Vous êtes sur la page 1sur 34

ISSN 0484-8942

REVUE ------------------------------------ --------------- NUMISMATIQUE

Dirigée par

Secrétaires de la rédaction

C. Morrisson, M. Amandry,

C. Grandjean

M. Bompaire, O. Picard

A. Hostein

2010

(166 e volume)

Publiée avec le concours de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales du Centre national de la recherche Scientifique

----------------------------------------------------

SOCIété frANçAISe De NuMISMAtIque

Diffusion : Société d’édition « Les Belles Lettres »

2010

Comité de publiCation

direCteurs

M me C. Morrisson, MM. M. Amandry, M. Bompaire, O. Picard

seCrétaires de la rédaCtion

M me C. Grandjean (cat.grandjean@free.fr) M. A. Hostein

Chargé des Comptes rendus

M. A. Hostein (hosteinantony@yahoo.fr)

Comité de leCture

MM. J. Andreau, G. Aubin, F. Baratte, J.-P. Callu, M. Christol, M. Dhénin, M me S. Estiot, M. X. Loriot, M lle M.-C. Marcellesi, M. M. Pastoureau.

La Revue numismatique paraît annuellement. Elle est la propriété de la Société française de numis- matique qui en est l’éditeur et en assure le service à tous ses membres à jour de cotisation pour l’année concernée, lors de sa parution. La cotisation a été fixée pour 2010 à 50 € et 55 € pour les membres résidant à l’étranger.

Société française de numismatique 58, rue de Richelieu F-75002 Paris http://www.sfnum.asso.fr La Revue numismatique est également diffusée par la Société d’édition « Les Belles Lettres » 95 Boulevard Raspail, F-75006 Paris Tél. : 01 44 39 84 20, Fax : 01 45 44 92 88.

Les abonnements sont payables à la Société d’édition « Les Belles Lettres » Compte chèque postaux Paris 336 57 P Le champ couvert par la Revue numismatique comprend la numismatique et l’histoire monétaire et s’étend à l’archéologie, l’histoire économique, l’histoire de l’art ainsi qu’à l’épigraphie, la sigillographie ou la glyptique dans leurs rapports avec l’étude des monnaies, médailles et documents monétiformes. La Revue recherche des études de haut niveau et de première main, publication de documents nouveaux ou nouvelle interprétation de documents connus. Les articles sont retenus en fonction de leur qualité scientifique et de l’intérêt du document présenté. Les rubriques de la Revue sont indicatives et correspondent aux divisions historiques traditionnelles : numismatique celtique, grecque, romaine, byzantine, médiévale, moderne et contemporaine, orientale, médailles et jetons, histoire de la numis- matique et des collections. Des notes synthétiques faisant le point sur une question ou un débat ont leur place dans les Miscellanea (la Société française de numismatique préférant réserver la publication des articles brefs au Bulletin de la Société française de numismatique). Les langues admises sont, outre le français, l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien. Les manuscrits complets et conformes aux instructions aux auteurs doivent être remis au secrétariat le 1 er juillet de l’année qui précède la parution. Après avoir été confiés à plusieurs rapporteurs et exa- minés par le comité de lecture, ils sont définitivement retenus lorsque le conseil de gestion de la Revue numismatique se réunit, en janvier, pour adopter le budget de la Revue qui paraît dans l’année. La Revue ne rend compte que des ouvrages qui sont adressés au secrétariat avec la mention « Revue numismatique ». Les ouvrages sont remis à des spécialistes proposés par les directeurs au Comité de lecture. La publication rapide dans le bulletin bibliographique ne doit pas nuire au caractère informatif et critique des comptes rendus et il est possble de rendre compte simultanément et synthétiquement de plusieurs ouvrages. La Revue numismatique se réserve le droit de refuser toute publicité sans avoir à fournir de motif à sa décision.

SOMMAIRE

HOMMAgE à JEAn-nOëL BARRAndOn

Bibliographie des travaux de Jean-noël Barrandon

 

5

Témoignages

 

Jean-Pierre Callu – La naissance d’un projet, la RCP 483 (1974-1976)

23

Hélène niColet-pierre – Recherches sur la composition métallique de quelques séries de monnaies antiques frappées dans le monde égéen

27

Olivier piCard – Vingt-cinq ans de recherches sur les monnaies grecques avec Jean-noël Barrandon

35

Françoise dumas – de Philippe Auguste à Charlemagne. Recherches sur l’argent des monnaies en compagnie de Jean-noël Barrandon

41

Articles

Gérard aubin avec la collaboration de Sylvia nieto – Liaisons de coins et or gaulois

51

Frédérique duyrat, Julien olivier – deux politiques de l’or. Séleucides et Lagides au iii e siècle avant J.-C.

71

Thomas FauCher – Gravure et composition métallique des monnaies lagides

95

Suzanne Frey-Kupper, Clive stannard – Les imitations pseudo-Ebusus/Massalia en Italie centrale : typologie et structure, présence dans les collections et dans les trouvailles de France

109

Jean-noël barrandon (†), Arnaud suspène, Arwen gaFFiero – Les émissions d’as au type divvs avgvstvs pater frappées sous Tibère : l’apport des analyses à leur datation et à leur interprétation

149

Maryse blet-lemarquand, Marc bompaire, Cécile morrisson – Platine et plomb dans les monnaies d’or mérovingiennes : nouvelles perspectives analytiques

175

Lucile beCK, Élise alloin, Ulrich Klein, Thierry borel, Claire berthier, Anne miChelin – Le trésor de Preuschdorf (Bas-Rhin) xvii e siècle. Premiers résul- tats d’une étude pluridisciplinaire

199

ARTICLES

François de Callataÿ – Les plombs à types monétaires en Grèce ancienne : mon- naies (officielles, votives ou contrefaites), jetons, sceaux, poids, épreuves ou fantaisies ?

Louis brousseau – Le monnayage des Serdaioi revisité

Jean hourmouziadis – ΚΟΣΩΝ gold Staters and Silver drachmae - A die Study

Aurel vîlCu, Bogdan ConstantinesCu, Roxana bugoi, Cătălina Păuna – Some considerations on Dacian gold coins of Koson type in the light of compositional analyses

Giovanni gorini – La monetazione di Ariminum

Pierluigi debernardi – Plated coins, false coins?

Shpresa gjongeCaj – Le monnayage de Phoinikè sous l’empire romain

Sylviane estiot – à propos d’un médaillon inédit de l’usurpateur Julien (284- 285 Ad) : son règne et son monnayage

Georges gautier – Une justification opportune du système tétrarchique par l’image monétaire de diffusion courante : la série de nummi à bustes accolés émise à Trèves en 298 ap. J.-C.

Vincent drost, Sylviane estiot – Maxence et le portrait militaire de l’empereur en Mattiobarbulus

Henri pottier – Le monnayage de la Syrie sous l’occupation perse (610-630). Complément

Vincent geneviève, Guillaume sarah – Le trésor de deniers mérovingiens de Rodez (Aveyron). Circulation et diffusion des monnayages d’argent dans le Sud de la France au milieu du viii e siècle

219

257

287

297

311

337

383

397

419

435

447

477

Jérôme jambu – Une histoire de la Monnaie de Caen à l’époque moderne (1693-

1772)

François thierry – La monnaie du Xinjiang dans deux ouvrages récents

Bulletin bibliographique

Supplément : Françoise dumas – Jean Lafaurie (1914-2008)

Index

Instructions aux auteurs

Table des matières

509

537

553

609

615

627

633

Henri P ottier*

Le monnayage de la Syrie sous l’occupation perse (610-630)

COMPLÉMENT

Résumé – Depuis la parution de notre étude en 2004, 160 nouveaux exemplaires sont venus confirmer nos conclusions concernant la production de l’atelier « syrien » caractérisée par quatre périodes de fréquences et de normes pondérales différentes. Ils confirment également que les dates et officines mentionnées aux revers correspondent à une réalité physique. Deux nouveaux types ont été répertoriés, un type de droit, classe VII, portant les effigies d’Héraclius, Héraclius Constantin et Martine et un type de revers de demi-follis portant la marque de valeur XX. Onze nouvelles pseudo-marques d’atelier sont venues s’ajouter aux 46 déjà répertoriées. L’absence confirmée de liaison de coins entre les imitations de Justin II de la série 3 et les autres séries et classes renforce l’hypothèse d’ateliers de localisation distincte.

Summary – Since 2004, 160 new specimens have been recorded, confirming the conclusions of our previous study. They confirm the characteristics of the “Syrian” mint production that can be divided into four periods of different frequencies characterized by different weight standards. They also confirm that the date and number of officinae mentioned on the coin reverses have a meaning role in the pattern of minting. Two new types are recorded, one new type of obverse designated Class VII, with three figures: Heraclius, Heraclius-Constantine and Martina, and one new type of half-follis reverse with XX value mark. Eleven new pseudo-mintmarks are to be added to the 46 types already recorded. The confirmed absence of die links between Justin II imitations Class V series 3 and the other classes or series can now be considered as reinforcing the hypothesis of several mint places.

Depuis la parution de l’étude concernant le monnayage de la Syrie sous l’occupation perse 1 , aux 204 folles analysés sont venus s’ajouter 160 exemplaires. Les éléments neufs qu’ils apportent ont motivé la présente mise à jour. Il a été établi qu’une activité de monnayage avait persisté en Syrie pendant les vingt ans d’occupation perse de 610 à 630. Elle a consisté en la production de folles et demi-folles imitant l’iconographie des folles des empereurs antérieurs ou contemporains. Ces folles dits « syriens » ont été répertoriés en 6 classes, suivant leur ordre chronologique probable d’apparition.

* Courriel : henri.pottier@skynet.be.

1. H. P ottier, Le monnayage de la Syrie sous occupation perse (610-630) – Coinage in Syria under Persian rule (610-630). Cahiers Ernest-Babelon, 9, CNRS Éditions, Paris, 2004, p. 171, 17 planches. Abrégé SP.

RN 2010, p. 447-476

448

HENRI POTTIER

Classe

Type iconographique

Var.

Revers

Classe I

Phocas, buste consulaire

 

m

Classe II

Phocas et Leontia

II(1)

m

II(2)

M

Classe III

Héraclius, buste armé

III(1)

m

III(2)

M

Classe IV

Héraclius et Héraclius Constantin

IV(1)

m

IV(2)

M

Classe V

Justin II et Sophie trônant

 

M

Classe VI

Maurice Tibère, buste consulaire

VI(1)

m

VI(2)

M

Une autre particularité de ce monnayage consiste en la mention au revers de « marques d’atelier» imitant celles d’Antioche-Théoupolis, Constantinople et Nicomédie, généralement sous des formes altérées. Au sein de chaque classe, les pièces ont été répertoriées par types caractérisés par les données relevées sur leur revers : la datation, l’officine et la « marque d’atelier ».

Leur code d’identification comporte donc :

1. classe et variante ;

2. datation : année régnale ;

3. officine (pour les revers de type M) ;

4. pseudo-marques d’atelier regroupées en cinq catégories :

(a) ¶HEªRet ses formes altérées ;

(b) formes dérivées de ¶HEªR;

(c)

NIKO et ses formes altérées ;

(d)

SON et ses formes altérées ;

(e)

formes dérivées de SON et NIKO.

Ces différentes classes font bien partie d’un même ensemble comme en attestent les multiples liaisons de coins entre classes. Malgré la diversité de types, l’analyse métrologique a pu montrer que la production de l’ensemble des folles se conformait à des normes, d’ailleurs supérieures à celles des ateliers impériaux, ce qui exclut l’hypothèse d’un atelier de faussaires. D’autre part, un examen des fréquences de production par année a montré que les dates et officines mentionnées au revers correspondaient bien à une réalité physique. La classe V, groupant les imitations de Justin II, comporte 4 séries distinctes présentant des indices justifiant à des degrés divers leur appartenance à l’ensemble. La série 1, contrairement aux autres séries, comprend des folles présentant des liaisons de coins avec des exemplaires d’autres classes. La série 2 présente des altérations stylistiques ou portant sur la titulature et la marque d’atelier NIKO. La série 3 combine des droits de style similaire à la série 2 à des revers sans altération. La série 4 comprend quelques rares exemplaires de marque d’officine E inexistante à Nicomédie. Ces quatre séries sont conformes aux normes pondérales de l’ensemble syrien.

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

449

Se basant sur le contexte historique, une explication aux fluctuations de la production est apportée par les diverses phases du conflit entre Byzantins et Perses. Cet atelier aurait fonctionné sous la responsabilité d’autorités locales byzantines quasi-autonomes ou agissant sous un contrôle perse tolérant. L’ana- lyse des trésors syriens suggère Emèse comme localisation de cet atelier. Les éléments neufs apportés par les 160 nouveaux exemplaires sont repris dans le tableau ci-dessous.

Tableau 1

 

Classes

Exempl.

Nouveaux

Nouveaux

Nouveaux

Nouvelles

Nouvelles

Nouveaux

 

repris au

exemplaires

coins de

coins de

pseudo

années /

liens entre

SP

droit

revers

marques

officines

classes

d’atelier

 

I Phocas

6

3

         
 

II Phocas + Léontia / m Id. / XX Id. / M

25

23

7

13

a13, b10,

   

2

0

1

a131

8

8

0

3

 

III Héraclius / m Id. / M

2

0

0

0

     

1

0

0

0

3 A

 

IV Héraclius + H-C / m Id. / M Id. / K

16

5

0

2

e10, e11

   

84

57

10

17

c10, 11, 12

14

B,

3

3

1

2

e9, a15

10,11 x

V

s1

Justin II + Soph. / M

12

8

0

1

   

Cl Vs1 - IV

V

s2

Id

9

18

2

4

a12

10

G

V

s3

Id

21

18

3

8

 

V

s4

Id

5

2

0

0

VI

Maurice Tibère / m Id / M

4

2

1

2

     

6

6

4

5

10

G

VII

H, H-C, Martine / M

0

5

1

2

d10

 

Cl VII - Vs1

Ces données nouvelles sont analysées ci-après :

1. L’apport le plus important consiste en l’apparition sur le marché en 2004,

d’un nouveau type de droit, introduisant une nouvelle classe VII. Ce follis syrien est similaire au type frappé à Constantinople, sous Héraclius pendant les années régnales 6 à 14, présentant au droit Héraclius, Héraclius Constantin et Martine, couronnés portant la chlamyde, le globe crucigère en main droite, une croix entre leurs têtes. Le revers porte la pseudo marque d’atelier H˚nO, la marque d’officine A et est daté de l’année X / II. Le coin de revers est le même que le coin [64] du follis SP 75, type Justin II, classe V série 1. Cette liaison de coins confirme que la classe VII fait bien partie de la production «syrienne». Quatre autres exemplaires provenant du même coin de droit ont été répertoriés ultérieurement, tous de la même officine A et même année X / II, trois portent la pseudo-marque d’atelier ISON et le dernier la marque OSON.

2. un nouveau demi-follis du type II (1) Phocas et Léontia, portant la marque

de valeur XX est daté de l’année 6. Le coin de droit est le n o [13] déjà relevé sur des folles des années 2 à 9, marqués au revers du m oncial au lieu du M.

RN 2010, p. 447-476

450

HENRI POTTIER

Logiquement ce demi-follis de l’année 6 porte donc la marque de valeur XX au lieu du K, contrairement au demi-folles de la classe IV, type Héraclius et Héraclius-Constantin, datés de l’année 11. Deux nouveaux exemplaires de demi-folles Kde cette classe IV, datés de l’année 11 se sont ajoutés aux trois exemplaires déjà enregistrés dans le SP.

3. une liaison de coins supplémentaire avec la classe IV, Héraclius and Héraclius Constantin est apportée par le revers n o [89] d’un nouveau pseudo Justin II, classe V série 1, confirmant à nouveau que cette série 1 relève bien de la production « syrienne ».

4. Douze nouvelles pseudo-marques d’atelier se sont ajoutées aux 46 types déjà répertoriés :

¶EHªR, classé a12, apparaissant au revers du follis n o 78a, type Justin II Cl V s2

, classé a13, apparaissant au revers du follis n o 3a, type Phocas et Léontia, Cl II (1) o 3a, type Phocas et Léontia, Cl II (1)

¶HEª‘,classé a14, apparaissant au revers du follis n o 8a, type Phocas et Léontia, Cl II (1)

HEªR o , classé a15, apparaissant au revers du follis n o 43.4, type Héraclius et o , classé a15, apparaissant au revers du follis n o 43.4, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (2).

SnEnO, classé b10, apparaissant au revers du follis n o 9a, type Phocas et Leontia, Cl II (1)

ISON, classé d10, apparaissant au revers du follis n o 89, type Héraclius, Héraclius Constantin et Martina Cl VII

ONIKUO, classé c10, apparaissant au revers du follis n o 56a, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (2).

HIS, classé c11, apparaissant au revers du follis n o 45a, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (2).

ONIKS, classé c12, apparaissant au revers du follis n o 48b, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (2).

ONKO, classé e9, apparaissant au revers du follis n o 60a, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (2).

ONK, classé e10, apparaissant au revers du follis n o 26a, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (1)

OIKS, classé e11, apparaissant au revers du follis n o 22a1, type Héraclius et Héraclius Constantin Cl IV (1)

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

451

La liste complète des pseudo-marques d’atelier est reprise dans le tableau ci- dessous.

Tableau 2 - Pseudo-marques d’atelier révisées.

 

(a)

 

(b)

 

(c)

 

(d)

 

(e)

a1

¶HEªR

b1 SHENO

c1

NIKO

d1 SON

e1

KON

a2 ¶HEªR

b2

¶NS

¶NS O

O

c2

O˚In

d2 OSON

e2 O˚nO

a3 ¶HEªRO

b3 ¶ONSO

c3

ONIK

d3 OSNO

e3 OSNKO

a4 ¶SªR

a4 ¶SªR

b4

NSO
NSO

NSO

c4 ONIKO

d4 SONOB

e4 SO˚n

a5 ¶NEªR

b5

SNS

SNS

c5 OnIKS

d5

SONI

e5

OKN

a6

HEªR

HEªR

b6

O SNS

O SNS

\O

c6 sNIHO

d6

SOn

e6 H˚nO

a7

¶HEª

¶HEª ’

b7

SHª

c7

ONIH

d7

nOs

e7

a7 ¶HEª ’ b7 SHª c7 ONIH d7 nOs e7 ˚NO

˚NO

a8 ¶nEHS

b8

s
s

s

c8 nIKOH

d8

EON

e8

NLN[I]

a9 ¶H ª

a9 ¶H ª ’
a9 ¶H ª ’

b9

(A)NS(O)

c9

ONIS

d9 ONSX

e9 ONKO

a10 ¶HEºR

b10 SnEnO

c10 ONIKUO

d10 ISON

e10 OnK

a11

EH

EH

EH

c11 HIK

e11 OIKS

a12 ¶EHªR

c12 ONIKS

a13

H
H

H

H

a14 ¶HEª

a15

HEªR O

HEªR O

Ajoutés : a12, a13, a14, a15, b10, d10, c10, c11,c12, e9, e10 et e11. Corrigés : a4, a11, c8 et e7

5. La série 2 de Justin II Cl V, était basée sur des similitudes métrologiques, mais jusqu’à présent aucune liaison de coin ne l’avait confirmée. Tous les exem- plaires de la série 2, répertoriés dans le SP ont comme pseudo-marques d’atelier NIKO ou une de ses formes altérées (types c). Le nouvel exemplaire de la série 2 portant une pseudo-marque d’atelier du type ¶HEªR, proche des marques de la classe IV, apporte non pas une preuve mais un indice en faveur de l’appartenance de la série 2 au monnayage « syrien ».

RN 2010, p. 447-476

452

HENRI POTTIER

6. Quelques nouvelles officines ont été enregistrées, complétant le tableau 4

par l’année 3 off. A, l’année 10 off. G et l’année 14 off. B. (tableau SP 4 révisé).

Tableau 3 (tableau SP 4 révisé) - Officines.

Années

m

 

M

 

Nombre de folles

N. de folles

Nombre de coins de Rv.

Coins de Rv.

régnales

 

Cl V série 3

   

A

B

G

D

E

 

*

 

*

Cl V série 3

 

1

X

 

2

 

1

 

2

X

 

8

(+9)

4

(+5)

3

X

A

B

G

11

(+10)

8

(+8)

4

X

A

G

13

(+15)

0

(+3)

6

(+7)

0

(+1)

5

X

G

7

 

2

 

6

X

 

B

G

8

(+7)

12

(+3)

6

(+2)

8

(+2)

7

X

A

B

G

9

(+1)

 

4

 

8

X

A

B

G

E

24

(+11)

7

(+7)

12

(+5)

3

(+1)

9

X

B

G

E

14

(+9)

0

(+2)

6

(+1)

0 (+1)

10

A

B

(G)

3

(+8)

1

(+3)

2

(+4)

1 (+3)

11

A

2

(+4)

 

2

12

A

B

G

D

29

(+25)

11

(+10)

13

B

G

D

25

(+18)

10

(+5)

14

A

B

G

D

E

17

(+11)

5

(+2)

15

A

6

(+3)

2

18

 

G

2

1

20

 

B

3

(+2)

1

21

B

1

1

Total

 

9

11

12

3

3

184 (+133)

20 (+18)

84

(+49)

12 (+8)

(+)

nouveaux exemplaires (5 nouveaux demi-folles, K et XX, non inclus)

 

*

non inclus : Cl V s3 et 4 exemplaires de dates indéterminées

 

7. L’augmentation du nombre d’exemplaires de chaque classe est de l’ordre de

grandeur de 75 %, excepté pour la classe V des pseudo-Justin II, particulièrement pour les séries 2 et 3, qui ont cru respectivement de 9 à 27 et de 20 à 38 unités. Cette différence provient de l’écart entre les dates de découverte des différentes composantes du monnayage « syrien ». Quand le SP fut publié en 2004, le type Héraclius et Héraclius Constantin était connu depuis plus de vingt ans ; le type Justin II série 1 un peu plus tard, mais les séries 2 et 3 ont été décelées il y a seulement quelques années par les membres de l’“Oriental Numismatic Society - Seventh century round table”.

8. Les périodes couvertes par les diverses séries ne sont pas modifiées par

l’augmentation du nombre d’exemplaires ; par exemple les deux séries, Phocas et Léontia série 1 et Justin II série 3 sont limitées, la première aux années 2 à 4 et la seconde aux années 4 à 10 comme illustré au tableau 4 (tableau SP 8 révisé).

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

453

Tableau 4 (tableau SP 8 révisé). Nombre d’exemplaires par année.

Dates

oct. 610 -

611 612 613 614 615 616 617 618 619 620 621 622 623 624 625

628

630

631

 

Années régnales

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

18

20

21

Classes

       

I

Phocas

2

4

+3

II

(1) s1

Phocas + Léontia / m

4

4

2

0

+6

+4

+6

+1

II

(1) s2, 3

Phocas + Léontia / m

 

2

2

4

2

5

 

+3

+4

II

(2)

Phocas + Léontia / M

 

1

2

4

1

 

+1

+1

+2

III

(1)

Héraclius / m

 

2

III

(2)

Héraclius / M

 

1

IV

(1)

Héraclius + H-C / m

 

6

1

1

6

2

 

+4

+1

IV

(2)

Héraclius + H-C / M

 

1

2

2

1

5

15

2

24

24

8

2

2

1

 

+3

+1

+9

+3

+16 +16 +8

   

Vs

1, 2, 4

Justin II + Soph. / M

 

1

3

2

1

5

3

2

1

7

2

 

+2

+6

+2

+7

+4

+2

+3

+2

V

s3

Justin II + Soph. / M

0

(12)

(7)

(1)

+3

+3

+7

+2

+3

VI

(1)

Maurice Tibère / m

 

4

 

+1

VI

(2)

Maurice Tibère / M

0

0

4

0

2

 

+2

+1

+2

+2

VII

H, H-C, Martine

 

+5

SP (sans Vs3) Σ = 184

2

8

11

13

7

8

9

24

14

3

2

29

25

17

6

2

3

1

Nouveaux exemplaires. (sans Vs3) Σ = 133

 

9

10

15

7

1

11

9

8

4

25

18

11

3

 

2

Vs3 : SP + nouveaux ex.

 

3

15

14

2

4

   

IF

(SP sans Vs3)

0.2

0.8

1.1

1.3

0.7

0.8

0.9

2.3

1.4

0.3

0.2

2.8

2.4

1.7

0.6

0.2

0.3

0.1

IF

(id. + nouveaux ex.)

0.1

1

1.2

1.6

0.4

0.9

0.6

2.0

1.3

0.6

0.3

3.0

2.4

1.6

0.5

0.1

0.3

0.1

* Non inclus 4 folles (dates indéterminées) et 5 demi-folles

RN 2010, p. 447-476

454 HENRI POTTIER 3,5 Exemplaires dans SP (184) id.+ nouveaux exemplaires (317) 3 2,5 2
454
HENRI POTTIER
3,5
Exemplaires dans SP (184)
id.+ nouveaux exemplaires (317)
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1 1
12
13
14
15
16
17
18
19
20
indice de fréquence

année

Figure 1 - Fréquence par année (sont reprises toutes les classes et séries de folles à l’exclusion de la Cl V s3)

9. L’analyse métrologique a pu montrer que la production de l’ensemble des folles se conformait à des normes, d’ailleurs distinctes de celles des ateliers impériaux et supérieures à ces dernières. Les nouveaux exemplaires confirment l’existence pour le monnayage « syrien » de quatre périodes caractérisées par des fréquences de production et des normes distinctes. Ces quatre périodes incluent respectivement les années 2 à 4, 5 à 10, 11 à 15 et 18 à 21. Les courbes de fréquences relevées pour les 184 premiers exemplaires et pour les 317 exemplaires actuellement connus sont quasi identiques (voir figure 1). La dernière période étant caractérisée par une production extrêmement réduite (2 % de l’ensemble), seules les trois premières périodes sont représentées sur le graphique 2 donnant la distribution pondérale de l’ensemble des folles concernés et confirmant notre première analyse.

10. Pour tous les folles des classes I à VI répertoriés dans le SP (à l’exclusion de la Cl V s3) le nombre de coins était de 50 droits et 84 revers, les nombres actuels sont de 76 et 136, à comparer aux estimations antérieures donnant un nombre total de coins respectivement de l’ordre de 54-62 et 87-117. Pour la classe V série 3, les nombres estimés antérieurement étaient de 6-8 droits et 12- 29 revers, les nombres actuellement relevés sont de 9 et 20. Même si elles restent dans la gamme des estimations antérieures, les nombres relevés actuellement indiquent que les nombres estimés étaient légèrement sous-évalués. Le calcul actualisé donne une estimation de l’ordre de 76-86 pour les droits et de 136-160 pour les revers des classes I à VI à l’exclusion de la classe V série 3.

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

455

45 années 2-4 années 5-10 35 années 11-15 40 35 25 20 15 10 5
45
années 2-4
années 5-10
35
années 11-15
40
35
25
20
15
10
5
0
4,75
5,75
6,75
7,75
8,75
9,75
10,8
11,8
12,8
13,8
14,8
15,8
16,8
frequence

poids (g)

Figure 2 - Folles syriens - Metrologie.

11. Les nouveaux exemplaires ont permis une meilleure lecture de certaines

inscriptions peu lisibles. Les diverses corrections des légendes du droit sont reprises dans le catalogue. Il s’en est suivi la réattribution d’un follis classé Cl V de la série 2 à la série 3.

12. Nous avions classé un follis de Justin II (AM 13 B-a2) comme produit

par un atelier militaire d’Antioche, supposé opérationnel pendant le règne de

Justin II, sur des bases stylistiques et métrologiques, son poids étant élevé (12.77 g). un second exemplaire d’un poids de 12.40 g confirme l’argument métrologique.

13. Sous le titre «Autres ateliers et imitations », nous avions introduit la série AA1, regroupant les folles de module réduit à l’effigie d’Héraclius et Héraclius-Constantin. Nous avions émis l’hypothèse d’une production également syrienne, mais postérieure à l’invasion arabe, que nous avions mise en parallèle avec les imitations des folles chypriotes des années 17 à 19. Cet ensemble que nous avions qualifié de « pré arabo-byzantin » a depuis lors fait l’objet d’études validant cette hypothèse 2 et ne sera donc pas repris ici.

2. H. P ottier , I. et W. S chulze , Pseudo-Byzantine coinage under Arab rule (638-670) - Classification and dating, RBN 154, 2008, p. 87-161.

RN 2010, p. 447-476

456

HENRI POTTIER

La série AA2, constituée des imitations de folles isauriens à l’effigie d’Héraclius et Héraclius-Constantin s’est accrue d’une unité. Les 7 exemplaires portent tous la « marque d’atelier » SON et d’officines A et B. Ils sont datés des années 5 à 7. Leur poids moyen (13 g) est supérieur à celui des folles « syriens » et à fortiori des monnaies impériales. Dans la série AA3 “Imitations barbares” des folles d’Héraclius, un des deux nouveaux exemplaires présente le même droit que les folles n o AA3-5.1 et 5.2, il porte comme marque de valeur m au lieu du M marquant ces deux derniers. Cela pourrait signifier pour cet atelier une activité s’étendant sur une longue période. De plus la pseudo-marque d’atelier ¶HEªR de ce nouvel exemplaire suggère également une localisation orientale de l’atelier. Toutefois le poids moyen de cette série AA3 de 10,65 g et les inscriptions altérées des revers diffèrent clairement des caractéristiques de la production de l’atelier syrien. une nouvelle série AA4 reprend 2 exemplaires imitant les folles de Maurice Tibère, ils portent comme « marque d’atelier » SON et NIKO et leur poids moyen est de 11.2 g. un autre type a «également été introduit dans la série AA5 : imitation du follis de Phocas et Léontia portant la « marque d’atelier » NIKO. Il n’a pas été considéré comme faisant partie de la production de l’atelier syrien ; le style de son droit est en effet plus proche des monnaies pseudo-byzantines frappées après la conquête arabe. Par contre, le style du revers est proche de celui des revers syriens. une étude portant sur un échantillon de plus grande taille permettrait d’ana- lyser si ces diverses imitations AA2 à 5 pourraient avoir été produites par un ou plusieurs ateliers. La seule constatation basée sur la métrologie que l’on puisse faire à l’heure actuelle est qu’il s’agit d’ateliers probablement orientaux, coupés de contact avec Constantinople et ne suivant ni les normes impériales ni les normes de l’atelier « syrien ».

Conclusion

En résumé, les éléments nouveaux confirment l’ensemble des conclusions de notre étude antérieure, à l’exclusion des deux points suivants. D’une part, a été introduite une nouvelle classe (VII) de folles à l’effigie de Héraclius, Héraclius- Constantin et Martine et d’autre part la production des Justin II classe V série 3 s’est avérée plus importante qu’estimée. La nouvelle approche n’a cependant pu donner une réponse définitive à deux questions. L’une est de savoir si les Phocas et Léontia série 1 et les Justin II série 3, dont les styles et la qualité de production se distinguent des autres séries et classes, ont bien été produites par un même atelier frappant l’ensemble des monnaies « syriennes ». Ces deux séries ont été frappées suivant les mêmes normes pondérales que l’ensemble syrien. Notons que le calcul actualisé du poids moyen des folles Justin II de la série 3, entre les années 5 et 10, donne une

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

457

valeur de 9.97 g, voisine de 9.63 g, valeur calculée pour l’ensemble des autres classes et séries Toutefois, nous n’avons toujours pas relevé la moindre liaison de coins avec les autres séries ou classes. Dans notre première étude, cette absence de lien ainsi que la période limitée de leur production pouvait être attribuée au nombre réduit d’exemplaires connus. Sur la base d’un nombre actuel d’exem- plaires quasi doublé, les mêmes conclusions confirmées renforcent l’hypothèse d’une localisation distincte d’une unité de production. Toutefois, l’identité de normes implique que s’il existait deux ateliers distincts, ils devaient se confor- mer aux instructions des mêmes autorités durant l’occupation perse. L’autre question toujours ouverte est relative aux raisons de l’utilisation des pseudo-marques d’atelier. une hypothèse émise serait le soucis d’éviter l’iden- tification de l’atelier lorsqu’il produisait des monnaies à l’effigie d’Héraclius, iconographie qui risquait de ne pas être appréciée par les occupants perses. Ceci justifierait également la production par une unité séparée de folles «politiquement corrects » à l’effigie de Phocas ou de Justin II. une autre hypothèse évoquée 3 pour justifier l’usage de pseudo-marques d’atelier pourrait être le souci des respon- sables de l’atelier syrien d’échapper à l’accusation de faux-monnayage qui aurait pu être portée par les autorités byzantines après leur reconquête de la Syrie.

CATALOguE

Organisation du catalogue

Les données caractérisant chaque follis répertorié sont disposées suivant le schéma suivant :

N o

Type

Coins [Dr-Rv]

Date

«Atelier »

Officine

Série

Poids

Référence

Le N o comporte le numéro de pièce et le numéro d’exemplaire. Le Type est défini par l ‘année de règne, l’officine et la marque d’atelier (catégorie et variante telles que répertoriées dans le tableau 2). Les Coins sont identifiés par la classe du droit, le numéro du coin de droit de cette classe et le numéro du coin de revers de l’ensemble. La Date reprend l’année régnale telle que dessinée au revers ainsi que le graphisme de ANNO lorsqu’il s’écarte des normes (N rétrograde par exemple). L’Atelier reproduit aussi fidèlement que possible le graphisme de la pseudo-marque d’atelier. L’Officine n’est mentionnée que sur les revers de type M. Le Poids est caractérisé par la masse du follis en grammes. La Référence bibliographique est mentionnée si le follis a déjà été publié, sinon la collection d’origine est spécifiée.

3. T. G oodwin , compte-rendu du SP, NC, 2005 p. 406-409.

RN 2010, p. 447-476

458

Exemple :

47.3

12 B-d4

[IV15-72]

HENRI POTTIER

ANN X/II

SONOB

B 9.14

BN X/AE/03

47 Pièce numéro 47 du catalogue

. .

.3

3 e exemplaire de la pièce 47

12.

 

12 e année de règne

.

.

B

.

.

.

2 e officine

.

.

.

-d4

marque d’atelier type d (SON altéré), variante 4 (SONOB)

]

Droit de Classe IV (Héraclius et Héraclius-Constantin)

[.

15 - .]

Coin de Droit n o 15 de la classe IV

[.

. - 72]

Coin de Revers n o 72 de l’ensemble

Afin d’éviter une modification de la numérotation du catalogue SP, les nouveaux exem- plaires s’intercalant entre des pièces répertoriées dans le SP porteront le numéro de la pièce précédente du SP suivi des lettres a, b, c…

Références

Sous cette rubrique sont reprises les collections d’origine des folles répertoriés ainsi que les références bibliographiques lorsque ceux-ci ont déjà été publiés.

CP

Collection particulière

HP

Collection particulière H. Pottier (Belgique)

Elsen

Ventes publiques Jean Elsen

JNB

Jordan National Bank

CNg

Classical Numismatic group

JPB

Collection particulière J. P. Blick (Belgique)

Triton

Ventes publiques CNg

RL

Collection particulière Dr. R. Lemaire (Belgique)

gorny

Ventes publiques gorny et Mosch

SJM

Collection particulière S. J. Mansfield (Royaume uni)

Tg

Collection particulière T. goodwin (Royaume uni)

TN

Collection particulière T. Natschke (Royaume uni)

WL

Collection particulière W. Leimenstoll (Allemagne)

ventes par internet eBay Vcoins incluant Amphora, Woods (glen W.), Zurqieh

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

459

COMPLÉMENT Au CATALOguE SP

N o

Type

Coins [Dr-Rv]

Date

«Atelier »

Officine

Série

Poids

Référence

Classe I. Phocas - revers m

 

2.5

2-a2

[I 2-2]

II

HEªR

 

8.51

CP UK

2.6

Triton 12.01.04

2.7*

8.63

HP

Classe II. Phocas et Léontia Classe II (1) - revers m

 

Nouvelles légendes de droit

 

3a

[ ]AU

3b

ON[ ] - N[.]R[

]

3c

OHâOSA NEREUU

R

On âOSA - nEREAU

 

(3a de même graveur que 3)

 

8a

8b

[.]NâO[.]A- N

[A]U

8c

ON âOSA - nEREUU

3.4a*

2-a2

[II2-2a]

 

II

HEªR

s1

9.43

HP

3.5

2-a2

[II5-4] ? (surfrappé)

II

HEªR

s1

10.16

JNB

3.6*

2-a2?

[II8a-4a]

 

II

ªR

s1

8.69

RL

3.7*

2-a2?

[II3-4b]

II

HEªR?

s1

5.60

RL

3.8

2-a2?

[II3a-4d]

II

HEªR

s1

10.09

Sarhine

3a*

2-a13

[II3b-4c]

II ?

3a* 2-a13 [II 3b - 4c ] II ? H s1 ? eBay

H

H

s1

?

eBay

4.4*

3-a2

[II3-8a]

AnnO III

HEªR

s1

7.55

JPB

4.5*

3-a2

[II3c-8b]

 

III

HEªR

s1

9.20

RL

4.6*

3-a2

[II3-8c]

III

HEªR

s1

8.22

RL

6.2*

3-a10

[II3-10]

 

III

HEºR

s1

8.05

HP

8.2*

4-a2

[II8b-16]

II / II

HEªR?

s1

8.06

WS

8a.1*

4-a9

[II8a-16a]

II / II

H ª

s18a.1* 4-a9 [II 8a - 16a ] II / II ¶ H ª 10.22 HP

10.22

HP

8a.2*

6.01

Zurqieh

8b

4-a13

[II8a-4c]

 

II / II

8b 4-a13 [II 8a - 4c ]   II / II H s1 8.48 RL

H

s1H

8.48

RL

8c.1

4-a14

[II8c-16b]

AnnO

II / II

HEª

s1

8.65

SM

8c.2*

4-a14

[II8c-16b]

AnnO

II / II

HEª

s1

8.01

HP

8d

4-b2

[II14-16c]

II / II

NS O

¶ N S O

s2

?

eBay

9a.1*

4-b10

[II9-17a]

. / II

SnEnO

s2

15.53

RL

9a.2

s2

12.58

Elsen 13.06.09

11.3*

6-a2

[II4-24a]

 

é

HEªR

s1

8.89

CNg806181

11a*

9-a2

[II11-57a]

é / III

HEªR

s2

10.4

RL

RN 2010, p. 447-476

460

HENRI POTTIER

N o

Type

Coins [Dr-Rv]

Date

«Atelier »

Officine

Série

Poids

Référence

12.3*

9-a4

[II13-57]

/ III¶ S ª R s2

SªR

s2/ III ¶ S ª R

8.18

JPB

12.4*

9-a4

[II14-57]

/ III¶ S ª R s2

SªR

s2/ III ¶ S ª R

11.22

HP

13.4

9-b6

[II14-58]

\ O \O

OSNS

/ III

s2\ O O S N S / III

10.01

JPB

Classe II (1) Demi-follis - revers XX

 

13a.1*

6-

[II13-XX1]

é - ~

s2

6.44

RL

13a.2

6-

[II13-XX1]

[é] - ~

s2

4.83

HP

Classe II (2) - revers M

 

Correction

 

Au lieu de :

17

20A-b2, lire :

 

17.1

20B-b2

15a*

8 Gc1

[II13-51a]

é / II

NIKO

G

G

s2

8.24

HP

15b

? G?

[II13-?]

AnnO

X / [é / ?] ?

s2

9.17

HP

16.5

15 A-d7

[II13-94]

AnnO

X / III / II

nOs

A

s2

10.51

HP

17.2

20 B-b2

[II13-97]

X / X

NS

s2X / X ¶ N S B

B

?

eBay

17.3

20 B-b2

[II13-97]

X / X

NS

s2X / X ¶ N S B

B

8.18

HP

17a.1*

? G-d6

[II13-99]

AnnO - [Ann?]

SOn

G rétrograde

s2

9.22

JPB

17a.2

?

eBay

Classe IV. Héraclius et Héraclius Constantin Classe IV(1)- revers m

 

20.4

4-b1

[IV1-17

o / II

SHENO

[NS

OIKS

OIKS

o / II S H E N O [ ¶ N S O I K S

O]

8.04

Elsen 13.06.09

22.3

4-b2

[IV3-18]

[II / II]

9.05

HP

22a.1*

4-e11

[IV5-18a]

II / II

7.24

HP

22a.2

4-e11

[IV7-18a]

II / II

7.22

Elsen 09.12.06

25*

répertoriée mais non illustrée dans SP

 

HP

26a*

8-e10

[IV2-44b]

é / II

OnK

?

CP US

Classe IV (2) - revers M

Nouvelles légendes de droit

0

ÀInnÄEb(AS) – IIªRR SO( IT II)

0a

SuOSSTN =NTO[ ]

0b

O[]SA – [ ]

13a

(U=O)TAS(UAN) - ON RAUS

13b

illisible15a illisible

15b

À Hb (ÒU…)

16a

ÀSUANN ( )

17a

- (.)H(SO) n (S)

RN 2010, p. 447-476

LE MONNAyAgE DE LA SyRIE SOuS L’OCCuPATION PERSE

Légende corrigée sur la base des nouveaux exemplaires

13 (.)N(…) – (…) AUI

461

Identification de coin corrigée sur la base des nouveaux exemplaires

2.2

[IV13-54a] au lieu de [IV13-54]

 

43

12 A-a15 au lieu de 12A-a1

 

N o

Type

Coins [Dr-Rv]

Date

«Atelier »

Officine

Série

Poids

Référence

27a*

3 A-d1

[IV 0-11a]

II / I

SON

SON</