Vous êtes sur la page 1sur 24

Zitari Archivesl/LibertéArchivesl/Liberté

ALORS QUE L’OPPOSITION RÉCLAME TOUJOURS SA TÊTE

Hannachi en négociation avec un entraîneur étranger P.13

LES MOUVEMENTS SIGNATAIRES DU DOCUMENT DE PAIX ONT REPRIS LES COMBATS

Crise malienne :

l’accord d’Alger vole en éclats

P.9

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

FORTE DEMANDE EN CARBURANTS À JIJEL

Les stations- service saturées P.4

APRÈS L’ATTENTAT D’OUED ZEGGAR (SKIKDA)

L’armée intensifie son offensive P.7

P.4 D’I ORMATION 37 RU
P.4
D’I
ORMATION 37 RU

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7002 MARDI 18 AOÛT 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

RETOMBÉES DU GEL “DES PROJETS NON ENGAGÉS” DISPONIBILITÉ DE DEVISES POUR L’ALLOCATION TOURISTIQUE Cataclysme
RETOMBÉES DU GEL
“DES PROJETS NON
ENGAGÉS”
DISPONIBILITÉ DE DEVISES POUR
L’ALLOCATION TOURISTIQUE
Cataclysme
La Banque
d'Algérie
rassure P.3
social en vue
MÉVENTE DUE À UNE
SURABONDANCE DE L’OFFRE
P.3
Ces fruits et
légumes qui
finissent dans
la poubelle ! P.2
Zitari Archivesl/Liberté
D. R.
D. R.

COMMÉMORATION DU 59

DU CONGRÈS DE LA SOUMMAM

e ANNIVERSAIRE

Intenses activités en Kabylie P.7

CINQUIÈME ANNIVERSAIRE, CE 21 AOÛT, DU DÉCÈS DE BENTOBAL

L’Algérie oublie ses héros de manière volontaire P.6

7 CINQUIÈME ANNIVERSAIRE, CE 21 AOÛT, DU DÉCÈS DE BENTOBAL L’Algérie oublie ses héros de manière

2

L’actualité en question

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

MÉVENTE DUE À UNE SURABONDANCE DE L’OFFRE

Ces fruits et légumes qui finissent dans la poubelle !

Cette abondance a été gérée, estime le président de la Commission nationale des mandataires en fruits et légumes, de manière irréfléchie et irresponsable.

D e l’avis de tous les acteurs du marché national, 2015 reste une année exceptionnelle en termes de production agrico- le. L’offre en fruits et légumes sur les marchés de gros est

abondante. Cette situation d’opulence a, au dé- but, imposé une stabilité des prix dont a lar- gement profité le consommateur mais elle a, par la suite, engendré une mévente qui a… dé- stabilisé les marchands. N’ayant pas trouvé re- preneur, plusieurs quantités de produits agri- coles ont stagné sur les étals avant d’être jetées carrément dans la poubelle.

Certains fruits tels que la poire, le raisin… ont vu leur production augmenter de 250 à 300% en comparaison à l’année 2014. Comme ces fruits ne supportent pas trop la chaleur, ils de- vaient être stockés dans des frigos. Le même constat est établi pour la tomate qui a enregis- tré un surplus de production ayant, certes, fait baisser les prix à 10 DA (en gros) mais a pro- voqué dans le même temps, des pertes sèches aux agriculteurs. Cette abondance a été gérée et consommée, estime Mohamed Medjber, président de la Commission nationale des mandataires en fruits et légumes, de manière irréfléchie et irresponsable. Lors des périodes d’opulence, le consommateur achète souvent les produits de premier choix. D’où l’abandon des autres marchandises.

L’autre phénomène soulevé par ce mandatai- re a trait à l’importation de produits qui ont déjà satisfait le marché national en quantité et en qualité. “L’importation de raisins d’Argen- tine, de poires, de pommes… casse le marché et donne lieu à une concurrence déloyale au grand dam des producteurs locaux”, déplore- t-il. Par conséquent, les Algériens jettent leur dévolu sur le produit en provenance de l’étran- ger et négligent celui qui est issu des champs des différentes régions du pays. Affiché à 250 DA voire à 300 DA le kilogramme, le client achète quand même ce produit ! Or, les prix des produits locaux demeurent accessibles aux

bourses moyennes. Pis, ce fruit importé durant l’année en cours est en fait produit en 2014 et stocké dans des chambres froides avant d’être exporté vers des pays comme l’Algérie. D’où la qualité souvent douteuse signalée sur la marchandise. M. Medjber se demande pourquoi on continue à importer des fruits et légumes alors qu’ils sont produits localement en quantités suffisantes, avec la qualité requi- se en la matière et le goût suave du terroir ? Ce qui pose un sérieux problème de régulation sur le marché. L’importation, suggère Mohamed Medjber, devrait intervenir uniquement dans les périodes de soudure de l’année où la pro-

FILIÈRE VIANDES ROUGES

La professionnalisation pour sortir de la logique des subventions

duction fait défaut. Autrement dit, accorder des quotas à l’import pour mieux gérer les phases creuses de l’année. De telles mesures font non seulement réguler le marché mais réduisent aussi les dépenses en devises. Par ailleurs, le dispositif du Syrpalac (Système de régulation des produits agricoles de large consommation) devra être réactivé notamment pour la pomme de terre. Les autorités doivent, à ce propos, obliger les producteurs à déstocker ce produit des chambres froides afin de bien gérer la pério- de de soudure.

B. K.

L e ministre de l’Agriculture, du Dévelop- pement rural, de la Pêche et des Res- sources halieutiques, Sid-Ahmed Ferrou-

khi, a réuni hier, lundi, les différents maillons de la chaîne de production de viandes rouges

pour constituer une filière interprofessionnel- le visible, organisée et qui opère dans un but commun, à savoir booster la production loca-

le et instaurer un rapport qualité-prix au profit des consommateurs. Une tâche qui reste difficile à entreprendre dans le sens où chaque maillon de la chaîne de production met en avant des difficultés et des revendications que l’État, avec la chute en cascade des prix du pétrole, n’est plus en mesure de satisfaire à coups d’enveloppes budgétaires et de subven- tions. Une démarche qui, rappelons-le, n’a pas fortement aidé à développer la filière, tant qu’injecter de l’argent d’une manière impré- voyante a plus contribué à soutenir la spécu- lation qu’à l’organisation de la profession. C’est dans cet objectif que le ministre a insisté sur l’impératif de “se rapprocher des opérateurs dans les différentes régions du pays pour trai- ter toutes les problématiques posées et travailler à moderniser la filière”. C’est justement ce concept d’autonomiser la filière en sortant gra- duellement du soutien de l’État, lancé par l’an- cien ministre de l’Agriculture, Rachid Benaïs- sa, avant qu’il ne soit sacrifié pour des consi-

dérations politiques, que l’actuel ministre Sid-Ahmed Ferroukhi veut relancer. Et pour ce faire, le premier responsable du département de l’Agriculture a annoncé des sorties sur le ter- rain dans les semaines à venir. En appelant à une forte mobilisation pour booster la filière et soutenir l’économie nationale, Sid-Ahmed Ferroukhi a souhaité voir tous les acteurs ad- hérer à sa démarche et faire cause commune pour venir à bout des difficultés soulevées par les différents intervenants. Des difficultés que le président de la Fédération nationale des éle- veurs, Djilali Azaoui, a évoquées en marge de cette rencontre. Selon lui, les terres de la steppe algérienne qui s’étendent sur 12 millions d’hectares souffrent de manque de fourrage et d’une sécheresse qui menacent continuelle- ment les 20 millions de têtes que compte le cheptel ovin national. Aussi, les maladies dont le manque de vaccins accentue les pertes des éleveurs et des maquignons.

MEHDI MEHENNI

Publicité

des éleveurs et des maquignons. MEHDI MEHENNI Publicité L’ONS L’EXPLIQUE PAR UNE BAISSE D’ACTIVITÉ DANS

L’ONS L’EXPLIQUE PAR UNE BAISSE D’ACTIVITÉ DANS L’AGRICULTURE ET LE BTPH

Le PIB par habitant a reculé en 2014

L e PIB par habitant de l'Algérie a enregistré une légère baisse en 2014 en

s'établissant à 5 460,1 dollars contre 5 474,9 dollars en 2013, a indiqué, hier, l'Office natio- nal des statistiques (ONS) dans sa publication sur les comptes économiques du pays. Quant au PIB, il a atteint les 17 205,1 milliards de dinars (l'équivalent de près de 213,5 milliards de dollars) en 2014, contre 16 643,8 milliards de dinars en 2013. L'économie al- gérienne a, ainsi, réalisé une croissance de 3,8% en 2014 contre 2,8% en 2013, alors que la croissance du PIB hors hydrocarbures baissait à 5,6%, contre 7,1% en 2013. L'amélioration du taux de la croissance économique est le résultat de la reprise du sec- teur des hydrocarbures “qui semble avoir rompu en 2014 avec le cycle de baisse d'activi- té”, commente l'office. Le sec- teur des hydrocarbures a ain-

si légèrement reculé de 0,6% par rapport à 2013 où il avait enregistré une forte décéléra- tion (-5,5%), note l'ONS qui souligne qu'il s'agit d'une “amélioration notable” et ne fait pas perdre de points de croissance au PIB. Ce secteur, du fait de son poids important dans la structure du PIB algé- rien, faisait, en effet, perdre ré- gulièrement quelques points de croissance en raison du ra- lentissement important de son activité depuis 2006, rap- pelle l'Office. Cela dit, la “crois- sance importante” de la pro- duction des hydrocarbures enregistrée en 2014 ne s'est pas vraiment répercutée sur la croissance globale du secteur, du fait du différentiel impor- tant existant entre les prix sur le marché intérieur et les prix sur les marchés exté- rieurs, relève-t-il. Les exportations d'hydrocar- bures étaient, de leur côté, en baisse de 8% en 2014 pas-

sant à 58,5 mds de dollars (4 709,6 mds de dinars), contre 63,7 mds de dollars en 2013. Quant à la décélération du PIB hors hydrocarbures, elle s'explique notamment par les baisses d'activité dans l'agriculture et le BTPH, selon la même source qui argu- mente par le fait que le PIB hors agriculture a connu une croissance de 3,9% en 2014 contre 2,3% en 2013. Concer- nant les échanges extérieurs, l'ONS précise que les impor- tations globales avaient at- teint les 5 502,4 mds de dinars en 2014, réparties entre 4 765,3 mds de dinars de mar- chandises et 737,1 mds de di- nars de services. Pour les exportations, elles ont été évaluées à 5 252,6 mds de dinars en 2014, répar- ties entre 4 709,6 mds de di- nars en hydrocarbures, 208 mds de dinars en autres biens hors hydrocarbures et 335 mds de dinars en services.

ANEP n°340 198 Liberté du 18/08/2015

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

L’actualité en question

3

RETOMBÉES DU GEL “DES PROJETS NON ENGAGÉS”

Cataclysme social en vue

Le gel par le gouvernement “des projets non engagés” veut dire gel des dépenses publiques qui portent la croissance économique du pays. Des milliers d’entreprises n’auront plus de “plans de charge” pour pouvoir survivre et, par ricochet, des dizaines, voire des centaines de milliers de travailleurs risquent le chômage d’ici peu.

R ien ne va plus depuis

que le baril du pétro-

le a entamé sa chute, il

y a près de dix mois.

Une chute qui s’ins- talle dans la durée, et

face à laquelle, l’Algérie, petit pro- ducteur d’hydrocarbures qu’elle est, ne peut rien. C’est que les membres de l’Organisation des pays exporta- teurs du pétrole (Opep) n’ont pas su projeter l’avenir en réduisant les quantités mises sur le marché pour maintenir les prix à un niveau élevé. Ils ont surtout sous-estimé la capa- cité d’innovation des économies développées. Parce que les prix élevés du pétrole ont permis non seulement l’essor de l’exploitation des schistes dont le coût de production était assez élevé, mais également le développement de technologies réduisant les coûts et les délais de forage des puits de schiste, ainsi que le développement d’éner-

gies renouvelables qui occupent, désormais, une place importante dans le mix énergétique de la plupart des pays importateurs d’hydrocar- bures. Même le plus grand produc- teur de l’Opep, l’Arabie saoudite, ne peut plus rien face à l’abondance de l’offre. Le pétrole risque même de connaître, plus tôt que prévu, le sort du charbon, abandonné au pro-

veur de plans quinquen- naux dotés de centaines de milliards de dollars, n’ont pas aidé à l’émergence d’entreprises capables de porter la croissance éco- nomique du pays et à maintenir le flot d’argent qui devrait financer le dé- veloppement. Faute de dépenses publiques, ce sont des milliers d’entre- prises qui n’auront plus qu’à compresser leurs ef- fectifs. Et, à court terme, le gouvernement va être obligé d’annuler les sub- ventions et autres trans- ferts sociaux parce que l’État ne peut plus conti- nuer à supporter l’effort de solidarité qu’il s’est imposé durant les années fastes du pétrole à plus de 100 dol- lars/baril. Parce que la fiscalité ordi- naire couvre à peine deux tiers du budget de fonc- tionnement, et ce que l’É- tat peut engranger en fis- calité pétrolière couvre à

peine ce déficit. Comble de l’indécence, le gouvernement n’a pas trouvé mieux que de dévaluer le dinar afin de combler le déficit bud- gétaire. Une dévaluation de l’ordre de 30% face au dollar et de près de 20% face à l’euro. Ce qui se tradui- rait, à coup sûr, par une inflation écrasant les couches défavorisées dans peu de temps. Dès que les stocks achetés à un dinar un peu plus fort s’épuiseront.

L. H.

Liberté
Liberté

fit du pétrole justement, au milieu du siècle dernier. Néanmoins et au-delà des projec-

La baisse du prix du pétrole engendre à coup sûr des difficultés d’ordre social.

tions du marché du pétrole, c’est le modèle économique de ces pays, dont l’Algérie, qui aura vécu. Et ce ne sont pas les appels à la diversifi- cation de l’économie nationale qui ont manqué durant les années d’opulence. L’Algérie a raté un tournant histo- rique pour réussir sa transition d’un pays mono-exportateur à un pays émergent. Le réveil tardif du gou- vernement algérien, avec ce lot de

coupes budgétaires et d’annulations de projets d’infrastructures censées mettre le pays sur le chemin du dé- veloppement, décidées dans la fou- lée de la chute des prix du pétrole, est symptomatique de la faillite d’une gouvernance et révélateur du manque de vision stratégique chez ce gouvernement. L’on se dirige ainsi vers un cata- clysme social. Les milliards injectés dans le circuit économique, à la fa-

DISPONIBILITÉ DE DEVISES POUR L’ALLOCATION TOURISTIQUE

La Banque d’Algérie rassure

L a Banque d'Algérie a rassuré sur la disponibilité des devises face à la demande des voya-

geurs pour l'allocation touristique, expliquant que le manque de devises constaté dans des banques est dû seulement à la forte hausse de la de- mande exprimée habituellement durant la saison des vacances. “Il n'y a pas du tout de problème (de non- disponibilité de devises dans les banques). La devise est disponible et la Banque centrale répond aux be- soins des banques en termes d'ap- provisionnement en devises d'une manière programmée et régulière”, a affirmé, hier, à l'APS, un responsable auprès de la Banque d’Algérie. Les voyageurs éprouvent depuis quelques mois de plus en plus de dif- ficultés à retirer auprès des banques l’allocation touristique. Les banques publiques invoquent parfois un manque de liquidités et parfois l’absence d’imprimés pour ne pas accorder l’allocation voyage. Mais selon la Banque d’Algérie, le problème de disponibilité des devises ne se pose pas. La pression croissante sur les agences bancaires de ces der- niers jours résulte aussi, selon le re- présentant de la Banque d’Algérie cité par l’APS, d'une situation où “les demandeurs se présentent en grand nombre et en même temps devant les guichets”. “À la vue de ces longues files d'attente devant les guichets, les gens ont une impression de pénurie”, a-t- il ajouté. D'ailleurs, poursuit-il,

cette situation est “récurrente” lors des vacances durant lesquelles il est systématiquement enregistré une forte demande sur les opérations de change, notamment pour l'allocation touristique. En outre, selon lui, les agences bancaires ne peuvent pas prévoir exactement la quantité de de- mandes de change à traiter chaque jour. “Une agence peut recevoir en une journée une à trois demandes de change, comme elle peut en recevoir une centaine, voire plus. C'est donc aléatoire du fait qu'on ne peut pas ap- préhender le niveau de la demande quotidienne”, a-t-il indiqué, affir- mant que la tendance est, cependant, vers le “désengorgement”. Le montant de l’allocation voyage en Algérie reste dérisoire par rapport aux pays voisins, notamment, avec la dépréciation de la monnaie. En Tunisie, elle est de 6 000 dinars tu- nisiens par an, soit environ 3 000 eu- ros. Au Maroc, la dotation touris- tique annuelle est fixée à 40 000 di- rhams, soit près de 3 500 euros. Pour rappel, le gouverneur de la Banque d’Algérie avait évoqué, en 2013 devant l’APN, une réflexion sur l’augmentation de l’allocation voya- ge. Mais la mesure a été abandonnée, suite à la détérioration de la balan- ce des paiements extérieurs globale. Au 1 er trimestre de l’année en cours, le solde global de la balance des paiements affiche un déficit record de 10,72 milliards de dollars.

M. R.

L’ÉDITO

PAR SOFIANE AÏT IFLIS

Quand s’impose la rupture !

À l’heure des bilans, le chef de l’État et ses différents Exécutifs se- ront sans conteste recalés, blâmés pour leur échec, impensable, avec circonstances aggravantes. L’appréciation est déjà fort né-

gative : le pays, après 15 ans de pouvoir de Bouteflika, vit une décré- pitude politique avancée sur un fond de fragilité économique accrue. Le pari du développement est lamentablement raté, malgré une sy- nergie de conditions favorables qui se sont enchaînées tout au long des trois premiers mandats de Bouteflika : une opulence financière jamais égalée, une situation sécuritaire apaisée, une adhésion poli- tique inestimable et un environnement international peu, sinon pas du tout, hostile. Et ce n’est assurément pas du manque de temps qu’il faut se plaindre ! Il y a eu échec là où tout concourt à la réussite. De la diversification de l’économie nationale qui a constitué la trame d’in- nombrables discours de campagnes électorales et structuré également nombre de résolutions solennelles, il n’en est aujourd’hui, hélas, rien. La crise du pétrole a freiné sec la cadence des investissements publics, sonnant le rappel douloureux de ce que l’économie du pays reste, en dépit des centaines de milliards de dollars dépensées, autant qu’au- paravant dépendante des hydrocarbures. Ayant gravement manqué de prévoyance, mais aussi de clairvoyance politique, le gouvernement, jusque-là simple répartiteur de la manne financière que le chef de l’É- tat met à sa disposition, a eu, face à la crise, la réaction affolée d’un Exécutif dépourvu d’imagination : geler les projets, sans concevoir une alternative. Un gel qui permettrait, certes, quelques économies, mais sans forcément atténuer des effets de la crise tendant inexorablement vers son paroxysme et qui, donc, suppose inéluctablement des rup- tures politiques radicales. Un gouvernement qui a échoué en temps d’opulence ne peut réussir en tant de disette. Surtout quand vient à manquer la cohésion entre les différentes institutions de la République, comme c’est le cas désormais avec la guéguerre qui fait rage, sur fond de provocations, au sommet de l’État. n

Ayant

gravement

manqué de

prévoyance, mais aussi de clairvoyance politique, le gouvernement, jusque-là simple répartiteur de la manne financière que le chef de l’État met à sa disposition, a eu, face à la

crise, la réaction affolée d’un Exécutif dépourvu d’imagination : geler les projets, sans concevoir une alternative.”

4

L’actualité en question

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

DÉDOUBLEMENT ET ÉLECTRIFICATION DE LA LIGNE FERROVIAIRE JIJEL-BELLARA

Les travaux officiellement lancés

Le projet, qui a généré environ 300 emplois, a coûté au Trésor public près de 11 milliards de dinars, fait-on savoir sur les lieux.

L e ministre des Trans- ports, Boudjema Talaï, a effectué, hier, une vi- site d’inspection au port de Djendjen où il a inauguré le projet

d’extension des ouvrages de protec- tion du port réalisé par l’entreprise co-

réenne Daewoo. Selon le P-DG de l’entreprise por- tuaire, l’extension des ouvrages du port comprend le prolongement de la jetée nord existante de 400 mètres li-

néaires, le prolongement de la jetée Est de 250 mètres linéaires, la création d’un épi sur la jetée nord de 100 mètres, la création d’une plage ab- sorbante protégée par des enroche- ments et la création d’une nouvelle si- gnalisation maritime. Le même responsable, qui a expliqué au ministre l’importance de ce projet,

a fait savoir que les études ont mon-

tré que les conditions d’agitation de

la houle pour les navires qui accostent

dans ce port doivent être améliorées.

Ce projet, qui a généré environ 300 emplois, a coûté au Trésor public près

de 11 milliards de dinars, fait-on sa- voir sur les lieux. Lors de cette visite,

le ministre a, par ailleurs, marqué une

halte au projet de construction du ter- minal à conteneurs situé dans l’en- ceinte même du port.

Ce projet, qui a connu un retard de 8 mois, a atteint un taux d’avance-

ment de 15%. Sur les lieux, M. Talaï

a instruit le P-DG de l’entreprise

portuaire de Djendjen d’accélérer les travaux. “Dorénavant, aucun retard ne sera toléré”, dira-t-il. Ce projet d’une valeur de 18,7 mil- liards de dinars a pour objectif le trai- tement des porte-conteneurs pour les besoins du trafic national et interna- tional et réduire les délais de traite- ment des navires. Enfin, le dernier point visité par le

premier responsable du secteur des transports était le projet de dédou-

blement et d’électrification de la ligne Jijel-Sahki-Ahmed (Skikda), tranche

Djendjen-zone de Bellara sur une distance de 48 kilomètres. Le ministre, qui a donné le coup d’envoi des tra- vaux de réalisation de ce projet d’en-

vergure, a indiqué que cette ligne d’une valeur de 4,4 milliards de di- nars, est considérée comme un grand projet de développement du réseau ferroviaire dans la wilaya de Jijel. Concernant les postes d’emploi gé- nérés, le ministre a saisi le responsable

du port afin d’attribuer les postes d’emploi en premier lieu, aux jeunes habitants de Jijel. Dans ce sens, nous apprendrons qu’une autre ligne fer- roviaire sera également réalisée afin de renforcer les échanges écono- miques entre les régions de l’est du pays. Cette dernière qui reliera Jijel à Sétif, sera composée d’un trafic mixte (voyageurs et marchandises) d’une vitesse de 160 km/h. Ce projet est en phase d’étude de faisabilité, précise-t-on.

MOULOUD S.

APS
APS

Le ministre des Transports lançant les travaux de dédoublement de la ligne de Jijel-Skikda.

FORTE DEMANDE EN CARBURANTS À JIJEL

Les stations-service saturées

C ela fait maintenant plus d’une semaine que la wi- laya de Jijel connaît une per-

turbation sans précédent dans l’ap- provisionnement en carburants. Des files d’attente interminables et inin- terrompues de véhicules marquent quotidiennement leur présence dans les trois stations-service que connaît la ville. Désormais, faire le plein d’essence ou de gasoil est un luxe, disent les au-

tomobilistes dont certains rentrent sans avoir fait le plein car les pompes à essence sont à sec. Selon un pom- piste que nous avons approché, les raisons de cette crise reviennent au nombre important de véhicules qui convergent vers la station-service du matin jusqu’au soir. “Le nombre de clients a triplé depuis le début du mois d’août, les estivants circulent du- rant toute la journée, donc ils ont be- soin de plusieurs dizaines de litres de

carburant par jour”, dira notre in- terlocuteur, qui semblait être dé- bordé. Un chauffeur de camion de mar- chandises que nous avons rencontré

à la station-service à la sortie ouest

de Jijel dira : “Cela fait plus d’une

heure que j’attends mon tour, je suis obligé de m’approvisionner en ma- zout dès que mon réservoir est à moitié plein afin de rouler tran- quillement, notamment la nuit, car

TRAVAUX DE SOUDURE DANS UNE SALLE DE SOINS À L’HÔPITAL DE MÉDÉA

Le directeur dénonce un montage vidéo

U ne vidéo, diffusée récem- ment sur les réseaux so- ciaux, mettant en cause les

travaux de soudure dans une salle ré- servée aux malades souffrant de problèmes respiratoires, n’a pas manqué de susciter la réaction d’Ah- med Madaoui, directeur de l’hôpi- tal de Médéa. En effet, ce dernier a tenu à démen- tir le contenu des images de la vidéo, en organisant une conférence de presse au cours de laquelle il a affir- mé que la vidéo d’une durée de 7 se- condes est un montage réalisé dans le but évident de nuire à la réputa- tion de la structure hospitalière et au responsable du service concerné. Le directeur a tenu à rétablir la vé- rité en déclarant que “dans le cadre de la mise en œuvre de la feuille de route tracée par la tutelle, la direction de l’hôpital a entrepris plusieurs ac- tions, notamment l’entretien du ré- seau de chauffage en panne depuis plus de 6 ans. Les choses ont pu être débloquées grâce à la collaboration de la direction de l’hôpital et de la Di-

rection de la santé et de la population de la wilaya de Médéa par l’inscrip- tion de l’opération d’entretien des blocs, trois mois après mon installa- tion. Parmi les dispositions prises, cel- le de n’autoriser le démarrage des tra- vaux qu’une fois les salles vides”. “Des instructions ont été données aux responsables des différents ser- vices pour que les travaux se fassent en l’absence des malades lesquels ont été transférés vers un autre ser- vice non concerné par les travaux, et ce, jusqu’à la fin du chantier.” Pour le directeur de l’hôpital, il s’agit d’une pratique calomnieuse menée par les auteurs de la vidéo qui ont utilisé des images préfabriquées. C’est une manipulation qui vise à dé- nigrer le travail de réforme engagé et les mesures de gestion décidées par la direction. Donnant plus de précisions sur le su- jet, il indiquera que “la vidéo a été tournée par un infirmier qui a pro- fité de l’absence du coordinateur des services pendant le déjeuner pour fai- re venir un malade dans la salle

vide des maladies respiratoires pen- dant 15 mn, le temps pour lui de réa- liser sa vidéo de 7 mn qui est allée ali- menter les réseaux sociaux”. L’avis partagé est que l’auteur de la vidéo

a surtout voulu nuire à l’image des responsables qui ont eu l’audace

d’apporter quelques changements en bousculant certaines habitudes dont

le laisser-aller et les passe-droits qui

caractérisaient la gestion de l’hôpi- tal avant le changement intervenu à

la tête de la direction.

Pour le directeur de l’hôpital, il s’agit d’une campagne de déstabili- sation menée à l’encontre de la di- rection qui est l’œuvre d’une mino- rité d’employés et de certains ci- toyens, car non contents des mesures d’organisation des services déci- dées, notamment la régulation des visites, l’interdiction du va-et-vient dans les couloirs, mesures considé- rées comme indispensables pour le respect du repos des malades et pour la préservation de la tran- quillité des lieux.

M. EL BEY

une panne de carburant me coûtera cher.” Un automobiliste accompagné de sa famille n’a pas caché sa colère et son désarroi quant à cette situa- tion. “Nous sommes venus passer

des vacances et profiter de la mer, mais comme vous le voyez, la moitié de notre séjour se passe dans cette sta- tion-service, c’est aberrant de voir qu’une ville touristique comme celle- ci ne dispose que de trois stations à es- sence !”, s’indigne-t-il. La situation est la même dans les stations-service ins- tallées non loin de la côte, telles

qu’El-Aouana, Taher, Belghimouz et El-Milia. Tous ceux qui empruntent la route nationale 43, soit pour aller à la plage, soit vers d’autres wilayas, marquent une halte dans l’une de ces stations. Pour beaucoup d’automobilistes, cette crise pourrait durer jusqu’à la rentrée sociale, soit lorsque les es- tivants quitteront Jijel. Pour le mo- ment, le mieux est d’éviter de rou- ler en voiture quand on le peut en at- tendant que tout rentre dans l’ordre.

M. S.

LIMITATION DES BANDELETTES POUR LES DIABÉTIQUES

L’association des diabétiques de Boumerdès dénonce “une décision irréfléchie”

n Le président de l’association des diabétiques de la wilaya de Boumerdès dénonce la décision de la Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) sur la limitation du nombre de bandelettes fixée à une boîte seulement pour un trimestre. Dans

une conférence de presse organisée avant-hier, Mohamed Mokri a appelé les pouvoirs publics à annuler cette décision qualifiée d’injuste et contre-productive qui pénalise les diabétiques et leurs familles. “Nous dénonçons cette décision irréfléchie de la Cnas qui

se substitue au médecin traitant car une seule bandelette d'auto- surveillance glycémique par trimestre ne suffit nullement et risque de compliquer davantage la situation des malades”, affirme-t-il. Et

d’ajouter : “Le malade est obligé de débourser 1 800 DA pour compenser son quota de bandelettes limité à une seule boîte.” Pour M. Mokri, la plupart des malades sont des citoyens sans ressources qui ne peuvent se permettre la prise en charge de deux autres boîtes de bandelettes compte tenu de leur coût. “Il faut trois boîtes pour chaque malade, qui va payer les deux autres boîtes ?”, s’est-il interrogé. L’association des diabétiques de Boumerdès déplore cette décision unilatérale contre l’avis des spécialistes et des médecins, précisant qu’une telle décision relève du médecin et non d’un administratif. Pour rappel, le directeur général de la Cnas justifie cette décision par des abus de consommation de ce produit disponible en tiers payant, tout en soulignant que ce médicament est à la charge de la Sécurité sociale, à raison de 100%.

M. T.

LIBERTE Mardi 18 août 2015

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

IL EST UTILISÉ DEPUIS DES ANNÉES SANS AVOIR JAMAIS ÉTÉ REMIS EN CAUSE

Le livre de lecture de la 1 re année primaire truffé de mots en derdja

de la 1 r e année primaire truffé de mots en derdja n Au fur et

n Au fur et à mesure que la date de la ren-

trée scolaire, fixée au 6 septembre, se rap- proche, la polémique autour de la réforme de la ministre de l’Éducation nationale se rap- portant à l’utilisation de la derdja en classe de 1 re et 2 e années primaires prend de l’am- pleur dans la stérilité. Le débat est biaisé as- surément. Il suffit de prendre en compte deux para- mètres basiques. Il est établi que dans l’ap- prentissage d’une nouvelle langue (l’arabe classique pour les premières classes du pri- maire), il est d’usage qu’on recoure, à la pha- se d’initiation, à la langue maîtrisée par l’ap-

prenant, soit l’arabe dialectal en cas de controverse. Autrement, le livre de lecture de la 1 re année primaire est truffé de mots en derdja. Ce manuel est utilisé depuis de nombreuses années dans l’école publique sans que les dé- fenseurs de la langue arabe s’en offusquent ou cherchent, dans un moindre effort, à cor- riger les erreurs qui l’émaillent ou les contre- valeurs inculquées à des enfants de 6 à 7 ans. Est-il concevable que dans un texte de ce livre soit écrit que le père punit son enfant qui a obtenu de mauvaises notes à l’école, en l’empêchant de sortir jouer dans la rue ?

AZZEDINE MIHOUBI ET LA ZIARA À SIDI BOUMEDIENE

Finie la “sadaqa” au saint patron !

À SIDI BOUMEDIENE Finie la “sadaqa” au saint patron ! n Lors de sa visite, hier,

n Lors de sa visite, hier, lun- di, au mausolée de Sidi Bou- mediene à Tlemcen, Azzedi- ne Mihoubi, ministre de la Culture, a constaté que les vi- siteurs, en sus de l’acquitte- ment du ticket d’entrée, doi- vent verser une “ziara”, gen- re d’obole pour le saint patron de la ville. Il a donné sur pla- ce des directives aux respon- sables du culte pour que cet- te pratique soit bannie car elle peut induire en erreur les vi- siteurs qui peuvent penser que cet argent est destiné au secteur de la culture.

29 ANS APRÈS LA “MAIN DE DIEU”

Maradona retrouve l’arbitre tunisien, Bennaceur

n Vingt-neuf ans après la demi-finale historique de

la Coupe du monde au Mexique qui avait mis aux prises l’Argentine, future championne du monde, avec l’Angleterre, la légende du football argentin, Diego Armando Maradona, qui avait marqué ce jour-là un but controversé de la “main de Dieu”, a rencontré ces derniers jours l’arbitre de la fameuse rencontre, le Tu- nisien Ali Bennaceur, chez lui, en Tunisie. Une ren- contre émouvante, comme le reconnaît Maradona. Sur sa page facebook, il a publié, en effet, deux photos au domicile de l’arbitre en Tunisie, accompagné de ce commentaire en espagnol : “Ce week-end, j'ai visité la Tunisie et j'ai eu une réunion émouvante avec Ali Ben- naceur, l'arbitre du match contre l'Angleterre, lors du Mondial du Mexique en 1986. Je lui ai offert un maillot de l'équipe nationale argentine, et il m'a fait don d’une photographie de ce match qu'il gardait chez lui. Ma dé- dicace : ‘Pour Ali, mon éternel ami’.” Maradona a dû sans doute confesser son péché qui, depuis, est pas- sé à la postérité.

son péché qui, depuis, est pas- sé à la postérité. L’AUTEUR ET L’ÉDITEUR DE L’OUVRAGE SONGENT

L’AUTEUR ET L’ÉDITEUR DE L’OUVRAGE SONGENT À UNE NOUVELLE ÉDITION

“Algérie,

l’échec

recommen-

cé ?” déjà

épuisé

n Sorti en juin dernier aux éditions Frantz- Fanon, le livre de Saïd Sadi, Algérie, l’échec recommencé ? est introuvable chez les libraires. Du coup, l’auteur et l’éditeur de l’ouvrage songent déjà à une nouvelle édition, le livre étant toujours demandé, selon des libraires d’Alger. Ces derniers affirment, en effet, que les statistiques montrent que Algérie, l’échec recommencé ? talonne, en volume de ventes, le roman Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud auquel a été décerné le prix Goncourt 2014. Ce sont, ainsi, pas moins de 5 000 exemplaires qui ont été écoulés en moins de trois mois et, autre motif de satisfaction pour Saïd Sadi et son éditeur, le livre a surtout été acheté par des jeunes, notamment des étudiants.

ABROGATION DE L’ARTICLE 87 BIS DU CODE DU TRAVAIL EFFECTIVE À PARTIR DE CE MOIS D’AOÛT

De la poudre aux yeux

À PARTIR DE CE MOIS D’AOÛT De la poudre aux yeux n Si on se fie

n Si on se fie aux engage- ments du gouvernement, l’abrogation de l’article 87 bis du code du travail sera visible dans les bulletins de paie de quelque 3,5 mil- lions de salariés à la fin de ce mois d’août avec effet rétro- actif à partir du 1 er janvier 2015. Il n’en demeure pas moins que contrairement aux fanfaronnades de l’Exé- cutif et du patron de l’UGTA, l’impact de la mesure n’est guère significatif. Ce seront de légères aug- mentations dans les salaires de moins de 18 000 DA. Et même ainsi, la décision ap- pliquée créera un désordre dans la logique de grilles de salaires établies suivant des catégories et des échelons.

Dans les entreprises pu- bliques, notamment celles relevant du secteur écono- mique, les rémunérations des cadres supérieurs, qui ne sont déjà pas très élevées, vont se rapprocher davanta- ge de celles des travailleurs de grades inférieurs, dès lors que la suppression dudit ar- ticle de la loi 90-11 n’induit pas d’effet boule de neige. Au demeurant, le décret y affé- rent redéfinit, comme l’ont relevé des experts dans plu- sieurs titres de presse, le SNMG comme incluant le salaire de base, les indemni- tés et primes de toute natu- re, à l’exception de celles portant remboursements de frais engagés par le travailleur et à l’IEP.

EXPLOITATION ILLICITE DES PLAGES À EL-TARF

Confiscation de parasols, de tables et de chaises

n Sur requête du P/APC d'El-Kala (El-Tarf), les gendarmes de la brigade territoriale lo- cale ont assisté les services de la commune dans l'opération d'évacuation des plages Cap Rosa et La Messida de la localité, exploitées illicitement par des jeunes durant la saison estivale. L'opération a abouti à la saisie de quatre-vingt-trois parasols, treize tables et dix chaises.

ARRÊT SUR IMAGE

Une grotte habitée par des troglodytes, il y a des milliers d’années, à El-Bayadh.

(Ph.Yahia magha/Liberté)
(Ph.Yahia magha/Liberté)

6

Contribution

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

CINQUIÈME ANNIVERSAIRE, CE 21 AOÛT, DU DÉCÈS DE BENTOBAL

L’Algérie oublie ses héros de manière volontaire

Il est important de signaler les manipulations de l’histoire, par ceux qui nous gouvernent, et ce, dès les premières heures de l’Indépendance.

V oilà, maintenant, 5 ans que Lakhdar Bentobal de son vrai nom Slimane Bentobal nous a quittés. Toute nation est fière de son histoire, elle se construit et assoit son

unité nationale et sa fierté grâce au parcours de ses pères. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas de

notre beau et glorieux pays

parce que notre histoire a été et est toujours une la- mentable confiscation d’un groupe de per- sonnes qui réécrit l’histoire au gré de ses in- térêts. L’histoire est le patrimoine de tous les Algériens, mais depuis 1962, les pouvoirs successifs n’ont eu de cesse que de semer le doute et l’amalgame, dans l’inconscient col- lectif, au point que l’histoire enseignée dans nos

écoles aux enfants algériens, a été amputée de toutes ses parties qui ne redoraient pas le bla- son du pouvoir en place. Nous avons un dic- ton en arabe qui dit : “La asl, la mella”.

Par :

KHALED BENTOBAL (*)

Lakhdar Bentobal est un artisan et un symbole de la Révolution algérienne et restera à jamais et pour toujours l’une des personnes-clés de notre Révolution et notre Indépendance

Lakhdar Bentobal a eu un parcours humble,

il s’est engagé très jeune pour la cause de notre pays, dans les années 1940, avant d’arriver à la direction de la Révolution pendant la guer-

re d’Algérie. Il a été une des personnes-clés qui

a

œuvré pour une Algérie libre et souveraine.

Il

a été l’un des rares, sinon le seul, à avoir été

présent et actif à toutes les réunions majeures et importantes de la Révolution algérienne :

- à la préparation du déclenchement de la lut-

te armée en participant à la fameuse réunion du groupe des 22 au Clos-Salembier sur les

hauteurs d’Alger en juin 1954 après avoir vécu le maquis dans la clandestinité, et ce, pendant des années ;

- au déclenchement de la guerre d’Algérie à mi- nuit le 1 er Novembre 1954 ;

- le 20 Août 1955, sa préparation à Hjar Ma-

frouch (Zighoud et Bentobal), la définition de

son objectif et l’offensive armée, qui représente

le vrai relance de la lutte armée (l’offensive du

Nord constantinois), qui lui a donné un nou-

veau souffle, après un relatif ralenti et le contrôle par l’armée française ;

- à la réunion de la Soummam le 20 Août 1956 pour participer à l’organisation de la Révolution ;

- à la création du GPRA (Gouvernement

provisoire de la République algérienne) le 19 septembre 1958 au Caire ; il a été l’un de ses principaux fondateurs ;

- aux négociations secrètes des Rousses dans

le Jura en France du 11 au 18 février 1962 pour

préparer le socle des accords d’Évian et à la né- gociation finale du 7 au 18 mars 1962 à Évian entre la France et le GPRA, pour l’obtention de l’Indépendance et la liberté auxquelles il as- pirait depuis son plus jeune âge.

Il est important de signaler les manipulations

de l’histoire, par ceux qui nous gouvernent, et ce, dès les premières heures de l’Indépendance. Le texte intégral des accords d’Évian qui a été publié dans le Journal officiel français le 20 mars 1962, a mentionné des accords avec le Front de Liberation nationale (FLN), la Fran- ce ne reconnaissant pas le Gouvernement pro- visoire de la République algérienne (GPRA), alors que le texte publié dans le journal El Moudjahid, le 19 mars 1962 porte la men- tion “Gouvernement provisoire de la République algérienne” (GPRA). La version retenue ac-

D. R.
D. R.

Lakhdar Bentobal dans le bureau du ministère de l'Intérieur à Tunis

tuellement en Algérie (voir sur le site

http://www.el-mouradia.dz/francais/alge-

rie/histoire/accord evian.htm) est, cependant, identique à celle publiée en France. On est en droit de se demander pourquoi ce change- ment ? Le seul objectif de Lakhdar Bentobal était de se sentir libre, dans son pays qu’il chérissait. Lakhdar Bentobal est passé par des périodes très dures en parcourant les montagnes en hi- ver dans le froid et la neige des Aurès loin de sa famille et de ses proches (14 mois dans un gourbi sans voir la lumière extérieure). Il a par- ticipé à la lutte armée depuis 1954, a partici- pé à la structure de la Révolution et a été un des fondateurs du GPRA, gouvernement re- présentatif et légitime de l’Algérie face aux ins- tances internationales. Le GPRA qui, dans les négociations d’Évian, a refusé de céder face à cette France, coloniale, qui était une force in- ternationale faisant partie du Conseil de sé- curité des Nations unies. Lors des négociations d’Évian, Lakhdar Bentobal a bien dit aux né- gociateurs français qu’il ne concéderait pas un m 2 de l’Algérie et dans le cas contraire, la guer- re continuerait. Face aux ministres français né- gociateurs, qui demandaient l’aval de De Gaulle sur chaque décision importante, le GPRA était le seul et unique groupe légitime représentant l’Algérie avec tous les pouvoirs de décision. Comment peut-on après tout cet engage-

ment oublier un de ses héros si ce n’était in- tensionnel. D’autant que Lakhdar Bentobal, après la libération de l’Algérie, a refusé de se joindre à la course au pouvoir, car il estimait avoir accompli son devoir, celui qui a permis aux Algériens de passer du statut de citoyen de seconde zone, sous domination étrangère, au statut de citoyen libre. Le minimum, qu’on puisse demander aux dirigeants de l’Algérie d’aujourd’hui est un minimum de recon- naissance envers ses héros, de rendre hom- mage à une personnalité nationale, et non ré-

gionale, comme Lakhdar Bentobal qui a re- présenté dignement la Révolution algérienne auprès de grands hommes comme Mao Ze-

dong en Chine et autres dirigeants de grandes puissances comme Khroutchev et Kossygui- ne en URSS. Lakhdar Bentobal a non seule- ment été un maquisard, un révolutionnaire qui

a participé à la lutte armée nuit et jour mais

a aussi été et surtout une des têtes pensantes

de notre Révolution ; un homme de terrain mais aussi un organisateur et un fin diplomate sans pour autant perdre de vue les intérêts de

son pays à aucun moment jusqu’à la libération le 3 Juillet 1962 (le vrai jour de l’Indépen- dance).

5 ans après la disparition physique de Lakhdar Bentobal, aucun monument, ni aéroport, ni port, ni ville, ni université, ni hôpital, ni boulevard, ni édifice publique, ni institution publique ne porte son nom, il a été oublié volontairement

On devrait se questionner sur les motivations du pouvoir, en place depuis 1962, à vouloir à tout prix changer l’histoire de l’Algérie révo- lutionnaire, mais personne n’est dupe ! L’anniversaire du décès de Lakhdar Bentobal est sciemment oublié par les autorités du pays à qui il a tant donné. À ce jour, aucune pierre grosse ou petite ne porte le nom d’un des principaux artisans de l’Indépendance de notre pays. Nous pouvons nous poser beau- coup de questions : pourquoi les autorités de notre pays depuis son Indépendance souhai- tent effacer une partie importante de notre his- toire, pourquoi certains acteurs majeurs de notre Révolution, qui reste une des plus im- portantes du monde moderne, sont oubliées par les différents responsables de notre pays depuis 1962. Lamine Khène a dit : “Qu'on le veuille ou non, les 3B (Krim Belkacem, Abdel- hafid Boussouf et Lakhdar Bentobal) ont ame- né le bateau à bon port”. L'histoire ne l'oubliera jamais.

Lakhdar Bentobal a été et restera à jamais un des acteurs majeurs de l’Indépendance de notre cher pays qui nous a permis de vivre libres au- jourd’hui. Malheureusement, l’histoire révo- lutionnaire de Lakhdar Bentobal a non seu- lement été oubliée pendant sa vie et même de- puis au point qui notre jeunesse ne connaît ni son nom ni ce qu’il a accompli pour notre pays. Évidemment notre jeunesse n’est pas fautive ni responsable de cette amputation volontai- re d’un pan de son histoire, elle a été éduquée à faire l’amalgame entre notre Révolution et ses héros et les différents chefs depuis 1962 à ce jour. L’Algérie, d’après mon père, devait re- venir à la jeunesse qui aurait contribué à la réussite de son développement. Il m'a aussi dit que pendant la Révolution, c'étaient les jeunes qui étaient aux commandes du sort de l'Algérie. Cela devrait être le cas aujourd'hui, chacun doit contribuer à ce grand édifice qu’est le déve- loppement de la nation et la jeunesse peut lar- gement y contribuer. Il croyait beaucoup en la jeunesse. Parmi toutes les personnes ayant participé de près ou de loin à la Révolution algérienne, l’hommage a été plus important même à des niveaux de responsabilité ou d’importance moindre. Ceci montre l'importance que La- khdar Bentobal avait, son poids et sa légitimité qui dérange jusqu'à aujourd'hui. Aucun site important ni moins important n'a pris le nom de Lakhdar Bentobal, un des ses révolu- tionnaires ayant participé à tous les événe- ments majeurs depuis le 1 er Novembre 1954. Le piston en Algérie va très loin mais l'histoi- re en dira autrement car la jeunesse et les gé- nérations auront besoin de la vérité. Bentobal est une figure nationale de l’Algérie et le peuple a besoin de le voir au niveau national et non régional. Mon père me disait qu’il ap- partenait à l’Algérie entière et non à une ré- gion ou à un groupe de personnes. Je me pose des questions sur le ministère des Moudjahidine et le travail effectué par ce dernier. Pourquoi le ministre et le ministère des Moudjahidine n’ont-il pas pris la moindre décision concernant l’appellation d’un site al- gérien au nom de Lakhdar Bentobal ? A-t-il tous les pouvoirs pour le faire ou est-ce une dé- cision qui doit venir de la présidence de la Ré- publique ou d’un consortium ? Ceci reste une énigme sans pour autant l’être. Il ne faut pas oublier que des sites ont eu des appellations au nom de certains chefs de la Révolution im- médiatement après leurs décès même avec moins de responsabilités. Est-ce que les ap- pellations sont réservées avant le décès des per- sonnes ? À quelle instance faudra-t-il s’adres- ser pour obtenir une considération ? À la fin, pourquoi faudrait-il demander alors que c’est la moindre des reconnaissances que Lakhdar Bentobal est en droit de recevoir eu égard à ses multiples sacrifices et à ses engagements dans la lutte de Libération nationale. Vous êtes les bienvenus à la commémoration du décès de Lakhdar Bentobal qui aura lieu au cimetière El-Alia le 21 août à 11h pour rendre hommage à un des principaux héros de ce pays que les autorités souhaitent tant oublier. Nous invitons tous les Algériens qui souhai- tent rendre hommage à ce grand et courageux homme politique et révolutionnaire, de tous ceux qui l’ont rencontré, ont trouvé en lui la sagesse, l’honnêteté et la droiture. C’était un homme de principes, de bon sens et avait une indéniable capacité de compréhension de la so- ciété algérienne et un amour indéfectible pour son pays.

K. B.

(*) FILS DU DÉFUNT COLONEL LAKHDAR BENTOBAL

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

L’actualité en question

7

COMMÉMORATION DU 59 e ANNIVERSAIRE DU CONGRÈS DE LA SOUMMAM

Intenses activités en Kabylie

Selon le D r Daoudi, plusieurs figures historiques de la région participeront à l’événement. Il a confié que Youcef Khatib et l’ancien chef de l’État, Liamine Zeroual, sont conviés à l’événement.

P lusieurs partis poli- tiques et associations se préparent à célé- brer le 59 e anniver- saire de la tenue du Congrès de la Soum-

mam. À travers ces festivités, c’est un grand hommage qui sera rendu à l’architecte de la Révolution algé- rienne, Abane Ramdane, initiateur de la réunion d’Ifri le 20 Août 1956. L’association Horizons d’Ouzella- guen organisera le 21 août la pre- mière édition de l’université d’été du Congrès de la Soummam. La thématique, selon ses respon- sables, sera : “L’identité nationale à l’aube du 60 e anniversaire du Congrès de la Soummam”. Ce thème est choisi, plaident-ils, “à l’heure où des tensions meurtrières, au nom des crispations identitaires, menacent de dislocation l’édifice d’une nation toujours à bâtir”. Ils annoncent une rencontre-débat autour de ce thème qui sera animée, au musée du Congrès de la Soummam, par le chercheur et journaliste Fodhil Bou- mala et l’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie et auteur de La Martingale algérienne, Abderrah- mane Hadj-Nacer. Plusieurs asso- ciations prendront part à cette jour- née commémorative qui commen- cera par une visite de ce lieu histo- rique et de son musée, témoins de la grande épopée libératrice de notre pays. “Notre démarche est constan-

te : proclamer que l’événement his- torique et décisif du Congrès de la Soummam appartient à tous les Al- gériens, surtout aux jeunes, qui, à tra- vers le mouvement associatif, s’en- gagent pour une meilleure Algérie”, écrivent-ils dans un communiqué. “C’est dans cette perspective que nous annonçons également la pré- paration, pour le 60 e anniversaire du Congrès de la Soummam le 20 août 2016, d’un grand rassemblement des associations de jeunes issus de tout le territoire national pour la refondation de notre pays fidèlement aux idéaux de Novembre 1954”, projette l’asso- ciation pour l’année prochaine. Pour l’association Abane-Ramdane pour l’histoire et la mémoire de Tizi Ou- zou, un riche programme est concocté pour la journée du 20 août. Selon le D r Kamel Daoudi, secrétai- re général de cette association de wi- laya, les festivités se dérouleront à la Maison de la culture de la ville des Genêts. Au programme, plusieurs conférences, dont, entre autres, cel- le qui sera animée par M me Salhi Mezhoura, universitaire sous le thè- me : “Rôle déterminant d’Abane Ramdane dans l’organisation struc- turelle du Congrès de la Soummam”. Louizette Ighilahriz traitera, quant à elle, du rôle d’Abane dans la Zone autonome d’Alger, la grève des 7 jours et la Bataille d’Alger. Selon toujours le D r Daoudi, plusieurs fi- gures historiques de la région par-

D . R.
D . R.

Les préparatifs s’accélèrent pour la célébration du 59 e anniversaire du Congrès de la Soummam.

ticiperont à l’événement. Il a confié que Youcef Khatib et l’ancien chef de l’État, Liamine Zeroual, sont conviés à l’événement ainsi que des députés de plusieurs wilayas du pays, com- me Ghardaïa, Ouargla… Au-delà des conférences, il a annoncé le dé- pôt de gerbes de fleurs au cimetière des chouhada de la ville de Tizi

Ouzou à M’douha, une autre à la stè- le érigée en la mémoire d’Abane à Larbaâ Nath Iraten et à celle d’Oued Aïssi, une autre au monument aux morts d’Azzouza, village natal d’Abane, ainsi qu’une visite au mu- sée Abane qu’abrite sa maison fa- miliale. Côté partis politiques, le FFS compte commémorer le 20

Août à Ifri Ouzellaguen avec plu- sieurs rencontres et débats. Plu- sieurs fédérations du parti organi- seront des activités au niveau local. Au RCD, plusieurs activités sont pré- vues pour la journée du 20 août à l’initiative du bureau régional de Béjaïa.

MOHAMED MOULOUDJ

SOCIÉTÉ CIVILE ET SÉCURITÉ NATIONALE

“L’immunité nationale” au centre des préoccupations

L a société civile algérienne a bel et bien un rôle à jouer dans la défense de la sé- curité nationale. Cette conclusion s’est

imposée, hier, au Forum d’Echaab, animé par Tahar Karoun, Mohamed Taïbi et Cheikh Djelloul Hadjimi, respectivement président de l’Organisation nationale de solidarité asso- ciative (ONSA), sociologue et enseignant universitaire, et secrétaire général du Syndi- cat national des imams. Chacun des intervenants, usant de ses propres mots, a insisté sur les dangers menaçant la sé- curité nationale, mais aussi sur l’urgence de construire “un nouveau consensus national”. Pour Tahar Karoun, la menace sur l’Algérie se confirme depuis 2013, date de l’attaque de Ti- guentourine. “Notre pays est menacé de l’ex- térieur”, a-t-il expliqué, avant d’appeler à “la mobilisation générale de la société sans excep- tion” pour constituer “un front national inté-

rieur de lutte antiterroriste”. Par ailleurs, le res- ponsable de l’ONSA a estimé que “la culture sécuritaire est plus que nécessaire pour la sta- bilité et la sécurité du pays”. Selon M. Karoun, “le civisme et les valeurs de la citoyenneté”, de même que l’implication de la société civile, sont des éléments à même de contribuer à la lutte contre les fléaux qui affectent l’économie et la société. De son côté, le sociologue Mohamed Taïbi est revenu sur les changements intervenus au sein de la société, mais aussi dans le monde, lais- sant entendre que certaines définitions, à l’exemple de “la dépendance” ou du “natio- nalisme”, méritent une actualisation. Il a, en outre, observé que nous nous posons “la mauvaise question qui éloigne le chercheur, le dirigeant et les institutions (de l’État) de la bon- ne réponse”. Concernant les “questionne- ments” actuels des théoriciens de la sécurité,

l’universitaire a soutenu que la question qui se pose à l’Algérie de 2015 est de savoir si l’armée et tous les services chargés de la sécurité du pays sont capables de protéger “l’immunité natio- nale”. De l’avis de l’intervenant, le pays traverse “une transition structurelle” et subit “une mu- tation générationnelle” qui exige, aujourd’hui plus que jamais, de débroussailler le terrain et surtout de mettre fin à “l’ébranlement” qui se- coue le corps social algérien. De plus, la question de la sécurité “a besoin de théories, d’intelligence et d’élites”. “Nous sommes dans une obligation de changement”, a déclaré le député FLN. Quant au terrorisme, M. Taïbi l’a considéré, non pas comme “un phénomène”, mais comme “une entreprise re- levant de la géopolitique et de la géostratégie”. Selon lui, les priorités vont vers l’ouverture de chantiers de “la refondation de l’État” et de cel- le du “nationalisme”, la création d’“une insti-

tution de consultation représentative” qui veillera sur la gouvernance des hydrocar- bures, et la réflexion “sérieuse” autour de la mission du ministère de la Communication, en vue d’occuper “l’espace public” et le trans- former en “espace de débat”. Enfin, le représentant du syndicat des imams s’est étalé sur la “théorie du diagnostic”, notant qu’elle s’impose dès lors que les dirigeants sont sommés de détecter les problèmes et de trou- ver les solutions pour la société algérienne de- venue “enragée”. Alertant sur les visées de “des- truction de la société” et les nuisances de “l’ordre mondial médiatique”, M. Hadjimi a plaidé pour la prise en compte des diverses fa- cettes de la sécurité : intellectuelle, linguistique, alimentaire, etc. “Nous souffrons du manque de projet de société”, a-t-il indiqué, lors du dé- bat.

HAFIDA AMEYAR

APRÈS L’ATTENTAT D’OUED ZEGGAR (SKIKDA)

L’armée intensifie son offensive

L es forces de l’Armée nationa- le populaire (ANP) ont in- tensifié, hier, leur offensive,

lancée depuis quatre jours dans les monts d’Oued Zeggar, contre le groupe terroriste auteur de l’atten- tat perpétré vendredi dernier, dans la commune d’Aïn Kechra, dans la

wilaya de Skikda. Un attentat qui a coûté la vie à un commandant et blessé un sergent-

chef de l’armée, et qui n’a pas été, pour l’heure, revendiqué. Au vu de l’important dispositif mi- litaire mis en place et des renforts dé- pêchés avec la participation des forces spéciales et la présence conti- nue du chef de la V e Région militai- re pour mener les opérations, il ne fait plus aucun doute qu’un impor- tant membre d’Aqmi, probable- ment l’“émir” national Abdelmalek

Droukdel se trouve parmi la qua- rantaine de terroristes encerclés dans les montagnes d’Aïn Kechra. En effet, avec les moyens militaires déployés, les opérations armées ter- restres et aériennes, à savoir la mul- tiplication des ratissages, la forte présence des blindés et le pilonnage héliporté de cette zone sans dis- continuer, l’ANP, décidée à ne pas faiblir, est quasiment certaine que le

groupe terroriste n’a pas pu s’échap- per et se terre toujours dans l’un des refuges qu’ils ont hérité de la dé- cennie noire, affirment des sources sécuritaires. Dans ce sillage, des sources locales, des riverains en l’occurrence, nous ont affirmé que seuls les bombar- dements de l’armée sont entendus. Les terroristes restent dans l’expec- tative et ne ripostent pas aux tirs de

l’armée, probablement pour ne pas révéler leurs positions. Mais l’im- portant redéploiement de l’armée avec un bouclage hermétique de toute la zone, devenue une véri- table zone de guerre interdite d’ac- cès, les services de sécurité comptent s’installer dans la durée espérant qu’une rupture des vivres poussera les terroristes à sortir de leur trou.

A. BOUKARINE

8 Publicité Mardi 18 août 2015 LIBERTE ANEP n°341 115 Liberté du 18/ 08/2015 ANEP

8

Publicité

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

ANEP n°341 115 Liberté du 18/ 08/2015
ANEP n°341 115 Liberté du 18/ 08/2015
ANEP n°341 114 Liberté du 18/ 08/2015
ANEP n°341 114 Liberté du 18/ 08/2015
ANEP n°208 393 Liberté du 18/08/2015
ANEP n°208 393 Liberté du 18/08/2015
ANEP n°340 949 Liberté du 18/08/2015
ANEP n°340 949 Liberté du 18/08/2015

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

L’internationale

9

LES MOUVEMENTS SIGNATAIRES DU DOCUMENT DE PAIX ONT REPRIS LES COMBATS

Crise malienne : l’accord d’Alger vole en éclats

La reprise des combats entre les mouvements politico-armés du Nord intervient à quelques jours de la rencontre de médiation par le Niger pour réconcilier les Touareg des Ifoghas avec leurs frères-ennemis des Imghad.

R etour à la case départ au nord du Mali, moins de deux mois seu- lement après la signature de l’Accord pour la paix et la ré- conciliation, issu du dialogue inclusif intermalien d’Alger. Les

combats opposant les groupes rebelles de la Co- ordination des mouvements de l’Azawad (CMA) aux mouvements pro-Bamako de la Plateforme d’Alger ont repris de plus belle hier matin, près de Kidal (nord-est) faisant des morts et des blessés dans les deux camps, se- lon plusieurs sources. Mais le Groupe d’auto- défense des Touaregs de l’Imghad et alliés (Ga- tia), membre de la Plateforme, a affirmé avoir tué 12 personnes, dont deux chefs militaires, fait des prisonniers et récupéré 4 véhicules tout- terrain à la CMA. Une information difficile à confirmer, en raison du difficile accès des médias dans les zones de combats, actuellement circonscrits à la région de Tousik et Anefis, au sud-ouest de Kidal. Samedi, les deux camps se

sont accusés mutuellement d’avoir commen- cé les hostilités en premier. Dans un commu- niqué datant d’hier, maître Harouna Toureh (Plateforme) a affirmé que les violences ont re- pris suite à “une attaque perpétrée (samedi, ndlr) contre les positions de la Plateforme à Edjerer Amassine, dans l’oued Tousik”, suivie d’une em- buscade le lendemain, “au même endroit (…), toujours de la part des combattants de la CMA, malgré les assurances données par Checkh Awissa, un des principaux respon-

sables militaires de la CMA”. En réaction, le gouvernement du Mali a appelé à la rai- son aussi bien la CMA que la Plateforme. “Le gouvernement de la République du Mali a appris, avec une vive préoccupation, que des échanges de tirs ont eu lieu entre les mouvements de la Plateforme et de la CMA dans la région de Kidal, le samedi 15 août 2015”, lit-on dans le communiqué publié dans la nuit du dimanche à hier. “(…) de tels actes constituent une violation du cessez-le-feu, et, pouvant mettre en pé- ril la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Al- ger”, a ajouté le communiqué des autori- tés de Bamako, où la Plateforme avait si- gné cet accord le 15 mai, suivie par la CMA le 20 juin, après plusieurs semaines de tergiversations. En effet, la reprise de ces violences armées intervient en viola- tion de l’accord pour la paix et la récon- ciliation au Mali et des arrangements sécuritaires qui ont suivi la signature du- dit document à Bamako. De son côté, la mission de maintien de la paix onusienne (Mi- nusma) a réagi, elle aussi, sur son site Internet via un communiqué condamnant cette nou- velle violations des accords de cessez-le-feu, af- firmant qu’“une équipe mixte d’observation et de vérification” était “en route vers Anefis pour établir les faits”. Tout en appelant “les parties actuellement engagées sur le terrain à immé- diatement cesser les combats (…)”. La Minus-

D. R.
D. R.

Malgré les nombreuses tentatives de paix, la crise libyenne persiste.

ma souligne qu’elle “n’hésitera pas à entre- prendre toutes actions nécessaires conformément à son mandat et ses règles d’engagement pour protéger les populations civiles qui seraient en danger”, a ajouté le communiqué de la mission onusienne, dont les soldats ont été mobilisés pour sécuriser les populations locales et tenter de départager les belligérants dans cette zone. Les affrontements de ces trois derniers jours ont

fourni la preuve qu’il ne s’agit pas seulement d’apposer sa signature sur un papier, mais d’avoir aussi la volonté politique de jouer le jeu de la paix sur le terrain militaire. La CMA et la Plateforme ont prouvé tout à fait le contrai- re à la médiation internationale, à sa tête l’Al- gérie qui est directement touchée par l’insta- bilité chronique au Mali.

LYÈS MENACER

MÉDIATION ALGÉRIENNE AU MALI

Accords éphémères et échecs répétés

D écidément, les accords d’Alger ne suffisent pas pour rétablir la paix au Mali où les conflits, notamment entre

les factions du Nord, appelées l’Azawad, et le régime durent depuis déjà des dizaines d’an- nées. En effet, après le “pacte national” de 1992 et les accords de 2006, paraphés entre les par- ties maliennes en conflit sous l’égide de la mé- diation algérienne, c’est au tour du dernier ac-

cord signé en deux étapes, (15 mai et 20 juin), à Bamako, de… voler en éclats ! Cet accord précédé par un premier paraphé, le 1 er mai 2015 à Alger, a été pourtant approuvé par toutes les parties maliennes, en l’occurrence le gouvernement malien, les mouvements politico-militaires du nord du Mali engagés

dans la plateforme d'Alger (le Mouvement ara- be de l'Azawad (MAA, dissident), la Coordi- nation des Mouvements et Fronts patrio- tiques de résistance (CM-FPR), la Coordina- tion des mouvements de l'Azawad (CMA) re- groupant (le Mouvement national de libéra- tion de l'Azawad (MNLA), le Haut-Conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mou- vement arabe de l'Azawad (MAA). L’accord qualifié “d’historique”, a été, du reste, salué no- tamment par les Nations unies, l’Union eu- ropéenne et l’Union africaine. Néanmoins, il n’aura finalement “vécu” qu’à peine deux mois, puisque les affrontements entre les groupes rivaux, (les pro-gouvernementaux et les mouvements rebelles à dominante targuie),

ont repris depuis le début de cette semaine. La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) dé- nonce désormais “une violation du cessez-le- feu par les deux parties”. Cet accord est le deuxième du genre à ne pas aboutir au résul- tat escompté, à savoir le rétablissement de la Paix au Nord Mali, après les accords d’Alger de 2006 qui avaient pour objectif la “restau- ration de la paix, de la sécurité et du dévelop- pement dans la région de Kidal”. C’est de cet- te même région du Nord Mali qu’est partie la rébellion de 2012, profitant de l’affaiblissement de l’État après le putsch militaire contre l’ex- président Amadou Toumané Touré. L’avè- nement des premiers conflits armés au Nord Mali remonte en fait à l’indépendance du pays.

L’implication de l’Algérie en tant que média- teur entre les parties en conflit a commencé à se distinguer notamment à partir des années 90. Les efforts de la diplomatie algérienne ont abouti, à peine deux ans plus tard, soit en 1992, à la signature d’un “pacte national” entre le gouvernement de la République du Mali, constitué la même année, et les mouvements et fronts unifiés de l’Azawad. Plus de vingt ans après, la crise est toujours loin d’être solu- tionnée. Et les différents accords d’Alger n’auront finalement pas servi à grand-chose, si ce n’est seulement à “forcer”, sporadique- ment, les antagonistes à des “trêves” éphé- mères…

FARID ABDELADIM

PRESSIONS INTERNATIONALES SUR FOND DE MENACE TERRORISTE DE L’ÉTAT ISLAMIQUE

Dialogue interlibyen : les Libyens dos au mur

U ne nouvelle rencontre des parties libyennes est prévue pour ce vendredi à Skhirat

(Maroc), avec l’envoyé spécial de l’ONU, Bernardino Leon, pour ten- ter de débloquer la situation et for- mer un gouvernement d’union na- tionale, a rapporté Libyens.net, une agence de presse proche du gou- vernement parallèle (non reconnu) de Tripoli. Sur le terrain, la situation ne s’est guère améliorée. À Syrte, où de nombreuses familles sont prises en otage par l’organisation terroriste au- toproclamée État islamique, depuis presque une semaine, dans un im- portant quartier de la ville (quartier numéro 3), théâtre de violents com-

bats depuis une semaine, ont rap- porté les médias libyens. Les mêmes sources affirment que Daech a pris aussi le contrôle de plusieurs bâti- ments des intuitions publiques et ju- diciaires de la ville et transformé cer- tains en tribunaux islamiques. Des snipers ont été positionnés sur les toits de plusieurs maisons, en plus des check-points qui filtrent l’accès aux vastes zones occupées par l’or- ganisation terroriste. Certaines familles ont pu fuir Syrte mais d’autres sont coincées à l’inté- rieur et utilisées comme bouclier hu- main contre toute éventuelle offen- sive des milices proches du gouver- nement parallèle de Tripoli, dirigé par Fajr Libya, mais aussi des troupes

de l’armée loyale aux autorités re- connues de Tobrouk, lesquelles ont fini par demander l’aide des pays arabes pour débarrasser la Libye de Daech. Mais il faut attendre aujourd’hui pour avoir la réponse de la Ligue ara- be qui doit se réunir ce matin au Cai- re pour décider de la suite à donner à cette demande du gouvernement de Tobrouk. Dirigé par le Premier ministre Abdallah al-Theni, le gou- vernement exilé de Tobrouk avait pourtant rejeté tout recours à une in- tervention étrangère en territoire libyen, d’où qu’elle vienme. Acculé et manquant de moyens hu- mains et matériels, Abdallah al- Theni s’est donc résigné à lancer un

appel de détresse aux “pays frères” pour l’aider à se défaire de la mena- ce Daech et poursuivre le processus de dialogue interlibyen parrainé par l’ONU. L’éventualité de frappes arabes ci- blées à Syrte n’est pas à écarter, même si cette option risque de coû- ter la vie aux civils qui sont pris en étau par les terroristes de Daech, alors que les puissances occidentales pressent les parties libyennes à avan- cer plutôt dans leur dialogue afin de lutter, comme un seul homme, contre cette organisation criminel- le. “Nous sommes profondément pré- occupés par les informations selon les- quelles ces combattants ont bom- bardé des zones densément peuplées

de la ville et ont commis de façon in- discriminée des actes de violence pour terroriser la population libyen- ne”, a affirmé un communiqué conjointement signé par les États- Unis, la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Grande-Bretagne. Les cinq pays “soulignent la nécessi- té urgente pour les parties en Libye de parvenir à un accord pour la forma- tion d'un gouvernement d'union na- tionale qui, de concert avec la com- munauté internationale, peut assu- rer la sécurité face aux groupes ex- trémistes violents qui cherchent à dé- stabiliser le pays”, rappelant qu’il “n'y a pas de solution militaire au conflit en Libye”.

L. M.

10 Publicité Mardi 18 août 2015 LIBERTE

10

Publicité

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

10 Publicité Mardi 18 août 2015 LIBERTE

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

Publicité

11

LIBERTE Mardi 18 août 2015 Publicité 11 AF

AF

Louiza / Liberté

12

Sport

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

MONDIAUX 2015 D’ATHLÉTISME

Makhloufi vise le podium sur 1500 m

L’ athlète

algérien

Taoufik Makhloufi s’alignera seulement sur la course du 1500 m des Cham- pionnats du monde

d’athlétisme, qui se dérouleront du 22 au 30 août à Pékin, avec l’objec-

tif d’arracher une place sur le po-

dium, a indiqué dimanche à Alger le champion olympique algérien. “Après concertation avec mon équi- pe, nous avons décidé de courir seu- lement le 1500 m aux Mondiaux de Pékin, avec l’objectif de décrocher une place sur le podium”, a déclaré Ma- khloufi lors d’un point de presse qui

s’est déroulé dimanche en fin d’après-midi sur la piste d’entraîne- ment de l’université de Dély Ibrahim. Auteur de la deuxième meilleure per- formance mondiale de l’année et son meilleur temps personnel sur 1500

m au meeting de Monaco en juillet

dernier, avec un chrono de 3:28.75, Makhloufi s’est montré confiant sur ses chances de médaille à Pékin face aux meilleurs coureurs du monde sur cette distance. “Nous avons fait une très bonne pré- paration qui m’a permis de réaliser la deuxième meilleure performance mondiale de la saison le mois dernier à Monaco, en descendant sous la bar- re des 3:30. J’ai ensuite poursuivi ma préparation en France avec mon en- traîneur et je peux vous dire que tous

les indicateurs sont au vert pour réa- liser une très belle prestation au Mondial”, a ajouté Makhloufi.

Le champion olympique sur 1500 m

aux Jeux olympiques de Londres

en 2012, qui s’est engagé en début d’année avec l’entraîneur français Philippe Dupont, a réalisé plusieurs belles performances depuis le début de cette saison lui permettant de re- venir sur le devant de la scène après deux saisons en demi-teinte, no- tamment à cause d’un virus contrac- té lors de sa préparation. Interrogé sur ses principaux rivaux au Mondial, Makhloufi a indi- qué que son principal rival sera son mental et sa motivation avant la course, car pour lui toutes les condi- tions sont réunies pour réaliser une grande performance. “ À Londres, j’ai profité de l’effet de sur- prise, car personne ne m’attendait à ce niveau, maintenant il faut que je confirme face aux meilleurs mon-

diaux. Pour cela, il faut que je relâche la pression autour de moi pour offrir au peuple algérien une nouvelle mé- daille sur 1500 m”, a conclu Makh- loufi. Le champion algérien ralliera

la capitale chinoise mercredi pro-

chain, en compagnie des athlètes Souad Aït Salem (marathon) et Kha- led Benmahdi (800 m). Au Mondial 2015, l’Algérie sera re-

présentée par 14 athlètes, dont le pre- mier contingent a quitté Alger jeu-

di dernier. Il est composé des athlètes

Abdelmalek Lahoulou, Saber Bou- kemouche et Miloud Rahmani (400

m haies), Hicham Bouchicha et Bi-

lal Tabli (3000 m steeple), Yacine Hathat (800 m), Larbi Bouraâda

(décathlon) et Amina Bettiche (3000

m steeple).

Bouraâda (décathlon) et Amina Bettiche (3000 m steeple). LE MINISTRE DES SPORTS EL-HADI OULD ALI RASSURE

LE MINISTRE DES SPORTS EL-HADI OULD ALI RASSURE

“Le stade du 5-Juillet rouvrira très prochainement”

n Le stade du 5-Juillet-1962 d'Alger, fermé depuis deux ans pour des travaux de rénovation, va rouvrir ses portes très bientôt, a assuré hier le ministre de la Jeunesse et des Sport, El-Hadi Ould Ali, sans pour autant donner de date précise, alors que le championnat national a débuté. “Il y a un travail de concertation qui est en train de se faire au stade du 5-Juillet pour lever un certain nombre de réserves. Il faut de la patience. Mais je vous rassure qu'il va très bientôt rouvrir ses portes au public”, a affirmé le ministre en marge de la réouverture de la piscine du stade de 20-Août-1955, dans la commune de Mohamed- Belouizdad. Inauguré en juin 1972, le stade du 5-Juillet (70 000 places) a été fermé pendant deux ans, à la suite de l'effondrement partiel, le 21 septembre 2013, d'une tribune qui a coûté la vie à deux jeunes supporters lors d'un derby MC Alger-

USM Alger. Il a subi juste après ce drame un contrôle technique, puis des travaux de

rénovation, de confortement et de consolidation des structures. Il a été réceptionné officiellement

le 4 juillet dernier par le Premier ministre

Abdelmalek Sellal. Interrogé sur la nature des réserves émises par diverses parties chargées de

la sécurité de cette enceinte sportive, le ministre

a cité l'installation et la mise en place d'un

groupe électrogène, ainsi que des contraintes de sécurité soulevées par la Sûreté nationale et la Protection civile. Lors de la dernière visite d'inspection effectuée le 23 juillet, le chef de la Sûreté de la wilaya d'Alger, Noureddine Berrachedi, avait demandé à ce qu'il y ait davantage de couloirs sécurisés afin de permettre aux policiers d'accéder directement et rapidement aux zones d'agitation lors des matchs

importants. Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) Mahfoud Kerbadj avait assuré dimanche dans une déclaration à l'APS que la commission d'homologation des stades effectuera cette semaine, sans préciser le jour, une nouvelle visite d'inspection de ce stade. “La commission d'homologation effectuera cette semaine une nouvelle visite d'inspection au stade du 5-Juillet, qui fait l'objet de réserves émises précédemment concernant essentiellement le volet sécuritaire”, précise t-il. Le ministre, qui a confirmé cette information, a expliqué que “c'est à cette commission de décider de la date de la réouverture du stade”. “Cette commission, où sont représentées toutes les parties concernées, va inspecter le stade cette semaine. Son rapport final déterminera la date exacte de la réouverture”, a dit M. Ould Ali.

Publicité

semaine. Son rapport final déterminera la date exacte de la réouverture” , a dit M. Ould

F.1585

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

Sport

13

ALORS QUE L’OPPOSITION RÉCLAME TOUJOURS SA TÊTE

Hannachi en négociations avec un entraîneur étranger

C ’est dans un climat de crise que les Jaune et Vert de la JSK ont repris hier le chemin de l’entraînement au stade du 1 er -Novembre de Tizi Ouzou. Une reprise qui était assurée

par le duo intérimaire, Gaouaoui et Kebir, après le départ de Mourad Karouf qui a ré- silié son contrat à l’amiable avec la direction du club avant-hier soir. C’est le flou total qui règne autour du club,

face à une administration instable menée par un président Moh-Cherif Hannachi, visi- blement dans une position inconfortable et une opposition qui refuse de se taire, les joueurs ne savent plus où donner de la tête, alors qu’ils devraient préparer dans la séré- nité un rendez-vous aussi important que ce- lui prévu face au MO Béjaïa samedi pro- chain. “Nous n’avons rien contre l’équipe, ni contre les joueurs. Au contraire, nous soute- nons ces jeunes. Nous aimerions bien qu’ils travaillent dans la stabilité et le confort.

Notre action cible le président de la JSK, il faut qu’il parte. Il fallait bien s’attendre à un ré- sultat négatif face au CSC. Les joueurs ne sont pas payés, ils n’ont pas le moral à jouer”, a in- diqué Kamel Abdeslam, l’un des membres in- fluents du comité de sauvegarde de la JSK, lors d’un sit-in organisé dimanche matin de- vant le siège du club, pour rassurer les joueurs. Par ailleurs, les dernières nouvelles parvenues de Tizi Ouzou laissent croire que la direction actuelle des Canaris s’active pour recruter un entraîneur et pallier ainsi le départ de Karouf. Au moment où certains avancent le nom du technicien français Ciccolini qui a déjà tra- vaillé à la JSK dans un passé récent, d’autres laissent croire qu’il s’agit bien d’un entraîneur étranger, mais pas de Ciccolini. Il s’agit bien d’un autre technicien dont nous n’avons pas encore dévoilé le nom, mais qui serait pro- bablement en négociations avec Hannachi. Pour rappel, depuis le retour de l’équipe du stage d’intersaison en Tunisie, le club cher

à la Kabylie connaît une série de démissions sans précédent, notamment le départ de son manager Doudène remplacé par Zaffour, puis de Hamened remplacé par Gaouaoui et dernièrement celui de Karouf, qui ont plon- gé l’équipe dans une situation d’instabilité sans précédent et le cri de détresse de Haffaf nouvellement installé comme DTS, explique parfaitement la situation critique de la JSK. “Il faut agir tant qu’il est temps, c’est incon- cevable qu’une équipe comme la JSK affiche un niveau aussi critique. Si nous sommes là, c’est pour essayer de trouver une solution. Il faut d’abord commencer par la discipline, c’est très important dans un groupe, par la suite, il faut que tout le monde adhère et soit d’ac- cord pour élever le niveau. Nous sommes tous concernés et celui qui ne veut pas travailler n’a pas sa place dans cette équipe. La JSK ne peut pas continuer sur cette voie, il faut agir avant qu’il ne soit trop tard”, a indiqué Haffaf.

SOFIANE MEHENNI

Archives/Liberté
Archives/Liberté

À CAUSE DE LA SANCTION INFLIGÉE LA SAISON PASSÉE AU MO BÉJAÏA

Le derby kabyle à huis clos

A près leur entame en fanfare caracté- risée par une victoire extra-muros, les Vert et Noir de la Soummam ont re-

pris, hier, du service, au stade Opow dans l’op- tique de préparer la JSK qu’ils recevront lors du week-end de samedi prochain à Béjaïa. Ce derby, tant attendu par les deux galeries, sera néanmoins “gâché” par le huis clos, en rai- son de la sanction infligée la saison passée au MOB par la Ligue de football professionnel (LFP). Les fans des Crabes et ceux des Canaris seront

certainement frustrés de ne pas assister à ce derby kabylo-kabyle. Cela dit, après la victoire de samedi dernier face au RCA, l’entraîneur béjaoui a octroyé une journée de repos à ses poulains afin de leur per- mettre de récupérer. En effet, à l’issue de cette première joute de la saison, le coach Alain Geiger a libéré ses poulains qui ont passé une journée chez eux. Les camarades de Zerdab ont donc repris avec un moral au beau fixe, hier soir, le chemin des entraînements au stade de l’Unité maghrébi-

ne pour préparer le derby qui les opposera à leur voisin, la JSK. Par ailleurs, revenant sur l’entame de la saison, l’entraîneur suisse des Crabes affirmera no- tamment : “Nous ne sommes pas encore à 100% de nos moyens. J’ai constaté quand même quelques carences que nous devons corriger dès cette semaine afin d’être plus performants et aborder la prochaine rencontre avec nos meilleurs atouts. En tout cas, je peux vous dire que l’équipe est en progression constante et je pense que nous atteindrons la vitesse de croi-

sière très bientôt, soit dans cinq rencontres.” Sur le plan technique, le MOB n’est pas sûr, encore une fois, de récupérer ses blessés pour ce der- by, à l’instar de Mebarakou, Yaya et Hamzaoui. Enfin, à noter que les caisses du Mouloudia de Béjaïa ont été renflouées il y a quelques jours par une subvention de l'APC de Bejaïa. Cette somme d’un montant de 3,5 milliards de centimes représente une compensation fisca- le en faveur des Vert et Noir.

A. HAMMOUCHE

MCA

Reprise des entraînements hier

n Ayant bénéficié de trois jours de repos, les protégés d’Artur Jorge ont repris le chemin de l’entraînement hier. Le staff technique a programmé des séances biquotidiennes pour la reprise et pour aujourd’hui aussi. Hier, les camarades de Hachoud se sont entraînés la matinée à l’annexe “Hadjout” et l’après-midi chez les pompiers à Dar El-Beida. Il faut dire que comme le match de samedi va se jouer sur un terrain synthétique, le staff tech- nique du MCA va programmer les trois dernières séances d’avant-match sur un terrain en tartan. Pour revenir à la séance de reprise, qui s’est déroulée lundi dernier sur le ter- rain annexe “Hadjout”, le groupe était au complet mis à part Abid qui souffre d’un pe- tit bobo à la cheville, alors que le milieu de terrain Chita s’est entraîné en solo. Par ailleurs, les responsables du Mouloudia craignent beaucoup le prochain déplacement de leur équi- pe à Relizane, surtout lorsqu’on sait que le dernier match entre les deux équipes qui re- monte à la saison 2002-2003 s’est terminé en queue de poisson, avec de graves incidents entre les supporters des deux “teams”. C’est pour cette raison que les Mouloudéens veu- lent des assurances de leurs homologues du RCR pour que les incidents de 2003 ne se reproduisent plus.

S. M.

DU CHAMPIONNAT FACE À L’USMA

Delhoum risque six matches de suspension en LDC

Q uelque peu usé après avoir participé à l’in- tégralité des quatre rencontres de la pha- se de poule de la Ligue des Champions

d’Afrique face à l’USMA, au MCEE et à El-Mer- reikh en aller et retour, le milieu de terrain Mou- rad Delhoum a été ménagé par le coach Kheïrre- dine Madoui pour la rencontre de samedi contre le MCO dans le cadre de la 1 re journée du cham- pionnat de Ligue 1 Mobilis (11). Le capitaine en- tentiste, qui a été reconverti en libero, devait être de retour dès le prochain match du championnat face à l’USMA prévu pour mardi prochain, puis-

qu’il a été suspendu à titre conservatoire par la com- mission de discipline de la CAF à la suite du rap- port dont il a fait l’objet de la part de l’arbitre du match El-Merreikh-ESS, Lamptey en l’occurren- ce. On parle ainsi d’une sanction de six matches que pourra écoper l’ex-joueur de la JSK. Une sanction dont a déjà écopé le latéral gauche du MCEE, Nas- sim Oussalah, au début du parcours africain de son team à la suite de son expulsion lors de la secon- de manche ayant mis aux prises Babya avec la for- mation de Saint-George SA.

F. R.

IL A PARTICIPÉ AUX CINQ DERNIÈRES MINUTES DU MATCH FC PORTO-GUIMARÃES

Brahimi rejoue

ment devancé par la différence des buts par “le géant” parisien. Par ailleurs, en Turquie, on jouait samedi la première journée de la Super Lig

2015-2016.

Carl Medjani et Trabzonspor rece- vaient Bursaspor à l’occasion. Titu- larisé, l’ancien joueur de Monaco a rendu une bonne copie confirmant, du coup, son statut au sein de cette équipe turque qu’il avait rejointe, pour rappel, l’été dernier en prove- nance de Valenciennes sur la de- mande du technicien bosnien, Vahid Halilhodizc, qui venait de prendre en main les destinées de la barre tech- nique de Trabzon, après son départ de la sélection nationale de football.

B lessé aux adducteurs lors du match amical face à Naples disputé il y a quelques jours,

Yacine Brahimi, qui a dû subir un travail spécifique durant la semaine passée, a été finalement retenu par son coach Julen Lopetegui, pour le premier match de la Liga Sagres qui a opposé le FC Porto à Gui- marães. Toutefois, le milieu de ter- rain des Verts a débuté la partie sur le banc de touche avant de faire son entrée à cinq minutes de la fin, alors que son équipe avait déjà fait l’es- sentiel en menant par trois buts à zéro. Un retour qui tombe à pic pour l’an- cien joueur de Rennes qui pourrait ainsi participer aux prochaines sor- ties de son équipe et, du coup, se mettre dans les meilleures disposi- tions avant le stage de l’équipe na- tionale de football en Afrique du Sud

pour préparer la confrontation face au Lesotho dans le cadre des élimi- natoires de la CAN-2017. En Fran- ce, Aïssa Mandi et Reims ont de nou- veau créé la sensation durant le week-end. En effet, après avoir battu les Gi- rondins de Bordeaux (1-2) lors de la première journée du championnat de Ligue 1 de France, les équipiers du latéral droit des Fennecs se sont imposés dimanche en début d’après- midi devant Marseille sur le score d’un but à zéro. Promu capitaine d’équipe, l’international algérien a été égal à lui-même, à l’instar de toute son équipe qui a dominé une équi- pe olympienne en pleine tourmen- te après le départ de l’entraîneur ar- gentin, Marcelo Bielsa. Avec deux victoires en autant de matches, le Stade de Reims s’est installé aux commandes du classe-

algérien, qui n’est pas allé au terme de la rencontre qui s’est soldée par un petit succès de son team par un but à zéro, a fini par prolonger son contrat préférant la stabilité qui pourrait bien lui valoir beaucoup de satisfactions, notamment vis-à-vis de son avenir dans le groupe de Chris- tian Gourcuff qui avait, à plusieurs reprises, déclaré qu’il ne compte plus convoquer les éléments qui ne jouent pas dans leurs clubs, et ce, quels que soient leur nom et leur pla- ce dans l’équipe d’Algérie. Il est utile de souligner, à ce titre, que Medjani avait disputé quelque 30 matches la saison passée avec Trab- zonspor partagé entre championnat (18), Coupe nationale (3) et l’Euro- pa League (9). Il a, en outre, inscrit quatre buts en championnat et un pour le compte de la compétition eu- ropéenne. Enfin, pour ce qui est du

cas du milieu de terrain Adlène Guedioura, celui-ci n’a pas été de nouveau convoqué parmi le groupe de Crystal Palace qui affrontait Ar- senal pour le compte de la deuxième journée de la Premier League. Écar- té déjà lors du premier match, l’ex- joueur de Wolverhampton pour- rait bien rejoindre dans les heures à venir la formation de Bournemou- th (Premier League). D’après les médias anglais, les dis- cussions entre les deux parties avan- cent à grands pas et il n’est pas à écar- ter qu’ils trouvent un accord final dans les heures à venir. Un transfert que souhaite régler rapidement le milieu défensif des Verts pour d’abord rejouer et cumuler du temps de jeu dans ses jambes, en perspec- tive des prochaines échéances avec l’EN algérienne.

FARÈS ROUIBAH

2/2 pour Mandi, Medjani et Trabzon annoncent les couleurs

Ciblé durant cet été par quelques équipes, dont Liverpool, le défenseur

14

Publicité

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

14 Publicité Mardi 18 août 2015 LIBERTE ANEP n°340 664 Liberté du 18/08/2015 DIRECTION DE DISTRIBUTION
ANEP n°340 664 Liberté du 18/08/2015
ANEP n°340 664 Liberté du 18/08/2015
DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clientèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 19/08/2015 de 09h00 à 16h30. Cette coupure concernera la commune d’EL MOURADIA et touchera les quartiers sui- vants :

• RUE STAMBOUL AEK

• ALLÉE DES PLATANES

• RUE ACHAFFI

• RUE BACHOUCHE MED

• RUE BABA MAHFOUDI

• RUE DE LA VALLEE

• LOGIS POSTAL 2, RUE G. MOCQUET

• CAMILLE DES MOULINS EN PARTIE

Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clien-

tèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°338 768 Liberté du 18/08/2015

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clien- tèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 20/08/2015 de 09h00 à 16h00. Cette coupure concernera la commune de KOUBA et touchera les quartiers suivants :

• CITE DES GOLGTS

• 42 LOGTS CNMA

• CNMA, RUE ABDELKADER ALLAOUA

Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°341 155 Liberté du 18/08/2015

ALP
ALP

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

L’Algérie profonde

15

AKKEROU (TIZI OUZOU)

Les habitants de Tifrit Naït El-Hadj ferment le siège de l’APC

“Nous voulons notre part du développement. Nous en avons marre des fausses promesses des autorités locales”, nous dira Radoune, un habitant du village.

D. R.
D. R.

L e comité de village de Tifrit Naït El-Hadj (commune d’Ak- kerou) ont marché avant-hier et hier depuis leur village vers le siège de l’APC qu’ils ont fermé avant-hier et hier, pour

la deuxième journée consécutive, en signe de protestation pour réclamer leur part de développement. “Nous voulons notre part du développement. Nous en avons marre des fausses promesses des autorités locales”, nous dira Radoune, un habitant du village. Par ailleurs, le co- mité de village de Tifrit Naït El-Hadj a ren- du publique une déclaration à travers la- quelle il dénonce “la politique de replâtra- ge et le désengagement de l’APC quant à la prise en charge réelle des doléances des ci-

Les villageois protestent, estimant que leur commune est mal gérée.

toyens” et dénonce “le mépris affiché à l’en- contre du comité de village, cette structure qui est un partenaire incontournable dans la gestion de la collectivité”. Le comité de village affirme à travers le même document : “Lors de l’assemblée gé- nérale du village, les revendications suivantes ont été soulevées pour la énième fois par l’as- sistance, à savoir la construction d’un foyer pour jeunes, la construction ou la location d’une salle de sport, l’acquisition d’un équi- pement sportif, la construction de ves- tiaires, le dallage des ruelles du village, l’éra- dication de la décharge sauvage et la réali- sation d’une décharge contrôlée ainsi que la réparation des fuites dans le réseau AEP.” En plus de ces doléances, les villageois ont sou- levé sur le plan hygiène “la présence de fuites

BÉJAÏA

dans le réseau d’assainissement dégageant des odeurs nauséabondes et menaçant la santé des citoyens et l’absence flagrante des services de l’APC sur le terrain pour assurer le nettoyage”. “Au lieu d’assurer les moyens nécessaires et de procéder aux travaux sollicités par les ci- toyens et mettre fin à cette situation inex- tricable, l’APC n’a trouvé mieux que de ver- ser dans des pratiques machiavélique en es- sayant de semer la zizanie”, affirment les protestataires, et d’ajouter : “Le comité de village, fidèle au principe de la lutte paci- fique, est déterminé à arracher les droits des citoyens en faisant aboutir la feuille de route élaborée et adoptée à l’unanimité lors d’une l’assemblée générale.”

K. TIGHILT

“Djezzy play tour” fait escale à Tichy

L a caravane mobile “Djez- zy play tour”, qui sillonne cinq villes côtières du

pays, a fait une escale, du 5 au 11 août, à la station balnéaire de Tichy. Durant cette halte de quatre jours, l’opérateur de té- léphonie mobile a offert aux es- tivants de multiples anima- tions et divertissements de jour comme de nuit. Cette caravane, pour la pre- mière fois digitalisée, a été une occasion pour les estivants de

découvrir les nouveautés de l’opérateur de téléphonie tout en profitant de leur séjour. L’opérateur de téléphonie, qui a combiné entre divertissement et promotions de ses offres, a initié d’une manière ludique les vacanciers aux nouvelles tech- nologies. Ainsi, un Djezzy- PlayBox, dôme polygonal illu- miné la nuit, a été mis à la dis- position des vacanciers pour

réaliser instantanément des vi- déos, les enregistrer et les dif- fuser sur les réseaux sociaux. Aussi, pour immortaliser leurs moments de détente, les va- canciers ont été conviés à se ser- vir d’un Play Photo Lab. Ce dernier permet d’imprimer les photos prises avant de les partager sur les réseaux so- ciaux. Et afin d’assurer une am- biance conviviale, d’autres ani-

mations ont été proposées au public sur la plage. Il s’agit no- tamment d’un baby-foot hu- main, des tournois de beach soccer, de beach volley, des Xbox. Aussi, un point de vente a été mis en place pour répondre aux besoins des abonnés en ren- seignements sur les services de l’opérateur de téléphonie. Se- lon les organisateurs, cette ini-

tiative, unique en son genre, s’est assignée comme objectif de faire découvrir aux clients de Djezzy l'importance de la di- gitalisation et les solutions mo- biles et leur permettre, par la même occasion, de découvrir les innovations de l’opérateur de téléphonie à partir de leur lieu de vacances tout en restant connectés.

H. KABIR

Les habitants d’Aït Atik protestent

n Les habitants du village d’Aït Atik, dans la commune de Darguina, ont procédé, avant-hier matin, à la fermeture des sièges de l’APC et de la daïra pour protester contre le manque d’eau dans la localité. Une rareté du liquide précieux due, selon les protestataires, à un manque de pression causé par des piquages illicites opérés sur la conduite principale par certains habitants des villages voisins. La situation, qui persiste depuis des années, a fini par susciter l’ire des frondeurs. Ces derniers pointent du doigt les responsables concernés lesquels, selon eux, n’ont rien fait

pour mettre fin à la situation qui les pénalise. Nous avons interpellé les autorités à plusieurs reprises sur le problème, mais en vain”, se plaint un citoyen du village. En effet, le problème a été soulevé depuis longtemps et les autorités interpellées à plusieurs reprises sans qu’aucune solution ne soit trouvée. Pour rappel, au début du mois de juillet dernier, une action de protestation similaire a été organisée par les mêmes habitants durant toute une journée mais aucune suite n’a été donnée à leur doléance.

H. KABIR

aucune suite n’a été donnée à leur doléance. H. KABIR BRÈVES du Centre DANS LE CADRE

BRÈVES du Centre

DANS LE CADRE DE L'ÉRADICATION DES CHALETS À BOUMERDÈS

156 familles relogées à Baghlia

n C’est dans une ambiance festive que 156 familles dont

100 occupants des chalets du sit Gouffaf ont été relogées, dimanche, dans la commune de Baghlia au sud-est de Boumerdès dans des appartements dotés de toutes les commodités. Selon le chef de daïra de Baghlia, Ammar Sadat, cette opération, initiée par ses services, a pour objectif, l’éradication “progressive” de l’ensemble des chalets et des constructions anarchiques recensées à travers la commune de Baghlia. Cette opération de relogement entre aussi, selon notre interlocuteur, dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire à Boumerdès. Le premier responsable de cette circonscription ayant particulièrement souffert lors de la décennie noire des affres du terrorisme, nous a fait savoir que d’autres opérations similaires, seront entreprises prochainement. Elles auront pour objectif le relogement de 142 familles dont 90 occupants des chalets. Par ailleurs des engins de travaux publics procèdent, en ce moment-même et au fur et à mesure de l’évacuation du site, au démantèlement des chalets. “Nous allons poursuivre l’opération de relogement jusqu'à l’éradication de tout les chalets existant dans notre commune. Nous avons presque 250 chalets à y démolir”, nous a déclaré le chef de daïra.

NASSER ZERROUKI

CHELLALET EL-ADHAOURA (MÉDÉA)

28 morsures scorpioniques enregistrées

n Au moins 28 cas de piqûres scorpioniques ont été

enregistrés par les services de la polyclinique de Chellalet El Adhaoura depuis le début de la période estivale, a-t-il été révélé par les services de la santé. Même si aucun cas grave ou de décès n’a été signalé, hormis l’atteinte d’un jeune garçon à la tête, tous les cas de morsures ont été pris en charge et traités par les services concernés. Ces derniers ont fait aussi cas de la progression du nombre de piqûres, notamment dans les communes situées dans la partie steppique. Quelques cas de complications ont aussi été observés des suites du retard pour l’évacuation des personnes mordues, ayant d’abord reçu des soins traditionnels par l’utilisation de la scarification, du gaz butane et du bandage sur la zone de la blessure. Des exemples de blessures aggravées par l’usage excessif de gaz ou des artères atteintes sont cités comme causes des nombreuses situations hémorragiques, est-il expliqué par les médecins des urgences médicales. Ces pratiques qui sont de nature à aggraver le risque de mort du patient sont dénoncées par les praticiens de la santé publique qui appellent les familles à diriger la personne mordue très rapidement vers la structure sanitaire la plus proche.

M. EL BEY

M’SILA

Des villageois à Hammam Dalaâ bloquent la RN60

n Les habitants du village de Bouira dans la commune de

Hammam Dalaâ, 30 kilomètres du chef-lieu de la wilaya de M’sila, ont fermé dimanche la RN60 à hauteur de leur localité pour exiger l’eau potable. Les usagers étaient contraints de faire des détours. “Nous refusons cette situation, nous manquons cruellement d’eau potable”, rappelait un manifestant. D’autres revendications ont été soulevées par le protestataires tels que l’assainissement et l’augmentation du prix du billet de transport.

CHABANE BOUARISSA

ILS RÉCLAMENT DES PROJETS POUR LEUR LOCALITÉ

Les citoyens ferment la route à Khemis El-Kechna

n Des dizaines de citoyens de Khemis El-Kechna ont

fermé avant-hier la RN29 reliant leur localité à Meftah pour dénoncer leurs conditions sociales. Les protestataires, la plupart issus de la localité Abed-Rabah, réclament la réfection des conduites d’eau potable, celles de l’assainissement et le raccordement de leurs

habitations en gaz de ville. “Nous vivons dans des conditions déplorables depuis l’indépendance et nous n’avons bénéficié d’aucun projet à ce jour”, affirment les citoyens en colère. Ils évoquent également l’état calamiteux des routes de leur cité et de nombreux autres problèmes liés à leurs conditions sociales. La fermeture de cet accès très fréquenté a paralysé la circulation Khemis El-Kechna – Meftah dans les deux sens durant toute la journée. De leur côté, les citoyens de Ouled Heddadj ont eux aussi obstrué la route reliant Ouled Heddadj à Boudouaou pour exiger une attribution juste et équitable des logements sociaux. Certains d’entre eux estiment avoir été injustement écartés de la liste des bénéficiaires de logements et demandent la révision de la liste.

M. T.

16 L’Algérie profonde Mardi 18 août 2015 LIBERTE BRÈVE de l’Est ELLE S’EST EMPARÉE DE

16

L’Algérie profonde

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

L’Algérie profonde Mardi 18 août 2015 LIBERTE BRÈVE de l’Est ELLE S’EST EMPARÉE DE BIJOUX D’UNE

BRÈVE de l’Est

ELLE S’EST EMPARÉE DE BIJOUX D’UNE VALEUR DE 290 MILLIONS DE CENTIMES

Une bande démantelée par la police à Oum El-Bouaghi

Le juge d’instruction près le tribunal de Aïn M’lila a ordonné, la semaine écoulée, la mise en détention provisoire de trois personnes pour vol, violence et usage d’un véhicule à moteur, alors que deux autres suspects demeurent en fuite. Les faits, selon la cellule de communication de la Sûreté de wilaya, remontent au 9 août dernier, lorsqu’un bijoutier de la ville de Aïn M’lila, âgé d’une cinquantaine d’années, se rendant à son magasin portant un sac contenant des bijoux d’une valeur de 290 millions de centimes, a été agressé par des individus qui étaient à bord d’un véhicule de type Renault Clio, qui se sont emparés du sac de bijoux et pris la fuite vers une destination inconnue. Après la plainte déposée par la victime, les services de police de la sûreté de daïra ont immédiatement entamé les recherches et les investigations en vue d’arrêter les auteurs. Ils parviendront en une courte durée à les identifier. Il s’agit de cinq jeunes âgés entre 19 et 39 ans. Après une poursuite et un guet- apens, les éléments de la police judiciaire arrêteront trois des suspects, lesquels s’avéreront, lors de l’enquête, impliqués avec preuves.

B. NACER/K. MESSAD

Souk Naâmane (Oum El-Bouaghi)

26 ovins périssent sur la route Les éléments de la Protection civile relevant de l'unité secondaire de Souk Naâmane sont intervenus samedi soir, après qu'une voiture a percuté un troupeau d'ovins. Cela s'est produit sur la RN3 près du domaine Rechi (commune d'Ouled Zouaï). L’avant de la voiture, une Audi immatriculée dans la wilaya d'Alger, a été endommagé et pas moins de 26 têtes d'ovins ont péri dans cet accident. Les services compétents ont ouvert une enquête.

B. NACER

KHENCHELA

Découverte du cadavre d’un sexagénaire

Le cadavre d'une personne de sexe masculin, âgée de 66 ans, a été retrouvé dans l’un des quartiers de la commune de Remila, à l’ouest de la ville de Khenchela. Selon nos informations, c'est une personne de passage dans les environs qui a remarqué la présence du corps inerte. La dépouille mortelle a été transportée à l’hôpital de Kaïs pour les besoins d’une autopsie, selon la même source. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité territorialement compétents pour déterminer les circonstances de ce décès.

M. ZAIM

MILA

Clash à l’hôpital de Chelghoum Laïd

Rien ne va plus entre les représentants des travailleurs et la directrice par intérim de l’hô- pital de 120-Lits de Chelghoum Laïd.

D. R.
D. R.

L a directrice par intérim de l’hôpital de Chelghoum Laïd, au sud de la wilaya de Mila, s’insurge contre les agissements des

membres de la branche syndicale de l’établissement. Ces derniers, motivés par des inté- rêts personnels selon les propos de la directrice intérimaire, seraient en train d’exercer des pressions sur elle pour arriver à leurs fins. En effet, rien ne va plus entre les représentants des travailleurs et la directrice par intérim de l’hôpital de 120-Lits de Chelghoum Laïd. Cette dernière fait l’objet, selon ses dires, de pressions continues de la part des membres de la branche syndicale UGTA exerçant dans cet établissement hospitalier, qui chercheraient à obtenir indûment des avantages. Dans une plainte

adressée au DSP et au secrétaire de wilaya de l’UGTA, la concernée précise : “Des syndicalistes m’ont obligée à me réunir avec eux ; ils sont entrés dans mon bureau et ont fermé la porte, me demandant de tenir une réunion. D’abord, je ne suis pas habilitée, en tant qu’intéri- maire, à tenir ce type de réunion ; ensuite les instigateurs de l’idée de réunion cherchent à obtenir des pri- vilèges qui n’ont rien à voir avec les intérêts des travailleurs”, écrit-elle. Aussi, elle demande l’intervention rapide du premier responsable du secteur, en considérant les agisse- ments des syndicalistes comme un grave précédent qui pourrait influer négativement sur le bon fonctionnement de l’établissement. Pour sa part, le secrétaire de wilaya de l’UGTA, Hamza Zaïd, appelle au dialogue constructif entre la direction de l’hôpital et son parte-

Un grand désordre règne à l’hôpital de Chalghoum Laïd.

naire social, la branche syndicale en l’occurrence, en promettant que des agissements comme ceux dénoncés par la directrice intéri- maire ne se reproduiront plus à l’avenir.

Soulignons que l’actuelle respon- sable de l’hôpital ne cite pas nom- mément les avantages que les syn- dicalistes comptent obtenir de façon indue.

KAMEL BOUABDELLAH

Les habitants de la cité Belle-Vue protestent

Des dizaines d’habitants de la cité Belle-Vue, au sud de la ville de Mila, se sont rassemblés dimanche matin devant le siège de la mairie de Mila en signe de protestation contre la dégradation de leur cadre de vie. Les concernés revendiquent l’aménagement urbain de leur cité et la pose d’un réseau d’assainissement, en précisant que les riverains utilisent encore les fosses septiques pour l’évacuation des eaux domestiques, en dépit des risques certains que ces ouvrages représentent pour la santé publique. Le P/APC, qui a reçu dans son bureau un groupe représentatif des citoyens du quartier, précise que le projet d’aménagement de la cité en question est inscrit et que l’APC a dégagé une enveloppe financière pour sa réalisation, en expliquant, toutefois, que “ce projet ne peut être lancé tant que les conduites des eaux usées n’ont pas été posées”. Le maire appelle par ailleurs les citoyens à la raison, en promettant d’intervenir personnellement afin de faire accélérer les démarches administratives relatives au projet d’assainissement.

KAMEL B.

ILS ONT POIGNARDÉ MORTELLEMENT UN JEUNE SUR UNE PLAGE À ANNABA

Quatre assassins arrêtés et écroués

L es auteurs d’un crime

qui a secoué la côte

annabie à la fin de la

semaine écoulée ont été identifiés, interpellés, pré- sentés à la justice et écroués, apprend-on de source proche du groupe-

ment de la Gendarmerie nationale de Annaba. Le crime, dont la cause serait un différend, est survenu

sur une plage non gardée de la commune de Annaba. Quatre personnes, dont trois cousins, parmi eux un mineur de 15 ans, ont assé- né, selon les éléments de l’enquête, des coups de couteau mortels à B. M., un homme de 25 ans, tandis que ses deux compagnons, âgés tous deux de 27 ans, qui ont tenté de le secourir,

ont reçu à leur tour des coups de couteau dans le dos. Les mis en cause, âgés de 40 ans, 26 ans, 25 ans et 15 ans, ont ensuite dépos- sédé les victimes de leurs téléphones portables avant de prendre la fuite à bord d'un véhicule Peugeot Express vers une destina- tion indéterminée. Les recherches entamées par

les gendarmes de la briga- de de Annaba, renforcés par ceux de deux sections de sécurité et d'interven- tion du groupement terri- torial, ont abouti à l’inter- pellation, quelque temps plus tard, de deux cousins et la saisie du moyen de transport dans un garage au centre-ville de Annaba. En vertu d’une autorisation

d’extension de compétence, les gendarmes de la section de recherches de Annaba ont interpellé leur acolyte au village Sidi M'barek (commune de Ben M'hidi, wilaya d’El-Tarf). L’un des cousins qui a pris la fuite a été à son tour neutralisé deux jours après, indique la même source.

BADIS B.

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

L’Algérie profonde

17

BÉCHAR

Du pain sur la planche pour le nouveau wali

L'État a déboursé plusieurs milliards de centimes pour la construction d'espaces culturels et sportifs pour les jeunes, les adolescents et même les adultes. Mais aujourd'hui, le constat est amer en l'absence d'initiatives culturelles réfléchies.

L a ville de Béchar qui compte actuellement 200 000 habitants pré- sente ces dernières an- nées une image négati- ve. En effet, cette an-

cienne commune qu’on appelle la ca- pitale de la Saoura n’a pas connu de développement digne de cette région du sud du pays. Le nouveau wali aura du pain sur la planche pour satisfaire la population locale. Celui qui visite cette ville pour la première fois remarquera que l’aspect architectural et urbanis- tique spécifique au Sud n’a pas été respecté. L’oued de Béchar qui n’a pas subi d’opération d’aménagement,

malgré les promesses des respon- sables locaux et centraux, est deve- nu une source de pollution à cause du déversement des eaux usées. Les principales routes du centre-vil- le sont impraticables et causent beaucoup de désagréments aux au- tomobilistes. Elles sont en abandon total et sont faites de nids-de-poule, de trous et de fossés. Les habitants de ces cités insalubres, qui se disent dé- laissés et abandonnés à leur triste sort, ne savent plus à qui s'adresser. Ils vivent toujours le calvaire qui ré- sulte de l’absence de prise en charge de leurs préoccupations relatives à l’amélioration de leur cadre de vie.

D. R.
D. R.

La ville de Béchar connaît plusieurs difficultés qu’il faudra prendre au charge au plus vite.

Depuis le début du mois de juillet, la wilaya de Béchar est paralysée par une canicule inhabituelle. La température atteint les 46°C à l'ombre à la mi-journée et 38°C à 22h, et pendant les nuits les plus tor- rides, le thermomètre affiche des températures aussi élevées que le jour dans cette région du Sud, qui n'a pas connu une telle chaleur depuis 1988.

La carence en matière de loisirs et lieux de détente pour les familles les pousse à rester cloîtrées chez elles pour faire la sieste et profiter de la cli- matisation. L'État a déboursé plu- sieurs milliards de centimes pour la construction d'espaces culturels et sportifs pour les jeunes, les adoles- cents et même les adultes. Mais aujourd'hui le constat est amer

en l'absence d'initiatives culturelles réfléchies. Béchar, qui est une ancien- ne ville, ne compte aucune salle de cinéma, la seule qui existait a été transformée par l'APC en salle des fêtes. Pour les amateurs du grand écran, ils ne verront pas de sitôt les nouveaux films. Le seul jardin que comptait la ville de Béchar, qui a été sérieusement tou-

MASCARA

Les vins produits localement interdits à la vente

L région des Beni Chougrane est à vocation

a

agricole, un secteur dont est incluse la viti-

culture. En effet, la wilaya de Mascara a de-

puis l’ère coloniale cultivé le vignoble, notamment le vin rouge dont les labels “Mascara”, “Coteaux de Mascara” “El Bordj” pour ne citer que ces der- niers ont largement dépassé nos frontières de par leur qualité et leurs quantités. Ces vins bonnis- saient dans des caves réalisées à cet effet en grand nombre par les colons dont certaines, faute de produits vinicoles, ont été aménagées pour le stockage de la pomme de terre ou de l’oignon. Toutefois, depuis plusieurs mois déjà, presque chaque jour, les services de sécurité tous corps confondus, procèdent à la saisie de boissons al- coolisées et à l’arrestation des personnes auteurs de transports clandestins ou de ventes illégales de ces produits en provenance des wilayas limi-

trophes. Ce contraste a pris de l’ampleur depuis que les autorités locales avaient pris la décision d’interdire la vente des boissons alcoolisées dans le centre des agglomérations. Ainsi tous les débits de boissons (dépositaires, bars et autres) ont été fermés et les restaurants dits de luxe ne servent plus d’alcool avec les repas. Dans ce contexte et pour leur consommation, les clients sont obligés de s’approvisionner ailleurs. Ainsi, mettant à profit cette opportunité, les in- termédiaires n’hésitent pas à se rendre dans les wi- layas limitrophes pour ramener clandestine- ment, tout en s’exposant aux risques, les produits très demandés et revendus circonstances obligent à des prix exorbitants. En dépit des requêtes for- mulées aussi bien par les revendeurs que par les consommateurs pour l’annulation de la décision mettant un terme à la vente des boissons alcoo-

lisées, les autorités locales restent inflexibles pour des raisons évidentes jugées appropriées. Elles justifient cette initiative par le fait qu’aucun revendeur n’exerçait jusque-là conformément à la réglementation en vigueur. Ces revendeurs, selon nos sources, ne possédaient pas de registre du commerce précisant la vente de boissons alcoo- lisées et certains détenaient des registres au nom de tierces personnes. Certes l’interdiction de la commercialisation légale est bon gré, mal gré res- pectée mais la consommation quant à elle de ces produits recensés comme étant dangereux est tou- jours d’actualité. En dépit de ces interdits, l’alcool est commercialisé comme en témoignent les nombreuses saisies opérées et les nombreux conducteurs contrôlés positifs au volant et condamnés.

A. BENMECHTA

MASCARA

11 683 individus interpellés

L es forces de police de la wilaya de Mascara ont procédé, durant

premier semestre de l’année

en cours, à 1337 opérations coup de poing ciblant les refuges des criminels. Dans ce contexte, 330 policiers rele-

vant de différents services ont été mo- bilisés pour la circonstance. Ces ini- tiatives ont abouti au contrôle et à l’examen d’identité de 11 863 indivi- dus, dont 509 ont été déférés au par- quet lequel a placé 337 d’entre eux en

le

détention provisoire alors que 105 autres ont bénéficié de citations di-

rectes, 3 ont été placés sous contrôle judiciaire et 64 dossiers ont été trans- mis aux autorités concernées en vue de prendre les mesures nécessaires. Le bilan fait ressortir l’arrestation de 39 individus pour détention d’armes blanches prohibées sans motif légal dont 21 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt, 15 autres ont béné- ficié de citations directes, tandis que

3 dossiers ont été transmis à la justi- ce. En outre, 140 autres personnes ont été arrêtées pour possession et trafic de drogue et de psychotropes, 127 d’entre elles ont été placées en déten- tion provisoire alors que 12 autres ont bénéficié de citation directe et une seule personne a été placée sous contrôle judiciaire. Lors de la même opération, il a été procédé à l’arresta- tion de 134 individus qui se sont avé- rés recherchés en vertu de mandats

judiciaires à l’issue de leur pointage au niveau du fichier, 105 d’entre eux ont été placés en détention provisoi- re et 29 autres ont bénéficié de cita- tion directe. Parallèlement, 177 per- sonnes ont été présentées à la justice qui a ordonné la mise en détention préventive à l’encontre de 84 d’entre eux alors que 49 autres ont bénéficié de citation directe et 2 ont été placées sous contrôle judiciaire.

A. B.

ché par les intempéries d'octobre 2008, est dans un état lamentable. Pour fuir la canicule, les familles pré- fèrent prendre le train. Mais les voitures mises à la disposi- tion de la clientèle sont dans leur ma- jorité poussiéreuses et parfois sans climatisation. Les citoyens de cette région du sud du pays, qui ont constaté que les promesses des mi- nistres qui se sont succédé à la tête de ce secteur stratégique n’ont pas été tenues, souhaitent une améliora- tion des prestations de service dans ce moyen de transport.

RACHID R.

de service dans ce moyen de transport. RACHID R. BRÈVES de l’Ouest SIDI BEL-ABBÈS Un décès

BRÈVES de l’Ouest

SIDI BEL-ABBÈS

Un décès et huit blessés dans des incendies de forêt

n Six feux de forêt ont été

enregistrés, samedi dernier, à travers le massif forestier du sud et de l’est de la wilaya, causant la mort d’un inspecteur de la Conservation des forêts et des blessures plus ou moins graves à huit sapeurs-pompiers et agents forestiers, dont le chef de district de la commune de Sfisef, a indiqué, avant-hier, la cellule de communication de la Protection civile. Le communiqué de la Protection civile rapporte que le défunt dénommé N.M, âgé de 48 ans, a été pris au piège par les feux avant de succomber à ses blessures dans l’incendie qui s’est déclenché au niveau de la forêt Ktaramba relevant de la commune d’Aïn Aden de la daïra de Sfisef. Les quatre autres incendies ont été enregistrés au niveau des forêts relevant des communes d’Aïn Tandamine, Moulay Slissen, Tefessour du sud la wilaya. Selon notre source, les incendies, d'une intensité exceptionnelle, ont ravagé plusieurs hectares de forêts.

A. BOUSMAHA

MOSTAGANEM

16 personnes

mortes noyés

n Pas moins de 16 personnes ont

trouvé la mort par noyade depuis le début de la saison estivale, selon une source crédible proche de la Protection civile. La même source précise que les 16 estivants se sont noyés dans les plages non surveillées, les oueds et les mares ainsi qu’au niveau des retenues collinaires. Durant cette période, une centaine de personnes ont été sauvées d’une mort certaine. Par ailleurs, les services de la Protection civile ont prodigué des soins sur place à 60 baigneurs négligents. Le bilan annuel des noyades fait état de 35 décès par an alors que 31 décès ont été enregistrés en 2014. La direction de la Protection civile a installé un dispositif spécial pour la saison estivale, qui s’étalera jusqu’au 31 septembre prochain.

E. YACINE

18

Publicité

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

LIBERTE PUB

OUM EL-BOUAGHI

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99 LIBERTE PUB P P E E T

LIBERTE PUB

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

TIZI OUZOU

Bt. bleu Cage C. 3e étage Tél : 026 12 67 13

30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr TIZI OUZOU Bt. bleu

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Entreprise de construction à Boumerdès recrute : 1 chef de projet, 1 aide-comptable, 1 assistant commercial. Email :

djker-immo@live.fr - F1639 ————————————— Cherche coiffeuse avec clien- tèle salaire intéressant. Tél. : 0555 77.24.29 Télemly Alger-Centre - BR14296 ————————————— Entreprise privée cherche soudeur ferronier.

Tél. : 0770 66.60.44 - BR14305 ————————————— Hôtel à Blida-centre Est cherche personnel réception- nistes, cuisiniers, serveurs. Email :

gentilman91@yahoo.fr

Tél. : 0556 93.97.64 - 0773

77.25.16 - F1631

————————————— Cherche assistante dentaire qualifiée et expérimentée cabinet situé à Kouba, Garidi. Tél. : 0770 91 26 54 - Comega ————————————— Atelier de confection recrute

piqueur et piqueuse qualifiés à Bir Mourad Raïs, Alger. Tél. : 0556 90 49 51 - XMT ————————————— Imp. ste d’emballage recute com. 18-25 ans, niv. terminal et + sis à Saïd Hamdine, op. porte-à-porte. Tél. : 0559 29 96 30 - Comega ————————————— Magasin électroménager et informatique à Baba Hassen Alger cherche vendeuse pour toute candidate habitant hors d’Alger, possibilité d’héberge- ment. Tél. : 021 31.13.80 - 0549 84.83.63 envoyer CV 021

35.43.98 - BR14307

—————————————

Ecole privée à Mascara recru-

te pour la rentrée des profes-

seurs dans toutes les matières. Email :

facef53@gmail.com

Tél. : 045 82 32 11 - T.O-BR18246

COURS

ET LEÇONS

————————————— IMA propose des formations accélérées avec horaires au choix et tarifs intéressants, quels que soient votre âge et votre niveau d’études, dans les métiers les plus demandés en Algérie et à l’étranger. Tél. : (023) 51 07 20. Mob. : 0551 95 90 00 Cité Beauregard, El Madania. - ————————————— Cours d’anglais scolaire niveau lycée 1reAS, 2eAS, 3eAS base solide 15h au Lido Moham. Alger, prix 1200 DA/heure occasion en or. Tél. : 0771 22 79 17 - ALP

DIVERSES

OCCASIONS

—————————————

A vendre lot de matériel labo-

médical réformé Hitachi 912 biochimie ES 600 hormone Elecsys 10 10, spectrophoto- mètre B10, Coulter Maxm. Tél. : 026 19.82.40 youcefboudjebla@yahoo.fr -

T.O - BR18243

————————————— Vends unité de trie soudé en bon état. Tél. : 0771 22 47 87 - F1649 ————————————— Liquidation 1 presse hydrau- lique, 1 poinçonneuse, 1 com-

F. 1545

presseur à vis 270 kw, 2 cha- riots élév. 1,5 T, 4T, pièces auto, etc. Tél. : 0553 28 00 61 - F1650 ————————————— Vends lot de ruches vides à Tizi Ouzou. Tél. : 0675 11.83.89 - T.O-BR18249

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7 “Lyes” Sonacat.

Tél. : 0561 27 11 30 - BR14297 ————————————— Bordure, caniveaux, pavé, ourdis, parpaing, etc. Sarl Béton Art Birtouta. Tél. : 0560 53.02.92 - 0549

89.40.38 - ALP

—————————————

Rép. TV + Plasma à domicile par tech. Sonacat. Tél. : 0771 12.14.10 - 021

28.23.46 - BR14302

————————————— Prends tous travaux : étan- chéité. Tél. : 0550 14.96.29 -

BR14301

————————————— Prends tous travaux : étan- chéité, maçonnerie, peinture.

Tél. : 0553 08 24 47 - BR14300 ————————————— Installation, réparation de chambre froide, climatisation diplômes européens, promo- tions. Tél. : 0551 62.07.33 -

0558 97.19.53 - BR14277

APPARTEMENTS

————————————— Vends 2 duplex F6 1 F4 type haut standing fini 100% dans une nouvelle résidence Les Cyprès à Chéraga Kaouch côté centre El Qods. Tél. : 0770 25 68 04 - ALP ————————————— Société de promotion immo- bilière vend des appartements F3, F4 dans une résidence clô- turée et gardée au centre-ville

de Boumerdès avec possibilité de crédit bancaire à 1% lance- ment de la 2e tranche du pro-

jet. Tél. : 0560 02.40.33 - 0659

45.95.03 - F1639

TERRAINS

————————————— Vends des lots de terrain

urbanisables R+4 limitrophes université d’El Affroune w. Blida acte + LF prix 13000 DA/m2. Contacter-nous 0560 73.80.52 - 0771 61.52.07 -

0558 18.69.27 - 024 48.58.93 -

BR14260

————————————— Particulier vend un terrain plat de 1009 m2 à Sebbala Draria dans 1 implasse site résidentiel avec toutes les pièces juridiques. Tél. : 0770 25 68 04 - ALP ————————————— Boumerdès Sahel vend 625 m2 acte prix 65 000 DA/m2 négociables. Tél. : 0553 60 09 95 - Acom ————————————— Vends 1500 m2 Hamadi. Tél. : 0550 57.53.95 agence -

BR14306

————————————— Vends 230 m2 Hamadi

3,5u/m2.

Tél. : 0550 57 53 95 - BR14306 ————————————— Agence vend terrain H. Dey 540 m2 terrain à El Harrach

10 000 m2, 2 façades

100x100m.

Tél. : 0662 05 39 05 - XMT ————————————— Vends terrain à Boushel Cne

Tizi Rached (T.O) surface de

3451 m2 situé face à une route

résidentielle.

Tél.

:

0699 43.62.00 - 0674

68.05.99 - T.O- BR18244

VILLAS

—————————————

Particulier vend à Béni Mered

Blida vila 1156 m2 acte +livret foncier avec 5 locaux com- merciaux + hammam + 2 appartements F3 + 1 grand jardin. Tél. : 0556 23.08.31 - F1644

—————————————

A saisir villa Chenoua-Plage

50m de la mer prix après-visi-

te. Tél. : 0552 22.63.85 - 0658

09.65.64 - ALP

LOCATION

—————————————

A la semaine F3 meublé

Ouled Fayet 40 000 DA. Tél. : 0550 57.53.95 agence -

BR14306

—————————————

Agence loue appt à Staouéli F4 sup. 110 m2 3e étage, appt F3 à Aïn Naâdja rdc. Tél. : 0662 05 39 05 - XMT

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JH marié 1 enfant 37 ans

cherche emploi comme chauf- feur ou agent de sécurité. Tél. : 0552 44 57 13

—————————————

H 62 ans père de famille

bonne santé, ayant une longue exp. dans le commerce cherche emploi environs Alger, Bab El Oued. Tél. : 0561 24 47 78

—————————————

Ingénieur génie civil grande

exp. professionnelle plus de 20 ans désire poste stable et en rapport. Tél. : 0665 53.06.89

—————————————

H 53 ans DRH cherche emploi

libre de suite diplôme en RH

et comptabilité procédures

paie déclarations organisa-

tion, etc. Tél. : 0771 29 08 47

—————————————

JH 22 ans licence en gestion

option comptabilité cherche emploi. Tél. : 0554 03 66 44

—————————————

JH 23 ans licencié en droit et

sciences politiques un an

assistant huissier justice. Tél. : 0776 47 42 10

—————————————

JH ing. en génie civil, maîtrise

l’outil informatique Autocad, Etabs, Sap 200, Sig (Map info), cherche emploi dans le domaine sur le territoire

national : suivi, calcul, réalisa- tion exp. de 1 mois au chantier comme conducteur de tra- vaux et 12 mois dans un bureau d’études. Tél. : 0795 93 33 65 email :

nourdine241@yahoo.fr

—————————————

JH sérieux cherche emploi comme peintre environs Alger-Centre. Tél. : 0554 27 58 14

—————————————

JH licence en droit maîtrise

l’outil informatique cherche

emploi dans le domaine ou

autre à Boumerdès ou Alger. Tél. : 0553 53 82 84

—————————————

JH 30 ans licencié en droit et

ayant une attestation de suc-

cès, déclarant en douane, 2

ans d’exp. conseiller commer-

cial service APV, cherche emploi et ouvert à toute pro-

position. Tél. : 0670 17 36 85

—————————————

JH 27 ans ayant diplôme en

master en sciences alimentaires et maîtrisant l’outil informa- tique cherche emploi au niveau

Tél;

: 0552 00 53 94 email :

viande et poisson cherche emploi. Tél. : 0556 54 09 67

liliannedlimi@yahoo.fr

—————————————

de

Béjaïa ou à Alger. Tél. : 0553

JH

31 ans licencié en sciences

—————————————

73.72.51

- 0664 53.20.84

de

gestion option comptabilité

JH

ayant diplôme d’agent de

—————————————

JH 36 ans, marié 2 enfants chauffeur de presse 18 ans d’exp. connaît Alger et ses

3 ans d’exp. dans domaine et 9 mois comme chef de service ressources humaines maîtrise

prévention en sécurité (AS FTS), exp. agent polyv. à l’en- ceinte de l’entreprise hydrau- lique-technique + l’enceinte de l’association WAAD + agent de sécurité (AMNAL), ayant le sens de communica- tion et des resp. sérieux, dynam., ponctuel, motivé,

PC

Paie-PC Compta cherche

environs et tout le territoire national cherche emploi. Tél. : 0561 05 11 28

emploi dans le domaine ou

autre. Tél. : 0551 45 09 56 —————————————

—————————————

JH

28 ans habitant à Alger

JH 28 ans licencié en sciences

cherche emploi chauffeur avec

de gestion, spécialité compta- bilité, langues française,

ou

sans voiture dans entrepri-

parle arabe, français, dég. des

se

privée ou étatique.

obligations du service militai- re, permis de conduire B, maî- trise l’outil inf. Word, Excel, Access, Power Point cherche

anglaise, maîtrisant logiciel PC Paie PC Compta cherche emploi dans le domaine de la

Tél. : 0772 91.29.91 - 0554

55.71.67

—————————————

comptabilité.

H

43 ans cherche emploi

emploi. Tél. : 0557 50 34 66 —————————————

Tél. : 0797 55 58 87 email :

comme responsable commer- cial. Tél. : 0554 10 43 27 ————————————— Cuisinière professionnelle

cherif872012@hotmail.com

—————————————

H

62 ans père de famille

JH 28 ans licence en droit +

bonne santé, ayant une longue exp. dans le commerce cherche emploi environs Alger, Bab El Oued. Tél. : 0561 24 47 78

CAPA maîtrisant les langues

12 ans d’exp. cherche emploi à Alger. Tél. : 0555 65 78 68 —————————————

étrangères, outil informatique exp. 1 an dans le domaine. Tél. : 0790 10 12 86

—————————————

JH

25 ans de Tizi Ouzou ing.

—————————————

H

45 ans diplômé des beaux-

en

GC option CCI dégagé du

JH

ingénieur en génie civil

arts et exp. dans l’enseigne- ment + langue française et permis de conduire catégorie (B) sérieux, responsable, dynamique cherche emploi dans le domaine ou autre comme administration, démarcheur, chauffeur ou autre. Tél. : 0668 12 32 13

service national maîtrise Etabs, Sap 2000, Autocad, Sig cherche emploi dans le

cherche emploi.

Tél. : 0792 60 27 77 —————————————

domaine. Tél. : 0557 68 16 71 —————————————

JH

résidant Alger ingénieur

d’Etat en génie mécanique 4

JH

25 ans de Tizi Ouzou mas-

ans

d’exp. domaine gestion et

ter en génie civil maîtrise Autocad et Etabs cherche emploi dans un bureau

maintenance matériel travaux publics poids lourd et véhicu-

le léger cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0540 26 21 53 —————————————

—————————————

d’études ou entreprise.

H

retraité sachant parlé fran-

Tél. : 0697 26 68 01 ————————————— Chef comptable ayant plus 32 ans d’exp. en comptabilité finance fiscalité stocks paie RH cherche emploi axe Rouiba-DEB libre de suite. Tél. : 0797 97 99 35 —————————————

çais cherche emploi gardien- nage ou autre vendeur entre autre.Tél. : 0553 26 13 16

—————————————

JH

niveau terminale langues

possède permis de conduire

léger et lourd ayant exp. dans le commerce libre de tout engage- ment disponibilité immédiate cherche emploi comme chauf- feur ou acheteur-démarcheur dans les wilayas 15, 16 et 35. Tél. : 0796 62 29 47

JF diplôme en finance et

comptabilité + master + infor- matique cherche emploi Tél. : 0663 69 25 47, étudie

toute proposition

Chauffeur toute catég. exp. 15

—————————————

ans

cherche emploi.

—————————————

JF cherche emploi comme

Tél. : 0782 45 09 06 —————————————

JH

résidant Alger master en

secrétaire. Tél. : 0558 38.73.59

automatique un an d’exp. domaine maintenance indus-

—————————————

Ingénieur géologue hydrogéo-

JH 32 ans magistère en sciences

logie exp 2 ans cherche emploi Tél. : 0664 55 90 48 —————————————

trielle libre tout de suite apte au déplacement cherche emploi dans le domaine.

économiques + ing. d’Etat en

planification et statistiques 6 ans d’exp. maîtrise français, arabe et informatique cherche emploi dans domaine enseigne-

ment ou autre. Tél. : 0658

JF

cadre commercial diplôme

Tél. : 0770 58 91 87 ————————————— JH de Tizi Ouzou 45 ans sérieux et de confiance avec exp. dans différents domaines cherche emploi immédiat comme agent de sécurité, agent d’accueil, réceptionnis-

magasinier, coursier ou

te,

en

commerce 6 ans d’exp.

cherche emploi Alger et envi- rons.

45.72.87

- 0552 22.27.85

Tél. : 0560 45 66 16

—————————————

—————————————

JH architecte-infographe 6

JH

34 ans père de famille 5 ans

ans d’exp. dans de grands pro- jets cherche emploi maîtrise parfaite des logiciels de conception, rendu 3D et ani- mation présentation et mon- tage vidéo formation complé- mentaire en planification et management des projets. Tél : 0781 56 30 38

gestion de stock et une comp- table cherche emploi Tél. : 0779 25 29 96 —————————————

chauffeur léger, accepte autre

poste dans ets, étatique, multi- nationale ou privée sur Alger et environs ouvert à toute pro- position avec hébergement. Tél. : 0772 14 99 69 —————————————

JH

34 ans père de famille 3 ans

gestion de stocks service com- mercial véhiculé cherche emploi. Tél. : 0551 81 65 98 —————————————

—————————————

JH

31 ans habite Boumerdès

JF

cadre commerciale diplô-

JH possède CMTC, DESS

cherche emploi poste clariste exp. 10 ans. Tél. : 0542 72 26 68 —————————————

mée en commerce 6 ans d’exp. cherche emploi Alger et envi- rons. Tél. : 0560 45 66 16 —————————————

finance comptabilité avec exp. cherche emploi dans ste pri- vée, étatique ou multinationa-

le. Tél : 0770 20 21 91

H

père de famille 62 ans en

Père de famille à charge 46

—————————————

bonne santé, longue exp. dans

ans, habite w 15, sérieux et de

JH sérieux avec exp. cherche emploi comme agent de sécu-

rité dans ste privée ou nle, étu- die toute proposition. Tél. : 0771 70 88 69

le

commerce cherche emploi

confiance polyvalent de quali- fication avec exp. cherche emploi urgent comme démar- cheur commercial gestionnai- re des stocks, réceptionniste, agent de sécurité, chauffeur léger ou autre avec héberge- ment peu importe wilaya étu-

comme vendeur, agent de sécurité ou autre environs Alger, Bab El Oued. Tél. : 0561 24 47 78 ————————————— Retraité 58 ans dynamique cherche emploi comme chauf-

—————————————

JH 29 ans réside à Meftah

licence en sciences commer- ciales option finance 4 ans exp. comme magasinier cherche emploi. Tél. : 0561 57 27 86

feur 25 ans d’exp. véhiculé même en déplacement. Tél. : 0554 99 22 97 —————————————

die

toute offre.

Tél. : 0662 02 45 92 —————————————

JH

31 ans licencié en sciences

—————————————

JH

28 ans dynamique cherche

de gestion option comptabilité 3 ans d’exp. dans domaine et 9 mois comme chef de service ressources humaines, maîtrise (PC Paie-PC Compta) cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0551 45 09 56

JF

42 ans, 18 mois CAP comp-

emploi comme chauffeur, 8

tabilité 24 mois CMTC comp- tabilité, 3 ans d’exp. dans un bureau de comptabilité, 1 an dans une entreprise privée vente matériel informatique cherche emploi.

ans

d’exp. réside à Chéraga.

Tél. : 0554 98 27 89 ————————————— Chef-cuisinier 28 ans d’exp. toute spécialité orientale occi- dentale et gastronomique

Chef-cuisinier 28 ans d’exp. toute spécialité orientale occi- dentale et gastronomique

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

Publicité

19

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité Pour améliorer sa qualité de service et

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité

Pour améliorer sa qualité de service et consolider son réseau, la Direction de la distribution de Blida entreprend des travaux d’entretien qui nécessiteront l’interruption de fourniture d’électricité la journée du 19/08/2015 entre 08h30 et 17h30, au niveau de la commune de Larbaâ.

Localité concernée :

• CITE MEDJADJI Pour plus d’informations, contactez la Direction de la distribution de Blida sur le numéro suivant :

025 20 75 61 La Direction de la distribution de Blida s’excuse pour les désagréments causés.

ANEP N°341 224 Liberté du 18/08/2015

Mise au point

Conernant une omission de ma part, je tiens à m’excu- ser auprès des familles Oukharrouve Nath Azouz de ne pas les avoir citées quand j’ai parlé du bilan de “Yemma Melkhir”. En effet, elles sont tout autant concernées dans l’orga- nisation de celle-ci. De plus, il n’y avait aucune inten- tion de nuire à “Yemma Melkhir” ni aux membres, aux organisateurs ou gérants, au contraire c’était juste une initiative pour la réunion. Je vous remercie pour

votre compréhension. Mourad Amellal

G

Entreprise privée de travaux publics recrute pour ses chantiers au nord du pays

• Ingénieur en GC

• Conducteur de travaux

• Chef de chantier

• Foreur pieux

• Topographe

Expérience exigée : trois (3) ans Transmettre CV à l’adresse mail :

techrecrute_2013@yahoo.fr

ou par fax au 021 48 25 38

0523

SOS

Atteint de rétinite pigmentaire, mon fils âgé de 33 ans perd de jour en jour la vue et risque d’être aveugle. Ce genre de maladie ne se soigne ni en France ni en Espagne mais seule- ment en Turquie où une équipe de chercheurs a mis au point un nou- veau procédé. Le coût de l’opération étant cher, je demande aux âmes charitables de lui venir en aide. Son dossier médical est à leur disposition. Tél. : 0553 63 21 63 ————————— Jeune dame cancéreuse demande aux âmes charitables

aide pour intervention chirurgicale à l’étranger. Dieu vous le rendra. Tél. : 0555 38 08 57 ———————————— Atteint d’une lésion sequellaire de leucomalacie pariétale bilatérale avec atrophie sous corticale, qui est une paralysie cérébrale, l’enfant F. Missipsa, âgé de 3 ans, demande aide pour une intervention chirurgicale disponible seulement en Espagne (Barcelone) et dont le coup est évalué à 8 000 euros. Pour toute aide, veuillez contacter le 0798 75 75 64 - 0541 32 65 60

Pensée

A notre chère et regret- tée fille, sœur et tante

OUAHIBA GAÏD

et regret- tée fille, sœur et tante O UAHIBA G AÏD qui nous a quittés le

qui nous a quittés le mercredi 12 août 2015 pour un monde meilleur à la suite d’une courte et pénible maladie. Tous les mots ne peuvent expri- mer notre chagrin et notre douleur. Le temps apaise les cœurs sans apporter l’ou- bli. En cette douloureuse circonstance, nous demandons à tous ceux qui l’ont connue et aimée d’avoir pour elle une pieu- se pensée. Puisse Dieu Tout-Puissant accor- der à Ouahiba Sa Sainte Miséricorde et l’ac- cueillir en Son Vaste Paradis. Repose en paix Wawa. Famille Gaïd Amar

0523

A V IS

Aux buralistes et lecteurs du journal Liberté. Pour toute réclamation au sujet de la distribution du journal

Tél./Fax : 021 87 77 50

SOS

Cherche acide zolidmique 4 mg. Tél. : 0550 55 34 27

Cherche ZOMETA 4 mg Tél. : 0550 55 34 27

SOS

Jeune dame cancéreuse demande aux âmes charitables aide pour intervention chirurgicale à l’étranger. Dieu vous le rendra. Tél. : 0555 38 08 57

Carnet

———————————

Pensée

——————————— Cela fait cinq ans, le 18 août 2010, que nous a quittés à jamais notre chère regrettée mère et grand-mère Mme Vve Atroun Rabah née Hitache Tayakout. Cinq années sont déjà pas- sées et la douleur ne s’atténue pas. Il est demandé à tous ceux qui l‘ont connue d’avoir une pensée à sa mémoire. Repose en paix, chère mère et grand-mère. Tes enfants et tes petits-enfants ne t’oublie- ront jamais. Ton fils Idir - BJ-BR23313

AF
AF

OFFRE DEMPLOI

La société BGP Inc cherche

UN ASSISTANT AVOCAT

Conditions de recrutement

1 - Etre juriste de profession

2 - Etre de sexe masculin

3 - Ecrire et parler l’anglais couramment

Le candidat doit d’abord envoyer CV en anglais et certificat de diplôme à leijianbo555@hotmail.com pour entretien en attendant convocation.

F.1634

La société BGP Inc lance un appel d’offres pour

l’achat trois types de véhicules ci-après :

1 - Camion labo d’enregistrement

2 - Camion frigorifique

3 - Camion-atelier (work shop) avec la grue Ces trois véhicules sont de la marque Iveco ou Astra 6x6

Contact :

• Tarek : 0673 78 04 11

Email : tarek.bgp@hotmail.fr

• Frank : 0672 65 42 76 Email : zhanglubgp@gmail.com

F.1630

Remerciements

La famille Mimouni, terriblement affligée par le décès de l’époux, père et grand-père, tient à remercier chaleureu- sement familles, amis, voisins, compa- gnons d’armes, militants du FLN, députés, anciens moudjahidine, anciens du MALG, la population de Raïs Hamidou (ex Pointe Pescade) ainsi que tous les collègues et proches de lui avoir apporté leur soutien en cet instant dou- loureux et d’avoir accompagnés, à ses côtés, le moudjahid

ALI MIMOUNI

militant indéfectible de l’Algérie, à sa dernière demeure. A Dieu nous appartenons et

0523 à Dieu nous retournons.

Condoléances

Le bâtonnier, les membres du conseil de l’Ordre et tous les avocats du barreau de Tizi Ouzou présentent à la famille Mezil leurs sincères condoléances, suite au décès de leur confrère

MAÎTRE MEZIL SAÏD

avocat à la cour de Tizi Ouzou, ancien membre du conseil de l’Ordre.

T.O/BR18248

Le bâtonnier

Chellat Smaïn

20

Jeux

Mardi 18 août 2015

LIBERTE

Par : Qui est fait sans l’inter- vention de la justice Partisans du Lui s
Par :
Qui est fait
sans l’inter-
vention de la
justice
Partisans du
Lui
s
s
Insonorisation
Elle se trou-
Crochets
s
s
s
Enchâssés
s
désordre
Pellicules
s
Nacer Chakar
s
-----------------
-----------------
-----------------
ve partout
-----------------
-----------------
----------------
Général
Mettre la
Sous-
-----------------
Fin de
-----------------
Entaille
coiffure en
Titane
sudiste
vêtements
Dans le vent
participe
Trop parfaits
s
s
désordre
s
s
s
s
s
Billette
-----------------
Muselés
Sauvage
Précieux
métal
Baie du
Céréale
-----------------
Japon
Pareil
s
Passés sous
Petite pomme
Elle protège
Marquer des
silence
rouge
les animaux
-----------------
Reinette
points en
-----------------
-----------------
Relèvement
sport
Égaliser
Autrefois
de terrain
s
s
s
s
Pourvues de
Futur gradé
Étoiles
poignées
s
s
Patrie
Plante
Fou
d’Abraham
vomitive
-----------------
-----------------
-----------------
Tromper
Rêvé
Fleuve italien
s
s
Substance
Voile
létale
triangulaire
-----------------
d’un voilier
Facteur
s
Ingurgité
Légumineuse
Escroc
-----------------
-----------------
Inculpée
-----------------
Avionneur
Passage
italo-euro-
Saison
étroit
péen
s
s
s
Charge de
Points
baudet
Poète grec
opposés
-----------------
Estonie
s
s
Une des
Communiquer
Cyclades
-----------------
-----------------
Arbres
Impureté
décoratifs
s
Complète
-----------------
Félines
Bâtiment
s
s
Flânèrent
(ph.)
Vent
Mesure
Note de
-----------------
méditerra-
Apparaisse
Bramera
agraire
musique
Vêtements
féminins
Mesure de
l’efficience
intellectuelle
des enfants
de 4 à 9 ans
néen
s
s
s
s
Gonflement
d’un tissu ou
organe
Prendre
-----------------
Vaste éten-
-----------------
due d’eau
Clair
s
s
Maison de
Adversaire
campagne
-----------------
retirée
Ville
-----------------
allemande
Inévitables
s
Réunion
Irlande
d’étoiles
-----------------
s
À l’égard de
-----------------
Établissement
Achèvement
(abrégé)
s
s
Quart chaud
-----------------
Fils de Noé
Plantes
vivaces four-
nissant une
sorte de lait
Captiver
s
Tète
Trama
-----------------
Époque
-----------------
Union
Renard bleu
continentale
s
s
s
Personnage
Télédiffusées
de théâtre
Petit
-----------------
-----------------
saint
Neptunium
Nivelé
s
s
Préposition
Vieux
bœufs
Ajouter des
charges à un
atome
-----------------
Héros de la
mythologie
grecque
s
s
Hélium
Mettrai
Armée
-----------------
-----------------
médiévale
Reine en son
genre
Lac
-----------------
américain
Rehausser
s
s
Rideau
-----------------
Fin
Faute
s
Employaient
Explosif
Partie d’un
de partie
revolver
s
s
s
s
Retour de
Nouveau
vague
Obtempérera
-----------------
-----------------
Adverbe
Prince arabes
s
s
D’un pays
d’Amérique
du Sud
Oiseau de
proie
Pièce
Monnaie
-----------------
de charrue
japonaise
Lettre
grecque
s
Fin
Préposition
Vigueurs
de soirée
savante
Dans la
-----------------
-----------------
-----------------
gamme
Fin
Fin
Les verts
de journée
de participe
sss
s
Note de
Dépeuplée
Assemblasse
Erbium
musique
Pièce de
École de
harnache-
cadres
ment
SOLUTION
DE LA GRILLE N°80
C - S - L - I - E - R - C - I. Contre-prestation. Louisiane - Pâtre. Eludées - Traînées. Asine - Primaire. Ob - O - Sirène - E - E. Os - M - Sète - Brise. Cri - Abêti - Poêles.
Avala - Reprise - T. Etau - Siennes - T - I. I - Rudesse - Site. Colère - S - Urodèle. Néo - Liens - Nissa. Anal - Ir - A - A - R - En. I - Engrenage - Une. Asir - NERD -
Grises. Tr - Tee - Orles - U. Reine - Lougou - Ara. Toussa - Mt - L - D. Triste - Su - Eolien. As - Oie - Harpies. Os - Annuel - Ahan - O. Cor - E - Pa - Toners. Marcassin -
Ibérie. S - He - Sc - Lois - Br. Osiers - Urane - Bla. Etre - Irai - Aloi. Ases - Eventrement.
GRILLE GÉANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 81
s
s
ss
s
s
s
ss
s
s
ss
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
ss
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s

LIBERTE

Mardi 18 août 2015

Jeux

21

Sudoku

N°2047: PAR FOUAD K.

Comment jouer ?

Le sudoku est une grille de 9 cases sur 9, divisée elle- même en 9 blocs de 3 cases sur 3. Le but du jeu

 

2

 

4

   

9

 

8

   

6

 

3

 

2

   

est de la remplir entièrement avec des chiffres allant de 1 à 9 de manière que :

5

   

7

         
   

4

   

6

8

   

chaque ligne contienne tous les chiffres de 1 à 9 ;

-

1

     

9

   

7

 

-

chaque colonne

8

6

7

   

3

   

5

contienne tous les chiffres de 1 à 9 ;

6

     

4

9