Vous êtes sur la page 1sur 24

IL DÉMENT TOUTE “BROUILLE” ENTRE LA TUNISIE ET L’ALGÉRIE ET ACCUSE LES “LOBBIES”

Béji Caïd Essebsi remet les pendules à l’heure P.3

L’ÉMISSAIRE DE L’ONU ET LE PARLEMENT PARALLÈLE SE SONT QUITTÉS SANS ACCORD

Libye : les consultations font un flop à Alger P.3

CRASH D'UN AVION EN GRANDE-BRETAGNE

Des membres de la famille Ben Laden tués P.24

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

P.24 LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER LIBERTE AF QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI

AF

P.24 LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER LIBERTE AF QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 6988 DIMANCHE 2 AOÛT 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

POLITIQUE DES SUBVENTIONS

Le FCE prône

le soutien des personnes

à faible revenu

P.7

D. R.
D. R.

SAÏD SADI HIER DANS UNE CONFÉRENCE-DÉBAT À TIZI GHENIFprône le soutien des personnes à faible revenu P.7 D. R. Leslous/Liberté “Ce n’est pas du

Leslous/Liberté
Leslous/Liberté

“Ce n’est pas du pouvoir que viendra le salut” P.2

n’est pas du pouvoir que viendra le salut” P . 2 CRISE DE GHARDAÏA, LFC, SITUATION

CRISE DE GHARDAÏA, LFC, SITUATION SÉCURITAIRE…

Yahia Archives/Liberté
Yahia Archives/Liberté

Le constat cinglant du parti de Benflis P.2

CLÔTURE DU FESTIVAL RACONTE-ARTS D’IGUERSAFÈNE

Une autre Algérie sous nos yeux P.4

PARC AQUATIQUE LOMPI-FAMILY PARK DE BATNA

Une destination privilégiée des estivants de l'Est P.6

nos yeux P . 4 PARC AQUATIQUE LOMPI-FAMILY PARK DE BATNA Une destination privilégiée des estivants

2

L’actualité en question

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

SAÏD SADI HIER DANS UNE CONFÉRENCE-DÉBAT À TIZI GHENIF

“Ce n’est pas du pouvoir que viendra le salut”

Si le peuple ne prend pas son destin en main, ce n’est sans doute pas du pouvoir en place qu’il doit attendre son salut, a avisé le D r Saïd Sadi lors d’une conférence-débat, hier, à Tizi Ghenif, au sud de la wilaya de Tizi Ouzou.

P our l’ex-leader du RCD, “la failli- te de l’État est consommée, c’est une impasse absolue. Il n’y a plus aucune résonnance entre la socié- té et les institutions”. Pour illustrer cette faillite, l’invité de l’associa-

tion Asalas et des éditions Frantz-Fanon, qui s’exprimait dans une salle omnisports pleine comme un œuf, cite d’emblée ce qui se passe au M’zab, et qui n’est, a-t-il estimé, “que la conséquence mécanique de cette inadaptation État-société”. Jusque-là, seul le pétrole a per- mis au pouvoir de se maintenir, mais désor- mais, prévient-il, “nous sommes face à l’épreu- ve de vérité”, surtout que les think tanks amé- ricains les plus avertis, dit-il, n’hésitent pas à prévoir, à plus ou moins brève échéance, un baril de pétrole autour de 25 dollars. Mais la faillite de l’État ne se résume pas en cela, selon Saïd Sadi, qui revient sur les derniers commentaires qui ont accompagné les déci- sions ayant touché récemment des sphères ci- viles ou militaires, et qui ne font qu’attester, selon lui, de la gravité de la crise qui affecte les centres d’analyses du pays. “Des prédateurs ayant perdu leur rente pour cause de glouton- nerie mal contenue sont présentés comme des victimes de la corruption dont ils ont fait une manière d’être et de vivre. Et des militaires dé- chus, et de tout temps obnubilés par la préser- vation de leur statut d’héritiers du premier col- lège, continuent d’entretenir l’illusion du mes- sie en casquette qui viendra réparer les dom-

Samir Leslous/Liberté
Samir Leslous/Liberté

mages que leur pouvoir a causés dès le premier jour de l’Indépendance”, a-t-il analysé, non sans faire remarquer que des contraintes géopoli- tiques, qui réduisent le pays au rôle de figurant, sont avancées comme des agoras où un régi- me paralytique tenu par des attelles posées par l’ancienne puissance coloniale sont encore avancées comme des opportunités qui vont as- surer développement et stabilité à l’Algérie. Pire encore, décortique Saïd Sadi, qui considère l’in- vitation au dialogue d’une organisation terro- riste comme Ançar Eddine (de Libye) de

Le D r Saïd Sadi a animé une conférence-débat hier à Tizi Ghenif.

“faillite diplomatique”. “La faillite n’épargne aucun palier dans la char- pente institutionnelle”, a résumé l’auteur de Al- gérie, l’échec recommencé ?, qui n’en semble pas étonné outre mesure. Pour lui : “Depuis 1962, l’État qui existe en Algérie est une espèce de poi- son institutionnel qui est composé de trois choses : du jacobinisme français sans la cultu- re républicaine, du stalinisme sans l’adossement idéologique du marxisme et d’un khomeynis- me dépourvu du clergé qui, faute de garantir le libre arbitre du citoyen, offre au moins des re-

pères dans le champ de la responsabilité insti- tutionnelle”. Ce sont, dit-il, les modèles que les responsables algériens, par incompétence, fascination du panarabisme, tentation stali- nienne ou complexe du colonisé, ont voulu produire depuis 1962 parce qu’adoptés par leurs tuteurs de l’époque, ou encore les maîtres coloniaux, qui nous mettent aujourd’hui dans une situation d’incertitude majeure. Et c’est pour cela, a-t-il conclu, que “l’Algérie de demain ne peut absolument pas être issue de l’État ac- tuel”. Comme solution, Saïd Sadi préconise de “tout reterrasser et sur des bases complètement nou- velles”. “Si le pays évite l’éclatement, il ne pourra renaître que de ses vérités historiques, ses réalités sociologiques, ses racines cultu- relles et sa seule vraie richesse : la solidarité structurante qui lui a permis de survivre en tra- versant, vaille que vaille, des millénaires d’agres- sions et de turbulences”, a-t-il déclaré. Il esti- me qu’il faut, pour y parvenir, commencer par désaliéner les consciences en persuadant que ce n’est pas la victoire d’un clan sur un autre qui donnera un nouveau départ à l’Algérie. Pour lui, les seules matrices porteuses de po- tentiel démocratique, c'est-à-dire dédiées à l’in- térêt général, celles qui échappent à la capo- ralisation ou au clientélisme sont les comités de village ou de quartier et les associations ani- mées par des acteurs conscients de leur respon- sabilité et devoir civiques.

SAMIR LESLOUS

SON SECRÉTARIAT NATIONAL S’EST PENCHÉ SUR LES DERNIERS ÉVÉNEMENTS

Le RCD alerte contre d’éventuelles dérives

L’ état de santé du premier ma- gistrat, associé aujourd’hui à la réduction de la rente, est

porteur de gros risques pour l’Algé- rie, selon le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). “Le secrétariat national constate que le ré- trécissement de la rente et l’incapa- cité avérée du chef de l’État d’arbitrer entre les différentes loges de janissai- re sont porteurs de risques accrus de dérives”, est-il mentionné dans un communiqué rendu public hier. Dans ce cadre, l’instance exécutive du RCD a observé que les récents li- mogeages opérés dans les corps constitués de l’État, ainsi que la ré- pression à Ghardaïa et les attentats terroristes ne rassurent pas les popu-

lations “livrées à l’instrumentalisation de l’intox et de la rumeur”. La forma- tion de Mohcine Belabbas a même remarqué un “affolement percep- tible” à travers les discours et les orientations économiques “contra- dictoires”, qui confirmerait “la pour- suite de la dégradation de la gouver- nance”. À ce sujet, il est cité l’incapacité de mettre un terme aux activités du sec- teur informel. “On se demande par quel miracle les barons de l’informel décideront, du jour au lendemain, de se ‘repentir’ pour intégrer ou réinté- grer la sphère légale et partager leurs gains, voire leur rapine, avec la col- lectivité nationale”, a relevé le SN dans le communiqué. Sans vrai-

ment croire les déclarations faites par le Premier ministre, qui a exclu de cette amnistie “l’argent sale, du cri- me et de la drogue”. Le RCD s’est, en outre, penché sur la crise financiè- re qui, d’après lui, met à nu “l’indi- gence” de la politique économique du pays. “Il est vain de croire à un assai- nissement et une orientation de la sphère économique vers la production et l’effort, sans le renvoi d’un système qui perdure par le captage de la ren- te, l’achat des consciences et la corrup- tion”, a-t-il estimé à ce propos. Ce parti s’est aussi exprimé sur les autres crises épisodiques qui se- couent des régions du pays, non sans condamner “les assassinats program- més et fomentés par des officines oc-

cultes”, obéissant aux “luttes de clans ouvertes pour la succession de l’acca- parement de la rente”. Concernant les derniers événements de Ghardaïa, le RCD n’a pas écarté l’idée “d’un choix qui consiste à livrer la région du M’zab aux forces mafieuses et obscu- rantistes et à maintenir la tension eth- nique”. Quant aux “militants poli- tiques et pacifiques” de la vallée du M’zab et d’ailleurs, il les a qualifiés de “facteurs d’ordre et d’espoir dans une Algérie exsangue par la corrup- tion, l’injustice et le désespoir”. Dans son analyse de la situation du pays, la formation politique a insisté sur la nécessité d’avoir “des institutions légitimes et crédibles”, afin de mener à bien les réformes structurelles

“pour l’avènement d’un État de droit et pour l’amorce du développement”. Dans ce cadre, le RCD a plaidé pour l’organisation d’une “transition pacifique et démocratique” où les élections à tous les niveaux de- vraient être confiées à “une instan- ce nationale indépendante”, et pour “un cadre de concertation et d’action loin des conflits idéologiques”. Pour ce qui est de la réforme de l’éduca- tion, il a estimé que les débats du der- nier colloque organisé par le minis- tère de tutelle ont confirmé que les blocages et les pesanteurs idéolo- giques infligés à l’école sont le résul- tat “des choix politiques du pou- voir”.

HAFIDA AMEYAR

CRISE DE GHARDAÏA, LFC, SITUATION SÉCURITAIRE…

Le constat cinglant du parti de Benflis

R éuni hier en session ordinaire, le bureau politique de Taliou El-Houriet a dres- sé un réquisitoire sans appel contre le

pouvoir dont la “vacance”, “l’état de carence institutionnelle”, et les décisions “unilaté- rales” ne font qu’exacerber la situation de cri- se que traverse le pays sur bien des plans. Le parti d’Ali Benflis s’est focalisé particulièrement sur la crise de Ghardaïa en affirmant que “les développements tragiques dans la région de Ghardaïa sont la conséquence directe de la va- cance du pouvoir et de l’état de carence insti- tutionnelle qu’elle a entraînés”. Dans son communiqué rendu public hier, le parti de l’ancien chef de gouvernement juge que c’est cette vacance qui a mis les pouvoirs

publics dans “l’incapacité d’assumer l’intégra- lité de leurs responsabilités à l’égard de cette par- tie du territoire national qui vit un état de ten- sion et de crise récurrent depuis plus de deux longues années”. Ce foyer de tension et de crise, déplore le par- ti d’Ali Benflis, procède “d’un déni de citoyen- neté et d’un déficit de la représentation démo- cratique”. D’où il a souligné “l’impérieuse nécessité d’un traitement politique de la crise que traverse la région de Ghardaïa”. Dans son évaluation à la situation sécuritaire prévalant dans le pays, et tout en exprimant sa “totale condamnation” de l’attentat terroriste perpétré contre l’ANP dans la région d’Aïn De-

fla, Taliou El-Houriet a, par ailleurs, mis en garde contre “les discours politiques triompha- listes et lénifiants sur la défaite consommée du terrorisme, la sécurité totalement rétablie et la paix entièrement recouvrée qui entretiennent la démobilisation et la baisse de la vigilance”. Il estime que “le terrorisme, outre son traite- ment sécuritaire, reste un défi qui ne saurait être effectivement relevé que par des choix politiques clairs et sans concession sur les valeurs d’ouver- ture, de progrès et de tolérance de notre socié- té”. S’agissant de la loi de finances complémen- taire, Taliou El-Houriet déplore le recours à cette procédure législative “unilatérale, auto- ritaire et injustifiée”. Ce qui, dénonce-t-il, prive les citoyennes et les

citoyens du nécessaire débat au sujet de la stra- tégie de riposte à la crise énergétique mondia- le qui concerne toute la nation. Taliou El-Houriet regrette ainsi que la crise énergétique mondiale actuelle “n’ait pas été sai- sie comme une occasion propice à l’introduc- tion de réformes structurelles profondes”. Des réformes qui, souligne-t-on dans le même communiqué, “doivent tendre, enfin, à modi- fier le caractère lourdement rentier de l’écono- mie nationale et à la mettre sur la voie de la pro- ductivité, de la compétitivité et de la performan- ce par laquelle passe obligatoirement la construction d’une économie moderne et d’un État prospère”.

FARID ABDELADIM

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

L’actualité en question

3

IL DÉMENT TOUTE “BROUILLE” ENTRE LA TUNISIE ET L’ALGÉRIE ET ACCUSE LES “LOBBIES”

Béji Caïd Essebsi remet les pendules à l’heure

Fortement gêné par les venimeuses déclarations de l’ancien chef d’État français, Nicolas Sarkozy, envers l’Algérie et la Libye, le président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a profité de sa rencontre avec les consuls et les ambassadeurs tunisiens, au palais de Carthage, pour faire quelques mises au point.

B éji Caïd Essebsi est en colère et il a tenu à le faire savoir à “ceux qui s’emploient à éloigner la Tunisie de l’Algérie”, en inventant une

“brouille” entre Tunis et Alger. “Ni brouille ni malentendu entre nos deux pays. Jamais nos relations n’ont été aussi bonnes et notre coopération aussi intense et mutuellement béné- fique”, a déclaré le chef d’État tuni- sien, en réaction à tout ce qui a été “rapporté récemment dans certains médias”, concernant les relations algéro-tunisiennes, dans un contex- te de menace terroriste grandissan- te en Libye et en Tunisie. “Nul ne saurait surenchérir sur notre frater- nité avec ces pays, entamer notre pa- triotisme ou peser sur notre décision souveraine”, a-t-il affirmé, jeudi ma-

tin, à l’occasion de la conférence an- nuelle des chefs de missions diplo- matiques et consulaires tunisiennes à l’étranger, a rapporté la presse tu- nisienne. Ces déclarations, passées presque in- aperçues, ont pourtant de quoi sus- citer la polémique, mais également

D. R.
D. R.

Le président tunisien Béji Essebsi : “Les relations algéro-tunisiennes sont excellentes”.

remettre de l’ordre dans les relations qu’entretient la Tunisie avec ses partenaires étrangers, à commencer par ceux de la rive nord de la Médi- terranée. Bien que ce soit son propre

parti, Nidaa Tounes, qui ait invité Nicolas Sarkozy, Béji Caïd Essebsi a dénoncé, en des termes diploma- tiques, les déclarations venimeuses de l’ancien chef d’État français sur l’Algérie et la Tunisie, en lui rappe- lant le passé colonial de la France. “Nos frères Algériens savent plus que tous le prix payé par la Tunisie et sa solidarité avec l’Algérie, comme en té- moignent le bombardement de Sakiet

Sidi Youssef et la bataille de Bizerte (…)”, a-t-il dit. L’ancien président français avait suscité un véritable scandale en s’attaquant à l’Algérie et à la Libye, avec des propos d’une rare véhémence, allant jusqu’à provo- quer l’indignation dans les médias de son propre pays. “La Tunisie est frontalière avec l'Algérie (et) avec la Libye. Ce n'est pas nouveau ( ) Vous n'avez pas choisi votre empla- cement”, avait déclaré Nicolas Sar- kozy devant les caméras des télévi- sions tunisiennes, lors de sa visite en Tunisie, il y a une dizaine de jours. Avant d’ajouter de l’huile sur le feu en déclarant : “L'Algérie, qu'en sera- t-il dans l'avenir de son développe- ment, de sa situation ? C'est un sujet qui, me semble-t-il, doit être traité dans le cadre de l'Union pour la Méditerranée”, un projet mort-né après l’agression israélienne de la bande de Gaza en mai 2010, alors que Sarkozy défendait bec et ongles la participation de Tel-Aviv à ladi- te union. Tout en faisant un clin d’œil à son nouvel allié contre le terrorisme, Washington, Béji Caïd a rappelé, en effet, de manière subtile, le passé co- lonial de la France. “Dans ces épreuves (bombardement de Sakiet Sidi Youssef et la bataille de Bizerte, ndlr), les États-Unis nous ont assu- rés de leur soutien. Les choix de la Tu-

nisie tracés par Bourguiba ont tou- jours été clairs, et dans les équilibres globaux, il avait introduit les États- Unis, non seulement parce qu’il s’agit de la plus grande puissance dans le monde, mais aussi parce que ce pays n’a aucun passé colonial”, avait-il ajouté. Au-delà du passé colonial de la France, dont l’évocation a toujours incommodé Nicolas Sarkozy, il fau- drait peut-être rappeler aussi qu’en pleine révolution du Jasmin (2010/2011), la France avait propo- sé au régime déchu de Zine al-Abi- dine Ben Ali son “expertise” pour ré- primer les manifestants. Le président tunisien n’égrène pas seulement la France, mais d’autres pays dont il ne cite pas également les noms, comme le Qatar qui a apporté un soutien sans limite à tous les mouvements islamistes proches de la confrérie des Frères musulmans, que ce soit en Tunisie, en Libye, en Égypte ou en Syrie. “Si la révolution libyenne a réussi, elle le doit en bon- ne partie à la Tunisie qui en est, ce- pendant, la plus lésée”, a-t-il regret- té, en abordant le sujet de la guerre en Libye, où l’aggravation de la cri- se est due, selon lui, à la différence d’agendas des pays impliqués, d’une manière ou d’une autre, dans les af- faires de ce pays.

LYÈS MENACER

L’ÉMISSAIRE DE L’ONU ET LE PARLEMENT PARALLÈLE SE SONT QUITTÉS SANS ACCORD

Libye :

les consultations font un flop à Alger

L’ÉDITO

PAR SAÏD CHEKRI

La France, la Tunisie et nous

L e président tunisien ne pouvait rester indéfiniment silencieux après les propos peu amènes que Sarkozy a eus, sur le sol de Tunisie, envers l’Algérie. D’autant que l’ex-président français

Perçue comme un “allié” par la Tunisie voisine en proie à des

difficultés économiques et à des turbulences sociales et politiques qui, pour autant, n’entravent pas sa transition pacifique et démocratique, même si celle-ci est chahutée par une nuisance terroriste avérée, l’Algérie est vue, de l’autre côté de la Méditerranée, notamment en France — et pas seulement par Sarkozy — comme une menace potentiel- le, une bombe à retardement qui, si elle venait à exploser, mettrait d’autres pays de la région dans une situation sem- blable à celle qui prévaut en Libye.”

se trouvait là à l’invitation de Nidaâ Tounès, le parti de Béji Caïd Essebsi lui-même. Pour ce dernier, il était sans doute nécessai- re de s’en démarquer, le plus tôt possible, pour ne pas donner à Alger l’impression de cautionner les “médisances” du chef de file de la droite française. Les mauvaises langues iront même jusqu’à dire qu’Alger a peut-être exercé des pressions sur le locataire du palais de Carthage pour obtenir que Sarkozy soit ainsi “recadré”. Pour autant, Essebsi a tenu à user d’un langage très diplomatique car il lui fallait aussi ne pas provoquer l’ire de Sarkozy qui, ne l’ou- blions pas, nourrit l’espoir d’un come-back à l’Élysée. Au final, Es- sebsi aura su se tirer d’affaire, en ménageant “la chèvre et le chou”, soit la France et l’Algérie. Car, sait-on jamais, 2017 est si proche. Il y a comme un paradoxe dans cet exercice d’équilibriste que vient de réussir Béji Caïd Essebsi. Perçue comme un “allié” par la Tu- nisie voisine en proie à des difficultés économiques et à des tur- bulences sociales et politiques qui, pour autant, n’entravent pas sa transition pacifique et démocratique, même si celle-ci est cha- hutée par une nuisance terroriste avérée, l’Algérie est vue, de l’autre

côté de la Méditerranée, notamment en France — et pas seule- ment par Sarkozy — comme une menace potentielle, une bom- be à retardement qui, si elle venait à exploser, mettrait d’autres pays de la région dans une situation semblable à celle qui pré- vaut en Libye. Il ne faut pas se voiler la face, notre pays est bel et bien source d’inquiétudes, y compris pour ceux de ses “par- tenaires” qui l’apprécient volontiers comme marché… à sa jus- te valeur. Surtout pour ceux-là, d’ailleurs. Et c’est sans doute sur ce seul point que peuvent s’accorder Tunis et Paris : l’Algérie est importante pour ce qu’elle offre, mais inquiétante pour ce qu’el- le couve. n

L es consultations engagées à Alger, entre le médiateur onu- sien, Bernardino Leon, et le

Conseil général national de Tripoli (CGN, Parlement non reconnu) se sont achevées vendredi dans la soi- rée sans la moindre avancée. Les re- présentants du CGN ont maintenu leur revendication concernant le texte de l’accord de paix de Skhirat (Maroc), uniquement signé par le Parlement parallèle de Tobrouk, re- connu par la communauté interna- tionale. “Le dialogue (inter-libyen) se poursuit, et on va voir comment on peut dépasser les divergences” entre les parties libyennes en conflit depuis la chute de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi, fin 2011, a dé- claré l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU en Libye, à l’issue de cette tentative avortée de convaincre le CGN, contrôlé par la milice islamiste Fajr Libya, de se joindre au dit accord. “Le quatrième projet d'accord est un pas positif, mais il reste de prochains pas à faire”, a dé- claré, de son côté, Abdelkader Mes- sahel, ministre des Affaires magh- rébines, de l'Union africaine et de la Ligue des États arabes, soulignant qu’“il faut que la stabilité revienne dans ce pays voisin”. Une instabili- té née de l’intervention militaire étrangère, sous prétexte d’éviter un “génocide” en Libye, après la ripos-

te sanglante de l’ancien régime de Tripoli aux manifestations de ce qui est communément connu sous le nom de la “Révolution du 17 février 2011”. Cette intervention s’est ache- vée avec la mort de Mouammar Kadhafi, mais la France et la Gran- de-Bretagne, qui ont conduit les opérations sous la bannière de l’OTAN, ont abandonné par la sui- te ce pays aux milices. Tout en in- sistant sur la “justesse” de cette in- tervention, ces deux pays recon- naissent n’avoir pas assuré “le servi- ce après-vente”. Quatre ans après, alors que son avenir est plus que compromis, devant l’impasse poli- tique, la Libye est devenue une vé- ritable menace pour la stabilité ré- gionale. L’implantation de l’État islamique à Syrte, la ville natale de Kadhafi, et les ambitions expansionnistes de cette nébuleuse terroriste en Afrique du Nord ont réveillé les appétits des par- tisans d’une nouvelle intervention étrangère. Mais les voisins de la Li- bye, bien qu’ils soient directement menacés, continuent de privilégier la voie diplomatique pour sortir ce pays de la crise. Un défi difficile à re- lever, surtout avec des agendas dif- férents pour chaque partie impli- quée, de près ou de loin, dans cette guerre libyenne.

L. M.

4

L’actualité en question

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

CLÔTURE DU FESTIVAL RACONTE-ARTS D’IGUERSAFÈNE

Une autre Algérie sous nos yeux

Kabylie. Iguersafène. Un vent de liberté souffle entre deux rivières. Le ciel est plutôt brumeux en ce début de soirée. La lune a changé de camp. De ses rayons, elle éclaire, ici-bas, cette jeunesse qui a soif de vivre. Hanane, Anne pour les intimes, hésite encore : dénicher la robe de soirée parfaite n’est pas une mince affaire.

D. R.
D. R.

retentit de partout. Il y a comme un sentiment partagé par tous et qui pla- ne sur le village : l’Algérie ce sont toutes ces peuplades qui se sentent de la même appartenance. Imazi- ghen s’accordent-ils fièrement à ré- péter sans cesse. “Et nous sommes ve- nus de loin, mais nous nous sentons déjà d’ici”, annonce la couleur, un jeune d’une troupe de chants du Sud. Il parle au nom de ses camarades, la joie aux yeux. L’émerveillement se lit sans grand effort sur les yeux de cet- te jeunesse qui a tant à partager. Par- tager quoi, nous demande-t-on ? La joie de vivre et revendiquer en- semble la liberté de vivre ensemble une culture plusieurs fois millénai-

Les jeunes s’en sont donné à cœur joie et ont démontré leur talent d’artistes.

re. “L’Algérie que nous voulons tous… Où tout le monde a sa place”, rêve toute une jeunesse. Ils sont, certes, venus de partout. Mais partout ils n’ont pas la même liberté de faire dé- monstration de leur soif de vivre. Vivre la liberté qu’ils espèrent. Le temps d’une génération. Algérie : gé- nération 2015. Cheveux longs, pantalons déchirés, l’air insouciant, de jeunes femmes et des monsieurs qui veulent écrire à leur manière l’avenir d’une nation, sont toujours stationnés, par files, à l’entrée du village, demandant accès. Au-delà du check-point il y a la li- berté. C’est ce dont ils ont soif. Ils veulent respirer la vie. Celle qui

coule entre deux rivières. D’où Iguer- safène. Il y a de la vie qui coule par ici. L’avenir de tous les espoirs cou- le des sources de ces hautes mon- tagnes de presque 1 000 mètres d’al- titude. Nassima, organisatrice, prend son téléphone alors qu’Akli-D s’ap- prête à monter sur scène. Elle cherche une de ses invités. Elle s’ap- pelle Hanane. Anne pour les intimes. Dénicher la robe de soirée parfaite n’est pas une mince affaire. Elle tarde à arriver. “Les femmes ont des raisons que les cœurs des hommes peinent souvent à comprendre”, explique-t-elle. En- tendu. Cela n’empêche pas Akli-D de se produire déjà. La foule s’excite.

À 890 mètres d’altitu- de, un village, un es- poir. Perché entre deux rivières, Iguer- safène, à 70 km au sud-est de Tizi Ou-

zou, incarne la vie. L’avenir. Il est

22h, et un léger vent caresse les vi- sages. Il

effleure

les robes

kabyles de charmantes demoiselles s’acheminant par dizaines à la gran- de place de l’école primaire. Un spectacle est attendu. C’est la veille de la clôture du festival Raconte- Arts. La tête haute, la démarche fière. Des femmes aux tenues tradition- nelles qui renseignent sur une cul- ture et une identité plusieurs fois millénaires. Il y a quelque chose dans ces regards. Les hauteurs for- gent le caractère. Elles passent sans crier gare. Il y a, ici, un sentiment de liberté partagé. Les femmes, tout comme les hommes, lèvent les yeux pour se saluer. Sans plus. Ces jeunes gens stationnés à l’entrée du village l’ont d’ailleurs bien compris. Les agents du comité de village filtrent les arrivées. Il y a une liste d’invités. “Même la star Ali Amrane a présen- té sa pièce d’identité”, explique un agent à un invité qui protestait contre les mesures de sécurité. Ils ar- rivent de partout. Des quatre coins du pays. Imazighen n’est pas qu’un simple slogan. Du M’zab, des Aurès Chaoui, des Touareg d’Algérie les grands esprits forgeant une nation aux origines incontestables se sont donné rendez-vous. C’est l’Algérie dans toute sa splendeur. Imazighen

Reportage réalisé par :

MEHDI MEHENNI

Nassima a décidé d’ôter son voile et de se mettre en robe kabyle. Elle est presque de la région et Iguersafène est certainement pour quelque cho- se. Un choix difficile, pourtant, à as- sumer. “J’ai peur de la réaction de ma mère”, déclare-t-elle. Ses amis l’assurent, à leur tour, de tout leur soutien. “Elle finira par comprendre”, tentent-ils de rassurer. C’est pour la première fois, en effet, que Nassima dévoile ses cheveux bouclés. Elle promet de les laisser pousser davantage pour ceux qui cul- tivent leurs espoirs en la femme al- gérienne. Promis. Akli-D met le feu sur la piste de danse. La jeunesse se précipite à faire ses premiers pas. Comble d’une Algérie aux allures “frustrées”, ce sont les jeunes de- moiselles qui invitent les garçons à danser. Point de complexe. “C’est l’Algérie que nous voulons”, lance un ancien émigré. Ce n’est pas pour rien qu’il fait le commentaire. Il a quatre jeunes hommes. Dans l’Hexagone. Il demande la main de Hanane, appe- lée communément Anne, pour son fils aîné. Mais il se trouve que la jeu- ne demoiselle est pour d’autres at- tentes. Son cœur bat pour une arri- vée qui ne devrait par tarder à faire acte de sa présence. Comme quoi, à Iguersafène, on aime comme on veut. Il est 8h du matin. La soirée vient tout juste de prendre fin. Une dame propose de l’eau de source à un jeune couple qui faisait son réveil. Pas tout à fait un réveil. À peine deux heures de sommeil. La vie continue comme cette eau qui coule à flots des hautes montagnes…

M. M.

AYANT ÉTÉ EXCLU DE LA LISTE D’HOMOLOGATION DES CADRES DE LA RÉVOLUTION

Un ancien “Malgache” dénonce l’injustice et la marginalisation

L as de vivre l’ostracisme dont il se dit victime de la part de ses compagnons

d’armes d’hier, un ancien cadre

de l’Armée de libération natio- nale (ALN), Abdelkrim Nabi, lance un cri de colère. Après

avoir frappé à toutes les portes,

il s’est adressé à notre rédaction

où il est venu récemment, pour, dit-il, dénoncer son ex- clusion de la liste portant ho- mologation des cadres de la Ré- volution, réservée aux anciens moudjahidine. Ayant rejoint le maquis début 1957, dans la wilaya IV, il a été muté au poste de contrôle et ar- mement au djebel Boutaleb, dans la région de Sétif, pour être affecté ensuite au sein des transmissions (centre d’écoutes) aux frontières Est. Un parcours

révolutionnaire digne des héros de la Révolution, mais qui ne lui

a pas valu la reconnaissance au-

près du secrétariat de l’Associa- tion nationale des moudjahidi- ne de l’armement et des liaisons générales (Malg), dont il dé- nonce le parti pris et la “hogra”. Pour autant, cet ancien “Mal- gache” a tenu à dénoncer une des tares, qui a touché de plein fouet

une des plus respectueuses as- sociations d’anciens moudjahi- dine : le manque de transparen- ce dans l’octroi de ce droit. L’homologation des cadres de la Révolution, “de par son essence, est réservée aux moudjahidine, en fonction de leur ancienneté et par grade”, a indiqué, M. Nabi, en re- levant qu’au lieu de cette procé- dure, “la clique dirigeante de l’association a établi dans le se- cret et la discrétion la plus tota- le une liste, disponible au secré- tariat du Malg”. Notre interlo- cuteur, ajoute que “cette liste est complaisante, en dehors de

toute norme et logique, puisque

les moudjahidine engagés plus ré- cemment ont été les mieux servis, au détriment des anciens de 1959, 1958, 1957 et 1956, quel- le que soit la branche du Malg concernée, bien que les éléments de l’Armement aient été secrète- ment les premiers servis”. Dans son cri contre l’exclusion, M. Nabi, vaillant moudjahid hier et victime de l’ostracisme de ses pairs aujourd’hui, s’interro- ge : “Comment accepter que cer- tains se voient octroyer la quali- té de cadre de la nation et d'autres pas, à parcours égal ?”. Après avoir attiré, en vain, l’at- tention des responsables en char- ge de la question, l’ancien moud- jahid ne sait plus à quel saint se vouer. “L’ex-ministre des Moud- jahidine, approché à ce sujet, a af- firmé qu’il avait octroyé les droits en fonction de la liste qui lui avait été transmise par l’association du Malg, bien que des dérogations

aient tout de même été accor- dées”, raconte-t-il. Mais, pour lui, c’est loin d’être le cas pour tout le monde. “Ac- tuellement, il se trouve que beau- coup de moudjahidine du Malg, et pas des moindres, connus pour leur ancienneté au maquis depuis 1954-1955 et 1956-1957, ont été exclus de facto, sans raison, alors que des nouveaux, n’ayant rejoint les rangs de l’ALN qu’en 1960- 1961, y figurent en bonne posi- tion”, s’est-il insurgé, tout en se plaignant de ne trouver aucun écho favorable à sa requête. “À qui en appeler si aucune institu- tion officielle ne répond aux pré- occupations des moudjahidine ayant servi fidèlement, et qui ont préféré, une fois l’indépen- dance acquise, laisser la gestion du pays à plus compétents qu’eux ?”

AMAR R.

AGHRIBS (TIZI OUZOU)

Mobilisation pour la reprise des travaux du futur CET

n Dans un appel rendu public hier, l’APC et les comités de village de la commune d’Aghribs (Tizi Ouzou) ont appelé les citoyens de la commune et ceux de Fréha, commune voisine, à venir massivement assister à la reprise des travaux de réalisation du futur centre d’enfouissement technique (CET), situé à Bouhlalou, prévue aujourd’hui à 10h. Selon le document signé par le P/APC d’Aghribs, Irmeche Rabah, “accompagner ce projet d’utilité publique avérée tant attendu est un acte citoyen pour barrer la route aux personnes qui, pour des intérêts bassement personnels, invoquent des arguments fallacieux liés à l’environnement et à la santé pour saper ce projet”. Pour le P/APC d’Aghribs, “le meilleur moyen de protéger l’environnement et le citoyen où qu’ils soient, c’est de réaliser au plus vite cette usine et veiller à sa concrétisation dans les normes requises”, tout en soulignant que “notre souci à tous, c’est l’éradication définitive des décharges qui défigurent notre environnement et menacent notre santé aujourd’hui et demain dans toutes nos contrées, y compris à Bouhlalou”.

K. TIGHILT

LIBERTE Dimanche 2 août 2015

LE RADAR

L I B E R T E Dimanche 2 août 2015 LE RADAR DE LIBERTÉ 5

DE LIBERTÉ

5

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

ALORS QU’ILS SONT PRATIQUEMENT INTROUVABLES AUPRÈS DES ACTEL D’ALGÉRIE TÉLÉCOM

Des modems 4G en vente sur OuedKniss

D’ALGÉRIE TÉLÉCOM Des modems 4G en vente sur OuedKniss n Après les cartes de recharge d’Algérie

n Après les cartes de recharge d’Algérie Té- lécom vendues sur le marché parallèle, c’est au tour des modems 4G de faire leur appa- rition sur le site dit marchand d’OuedKniss. Plusieurs annonces sont présentes sur ce site, très visité par les internautes, proposant des modems à 4500 DA, 6500 jusqu’à 10 000 DA. Un simple clic sur OuedKniss et nous rele- vons des propositions de Linuxat, Newvi- sionnet, Sarl Newvisiontech, Sarl Newvision DZ, etc., sans compter les particuliers. Lesdites sociétés qui, en fait, n’ont aucune existence légale vont jusqu’à accompagner

la vente par d’autres services comme l’ins- tallation et la configuration, facturés glo- balement à 19 000 DA. Une pratique qui en a étonné plus d’un à plus forte raison que la disponibilité en termes de quantité ne semble pas poser problème à ces supposées sociétés, alors que ces mêmes pro- duits sont quasiment introuvables dans les Actel d’AT. Azouaou Mehmel, PDG d’Algérie Télé- com, a lui-même reconnu récemment que cette indisponibilité va perdurer jusqu’à la réalisation de l’extension du réseau.

LA COUR SUPRÊME A CONFIRMÉ LE VERDICT

Trois ex-élus à l’APC de Tizi Ouzou condamnés à la prison ferme

n La Cour suprême vient de confir-

mer la condamnation à la prison fer- me de trois ex-élus à l’APC de Tizi Ouzou. Poursuivis pour dilapidation de deniers publics et pour détour- nements, un ancien édile et son ad-

ont été

joint, d’obédience

condamnés, en première instance, à 18 mois de prison ferme. Le même

verdict vient d’être confirmé par la

Cour suprême.

Un troisième élu

du même parti est aussi condamné

pour destruction “volontaire ou in- volontaire” du matériel de la com-

établissements

la municipalité, qu’il

scolaires

mune destiné aux

FLN,

de

avait laissé à l’abandon jusqu’à sa dé- térioration.

municipalité, qu’il scolaires mune destiné aux FLN, de avait laissé à l’abandon jusqu’à sa dé- térioration.

LE 2 AOÛT 1936 AU STADE D’EL-ANASSER

Les militants du PPA se souviennent

AU STADE D’EL-ANASSER Les militants du PPA se souviennent n C’est aujourd’hui que les militants du

n C’est aujourd’hui que les militants du PPA (Parti du peuple algérien) vont célébrer le 79 anniversaire de la fameuse déclaration de Messali Hadj, prononcée le 2 août 1936 au stade d’El-Anasser devant plus de 20 000 per- sonnes venues assister à un congrès animé par des personnalités politiques de l’époque. “Mes frères, cette terre n’est pas à vendre ni à hypothéquer, cette terre elle est à ses héri- tiers qui sont là pour la défendre”, avait alors, déclaré le père fondateur du nationalisme al- gérien, montrant ainsi la voix du combat pour l’indépendance. À l’occasion de cet an- niversaire, un des derniers compagnons de Messali Hadj en la personne d’Ali Agouni lance un appel à la réconciliation des Algé-

riens “en

à leur juste place les

hommes et les événements, rétablir les faits

dans l’ensemble de leurs dimensions.”

e

remettant

OUM EL-BOUAGHI

40

cigognes

décou-

vertes

mortes

n Une quarantaine

de cigognes ont été découvertes, le 22 juillet, mortes sur la ligne MT (moyenne tension) et coincées en haut des supports en plusieurs points sur les deux dérivations d’électrification rurale El-Manchar et El-Medfoun, avons- nous appris auprès de la direction de distribution de l’électricité et du gaz d’Oum El-Bouaghi. Cet incident, ajoute la même source, a engendré des perturbations dans les daïras de Aïn Babouche et Oum El- Bouaghi, précisant que “la vague de chaleur de ces derniers jours donne lieu à une consommation croissante et excessive d’électricité. Celle-ci entraîne une diminution de la tension électrique et cause des pannes souvent imprévues avec des coupures hors de notre portée”.

CLINIQUE RÉNALE DAKSI À CONSTANTINE

Un taux d’échec des greffes de 100%

À CONSTANTINE Un taux d’échec des greffes de 100% n Suite au scandale de la ma-

n Suite au scandale de la ma- ternité du CHU Ibn- Badis de Constantine, d’autres en- quêtes ont été déclenchées dans différents services du centre hospitalo-universitai- re, dont celui de la Chirurgie B et le service d’ophtalmolo- gie. D’autres structures hos- pitalières de la wilaya sont également visées par des en- quêtes, à l'exemple de la cli-

nique rénale de Daksi. En ef- fet, une commission minis- térielle est à pied d’œuvre de- puis lundi dernier, suite à l’échec des greffes rénales enregistrées dans cette cli- nique, et ce, depuis sa relan- ce en 2013. Notons que le nombre de greffes rénales effectuées en deux ans est de 4 seulement ! Et les quatre ont échoué.

NUMÉRIQUE

Une rencontre nationale en septembre 2015

n Un événement high tech de grande envergure est at- tendu pour septembre prochain à l’initiative de l’Asso- ciation pour la protection et l’orientation du consom- mateur (APOCE), en collaboration avec le Cercle de ré- flexion sur le numérique à Alger. La rencontre nationale en question regroupera des professionnels de l’IT et des TIC, des représentants de l’ARPT et ceux des opérateurs, en plus d’universitaires et autres experts, sans exclure les utilisateurs en tant que consommateurs. Le débat sera enrichi pour aboutir, selon les initiateurs de cette réunion, à une série de propositions à soumettre à différents ni- veaux de responsabilités dans le domaine, à commen- cer par le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (MPTIC).

ARRÊT SUR IMAGE

ARRÊT SUR IMAGE Les plages non surveillées représentent un grand danger pour les enfants : plusieurs

Les plages non surveillées représentent

un grand danger pour les enfants : plusieurs noyades ont été enregistrées.

6

L’actualité en question

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

PROPOSITIONS DU FCE CONTENUES DANS LE DOCUMENT REMIS À SELLAL

Les TIC, les transports et le tourisme au menu

Il s’agit de secteurs-clés qui méritent plus d’égards quant à leur impact sur l’économie nationale et sur le quotidien des Algériens.

R eçu lundi dernier par le Premier ministre, Ali Haddad, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), a remis à Sellal un do-

cument dans lequel il détaille un cer- tain nombre de propositions à même de contribuer à “l’émergence de l’éco- nomie algérienne”. Le document en question, mis en ligne sur le site du FCE, traite, entre autres, de trois sec- teurs-clés qui ont un impact direct sur l’économie nationale et sur le quotidien des Algériens. L’on relè- ve, alors, le secteur des transports dont notamment les domaines aé- rien et portuaire pour lesquels le FCE recommande “l’ouverture du trans- port des passagers et le travail aérien au privé (opérateurs nationaux)”. Le FCE a proposé aussi de “mettre en place une agence de régulation des ac- tivités du secteur aérien qui doit veiller au bon déroulement des acti- vités (contrôle antidumping, respect des règles commerciales, etc.)”. L’or- ganisation patronale a abordé, par ailleurs, “l’ouverture du transport maritime au secteur économique privé national” faisant remarquer que “la quasi-totalité du transport maritime est effectuée par des ar- mateurs et opérateurs étrangers du fait de la réglementation actuelle”. Le FCE plaidera pour “la construction d’une grande infrastructure por- tuaire à la mesure de la position cen- trale privilégiée qu’occupe l’Algérie par rapport à plusieurs régions actives du monde” et recommande “la dé- monopolisation des activités por- tuaires (manutention, acconage, re- morquage, etc.)”. Pour le terrestre, le FCE propose de le réglementer sou-

APS
APS

Ali Haddad, président du FCE, reçu par le Premier ministre Abdelmalek Sellal.

d’éviter la double taxation d’une même raison sociale et faire pratiquer le principe de neutralité technolo- gique”. Il finit sur l’utilité de “mettre en place un guichet unique pour l’homologation et l’autorisation d’im- portation des équipements”.

Tourisme : “Bon nombre de nos établissements hôteliers ne sont pas au niveau des stan- dards internationaux requis” Partant du constat que “c’est le ni- veau de l’offre touristique qui condi- tionne en grande partie la réussite d’une politique touristique”, le FCE

a reconnu dans son rapport sur la

partie “tourisme” que “bon nombre

de nos établissements hôteliers ne sont pas au niveau des standards inter- nationaux requis pour pouvoir concurrencer des destinations qui, elles, ont intégré, depuis longtemps déjà, le secteur du tourisme comme priorité nationale”. Il enchaînera en parlant des contraintes relevées :

tenant qu’“il est de plus en plus investi par des opérateurs étrangers qui ob- tiennent le contrôle total en amont et en aval du transport des marchan- dises algériennes” et de mettre en pla- ce la Bourse de fret.

développer les réseaux d’accès à l’in- formation par les acteurs légitimes”. Il recommandera, en outre, de per- mettre l’utilisation de toutes les technologies mobiles par tous les opérateurs mobiles, des technologies fixes (filaires ou sans fil) par tous les

cohérence avec le principe de non- discrimination de la loi 2000-03 et des décrets exécutifs autorisant l’ex- ploitation de réseaux publics de té- lécommunications, afin de dispen- ser les opérateurs autorisés de la pro- cédure d’agrément d’équipements

“La disponibilité du foncier touris- tique, l’accès au financement touris- tique et à la formation, ouverture du secteur touristique au privé”. À ce titre, le FCE recommande la création d’une banque dédiée au développe- ment du tourisme, le règlement de

Télécommunications : “Annuler

opérateurs fixes et des technologies

sensibles. Il recommande aussi d’an-

la

problématique de l’Open Sky et de

la pratique d’approbation de

satellitaires par les opérateurs spé-

nuler la pratique d’approbation de

la

libéralisation du secteur aérien. Il

catalogues d’interconnexion

cialisés. Il propose aussi de mettre en

catalogues d’interconnexion en vio-

a

abordé, à juste titre, que le pro-

en violation de la loi (…)” En abordant le développement du secteur des télécommunications, le FCE a commencé par mettre en

place un guichet unique pour l’ho- mologation et l’autorisation d’im- portation des équipements néces- saires au fonctionnement et à l’opé-

lation de la loi, obligeant les opéra- teurs à orienter les ventes des services d’interconnexion et des liens de transport (télécommunications) sur

blème pose avec acuité le chapitre “visa” en recommandant la facilita- tion pour l’obtention des visas tou- ristiques à l’entrée des frontières. Il

exergue la pertinence de “veiller à

ration de tous types d’infrastructures,

la base des coûts. Il parle de réviser

a

proposé, en définitive, d’organiser

l’application du principe de neutra- lité technologique, en donnant à toutes les techniques la même re-

d’application et de réseau, sans dis- tinction de régime, et dans un délai raisonnable de 15 jours et d’œuvrer

la durée de validité des différents ré- gimes en la portant à 5 ans mini- mum. Il propose aussi “de faire une

une journée d’étude sur le tourisme en Algérie et de réactiver le Conseil national du tourisme.

connaissance juridique dans le but de

à l’amendement du décret 09-410, en

distinction nette entre les régimes afin

NABILA SAÏDOUN

PARC AQUATIQUE LOMPI-FAMILY PARK DE BATNA

Une destination privilégiée des estivants de l’Est

S ur un site de près de 5 hectares, le parc d'attractions Lompi-Family Park appelé communément le parc d’at- tractions aquatiques de Djerma, dans la wilaya de

Batna, continue de drainer des visiteurs des quatre coins de l’est du pays. En effet, le parking plein à craquer de véhicules aux im- matriculations cosmopolites montre que les touristes et es- tivants de plusieurs wilayas, dont Sétif, Guelma, Khenchela, Biskra, Souk-Ahras, M’sila, Constantine, Annaba, El- Oued et autres localités de la région, s’y rendent pour pas- ser la journée et profiter du cadre offert par cet endroit re- levant du groupe Lompi appartenant à Abdehalim Lem- barkia, qui compte réaliser un autre parc aquatique couvert avec une piscine à vagues artificielles. Le parc, qui a ouvert ses portes en 2009, est devenu une at- traction régionale majeure. Avec plus de dix attractions aquatiques, six piscines de différentes profondeurs, à savoir deux pour enfants et quatre pour adultes, avec une pisci- ne spéciale femme et des bacs de réception des toboggans, l’aquaparc est ouvert 7 jours/7 de 10h à 19h. L’espace familial par excellence reçoit en moyenne près de 1 000 personnes par jour avec des pics notamment les week- ends. Les plagistes, surveillants et autres responsables de la sécurité assurent des services de qualité notamment en ma- tière de sécurité et d’hygiène. “Outre les loisirs aquatiques qui connaissent depuis le début de la saison estivale un grand rush, le cadre est familial et agréable et l’ambiance est très

bon enfant. Nous avons une infirmerie, deux salles pour la prière dont une pour les femmes, une pizzeria, une cafété- ria et des magasins pour vendre des maillots de bain et autres produits. Nos cinq bus assurent gratuitement plusieurs na- vettes par jour entre Batna et le parc”, nous dira le premier responsable du parc aquatique, Bensaâdi Amine. Et d’ajou- ter : “L’accès des personnes âgées, des handicapés et des en- fants de moins de trois ans est gratuit. Notre objectif est de satisfaire tout le monde et notre plaisir est de voir les gens revenir.” Par ailleurs, le responsable des ressources humaines du parc, Djebara Mustapha, se réjouit de la qualité des services offerts au parc qui emploie près de 150 personnes durant la sai- son estivale. “Notre parc d'attractions, qui s’étend sur 24 hec- tares, dispose de pistes de quad et de karting uniques en Algérie. Ces dernières accueillent annuellement les compé- titions officielles de la Ligue nationale des sports mécaniques. Pour le bien-être des visiteurs, notamment les enfants, nous avons une dizaine d'attractions, des restaurants, des snacks et sandwicheries”, dira notre interlocuteur qui ne manque pas de souligner qu’aucun cas d’agression n’a été enregistré dans le parc depuis plusieurs années. De leur côté, les visiteurs que nous avons rencontrés ont indiqué à Liberté que le parc offre un cadre et des moments d’évasion et de quiétude pour les adultes et les enfants.

FAOUZI SENOUSSAOUI

AUTOROUTE EST-OUEST

Mobilis : mise air de nouveaux sites pour sa couverture réseau

n Mobilis annonce l'amélioration et la densification de sa couverture réseau sur l'axe autoroutier Est-Ouest, suite à la mise en service de nouveaux sites de couverture, dont les derniers étaient dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, desservant le tronçon allant entre la commune d'El-Yachir et de Hammam El-Biban, en plus du lancement de travaux d'optimisation de haute technicité, nécessaires pour intégrer les derniers sites déployés récemment sur d'autres régions, en confirmant ainsi la distinction de Mobilis par sa couverture réseau, la plus étendue à travers le territoire national. Ces dernières mises en air de sites de couverture ont été opérées dans des délais record pour répondre à l'engagement tenu par M me Houda-Imane Feraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication lors de sa dernière visite à Bordj Bou- Arréridj, promettant dans son intervention en direct sur une émission de la radio locale de la wilaya d'apporter les améliorations nécessaires pour garantir une couverture de qualité du réseau Mobilis. Mobilis rappelle également la disponibilité de ses produits, ses offres et services au niveau des relais autoroutiers déjà opérationnels, apportant ainsi un confort et un accompagnement commercial aux voyageurs. À travers cette présence technique et commerciale, Mobilis confirme son engagement d'être toujours proche de ses clients pour leur offrir un service de haute qualité. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Mobilis au www.mobilis.dz

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

L’actualité en question

7

POLITIQUE DES SUBVENTIONS

Le FCE prône le soutien des personnes à faible revenu

Dans sa contribution pour l’émergence de l’économie algérienne, le Forum des chefs d’entreprise (FCE) suggère d’abandonner graduellement la politique “budgétivore” de subvention des produits de première nécessité, plaidant pour la réorientation stratégique de ces subventions pour les plus démunis. Ce qui serait économiquement plus viable.

L es rédacteurs du do- cument récapitulant les propositions du FCE, et qui vient d’être soumis au Pre- mier ministre, propo-

sent de réinventer le système de so- lidarité nationale pour faire profiter l’économie de l’effort intervention- niste de l’État. Ils proposent de ne plus soutenir les prix, mais plutôt les personnes sans revenus ou à faibles revenus. Ainsi, ont-ils souligné, cet effort national, qui s’est chiffré à 60 milliards de dollars en 2014 (30% du PIB) et qui ne peut être soutenu au même rythme à cause de la chute des recettes d’exportation des hydro-

carbures, ne bénéficiera qu’à ceux qui en ont besoin. “Continuer à soutenir le sucre, le lait, l’huile pro- fite aussi aux pâtissiers, transfor- mateurs du lait (yaourt, crème des- sert, fromage), aux hôtels, restau- rants, producteurs de boissons. Cet- te nouvelle politique permettra de re- voir le système des subventions ac- cordées aux entreprises nationales, telles que Sonelgaz, Naftal, ADE, OAIC, Onab, en contrepartie du gel des prix”, constate-t-on. Le FCE, qui pense que la politique actuelle des subventions affaiblit l’efficacité des entreprises assurant ces services publics, recommande, en effet, d’établir, et en urgence, un ca-

lendrier d’abandon de ces subven- tions et de libérer les prix au bout d’une période de 3 à 4 ans. Il prône l’instauration d’“une allocation so- lidarité” pour doter des ménages ci- blés en fonction de leurs revenus. Une allocation qui complète les re- venus des ménages démunis sans pour autant inciter les gens à ne pas rechercher du travail. L’organisation patronale a identifié trois catégories qui pourraient bé- néficier de ce système, à savoir “les foyers sans ressources ou vivant sous le seuil de pauvreté, soit 24% de la po- pulation (9 millions d’habitants ou 1,8 million de foyers), les foyers au re- venu égal au SNMG ou du niveau

SNMG (soit 1,2 million de familles ou 6 millions de personnes) et les foyers au revenu égal à 1,5 fois le SNMG (soit 600 000 familles ou 1,2 million personnes)”. Suivant les calculs du FCE, la première catégorie pourrait bénéficier d’une dotation de 10 000 DA/mois, la deuxième de

8

000 DA/mois et la troisième de

4

000 DA. Une allocation qui béné-

ficierait à 18 millions de personnes pour un coût de 360 milliards de di- nars par an. Ajouter à cela les frais qu’impliqueraient la mise en œuvre de ce dispositif. Suivant les calculs du FCE, le recrutement de 100 000 universitaires pour renforcer les ef- fectifs des APC engendrerait des frais

RELANCE ÉCONOMIQUE

La technopole, ce moteur de croissance

L e recul des revenus pétroliers du pays dû à la chute du cours des hydrocarbures

risque d’engendrer d’importantes tensions budgétaires qui secoue- ront le front social. La réorientation urgente de la politique socioécono-

mique, qui sauvera l’Algérie du dra- me qu’elle a connu au lendemain de l’année 1986, s’avère plus que né- cessaire. L’économiste, Abderrah- mane Mebtoul, estime que la bataille de la relance économique de l’Algé- rie et le retour de la croissance pas- sent impérativement par une plus grande efficacité et une maîtrise des dépenses publiques. Un tel objectif implique un cadrage pluriannuel des finances publiques. Il suggère, à ce propos, une évalua- tion approfondie de l’efficacité des dépenses fiscales et sociales dont le montant dépasse un certain seuil. Pour plus de transparence et de suivi de la dépense publique, il est souhaitable, avoue-t-il, de supprimer

le Fonds de régulation des recettes, d’établir la loi des finances selon le cours moyen du marché et d’ins- taurer une caisse pour les généra- tions futures en cas d’excédent des recettes d’hydrocarbures. Le déve- loppement de l’Algérie devra repo- ser sur l’initiative locale. Car, argue- t-il, toute action centralisatrice sans l’implication des acteurs locaux est vouée à l’échec. Il s’agit, pour M. Mebtoul, de revoir la fiscalité lo- cale avec “un système de péréquation entre les régions riches et les régions pauvres afin de promouvoir une ges- tion budgétaire performante des col- lectivités territoriales”. Dans le cadre de ces réformes locales, affirme-t-il, l’on devrait privilégier l’autonomie budgétaire plutôt que l’autonomie fiscale pour inciter les électeurs à mieux contrôler les dépenses des col- lectivités (locales). L’autre solution proposée par le P r Mebtoul face à cet- te situation délicate que traverse le pays est la création, dans le cadre

d’un aménagement du territoire ré- fléchi, de technopoles, par grandes régions. “Les technopoles sont de véritables moteurs de croissance pour les pays”, explique-t-il. Les techno- poles permettent de créer des em- plois localement à travers l’implan- tation d’entreprises internationales et la création de nouvelles sociétés, et contribueront, de ce fait, à la croissance économique des pays. Sur un autre registre, le président de l’Association pour le développe- ment de l’économie de marché (Adem) voit en la lutte contre la bu- reaucratie l’intégration de la sphère informelle dans le circuit officiel et la réorganisation des corps de l’État, une démarche indispensable dans la politique économique que doit prô- ner le gouvernement contre les mé- faits de la crise. “La sphère informelle, qui contrôle 40% de la masse moné- taire en circulation et 65% des seg- ments de marché des produits de pre- mière nécessité, est le résultat de la bu-

reaucratie et des dysfonctionnements des différents appareils de l’État”, re- lève-t-il avec ferme conviction. Il se- rait utile, souligne-t-il, d’introduire les partisans du marché noir dans les mécanismes économiques officiels en leur redonnant confiance au moyen de la délivrance des titres de propriété et non par des mesures ad- ministratives qui ont l’effet contrai- re. Abderrahmane Mebtoul pense que l’assainissement des entreprises pu- bliques, qui a coûté au Trésor public plus de 50 milliards de dollars entre 1991 et 2010, n’a pas eu l’effet es- compté. Preuve en est, plus de 70% de ces entreprises sont revenues à la case départ à cause de l’instabilité ju- ridique, le manque de cohérence et de visibilité dans la politique so- cioéconomique dans un contexte de plus en plus mondialisé, de sur- croît turbulent et en perpétuel chan- gement.

B. K.

LA GRANDE-MOSQUÉE D'ALGER

Elle sera réceptionnée dans les délais

L e ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, a in- diqué, hier, que le gros œuvre de la Gran-

de-Mosquée d'Alger est achevé à 65%, estimant qu'elle sera réceptionnée “dans les délais impar- tis”, soit en septembre 2016. Lors d'une visite d'inspection au chantier, le ministre a constaté que la cadence des travaux a augmenté depuis quelques mois et que “le gros œuvre est achevé à 65%”. “Ce projet est complexe”, a indiqué le mi- nistre, qui a demandé à l'entreprise chinoise char- gée de la réalisation (CSCEC) de la Grande-Mos- quée d'Alger de maintenir la cadence actuelle des travaux, en constatant une hausse significative de coulage du béton, qui est passé de 12 000 m 3 à

15 000 m 3 . “C'est ainsi qu'on peut rattraper le re- tard de 18 mois enregistré par le projet”, a-t-il ajou- té pour achever dans les délais les travaux de construction de Djamaâ El-Djazaïr, dotée d'une salle de prière de plus de 20 000 m² pouvant ac- cueillir jusqu'à 120 000 fidèles. Le ministre a, par ailleurs, souligné que cette infrastructure sera do- tée de sa propre centrale électrique et son ap- provisionnement en eau pour être autonome. Le ministre a relevé, également, que les ouvriers com- mencent à préparer la pose des charpentes à la coupole de la salle de prière, alors que les autres parties du projet comme la bibliothèque et Dar El-Qoran sont à des stades divers d'avance- ment, à commencer par les travaux de ferrailla-

ge et de coffrage. S'étendant sur plus de 20 hec- tares, la Grande-Mosquée d'Alger compte dou- ze bâtiments indépendants dont une salle de priè- re, une esplanade et un minaret d'une hauteur de 270 m, une bibliothèque (2 000 places), un centre culturel, une maison du Coran (300 places), un musée d'art et d'histoire islamiques, un par- king de 6 000 véhicules, des bâtiments adminis- tratifs, ainsi que des espaces réservés à la restau- ration. Par ailleurs, M. Tebboune a affirmé que les souscripteurs au projet AADL 2001/2002, ain- si que les souscripteurs pour les logements pro- motionnels publics (LPP) recevront leur préaf- fectation à partir de décembre prochain.

APS

supplémentaires de l’ordre de 32 milliards de dinars par an. Or, précise-t-on, le coût global de ce dis- positif représente à peine 23% des 1 700 milliards de DA alloués ac- tuellement pour le soutien des prix. En plus, l’abandon de cette politique de soutien des prix éliminera l’acti-

vité de contrebande.

Ce qui permettrait encore de réali- ser des économies de l’ordre de 20 à 25%. “Le système suggéré, et qui né- cessitera évidemment des analyses plus fines, sera plus juste, plus éco- nomique et contribuera à éliminer les niches qui favorisent actuellement le phénomène de la rente, la corruption et le gaspillage de ressources rares”, conclut-on. Le FCE propose de mettre ce dis- positif en œuvre graduellement : “Li- bérer les prix du carburant et de l’énergie au bout de 4 semestres et li- bérer la totalité des prix et subven- tions au bout de 6 à 8 semestres.”

L. H.

IMPORTATIONS

Création d'une cellule pour un meilleur contrôle aux frontières

n Une cellule chargée d'engager une réflexion approfondie pour la mise à niveau du dispositif juridique et organisationnel régissant le contrôle aux fron- tières a été mise en place sur ins- truction du ministre du Commerce, Bakhti Belaïb.

Cette décision a été prise lors d'une séance de travail, tenue jeudi dernier à Alger, regroupant M. Belaïb et les chefs d'inspection du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes aux fron- tières, a indiqué hier un commu- niqué du ministère du Commerce. Cette réunion a été consacrée à l'évaluation de l'acti- vité du contrôle aux frontières et à l'examen des conditions de tra- vail dans lesquelles exercent ces agents contrôleurs. À cette occa- sion, M. Belaïb a donné des orien- tations pour une prise en charge efficiente du contrôle des pro- duits importés, selon la même source. Dans ce sens, il a mis l'ac- cent notamment sur les diffé- rentes questions liées à la protec- tion de la santé, à la sécurité des consommateurs, ainsi qu'à la lutte contre le phénomène de la contrefaçon, tout en insistant sur le fait que des mesures appro- priées doivent être développées pour assurer une réelle protec-

tion des consommateurs.

ailleurs, il a appelé les services de contrôle aux frontières à réserver un traitement diligent aux dos- siers présentés par les opérateurs et à se mobiliser davantage pour la protection de l'économie natio- nale, précise le communiqué.

APS

Par

8 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE

8

Publicité

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clientèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 03/08/2015 de 09h00 à 16h30. Cette coupure concernera la commune de Hussein Dey et touchera les quartiers suivants :

• RUE DE CONSTANTINE

• AVENUE POINT-CARRE COTE BAS

• RUE DE CONSTANTINE, DE LA RUE DE LA PAIX A LA RUE BOUDA MED

• RUE DE LA PAIX

• RUE DE TRIPOLI DU N°120 AU N°128 ET N°125

• RUE PARNET DE AVENUE POINT-CARRE HAMLAT SAID

• ZERMATI 124 RUE DE TRIPOLI Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°338 532 Liberté du 02/08/2015

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clientèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 03/08/2015 de 09h00 à 16h30. Cette coupure concernera la commune de Hydra et touchera les quartiers suivants :

• RUE LARBI ALLIK DU N°28 AU N°56

• RUE DAUZIA DU N°01 AU N°16

• RUE DU CHENOUA DU N°01 AU N°06

• RUE MARCEL SINTES

• IMMEUBLE SHELL A2, A3 CITE LA RESIDENCE

• RUE D’ANJON 1, 2, 3, 4

• BT A ET BT B 120 LOGTS CITE SOCIALE

• CHEMIN DE LA MADELEINE

Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°337 611 Liberté du 02/08/2015

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clien- tèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 04/08/2015 de 09h00 à 16h30. Cette coupure concernera la commune de Bir Mourad Raïs et touche- ra le quartier suivant :

• RUE DE SIDI YAHIA 1

Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°338 606 Liberté du 02/08/2015

Filiale SONELGAZ EPE ROUIBA ECLAIRAGE SPA AU CAPITAL DE 1 348 550 000 DA EPE

Filiale SONELGAZ

EPE ROUIBA ECLAIRAGE

Filiale SONELGAZ EPE ROUIBA ECLAIRAGE SPA AU CAPITAL DE 1 348 550 000 DA EPE ROUIBA

SPA AU CAPITAL DE 1 348 550 000 DA

EPE ROUIBA ECLAIRAGE - FILIALE SONELGAZ

Recrute

UN DIRECTEUR DE L’ADMINISTRATION ET DES FINANCES

Exigences :

• Diplôme en finances et comptabilité

• Expérience professionnelle d’au moins 10 ans

• Age limité à 47 ans maximum

• Résider sur l’axe Alger-Boumerdès

• Libre de tout engagement

Envoyer lettre de motivation + CV + copie du diplôme à ROUIBA ECLAIRAGE SPA BP 10, zone industrtielle de Bouiba, Alger ou sur notre email : contact@rouibaeclairage.com Important : Tout dossier incomplet sera rejeté.

ANEP n°208 116 Liberté du 02/ 08/2015

Une société étatique du secteur des assurances recrute Pour les besoins de sa direction générale sise à Alger

UN CADRE COMPTABLE DES ASSURANCES

Exigences du poste:

• Diplôme universitaire (licence en sciences commerciales, option comptabilité). •Expérience : quatre (04) ans minimum dans le domaine de la comptabilité des assurances (direction générale ou régionale).

Pour sa nouvelle agence d’Ouargla

UN DIRECTEUR D'AGENCE D’ASSURANCE

Exigences du poste:

• Diplôme universitaire (licence en sciences commer-

ciales).

• Expérience : trois (03) ans minimum dans le domai-

ne des assurances (dans un poste similaire) ou quatre (04) ans dans un poste de responsabilité.

• Lieu de résidence : Ouargla.

• Possédant un permis de conduire.

• Le véhicule sera un atout.

Envoyez votre CV à :

taladaf@yahoo.com

ANEP n°208 104 Liberté du 02/08/2015

ANEP n°338 694 Liberté du 02/08/2015
ANEP n°338 694 Liberté du 02/08/2015

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

L’Algérie profonde

9

BATAILLE RANGÉE DANS UN CAMPING À SOUK EL-TENINE

Plus de six cents estivants évacués

Pour éviter que la situation ne dégénère, mais aussi à cause du surnombre d’estivants dans le camping, une décision a été prise par les responsables pour évacuer les six cents jeunes parmi les 1860 ayant élu domicile dans ce camp de toile.

D. R.
D. R.

C e qui devait être un séjour de plaisir au bord de la mer, au milieu d’une forêt de pins, dont ils ont peut-être rêvé

depuis longtemps, a failli tourner au cauchemar : des jeunes, exacte- ment six cent six, pour la plupart originaires de Béchar, ont été éva- cués, jeudi dernier, vers Zéralda, alors que d’autres ont regagné leur domicile au lendemain d’une bataille rangée dans un camping à Souk El-Tenine, à l’est de Béjaïa, entre ces jeunes et des jeunes de la localité. Tout a commencé lorsque des jeunes Bécharis, qui seraient en état d’ébriété, ont pro- testé contre ce qui est perçu par eux comme un retard pour secou- rir un des leurs, noyé en mer. C’est alors qu’ils ont tenté de sac- cager des cabanons, raconte une

Des jeunes originaires de Béchar, en état d’ivresse, ont semé la terreur au sein du camping.

source locale. Une attitude qui n’a pas été du goût des jeunes habi- tants de la localité dont certains, tenant des baraques de fortune, ont réagi en poursuivant les assaillants qui ont battu en retrai- te vers leur camping. S’ensuit alors une bataille rangée à coup de pierres qui, fort heureusement, n’a fait aucun blessé grave, selon la même source. Même le fourgon de la police, intervenue pour mettre fin à “l’accrochage” ayant duré plusieurs heures, n’a pas échappé aux jets de pierres, préci- se notre source. Selon un employé du camping, six tentes ont été incendiées par les jeunes en furie, pour la plupart des adolescents venus dans le cadre d’un pro- gramme du ministère de la Jeunesse, en collaboration avec l’Analj (Agence nationale des loi- sirs des jeunes), au profit des

jeunes du Sud. Pour éviter que la

situation ne dégénère, mais aussi

à cause du surnombre d’estivants

dans le camping, une décision a été prise par les responsable pour évacuer les six cents jeunes parmi

les 1860 ayant élu domicile dans ce camp de toile.

Beni Ksila : rixe entre habitants et des employés d’un cabaret

À Beni Ksila, à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, des scènes similaires de violence ont été enregistrées durant la nuit de mercredi à jeudi. Une bagarre qui

a éclaté entre deux jeunes du villa-

ge d’Aït Mendil et des employés d’un cabaret a suscité l’ire des habitants de la localité lesquels s’en sont pris aux biens du pro- priétaire de l’établissement. Selon une source locale, les faits remon- tent à l’après-midi de mercredi

lorsqu’un videur du cabaret qui se baladait sur la plage alors qu’il

était accompagné d’un groupe de femmes exerçant dans l’établisse- ment a été prié de quitter les lieux. L’attitude du jeune n’ayant pas été du goût de l’employé, ce dernier a appelé ses amis pour s’en prendre au jeune et à un de ses amis leur causant de graves blessures. Les habitants de la localité ayant eu vent de ce qui s’est passé ont réagi en saccageant un local commer- cial appartenant au propriétaire du cabaret avant d’arroser de pierres son établissement. Les

scènes de violence qui se sont poursuivies jusqu’à une heure tar- dive de la nuit n’ont pris fin qu’avec l’intervention des élé- ments de la gendarmerie lesquels ont ouvert une enquête pour déterminer les raisons exactes de cette rixe.

HAKIM KABIR

AÏN EL-HAMMAM (TIZI OUZOU)

Plusieurs foyers d’incendie enregistrés

S i les services de la Protection civile de la daïra de Aïn El-Hammam ont réussi à maîtriser d’une manière efficace le feu

de forêt qui avait ravagé des hectares d’olive- raie au village d’Aït Aïlem, durant le week- end, un des plus caniculaires, plusieurs foyers d’incendie favorisés par des rafales de vent ont menacé les habitations des villages d’Aït

Sellane et d’Aït Hamsi (commune d’Akbil). En effet, après avoir menacé des maisons dans ces deux villages, les flammes ont rapi- dement atteint deux autres villages de la commune voisine, Aïn El-Hammam, à savoir Agouni n’Teslant et Taourirt Amrane. Pour

certains, l’incendie a démarré naturellement à cause de la canicule qui aurait favorisé l’al- lumage par l’effet du verre, du soleil et de la broussaille. Pour d’autres, il serait le fait d’un mégot jeté par mégarde par quelque automo- biliste. Signalons que plus de 54 foyers d’in- cendies ont été signalés durant ces derniers jours dans les hauteurs de la région, rava- geant ainsi des centaines d’hectares de forêts et d’arbres fruitiers. Un capital arboricole qui constitue la source principale de beaucoup de familles. Par ailleurs, ce week-end aura mar- qué à jamais la population locale qui avait assisté impuissante aux flammes qui rava-

geaient les champs. Fort heureusement, en fin de journée de vendredi, un orage est venu apporter une aide aux sapeurs-pompiers qui avaient tellement souffert de ne pas pouvoir atteindre les flammes dans certains endroits inaccessibles. Enfin, s’il y a bien une leçon à tirer de cette catastrophe, c’est bel et bien la solidarité villageoise et leur combat indéfec- tible dans les plus mauvaises situations, mais aussi l’urgence d’installer une brigade de sapeurs-pompiers à proximité d’Akbil ou de Yatafène.

LIMARA B.

à proximité d’Akbil ou de Yatafène. LIMARA B. BRÈVES du Centre MÉDÉA Saisie de 490 canettes

BRÈVES du Centre

MÉDÉA

Saisie de 490 canettes de boissons alcoolisées

n Quelque 490 canettes de boissons

alcoolisées ont été saisies par les éléments de la police judiciaires de Béni-Slimane, 70 km à l’est du chef- lieu de wilaya, selon un communiqué de la direction de la sûreté de Médéa. La quantité d’alcool saisie était transportée à bord d’un véhicule de tourisme intercepté à un barrage de police érigé à l’entrée est de la ville, à l’issue d’une information faisant état de l’arrivée imminente de produits alcoolisés. L’opération de vérification et de fouille du véhicule a permis de mettre la main sur plusieurs variétés de boissons alcoolisées qui étaient destinées à la commercialisation par 2 individus dont un repris de justice. L’exploitation des signalements précis fournis par des citoyens via le numéro vert, faisant état de l’introduction de produits alcoolisés et du véhicule utilisé, a permis aux agents de police judiciaire d’agir avec efficacité et de parvenir à appréhender les 2 mis en cause. Ces derniers ont été déférés devant le procureur de la République qui a ordonné leur incarcération au centre de rééducation de Berrouaghia jusqu’à leur comparution devant le juge d’instruction pour transport illicite de boissons alcoolisées destinées à la commercialisation.

M. EL BEY

BOUMERDÈS

Un jeune de 19 ans meurt noyé

n Un jeune de 19 ans a trouvé la mort

vendredi au niveau de la deuxième plage de Boumerdès. Bien que celle-ci était surveillée, la victime n’a pu être sauvée malgré les secours apportés par les baigneurs qui se trouvaient sur place. La victime originaire de Sétif est venue passer ses vacances avec sa famille au niveau de cette plage très fréquentée. C’est la cinquième noyade en mer enregistrée dans la wilaya de Boumerdès depuis l’ouverture de la saison estivale sans compter trois autres noyades enregistrées au niveau des retenues collinaires. Par ailleurs, on a appris que la Protection civile a recensé plus de 400 interventions sur des plages surveillées, lesquelles ont permis de sauver de la noyade plus de 200 personnes, de soigner sur place 80 autres et d’en évacuer 10 vers des structures de santé.

M. T.

TIMEZRIT (BOUMERDÈS)

Un enfant se noie dans une bassine d'eau

n Un enfant âgé d'une année s'est

noyé, hier, vendredi, dans une bassine d'eau au village Ath Bellil de la commune de Timezrit ( Boumerdès) , limitrophe de M'kira ( Tizi-Ouzou). Affolés, les parents l'ont évacué en urgence vers l'hôpital Krim Belkacem de Draâ El-Mizan. On croit savoir que ce drame est arrivé au moment où la mère s'occupait du ménage dans une pièce voisine. On ne sait pas si le bébé avait rendu l'âme au cours de son transfert ou au moment de sa noyade. Encore une fois, les mamans devront être vigilantes notamment en ces temps caniculaires. Le corps de l'enfant devra être transféré au CHU Neddir Mohamed de Tizi-Ouzou pour subir l'autopsie et une enquête est ouverte par les services de sécurité les plus proches. Les parents vont tout de même subir un calvaire pour le rapatriement de sa dépouille d'autant plus que juridiquement ils dépendent du tribunal de Bordj Menaiel.

O. GHILÈS

10

L’Algérie profonde

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

10 L’Algérie profonde Dimanche 2 août 2015 LIBERTE BRÈVES de l’Est COMMUNE DE HESNAOUA (BORDJ BOU-ARRÉRIDJ)

BRÈVES de l’Est

COMMUNE DE HESNAOUA (BORDJ BOU-ARRÉRIDJ)

Des élus accusent le maire de mauvaise gestion

n Dix élus de la commune de

Hasnaoua, 10 kilomètres au nord de

Bordj Bou-Arréridj, ont adressé, en fin de semaine, une lettre au wali dans laquelle ils dénoncent la mauvaise gestion de leur municipalité. Ces derniers issus de divers courants politiques, et qui se disent agir conformément au code communal, ont tenu à travers cette requête et dont une copie nous a été remise hier,

à se démarquer et “rejeter

énergiquement les décisions du président de l’APC, source de blocage à tous les niveaux et cause du retard dans le développement de la commune”. Parmi les griefs retenus contre le P/APC, on citera les projets PCD et PSD qui ne sont pas issus, selon les élus contestataires, des différentes commissions et de l’assemblée ainsi que le problème de l’eau potable dont souffre la population de la commune depuis des années. “Au lieu de s’occuper de ce problème crucial et sensible, le président de l’APC se réfugie dans d’autres tâches insignifiantes sans aucun impact sur le bien-être des citoyens”, lit-on dans la déclaration signée par ces élus. Nous avons essayé de contacter le P/APC, qui est en congé, pour une réponse à ces accusations mais il était injoignable.

CHABANE B.

KHENCHELA

Un terrible accident fait 3 morts et 5 blessés

n Le CW3 reliant les communes de

Khenchela et Tamza a été, dans la nuit de jeudi à vendredi, le théâtre d’un terrible accident de la circulation faisant 3 morts et 5 blessés, apprend- on de source officielle. Le drame s’est produit lorsque deux voitures de marque Peugeot 505 et 605 sont entrées en collision. Les trois victimes ont rendu l’âme sur les lieux. Alertés, les éléments de la Protection civile se sont déplacés immédiatement sur les lieux en vue d’évacuer les blessés vers la structure sanitaire la plus proche, précise notre source. Une enquête est ouverte par les services de sécurité territorialement compétents.

M. ZAIM

MILA

Un mort et 26 blessés dans deux accidents de la route

n Vingt-six personnes ont été blessées

dans un accident de la circulation survenu ce jeudi sur la RN 27, au

niveau du pont à haubans d’Oued Dib,

à proximité de Hammam Beni

Haroun, au nord de Mila. L’accident s’est produit à 5h15, quand un bus de marque Toyota, immatriculé dans la wilaya de Constantine, a dérapé, causant des blessures plus ou moins graves à 26 de ses passagers. Âgées entre 5 et 60 ans, les victimes ont été secourues sur place par la protection civile de Grarem-Gouga qui les a évacuées, après les premiers soins, à la polyclinique de la ville. Par ailleurs, un automobiliste, B. A., 45 ans, a trouvé la mort, dans la nuit de mercredi à jeudi, dans le renversement de sa voiture, une Peugeot 205, au lieudit R’mila, dans la commune de Beni Guecha, sur la RN79. Sa dépouille a été déposée à l’hôpital de Ferdjioua par les services de la Protection civile, souligne notre source.

KAMEL B.

MILA

Le viaduc d’oued Dib risquerait la fermeture

La table du viaduc, longue de 640 mètres, a bougé légèrement vers l’intérieur du lac du barrage suite à un glissement qui aurait affecté les parties submergées de l’ouvrage, c’est-à-dire les pylônes qui le supportent.

L pont

e

à

haubans

d’oued Dib, qui en- jambe le lac du barrage de Beni Haroun, mis en service en 2001, aurait été affecté, tout récem-

ment, par des glissements. Selon une source bien informée, la table du viaduc, longue de 640 mètres, a bougé légèrement vers l’intérieur du lac du barrage suite à un glissement qui aurait affecté les parties sub- mergées de l’ouvrage, c’est-à-dire les pylônes qui le supportent. À en croire notre source, le systè- me de contrôle de la stabilité a ré- vélé, en effet, la présence d’un léger déplacement des culées de l’ou- vrage. “Le viaduc a glissé légèrement au niveau des culées” (extrémités posées sur les rochers), soutient notre informateur qui précise, par ailleurs, que si l’ouvrage continue de bouger malgré les mesures de sta- bilisation prises “on sera obligé de le fermer à la circulation”. Il est à si- gnaler que le représentant d’un bureau d’études italien spécialisé se trouve sur les lieux depuis lundi 28 juillet pour établir un diagnostic de l’état actuel des quatre appareils

d’appui de l’ouvrage. Pour la direction des travaux pu- blics, il n’y a absolument rien. “Les travaux qui se font actuellement au niveau du pont sont des travaux or- dinaires d’entretien programmés depuis l’année 2013”, nous dira le DTP, Abdellah Sellaï. S’agissant de la présence d’un bureau d’études

D. R.
D. R.

Si l’ouvrage continue de bouger malgré les mesures de stabilisation, sa fermeture sera de rigueur.

européen sur place, notre interlo- cuteur précise : “En l’absence d’en- treprises nationales spécialisées, on recourt à l’expertise étrangère”. L’étude en cours, souligne-t-on, concernera non seulement l’ou- vrage d’art en tant que tel, mais éga- lement les milieux aquatique et naturel où il est implanté. “Si l’étu- de italienne révèle par exemple des anomalies au niveau des appareils d’appui de l’ouvrage, on les changera

sans recourir pour autant à l’inter- ruption du trafic routier, car l’opé- ration, délicate qu’elle soit, ne né- cessitera pas plus de quinze mi- nutes”, dira Sellaï qui précise, dans le même sillage que “l’étude que le bureau italien est en train de réali- ser à oued Dib est une opération or- dinaire d’entretien et une étude si- milaire sera faite au pont de Fer- doua, un autre ouvrage d’art édifié sur le lac Beni Haroun”.

Signalons que le pont à haubans d’oued Dib, reliant Mila à Jijel, a été affecté, en 2007, par un glissement de l’une de ses culées, ce qui a né- cessité, à l’époque, la construction d’une extension de quelques mètres de la table du pont et la pose d’une armature en acier et un système de gabionnage pour renforcer sa stabilité.

KAMEL BOUABDELLAH

CÂBLE D'ÉNERGIE ÉLECTRIQUE SOUTERRAIN ENDOMMAGÉ À GUELMA

Six cents foyers pénalisés

U ne importante voie urbaine de commu- nication proche du siège de l'hôtel de vil- le, enregistre depuis plus d'un mois des

travaux opérés par une entreprise privée spé- cialisée dans la réalisation de réseaux d'assai- nissement. La circulation des véhicules est dé- viée depuis la mi-juin puisque des ouvriers s'at- tellent à creuser des tranchées pour installer des

canalisations métalliques et des avaloirs devant recevoir les eaux pluviales qui stagnaient au grand dam des piétons et des automobilistes. Cette opération PCD, dont le maître d'ouvrage

est l'APC de Guelma, se déroule dans des conditions désordonnées et des dégâts ont été enregistrés à deux reprises. En effet, un engin mé-

canique qui creusait la chaussée a endommagé lundi dernier le câble souterrain d'énergie élec- trique alimentant la partie inférieure de la cité Champ de manœuvres. Des centaines de foyers ont dû attendre pendant neuf heures le rétablissement de cette source d'énergie et les appareils de réfrigération, de congélation et de climatisation étaient à l'arrêt en cette période caniculaire. Ce jeudi matin, la pelleteuse-mécanique a, une fois de plus, dété- rioré ce câble privant d'électricité ce vaste sec- teur de la ville. Cet incident récurrent a créé un mouvement de mécontentement au sein des riverains qui af- fluèrent vers le chantier incriminé et exigèrent

l'arrêt des travaux et la réparation immédiate du câble défaillant. Le président de l'APC, les ser- vices de sécurité et ceux de Sonelgaz rallièrent ce chantier où des citoyens ont exprimé leur ras- le-bol sachant que le mercure atteignait 42°C à l'ombre ! Le courant a été rétabli quelques heures plus tard et d'aucuns appréhendaient une autre panne. Des résidents de ce quartier décrient ces travaux ef- fectués à l'aveuglette sans le recours à la consul- tation des plans des réseaux d'assainissement, d'alimentation en eau potable, de téléphone et d'énergie électrique et ce, comme l'exige la ré- glementation !

HAMID BAALI

ILS AVAIENT L’HABITUDE DE PASSER LEURS VACANCES EN TUNISIE

Des jeunes Jijéliens relèvent le défi pour dire : “Non à la peur”

A près l’attentat qui a secoué la ville de Sousse au mois de juin 2015, les Jijéliens qui

avaient l’habitude de passer leurs vacances sur la côte tunisienne, comptent bien y retourner. Un groupe de jeunes composés entre 6 et 10 personnes, prendra la route

vers la Tunisie et sillonnera les villes côtières du nord au sud en

passant par Hammamat, Sousse, Monastir et Mahdia. Ces voya- geurs ont choisi cette méthode pour s’exprimer à leur façon et dire “non à la peur”. “Nous allons prendre la route, dès lundi pour An- naba, puis on prendra un taxi vers la capitale tunisienne, avant de passer dans d’autres villes du litto- ral (…). Notre but est de dire à tous

ceux qui ont l’habitude de se rendre sur la côte tunisienne : ne cédez pas devant la terreur !”, nous informe- ra l’un des jeunes. Un autre qui a l’habitude de partir en Tunisie poursuit : “Il y a quelques mois de cela j’étais à Sousse, je compte au- jourd’hui revenir pour dire que nous sommes solidaires avec nos voi- sins tunisiens (…). Je connais la côte

tunisienne depuis 2003 et je ne vois pas pourquoi je devrais mettre un terme à mes aventures ?” Et de continuer : “J’invite tous les jeunes de Jijel à organiser une caravane qui sillonnera le littoral tunisien… je pense que sa sera un message fort pour tous ceux qui veulent semer la terreur dans le monde”.

MOULOUD SAOU

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

L’Algérie profonde

11

MOSQUÉE IBN-BADIS D’ORAN

L’attribution d’un marché contestée

La gérante de Wahr-net n’en démord pas et affirme avoir été éliminée à partir de critères étrangers au cahier des charges et aux offres techniques.

D. R.
D. R.

D’un montant de près de deux milliards par an, l’octroi du marché pour l’entretien de la mosquée fait l’objet de controverses.

I naugurée en grande pom- pe il y a quelques mois, la mosquée Ibn-Badis d’Oran est déjà au cœur d’une polémique liée à la contestation de l’attribu-

tion du marché de son entretien de près de deux milliards par an, suite à deux soumissions. Quatre entreprises étaient en lice pour l’obtention de ce marché, dont l’entreprise de nettoyage Wahr- net, écartée, et qui avant l’inau- guration avait, pendant deux mois, assuré la prestation de ser- vice pour la mosquée. C’est la res- ponsable de cette société qui se dit, aujourd’hui, convaincue d’avoir été écartée injustement au profit d’une société concurrente et d’avancer ses arguments. En effet, la gérante de Wahr-net qui, après des recours rejetés et des courriers envoyés à la wilaya et à la tutelle, n’en démord pas et affirme avoir été éliminée à partir de critères étrangers au cahier des charges et aux offres techniques. Cette der- nière qui a pris contact avec Li- berté explique que deux soumis- sions ont eu lieu avec, dès la pre- mière soumission, une ouverture des plis entachée d’irrégularité et de s’en expliquer longuement : “Lors de l’ouverture des plis des offres techniques, il est prévu que si l’une des offres techniques ob-

tient moins de 50 points, elle est automatiquement éliminée sans passer par son offre financière. Or, ils ont ouvert tous les plis des offres financières, y compris pour celles éliminées d’office. C’est plus tard que nous avons appris que le premier cahier des charges était in- fructueux alors que nous étions les mieux classés.” Une seconde com- mission s’est réunie, et la géran- te de Wahr-net d’évoquer une autre anomalie l’ayant pénalisée selon elle : “Lors des offres tech- niques, l’évaluation de la com- mission d’adjudication est effectuée à partir du barème de points et on nous a noté à 47 points, alors que lors de la première soumission j’avais obtenu 77,5 points”, et de poursuivre : “La commission n’a pas noté, dans le lot ‘’Moyens ma- tériel’’, l’auto-laveuse pour lequel nous avions fourni une facture d’achat, et cela nous a fait perdre ces 10 points, et c’est ainsi que je me suis retrouvée avec 47 points seulement et donc éliminée d’offi- ce.” Des recours argumentés ont été transmis au président de la fondation qui gère la mosquée et chargé de la commission d’éva- luation. Mais pour Wahr-net, les explications qui lui ont été four- nies en réponse à sa requête ont encore plus attisé ses suspicions :

“Aucun des arguments qu’on nous

oppose n’est recevable selon le ca- hier des charges, puisqu’il nous est reproché des fautes graves qui se se- raient produites lors des deux mois de prestation que nous avions assurées, comme des comporte- ments scandaleux de deux agents ayant été surpris à fumer du kif, agents au demeurant que nous avons renvoyés, ensuite une fem- me de ménage qui a été accusée de fumer dans les toilettes. Une autre femme de ménage a été victime d’un harcèlement de la part d’un employé turc, la société de réali- sation se trouvant toujours sur pla- ce. Ce dernier a d’ailleurs était ren- voyé par son employeur”, et pour appuyer sa position, notre inter- locutrice produit des rapports où elle-même fait état de ces cas liti- gieux et bien d’autres, comme la dégradation des tapis de la salle de prière, les dalles de marbre et déjà une forme d’incivisme constatée dans les salles d’ablu- tions qui ne sont pas de sa res- ponsabilité, avancera-t-elle avec force. Contacté par nos soins, le président de la fondation en char- ge de la gestion de la mosquée jus- tifiera l’élimination de Wahr-net par “les comportements inadmis- sibles de son personnel en plus de la défaillance de son travail dû- ment constatés pendant les deux mois où elle a travaillé”, ce qui ef-

fectivement ne relève pas des cri- tères d’évaluation des offres tech- niques. Plus loin, il affirme que “la gérante de Wahr-net a déposé un recours et nous avons à nouveau réuni la commission et elle a été éli- minée. Cela a été fait à la wilaya et élargi à la DAL”, une façon de responsabiliser ce service en ques- tion. Et pour cause, le statut de la mosquée Ibn-Badis en fait un établissement public sous la res- ponsabilité de la wilaya. La DAL reprendra les mêmes arguments que le président de la fondation dont les rapports lui ont été trans- mis. Mais quant à savoir ce qui a valu à Wahr-net une note élimi- natoire dans les offres techniques, puisque la question du compor- tement du personnel n’est pas un critère dans le tableau des offres techniques, la DAL avance “une note de 0 pour la non-décla- ration à la Cnas du personnel de la société, ce qui est une note éli- minatoire”, nous a-t-on dit. Du côté de la mosquée, l’on nous a avancé une autre raison à la note technique éliminatoire en avan- çant que “Wahr-net a obtenu une note éliminatoire parce qu’elle n’avait pas la compétence profes- sionnelle par rapport à la superfi- cie”, ce qui est contradictoire avec les explications de la DAL.

D. LOUKIL

ORAN

Un quadragénaire tué par un chauffard

n Un quadragénaire, dont l’identité n’est pas encore connue, a trouvé la mort, ce vendredi, dans un accident sur la route de l’aéroport Ahmed-Benbella, plus précisément à proximité du showroom des concessionnaires autos. Le corps a été retrouvé au milieu de la chaussée, dans une mare de sang, preuve que la victime a été percutée par un chauffard qui a pris la fuite.

AYOUB A.

Un corps découvert dans la forêt de Kristel

n A 15h30 vendredi, le corps de B. M., 74 ans, a été découvert dans un état de décomposition avancée dans la forêt de Kristel, daïra de Gdyel. La découverte du corps a été faite par des randonneurs qui ont donné l’alerte. Les circonstances de cette mort ne sont pas encore connues et une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale.

A. A.

Drame à la Madrague

n B-M. H., 10 ans s’est noyé dans l’après-midi de ce vendredi à la Madrague, à Aïn El Turck alors que son frère Abdessamad se trouve entre la vie et la mort. Les deux enfants étaient en compagnie de leur famille quand l’état de la mer a tourné, provoquant leur noyade.

A. A.

de la mer a tourné, provoquant leur noyade. A. A. BRÈVES de l’Ouest MOSTAGANEM Un trentenaire

BRÈVES de l’Ouest

MOSTAGANEM

Un trentenaire repêché au niveau d’une plage non surveillée

n Le corps sans vie d’un noyé a été découvert

ce vendredi aux alentours de 14h50, au niveau d’une plage non surveillée, à l’ouest des Sablettes, en allant vers la plage d’Oureah, dans la wilaya de Mostaganem. La victime, âgée de 31 ans et résidant dans le village de Ouled Hamdane, commune de Aïn Nouissy, avait disparu le jeudi, mais les éléments de la Protection civile n’avaient pas réussi à le retrouver en raison du brouillard et de l'état de la mer, en dépit de l’utilisation de zodiacs semi-rigides et la mobilisation de 11 plongeurs.

E. YACINE

HAMMAM BOU-HADJAR (AÏN TÉMOUCHENT)

Un mort et quatre blessés graves suite au dérapage d’un véhicule

n Un tragique accident de la circulation s’est

produit vendredi vers 22h30 sur la RN95, reliant la localité d’Aïn Beïda à la commune mère Hammam Bou-Hadjar, faisant un mort et quatre blessés graves. Le conducteur d’une Alto Suzuki, qui prenait la direction de la cité des Bains, a raté un dangereux virage et est allé tout droit vers un olivier, en arrachant sur son passage une plaque de signalisation. Bilan : un mort, B.M., le conducteur âgé de 27 ans, et quatre passagers grièvement blessés âgés entre 15 et 28 ans tous originaires de la wilaya de Sidi Bel-Abbès.

M. LARADJ

Une fillette se noie à Terga- Plage

n Une petite fille âgée d’à peine 8 ans s’est

noyée, jeudi dernier, vers 20 h, à la plage de Terga, dans la wilaya d’Aïn Témouchent. Les éléments de la Protection civile lui ont prodigué sur place les premiers soins en tentant vainement de la réanimer.

M. L.

TLEMCEN

Saisie par la douane de six tonnes de drogue

n Près de six tonnes de kif traité en plaquettes

ont été saisies au cours du premier trimestre de l’année en cours par les différentes

brigades de la douane en faction le long de la frontière algéro-marocaine et lors de contrôles sur l’autoroute est-ouest. Au cours de la même période, il a été confisqué 175 grammes de cocaïne provenant de la Colombie ainsi que 29 820 kg de déchets de cuivre destinés à être exportés frauduleusement vers le pays voisin. Les saisies ont également concerné 168 562 litres de carburant, 137 véhicules légers et 12 camions utilisés par les contrebandiers pour transporter leur marchandise ainsi que 1 244 unités de spiritueux et une quantité importante de produits de consommation et d’effets vestimentaires. La valeur globale des saisies est estimé,e selon la direction régionale de la douane de Tlemcen, à 468 242

838 dinars tandis que l’amende fiscale

encourue par les trafiquants à près de 4 505

882 849 dinars.

A. BEREZEL

MASCARA

1 mort et 1 blessé grave dans un accident de la circulation

n Un accident de la circulation est survenu

dans la soirée de jeudi dernier sur le chemin de wilaya 92 reliant El-Gaâda à Zahana, et qui a fait un mort et un blessé grave. Le conducteur d’un camion transportant du sable, dont les freins ont lâché, a perdu le contrôle de son véhicule qui s’est renversé sur le bas-côté de la chaussée. Le chauffeur a été gravement blessé tandis que son passager, un homme d’une cinquantaine d’années est décédé sur le coup.

A. BENMECHTA

12 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE Soheib News AF F.1567

12

Publicité

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

12 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE Soheib News AF F.1567
12 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE Soheib News AF F.1567

Soheib News

AF

12 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE Soheib News AF F.1567

F.1567

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

Alger-actu

13

BELOUIZDAD

671 familles relogées avant la fin de l’année

Ces familles bénéficiaires occupaient jusque-là des caves et des terrasses d’immeubles menaçant ruine.

P as moins de 671 familles de Belouizdad seront relogées d’ici la fin de l’année en cours, a-t-on appris de Taïb Abdellah, vice-prési-

dent chargé de l’aménagement, de l’urbanisme, du tourisme et de l’artisanat à l’APC de Belouizdad (ex-Belcourt) : “On recense 671 familles d’heureuses attributaires d’un logement neuf d’ici le quatriè- me trimestre de l’année en cours, parmi lesquelles on dénombre 520 familles qui résident dans les caves et les terrasses d’immeubles.” Pour une bonne nouvelle, c’en est une ! Du fait, qu’il s’agit d’évacuer, le plus vite serait le mieux, l’inouï chiffre de 22 bâtisses qui menacent ruine, dit-on ! “Bien entendu, l’ordre de priorité est d’ores et déjà arrêté, puisqu’il convient de vider d’abord de leurs occupants les biens immeubles classés dans la catégorie IMR ainsi que les habitants du bidonville d’El-Hamma, au nombre d’une trentaine de familles d’ici le 31 décembre prochain”, a tenu à préciser notre interlocuteur. Autre zone à urbaniser en priorité, le bidonville sis au 72, rue de l’Egalité (sic) situé dans le mythique quartier d’El-Hamma, si cher au cœur du chanteur chaâbi Abdelmadjid Meskoud, l’auteur de l’indétrônable tube D’zaïr El-Âssi- ma. Seulement, l’évacuation des habitants sera suivie de l’inévitable démolition de l’immeuble 6 rue Robert-Rondon et l’édifice situé au 24 rue Mohamed-Douar. En ce sens, tout n’est qu’“IMR” à Belouizdad, où il est question d’évacuer également l’îlot d’im- meubles établi aux 11, 13, 15 et 17 rue Ahmed-Mostfaoui ainsi que l’enfilade d’immeubles située au 8, 17 et 19 rue Abderrahmane- Hamoui. C’en est ainsi jusqu’au cœur même de Belouizdad, notamment à Laâqiba où l’urgence

Louhal Noureddine
Louhal Noureddine

L’évacuation des habitants sera immédiatement suivie par la démolition des immeubles.

de l’heure est d’éloigner le danger dit de “mitoyenneté” de la bâtisse fragilisée qui menace la vie d’au- trui. “C’est le cas du groupe d’im- meubles 28, 31 et 34 rue Abdelkader-Chaal. Outre ce dou- loureux constat, il est prévu de démolir l’immeuble sis au 5 rue Ahmed-Zeboudji ainsi que l’im- meuble établi au 43 rue Cheikh-El- Kamel”, a ajouté notre interlocu- teur. S’agissant du relogement des habitants des caves et des terrasses, notre interlocuteur dira : “Seuls les habitants d’immeubles, propriété d’organismes logeurs de l’État, ouvrent droit au relogement, d’où l’exclusion de fait des résidents d’immeubles à caractère privé.” Mais peut-être bien que d’ici là l’autorité consentira à la levée

d’une mesure que d’aucuns quali- fient d’impopulaire. C’est dire qu’au rythme où va l’érosion de l’aspect urbain de Belouizdad, force est de convenir qu’il ne reste- ra plus grand-chose du patrimoine bâti dans le style architectural haussmannien de l’ancien quartier de Belcourt. Sinon des placettes. En ce sens, il ne se passe pas un jour sans qu’un groupe d’im- meubles s’émiette et participe à réduire le bastion de la résistance et du 11 décembre 1960 à une… peau de chagrin. Pour s’en convaincre, la cage d’escalier de l’immeuble dit “La foncière”, au 124, rue Mohamed-Belouizdad, n’est guère rassurante. Mitoyen du centre culturel du 11-Décembre- 1960, l’immeuble où avaient vécu,

dit-on, l’écrivain Albert Camus et ses parents n’est plus qu’un amas de ruines. Pour rappel, il y eut 79 cas d’IMR indexés sur la liste d’in- ventaire arrêtée au 31 décembre 2010, en raison de l’état de déla- brement qu’avait aggravé le séisme du 21 mai 2003 de Boumerdès. Et depuis, on n’en compte plus les pâtés d’immeubles qu’avait endommagé le séisme du 1 er août 2014, où une seconde “portion” de 48 immeubles est venue se greffer avec la traumatisante indication Rouge 5 badigeonnée sur les façades d’immeubles en accord avec les résultats d’expertise de l’équipe de techniciens de l’orga- nisme du CTC-centre, a conclu Taïb Abdellah

LOUHAL NOUREDDINE

FORMATION PROFESSIONNELLE

Onze nouvelles spécialités en prévision de la prochaine rentrée

L a nomenclature de la formation profes- sionnelle sera renforcée par onze nouvelles spécialités dans la wilaya d'Alger en prévi-

sion de la prochaine rentrée, prévue en septembre prochain. L’annonce a été faite à l’occasion de la présentation d’un rapport sur les préparatifs de la prochaine rentrée devant la commission de l'É- ducation et de l'enseignement supérieur et de la professionnelle de l'Assemblée populaire de wi- laya. Cité par l’APS, le directeur de ce secteur de la wilaya, Ahmed Zegnoun a annoncé la création cette année de nouvelles spécialités dont certaines sont introduites pour la première fois dans la nou- velle nomenclature en vigueur à travers le terri- toire national. Il s'agit notamment, a-t-il précisé, de la spéciali- té de réhabilitation du vieux bâti, eu égard no-

tamment aux besoins de la wilaya d'Alger en ma-

tière de main-d'œuvre qualifiée dans ce domai- ne et les multiples chantiers de réhabilitation du vieux-bâti ouverts dans la capitale, dans le cadre du plan stratégique (2009/2029). Il s'agit également de la plomberie industrielle et des techniques liées au bâtiment qui se limitaient auparavant au sa- voir-faire étranger. Les techniques de l'industrie agroalimentaire fi- gurent également parmi les nouvelles spécialités aux côtés de l'industrie manufacturière du plas- tique, les techniques de maintenance de l'équi- pement de l'hydraulique. Le même responsable a indiqué également que de 460 à 550 places étaient prévues, selon la demande. Le nombre de nouveaux stagiaires inscrits dans le secteur de la formation à la prochaine rentrée atteindra 22 630 stagiaires dont 9 750 recevront une formation en internat contre 6 430 autres en formation pro-

fessionnelle auxquels s'ajouteront les promo- tions sortantes dans nombre de spécialités. 3400 places pédagogiques seront consacrées aux femmes au foyer, 653 à la formation qualifiantes et 430 postes prévus pour les détenus des éta- blissements pénitentiaires. Le parc des établissements de formation dans la wilaya d'Alger est composé de 71 établissements dont 47 centres, 10 instituts nationaux spéciali- sés, 12 annexes, 5 annexes d'instituts auxquels s'ajoutent deux instituts pour la formation des en- cadreurs, l'ingénierie pédagogique et le diplôme d'enseignement professionnel de premier et deuxième degrés. L'encadrement des stagiaires est assuré par 485 enseignants disposant de 445 équipements répartis sur plusieurs spécialités.

A. A.

PLACE DU 1 ER -MAI

Encore une histoire de trottoirs

n Ça y est ! Le la est donné aux

éternels travaux de réfection de trottoirs tout endommagés sous les arcades de la place du 1 er -Mai à Sidi M’hamed. Une fois de plus, l’équipe d’ouvriers décapera d’abord le carrelage, puis déroulera à l’unisson un tapis de dallage tout neuf qui s’élimera au départ de ces tâcherons. En effet, et tout comme le précédent revêtement de carreaux, gageons que le carrelage ne survivra pas à l’hiver prochain, puisqu’il s’usera sous les… pas des passants. Non que l’on soit rabat-joie, mais force est d’admettre que la restauration de trottoirs est au-dessus de l’aptitude des maçons d’aujourd’hui. Et pour cause, il coulera beaucoup d’eau sous le carrelage avant qu’il (le maçon) ne se familiarise avec l’abécédaire de la maçonnerie que l’on n’apprend pas à l’institut de formation professionnelle, mais sur le tas ! Soit sur le terrain et aux côtés de maçons chevronnés qui n’ont malheureusement pas survécu à la dissolution d’entreprises du secteur du bâtiment et de la construction, dont la défunte DNC pour ne citer que ce géant. Autres temps, autres mœurs, où nos trottoirs sont devenus des gouffres budgétivores.

L. N.

AÏN TAYA

Travaux de réhabilitation au cimetière chrétien

n Abandonné à son sort depuis

des années, le cimetière chrétien de Aïn Taya connaît ces derniers jours des travaux de réfection et de réhabilitation. Ces travaux consistent au nettoyage, débroussaillage et rénovation des allées. Un chantier a été mis en place pour d’abord le désherbage, l’enlèvement des déchets et autres détritus qui se trouvaient au cimetière. Il est prévu également que la partie du mur qui menaçait ruine soit reconstruite.

N. Z.

DAR EL-BEÏDA

Lotissement

Mohamed-

Bouchekir isolé

n Les habitants de lotissement

Mohamed-Bouchekir, ex-les Palmiers, sont isolés. La sonnerie du téléphone fixe n’y a pas retenti depuis 2009. Cette situation perdure depuis des années, suite au vol de câble téléphonique alimentant le quartier en question. Les habitants se sont présentés maintes fois aux services d’Algérie Télécom d’Oued Smar pour trouver une solution et remédier à cette situation, en vain.

ROUIBA

N. Z.

Cinq magasins ravagés par le feu

n Un violent incendie s’est

déclaré dans une quincaillerie au rez-de-chaussée d'un immeuble au centre-ville de Rouiba. Le sinistre s’est déclenché suite à un court-circuit. Le feu, qui s'est propagé à quatre autres magasins, a occasionné la destruction totale des locaux avec le matériel s'y trouvant. Une enquête a été ouverte par les éléments de la Gendarmerie nationale.

N. Z.

14 Publicité Dimanche 2 août 2015 LIBERTE ANEP 208 071 Liberté du 02/08/2015 BANQUE D’ALGÉRIE

14

Publicité

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

ANEP 208 071 Liberté du 02/08/2015

BANQUE D’ALGÉRIE DIRECTION GENERALE DE L’ADMINISTRATION DES MOYENS DIRECTION DES MOYENS GÉNÉRAUX SERVICE DES

BANQUE D’ALGÉRIE

DIRECTION GENERALE DE L’ADMINISTRATION DES MOYENS DIRECTION DES MOYENS GÉNÉRAUX SERVICE DES MARCHÉS

AVIS DE PROROGATION DU DÉLAI DE DÉPÔT DE SOUMISSIONS

APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT

N°25/BA/DGAM/DMG/SDP/SM/2015

TRAVAUX D’AMÉNAGEMENT GLOBAL DU SIÈGE DE LA BANQUE D’ALGÉRIE DE JIJEL

Il est porté à la connaissance des entreprises ou groupements d’entre- prises intéressés par l’appel d’offres national restreint n°25/2015 pour les travaux d’aménagement global du siège de la Banque d’Algérie de Jijel que le délai de dépôt des soumissions y afférentes initialement fixé au lundi 03 août 2015 à 16h est prorogé au lundi 17 août 2015 à 16h.

La séance d’ouverture des plis aura lieu le mardi 18 août 2015 à 10h à l’adresse suivante :

SIÈGE DE LA BANQUE D’ALGÉRIE 08, boulevard Zighoud Youcef, Alger

ANEP 338 061 Liberté du 02/08/2015

ANEP n°338 690 Liberté du 02/08/2015
ANEP n°338 690 Liberté du 02/08/2015
ANEP n°25 011 728 Liberté du 02/08/2015
ANEP n°25 011 728 Liberté du 02/08/2015
LIBERTE Dimanche 2 e r août 2015 L’internationale 15 LES VIOLENCES ARMÉES SE POURSUIVENT SUR

LIBERTE

Dimanche 2 er août 2015

L’internationale

15

LES VIOLENCES ARMÉES SE POURSUIVENT SUR FOND D’ACCUSATIONS MUTUELLES

Mali : la mise en œuvre de l’accord d’Alger piétine

Se sentant visée, la Coordination des mouvements de l’Azawad a réagi violemment aux accusations indirectes du chef de la mission onusienne à Bamako.

L e chef de la Minus- ma, Hamdi Mongi, hausse le ton et me- nace les groupes mi- litaro-politiques ma- liens, signataires de

l’accord d’Alger qui, malgré leur engagement, continuent de violer les droits de l’homme, notam- ment dans le nord du Mali où des violences sporadiques sont signa- lées. Il a appelé les groupes à ces- ser immédiatement ces violences qu’il a qualifiées d’inaccep- tables. “Ces violations sont donc in- acceptables et doivent impérative- ment cesser illico presto. Les res- ponsables de ces graves violations des droits de l’Homme doivent ré- pondre de leurs actes”, avait-il dé- claré le 30 juillet. Parallèlement aux menaces, le chef de la Minusma laisse entrouverte la porte de l’espoir pour l’abou- tissement du processus de paix en appelant toutes les parties à prendre leurs responsabilités. “Je conjure toutes les parties à conju- guer leurs efforts et les multiplier pour assurer l’ordre et la discipline nécessaires au sein de leurs struc- tures et rangs respectifs et à sensi- biliser leurs partisans sur l’impor- tance de l’Accord de paix et sur les perspectives qu’il offre ainsi que sur les conséquences des violations du cessez-le-feu et des droits humains tels que prévu dans la résolution 2227 du Conseil de Sécurité et les dispositions du droit international applicable”, avait-il ajouté en les in- vitant à faire des efforts pour ré- tablir la confiance et rassurer les populations mais surtout à faire preuve de bonne foi. Se sentant di- rectement visée, même si Mongi n’a désigné nommément aucun groupe précis, la Coordination

TUNISIE

Une première aide de l’UE de 116,8 millions d'euros

n L ' Union européenne (UE) a adopté le premier volet de son programme d'aide annuel en faveur de la Tunisie d'un montant total de 116,8 millions d'euros. L'aide vise à renforcer le secteur de la sécurité et à soutenir le développement socio- économique et régional, selon un communiqué de la commission européenne publié son site internet, cité par l'agence TAP. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini a, à cette occasion, affirmé que le renforcement du partenariat entre l'UE et la Tunisie était une “priorité essentielle”. Le 20 juillet, le chef du gouvernement Habib Essid avait effectué une visite de travail à Bruxelles où il a discuté avec les partenaires européens de la lutte contre le terrorisme. “Cette adoption est l'une des nombreuses mesures concrètes que nous mettons en œuvre à court et à moyen terme pour répondre aux défis exceptionnels auxquels la Tunisie est confrontée”, a indiqué Mme Mogherini.

R. I./AGENCES

D. R.
D. R.

des mouvements de l’Azawad (CMA), a violemment réagi le lendemain, aux propos du chef de la Minusma qu’elle accuse impli- citement de partialité. Dans un communiqué rendu pu- blic le 31 juillet, la CMA précise que les violations que dénonce la Minusma sont le fait de “l’armée malienne et de ses milices affi- liées”. “La Coordination des mou- vements de l’Azawad (CMA) constate avec stupéfaction et sur- prise le caractère léger et ambigu du communiqué de la Minusma en date du 30 juillet 2015, faisant état de la violation par les groupes signataires du cessez-le feu, sans en avoir le courage d’indexer les véri- tables coupables que sont l'armée

malienne et le Groupe de la ‘Plate- forme’. La CMA invite la Minus- ma à plus de clarté dans ses futurs communiqués et à désigner les contrevenants par leurs noms”, dé- nonce, de son côté, la CMA dans son communiqué signé par Almou AG Mohamed de la commission communication. Il dénonce éga- lement le fait qu’officiellement personne n’a condamné ces actes de violence et qu’aucune enquête n’a été menée, d’autant plus que la CMA, qui énumère des actes da- tés, accuse clairement la Platefor- me et l’armée malienne d’être der- rière les exactions. La CMA demeure cependant op- timiste et “confiante” quant à “la volonté des uns et des autres pour

Hamdi Mongi, chef de la Minusma.

l'instauration d'une paix véritable et invite chacun à prendre ses res- ponsabilités et à œuvrer pour la stricte application des engagements pris”. Mais le climat reste tendu depuis et malgré la signature de l’accord pour la paix et la conciliation au Mali, entre Bamako et les groupes du Nord, donnant lieu non seule- ment à des affrontements entre les groupes rivaux autour du contrô- le de territoires, mais aussi à la re- crudescence des actes terroristes qu’ils se sont pourtant bien tous engagés à combattre. Situation qui ainsi fragilise et précarise l’ac- cord et complique d’ores et déjà sa mise en œuvre.

DJILALI B.

LA PRÉSIDENCE DU KURDISTAN IRAKIEN DEMANDE AU PKK DE PARTIR

Les Kurdes turcs isolés

L es Kurdes turcs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont dans une mauvaise posture en Irak, où une partie d’entre eux

s’est retranchée depuis des années dans les zones montagneuses, frontalières avec la Turquie. La fin d’une trêve jamais assumée par Ankara, suite aux récents attentats contre des policiers turcs, a pro- voqué aussi une réaction “ferme” du gouverne- ment autonome du Kurdistan irakien. Hier, ce gouvernement a estimé que les Kurdes turcs du PKK doivent partir pour empêcher, offi- ciellement, que les raids de l'aviation turque contre leurs positions ne fassent des victimes parmi les civils, a affirmé la présidence de la région autono- me du Kurdistan irakien. “Le PKK doit éloigner son

champ de bataille de la région du Kurdistan irakien pour que les civils ne deviennent pas des victimes de cette guerre”, a indiqué le bureau du président de la région Massoud Barzani, dans un communiqué. Depuis le 24 juillet, des F-16 turcs visent des posi- tions du PKK en Irak et du groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Syrie, dans le cadre de la “guerre contre le terrorisme” engagée par le président Recep Tayyip Erdogan après l'attentat du 20 juillet à Suruç qui a fait 32 morts. Le PKK, considéré par

Ankara comme “terroriste”, a affirmé qu'il avait perdu peu d'hommes dans les frappes alors que l'agence gouvernementale turque Anatolie a rap-

porté hier qu'environ 260 combattants de cette guérilla kurde turque avaient été tués et des cen- taines d'autres blessés. Le Parti démocratique du kurdistan (PDK) de M. Barzani a toujours eu des désaccords avec le PKK même s'il a autorisé les combattants de cette gué- rilla à établir leurs camps dans les montagnes du Kurdistan irakien. Dans le même communiqué, le président Barzani

a pressé le PKK et le gouvernement turc de

renouer leur dialogue de paix, alors que la trêve

qui tenait depuis 2013 entre les deux parties a volé

en éclats après les récentes violences. “La présiden-

ce du Kurdistan demande clairement que le PKK garde ses positions militaires en dehors de la région pour ne pas donner au gouvernement turc un pré- texte pour justifier ses frappes contre des civils”, a dit à l'AFP Kifah Mahmoud, un conseiller de M. Barzani. “La Turquie ne bombardera pas les civils si le PKK n'a plus de bases dans la région (du Kurdistan)”, a souligné ce conseiller.

L. M./AGENCES

EUROTUNNEL

Tentatives d'intrusion de migrants en forte baisse

n Quelque 300 tentatives d'intrusion de

migrants voulant gagner la Grande- Bretagne ont été constatées sur le site d'Eurotunnel près de Calais dans la nuit de vendredi à hier, a indiqué une source policière, un chiffre en forte baisse par rapport aux nuits précédentes. Selon cette source, 800 migrants étaient présents aux abords du site d'Eurotunnel où s'effectue le départ des navettes pour l'Angleterre via le tunnel sous la Manche. Ces migrants ont fait 300 tentatives d'intrusion sur le site, a indiqué cette source. Cela représente une forte baisse par rapport aux nuits précédentes, notamment celle de jeudi à vendredi où plus de 1000 tentatives d'intrusion de migrants avaient été rapportées. Selon une source de sécurité, la définition de “tentatives d'intrusion” est large. Le tunnel sous la Manche fait l'objet depuis des semaines de tentatives massives d'intrusion de migrants prêts à tout pour gagner la Grande-Bretagne, qu'ils considèrent comme un “eldorado”. La situation a parfois viré au drame, comme dans la nuit de mardi à mercredi où un clandestin soudanais a trouvé la mort, portant à dix le nombre de décès sur le site depuis début juin.

R. I./AFP

LIBYE

5 soldats morts et 18 disparus après une attaque de Daech dans l'Est

n Cinq soldats des troupes loyales au

gouvernement libyen internationalement reconnu ont été tués et dix-huit portés disparus vendredi après l'attaque par l'organisation autoproclamée Etat islamique (Daech/EI) d'un poste de

contrôle militaire dans l'est de la Libye, ont rapporté des médias hier. “Cinq

soldats on été tués (

sont portés disparus après une attaque menée par la branche libyenne du groupe Etat islamique”, selon les agences LANA et AFP. Cette attaque a visé “un check-point sur une route dans le désert entre Ajdabiya et Tobrouk”, dans l'est du pays, selon la même source. Le poste attaqué se trouve à seulement 170 km du quartier général du Parlement reconnu de Tobrouk, a ajouté LANA.

R. I./AGENCES

)

et dix-huit autres

ÉGYPTE

Verdict le 10 août pour le frère du chef d'Al-Qaïda

Un tribunal égyptien a reporté hier au

n

10 août son verdict dans le procès du frère du chef d'Al-Qaïda et 66 autres personnes jugées pour avoir formé un “groupe terroriste” en vue de mener des attentats, selon les médias officiels. Le tribunal du Caire a décidé de reporter le verdict “pour poursuivre ses délibérations”, a annoncé l'agence de presse officielle Mena. Mohamed al-Zawahiri — frère du chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri — avait été arrêté en août 2013 en pleine campagne de répression visant l'opposition islamiste, lancée après l'éviction par l'armée du président Mohamed Morsi en juillet de la même année. Aux côtés de 66 co-accusés, il est jugé pour création d'un “groupe terroriste lié à Al-Qaïda” ayant préparé des attaques contre des installations gouvernementales, les forces de sécurité et la communauté chrétienne. Des accusations niées par son avocat. Un 68 e accusé est mort en juin en détention après une dégradation de son état de santé. M. Zawahiri est accusé d'avoir créé le groupe, armé ses membres et de les avoir entraînés à la fabrication d'explosifs et à poser des bombes, selon l'enquête. Les membres du groupe se seraient entraînés dans des lieux secrets dans la ville de Charqiya (Delta du Nil) et dans les quartiers de Matareya et du 6 Octobre au Caire, selon l'enquête.

R. I./AGENCES

Liberté

16

Sport

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

CORRUPTION À LA FIFA

L'Argentin Alejandro Burzaco plaide non coupable à New York

n L'homme d'affaires argentin Alejandro Burzaco, l'un des 14 inculpés dans le cadre du scandale de corruption de la Fifa, a plaidé non coupable vendredi à New York et a été remis en liberté contre une caution de 20 millions de dollars.

Alejandro Burzaco, 51 ans, qui s'était rendu volontairement à la police italienne en juin, est l'ancien président du comité de direction de Torneos y Competencias S.A. (TyC), une entreprise de marketing

sportif.

York, vêtu d'un costume sombre, d'une chemise blanche et d'une cravate bleu ciel, il a plaidé non coupable des trois chefs d'accusation retenus contre lui — racket, blanchiment et fraude électronique — devant un juge du tribunal fédéral de Brooklyn, a constaté l'AFP. Les procureurs ont accepté sa remise en liberté, soulignant qu'il ne risquait pas de fuir, puisqu'il s'était rendu volontairement à la police en Italie. Burzaco, qui a remis son passeport aux autorités, doit porter un appareil de surveillance électronique et ne peut quitter New York et Long Island. Il est accusé d'avoir, avec d'autres, accepté de verser 110 millions de dollars de pots-de-vin via une entité connue sous le nom de Datisa, pour obtenir de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes) et de la Conmebol (Confédération sud-américaine) les droits exclusifs pour trois Copas America (2015, 2019 et 2023) et pour l'édition du Centenaire en 2016, selon l'acte d'accusation rendu public en mai par les autorités américaines. Au moins 40 millions de dollars avaient déjà été payés, selon la même source. C'est le troisième inculpé à comparaître à Brooklyn après Jeffrey Webb, ancien vice-président de la Fédération internationale de football et ancien président de la Concacaf, qui avait plaidé non coupable le 18 juillet, et l'homme d'affaires américain Aaron Davidson. Jeffrey Webb qui, selon l'acte d'accusation, est l'un des cinq accusés auxquels étaient destinés les 110 millions de dollars, a été remis en liberté contre une caution de 10 millions de dollars. Détenteur de la double nationalité britannique et des îles Caïman, il était le premier des sept responsables de la Fifa arrêtés le 27 mai à Zurich (Suisse) à comparaître à New York. Les six autres ont refusé l'extradition et la procédure pourrait prendre de longues semaines. Les autorités américaines avaient inculpé le 27 mai neuf responsables de la Fifa et cinq partenaires, accusant ces 14 personnes d'avoir sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétro commissions sur une période de 25 ans, dans le cadre d'une corruption, selon elles, “endémique” au sein de la Fifa. Quarante-sept chefs d'inculpation ont été retenus au total contre ces 14 personnes, dont racket, blanchiment et fraude électronique. Aaron Davidson, avocat et homme d'affaires américain basé à Miami (Floride, sud-est), a été remis en liberté le 29 mai contre cinq millions de dollars. Il est soupçonné, comme son entreprise Traffic Sports USA, d'avoir versé des millions de dollars à Jeffrey Webb pour obtenir des droits exclusifs sur des tournois de football. Selon des documents de justice, Aaron Davidson cherche à trouver un accord négocié avec les procureurs pour obtenir une peine moins lourde. Une nouvelle audience pour Alejandro Burzaco est prévue le 18 septembre.

Après être arrivé à New

MOB : ALORS QUE HAMZAOUI SERA INDISPONIBLE POUR UNE SEMAINE

Les Crabes jouent leur dernière joute amicale face à Al-Fath Essaoudi

P oursuivant son cycle de rencontres amicales, le MO Béjaïa se mesurera en fin d’après-midi à l’équipe d’Al-Fath Es- saoudi. Cette ultime

joute amicale aura lieu à Bizerte et servira de répétition générale pour les

Crabes avant la clôture de leur re- groupement tunisien. À noter que Hamzaoui et Yaya sont d’ores et déjà out pour le début du champion- nat pour cause de blessures. Opti- miste à souhait malgré trois défaites

lors des tests amicaux, le coach Alain Geiger semble être confiant en son team. À noter que durant ce merca-

to estival le MOB a recruté : Mebar-

ki (USMH), Hadji (CSC), Daïf (ASO), Tedjar (ASO), Maâmar You- cef (RCR), Lakhdari (ASO), Khadir (MCA), Bendjelloul (ASMO), Bel- kacemi (USMMH), Boukria (ESS), Meliani (ASO), Ndoye Mohamed Waliou (Stade de Mbour Sénégal) et

Fallou Gallas Wade (Atlético Madrid

II Espagne). Les Vert et Noir ont, en

revanche, libéré : Rahal (JSK), De- houche (MCEE), Mansouri (USMA), Guedjali (CABBA), N'Diaye Domrane et Banouh (OM). Par ailleurs, les membres de la com- mission d'homologation des en- ceintes sportives se sont déplacés mercredi dernier au stade Opow de Béjaïa pour visiter les installations du stade. Selon des indiscrétions, les membres de ladite commission ont émis quelques recommandations,

de ladite commission ont émis quelques recommandations, notamment la rénovation de 2 ves- tiaires supplémentaires,

notamment la rénovation de 2 ves- tiaires supplémentaires, pour les ca- tégories jeunes et pour les arbitres. Les travaux entamés il y a une se- maine par les responsables de cette structure se poursuivent et la com- mission se déplacera une seconde fois pour homologuer le stade, ce qui ne saurait tarder. Par ailleurs, l'attaquant Okacha

Hamzaoui, opéré jeudi en Tunisie de la cheville, devra s'éloigner des ter- rains pendant 7 à 8 semaines. Le joueur, qui a ressenti des douleurs à la cheville au cours du stage qu'ef- fectue le MOB actuellement en Tu- nisie, a été contraint de passer sur le billard. Le joueur rentrera au pays di- manche pour poursuivre sa conva- lescence. Du coup, l'attaquant des

et la Belarusse Sviatlana Baranouskaya a été la plus spec-

taculaire de la journée. Après avoir été dominée durant les deux premiers rounds (4-6), l'Algérienne Rahmani a renversé la vapeur dans le dernier round obligeant son adversaire à jeter

l'éponge à 30 secondes de la fin. “Les deux premiers rounds ont été difficiles pour moi, dans le dernier round j'ai tout donné pour offrir le titre à mon pays. C'est ex- traordinaire d'être championne du monde sur sa terre”,

a déclaré Rahmani après son sacre. Les épreuves des

Mondiaux se poursuivront samedi avec le déroulement de la dernière journée de compétition. Les éliminatoires débuteront dans la matinée alors que les finales auront lieu à partir de 17h30 à la salle Harcha-Hacene (Alger). Avec 37 athlètes, dont 9 filles, l'Algérie enregistre le taux de participation le plus élevé, avec l'ambition de dé- crocher le maximum de médailles en individuel, et la 2 e place par équipes. Les pays participants aux Mondiaux sont le Vietnam, Cambodge, Russie, Belarus, Alle- magne, Belgique, Italie, Iran, Afghanistan, Mauritanie, Côte d'Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Maroc, et Algérie.

Crabes ratera probablement les cinq premières journées du championnat de Ligue 1, dont le coup d'envoi sera donné le 15 août courant.

A. HAMMOUCHE

POUR SALAIRES ET PRIMES IMPAYÉS PAR LA DIRECTION DE SON EX-CLUB DIFAÂ HASSANI D'EL-JADIDA

Abdelhak Benchikha obtient gain de cause

n Le technicien algérien, Abdelhak Benchikha, a obtenu gain de cause dans l'affaire qui l'opposait à son ancienne équipe, Difaâ Hassani d’El- Jadida (division 1 marocaine), a rapporté, hier, la presse locale. Benchikha, qui dirigeait cette formation en 2013-2014, aura droit à 60 000 dollars, représentant ses salaires et primes impayés par son ancien club. Les relations entre Benchikha et ses anciens dirigeants s’étaient détériorées après le refus de l’entraîneur algérien de prolonger son contrat, pour rejoindre le Raja Casablanca. Cette situation a incité l'actuel coach de l'Ittihad Tanger à porter l'affaire devant la Fédération royale marocaine de football (FRMF) qui l'a finalement rétabli dans ses droits. Par ailleurs, Difaâ Hassani d'El- Jadida a vu le départ de son entraîneur égyptien Hassan Shehata, en raison d’un différend financier.

MONDIAUX-2015 DE VOVINAM VIET VO DAO (2 e JOURNÉE)

Cinq nouveaux titres pour l'Algérie

L es athlètes algériens ont décroché cinq nouvelles médailles d'or à l'issue de la deuxième journée des championnats du monde de vovinam viet vo

dao (30 juillet-1 er août), disputée vendredi à la salle Har-

cha-Hacène (Alger), alors que le Vietnam est toujours leader au tableau des médailles avec 11 médailles d'or. Les médailles d'or algériennes ont été remportées par Za- karia Harmal dans la catégorie (68-72 kg), Bouzid Bel- khir (72-77 kg), Hiba Rahmani (60-65 kg), alors que les deux autres titres mondiaux ont été décrochés en épreuves techniques par les frères Nadjib et Youcef Ha- kani (Song Luyen Kiem Nam) et l'équipe composée de Bouhraoua-Kantouli-Halimi-Bendjaber dans la spécialité Da Luyen Tay Khong Nu. Outre les médailles d'or, l'Algérie a également remporté trois médailles d'argent et deux médailles de bronze, aug- mentant son total de médailles à 17 médailles (8 or, 7 argent et 2 bronze). Au tableau des médailles l'Algérie est deuxième avec huit médailles d'or derrière le Viet- nam qui en compte onze. La finale de la catégorie (60- 65 kg) dames, disputée entre l'Algérienne Hiba Rahmani

MONDIAUX-2015 DE NATATION

Afane débutera mardi, Djendouci samedi prochain

L es deux nageurs algériens, Afane Abdelkader Mohamed et Djendouci Ryad, engagés

dans les 16 es championnats du mon- de en grand bassin (50m) à Kazan, en Russie (24 juillet-9 août), entre- ront en lice respectivement mardi et samedi prochains, selon le calendrier des épreuves dévoilé par la Fédéra- tion internationale de natation (Fina).

Engagé en 50 m brasse, Afane (21 ans) concourra mardi prochain dans la 5 e série des qualifications. Le na- geur algérien s'est qualifié pour ces mondiaux grâce à un temps de 28.51. De son côté, Djendouci (27 ans) sera en lice dans l'épreuve du 50 m dos, où il sera présent dans la 3 e série des qualifications sa- medi 8 août. Il a assuré sa présence dans ces mondiaux avec un temps de

26.30. Les épreuves de natation pour lesquelles 42 titres seront mis en jeu débuteront aujourd’hui di- manche 2 août, soit au 10 e jour des compétitions. Les épreuves de na- tation synchronisée, de water-polo, de plongeon et de natation en eau libre ont débuté, elles, le vendredi 24 juillet dernier. Lors de la dernière édition des championnats du monde organisée

en 2013 dans la ville espagnole de Barcelone, Oussama Sahnoune qui était alors le seul représentant algé- rien, n'avait pas réussi à arracher sa qualification aux demi-finales des épreuves du 50 m et 100 m nage libre. Dans les séries de l'épreuve du 50 m nage libre, Sahnoune avait terminé à la 20 e place. Il avait pris la 27 e pla- ce au 100 m nage libre.

LIBERTE

Dimanche 2 er août 2015

Sport

17

JSK

Les Canaris n’arrivent pas à gagner, même en amical !

L a JSK a livré, avant- hier, une autre joute amicale à El-Marsa, en Tunisie, où elle est en stage actuellement avant son retour au

pays. Face à la formation algérien- ne de l’USMBA, les Canaris, une fois de plus, n’ont pas réussi à gagner puisque la rencontre s’est soldée sur un score de parité, un but par- tout. C’est le quatrième test amical de la bande entraînée par Karouf après avoir déjà donné la réplique d’abord à l’équipe locale d’El-Mar- sa puis la à formation saoudienne d’El-Feth, et, enfin, l’Olympique de Médéa. Résultat des courses, les partenaires de Ziti n’ont obtenu aucun succès, soit une défaite et deux matches nuls. Pis encore, en dépit du renforcement de l’avant-garde ka- byle par certains éléments comme Boulaouidet et Diawara, l’attaque des Canaris est restée muette. Une si- tuation qui inquiète sérieusement les supporters du club, et ce, à quelques jours seulement du lever de rideau du championnat de l’exercice 2015- 2016. Il est vrai que les perfor- mances techniques des matches amicaux n’ont pas une grande im- portance aux yeux des joueurs et des entraîneurs notamment durant les périodes de la préparation. Il reste, cependant, que les bons résultats ap-

Liberte/Archives
Liberte/Archives

portent un plus à l’équipe notam- ment en matière de confiance. La preuve, le coach Karouf s’est re- trouvé, malgré lui, sous pression bien qu’il ait tenté de relativiser la situa- tion en estimant que son groupe est en amélioration constante au fil du travail qui se fait et les tests amicaux tout en précisant qu’il ne prête pas une grande importance aux résultats techniques. “Pour moi, les choses sé-

rieuses vont commencer avec ce mat- ch amical face à l’USMBA où je compte mettre en place notre straté- gie. Je ne dis pas que les précédentes joutes n’ont servi à rien. Non, bien au contraire, ce fut pour moi l’occasion de faire tourner l’effectif et voir à l’œuvre l’ensemble des joueurs. Nous avons bien étudié les choix des ren- contres amicales”, a-t-il déclaré, avant d’ajouter qu’il est en train

d’œuvrer pour trouver des solu- tions permettant à son équipe d’être plus efficace en attaque, le maillon faible de son onze pour le moment “on se crée beaucoup d’occasions de but ce qui reste une bonne chose pour nous. Maintenant, il faudra essayer de trouver les solutions qui nous permettent de trouver le chemin des buts”, a ajouté le driver du club le plus populaire du Djurdjura. Par ailleurs, n’ayant pas réussi à convaincre le staff technique kaby- le, la direction du club, par le biais du manager Doudane présent à El- Marsa, a réussi à résilier le contrat du Franco-Algérien, Benmelouka. Ce dernier, qui a aussitôt quitté le lieu du stage de son désormais ex- équipe, a accepté de rentrer chez lui bien qu’il ait laissé entendre que sa libération répond plus à des consi- dérations extrasportives que tech- niques comme on a tenté de le lais- ser entendre. Notons, enfin, qu’avant de rega- gner le pays, la JSK devait disputer une ultime joute amicale face à une autre équipe saoudienne, Damak en l’occurrence. Une rencontre au cours de laquelle le coach Karouf va sûrement aligner l’équipe qui aura à en découdre avec le CSC du coa- ch Velud pour le premier match de la nouvelle saison.

FARÈS ROUIBAH

LA DIRECTION DU DOYEN RÉPOND AU MCEE

“C’est du bluff et Derrardja jouera au MCA !”

Herrada, argue mordicus que “le transfert de Der- rardja au MCA n'est pas réglementaire puisque les documents de sa libération ont été signés par le pré- sident intérimaire Abderrazak Harkat, au-delà du 26 juillet, date de la fin de sa mission transitoi- re”, du côté du MCA, on croit dur comme fer à un simple coup de bluff venant de l’Est. “Pour nous, Walid Derrardja est un sociétaire à part en- tière du Mouloudia d’Alger. Son transfert est ré- glementaire. On a d’ailleurs déposé son dossier ad- ministratif au niveau des instances compétentes pour qu’il soit qualifié et qu’il bénéficie de sa licence d’athlète au MCA comme le reste de ses coéquipiers. Il s’entraîne, du reste, en compagnie d’Abid, avec les espoirs du club en attendant le retour de l’équipe de Pologne où elle est en stage de prépa- ration pré-compétitive”, soulignera, à ce sujet, un membre influent du conseil d’administration

S i, du côté de la direction du Mouloudia d’El- Eulma, l’attaquant Walid Derrardja “ne de- vrait pas être qualifié au sein de sa nouvel-

le équipe”, pour ceux du Doyen, “il n’existe aucune raison réglementaire qui pourrait aboutir à une tel- le situation de non-sens”. La réponse des hautes sphères dirigeantes du Mouloudia d’Alger n’a pas tardé. À la requête du président du conseil d'ad- ministration de la société sportive par actions du MCE Eulma, Samir Rekkab qui s’était, pour rappel, “opposé au transfert de Walid Derrardja au MC Alger en saisissant la Ligue de football pro- fessionnel”, la direction du vieux club de la capi- tale insiste, de son côté, sur le fait qu’“il n’y a au- cune raison pour croire à cette version du MCEE et encore moins à la véracité de sa thèse”. Et bien que l’ancien président eulmi et actuel membre du conseil d’administration de la SPA-MCEE, Arrès

du Doyen. Pour notre interlocuteur, “il n’y a pas d’affaire Derrardja !”. “Les arguments des res- ponsables d’El-Eulma ne tiennent pas la route et ne peuvent, en aucun cas, menacer la régularité de la transaction. Ce qui se passe au MCEE est une affaire interne entre ses propres dirigeants et res- ponsables. Le MCA n’a rien à voir avec. Sinon, pourquoi ne nous a-t-on rien dit à ce propos lorsque nous nous sommes déplacés à El-Eulma pour fi- naliser ce transfert ? Pour quelle raison ceux qui revendiquent l’annulation de ce transfert s’étaient tus au moment des négociations ? Et pour quels desseins rien n’a été dit lorsque la lettre de libération du joueur a été payée ?”, s’interrogera ce dirigeant algérois, pour lequel, “le MCA est en règle et Der- rardja fait bel et bien partie de l’effectif moulou- déen pour la nouvelle saison”.

RACHID BELARBI

MC ORAN

Le match amical face à Esportiu Berga reporté pour cause d'intempéries

n Le match amical qui devait opposer vendredi soir le MC Oran (Ligue 1 algérienne de football) au club espagnol d'Esportiu Berga (3 e division) a été annulé pour cause d'intempéries, a appris l'APS hier auprès de la direction du club de l'Ouest. De fortes chutes de pluie se sont abattues sur la ville de Berga (100 km de Barcelone), ce qui a contraint les organisateurs à reporter cette rencontre qui devait être reprogrammée pour hier samedi, précise la même source. Une deuxième rencontre amicale est au menu des Hamraoua lors de leur stage ibérique face à Gimnastic Tarragona (division 2) mercredi prochain. Le MCO, dernier club de l'élite algérienne à avoir entamé la préparation de pré-saison le 13 juillet dernier, a disputé sa première joute amicale samedi dernier face à l'OM Arzew (0-0), nouveau promu en Ligue 2. Le club oranais prendra part la saison prochaine à la Coupe de la Confédération africaine après avoir terminé troisième au classement du championnat de l'exercice précédent. Le MCO a clôturé jeudi son opération de recrutement en faisant signer l'ancien milieu international Khaled Lemmouchia pour deux saisons.

MCEE

Harada et Harkat chez le wali

n Pour essayer de trouver une solution au conflit qui oppose

les deux hommes forts du MCEE,

à savoir le président du conseil d’administration de la SSPA/MCEE, Abderrazek Harkat, et le président du CSA, Arrès Harada. Nous venons

d’apprendre que le wali de Sétif

a convoqué les deux hommes

pour une rencontre dans son bureau. Un conclave qui pourrait bien mettre fin à la guéguerre entre les deux parties et permettre à l’équipe de préparer au mieux ses prochaines confrontations continentales et le championnat de Ligue 2 Mobilis au moment où on a évoqué que plusieurs joueurs ont sollicité la direction du club pour obtenir leurs papiers en raison de l’impasse dans laquelle se trouve leur équipe.

F. R.

IL A INSCRIT SON PREMIER BUT AVEC LE CSC

Meghni épate de nouveau

D. R.
D. R.

L e CS Constantine qui poursuit sa préparation à Sousse en Tunisie, progresse de jour en

jour et le staff technique affiche une

certaine satisfaction surtout par rap- port à la forme physique des joueurs, notamment celle de la nouvelle re- crue Mourad Meghni, ce dernier a d’ailleurs réussi à inscrire son pre- mier but sous le maillot des Sanafir à l’occasion de la joute amicale qui les a opposé à la formation saou- dienne de 3 e division, DHAMK, qui s’est terminée sur un score nul d’un but partout. L’entrée en jeu de l’ex-international en seconde période à la place de Voavy, a complètement métamor-

phosé l’équipe du CSC qui était amorphe en première période, confirmant ainsi toute les attentes en faisant une fois de plus étalage de toute sa classe, à la grande joie de l’assistance qui a apprécié ses gestes techniques et sa clairvoyance dans le jeu. Son abattage était aussi un mes- sage pour mettre aux oubliettes sa blessure au genou qui l’a empêché de mener une carrière beaucoup plus épanouie. Meghni était derrière l’unique but de son équipe, lorsqu’il s’est chargé d’exécuter imparable- ment un penalty provoqué par son coéquipier, l’Ivoirien Koné. De son côté Velud était tout heureux de voir à l’œuvre son numéro

10 même s’il estime qu’il est toujours en “rodage”. “Meghni est un virtuo- se du ballon et on est très content de l’avoir avec nous. Certes il n’est tou- jours pas à 100% de ses moyens mais il travaille dur pour revenir à son meilleurs niveau. Ce qui est éga- lement le cas de toute l’équipe”, dira- t-il à son propos avant de poursuivre concernant la prestation globale de son équipe lors de cette joute ami- cale : “Ce match nous a permis de fai- re un large tour d’effectif. Je suis très content du groupe, on est conscient qu’il reste du travail à parfaire no- tamment concernant le comparti- ment défensif où j’ai constaté quelques lacunes mais on va travailler

pour les gommer afin d’être prêt pour notre premier match de cham- pionnat face à la JSK.” L’autre recrue, en l’occurrence l’Ivoi- rien Koné qui a été aligné à la poin- te de l’attaque, a donné des motifs de satisfaction au staff et devra ainsi re- lancer la concurrence en pointe de l’attaque qui s’annonce féroce avec l’autre centre-avant et buteur de l’équipe, Boulemdaïs. Deux autre matches amicaux s’inscrivent dans le programme des Sanafir. Ils ren- contreront aujourd’hui l’O Médéa et demain la JS Saoura, ce qui va per- mettre au coach Velud de voir plus clair l’évolution de son équipe.

ADLENE R.

18

Publicité

AVIS AUX INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET BANCAIRES

M me V ve Hessas Malika informe du décès de son époux M. Yamine Smaïl, né le 07/05/1942, demeurant au 35,

Romane,

El Achour, survenu le 7 juillet

2015 en France, et

rue

Sidi

M’barek,

Oued

demande

aux

établissements

financiers

et

bancaires

de

prendre

contact

avec

elle

au

numéro suivant : 0771 12 39 89 pour les formalités de la frédha.

BR 14241

Dimanche 2 août 2015

LIBERTE

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

Société privée implantée à Alger recrute dans l’immédiat

4 UN COMPTABLE (H/F)

Expérience dans le domaine Diplôme en comptabilité, finances, CMTC Maîtrise du logiciel DLG PC COMPTA

F.1569

Veuillez envoyer vos CV à l’adresse suivante :

Email : cargo_recrute@yahoo.fr Fax : 021 50 53 85/71

: Email : cargo_recrute@yahoo.fr Fax : 021 50 53 85/71 O FFRES D ’ EMPLOI —————————————

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Agence de comm. cherche commerciaux H/F, salaire intéressant. Envoyer CV + photo email :

communication_agence@yahoo.fr

- BR14229

————————————— Société cherche livreur sur moto avec permis de motos. Tél. : 0555 05 50 13 -ALP ————————————— Société étrangère, sise à Tizi Ouzou, de produits santé- beauté cherche jeunes filles et hommes dynamiques, aptes aux déplacements, possibilité d’évolution, pourcentage selon compétence.

Tél. : 0541 51 72 35 - T.O/BR18192 ————————————— Restaurant gastronomique de luxe situé à Chéraga cherche des serveurs âge 22-30 ans, homme avec bonne présenta- tion. Contactez-nous au 0673

55.49.24 de 10h à 19h.

Envoyez CV email :

tajmahal.algeria@gmail.com -

ABR43361

————————————— Restaurant plage au bord de la mer spécialité poisson cherche serveur, chef de rang qualifié, nourri, logé. Tél. : 0559 60 73 18 - ABR43357 ————————————— Société privée, spécialisée dans l’importation du maté- riel agricole, recrute un com- mercial ayant expérience dans les achats (importations), exi- gences : très bonne maîtrise des langues anglaise et fran- çaise, outil informatique et internet ainsi qu’un gérant d’un site de matériel agricole, exigences : bonne maîtrise du français, anglais souhaité, ayant expérience dans la ges- tion. PS : possibilité d’hébergement (individuel). Envoyer CV à asagromec@hotmail.com- ABR43353 ————————————— Entreprise TP en pleine expansion recrute pour son chantier à Oued Tlétat un ingénieur VRD, 1 conducteur de travaux VRD, 1 topo- graphe, 1 métreur vérificateur exp. exigée, résidant à Oran ou Oued Tlétat. Envoyer CV par fax : 021 51.63.15 email :

agtra2011@live.fr- Comega ————————————— Restaurant cherche cuisinier, hébergement disponible, El Achour, Oued Romane, Alger. Tél. : 0553 24 21 75 - BR14242 ————————————— Hôtel Soltane recrute maître d’hôtel, chef de rang, ser- veurs(se), contrôleur gestion, cuisinières, femme de chambre. Tél. : 0660 57.57.35 - ALP ————————————— Sabie recrute 1 ingénieur en électronique ou en électro- technique spécialisé en impri- mantes haut débit. Envoyer CV à osman.nia@sabie-eurl.com -

XMT

————————————— Hôtel à Alger recrute chef de rang, TS en comptabilité, secrétaire, TS en informa- tique.

Faxer CV au 021 54.83.47 - ALP ————————————— Ecole recrute enseignants d’anglais et de français, des agents de sécurité et des sur- veillants. Envoyer CV au 023

18.03.59 - Acom

————————————— Atelier de confection à T. Ouzou cherche modéliste + piqueuses.

Tél. : 0549 43.71.67 - T.O BR18154 ————————————— Restaurant cherche cuisinier, aide-cuisinier, serveur qualifié Alger-Centre, avec héberge- ment. Tél. : 0540 62.50.40 - 0554

62.86.45 - ALP

————————————— Société privée de matériel res- taurant sise à Alger-Centre cherche : gestionnaire des stocks, vendeuse et commer- cial pour tournée. Envoyer CV :

contact@amimex-dz.com -

ABR43360

COURS

ET LEÇONS

————————————— SBL English School lance cours accélérés adultes et enfants. Nouvelle session 2 août.

SBL Alger Grande-Poste : 021

74 20 58 - 0550 86 47 84

SBL Rouiba : Cité EPLF en

face Coca. Tél. : 023 86 25 54 - 0561 38 64 33 SBL Boumerdès : Coop. 11 Déc. en face pâtisserie Mezghena. Tél. : 024 91 41 95 - 0550 10 14

76 - F.1489

————————————— ELTC lance cours accélérés adultes et enfants anglais, français 19 juillet, tarifs d’été. Tél. : 021 92 27 99 - 0549 53 92 93. Bd Bougara, proximité ambassade Russie, El Biar. facebook.eltc.school - F.1488 ————————————— IMA propose des formations accélérées avec horaires au choix et tarifs intéressants, quels que soient votre âge et votre niveau d’études, dans les métiers les plus demandés en Algérie et à l’étranger. Tél. : (023) 51 07 20. Mob. : 0551 95 90 00 Cité Beauregard, El Madania. -

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— Vends machine industrielle

rectifieuse de vilebrequin de marque Millon 1800 mm française bon état. Tél. : 0550 51.76.33 - 0554

73.05.55 - XMT

————————————— Part. vend un poste transfor- mateur de 250 kva + équipe- ment complet sous emballage neuf. Tél. : 0550 77.35.07- XMT

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7j Lyès Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR14223 ————————————— Réparation régrigérateur, congélateur, climatiseur,

machine à laver, à jus, à crème, chambre froide, refroi- disseur, groupe à eau glacée. Tél. : 0660 82.01.76 - 021

86.20.79 - F1544

————————————— Bordure, caniveaux, pavé, ourdis, parpaing, etc. Sarl

Béton Art Birtouta.Tél. : 0560

53.02.92 - 0549 89.40.38 - ALP

————————————— INGGC gde expérience prend suivi contrôle travaux villas promotion tarifs intéressants. Tél. : 0776 03.76.57 ou

beteng.am@gmail.com - ABR14238

F. 1545

 

LOCATION DE PARC

 
 

Louons parc de

4 ha avec toutes

les commodités, courte durée d’un à douze mois, pour tout type de véhicules, matériels divers ou marchandises et conteneurs 20 et 40 pieds, avec un quai de déchargement, situé à Sidi Moussa.

F.1578

Tél. : 021 76 77 15/16 / 021 76 96 75 Mob. : 0662 02 53 12 / 0550 76 15 12

 

APPARTEMENTS

 

Cherche local à louer, financer

un

projet, associé dans les w.

————————————— Particulier vend appartement F4 Bir Mourad Raïs, cité La Concorde, bon voisinage et parking bien aménagé. Tél. : 0540 27 35 07 - BR14240 ————————————— Vends F5 Aïn Naâdja, F2 Bouzaréah, F4 Bouzaréah, F3 Bab Ezzouar. Tél. : 0555 14 11 63 - BR14244

TERRAINS

16,

35 ou 15.

Tél. : 0550 55.39.76 - T.O-BR18196

 

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JH

licence en droit maîtrise

l’outil informatique cherche emploi dans le domaine ou autre à Boumerdès ou Alger Tél. : 0553 53 82 84

 

—————————————

————————————— Vends 23 ha à Aïn Ouassara dont 7 ha pommiers Royal et Golden, 6 ha poiriers, 4 ha pruniers en production, han- gar 400 m2, 2 maisons, 2 forages équipés, 1 bassin

100 m3, transfo 120 kva, acte

+

Tél. : 0661 55.57.71 - 0550 96.02.24 - ALP —————————————

LV.

Père de famille à charge 46 ans habitant Tizi Ouzou exp. dans différants domaines cherche emploi urgent comme démar- cheur, prospecteur, magasi-

nier, réceptionniste, agent de sécurité, chauffeur léger ou

autre peu importe wilaya, avec

hébergement, étudie toute offre de poste Tél. : 0662 02 45 92

Part. vend plusieurs lots de ter. à Chenoua, Tipaza, vue

—————————————

JF

31 ans licence comptabilité

sur mer, acte, livret foncier, c. urbanisme. Tél. : 0553 90.21.72 - 0668 92.95.70 -

finance + exp. cherche emploi à Alger, aide-comptable com-

mercial, gestionnaire de paie.

Tél. : 0792 34 62 31

0542

29.19.49 - XMT

 

—————————————

 

LOCAUX

H

chef comptable long. exp.

————————————— Jijel, à vendre des locaux de services vue sur mer avec des

comptabilité finance stock

paie RH maîtrise logiciel PC Compta, PC Paie, PC Stocks

et

normes NSCF cherche

surfaces différentes, de 35 m2 à 59 m2. Prix à partir de 250 millions. Pour tout renseignement, appeler le : 0553 89 85 21 -

emploi. Tél. : 0559 66.70.17

—————————————

JH 25 ans TS en travaux

publics exp. 9 mois cherche

emploi comme conducteur TP. Tél. : 0550 53.06.03

—————————————

0661

97 90 74 - F.1583

LOCATION

————————————— Loue local commercial 35 m2 El Mouradia, Alger.

Tél. : 0771 47 91 14 - BR14219 ————————————— Loue appartement g. stand. 240m2 + garage, résidence Les

Tours, clôturée + sécurisée H24 Chéraga G. Vents. Tél. : 0550 77.35.07 - XMT —————————————

2

JF

d’un master en management

habite à Draria, titulaire

et système d’information, cherche emploi. Tél. : 0555 78 10 12

—————————————

H

famille à charge cherche

emploi comme vendeur, livreur, démarcheur, polyva-

lent, dynamique, sens du tra-

vail

en groupe, libre de suite.

Loue hangar 1200 m2 couvert

Tél. : 0667 02 74 32

 

terrain 2200 m2 clôturé +

—————————————

+

bloc adm. + 1 post transfo 200 kva, zone ind. Koléa. Tél. : 0550 77.35.07 - XMT ————————————— Loue appartement F4 73 m2 El Biar, pour fonction libérale. Tél. : 0771 97.57.07 - BR14245

diplômée en finance et

comptabilité + master + infor- matique cherche emploi, étu-

JF

die

toute proposition.

Tél. : 0663 69 25 47

—————————————

H.

marié 35 ans, plus de 10 ans

VILLAS

————————————— Vds villa 625 m2 à Boukhanifis Sidi Bel Abbès, 3 façades, rdc contient 7 locaux, 1er étage, 10 pièces + 2 cui- sines + 2 sb + gde cour + ter-

rasse + bains 250

m2

à

d’exp., titulaire permis de

conduire léger, cherche emploi comme chauffeur ou agent de sécurité. Tél. : 0552 44.57.13

—————————————

titulaire d’une licence, exp.

dans les domaines comptabili- té, finances, commercial, cherche emploi.

H.

40

jabias.

 

Tél. : 0561 25.20.07

Tél. : 0773 87.85.15 - ALP

 

—————————————

 

JH

31 licencié en sciences de

 

PROSPECTION

 

gestion, option comptabilité, 3

————————————— AG Amel cherche en location et à l’achat du studio au 30 pièces pour clients sérieux. Tél. : 021 63 31 79 -BR43063

ans d’exp. dans domaine et neuf (9) mois comme chef de service ressources humaines, maîtrise PC Paie, PC Compta, cherche emploi dans le

domaine ou autre. Tél. : 0551

 

PROPOSITION

 

45.09.56

DE COMMERCE

—————————————

H

57 retraité, longue exp.

—————————————

logistique moyens généraux,

intendant, prend gérance,

maintenance matériel roulant + SAV auto, camion engin + constr. mét. cherche emploi. Etudie toute proposition.

résidence base de vie ou canti- ne sur site, accepte déplac., permis cat B, sérieux, ponc-

tuel.

Tél. : 0553 15.18.56

Tél. : 0661 57 05 16

 

—————————————

—————————————

H.

marié cherche emploi

JH 32 ans, magister en sciences économiques + ing. d’Etat en

comme chauffeur dans une

société privée ou étatique 22 ans d’exp. dans le domaine Alger ou ses environs. Tél. :

planification et statistique, 6 ans d’exp. maîtrise français, arabe et informatique, cherche emploi dans domaine ensei- gnement ou autre. Tél. : 0658 45.72.87 - 0552 22.27.85

—————————————

 

0775

32.36.71

—————————————

JH 27 ans cherche emploi comme chauffeur 8 ans d’exp.

réside à Dély Ibrahim. Tél. :

H

chef comptable titulaire

 

0554

99.22.97

CAP-CMTC + 35 ans d’exp.

—————————————

maîtrise PCCompta PC

H

36 ans cherche emploi dans

stocks, PC paie et normes

une entreprise étatique ou pri- vée comme chauffeur, agent

NSCF, cherche emploi dans le privé même à mi-temps, étu-

de sécurité ou jardinier. Tél. :

die

toute proposition, libre de

0771

28.47.52

suite. Tél. : 0558 08 64 01

 

—————————————

—————————————

H

marié CMTC, CED, cadre

Comptable ayant longue expé-

comptable, PC Compta, paie,

rience cherche emploi. Libre de suite. Tél. : 0553 63 60 46

—————————————

décl. fiscale, Cnas, cherche emploi Alger ou Sud. Tél. : 0776 83.19.49

H

57

ans

DFC,

DAF,

chef

—————————————

comptable, 30 ans d’exp. dans importante sté finances et

compt. bilans fiscaux et para- fiscaux RH, paie cherche emploi. Libre de suite. Tél. : 0555 58.30.41

JH 28 ans licence en droit + Capa juriste 8 mois, adminis-

trateur 4 mois, maîtrise langues étrangères, outil informatique. Tél : 0790 10.12.86

—————————————

—————————————

TS en bâtiment, option conducteur de trx, exp. prof. 12 ans, cherche emploi dans

une société privée ou étatique ou un BET. Environs Alger. Tél. : 0554 04.86.99

Ex-DG, ingénieur TP-GC, cherche emploi comme

consultant ou directeur pro- jets. Tél. : 0552 90.30.72

—————————————

Femme architecte avec une

—————————————

expérience depuis 2009 dans

H

56 ans, retraité, 35 ans d’ex-

une entreprise de réalisation, ayant déjà occupé des postes

périence finance et comptabi-

lité dont 02 ans DAF + 18

de

responsabilité, véhiculée,

mois consultant, maîtrise SCF, tenue comptabilité, établisse- ment bilans, etc. cherche

cherche emploi stable dans le domaine privé ou public dans

l’Algérois. Tél. : 0540 33.97.21

emploi. Tél. : 0774 62 85 61

—————————————

—————————————

JH 30 ans cherche emploi

H

26 ans, licencié en droit +

comme agent de sécurité ou entretien, niveau 6e année (mère et frères à charge),

urgent. Tél. : 0799 43.37.93

Capa, 4 frères à charge, dégagé du service national, 02 ans d’expérience dans divers bureaux, cherche emploi.

—————————————

Tél. : 0799 96 40 08

Electricien polyvalent réalise

—————————————

des installations suivant les

H.

marié 58 ans cherche

normes. Contacter Brahim :

emploi comme chauffeur-

0549

88.79.99

 

démarcheur ou autre avec exp. Tél. : 0556 48.53.35

—————————————

JH

35 ans père de famille,

—————————————

8 ans d’exp. en soudure, quali-

JF

cherche emploi comme femme

fié cherche emploi.

 

de

ménage. Tél. : 0667 22.62.65

Tél. : 0558 79.77.23

—————————————

—————————————

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce, avec expérien-

Retraité 58 ans, longue exp. dans la gestion du personnel, paie et moyens généraux cherche emploi Alger-Centre

ce, habitant Aïn Benian, Alger, cherche emploi.

kadilamine@yahoo.fr

ou environs. Tél. : 0793 04.93.96

—————————————

—————————————

JH licencié en commerce avec

JH

24 ans, ayant suivi une for-

06 ans d’expérience profession- nelle dans la gestion commer-

mation professionnelle en soudure arc-tig, cherche acti- vité soudeur, possède permis

ciale, cherche travail.

Tél. : 0556 04 01 98

de conduire B, apte aux dépla- cements, habite à Boumerdès. Tél. : 0557 64.78.35

—————————————

—————————————

Homme marié, titulaire d’un CAP CMTC, 27 ans d’expé- rience PC Compta, paie, décl.

H

57 ans possédant véhicule

fiscale, CNAS cherche emploi. Tél. : 0662 19 57 70

cherche emploi chauffeur, démarcheur, corresp. CNAS, cor-

—————————————

resp. Naftal, sérieux, dynamique. Tél. : 0661 68.21.04 - Zéralda

—————————————

Conducteur de travaux bâtiment TCE génie civil, VRD, niveau ingénieur, 40 ans d’expérience, cherche emploi ou sous-traitance, maçonnerie, assistance tech-

H. retraité, pos. perm. ttes cat., cherche poste chauf., démar-

ch., coursier, acc. déplac. Tél. :

nique, métrés, suivi de chantiers, jusqu’à 100 km de rayon ouest d’Alger. Tél. : 0662 91 23 37

—————————————

0698

30.62.86

 

—————————————

Homme 53 ans cherche emploi dans une entreprise étatique ou privée en qualité

Ancien comptable avec exp.,

titulaire CAP-CMTC-CED, cherche emploi. Tél. : 0555 96.82.31

de chauffeur ou agent de sécu- rité. Tél. : 0792 17 77 06

—————————————

—————————————

JH cherche emploi comme

Cadre tech. ing. méc. 58 ans, long. expérience en gestion +

manœuvre. Tél. : 0559 33 83 32

—————————————

58 ans, long. expérience en gestion + manœuvre. Tél. : 0559 33 83 32 —————————————

LIBERTE

Dimanche 2 août 2015

Publicité

19

ANEP n°25 011 734 Liberté du 02/08/2015
ANEP n°25 011 734 Liberté du 02/08/2015
0523
0523

Condoléances

Madame Lefkaier Mohamed Kamel ainsi que ses enfants Ibn Khaldoun, Ahmed, Nadia et Lilia, très touchés par le décès de

MONSIEUR BOUDHAIA OTHMANE

(Bordj El Kiffan) présentent leurs condoléances à toute sa famille et demandent à tous ceux qui l’ont connu de prier Dieu de l’accueillir en Son Vaste Paradis.

ABR43358

sa famille et demandent à tous ceux qui l’ont connu de prier Dieu de l’accueillir en
Anniversaire Aujourd’hui je suis heureuse, ma sœur RITEDJ fête son premier printemps. Moi, ta sœur
Anniversaire
Aujourd’hui je
suis heureuse, ma
sœur
RITEDJ
fête son premier printemps.
Moi, ta sœur Chahinez, je te
félicite, et à deux nous nous
amuserons bien. Maman et
papa auront du pain sur la planche. Papa Hassan,
maman et les familles Farès et Yala, surtout amtou
Anna, se joignent à moi pour te faire de gros bisous
et te souhaiter un joyeux anniversaire.
G
SOS
Atteint de rétinite pigmentaire, mon fils âgé de 33 ans perd de
jour en jour la vue et risque d’être aveugle. Ce genre de maladie
ne se soigne ni en France ni en Espagne mais seulement en
Turquie où une équipe de chercheurs a mis au point un nouveau
procédé. Le coût de l’opération étant cher, je demande aux âmes
charitables de lui venir en aide. Son dossier médical est à leur
disposition. Tél. : 0553 63 21 63

Décès

La famille Amara-Ouali d’Alger, de Aïn El Hammam et de France a l’immense douleur de faire part du décès de son cher et regretté père, frère et oncle

TAHAR

survenu le 23-07-2015 à Paris. L’enterrement a eu lieu à Paris le 27-07-2015.

Acom

Carnet

————————————————————

Décès

————————————————————

La famille Tirèche d'Alger, de Beni Yenni et de France a l'immense douleur de faire part du décès de leur cher et regretté père, frère et oncle Kamel, survenu le 30/07/2015 en France suite à une longue maladie. L'arrivée du corps est prévue pour le mardi 04/08/2015 à 09h40 et la veillée aura lieu le même jour à la Madrague au domicile fami- lial. L'enterrement aura lieu le mercr