Vous êtes sur la page 1sur 1

Rfrences[modifier | modifier le code]

1. (en) Claude E.Shannon, A mathematical theory of communication , Bell System Technical


Journal, vol. vol. 27, juillet et octobre 1948, p. 379-423 et 623-656 (lire en ligne [archive])
2. M. Tribus, E.C. McIrvine, Energy and information, Scientific American, 224 (September 1971).
3. La rfrence est dans (en) Myron Tribus, Some Observations on Systems, Probability, Entropy and
Management [archive]
4. Didier Dacunha-Castelle, Marie Duflo, Probabilits et statistiques, t.I, Masson (1982), p.19
5. Les codes sont tels qu'aucun d'eux n'est prfixe d'un autre, de sorte qu'une suite de tirages avec remise
puisse tre communique sans ambigut pour le rcepteur.
6. Lon Brillouin, La science et la thorie de l'information, Masson (1959), rdit par Gabay (1988), p. 23
7. Lon Brillouin, La science et la thorie de l'information, Masson (1959), rdit par Gabay (1988), p. 24
8. La mesure dpend de la culture du rcepteur. Une phrase comme "nous obtenons la srie suivante
rapidement convergente" fournira un plus grand taux de russite chez des mathmaticiens que chez des
non-mathmaticiens. De mme, explique Brillouin, si on utilise d'autres vocabulaires trs spcialiss
comme mdical, financier, politique, etc.
9. ou de sa gnralisation mathmatique, la loi de Mandelbrot
10. Editions du Tambourinaire, 1955
11. (en) P.-P. Vzquez, M. Feixas, M. Sbert, W. Heidrich, Viewpoint selection using viewpoint entropy,
Proceedings of the Vision Modeling and Visualization Conference, 273-280, 2001.