Vous êtes sur la page 1sur 7

Le Roman de Renard

Scénario, ciné-marionnettes, décors, mise en


scène et animation : Ladislas et Irène
Starewitch
Dialogues : Jean Nohain avec les voix de
Claude Dauphin, Sylvia Bataille et Romain
Bouquet
Musique : Vincent Scotto
Photographie et direction artistique : Ladislas
Starewitch
Montage : Laura Sejourné
Une production : Wladyslaw Starewicz
France - 62mn - 1930

Le Monde magique de Ladislas Starewitch


Le Rat des villes et le Rat des champs
Scénario (d’après La Fontaine), ciné-
marionnettes, décors, prises de vues, mise en
scène et animation : Ladislas Starewitch
Musique : Georges Tzipine
France - 13mn40 - 1926

Le Lion devenu vieux


Scénario (d’après La Fontaine), ciné-
marionnettes, décors, prises de vues, mise en
Le Roman de Renard
Le royaume de Noble le Lion est sans dessus dessous suite aux malversations de Maître scène et animation : Irène et L. Starewitch
Renard. Il chaparde, trompe et ment sans vergogne et les doléances des sujets Musique : Hartman
s’accumulent. Excédé Noble rend un édit royal interdisant à quiconque de manger de la France - 9mn - 1932
viande ou du poisson. Renard ne l’entend pas de cette oreille et continue à défier l’autorité.
Arrêté, il est condamné à être pendu. Il parvient à convaincre Noble de le libérer avant que Fétiche mascotte
ce dernier ne se rende compte de la supercherie et assiège le château de Malpertuis où le Scénario, ciné-marionnettes, décors, prises de
filou a trouvé refuge. vues, mise en scène et animation : Ladislas
Starewitch
Le Monde magique de Ladislas Starewitch Musique : Edouard Flamet
Le Rat des villes et le Rat des champs Avec : Ladislas Starewitch (l’agent)
Parti à la campagne, Rat des villes fait la rencontre de Rat des champs et l’invente à venir France- 20mn20 - 1926 (sonorisation 1933)
visiter Paris. Rat des Champs assiste à un spectacle de cabaret et festoie avant que la fête
ne tourne court avec l’arrivée impromptue d’un chat. Fleur de fougère
Le Lion devenu vieux Scénario (d’après Krasewski), ciné-
Le roi Lion, devenu vieux, pleure sur ses aventures passées. A sa cour, ses sujets ne le marionnettes, décors, prises de vues, mise en
respectent plus et rêvent de le jeter au bas du trône. scène et animation : Irène et L. Starewitch
Fétiche mascotte Direction artistique : Alexandre Kamenka
Fétiche, un chien en peluche, est ému par la fille malade de la pauvre fabricante de jouets Musique : Daniel Lesur
qui lui a donné la vie par ses larmes versées. Alors, qu’en compagnie d’autres jouets, il est France - 23mn - 1949
emmené dans un magasin pour être vendu, Fétiche et ses camarades parviennent à
s’enfuir. Ils se retrouvent dans un étrange lieux où le diable organise une fête à tout casser. Les Contes de l’horloge magique
Fleur de fougère Musique additionnelle : Jean-Marie Senia
Jeannot, un petit garçon, apprend de son grand père fermier qu’une fougère magique est (2003)
capable d’exaucer tous les vœux. Pour cela il faut s’enfoncer dans la forêt et la cueillir Texte additionnels : Xavier Kawa-Topor et Jean
avant l’aube. Dès la nuit tombée, l’enfant part à la recherche de la plante magique. Rubak avec la voix de Rufus (2003)
Réalisation additionnelle : Jean Rubak (2003)
Les Contes de l’horloge magique Direction artistique : Xavier Kawa-Topor
La petite chanteuse des rues Une production : Forum des Images (2003)
Une petite fille et sa mère sont chassé de leur demeure par le « grand malhonnête ». Jetés
à la rue, la petite fille décide d’aller, avec l’aide de son singe apprivoisé, gagner de l’argent La petite chanteuse des rues
en chantant dans les rues. Le petit singe, ému des malheurs de sa maîtresse, décide d’aller Scénario, marionnettes, décors, prises de
voler au grand malhonnête les documents qui lui ont permis de prendre possession de la vues, mise en scène et animation : L.
maison. Starewitch
La petite parade Costumes : Anna Star
Une soirée comme les autres chez les jouets animés… comme les autres ? Pas tout à fait. Avec Nina Star
Le diable surgit de sa boîte et décide de semer la zizanie. Il prend pour cible une petite France - 11mn20 - 1924
danseuse convoitée par casse noisette. Le petite soldat de plomb, amoureux de la
danseuse, va-t-il réussir à déjouer les tours du démon et gagner le cœur de la demoiselle ? La petite parade
L’Horloge magique ou la petite fille qui voulait être une princesse Scénario, marionnettes, décors, prises de
Le grand père de Nina, fabricant de jouets, crée sa pièce maîtresse : une grande horloge vues, mise en scène et animation : Ladislas et
qui, en sonnant les douze coups de minuit, s’ouvre sur un monde merveilleux peuplé de Irène Starewitch
chevaliers et de dragons. La petite Nina tombe amoureuse d’un chevalier et dérègle la France - 18mn20 - 1928
mécaniqeu afin de tenter de le sauver des griffes d’un mystérieux chevalier noir.
L’Horloge magique ou la petite fille qui
voulait être une princesse
Scénario, marionnettes, décors, prises de
vues, mise en scène et animation : Ladislas et
Irène Starewitch
Costumes : Anna Star
Avec Nina Star
France - 14mn30 - 1928

Le cinéma d’animation image par image vient de naître en 1907 dans les studios de la
Vitagraph aux Etats-Unis. Là bas à New York, le « tour de manivelle » vient d’être inventé.
C’est un procédé permettant à la caméra de filmer une image, de s’arrêter puis de filmer la
suivante et ainsi de suite. L’Hôtel hanté est la première œuvre à utiliser ce procédé. Les
marionnettes perdent leurs fils et s’animent comme par magie, le cinéma d’animation vient de
faire un pas de géant. Ladislas Starewitch, né à Moscou en 1882 est l’un des grands pionniers
de cette nouvelle technique, contemporain du français Emile Cohl qui tourne Fantasmagorie
en 1908 et Le Tout petit Faust en 1910. Pour lui, tout commence justement en 1910.
Professeur d’histoire naturelle, c’est un touche à tout qui dès sa prime jeunesse s’intéresse au
théâtre, à la photographie, à la peinture, au dessin (il publie des caricatures pour le quotidien
Koviénskoié ziepkalo de Kovno). Il est également passionné d’entomologie et il rêve de filmer
un combat de scarabée. A chaque essai les bêtes se figent sous les éclairages et c’est alors
qu’il a l’idée de reconstituer la scène avec des insectes naturalisés. Ainsi naît La Lutte des
cerfs-volants (Lucanus Cervus), son premier film d’animation image par image.

Rapidement la réputation de son petit film n’est plus à faire et le bruit court que cet homme est
capable de dresser les insectes ! Starewitch décide de créer son propre studio de cinéma à
Moscou en 1912 et réalise de nombreux films avec des insectes animés qui rencontrent un
succès toujours croissant. Le Tsar Nicolas II lui fait même l’honneur de saluer publiquement
La Cigale et la fourmi (1911). Rapidement il met en scène de véritables petites fictions avec ses créatures, comme dans La Vengeance d’un
opérateur où un couple de scarabée deviennent les héros d’un vaudeville amoureux. Starewitch ne se cantonne pas à la seule formule magique qui
l’a fait connaître et réalise également des longs métrages "classiques", adaptant Gogol ou Pouchkine, ou encore en dirigeant le célèbre Ivan
Mosjoukine (L’homme, 1912). Son succès est international et son avenir assuré. Il réalise en 1913 un dessin animé, Le Coq et le Pégase, ce qui fait
de lui non seulement un pionnier de l’animation image par image mais également le premier réalisateur russe de dessin animé. Starewitch s’amuse à
acteurs et personnages animés (Le Lys de Belgique), dirige des animaux (Les Quatre diables). Au total il réalise avant la première guerre mondiale
une douzaine de films d’animation et une cinquantaine de fictions. Très vite son bestiaire animé évolue. Starewitch passe des insectes aux
grenouilles, aux rats puis aux chiens. Suivent les lions et autres mammifères, ses personnages devenant dans un même temps de plus en plus
humains, en acquérant les vices et les vertus. Cette réussite fulgurante, cette période d’intense créativité est soudainement interrompue. Starewitch
perd son studio lors de la révolution Russe. Il quitte Moscou et vient s’installer définitivement en France où il crée un nouveau studio d’animation à
Fontenay-sous-bois.

Starewitch y poursuit ses recherches et ses expérimentations. Son travail ne cesse de progresser, que ce soit au niveau de la qualité d’une animation
toujours plus fluide ou de la précision des traits et des caractères. Il dépense tout son argent dans la production de ses films, consacre ses jours et ses
nuits à ses ciné-marionnettes. Il occupe tous les postes, véritable artisan qui fignole ses petits tableaux de maîtres dans l’économie la plus complète.
C’est un atelier familial où Starewitch travaille en étroite collaboration avec sa femme Anna et sa fille aînée Irène, faisant même jouer sa deuxième fille
Jeanne, sous le nom de Nina Star. Une centaine de films vont naître de cette petite entreprise, autant de petits chefs d’œuvre qui annoncent les
travaux de Ray Harryhausen, de Svankmajer, de Trnka ou encore de Pojar. Starewitch ne réalise qu’un seul long métrage, son plus célèbre, Le
Roman de Renard, sommet du cinéma d’animation qui fait encore école de nos jours.

Le Roman de Renard
Le Roman de Renard est l’œuvre la plus emblématique de Ladislas Starewitch avec ses animaux humanisés qui sont florès dans son œuvre, son
cadre moyenâgeux, ses songes, son humour noir. Le Roman de Renart est à l’origine une suite de poèmes écrits par différents auteurs entre la fin du
XIIème et la fin du XIIIème siècle. Ces récits font souvent intervenir le narrateur, procédé qui permettait aux conteurs ambulants d’appréhender
directement le public. Starewitch retrouve cet aspect dans la conception de son film, la voix off du narrateur s’amusant à mener la danse. Ce n’est pas
une vision sage et scolaire de la version de Goethe (ici adaptée), mais un film souvent iconoclaste, qui joue de son statut d’œuvre animée et affiche
son artificialité avec panache. Ainsi un singe ouvre le récit, mettant en route une caméra comme s’il s’agissait d’un limonaire. Starewitch conçoit son
film comme un prolongement moderne des spectacles de troubadours du moyen
âge, n’hésitant pas à faire appel à un côté légèrement grivois ou encore à
s’amuser de certains anachronismes (un duel entre Renard et le Loup est
commenté comme une rencontre sportive retransmise sur les vieilles TSF).

Adapter Le Roman de Renart, c’est l’occasion pour Starewitch de mettre en


scène tout un bestiaire animal, dont l’humanité n’a rien à envier aux futures fables
de La Fontaine (qui a d’ailleurs repris Le Corbeau et le Renard qui ouvre le film).
On y trouve Isengrin le loup, Renart le goupil (à l’époque le Renard, l’animal, se
nommait Goupil et c’est le succès rencontré par Le Roman de Renart qui va
modifier son appellation dans la vie courante, Renart perdant son T au profit d’un
D avec les années), Noble le lion, Brun l’ours… autant d’animaux qui ont pour
fonction de moquer les différents travers de l’époque féodale, où corruption et
intrigues règnent en maître, mais qui trouvent tout autant dans notre monde
contemporain. Renard est un anar. Il n’a de Dieu ni de maître et cet aspect du
personnage ne pouvait laisser Starewitch insensible. Antimilitariste convaincu,
athée, le cinéaste vit d’ailleurs son film subir les foudres de l’église, scandalisée
par une scène où des animaux prient dans une église et une autre où le paradis
est représenté comme le palais des délices gastronomiques, couvert de chapelets
de saucisses. Renard est un personnage haut en couleur, malicieux, parfois cruel,
qui emporte immédiatement l’adhésion. L’humour noir est omniprésent, ainsi
qu’une petite dose de méchanceté on ne peut plus réjouissante et détonnante dans l’univers de la fiction enfantine. Comme dans les fabliaux d’origine,
nulle morale ne vient sanctionner les ruses de Renard. Il s’échappe toujours et ne paie jamais pour ses crimes. Starewitch aime la dérision et ne
s’encombre pas de morale lénifiante. Il ne se pose pas en juge de ses personnages, et par là de ses contemporains, préfère les décrire avec humour
et une grande tendresse pour leurs défauts.

Ce qui est saisissant dans chacun des films de Starewitch, c’est la capacité de leur auteur à faire vivre ses personnages. La finesse, la précision, la
justesse des mimiques et des gestes est tout simplement foudroyante. Les expressions des visages sont d’un réalisme incroyable et Starewitch trouve
à chaque fois le ton juste, le détail qui nous fait pleinement croire dans ses créatures animées. Il n’a pas peur de filmer les visages en plans serrés,
ainsi l’on voit les larmes poindre aux coins de yeux, les plumes des volatiles se soulever, les poitrines respirer… Starewitch utilise pour ses
personnages trois tailles de figurines selon la grosseur du plan voulu : quatre-vingts centimètres (Le roi lion mesurait même un mètre !), vingt et enfin
deux centimètres pour les plans les plus larges. Une technique qui fera école mais qui demande une somme de travail considérable, soit un an et
demi de tournage pour la petite heure que dure Le Roman de Renard. Starewitch est un bricoleur, un inventeur né qui adore les petites mécaniques,
le bricolage. On retrouve ce plaisir évident dans la grande scène du Roman de Renard, le siège du château de Malpertuis où le cinéaste s’amuse à
inventer moults pièges et chausses trappes aussi farfelus les uns que les autres. Ingénieux, malicieux, il multiplie les astuces pour donner vie à ses
personnages. Ceux-ci respirent grâce à deux planches cachées dans leurs poitrines qui se rapprochent ou s’éloignent selon un système de vis.
Starewitch, méticuleusement, multiplie ce genre de détails. Ainsi chaque poupée, sculptée dans du bois ou du liège, est pourvue d’une dentition, de
vêtements en peau de chamois cousus le plus souvent par Anna Star. Chaque marionnette est complètement articulée et pour chacune d’elle
Starewitch utilise cinq cents masques différents. Le cinéaste crée des dizaines de figures immédiatement identifiables et surtout incroyablement
attachantes, même dans leurs défauts. Un lapin enfant de chœur couard et pleurnichard, un chat ménestrel qui minaude et fait la cour à une reine
lionne aux œillades aguicheuses, un blaireau avocat beau parleur…d’autres animaux jouent de la musique, dansent, s’amusent, trichent, jouent,
pleurent, tout un petit monde miniature qui respire la vie.

Starewitch travaille également sa mise en scène, essayant de compenser la


fixité de sa caméra (techniquement, il ne peut se permettre des mouvements
fluides) en utilisant des zooms, des travellings avants, des panoramiques. Des
effets pas toujours heureux, leur exécution étant toujours brusque, la vitesse
excessive des mouvements et des effets optiques étant la seule possibilité de
masquer l’immobilité des sujets lors de leur exécution. Nous ne sommes pas
encore à l’ère de Wallace et Gromit et nul ordinateur ne peut venir calculer les
déplacements de caméra en fonction de l’animation image par image. Mais ces
tentatives de Starewtich sont attachantes, car elles nous montrent bien que le
cinéaste a le désir de repousser toutes les barrières qui se mettent en travers de son chemin, qu’il veut rivaliser techniquement et artistiquement avec
le cinéma de prise de vue réel. On ressent constamment que pour lui, cinéma pour enfant ne signifie pas cinéma "au rabais". C’est dans cette optique
qu’il fait appel à Jean Nohain pour les dialogues et à Vincent Scotto pour la musique. Starewitch veut se donner les moyens de son imaginaire. C’est
d’ailleurs à cause de cette volonté de réaliser un film sonore que la sortie du film sera retardée pendant dix ans. En effet, le film est prêt dès 1930,
mais sortira en France seulement en 1941. Malgré un très bel accueil public et critique, il disparaîtra des écrans jusqu’aux années quatre-vingt dix où il
connaîtra une résurrection amplement méritée. Cette édition dvd est une nouvelle occasion de redonner à ce chef d’œuvre la place qu’il mérite au
panthéon du cinéma d’animation. Une œuvre phare, aussi drôle que touchante, impertinente, unique, un enchantement de chaque instant.

Le Monde magique de Ladislas Starewitch


Ce programme est une compilation de quatre films réalisés par Starewitch entre 1926 et 1949, quatre petits programmes où l’on retrouve la fantaisie,
l’humour, l’espièglerie et la tendresse de leur auteur. Chaque film est riche en passages oniriques, en songes (Le lion devenu vieux), en bacchanales
diaboliques (Fétiche mascotte). Fleur de fougères, le plus beau, est tout entier conçu comme un rêve, ou plutôt un cauchemar qui devient rêve puis,
petit à petit, rejoint la réalité. Un raccourci de l’œuvre de Starewitch où les peurs enfantines se mêlent aux songes, où les rêves sont des
prolongements naturels de la vie réelle, des échappatoires, des moyens de transfigurer les drames du quotidien. Quatre courts où l’on retrouve les
différentes influences de Starewitch : La Fontaine, le Moyen âge, les contes (Les mille et une nuits dans Le Lion devenu vieux), voir même les
légendes celtiques à travers les lutins, farfadets, Ents tout droit sortis de Tolkien, qui hantent la forêt de Fleur de fougère. Dans ce dernier, Starewitch
invite à la tablée du roi Jeannot toutes les figures des contes et des fables : La grenouille et le bœuf, le renard, la cigogne et le corbeau, le loup, mais
également le Chat botté ou encore Cendrillon. Bien avant Shrek, Starewitch s’amuse de la rencontre de ces personnages d’horizons différents mais
quivivent dans le même monde de l’imaginaire enfantin.

Ce côté iconoclaste, on le retrouve dans Le Rat des villes et le rat des champs, où il s’amuse à transposer dans le Paris des années folles la fable
de La Fontaine. Revue de music-hall menée par une rate exotique, hommage à Josephine Baker, Jazz et champagne sont de la partie. Starewitch met
souvent en scène des séquences de fête, ses personnages s’enivrent et jouent, courtisent. Les animaux de ses films ont un comportement on ne peut
plus humain, ce qui donnera quelques soucis au cinéaste avec une censure pointilleuse. Cette magie qui prend sa source dans un quotidien parfois
trivial, parfois naturaliste, est l’une des composantes essentielles du style Starewitch. Dans Fétiche mascotte, personnages réels côtoient
marionnettes animées et le film s’ouvre sur une scène poignante nous montrant une mère pleurer de voir sa fille malade, alitée, à laquelle elle ne peut
même offrir une orange. Starewitch se prend de ces élans de réalisme qui tranchent avec les mondes purement fantastiques souvent à l’honneur dans
le cinéma d’animation. Toujours dans Fétiche mascotte, un des jouets est un souteneur qui extorque de l’argent à un singe qui fait du gringue à une
poupée. Dans Le Lion devenu vieux, on assiste à une description de la fin de la monarchie avec soldats, bourgeois et ouvriers qui s’entendent pour
mettre le roi à terre. Le petit garçon devenu roi dans Fleur de fougères, va quitter le royaume des rêves pour aider son grand père, pauvre paysan qui
ne peut plus cultiver sa terre suite à la mort de son cheval. Le destrier princier va dorénavant devenir cheval de labour. Univers fantastique ne signifie
pas pour Starewitch monde déconnecté de la réalité. Au contraire, il n’est que l’extension, l’émanation, d’un quotidien parfois dur. Il est inquiétant et
immoral comme peut l’être l’imaginaire enfantin, d’où la profusion de diables et de créatures monstrueuses.

Le Rat des villes et le Rat des champs, premier film de la compilation, est l’occasion de pointer une faiblesse du style Starewitch. Souvent, le
cinéaste a tendance à trop charger son image. Il y a une profusion de détails que Starewitch ne parvient pas toujours à hiérarchiser par l’utilisation de
l’éclairage, l’utilisation de la profondeur de champ ou la composition des cadres. Du coup, il devient parfois difficile de saisir ce qui nous est montré et
une impression de trop plein nous envahit, défaut inhérent à la sensibilité baroque de l’auteur. Pour le reste, c’est toujours le même émerveillement
devant tant d’inventivité et de trouvailles. Starewitch utilise à merveille les surimpressions et les transparences, comme lorsque le rat des villes file au
volant de sa voiture, marionnette animée et filmée devant une vitre où sont projetés des images de la rue. Trucage impressionnant qui huit décennies
après sa réalisation nous laisse toujours perplexe. Starewitch est un passionné de bricolage qui s’amuse à trouver les inventions les plus folles pour
donner vie à son imaginaire. Il suit également de prêt les évolutions techniques, comme la sonorisation. Il tourne Le Rat des villes et le rat des
champs en 1926, puis le reprend entièrement en 1932 pour y adjoindre une bande sonore. Bruitages et musiques sont déjà prégnants dans la
structure même de ses films muets. Leur montage est musical, les scènes de danse et de chants pullulent. Starewitch reprendra l’ensemble de son
œuvre tournée avant 1932 pour y ajouter ces musiques, ces sons, dont il rêvait déjà avant que la technique ne le permette. La couleur est également
une technique qui passionne le cinéaste. Tout au long de sa carrière il utilise différents procédés, virage, filtres, peinture au pochoir…

Mais la généralisation de la couleur, de par son coût d’exploitation, vient mettre en péril le délicat équilibre économique des productions Starewitch. La
seconde guerre mondiale complique également son statut d’artisan. Après guerre, ses productions deviennent sporadiques. Fleur de fougère est
ainsi l’un des rares témoignages de son art après les prolixes années 30, réalisé avec Alexandre Kamenka, émigré russe comme lui, ami et
collaborateur fidèle après guerre. Fleur de fougère a été tourné en couleur, mais la méthode utilisée n’a pu traverser les années et c’est donc une
version restaurée, mais en noir et blanc, qui nous est ici proposée.

Le Lion devenu vieux est tourné dans l’urgence, pour des raisons financières
suite au blocage de la production du Roman de Renard alors au point mort à
cause de difficultés de sonorisation. Starewitch reprend les marionnettes de son
long métrage, et les utilisera dans deux adaptations de La Fontaine tournées en
1932. C’est un magnifique conte sur la vieillesse. Le cinéaste nous parle des
tourments et de la tristesse de ce lion avec une sensibilité et un justesse de chaque
instant. On est ému de son sort, de sa déchéance. On partage sa mélancolie
lorsqu’il rêve de ses aventures et de ses amours passés. Cette séquence de souvenir est l’occasion d’un voyage merveilleux qui vient rompre avec les
intrigues de cours, l’irrespect des sujets du roi, les moqueries. On y trouve même un éléphant volant grâce à ses oreilles, dix années avant le Dumbo
de Disney. Peu d’œuvres traitent la vieillesse de front et il est étonnant de voir que l’une de ses évocations les plus justes est un petit film d’animation
pour enfant…

Fétiche mascotte est le premier film d’une série de cinq mettant en scène le personnage récurrent de Mascotte, qui devait en comprendre douze
tournés sur deux ans. La série fut interrompue par manque de financements, et Fétiche mascotte et ses quelques suites ne purent voir le jour que
grâce à des apports américains et anglais garantissant leur distribution. Seul problème, Starewitch se voit contraint d’édulcorer son propos afin de
satisfaire les desiderata anglo-saxons. Ce premier épisode est à la frontière des désirs de son auteur et des implications commerciales. Ce film est à
la fois doux et enfantin, mais dans sa deuxième partie Fétiche se retrouve confronté au diable et à des créatures tout droit sorties de l’enfer : poulet et
poisson squelettes, légumes démoniaques… un imaginaire qui ne correspond pas aux codes habituellement admis dans les productions visant un
public enfantin. Si Fétiche mascotte est également touchant dans son évocation d’une mère et de sa fille (Nina Star) meurtris par la pauvreté, c’est
bien la partie "démoniaque" qui emporte l’adhésion avec son bestiaire incongru, improbable, ses gags issus du slapstick, ses visions de l’enfer que ne
dédaigneraient pas un Tim Burton. Une œuvre étrange donc, qui mêle deux sensibilités, un côté doux, un côté noir, deux facettes de l’univers enfantin
en quelque sorte.

Les Contes de l’horloge magique


Les Contes de l’horloge magique est une autre compilation de trois films tournés entre 1924 et 1928. Ces trois courts sont liés par des séquences
dessinées de Jean Rubak, réalisées pour l’occasion. Autre modification de taille, les cartons ont disparus au profit d’un texte lu par Rufus
accompagnés d’une belle musique originale composée par Jean-Marie Sénia. Ces films ont pour point commun de mêler prises de vues réelles et
êtres animés, Nina Star jouant dans chacune des histoires.

La petite chanteuse des rues est un film où quotidien et magie se confondent.


Spéculation immobilière, pauvreté, petite fille qui arpente les rues en jouant du
limonaire pour gagner trois sous… la toile de fond est sombre et sociale. On y
ressent une certaine douleur, peut-être celle de Starewitch l’exilé, celui dont la
carrière a volé en éclat suite à la révolution russe. Puis le merveilleux surgit en la
personne d’un singe, d’abord véritable animal qui devient créature animée. La
petite chanteuse des rues un film naïf, au jeu d’acteur et aux situations
appuyées, où l’animation tient une place congrue. Une œuvre mineure mais
attachante, essentiellement pour une scène réjouissante où le singe se bagarre
avec le "grand malhonnête" et une autre où le petit primate se joue d’un serpent.

La Petite parade est inspiré du conte d’Andersen Le petit soldat de plomb. Ici
l’irruption d’un acteur de chair et d’os est limité à un passage où une petite
danseuse mécanique éblouit l’assistance des jouets de ses pas miniatures. La
petite parade porte bien son nom, tant Ladislas Starewitch fait défiler toute une
population hétéroclite de personnages animés. On trouve Casse-noisettes, le
chien Fétiche, des soldats de plombs, un diable surgit de sa boîte, des
danseuses-noisettes, des huîtres-sirènes et autres créatures aquatiques. Le récit
est amusant, parfois sombre, à l’instar d’un petit soldat qui perd une jambe alors
qu’il essaie de sauver la petite danseuse. L’ombre de la guerre14/18 est
présente, à travers une attaque de château et ce soldat mutilé, images qui nous
rappellent à quel point Starewitch est un farouche antimilitariste. Pour le reste,
c’est une pure fantaisie avec un casse-noisettes quelque peu libidineux, des
aventures sous-marines dignes de Jules Vernes, des péripéties en grand
nombre qui s’enchaînent à un rythme effréné. La Petite parade réjouir par ses
situations les plus saugrenues qui surgissent à l’improviste, joyeux capharnaüm
où des dizaines de personnages viennent semer la zizanie.

L’Horloge magique est le film le plus onirique et le plus fou du lot. On y retrouve
la fascination de son auteur pour le Moyen-âge, les chevaliers, les princesses,
les dragons. La première partie du film est un pastiche des contes de fée. Un ton
décalé, un humour un peu vachard (les chevaliers décimés un à un par leur
ennemi) la caractérise. La petite fille du fabricant de jouets, qui lui ouvre les
portes de ce monde fantastique, se conduit en spectatrice étonnée et amusée. Mais petit à petit, elle s’investit pleinement dans ce monde imaginaire
jusqu'à dérégler la précieuse mécanique du rêve et se retrouver personnage de l’histoire. La deuxième partie se déroule dans un monde féerique où
règnent Sylphe et Ondin, deux lutins qui rivalisent d’imagination pour asseoir leur suprématie sur cet univers. Nina y est miniaturisée et certains
passages nous évoquent, avant l’heure, le King Kong de Schoedsack et Cooper. Tour à tour effrayée et séduite, elle apprend à apprivoiser peu à peu
ce monde enchanté, oublie le monde réel pour ne plus vivre que dans le rêve.

La coexistence de personnages de chair et d’os et de créatures animées est d’une


incroyable qualité. Il y a dans ces deux mondes qui se mêlent, une véritable réflexion sur
l’imaginaire et le réel, sur l’animation et le cinéma "d’acteurs". Starewitch crée des
passerelles empruntées à tour de rôle entre ces deux pôles du cinéma. Un acteur est aspiré
dans le monde des contes, il devient poupée le temps d’un plan large, puis c’est une
marionnette qui se transforme d’un coup en personnage réel. Starewitch insuffle de la vie
dans des objets normalement inanimés, il n’est donc aucunement choquant de les voir
entre deux plans prendre vie ou à contrario de voir un humain se transformer en
marionnette. Starewitch utilise souvent l’idée de l’âme, de la vie donnée à des objets, que
ce soient des jouets qui s’animent au coin d’un plan ou les âmes de deux amoureux qui
s’envolent. Le grand père qui ouvre un monde de rêve, qui fabrique des petites figurines qui
sont autant de passeurs vers un univers magique, est l’incarnation même de Ladislas
Starewitch. L’horloge décompose le temps, le stoppe, tout comme Starewitch avec ses
prises de vue image par image. Des instants de temps figés qui, mis bout à bout, créent
une nouvelle temporalité et ouvrent les portes d’un nouveau monde.

Nina Star est l’Alice de L’Horloge magique. Elle brise la mécanique de son grand père afin
de sauver un chevalier, et de spectatrice va devenir personnage de la fiction. C’est le dernier film où elle joue dans un film de son père. Dans la vraie
vie, elle quitte le monde de fiction, et dans la fiction , elle quitte la vraie vie pour rejoindre le monde des rêves. Un paradoxe qui a certainement
beaucoup amusé son père cinéaste. Fleur de fougère est une fantaisie merveilleuse où Starewitch se livre de manière très personnelle. Outre les
adieux de sa fille au cinéma, on y retrouve la fascination de Starewitch pour les insectes avec un combat de coléoptères qui nous ramène à la genèse
de sa carrière. C’est un film d’une grande beauté, tour à tour en noir et blanc puis en couleurs monochromes dont les teintes nous rappellent les
enluminures moyenâgeuses.

Si Fleur de fougère brille d’un éclat que n’ont pas les deux autres films, ces trois œuvres sont liées par le même sens du merveilleux et de la
fantaisie. Les histoires sont plus douces et enfantines que dans Le Roman de Renard et dans la compilation du Monde magique. La partition de
Jean-Marie Senia, composée à l’occasion de la sortie de cette compilation, est tout simplement splendide. Sa musique lie les trois films en reprenant
le thème d’ouverture tout au long des histoires, thème qui apparaît alors que la petite chanteuse des rues joue pour la première fois du limonaire.
Senia, spécialiste de l’accompagnement de films muets, a longtemps accompagné des projections de films de Starewitch avant de composer la
partition des Contes de l’horloge magique. L’osmose entre son univers musical et l’œuvre
de Ladislas Starewitch est complète. Si certains peuvent reprocher le "rajeunissement " des
films originaux, ces Contes de l’horloge magique sont une porte d’entrée parfaite pour
faire découvrir aux plus jeunes le monde merveilleux de leur auteur, qui seront
accompagnés tout en douceur par la voix chaude de Rufus.

Starewitch est très justement adulé par Terry Gilliam, Peter Lord ou encore Tim Burton qui
projeta à toute son équipe technique les œuvres de Starewitch pour trouver l’inspiration de
son Etrange Noël de Mr. Jack et dont certains personnages sont un hommage à Fétiche
mascotte. Le cinéma de Starewitch c’est l’invention, la magie. Sous la fluidité de
l’animation, l’incroyable vérité qui émane de ses ciné-marionettes, se cache l’animation à
l’état pur, dans le sens donner vie, insuffler une âme à un objet. Ladislas Starewitch, maître
de la "plastique animée" comme il aimait à appeler son travail, est l’un de ces rares génies
qui offrirent au cinéma de nouvelles voies, de nouveaux horizons. Un cinéaste à découvrir,
et à faire découvrir, absolument.

Le Roman de Renard
Image : La copie a été restaurée en 1991. S’il subsiste des tâches et des
griffures, des baisses de luminosité, des points blancs, la qualité d’ensemble
est très satisfaisante. On déplore quelques recadrages certainement inhérents
à l’état de conservation des négatifs originaux.
Son : La piste sonore reste très correcte malgré des passages présentant du
souffle, des sautes de volumes, des scratchs et des paroles parfois étouffées
qui rendent quelques échanges verbaux difficilement compréhensibles.

Le Monde magique de Ladislas Starewitch


Image : Le Lion devenu vieux et Fétiche mascotte sont dans un très bon état
au vu de l’âge des films. Il y a bien sûr quelques griffures, des tâches, mais
l’ensemble a bénéficié d’une excellente restauration. Le Rat des villes ainsi que
Fleur de fougère présentent quant à eux de nombreuses sautes de luminosités
et des blancs pour la plupart cramés.
Son : A l’exception de Fleur de fougère, les films sont muets avec un accompagnement musical (ajouté en 1933 pour Le Rat des Villes). A noter que
Fétiche Mascotte est proposé dans sa version distribuée au Royaume-Uni, nous avons donc pour ce film quelques commentaires off en Anglais non
sous-titrés. Dans l’ensemble, les pistes sonores sont très bien conservées, la musique est parfaitement audible et les défauts de souffles sont très
sporadiques.

Les Contes de l’horloge magique


Image : Les films ont été restaurés à l’occasion de leur sortie en salle en 2003 et des séquences ont été réalisées par Jean Rubak (Robinson et
compagnie) pour lier les trois histoires. La qualité des copies est excellente. Le plus abîmé des trois films est La petite chanteuse des rues qui souffre
de nombreuses sautes de luminosité. Pour le reste un très beau travail de restauration qui nous offre des masters de toute beauté où les poussières
deviennent presque invisible. Le tout est servi par une compression impeccable. Les films ont également été colorisés, et ce dans l’optique du respect
du travail original de Starewitch. Ses films étaient en effet distribués dans des versions colorées par virage, ou encore peints au pochoir pour certains
éléments. Lors de la restauration, un travail de recherche à était effectué pour retrouver les effets de couleur disponibles à l’époque.
Son : Les cartons d’origine ont été retirés et remplacés par un commentaire dit par Rufus. Une musique de Jean-Marie Sénia a été composée pour
l’occasion, agrémentée de bruitages judicieusement placés. La piste audio est claire, sans parasites ni souffle et propose une très bonne dynamique.

Le Roman de Renard Les Contes de l’horloge magique


Le Monde magique de Ladislas Starewitch
85 mn 61 mn
65 mn
Zone 2 - PAL - DVD5 Zone 2 - PAL - DVD5
Zone 2 - PAL - DVD5
Format cinéma : 1.33 Format cinéma : 1.33
Format cinéma : 1.33
Format vidéo : 4/3 Format vidéo : 4/3
Format vidéo : 4/3
Langue : Français Dolby Digital 1.0 Langue : Français Stéréo Dolby digital
Langue : Français Dolby Digital 1.0
Sous-titres : Anglais 2.0
Chapitrage, menus fixes et muets
Chapitrage, menus fixes et muets Chapitrage, menus animés et musicaux

Le Roman de Renard
- Fétiche en voyage de noces (de Ladislas et Irène Starewitch, 1936, 9mn). Fétiche, personnage canin récurrent de Starewitch, s’embarque pour son
voyage de noces dans un bateau et dans les pires ennuis : un capitaine alcoolique, une tempête, un naufrage… Sur une musique de W. Grosz, les
chants de marins accompagnent les péripéties loufoques des deux tourtereaux.
- Galerie. Une dizaine de croquis préparatoires et de photos de plateau.
- Biographie et filmographie de Ladislas Starewitch
- Version du film commentée par Léona Béatrice Martin-Starewitch. Passionnée et passionnante, Léona Béatrice Martin-Starewitch décortique
l’œuvre de son grand-père. Ses débuts en Russie, ses techniques d’animation, ses thèmes, ses méthodes de production sont évoqués ainsi que de
nombreux aspects biographiques de l’auteur : sa passion pour l’entomologie, l’animation, ses premiers films, sa reconnaissance par le Tsar Nicolas II,
l’exil…. Léona Béatrice évoque également l’importance de la collaboration d’Irène et de sa mère Anna. La fille aînée de Ladislas Starewitch a
entièrement dévouée sa vie à la carrière de son père. Elle a constamment combattu pour préserver l’œuvre, protéger les intérêts de son père, et
devenue aveugle, elle continue même de coudre les poupées des films. A noter que le commentaire ne court que sur la moitié du film, soit environ une
demi-heure.

Le Monde magique de Ladislas Starewitch


- Version commentée par L. Béatrice Martin-Starewitch. On retrouve en partie la même intervention que sur Le Roman de Renard, agrémentée de
commentaires spécifiques aux films de la compilation : naissance des personnages, techniques, production, anecdotes…
- Version colorisée du Rat de ville et le rat des champs (9mn40)
Version, entièrement muette, du film colorisé par virage. La copie est bien plus abîmée que dans sa version d’origine.
- Galerie. Une dizaine de croquis préparatoires ainsi que les mêmes photos de tournage présents sur Le Roman de Renard.
- Biographie et filmographie de Ladislas Starewitch

En savoir plus Les autres films de Ladislas Starwitch chroniqués par Classik
La fiche Imdb de Ladislas Starewitch Pas d'autres chroniques à ce jour

Réagir à cette chronique sur notre forum de discussion

© Dvdclassik.com - Décembre 2005 -mailto:laredaction@dvdclassik.com