut aceéder a la bonté-beauté idéale dans laquelle son imagination baigne, Ant-<. + Veut toucher par intelligence ce qui ui est inaccessible. Viol. = La béatitude est chercher dans les créatures, car celle de lautre monde est bien trop lointaine, inaccessible, Croc. ACCIDENT : (ef, SURPRISE) - Veut savoir avant que accident narrive, Sul-ac. " ACCIDENT: ( lataccdere,surveir ou sour) Opposé A esence ou substance. Ce qui exit aon en soi-méme mais en une autre chose x: {aqme ou couleur apartinnent une chose qu subsite en elleméme. Done ce qui peut re modi ou supprime sas que la chose elle-éme change ature ou dispar. so 2am ACCOMPLISSEMENT: (ef: ACHEVEMENT, FINITUDE) ACCORD: (ef: ADHESION, AVAL, ACCEPTATION, APPROBATION, ASSENTIMENT) ACCORD = Probléme de 'accord ou non avec autor. Veut que tus soient accord avec hi, la communion par intellect. roth. - Doitconvainere, amener autre a penser comme li "sje suis accord avec Laut, suis-je encore accord avec moi ?, Fabaw. = Nesten accord ni avec les autres nen huiméme Nate. + Refuse Pharmonie dans Faccord au pene. Dig. ACCORD: (ef. HARMONIE, PROPORTION, MUSIQUE, VIBRATION) ACCOUCHEMENT (ef. GENERATION, FILS, PARENTS) -Peur de 'acccouchement, puisque il nest pas certain dela perfection de son oeuvre, Naja. ACCROCHER: (cf. AGRIPPER) ACCUEIL: (cf. RECEVOIR)LTA 85146) ACCUEIL ~ Aime les animaux, les recueille, montre plus amour pour les animaux que pour les humains.Hura, - Silne partcipe pas au bien commun, nese sent pas accueil. Arg-n. ~A fauté par Torgueil de tintelligence clairvoyante sopposant& Taccueil Verat-v. = Idoit a. dans sa coquile ce qui lui est éranger, un don dont il dot jilir un fruit. Cale. - Lorelle est Forfice qui accueille autre ou le refuse. Tel, ACCUMULATION: (cf. COLLECTION, POSSESSION) - Veut accumuler des biens connus, conserver. Vip. ~ Accumule les détails, les préisions. Graph ~ Accumule par le travail et la persévérance pour assurer le futur. Bry ACET-AC ACETICUM ACIDUM: anxieux pour ses enfants, pour chaque chose qui le concerme, ne reconnait pas ses parents, ne se rappelle plus ce qui s'est passé. Ne peut dormir sur le dos car sent comme si son abdomen stenfoneait. ACHEVEMENT: (cf. PERSEVERANCE, CONTINUER, ADULTE, BOUT, BUT) “Impatient de tout termine, désir fire plusieurs choses & la fois et n'en fat aucune. Plan = Nachéve pas encore la phrase quelle prononce déj la prochaine pensée, et veut compléter la parte manquante apres. Diose. ~ Ong de reser dan a réjoussance dun laste maginare Reste dans Vinachevement. Pic-ac ~ Sagite d'une chose & fautre sans persévérer,craignant de n'avoir pas tout fini temps ou négligé son devoir.Stann ~ Celui qui qui change nlst pas achevé. Ne grandit plus, ou est deja vieux. Diffculté&terminer un act: i ne faut pas que ga change. Vip. ~ Voudraitachever la création selon sa bonté& lui, Sarr. Ne termine rien, reste peu de temps dans une occupation, en est toujours insatisfait: dégu du bien partiel découvert. Bism. ~ Aurait voulu que la création lui soit donnée achevée sans avoir y travailler. Arg-n. = Crain dene pouvoir terminer. Petr. - Ne peut rien entreprendre avant d'avoir terminé; press¢ de peur de ne pouvoir terminer, quand ce sera fait je pourrai. Tarent, ~ Croit toujours qu’on le juge, qui ne réussira pas 8 terminer, Zine. = Veut avoir toutachevé avant Cavoir commencé. Med - Veut te déja adult, tout de suite achevé, sans avoir & crore. Agar. ~ Mangue de persévérance, lambine, le travail ne peut te acheve & temps. Stann. - Perd la capacité Caboutir dans ses plans, parla pensée qui dot suvre fore hirarchique des valeurs. Chi ~ Refuse leffort pour arriver & terme; refuse ou a perdu le mouvement, le changement nécessaire & son accomplissement, Carb-v. ~ Tout pent devrait pouvoir ére accompli. Ang. ~Uhornme et a femme saccomplissent mutuellement et étantchacun Nimage d'un aspect de Tautre. Puls ACON Smt ACONITUM-NAPELLUS: endet-vous urgent ave ila oublié qui, pour répondre & une éaigms. Ridiculise tout pour cacher qui a pas la clé de afin, pour résoudre ténigme. Prt aia solution, perd ide par tine autre solution, pet le fil et devient conf. Incapacité de raisonner, induire, déuire, il rempiace la deliberation par la ciainayance Hyperacif qui prévoit tout, apaise son angosse dans ation, méme non fnalisée. Il confond sa fin avec sa vigilance, et In rate le fit agiren dehors du Bon sens. Remplace le choix parla rapidité. Le conte doit remplacr la prudence aqui choist les moyens pour la fn, Angoisse de ne pa ateindre le but. Déstabilsé par les événement souains. Dit maftriser en sachant ce qui va arrver. Ne supporte pas de ne pas avoir pu faire quelque chose, davoir perdu ses moyens. Croitquil ya tout en lui pour rsoudre tout. Veut tut savoir. Obstacles (essaims) sur un wes long chemin, conte lesquels il a peur de bur. Besoin de “lumifre" veut matiser ce qui va aver, mais cest une vigilance sans finalité Sa souffance ex incerttude dateinre sa fn. Timiité apres une peur sévére: la peur le raméne Al elit. ne support pas la dstance enre ce que vitaement il spire et ce qui est présen. Ia aucune confiance dans la force de son arraction vs vis du bien et croitdevoir se donner un mal foa. Ces parson intention quil vet ateindre sa fn. et non en se lissant ater. Il laccepte pas le contingent de la conduite de Dieu sur nous II ne comprend pas que le changement de direction inopiné fait pate de ls providence et du dessen du Pere pour Tamener sa fn. Cest par Taccidentel que je rejoins ma fin. Sil ne touve pas, doit mouri. REves lucides qui résolvent une situation complexe Precipitation ridicule et il ridialise. Espace et corps agrandis. Joie et espoir quan il vit la solution. Tout = doulur. Précarité insupportable: peur d'une mort lente, serein si ca arrive brusquement. Réalité = presque réves, il est dans le vide, ne repose sur rien, n'a de référence nulle part puisquill est la référence de ce qu'il fait, d'od cette énorme peur. [Absence de sentiment durant a grossesse (Spong blogué et coupable) AFADH $9.1.) ACQUERIR: - L’homme est un intellect inclus dans un corps, il n’est pas intelligence pure et doit done acquérir les données par le corps. Elaps. ACQUITS: (cf. RESERVES, PROVISIONS) "Err la écompense de fa vert est accidentel a béattade ou fii et ne se rencontre que chez celui qui doit acoustic" Bis, ~Ce qui compte, ce sont les aequits, on es a toujours. Arg-m. [ACTE? -ACTION-ACTIF-ACTIVEMENT-AGIR: (ef, REALISER) ACTE + Aime Yaction rapide et efficace aprés une bréve analyse. Plan. - Mangue de confiance dans ses mouvements volontaires pour passer & face. Cache son incapacié a réaliser Vimaginaie en affirmant que la non action est la vérité. Ang. ~ In'ya pas besoin dagir pour aimer. Hura, + Sans rapport avec les actes humains, sabstat de tout, se délecte dans le souvenir, il est comblé. Argem. = Intolérance & ceux qui parlent sans agir. Zine. = Veut étre squrce de sa vie, fondement de son acte volontaie. Tab. + Désie étre en acte de béatitude, la sasirimméiatement, sans avoir & chosir et passer par des bienspartils. Bism. - Veut action par esprit et non par le compasé corps-esprit. Kali-n, ~ Ayantdésiré que Facte soir a pense lagigue il se retrouve dans limpossbilit ou le refusc'agir pour subsist, se nourit,respirer. Ant-t Veut que sa jie et sa forme physique viennent de son activité. Laur. - Voullu étre acte pur, et non participer parle temps, pariciper & Tact. Arg-n. + Veut montrer son excellence par Tacte extrandnaie, son adresse. Cale. - Veut que sa substance soit son acte;racepte pas la dualité au niveau de Fétre et de la substance qu sont un en Dieu Cale. = Quand il veut pariciperactivement fa muttiton ou la parole, ga ne marche pas. Abrot. = Voulu éte son propre stimulus action Tarax. ~ Apaise par action sa vigilance anxieuse mais sans finalité Acon. ~Peur dagir dans lerél. Seb Ne peut agir avec unite, puisquil est complexe, corps et esprit i aura jamais tharmonie. Bell. -Lhomme doit accepter agir pour se perfectionner, parses mains et I esprit Kall-br. ~ Incapable de passer Faction. Pie-ae ~ Veut ére deja acte pur omnipotent et non puissance. Petr ~ Voudrait ne pas avoir & te appelé pour se mettre en acte, voudrait que son corps soit son acte. Rhod. ACTE: fre en ace et ue peinement rast (par opposition a feue en puisance) Ace pur: Exe qui ne comport aucune puissance ou potent & qui est souszait au devenr Dieu “Lace est le fit pour une chose dexser en ralité et non de fagon dnt nous dsons quelle est en issance.* oo dims ACTEA RACEMOSA:cf CIMICIFUGA ACTIVISME: (ef. FECONDITE, TRAVAIL) ACTIV ~ Nie la contemplation et famitg refuse Yaute pour Tactivsme, Tod ~ Son activisme ne peut plus étre vu comme un service d'amour. ADAPTATION-ADAPTER: ~ La pnudence nous garde toujours en éveil, nous permet de nous adapter aux situations, Led. = Difficulté a sadapter@ la situation, trouver sa place. Meny. = Il perd la jouissance de ses fonctions physiques et mentales sans souffrance, Ia capacité de jouir des autres en voyant leurs qualité, de jour du sucre, dela sexualité, ds sasons. I perd adaptbilt Iris. ~ Refuse adaptation du vivant, le devenit préfére se conserve, ptrifier, Cale * Altitude ineongrue, tellement il est tirailé et sours & ses passions quill ne peut régler. Croc. Ne sadapte & aucune circonstance, nese lisse pas atteindre par lautre. Phyt. ‘ADHESION: (ef, ACCEPTER-ACCORD-VISCOSITE) ADHE ~ Empéché de vive tadhésion du lien damout. Fae. = Iltrouvera le bonheur dans une obéissance qui implique son adhésion. Viok-o. ~ Adhésion mentale, répéte les mémes mots. Kal-bi. ADIEU: - Eerit un message dadieu. Lye. ADMIRATION: (ef, ADORATION, VENERERATION, EMERVEILLEMENT) + La pédagogie: aire paser le goit de Iémervellement Sar. “Lamour normal de homme pour Dieu est admiratf cari ny a jamais propartonnalité entre "homme et Dieu Lach. -Weut éreadminée par sa capacité de conserver la vie des autres, Nat-m. = Serviable, il faut admirer pour son adresse. Cale-s. ~ Se voudrait admirable par sa beau, bonté dans Yagi etTapgarence more. Pall, = Passrat son temps a parcouri la tere pour admirer la aéaion. Co. ~ Veut étre lumiére & admirer. Phos. = Verié pratique qu’on doit admirer Var. + Désiracsoursc ascension vers Dieu, rapprocher le moment de a contemplation. Brom * Sil se prend pour Dieu, il veut te aime avec admiration, ete rtrouve mépris Lach, = Contemple a ation de a propre imagination, Oind. ADOPTION: - Préfére adopter un enfant que de donner la vie é quelqutun qui aura du malheur. Arg-m. = Celui qui m'adopte me donne sa dignité, mais je ne suis pas li.Lac-c. ADORATION: (¢f. VENERATION, ADMIRATION) - Il péché contre le NOM, sa seule issue sera ladoration. Med. ADRESSE: (¢f. EXPLOIT) - Veut briller par son adresse. Cale-s. ADULTE: (cf. GRAND,CROITRE, ACHEVER) ADULTE = Ila perdu confiance en ces adultes fous qui le terorsent. Cie. = Veut re tout de suite adult. Agar. AETHUSA CYNAPIUM: Aime les animaux et les recusille. Plus damour pour les animaux que pour les humains. Indigestion chez quelqu’un qui mange souvent sans avoir faim, avec troubles cérébraux et de concentration. Rejette ce qu’ll devrait assimiler, nourriture et intellect. Peur de fermer les yeux de crainte de ne plus se réveille. (GR VIL94) AFFECTION-AFFECTIVITE: (cf. SENTIMENT, AMOUR) - Elans affection. Affectivité tellement intense qui doit se retenir. Cur + Cherche la relation sans vraie affectivité. Mag-s. - Lengagement affectif le dévoile et le fragilise. Kali-bi. ~ Exaltation de Fnteligence au dépend de laffectivté, Viol-o. 7 Same + Inhibition de Vintllet pa Tafectif. Hura, AFFIRMATION: (¢f, DECISION) - Ne peut saffrmer que sil est poussé par un aute. Tarax. AFFRONTEMENT: (cf. FRONT, LUTTE, REPOUSSER) AGARICUS AGARICUS: Lenfant se présente comme un adulte, 1 a refusé la petitesse humaine par envie de la dimension et la force de la divinite il se sent faible et petit il est vexé-c'avoir prendre du temps pour Evalue, pour devenir grand, détre obligé de crate’ ce sont des obstacles immenses pour lui. Veut te adulte tout de suite, veut sa puissance, non sa sagesse, car la vraie grandeur lui parat inaccessible. Obnubilé par Feffe il refuse Faspect ptentel. Le fat parla force en misant sur le physique, sans accepter avoir se structurer comme HOMME et trouver Tautorté en cherchant la sagesse. Ne peut’ faire un effort intllectuel, privilgie le corp, ou le contraire, seulement intellect. Aspect physique terrien, machoire puissante. Refuse la hiérarchie et Tautorté comme une force laquelle il doit se soumettre. Joue, Tyran avec les enfants aquil bouscule et frappe. N'a pas accepté le respect pour un supérieur ni fautorité cen haut (parents), quil prend pour un pouvoir arbitaire. Parle de guerre et de ses exploits. Voulu le pouvoir plutdt que fautorté. Se retrouve soumis au -contréle d'un plus petit (champignon) ou a une puissance supérieure. Au dessus de la porte des enfers, risque de tomber dedans. Heureux si a impression avoir accompli son devair. Baise les mains des gens et parle avec le respect dun enfant pour ses parents quand il se retrouve sa place (AFADH VILSI; MS 5.89) AGILITE: (ef. ADRESSE, EXPLOIT) AGITATION: (cf. MOUVEMENT, SOCIETE, TRANQUILLITE) AGITAT ~ Echoue, par agitation & tout viser il se trompe de cible. Ind. AGNUS CASTUS: A perdu sa puree: sent comme sil r'tait personne, que rien nfexste autour de lui, & part son propre probléme, mieux vaut étre mort que cette sensation. Doute de sa alt, des choses, nest pas dans ce qu'il fit. Extalist. Insatisfait de soi, ou parle comme un orateur quand ¢a va mieux en lisant la pensée de l'autre: il enseigne, priche et ne regoit rien. Incapacité de recevoir de l'autre, voudrait se suffire 4 soi-méme. Exalte sa sexualité mécaniquement, sans pensée ni désir amoureux, comme pour prouver quil est capable de relation. Voudrait trouver en luieméme sa perfection personnelle et toute relation. Excitation, excentricité, arrogance alternant avec mépris de soi, déchéance, rit de son triste état. Haine pour les lien existant entre les autres personnes. Tristesse aprés sevrage et lactation AAD 190) AGONIE (cf, SOUFFRANCE) GRANDE: (cf. DIMENSION, GRANDEUR) - Espace et corps agrandis. Acon., Cannei AGREABLE: (cf, CONFORT, PLAISIR) -Mélancolie qui gite ce qui serait agréable. Plat. ~ La relation ne peut ére vécue comme agréable qu’en réve. Aster. GRESSION: - Suspecte tout le monde, peur de toutes les agressions. Cench AGRESS AGRIPPER: (cf. LACHER) - Réve de nombreux petits chiens qui ‘acerochent lui: ses enfants sont des chiens. Lye. AIDE-AIDER: (cf. APPUI, AUTONOMIE, COLLABORATION, FACILITE, CONSEIL, DEBROUILLER, DEPENDANCE, GUIDE, SERVICE) = Non acceptation aucune aide, car ily voit une entave& sa Ibert absolue, Mieux vautrester seul dans son probléme, mais libre. Meny. ~ Le mendiant fait appel a a pitéetchavté de Faure, accepte Taide. Mag-c. - Veut ee fort sans aide. Clem Nose demander de laid, ayant voulu se débroullr tout seu, Pri timidement! pas". Stan, = Veut aider les autres, que son esprit pénétre les autres, alors que le sien n’anime pas son corps. Réve vivant avec des détails oil aide des genset les rend heureux. Sabad. ~ Accepter de fade signfieraitétre en shemin Probléme du soutien parla providence dans Yeffort de persévérer.Bism. = Taide Tautre& Saccomplize en acceptant reson vis--vis, li rendant son image. Puls. + Refuse quon le prenne par la main, quon le guide, Am-m = Incapacité a ée responsable et aider les vivant: n'a ps de lit Cale-sil ~ Con: décide quelle aide il veut, ne vet pas aideren ant le second . i car le ciel ne vaidera 9 6am + Responsable seul, ne veut callahorer et ne demande de aide & personne, ou seulement en réve. Hep. = Ila perdu le soutien de esprit de Dieu, réve qul appelle Taide. Kali-e. Ne cherche pas a savoir faire, veut qu’on lui fasse tout, méme ce quil sat bien: "i faut que tu maids". Se. =Ne veut se donner en aide aux autres. Ant-<. = Ne veut enseigner quiaux éléves difficile. Pas besoin de Taide des autres pour penser / se plant quon ne Taide pas. Kali-p. Besoin de dépendre de quelqu‘un de plus fort, mais & condition d'étre valorisé'Nat-m, «Le soutien risque de se retourner contre lui. Sars. = Naccepte pas de nécessiter un soutien. Si + Veut soumetre les autres aux projets quil a pour eux. Spong. + Se sent abandonne sil ne reoit pas le soutien atendu. Cale. Nias pu aider un autre ne pas mourr, il doit mourr aussi. Ars. . - Chasse ses amis qui veulent lider. Cham. - Peur du médecin, de ceux qui veulent fader. lod. AIGUILLES: - Peur des piqdres Nit-ac, Pareir, Phyt (FRI) ALES: (ef. VOLER) - Ailes quine veulen pas fonstonner. Apis. AILE AIR: (cf. VENT, NAVIGATION) tl es aspiré par un tourbillon dir etretombe violacé devant es autres. Mosch. AISE: (cf. FACILITE, EFFORT) ‘ALARME: (ef, SENTINELLE, SURPRISE) - Tout bru dans la rue devient une alame incendie. Bar-ae. ALETRIS FARINOSA: ALIENATION: (cf AUTRE) veut saligner les autres pour les aimer en les connaissant. Hyose + Veut Saligner les autres en étant les autres. Lyss. Ne croit pas que le pére puisse diciger son enfant pour Taider& parvenir a sa fin, mais pour fasservc ! Tarent. - Ne veut aigner sa liberté en tant obligé daimer Taute. Flac. * en se squmettant aux obligations de son snireien! Nat-m. ALIMENTATION: (cf, GAVER, MATERIEL, NUTRITION, REPAS, VEGETATIF) ALLIER:- Benz-ac refuse que la noblesse de lesprit soit obligatoirement aig inerte ea comuptibilt du corps ALLIUM-C. ALLIUM-CEPA: Angoisse de couler avant de toucher terre, le teeme. Est au fond, il faut monter. La distance montre ‘que je n'ai pas de quoi toucher moi-méme le terme, Aucun bien intermeédiaire ne me lie nécessairement au bien ultime: voit flow (ST Q18at: «Lesprance des hommes voyageursextelleceaine ? Left que cerains qui ont | “espcanceaariven, pase possesion de abate vient de a dfillance du libre rie qui povogue obstacle dupe Le ibe ari ne pet vance Sl sappuie sur la toute puissance et la mistiorde de Diew») Par son libre arbitre, All-c ne veut pas sappuyer sur la miséricorde et la toute puissance de Dieu. Il ne veut compter que sur ses chances, et trouve qu'il n'en a pas ‘beaucoup. Veut la certitude obtenr la fin, remplarant L'espérance parla certitude (AFADH VIL9) HR: "Doulas ur tempen< en clare" HR: "Un brillant élotssement deli etme sane élt de rds "La dissection nous fit croie artiver& tout comprendre: elle peut ausi tout rendre obscure. HR “Le lees apporaien pla pets.” HR: “Bement ler ojet proces parson dons “Les sens le trompent si esprit tendort. HR: lr sone semlen vende lin" HR: "Fat des awe: Corhographe” Laccts' la vérté du tout ne peut se faire par le deal, aspect divisible, ni toute la comprehension Sfobtenir seulement par les sens qui n'apprachent que la surface: sarrache Toeil pour voir par les sens plus que par esprit: HR". comm ioe at supe 3 ue fle ov rach.” (STL.QRSa: "Nowe intl conan avant edie") ‘Au lieu daccepter fatrait du brillant de loin sans vouloir trop s'en approcher, le toucher du doigt, le connate totalement, il veut approcherl'ntimi par les pates alors Vessence se per I ne peut plus approcher les morssaux qui donneraient un sens au tout, Sans respecte la distance neécessitée par les sens pour percevoir, condition de la connaissance humaine, il se perd et se noie dans Vobjt. a: “Rees de puts profonde et de dificult en sore” (STLQBBAT: “La 9 Tt istance dans Yespace empéche-all la connaisance chez ime séparte ») Voulant identifier Fobjet tout de suite & parte dune seule ddes ses parties ou qualité, accroché au detail, il ne voit plus la forme organisatrce, qui donne & chaque partie sa fonction, Estimant que le bien parfait est dans la eréature, il met sa fin en elle, sen approchant au maximum, et perd ainsi le vrai bien. "Science, distance, larmes."‘S.11,09.0: "Quelle baud comespond au doa de science ”) (GRAPH IL94) ALLUMER: (cf. LUMIERE, ETOUFFER, STIMULUS) - Je méteins et une étincelle me rallume. Carb-v ALOE ALOE: ~~ Les autres li sont un obstacle, car il ne fit pas le travail en vue de sa fin, mais pour xe le seul dans sa éussite. 423"... fore démonstration de volomté; il se dispute avec tous cee qui le contredisent il semble qu'il permettrait qu’on le déchire en pices, plutét que d'ahandonner sa volonté." N'a de relation avec eux que sil se sent ‘supérieur. A9:"Content de sa place sociale; i lui semble involontairement qu'il s'en sort réellement beaucoup miew que bien dlautre gens." (ST QI3Lal “Lambition estelle un péché 7 Lhomme ne tient pas de Iui-mEme sa supériorté Elle lui est donnée’ our aie fase eit Is aates, ST LQR6aM “Ls hommes dns Pat innocence, sree doin sr es hommes” On dain a ‘ute homme come suru home re, qund on rg eis vers on bin prope, ou ves eben commun) Fait tout pour ée unique dans sa ussite les autres ne devant que lerempli tle glorife,jusqu' indigestion (AFADHLMS X53) Rit et dénigre a nullité et Vinférorité des autres qu'il méprise. Veut connalie toutes les connaissances, s'en giver. N’en est pourtant jamais rssasié, ou ne le digére pas. Transforme tout en vent inutile. Dans la nutrition, je change ce que j'assimile, dans la pensée non, je deviens toute chose. Rassasié de connaissances il ne les dere plus, ila done refusé de connaitre qu'il ya des limites dla connaissance humaine par soi seul: les autres sont la fontaine avec qui il fratemise sls le remplisant. (MS 93) = — Se répugne.certitude quill va mourir. Il est indigne, va échouer, réves dexcréments (autopunition dégradante). Done les autres aussi, obstacles a sa réussit, il les accuse. Intolérance au bruit, veut détuire Tobjet de sa colére. Malade, il enrage contre lu-méme. Pardonne et se réconcile avec tout le monde. Refuse que Dieu qui est en premier hi indique le travail a faire. Refuse de tavailler comme second. Ne veut recevoir son travail, et refuse ceux qui le Iu donnent. Veutére la source du travail se donner lu-méme le travail faire. Refuse davoir & se mettre en activité pour tavailler la matiée. Guéri, peu se plonger dans le travail regu d'un aute pour partciper&la création (AFADH VIL33) ALTERITE: (cf. ALIENER, DIFFERENCE, AUTRE) ALTERITE ALTERNANCE: (ef. CONTINUITE, RYTHME) ALTITUDE: (cf. MONTE, HAUTEUR) ALTRUISTE: Altruste non pour Méshange, mais par le avail et pour recevoir sa place. fod ALUM. ALUMINA: Sensation de précaié de existence (réve du bateau qui coule) "comme si la conscience était hors de son corps". Sa substance est animée de fon fragile. Pas confiance en la présence du souffle de Dieu dans Fargile de son corps. Dit la vérté pour prowver quil est sir de soi, se donner une consistance. Besoin de sacrocher des explictions pour conccéiser les ies abstates. Pete de Ame dans un corps qui sagrandlt, pete du principe unifiant: perdu le en entre le corps et Péme, Accuse les autes de lui voler Tun ou Teure.Peur de Vincontinece. Lsiguilleet les piqires vont le dématéraliser, ou idées de suicide Ala vue daiguilles et de couteaux pour fir ce corps quil a tellement peur de perdre. Convaincu, malléable, inconsistant. Une ame seule, ce n'est pas un homme, et il cherche un corps, perdu en ‘oulant que toute la création mattrille soit son corps (se fit le grand personage): pour avoir pas compris que Ia vie rest pas possible sans le comps, avoir voulu gontrler tout univers eré, il ne contrlera méme plus son propre coms oi Fincoordination et la parése. Conception materialist dela vie dont le plus subi es le sang. Vietorieux,s appropri Je corps des autres, manoeuvre et manipul les autres par fargent. Destructeur, fit son corps. Ce nest que dans les symptdmes génitaux (pertes qui coulent, sueur, prostatorrhée en allan & selle)quil peu imprimer son Ame dans un nouveau corps fantasmatique, done ineffcacement et en s'pusant sans donner la vie. Complémentaire de Bry qui abltsa sécurité sur la possesion et antidote de Caust qui ne tole pas les pertes car elles sont le chtiment de son ingratinid, A perdu son identi / dit le contaire de son intelocuteur pour I'affirmer. (SKR.X95) Pendant un sommeil joyeux,sestlaisé devenir un autre (pas voulu étre homme), a mal agi car n'tat pas lui- méme. Sa faute a été daccepter de perdre son corps croyant pouvoir devenir quelqu'un de mieux désincamé. AMABILITE: (ef. AMI, AMOUR) - Ila été trompé par une amabilté raltresse. Lod. AMAZONE: - Dure, implacable, naccepe que le male inséminateur, refuse Faspectpassifetréceptif dela femme. Con. AMBRA AMBRA GRISEA: I semble curieux mais questionne par facade sans attendre la réponse, saute du coq a ine, narréte pas de parler n'écoute personne et solloque, ou écoute et attire les confidences d'inconnus. Embarrassé en socité, tremble de la tte dans une conversation, Ne veut déféquer devant quelqu'un de peur dere assimilé A ses excréments (anxiewe par un besoin inefficace (caust)). Rien ne peut sotir de lui. I se sent un déchet. Ne supporte pas le sourire ni le rire des autres, ni la musique, ce sont des signes de relation alors quil se sent hors circuit. Veut masquer sa décadence intellectuelle (par ses questions) et sa faiblesse physique. "Forcé" de revivre le passé désagréable. (Kent: Nat-m sien délecte). "Reve quil est malt, et en raison de safaiblesse,ne peut se défendre",on ne le juge pas la hauteur, I n'a plus sa place, personne ne T'écoute. Alors que la lumiére divine permet le travail du raisonnement pour ariver a la connaissance, Ambr. a aspiré & la force de 'esprit par sa propre lumigre, en se fermant les veux de force.(STLQI17l “La Imire inricure de Tentendement eta aus principale de a scence, et vient de Diew Il ne’peut plus enseigner. ayant perdu sa vision aigué, a vigueur, la maturité et la sagesse qui devraient accompagner lige. Ne recevant plus la connaissance, il ‘ne peut plus rien expliquer aux autres, n'a plus la capacité de comprendre ni de tansmetire (ST QU17at “Un homme pestis ins un sure homme en peda en iif sence 9. Voyage comme Tambre sur les ots, atendant de trouver une existence par le parfum d'un autre quil révélera. I refuse la continuté de univers qui fait que notre corps est issu dela matiéce des aures, dont tout le monde est fait. I refuse Tunité générique de tous les humains qui le ferait entrer dans un ‘cycle. (AFADH 190; MS X92) ‘Ayant voulu définir le monde & son idée, il est amére den subir la contrainte, I regoit le mal de ce dont il atendait le bien, et en accuse Fobjet. Ne voit plus le bon derrére le mal apparent. Veut un monde ot tout serait bon, achevé totalement, sans deveni ni pefectionnement. Alors que le mal n'est que privation dun bien potentiel, Amir. atibue un fire a ce manque. Limperfection pour Iui est un mal alors quelle est une perfection en devenir,ST Q48 a2 “Le ma se wowe- til danses choses”, 49 al “Leben peal re caused mal ™) (GRAPH X52) ‘AME: (ef. CORPS, ESPRIT) AMELIORATION: (ef. CHANGEMENT, PROGRES, PERFECTION) AMEL ~ Veut amétiorer la perfection de la création. Mere. AMERTUME: - Amére devant le mal quil voit dans ce dont il attendait du bien. Ambr. ‘AMI-AMITIE: (ef, AMOUR, INTIMITE, FAMILIARITE) ~ Etre familie avec le médecin, c'est tre dans Fintimité de celui dont on dépend. "fe n'a plus besoin de tadorer, puisque tu est mon ami!" Chit. A perdu ses amis par manque de lovautéi les a tai. Aur - Relation avec les mors quelle n'a eu avec les vivants, car un mort ne fait pas de reproches & un ami Cale-sil ~ Commande @ ses émotions, insensible aux pressions de amité veut créer seul sans canseil ni ami. Cit A été trompé par un ami, Refusant famiti, i dit tout miser sur le travail. fod. + Chasse ses amis qui veulentaider. Cham. ~ Comme si un ami était soudainement tombé malade. Bar-ac. ~ Tres sensible & union et la continuité. Anan, ~ A cru pouvoir garder son ami intime par son effcience plus que parson amit, etl en est abandonné, Rhus-t. ~ A fait quelque chose de mal, triste, mais ce sont ses amis qui font ompé, mal consell, ei n'a plus canfiance en eux. Ruta amit implique la fdélité. Mag.s. - Perd ses vieux amis pour une dispute sur un détail, Lamité est un risque, car les sentiments peuvent déborder la raison. Ferr. = Veut jour t les passer parle desir, sans mouvement vers eux. Hura AMMONIUM-C. AMMONIUM-CARBONICUM: Stes lassé aller & livrer au serpent un secret qui le lit & Diew (livre des secrets en dormant: Amc.,Ars) ce qui a permis au serpent de le convainere de pécher. Dit ce quill ne veut pas, ne peut dire ce ull veut. I perd le libre arbitre, il ne peut racevair ce quil faudrait pour vive, la nourriture, ou pour connate. Il est piédestiné & quelque chose qui échappe a sa volont: il veut connate le secret de sa prédestination: il se vit prédestiné, privé de sa liberté. Le dessein de Dieu sur nous ne doit pas étre connu. Ne peut dre-retenir ce quill veut, ditretient ce uil ne veut dire ou donner. Vit ses relations comme des offenses, en veut aux autres de ne pas avoir empéché de révéler son secret ‘amour. Rumine sur un passé désagréable (rtves historique) et sur ce que les autres ont fait pour le ficher, alors que cst parle secret quil a tabi qu'on a pu le faire tomber. Pauvre, sale, ranger a sa famille, Sait quil va échouer, a perdu la confiance mutuelle, Tintelligence: prudent. Aggravé par Teau qui lui rappelle Taiance quill a rompue. Inapte la navigation (déluge?). Déchéance, saleté (reves de poux, vermine, pauvreté). (MS X91) ‘Ayant reg la semence, il veut garde le fui, il est chatié par la dépossession la plus complete,FA X92) CAS: aime re seul avec Dieu; veut prouver quil est le préferé de Dieu; pas dautre discussion que celle qui exprime Fexcellence Yams de sa vie spirtuelle,trés perturbée par le contact avec les autres. AMMONIUM-MURIATICUM: Ne veut dépendre de la volonté d'un autre: une épée est suspendue au dessus de tui. Refuse la nécessité physiologique d'étre guid sur le chemin de la vie, nie aspect enfant de tout homme: réve enfants perdu, perd ses enfants, sa fille tombe dans eau. Ne veut pas éte pris par la main ni qu‘on Taide. Perd tafection en ‘efusant la main de ses familirs: chagrin, Souci davoir voulu trop monter: réve de tomber, c'un escalier qui n'a pas de rampe, ne peut s'appuver. Probléme dombilic do il a tout regu. (MS Vi82; FRN L34) AMORCE: (cf. COMMENCEMENT) - Souci que ce qui a été amorcé ne suive son cours définitivement. Faba-v. AMORTISSEMENT: (ef. CARTILAGE, COUP, VIBRATION) - Une souftrance survenant par surprise, il faudrait pouvoir amortr le choc effcacement. Spig. - Namontt rien, tout 'ébranle, le fait vibrer. Sang. ~ Le comps n'a plus la capacité ¢amortssement; le coeur peut te entendua distance. Eupi - Sensible aux chocs du contact avec la réalité, aux tensions, heurts, car n'a pas la force damortr les coups. Arg.m AMOUR: (ef. AMI, AMABILITE) AMOUR + Jamais mon mari ne pourra maimer comme je veux. Lach (FDR) ~ C’est a communion de pensée. Crot-h. = aime tres chamellement, ga marache tout quand je quite mes amis. Veut aimer dun amour spirituel qui ne Sarre pas avec la mort. Hur. ~ Llamour implique un mouvement quil refuse, voulant la béattude sans approche. Zine. = Veutaimer comme il connaft, en intéiorisantTobjet. Stram. ~ Amour des animaux: Puls, Aeth, Care, Nuph, Thymus serpllus ~ Peru lamour de ses proches, en cherchant Fa, enthousiaste pour un éte féminin idéal-Ant-. ~ Veut prouver son efficacité dans l'obtention du fruit de l'amour, et exprime par le travail. Lil-t. ~Croit naimer que par une relation domestique, une relation réduite& la mére nouricére, quelle prolonge sur les sorts, Cale-sil. ~~ Caust. n'a pas retourné l'amour protecteur + Elaps. a ai famour par chet “La vécté passe avant amour. Nit-ac. Na pas vu famour dans le roi de Diew pour lui. Eau, prépuce, mouvement, baptéme, coeur. Dig. = Il aenvié la liberté de Diew de ne pas te abligé&aimer, car 'amour est gratuit. L'amour est véeu comme un lien inaeceptable. Veut pouvoir aimer sans ére abigé eavers gure. F-ac. - Lamour ne peut re un choix mutuel de chaque instant, il le faudrait acquis et Fautre possesible totalement, pouvoir se Taliéner. il le perd en! touffant par demination sans respect de son aterié Hyose. « Se rend indispensable, se sait condamné a ne pas recevoir !amour / veut aimer Dieu d'égal 4 égal. Mérite l'amour enter de Dieu, déte emport, sous un pouvoir surhumain, tellement il se donne ui-méme de Tamour de la part de Dieu. Lach, + Phos: va mouri il ne regoit pas Famour. ~~ L'amour divin est ramené 4 la céalité chamelle. Plat. ~ II n'y a pas d'amour sans matérialisation (héritage). Sars. = Sep. n'a pas accepté dimer Dieu en acceptant que ce qu'il ne connait pas est aussi digne tre aimé /critariver Tamour ou aimer sil conna otalement, n'accepe pas le mystés pour aimer. ~ Llamour disparat si les corps sont séparés. Spong. ~ Apris la relation €amouravee Dieu comme le droit un pouvoir supérieur sur les autres. Verat, = Ne peut recevoirTamour selon Tidée qui en a re aimé comme i faut, c'est done Téchec (aimer Dieu en passant par les hommes). A cherché Ita d'ime amoureux, vivre damour et dau frafche, doi léchec de sa vi. Ign. ~ Aimer devrait re désirer pou soi comme pour les membres dela communauté. Arg-n. * Ceestle regard de Dieu sur lui qui fut sa valeur, il est aimé de manire unique, non parla compétition avec les autres Mag-m L'amour implique la souffranee, en raison de la différence. Tel. "Amour propre” blessé. Ign, Staph AMPUTATION: (cf. PERTE) - La relation est un don et il a peur de ce don, car il 'y voit qu'une amputation. Con. ANAC. ANACARDIUM: Se sent deux volontés, Tune refusant ce que autre veut: ange sur une épaule, diable sur Taube Inadéquation entre Fntérieur et extérieur: le corps est trop petit pour son Ame; identfie corps et mal, alos que le corps est nécessaire au bien de esprit. I veut éte intellect, ime pure. Ne econnait plus les sien, leur corps est un pidge. Rit 1 10 nna des choses sérieuses, streux sur des sujets ridicules. Impétueux la moindre offense. Téteséparée du coms, il est deux: raccepte pas la condition humaine de compasé substantiel. Sa punition est la conscience douloureuse de ces deux ccomposés, quil crit Tun bon, esprit, Tautre mauvais, le corps. S'entend chuchoter des blasphémes et désire en die. cart difficile & maintenir entre le bien et le mal, Inhumanité quand il nest plus que corps. Tirallé par des opposées, ila tal choisi, car ila refusé de choisr le Bien pour le Bien sans égard lui-méme, Tacte Camour gratuit, Aime enter dans des analyses précises. Condamné se tromper puisqu'une voix lui dit que le contaire est juste. Accuse les autres: haine, cruauté sur les autres en qu il vit la volonté qui le fit fauter. Perdu la mémoire, mais réfléchit bien si on lui donne le sujet, obsit si il n'a plus de choix a faire. Nose pas agir de peur quion exige ce quil ne peut. Inhibé dés que sa responsabilité morale est en jeu ar ses désics sont incompatibles avec la morale commune. Ne peut sure ce qui vient de lui avoir besoin de ses sens pour connie. Ila désié faux, car ila référéle'bien & son dési, et il ne peut plus adhérer & ce at de lui, ose plus agir car croit que le fait de désirer est faux. A-til confondu difference, ‘somplémentarité avec apposition: je ne suis pas Dieu (esprit-bien), donc je suis mauvais (corps-mal) ? Ne peut accepters que Diew soit hon et lui refuse la "pomme", que sa mére soit bonne et interdise la television! Lintedit serail une condition de a bert? (AFADH XL, MS v.89) ANALYSE: (ef. COMPRENDRE, INTELLECT, LOGIQUE, REFLECHIR) ANALYSE = Met lanalyse la place du discemement, refuse la sagesse, Pic-ac ~ Aime entrer dans des analyses précises,fonctionner en pur esprit. Anac. = Soule de devoir appréhender la éalité par ses propres sens pour la connate, et de ne pouvoir seulement le fire par "intellect et la logique, par sa pensée analytique. Colch. ~ Analyse inlassablement le pour et le contre, ne pouvant rien valoriser. Esprit analytique et non synthétique. Graph. - Doit analyser ses perceptions pour voir la réalité. Glon. Ne se penche pas sur les données des sens pour analyser avant la décsion, croit tout avoir dans son nez-intition. Merl. - Précipitation qui empéche d'analyser et prévoir le danger. Subac. ANAN. ANANTHERUM-MURICATUM: Vevt macauer les autres de soa empreinte (parfum du vétiver) Fréquente toujours les ‘mémes lieu, sinon se sent dépassédé. Besoin de vie de bande et de camaraderie. A droit amour fusionnel de tous. [Ne peut laisser quelqu'un seul, doit toujours ater Nautre. Souffre dans une société ot il ne peut avoir la parole; de ne pouvoir fusionner avec Ire aimé. Reméde possessif qui a peur de eau, elle échappe. Probleme de Tunité avec autre, de continuité que la matitr ne permet pas. Intolérance a ce que Iunté avec autre soit brisée. L'union avec Taimé est un droit, pour faire une seule chair. Absolutise le support matériel de la communion personnelle Elle est le liu du ddan elle se donne etnfexiste que la. Ce don delle-méme a une tlle valeur quill donne droit une possession absolue de Fautre, alors quil devrait arrver& a tempérance, équilbre entre famour et la sagesse.Crest son conditionnement qui fempéche lunité avec Dieu, car avec Lui.il n'y a pas de fusion, mais union sans confusion. La vie est transfusée dans Tre aimé. Liexercice de la sexualitéaggrave le désr jusqut la folie. 1 y a comme transfusion de vie parle contact, sentir Ia précarité de lunion est une souffrance quelle doit accepter par amour de l'autre; cest ainsi que Ton se donne tout enter. (AFADH ViLSH) ANARCHIE: (cf OBEIR, REVOLUTIONNAIRE) : ANARCHIE ~ Bapt. est anarchiste cara perdu Tunité entre ses partes. ~Caust:anarchiste par idéalsme. + Mere. pour changer la eration La maison ne commande plus sur les émotions, le végétatif. Cimic. ANCETRE: (cf. HISTOIRE, HERITAGE) - ‘avoir est sacralisé pour poursuivre le travail de lancétre. Sars. ANDROGYNE: (cf. HERMAPHRODITE, FEMME) ANGE-ANGELIQUE: (ef. BEAUTE) Se présente comme angelique pour fuir dans innocence enfantine la folic des adultes. Ci ANGUILLE: (ef. ANIMAL, EXPLOIT) ANGUST. ANGUSTURA: Voit clairement des objesloigns, tout projet devrait ere réalisé. Le sommeil le prive de tute possibilé accomplissement. Uhomme est puissance active selon sa nature créée, Dieu selon ce quil est. (AFADHIL92) — Ne trouvant dans le réel aucun objet satisfasant, sa_volonté fit le choix de objet présenté comme bon par Timaginaice et non par intellect! Limaginaire remplace intellect. I! y a complaisance de la volonté dans cet objet imaginaie, tout le este de Tacte est erroné. La fin obtenue n'étant pas le vrai objet, il nen tire pas la joussance etext ddésu par le choc de la réalité brutal, {I oublie que sa fin est limitée par sa conclusion humaine, et Dieu. I! test proposé un but inatteignable pour ses seules forces humaines en décidant que le tél = limaginaire, (xs X92) Se eroiten possession de objet idéal. Veut créer sa fin demiére lui-méme, par son intelligence (AFADH VIL93) ANIMAL: - Dampier totalement sa condition animale. Coca. ~ Réve diavancer dans une caveme vers une grande lumiére. Refusant la valeur humaine réelle, il se transforme en animal, et quelqu'un lui fait amour. Hel Honte de ses fonctions animales, de la sexualité, Staph « Se sactifie pour les animaux innocents et les protége. Hura. - Régresse en animal pour avoir désiré la perfection générique, celle du corps. So + Amour des animaux Puls, Care, Nuph, Thymus serpilus() ~ ABEILLE: Réve d’abeilles, esprit qui apporte le miel dans la terre promise. Sabad. : ~ Reve d'abeilles, groupe auquel on appartient. age et aide domestique de Fautre. Les chasse. Puls. ~ ANE: - Indécis comme un ne. Ign. ~ ANGUILLE: - Tente exploit de saisit une anguille mais ne réusst pas. Cale. - ARAIGNEE: - Sars. ~Ceestla wile qui chasse, Faraignée peut restr au cenre sans se mouvoir. Aran. ~ BOEUF: - Monture du sage, symbole de bont, de calme, de fare paisibl, sa douceuret son détachement évoquent 4a contemplation Bell (00s), Cinnb CERF: - Arbre de vie, enouvellemeat péri retour la puetéprimordiale..00s) Canth. ~ CHAT: - La nuit, tous les chats sont gris, mois ausi, on se ressemble. Hyd. ~ Le chat nese lie pas, le chien oui. Puls. Le chat est li au lieu. Puls. ~ Réve d’étre griffé aux yeux. Lac-f - CHAUVE-SOURIS: Idolatrie de l'esprit- Ham. - CHEVAL: - Il vole une cheval pour avoir tout de méme quelque mouvement et sortir de 'inertie et de la routine. Rumx ~ Brom., Mages. - Désir chevaucher. Ther. - Le cheval est le voyant du couple cheval - cavalier dans la nuit. Crot-c. - CHIEN: - Se sent abandonné comme un chien, durant la douleur, Meny. ANIMAL ~ Ilest comme un bon chien sensible, servable et soumis. Nuph. + Lenvie de la connaissance divine, qui ne nécessite pai de démarche dapproche, le fait tomber dans la condition animale, de chien, qui peut marcher avec certitude dans Vobscurié. Stram. ~ Aboie et mord comme un chien, Bell, Canth. ~ Guide de homme dans la nuit de la mort (00S). Bel, Lyss. ~ En super-pére, de nombreux petits chiens s'agrippent & lui: ce sont ses enfants. Lye - Le chat ne se lie pas, le chien ou. Lami de Thome devient noir, le damné, faute tre reconnu. Puls. = COCHON: - Les hommes sont des cochons. Hyose. ~ COLOMBE: (cf. OISEAU) - CROCODILE: - Réve déte poursuivi pa des crocodiles quil chasse en ternuant. Sedi ~ DAUPHIN: - Sauveur des hommes. Caust. - DINDON: - Ne pouvant ére le bon Diew quil voulait te, qui peut danner sans péril car ingpuisable et impassible, CCarb-an se retrouve le dindon dela farce. Carb-an, - FOURMI: - Peur des fourmis qui représentent une organisation parfite dune multinue dindividus qui agissent de concert dans un ordre parfait. Ars. ~ GIRAFE: - La girafe est son animal préféré car elle voit tout de hau, reste au dessus des conflits, Mag-m = Iidevient une girafe. Camn-i. - HERISSON: - Fait le hérisson pour se protéger. Coloe. - HIPPOPOTAME:- Il devient un hippopotame géant, de dimension énorme. Cann. = LAPIN: Stram, Reve quiloublie de nourir ses lapins. Nice. = LION: - "Il est dans la taniére des lions, mais ils ne le mordront pas". Domine son monde animal. Crot-c. - LOUTRE: Se sent une loutre géante, souple, douce, qui n'a pas peur des crocodiles et qui dévore les pirafias. (rains = MONSTRE: - Poursuivi par des monstres, bien plus différents de lui que les animaux connus. Hydr. = MOUTON: Cimie,(00s) + OIE? - Veut concevoir sans collaboration, Dan = amputation. Con. e, écondité, evthmes de croissance, renaissance, lumiére, clare, * OIE: Symbole de ite conugale. Le don de oie stl signal du jeune homme devant hire tombe a sstance dela puleur sexu de Ia jeune fle desire, Ose designe métaphorquement a femme sire (DDS) ro Imes - OISEAUs - Arrache les plumes aux oiseaux pour les passéder, les priver le iberté. Hyose. = Réve d' oiseaux: Sabad, l'esprits’envole du corps. = Voit une colombe voler dans la piéce, qui risque de le toucher. Kali. ~ OURS: - PAON: - Il conduit les paons et les hommes sont des cochons, Hyose. = Une espéce de paon se saoule a la noix de muscade: c'est Forgueilleux ridicule, humilié ! Nux-m. = POISSON: (ef, ANGUILLE) = POU: - A un pou sur F'épaule. Chel ~ Réve de poux, de vermine, Am-c. SERPENT: - la morsure de serpent est un événement instantané qui implique totalement le passé et l'avenir. Cedr. ~ Relation fausse de Phyt qui veut éte le Transcendant - TAUREAU: - Peur des taureaux, animal indomptable. On ne lui échappe qu’en montant Coca. . - VEAU: - Biens matériels substitué aux bien de esprit (008). Le pain et le veau sont de la nourriture de base. Kali-n, - VERMINE: - Réve de poux, de vermine, Am-c. ANIMATION: ef, RESURRECTION) -Désir pouvoir animer les res. Lyss ANIMAT ANNIVERSAIRES: (cf. AGE, DATE, ECHEANCE,CYCLES, HABITUDE, CHANGEMENT) ~ Recurrence réguliére d'habitudes rassurantes, aux anniversaires. Vi + Allergique aux dates et aux anniversares: relation. Con. ~ Lanniversaire est une échéance angoissante. Arg-n. = Ne veut ni passé, ni présent,ni devenir:intolérance et pleur aux anniversaire. car ils signifient progrés dans le <éroulement des conséquences d'un acte ANORMAL-ANOMALIE: (ef: NORMAL) ANTIM-C ANTIMONIUM-CRUDUM: "Dreams full of quarrels with relatives" Sestdisputé avec des praches et a perdu lamaur quill ressent encore exalté,sentimentalement et avec poése. Pleur par les cloches. Aversion pour lave sil n'y a pas tamour. = Attiré par un bien imaginaire, refuse détre soumis & Fattrait du bien réel, Ne supporte pas que sa volonté soit subordonnée a Dieu en tant que bien universe, ni le fait de désixer qui signe le caractire second de sa volonté Convoitiseinfinie car il voulu comme Dieu, aimer et jouir de tout sans avoir a désirer, alors il se construit lui-méme le bien absolu. Refuse que sa bonté ne soit pas son oeuvre, mais donnée par Dieu. Il veut eréer la bonté des autres. Refuse <étre touché, se blinde (callasités),reette appel a donner sa valeur pour aimer et enrichir les autres. Vit pour le bien quil croiteréer, se fait Dieu en donnant leur bonté aux autres, refuse de les aimer pour celle quils ont regue. Ne peut recevoir sa bonté comme la lune sa lumigre du soleil. Toujours dépu du conjoint qui nest pas idéal. Désre un bien inatcignable. (AFADEX191; MS V192) ANTHROPOPHAGIE: - Reve de manger de la chair humaine. Sol-t-ae. ANTIMONIUM-TARTARICUM: Il refuse 'aimer le corps en utilisant sa puissance nutritive. Pens, raisonne et répond en dormant, mais ne peut agir selon sa pensée. Il désire la pensée logique ~ a agi, sans besoin de Tacte moteur, et se retrouve condamné & une activité motrice indépendante de sa volonté Il est victime du régne de la motrcité. Rien ne peut étre cause de la volonté de Dieu, mais Diew meut la volonté de homme en qualité de moteur universe, vers tobjet tuniversel de la volonté qui est le bien. Ant-t voulant se mouvoirlui-méme sans que son inclination soit portée par un autre, il se crit impuissant si il voit sa volonté subordonnée & un autre moteur: Toxygéne. Révant de patauger dans "eau, il se retrouve noyé des poumons. Se mouvoir soi-méme ne s‘oppose pas nécessairement &étre md par un autre, (ST 183 "La vie convientele& dieu, Q78 2 “Les puisanecs de ime végtative’.(AFADH 192; MS V1.2) — Hlest dans le brouillard, sendort avec apnée dans une réunion méme interessante. Reve quil est comme dans eau, et ne peut en sortir. En réaction, se met en apnée, avec effet psychique d'engourdissement par manque ¢ 2. Stendort de chagrin. Patauge dans eau et la vase, aené, bronches encombrées par de Teau & a place ¢'02. Ayant rfusé son besoin passif d'O2, sen retrouve privé, Va jusqu'a se couper le souffle en toussant de colére, pour ne pas quion la touche (DRERILSS) APAISEMENT: (cf. SATISFACTION) APIS “OISEAU: Guide rime du dun figure de me s'chappan du corps, symbole de inlienc, les oiseaux voyageurs sont des des engages dans lt ute iniiaique (008) 0 13 ene APIS: Veut que la communauté accepte son originalité, sans ére contrarié. Exaltantlindividuel par rapport au sales, refusant la référence & unit dont il devat dépendce, & organisation sociale, ia perdu son état primitif de science, d= compétence et dimmortalité pour se retrouver proche dune mort imminents, Désirant la tatipotence, il agit sans but, ni résultat les déplacements sont difficiles sur ces chemins sales et bouewr, ne peut se maltiser, se soordonner ou SJocienter. Il lui est impossible datteindre son but sans effort, ne peut persévérer. Desir la toipotence, satribuer Iui- rméme sa fonction, sa détermination et non la recevoir. Tout li glisse des mains dans sa précipitation maladroite, ce ont il peut rire croyant que cest une comédie. Doit apaiser un convive qui ne se mairise plus, veut rendre la socié sage et harmonieuse,efficace il est le médiateur permettant la cohabitation pour aller vers un but commun. Il pouvait et ne. peut plus "se tourmente toute Ia nuit en réve avee une machine voler; essaie arranger les ales, qui de toute fagon ne fonctionneront pas". Nie la mor, il nest pas malade... Joie, rres et gaeté déplacés. Diew voulat sa liberé en Vintégrant dans Tharmonie de son projet & Lui. (GRAPH.V 89, AFADH XL89) Peine &s’exprimer, le fait par des tatouages, quitte les cacher. A un enfant dont un parent est apis, atention & donner Apis pour pigire & l'enfant (=> abcés 2). RD APOGEE: (cf. CYCLE, HAUTEUR) ~ Aprés 'apogée viendra le décin. Ine support pas les cycles signfiant sa dégradabilité. Cadm APPARENCE: (cf. TROMPERIE) - Veut se donner Fapparence de la bonté. Caps APPAR - Essaie de manifester sa bonté parson apparence sas atende quelle sot féconde delle-méme. Pal - Un mal apparent, manque dune perfection en devenir peut ve un bien réel. Ambr = Tout est qu‘apparence& cause du deveni, on ne peut ren connaiie Verat-v. ~ Apparenceextéreur harmonieuse prise pou la bonté de 'éme. Tub + Se lave la face pou fire eroie& la perfection de son dre. Asar = Soufire dela difference entre ce quest et ce quil apparat. Benz-ac. ~ Le critére de normalté est dans le para. Pel = Vaniteux de Fapparence faute de nobless. Sulph. Comment peuon me reconnaie seulement en me regardant, parle comps? Alum. APPARITION: - "Comme sil devaitregarder autour de lui etallait voir une apparition” Brom. APPARTENANCE: - Ne veut appatenir& un groupe mais agit avec gloire et honneur. Cale-s. ~ Impression de ne pas 'appartenir en se regardant dans un miroir ou en sentendant parler. Lac-¢ - Nappartient a personne cara brisé la elation avec un proche. Puls. APPEL: - Refuse !appel, voulant ére lui-méme acte. Rhod. ~ Refuse Tappel a donner ce quil y de bon en Iu, ni de la valeur & Fautre, tamour amitié. Ce quil idéalise est done inaccessible. Ne veut pas étre appelé ni convoqué, ou touché. Ant-<. APPETIBILITE: (of. DESIR) - Veut juger de 'appétibilité du bien regu. Ip APPET APPLICATION: (of. EFFORT, VOLONTE) ~ Happé par attention spontanée automatique, involontaire, ne peut s'appliquer a quelque chose pour la réaliser. Mez - Fait moins bien avec application que spontanément Olnd. APPRECIATION: (cf. APPROBATION, JOUIR, PLAISIR) + Tout le transporte, tellement il apprécie et ressent les choses. Cann-i, + Insécurité dans Tappréciation de ce qui est juste ou non. Cham. - Perdu la faculté 'appréciation par laquelle il devait éclairer les autres. Nux-v. = Incapable de rien apprécier, ne désire pas que les autres apprécient ou donnent de fa valeur & quoi que ce soit non plus. Ip - Besoin d@tre apprécié. Verat - Nest pas apprécié comme son activité le mériterait. - Veut étre apprécié pour son étre. Pall. = Jaloux de ne pas étre le plus apprécié. Cale-s. APPRENTISSAGE: (cf. ENSEIGNEMENT) - Veut embrasser par la pensée sans perception sensible, désire une connaissance immanente et non apprise. Elaps. = Ne veut recevoir des autres une information @ élaborer avant de pouvoir la redonner. Dule. = On ne devrait pas ére oblige d’étudier pour réaliser son réve. Petr. 1 one - Na rien a apprendre de personne Arn, Ferr. APPROBATION: (cf. ACCEPTER, APPRECIATION, CAUTION) APPROB Besoin dapprobation. All-c (Al.), Caps., Pall. + Cherche toujours 'assentiment de ceux qu’il aime, de autorité.Crot-h. APPROCHE: (cf. ATTEINDRE) Stram. ~ Voulant trop sapprocher, connate totalement Fntimité par les parties, essence se perd. Alle. APPUL: (cf. AIDE, COLLABORER, CONSEIL, EQUILIBRE, GUIDE, STABILITE, VIBRATION) ~ Voudrait un appui stir, alors que la prudence nous garder toujours en éveil, nous permet de nous adapter. Led. ~ Slappuie pour éviter 'ébranlement. Sang. ~ Refuse les cannes ou la rampe descalir, ou qu'on accompagne. Am-m. + Refusant lade , se retrouve sans appui, Am-<. ~ Besoin de 'appui dun protecteur fort sans qu ilne peut vive, et refuse celui des hommes car c'est insuffisant. Nat-m. + Llappui le trahit (se sent reculer quand Iauto s'arrte) il s'accroche a son support: va craindre de souffrir de ce qui avait pour but son bien. Peur que Tappui se retourne contre soi, ou 'appui perdu. Sars. + Voudrait ne pouvoir prendre appui que sur soi-méme. Si ~ Pour pouvoir se mouvoir, il faut un immobile sur quoi s'appuyer. Lappui de Thomme c'est Dieu, il ne peut s‘appuyer, stenfonee dans du coton Bapt. - Le centre fonctionne sil trouve appui sur les rayons, comme esprit sur le corps. Aran. - Nimporte quel appui le perturbe.Cimic. - Je mappuie sur les autres pour avancer. Phyt. A oublié que le support est condition de sa gloire. Pareir. ARES: - Afftonte puis tombe malade apres. Berb, Canth. ARAIGNEE: (cf. ANIMAL) ARAN. ARANEA DIADEMA: Le centre de gravtése vide ela pétinhérie semballe,gonfle, convulse. “Consion ofthe head rived by resting he hed on the hand, > aussi parle tabac, qui donne la clairvoyance (00S). Nrayant pas voulu du corps pour accéder a a connaissance réflection impossible sans se souteir la tte, i est soumis au corps pour que intellect puisse fonctionner. Si fespit est cental et plus noble, le corps lui est pourtantindispensable.Le centre fonctionne si les extrémités partcipent et le soutiennent, sil peut Sappuver. Le centre de la toile Garaignée ne peut exister sans les rayon. Tout mouvement nécessite un appui par les membres, comme esprit accéde aux données nécessaires par les sens. La périodicitétraval-repos monte que les tapes doivent se suivee et ne peuvent se confondre, aucun pas nest inférieur & Teutre, méme sil ya higrarchie. abdomen de Taraignée est omé dune croix a3 traverses: “centripéte, aussi centrifuge, elle explicite le mystére du centre. La croix est diffusion, émanation, mais aussi rassemblement, récapitulation, Embléme du rayonnement du cente..symbole de la ttalisation spatiale..union des contraires.." (005) (GRAPH vI92) : ARBITRAIRE: (cf. JUSTICE) ARBRE: - Les feulles sont liges aux branches, liges au tronc, c'est un lien entre la terre et Pair. Puls. ARG, tira: ARCHITECTE: (cf. CONSTRUCTION, REPARATION, EQUILIBRE, MAISON) ARCHIT + Architecte épicutien. Sensible aux formes, aux couleurs, de fagon indissociable de ce qu'il peut y avoir dedans. Sarr. ARGENT: (cf, RETRIBUER) - Problémes avec largent, Bry, Cale, Cale-f, Psor, Stann ~ Besoin de travail et d'argent pour retrouver la sécurité de la maison. Bry. = Besoin dargent pour se prémunir contre les catastrophes imaginges. Cale. - Exagére toujours le défcits, il va toujours manquer de réserves. Stan. + Il ne veut entendre parler argent, symbole de la relation utilitaire. Mere ARGENTUM-MET. ARGENTUM-METALLICUM: — Veut obtenir la joie parfaite que rien ne puisse tui ravir, ni de Textérieur, ni de Tintérieu: la sérénite, la paix céleste, Désire une béatitude sans rapport avec les actes humains, sabstraire de tout, 3° délecter dans le souvenir, re comblé par la seule union de connaissance, activité de intellect jouissant de ce quil 9 15 ms posséde deja: intelligence toure en rond surell-méme, I se ferme a tou bien extérieur qui demanderat dese mettre {en mouvement pour Tatteindre et veut posséder la béatiude en lu-méme, par nature. (ST.QS.%: "La baud pul eve perdue 7, 03235: “Lesa e le owen sont cause de pli”) Se fabrique son repos de toute piéce: le moindre choc, le ‘moindre affrontement au rée] montre que sa béattude ne coincide pas avec son Ame: parle corps elle peut soutir ! Ne supporte pas de voir jouer aux quills, Evite la moindre perturbation qui trouble son bonheur, ne s'occupe que de ce 4quil accumulé dans son intellect, ses souvenirs, son capital, Veut connaltre les choses en soi, sans dépendre de {sxtérgur, Repos dans la contemplation AFADHX33) Rien de nouveau ne vient de lextérieur,limaginaton toume vide, la véié nélare pas famour. Son intellect ne sort qu’ reproduire un événement passé. Il devrait étre actif dans famour en le recevant. La paix céleste > la situation au frais. (GRAPH 1L8, AFADH 91) ASTROPHYSICIEN: - Veut éteastrophysicien pour comprendre Forde de Tunivers. Thuj ATHMOSPHERE: (cf. HARMONIE) ATTACHE: (cf. AUTONOMIE, DEPENDANCE, LIEN, LIBERTE, SOUMISSION, ESCLAVE, CHAINE) + Ne veut slatacher, multiple les renconires. Sphyng. - Peur de perdre ses attaches affectives, son coeur ne tient qu'a un fl Dig. + Intolérance & fattachement quimplique famour Flac. ATTEINDRE: (cf. ACHEVER, BUT, REUSSIR) ATTEIN - Ennui dans la convalescence, carne croit pas attend: le rivage de la santé. Alle. + Veut posséer Vobjet sans avoir Fatteindre. Stram. - Voudrit avoir dé tent la perfection, la maturit, ée enact. Petr. “Les objets parassent loi, il crint dene pas atteindre son ben. Stann. ATTENTION: - Attentif au bien ére des autres. Coce + Voudrait ne pas avoir & poursuivre par attention Yobjet qu'il veut connaitre, mais par intuition. Mez ATTRACTION: (ef: MOTEUR) - Attirance confondue avec manipulation. Tarent. = Na. aucune confiance dans son attrance vs avis du bien, se doit de reoindre sa fin en se donnant un mal fou et par son intention, le contre devant remplacer la prudence, Acon. = Jalowx de celui qui est plus atirant que lui. Cale-. ~ La volontécest se Iaisseratirer par le bien. Zine. ~ Attiré par un bien imaginaire cari refuse tanrait du bien réel. Ante. = Ne veut se laisser attire par famout sans connaite. Sep. = Ne se léve pa, impossibilité de subir attraction de la fin, entreprendre sa conguéte. Nuph. ATTRAPER: (cf. PRENDRE, ANGUILLE, COINCER, PIEGE) ATTRAP + Attrape tout ce qui passe 8 sa porée pour immobiliser etl connate en sy identifiant. Lyss. + Antrape tout ce qui ext sa portée pour le détuire. Tarent. + Veutatraper linsasissable anguille, pour avoir es honneurs de son adresse. Cale-s. ATTRIBUER: (cf. REJET) - Attribue la faute a un autre, ou la prend sur lui tort. Cale-p. ‘AU-DELA: (cf. PARADIS, MORT, VOYAGE) 9 19 ane AUDACE(¢f. COURAGE) ‘AURA: (ef: MAGNETISME, STIMULUS) AURORE BOREALE: (f: LUMIERE) - Veut re une lumitre qu'on aime. Phos AURUM AURUM METALLICUM: I ses pas fit pour ce monde incapable de lui donner le bonheur mérité par sa rele valeur, aque la malchance n'a pas permis de fair reconnaite. 1 voulait prouver sa valeur en faisant lui-méme sa batnade, Mais la vie petite et rérécie ne vaut pas re véeue. "On ne végtt pas quand on sour”, on se tie pour ainsi ne plus souflrir de Tidée dre sans valeur devant les imperfections de sa ve, quil rend pour imperfection de son é. [1 sisole, car les autres sont les revelaturs de son peu deffcait, donc de son peu de valeur. Parson suicide heureu, i dépasse le chitiment de sa sation indigne, i domine tout, sore du systéme. Il fait la mesure de sa nature humaine le ‘ait dé la premigrecréature. Donc sa nature humaine est insupportable, alors que la ve est quune qualité de tere, et non sa mesure I ne fat ren comme il aut. Les autres sont coupables de Taccuser de ne pas réusir, de manquer de Joyauté. Ses amis afont done plus confance en li, il a perdu leur affection: eroit les avoir ais. Se retrouve abandonné, perséeuté, condamné.(AFADHVi31) AUTARCIE: (ef. AUTOSUFFISANT, DEPENDANCE, AIDE) AUTHENTICITE: (cf. HYPOCRISIE, MORALE, VERITE) AUTHENT = Doit prendre sa sensation de ne pas éte chez Iui comme moteur vers sa véritable fin, considérée dans une sagesse supérieure & son besoin d'authenticité. Valer. = Inauthenticité de son anxieté pour les autres: il baille quand ils parlent. Caust. AUTOCONTEMPLATION: - Autocontemplation douloureuse, condamné par son refus de la transcendance & un ‘immanent absolu, s'identifie avec le diable. Camph. AUTOCONTROLE: - Perd son autocontrdle en se prenant pour référence d'équilibre et de stabilité Croc. AUTODETERMINATION: - S'active & des petites choses sans aucune autodétermination. Form. AUTOMATE: (cf. POSSEDE) - Horreur des horares fixes, faire toujours la méme chose, fautomatisme, Plan. ~ Se sent un automate. Hell. AUTONOMIE: (cf. AIDE, DEPENDANCE. CANCER) = Ce qui differe de lu le géne en tant que ga fonctionne de fagon autonome, sans rapport avec lui, (theme du cancer. Hydr. = Il veut ére autonome par rapport action divine intrieue son ére et son agi. Tab, + Laelatin signitie perte de tautonomie. Con. A regu la perfection de Fautonomie de la vie, mais aurait voulu re libre de toutes coningenseterestre pour vive. CCroit que la dépendance vitae le prive de son autonomie, Nat. = Ne peut prendre son autonomie par peur de la vengeance du protecteur: vendre un héritage serait mépriser le travail du défunt Sars, ~ Besoin d'ndépendance et autonomie, Sep. = Nen ayant jamais assez, ila tout perdu en voulant son autonomie. Spong. ~ Veut le pouvoir vital dans une autonomie parfite. Abrot. + Désirfautonomie du jugement Violo. = Naime pas cette autonomie qui oblige & patciner& entretien de la vie. Cham. AUTOPSIE: ef: CORPS) -Oppost aux autopsie, Alum AUTOPS - ar c'est dominer Yautre. Sang. AUTORISATION: (¢f. DROIT, PERMISSION) AUTORITE: (of. FORCE, HIERARCHIE, POUVOIR, SUPERIEUR) Doit convaincre, amener lautre 4 penser comme li. "Si je suis @'accord avec Vautorit,suis-e encore daccond avee moi ™. Faba-v. - Probléme de accord ou non de son point de vue avec celui de autorité. Crot-h. ~ Intolrant& Tautoité et veut Fautorit tout de suite parla force. Agar. =A usurpé Fautorié et perdu sa place. Lyss. + Saarrange & voir du ridicule en tout: i rit de Tautorité ou intolérant& ce quion se moque de autorté. Nux-m, + Doit recevoir son pouvoir sur les autres une autorité supérieure. Verat. AUTOSATISFACTION: - Autosatisaction que tout toume autour de lui. Thuy, ~ Relation avec les autres que sly trouve son profit. Aloe. AUTOSUFFISANT: Désir re autosufisant, le ente sans besoin des ayons. Aran. AUTRE CHOSE: - Sent devoir fre autre chose, Caust. : AUTRE ‘AUTRE: (of, DIFFERENCE) - N’accepte pas de tecevoir une connaissance claire pour un autre qui I'adéja élaborée refuse de manger malgeé la faim. Dieu ne regoit pas la connaissance d'un autre. Elaps. - Veut entralner dans sa ressemblance tout ce qu est autre que lui. Hyd. = Le bonheur de Dieu n'est pas Faboutissement d'un projet fun autre. Dig. = Incapacité &tecevoir le honheur des autres, tani a voulu quil vienne de lui-méme, Ustil. ~ L’autre n’existe pas alors que la parole est pour communiquer ! Paris. - Les autres lui sont un abstace, car il ne fit pas le kava en vue de sa fin, mais pour re le seul dans sa reuse ls ne sont bon qui le remplir. Aloe Ne peut se passer, se lbérer de a pensée de Tautre Form. = Réussiait bien siles autres ne le génaient pas dans lexécution de ses projets. Chin. = Siappuie sur les aute pour avancer. Phyt. - Son existence est conditionnée parla présence de autre. Stet. = Nat-c refuse la nécessté de relation parce quil envi la condition de Dieu détre soi-méme thamonie sans avoir besoin des autres. = Voulant connaitre plus parfaitement, il sépace son &me du comps qu'il voit alors comme un autre. Sabad. ~ Mépris royal des autres. Nest pas comme eux. Plat + Veut soumes les autres aux arjetsquil a pour eux. Spong, + Intolérance a alterité des choses et des gens. Lyss. Est mieux dans la peau dun autre car sl nest pa lui-méme, il nest pas jugé. Nux-m. = Echappe sa potentalité de mal et de foie en ne voulant pas éte comme les adultes. Cie. = Chaleureux avec les autres qu sont incapables de bien faire. Libt. = I faut bien un autre pour recevoir une forms. Alum, Cale-s. Ne s'adapte & aucune circonstance, n'est pas atteint par autre qu ‘existe pas. Phyt. ~ Sans les autres, je ne suis ren. Phos. ~ Perdu toute capacité de ccevair de autre. Agn. Refuse de subir faut. Carb-an. ~ Croit pouvoir monter en se passant de laure. Pareir. Dot accepter Faure dans ce quil est et vit, sans penser quil est faux. Valer. Besoin de fautre pour révsler qui il est. Petr. ~ Domination sans respect de autre. Hyose. ~* Ne peut exister que si elle se maule sur les autres, mais alors est mécontente de ne pas dre elle-méme (LTAC 8717903) ~* Larelation avec laure n'est possible que sans heurt, pour ne pas etre abandonnée, mais alors elle nest plus elle meme. (LTA86105) ~ Renvoyant autre son image, note lien tui donne de saccompli, se nommer. Puls. AVACHE: Stann AVACHI AVAL: (ef. ACCEPTER, APPROBATION, CAUTION, ACCORD) AVANT: - Désespére aprés le colt de se retrouver comme avant. Aster. AVENIR: (ef, DEVENIR, FUTUR, PROJET, TRANSFORMATION) AVION: (¢f. ASCENSION, VOLER) AVOCAT: (cf, DROIT, JUSTICE, LON) 21 ant AVOIR: (ef, POSSEDER) - L'avoir est sacralisé, fancétre est symbolisé, matérialisé parle fruit de son travail. Sars, - Son travail n'est que pour lui, sa coquille protége son avoir, le donne regu. Cale. AVORTEMENT: (¢f, ECHEC, VICTOIRE) -L'enfant nat aprés tentative davortement: il refuse Ves. Nats BACILLINUM: (ef, TUBERCULINUM) BAGATELLES: - Utilise ses mains pour des bagatelles. Kali-br BAGAT BANALITE: (cf COMMUN, TERRE & TERRE, VALEUR) - Néglige les activités banales, tellement il veut arriver tout de suite & la contemplation supréme. Sel. ~ A banalisé une chose importante, Ferr. + Tout parat banal pour son esprit sublime. Ham. = Une petite faute dans wn travail banal et simple a eu des conséquences épouvantables pour lui et son entourage: anxiétéaprés le travail manuel, lod. BANDE: (cf. EQUIPE, SOCIETE, AMIS) BAPTEME: (cf. EAU, PURETE) - Ne veut pas avoir passer parle bptéime pour se ranouveler. Canth. BAPT. BAPTISLA: Ayant cru que la perfection éait dans uni, ilen a perdu la sensation. Il ne persoit que ses morceau, Ses ‘omposants variés et séparés. II ne jouit plus de la cohérence de ses parties mais se retrowve éparpilé,disloqué, inhomogene et incoordonnable. Il refuse la relation et le contact signifiant que chacun fait partie dun puzzle, car il croit pouvoir exister comme un tout, et non comme une piée participants a un but plus élevé. Voulant la perfection une et simple alors que "la bonté achevée de la eréarure ne consiste jamais en une perfection unique mais en requert plusieurs"(ST Q3 47 “Dies etl compost de ulque mani, ov abslunest single), il se retrouve sans lien entre ses composants, fest la dé-composition. Pour se mouvoir, il faut un immobile sur quoi sppuyer. Ne peut plus Sappuyer ni se reposer confortablement, car ses sensations Iuirappellent ses morceaux. Il senfonce dans du coton, la neige soul. (GRAPH VSS; AFADHV.89) BARRIERE: (cf. LIMITE, TERRITOIRE, CIRCONSCRIPTION, INTERDIT) BARYTA BARYTA-ACETICA: "Anxiété comme si un ami bien aimé était tombé mortellement malade". “Soupgonne en marchant dans la rue que les hommes la critiquent et la jugent de travers, arxiewse,n’ose plus lever les yeu transpire." “oscille longtemps entre des résolutions opposées", "se propose une excursion et dés les préparatifile regret", "réve de choses chaotiques et confuses” Voit les défauts des autres juge sur les apparences, des bagatelles (sa faute serait-lle avoir mal jugé 7), doit tout controler pour éviter Tanxité. Juge en formalist BARYTA-CARBONICA: Sombres idées sur son destin, "Dort mal, tellement elle se disaitlaprés midi quelle allait bien dormir’. Le sommeil devaitil apaisersa peur du destin ? Apaisé a idée de dormir et parle sexe. (une chévre marchait sur les genoux et se cachait dans sa mangeoire (PFem).) BARYTA-MURIATICA: Impression de marcher sur es genoux avec anxiété opprimante, BATEAU(Ef. EAU, NAVIGATION, VOYAGE, MOUVEMENT) BATI-batisseur: (cf. CONSTRUCTION) BATI BAVARDAGE: (ef, COMMERAGE, VENT, PAROLE) BEATITUDE-BONHEUR: (ef. JOIE, HEUREUX, PLAISIR) ~ Désir la béatitude en soi-mémeUstil, Cyel ~ La perfection permet le bonheur dans Limmobilité. Guaj. + Incapacité & recevoir le bonheur des autres tant ila voulu qu'il vienne de lui-méme. Ustil, wo Bane + Veut la béattude en obtenant ce quil imagine, Dieu est béattude car son acte intellectul parfatement comblé Ang. - Voudrait a béatitude en soi, sans réféchir ni chercher ce qui est bon. Cann-s. Refuse le travail de Linelligence pour arriver au bonheur. = Bism refuse darriver au bonheur par des petits biens partclsintermédiaires. Désire ete en acte de béattude, la saisir immédiatement, non "acquéis par des choix suecesifs Le bonheur de Dieu n'est pas laboutissement un projet dun autre. Dig. + La béattude est & chercher dans les créatures, car celle de autre monde est bien trop lointaine, inaccessible. Croc. - Sensible & ce que la béattude ne soit pas partie de son essence, mais qu'il doiveI'acquérir parla disposition de sa volonté, par le mérit et le travail. Besoin de parler, en t’maignage de son bonheur et en bavarde /le bonheur est impossible dans cette situation. Tarax. - Veut rouver le bonheur en s'appropriant la maniére de penser du pére. Crot : ~ Veut trouver le bonheur dans igamuable. Vip. - Heureux ceux qui pleurent: larmes qui jailissent de la vision spitituelle,lorsqu‘on resannait qu'on sestenchainé aux maux quton a cherché comme des bins. All-c ~ Cherche le bonheur dans Tunion. Simagine dans son ivresseéreLartsan de sa béatitude. Soufire de la distance entre sa béatiude et son état actuel. Aster. = Naccepte pas que la béattude soit éifier au jour le jour parson tava. Arg-n. = Veut ia béatitude parfaite dans la delectation du concupiscile, Cina. = Veut trouver la béatinude par un bien inférieur, les sens, et non par la soumission des sens intellect. I se reouve impur, mérite le feu. Hep. - Entain, forme, activité = béatitude. Laur. + Veut ateindre sa béatiude par sa propre puissance, Zine. <" " "par ses propres réserves. Stan, -" "sans passer par les dtapes. Conquer e bonheur signifie deveni, recevoit, précarté. Veut une béatinude sans rapport avec les act humains, abstraire de tout, se délecter dans le souvenir. Arg-m. Refuse de devoir désier le bonheur avant den jour. Ant-<. - Voudrait trouver la béattude en trouvant son lieu en soi-méme. Bor. - Veut avoir tous les éléments du bonheur en Iui-méme et non dans fextérieur. Uti Ne voit pas dans la vie cet équvalent de a béatiude qui est la joie temporelle. Hell Dieu seu peut étre sa propre béatinude. Dig. + Ilcherche la béatitude et son immédiateté dans la facili i! eroit pouvoir Tobtenir sans participation, Fait lui-méme son bonheur. Etat de bonheur total que a raison ne pourrait procure. Indifference tranquille pour toute chose tertest®, sait que le paradis existe. Op + Béattude parla clairvoyance des choses mystérieuses. Verat-v. ~ Cherche le bonheur plénier dans les impressions quil recoit, alors qu'il est dans famour, doi la déception Cina. BEAUTE (cf. HARMONIE, DESSIN, ART, PERFECTION) BEAUTE + Goat extreme de esthétique, Nate, Olnd, Tub - Est le beau, la fleur du groupe. Malade aprés que quelque chose de laid a fait irruption dans sa vie. Phos. - Viton corps trop petit et flétri comme laid. Sabad. : ~ Crée la beauté par lui-méme: poésie, vers, femme idéale. Ant-<. = Acide a la beauté par sa création imaginate, car fort impression que tout manque de beauté. Olnd. Na pas vu dans le re le reflet dela perfection et beauté dela divinité. Ne voit plus de valeur ren, Hel, - Veut manifester sa beautéintéieure par son extéricur,croit son intérieur vide i on ne lui envoie pas en miroir son apparence. Pall. + Se veut beau par la forme. Tub = Convaincu détre laid, Squil ~ Le coms avec ses difformités est inapte & exprimer la noblesse de Vesprit. Benz-ae. BEBE: (cf. ENFANT) - Grand bébé. Mag-c. BEBETE: (cf, ENFANT) - Est un peu bébtte, Cie BELL. BELLADONNA: Probléme du pasage de lime ves immortal: ily va sur un boeuf ou en bateau, symbols de la paix et dela sages s rome pon dat 6 rons maton). Mais a feu de tut cecil est damné, POSSEDE par les démons, craint qu'on Temméne en enfer (chien), va bientdt vivre son chatiment: comme il n'y a pas homogénéité de nature dans Yacte de thomme, ine peut agit dans Tun, étant complexe corps et esp, i ne peut trouver Phanonic, et ila peur de se puctie vivant. 1 et lutméme un chien, a-til entrain le monde en enfer & sa suite? A-til fit condamner humanité ? Veut ére aimé comme il veut. La loi empiche daimer. Dépréciation de tout son 923 and environnement physique, Puisque je suis matitre je suis mauvais. Il ne veut pas dune harmonie qui vient de ce quill peut tout unifier pour aimer, mais une harmonie de nature homogéne. Il a décidé d'agir contre la loi en dressant sa propre sagesse contre celle de Dieu, et se voit précipit en enfer, car est le péché méme du diable, alors que c'est la participation & la propre sagesse de Dieu qui engendre limmortalité de lame. Chaque fois quil décide et se clout de quelque chose, le souvenir du drame revient et c'est la panique: "les événements qui avaient é¢é attendus avec plaisir lui apparaissent maintenant avec une teinte d'angoisse, effrayants et redoutables.” Ia suivi la tentation agréable qui a tout fait mal tourner. Hétérolytique, impulsions a hair les gens vertueux, & leur prouver quis ne sont pas si bien que ga; est tonné den trouver de pires que lui Passion pour les jeux de chance: envers de la sagesse. (AFADH VIL89:X 90) BENEVOLAT (ef. AIDE) Le bénévolat donne I'individu la possibiitéd’exprimer la noblesse de ses sentiments. Coleh BENZ-Ac BENZOICUM-ACIDUM: Son obsession est la difformité plus que la laideur. Veut la perfection du physique regu. Le physique peut toujours décevoir, tre défonné. Veut drainer ses imperfections quil devrait savoir ne pas éte seulement dans la forme de Thomme. Revendique la perfection divine, "hanmonie au niveau de sa structure, sans que union des extrémes corps et esprit ne soit nécessaire; et il voit dans tout comps humain Tanomalie, alors que invisible est plus noble que le visible. L'ime spirtuelle est toujours parfite, mais pas la sensitive ou végétative. Si '&me spirtulle arrive aun jugement erronnée, c'est parceque‘elle resoit "information des autres. Voudrait que le comps soit adéquat dire la _verté profonde de son die, alors que ses segments, Vinertie et le manque de plastcté de sa matte le rendent inharmonieux. Ressent que son visible ne correspond pas a son invisible, qui est infiniment plus noble, cest pourquoi il est hypersensible aux handicaps objecifs Souftre de la distance qui existe entre ce qu'il est et ce qui apparait. La réalité st toujours puante comparée son idée ST Q76 "A quel sore decors convent que Fane ile ft une ”)(AFADH V.91) (Diag diff Sol-t-ae) Terreur du bégaiement et retard scolaire de son fils: difformité. Se regarde dans le miroir pour ccontréler son aspect.(GR ViL94) BERB. BERBERIS: "Pendant le travail mentale moindre fait extérieur, habituellement non remarqué, le perturbe. Il perd facilement le fil de sa pensée par interruption, devient iritable et doit cesser de travailler”. Feuillage vert qui rougit au soleil: les circonstances extérieures changent son aspect. Manque de stabilté affective. "Au crépuscule, anxieté, les ‘objets semblent agrandis": manque de confiance en soi “quand le pére se fiche, elle le voit grandir. Fasciné par Vintelligencsta relation de connivence verbale avec autre. Séduite par les beaux parleurs, car n'a de relation affective que sil y a jeu et communication de paroles. Naime pas les gens pour eux mais pour eux mais pour la qualité de intelligence, Tourmenté par les méthodes d'éducation carne sat pas entrer en relation avec enfant. Faute: a désiré xe Végale de Dieu dans la communication. Aurait affronté dans findifférence un fait important qui aurait di Tintrrompre, ne se serait pas laissé troubler par sa faute? Patient qui afftonte et tombe malade parla suite2(.TA 85, AFADH VILS9) BERGER: (cf. TROUPEAU, CONDUITE, GUIDE) = Réve quil est un berger: il sat oi il va, pas de mystére. Phos-ac. BERNER: (cf. TROMPER) : BESOIN: (cf. DEPENDANCE, UTILE)-"On ne me donne pas ce dont jai besoin”. Rheum. + "Moi il faut qu‘on ait besoin de moi” Cae-sit BESOIN = Besoin de dormir mais ne vet pas. Care. = Besoin quon ait besoin de lui pour se crore aimé, Lach. BETE: (cf, ANIMAL, STUPIDE) ~ On me regarde comme une béte. Toxi. BIEN: (cf. BON, MORAL) - Voulant toucher le bien ultime immédiatement, il ne fait que céagit. Plan. = Veut atteindre le bien en se déplayant dans espace et le temps, mais sans le travail de son intelligence pour acquérir les vertus de science et de prudence avec leur risque derreur. Hura. Il fout bien manger, tout bien préparer pour avoir du plaisir. Sarr. En veut Diew dene pas savoir & quel bien concourt le mal qui peut lui arrive. -Du moment que le mal existe toujours, ne peut plus se réjouir Caucun bien, Mang, ~ Un mal apparent peut cacher un bien réel, Amb. ~Conscient de sa potentialité de mal. Lac-, Nats, ~A dé mal conseill. fod, Ruta. - Sait qu désire mal et ose plus agir selon ce qu vent de ui Amae. In & que Dieu qui puisse tier le bien du mal, Sarr ne peut imaginer que ce soit posit. 2A ome - Les biens suecessifs parties ne suffisent pas a son bonheur. Bism. ~ Le bien désiré étant trop éloigné, Croc approche objet réel comme si c'tait Fobjetidéallointain quil désie BIENFAITEUR: Coce, Cale-sil. = Réve daider des gens et les rendre heureux. Sabad. BIENS HERITES: - Attaché aux biens hérités. Sars BUOUX: (cf. BEAUTE, FASTES) Il faut ére bien pour les porter. Sabad BIOLOGIQUE: (cf. PHYSIOLOGIE) - Désir de survie et 'éemité dans le biologique. Cale-sil BISM. BISMUTHUM: te93: ext morose et mcontent de on at et som pin -Hn96 “commence wre ols cl. une fol cela, mas ne persitre i court instant dane chagwe chose” 1HA93 "Maas ae inqute,tout a répge tan aie tats couche, tnt a ae, ims ne reste qu court nant dans une positon car ela event tout de cute inconmode". Il veut tre sa propre source de ‘ontinuit, indépendant de la providence pour persévérer dans ses actions. I désre ére la providence comme source de persévérence, SCOIlLp}47“Linomme asi besoin du Secours dela gece pour pester 2) la condition ferme de Diew qui n'a pas besoin c@tre soutenu par la fermeté de personne. Etant éterne,il n'a pas la contrainte du temps ni ne doit persévérer: il est ace pur, toujours deja arivé a sa propre fin, I voit comme mauvais quelque chose de bon, sous prétexte que ce rest qu'un bien patil vers le bien total. Les bien successifs partels ne suffisent pasa son bonheur, il est insatisfait des biens existants dans son orgueil de vouloir le bien absolu, La volonté humaine est libre par rapport aux moyens datteindre la fin, mais obligée de poursuivre le bien. Les biens partes successifs pour ariver au bien defini sont contingens, donc Je peux faire faux dans mes choix de qualité inférieue. Je suis obligé daimer le bien, mais jai le choix des moyens intermédiairs sur lesquels je peux me romper, chosir ou non. Dégu de ne pas trouver Ia fin ultime lors de chaque choix sur la fin partielle, il change constamment activité, de position. Il désire étre en acte de béatitude, Ia saisr immédiatement, non en puissance par linterméslaire de de petits biens partes. Accepter de Taide signifierait re en chemin, il ne le supporte pas. (ST Q26 a “La bande convient & Dieu "La somme de ous es bint lest pas en Dieu par mode de omposton mais par mode de simpli. Ee la rsompence de a vert et ide la bate ou litt eS econ ue cz cell gi oi acti) OMS-GC-V193) BLANC ou NOIR: (cf. TOUT ou RIEN, LUMIERE) BLASPHEME: - Blasphéme par son refus dela nature reue de composé coms esprit. Anac BLASPH BLESSURE: - Refus de ce que le milieu puisse le faire souffrir, le blesser. Aster. BLINDAGE: (ef, AMORTISSEMENT) - Se blinde comme un homme en armure, par un masque de plomb. Sarr. Désir conserverI'intégrité sans lute: par un blindage extérieur. Aster. BLOCAGE: -Psychiquement bloqué. Plb BLUFF: (cf. TRICHERIE) Bluff sprituel, adepte d'un mattre dune secte sprituelle quil idolite, adore la discussion, sans vie pratique de ces idées sublimes. Ham. BOEUF: (of. ANIMAL) ‘BOIS: - Matiére premiére non finalisée si elle n'est pas participée, Rhus-t. BOMBE: (cf. EXPLOSION, SURPRISE; RISQUE) ~ Croit avoir une bombe sous Foreille, précautions pour se lever sans la faire exploser. Fal BON A RIEN: (ef. UTILITE) BON SENS: - Agit en dépit du bon sens, sans référence au rel, Calad. ~ Sa crainte le fit agiren dehors du bon sens. Acon. BONHEUR: (cf. BEATITUDE) BONHEUR 9 25 mas BONNE CONSCIENCE: - Doit toujours la prouver. Dros. BONNES PAROLES: - On fa trompé par de bonnes paroles, par une amabilité traitesse. fod. BONTE* -BON: (cf. APPETIBILITE, BEAUTE, SEDUCTION, IDEAL, VALEUR) + Bonté et diplomatic. Cherche harmonie du créé,ce qui est bon et veut Ite. Sarr. ~ Probléme de la nécessaire Intervention de la téflexion pour ariver& la certitude que objet est hon. Cann-s. - Lamour de Dieu est cause de la bonté de fobjet aimé, pas amour humain, Je ne sus pas source de ma bonté. Cates. ~ Capable de fire des choses dignes d@te aimées,idéales. Ant-c, Olnd. ~ Veut donner leur bonté aux aures et non quil la recoivent de Dieu. Ant. + Ammére du mal regu en attendant le bien. Ambr. = Ne fait rien de bien. Cham. . - Ne veut pas dre comme les bons, car ils meurent les premiers. lod. = Doit éclairer les autres sur le bien, le mal, juste injuste, lourd, lger. Etant bon par essence, confondant son dire et sa fi, ses choix sont justes. Nux- = Le bien est devenu insipid. Ip - Grande vocation 8 faire le bien dans le monde. Coff. - Jug le bien selon elle, ne supporte pas les autres juger. Calnd - La perfection ontologique fait sa bonté. Cale. + Il choisi mal, en refusant de choisir le bien pour le bien sans égard a lui-méme, face ¢'amour gratuit. La bonté ne signifie pas tout pemeite tout. Anac + Veut se donner Tapparence de la bonté, se veut la bon intrinséque qui diffuse par elle-méme. Caps. + Essaie de manifester sa bonté parson apparence, sans attendre quelle soit féconde delle-méme. Pall. - Croit qu‘on est bon parle fait de ravailler. Sars. - Lapparence belle ne fait pas la bonté. Tub + Défend Dieu sil en regoit la capacitédétre bon, faire le bien. Se sent profondément bon, joie 'étre bon.Cere-b. ~ Mesure la bonté de son action parce quil en pense lui-méme.Chel + Se prend pour la bonté-méme, devant tous ces méchants. Le bien abso est sa propre bonté. Dros. = luge ce qui est bon et quil décide ére sa fin, indépendarament de ce qulun supérieur dit. Viol. - Saitsi tout ce qui es fait est bon ou non, il est la fence de la bonté de Face. Kali-br. - Crot ére bon sil réussit.Ptel Faire le ben ~ maintenir la santé du corps. Sabad. - Cale-s désie léminente bonté pour étre vénéré comme la divinité, voulantére la cause de sa bontéattrant amour et tendresse. - Veut gouvemer seul toutes choses en vue quelles se meuvent vers leur bien, comme le fit le Créateur. Caust. BORAX BORAX: Souffre de devoir donner, licher, subir, ne pas pouvoir contriler ou décider de tout ce qui tui arrive: les manifestations centrifuges de son corps, la gravitation. I! a perdu la confiance permetant de se laisser aller, Tacceptation. Fait les choses comme sous contrainte: car il ne lui voit pas le but supérieur. Il se sent POSSEDE, extorqué, liché et veut sagripper, étre porté Il veut étre la source du don (lit, le maitre et non instrument, le transmetteur. II devrait accepter de se soumette aux lois et se lisser porter dans la confiance pour pouvoir donner ce dont il est le dépositaire et non le créateur. N'y voyant pas le but, sy croyant obligé, son travail est avarié (lait), alors que ce serait un moyen de cheminer vers la béatitude, un instrument de progrés et non un pensum (GRAPH 190-VL92) —— Se souvient avec peine sil a été le jour méme ou la veille en tel lieu. Probléme du lew nature, du foyer oil devrait tre natuellement: il rst pas en un liew satisfaisant. Désir un chez lui confortable et luxuew. Peine aller en visite, mais fier de recevoir chez lui, ot tout est sa place, rangé. Tout ce qui n'est pas son lieu = souffrance. La béattude est détre en son lieu, mieux, davoir son iew en soi, et tout mouvement = quitter son lieu.¢Ms X92) Conclusion: le probleme de Borax est de se sentir containt de tavailer dans un lieu quil n'a pas choi BORNE: (ef. LIMITE, DROIT, LOM) - I faut respecter les bones car ces le droit. Cist. BOTHROPS LANCEOLATUS: Perte de la vision diure, de la précision et de la capacité d’exprimer ses idées. Mise & ru des tissus, (ST Q84.a6: L'sme acquierele la connaissance & partir des ent: la lumide de nee agent et requis, par Inguelle ‘nous connassons sous un mode immuable les choses changeanes, et aous discerns les reali de leurs images. Colin: (on peut) compare now intelligence dun oe qui aon seulement serait dlaphane et pasif, mai en méme temps projeerait de alumiee de fjon & maniester les Couleurs et 8 es rendre visbles enacts, «tes ees animaux dont on dit qu'il volent la aut parce que leurs yeux ont un pouvoe éelsrant capable illumine pour eux les objets») Bothrops a méprisé la nécessité qu’a I’intelligence d’absirire & partir des données BONTE: Ewe bon = ater parce que Fon et Est bon ce quiet en accord vec fin. 926 ane sensibles. II aurait voulu que les images seules soient capables de modifier l'intellect possible”. Il refuse la lumire de lintellect agent. La conséquence au niveau corporel: non distinction des formes, puis dissection des tissus. Insiste sur importance des préceptes « ce qui se congoit bien s’énonce clairement », exigeant des autres ce qu'il est incapable de faire lui-méme. Eormaliste utilisant un langage précis et bien articulé pour masquet la confusion de ses idées. Nie la capacité du langage écrit ou oral a traduire avec précision toutes les nuances de la pensée. Méprise la pensée abstractive qu'il associe a de la masturbation intellectuelle. Spécialiste de production intellectuelles absconses, obscure, dans lesquelles il pourra voir ce que personne d’autre n'y voit. Croit posséder un regard "laser" ‘et trouver de suite le reméde des patients, rien qu’en les regardant bien attentivement. Séduit les autres pour obtenir eux les idées cares qui lui font défaut « j'admire votre précision, votre capacité d’analyse...». Ne se donne pas la peine d'articuler sa parole, tant il est convaincu de I'inuilité de la chose. C’estI'imprécision, le manque de clarté des autres qui est responsable de sa soutfrance, de sa confusion.(SVM, AFADH X95) BOUC EMISSAIRE: (cf. VICTIME, PAYER) BOUC BOUCHE-TROU: (ef. NULLITE) - Je ne suis que le bouche-trou, négligé, superflu, non appréci, raté. Naja. BOUCHON: (cf. OBSTRUCTION, PASSAGE) BOUFFON: (cf. CLOWN, IDENTITE, PANTIN, THEATRE) BOUGER: (cf. MOTEUR, MOUVEMENT) BOURDONNEMENT: (ef. BROUHAHA, SOCIETE) BOURGEOIS: (cf, FASTES, CONSERVATEUR) - Gotts bourgeois, de fastes et de luxe. Cur. BOUT: (cf. ACHEVER) On dot aller jusqu'au bout de ce que 'on prétend, Coloc. = Ne peut qui jusqu’au bout. Caps. ~ Veut aller jusquau bout quelles que soient ls circonstances. Ferr-p Ne veut aller jusqu'au bout dans sa nécessité de transformation, Carb-v. ~ Prouve sa fdalté en accompagnant le malade usqu'au bout Coce. - Veut tout saisir pour immobiliser et le connaitre en s'y identifiant. Lyss. Ne va pas au bout de ses idées si cela représente un risque pour lui. Bry BOV. BOVISTA: Il est gonflé orgueil et a peur quion le pique, car il est plein de poussiére noire. Veut occuper une place plus ‘grande quil ne lui revient. La compagnie faméliore en lui donnant les limites car avec eux il est le grand (dreams of rae, srramesy, Doit trouver la juste mesure de son développement, donner sa semence puis disparate, (GRAPH Vi99; AFADH 5 BRAVADE: (cf. COURAGE) - Brave en riant pendant la douleur. Hura : BROM. BROMIUM: “comme sil devait abandonner son travail" “comme sil devait regarder autour de lui et allit voir une apparition’, “quelqu'un derire lui". Danger au raz du sol oi il attend a voir sauter quelque chose (veut échapper la terre), veut grimper, étre port, s'lever, amélioré en mer car on voit loin (7). Veut échapper au travail domestique, & sa profession, au quotidien temestre. Critique et censeur. Veut échapper & cette sensation de surveillance qui Pétoutfe. (diag.dif Tarent) —— Sur son bateau, son cheval, veut échapper aux contingences du monde et de Ia création qu le nent. Par le café et alcool il lave son esprit au dessus de ce comps rivé& la matiére au raz du sol. Veutateindre la connaissance sans ze troublé par cette humanité coincée dans ses occupations domestiques quotidiennes, loin des cailloux et aspérités douloureuses de cette terre. L'environnement nest plus fiable, ni les autres. Ila refuse le milieu, tout ce qui est autre et lui montre quil nest pas unique mais lé au corps, la société et leurs inconvénients I aurait voulu trouver la grandeur de esprit et la connaissance hors du commun des mortels, alors que ce lieu parmi les hommes est le templin de son progr. Il aurait voulu échapper au courant de ce monde qui "entrain et le déstabilise. (ST Q¢ a8 "Un soc Canis etcle écessie la beau”) (GRAPH V.91) ~— Souffe dun trouble daccés a fa connaissance pour monter vers la perfection, car il veut top vite ere fini, sans ddémarche humaine ni évolution. Arriviste par son travail personnel. Ce qui était plaisir évoluer sans fin devient effort ouloureux. Celui dont ila refuséUaide le regarde par dessus Népaule. Guéri il acceptera la démarche journalitre avec reconnaissance vers son élévation, ne se rebellant pus de n'étre pas encore au sommet. Egolyse: convaincu de ” INTELLECT POSSIBLE ou patient etlignce connaisansen puissance, cst dire capable dereevoiren ell es ypes dues, absait des images, et de les concevoie sous forme Sides. 27 ome impossibilité de s'lever, cherche la descente, Canimalisation, Hétérolyse: abaisse les autres car ne peut monter (Ms x19) BROUHAHA-BOURDONNEMENT: (ef. SOCIETE) + Se sent mal quand il ya trop de bourdonnement, d'agitation autour de lui. Apis. BRULER: (cf. ACCELERER, ETEINDRE, ETOUFFER) BRUL ~ Se retient de briler pour plus tard. Carb-v. - Avec la drogue on brileles étapes. Hell + Brile trop ardemment. Phos. BRUSQUERIE: (ef, CONTINUITE) BRYONIA: Nostalgique de la sécurité passée, veut rentrer la maison. Fait tout ce quil peut, doit la retrouver par le travail, argent. "Je ne peux me payer le luxe d'étre malade”. Nose pas bouger, pour préserver le peu qu'il a, ne jamais risquer le manque. Veut se prémunir pour échapper au contingent, contre n'importe quel danger futur, car se méfie de la providence. Il lui suffit Cacquérir pour ére tanquill. Croit que la providence ne lui donnera pas les blens pour satisine sa passion. Assure toujours de quoi se retourer, ne prend pas de risque, méme sil est progressiste en idées. Envie Diew en ce que pour Lui rien n'est fortuit.(AFADH ViL91) BUFO BUFO-RANA: Sa mission est Cexpiquer aux autres le bon usage de Tinstinct. 11 donne le primat & Tanimalité, alors que Tanimal nest quun instrument au service de Uhumain (colére quand il est mal compris alors quil n'a qu’ moitié prononcé un mot "il ay a pas de raison que jaie tort, je serais alors moi le plus petit, "désir ére seul pour se masturber). I erain Ie jugement des autres et la mort quand ne s'est pas conte. Il s'est eru ne plus pouvoir de Négal des autres. Se sent bien avec les enfants (hilish behaviour) ear avec eux il est le grand (dreams of travel, greatness). (@RAPH 92) — Croit avoir quelque chose de si grand & communiquer que la parole humaine est inadéquate le dire. Ila envié la ‘communication de Dieu: la cvélation dans laquelle i n'y a pas besoin de parole, la communication intuitive, spontanée. I connait tout et veut communiquer quelque chose aux petits et se vexe sis ne comprennent pas: il n'a pu les miner sans fire usage du signe sensible dela parole. Son protest sterile car incommunicable.(AFADE-MS X92) BULLE: - Reste dans sa bulle pour se protéger, insite, pour ne pas soufitr. Graph. BURIDAN: (ef. ANIMAL, DECIDER) - Indécis comme 'ane de Buridan. Ign (SVP) BUT: (of. ACHEVEMENT, DESTIN, PROJET, FUTUR, BOUT) BUT - Refuse a lingarté dans le travail les actes succesis & poser dans une certaine direction, Plan * Echoue, pr agitation & tou viser il etrompe de gible Ind. ~Poursuit une fin imaginaire inatteignable par ses forces humaines, sans aide de Dieu. Ang veut créer lui-méme par son intellect sa fin derire i = Je ne peux comprendre ma finalité avec ma seule intelligence. Crot-. ~ Angoisse de couler avant de toucher tere, le terme. All. = Les pensées voluptueuses qui comblent son imagination sont lechitiment d’avoirvoulu le plaisc par un acte privé dessa fnait. Nuph. - Veut la méme certitude sur le mayen que sur afin: ate ne chosit pas. Cnnat la i, mais est soumis la soatingence pou le choix des moyens. Na ~ Refise davoirconquérisa fin. Arg-m. = Voulant tout pra, i perd ce qu'il devait protézer.-La fn est perdu force de penser aux moyens. Stan. ~ Le but compte moins que leffcience, Rhus. = Confondant son de ets fin, la bonté de sa ligne de conduit vient de Iu, non de so but. Nux-. ~ Voudrait avoir fini avant de commencer. Med, = Par son intention, veu ateindre sa fin, au leu de se liser ater. Acon. = Oublie son objectf durant active, veut ere hu-méme le dernier objet dela connaissance, se comprende par ui rméme. Chel + Le but est inateignable si imagine est pris pour le rél. Ang. ~ A perdu la maitrise et la coordination pour atteindre un but commun, Apis ~ But devi. Hyose ~ Aveuelé du mayen quia sou les yeux par Tidée du but poursuvi. Pel = Perfection du mayen confondue avec celle dela fin. Ia confondu le but avec le moyen. Sars ~ Change de but une fois quilest amet. Tub 9 28 amt - Anxiété de ne pas atteindre le but. Acon. + Sa fin inéluctable lui est rappelée parle rvthme et les eveles de Fexistence, du soleil, apagée puis déclin, Cadm + Soutre de ne pas connaitre sa fin demiére, le dessein de Dieu sur les hommes; veut savoir le destin de chacun pour pouvoir lui rendre service en 'y amenant. Coce. + Peur de perdre aspect sinucturant en se langant vers sa fin. Cale. ~ A envi la situation de Celui qu est sa propre fin, Stict. ‘CACHE: (cf. CAVERNE, NOYER, SECRET, TRESOR, VISIBLE) CACHE ~ Horreur de ne pas connaltre, voir le fond, ce que la surface cache, Cench, = Voit la bate tapie qui menace en soi et chacun. Berb + Pour vivre heureux vivons eachés. Cupr. Ne voit plus féviden car veut trouver le caché. Ptel Ne support pas de ne pas apercevoir ce vers quai il va, faspect caché ou non accompli ds choses. Cact. + Se cache car ne patcipe & la mise en commun, veut étemiser la jouissanceindividuelle. Arg-n. ~ Connait les choses cachées, le mysttre derire les anparences, Verat-v. - Essaie de masquer sa décadenceintllectuelle. Ambra CACTUS (CACTUS-GRANDIFLORUS. Vit tut e temps dans le futur Fit les choses mais il faut que ga vienne de lui-méme, parce ‘ull veut le faire. Veut décider lui: "est moi qui Tai fait". Aime les compliments seulement a la fin, sinon abandons, aussi sion le regard. Il veut produire et épanouir sa fleur la nuit, a fabri des regard, sans sintégrer dans le grand projet de TAuire, Laube va révéler que cest une oeuvre des ténébres, Peur de quiter la nuit, par le blanc du cil, la ume, le Jour qui se léve. Ne support pas de ne pas apercevoir ce vers quai il va, Taspect caché ou non accompli des choses. I refuse la germination quest la vie humaine. Naccepte pas le caractére limité de sa manifestation, les limites des possibilits de montrer son amour. Libscurité de la foi est pour lui une cage. Il fait déibérément ce qui entreprend, rain qu’on lui ravisse son bien en ne lui donnant pas de voir le matin. L'gphémére est vécu comme un étay. Tout ce qui pourrait se dilate est contenu, il est encagé dans un réseau de fer. (AFADHTL50) CADAVRE: (ef, MORT) - S'achamne sur un eadavre. Elaps. CADEAU: (ef: DON, GRATUITE) CADM. CADMIUM-SULPHURATUM: Ne peut que subir Taltemance soleil-auit que comme signe avancement du temps, et donc de sa dégradabilité, qu'il est soumis & la comosion. La non continuité du déroulement est insupportable. Labsence de cycle et de rythme lui aurait fait coire a son immuabilit. Le déroulement de la vie tereste est rythmé, il est done {ini Anogée puis déclin, vieillissement (GRAPH v.90) ‘CAGE: (cf LIBERTE, ENFERMEMENT, EMPECHEMENT) - Fait délibérément ce quil entreprend,sinon crot tre en cage. Cact. i CALAD. CALADIUM: Ne sat sia fit réllement ce quit devait, doit sen convainere, peur de ne pas 'avoir fait. Inséeui sur son agit. Durant un sommeil conf, tout ce quil avait oubliééveilé lui revient & esprit. La sensibilitt été prise pour la fin, Tl veut éte la lumiéee qui voit, pase fagirhumain, illumine et juge tout, la mesure de son action et agir en soi, refusant la référence rien ni & personne ni lin avec le géel. Peur dé son ombre qui signe sa matéralté le passage da temps, ls cycles du soleil. Ne supporte pas la moindre ombre au tableau, le petit dal qui géne:juge tout le monde et ne supporte pas que les autres jugentni leurs mauvaises manitres, car on ne connaft jamais les vraies motivations des gens. Sensible & la ertique dit les choses en face, sans hypacrisi. Comme dans le soleil ou les grands espaces du désert. Veut la liber de tout voir, die, savoir, dans la pleine lumiére, voir loin, se sentir omniprésent, Il veut fae au ‘moment que fui veut: condamné tout fire & cone temps. Probléme dela durée entre excitation et satisfaction ? Peur de la nuit t du lit oi il vase souvenir de ce quil 'a pas fait... (AFADH V.90192) CALCAREA-F. CALCAREA-FLUORICA: Irésolu par crainte de V'échec financier. Se sent pauvre, & la limite de la filite, incapable de réagir. La vue de nouveautés avec sensation de danger, cst la peur de ce qui esse. Il veut que les choses ne changeat as, se gonservent, le devenit lui fait peur. Avec les jeunes, il se sent jeune et non soumis au temps. Ne désire que ce 4uil connalt. I veut devenir immuable en arétant le thme vital interme (concrétions calcaires). Se calcific, etic les sens, vit sans échange. Il refuse le flux et reflux par lequel le vivant le resteet Tadaptabilité du vivant qui implique le temps. Ou croit se trouver en un endroit agréable, re un dictateur conservateur, alors que dans le changement, il pourrait ére de plus en plus une personne et deviendrait beaucoup plus vivant (AFADH{90) 929 am CALCAREA-O CALCAREA-OSTREARUM: Méfiant de la providence, Veut Savoir quels ‘menacent dans le futur ‘en ee eres ee cbscurité, Fintangible laisse libre cours 4 cete imagination, “je suis bien consti car je mattise ce qui marrive™ Pacnlan poor ives nies epee pct eportkncn oto eget de iso. oo put bates col. Vout qu Saag sc ian! ps aa eu iver e eda aamors te Fat qui soot un ox Dt rl per palms iio Sole Innuporble pr manque de poco. Le soutien repureste toujours insuffisant ou senation abandon, ranocur. Sa poution socal & preserve represents la mairise de la providence pour sa sécurité devant un futur incertain (pour Verat, c'est limmunité, le pouvoir contre le mal). Il veut faire du lieu un absolu, le clore sur luisméme, alors que le liew nfest vie que sil est le creuset de la transfomatio de Tee. Il met Tabsols dans le donnéreu, alors qu du donne di jl let, ln pel. La eoqule, estan eu de ve edo fcon, len ft une Ligne de dene I dit cept que Fagesion délenche ia formation dela perl ave accu e qui ext drangee{AFADHLSE. MS V0) CALCAREA-PHOSPHORICASaisatistait de soi) et auitoreéproches!|Devient violent s'il entend des mauvaises nouvelles, que Yon fait des reproches & un autre: sat bien, au fond, que lui est coupable: il devait pore la bonne nouvelle, ansmeiie la connaissance, communigutr illumination, Mais ayant voull Ia connaissance intuitive et non par la démarche humaine logis, i en erOYant Mimi es ates, fansmis une fausse connaissance qu es a fait eehoder Colére par des mauvaises nouvelles jusqua la confusion (amel. par lavage du visage & eau foie: le visage lavé énonce le juste, amelire le message), Indigation par des révesdésagréables, Désic renter chez Iu, une fos I, veut se aller (anxidt quand onl reie du berceau) ina pas pris le bon chemin pour connate. Remord avoir aibué sa faute & un autre, pend sur lui lafaute des autres. Désir de travail aprés le cot ila transmis, communiqué, conn uelqv ntoléenoe an shapean qui marquee sa responsi. Garde la fentanelle caver lngepe pour recevoirFillumination. (6s X90) CALCAREA-Sil. CALCAREA-SILICATA: Mou de chair, astique, atone, joue couché. Réve de soins aux malades, méme sil fut quand est grave de peur de ne pas faire ce qu'il faut. Mieux vaut fuir que de ne pas pouvoir soulager. Ecoute peu,mais doit ‘tre étouffant pour les siens par ses soins! Se sent redevable vis a vis des moms: la mort de Tautre signe Téchee de sa ‘providence. Réve de soigner des malades, son mari mort ne peut tre vu. Aucune ambition cara aidé les défunts de leur ‘vivant, Appel son fils du nom d'un mort. A des relation avec les morts quelle n'a eu avec les vivants, car un mort ne fait pas de reproches 4 un ami. Incapacité& étre responsable et & aider les vivants: n'a pas de lait. Sa responsabilité de quelquiun est terminée sil et mort. Croitn'aimer que par une relation domestique, une relation réduite a la mére nourticire, quelle prolonge sur les mort. La relation estréduite au plan végétatif, matériel. Désir de survie, détemité dans le biologique, Croit que sa responsabilité d'autrui implique une action tangible. Gave ses enfants mais sans affection. Comme il n'y a pas dapprofondissement dans le contact vrai, seule la durée peut étre investe (AAD) (Diag if: Sec ne veut donner, il est see; Calesil donne mais faussement) (CALCAREA-SULPHURICA Site pour cexx qui ne) sont pas| a accord AVE Thi, sue pOURIESTEHEehris: si je suis contest si mes proches ne sont plus I, qu va encore me cspecter et vénérer ?Jaloux de ceux qui sont plus atrants ue lui, silamenteide'ne/pasiémevapprécié Pour ses exploits, son adresse, 'excellence de ses actions, par exemple en essayant dattraper linsaisissable anguille. Je seai sans valeur. II veut étre la cause de sa bonté, pour éveiller vénération et amour, comme la divinité. I porte le chapeau, symbole de souveraineté qui attire le respect, la révérence, Weilgt Tesonnue, avoieSTHONREGES. II faut lui dire que les autres aiment en nous la bonté que Dieu nous a donnée, que cet amour nous permet de conserver et ajouter & notre bonté, mais que nous ne sommes pas la source de notre bon (45.V91; AFADHX191) ‘ALIN: (cf. CARESSE, TENDRESSE) CALLOSITES: (ef. DURETE, TENDRESSE) CALME: (ef. TRANQUILLITE) CAMARADERIE: (cf. AMITIE, EQUIPE) CAMPH. CAMPHORA: Probléme du théaceatrisme contre Tanthropocentrisme.Ayant nié autre et Autre, il na plus ni Dieu, ni autre, et reste fotalement seul. Solitude dans un autre monde qui n'a pas eréé mais dont il veut étre le soleil. La compagnie ne gravite plus autour de lui. Suis-je mort ? tout est disparu, Seul dans univers, demier éte existant. Se voir dans le miroir est insupportable, car découvre sa solitude. Mes idées semblent n'avoir existé quien imagination. Aucun autre sentiment que celui de ma condamnation sans espoir et sans fin. Condamné a lexpiation étemelle, privé de toute 1p 30 nme protection divine. Sans espoir dans un monde abandonné de Dieu. Je me vois comme un esprit sans matitre, Aucune chaleur intérieure. Image de néant de Tentourage et de so, dissolution complete et condamnation A la solitude car °n'a pas voulu donner un peu de soi pour que cette société toume”, sintéarer 4 quoi que ce soit de téglé, la contrainte horaire... Condamnée a tourer sur orbte dans le cosmos comme une étoile au service dun maitre absent et indifferent 4s te X89) CANCER: - Géné par tout ce qui différe de lui: ga fonctionne de fagon autonome, sans rapport avec lui. Hydr. CANNABIS INDICA: Disie Tin, Tmmutabit et Teenie. Toutes les dimensions Son exagésés, comme 1 ‘grandiose des sentiments et des comparaisans. (RF 195) =~ Pergo, peut et est taut..ou rien. Augmentation des espaces, grandeurs, distances, temps. Le passé revient tes clair, ‘Ly a plus de poids: état bien heurzux dans le sein de sa mére oil remplit tout "espace. Intolérance 4 étre coinct dans, Jes smuctures, le temps réel. A force de voulor re aux dimensions divines, il nest plus rin, il n'a plus de limite: des diables se moquent de lui quand il veut échapper & son humanité sans les maturations prévues. Il est posé dans un berceau incandescent en entendant les berceuses de Tenfer. Se retrouve dans le vestibule dun paradis de cuivre, du faux ‘or. Distingue encore bien le vrai du faux. Ne pouvant atteindre le vrai et efusant le faux, i est propulsé dans le cosmos pour y tourner dans une fausse étemité, un temps indéfiniment prolongé dans un isolement infini et une totale incommunicabilité. Son coeur bat comme une horloge géante qui bat les années qui restent, comme le pas cadencé une armée, celle des Ages qui passent dans Fétemité. Communion difficile avec les autres Qui ne peuvent savoir ni ccomprendre ce ql vit. Effort marqué pour ére dans le téel parla volonté,déglutt rice une analyse detallée de tous les mouvements physiologiques, et se retrouve surpris dy ariver si facilement...CANN-! désiratribut auquel ménent tous les autres atributs: la perfection. Ila une grande sensation de sa petitesse. La dimension humaine lui est ridicule et inacceptable, la réalité grotesque, alors que la dignté de homme est dans tacceptation de sa dimension humaine CCANN-I montre les voies pour arriver a la perfection, mais s'il les emprunte pour arriver & la perfection divine il evient ridicule, Le devoir darrver & la perfection est juste, mais la faute est dans le dési de trouver la perfection divine et non la perfection humaine. Je dois connaitre Diew et étre plus semiblable lui autant que possible, mais ne peux étre Dieu. CANNI a envié a démesure de Dieu, Finfinité, la non limite, en qualité comme en quantit, dan les 3 autributs divins unis dans la notion de perfection: infinite, étemit immutablié. Il est puni par la disparition de la ‘notion humaine du temps, de la taille-espace, et de la permanence. (AFADH 87.MS-OC V193) CANN-S. CANNABISSATIVA: 19.1 lui semble qu es ides sardtent il regardefzement devon ill semble de plongé dans des ies les pas levi, mais desqueles itn pas conscience. 10: On peut peser elle ou tele chose, mais lex pees fortune pause derart laquelle ot examine longemps Tobet dont on dot soccuper. N'a pas accepté la dépendance de tintelect pratique, la nécessté avoir présent objet de la béatiude, de remonter a lui par le travail intellectuel. Le nez agrandi fait obstacle & la vision: exaltation de intuition fait obstacle @ a Jogique humaine, car Taccds& la connaissance par lessens et la raison est plus parfaite pour 'homme que par illumination. Le chemin naturel homme vers la connaissance est parle sensible, qui le méne & une connaissance plus précise que la connaissance diffuse acquise par le seul esprit. Cann-s voudrait la contemplation sans aucun travail de comprehension pour vérifir intuition. Refuse le travail, la physiologie de la fonction: probléme de intervention de larflexion pour arriver la certitude que objet est bon. Restant dans le fou, il ne peut ariver& la jouissance. A bien la connaissance intuitive floue de la jouissance de ces pensées élevées, mais pas les éléments intllectuels pour stn assurer. Refusant accepter la relatvité de la béatitide terresre, toute la mécanique engagée pour trouver la béatiude relative et Iaccepter est léste, Ne pouvant séudierluisméme comme image de Dieu, il souffre en conséquence de confusion sur son identi, (MS VL93) Veut avoir des idées claires, trouver les mats par une philosophie et un esprit raffinés, CANNE: (¢f. AIDE, APPUI, STRUCTURE) CANTH. CANTHARIS: Probleme moral: désie la création seulement par le sexe, veut la puneté (ger) sans avoir & passer par les stades de maturation, de renouvellement, de renaissance, de haptéms. Sans se faire régénérer. Il a envié la noblesse de Celui qui crée et illumine, téat de ferilité et bien-étre intrinséque, la sagesse eréative étemelle. Ilse retouve traqué, étranglé par des mains de glace, soulevé dans son lit par quelqu'un qui frappe dessous. Tout ce qui brille, comme se voit dans un miroir, déclenche sa rage. Il veut mordre et aboie. Se déchire, et se présente aux autres repoussant:satyre, obscéne. Ou glorieux, se voit frais comme un nouveau-né, tout est clair et plaisant, sensation de force et exaltation de la sexualité(GRAPHI190) Steffondre et tombe malade lors ou aprés le passage dune situation difficile & une meilleure. CAPACITE (ef. SAVOIR, EXPLOIT, POUVOIR, REUSSITE)- eur de ne pas pouvoir. Mag-e. + Capacité perdue. Apis. - Veut prouversa valeur parson savoirfire dans la compéttivté. Mag-m. CAPITAL: (¢f. HERITAGE, PROVISION) so SMans CAPS. CAPSICUM: Se montre comme la référence morale. Serre la main des ministres, parle aux humbles, mais ne veut pas que Yon dise “il veut se faire voir". Magnanime. Nostalgique de la caution des grands et de l'estime des petits. Exalte sa personnalité par intolérance a faire partie du commun, ne supporte pas les fautes des autres. Faute tre doug intellectuellement, renchérit sur sa valeur morale, ou plaisante, Rassuré par les failles des autres, Patriote porte drapeay aux joues rouges et froides. Le poivre: parfune par sa présence, géne en trop ! Il a perdu la bonté, sa valeur propre, son gol, sa saveur et ne mérite plus que d'étre pitiné. Veut se faire godter des grands et communiquer sa saveur aux hhumbles comme la bonté de Dieu est diffusive de soi. Ne supporte pas que les autres soient bons: les critique en étant indulgent envers les démunis. Il doit ariver & exalter la valeur de tous par sa présence, plut6t que dessayer dutiliser les ‘autres pour exalter la sienne. CAPTIVITE: (cf, SOUMISSION, ESCLAVE) = I reste prisoner de son cristal sans l'eau qui le fait vivre, Natem CARBO-An. CARBO ANIMALIS: Cest Vangoisse et la souffrance par le sacrifice: donner ou perdre quelque chose de sa substance: ‘A tout donné et se retrouve seul et abandonné: trstesse infin, décention de sétre donné sans reconnaissance de personne. Sensible tous ceux qui se sacrifient et souffrent dans le monde. Aurat voulu pouvoir se donner a fonds perdus, infpuisable, non par sacrifice mais pas capacitéinfinie de donner de sa substance sans souffr, sans rien perce i dre entamé ou avoir se restaureretreprendte des forces. Ne pouvant ée le bon Dieu quil voulait re, aqui peut donner sans péril car inépuisable et impassible, Carb-an se retrouve le dindon dela farce. "Les autres sont des ingras, je me suis privé pour rien". Ne peut se reposer ni écupérer. (AFADHII.9S) Colére sur des fits passés a été abandonné seul dans un lieu désert, lin de chez Iu, ce que larancune Tempéche en serranttrés fort a ceintur, Tod. CELLULE: - Trop li¢& sa cellule familiale pour se dfférencier. Care. CELEBRITE: (ef. RENOMMEE, GRANDEUR, FORCE, LUXE, COMPETITION) CENCH. CENCHRIS-CONTORTRIX: — Voit ce qui normalement n'est pas vu. L'intlligence humaine, tout en ayant la ppossiblité de se connaire elle-méme, tre pourtant du dehors le point de départ de sa connaissance, puisque’elle ne peut connate sans image. (T.Ql4.8 «Dis conn les ates? Touts choses soa ue dcouver devant Ss yeux...» Dew ‘ot ls auzes en fui-méne, selon que son esence a en elle la simile de tout ce qui et aur que lui). Cenchr. veut pénétrer les secrets des reins et des coeurs. Il n'est plus qu'un voyeur, et ne lui apparait plus que la nudté des corp, Vobseénité des comportements et leur bestialté.L'animalte, image de vtalit, se tourne contre lui et met en péril sa propre vie. (AFADH-FDRMCB 1X98) —— Impossbilité de s'adonner & des tiches habituelles, pourtant agréables, repousse. Ne peut plus jouir de la sexualité que sans ou contre sa volonté, par le vil. Ne se tranquillise esprit qu'en marchant "je fais quelque chose, Je suis actif", Illusion détre en deux lieux & la fis: tre parout pour tout voir. Horreur de ne pas connate, voir le ‘fond, ce que la surface cache. Capte méme les pensées des autres. Veut voir toutes les valeurs et defauts de Tautre, et duger de la bonté de leurs actes, évaluer leur mérite. Refus d'ignorer le secret de chacun. Se découvre vu nu, ou se cache dans des vétement amples, (MS, AFADHX94) Enviant la vision béatifique’, il se retrouve a regarder les autres en cachette. Ne supporte pas d'éte vu sans le savoir. “Voit trop de chose pour se sentir calme". Voulant tout voir, se retrouve vu quand il ne veut pas. Croit toujours quion le voit. Espionae dans la serrure oi il découvre un oeil qui le regarde ! On a vu quil voulait voir(GR 194) Serpent qu attaque a Timpraviste. Suspect tout le monde, peur de toutes les agressions, vit la peur de ce quil se capable de faire: ataquer, suprendre, mettre le feu."Son nombri nest pas assez éendu’: symbole de la puissance vitale qui domine les forces du chaos (005). Elle est ld ou elle ne devrait pas se trouver: témain de la nudité, de Fintimité des autres, est une vaveuse,occupée de ce qui ne la regarde pas, de Vextéricur comme de soi. Sent la béte tapi en so ct les autres. Ne respecte pas le secret de Faure, intimité il nest plus protégé conte leur furie possible. (AFADH VIL89) CENTRE: (cf. TOURNER, ROUE) = Veratv veut voir le centre des choses ~ Souvenir avoir éé élément central et Cavoir perdu son pouvoir de caalyseur. Sulph. = Veut dr le centre autour de qui tou toume Thuj = Désire re un centre autosuffisant qui nat pas prendre anpui sur les rayons = Lespritest au centre, agit et connait sans le corps. Aran. ~ Veut tre au centre des eréatures pour leur faire du bien. Lyss CEREUS CEREUS-BONPLANDM: Grand désir de travalleret faire quelque chose due. Soumis & une inluence puissant: sil regoit de Dieu la force, la capaci de fire le ben.¢ére bon. Cest Fexploitation de Dieu par homme, il adore FEspit divin pour avoir son pouvoir. 1 veut la plénitude dagir, a bonté efficace. Son péche impardonnable est de se sevir de Diew pour sa propre gloite (AFADH VIL) (CEREUS-SERPENTINUS: Attend de Diew un vécu plus agréable. " BEATIFIQUE: rendant bienheweu less jouissant a ciel de a comtemplation de Dieu ro Mons CERF: (cf. ANIMAL) CERTITUDE: (ef. SECURITE, INFAILLIBILITE) CERTITUDE: CERTITUDE ~ Certitude de la pensée juste, done de sa parole et de sa décision. Crot-h. ~ Remplace L'espérance parla certitude dobtent afin All Est certain de ce qui va arriver, de ne pas dire surprs ni blessé. Spig. = Ditia vrité pour montrer sa certitude, quil es ferme-et consistant. Alum. ~ Veut la méme certinude, quant au moyen quia sur a fin. Naj ‘CESSER: (cf. COUPURE, CONTINUITE, INTERRUPTION) CESS + Sensation de danger devant la nouveauté, peur de ce qui peut cesser. Cale-f CHINE: (¢f MAILLON, ATTACHE, FIL, ESCLAVE) + Enchalné aux sens. Pervers, préicateur qui insist sur le 68 commandement et déprave par la chair les enfants qui li sont confiés ” Hep: calaire dhuite calciné avec de la fleur de soute + Veut aider la saciet, il faut travaller ensemble. Apis. - Ne veut stenchainer dans un lian affetif. Fae. - Mefiance de 'aimé qui retient enchainé en lui coupant les ales. Hyosc. CHAIR-CHARNEL: (cf. CORPS) + Son esprit n'assume plus sa chair biologique qui doit etre amenée & son achévement, Kreos. il se putrfie. ~ La force de Dieu se déploie dans ma faiblesse chamelle. Clem. = Ce que jassimile doit se transformer et devenir ma chair. Kali-n. ~ Cest parla chair que je peux soufltr et subic autre. Carb-an ~ Lamour divin est ramené la réalitécharnelle. Plat. Ne support pas les gens grssirs,obscénes, eet aspect chamel indigne. Staph CHAM. (CHAMOMILLA-MATRICARIA: Mal-évaluation de ce qui est juste de faire. 1 perd un monde ordonné et pacifique. Labsolu s'est transformé en incertitude, il et en disconformité avec la nature qui lui est offerte. Il est insaisait de ce qui estetn'aime pas cette autonomic qui oblige & paticiper 4 Tentetien de sa vie. Veut garder la protection tendre de Diew et ne comprend pas le mode humain dller vers le bonheur, choisir, vivre, livé a lui-méme. Sa tiche estelle de maintenir 'ordce ? (ordonne en son sommeil ¢enlever un obstacle, se fiche et se jette en arritre comme pour éviter un cbstacle) I tombe des bras de Dieu, et ce chétiment excessif est une blessure envers sa dignit,injuste: etre un homme parmi les hommes. Naccepte pas la précaritéinhérente & la vie de celui qui doit agir, travailler, trouver sa nouriture Pour avancer. Capricieux, rien ne pla, rejette ce quil a désiré comme si était dangereux. Anxiété, ne fait rien de bien et devientindécis:insécurité dans Napprésiation de ce qui est juste ou non. Marche les yeux baissés. Ila perdu ordre et se rebelle, sisole, ou devient indifferent. Ne se calme que quand il accepte son destin. Aggravé par ses fonctions physiologiques qui ne sont plus conformes, qui tui rappellent sa condition intolérable Thome: il lui manque de quoi mettre ses dents, déféquer, accoucher, transpirer normalement. Son obstacle est son propre comps, sa nature déchue (AFADHSI) CHANCE: (ef, LOTERIE, DESTIN, CONTINGENCE) ~ Vietime de la mal ou bonne chance, nie la participation du contingent dans sa réussite Naja. - Passion pour les jeux de chance, envers de la sagesse. Bell Na pas de chance. Stann, Chin CHANGEMENT: (ef: MOUVEMENT, DEVENIR, COULER, MUTABILITE, PERSEVERER, PRECARITE, CHANG EPHEMERE, CYCLE, RYTHME, CONTINUITE, HABITUDE, NOUVEAUTE, TRANSFORMATION) + Oppression, besoin de changement pour se détacher. Tub ~ Etant le Christ, il arrive Linfinité, Létemité, limmutabilité. Cane ~ Pour Niee, changement = division, séaaration, coupute. - Tout changement signe une intsuption dans "ésoulement une rupture. Cela évoque précarité, discontinuité, ~ Le changement ne peut ére source de juissance: ene pase ni ne connals df tout, me suis romp. Il signe mon imperfection alors que je veux trouver le bonheur dans immuable en possédant dé tout. Vip- «Haine conte les facteurs de changement il mén indfeciblement ala mort. Veut que toute conserve Cale 9 3S ane ~ Cedr. veut une science non soumise au changement, et perd la capacitéd’ntégrer la réalit et lui donner un sens correct + Toujours instisfit de objet présent, change constemment. Bism. - Veut changer les autres par la lumitre dont il eroitrayonner. Hell ~ Peur du changement et du devenit.Lyss. + Se protige du changement par des prugés traditionnels. Tout changement est un effort que jai accompli, en lute contre mes habitudes. Carb-v. ~ Souffre de tout ce qui change, aril voudraitconnait les futurs contingents par une seience immuable. Mang. CHANT: (cf. BEAUTE, MUSIQUE, HARMONiE) = Chante involontairement tellement il veut éte autonome. Spong. ~ Chante pour se assurer. Carb-an, ‘i ~ Chanter >, se donne une présence. Cale-s. CHAPEAU: (cf. CHEF, COMMANDER, RESPONSABILITE) CHAP ~ Signe dela responsabilité quil ne veut plus asumer. Cale-p. - Veut porter un chapeau (protection) cari n'a pas la perfection ontologique. Cale. = Son chapeau lui fait mériter le respect et ttre la vénération, Cale-s. CHARGE: - Refuse d'abandonner lenfance et la non responsabilité, évite de prendre sa vie en charge et d'exercer sa idence et sa sagesse pratique, Ce. CHARITABLE - CHARITE": (cf. MISERICORDE) ~ Charitable envers les faibles qu'il peut manipuler facilement pour leur bien. Lyss. «Le mengiant fait appel la pitéetcharité de Faure, i accepte Laide. Mag-c. CHARITE + Tout amour nest pas chart. Hura. CHARNEL: (ef. CHAIR, INSTINCE, SENS, CORPS, PHYSIQUE) (CHARPENTE: (cf, SOUTIEN, CONSTRUCTION, STRUCTURE) = Comme si son principe de vie avait totalement quitté sa charpente, Tab. CHAT: (ef. ANIMAL) CHATEAUX EN ESPAGNE: (cf, IMAGINATION, PLANS) CHAUVE SOURIS: (ef. ANIMAL, VOLER) (CHEF: (cf, CHAPEAU, COMMANDER, RESPONSABLE) + Je seras le chef prés de mes hommes. Caps CHEL. CHELIDONIUM: Apeuré par le moindre bruit, comme sil était surris en flagrant délit. I est certain d'avoir commis un crime qui lui fait mériter qu'on tentere vivant, la mort, la maladie incurable, la folie, le perte de son me pour l'éemité: ila fit passer sa conscience avant Dieu, mesuré la bonté de son action parce quil en pensait lui-méme, il n'a pas voulu clair sa conscience, La singérté remplagait la veité. Croit quil ne peut penser. Culpabilse les autres de ne pas le reconnaitre dans sa valeur, sa personnalité. La téte avance et locciput reste sur Toreillr: le regard de T'ame ne suit pas ‘celui du corps: Fintégration de la vision ne se fat pas. Ne peut parler de ,décrire son état. Ne peut plus se connate ‘comme objet car il veu éte le demier jet & connaitre, se comprendre par ui-méme, et non par le rapprochement de Dieu ou des autres. I n'a aucun intérét pour eux. Grande incertitude par rapport ection: craint tous les actes humains qui engagent: mariage, devenir soldat et mourir pour les autres. Désir ffapper les enfants sans raison: ils sont innocence. Comme il peut éte de mauvaise humeur sans savoir pourquoi. Réve quil aun gros pau sur son épaule. fl cst indigne, ne mérite pas de recevoir quelque chose de bon (AFADH VIL; MS X191) CHEMIN (CHEMIN: (cf. CHERCHER, ETAPE, TRACE, VOYAGE) - Arriver ou non & “faire la traversée". Stann. = Croit que le chemin qui le conduit vers la béatitude est en lui comme un donné naturel. Comme ce nest pas le cas, a '“ CHARITE: Taot'Veru théologale, qui est amour de Dieu, dans 'ambiguité méme de Iaxpesson , amour de Dieu pour ls hommes et amour de Dieu par les hommes. amour d prochain en Diew. Mor Amour du prochain qui consist &voulir son bien indépendemment de tout inet propre. Amour de Dieu, edu pochsin en vue de Dieu. 36 mnt vie est insupportable, son chemin triste et désespérant. Refuse davoir encore & désirer sur le chemin, Aster. + Hura refuse davoir a se mouvoir en chemin, il veut que son désire suffise & passéder son bien, + Accepter de aide montre qu'on est en chemin, refuse davoir a choisir en chemin. Bism. = Horreur des chemins sales et boueux. Apis. = Ne peut trouver son chemin puisquil ne sat méme pas qui il est. Petr. = Se mettre en route: indolent, mais efficace une fois lancé dans Vactivité, Tarax. ~ Ayant voulu faire chemin tout seul, il est obligé de suivre. Form. + Refus d'étre pris par Ia main pour étre guidé sur son chemin, Se perd facilement/ se sent a aise en des lieux inconnus. Am-m, (CHERCHER: (cf. CHEMIN, CHOIX) - Cherche la vérité, par la dissection. Elaps. CHERC + Ilest bon deja en cherchant. et non seulement s'il rouve Ptel . = Voudrait que "homme nat pas a chercher par son travail les téponses & ses questions. Phos-ae. CHEVAL: (cf. ANIMAL) Mag-s. (CHEVALIER: Se cot le preux chevalier. Caps. + Ne veut re vu que par sa fonction. Désire une elation dans laquelle on Taime incondtionnellement pour ee quil est, comme le chevalier es attendu et aimé par sa belle quand il est absent. Mere CHIEN: (¢f, ANIMAL) CHINA CHINA: Lhomme ne peut éfiéchir qu'une seule chose & la fois, mais comme il a envié la simultanité de la pensée et de la création en méprisant ordre higrarchique des valeurs, il perd la pensée logique, et donne de Timportance a des bagatlles & partir desquelles il veut échafauder de grands projets. II désire aussitt les porter & exécution le soir. Comme il ne peut faire aboutir ses plans, il accuse les autres de son erreur: ce sont eux qui tempéchent, le contrarient de poursuivre ses plans, sa mission reyue de Dieu. Ce qui lui semblait brillant et génial lui apparait maintenant sans ‘lat, indigne et superfciel, eme. Il perd Vintérét pour la meilleure chose sil faut choisic de renoncer aux autres. Sa mission était le moyen de devenir invulnérabl, il y répondait pour étre protégé, tit alibi de son désir de conduite lui-méme sa vie, Il devient indécis et doute de sa capacité & aboutir. Se sent un objet de pitié et de dégodt pour autrui, les caresses, signe de dépendance, aggravent sa mauvaise humeur, il rejette le travail, sisole et pleumiche sans cause cextérieure d'un chagrin trivial, pour une raison imaginaire, par exemple quil est démuni, quil va avoir faim..ou alors il fait des chiteaux en Espagne, fit des choses éanges et originales pour monter ses capactés de réalisateu, il peut quitter son comps:"comme sil était indépendant de son cams matériel, ce qui cause une sensation daise dans ses ‘mouvernents’. I refuse la collaboration avec son corps, et les autres hommes. Le magnétisme qui impose une réalité & sa pensée infléchie tamétiore (AFADH VIL: MS X90) Méprisé la condition humaine de ne pouvoir penser qu’a une seule chose A la fois. Le poisson peut étre partout ala fois, Chin veut tout savoir et voir simultanémentGR VIL) Méprise la condition humaine de ne pouvoir penser qu’A une seule chose la fois. CHIRURGIE: (cf. REPARATION) - Veut re chirurgien pour téparer les aures. Nice = CHIR CHLOROFORMIUM: « Sensation comme si le sidge chancelait » Ne veut rien perdre de l'acquis culturel. Veut tre ‘tégal du grand dans la familacité. Pour montrer son niveau social, est familier avec le médecin, dans ['intimité de celui dont il dépend. “Je n'a plus besoin de tadorer, puisque tu est mon ami !" On perd sa dignité si on ne reconnalt as quielle est resue. Veutaffirmer la non rupture de familiarité avec le supérieur, malgr la faute, ére sur un sidze, ‘tone égal au supérieur. Exige comme un droit 'intimité que le créateur lui offre par générosité. C'est un droit pour Dieu d'étre familier avec ses créatures, puisquil est source de leur étre, alors que ce nest pas un droit pour Ia créature d'étrelintime du Créateur. (AFADH 898) (CHOC: (ef. COUP, AMORTISSEMENT) CHOISI: (ef. ELU, RAFFINE) CHOIX: (cf: CHEMIN, DESTIN, DECIDER, DOUTE, EXCLUSIF, LOTERIE, RENONCER, LIBRE ARBITRE) + Le choix rend le travail facile. Ran-b Ne pouvantchoisir, le réel devient éerasant. Graph. - Les biens partiels successfs pour ariver au bien définitif sont contingents, donc je peux fare faux dans mes choix. Ce rest pas juste que je doive chosir parmi des biens partels et narrive tout de suite au bien total. Bism. = Choix impossible car croit toujours que le contra est juste doit accepter le corps ET Tesprit, ne doit plus choisi fun 937 amt (ou autre en les opposant, Anac. = La vie est une lateral n'y a pas de choix. Nat. ~ Choisit plus pour éviter la surprise que dans un but précis. Gets, - Nest sr de son point de vue pour décider et choisir seul: on doit ére au courant ou le faire pour lui. Crot-h. Ne sat plus choisir, il faut le guider. Cur. Remplace le choix par la rapide, cestfaffolement. Acon. - Perdlintérét pour la meilleure des choses sil faut choisir et renoncer & une autre. Chin. ~ Cestinjuste que le choix de famour aboutisse a Téchec. Ign. + Le choix implique la responsabilité (.T490s3). Cale-p. Doitdelibérer pour te choix des mayens, ea il est soumis la contingence. Naj CHOSE: -Sent quil doit faire autre chose. Caust. CHOSE CHRIST, imagine éte le: - Etant le cris, il arrive a Linfinité, Léterité, Himmutablité. Cann-i + Estle second, a la droite de Dieu, avec tout pouvoir. Verat. (CHUTE: (ef. APPUI, EQUILIBRE, STABILITE) Veut mieux voir, car il a peur de tomber et que sa matiére ne résiste pas &la chute. Eupi = Comment ne pas se retrouver par terre quand on a usurpé sa place ? Hyper. + Peur de laser tomber le bébé. Arn. - Glisse dans son lit la machoire pendante, peur de tomber et s'agrippe Gels. CIBLE: (¢f.BUT) CICATRICE: (ef. FORME, NORME, PERFECTION) CICUTA CICUTA-VIROSA: Loin de chez ui tut lui semble étranger et terrible. Voit venir un ivragne qui le terrrisejusquaux convulsions. Mépris et dégott de fa compagnie des autres, anthropophobie, méfiance et soupgon. Ila perdu confiance en cette humanité "adulte" foe qu le terorise. Demande les nouvelles du médecin pour se rassurer, ou veut se faire aimer pour ne pas risquer de soufti, car il est plein dies sur les erreurs possibles ou réelles des autres. Devant ce ‘monde fou auquel il ne veut pas apparteir,ne veut éve la vitime des autres, il veut exe pur et innocent, jouer =n, te clown, danser dans un cimetire, les objets sont aussi atrayants que des joues. Refuse dabandonner Penfance et 1 non responsabilité, pour éviter de prendre sa vie en charge et devoirexercer sa prudence et sa sagesse pratique. Echappe de mal et de folie en ne voulant pas ére comme les autres. Se met hors du temps, nie la faute a prior et désir le merveilleux et Textase, pour ne plus subir cete solidarté douloureuse avec tous les souftrants, Patiente de présentation angélique (Diag dif: Cie voit la folie des horames, Dros la méchancetéXAFADH 7§5) CIMICIFUGA: Veut cxéec libre, sans conse, se muéfiant des pressions de lamitié. Tout appui le perturbe. Perd le chez soi, Tesprit, la lumiére, la vision claire des choses, le commandement de la raison sur les pensées, 'émotion, le végétatif Perd les idées si on Y'nterrompt, alors que voudrait prouver par son travail qu'elle dirige toute son économie. Voudrait cengendrer seule par une intelligence (le crine s‘ouvre vers le haut) affranchie de l'émotion et se retrouve punie par la perte du contrile de 'émotion, qui giche tout et perturbe son travail naturel; le végétatif devient anarchique. Lfhomme est un microcosme, lime est dans le corps comme Dieu dans le monde, sauf qu'elle n'a pas créé le corps de rien. LLhomme ne peut done tout commander & son corps. Il a beau vouloir garder la 18 froide, il n'a pas la maitrise de la dentition, des régles, de accouchement ou de la ménopause, parce que ces fonctions, principe de vie dépendent de celui qui donne la vie (GRAPH II89:AFADH I.92) CINA INA: Rien ne peut plus le satsfaire, tant il désire la béatitude dans les petites jouissances et les plaiscs du concupiscible. Veut que tout plaisir soit optimal, comme la possession de la fin ultime. Dégu de tout ce quion lui offre, Veut faire monter le corps & une perfection presque égale& celle de nature intellectuelle, ou trouve la béatinude en soi, sans avoir besoin des plaisirs du corps.(Ms x93) -——- Ne supporte pas la plaisanterie, tout Tagresse. Une réprimande désorganise tout. Les biens désirés sont inaccessibles ou décevants. Ce quil regoit nest jamais ce qu'il atend, il y a dissociation entre sa représentation du bien cet ce quil regoit au niveau sensorial Il regarde plus la jouissance que celui qui aime. Il cherche le bonheur plénier dans les impressions recues, doit la déception, Il n'aime pas le mode humain d'étre heureux, qui est d'aimer dabord. Il ne voit aque le vers dans le fruit. (AFADHLIL9I) CINNABARIS (J.Gregoire) 938 nos CIRCONCISION: - "Circoncisez-vous pour Dieu et enlevez les prépuces de votre coeur". Dig. CIRCONSCRIPTION: (cf. TERRITOIRE, LIMITE) Kali-bi. CIRCUIT: - Veut une relation en circuit fermé, éliminant le reste du monde. Abrot CISTUS CISTUS-CANADENSIS: Refuse Vintnusion, proége son tettore, fe doit légal. Tout doit se régler selon une exacte™ ‘roportionnalité. Pai fait mon devoir, je mérite et jai droit la justice. Croit etre dans le bon chemin par le respect du droit, de la forme, et non par amour ou pour le fond, si tout est selon “aeil pour oeil, dent pour dent". Son droit,"Le Droit, clest le Droit’."Fai pardonné, ila droit dre pardonné et aller au ciel.” Responsabilié qu'on ne peut lui prendre, gente tout, tout doit passer par lui, car ce quil pense est réel et juste (AFADHL. VIL91) CLAIRVOYANCE - DIVINATION - ILLUMINATION: (ef. INTUITION) ~ Voyant pour aider les autres, tre leur sauveur. Asar - Incapable de raisonner, remplagant la deliberation par sa clairvoyance il veut trouver 'énigme de la création, il trouve alors la certitude de la mort. Acon. + Veut la clairvoyance des choses mystérsuses intelligence clarvoyante qui soppose a Taccusil Verat-v. - Par la clairvoyance veut solutionner son besoin de connaitre le futur pour pouvoir prévoir, Veut tous les detail, lit es livres médicaux pour se prémunir de tout danger. Cale. = Ila patké de ce qui eroyait pouvoir deviner et il n'a plus droit la parole, ce quia dit, cait du "vent". A commis le péché de divination, Mosc. ~~ DIVINATION: Gels est devin pour ne pas étre surpris. ~ Stan est devin pour s'assurer de l'avenir et faire ses provision + Staph: domine I'espri, a honte du corps, veut le pouvoir de esprit sur le corps. - Veut connaite le futur pour sa sécurité financiére. Bry. ~ Veut connaitre le futur sans pensée discursive, comme esprit pur. Asar. += ILLUMINATION -Aurait voulu illumination directe, sans passer par les sens. Ham. - Voudrait communiquer sans Vintermédiaire des signes sensibles, par illumination. Bufo. + Veut trouver et transmettre la connaissance par illumination plutdt que par la pensée logique humaine. Cale-p. CLAQUE: (¢f. GIFLE) CLEM. CLEMATIS: Désie que ses forses morales, ses pouvoirsintellectuels et volontaires en vue d'accomplir des aces bons ne s'épuisent pas, (Colin La forse more es cei pour prévrer dans ls ates ons, sie pour uve jose chen da devo et ateindesrement san demiee). Refuse que la force de Dieu se déploie dan sa faiblesse chamelle. "Il vaut ‘mieux compte sur soi que se reposer sur les autres", Refuse €avoir besoin de refaire ses forces. Veut éte fort sans aide. (SLI, Q5 a5: "Lome pul cq a betade pa es forces nates 2) (AFADH VIL) AS Plexo quad, eur vie, et lft, pla io ire, erie: AS: Pert dl force morale ox on de vers de lamer.» objet de la force est de protéger la valonté de homme afin qu'elle ne recul pas devant un bien reisonnable par erainte d'un mal cororel. Désespoir par Ia douleur physique, alors que la force morale devrait permette a sa raison de la supporter. A-il désiré que Ses forces morales, ss pouvoirsintellectuels et volontares, fen we daccomplir des acts bons, ne s'épusent pas ? Ila voulu que son intellect sot uni au corps comme son principe mateu, alors qu'il ya toujours une force qu'on recoit de plus haut. (AFADH7 98) CLINQUANT (cf: LUXURIANCE) CLIVAGE: (ef. CLOISON, SEPARATION) - Peur qu’on trouve son plan de clivage et quil se fiagmente. Sil ‘CLOISONNEMENT: (cf. SEPARATION, CLIVAGE) + Les tremblements irradient et dffusent partout, il n'y a pas de cloisonnement entre les organes. Eupi, CLOWN: (cf. BOUFFON, DEGUISEMENT, PANTIN, RIRE) += Veut jouer le clown et ne pas appartenir& cette humanitéfalle. Cie 9 Dane COCA COCA: Ne supporte pas que sa vie soit fond sur une ame végéative. Cet outi insuffisant le limite. Diew est injuste de nous obliger a vivre & notre bas niveau. Coca etre plus puissant que le puissant. Admiration devant la force d'une petite béte qui lutte contre lui (A4%). "Sensation d'absence de pénis": a réussi A domptertotalement sa condition animale. Veut une suprématie qui transcende l'animal. (STAL,057 s.... Veut un corps adéquat a esprit, que Lesprit communique directement a son carps impassbilité (Hegme parmi fauves feu et inondations), vigueur (aul besoin de repos ni de manger ou se répater et gore (désir Etre en haut). Admire la force et la ténacité dune petite béte. Coca déconnecte de la sensation animale de douleur qui asservit "homme. Il permet des effarts physiques ou psychiques, avec endurance malgré le peu d'aliments: auto-conservation de ['énergie: monter consomme de I'énergie et <: Ie ‘corps partcipe au monde physique. Ne supporte pas de voir un malade, Veut dompter son animal, dominer parfaitement la mate, avoir une énergie auto - renouvelée, auto-nourissante. Ne veut étre en relation avec ce qui est en dessus de lu, veut la puissance sans YenrOlement. (ST-I,QS57.a5: "Le coms du Chis esl moté au dessus de outs es” creatures spicules 7)Tl place sa substance au dessus de la eréation: donne au corps une qualité que l'homme n'a rnormalement pas, ou seulement dans une relation avec plus haut que lui. Voudrait que sa matiére soit une substance spirtuelle: timidité. Se lave, peur de la contagion: sa substance est au niveau des autres. Peur des taureaux, animal indomptable. On ne leur échappe qu’en mantant sur un arbre. (AFADH XiL94) Sensation de manquer une marche, avoir un trottoir & descendre, ne peut monter.Fuit ls autres, se cache dans la foré, pour ne pas sens sentir au méme niveau que les autres. Joue d'un instrument haut. Insomnie et palpitation «425 1000-1500 m. Se lave les mains, ne veut toucher les gens, lave son linge en réve.(FDR, GR VIL98) Hiauteur impossible & ateindre. Sensation avoir un escalier devant soi, quelque chose comme une marche & ddescendre et peur de tomer. Désir tre tr au dessus des situations de ce « bas mande ». Voulant pouvoir air tes, haut, sans matt, il perdU'acte proportionné sa nature, Médite, mais ren ne vient: sans Dieu, il ne peut s'lever! ‘Théme de la hauteur, inhibé en société, fut les réunions mondaines: rouve que les gens nfont rien dintéressant& dire. Reve de rater une marche. Doit descendee une marche, et la marche n’existe pas: peur de la rater = tre en hauteur. Coca esten haut eten a peur, doit descendre. Ne peut aller en socié, se mettre a la hauteur de autres. Chitiment dre en haut = avoir & descendre une marche. Palptation céphalée et vertiges & la montagne. Linconscient lui dit: "tues trop haut, descends deta marche" (GR198) Ccoce. COCCULUS: Vénére ses semblables qui savent et parlent, il a du mal a réflécir. Ne peut dire du mal de personne, le ‘commérage et le mensonge signent la trahison du coeur, et on peut se tromper sur les autres comme elle a peur qu'on se trompe sur elle. Se valorise par tous les services quelle rend, veut connaitre de suite la destinée de chacun pour pouvoir servir parfitement: peur détre fausse car sent quelle lest. Toute insulte remet en cause sa défense: fidélité hérotque. Na pas droit a dire heureuse, car toute joie est coupable sil y a des gens qui souffrent. Pense & sa douleur pour la contriler, La maladie, c'est li od se joue le devenic des gens. Il voudrait connaitre ce que Tautre ou lui-méme va devenir, quelle fin on souffte. Intolerance a ce que Nautre ne sache que faire de sa souffrance. Voudraitétre le prudent parfait, celui qui voit quelle est la fin de chacun pour pouvoir le mener & sa fin, alors que ceci regarde la providence. spice de voyeurisme de la souffrance, charitable pour un patient, mais pas militant pour la socité. Si elle avait du plaisc dans son dévouement, elle ne serait plus héroique. Par sa faute a entrainé les autres dans le malheur. Se rachéte sans cesse en sauvant les autres de maniére inépuisable, pour se protéger du chatiment, parla fidélité dans un moment crucial en se responsabilisant des autres dans les plus dures circonstances: mort, incurabilité, par son anxieté et son sdévouement pour eux. Craintlinfidélité de Diew envers lui car il sait pouvoir étreinfidele et négliger ses semblables, alors que ce n'est que parle Christ qu'on est responsable de tous les hommes. (AFADH 1X90) COCCUS CACTI: $'adapte & toutes les situations. Trés conservateur. (DRP,V195) ‘COCHON: (ef. ANIMAL) COCON: (cf. MAISON, SECURITE) - Rentre dans son cocon, sa coquille, Cale COCON CODE: (cf DROIT, LON Toute relation est limitée au code qui larégit. Nit-ac. COEUR: (cf. CENTRE, TOURNER) = Veut étre le coeur de Faumanité et nlexiste qi = Quand tout le mal sest porté sur le coeur. Ns a cette condition. Phos. «© COEXISTENCE: (ef. INTIMITE, COLLABORATION, SIMULTANEITE) - Confusion entre des symptémes ou des sentiments qui ne devraient pas coexister. Mur-ac COFF. p40 nna COFFEA-CRUDA: Vocation & faire le bien, re Diew eréateur, démiurge , intermédiaice entre Ia Sagesse de Diew qui congoit la création, et la fabrication de cette création. Il veut organiser la création selon son ordre et se sent responsable de refaire tharmonie de univers quil voudrait admirer, dont les beautés Tenchanteraint. Ne peut recevoir qu’en donnant. Il vénére "Etre Supréme en tant quil lui donne le pouvoir déte Yauteur de tout bien. Il veut étre un moddle & partir duquel il veut cxéer les autres, et par conséquent peut les juger conformes ou non. Enivré par son oeuvre, et sortant de sa place qui état cachever la création dans le partage des responsabilité, il perd toute capacité de création, enfante dans la douleur et les hémorragies. Peur du nouveau, suite de joie (passé oi il avait cru pouvoir). Se disculpe par le cute & Dieu, faisant le bien, aimant sa famille (sa création) dans un enchantement exagér€ AFADIS 50) COFFRE: Na pas de coffe, de souffle, de courage, Stann, COHABITATION: (¢f, SECOND, COLLABORATION, SOCIETE) . = Doit cohabiter harmonieusement avec la société vers un but commun. Apis. COHERENCE-COHESION: (ef, HARMONIE, MORCEAU, PUZZLE) COHER ~ La cohérence logique permet la continuitt de la pensée. Doit maintenir la cohérence des parties. Nice. ~ A perdu lacohérence entre son centre et la pétiphére- Aran. - File pour retrouver la cohésion. Hyose. = Veut la cohésion, maintenr tout prix "union. Nice. COINCEMENT: (ef, ENTRAVE, DEPENDANCE, SOUMISSION, CONSTRICTION) - Comme sila peau tit plusieurs fois top petite et il ait coineé dedans. Meny. ~Coincé dans ses préjugés. Crot-t = Coineé dans les structures, veut Finfini, Cann. + Se sent coincé par un maitre qui méprise son avail et gine son prot. Tarent. ~ Se sent coincé parson conditionnement humain de temps et de lie, son environnement familial, les liens communautaires et nventionnels. Mere. + Terreur d@tre pris dans un ystéme. Camph. = Ne veut pas étre entraing par cette humanité coincée dans son quotidien. Brom COLCH. COLCHICUM-AUTUMNALE: Souftre de devoir appréhender la réalité par ses propres sens pour la gonna, et dene pouvoir seulement le faire par intellect et a logique, par sa pensée analytique. Il ne suppore pas la fnitud et la limitation de a connaissance par les sens. llogisme entre ses sensations ses désirs et leurs effets. Aggravation par toute interruption de son intellect quil voudrat tant rapprocher de la science infuse. Ne support pas les mauvaises manitres (GRAPH XI188) Agit par amour mais veut étre libre de son moment, Agira pour I'aimé avant que celui- ci n’exprime son sir, mais se sent exploit si autre lui demande service. (OR 9) ‘COLLABORATION: (ef. AIDE, COHABITER, COMMUNAUTE, EQUIPE, GROUPE, INDIVIDU) ~ Souffre des fonctions végétaives de son carps, alors quelle devrait le voir comme éollaborateut. Toxi. ~ On n peut collaborer que dans lasincérié. Valer. ~ Nest pas satisfit de lére “que” lecollaborateur la création, de devoir donner quelque chose de lui. Con. = Ne veut pas collaborer ni Taide de personne. Hep. = Intolérance& ae lecollaborateu cr il veut sxe tout seul Lib Leon de Diew es a joie de collaborer dans 'achévement dela création mais il ne voit que le faire Sars. - Ne supporte pas dene pouvoir Sappuyer que sur lui-méme. Sil + Refuse la collaboration de son corps, des autres, des animaux. Chin. Na pas voulu sassoceretcollaborer dans un dessen commun. Apis. ~ Refs de la coopération, veut rela seule soure. Lib, Refuse de créer en collaboration avec Dieu, ce qu ui frat trouver sa dignté. Staph. Ne veut vive par relation avec son complément. Stet. COLLE-COLLER: - Sécrétions collantes: rien ne peut s'échapper des limites, Kali-bi COLLE COLLECTION: (cft RECUPERER, TRESOR) - Evite la moindre perturbation qui trouble son bonheur, ne s‘occupe que de ce quil a accumulé dans son intellect, ses souvenirs, son capital, Arg-m. = Collectionne car ga peut servir, et prendra de la valeur tout seul, sans travail. Vip. AT ns COLLECTIVITE-COLLECTIF: (cf. COMMUNAUTE, SOCIETE, ORGANISER, SOCIETE, COLLABORATION, COMMUN, EQUIPE) Ne veut appatenir & un groupe mais agit avec gloice et honneur. Cale-s. ~ Apis a besoin de la communauté pour marquer son originalté. Exaltaion de l'individuel par rapport au collectif. = Veut toucher la collectvité par son engagement. Mag-s COLOC. COLOCYNTHIS: Perte de la foi: La justice humaine exige Tégalité que la religion ne peut maintenir avec Dieu, car ily a totale soumission de la part de la eréature envers Lui. La litie montre la condition de Dieu d'ére le dominateur. Coloc voit ceci comme une tyrannie et i se révolte refusant ce quil croit ére un esclavage: la condition humaine de relation avec les autres parla charité, et de servitude avec Dieu. Il veut dominer pour recevoir la litre, en employant la force. La relation de charité avec les autres nest pas un cadeau mais un élément de justice, une relation harmonicuse avec le prochain, L'ayant refusée, Coloc souffe des injustices quil voit chez les autres. On nofite rien a Dieu pour son profit, mais pour sa gloire, et cst la notre profit. Toute chose trouve sa perfection de sa soumissin a ce qui lui est supérieur. os vi93) ‘Sensible au mépris, et toujours indigné de ce que son droit ou celui des autres nest pas respecté. Réfléchit pour essayer de jusifer son choix quil sait ére mauvais, ne se plie pas & la volonté des autres ce serait contraie sa digité, 1 faut prouver et comprendre pour erate. “On doit aller jusqu‘au bout de ce que l'on prétend’, "ne pas peser avec des balances fausses si on va la messe";"l faut éte clair, apporter le plus de précisions possibles pour tre bien compris". Suites de mauvais traitement dont on est victime, ou des autres dont on a compassion. Sensible aux réprimandes, au manque de respect. Courge quien prend beaucoup, il défend sa place dans ses relations avec autrui, son individualt, ‘ce quil est, les droits de chacun, Prisonnier vitime d'une injustice. Sort ses piquant, fait le hérisson. Sans conscience de son devair, ne voit que ses droits. Se prouve sans dffieulté que son illusion est fausse (tre dans une autre piéce que celle oi il se trouve réellement)(AFADELVIL91) ‘COLOMBE: (cf. ANIMAL) COMBAT COMBAT: - Incapacité de combattre faible, n'est pas la hauteur de combatre le danger, ne peut résister. Aster. ‘COMBINE: (cf. HONNETE, TROMPERIE, HYPOCRISIE, MENSONGE) = Intolrance aux pats de via, combines et compromis. Dros. COMBLEMENT: (cf. PLENITUDE) - Dieu est béatitude car son acte intellectuel est parfaitement comblé. Ang. COMEDIE: (cf. CLOWN, THEATRE) - Rit de sa précipitation maladroite, se croit la comédie. Apis. COMMANDER: (cf. DIRIGER, ORGANISER, SPONTANE, VOLONTE) ~ Perd latte sil ne peut plus commander, ou sion lui commande. Chel ~ Perd le commandement de la raison sur la pensée, le végétaiif. Veut que sa raison commande @ tout ce qui est en lui, comme Dieu au Monde. Mais lime n'a pas créé le corps de rien comme Dieu le monde. Cimic. ~ Ne peut créer sur commande mais seulement spontanément, Olnd. ‘COMMENCEMENT: (ef. CATALYSEUR, STIMULUS, ETINCELLE, CHEMIN) = Mauvaise disposition dela volonté& commence le travail. Soufe de devoir faire effort de commencer aval Tarax. - Tout commancement,nassance, entés est dificil, Phyt ‘COMMERAGES: (cf, MENSONGE, PAROLE, RENOMMEE) COMMER ~ Maladie de la discrétion ca si on rapport quelque chose sur quelqu'un, cst un peu le poser. Lys. = Atention aux commérages, on peut en fare aussi sur moi ! Coce. BAVARDAGE: - Le bavardage est le propre de ceux qui n'ont pas le courage dese mettre au travail. Tarax. ~ Le bavardage n'est pas un message. Prun. COMMUN: (ef. BANAL, QUOTIDIEN) ~ Coupable quand ilesaie user du bien commun. Arg-n. ~ Veut trouver la grandeur et la connaissance en sortant du couraat du commun des mortels. Brom. = Intolérance & faze partie du commun, de la plébe. Caps. = Intolérance& ce qui est banal pour son esprit sublime Ham. ~N'a pas eu la discipline et le sens du bien commun ni Lattitude permettant la cohabitation des individus orientés vers un but commun. Apis. ro Mane ~ Fait des choses hors du commun, se sent la source de tout le genre humain. Ars. COMMUNAUTE-COMMUNAUTAIRE: (cf. COLLABORER, EQUIPE, SOCIETE, TROUPEAU) ~ Souci dire exclu de la communauté /s'en distingue par son excentricté, Form. Il veut capter, étemiser en jouissance individuelle le bien commun quiest la communion entre les membres de la communauté. Arg-n. = Comme sil était unique dans espe humaine, n'accepte pas la communauté dans le genre humain. Phy. ~ Grand sens communautaire. Apis COMMUNI COMMUNICATION: (cf. ECRITURE, CLAIRVOYANCE, INTUITION, EXPLIQUER, IMPREGNATION, ENSEIGNEMENT) ~ Veut écrire la loi, sa propre régle pour se libérer, quite & se lancer dans Lécriture automatique, mouvement éflexe * qui ne communique plus rien. Sphing ~ Communication d'égal& égal avec Dieu par 'amour. Lach. ~ Communion de pensés avec Dieu. Crot-h, ~ Liautze n'existe pas alors que la parale est pour communiquer ! Paris. = Communiquer, c'est se perdre, s'épuiser, prdre son identté: Con, + Veut communiquer sans recevoir dela ralité sensible. Dule. ~ Avait communiquer quelque chose aux autres, mais i état pas illuminé. Voulaitrecevoir la connaissance par -Fillumination, et non parla pensée logique humaine. Cale-p. - Veutcommuniquer la connaissance sans accepter la lumiére divine pour le travail acquisition et de comandhension, Ambr. = Veut communiquer par illumination, Son discours est inefficace on ne peut communiquer. Bufo. =Non communication avec ses semblables car le corps nese laisse plus impressionner. Carb-an. Ne support pas que les autres communiquent entre eux, ni leur conversation. Zinc. + Aeélézation des ies et des associations pulsion & communiquer. Lach. + Veutéte la source, le moteur, et non subir, ére seulement le transmetteur. Bor. ~ Essaie de communiquer par son activité. Lilt Ne peut saisr Funité de communication dune phrase. Violo. - Incommunicabilité totale de ce quil vit dans une autre dimension, Cann-i ~ Impossibilité de communiquer avec les autres: i refusé que intellect séparé lic. quoi que ce soit. Kali-p. COMMUNION: (ef. ENSEMBLE) - Lamour, c'est la communion de pensée, mais il la perd avec le pére, supérieur, ‘patron... Veut communier par intelligence. Crot-h. = Veut étre en communion avec Dieu par famour. Lach. + Absolutise le support matériel de la communion personnelle.Anan. ~ Veut entrer en communion par son oeuvre parfite qu'il offre. Lilt, COMOCLADIA: (ct SP) COMPAGNIE: (ef COMMUNAUTE, EQUIPE, SOCIETE, ABANDON) = Veut ére seul avec Dieu. Ame = Veut la compagnie pour qu'on reconnaisse son excellence. Pall. ~ Arefusélexistence requ etentreteue par une compagnie vital. Stict, COMPARAISON: - Ne supporte pas la comparaison: ¢a va limiter admiration qu'il cherche. Lach. ~ Compare exagérément des choses d'ordres différents. Cann-i. COMPASSION: Compatt beaucoup surtout, mais ne fit in. « C'est affreux ce que la chair peut soufir». Carb-an. COMPETENCE: (ef. CAPACITE) COMPET ‘COMPETITION: (cf. HIERARCHIE, COMPARAISON) = Compétiton de renomungs avec tous, sinon, perd sa valeur et e couvre de dérius. Mag-m. - Esprit de compétition, veut toujours et &tout prix ete le premier. Agar. 9 43 ant COMPLEMENTARITE: (¢f. COMPOSE, UNION) - La complémentaité des sexes et la nécessité de génération est signe de comuptiilité. Kreos - La complémentaité entre le corps et esprit confondue avec opposition. Amac. - Refs de la nécessité de complémentarité pour procréer Lil-t - Entre 2 complémentaire, interface n'est pas douloureuse. Ran-b COMPLETEMENT: (cf. TOTALEMENT) COMPLETUDE: - Demande peu car voudrat re complet. Vip. ~ Par le cbté intellect! de Momme, croit quil est complet. Viol-o. COMPLETUDE: - Nachéve pas encore la phrase qu'elle prononce déja la prochaine pensée, et veut compléter Ia part » manquante aprés. Diose. COMPLEXITE: (cf COMPOSE, SIMPLE, PUZZLE) COMPLICITE: (cf. CONNIVENCE, JEUX) COMPLIC ‘COMPLIMENT: (¢f. CRITIQUE, RECOMPENSE) ~ Abandonne son travail sion leregarde ou le complimente avant la fin. Cact. ~ Accepte davantage les critiques que les éloges. Olnd COMPOSE" COMPOSITION: (ef. MORCEAU, UNITE) ~ Veut la simplicité pour ne pas ére soumis la coupure corps-esprit. Nice. = Refuse sa condition de sujet composé. Kal-s ~ On ne peut ére un et composé ala fos. N'a pas accepté que son unité soit faite de composé. Bapt. ~ Croit que la santé ne vient pas de son composé mais de son ie. Sabad. Ne support pas ce carps qui li rapplle sa dualté de composé substantiel avec Son esprit, veut ntre que pur esprit, ‘ou que corps. Anac. + Voudrat le composé autonome et incorruptible. Thuj - Refuse la mature humaine, faite du complexe coms et sspcit. Ham. Refuse la condition humaine de connaftre par composition. Viol-o. =I ne fit plus de lien entre les choses, tout est décomposé en éléments. Puls. COMPREHENSION: (cf. SENS) COMPREHEN = Veut comprendre sans avoir & entendre ou & voir, sans utiliser ses sens externes pour connate et comprendre les autres, Elaps. = "Se comprendre, avoir un ensemble de vues". Toujours besoin d'une évidence pour avancer. "Si je ne comprends as, ga ne mintéresse pas". Crot-<. Ona impression quil ne regoit pas ce quion lui dit. Arg-m. : Voudrat a contemplation sans aucun travail de comprehension pour vérifier intuition. Cana-s. = Il faut qu’on le comprenne dans ce quil dit, méme & demi mots, pour qu'il voie qu'il peut communiquer par illumination. Bufo. ~ Refuse la condition humaine qui est de comprendre avec le comps. Sabad. = Veut se comprendre par lui-méme, non par le rapprochement aux autres. Chel - Veut comprendre la Joi par sa prope sagesse. Nit-ac. {Ne peut comprendre ou accepter ce qui nest pas expliqué. Alum. - Personne ne peut comprendre son probléme. Lilt. ~ Solitude, car les autres ne peuvent comprendre ce que je vis. Cann-i - Ne peut comprendre ou crire ce qui n'est pas prouvé, "il faut ére clair, apporter le plus de précisions possible pour ‘re bien compris". Coloe. ~ Persuadé quil ne comprendra pas. Ptet ~ Croit que sa pensée ne sera pas comprise. Viol-o. COMPROMIS: (cf. TOUT OU RIEN, COMBINE) COMPRO Pas de compromis avec la moral, a conscience. Dros. "COMPOSE: du lat "somponere" pose ensemble, ~ Pas de compromis. Hep,Nux-v. COMPTE: - Compte les objets: 'avoir compte signifie posséder. Vip. COMPTER SUR: (cf. APPUI, AIDE) - “Il vaut mieux compter sur soi que se reposer sur les autres”. Clem. ~ Egolste sur qui on ne peut compter. Mag-s. CONCENTRATION: - A mangué son devoir par inatention, manque de concentration, Cyel + Esprit vide quand il veut se conceatre, Otnd, Ne peut se concenter sur le moyen, tellemeit il pense au but Ptel ‘CONCEPTION: (cf. GENERATION) = Ne support pas la durée entre conception et création Lilt + Tout mon plaisir cst la conception, avec toute la chang jusqu' la réalisaton, Dig. CONCEPTS: - Le corps et les sens sont nécessaires 4I'élaboration de concepts qui seront émis par la parale, Paris. CONCILIATION: (cf. RECONCILIATION, MEDIATION) CONCIL CONCLUSION: (cf. TERMINER) -Veut réfléchir et voir vite le résultat de action, voir oi il va, étre efficace et conclure rapidement. Plan. CONCRET: (cf: ABOUTISSEMENT, EXPLICATION, IMAGINATION, MATERIAL, SPECULATION, PRATIQUE, RESULTAT): = Doit se rassurer de Vabstrait, de la fragilité de son incamation par des explications c. Alum fe peut trouver de plaisir sans concrétisation de ses projets. Dig. - Pas bien dans le concret mais bien dans limaginace. Olnd. = Vexé de devoir enter en contact pour connaite, dre soumis la connaissance pratique et non seulement spéculative. Ran-b Ne peut concrétise ses plans Chin, ~ Son et les carps concres sont &éruder, car la pensée et la connaissance ne sont passa substance. Kall-c. CONCUPISCENCE': (ef. DESIR, SENS) ~ Veut la béatitude parfaite dans le plaisic du concupiscible, quil exalte par rapport a intelligence. Cina. ‘CONDAMNATION: (cf. RECOMPENSE) Condamné & ne pas recevoir 'amour. Lach. (CONDITION-CONDITIONNEMENT: = Naccepte pas sa condition humaine et ses désagréments physiologiques. Cham. ~ Son existence est conditionnée par la présence de autre. Stet. - Refuse son conditionnement humain de temps et de lieu et voudrait en éte indépendant. Les autres ne le voient que par sa fonction, alors quill voudrait une relation dans laquelle on aime pour ce ql est, comme le chevalier est attend cet aimé inconditionnellement par sa belle quand il est absent. Mere. ~ Connaiire le mystére des choses n'est pas condition sine qua non de vie. Verat-v. CONDUITE: (cf. GUIDE, ORGANISATION) CONDUL = Veut mener et non subir la danse du plist. Kreos Na pas de directive dans ses actions, ne peut done en donner & son personnel. Stann. ~ Ars gouvere la vie des autres socialement, moralement, poitquement = Veut conchie save, se détend cétre conduit en suivant ses propres plans et projets dans lesquelsil intégre en y ayant une mission Chin. = I conduit les troupeaux. Hyose. ~ Veut conduire lui sa vie vers le bonheur dont ve. Aster. CONFESSION: (ef. SECRET) - Confession involontaire, sous contrainte. Am-c. " CONCUPISCENCE: penchant jour des bins terestes Desires pass Sesuels, 7 1S ane CONFIANCE: (cf, HYPOCRISIE, TROMPERIE, COMMERAGE, SECRET, VERITE) ~ Toujours peur que son corps lui joue des tours, méme quand il va bien, Stann, = A partir des faitsactuels, ne pas faire confiance au futur. Spig = Ne pouvant se rappeler ce qu'il aurait di avoir fit, peur de ne pas Yavoir fait. Ne sat s'l a fait réllement ou seulement pensé& faire quelque chose. Calad. + Tout échec est tribe tle fit doute sur la bonté du moyen choisi, osciler entre des extrémes. Croc. ~ Mise / met en en doute ou veut paler et dire des choses quil ne connat pas sur quelquun / intolerance & ce que Fon mette en doute sa réponse. Ne fait plus confiance aux autres Mosch. = Manque de confiance dans ses mouvements volontaires pour passer & acts. Ang. A trahi un ami. Elaps. Dros: méfiant de tous, ne peut avoir confiance en ces méchantes gens. = On ne peut jamais se fier & ce quion eroit, voit, sent, prévoit de quelque chose. Sars. . ~ Confiance mutuelle perdue par tahison dun secret/on pourrait lui extorquer son secret. Am-c. ~Confiance" —"— saddéloyauté envers un ami, imposteur. Aur. = Ila perdu confiance en cete humanitéflle qui le terrris. Ci On le trompe alors qu'il voudait faire confiance, etl traits on pare de lui devant lui Ph-ae. + Ia mal été consellé par ses amis et n'a plus confiance, Ruta. ~ Méffan, peur qu'on le bere, le prenne pour un ingénu, un innocens Hyose. = Narrive pas se laisse porter dans la confiance pour pouvoir donner Bor. Doi abc dans la confiance car il ne peut tout savoir. Viol-o. ~Na pas confiance dans le % de providence qui devrait assuer sa sécurité Bry. = "Vous étes la seule personne en qu jai confiance”/ méfiant de tous, surtout des médecins.-Ne peut croire aux hommes ni la Bible, carce sont les hommes qui font écrite. Tod. CONFIDENT: (cf. ECOUTE) (‘SYMPATHETIC" dans répertoires) CONFID CONFIRMATION (ef. ACCORD): + Refuse une autonomie participée, Crot-h. ne sat jamais s'il pati ipe la lumire, il lui faut confirmation. ‘CONFLIT: - A perdu amour & cause d'un conflit avec ses proches, Ant-c. ~ Dispute avec des proches: Crot-h, Ferr. CONFORT: (cf. AGREMENT, PLAISIR, LUXE) = Son lieu et un chez lui confortable. Borax ~ Entouré d'un monde chaotique et hostile, imparfait, inconfortable qu'il déteste comme son entourage. Merc. ~ Perd un chez-soi sir, intime, et confortable & cause des autres Nat-p CON. CONIUM: Rejette autre qui veut V'aider, refuse/intervention, la participation de Dfeu dans lacte eréatéur de Thomme. Sensible la condition passive de thomme gui resoit Ia mati. Il veut eréer tate sans Dieu, faire lui-méme, ére le patron et non fouvrier, créer a partir de te, sans avoir & porter le foetus en Iu Ta refusé avoir un autre éte en i Alors que la dignité maximum de homme est dans l'acceptation de sa coopération a la création. Pas accepté détre le second de crainte de perdre de sa substance quand il devrait donner de lui-méme. S'est refusé a collaborer. La relation signife perte de Tautonomie, elle implique un dan que Conium vit comme une amputation, la relation est rvale de la substance (autonomie de I'étre). Femme hommasse qui combat autre sexe au lieu de le compléter, amazone pour qui homme nest qu'un inséminateur.Allergique aux dates et aux anniversares. Aggravé par la continence car ms plus le ‘moyen de dominer faut. Pour lui, la Liberté consist & domine, avoir le pouvoir de puns. Veutatraper et maltater ‘ceux qui passent & portée. Peur que tout ce quill donne ne signifi perte de sa vitalité propre. Clairvoyance. L'ayant refuséel est puni en ne pouvant plus trouver aucune valeur dan la collaboration. (AFADELMS X90) CONNAISSANCE: (ef. SECRET, SCIENCE, SAVOIR) ~ Veut embrasser par la pensée sans perception sensible, désire donner une connaissance immanente et non apprise. [Ne supporte pas que lui soit cachée une connaissance claire pour autre, de recevoir le résultat de I'élaboration de autre. Elaps. + Veut connaitre et transmettre par Illumination, et non humainement parla démarche logique. Cale-p. - Horreur de ne pas connaitre, veut voir le fond et ce que la surface cache. Cench. ~ Aloe veut connaitre toutes les connaissances, s'en gaver. - Ne veut courrir que vers un bien deja expérimenté. Vip. Par sa grande mémoire, veut connaitre de quoi prévoir toute surprise. Gels. . ~ La science infuse n'existe pas, situ veux connaite, travail, Sul-ac. + "Science, distance, lames": voulan trop sappracher, connaftre totalement ntimité par les pats, 'essence se perd 7 A6-ane lke. - Le malitz pousse le disciple a atteindre le but et comprendre, mais ne cre pas la connaissance. Veut ée la source de ta connaissance; "Jai toute la connaissance en moi et peux fa communiquer, sans besoin de la ait. Refuse la connaissance car ell ne vient pas de lu. Dule. = Lhomme ne peut connate les objets en lui-méme, par son essence. Lac-t + Rejeté parson pére pour vouloir une connaissance & laquelle il n'a pas droit, sans sen géférer& lui. Crot-h, + Veut voir etconnafte sans intermédiaire entre fintllect et Fobjet,en esprit pur. Asar + Veut la connaissance pour enseigner, sans la trouver parle travail de Vintellect la lumie de Diew. Refuse la connaissance en tant quelle éclire. Ambr. = Veut sincorporer, passéder Dieu pour le cofnaitre, Hyose. = Ne se connait plus lui-méme, perd son but, car il veut éte lui le demier objet de a connaissance. Chel ~ La céalité des choses nest pas totalement dans ce que jen pergis. Sars. 5 - L'me humaine doit re unie au comms pour pouvoir connaite. Sabad. = Croit pouvoir devenir Dieu parla connaissance de Dieu, alors que la connaissance de quelque chose ne signifie pas xe cette chose. Olnd. = Pour connaite, il faut recevoir. Am-e. + Veut a connaissance immuable, connaitre les furs contingents. Mang. ~ Cherche la connaissance de soi en sortant de son comps Pyrrhus - Veut a connaissance sans quelle soit portée par 'amour, et devient incapable du sentiment damour/ posséde la connaissance mais ne peut utiliser car il veut connaitre ce quil ne peut / veut connaitre pour accepter dimer, n'accepte pas daimer Dieu sans tout connaire de Lui / devrait accepter amour de Dieu malgré sa part de mystére. Crotaimer sil connait totalement. Sep. - Lenvie de la connaissance divine, ui ne nécessite pas de démarche approche, le fait tomber dans la condition animale, de chien, qui peut marcher avec certitude dans Yobscurit. Stram. = Soufite de devoir appréhender la réalité par ses propres sens pour la connaltr, et de ne pouvoir seulement le faire par "intellect et la logique, par sa pensée analstique. Coleh. - Ne peut suivre ce qui vient de lui, avoir besoin de ses gens, de son corps pour connate. Anac. ~ Sidentfie ce qu veut connaite. Lyss. ~ Envie une capacité immédiate de connaite sans avoir & compare, chercher.Intolérance & ce qu'on le connaisse ‘somplétement / dit quil n'a pas été exaucé si la réponse qu'il a trouvée Iui-méme a sa question le désoit. II soufire de devoir nienvisager le futur que par ses causes. Vouerait a sécurité en connaissant tout dans Lespace Ph-ac. - Refuse la connaissance par les sens, voudrait que la connaissance soit sa substance, alors que le corp est instrument de esprit. Kale. = Veut connaitre ce que autre ou lui-méme va devenir, quelle fin on saute. Coce. +l connait les choses mystérieuses, cachées, tout lui semble clair. Verat-v. ~ La valeur dela providence, ces a eapaité de connalte le futur, on ne peut prévoir sans cela. Cale. - Ml veut étre proportionne! & Dieu dans sa conaissance de la vérité. Lach. - Ne veut pas arriver la connaissance parla pensée discursive. Kali CONNEXION: (cf. CONTACT, ETINCELLE, FUSIBLE, RELATION, STIMULUS) CONNIVENCE: (cf. JEUX, MOT) CONNIV = TIny aque intellect de valable et a sensualit de Fintllectualit qui permet la connivence.Fasciné par Vnteligence, la relation de connivence verhale avec autre. Berb, CONQUETE: (cf EXPLOIT) = Ne se léve pas, impossibilité de subir attraction de la fin, dentreprendre sa conquéte. Nuph. CONSCIENCE: (cf. MORAL, BON) - Conscience de ses automatismes physiologiques. Cann- = I est la conscience morale de la société. Caps. ~ Ta bonne conscience par rapport aux autres méchants. Dros. ~ Conscience personnelleindépendante de Dieu, conscience & justfier plutdt que de Taffronter au résl. Crot-h. ~ Base sa conscience sur ce quilla vu de sa propre fenétre. Chel CONSEIL-CONSEILLER: (cf. AIDE,APPUD) ~ Refuse tout conse, pour étre libre. Meny. + Colére terrible quand on lui donne un conseil, injure & son infaillbilité. fod. = Besoin de conseils. Arn., Cham. - Mauvais consel regu d'un ami Helon, Tod, Ruta. + Intolérance aux conse. Helon, ro AT one A fait quelque chose de mal, triste, mais ce sont ses amis qui ont trompé, mal conseillé, et il n'a plus conflance en eux, Ruta, = Ne veut pas de conseil, exige de Iui-méme, veut simposer. Agar. CONSENTEMENT: (ef. ACCORD, ACCEPTATION) ~ Cest aussi un acte de sa volonté que daccepter, réponde & un appel extérieur. Rhod. CONSEQUENCE: (cf RESULTAT) CONSEQ CONSERVATION-CONSERVATEUR: (cf. DEGRADATION, CHANGEMENT, DEVENIR, MAINTIEN, MOUVEMENT, PROGRESSISTE) - Désir de viande fumée: comme pour gagner la conservation de sa propre chair ? Kreos. + Veut conserver la situation, ne désire que ce qu'il connaft, évite le changement. Cale-f ~ Veut conserver la continuité la régularté de tout Nice. - Refuse le pouvoir conservateur de Diew sur lui. Veut étre admirée par sa capacité de conserver la vie des autres. Nat-m, - Na pas su conserver Vintégrité de soi ou des autres. Arn. - Dictateur pour conserver la société habituelle. Mere (GK) CONSERVE: (cf. ECONOMIE) CONSIDERATION: (ef ESTIME, COMMERAGE, RESPECT, RENOMMEE) ~ Aucune consideration pour ls autres: "asympathetic” caren se montrant dur, ine sabasse pas aux manifestation schamellesindignes. Staph. CONSISTANCE: (cf: DURETE, SOUPLESSE, RESISTANCE) - Perd sa consstance, est en gelée. Eupi CONSONNANCE: (ef: ACCORD, HARMONIE) Veut tout mettre en consonnance. Nat CONSTANCE: (cf. EQUILIBRE, CHANGEMENT, MUTABILITE, EVOLUTION) CONSTAN CONSTITUTION: (cf. PHYSIOLOGIE) -Intolérance& ses limites humaines consttutionnelles. Sil. CONSTRUCTION-CONSTRUIRE: (cf. ARCHITECTE, STABILITE, ASSEMBLER, DIVISER, MORCEAU) = Constructeur: Bapt. - Détruit ce quil vient de faire de beau. Olnd. + Detruit pour reconstmire et gouverer le monde. Ars. - Détruit son entourage, environnement, son travail. Mere + Architecte épicurien, Sarr. CONSTRUCTION: - Tout sort de lui avant Lassimilation, avant qu'une construction ordonnée ait eu lieu. Diose. CONTACT: (ef. ECHANGE, RELATION) ~ Souci de ce que le contact subi une fo le souille et tache définitivement. Faba-v. - Veut puiser énergie vitale au contact de ceux qui en ont. Contradiction entre le désir de fur et s'loigner dela réalité extérieure et la nécessité de contact physique: etre tenu, agripper. Sang, - Peur d'tre touché, ear prend constience de son corps. Veut un vrai contact avec Textrieur, pas seulement celui que permettent les sens. Kall-c. ~Fuit le contact réel. Mages. ~ Active les contacts personnels, met en sation. Kalm. ~ Ce qui est autre est source de contact douloureux. Intolérance& toutes les surfaces de contact qui lui rappelent sa non continu avec Festizieur sa nécessbt de connaissance pratique. Ran-b ~ Besoin du contact physique avec aime. Spong. ~ Veut agir par rapport Iui-méme, sans contact ni contexte, tous les points de contact entre les tssus soufirent. Stiet. - La néeessité de rencontre et contact signifi ééchéance de sa perfection. Kreos = *Le contact physique = manque de respect(LTA) AB ant CONTEMPLATION" -CONTEMPLER: (cf. ADMIRATION, VENERATION) = Contemplation vide. Ambr. = Contemple sa propre création imaginaire. Olnd. - Méprise les actes inférieurs, tombe dans la contemplation végétatve devant les arbres et les fleurs. ntoléance au soleil: il lui rappelle quil faut grandir pour parvenir la vraie contemplation humaine. Sel CONTEMPLATION: (¢f. YOGA) - Pendant le yoga je maitrise la pensée, ne sens plus mon corps. Ambr. CONTENIR: (ef. CONTROLE)- Tout ce qui pourat se ilar est contenu dans une cage defer. Cac. ~ Désirant un coms infin, il de la peine& se conten. Glon. CONTEUR: (ef. HISTOIRE) - Grand talent de conteur. Kalm, CONTEUR CONTEXTE: (cf. REFERENCE) - Il ny a pas d'écoulement, mais "art sur image", ce qui fait perdre eur sens aux événements, aux personnages. Il pare, urine, souffe, voit gqutte A goute, sans contexte. Cedr. + Veut agir sans sonactni contexte, Stet CONTINGENCE"-CONTINGENT: (cf. HASARD, CHOIX, DESTIN, FATALITE) ~ Veut éviter le contingent évitable par sa vigilance. Gels. - Veut conna les futur contingents par une connaissance immuable. Mang. = Voudrait éiminer la contingence de sa délibération, qu'il n'y aitaucun risque derreur dans es moyens choisis, alors quil devrait remetre ce risque a la providence. Naja. ~ Livresse du désir rend insupportable la contingence. Aster. ~ Elimine les contingents en les connaissant. Cale. - Elimine les contingents en accumulant parle travail, se prémunissant. Bry. - Je vais men sortir par a mise en oeuvre des tous les mayens 4 disposition. Stann, = Jesus infallible dans le choix des bons mavens. Nat-s CONTINU CONTINUATION: - Confiance illusoire que ga va continuer toujours comme maintenant. Nice. CONTINUITE: (cf. ACHEVER, CHANGEMENT, INTERRUPTION, MUTABILITE, PERSEVERER, SUIVRE) ~ Aime [urgence et les rapides successions, des situations transitoires, pas la routine, Plan. ~ Interrompt la continuité de son action, carne voit pas le bien dans ce quil obtient, puisque ce nest pas encore le bien total. Veut trouver en lui la continuité, non faire des choix partiels. ism. ~ Veut la connaissance de espace et du temps, il est puni par la précarité, le transitoire, le changement. Nicc. = Le temps, Yaltemance des cycles signent sa désradabilté. Cadm + Seule une activité tranquille et continue lapase. Iris. ~ La matiére ne permet pas lacontinuté quil voudrait. Anan, = Refuse la contnuité de Funivers, tre fait dela matine des autres, éreintégré dans un cycle. Il voudrait dre issu de Dieu. Ambr. “Intolerance touts es sures de sonlat ini rppellets non conisut vec enc Rab - Voudrait une expansion continue et non rthmique qui nferme. Glon. CONTRACTION:. Vit comme une contraction le fait d'ére dans un corps rothmé et non continu. Glon. CONTRAINTE: (cf. OBLIGATION) CONTRAI CONTRAIRE: (cf. CHOIX, FAUTE, OPPOSITION) ~ A perdu son identi / ou dit le contraire de son interiocuteur pour ’affirmer. Alum. + Tiraillé entre des choix c.,croyant le comps t Fesprit opposés. Anac. Sil e décide pour cec, il ne pourra faire cela. Chin. ~ Agit dans le sens le contaire de ce quil sait qu'il faudrait, ou n'agit pas. Naja. ® CONTEMPLATION: Méta: Etat de Tesprie qu sore dans la connaissance dun objet ineligible: contemplation ela vst ‘Theol: ta mystique consistant en une vue dre de Dieu ou des choses divines ““CONTINGENCE: du lat. “cantingere* aver par hasard. Eventualité, ce qui peut se produire ou non, quion ft peut prévoir. Opp: iss. 9 49 mnt CONTRAT: (cf. DROIT, LOI, SIGNATURE) - Accepte un devoir si le contrat lui donne un droit. Kali-bi, ‘CONTRE-COEUR: (cf. ACCORD, SPONTANEITE) = On veut lui faire faire des choses & contre-coeur,réve quelle doit ¢pouser quelqu'un quielle n'aime pas Mag-c. CONTRE-TEMPS: (cf. DECALAGE) Fait tout contre-temps. Calad. CONTRIBUTION: (cf. ACTE, PARTICIPATION) + Refuse de contribuer par son travail lédification de soi et du tout. Le bien commun n'existe que dans la contribution de chacun, Arg-n 2 CONTROLE-CONTROLER: (cf. MANIPULATION, MAITRISE, POSSESSION) ~ Veut retenir le superfu, se etrouve obligé & une sorte & tous les niveaux, précpité et incontrolable. Diose. - Nest pas maitre de lu, mais contr par quelque chose qui fa pénézré. Lyss. = Veut tout voir pour bien controler. Tarent. =a pas le conte de ses larmes, mations, de son coms. Ferr. = Se retrouve sous contle dun champignon. Agar. “Le conte dot remplacer la paudence. Acon. = Veut que tout passe entre ses mains tout contr, ardonner, ranger. Hyose. - Veut contréler le fonctionnement qui le rassure, plus que le but du fonctionnement et du travail. Rhus-t. = Intolérance & ne pas contrler ls lois, la gravitation, pour pouvoir leur échapper. Bor. = Coniréle tout derritre la femme de ménage. Stann, CONVENIR: - Refuse les transformations passives qui le ménent vers sa perfection, méme le désir de ce qui lui convient pour cela, Kreos. CONVENT CONVENTION: - Veutbrisr les conventions sociales, ny voyant pas un instrument des rapports humains. Ne veut etre soincé parle réseau ou les conventions socials, son conditionnement humain de temps et de lieu. Mere. CONVERSATION: (cf COMMUNICATION, PAROLE) CONVERSION: - La conversion eigisuse mempécherait de tout dominer. Tarent CONVICTION-CONVAINCRE: (cf. PERSUADER, COURAGE, EXPLICATION) = Laure doit penser comme lui. "Si je suis Caccord avec Lautorité, suis-e encore accord avec moi ?, Faba-v. * Convainguant, ou se met en colére sil nest pas compris. Bufo. = On ne peut le convaincre deren. Ara, Fert. = Doit convainer ls autres de ses exploits. Hel. - Veutconvainere pa la raison ou par a force Ferr. = Convainquant. Op CONVIVE: (ef. SOCIETE, ACCUEIL) - Doit pacifier les convives. Apis. ~ La politess, bien se tenir table rend le relations convivial. Colch. CONVOCATION: (¢f. APPEL) CONVOITISE: (cf. DESIR) (COOPERATION: (cf. AIDE, COLLABORER, COMPLEMENT, IMPORTANCE, HUMILITE, SECOND) COORDINATION: - Refusant d'étre composé de partss, se retrouve incoordonné, disloqué. Bapt. ~N'a plus la coordination la matrise de soi pour sorienter vers un but. Apis. CCOPIE: (cf SPONTANEITE) - Ne peut copier, mais seulement créer. Plat. CCOPROPHAGIE: (ef, DETRITUS, EXCREMENT) - Rituel de qui s'est substitué ala divinité, chargé de redonner a homme ses forces affaiblies. Veut apporter la rédemption. Verat. 19 50 mos CORDON: (¢f. FIL, CHAINE, MAILLON, LIEN, OMBILIC) ~ Ne veut couper le cordon ombilical: Abrot CORPS CORPS: (cf: AUTOPSIE, ESPRIT, FORME, INCARNATION, MATIERE, PHYSIQUE) Peur et dégodt de son corps. La détermination encombrante et limtative du corps est indispensable la connaissance. Les limites du corps le coupent de 'humanité, Lac-e. En fermant les yeux, pendant le yoga je maitrise la pensée, ne sens plus mon corps, mais que mon esprit. Ambr. - Souflte des fonctions végétatives de son corps, alors quelle devrait le voir comme callaborateu, et non handicap & a saiteté. Toxi. : = Veut que Lssprit communique directement & son corps impassiilité,vigueur et gloire. Veut que sa matiére corporelle soit une substance spirtulle, mais sans relation ave plus haut que lui. Coca. ~ N'est pas géné par un corps matériel. Chin. ~ Le parler exclut le corps. Paris. ~ Veut que la raison soit maiesse de son corps, terrtote sur lequl il a le voir. Ferr. = Croit son corps difforme pour son ame. -Son corps diffarme nlexplique pas la perfection de son ere, la noblesse de lime, Soutfre de ce que son corps soit inadéquat& dir la vérté de son éreprofond. Benz-ac + Trouve dans les petits plaisics du consupisible la béattude parfait. Cina. - Désirant la perfection du corps il perd son humanité: se tansforme en animal. Sol-t-2e. - Privilégie le comps seulement, la farce physique, ne pouvant faire un effort intellectue. Ou le contraire. Agar. ~ Ayant voulutotalement daminer le corps, i se retrouve soumis et tyrannisé, Pareir. wcamation de esprit est elle un accident ? Kali-s + Sa pensée modifie son corps. Ox-ae. = Ila un corps a trouver pour son Ame /se sent fragilementincamé itolérance & ce que la viene soit possible que dans tun corps physique n'a pas confiance en union de Name et du corps. Ne peut imaginer un corps ranger en ll (sterile). Alum Refs du comps et conscience quil est pourtant nécessaire a sa pensée. Le corps est inadapté, trop petit pour ses pensées/ veut le bonheur des autres ar es soins leur corps. Veut que F'ime séparte du corps soit parfaitement capable de soccuper de lui. Se voit avec 'ime & c6té du corps, la, comme un pantin vide. Sans esprit, le corps est féroce. Quand on prend conscience de son corps par effort physique, on se sent mieux. Sabad. = Son corps rthmiaue et limité empéche son expansion quil voudrat continu et infinie. Gton. - Un corps dense etlourd ne peut pas vibrer. Nat-c. - Son obstacle est son propre corps sa nature déchue. Cham. = Tleroitle corps dégradant pour Tespri, alors quil esau service de esprit. Ham. ~ Cherche la connaissance de soi en sortant de son corp. Pyrrhus = Ne supporte pas de devoir se maintenir en vie, manger, ce corps qui lui rappelle sa dualté de compasé substantiel ‘avec son esprite corps est trop petit pour me, corps = mal. An + Séparation des corps = pete de armour. Spong. ~ Lasile iil veut aller sera un nouveau corps quon lui donnera. Thuj - Désire la connaissance et Ia pense sans lintermédiaire du corps. Veut que la pensée et la connaissance soient sa substance, et non le corps. Kali-e. ~ La beauté de ime nest pas celle du corps. Tub - Considérant la matitre comme intermédiaire indigne et méprisable dela création, il rejtte a naturalité dela sation parle corps. Staph. = "Comme indépendant de soa corps matériel, ce qui cause une sensation daie dans ses mouvements"/ i est dépendant de son comps et de la pensée logique humaine pour que le plan abautisse. Chin. + "Sie laisse vivre mon corp, je slis mon ame". Cyel. + Je dois transformer et assimiler "ranger & moi pour en faire ma chat. Kali-nitricum CORRECTION: (ef. FAUTE)- Doit corriger aprés coup ce qui est sorti de lui de fagon précipitée et fausse, Diose. CORROSION: (cf. DEGRADATION) CORRUPT CORRUPTION: (cf. DEGRADATION, CHANGEMENT) COTE: - On doit connate ses 2 cotés, is sont lis: intellect et émotionnel. Puls. COUDE: (ef: PLACE) "Joue des coudes.”*psar fuerte”. Cupr. COULER: (ef. ECOULEMENT, CHANGEMENT, COURANT) 1p SU mnt COULEUR: - Sensible aux formes et aux couleurs, mais c'est indissociable de ce qu’ily a dedans. Sarr - JAUNE: - Cest noir ou blanc, bipolaritétanchée. Dule. ~ Dhorde le cadre, ne respecte pas la mesure. Croe. = Voit jaune, couleur de Yadultre, du plaisir interdit. Dig. = NOIR: Bov. - VERT: putréfaction,fausseté: i en est plein par son discours sans communication. Paris. - VIOLET: Couleur dela tempérance, équilibre entre 'amour et la sagesse, docilité obeissante. Viola-o ‘COUP: (cf AMORTISSEMENT, CARTILAGE) - Ne pas heurter les gens, il faut dela chaleur et des sentiments. Sarr. = Ne support pas ls tension, les heut, cara pas la force damartc ls coups. Lé moindre choc ou affontement aa tel monte que sa béattude ne coincide pas avec so me. Arg-m. ‘COUPURE-COUPER: (cf. CONTINUITE) = Ne veut couper le cordon ombilical: Abrot. + Sensible a tout ce qui évoque coupure, interruption, discontinuité. Nice. COUR: (cf. ADMIRARION, AMIS) Besoin de sa cour de fideles. Pall COUR ‘COURAGE-ENCOURAGEMENT: (ef EXPLOIT, OSER, RASSURER) + Oser dire: Care domine et garde tout. = Nose plus faire ce quil avait prévu, Bar-ac, Bell. = Devant tous ees obstacles, sa situation humaine est sans issue, c'est impossible de trouver la iberté, Nat-p - Encourage le docteur. Coce. ~ Licheté de Sacharner sur un cadavre. Elaps. COURANT: (cf. COULER, MOUVEMENT) = Peur des fair gntriner, prendre, dssoudre, éte empéché de monter par le courant de ee monde. Brom. COURSE: (cf. COMPETITION, RETARD) ~ Courrr permet de prendre possession dans Tespace de tout ce qui est présent. Vip. COUTEAU: (ef. CONTINUITE, COUPER) = Le couteau donne la forme, instrument actif de la modification de la matiére passive. Con. COUTUME: Je m'adapte aux usages, (LTA 1186) COUTURE: - Ne résiste@ la difficulté quen se madérant, son dos est aggravé parla couture. Iris. CREATION-CREATIVITE: (cf. ART) . CREAT + Se repose dans la jouissance de ce quia créé. Sarr. = Veut eer mieux que ce qui existe, i dénatureIhumain, Désire la sagesse de pouvoir réer les forms. Vet toujours fhe diffécent. Sol-tae. ~ Créatour des relations sociales. Mere. = Voudraiteréer toute chose pars seule volon, conjoint a ineligencequil ena préslablement. Nitrum. ~ Perdsacréativité ds quil veut suivre son chemin se libérer, sever. Form. = Veut la penséeeréatrce. Ox-ae. + Refuse de créer sous la pression du contingent (hache), avec Viervention extéricure nécessare ala création individuelle, mais aussi source dereur Naja, + Créateur qui donne sa beat & autre. Ant. + Pergoit, peu etest tout. Cann. = Veut dominer a création de la maitre. Alum. = Veut la création sans avoir ay travailler. Arg-n. = Veut tele seul créateur, par huimaéme, dans la préiptation Lib ~ La création du beau sur commande est impossible. Olnd, = Crée on monde ida. Op = Crée son monde selon ses los & lu. Stram. ~Considére la mati comme indigne, méprisabe, rejette la nauralité de la création par le corps. Veut err sans sollaborer avec Dieu, comme Lui, sans lintermédiaie de la char. Staph ~ Perd la faculté de créer / crée dans le vide, la nuit. Culte 4 Dieu, aime sa famille, fait le démiurge qui organise sa 1S mnt création. Coff, - La eréation n'est pas conforme a son idée de la perfection pour y étre heureux.Mere. - Sa créativité est difficile & exprimer. Cau + Veut la créativité simultanée la pensée, tout faire en méme temps.Chit ~ Ne peut copier mais seulement créer. Plat. = Con refuse de recevoir la semence en lui pour eréer & partir de rien, Veut eréer sans collabore, ressent le foetus en lui comme un corps étranger. Veut créer sans son corps, sans Dieu, ex-nihilo, Con, + Veut créer seul, sans conseil ni ami. Cimie. = Envie les ides en Dieu, les idées sont a origine du créé. Verat-v. + Veut tout re-eréer par son mental, sans avoir besoin du donné préalable. Viol-o. = Echec total de sa créatvité. Phyt. ~ *Je dois erér, tellement je sens le beau en moi. (LTA ki) Hell, Olnd ‘ CREATURE: - La béatitude est & chercher dans les eréatures, car celle de autre monde est bien trop lointaine, inaccessible, Croc. ‘CREDIBILITE: (cf. CONFIANCE, TROMPERIE) CREDIB ~A force de vouloir parler de ce quil ne pouvait cannalze, ila perdu toute erédbilité, Mosch, ‘CREUX: (ef VIDE) - A le comps creux, refuse le corps comme substrat pour la pensée et la connaissance, Kal-. CRISPATION: (ef. AMORTISSEMENT) - Se crispe pour évite la secouse, la vibration. Sang. CRITIQUE: (¢f COMPLIMENT, DEGRADER) - Critique ce que les autres apprécient. Ip + Aime dire les choses en face, ne pas te hypocrite C: ~ Critique tout ce qui va bien, est indulgent avec celui qu éehoue. Caps. - Heritier de la puret, elle doit éte transmise dans amour et non la critique. Iris. ~ Supporte mieux la critique que Féloge. Olnd CROCUS CROCUS-SATIVUS: 45:Sierve impr guide chat ne seul ot de masiu, ele commence ialanirement chan eps ele xt oblige de rire Geleméne: pourtant ents elle chane de nowean moter 23 determination & ces: Crocus souflre dune délibération sans fin sur le choix des moyens. Importance extraordinaire de la jouissance de Tamour de autre, qui devrait amener la béattude parfaite ici, tout de suite, sans distance. Il exige des autres une jaie quils sont dans Timpossibilité de lui procure. Arriver& la joie par la possession de fobjet damour fait que tout échec est terrible et le fait douter sur la bonté du moyen choisi, osciller entre des extrémes. 428: « Humew variable. riable; la plu pete coe exite sa cole, ce guil ear instant sua, ce ql pourtan se repro bent parce gue son aime le iowrmente et Fempéche disposer se Semiments; habtellement il change wn mot dur quia ura langue corr wn do. mace dere semble op dow alors choi wr mr Pas ride quil abardonne de rower pour an mot encore plas ier, ai de ute, dao cours. 2 pene, so action.» Ne peut ater sa délibération: fautre peut me donner cette chose, mais il ne veut pas. Avec quelle clé puis-je ouvrir Taure & me donner cette joie parfaite ? Se sent humili s'l utilise un mot doux, mais a peur de déclencher une réaction négative par tune parole trop ferme. Je sus digne de recevoir cette joie, pourquoi autre ne me la donne-il pas ? Tout son acte est ‘erronné par la complaisance dans un objet faux: aimer autre la place de Dieu, alors quil n'est ue Timage de Diew. Crocus, trouvant le bien désié trop éloigné, approche Tobjet réel comme si cat Fobjt idéal lointan quil imagine. 5x93) 4 jaune déborde le cadre oii Ton veut fenserrer, ne respecte pas la mesure. La musique es Ia science de la mesure, ce qui lui manque. Il croyait trouver le juste, la stabilité,'équiibre par lui-méme et perd le peu quil avait: toujours trop en tout, instable, variable malgré ses efforts ineffcaces de rézler par Vinellect ses passions débridées, essai qui empéche daimer, tant il peut devenirimpassible. Aucun autocontrdle ou totale impassibiite. Crocus niaccepte pas que Je mode humain de participer a la perfection de Diew passe par le fait tre ma, de ne pouvoir échapper a Vatrait de CCelui qui agit sur lui. Refusant fatrait de Dieu, il se retrouve trill par ses propres passions. (GRAPHS6;AFADH.NIL91) CROISSANCE: (cf. GRANDEUR) - Le travail de croissance de "homme est nécessaire, on ne peut sauter les gtapes indispensables, doi les “rves ancieux comme si quelque chose important était aissé nachevé" Hyper. CROIX CROIX: (cf. ETOILE, CHOIX)-*..explicte le mystére du centre, Diffusion, émanation, mais aussi rassemblement, récapitulation... Toalsation spatiale, union des contraires."(00S). Aran. ~ La croix qui chasse le diable rétablit Luni entre le ciel et la terre. Puls, CROTALUS CASCAVELLA: Je ne peux comprendre ma finalité avec ma seule intelligence. Ouvre des portes sans savoir ce quill cherche,(A “Eta: hypotiqe dan lequel elle ne répond pas aux question, mais lle entend une voir érange& sa gauche 9 S3 mt ct derire ele; ele la uit 0 jee contre des porte formes. ot le gate avec ses onal) Mesure sa béatitude a sa seule intelligence humaine. Toujours besoin dune évidence pour avancer. “Il faut que je comprsane, sinon ca ne rmtéresse pas". Refuse de se laisser enseigner sans tout voir et tout comprendre. Toute notre capacité de tavaller avec notre intellect agent est sous la dépendance d'un autre intellect agent, celui de Dieu. Sans cela, il manque la lumiése pour comprendre ce quion étudie. Tombe sous la dépendance d'un autre pour connaftre: hypnase, avec perte de sa volonté. Rébellion contre cette sensation d'étre un principe passif, (AFADH -MS, X94) CROTALUS-H. CROTALUS-HORRIDUS: Culpabilté s'il ne suit pas la pensée des autres. Veut que tous soient accord avec lui. Veut la sommunioa par Tineligence, condition de amour. Souffte dene pas avoir la certitude de la pensée juste, done de sa parole et de sa décision. Veut s'assurer de la justesse de son point de vue en ayant accord de quelqu’un qu'il aime, 4ui est digne de confiance: cherche toujours 'assentiment de ceux qu’il aime, de Pautorit. Diew a toujours le point, de vue juste etn’a pas besoin de connafre le point de vue des autres,ST.Q7.t: «est nce dadmetre, as dss de ime iiestuetle de homme, une ielignce supe glu donne la fculé de pers. Si me humaine cst inlet, cst garceauele pari a puissance intletci doit don yaoi ne intigence pls elev ui aie ame humaine & compre») Crest ce qu’envie Croth,n’éte enseigné par personne, avoir le jugement parfait parce qu’ a tout vu. Refusant cette autonomie participée, Crot-h ne sat jamais s'il partcipe & la lumire, il lui faut confirmation. Il envie a’ éte ‘nizigné par personne, avoir le jugement parfait parce qu'il a tout vu, la vécité. (MS X93; AFADH Vil.) Rejeté par son pare t sans communion de pensée avec li pour avoir cherché la connaissance a laquelle i avait pas droit, sire exprime en fonction de son point de vue, sans en référer li 1 a peur de choist, malaise s'il ne pense as comme le pére, ou si celui nest pas au courant de tout ce ql dit ou fit, cari n'a plus la sécurité du point de ‘ye. La mort et les ennemis sont l, son oeilénuclé, la langue et la gorge igs. Soit il devien dictateur, impose sa vision des choses parle raisonnement et tous doivent penser comme lui. Manque de souplesse mentale: ses os sont en bois. Soitil est incapable de juger ou décider seul, on doit le fare pour li (AFADH VULS9) CROTON TIGLIUM: S’l se soumet & la régle, Il en soulfre, se sent enfermé. Refuse de voir s limite, s'il la voit, il la casse. Se plaint qu'on ne le laisse pas s'exprimer. Ou ne se plaint pas, soumis au destin. Dépend du milieu, sous contrainte continuelle. Tout ce qui le détermine lui fait eroire qu'il n'est pas lire.(ST QUI6at Le destin wpus une chose s'loigne de a pensde prem, pls le x enchuinds pa ds lens puissant du desi, cr ell est avanagesoumise aux causes secondes») Se sent enfermé dans I'enchainement du destin, n’accepte pas de marcher selon I'ordre de la providence. La nourriture est la dépendance essentielle& autre que moi. [! voudrait étre sa propre régle, sans notion de devoir, Veut faire lui-méme son destin pour ne pas y étre enfermé,((AFADH VIL9s) CROYANCE-CROIRE: - Doit avoir une explication conerite pour coire. Alum. = Doit avoir la preuve pour crite. Colac. Ne peut croire en personne. Nit-ae. CUIVRE: - Faux or, e plus humble des métaux. Cup. CULOT: (ef. SOUFFLE, COURAGE) - Manque de culot. Stann. CULPABILITE: (¢f. EXCUSE, PARDON, REPENTIR) ? CULPA =Ilconfond le coupable aves la victme. Ars. CULTURE: - La culture est mise avant amour; action, la connaissance devat ui faire sentir: marie". Sep. jaime, puisque je me (CUPRUM-METALLICUM: Sans Vhumilté de sa tiche, il perd la tanguillté pour avoir voulu devenir un grand homme (Réve dépouser le oi d'Angletere), avoir voulu quitter sa place (général qui a peur de se blesser en marchant fort “pisar fuerte": est la peur sil quite son humilite). Ne s'est pas satisfit de sa place modeste. Il a volé sa responsabilité & Dieu et a perdu a paix, "Nous, on est des ouvriers, on doit garder sa place”, "Léglise doit restr au milieu du village”. Pleur en pronongant un discours, car il 'apergoit quill est de nouveau en situation de faute en prenant cette place. Ne veut pas déranger, attend sagement son tour. Pour vivre heureux, vivons cachés CURARE CURARE: Tous ses sentiments sont intesifis 4 un tel point qu'il doit en retenir les manifestations autant dans Vaffection ‘que dans liritabilté. Au réveil tout lui parat sale et dégodtant:saleté-propreté, bassesse-élégance, luxe-modeste, faiblesse-force, grandeur-insignifiance, résistance-sensibilits I a perdu le luxe et la grandeur "une extase comme celle ‘causée par Faudition dune pice symphonique”. La magnificence de entourage obtenu par son activit, est le signe de sa valeur. Sale, violent, grand besoin daffection,intolérance & la moindre frustration, fou du travail & ne pouvoir restr tranquille. Veut que le clinquant de entourage manifeste sa gloire. Son chatiment est de voir que, lui sale et ne sachant 19 54 ns que faire, le milieu peut étre beau et bon sans lui; ou que sa magnificence n'arrive pas &teindre le milieu (AFADH 90) (CURIOSITE: - Curieux de tout connaitre, apprendre, Sep = Curieux pour tout contre. Hyose CYCL. CYCLAMEN: "pain du pourceau". Toujours coupable 4 force de désirer la perfection. Conscient et coupable d'une faute iméparable quil a oublige (distrait, somnambule), n'a pas fit ce quil devait faire mais ne sat pas quoi. Sa faut: oublier sa tache et voler la perfection, pour étre I"Immaculée conception’. Se plonge dans la méditation,la solitude, pense 4 son destin, ou perd toute faculté: “incapable de se réjouir ou de safMliger, bien quil at-sans cesse le souvenir de juste venir de vivre un drame bouleversant’, inconscience par la lecture, réveur, double: a manqué a son devoir par inattention, ‘manque de concentration, (diag diff Puls: heat amel) "Si je laisse vivre mon corp, je salls mon me". Son corps, lempéche de rencontrer les autres tellement il est repugnant / le nie pour se montrer parfait (AFADH90) CYCLE: (¢f: VIBRATION, APOGEE, DECLIN, RYTHME, SOLEIL) «Les cycles de la vie et du temps lui rappellent sa condition de mortel. Cadm - Refise la continuité de Tunivers qui fait que notre corps est issu de la matitre des autres, nous intégre dans un cyele, 11 ‘vouatraitére isu de Dieu directement. Ambr. DANGER: (ef RISQUE, BOMBE, SURPRISE) - Voit sa limite devant le danger, car ils'apergoit qu'il ne domine pas tout parson intellect. Ind. ~ Inerte devant tous ces dangers impossible éviter. Gels. DATES: (ef, ECHEANCE, TEMPS) DATE ~ Les dates marquent le temps. es échéances lui font peur. Arg-n. + Allergique aux dates et aux anniversaire: relation. Con. DAUPHIN: (ef. ANIMAL) DEBILITE (cf. FAIBLESSE) DEBORDEMENT: (cf. SUBMERGEMENT, ENVAHISSEMENT) DEBROUILLARDISE: (cf. AIDE, CREATIVITE) - Il faut se débrouiller seul, Stann, Je peux me débrouiller tout seul, ne veux pas daide. Tarent. = I faut toujours avoir de quoi se "retourner”. Bry. DEBUT: (cf. INERTIE, COMMENCEMENT, ETINCELLE, INERTIE, STIMULUS) DEBUT DECADENCE: (cf. CORRUPTION, CYCLE) ~ Sensation de décadence, aprés un échec scientifique ou littéraire, et de déshonneur Lye. DECALAGE: - Dans le temps oil fait les choses. Calad. ~ Décalé dans le temps: retrouve la nuit ce quill oublait le jour; réves historiques et de gens éloignés; décalage entre excitation et plaisir. Sel. DECEPTION: Tout choix le décoit, cr ne peut chercher la fin supréme que dun bien partel & un autre. Bism. - Dégu de la réalité aprés avoir poursuivi timaginaire. Ang - Dégu de tout ce quil recat; des impressions regues dont il attendait le bonheur. Cina. = Ilacru pouvoir connate le futur comme Dieu, et se retrouve décu de ce quil trouve. Phos-ac. - Dépu de tout ce quil organise pour les autres qui ne lui appporte pas affection véritable: Mag-s. - DECHARGER: Voudrait décharger sa colére. Zine. = Veut décharger les autres de leurs tiches. Lilt DECHEANCE: (cf. CORRUPTION, CYCLE) DECHET: (cf. CORRUPTION, DEGRADATION, EXCREMENT) = Voudrait dre diffusif de soi sans avoir salimenter d'un autre que lui-méme, sans avoir de déchet. Diose. - Son coms est une poubelle, emmagasine tout ce quil veut éiminer. Kall-bi + Se sent couvert de detrinus sil se sent dépassé, Mag-m, 9 55 ane = lest déchet, n'a plus rien & communiguer;niais qui veut la lumiére par soi-méme. Ambr. - Aprés un échee pour une bagatelle, il se précipite dans rordure: nage dans l'eau, marche dans la boue, dans des runes, des excréments et sen salitlui-méme, sa fille tombe dans un marais.. fod. DECHIREMENT: - Déchiré par le fait de devoir choisir Anac, Hyose, Ign, Chin, DECHIR Son coeur et son estomac sont déchirés en morceaux. Hyose. DECISION-DECIDER: (ef. CHOIX, DELIBEREMENT, DETERMINATION, SUBIR, VOLONTE) ~ Peine & prendre la décision de passer a Tact, 'imaginaire étant deja vrai! Ang. + Souci de décder en raison de Vinéversiblit du choix. Ign = Ne peut supporter le temps entre la décision et Taction. Arg-n. ~ Tirallé dans sa décision entre des contaies. Anae. ~ Ne peut agir avec décision ni simposer. Bufo. = Nose plus décider, carga va rater Naj - Pressé mais ne peut se décder &agir. Kali-s + Inconstant par incapacité de décider. Mosch. = Veut décider lu, ére le bras et Ia hache. Ferr. = Cest aux autres de décider, apres il peut sritiquer. Peur de montrer sa faillibilité. Graph. - Revient sur ses décisions. Bar-c. - Veut pouvoir décider de tout ce qui lu arrive. Bor. - Veut décider lui-méme de ce quil fit. Cact. = Nia pas décidé dans la vérité du pare.Crot-h. ~ Clartéetaisance dans le travail par sa décision. Ran-b = Naime pas décider, mais suit les autres. Form. DECLIN: (ef. CYCLE, RYTHME, SOLEIL) ~ Les gyeles de la ve et du temps lui rappellent qu'il est commupible et soumis au déelinaprés Tapogée, comme le sale Cadm DECOMPOSITION: (ef: COMPOSE, CORRUPTION, DECHET, MORCEAU, SIMPLICITE) - Nayant pas accepté détre composé de partis il subit la dé-composition. Bapt. DECOURAGEMENT: (ef COURAGE) DECOURA DECOUVERTE: (cf. TROUVER, REUSSIR, CONNAISSANCE) - Croit quun pre a découvert son crime. Nat-s. = Ne support pas de se faire découvrir. Phac. ~ Croit quon ne peut découvrir Dieu & travers les choses cxéées. Hell. DECREPITUDE: (ef. CORRUPTION) DEFAUT: (of. FAUTE) - Oublie sa faute pour se crore sans tache. Cycl. DEFENSE: (cf. PRECARITE, PROTECTION, VULNERABILITE) ~ Défend celui qu'on critique, cari sit ce quest étre accusé& tort. Cale-p. - Défend son teritoie, sacrifie la parte pour sauver le tout. Kali-bi. - Défend la pati, la famille, les petits et es fables, le paradis. Caps. - Sans défense quand on le malate. Ambr. DEFI: (¢f. AFFRONTEMENT, FORCE, RISQUE) DEFIGURATION: (ef, NORME, FORME, BEAUTE) - Peur d@te défiguré. Benz-ae. DEFILE: (cf. PATRIOTE, DRAPEAU) DEFORMATION-DIFFORMITE: (ef. BEAUTE, NORMAL, FORME) DEGOUT: (of. REPUGNANCE) DEGOUT 956 m0 DEGRADATION: (cf. CRITIQUE, CHAIR, EPHEMERE) - Son esprit n'assume plus sa chair biologique qui doit étre amenée a son achévement, Kreos. se puréfie. 'union sexuelle et des complémentares est vécue comme signe de sa corruptiblité. - Se vit comme déja fait de matire géatineuse dédifférenciée en voie de puréfaction. Eupi. - La corruption signe le changement, changement = corruption. Vip. - Lime incorporelle ne devrait pas éte unie 4 un corps corruptible. Benz-ac. - Peur de se putréfier vivant. Bell - Le cycle du temps lui rappelle quil est soumis la corrosion, il est désradable, éohémére. Cadm ~ Voudrait le composé autonome incorruptible. Thu + Dégodt de la nuit et dela vicillesse, de ce qui pend, se dégrade, Eupi. + Se dégrade par ses excréments quand il narrve pas 4 se remplir par les autres, Aloe. DEGRE: (¢f. ETAPE) DEGUISEMENT: (ef. HABIT, CLOWN, PANTIN, THEATRE) DEJA VECU: Cie, Kali-b. DELECTER: - Se délecte flegmatiquement de son intelligence, de son crime. Thea. DELEGUER: Veut un pouvoir qui lui soit délégué par un supérieur Verat. ~Ne peut pas déléguer pour se décharger. Ara, Stann. = Ne veut pas sen remetre& un autre, veut te son propre stimulus faction. Tarax. DELIBERATION: (ef. REFLEXION) DELIBEREMENT: (cf. DECISION, VOLONTE) - Fait délibérément ce quil entreprend, sinon croitétre en cage, Cact. DELUGE: (ef, EAU, HUMIDITE) Elaps, Am-c. DEMAIN: (cf. PREVOYANCE, FUTUR) DEMAIN DEMANDE: (ef. DOUTE, RISQUE, QUESTION, REPONSE) Demande peu car voudrait de compet. Vip. + Nie sa soufrance par rapport a jouissance-en de demandant rien. Rheum. = Refuse la réalité humaine: devoir demander et trouver une réponse, la distance, espace et le temps. Phos-ac. DEMARRAGE: (cf. DEBUT) - Croit avoir perdu la capacité d’agir en vue du bonheur, aussi ne peut-il rien démarrer. Tarax. DEMASQUER: (¢f. LUMIERE, SECRET) DEMATERIALISER, DESINCARNER: (cf. CORPS, INCARNATION, MATIERE) ~ Laiguilleet les piqies vont le dématerialiser. Alum. - Idalse sa pensée, 'esprit quilidalitre, voudrait se dématéraliser. Amétioration quand il saigne. (Sublimation: passage du solide au gazeux). Ham. DEMIURGE": Veut étre le démiurge qui organise la création Coff. DEMON: (cf. MAL, DIABLE) - Se sent une mauvaise nature, un démon. Anac. DENIGREMENT: (cf. CRITIQUE, MINIMISER, DEPRECIATION, PETIT) = Dénigre ce que les autres anprésint. fp = Dénigre celui dont ne rego pls le pawn Verat. "SDEMIURGE: du grog” public et “ergon* wav: qui wvalle pou le public. Chez Platonselon le mythe du Timé, le Dieu principe oganssteur de univers, fsa le monde en intodisat Ia determination, Forte et le bien dans une matte par eieméme Indetemings et ian 9 ST ane DEPASSEMENT: (cf. SECOND, COMPETITION) DEPASSE + Intolérance & étre dépassé dans sa compétition pour la renommée. Mag-m. DEPENDANCE (cf. AUTONOMIE, LIBERTE, LIEN) ~ Sous la dépendance d'un autre pour connaite: hyanose avec perte de sa volonté. Crot-c. - Veut Findépendance de la pensée, ~> ne peut plus avoir initiative hors du chemin déja tracé. Form. Depend +++ de celui quil/ qu faime. Care. ~ Tout dépend de sa capacité organiser les mavens. Stann, Dépend dela volonté d'un autre: épée suspendue au plafond, Am. ~ Besoin de faut pour vaincre soa inte et se mettre en mouvement Tarax. ~ Llindépendance de pensée est un risque de ree. Veut choisir sans céférence au point. de vue du pire. Crot-h. - Veut findépendance de famour lia. N'a pas accepté la dépendance naturelle avec son créateur, dette lié amour avec quelqu'un de supérieur. hac. ~ Intolerance ce qui est indépendant de lui. Hyose. - Veut lindépendance dela collaboration pour créer tout seul / besoin de autre pour son choix. Lilt ~ Heureux si Ton dépend de lui, s'il posséde Faure. Intolérance indépendance qui signife devenir. Lys. + Ladépendance de ses besoin vitaux est vécue comme un empéchement de son autonomic / Besoin de dépendre de quelqu'un de plus fort, mais condition détre valorisé. Veut re indépendant du soutien créateur de Dieu, capable de vivee seul, sans protecteur fort, indépendant du pouvoir conservateur de Dieu pour exster. Nat-m Refuse linterdépendance, veut Nindépendance de la nécessité des relations barmanicuses. Nat-c. = Veut dre indépendant de la providence pour réusir. Nat-s. ~ Veut échapper& fobligation de se soumette au choix du miu pour le but. Nat-p - Veut re indépenddant de la fiiation. See Nie amour qui atire, veut Findépendance spirtuelle. Sep. ‘Comme s'il était indépendant de son corps matériel, ce qui cause une sensation d'aise dans ses mouvements". Chin. = Besoin de autre pour son choix. Anae. = Besoin de la dépendance d'amour mais peur détrepigaé. Elaps. = Se révolte conte la dépendance de objet sensible pour sannate, son corps et Vextéreur. Se révolte contre la dépendance des sens pour connate. Kali-. ~ Peur que celui dont on dépend ne nous retombe dessus. Sars. = Intolérance a la dépendance que signifie avoir besoin de lautre. Sil. = Dit qu'il va bien quand il est malade, refuse le lait maternel pour ne pas étre dépendant. Apis. - A refusé un % de dépendance dela providence, et a perdu la sécurité que donne cette confiance, Bry. - Pas besoin daide ni d@te sous la dépendance des autres pour penser. Kali-p. DEPENSE: (cf. ARGENT) - Si on mange moins, on dépense moins. Stan. ‘DEPLACE: (cf. INCONGRU, ORIGINAL, PLACE) DEPLA DEPLACEMENT: (cf. MOUVEMENT) : DEPRECIATION de soi: (cf: CRITIQUE, DENIGREMENT, COMPLIMENT, DEGRADER) DERACINEMENT: Spong. DERANGEMENT: - Ne veut pas dérangeret reste & sa place, attend son tour. Cupr. Ne peut dre dérangé en recevant nimporte que! ami, Turgence de son travail de perfection vitale ne souffre aucun retard, Tarent, Politese extréme, peur de géner, de prendre trop de place. Glon. DESCENDANCE: (cf. ENGENDRER, FILS, PERE) = Naime que ses descendants, ce qui procéde de lui. Ox-ac. DESCENTE: (cf. ASCENSION, ESCALIER, HAUTEUR) DESCRIPTION: - Ne peut décrire son état. Chel DESERT: (cf. ESPACE, VIDE) DESERT