Vous êtes sur la page 1sur 1

Eros, qui tait un dieu pour les Anciens, est un problme pour

les Modernes.
Ainsi lamour distingue et relie la fois. Il relie au mystre
divin, mais aussi au mystre de ce prochain visible dont la
personne reste invisible
Ainsi donc, exalt dune part comme limage de lamour divin,
mais vilipend dautre part comme lennemi de la vie
spirituelle, tolr finalement mais dans les limites du mariage
et le plus strict et consacr, tout le reste tant laiss en friche
et trs sommairement condamn sous les noms de luxure et
dimpudicit ou de prostitution spirituelle , lamour humain
devait fatalement devenir une source intarissable de
problmes, tant pour la socit que pour lindividu.
Kierkegaard dfinit lrotisme comme une synthse psychosensible . Entre la spontanit dmoniaque du dsir, irrit par
lesprit qui veut lanantir, et la spontanit de linclination
amoureuse qui ne reconnat comme son gale que la
spontanit religieuse ; entre les figures contrastes du
sducteur et du Mari, lrotisme kierkegaardien nous sa
problmatique absolument nouvelle psycho-sensible , donc
incluse dans la sphre animique.
Les mythes, phnomnes animiques, dcrivent des ralits de
laffectivit, que le sentiment peroit immdiatement. Et sils
expriment ces ralits en symboles drouls dans une dure
lyrique, et non pas en concepts instantans, entrant ainsi dans
le champ de la conscience sous une sorte de dguisement qui
les voile en mme temps quil les rvle, cela tient beaucoup
moins quelque rpression dordre social, moral ou religieux
(comme le cas des complexes) qu la nature mme de lme,
dont le symbole lyrique est le langage normal.
Aussi les mythes disposent-ils dune vritable valeur figurante.