Vous êtes sur la page 1sur 6

Équations de Navier-Stokes

Équations de Navier-Stokes

1

En mécanique des fluides, les équations de Navier-Stokes sont des équations aux dérivées partielles non-linéaires qui décrivent le mouvement des fluides dans l'approximation des milieux continus. Elles gouvernent par exemple les mouvements de l'air de l'atmosphère, les courants océaniques, l'écoulement de l'eau dans un tuyau, et de nombreux autres phénomènes d'écoulement de fluides. Elles sont nommées d'après deux physiciens du XIX e siècle, Claude Navier et George Stokes. Pour un gaz peu dense, il est possible de démontrer ces équations à partir de l'équation de Boltzmann.

Formulation différentielle

Il existe bien des formes des équations de Navier-Stokes. Nous n'en présenterons que certaines. Ces formes dépendent aussi des notations utilisées. Ainsi, il existe plusieurs façons équivalentes d'exprimer les opérateurs différentiels.

La formulation différentielle de ces équations est la suivante :

Équation de continuité (ou équation de bilan de la masse)

de continuité (ou équation de bilan de la masse) • Équation de bilan de la quantité

• Équation de bilan de la quantité de mouvement

masse) • Équation de bilan de la quantité de mouvement • Équation de bilan de l'énergie

• Équation de bilan de l'énergie

de mouvement • Équation de bilan de l'énergie Dans ces équations : • • • •

Dans ces équations :

Remarques :

• L'énergie totale peut se décomposer en énergie interne

représente le temps (unité SI :

en énergie interne représente le temps (unité SI : ) ; désigne la masse volumique du

) ;en énergie interne représente le temps (unité SI : désigne la masse volumique du fluide (unité

désigne la masse volumique du fluide (unité SI :

désigne la pression (unité SI :

du fluide (unité SI : désigne la pression (unité SI : ) ; dés igne la

du fluide (unité SI : désigne la pression (unité SI : ) ; dés igne la

) ;

désigne la vitesse eulérienne d'une particule fluide (unité SI :

) ;vitesse eulérienne d'une particule fluide (unité SI : ) ; ) ; est le tenseur des

eulérienne d'une particule fluide (unité SI : ) ; ) ; ) ; est le tenseur

) ;

eulérienne d'une particule fluide (unité SI : ) ; ) ; ) ; est le tenseur

) ;

d'une particule fluide (unité SI : ) ; ) ; ) ; est le tenseur des

est le tenseur des contraintes visqueuses (unité SI :

désigne la résultante des forces massiques s'exerçant dans le fluide (unité SI :

forces massiques s'exerçant dans le fluide (unité SI : ) ; est l'éner g ie totale

) ;

est l'énergie totale par unité de masse (unité SI :

l'éner g ie totale p ar unité de masse (unité SI : est le flux de

est le flux de chaleur perdu par conduction thermique (unité SI :

représente la perte de chaleur volumique due au rayonnement (unité SI :

perte de chaleur volumique due au rayonnement (unité SI : ) ; ). et en énergie
) ;
) ;

).

(unité SI : ) ; ). et en énergie cinétique selon • L'opérateur nabla , )

• L'opérateur nabla,

énergie cinétique selon • L'opérateur nabla , ) ; en coordonnées cartésiennes, est un opérateur de

) ;

en coordonnées cartésiennes, est un opérateur de dérivation spatiale du 1 er ordre. Les opérateurs gradient, divergence et laplacien peuvent s'écrire à l'aide de cet opérateur :

;
;

Équations de Navier-Stokes

2

; .
;
.

Expression en coordonnées cartésiennes

En coordonnées cartésiennes

• Équation de continuité :

En coordonnées cartésiennes • Équation de continuité : , les équations de Navier-Stokes s'écrivent : •

, les équations de Navier-Stokes s'écrivent :

: , les équations de Navier-Stokes s'écrivent : • Équation de bilan de la quantité de

• Équation de bilan de la quantité de mouvement (

)
)
: • Équation de bilan de la quantité de mouvement ( ) • Équation de bilan

• Équation de bilan de l'énergie

de mouvement ( ) • Équation de bilan de l'énergie Fluide newtonien, hypothèse de Stokes En

Fluide newtonien, hypothèse de Stokes

En première approximation, pour de nombreux fluides usuels comme l'eau et l'air, le tenseur des contraintes visqueuses est proportionnel à la partie symétrique du tenseur des taux de déformation (hypothèse de Newton) et le flux de chaleur est proportionnel au gradient de la température (loi de Fourier), c'est-à-dire

de la température ( loi de Fourier ), c'est-à-dire où : • • • • •
de la température ( loi de Fourier ), c'est-à-dire où : • • • • •

où :

L'ensemble des fluides pour lesquels cette hypothèse est vérifiée sont appelés fluides newtoniens. On leur adjoint généralement l'hypothèse de Stokes :

désigne la viscosité dynamique du fluide (unité SI :

: désigne la viscosité dynamique du fluide (unité SI : ( Poiseuille ), ) ; )

) ;

dynamique du fluide (unité SI : ( Poiseuille ), ) ; ) ; ) ; désigne

) ;

) ;

désigne la viscosité de volume du fluide (unité SI :

désigne le tenseur unité ;

désigne la conductivité thermique du fluide (unité SI :

; désigne la conductivité thermique du fluide (unité SI : ). désigne la température (unité SI

).

la conductivité thermique du fluide (unité SI : ). désigne la température (unité SI : .

désigne la température (unité SI :

.
.

Cette hypothèse se révèle totalement fausse mais est couramment utilisée dans l'aéronautique.

Remarque :

De nombreux fluides, tels que les polymères, les hydrocarbures lourds, le miel, ou encore la pâte de dentifrice, ne vérifient pas ces hypothèses. La science chargée d'étudier les relations entre contrainte et déformation pour de tels fluides s'appelle la rhéologie.

Équations de Navier-Stokes

3

Expression pour les écoulements de fluides compressibles

L'écoulement d'un fluide est dit incompressible lorsque l'on peut négliger ses variations de masse volumique au cours du temps. Cette hypothèse est vérifiée lorsque le nombre de Mach est faible. En général, on considère l'écoulement incompressible lorsque . Dans le cas contraire, c'est-à-dire pour un écoulement compressible, on adjoint pour fermer le système une équation d'état du fluide, de la forme

système une équation d'état du fluide, de la forme Pour un gaz parfait , cette équation
système une équation d'état du fluide, de la forme Pour un gaz parfait , cette équation
système une équation d'état du fluide, de la forme Pour un gaz parfait , cette équation

Pour un gaz parfait, cette équation d'état s'écrit

où désigne la constante des gaz parfaits et la masse molaire du fluide. Expression pour les
où désigne la constante des gaz parfaits et la masse molaire du fluide. Expression pour les

la masse molaire du fluide.

Expression pour les écoulements de fluides incompressibles

Pour un fluide visqueux newtonien et lorsque l'écoulement est incompressible, l'équation de l'énergie est découplée des équations de continuité et de quantité de mouvement, c'est-à-dire qu'on peut déterminer la vitesse et la pression indépendamment de l'équation de l'énergie. L'expression des équations de continuité et de quantité de mouvement sont considérablement simplifiées. On obtient alors

• Équation de continuité appelée alors équation d'incompressibilité

appelée alors équation d'incompressibilité • Équation de bilan de la quantité de mouvement où que

• Équation de bilan de la quantité de mouvement

• Équation de bilan de la quantité de mouvement où que l'on peut décomposer en coordonnées

que l'on peut décomposer en coordonnées cartesiennes :

désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : viscosité cinématique du fluide (unité SI :

cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le

et

cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le

) et

cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le

est le terme d'advection.

cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le
cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le
cartesiennes : désigne la viscosité cinématique du fluide (unité SI : et ) et est le

Équations de Navier-Stokes

4

Interprétation

L'équation de quantité de mouvement est l'équivalent de la relation fondamentale de la dynamique (aussi appelée

Dans cette formule, on voit apparaître trois types de forces :

• Les forces de pression, spécifique de la mécanique des fluides.

• Les forces de viscosité. Le second terme contenant la viscosité de volume disparait si le fluide est incompressible.

.
.

• D'autres forces massiques, qui peuvent être des forces de gravité (

massiques , qui peuvent être des forces de gravité ( ) ou électromagnétiques ( ) .
des forces de gravité ( ) ou électromagnétiques ( ) . Pour le cas de la

). Pour le cas de la gravité, ce terme représente le poids d'une particule fluide et représente la

poussée d'Archimède. En effet, lorsque le fluide est au repos, on retrouve immédiatement l'équation de l'hydrostatique :

immédiatement l'équation de l' hydrostatique : L'expression de l 'accélération est plus

L'expression de l'accélération est plus délicate et s'exprime de deux manières.

• La description lagrangienne consiste à suivre les particules de fluides. L'accélération est la dérivée particulaire de

la vitesse :

.
.

• La description eulérienne consiste à se placer en une position fixe. L'accélération est alors la somme de la dérivée

partielle de la vitesse

est alors la somme de la dérivée partielle de la vitesse (accélération locale) et d'un terme

(accélération locale) et d'un terme advectif

.
.

La résolution de l'équation de Navier-Stokes est extrêmement difficile. Elle reste l'une des grandes énigmes mathématiques non résolues à ce jour. Elle fait partie des Problèmes du prix du millénaire.

À la complexité inhérente aux équations aux dérivées partielles s'ajoutent celle de la non-linéarité introduite par le terme d'advection de l'accélération. La plupart du temps, on essaie de résoudre une version simplifiée de l'équation en éliminant l'un de ces termes. Par exemple, à faible nombre de Reynolds, on peut négliger le terme advectif (écoulement de Stokes) et à fort nombre de Reynolds, on s'affranchit de la viscosité (équation d'Euler).

Origine du terme d'advection

Le terme d'advection caractéristique des équations de Navier-Stokes ont une origine mathématique simple inhérente à la relation entre une différentielle totale exacte et les dérivées partielles. En effet, pour une particule fluide l'accélération est donnée par:

une particule fluide l'accélération est donnée par: avec En coordonnées cartésiennes on obtient donc: la

avec

En coordonnées cartésiennes on obtient donc:

par: avec En coordonnées cartésiennes on obtient donc: la densité du fluide, le vecteur vitesse et

la densité du fluide,

cartésiennes on obtient donc: la densité du fluide, le vecteur vitesse et les coordonnées spatiales

le vecteur vitesse et

obtient donc: la densité du fluide, le vecteur vitesse et les coordonnées spatiales considérées. En coordonnées

les coordonnées spatiales considérées.

vecteur vitesse et les coordonnées spatiales considérées. En coordonnées cylindriques de même on obtient: En

En coordonnées cylindriques de même on obtient:

En coordonnées cylindriques de même on obtient: En coordonnées sphériques: Quelles que soient les

En coordonnées sphériques:

de même on obtient: En coordonnées sphériques: Quelles que soient les coordonnées, on retrouve donc le

Quelles que soient les coordonnées, on retrouve donc le terme d'advection:

on obtient: En coordonnées sphériques: Quelles que soient les coordonnées, on retrouve donc le terme d'advection:

Équations de Navier-Stokes

5

Comme souvent, la formulation de l'accélération sous forme de dérivées partielles permet une recherche plus facile de solutions à des problèmes particuliers, l'intégration de dérivées partielles étant grandement facilitée comparée à des équations comportant des différentielles totales exactes. Ici cette démarche conduit à l'apparition du terme d'advection qui rend compte du transport de matière, découplé de la variation intrinsèque de la vitesse dû à des forces externes au fluide.

Bibliographie

• A. Bonnet et J. Luneau, Aérodynamique : Théories de la Dynamique des Fluides, Éditions Cépaduès, septembre 1989, 544 p.

• E. Guyon, J.-P. Hulin et L. Petit, Hydrodynamique Physique, CNRS Editions Juin 2001 673p.

Sources et contributeurs de l'article

6

Sources et contributeurs de l'article

Équations de Navier-Stokes Source: http://fr.wikipedia.org/w/index.php?oldid=49986319 Contributeurs: Anarkman, Arnaud.Serander, Badmood, Bayo, Cdang, CyrilleDunant, David Berardan, Elemiah, Eusebius, Flo, Francis, Ggv31, Jerome.Abela, Jojo le demago, Lilian, Ludo29, Macassar, Mai, Makiwara, Malosse, Mamono666, Med, Mm, NicoRay, Olivier.Roussel, Orthogaffe, Padawane, Peps, Pmetier, Roussel@ict.uni-karlsruhe.de, Sam Hocevar, SaraBiYo, Sherbrooke, Spooky, Staph, Tarquin, Udufruduhu, Vega, Zaleski, Zegratman, Zweistein, 59 modifications anonymes

Licence