DISPARITION DU PETIT ANES À MILA

LA CHASSE AUX BIDONVILLES EST LANCÉE

pourquo
q
La piste de l’enlèvement Constantine : p
l’opération
p
sera-t-elle encore…
confirmée P.8
un échec ? P.6
MENAD ET BRACCI PRESSENTIS
POUR DRIVER LE MOULOUDIA

Vers le
départ de
Jorge
g et
Valdo P.13

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

IL ÉTAIT EN VISITE À GHARDAÏA

Bédoui appelle
à soutenir les
investisseurs
actifs P.6

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7029 VENDREDI 18 - SAMEDI 19 SEPTEMBRE 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

Louiza/Liberté

L’UNION EUROPÉENNE NE S’Y OPPOSE PLUS

Révision de l’accord d’association :
l’Algérie peut-elle en tirer profit ?P.3
12 PERSONNES SONT MORTES ET DES DISPARUS
SUITE À LA CRUE D'UN OUED

Les pluies tuent
encore à Tam
P.6

ALORS QU’IL RÉITÈRE SON APPEL
À L’ABOLITION DE LA POLICE
POLITIQUE

RCD : “La
restructuration des
services de sécurité
nécessite un débat
démocratique” P.2
RECOURS ABUSIF À
L’ORDONNANCE PRÉSIDENTIELLE

Le FFS et
l’Alliance verte
se rebiffent P.4
MÊME S’ILS ONT LIBÉRÉ LE PRÉSIDENT
DE LA TRANSITION ET LES MINISTRES

AFP

Karèche Archives/Liberté

Les p
putschistes
se maintiennent
au p
pouvoir au
Burkina FasoP.14
Publicité

ANEP n°343 489 Liberté du 19/09/2015

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

2 L’actualité en question

LIBERTE

ALORS QU’IL RÉITÈRE SON APPEL À L’ABOLITION DE LA POLICE POLITIQUE

RCD : “La restructuration
des services de sécurité nécessite
un débat démocratique”
Le RCD, qui a depuis longtemps réclamé la dissolution de la police politique et la restitution du FLN au peuple, ne
dissimule pas ses appréhensions quant aux conséquences de la propagation de la guerre des clans à l’institution militaire.
e Rassemblement pour la culture
et la démocratie (RCD) est formel :
le départ à la retraite ou le limogeage du désormais ex-patron des
services, Mohamed Mediène, dit
Toufik, s’il peut se décliner comme la séquence “d’un naufrage pensé et programmé du DRS”, ne signifie pas pour autant
la fin de la police politique dont ont pâti
nombre de partis et de militants politiques. Il
s’agit, selon lui, d’un règlement de compte entre
protagonistes d’un système qui a mené le pays
à la ruine. “Le naufrage pensé et programmé du
DRS est loin des revendications maintes fois exprimées de la dissolution de la police politique
(…). Les partis et les militants politiques, victimes de cette police politique, ne peuvent se suffire de règlements de compte entre protagonistes
d’un système qui a mené le pays à la ruine”, a
affirmé, hier, le président du RCD, Mohcine
Belabbas, dans une allocution à l’ouverture des
travaux du conseil national du parti. D’où la
nécessité, selon lui, de l’abolir et de soumettre sa restructuration à un débat démocratique. “La souveraineté du peuple et la démocratie exigent l’abolition de cette structure alégale et le contrôle par la représentation populaire des instruments de sécurité du pays. La restructuration des services de sécurité nécessite
un débat démocratique (…). Cela implique la
mise en place d’un cadre juridique qui fixe les

une autre menace sur l’État national, au demeurant, bien affaibli”, ajoute-t-il. Le RCD, qui a
depuis longtemps réclamé la dissolution de la
police politique et la restitution du FLN au
peuple, ne dissimule pas ses appréhensions sur
les conséquences de la propagation de la
guerre des clans à l’institution militaire.
Il s’interroge même sur les visées qui sous-tendent cette guerre dans une conjoncture marquée par la dégradation de la situation sécuritaire, notamment aux frontières, les provocations en Kabylie et la situation persistante
dans le M’zab.

L

D. R.
M. Mohcine Belabbas, président du RCD.

missions, le mode de fonctionnement, les objectifs et les modes de désignation aux responsabilités de l’ensemble des institutions névralgiques”, dit-il. “C’est un lieu commun de rappeler qu’un État fort est celui qui dispose d’institutions crédibles et légitimes et consolidé par
des contre-pouvoirs.” “L’absence de toute forme de contre-pouvoir, formel ou informel, est

Publicité

“Ceux qui ont mis le pays dans une telle crise ne peuvent le sauver”
Au chapitre économique, le RCD considère
que la crise économique n’est pas seulement
la conséquence de la chute du prix du pétrole. “Le système de prédation sur lequel s’est appuyé Bouteflika a asséché le niveau de production dans ce domaine en détournant l’investissement et a fait exploser la demande interne en
minant le pays par une politique de subventions
qui, à terme, pénalise les couches les plus
faibles”, estime Belabbas. “La crise en cours n’est
donc pas venue de l’extérieur ; elle est la résultante de l’incompétence, de la corruption et de

l’impunité qui caractérisent le système en place (…)”, soutient-il encore. Tout en mettant en
garde contre les conséquences sur la stabilité
sociale de la précarisation et la marginalisation
de la jeunesse, le RCD rappelle, cependant, que
la crise est d’abord politique avant d’être économique. Et aujourd’hui, plus que jamais, un
changement s’impose pour édifier un État démocratique. “Ceux qui ont réussi à mettre le
pays dans une telle crise avec tous les atouts que
confèrent une rente confortable, un potentiel humain indéniable, une histoire et une position
géopolitique enviables ne peuvent, aujourd’hui, prétendre sauver le pays. Ils sont aujourd’hui disqualifiés pour mener l’impératif redressement national. Leur renoncement à l’exercice du pouvoir est une condition nécessaire pour
l’avènement d’un changement (…). Mais le
RCD est convaincu que ce changement passe par
la mobilisation de la rue. Le RCD, engagé dans
la Coordination pour les libertés et la transition
démocratique (CLTD), considère que la
construction d’un rapport de force en faveur
d’un avenir démocratique passe par la mobilisation la plus large et notre effort à tisser des
liens avec tous les partenaires sociaux”, conclut
Belabbas.
KARIM KEBIR

LOUIS CAPRIOLI, ANCIEN RESPONSABLE DU CONTRE-TERRORISME
À LA DST, À PROPOS DU CHANGEMENT À LA TÊTE DU DRS

“Pas d’incidence sur les
relations entre les services
algériens et français”
ouis Caprioli connaît
bien les services de sécurité algériens, le DRS
notamment, pour avoir travaillé avec eux dans un cadre
de coopéraDe Paris : tion, lorsqu’il
était responSAMIA
LOKMANE sable à la Direction de la
sécurité du territoire (DST)
française entre 1998 et 2004.
Spécialiste des réseaux islamistes en Afrique du Nord et
en Europe, cet ancien sous-directeur en charge du contreespionnage (il est aujourd’hui
conseiller spécial du leader
européen de la gestion des
risques Geos) pense que les
remplacements qui viennent
d’intervenir à la tête du
DRS n’auront aucune incidence sur les rapports des
services français avec leurs
homologues algériens. “Ces
changements ne vont pas modifier les relations bilatérales”,
estime-t-il.
Selon lui, la coopération mise
en place entre les deux pays et
plus particulièrement entre
DRS et DST (rebaptisée
DCRI) dépasse le cadre strictement personnel et survivra
au départ des responsables
en poste. La raison, à ses yeux,
réside dans la persistance de la
menace terroriste, dictant une

L

ANEP n°339 562 Liberté du 19/09/2015

coopération constante et
étroite entre l’Algérie et la
France. Louis Caprioli pense
qu’évidemment les rapports
entre les services tendent “à se
personnaliser lorsque les responsables se connaissent”. Évoquant sa propre expérience, il
cite en exemple les liens privilégiés qu’il entretenait avec
feu Smaïn Lamari, ancien patron de la Direction du
contre-espionnage (DCE) au
DRS, dont il regrette la disparition.
Il cite des “relations de très
bonne qualité”, qui cependant ne l’ont pas empêché
d’avoir le même niveau de
coopération avec le successeur
de Lamari. “Les services français connaissent bien la maison”, fait encore savoir Louis
Caprioli en rappelant l’histoire d’un partenariat qui s’est
consolidé dans le temps, pendant les années 1990, notamment avec l’assassinat de ressortissants français en Algérie
et du déroulement d’attentats terroristes à Paris.
“De nombreux services de renseignements d’autres pays ont
fait des procès d’intention injustifiés à leurs homologues
algériens. Ce n’était pas le cas
des services français.” “Nous
avons des adversaires communs et nous sommes confron-

tés au même type de menace”,
observe l’ex-responsable de
la DST. Parlant d’un “champ
de coopération immense”, il
souligne que de grands efforts
sont déployés de part et
d’autre et en commun, afin de
prévenir une jonction terroriste de la Libye avec la région sahélienne ou l’armée française
est engagée. “Il y a la Tunisie
qu’il convient d’aider et de
protéger face à la menace terroriste. C’est ce que font Algériens et Français à la fois.”
Au Sahel, les militaires français reçoivent, selon Caprioli, une aide précieuse de l’armée et des services de renseignement algériens, dans le
domaine de l’information sur
les activités terroristes dans la
région. Le DRS est également
sollicité pour apporter son
aide dans la lutte contre les filières djihadistes en Hexagone, surtout celles qui impliquent des Franco-Algériens
en partance pour la Syrie et
l’Irak. Dans ces deux pays en
proie à la violence terroriste de
Daech, les renseignements
fournis par les services algériens sont également pris en
compte pour une meilleure
maîtrise de la situation, explique encore l’ancien sous-directeur de la DST.
S. L.

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

L’actualité en question

3

L’UNION EUROPÉENNE NE S’Y OPPOSE PLUS

Révision de l’accord d’association :
l’Algérie peut-elle en tirer profit ?
Si les exportations algériennes hors hydrocarbures restent insignifiantes, le problème est dû au manque
de compétitivité de l’économie algérienne et au retard qu’accusent les entreprises algériennes pour se mettre
à niveau. C’est aussi l’absence d’une politique de construction d’avantages comparatifs.
l’approche
des
échéances fixées par
l’accord d’association qui prévoit l’établissement d’une
zone de libre-échange entre l’Algérie et l’Europe à l’horizon 2017, soit douze ans après
son entrée en vigueur, en procédant
par un démantèlement progressif des
tarifs douaniers, Algériens et Européens polémiquent sur les dividendes d’une telle démarche.
Plusieurs responsables politiques
algériens ont pesté sur le déséquilibre
qu’a engendré cet accord dans les
échanges commerciaux avec l’Europe et les industriels algériens se
plaignent souvent à cause de la
concurrence européenne sur le marché. Un accord qu’“il convient de
consolider dans un cadre mutuellement avantageux et une coopération
sectorielle renforcée, compte tenu
des bonnes relations qui existent
entre l’Algérie et l’UE”, selon un
communiqué de presse diffusé
à l’issue de l’entrevue qu’a eue,
avant-hier, le Premier ministre
Abdelmalek Sellal avec Federica
Moghreni, haute représentante de
l’Union européenne (UE) pour les
affaires étrangères et la politique de
sécurité.

À

Louiza/Liberté
Ramtane Lamamra et Federica Moghereni, jeudi, à Alger.

Ainsi, l’option de réviser certaines
clauses de l’accord ou de reporter
leur application a été évoquée. Mais
à quoi bon ? Federica Moghreni a estimé, dans un entretien accordé à

BENKHELFA À PROPOS DE CHANGEMENT
DE POLITIQUE SOCIALE DU PAYS

“Ce ne sera pas
de manière brusque”
e ministre des Finances, Abderrahmane Benkhelfa, qui
s’exprimait ce jeudi, à l’APN,
lors d’une séance consacrée au vote
de l'ordonnance portant loi de finances complémentaire pour 2015,
a soutenu que la politique sociale du
pays “ne sera en aucun cas secouée de
manière brusque”.
C’est donc d’une manière graduelle que l’État veut sortir de la politique
des subventions face à la chute des
prix du pétrole qui s’installe dans la
durée. C’est du moins ce qu’a laissé
entendre le ministre des Finances,
puisqu’il a tenu à préciser que ladite ordonnance “s’inscrit dans les
orientations du Conseil des ministres
de décembre 2014 (une réunion d’urgence convoquée par Bouteflika après
la chute brusque du baril, ndlr) et que
nous allons maintenir le cap pour les
trois ou quatre années à venir”. Et
pour maintenir ce cap qui se projette
sur trois ou quatre années, Abderrahmane Benkhelfa a parlé de trois
orientations.
Il s’agit, en effet, de “la valorisation
des ressources, l’encouragement des
entreprises créatrices de valeur ajoutée et la sauvegarde des progrès en
termes de politique sociale”.
Soit, explique-t-il, le passage de manière progressive d’“une économie
basée quasi exclusivement sur la dépense publique vers une économie financée par les ressources extrabudgétaires”.

L

L’Algérie n’a plus que 26 mois d’importations Selon le ministre des Finances, la loi de finances complémentaire 2015 prévoit “un déficit global du Trésor de 2 685,4 milliards de
dinars (14,7% du PIB)”.
Un déficit justifié par la baisse des recettes des hydrocarbures qui ne devront pas dépasser les 33,8 milliards de dollars. En revanche, la facture d’importation sera, selon toujours la même source, de 57,3 milliards de dollars. Par conséquent, fait
savoir Abderrahmane Benkhelfa,
“les réserves de change devront s'établir aux alentours de 151 milliards de
dollars”. Soit la valeur de 26 mois
d'importations. S’agissant du projet
de loi de finances pour 2016, qui sera
prochainement soumis à l’APN, le
ministre a évoqué une révision à la
baisse du prix du baril de pétrole établi à 60 dollars dans le marché international.
Cela dit, le ministre des Finances
pense que “le PIB de l'Algérie devra
croître de 18 000 milliards de dinars
en 2015 à 25 000 milliards de dinars
en 2016”. Un taux de croissance en
hausse d’un point, soit à 4,6%. Même
si Abderrahmane Benkhelfa a souligné que ce n’est pas pour autant “le
taux de croissance qui intéresse le
gouvernement, mais plutôt la qualité de cette croissance”. Une croissance
que le gouvernement imagine réelle, durable et à long terme.
MEHDI MEHENNI

notre confrère El Watan la veille de
son entrevue avec Abdelmalek Sellal, que pour bénéficier pleinement
de l’accord d’association liant l’UE
à l’Algérie, “il convient que cette
dernière mette en place des réformes
ambitieuses”. Une sentence qui renvoie plutôt aux opportunités que
présente l’accord et que l’Algérie et
ses entrepreneurs n’ont pas su exploiter jusque-là.

En effet, si l’accord d’association
avec l’UE prévoit des canaux de révision du calendrier pour tel ou tel
produit et donne à l’Algérie le droit
de prendre des mesures exceptionnelles dérogeant aux règles pour
une durée maximale de cinq ans
lorsqu’il s’agit d’une industrie naissante et des secteurs en restructuration ou confrontés à de sérieuses difficultés, il convient de souligner

L’ÉDITO

que, d’un point de vue économique,
cet accord, signé dans des conditions
difficiles pour l’Algérie qui cherchait une reconnaissance internationale, n’est pas aussi désavantageux
qu’on le présente.
En vertu de cet accord, les marchandises algériennes, aussi bien
industrielles qu’agricoles, exception
faite à quelques produits agricoles
soumis à un régime de quotas, sont
admises en franchise de droits de
douanes sur le marché européen.
Contrairement à celles originaires de
l’Union européenne et importées en
Algérie et dont l’exemption des
droits de douanes devait se faire progressivement. Mais cela n’a pas aidé
les produits agricoles algériens soumis aux quotas, par exemple, à atteindre ne serait-ce un dixième des
quotas qui ont été accordés aux exportateurs pour les commercialiser
en franchise de droits de douanes sur
le marché européen. Les industriels
algériens n’ont pas fait mieux. Si les
exportations algériennes hors hydrocarbures sont insignifiantes, le
problème n’est pas un démantèlement tarifaire, mais le manque de
compétitivité de l’économie algérienne et le retard qu’accusent les entreprises algériennes pour se mettre
à niveau. Le problème, c’est aussi
l’absence d’une politique de mondialisation ou de construction
d’avantages comparatifs. En témoigne le taux unifié pour les tarifs
douaniers…
LYAS HALLAS

PAR SOFIANE AÏT IFLIS

De l’association et de ses désavantages
lger et Bruxelles ont fini, enfin, par s’accorder sur l’opportunité de renégocier sinon l’intégralité du document, du moins
certaines clauses de l’accord d’association signé entre les deux
parties en 2002 et entré en application en 2005.
Faut-il, pour autant, célébrer un exploit de la diplomatie algérienne ?
Par certains aspects, l’affirmative est appropriée, tant est que la quête est de longue haleine. L’ego nationaliste est sauf, quoiqu’en décalé,
même s’il faut admettre que les négociateurs de l’accord du milieu
des années 90, outrancièrement défavorable pour l’Algérie, disonsle, bénéficiaient de circonstances atténuantes. Car, pour un pays aux
prises avec le terrorisme islamiste, couplé à une incompréhension,
pour ne pas dire une hostilité des capitales étrangères, l’urgence était
de sortir de l’isolement. Ce qui a été fait. Sur ce plan, le pari algérien
est réussi.
En revanche, la renégociation, aujourd’hui, n’est pas forcément la panacée pour notre économie. Ceci pour la simple raison que l’Algérie,
pays foncièrement importateur, n’a pas une production industrielle à même de concurrencer d’autres produits qui pourraient aisément
satisfaire aux normes que l’Europe impose aux marchandises
étrangères. Le démantèlement tarifaire doit intervenir en 2017, soit
dans deux années. À cette échéance, il devra y avoir une zone franche.
C’est-à-dire une zone où l’on pourrait commercer librement, sans trop
de contraintes fiscales et douanières.
Une situation, à première vue, plutôt avantageuse pour les pays de
l’Union européenne, qui auront donc tout le loisir d’écouler leurs marchandises, mais défavorable pour l’Algérie qui non seulement n’a pas
une industrie développée, mais aussi ne peut satisfaire aux normes
de la plupart de ses produits. Car, même si l’Union européenne a accordé des franchises douanières pour les produits algériens, elle a en
même temps mis en place la norme. Une norme qui, pour la maigre
industrie algérienne, fait office de digue. n

A

La renégociation
aujourd’hui n’est
pas forcément la
panacée pour notre
économie. Ceci pour la
simple raison que l’Algérie,
pays foncièrement
importateur, n’a pas une
production industrielle à
même de concurrencer
d’autres produits qui
pourraient aisément
satisfaire aux normes que
l’Europe impose aux
marchandises étrangères.”

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

4 L’actualité en question

LIBERTE

RECOURS ABUSIF À L’ORDONNANCE PRÉSIDENTIELLE

Le FFS et l’Alliance
verte se rebiffent
La promptitude du président de la République à légiférer par ordonnance a poussé le Front des forces socialistes
(FFS) et l’Alliance verte au boycott, jeudi dernier, de la séance plénière consacrée au vote du projet de loi portant
approbation de l’ordonnance relative à la loi de finances complémentaire 2015, l'ordonnance n°15-02 modifiant
et complétant l’ordonnance n°155-66 portant code de procédure pénale
et le projet de loi d'orientation sur la recherche.
e FFS n’est pas à sa première action
de protestation contre le fonctionnement de l’Assemblée nationale. Les députés de ce parti
avaient déjà boudé la reprise des
travaux du Parlement au début de
cette session d'automne, estimant que légiférer sur la loi de finances complémentaire et
l’amendement du code pénal durant l'intersession parlementaire confirme l’hégémonie de
l’Exécutif sur le Législatif. Le chef de l’Etat s’est
illustré depuis son arrivée à El Mouradia par
un recours presque systématique à l’ordonnance présidentielle. Pour preuve, il est arrivé que
cinq ordonnances soient soumises au vote en
une seule séance plénière. Et ce, sans motif
d’urgence, privant ainsi les députés de leur
droit de débattre et d’apporter des amendements opportuns aux projets de loi. L’APN,
dominée par le FLN, n’a toujours été qu’une
chambre d'enregistrement des projets de loi
proposés par le gouvernement. Les cycles de
boycott ou de protestation de l'opposition ne
changent rien à la donne, puisque la majorité parvient toujours à s'imposer par la logique
arithmétique pour entériner aisément les initiatives de l’Exécutif.
L’adoption, jeudi dernier, de pas moins de trois
textes de loi, dont l’un concerne le secteur sensible de la justice et l’autre engage la politique
économique de tout le pays dans un contexte alarmant de baisse de recettes pétrolières,

L

APS
Le fonctionnement de l’Assemblée nationale irrite les députés du FFS.

réduit une fois de plus le rôle des parlementaires à celui de simples figurants. Les députés de l’Alliance verte, qui se sont exprimés en
marge de la session plénière, pensent que la démarche du gouvernement doit cacher certaines
mauvaises surprises. Sinon comment expliquer
la décision du bureau de l’Assemblée nationale de changer la date de clôture de la session
du printemps ? Les vacances des parlementaires avaient été avancées au 7 juillet alors
qu'elles ne devaient commencer que le

2 août. Aucune explication n’a accompagné
cette mise en congé prématurée. La session de
printemps, ainsi écourtée de presque un mois,
donne au président de la République la possibilité de légiférer par ordonnance conformément à l’article 124 de la Constitution. “Cette décision inacceptable traduit clairement la
soumission d’un bureau totalement inféodé au
gouvernement, qui obéit à des agendas qui ne
sont pas ceux de l'Assemblée”, a indiqué un
communiqué du groupe parlementaire FFS, à

ARRESTATION DU GÉNÉRAL HASSAN

L

justice militaire qui va faire son
travail”. Placé sous mandat de dépôt depuis août par le tribunal militaire de Blida, le général Hassan
est accusé, selon sa défense, “d’infraction au règlement de l’armée et
de destruction de documents”. Sollicité par la presse nationale, le ministre s’est exprimé, par ailleurs,
sur la libération de l’ex-avocat
algérien de plusieurs dirigeants du
FIS dissous, Rachid Mesli, rappe-

lant que ce dernier était sous le
coup d’un mandat d’arrêt international. “Il a été arrêté puis libéré
par la justice italienne. Il n’y a pas
lieu de polémiquer sur cette affaire. L’Algérie a l’habitude de recevoir et de lancer des demandes
d’extradition”, a déclaré le ministre
de la Justice. Il ajoute que la justice italienne a donné un délai de
40 jours aux autorités algériennes,
effectif à partir de la date de libé-

ration de l’avocat en question
pour préparer et envoyer un dossier réclamant son extradition.
“Cela va se faire dans les délais.
Son dossier d’extradition sera
transmis par les canaux diplomatiques”, soutient le ministre de la
Justice, Tayeb Louh, en rappelant
que l’Italie et l’Algérie ont signé
une convention sur les procédures d’extradition.
N. H.

LOI SUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Les députés adoptent les projets
es députés de l'APN ont adopté, jeudi, à
la majorité, le projet de loi d'orientation
sur la recherche scientifique et le développement technologique, lors d'une séance
plénière.
La loi d'orientation sur la recherche scientifique
vise à “renforcer” le système législatif de la recherche scientifique en Algérie, a indiqué
M. Hadjar à l'issue du vote de ce texte de loi,
soulignant qu’“elle a aussi pour objectif l'intégration de la recherche scientifique dans le domaine économique et social à travers l'exploitation des résultats de la recherche pour le
développement”.
Elle prévoit également le transfert des résultats de la recherche et des connaissances vers

L

le monde socioéconomique après définition
des thèmes des recherches scientifiques en
fonction des besoins nationaux.
Le texte de loi, qui comporte 60 articles, propose la mise en place de mécanismes pour désigner les programmes nationaux prioritaires
de recherche.
Tous les départements ministériels peuvent
proposer les domaines et les volets de recherche jugés prioritaires à travers la mise en
place de comités sectoriels.
M. Hadjar s'est dit “optimiste” quant à l'avenir de la recherche scientifique en Algérie, s'appuyant sur les résultats des recherches réalisées dans plusieurs domaines, dont celles relatives à la fabrication d'un premier satellite al-

NISSA HAMMADI

RÉVISION DU CODE
DE PROCÉDURE PÉNALE

Le ministre de la Justice refuse
de s’expliquer
e ministre de la Justice et
garde des Sceaux, Tayeb
Louh, a refusé catégoriquement jeudi, en marge de la session
plénière de l’Assemblée nationale, de s’expliquer sur l’arrestation du général Hassan, ex-patron
de la lutte antiterroriste au DRS.
Comme de coutume, quand il
s’agit d’une question sensible, il
s’est contenté de répondre que
“l’affaire est entre les mains de la

l’époque. En 2014, l’avocat Mustapha Bouchachi a remis son mandat de député, motivant
sa démission par le fonctionnement illégal
d’une Assemblée totalement soumise, selon lui,
au pouvoir exécutif, au point que les parlementaires ne peuvent ni initier des propositions de
loi ni interpeller, par le truchement de questions orales ou écrites, les ministres sur certains
sujets délicats et encore moins engager des
commissions d’enquête parlementaire crédibles.
Élu député sur la liste du FFS d’Alger en mai
2012, Mustapha Bouchachi a aussi relevé,
durant son court mandat, plusieurs entorses
à la loi et de nombreuses irrégularités dans le
travail de l’Assemblée nationale dont le refus
des ministres de répondre dans les temps réglementaires aux questions des députés et l’immixtion des membres de l’Exécutif dans le travail interne de la Chambre basse à travers leur
présence dans les différentes commissions parlementaires lors de l'examen des projets de loi
concoctés et soumis par le gouvernement.
Il a affirmé que les députés sont cantonnés
dans le statut de simples fonctionnaires au service du gouvernement, sans pouvoir jouir réellement de leurs prérogatives de représentants du peuple et défendre ses intérêts moraux et matériels. Ce qui entache davantage la
crédibilité d’une APN, déjà largement dénoncée pour ses dépenses faramineuses.

gérien. Le ministre a saisi cette occasion pour
répondre aux préoccupations des députés
concernant l'Université algérienne et l'Université de la formation continue (UFC).
Il a démenti à ce propos les informations faisant état de sa fermeture tout en affirmant que
le ministère œuvrait, au contraire, pour son
“renforcement et sa modernisation”.
À une question d'un journaliste sur l'éventuel
octroi d'un deuxième billet d'avion au profit
des étudiants du Sud, M. Hadjar a souligné que
le ministère de l'Enseignement supérieur et de
la Recherche scientifique s'attellera à la concrétisation de cette mesure.
R. N./APS

Le caractère
exceptionnel
de la détention
préventive consacré
n Les députés de l'Assemblée populaire
nationale (APN) ont adopté, jeudi, à la
majorité, l'ordonnance n°15-02 modifiant
et complétant l'ordonnance n°155-66
portant code de procédure pénale. Les
nouvelles dispositions prévues par ce texte
visent à garantir le respect des principes
d'un procès équitable par la consécration
du caractère exceptionnel de la détention
préventive. Le texte de loi prévoit
également “le renforcement du rôle du
ministère public et la mise en place de
mécanismes permettant une gestion plus
efficiente de l'action publique”, ainsi que la
“protection des témoins, des experts et des
victimes et la simplification de la procédure
de pourvoi en cassation”.
Le dernier axe prévu par ce texte de loi a
trait aux dispositions qui subordonnent la
mise en mouvement de l'action publique
dans des poursuites pénales à l'acte de
gestion.
Il est mentionné, à ce propos, que la
dépénalisation de l'acte de gestion fait
partie des objectifs fixés par le président
de la République au gouvernement afin de
créer un climat favorable à l'esprit
d'entreprise en rassurant les cadres
gestionnaires du secteur public
économique et en les préservant des
poursuites pénales liées à des actes de
gestion qui ne revêtent aucune intention
délictueuse.
R. N./APS

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

DE LIBERTÉ

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI
radar@liberte-algerie.com

ABDELMALEK SELLAL À FEDERICA MOGHERINI

“Vous pouvez revenir en Algérie,
il n’y a plus de terrorisme”

n À l’issue de son entrevue jeudi au Palais
du gouvernement avec Federica Mogherini,
la Haute représentante de l'Union européenne (EU) pour les Affaires étrangères et
la Politique de sécurité et vice-présidente de
la Commission européenne, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a, encore une fois,
fait dans l’humour quelque peu décalé. Il a
en effet lancé en direction de Mme Mogherini à la fin de l’audience : “Vous pouvez reve-

5

nir quand vous voulez. Il n’y a plus de terrorisme.” À ce niveau de responsabilité et devant une personnalité étrangère en charge des
dossiers relevant de la sécurité et des conflits
armés au sein de l’Union européenne, de surcroît en visite officielle en Algérie, il ne
convenait pas vraiment de se laisser aller à la
légèreté dans le ton. Au-delà, le terrorisme
est un sujet délicat et sérieux qui passe très
mal dans les galéjades.

PASSEPORT
BIOMÉTRIQUE

Procédure
préliminaire par
internet
n Un spot publicitaire
du ministère de
l’Intérieur et des
Collectivités locales
passe depuis deux
jours sur les chaînes de
télévision. Il informe
que, désormais, la
procédure préliminaire
de constitution du
dossier de demande
d’un passeport
biométrique se fera via
le réseau internet. Le
demandeur du
document de voyage
remplit le formulaire
et prend RDV à
distance. Il ne se
déplace au siège de la
daïra et bientôt à l’APC
que pour les étapes
ultimes,
particulièrement prise
de photo et empreintes
digitales. Jusqu’alors, il
n’avait pour latitude
que de suivre la
progression de sa
requête sur le site du
ministère de tutelle.

IL SERA DEMAIN EN VISITE OFFICIELLE À SÉTIF

Ce que Tebboune
ne saura pas

n Le ministre de l’Habitat,
Abdelmadjid Tebboune, effectuera demain une visite de
travail et d’inspection dans la
wilaya de Sétif pour présider
la cérémonie de distribution
des clefs pour près de mille
bénéficiaires de logements
promotionnels aidés dont le
maître de l’ouvrage est
l’AADL. Selon le programme
dont une copie a été adressée
à notre bureau, le ministre
qui inspectera plusieurs
autres chantiers ne saura pas
que des dizaines, voire des
centaines de logements n’ont

pas été lancés depuis 2011.
D’autres logements, dont la
réalisation a été achevée depuis plusieurs mois, ne sont
pas distribués à cause des retards enregistrés dans la réalisation des différents réseaux
ou du raccordement en gaz et
électricité. Selon certaines
indiscrétions, les responsables
du secteur n’ont pas jugé utile d’informer le premier responsable de la wilaya, afin de
ne pas être épinglés sur leur
responsabilité dans la situation.

À DIX JOURS DU 59e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE SON MARI

Lalla Aïcha, la veuve de Zighoud Youcef,
décède
n La veuve du chahid Zighoud Youcef a tiré sa révérence jeudi à Constantine. Son enterrement a eu
lieu le jour même au cimetière de Djebel El-Ouahch,
sur les hauteurs nord-est du

Vieux Rocher. Zighoud
Youcef, militant actif du
PPA, de l’OS et du CRUA,
fut membre des 22. Il dirigera le Nord-Constantinois après la mort, au combat, de Didouche Mourad

et sera l’initiateur, avec son
staff, des offensives du 20
août 1955. Zighoud Youcef
est tombé au champ d’honneur le 25 septembre 1956
dans la localité proche de
Sidi Mezghiche.

DÉCLINANT LEUR INVITATION À DÉJEUNER DANS UNE AUBERGE
PRIVÉE À IGHZER AMOKRANE

Le wali de Béjaïa s’emporte contre le chef
de daïra et le maire d’Ouzellaguen
n Invité à déjeuner dans une auberge privée située au bord de la RN26, à Ighzer
Amokrane, au terme de sa visite officielle effectuée lundi dans la daïra d’Ifri-Ouzellaguen, le wali de Béjaïa n’a pas du tout apprécié le geste du chef de daïra et du
P/APC d’Ouzellaguen. Il a décliné l’invitation en lançant : “Je ne suis pas venu ici pour
faire une zerda. Je n’aime pas ça.” Il a aussitôt quitté les lieux en direction du chef-lieu
de wilaya, visiblement irrité.

THÈSE DE DOCTORAT D’UN CHERCHEUR ALGÉRIEN
SOUTENUE À LA SORBONNE

n Un académicien algérien, Ali Guenoun en l’occurrence, a soutenu avec
succès, jeudi, une thèse de doctorat à
la prestigieuse université de Paris 1
Panthéon-Sorbonne. Le doctorant,
qui a présenté sa thèse dans la discipline “Histoire et histoire de l’art et archéologie”, a fait ses recherches sur une
conflictualité interne au nationalisme
radical algérien, en se focalisant sur “la
question berbère/kabyle, de la crise de
1949 à la lutte pour le pouvoir en
1962”. Selon l’historien Daho Djerbal,
M. Guenoun a entrepris ses recherches
sans aucune aide institutionnelle. “Il
vient de soutenir sa thèse au bout
d’un long parcours du combattant.
C’est une contribution importante à
notre histoire contemporaine pour sortir des sentiers battus et des discours
convenus”, a-t-il témoigné.

ARRÊT SUR IMAGE
VU À ALGER

Photo : Ryad Kramdi

“La question berbère/kabyle,
de la crise de 1949 à la lutte
pour le pouvoir en 1962”

Il est midi et demi, cette jeune élève profite du temps qu'il
reste avant la reprise des cours l’après-midi pour faire ses
devoirs, en attendant son bus qui l’emmènera à son école,
dont la plus proche est à trois kilomètres de cet abribus.

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

6 L’actualité en question

LIBERTE

12 PERSONNES SONT MORTES ET DES DISPARUS SUITE À LA CRUE D'UN OUED

Les pluies tuent
encore à Tam
Dispersés dans différents endroits, les corps sans vie des victimes, trois Algériens et neuf ressortissants
subsahariens, ont été repêchés par les éléments de la Protection civile qui ont mobilisé
d'importants moyens pour cette opération d’intervention.

D

rouk,  située respectivement  à 100, 200 et
270 km du chef-lieu de la wilaya. Signalons que
ces fortes averses ont également été à l’origine de coupures d’électricité dans nombre de
localités nécessitant la mobilisation des agents
de la direction locale de distribution de gaz et
d’électricité pour rétablir le courant et évaluer
les dégâts occasionnés par les pluies, lesquelles ont atteint la barre des 22 mm à Tamanrasset et 11 mm dans la zone d’Assekrem,
indique-t-on auprès des services météorologiques de la wilaya. Il convient de rappeler, par
ailleurs, que ce type de catastrophes est prévisible dans toute la région de Tamanrasset, qui
est exposée aux fortes pluies saisonnières. En
février 2012, six bus de transport de voyageurs
ont été emportés par les crues, suite au débordement de l’oued Arak, à 400 km au nord de
Tamanrasset. On avait dénombré, pour mémoire, un mort et les 262 personnes qui se
trouvaient à bord avaient été toutes secourues
par les unités  d’intervention relevant de
l’ANP. Le même scénario s’était reproduit, le
mois d’août écoulé à In Guezzam où l’on a relevé 277 bâtisses détruites et 72 autres partiellement effondrées suite au débordement de
l'oued traversant les quartiers Kounta ouest et
est et la cité des 600-Logements. 

D. R.

ouze personnes ont été emportées par les crues d'Oued
Amsel, suite aux fortes précipitations  enregistrées,  dans
la nuit de mercredi à jeudi,
dans la wilaya de Tamanrasset. Dispersés dans différents endroits, les
corps sans vie des victimes, trois Algériens et
neuf ressortissants subsahariens, ont été repêchés par les éléments de la Protection civile qui
ont mobilisé d'importants moyens pour cette opération d'intervention. Un communiqué
émanant de la direction de la Protection civile a précisé que huit cadavres ont été repêchés
près d'Azerzi et 4 autres près d'Amsel, localités distantes respectivement de 15 et 30 km du
chef-lieu de la commune de Tamanrasset. La
même source a indiqué que les corps sans vie
des victimes ont été déposés à la morgue de
l'établissement hospitalier Mesbah-Baghdadi
pour identification. Les victimes, qui étaient
à bord de deux véhicules utilitaires, auraient
tenté de traverser l’oued en furie lorsqu’elles
furent surprises par les torrents, selon une
source officielle qui a fait part de l’installation
d’une cellule de crise afin de suivre le développement de la situation engendrée par les intempéries à Tamanrasset et dans les autres régions affectées, à savoir Abalessa, Idelles et Taz-

La wilaya de Tamanrasset a enregistré de fortes précipitations dans la nuit de mercredi à jeudi.

RABAH KARECHE

LA CHASSE AUX BIDONVILLES EST LANCÉE

Constantine : pourquoi l’opération
sera-t-elle encore… un échec ?
epuis plus d’une semaine, les
autorités locales, appuyées
par les forces de l’ordre, procèdent dans le cadre d’une opération
de grande envergure à la démolition
des constructions illicites érigées
dans plusieurs quartiers et cités de
la ville de Constantine.
Cette opération est consécutive à
l’exécution du programme du président de la République portant sur
l’éradication totale et définitive des
bidonvilles et visant, par la même occasion, à récupérer les terrains qu’on
peut considérer comme réserves

D

foncières destinés à des aménagements urbains.
Aussi, 164 habitations situées sur les
sites Fellahi 1 et Fellahi 2 implantées
à la cité Ziadia, et dont la construction était “relativement tolérée”, sont
passées sous le bulldozer. Les habitants de ces bidonvilles ont pourtant
été relogés dans de nouveaux logements à la nouvelle ville Ali-Mendjeli, il y a quelques mois déjà.
Ce sont leurs enfants, ou encore
leurs proches parents, qui ont réinvesti les lieux pour pouvoir, à leur
tour, bénéficier de logement social.

Cet état de fait qui a tendance à se répéter à chaque opération de relogement, conjuguée à la manière dont
ces dernières sont menées, révèle, à
plus d’un titre, une politique urbaine incomplète. En effet, le programme en question consiste dans une
première phase au recensement des
habitants qui ont droit au relogement, vient ensuite la phase de la
construction de nouveaux logements et la démolition au fur et à
mesure des baraques. Aussi, selon les
évaluations de ces dernières années, les bidonvilles ont bien été éra-

diqués. Cependant, à l’occasion des
opérations de relogement mises en
branle plusieurs années parfois après
le recensement, les populations ont
déjà beaucoup évolué.
L’on citera, entre autres, le cas des
habitants des quartiers du centre-ville, à savoir Souika, ou encore La Casbah, qui, faut-il le souligner, ont été
recensés il a de cela plus de deux ans,
et qui attendent toujours d’être relogés. L’autre facteur de l’échec de
l’éradication “totale” du phénomène est le relogement des habitants
dans des cités parfois très difficiles

d’accès et éloignées des centresvilles, conçus dans la majorité des cas
exclusivement à accueillir les habitants des bidonvilles, ce qui donne
lieu à des inégalités sociales et culturelles menant, très souvent, à
l’émergence de la violence. Cette situation a été constatée à plusieurs reprises à Constantine, à Ali-Mendjeli notamment où des bénéficiaires de
nouveaux logements ont préféré retourner dans leurs anciens quartiers
au risque même d’en être chassés par
les autorités.
LYNDA N.

IL ÉTAIT EN VISITE À GHARDAÏA

Bédoui appelle à soutenir les investisseurs actifs
e ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a mis
l'accent, jeudi à Ghardaïa, sur la nécessité de soutenir les investisseurs actifs et de promouvoir les petites et moyennes entreprises
(PME), en vue de leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans la dynamique économique national. Les pouvoirs publics doivent
accompagner les investisseurs créateurs de richesses et d’emplois et leur faciliter le terrain,
par la viabilisation et la création des infrastructures de base, afin de contribuer “avec efficience” dans l’économie nationale, a indiqué M. Bedoui, lors d’une visite de travail et d’inspection
d’une journée dans la wilaya.
“Nos entreprises ont une capacité d’investissement mais souffrent de nombreux problèmes
liés au foncier industriel, à la bureaucratie, à
la bonne gestion et à la maîtrise des nouvelles

L

techniques”, a-t-il souligné. En vue de corriger les dysfonctionnements existants, les pouvoirs publics sont déterminés à s’impliquer
pour la mise en œuvre d’un plan d’action visant à réhabiliter les zones industrielles et d’activités, à renforcer la compétitivité des PME
et à assurer leur accompagnement, a assuré le
ministre. Le gouvernement s’est engagé aussi, conformément aux directives du président
de la République, Abdelaziz Bouteflika, et des
instructions du Premier ministre, de créer de
nouvelles zones industrielles intégrées, destinées aux investisseurs et porteurs de projets
créateurs de richesses et de postes de travail,
a-t-il ajouté.
Le ministre a également insisté sur la nécessité de procéder à l’assainissement du foncier
industriel qui constitue, dans plusieurs cas, une
entrave aux investisseurs, et de récupérer les

lots attribués et non exploités, afin de les réorienter vers les vrais investisseurs. “Le foncier
industriel non exploité doit être récupéré et réattribué, à travers l’ensemble du territoire national, et l’État priorise les investisseurs porteurs
de projets réels qui contribuent à absorber le
chômage” a-t-il soutenu.
L’État est déterminé à appliquer les lois de la
République, conformément aux cahiers des
charges d’attribution du foncier industriel, afin
de permettre aux investisseurs potentiels de
créer de la richesse et de générer des emplois
pour les jeunes, a-t-il fait savoir, ajoutant que
“seul le développement et la promotion de l’investissement créateur d’emplois permet de faire face à la baisse des revenus pétroliers et de
relancer notre économie”.
Les responsables locaux ont présenté à la délégation ministérielle les opportunités d’inves-

tissement dans la région de Ghardaïa, à la faveur de différents projets d’infrastructures de
base lancés pour permettre à cette région de
devenir un pôle de développement industriel
régional.
Le ministre de l’Intérieur a appelé, pour sa part,
les opérateurs économiques locaux à tirer profit des programmes d’appui à l’investissement,
maintenant que la région connaît un climat de
quiétude. M. Bedoui a visité, à cette occasion,
le projet de dédoublement du chemin de wilaya n°106 et la zone d’activité de Métlili, des
projets appelés à conforter la dynamique de
développement économique, à donner un
nouvel élan à l’investissement, à améliorer la
compétitivité économique de la ville de Métlili et à renforcer les infrastructures routières
de la wilaya de Ghardaïa, a-t-on expliqué.
R. N./APS

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

L’actualité en question 7
LE MINISTRE S’EN EST PRIS À DES PATRONS DE PRESSE

Grine : “Le journaliste
professionnel bénéficiera
de certains avantages”
Le ministre, qui est intervenu, jeudi, sur les ondes de la Radio nationale, a assuré que la carte de journaliste
professionnel “facilitera l’accès à l’information” à son titulaire et lui permettra, en même temps,
“de bénéficier de certains avantages dans l'accomplissement de sa mission”.

L

tembre, permettra à son détenteur
d’accéder à quelques avantages “substantiels”. Ces avantages concernent
des réductions en matière de téléphonie et d’Internet, de transport
domestique et international et d’hôtellerie.
Pour le ministre de la Communication, l’information officielle est mise
à la disposition du journaliste, estimant qu’il n’y a pas de rétention de
l’information au niveau des institutions publiques, mais “cela dépendait
parfois du journaliste et de la nature
de l’information recherchée”. Il a ajouté que “certaines questions n’avaient
pas lieu d’être posées” notamment
“celles relatives à la vie privée des gens”.
“Nous sommes pour une presse extrêmement libre mais contre certaines dérives, anathèmes, insultes et subversions qui menacent parfois la sécurité du pays”, a-t-il insisté. Le ministre

a également fait part de la probable
élection, avant la fin de l’année en
cours, de l’Autorité de régulation de
la presse écrite, puis du Conseil de
l’éthique et de la déontologie et, enfin, de celle de la Commission permanente de délivrance de la carte du
journaliste. Sur un autre registre et
abordant la situation de la presse, le
ministre s’en est pris “à certains patrons de presse” qui s’enrichissent, au
moment “où les journalistes s’appauvrissent”. Le ministre a invité les patrons de presse privée qui “engrangent
des bénéfices conséquents” à investir
“dans ce domaine”, en même temps
que “dans le sens de l’amélioration des
conditions socioprofessionnelles des
journalistes”. Concernant la presse locale, il a annoncé l’ouverture, le 28 octobre prochain, de la maison de la
presse de Tizi Ouzou.
MOHAMED MOULOUDJ

D. R.

a carte du journaliste professionnel n’est pas un
“simple” document administratif. Selon le ministre de la Communication, Hamid Grine, elle
est le sésame qui ouvrira bien des
portes devant les journalistes, à commencer par l’accès à l’information.
Le ministre, qui est intervenu, jeudi,
sur les ondes de la Radio nationale, a
assuré que la carte de journaliste
professionnel “facilitera l’accès à l’information” à son titulaire et lui permettra, en même temps, “de bénéficier
de certains avantages dans l'accomplissement de sa mission”. “Au-delà du
caractère strictement journalistique
consistant à faciliter l’accès à l’information”, a précisé le ministre que cette carte, “dont 3 000 unités ont été distribuées”, à quelques jours de la clôture de l’opération prévue fin sep-

Le ministre de la Communication, M. Hamid Grine.

LORS DE SON DÉPLACEMENT CE WEEK-END À L’EST DU PAYS

Le patron du FCE salue les dernières mesures du gouvernement
omme annoncé, Ali Haddad et les
membres du conseil exécutif du FCE
étaient en tournée, avant-hier, à Sétif, à
Annaba, à El-Tarf et à Constantine où ils ont
procédé à l’ouverture des bureaux de représentation de l’organisation du patronat algérien dans ces wilayas en présence des walis et
des autorités locales. Lors de ce déplacement,
le président du FCE, qui était accompagné du
président de la Chambre algérienne du commerce et de l’industrie, Laïd Benamor, a pu ren-

C

contrer les opérateurs économiques et les
hommes d’affaires de la région, avec lesquels
il s’est entretnu sur la conjoncture économique
du pays et les opportunités de relance des activités commerciales et industrielles au niveau
local. Évoquant les grandes lignes de la feuille
de route que s’est assignée le Forum, M. Haddad est convaincu qu’il ne pouvait y avoir de
croissance économique en Algérie sans le développement sérieux et soutenu des capacités
de toutes les régions que l’organisation patro-

LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR L’A ANNONCÉ JEUDI
À GHARDAÏA

Des crédits sans intérêts
pour les APC
e ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a indiqué, jeudi à Ghardaïa, que son département ministériel envisageait l'octroi de crédits sans intérêts aux communes à partir du
Fonds de solidarité des collectivités locales.
“Nous envisageons au niveau du ministère l'octroi de crédits sans intérêts aux communes à
partir du Fonds de solidarité des collectivités locales”, a précisé M. Bedoui lors d'une réunion
avec les cadres et les élus de la wilaya de Ghardaïa. Le ministère envisage également de
“transformer ce fonds en banque qui sera
chargée des mêmes fonctions”, a-t-il ajouté.
Le même responsable a affirmé qu'en application des instructions du Premier ministre,
Abdelmalek Sellal, “le Fonds de solidarité des
collectivités locales fera un effort supplémentaire
pour prendre en charge l'aménagement des nouveaux lotissements situés dans les wilayas du
Sud et des Hauts-Plateaux”, indiquant que ce
travail s'effectuerait en coordination avec les
ministères de l'Intérieur et de l'Habitat. En réponse aux préoccupations des élus locaux,
M. Bedoui a promis de trouver des solutions

L

nale a engagées, une réelle dynamique territoriale et un fort déploiement sur le territoire
national. Ceci pour être au plus près de l’environnement des affaires et afin d’être informée
sur les contraintes éventuelles que pourraient
rencontrer les chefs d’entreprise des régions
dans le cadre de leurs activités, expliquera-til. Ali Haddad s’est voulu rassurant quant à la
prise en charge des préoccupations des opérateurs économiques en soulignant que le
Forum a été destinataire d’un document recueilli sur la base des travaux des 28 commissions sectorielles, qui reflètent la réalité des entreprises. “Un document réaliste et complet au
possible, qui a contribué, en partie, à la décision
du principe d’élaborer une loi de finances com-

plémentaire pour l’année 2015, laquelle prévoit
davantage d’actions de la part du gouvernement
en matière de financement des entreprises,
ainsi qu’une baisse de la pression fiscale sur
celles-ci”, se félicitera-t-il. Il ne manquera pas
de saluer au passage les décisions des pouvoirs
publics relatives au foncier industriel, à la dépénalisation de l’acte de gestion et à la lutte
contre l’économie informelle.
Enfin, le patron du FCE a réitéré, lors de son
déplacement à l’est du pays, l’appui du FCE à
l’institution militaire. “La force militaire émane de la force économique. Nous soutenons
toutes les forces militaires et nous sommes à leur
service”, a-t-il affirmé.
SYNTHÈSE CORRESPONDANTS

COMMUNIQUÉ

à tous les obstacles qui entravent le développement au niveau local. Cette annonce intervient quelques jours après celle relative
aux contrats de performance avec les APC auxquels réfléchirait encore le département de
Bédoui.
Lors de la réunion entre le gouvernement et
les walis, il a été résolu de booster le développement local, notamment à travers le renforcement des prérogatives des assemblées
élues, mais aussi la recherche d’une meilleure collaboration entre les commis administratifs et les élus, c’est-à-dire entre les walis,
chefs de daïra et P/APC. Le discours du Premier ministre peut vite être démenti par la réalité, tant est que la loi et la réglementation ne
favorisent pas la liberté d’entreprendre des
élus. Le code communal, dénoncé au demeurant par les élus et leurs chapelles politiques, réduit de manière drastique la liberté
d’entreprendre des élus locaux. Aussi, le discours, nouveau, il faut le relever, de l’Exécutif, resterait lettre morte si le gouvernement
n’amendait pas le code communal.
R. N./APS

Promotion Dubaï “Cabine affaire”
n Air Algérie informe son aimable clientèle de la disponibilité d’un tarif promotionnel sur la
“Cabine affaire” pour la destination Dubaï à l’achat jusqu’au 30 septembre 2015 pour voyager
jusqu’au 26 mars 2016 et pour des séjours allant jusqu’à deux mois.
- Alger-Dubaï-Alger à partir de 79 000 DZD/TTC
- Dubaï-Alger-Dubaï à partir de 3 650 AED/TTC
La franchise bagage accordée est de 40 kg.
Air Algérie rappelle que ce tarif est soumis à conditions dans la limite des sièges disponibles.

HYDROCARBURES

Le pétrole recule à l’ouverture à New York
n Les cours du pétrole ont reculé, hier, vendredi, à l'ouverture à New York, les investisseurs
prenant des bénéfices après la hausse des derniers jours et s'inquiétant pour la demande
chinoise après le statu quo maintenu par la Réserve fédérale (FED). En début d'après-midi, le
cours du baril de “light sweet crude” (WTI) pour livraison en octobre perdait 1,42 dollar
à 45,48 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). En début de semaine, “les
investisseurs avaient sur-réagi à des micro actualités” sur la baisse des stocks de brut et de la
production aux États-Unis, et on assiste désormais à une “correction”, a déclaré un analyste.
En outre, “la Chine pèse sur la demande”, a-t-il ajouté, alors que jeudi la FED a invoqué les
incertitudes économiques venues des marchés émergents et notamment du premier d'entre
eux, la Chine, pour justifier le maintien à un niveau proche de zéro de ses taux d'intérêt. Cela
donne l'impression que la FED est passée d'une dépendance aux statistiques économiques
(américaines) à une dépendance à la Chine et aux marchés émergents.
APS

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

8 L’actualité en question

LIBERTE

DISPARITION DU PETIT ANES À MILA

La piste de l’enlèvement
confirmée
Selon l’équipe des enquêteurs, la trace du petit Anes disparaît après environ 100 mètres de la maison
de ses grands-parents. Ce qui signifie que le garçon a été embarqué en voiture.
hypothèse de l’enlèvement se confirme :
le petit Anes Berdjam, introuvable depuis le mardi 15 septembre, a été enlevé à
proximité du domicile de ses grandsparents maternels au quartier ElKouf, au nord de la ville de Mila, selon la Gendarmerie nationale, qui
avait, dès jeudi matin, joint une brigade cynophile pour participer aux recherches. Selon cette équipe d’enquêteurs, la trace du petit Anes disparaît après environ 100 mètres de la
maison de ses grands-parents.
“Les trois chiens dressés de la brigade
cynophile de la gendarmerie cessent de
flairer et de déceler l’odeur du petit garçon après 100 mètres de la maison de
son grand-père. Cela signifie qu’il a été
embarqué en voiture, après avoir été
conduit jusque-là à pied”, expliquera
une source des services de sécurité

L’

proche de l’enquête. Pour leur part,
les services de police envoyés sur le
terrain, dès mardi, ont procédé à
l’arrestation de trois individus, originaires tous les trois de la ville de
Mila. “L’enquête avance”, nous dira,
ce vendredi au téléphone, le lieutenant
Mohamed Frahta. Les services de la
Protection civile ont, de leur côté, vidé
cinq puits d’eau dans la région, soupçonnés de contenir le corps de Anes.
“Mais aucune trace de l’enfant recherché n’a été retrouvé jusqu’à ce vendredi”, précise la police qui a passé au
peigne fin tous les vergers et les reliefs
de la région. Pour leur part, des dizaines de citoyens de la ville ont organisé, après la prière de vendredi,
une marche en signe de compassion
et de solidarité avec la famille de la
victime et demandé aux services judiciaires d’appliquer les plus lourdes
peines à l’encontre des ravisseurs. Le
chargé de communication de la po-

lice appelle, par ailleurs, les citoyens
à contribuer aux recherches et à ne
pas céder à l’intox afin de ne pas démoraliser davantage les parents du
jeune garçon.
À ce juste propos, Frahta nous
dira : “La rumeur qui a circulé mercredi au sujet de Anes, le donnant pour
mort, a failli tuer sa mère. Donc, je demande aux citoyens d’être prudents et
de vérifier l’information avant de la véhiculer.” Rappelons qu’Anes, âgé de
5 ans, est venu de Chelghoum Laïd à
Mila en compagnie de sa mère pour
un petit séjour familial chez ses
grands-parents maternels à El-Kouf,
quartier du nord de la ville de Mila.
Il s’agit, désormais, avec la confirmation de la thèse de l’enlèvement,
pour les services de sécurité d’intensifier les recherches afin de retrouver
le petit Anes et d’arrêter le ou les ravisseurs.
KAMEL BOUABDELLAH

Le jeune Anes Berdjam a disparu depuis le 15 septembre.

BÉJAÏA

Les habitants de Feraoun chassent un imam salafiste
n imam salafiste officiant à la mosquée du village de Feraoun, chef-lieu communal situé à 30 km de Béjaïa, a
été renvoyé par la population, la semaine dernière, at-on appris auprès du maire de la municipalité, Karim
Aghouiles. Originaire de la région de Oued Souf, cet imam qui
prônait un islam radical depuis son arrivée à Feraoun, il y a
six années de cela, a fini par susciter la colère des villageois, qui
ont décidé d'initier une pétition à son encontre, adressée aux
autorités concernées, dont la direction des affaires religieuses
et des waqfs de la wilaya de Béjaïa. Profitant de l’hospitalité et
de la générosité des habitants de cette région, l'homme religieux
a pu décrocher un logement gratuit avant de se marier avec une

U

jeune femme originaire d’une commune limitrophe, Bouandas (wilaya de Sétif), affirme notre source. Après avoir gagné
la sympathie des villageois, il a commencé à prêcher un discours salafiste en remettant en cause la pratique religieuse laissée par son prédécesseur, feu Cheikh Tahar, un imam tolérant
et ouvert d'esprit. “L'ancien imam (que Dieu ait son âme), originaire d'Ath Ourtilane, qui a vécu 42 ans ici, jouissait d'un très
grand respect pour son ouverture d'esprit, sa tolérance et sa probité. Spécialisé dans la jurisprudence, il avait beaucoup contribué au développement et à la promotion de sa langue maternelle, tamazight”, affirme l'édile de Feraoun qui se déclare,
d'ailleurs, solidaire avec ses concitoyens dans leur démarche

visant à “chasser” cet imam salafiste. Ce dernier, en voulant
mettre en œuvre son plan “diabolique”, qui consistait à remettre
en cause toutes les traditions et coutumes ancestrales de cette région de Kabylie, est allé jusqu'à décréter le changement
du nom du village, estimant que la dénomination “Feraoun”
datait d’avant l’islam ! Voilà donc la goutte qui a fait déborder le vase. La colère, qui s'emparait jusque-là des fidèles, a fini
par se généraliser. Les habitants du village Feraoun estiment
que cet imam a franchi le Rubicon. D'où l'idée de le renvoyer
de leur village commençait à prendre forme. Et finalement, ils
ont eu raison de lui. 
KAMAL OUHNIA

LE MINISTRE DES RESSOURCES EN EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT À CHLEF

Le dessalement de l’eau de mer pour soulager l’agriculture

D. R.
M. Abdelouahab Nouri, ministre des Ressources en eau et de l’Environnement.

e problème des perturbations
dans l’alimentation en eau potable dans la wilaya de Chlef

L

devrait être résolu grâce à la mise en
service de la station de dessalement
de l’eau de mer (Sdem) de Maïnis, à

une cinquantaine de kilomètres à
l’ouest du chef-lieu de la commune
de Ténès.
Le ministre des Ressources en eau et
de l’Environnement, Abdelouahab
Nouri, qui inspectait, jeudi, cette station dans le cadre de la visite de travail qu’il a effectuée dans la wilaya,
a déclaré que cette infrastructure est
considérée comme l’un des grands
projets pour lesquels l’État a déployé
de grands moyens.
“Cette réalisation a coûté à l’État 500
millions de dollars, pour s’ajouter aux
10 autres actuellement en exploitation à travers le territoire national, et
permettra à toute la population locale
des 17 communes des 35 que compte la wilaya de Chlef de rompre définitivement avec les pénuries d’eau potable”, a-t-il assuré.

Abdelouahab Nouri a ajouté que le
secteur de l’agriculture bénéficiera de
cette Sdem puisque les eaux des
deux barrages de Sidi-Yakoub dans
la commune d’Oued Ben Abdelkader et d’Oued Fodda, outre celles des
retenues collinaires et des forages, seront destinées à l’irrigation des terres
agricoles du périmètre du grand
Cheliff, tout en reconnaissant l’énorme retard qu’a connu la réalisation
du projet.
Mise en service depuis trois mois
seulement, la Sdem de Maïnis alimente déjà en AEP toute la ville de
Ténès et touche, progressivement, le
reste des 17 communes après une période d’essai dont les résultats ont été
concluants, selon de nombreux
cadres du secteur de l’hydraulique de
la wilaya. “D’une capacité totale de

200 000 m3/j, cette station ne fournit
pour le moment que 50 000 m3/j en
attendant l’achèvement, avant la fin
de l’année, du reste des travaux en
cours”, soulignent des responsables
techniques chargés de la gestion de
cette Sdem.
Pour le ministre, qui a également visité plusieurs infrastructures qui relèvent de son secteur, dont le centre
d’enfouissement technique d’Oum
Drou, le parc de loisirs au centre-ville de Chlef et le barrage d’irrigation
d’El-Brihiyines, la wilaya de Chlef a
franchi de nombreuses étapes en
matière de réalisation d’infrastructures hydriques et autres relatives
à la protection de l’environnement
“en comparaison avec d’autres
wilayas du pays”.
AHMED CHENAOUI

UN HOMME ARRÊTÉ ET DES ARMES DE GUERRE SAISIES À RELIZANE

“Loup solitaire” ou “tête de pont” de Daech ?
e procureur de la République près le tribunal de Relizane a placé sous mandat de dépôt, à la fin de la semaine
écoulée, un individu mis en examen pour détention
d’armes et de munitions de guerre et apologie d’actes terroristes par le biais de supports vidéo, apprend-on de bonnes
sources. Les faits remontent au 13 septembre dernier quand

L

les éléments de la Police judiciaire, agissant sur renseignements,
ont investi le domicile du suspect et procédé à son arrestation.
La perquisition qui s’en est suivie a permis aux enquêteurs de
mettre la main sur deux pistolets automatiques, des munitions,
une tenue de combat ainsi que des supports vidéo contenant
des enregistrements faisant l’apologie d’actes terroristes, no-

tamment ceux de l’État islamique. Loup solitaire ou agent recruteur de Daech ? Pour des raisons liées sans doute au secret
de l’instruction, nos sources n’ont pas fourni plus d’informations sur le parcours du terroriste neutralisé ou sur ses éventuels liens avec la nébuleuse terroriste.
M. SEGHIER

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Dossier 9

LA DÉVALUATION DU DINAR COMMENCE À SE FAIRE RESSENTIR AU QUOTIDIEN

Où va l’argent des Algériens ?
L’Algérie doit casser sa tirelire pour continuer à importer le blé, la poudre de lait, la voiture, le médicament,
le téléviseur, les équipements des usines, une partie de son carburant à la pompe, les services de conseil…
vec le même dinar d’il y a un
an, elle ne peut plus acheter
sur les marchés extérieurs la
même quantité de produits
et de services. Pour certains
produits, la surfacturation atteint les 30%. Pour acquérir une marchandise qui vaut 1 dollar US, l’Algérie doit débourser
106 DA au
lieu de 70
Par :
DA comMOURAD KEZZAR
me cela a
été, il y a une année de cela. Et sur le marché
interne, les ménages commencent à sentir, eux
aussi, cette perte de la valeur du dinar à travers
une mercuriale toujours en hausse. Lors de cette rentrée, synonyme aussi de dépenses liées
à l’entame de la nouvelle année scolaire, à l’arrivée à échéances de certaines factures ainsi
qu’aux fêtes de l’Aïd El-Adha, l’Algérien
constate qu’avec le même budget d’il y a une
année, il ne peut espérer retourner chez lui avec
la même quantité et qualité de marchandises
et services.
La chute de la valeur du dinar n’est pas étrangère à cette situation plus que pénalisante pour
les Algériens. Avec une économie quasi dépendante des importations, la perte du pouvoir d’achat du dinar par rapport aux devises
étrangères, essentiellement le dollar, se répercute sur celle des ménages, en particulier,
et de l’économie nationale en général.
Cette chute de la valeur du dinar algérien ne
laisse pas indifférente l’opinion publique : politiques et spécialistes vont chacun de son analyse et commentaires.
Si pour les uns, cette chute de la valeur du dinar traduit la mauvaise passe dans laquelle se
trouve l’économie nationale, pour d’autres, cela
fait ressortir, aussi, une façon “subtile” des pouvoirs publics de jouer sur les écritures afin de
donner une image d’un pays en bonne santé
financière.
En l’espace d’une année, le prix du baril a perdu la moitié de sa valeur réduisant, presque
dans la même proportion, les recettes en devises du pays desquelles dépend, à hauteur de
98%, le financement de son économie.
Face à la diminution des ces recettes pétrolières,
l’Algérie est obligée de puiser dans ses réserves
de changes pour éponger les déficits. La diminution des réserves de changes est syno-

(Tableau 2 : Simulation pédagogique d’une
dévaluation du dinar).

A

Actif de la
Banque d’Algérie réserves
de changes

D. R.

nyme, pour le pays, de la perte d’un des
moyens de “support fictif” de la valeur du dinar. Et ainsi, la dévaluation de ce dernier est
devenue incontournable.
(Tableau 1 : Modèle simplifié et pédagogique
des comptes de la BA).
Actif
Or
Devises étrangères

Passif
Billets en circulation
Dépôt du public

Prêts nets au Trésor Dépôt des banques
Prêts aux banques

Pour les autres, la chute de la valeur du dinar
est volontaire et découle d’un jeu d’écritures
comptable visant à donner à la finance nationale une fausse-bonne santé afin de maintenir au vert les agrégats macroéconomiques
malgré la réalité amère de l’économie du
pays.
Selon ces derniers, en diminuant la valeur du
dinar par rapport au dollar, on se crée une augmentation fictive des recettes de la fiscalité pétrolière, donc des recettes du pays.
On donne l’impression que les comptes ne sont
pas aussi déséquilibrés qu’ils le sont et que le
père de famille dispose toujours dans ses
poches de quoi continuer à ramener le pain
quotidien à ses enfants.

1 dollar pour
100 dinars

7000

rer sa monnaie, en particulier, et
l’ensemble de son économie, en
général, avec les mêmes réflexes du
début du siècle dernier et par le recours à des leviers devenus, au fil
des crises, obsolètes. La valeur de
la monnaie algérienne, le dinar, est
administrée, ne reflétant pas les
réalités du marché.
Depuis les années 1970, elle est
fixée par rapport à un panier
d’une quantité de devises étrangères et indexée au dollar. En
1995, une première libéralisation
a été entamée quand il a été décidé de sa convertibilité commerciale. Si l’écart entre les taux de
change officiel et informel du dinar est important, c’est bien parce que le premier est maintenu ar-

tificiellement à son niveau actuel.
En situation de crise, les moyens
d’entretenir la fausse bonne santé de la monnaie nationale viennent de faire défaut et l’écart entre
les deux valeurs diminue dans le
sens où c’est la valeur officielle ou
nominative qui tend vers celle
dite informelle ou marchande.
En Algérie, ce qui donne de la valeur au dinar, ce n’est ni le niveau
de performance de l’économie
nationale ni celui des entreprises
créatrices de la richesse mais bien
le niveau du stock en or, évalué actuellement à 174 t, et celui des devises étrangères, générées par les
recettes des hydrocarbures, détenus par la Banque d’Algérie.
Il suffit que les ventes de pétrole et

Cette dévaluation volontaire rend chers les produits importés, diminue leur compétitivité sur
le marché interne, recule la demande des
consommateurs, freine la sortie des devises, et
partant, aide à limiter la saignée.
En fin de compte, les deux avis convergent plus
qu’ils ne divergent. Cette importante chute de
la valeur du dinar est la résultante de la crise
économique dans laquelle le pays s’enlise depuis le dernier trimestre de 2014. Le recours
du gouvernement à cette dévaluation ne peut
être considéré comme une simple tentative de
maquillage du tableau du patrimoine de la
Banque d’Algérie. Le gouvernement n’est pas
dans la posture de faire des choix, car il n’en
a pas d’autres que ce qu’il a déjà pris afin de
limiter la casse. Construite en faisant fi de la
vérité des prix, y compris celui du dinar,
l’image de l’économie algérienne a de tout le
temps était artificielle, elle n’est pas l’apanage
de 2015.
M. K.

DÉVALUATION DU DINAR

Le rêve d’un “made in Algeria”
compétitif !

de gaz ramènent moins de dollars
pour que nos stocks en devises diminuent, entraînant le recul de la
valeur du dinar. Et, d’année en année, de décennie en décennie et de
crise en crise, nous constatons
que ni le pétrole ni l’or détenus
dans nos coffres et placés ailleurs
ne sont une condition suffisante
pour assurer la solidité de notre
économie. Le monde a changé, les
sciences économiques ont évolué
et la thésaurisation n’est plus cette garantie assurance qui nous
épargne des jours difficiles. C’est au
modèle de notre développement
économique et des ressources humaines de porter en eux-mêmes les
sources de notre salut.
M. K.

MOURAD K.

Capital et réserves

D’où le dinar algérien tire-t-il
sa valeur ?

D

7000

n Pour se développer à l’international, donc
acquérir de nouvelles parts de marché à
même de booster la production nationale et,
partant, augmenter les chances de création
de la richesse et de l’emploi, une économie, à
l’échelle macroéconomique, et une
entreprise, à l’échelle microéconomique, ont
besoin de produits et de services
compétitifs. Une compétitivité qui peut être
assurée par les qualités intrinsèques du
produit à exporter, la façon de sa
distribution, celle de faire sa promotion et,
enfin, son prix de cession. Un dinar faible
rend le produit “made in Algeria” à la portée
de l’acheteur potentiel à l’international.
Mais cela reste du domaine de la sciencefiction et des rêves pour, au moins, deux
raisons. La première est que le taux
d’intégration de l’économie algérienne ne
dépasse pas les 20%. D’où un dinar faible
tire vers le haut les coûts de la production
plus qu’il ne tire vers le bas les prix de
cession sur les marchés internationaux. La
seconde est que l’Algérie n’a pas investi, et
n’est toujours pas prête “culturellement” à le
faire, dans les secteurs demandant peu
d’inputs à importer tels que l’agriculture et
le tourisme. Restons dans la science-fiction
et imaginons un Français qui pense passer
des vacances en Algérie ou en Tunisie.
Supposons qu’un tour-opérateur mondial
lui propose un séjour d’une semaine dans
un hôtel 4 étoiles en all-inclusive soit en
Algérie soit en Tunisie. Avec 1 euro pour 100
dinars algériens et 1 euro pour 50 dinars
tunisiens, c’est le produit algérien qui est
compétitif… en théorie seulement et juste
pour rêver. Le même exemple peut être
transposé aux produits agricoles algériens
mais toujours dans les rêves, car dans la
réalité, nous sommes plutôt confrontés à un
cauchemar nommé la rente ainsi que le
mensonge des prix et le discours populiste
qu’elle favorise !

DANS UNE ÉCONOMIE EN MAL DE MODERNISATION

e 1986 à ce jour, toutes les
tentatives de créer une
économie indépendante
des hydroPar : MOURAD K. carbures se
sont avérées être des discours de circonstances dictés sous l’effet des crises
conjoncturelles plus que des énoncés de programmes politiques
adoptés pour venir à bout de la véritable crise et pour relever le véritable défi, soit la construction
d’une nation moderne économiquement, certes, mais aussi politiquement. Aujourd’hui, 70 ans
après les accords de BrettonWoods et 40 ans après les réformes du système monétaire international, l’Algérie continue à gé-

Passif
de la Banque
d’Algérie

100 dollars 1 dollar pour
US
70 dinars

70 dollars US

Quel que soit son budget, l’Algérien se débat pour faire face aux besoins de sa famille.

Taux de
change

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

10 Contribution

LIBERTE

CONTRIBUTION

Donner un pouvoir
aux communes
Après vingt-six années de libéralisme économique, la rente pétro-gazière continue à financer les budgets
des collectivités locales d’où le gouvernement prélève chaque année près de 75% de sa fiscalité pétrolière
sans remettre en question ce choix budgétaire depuis, afin de promouvoir une politique fiscale dont son assise
une économie locale, afin de prendre la bonne voie du redressement économique de l’après-pétrole.
ans cette nouvelle donne,
l’Algérie est en train de faire face à deux éléments induits notamment par le système rentier : la crise budgétaire et les réformes. Cela,
doit nécessairement nous interpeller à cette occasion sur la question de la gestion locale
consistant à apporter
Par : ABACI
des éclairages et réveiller
M’HAMED (*) les consciences absolument vitaux pour l’avenir de notre développement durable et ce, dans le cadre d’une réelle démocratie plurielle. C’est là où se manifestent effectivement les bases d’une bonne
gouvernance socio-économique du pays pour
que notre pays retrouve sa vitalité et évolue vers
une économie diversifiée régionales et un
équilibre régional pour la bonne gestion territoriale du pays.
C’est là, le grand drame de notre pays quand
on sait d’un côté, que ce système reste à
construire, et de l’autre que l’Algérie est dépendante à 98% de la rente pétro-gazière est
aujourd’hui fragilisée financièrement et économiquement à cause de l’effondrement des
prix du baril de pétrole sur les marchés mondiaux appelés à s’accentuer dans les mois ou
les années à venir notamment avec le retour
de l’Iran, voire l’Irak sur les marchés mondiaux. Il ne fait pas de doute que la crise énergétique en cours est un sacré choc pour ceux
qui croyaient à la rente éternelle.
En effet, parler de la gestion locale à l’ère de
l’exercice de la démocratie et du pluralisme politique en Algérie, c’est soulever en premier lieu
la place et le rôle de la commune comme étant
le symbole de la souveraineté nationale dans
l’ordre politique, économique et social. À ce
titre, la commune reste, bien évidemment, le
cœur de la problématique de la politique
économique de l’État en tant qu’acteur direct
de l’Algérie profonde et qui, aujourd’hui,
constitue un rouage stratégique de la gestion
locale dans la vie économique et sociale parce qu’elle se trouve en première ligne face à la
population dans le processus de l’équilibre socio-économique et la bonne représentation de
la volonté du peuple. Elle est donc certainement, l'une des tâches prioritaires décisives à
l'heure où on vit dans une culture selon laquelle
l’État, c’est l’économie doit régler les problèmes
socio-économiques avec l’argent de la rente pétro-gazière.
Oui en effet, l’administration et l’Assemblée
populaire communale ne tiennent pas le
même langage, ne sont pas imprégnés dans la
même culture de gestion, car l’administration
fonctionne sur des considérations de formalisme administratif notamment où la gestion
des communes reposent encore en grande partie sur l’administration locale qui étouffe l’action et l’initiative des APC. Alors, que les regards sont braqués sur le P/APC que ce soit
ceux des citoyens parce qu’il est l’interlocuteur
pour régler leurs problèmes, ou ceux de l’administration parce qu’il est le garant des politiques publiques dans sa commune. Cela impose des réformes axées sur les besoins d’un
développement local pluraliste dont la société civile, les notables et l’élite locale sont les piliers stratégiques pour développer les politiques
publiques et un moyen politique dans le processus de la lutte contre la corruption et l’instauration de l’équilibre des pouvoirs locaux visant à assurer le pluralisme politique et la garantie des droits et libertés d’initiatives locales.

D

D. R.

En effet, combien d'élus locaux issus de toutes
tendances politiques sont passés aux commandes des APC/APW sans que cela ait apporté un quelconque projet de développement
socio-économique comme une alternative
vecteur de valeurs ajoutées complémentaires
aux plans de relance initiés par l'État si ce n'est
grâce aux recettes des hydrocarbures. Faut-il
alors rappeler que nos communes recèlent
d’énormes potentialités et de ressources naturelles mais, qui restent inexploitées en l'absence d'offres et d’activités industrielles et commerciales au moment où près de 40% de la
masse monétaire à croire que le marché informel qui prospère grâce à la “chkaraconnexion” circule en dehors des circuits des
recettes fiscales complémentaires pour nos
communes que pour nos banques. Il est souhaitable de mobiliser toute l'intelligence pour
une meilleure gouvernance locale avec la nécessaire participation de l'élite locale comme
source de savoir, d'expertise, de connaissances ou de résolutions de problèmes.
En effet, la force d'un pays ne réside pas aujourd'hui dans l'importance des moyens financiers, mais bien plus dans la valeur des
hommes et leurs méthodes dont ils gèrent et
contrôlent les ressources. Il est évident qu’on
se rend compte que nos APC sont restées comme une administration manquante de management, de stratégies et de capacités d’anticipations.
À vrai dire, il n’y a pas l’enjeu d’une vision
d'économie politique qui puisse stimuler et faire émerger une économie locale pour valoriser les ressources communales et répondre aux
nouvelles exigences de la société. Notamment, nos élus, composés de toutes tendances
politiques, se contentent d’une approche politico-administrative caractérisée par une
idéologie socialiste et partisane choix du passé toujours présent et ignorent tout de l'économie marquée par l’attitude de la mentalité
beylicale (étatique). Nos communes se meurent et plongent davantage dans les problèmes quotidiens. Ce qui a généré incontestablement les subventions, les transferts sociaux qui représentent aujourd’hui 60 milliards
de dollars soit 30% du PIB, et enfin les protestations et les fléaux sociaux comme nous le
verrons dans les lignes qui suivent.

Pour l'avenir de notre pays, à l’heure des
grandes mutations que connaît le monde
dans l'évolution du progrès des sociétés, il est
d’urgence de mettre en avant le rôle accru de
l'APC dans la gestion et le développement économique territorial, c'est-à-dire, la commune
à placer au cœur de la région pour une
meilleure gestion territoriale qui revêt une importance stratégique pour le développement
et l’équilibre des régions. Cela dit, la nouvelle donne de la commune exige un ensemble de
conditions et de critères, qui consistent surtout à permettre d’optimiser et de valoriser l’espace territorial pour préparer l’ère de l’aprèspétrole et, par conséquent, pour qu’elle puisse assurer sa pérennité et la bonne gestion territoriale. Dans cette nouvelle approche de gouvernance publique, on ne peut gouverner
une commune si on n’est pas dans un environnement de culture qui plaide justement, le
renforcement de l’édifice républicain, la démocratie et le développement d’économies régionales diversifiées face aux nouvelles mutations structurelles de la société algérienne et
aux évolutions du progrès des sociétés dans le
monde.
Cette question d’une importance majeure, car
la commune devient aujourd’hui un enjeu national qui doit être au cœur de la politique économique nationale pour fonder une économie
régionale harmonieuse et prospère qu’il faut
ériger en modèle de gouvernance du pays en
vue de rendre cohérent et intégré l’équilibre
régional aux plans économique et social qui est
de mise dans la transition vers une économie
de marché. Tout cela exige au préalable des
compétences et de l’intégrité parce que leurs
listes ne sont pas encore représentatives. En effet, la réussite d’un tel processus dépend d’un
principe de gestion en vue d’imposer une grande responsabilisation aux APC où notamment,
un président d’APC doit être d’abord une personnalité et un homme de foi, de civilité et de
grande sagesse respectueux de la population,
de l’échelle des valeurs des gens et doit rendre
hommage à ceux qui ont beaucoup donné à la
commune et au pays.
Aussi, il s’agira de restructurer et corriger un
découpage administratif qui ne reposait pas,
à notre humble avis, sur des critères de viabilité économique et d’environnement juridicoadministratif, causes des déséquilibres et des
tensions socio-économiques actuelles. Donc
un effort doit être entrepris dans le cadre du
nouveau découpage administratif dans le Sud
qui sera suivi d’un autre dans les mêmes
formes dans les Hauts-Plateaux en 2016 et enfin d’un dernier dans le nord du pays en 2017.
Dans cette optique, nous attendons de la
mise en place de nouvelles règles et mécanismes d’une politique locale et régionale
laissant développer les initiatives et accroître
les compétences locales avec plus d’État de
droit et de démocratie participative évinçant
les gestions autoritaires et bureaucratiques entravantes. Attribuer ainsi une nouvelle dimension à l’intérêt des Assemblées populaires
communales (APC), élues majoritairement à
la tête de la commune, elles appliquent un programme socio-économique pour servir une
cause d’intérêt général des citoyens leur permettant de déployer en toute autonomie une
gestion-responsable des indicateurs économiques, financiers, sociaux et culturels.
Tenant compte de ces indicateurs nous aurons
toutes les chances d’impulser la vie économique et sociale au niveau de chaque com-

mune pour un nouveau modèle de croissance et de développement d’une économie de
l’après-pétrole. C’est dans ces domaines stratégiques qu’elles sont appelées à établir et développer des rapports bien établis avec l’administration, missions dont sont investis les
walis, la société civile et les élites locales qui,
jusqu’ici, ont peu évolué, car nous nous rendons compte que l’économie locale est quasi
inexistante dans le processus des plans de développement local initiés par l’État où un
manque à gagner important en matière de
création d’entreprises locales, de richesses,
d’emplois, de revenus fiscaux, de valorisation
des ressources, d’efficacité et de rationalité de
la dépense publique, de rentabilité du patrimoine public, etc., et enfin, d’une culture politique dépassée dans la mesure où la gestion
d’une commune se fait par l’esprit beylical au
moment où le pays est traversé par une crise
sévère de la chute brutale des prix du baril de
pétrole.
On ne peut qu’être inquiet pour l’avenir de
notre pays, car nous devons être conscients des
conséquences fâcheuses de l’après-pétrole où
l’actualité internationale braque ses feux actuellement sur une tendance des prix du pétrole à la baisse telle qu’il serait difficile de préserver au-dessus de 60 dollars le baril. Cela va
sans dire que l’Algérie plonge aujourd’hui dans
une phase de turbulences où les rapports
structurels et la société seront perturbés qui impose une plus grande conscience de responsabilisation aux élus locaux dont ils sont élus
pour qu'ils puissent s'adapter aux objectifs d'un
meilleur développement économique local,
ayant pour base économie et société. “Quand
la commune va, tout va.” En effet, d'un côté,
les Assemblées populaires communales (APC),
ne sont pas encore adaptées aux évolutions de
la société algérienne et aux changements dans
le contexte des mutations socio-économiques
extrêmement rapides et mondialisées. Elles
continuent à fonctionner au rythme d'une administration fortement bureaucratisée, encombrante et limitée beaucoup plus à une mission d'état civil et d'hygiène.
De l'autre, elles sont confrontées à un important déficit en capacités managériales et d'anticipation, difficilement à assumer face aux
nouvelles mutations socio-économiques du
pays. Ce qui a occasionné une crise de confiance et morale avec les populations et causant
émeutes et manifestations en tous genres au
moment où nos communes sont aujourd'hui
dans l'obligation de s'ouvrir au contrôle populaire et répondre aux exigences de plus en
plus fortes en satisfactions des besoins sociaux
et de développement humain où des écarts importants dans la bonne gouvernance de leurs
ressources locales dont une productivité agricole parmi les plus faibles au monde qui
échappe presque totalement aux APC.
Ce qui interpelle sur l'urgence du fonctionnement et de la gestion des communes pour
concrétiser les aspirations des citoyens et des
politiques publiques sur le terrain tendant à lutter contre le chômage, la pauvreté, le gaspillage
et l’exclusion sociale, cela d’une part, et,
d’autre part, c’est bien la lutte contre l’esprit
d’irresponsabilité et la dilution des responsabilités qui font désordre entre celles qui relèvent des fonctions fonctionnelles et celles
qui relèvent des fonctions de l’opérationnel (le
pouvoir parallèle).
A. M.-H.
(*) AUTEUR ET FINANCIER

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Culture 11
L’ISLAMOLOGUE SAÏD DJABELKHIR À “LIBERTÉ”

“Les Ulémas ont détruit de larges pans
de la tradition soufie en Algérie”
Auteur de deux ouvrages sur le soufisme, “Soufisme et création”, publié en 2007 au Caire, et “Soufisme, religion et
référent religieux” (2011), Saïd Djabelkhir est un islamologue et un chercheur en islamologie. Rencontré dimanche dernier
à Mila, où il a participé au Festival national des Aïssaoua, le chercheur a bien voulu répondre à nos questions.

D. R.

Liberté : Que représente le Festival national des Aïssaoua pour le chercheur
que vous êtes ?
Saïd Djabelkhir : Le festival présente
un programme musical soufi. Pour
moi, ce proEntretien réalisé par : g r a m m e
KAMEL B.
constitue
une matière première pour la recherche spécialisée. Les troupes qui interprètent ce programme musical
sont des troupes confrériques et non
folkloriques, ce qui confère à leur activité une importance capitale pour
mes études.

Saïd Djabelkhir, chercheur en islamologie

Quelle différence trouvez-vous entre
les troupes confrériques et les troupes
folkloriques ?
La troupe folklorique s'intéresse au côté
musical relatif au spectacle. La troupe
confrérique en revanche s'intéresse

beaucoup plus au côté spirituel d'une
musique particulière qui est la musique soufie.
Aujourd'hui, on assiste à un retour
en force des zaouïas à l'échelle nationale. Cela remet-il en cause tout
le travail effectué par la société des
Ulémas de Ben Badis ?
La société des Ulémas, par ignorance,
a détruit de larges pans de la tradition
soufie en Algérie. Les confréries ont
une importance capitale dans le développement et la conservation du legs
culturel national. Entre le XVe et le XVIe
siècles, après la chute de l'État des Almohades, c'étaient les confréries qui
ont pris la société en charge dans les
domaines de l'enseignement, de l'emploi et même sur le plan sécuritaire.
Des études historiques confirment
qu'avant 1830, l'État algérien n'avait ja-

Participation de la pièce
Zahrat El-Oued à la
manifestation Constantine
capitale de la culture arabe
2015

L

APS

Mise à l'honneur des instruments à cordes
maîtrise de l'instrument, ainsi que
par de belles ouvertures du champ
vocal dans des interprétations aux
tessitures étendues. Vivace essai de
la Symphonie n° 82, l'Ours de J.
Haydn, quatre pièces de W. A.
Mozart dont le célèbre Don Giovanni, Larghetto du concert pour
piano et orchestre à cordes de Paul
Angerer, La veuve joyeuse et Duo
Hanna et Danilo Lippen Schweigen
de F. Lehar sont les pièces présentées par le Concilium Musicum
Wien. Le Quatuor Dahlkvist de
musique de chambre, venu de Suède, est entré en scène dans une atmosphère solennelle, mettant à
l'honneur les instruments à cordes
et la mélancolie de leurs sonorités
dans des interprétations marquées
par la dextérité et la rigueur dans
l'interprétation. Cajler Bartosz Tomasz, Dahlkvist Kersti Lisen,
Dahlkvist Jon Andreas et Dahlkvist
Anna Agnes ont exécuté une seule œuvre de A.Sallinen et cinq
autres de V. Aulin, alliant la difficulté technique à la beauté mélodique et aux variations harmoniques. En troisième partie de soirée, l'Orchestre de chambre du
Théâtre national de Prague et ses
douze musiciens soutenant la cantatrice Eliska Prazakova, une soprane à la voix cristalline et les so-

Concilium Musicum Wien, orchestre à cordes représentant l'Autriche.

listes Kristina Nouzovska au violon
alto et Petr Nouzovski au violoncelle, ont proposé au public nombreux une randonnée onirique, à
travers les œuvres de J. A. Reichnauer, G. F. Handel, G. P. Telemann, A. Dvorak et A. Zach. Respectivement, les pièces Concert en
ré mineur pour violoncelle, cordes et
basse continuo, Ombra mai fu pour
soprano et cordes, Concert en sol
majeur pour alto, cordes et basse
continuo, Air petite lune dans le ciel
profond pour soprano et cordes et
Symphonie en do dur pour cordes
ont fait le programme judicieusement choisi par l'ensemble tchèque.
Dans une atmosphère recueillie,

Pensez-vous que la société algérienne au XXIe siècle manifeste toujours de l'intérêt pour la culture
soufie ?
Il existe une jeunesse, aujourd'hui,
qui manifeste de l’intérêt pour l'art spirituel des Aïssaoua.
Cependant, selon mes observations
personnelles, la mojorité de cette population qui fait le déplacement au festival s’intéresse plus aux aspects folkloriques qu'à autre chose. J'aurais
aimé que les jeunes fans de cet art s’intéressent également à ce qui est spirituel, qui n'est pas moins beau, ni
moins enrichissant.
THÉÂTRE RÉGIONAL D'OUM EL-BOUAGHI

7e FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE SYMPHONIQUE

es orchestres symphoniques
d'Autriche, de Suède et de République tchèque ont successivement ravi, jeudi, le public du
Théâtre national MahieddineBachtarzi (TNA) à travers trois
concerts dédiés exclusivement aux
instruments à cordes et des interprétations marquées par la rigueur
académique.
Dans le cadre du 7e Festival culturel international de musique symphonique, ouvert le 12 septembre
à Alger, les trois formations européennes ont présenté un florilège
d'œuvres célèbres, écrites par de
grands noms de la musique universelle.
Le Concilium Musicum Wien, orchestre à cordes représentant l'Autriche, et ses sept musiciens ont exécuté sept pièces, permettant aux
mélomanes présents de redécouvrir
le génie créatif de Joseph Haydn
(1732-1809), Wolfgang Amadeus
Mozart (1756-1791), J. P.Angerer
(un nom étroitement lié à l'histoire de la création de l'orchestre) et
Franz Lehar (1870-1948). Christoph Angerer au violon alto, la
cantatrice Heidi Manser, soprane
à la voix suave, et le baryton Georg
Lehner, au timbre vocal présent,
soutenus par la pureté de l'orchestration, ont brillé de virtuosité et de

mais dépensé un sou pour l'enseignement. Cette mission sociale,
c'étaient les zaouïas qui la remplissaient.

l'assistance a pu apprécier, près
de deux heures durant, les programmes des trois formations, se
laissant emporter par les envolées
phrastiques des instruments à
cordes et les chants limpides des
vocalistes.
Le public du 7e Festival culturel international de musique symphonique s'apprêtait à vivre, hier vendredi, au TNA, l'avant-dernier soir
de cet événement avec les prestations attendues du Japon, des PaysBas (présent en Algérie pour la première fois) et de la Tunisie, invité
d'honneur de cette édition.
APS

n Les répétitions et les
réparatifs concernant la pièce Zahrat ElOued (rose de l'oued) qui représentera la
wilaya d'Oum El-Bouaghi dans le cadre de
la manifestation culturelle
“Constantine capitale de la culture arabe
2015” ont débuté au Théâtre régional
d'Oum El-Bouaghi, a confié le directeur du
théâtre Akidi-Mohamed. Cette
production de Abbas Islam Abbas dont le
texte est de Berkane Faïza, verra la
participation d'une panoplie de comédiens
à l'exemple de Benboussaha Kenza, Feriak
Amina, Khamsa Mbarkia, Yasmine Abassi,
et bien d’autres artistes. À rappeler que
cette œuvre constitue une activité
complémentaire de la
production théâtrale 2015 du TR d’Oum ElBouaghi. Le texte de la pièce comporte plus
de 13 scènes, concrétisant un appel sincère
à bannir les différends et s'autocritiquer
avant de critiquer l'autre. L'appel insiste
aussi sur le pardon, la conciliation afin que
règne l'humanisme et ses vertus. Les
événements de la pièce en question feront
l'objet d'une trentaine de représentations,
notamment, le 1er, le 2 et le 30 octobre
prochains sur les palanches du Théâtre
régional de Constantine. Il y aura aussi
une dizaine de représentations sur les
planches du Théâtre régional d'Oum ElBouaghi. La troupe sera, entre autres, sur
les planches du Théâtre national d’Alger et
donnera un total de 14 représentations à
l'échelle nationale.  
K. MESSAAD    

PRÉPARATIFS DU FESTIVAL DU CINÉMA MÉDITERRANÉEN DE ANNABA

15 pays ont déjà confirmé leur participation
n visite de travail et d’inspection à Annaba, mardi dernier, le secrétaire général au ministère de la culture, Ismaïn Oulebsir a fait le tour des infrastructures retenues
pour accueillir les activités entrant dans le cadre
du Festival du cinéma méditerranéen prévu du
3 au 10 décembre 2015. Le secrétaire général
a indiqué que le ministère de la Culture a enregistré jusqu’ici la confirmation de leur participation de15 pays méditerranéens, sur les 18
invités et que ceux-ci  se présenteront à la date
retenue chacun avec un film.
Constatant l’engouement affiché par les pouvoirs publics devant l’organisation d’une tel-

E

le manifestation dans leur ville, après trente
longues années d’absence, le représentant du
ministère s’est déclaré confiant quant à la réussite dudit festival, malgré les délais relativement
courts qui ont été impartis aux organisateurs
pour sa préparation.   Ismaïn Oulebsir était accompagné des autorités locales et des représentants du secteur au niveau de la wilaya de
Annaba.
D’ailleurs, il a pu constater de visu que les travaux d’aménagement et de rénovation des
salles du théâtre Azzedine-Medjoubi, de la bibliothèque communale, ainsi que celles de la
maison des arts, de la culture et de la ciné-

mathèque du boulevard du 1er-Novembre
1954 ont été entamés et qu’ils se poursuivent
à la cadence souhaitée pour être au rendezvous à la date fixée pour cet événement culturel
et artistique.
L’unique point noir relevé par l’envoyé spécial
du ministère de la Culture au cours de cette
tournée d’inspection concerne le non-équipement encore de certaines salles, alors que
celles-ci doivent être fin prêtes, d’ici le mois
d’octobre.
Le wali de Annaba Youcef Charfi a, pour sa
part, instruit les entreprises en charge des travaux de rénovation pour la livraison dans les

délais en insistant surtout et aussi sur leur qualité. Les organisateurs du festival indiquent
quant à eux que des tables rondes ayant pour
thème principal  “L’immigration clandestine”,
un phénomène qui a frappé de plein fouet les
rives de Annaba, depuis plus d’une décennie
déjà, faisant des dizaines de victimes, sont au
programme des festivités.
De même, que des films hors compétition devraient être projetés à la salle du cinéma d’ElHadjar au profit des détenus des pénitenciers
d’El Allelik et Bouzaâroura de Annaba.
B. BADIS

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

12 Sport

LIBERTE

USMH

LIGUE DES CHAMPIONS

Fortunes diverses
pour Soudani, Brahimi
et Feghouli

es inconditionnels
Harrachis sont très
satisfaits non seulement des résultats de
leur équipe qui occupe seule la première
place au classement général de la
Ligue 1 Mobilis, mais aussi de la
nouvelle direction qui, selon
certains d’entre eux, est en train
d’effectuer un grand travail,
comme ils nous l’ont révélé hier
au cours d’une discussion du
coté du Parc, lieu de rencontres
des supporters. 
“Le fait que l’équipe est leader du
championnat, c’est déjà une
bonne chose pour le groupe qui
est très motivé psychologiquement pour conserver cette place ;
ce travail est le fruit du staff technique conduit par Boualem
Charef qui a redynamisé le groupe, mais aussi celui de notre nouveau président âami Abldekader
Mana qui gère dans une totale
transparence ; depuis le début de
cette saison, on n’a pas entendu
un seul joueur se plaindre, tout le
monde est satisfait des conditions
de travail, puisque les joueurs

L

À LA RECHERCHE D’UN
CONCURRENT À GHOULAM

D. R.

n Les trois internationaux algériens
engagés en Ligue des champions
d'Europe de football : Hilal Soudani,
Yacine Brahimi et Sofiane Feghouli, ont
connu mercredi soir des fortunes diverses
avec respectivement Dynamo Zagreb, FC
Porto et FC Valence à l'occasion de la
première journée de la phase des
poules.  C'est Soudani qui s'en est le
mieux sorti après la victoire surprise à
domicile de son club croate face aux
Anglais d'Arsenal (2-1). Le meilleur
buteur en activité de la sélection
algérienne, a joué tout le temps de la
partie.  Faute d'ouvrir son compteur buts
dans cette phase, le joueur algérien a été
passeur décisif dans l'action du
deuxième but de son équipe qui n'avait
plus gagné un match de Ligue des
champions depuis 16 ans. Brahimi, quant
à lui, est revenu avec un nul du
déplacement de son équipe portugaise,
FC Porto face au Dynamo Kiev (Ukraine).
Les Portugais sont passés à côté d'une
victoire après avoir concédé le but
d'égalisation dans les derniers instants
du match (2-2).  Le milieu offensif
algérien, meilleur buteur de Porto dans
cette épreuve la saison passée, a été
aligné d'entrée avant d'être remplacé à la
78e. Pour sa part, Feghouli et sa formation
espagnole Valence ont réalisé une
mauvaise affaire en s'inclinant à
domicile contre les Russes de Zénith SP
(2-3). Lui aussi titulaire dans ce rendezvous, le milieu offensif algérien n'est pas
allé au terme de la partie, il a été
remplacé à la 71e.

Aït-Ouamer forfait
face au DRBT

sont régularisés au même titre
que les différents staffs de l’équipe ; cela nous rassure sur l’avenir

de l’équipe”, nous ont affirmé fièrement les Harrachis qui étaient
en pleins préparatifs pour le

déplacement à Tadjenanet. “On
va envahir la ville de Tadjenanet
pour soutenir notre équipe, vous
voyez bien qu’on se prépare activement à ce déplacement, on est
convaincu que seule l’USMH
peut mettre un terme à la bonne
série
de
résultat
de
Tadjenanet.”  Pour cette rencontre, l’entraîneur Charef ne
pourra pas compter sur son
meneur de jeu Hamza AïtOuameur qui sera absent pour
une blessure au niveau de la cheville, une absence qui risque de
peser sur le groupe non seulement sur le terrain mais aussi au
sein de l’équipe composée en
majorité de jeunes joueurs qui
ont toujours besoin d’un joueur
comme Aït-Ouameur pour les
encadrer, il est leur leader, cela
ne diminue toutefois en rien, le
mérite des Khalalfalh, Meziane,
Chaal, qui sont décidés plus que
jamais à épingler le DRBT chez
lui pour conserver cette place de
leader ; une mission délicate
mais pas impossible.
R. A.

ALORS QUE BOUZIDI MISE SUR UNE VICTOIRE

Menad et le préparateur physique
quittent le NAHD

Hachi, la solution ?

n Considéré comme le joueur le plus
utilisé par le coach Madoui, Farès Hachi
est devenu au fil des matches un pion
essentiel du onze de l’Aigle Noir. Outre
son penchant offensif, l’ancien joueur de
Grenoble Foot 38 est autant efficace
défensivement. Il a d’ailleurs fait vite
oublier aux supporters un certain Lagraâ
contrairement à d’autres joueurs dont le
départ est encore ressenti comme
Mellouli et Demou en défense ou Djahnit
dans l’animation. Du côté de Aïn El
Fouara, on n’écarte pas l’idée que le coach
national Christian Gourcuff fasse appel à
lui si le joueur garde cette régularité. Le
sélectionneur n’ayant pas encore trouvé
un véritable concurrent de Ghoulam au
poste d’arrière gauche, le pensionnaire
ententiste pourrait constituer une des
solutions d’autant plus que le joueur est
formé en France et du coup il ne va pas
trouver beaucoup de soucis pour
s’adapter à la philosophie et la manière
de travailler de l’ex-entraîneur du FC
Lorient.

omme prévu, Salim Menad, qui assumait les fonctions d’entraîneur adjoint
du désormais ex-entraîneur du
NAHD, Abelkader Yaïche, a quitté lui aussi la
barre technique du NAHD au même titre que
le préparateur physique ; l’information nous
a en fait été confirmée par l’actuel coach
Youcef Bouzidi qui regrette ce départ.
“J’ignore les raisons ayant motivé le départ
précipité de Salim Menad ; j’ai dit, lorsque le
président Ould-Zemirli m’a confié la barre
technique, que je suis favorable à un staff technique élargi, d’autant plus que la réglementation relative au football professionnel nous
permet de disposer de cinq personnes sur le
banc de touche ; j’ai dit alors qu’avec mon

C

F. R.

éfait trois fois en quatre matches, le
Mouloudia d’Oran n’aura d’autre alternative que  “la gagne” aujourd’hui face au
Chabab de Belouizdad pour éviter une implosion
aux conséquences inconnues. Battue à la régulière
par une USMA menée par un intenable Belaili,
l’équipe de Jean-Michel Cavalli mise, ainsi, énormément sur le double avantage du terrain et du
public pour (enfin) décrocher une première victoire à l’occasion de cette cinquième journée de
championnat. Car, s’il est vrai que le MCO a déjà
disputé trois de ses quatre premiers matches de la
saison à l’extérieur, il est tout aussi vrai que l’inquiétante perméabilité défensive des Oranais n’est
pas vraiment étrangère à ce début d’exercice laborieux. Pas épargné par les critiques au lendemain
de la défaite à Bologhine, l’entraîneur français du
MCO sait, d’ailleurs, pertinemment que tout
autre résultat qu’une victoire rassurante face au
CRB d’Alain Michel fragiliserait grandement son
actuel statut d’homme fort de la bâtisse mouloudéenne et approfondirait encore davantage le
fossé entre lui et son président. En technicien
expérimenté, Jean-Michel Cavalli n’ignore, du
reste, nullement que ce choc face au Chabab

D

R.A.

JEUX AFRICAINS 

MCO : Une première victoire
ou une énième crise !

AMRANI DE RETOUR AU MOB

n C’est peut-être l’un des rares
entraîneurs à avoir pris le meilleur
devant le coach Madoui au cours des
dernières saisons. C’est du vieux briscard,
Abdelkader Amrani qu’il s’agit et qui est
de retour au MOB après le départ du
Suisse Alain Geiger. Annoncé à un
certain moment comme futur coach de
l’ESS après que Madoui ait décidé de
quitter le navire avant de revenir à des
meilleures sentiments, Amrani va sans
doute essayer de débuter son come-back
chez les Crabes avec un bon résultat et
confirmer sa suprématie face au jeune
technicien ententiste  qui verrait d’un
mauvais œil une nouvelle contreperformance contre son “bourreau”. Un
face-à-face qua va certainement
constituer l’une des attractions de ce duel
entre Sétifiens et Mobistes en attendant
la grande explication en finale de la
Super-Coupe d’Algérie qui aura lieu le
1er novembre au stade Chahid-Hamlaoui
de Constantine.

chambouler un peu l’équipe rentrante pour
insuffler une nouvelle dynamique au groupe”, nous a affirmé hier Bouzidi, l’homme des
situations délicates. Pour sa part, Bilel Dziri
est très ému de retrouver de nouveau le stade
du 20-Août d’Alger avec son club formateur.
“C’est vrai, il y aura de l’émotion demain
lorsque je franchirai le portail du stade du 20Août, là où je jouais avec le NAHD avant de
rejoindre l’USMA ; on tentera de faire une
belle entame pour replacer le NAHD à une
place honorable au classement général”, ajoute encore Dziri qui, faut-il le souligner, avait
entamé la saison avec le RC Arba avant de le
quitter après deux défaites consécutives.

CLASSIQUE ENTRE DOYENS DE L’ÉLITE À ZABANA

F. R.

Madoui défi
son “bourreau”

adjoint Bilel Dziri, Athmane Toual, entraïneur des gardiens de but, Salim Menad et le
préparateur physique, il y a de la place pour
tout le monde ; malheureusement, ces deux
personnes n’ont plus donné signe de vie ; je le
répète encore, le l’ignore encore. On est donc
obligé de travailler avec les membres qui sont
sur place pour tenter de créer le déclic à partir
du match qui nous opposera aujourd’hui face
à la JSS chez nous au stade du 20-Août ; on
veut bien entamer notre parcours avec une
victoire qui va faire beaucoup de bien aux
joueurs, notamment sur le plan psychologique
; ils ont besoin de renouer avec les victoires
pour oublier les trois défaites consécutives
enregistrées en ce début de saison ; je vais

demeure bel et bien le premier important tournant de “sa” saison dans la mesure où un succès
cet après-midi lui permettrait d’aborder les derbies suivants face au RCR et à l’ASMO en toute
sérénité et avec un appétissante envie d’enchaîner
trois succès de rang qui remettrait “son” MCO sur
le devant de la scène. L’indémodable classique
entre les doyens de l’élite algérienne avec 52 ans
de présence parmi l’élite pour chacun des deux
antagonistes offrira, en outre, l’occasion au public
mouloudéen de revoir deux de ses anciens joueurs
auxquels le club d’El-Hamri a  “fait un nom”, à
savoir Feham Bouazza et Hamza Nekkache.
Ayant déjà été  “trahis”  par leurs anciens chouchous et autres Oranais qui leur déclarent leur
flamme dans les journaux mais qui n’hésitent pas
à secouer leurs filets dès que l’occasion se présente à l’image de Youcef Belaili, Sid-Ahmed Aouedj,
Noureddine Deham, Baghdad Bounedjah, Salim
Boumechra, Tayeb Berramla et avant eux Haddou
Moulay et Sofiane Hanitser, les Hamraoua ne
cachent, du reste, plus leurs appréhensions quant
à la motivation supplémentaire qui devrait animer, aujourd’hui, la paire Feham-Nekkache…  
RACHID BELARBI

Makhloufi se
contente de la
deuxième place 

n L’Algérien Taoufik Makhloufi a
pris la médaille d'argent de
l'épreuve du 800m, lors de la
finale disputée, mercredi soir au
stade du complexe sportif de
Kintélé à Brazzaville, pour le
compte des 11es Jeux africains-2015.
Makhloufi a couru la course en 1’
50’’ 72, derrière le vainqueur Amos
Nijel du Botswana (1’ 50”45) et
devant le Kenyan Kinyor Job en 1’
50” 79. “Je n’ai pas commis d’erreur
de positionnement. Nijel Amos qui
est un spécialiste du 800m possède
la meilleure performance
mondiale de tous les temps sur la
distance. Il était tout simplement
plus fort ce soir”, a déclaré en toute
sportivité, Makhloufi aux envoyés
de l’APS à Brazzaville et de
poursuivre : “Je suis satisfait de
cette médaille d’argent et je vais
continuer ma préparation en
prévision de mon principal objectif
qui est les Jeux olympiques de 2016
à Rio”. 

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Sport 13
CHAMPIONNAT DE LIGUE 1
MOBILIS :
RCA 1 - USMB 1

MENAD ET BRACCI PRESSENTIS POUR DRIVER LE MOULOUDIA

Vers le départ
de Jorge et Valdo
a demande de diplôme
d’équivalence de l’entraîneur adjoint du
Mouloudia d’Alger,
Valdo, a été, encore
une fois, rejetée par la
DTN de la FAF. Il faut dire que le directeur technique national, Taoufik
Korichi, a trop attendu le Brésilien.
Il lui a accordé le temps qu’il faut
pour ramener un diplôme d’équivalence, mais encore une fois, Valdo a
présenté un diplôme d’entraîneur
signé par l’association des entraîneurs brésiliens.
Ce diplôme n’est pas valable puisque
la DTN exige la licence CAF A ou ses
équivalences pour les entraîneurs
des Ligues 1 et 2. “Valdo nous a présenté un diplôme d'entraîneur signé
par l'association des entraîneurs brésiliens, or la réglementation en vigueur
stipule que le document doit être délivré exclusivement par la fédération
de son pays ou la Confédération à laquelle le Brésil est affilié qui est la
Concacaf”, explique korichi.
Pour rappel, Valdo était contraint, et
ce, depuis le début de saison, de
suivre les rencontres du MCA depuis
la tribune faute de diplôme valable.
Le DTN a révélé que Valdo n’aura jamais de licence. “Dans le cas où il ne
nous ramènerait pas le diplôme requis,
il ne bénéficiera jamais d'une licence.
Nous ne pouvons pas piétiner la ré-

L

Archives Liberté

Archives Liberté

glementation”, a-t-il ajouté. Pour sa
part, le président du Mouloudia, Abdelkrim Raïssi, est catégorique
concernant le cas Valdo. “Pour ce qui
est de l’historie des diplômes, on ne
peut pas piétiner le règlement. Dans le
cas où la demande du diplôme de Valdo serait rejetée, nous serons obligés de
nous séparer de lui”, précise Raïssi. Et
comme la DTN a justement refusé le
dossier de Valdo pour la seconde fois
consécutive, Raïssi va sûrement se séparer du Brésilien. 
“Si la DTN a décidé que le diplôme de
Valdo n'est pas valable, nous n’aurons
pas le choix, nous ne pourrons pas garder un entraîneur qui ne pourra pas
rester sur le banc. Demain (aujourd’hui, ndlr), Il y aura une réunion avec
le staff technique. Il est fort probable
qu’on se sépare de Valdo, mais il se

pourrait aussi qu’Artur Jorge ne
veuille pas rester à cause du départ de
son adjoint, car les deux hommes
travaillent de manière collégiale”, nous
a affirmé le premier responsable du
MCA, une manière d’insinuer que
tout le staff va quitter le MCA, et non
pas seulement Valdo. C’est désormais
clair comme de l’eau de roche, Artur
Jorge et Valdo ne vont pas poursuivre
leur aventure avec le MCA, même en
ayant réussi à gagner l’ASMO (2-0).
À cet effet, notre source indique que
deux noms sont sur le calepin de
Raïssi  : Djamel Menad et François
Bracci. Deux entraîneurs qui connaissent bien la maison mouloudéenne
pour y avoir déjà travaillé. Même si
le premier nommé est le mieux placé et fait l’unanimité chez les
membres du CA. L’identité du nou-

Équitable

vel entraîneur pourrait être dévoilée
avant l’Aïd, car les Vert et Rouge auront un match très important à disputer lundi 28 septembre face à
l’USMH. Par ailleurs, les camarades
de Chita ont renoué avec le succès
jeudi dernier face à l’ASMO (2-0), un
match avancé de la 5e journée du
Championnat de Ligue 1 Mobilis. Un
succès qui remet un peu l’équipe
sur les rails après deux résultats négatifs face à la JSS (0-0) et à l’USMB
(1-0). “Certes, ce n’est pas encore le top
pour mon équipe, ce qui importait aujourd’hui, c’était la victoire. J’espère
que cette victoire va libérer l’équipe.
On jouera les premiers rôles, et le fait
de ne pas perdre des points à domicile est très important. On fait le maximum pour que tout le monde travaille
dans de bonnes conditions, et les
joueurs et le staff, pour avoir derrière de bons résultats. Néanmoins, si
j’échoue dans ma mission, je risque de
me retirer”, souligne Raïssi.
Enfin, il est à noter que la reprise des
entraînements est prévue pour aujourd’hui à Hadjout.
SOFIANE MEHENNI

Programme des rencontres
Aujourd’hui à 18h :
Oran (Zabana) : MCO - CRB 
Constantine : CSC - USMA
Alger : NAHD - JSS
Tizi Ouzou : JSK - RCR
Sétif : ESS - MOB
À 16h30 : Tadjenanet : DRBT - USMH

EN DÉPIT DE L’ABSENCE DE YESLI, SEDDIKI ET FERRAHI AU MILIEU DU TERRAIN

Bijotat exige un premier succès contre le RC Relizane
vec une maigre cagnotte de
deux petits points récoltés en
quatre matches de championnat, la JS Kabylie n’aura pas le
droit à l’erreur, ce soir, dans son
antre habituel du 1er-Novembre où
elle attend de pied ferme l’un des nouveaux promus, le RC Relizane pratiquement logé à la même enseigne
avec trois points seulement à son tableau de bord.
Pour aspirer à une première victoire
salutaire de la saison et tenter d’assurer le déclic tant attendu en présence de leur fidèle public, les dirigeants de la JSK ont réglé la situation
financière de tous leurs joueurs et de
tous les membres du staff technique,
cette semaine, surtout que le dernier
match nul arraché de haute lutte la semaine passée à Alger face au CRB
aura mis du baume au cœur dans le
camp kabyle.
“Effectivement, tous les joueurs et les
employés du club ont été payés rubis
sur l’ongle lundi dernier et ils ne doi-

A

vent plus trouver la moindre excuse
pour donner le meilleur d’eux-mêmes
afin que la JSK retrouve sa verve et sa
sérénité”, dira le président Hannachi
qui estime que “la JSK possède un effectif capable de rivaliser avec les
meilleurs clubs de Ligue 1” et exige “la
victoire coûte que coûte dès ce soir face
au Rapid de Relizane”.
De son côté, le coach français de la
JSK, Dominique Bijotat, semble
quelque peu optimiste pour décrocher sa première victoire de la saison
même s’il redoute, au fond de luimême, les conséquences que pourrait
engendrer l’absence de trois de ses
joueurs-clés au milieu du terrain, en
l’occurrence Yesli qui se trouve toujours en France auprès de sa famille
alors que Ferrahi est blessé et Seddiki est suspendu après son expulsion
sévère de samedi passé face au CRB
pour cumul de cartons.
Et pour remplacer tant bien que mal
son “brelan d’as” au milieu de l’échiquier kabyle, l’ex-Monégasque comp-

te faire appel au jeune Raiah crédité
d’une bonne prestation face au CRB
aux côtés de l’international olympique
Gagaâ et de l’ex-Harrachi Boumechra
qui souffrait du dos en milieu de semaine mais qui semble finalement
bon pour le service afin d’apporter
son expérience et son abattage dans
l’entrejeu kabyle.
“Certes, nous serons handicapés par
ces trois absences de taille mais je pense que nous avons des solutions de rechange pour aborder ce match contre
Relizane dans de bonnes conditions”,
dira Bijotat qui pense changer de dispositif tactique à cause de toutes ces
absences ce qui l’amènera à opter certainement pour un 4-3-3 et jouer ainsi l’offensive à outrance pour aspirer,
dès ce soir, à un premier succès salvateur de la saison.
“Le moral est au beau fixe car le bon
résultat ramené samedi dernier d’Alger face au CRB qui est une bonne
équipe nous a remis en confiance et je
pense que les gars sont véritablement

prêts à se défoncer sur le terrain pour
glaner trois précieux points qui devraient permettre à la JSK de se remettre sur orbite”, dira Bijotat qui, aux
dernières nouvelles, a pu visionner
sur vidéo l’équipe de Relizane pour
avoir une idée précise sur la valeur et
surtout la manière de jouer de l’adversaire.
“Sincèrement, je pense avoir une idée
sur cette équipe de Relizane et j’estime que nous avons les moyens de l’emporter face à cet adversaire car nous
n’avons d’autre choix que d’arracher
coûte que coûte les trois points de la
victoire pour accroître notre capital
confiance et repartir de plus belle”,
conclut Bijotat qui a regroupé, depuis
hier ses joueurs dans leur nouveau fief
de concentration situé à l’hôtel “Les
deux palmiers” de Draâ Ben-Khedda
et a programmé, hier, à l’heure du
match (18h), une dernière séance
d’entraînement pour procéder aux ultimes réglages de son équipe.

Résultats partiels
du championnat
de la Ligue 2 Mobilis
(5e journée)

MCO : une première victoire ou une énième crise !

D

méabilité défensive des Oranais n’est pas vraiment
étrangère à ce début d’exercice laborieux.
Pas épargné par les critiques au lendemain de la
défaite à Bologhine, l’entraîneur français du MCO
sait, d’ailleurs, pertinemment, que tout autre résultat qu’une victoire rassurante face au CRB
d’Alain Michel fragiliserait grandement son actuel
statut d’homme fort de la bâtisse mouloudéenne
et approfondirait encore davantage le fossé entre
lui et son président.
En technicien expérimenté, Jean-Michel Cavalli
n’ignore, du reste, nullement que ce choc face au
Chabab demeure bel et bien le premier important
tournant de “sa” saison dans la mesure où un suc-

NASSER ZERROUKI

MOHAMED HAOUCHINE

CLASSIQUE ENTRE DOYENS DE L’ÉLITE À ZABANA
éfait trois fois en quatre matches, le Mouloudia d’Oran n’aura d’autre alternative
que “la gagne” aujourd’hui face au Chabab de Belouizdad pour éviter une implosion aux
conséquences inconnues.
Battue à la régulière par une USMA menée par un
intenable Belaïli, l’équipe de Jean-Michel Cavalli
mise, ainsi, énormément sur le double avantage du
terrain et du public pour (enfin) décrocher une première victoire à l’occasion de cette 5e journée de
championnat.
Car, s’il est vrai que le MCO a déjà disputé trois
de ses quatre premiers matches de la saison à l’extérieur, il est tout aussi vrai que l’inquiétante per-

n Le derby de la Mitidja, le
premier dans l’histoire du
championnat de Ligue 1 Mobilis
qui s’est joué hier au stade
Tchaker de Blida et qui a mis aux
prises deux clubs mal classés à
savoir le RC Arba à son hôte
l’USM Blida, s’est achevé sur un
score de parité, un but partout,
dans un match qui a été
équitable et où le fair-play a
régné sur la pelouse et dans les
tribunes.
La première mi-temps fût stérile
puisqu’aucune équipe n’est
parvenue à prendre le dessus sur
l’autre malgré quelques
occasions de part et d’autre.
Score à la mi-temps : zéro
partout.
De retour des vestiaires, les 22
acteurs reviennent sur le terrain
déterminés à trouver la faille et
marquer des buts. Le nouveau
coach de l’Arba, Yanckovic, qui a
retrouvé le banc de touche et
dont ce match était le premier
test à la barre technique,
effectue son premier
changement, poste par poste, en
faisant sortir Khaled pour le
remplacer par Taïb.
Ce changement est fructueux et
surtout judicieux puisque à la
52’, ce même Taïb effectue une
série de dribbles avant de passer
le cuir à son coéquipier Meziane,
lequel remet d’une talonnade
sur Taïb.
Ce dernier tire, le gardien de
Blida renvoie de la main la balle
sur Guislain, lequel ne se fait
pas prier pour mettre le ballon
au fond des filets pour ouvrir le
score en faveur de l’Arba. La
riposte de l’USMB ne se fait pas
attendre puisque à la 59’
Bedrane des 20 mètres fusille le
gardien Merbah qui, des deux
mains, dégage difficilement en
corner. Amiri exécute le corner,
le cuir atterrit sur la tête de
Bedrane qui remet les pendules
à l’heure.
Le match s’emballe encore une
fois et on assiste à une bataille
rangée au milieu de terrain. Les
Blidéens plus entreprenants et
bien organisés ont failli inscrire
un second but à maintes
reprises n’était le brio de
Merbah et de ses deux axiaux,
Cherchar et Zaâlani, qui
veillaient au grain. Le temps
s’écoule et aucune équipe n’a pu
ajouter ce second but qui devait
lui permettre de remporter le
derby.
L’arbitre Benouza qui a dirigé le
match d’une main de fer siffle la
fin sur le score nul (1-1). Ce nul
arrange beaucoup plus les
Blidéens qui totalisent 5 points
alors que l’Arba cale toujours en
bas du classement et ferme la
marche avec seulement deux
points.

cès, cet après-midi, lui permettrait d’aborder
les derbys suivants face au RCR et à l’ASMO
en toute sérénité et avec une appétissante
envie d’enchaîner trois succès de rang qui
remettraient  “son” MCO sur le devant de la
scène.
L’indémodable classique entre les doyens de l’élite algérienne avec 52 ans de présence parmi l’élite pour chacun des deux antagonistes offrira, en
outre, l’occasion au public mouloudéen de revoir
deux de ses anciens joueurs auxquels le club
d’El-Hamri a  “fait un nom”, à savoir Feham
Bouazza et Hamza Nekkache.
RACHID BELARBI

OM Arzew - US Chaouia
0-1
CRB A. Fekroun - JSM Skikda 3-2
USMMHadjout-CABB Arréridj 0-2
Paradou AC - AS Khroub
0-1
MC Saïda - JSM Béjaïa
1-1
Amel Boussaâda - CA Batna 2-1
Aujourd’hui :
À El-Eulma (stade M. Zougar) :
À (18h) :
MC El-Eulma - USM Bel-Abbès
À Médéa (stade Imam-Lyès) :
À (16h30) :
O. Médéa - ASO Chlef

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

14 L’internationale
EN ATTENDANT
UNE SOLUTION
POUR LES RÉFUGIÉS
AU SEIN DE L’UE

L'Europe
balkanique
et centrale
se barricade

R. I./AGENCES

MÊME S’ILS ONT LIBÉRÉ LE PRÉSIDENT DE LA TRANSITION ET LES MINISTRES

Les putschistes
se maintiennent au
pouvoir au Burkina Faso
Les condamnations unanimes de la communauté internationale du coup d’État opéré mercredi au Burkina Faso n’ont pas fait reculer les putschistes, lesquels se sont limités à promettre
d’organiser “rapidement” des élections prévues à l'origine en octobre prochain.
n attendant, ils ont annoncé hier matin qu’“en signe d'apaisement et d'intérêt général, le Conseil national pour
la démocratie a décidé la libération des
ministres et la libération de Michel Kafando”. Ainsi, le président de la transition du Burkina Faso, Michel Kafando, qui était
séquestré par les militaires qui l'ont destitué, a été
libéré jeudi soir, mais pas son Premier ministre
Isaac Zida, ont annoncé hier les putschistes dans
un communiqué. Les dirigeants de la transition
burkinabè étaient retenus depuis mercredi aprèsmidi par des soldats qui avaient fait irruption en
plein Conseil des ministres. Aux dernières nouvelles, seul le Premier ministre Isaac Zida n'a pas
été libéré et reste “en résidence surveillée”, a précisé à des journalistes le nouvel homme fort du Burkina, le général Gilbert Diendéré, qui a officiellement pris la tête des putschistes jeudi. Pour rappel, le lieutenant-colonel Zida est l'ancien numéro deux du Régiment de sécurité présidentiel
(RSP), l'unité d'élite de l'armée qui a perpétré ce
nouveau coup d'État. Il avait été porté au pouvoir
l'an dernier après la chute du président Blaise Compaoré. Perçu comme l'homme de l'armée au sein
de la transition, le Premier ministre a vu ses relations avec le RSP se brouiller rapidement, au
point que des officiers supérieurs de ce régiment
avaient exigé sa démission à plusieurs reprises cette année, provoquant même des troubles. Ceci
étant, la libération des dirigeants de la transition,
qui était exigée depuis mercredi par la communauté
internationale, a bien eu lieu, mais les putschistes
se maintiennent au pouvoir, en dépit des condamnations unanimes de toutes les instances internationales. Dans l’espoir de faire plier les chefs putschistes, deux chefs d'État africains étaient attendus hier à Ouagadougou, dans l’espoir de
convaincre Gilbert Diendéré de rendre le pouvoir
aux dirigeants de la transition. Il s’agit du président
sénégalais Macky Sall, dirigeant en exercice de la
Communauté économique des États d'Afrique de
l'Ouest (Cédéao), et de son homologue béninois
Thomas Boni Yayi. Pour rappel, M. Sall avait déjà
été l'émissaire de la Cédéao lors du soulèvement
populaire qui avait chassé du pouvoir en octobre
2014 le président Compaoré après 27 ans à la tête
du pays. Et M. Boni Yayi était le médiateur désigné par la Cédéao pour les élections présidentielle et législatives qui étaient programmées le 11 oc-

E

D. R.

n L'Europe balkanique et
centrale se barricadait hier
pour empêcher les passages de
migrants, après la fermeture
par la Croatie de sept de ses
huit passages frontaliers avec
la Serbie, la pose de nouvelles
clôtures par la Hongrie et
l'arrêt des liaisons ferroviaires
en Slovénie. Depuis le
verrouillage de la frontière
serbo-hongroise par la Hongrie
mardi avec une double rangée
de barbelés, les réfugiés qui
fuient les guerres en Syrie et
Irak et affluent vers l'Europe
occidentale tentent de se frayer
un chemin par d'autres pays, la
Croatie et la Slovénie
notamment. Depuis mercredi
matin, Zagreb a compté 13 000
migrants entrés en Croatie par
la Serbie. Le pays, qui se dit
“saturé”, a annoncé la
fermeture “jusqu'à nouvel
ordre” de sept postes frontières.
Néanmoins, le flot est loin de
s'être tari. Des autobus avec des
migrants à leur bord sont
arrivés dans la nuit de jeudi à
vendredi à Sid, dans le nord de
la Serbie, à la frontière avec la
Croatie. Hier matin, la Hongrie
a annoncé la pose de la
première clôture de barbelés à
sa frontière avec la Croatie. La
petite Slovénie, membre de
l'Union européenne et de
l'espace Schengen, qui ne
compte que deux millions
d'habitants, se préparait
d'ailleurs vendredi à recevoir le
flux des migrants détournés
par les barricades tout juste
érigées chez ses voisins. Dans
l'immédiat, le pays a suspendu
tout trafic ferroviaire avec la
Croatie au moins jusqu'à hier
soir, tout en préparant tentes et
abris. La fermeture des
frontières dans cette partie de
l'Europe maintient la pression
sur l'UE, dont les dirigeants se
retrouveront le 23 septembre à
Bruxelles pour tenter de
surmonter leurs divisions face
à cette crise. Par ailleurs, des
chiffres publiés hier par
l'agence officielle de
statistiques Eurostat indiquent
que les États membres de l'UE
ont reçu 213 200 demandes
d'asile d'avril à juin 2015, soit
une hausse de 85% par rapport
au nombre de requêtes
déposées au second trimestre
2014.

Des troupes sont positionnées à l'extérieur du palais présidentiel à Ouagadougou.

tobre. À Ouagadougou, la circulation était moins
intense que d'habitude, mais avait repris tout de
même hier matin, bien que de nombreux magasins
restaient fermés. La ville n'était plus étroitement
quadrillée, comme la veille, par les hommes du RSP,
qui avaient tiré jeudi pour disperser les attroupements, faisant au moins trois morts et une soixantaine de blessés, selon une source hospitalière. Par
contre, des manifestants se sont rassemblés dans
plusieurs villes de province pour protester contre

n Des représentants de la société civile burkinabè
ont exigé hier le départ des militaires putschistes
qui ont renversé les institutions de transition du
Burkina Faso, et annoncé préparer un “front
commun de résistance”.
“Il y a une condition qui est non négociable, c'est le
départ de (Gilbert) Diendéré (chef des putschistes)”,
a déclaré le porte-parole des organisations de la
société civile, Me Guy-Hervé Kam, joint au

taqué le QG de ce qu'on appelle les
forces de dissuasion dans l'aéroport de
Mitiga (...) où des détenus musulmans
subissent des tortures. Le trafic aérien à
l'aéroport de Mitiga, situé dans l'est de
Tripoli, n'a pas été affecté par l'attaque.
Course contre la montre pour un accord
politique

Pendant ce temps, Bernardino Leon,
l'émissaire de l'ONU pour la Libye, qui
a fixé au 20 septembre la date limite pour
parvenir à un accord sur la formation
d'un gouvernement d'union nationale,
mène une course contre la montre pour
parvenir à cet objectif. Il espère arracher
l’adhésion des deux camps rivaux en Li-

MERZAK TIGRINE

téléphone par l'AFP depuis Abidjan. “Nous n'allons
pas céder à la barbarie”, a-t-il ajouté. Les
putschistes “sont là mais la résistance s'organise. La
société civile, les syndicats et les partis politiques
vont former le front commun de la résistance. Nous
allons lancer dans les prochaines heures un appel
commun”, a-t-il annoncé.
R. I./AGENCES

ACCORD NUCLÉAIRE AVEC L'IRAN

Daech attaque un aéroport
de Tripoli
e groupe terroriste Daech en Libye
a revendiqué une attaque menée
hier contre la base aérienne de
Mitiga à Tripoli qui, selon un responsable
de la sécurité de l'aéroport libyen, a fait
trois morts parmi les forces de l'ordre.
“Un groupe armé a mené ce matin une attaque contre la prison située dans la
base aérienne de Mitiga, pour tenter de libérer des détenus”, a expliqué ce responsable à l'AFP.
“Au début il y a eu une explosion (...) et
ensuite un accrochage à l'arme automatique”, a-t-il détaillé. “Trois gardiens ont
été tués ainsi que tous les assaillants, il y
en avait au moins huit”, a ajouté la
même source. Daech a affirmé avoir at-

le putsch, notamment à Bobo Dioulasso à l’ouest,
deuxième ville du pays, et Fada-Ngourma à l’est.
Les protestations se sont déroulées sans incidents, les forces de l'ordre n'ayant pas cherché à intervenir. L'armée, la police et la gendarmerie sont
restées très discrètes depuis le coup d'État. À signaler enfin que les frontières terrestres et aériennes
du Burkina Faso ont été rouvertes hier à 12h00 (locales et GMT).

La société civile exige le départ des militaires
putschistes

LIBYE

L

LIBERTE

Washington commence
à l’appliquer

bye à sa démarche avant la tenue de l’Assemblée générale de l'ONU prévue la semaine prochaine. Mais les négociations
butent sur de profondes divergences
dans un pays sous la coupe de groupes
armés. Les réunions, qui ont beau se succéder, ne débloquent pas le processus de
négociations engagé depuis des mois. Le
retour à la case départ n’est pas exclu en
raison des pressions externes et internes
et des dissensions au sein de chaque
camp. Un tel échec, qui interviendrait à
la veille de la 70e Assemblée générale des
Nations unies, pousserait Bernardino
Leon à mettre fin à sa mission engagée
il y a un an, le 1er septembre 2014.
MERZAK T.

n L'administration américaine a commencé formellement
jeudi à appliquer l'accord nucléaire international historique
scellé avec l'Iran en juillet dernier, après avoir contourné
l'obstacle législatif du Congrès. Symboliquement, le
secrétaire d'État John Kerry, l'un des artisans du compromis
international trouvé à Vienne le 14 juillet, a annoncé dans
un communiqué la nomination d'un coordinateur en chef
pour la mise en œuvre de l'accord, l'ambassadeur Stephen
Mull. Simultanément, le président Barack Obama s'est rendu
dans la soirée au département d'État pour une réception
organisée par M. Kerry en l'honneur de l'équipe américaine
de négociateurs sur ce dossier, selon la Maison-Blanche. Ce
17 septembre marquait la date limite à laquelle le Congrès,
contrôlé par les républicains, pouvait donner son avis sur
l'accord signé par l'administration démocrate, avec cinq
autres grandes puissances (Russie, Chine, France, RoyaumeUni et Allemagne) et l'Iran.
R. I./AGENCES

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

L’Algérie profonde 15

ALORS QU’ELLE AVAIT UN BILLET ALGER-LAGHOUAT

BRÈVES du Centre

Une handicapée moteur
indérisable sur Air Algérie

OUARGLA

3 morts dans
un accident
à Gassi Touil

n L’accident a eu lieu tôt dans
la matinée de mercredi
dernier, sur la RN3, à GassiTouil, daïra de Hassi
Messaoud, au point
kilométrique 170. Une voiture,
de marque Dacia - Logan a
dérapé puis a fait des
tonneaux. Les 3 jeunes qui
étaient à bord sont morts sur
le coup. Les corps ont été
transférés à la morgue par les
éléments de la Protection
civile. Une enquête a été
ouverte pour déterminer les
causes de ce drame.

Alors que la handicapée s’apprêtait à entrer dans la salle d’attente réservée à la catégorie
de personnes à mobilité réduite, une désagréable surprise l’attendait.
ne femme originaire
de Laghouat, D. L.,
handicapée physique, ne cesse d’accuser, depuis le début
du mois en cours, le
service Marhaba de la compagnie
Air Algérie, de lui avoir refusé l’embarquement à bord d'un avion AlgerLaghouat, au motif qu’une instruction
émanant de la direction de la compagnie aurait interdit d’embarquer les
personnes à mobilité réduite. C’est du
moins la version des fils de la handicapée. “La personne qui s'est chargée
de réserver son billet d'avion était informée que ma mère était handicapée,
alors pourquoi la refuser au dernier
moment, je ne comprends pas”, s’interroge l’un de ses fils. Cette famille,
originaire de Laghouat, n’arrive pas
à contenir sa colère pour cette histoire
de refus d'embarquement de leur
mère. Selon ses enfants, qui se sont
adressés à Liberté, tout porte à croire qu’Air Algérie ne s’embarrasse
pas de son service Marhaba, guichet
destiné à accueillir les personnes
handicapées ou ayant des difficultés
à se mouvoir, à l’aéroport HouariBoumediene d’Alger. Alors que la
handicapée s’apprêtait à entrer dans
la salle d’attente réservée à la catégorie de personnes à mobilité réduite,
une désagréable surprise l’attendait.
Prétextant une instruction de la direction générale de la compagnie, le
service Marhaba a tout simplement
refusé d’embarquer la dame, selon ses
enfants qui l’ont accompagnée après
avoir fait des pieds et des mains pour

U

G. CHAHINEZ

TRIBUNAL DE DRAÂ
EL-MIZAN (TIZI OUZOU)

D. R.

Une bande
de malfaiteurs
démantelée
à Boghni sous
les verrous

Sur instructions de la direction de la compagnie, une femme handicapée s’est vu refuser l’accès à bord d’un avion.

avoir une explication rationnelle. Ce
qui a contraint une de ses filles à se résigner à déplacer sa mère handicapée
par route, alors qu’elle disposait d’une
carte de handicapé moteur et de sa
carte d’accès. De son côté, la chargée
de communication de la compagnie

Air Algérie a nié en bloc la version selon laquelle “une femme handicapée
a fait l’objet d’un refus d’embarquement sur le vol AH6072 à destination
de l’aéroport Ahmed-Medeghri de Laghouat’’, car une compagnie aérienne “n'a pas le droit de refuser un pas-

sager en raison de son handicap”.
Une histoire que seule une enquête
peut élucider, selon les fils de la handicapée, qui interpellent les ministres
des Transport et de la Solidarité.
BOUHAMAM AREZKI

n Après d'intenses
investigations, les services de
police de Boghni (43 km au
sud de Tizi Ouzou) ont
démantelé une bande de
malfaiteurs de huit
personnes, âgées entre 22 ans
et 30 ans, et une neuvième est
en fuite. Elles ont été
présentées, mercredi, au
parquet de Draâ El-Mizan, qui
les a toutes mises en
détention préventive pour
association de malfaiteurs,
agressions diverses et
détention d'armes. Selon une
source proche de l’affaire, les
huit individus comparaîtront
lundi prochain devant la cour
correctionnelle alors que le
neuvième individu est
activement recherché. 
F. I.

AÏN ZAOUIA (DRAÂ EL-MIZAN)

Les sinistrés d’Ikouvâne bénéficient enfin
de logements
a maison de jeunes Larbi-Ahcène d’Aïn Zaouia dans la
daïra de Draâ El-Mizan (40 kilomètres au sud de Tizi Ouzou) a abrité, jeudi, une cérémonie fort émouvante de remise des clés de logements aux sinistrés d’Ikouvâne, un village de Boumahni, rayé de la carte de la commune suite à  un
gigantesque glissement de terrain survenu le 11 mars 2011. Depuis, les trente-et-une familles menacées par cette catastrophe,
ont été recasées dans des écoles désaffectées  et les locaux de
la maison de jeunes de Boumahni dans des conditions de vie
lamentables. Bien avant la réception des logements réalisés dans
le cadre du programme de résorption de l’habitat précaire
(RHP/ 2001), l’APC a étudié soigneusement leur situation à
tel point que la liste des bénéficiaires qui a été affichée depuis
quelques jours déjà n’a pas été contestée. “Nous avons déployé
tous nos efforts pour mener à terme ce projet car nous savions

L

que vous viviez dans des conditions difficiles”, dira aux familles
concernées Merzouk Haddadi, le P/APC d’Aïn-Zaouïa. Et de
poursuivre : “Je suis très content qu’aujourd’hui on vous remette
les clés de vos logements après cette attente qui a duré presque
cinq ans. Toujours est-il que je vous souhaite de passer une joyeuse fête de l’Aïd d’autant plus que ces logements sont dotés d’électricité et d’eau potable en attendant que le gaz naturel soit branché dans les prochains jours”. En plus des membres de l’exécutif communal, étaient invités le SG de la daïra de Draâ ElMizan et les présidents des comités de quartiers. Le maire invitera ces derniers à accueillir comme des frères  ces villageois
dans cet important centre urbain. “Ce sont tous des citoyens
de la commune. Je vous exhorte à leur faciliter l’intégration parmi vous”, insistera-t-il. La remise des clés s’est déroulée  dans
une ambiance festive. “Nous remercions les autorités locales qui

n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous permettre d’occuper
ces logements neufs avant l’hiver. Je vous dirais cependant que
c’est avec un pincement au cœur et beaucoup de regrets que je
vais quitter le village où je suis né et où j’ai passé mes soixante ans. Cependant, dans la vie, il faut toujours accepter le sort
qui nous est réservé”, nous déclarera un sexagénaire que nous
avons approché au terme de cette cérémonie. Par contre,
d’autres familles n’appréhendent pas de la même manière ce
dépaysement. “Dieu merci, nous quitterons définitivement la
salle de classe où nous avons passé quatre années de misère.
Grand merci aussi à tous ceux qui ont veillé pour nous remettre
ces clés la veille de l’Aïd El Adha”, se suffira  de nous dire, larmes
aux yeux,  une femme qui reçut les clés des mains d’un viceprésident de l’APC.
O. GHILÈS 

TIZI OUZOU

Un nouveau directeur des télécoms pour redresser le secteur
n nouveau directeur vient d’être nommé à la tête de la direction des télécommunications dans la wilaya de
Tizi Ouzou où le secteur est, jusque-là, dans une
situation peu reluisante, qui n’a pas manqué
d’ailleurs d’irriter la nouvelle ministre des Télécommunications et des Technologies de la
communication qui intervenait au cours d’une
visioconférence. Selon nos sources, le nouveau
directeur opérationnel, Ada Amar, qui occupait, auparavant, le même poste dans la wilaya

U

de Biskra a été nommé dans l’espoir de redresser la situation dans laquelle patauge le secteur. Il hérite, a-t-on appris, d’un lourd retard,
notamment en matière de déploiement de la
fibre optique à travers le territoire de la wilaya
de Tizi Ouzou où, malgré les promesses répétées par le passé de mener à terme le projet dans
les plus brefs délais, une vingtaine de communes
sur les 67 que compte la wilaya ne sont toujours
pas raccordées à cette nouvelle technologie qui
facilite l’accès à internet à haut débit. Ce nou-

veau responsable, qui a réussi à redresser la situation à Biskra, aura également pour responsabilité d’améliorer la qualité de service dans
le secteur, la modernisation et le développement
des réseaux d’accès ainsi que le redressement
de la situation interne dans ce secteur où les dysfonctionnements sont multiples. Le remplacement des réseaux vétustes, en dégradation et
répondant aux technologies classiques, la modernisation des réseaux d’accès en procédant
à leurs remplacements par des équipements de

nouvelle génération, l’amélioration de la qualité de la connexion, la satisfaction de l’importante demande en téléphonie fixe et internet exprimée dans la région et l’installation de
groupes de travail pour garantir une meilleure synergie et coordination sont entre autres défis qui attendent le nouveau nommé. Contacté, ce dernier a expliqué que “la situation est
certes quelque peu alarmante mais la partie est
jouable en multipliant les efforts.”
S. LESLOUS

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

16 L’Algérie profonde

LIBERTE

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Les fellahs de Zegtounia
réclament l’électricité

BRÈVES de l’Est
BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

n La brigade de recherche et
d’investigation de la police
judiciaire de Bordj Bou-Arréridj
vient de réussir une véritable
prouesse en mettant fin aux
agissements d’un important
réseau de trafic de drogue
activant entre la Béjaia et Bordj
Bou- Arréridj. D’après des
informations fournies par la
Sûreté de wilaya, l’enquête a été
déclenchée au mois d’août, où les
policiers ont réussi à identifier
dans un premier temps, quatre
personnes, dont trois frères à
savoir, L. Dj., 41 ans, L. A., 35 ans et
L. S., 33 ans et leur complice M. A.,
37 ans, toujours en fuite. Après
l’arrestation de ces individus, le
reste du réseau, le fournisseur
principal, ainsi que ses méthodes
de travail, ont été connus. Deux
autres personnes  S. A-H., âgé de
34 ans et K. S., âgé de 39 ans
habitant la commune de Aït
Rezine dans la daïra d’Ighil Ali,
wilaya de Béjaia, ont été arrêtées.
Les policiers ont tendu une
sourcière aux fournisseurs. Ces
derniers ont été arrêtés sur la RN
106 reliant Bordj Bou-Arréridj à
Béjaia à bord d’une voiture en
possession de 1kilo  de kif traité.
Présentés devant le magistrat
instructeur près le tribunal de
Bordj Bou-Arréridj, L. Dj., L. A., L. S.,
33 ans et S. A-H. ont été placés
sous mandat de dépôt et K. S., a
bénéficié d’une citation directe.
Notons que M. A., est toujours en
fuite.
CHABANE BOUARISSA

EL-TARF

Des trafiquants de
psychotropes sous
les verrous

n Agissant sur renseignements,
les éléments de la brigade de lutte
contre les stupéfiants, relevant de
la sûreté de daïra d'El Kala, ont
démantelé une bande de
trafiquants de drogue, lors d’une
descente, où deux jeunes
hommes âgés de 19 et 21 ans ont
été arrêtés, en possession de kif
prêt pour la consommation et
activaient, selon notre source,
dans des quartiers de la ville d’El
Kala. Par ailleurs, les enquêteurs
ont saisi 38 comprimés de
psychotropes que les dealers
allaient revendre à leurs clients.
Une arme blanche servant aux
agressions a été également
récupérée. Présentés devant le
parquet de la même localité, les
mis en cause ont été placés sous
mandat de dépôt pour détention
et commercialisation de drogue
en attendant le jugement de leur
affaire. 
TAHAR BOUDJEMAA

Un jeune tué en mer

n Un jeune homme âgé de 35 ans
a été tué dans la nuit du mercredi
à jeudi en mer, à la suite du
télescopage de deux
embarcations de pêche. La
dépouille mortelle a été
transférée vers la morgue de
l'hôpital civil d'El Kala dans la
wilaya d'El-Tarf. Une enquête a
été ouverte pour déterminer les
circonstances de cet accident
survenu sur la côte tarfinoise.
TAHAR B.

Si dans plusieurs localités de la région, l'espoir d'engranger certaines quantités d'huile
d'olive et de récoltes maraichères est permis, il n'en est pas de même pour les habitants du
village Zegtounia, dans la commune d’El Euch, 30 kilomètres au sud de Bordj Bou-Arréridj.
a région sud de Bordj
Bou-Arréridj
est
considérée
comme
une région oléicole et
maraîchère. Elle alimente la région de
plusieurs produits tout au long de
l’année. Cette région à fait
renaître une ambiance de joie où
agriculteurs, ouvriers agricoles et
éleveurs se permettront le rêve de
réaliser une production importante.  Mais si dans plusieurs localités
de la région, l'espoir d'engranger
certaines quantités d'huile d'olive
et de récoltes maraîchères est permis, il n'en est pas de même pour
les habitants du village Zegtounia,
dans la commune d’El Euch, 30
kilomètres au sud de Bordj BouArréridj. En effet, il paraît que la
production est en-dessous des
estimations et des souhaits des
paysans. Selon les paysans du village, même la teneur en huile du
fruit est inférieure à ce qui était
escompté. “Le problème de l'irrigation des vergers, qui sont en grande
partie constitués d’arbres fruitiers,
oliviers, poiriers, grenadiers, etc. et
de potagers, se pose avec acuité à
cause de l'absence de l'électrification agricole”, dira Salah Harem,
un jeune paysan plein de volonté
et d’amour pour ses terres. “Les
fellahs de la région, qui n'ont pas
d'autre source d'eau que celle de
l’oued Ksob pour irriguer leurs
champs, ne peuvent utiliser leurs
pompes à mazout toute la journée”, ajoute-t-il. “Nous sommes

L

D. R.

Démantèlement
d’un réseau de trafic
de drogue

L'absence de l'électrification agricole ne permet pas aux agriculteurs et éleveurs de rentabliser leur production.

alimentés par deux conduites qui
ne peuvent même pas desservir les
habitations”, explique-t-il.
Les paysans de la région voient
ainsi s’écrouler toutes leurs espérances au regard du spectre de la
sécheresse forcée. “L’eau existe.
C’est l’électricité qui fait défaut”,

précise notre interlocuteur en
ajoutant qu’ils sont prêts à payer
et qu’ils ont fait toutes les
démarches administratives. Mais
les années passent et leur impatience s’ajoute aux charges qui ne
cessent d’augmenter. “Si la situation perdure, nous serons obligés de

laisser nos terres”, dira un autre
paysan. Les habitants de cette
région et surtout les paysans lancent un appel urgent aux autorités, à leur tête le wali, en vue d'une
prise en charge adéquate de leur
problème.
CHABANE BOUARISSA

LE WALI DE SKIKDA AUX INVESTISSEURS

“Des facilités, certes, mais un suivi rigoureux”
es investisseurs de la wilaya ont été
conviés par le chef de l'exécutif à une rencontre explicative des dernières décisions
du gouvernement relatives à l'encouragement
de l'investissement et les facilitations qui leurs
sont accordées. Ainsi, M. Faouzi Benhassine, le
wali de Skikda, a annoncé la suppression du
dispositif du Calpiref tant décrié par les investisseurs considéré comme un frein au lancement des projets. Il a aussi expliqué la nouvelle
vision pour l'encouragement de l'investissement qui s'articule principalement sur des
mesures incitatives avec un allègement des pro-

L

cédures administratives. “L'objectif est la réalisation de projets créateurs de richesses et d'emplois”, dira le chef de l'exécutif à l'entame de son
intervention. Il a également rassuré les investisseurs qui ont déjà lancé leurs projets et qui se
heurtent à des entraves administratives pour
leur régularisation dans les meilleurs délais. Et
d’ajouter: “Tout investisseur qui bénéficiera
d'une assiette foncière pour implanter son projet
doit impérativement entamer sa réalisation” ,
tout en informant que des procédures de suivi
rigoureuses seront instaurées pour un meilleur
accompagnement jusqu'à l'aboutissement du

projet et tout en évoquant les potentialités d'investissement de cette wilaya, notamment dans
les secteurs de l'industrie, de l'agriculture et du
tourisme, mais aussi les infrastructures de base
dont dispose cette wilaya, qui peuvent être un
tremplin pour les futurs investisseurs. Il a également assuré les investisseurs de la disponibilité des responsables locaux pour leur accorder
les facilités nécessaires durant les différentes
phases du projet. De nouvelles zones sont prévues dans les daïras de Bekkouche-Lakhdar et
El-Hadaïek.
A. BOUKARINE

BISKRA

Délocalisation des commerces improvisés
vers des marchés de proximité
es autorités locales ont entamé, au début de la semaine,
la réorganisation des activités
de commerce hybrides imposées
depuis des lustres par des étals disposés sur les trottoirs voire dans
certaines ruelles occupant jusqu'à  la voie de circulation.
Secondés par des forces de l'ordre,
les agents de la direction du commerce participent à cette opération
qui mettra fin ainsi au dispositif de

L

“fête foraine” qui défigure encore
plus la ville de Biskra. Selon des
informations fiables, près de
22  marchés de proximité couverts  pour  organiser le secteur de
la distribution des fruits et des
légumes et offrir aux commerçants
et à leurs clients un minimum
d’hygiène, de sécurité et de
confort, ont été nouvellement réalisés dans la wilaya de Biskra,  mais
sont restés inoccupés, car certains

commerçants préfèrent l'informel
pour éviter ainsi tout contrôle.
Désormais, les autorités locales
semblent agir avec fermeté contre
tout débordement sur la voie
publique même dans les marchés
devenus importants tels que ElBoukhari, Souk El-Asser, ou
Larbaâ. Les ventes sur les trottoirs
à proximité des étals seront réglementées afin de permettre  aux
clients de se mouvoir avec aisance

et pouvoir se garer. Mais cette
opération sera-t-elle suivie par
l'ouverture des locaux construits
dans le cadre du programme du
Président et qui restent encore à la
merci des dégradations ou encore
ceux des locaux à la base des
immeubles Fnpos, fermés depuis
des lustres, et dont les occupants
de logements aimeraient bénéficier ? 
HACENE LEMOUI

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

L’Algérie profonde 17

HAUSSE DE LA MERCURIALE À ORAN

BRÈVES de l’Ouest

Le chef du marché de
gros explique et rassure !

MOSTAGANEM

Quatre ans de prison
pour trois agresseurs

n Quatre ans de prison ferme tel est le verdict
rendu ce jeudi, par le tribunal correctionnel de
Mostaganem, à l’encontre de trois personnes
âgées entre 25 et 36 ans, assorti d’une amende
de 100 000 dinars, pour association de
malfaiteurs, agression et vol, selon la cellule de
communication de la cour de Mostaganem. Les
faits remontent à juillet 2015 quand un jeune
homme à bord de sa voiture, stationnée au
niveau de la plage Salamandre, en bonne
compagnie, a été agressé par une bande de
malfaiteurs, le délestant de 12 000 dinars, du
sac et téléphone de sa campagne, avant de
prendre la fuite. Les enquêteurs ont identifié
les auteurs de cette agression et les ont arrêtés.
Le représentant du ministère public a requis
dix ans de réclusion criminelle à l’encontre des
agresseurs.

“Il est inconcevable qu’à la veille de l’Aïd El- Adha, des consommateurs se ruent sur
tous les légumes et fruits en achetant de grandes quantités, alors qu’ils n’ont besoin
que de quelques kilos d’oignon, de tomate et de salade”.

E. YACINE

CHLEF

Un cadavre à l’intérieur
d’une buse

n Le cadavre d’un jeune homme,
probablement âgé d’une vingtaine d’années, a
été découvert, mercredi, à l’intérieur d’une
buse dans la commune d’El Karimia au sud-est
du chef-lieu de la wilaya de Chlef. Selon nos
sources, ce sont des passants qui ont fait la
macabre découverte en fin d’après-midi avant
d’alerter les gendarmes. Les mêmes sources
ont également indiqué que l’identité de la
victime n’est pas encore connue puisqu’elle ne
portait sur elle aucun papier d’identité. Une
enquête a été ouverte.
AHMED CHENAOUI

ADRAR

D. R.

Arrestation de voleurs
de moutons
À l’approche de l’Aïd El Adha, les prix des fruits et légumes ont connu une augmentation vertigineuse.

a hausse vertigineuse des prix de
plusieurs fruits et légumes a affecté
sérieusement le porte-monnaie
des consommateurs oranais et
déjà les spéculations vont bon
train. Cependant, pour certains
agriculteurs, la hausse des prix obéit à l’offre
et la demande surtout en cette période, de septembre à décembre.
“C’est le trimestre de la culture des légumes de
saison. Pour la pomme de terre, les barons de
la patate ont rempli leurs frigos et déjà celle des
chambres froides est mise sur le marché au
même prix que la fraîche”, fait savoir un agriculteur. Au marché de gros d’El-Kerma, les
prix semblent abordables et les quantités
quotidiennes livrées ne sont affectées d’aucune
pénurie. Selon le chef du marché, Habib

L

Benmansour : “La quantité d’aujourd’hui est
de 460 tonnes environ. 303,9 t de légumes, 103,9
t de fruits locaux et 46 t de fruits importés”, précisera-t-il avant d’ajouter que “les prix sont
abordables. La pomme de terre varie entre 27
et 43 DA, la salade de 35 DA à 80 DA, et les
carottes entre 40 et 60 DA. Pour la salade, seul
un producteur de Sétif a pu approvisionner les
marchés de gros grâce à sa production sous serre d’où la hausse des prix”. Autrement dit, les
récoltes perdues à l’Est lors des dernières inondations n’ont pas perturbé l’approvisionnement du marché de gros d’El-Kerma. D’autre
part, la balle est jetée aux intermédiaires et
autres détaillants. “Les détaillants veulent assurer un bénéfice de 100% au lieu de 30. J’ai été
malmené plusieurs fois par des détaillants
sans scrupules quand leurs clients sont infor-

més des prix pratiqués au marché de gros”, affirme un salarié du marché. Toutefois, il faut
rappeler la responsabilité des consommateurs qui créent eux-mêmes les pénuries, et par
conséquence la hausse des prix. “Il est inconcevable qu’à la veille de l’Aïd El-Adha, des
consommateurs se ruent sur tous les légumes
et fruits en achetant de grandes quantités, alors
qu’ils n’ont besoin que de quelques kilos d’oignon, de tomate et de salade, provoquant
ainsi l’inflation des prix”, souligne un marchand de fruits et légumes. Notre visite au
marché de gros a permis d’effacer les idées reçues puisque “Oued Souf est devenue la première région productrice de pommes de terre,
suivie de Mostaganem, Aïn Defla et Mascara”,
confie notre interlocuteur.
NOUREDDINE BENABBOU

ORAN
EMPLOI DES JEUNES

Près de 11 000 placements
en huit mois

n La direction régionale de l’Agence
nationale de l’emploi à Oran a dépassé les
objectifs tracés par la direction générale de
l’Anem en matière de couverture des
placements qui ont atteint 14 722, soit un taux
de 123 % en 2014 contre 10 786 placements
durant les 8 derniers mois de l’année en
cours, a annoncé, jeudi, M. Benachaba,
directeur régionale de l’Anem, en marge
d’une journée portes ouvertes organisée à la
CCIO. Depuis son lancement en 2008, la
direction régionale de l’Anem a enregistré 101
392 placements dans le cadre du Dispositif
d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP)
touchant aussi les formules de contrat
d’insertion des diplômés (CID), le contrat
d’insertion professionnelle (CIP) et le contrat
de formation/insertion (CFI) au profit des
primo-demandeurs provenant du secteur des
métiers et artisanat. Le contrat de travail aidé
(CTA) mis en place depuis 2011, a permis de
placer 827 jeunes en quête d’emploi dont un

grand nombre a été définitivement recruté
par la Société de l’eau et de l’assainissement
d’Oran (SEOR). Le directeur régional de
l’Anem a également annoncé l’ouverture
dans un mois d’une agence régionale des
compétences destinée aux cadres hautement
qualifiés en prospection de débouchés.
K. REGUIEG-ISSAAD

Un nouveau patron de
police pour Aïn El Turck

n Salah Nouasri, contrôleur de police, chef de
Sûreté de la wilaya d’Oran, a installé, ce jeudi,
le commandant Bouknadel Mohamed dans
ses nouvelles fonctions de chef de Sûreté de
la daïra d’Aïn El Turck en remplacement du
commandant Ameur Amor qui a été promu
chef de sûreté de la daïra de Bouzareah à
Alger.
K. R. I.

Meurtre à Chhaïria
n Le corps de M. T., 26 ans, a été découvert ce
jeudi après-midi dans une ferme
abandonnée au douar Jemajma, commune de

Chhaïria à Béthioua. La victime a été
poignardée plusieurs fois au torse et
présentait des ecchymoses sur tout le corps.
AYOUB A.

Le corps d’un septuagénaire
dans une Clio
n La Protection civile d’Oran a découvert
dans la nuit de jeudi à vendredi derniers le
corps de B. G., 74 ans, à l’intérieur d’une
Renault Clio, au quartier Zabana d’Arzew. Le
cadavre ne présentait pas de traces
apparentes de violence. Une autopsie
déterminera les causes du décès.

A. A.

Encore un chauffard en fuite

n À haï Emir Abdelkader, le télescopage
d’une Cherry QQ avec une autre voiture, ce
jeudi, a provoqué des blessures aux deux
occupants du premier véhiculé cité. Quant au
chauffeur au volant de la deuxième voiture, il
s’est enfui des lieux de l’accident. Il est
activement recherché.
A. A.

n Les policiers de Reggane, relevant de la
Sûreté de wilaya d'Adrar ont arrêté cette
semaine M. A., 22 ans, D. M., 47 ans et D. A., 32
ans pour le vol de cinq têtes d’ovins. Selon le
communiqué de police, les vols ont été commis
dans deux bergeries appartenant à K. A., et A.
A., au quartier Saâda et au ksar Taarbat, du
centre-ville de Reggane. Les voleurs ont été
écroués.
R. ROUKBI

AÏN TÉMOUCHENT

Démantèlement d’un réseau
de trafic de drogue

n Les éléments de la brigade de lutte contre les
stupéfiants relevant de la police judiciaire de
la Sûreté de la wilaya de Aïn Témouchent ont
démantelé un réseau de trafic de drogue
composé de quatre personnes qui activaient
sur le territoire de la commune de Aïn Kihal et
ses environs. Travaillant sur informations, les
enquêteurs ont arrêté M. J., 27 ans, et Y. K., 45
ans, deux présumés membres du réseau,
originaires de la localité de Aïn Kihal.
L’interrogatoire a permis de récupérer deux kg
de kif traité ainsi que l’identification de deux
autres complices qui ont été arrêtés à leur tour.
M. LARADJ

MAGHNIA

Installation du nouveau
président du tribunal

n Boubekri Tayeb a été installé, ce jeudi, à son
nouveau poste de président du tribunal de
Maghnia, en remplacement de Maarouf Larbi,
qui a été muté à Saïda. M. Boubekri occupait
auparavant le poste de président du tribunal
de Ghazaouet. À noter qu’un nouveau tribunal
est en construction dans la ville frontalière.
AMMAMI MOHAMMED

Saisie de 24 kg de kif

n Travaillant sur informations, les éléments
de la 2e Sûreté urbaine de Maghnia, ont tendu
une souricière pour arrêter des trafiquants de
drogue après la découverte de 24 kg de kif
dissimulés dans la végétation de la cité
Chouhada. Le traquenard n’a rien donné
puisqu’aucune personne ne s’est manifesté
pour récupérer le colis. L’enquête suit son
cours.
A. M.

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

18 Publicité

LIBERTE PUB

TIZI OUZOU
Bt. bleu Cage C. 3e étage
Tél : 026 12 67 13
OFFRES
D’EMPLOI

—————————————
Société d’expertise comptable
à Chéraga recrute secrétaire
assistante. Envoyer CV par
e.mail :
samedemploi@yahoo.fr - ALP
—————————————
Hôtel superbe à Tiaret recrute
maître d’hôtel, cuisinier, chef
de rang, comptable, réceptionnistes (H/F). Expérience
exigée. Contacter la direction
au 046.41.55.55. - F 1762
—————————————
Resto Gastro complexe touristique Zéralda recrute chef de
cuisine + aide-cuisinier + chef
de rang + gardien. Contacter
le
0541.87.74.89
/
023.32.61.96 de 10h00 à
16h00. - BR 14420
—————————————
Cherche gérant manager pour
ouverture fast-food pouvant
diriger une équipe : pizaïolo,
chawarmiste, crêpier, glacier,
sandwich, etc. Expérience
souhaitée avec référence.
Tél. : 0772.156.144 - BR 14416
—————————————
Société internationale recrute
ses télévendeuses parfaitement francophones à Tizi
Ouzou. Très bonne rémunération et cadre agréable.
Postuler à l’adresse suivante :
eliasante.france@gmail.com
- TO/BR 018332

—————————————
IMA cherche formateurs en
informatique (toutes filières),
maintenance électronique et
infographie, flash, autocad,
archicad, sap 2000, SIG, after
effect, panneaux solaires, fibre
optique. Tél. : 023.51.07.20
Mob : 0551.959.000 - F 1722
—————————————
IMA recrute une secrétaire
habitant à El Madania.
Tél. : 023.51.07.20
Mob : 0551.959.000 - F 1722
—————————————

COURS
ET LEÇONS
—————————————
A des tarifs intéressants,
horaires au choix, possibilité
en accéléré ou en individuel,
IMA forme en prise de vue
caméra, montage vidéo, infographie, développement web,
3DS Max, Autocad, Delphi,
C#, Java, bureautique et internet. Mob. : 0551.959.000
Tél. : 023.51.07.20 / - F 1722
—————————————
SBL English School, votre partenaire pour améliorer votre
anglais, lance nouvelle session
02 octobre :
SBL Alger Grande-Poste.
Tél. :
021.74.20.58
/
0550.86.47.84
SBL Rouiba coop. Ibn Sina,
proximité CEM Ibn El Khatib.
Tél.
:
0549.39.80.56
/
0561.38.64.33
SBL Boumerdès : coopérative
11 Décembre, en face pâtisserie Mezghena.
Tél.
:
024.91.47.95
/
0550.10.14.76
- F 1752

—————————————
ELTC Language School lance
nouvelle session français et
anglais le 2 octobre, cité
Bouzegza,
Frantz-Fanon,
Réghaïa. Tél. : 0676.11.82.07 /
0549.53.92.93.
Facebook eltc.school. -F 1753
—————————————

PROSPECTIONS

—————————————

PETITES
ANNONCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane,
El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

Ag Amel cherche en location
et à l’achat du studio au 30
pièces pour clients sérieux.
Tél. : 021 63 31 79 - BR 43063
—————————————
AG cherche pour client en
attente villa à El Biar, Ben
Aknoun, Golf, cherche achat
F3 à Aïn Allah, Rouges.
Tél.
:
0556.93.54.63
/
0551.03.44.58 - BR 14424
—————————————

PERDU-TROUVÉ

—————————————
ETB/TCE/Bakhouche Ali
Hauts-Plateaux Bouharoun w.
de Tipasa. Nous déclarons
avoir perdu le registre du
commerce n° 2620972 A 01,
la
carte
fiscale

195506010010554.
Nous dégageons toute responsabilité quant à d’éventuelles
utilisations. - BR 14421
—————————————

AUTOS

—————————————
Garage du Marché, location
de voitures, adresse : 9, rue
Mohamed Loubi, Hussein
Dey, face APC d’Hussein Dey.
Tél.
:
023.77.60.10
/
0557.29.96.93
Fax : 023.77.60.07 - F 1566
—————————————

APPARTEMENTS

—————————————
Résidence AMEN vend sur
plan des appartements F2, F3,
F4 en duplex dans une résidence fermée, clôturée avec
piscine à Tighremt, côte ouest
de Béjaïa, à quelques mètres
de la plage.
Tél.
:
0550.48.87.52
/
0661.72.07.18 / 030.41.71.93
- BJ/BR 023331

—————————————

PROPOSITIONS
COMMERCIALES
—————————————
Bail à céder pour un traiteur
pâtissier avec matériel non
utilisé, bien situé à Hydra.
Tél. : 0552.43.04.36 - BR 14425
—————————————

AVIS DIVERS

—————————————
Poseur de faux plafond, PVC
et placoplâtre, revêtement
MDF intérieurs.
Tél. : 0541.86.10.71- BR 14419
—————————————
Réparation TV + Plasma à
domicile 7/7 “Lyes” Sonacat.
Tél. : 0561 27 11 30 - BR 14402
—————————————

LOCATIONS

—————————————
Particulier loue grande bâtisse
à Staouéli. S/sol, RC, 1e étage
pour toute activité, 300 m2
étage.
Tél. : 0772.45.36.44 - BR 14426
—————————————
Particulier loue joli F2, 1er
étage à Zemmouri El-Bahri.
Tél. : 0558.34.94.85 - BR 14417
—————————————
Loue hangar 700 m2 à
Ibourassen, Béjaïa, derrière
maison Renault.
Tél. : 0558.23.89.94 - BJ/BR 23330
—————————————

FONDS
DE COMMERCE
—————————————
Pour cause de retraite, vends à
Oran hôtel 3 façades, 65
chambres équipées, restaurant, cafétéria, garage 300 m2,

3 magasins en activité.
Tél. : 0549.02.73.57 ou
0558.49.03.62 - F 1758
—————————————

VILLAS

—————————————
Vends villa avec acte R + 2, 36
m2, 4 appartements + 4
locaux + S/sol à Bologhine,
Alger.
Tél. : 0771.37.66.86 - BR 43386
—————————————

TERRAINS

—————————————
A saisir, belle propriété de
4000 m2 au bord de la RN26
Béjaïa, avec une maisonnette
de 100 m2 + hangar de 400
m2, en partie clôturée par des
arbres fruitiers avec toutes
commodités et documents
juridiques pour seulement
15000 DA le m2.
Tél. : 0771.20.61.92 - BR 23332
—————————————
Tél. : 0771.20.61.92 - BJ/BR 023332
A vendre un terrain à Beni
Zmenzer, superficie 2825 m2.
Tél. : 0559.45.80.50 - TO/BR 018336
—————————————

DEMANDES
D’EMPLOI

—————————————
Directeur commercial, 20 ans
d’expérience com. ext. vente et
distri. Aptitudes
managériales. Parlant arabe, français,
anglais, cherche emploi en
rapport.
Tél. : 0697.820.526. - BR 43380
—————————————
JH 32 ans, marié, expérience,
cherche emploi dans le
domaine
du
marketing.
Etudie toute proposition.
Tél. : 0554 11 50 82
—————————————
JH sérieux, dynamique avec
exp., cherche emploi comme
agent de sécurité. Etudie
toutes propositions.
Tél. : 0550 880 341
—————————————
JF mariée, 31 ans, diplôme TS
de la petite enfance cherche
emploi comme éducatrice.
Tél. : 0673.37.19.49
—————————————
Architecte 7 ans d’expérience
cherche emploi dans un BET à
Alger. Tél. : 0781.39.39.70
—————————————
Architecte de qualification +
DEUA génie civil, 10 ans d’expérience, cherche emploi.
Tél. : 0661.66.40.77
—————————————
JH 37 ans, licence en sciences
économiques, option sciences
financières, 4 ans d’expérience
en audit, stage d’expertise
accompli, cherche emploi en
rapport dans secteur étatique
ou privé. Dynamique, ponctuel. Tél. : 0553.79.43.07
—————————————
JH titulaire diplôme TS en
BTP option métreur-vérificateur cherche emploi.
Tél. : 0554.65.96.75
—————————————
Homme, cadre comptable
titulaire CMTC CED, plus de
20 ans d’exp., tenue comptabilité PL Compta, paie, CNAS,
cherche emploi.
Tél. : 0551.11.66.32
—————————————
Homme, marié, magasinier,
facturier et gestionnaire de
stocks, plus de 15 ans d’exp.
dans le domaine, cherche
emploi. Tél. : 0667.38.67.28
—————————————
JH 26 ans, célibataire, architecte, dessinateur et plus

cherche emploi répondant à
son profil, étudie toute proposition. Tél. : 0552.13.46.44
—————————————
Retraité, bonne santé physique et mentale, cherche activité comme chauffeur, permis
de conduire BCD , longue
expérience ou gardiennage,
agent de sécurité, coursier,
sachant lire et écrire le français, apte aux déplacements,
résidant à Boumerdès.
Tél. : 0557.64.78.35
—————————————
Dame, 31 ans, résidant à Alger
(Birtouta) ingénieur d’Etat en
génie civil, maîtrise l’outil
informatique (Word - Excel Autocad 2D) cherche emploi
dans une entreprise privée ou
étatique ou travail de soustraitance. Etudie toutes les
propositions.
Tél. : 0777.13.02.47
—————————————
Cadre comptable sérieux
cherche emploi dans société
privée. Tél. : 0774.65.58.36
—————————————
Jeune fille licenciée en journalisme (spécialité communication d’entreprise) en 2e année
master, formation au sein d’un
journal, maîtrise la langue
française et l’outil informatique, cherche poste de travail
dans un journal, école privée,
chaîne de télé ou dans une
entreprise étatique ou privée
dans wilaya d’Alger.
Tél. : 0697.53.86.57
—————————————
Cadre de l’éducation (pédagorie administration) retraité,
cherche poste dans école privée. Tél. : 0773.10.05.91
Electricien diplômé cherche
activité.
Tél. : 0549.88.79.99, Farouk.
—————————————
Père de famille 58 ans, véhiculé, longue expérience administrative,
recouvrement,
achat, vente, gérant, caissier
cherche place en rapport, étudie toute proposition.
Tél. : 0555.07.87.39
—————————————
JF 25 ans diplôme Master en
finance et actuariat cherche
emploi dans le domaine à
Alger ou ses environs.
Tél. : 0558.28.69.91
—————————————
JH âgé de 34 ans cherche
emploi comme chauffeur
léger, lourd, transport.
Tél. : 0555.46.93.30
—————————————
Femme 45 ans, 16 ans d’expérience comme assistante de
direction, cherche emploi aux
environs d’Alger-Centre.
Tél. : 0556.45.88.93
—————————————
JH de Tizi Ouzou Master
génie civil option CCI cherche
emploi. Tél. : 0666.74.82.54
—————————————
JH 36 ans, marié 2 enfants,
chauffeur de presse, 18 ans
d’exp. connaît Alger et ses
environs et tout le territoire
national, cherche emploi.
Tél. 0561 05 11 28
—————————————
DRH retraité, très dynamique,
longue expérience professionnelle dans toute gestion GRH,
organisation et compétence,
cherche emploi stable.
Tél. : 0799.96.22.63 /
—————————————
JF juriste cherche emploi à
Alger et ses environs.
Email : ffati84@yahoo.fr
—————————————
Couple 50 ans, véhiculé,
cherche emploi comme gar-

LIBERTE

LIBERTE PUB

BÉJAÏA
Route des Aurès, bt B, appart
n°2, 1er étage.
Tél. /Fax : 034 16 10 33

dien de famille.
Tél. : 0555.39.48.06
—————————————
Enseignante en langue arabe
expérimentée, cherche emploi
dans le domaine.
Tél. : 0558.07.70.24
—————————————
Conducteur de travaux, coordinateur, longue expérience,
cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0558.10.00.83
—————————————
JH 39 ans, marié 3 enfants,
cherche emploi comme chauffeur poids léger, longue expérience. Tél. : 0550.29.44.44
—————————————
H 27 ans, diplôme licence en
science commerciale, option
comptabilité, expérience 3 ans
dans un cabinet de commissaire aux comptes, poste occupé comptable + auditeur.
Tél. : 0561.74.35.33
—————————————
Ingénieur génie civil, grande
expérience
professionnelle
dans le domaine, plus de 20
ans d’exp. cherche poste en
rapport, étudie toute proposition. Tél. : 0665.53.06.89
—————————————
JH possède véhicule, cherche
emploi comme chauffeur.
Tél. : 0777.68.49.58
—————————————
Conducteur de travaux bâtiment TCE génie civil VRD,
niveau ingénieur, 40 ans d’expérience, cherche emploi ou
sous-traitance maçonnerie,
assistance technique, métrés,
suivi de chantiers jusqu’à 100
km de rayon ouest d’Alger.
Tél. : 0662.91.23.37
—————————————
Cadre pédagogique retraité
cherche gestion école privée à
Alger. Tél. : 0773.10.05.91
—————————————
JH comptable
expérimenté
cherche emploi dans le
domaine, libre de tout engagement, résidant à El Mouradia.
Tél. : 0773.45.61.05
—————————————
Homme 43 ans cherche
emploi administrateur ou
commercial. Tél. : 0554.10.43.27
—————————————
Jeune femme, diplômée en
marketing, longue expérience
dans le service client. et administration, notamment dans
télécommunications
et
banque, cherche emploi dans
société étrangère ou privée sur
Alger et ses environs si trans-

port. Non sérieux s’abstenir.
Tél. : 0782.62.22.19
—————————————
JH 28 ans, licencié en droit +
CAPA, maîtrise l’outil informatique + les langues étrangères, exp. 1 an, cherche
emploi dans le domaine.
Tél. : 0790 10 12 86
—————————————
JH licence en gestion des
entreprises, habitant Alger,
cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0664.36.82.43
—————————————
JH 30 ans, ingénieur d’Etat en
travaux publics, diplômé de
l’Ecole nationale des travaux
publics, 3 ans d’expérience
dans le domaine de réalisation
et suivi, maîtrise les logiciels
de calculs. Tél. : 0790.15.48.65
—————————————
JH 29 ans, licence en économie, spécialité gestion d’entreprise, 02 ans expérience gestion de stocks, cherche
emploi. Tél. : 0558.96.45.61
—————————————
JH architecte 5 ans d’expérience, études et suivi des chantiers, habitant à Alger, diplômé de l’EPAU, très bonne
maîtrise 2D, 3D, rendu et animation, cherche emploi.
Accepte travail freelance et
sous-traitance, possibilité de
déplacement et travail au Sud.
Tél. : 0561.65.04.51
—————————————
JH âgé de 23 ans, diplôme
master en sciences commerciales, spécialité comptabilité,
maîtrise les langues étrangères
(français et anglais), logiciel
PC compta et PC paie, outil
informatique, etc. cherche un
emploi dans le domaine des
finances et de la comptabilité.
Tél. : 0561.31.32.33
—————————————
JH 26 ans, dynamique et
motivé, résidant à Alger,
licence en sciences économiques, option finance, maîtrise les logiciels de comptabilité et de paie, les nouvelles
normes SCF, expérience 01
an. Tél. : 0696.037.562
—————————————
JH 31 ans célibataire, licencié
en sciences de gestion option
comptabilité, 03 ans d’expérience dans le domaine, 13
mois comme chef de service
ressources humaines, maîtrise
PC paie - PC compta) cherche
emploi dans le domaine ou
autre. Tél. : 0551.45.09.56

Sos

Appel à toute âme charitable pour venir en aide à une mère
de famille sans ressources pour les besoins de son fils de 25
ans handicapé à 100 % en couches, chaise roulante ou tout
autre aide. Contacter sa mère au : 0556.12.83.53
Père de famille, 4 enfants, au chômage et sans ressources,
lance un appel pour une aide financière pour sauver sa famille. Sa femme a un cancer et sa fille de 7 ans est atteinte d’une
grave anémie, elle ne pèse que 16 kg. Il s’adresse aux autorités
concernées afin de trouver des solutions à ses nombreux
problèmes. A toute âme charitable, venez-lui en aide
financièrement. Contactez-le au : 0775 87 17 34

Naissance

Les familles Aït Mouhoub et Menkhel
sont heureuses d’annoncer la venue au
monde d’un autre trésor prénommé
MAHDI-ZAKARIA,
venu agrandir la famille. Bon rétablissement
à la maman et longue vie au bébé.

G

LIBERTE

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Publicité 19

ANEP

Condoléances

Condoléances
Le président, la secrétaire générale
et l’ensemble des membres de l’Association
El-Amel d’aide aux personnes atteintes
de cancer du CPMC,
très affectés par le décès du
Pr RABAH FERHAt,
chef du service oncologie de la structure
publique Sidi Belloua de Tizi Ouzou,
ravi par la faucheuse le 15.09.2015, présentent
à toute la famille du défunt leurs sincères
condoléances et l’assurent en cette pénible
circonstantce de leur profonde sympathie.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
G

Sos
Cherche : CALCIUM SANDOZ (sachets)
UNOLFA (cp), XALGESIC (cp)
Tél. : 0775 87 17 34

La directrice générale de Pfizer Algérie
ainsi que l’ensemble du personnel,
très affectés par le décès du
professeur Rabah FERHAT
chef de service oncologie
au CHU de Tizi Ouzou, présentent
à sa famille leurs sincères condoléance
et l’assurent de leur soutien
et sympathie en cette douloureuse
circonstance.
Que Dieu Tout-Puissant apporte courage
et consolation à la famille et accueille
le défunt en Son Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
Epcom

Moh Omar (ancien footballeur de la
JSK des années 50), rappelé à Dieu à
————————————————————
l’âge de 88 ans.
L’enterrement aura lieu aujourd’hui
Décès
après la prière du Dohr au cimetière
————————————————————
La famille Zemirli de Tizi Ouzou, M’douha de Tizi Ouzou.
parents et alliés, a l’immense douleur de “À Dieu nous appartenons, à Lui nous
faire part du décès de son cher et regret- retournons.”
té père et grand-père, Zemirli Hadj

Carnet

SPR

20 Jeux
Réaliser
des films
----------------Racistes

s

s

Apogée
----------------Canapé

Rapport
de cercle
----------------Mince

s

Store
----------------Pénurie

s

s

s

s

Répandre
çà et là

s

s

Vocifération
----------------Lettre
grecque

s

Piocher
----------------Tantale

s

s

Relatif
au travail
de la terre

s

s

s
s

s

s

Blessèrent
----------------Planchette
de bois

Chevalier
ambigu
----------------Chants
funèbres

s

s

Prends une
cigarette
----------------Fibre douce

s

s

Fictives

s

s

s

s
Qui n’avance
pas

s

Grain de
beauté

s

Poème du
Moyen Âge

Voûtes

s

s

Se dit de
très proches
cousins
----------------Précieux
métal

Tendon
----------------Qui est
située à l’est

s

s

Explosif

s

Inventées
----------------Chiffres
romains

s

s

Cheville
de golf
----------------Arbre à
caoutchouc

s

s

s

s

Point
de saignée
----------------Courte épée
des gaulois

Grandir
en taille
----------------Vaste prairie

s

Remettre en
état une galerie de mine
effondrée

s

s

s

s

Étais
au courant
----------------Flânant

s

s

s

s
s

Monuments
funéraires
----------------Mourir

s

s

Coffret à
bijoux

s

s

Mis,
en parlant
d’un vêtement

Pour appeler
----------------Apprêta

Fin
de participe

Bière anglaise
----------------Animaux de
sexe féminin

s

s

Qui ne
contient rien
----------------Condition

Aplatit

Nageoires
de requins

s

s

Sifflée
----------------Inversement

s

s

s

Habitants

s

s

Conjonction

Malaxer

Rouspéter

Prénom
féminin
(ph.)

s
s

Smoking
----------------Montagne
grecque

Religieux

s

s

Glorification
----------------Adverbe

s

Prêtre
de l’Église
orthodoxe
----------------Chandelles

Emmagasiner

Contrariantes
----------------Norme
française

s

s

s

s

s

s

Patriarche
----------------Mesure de
bois

Solipède

s

Terme de
mépris

s

s

s

Ruisselet
----------------Suspendre la
continuité
d’une chose

s

Étale

s

s

Piétons qui
traversent
un lieu

s

s

s

Avant la
matière

Lettre
grecque
----------------Petite prairie

s

Frappions de
stupeur
----------------Déplacés

s

GRILLE GÉANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 108

s

s

s

s

Palpe
----------------Préjudice

Prends
une drogue
par le nez

Clarté

Pentes d’une
montagne
----------------Ruse

s

s

s

Assemblée
des
travailleurs
----------------Mesure
agraire

s

s

s

Astate
----------------Métro
parisien
Précieux
liquide
----------------Affligée

Enzyme
----------------Muse grecque
de la poésie

s

s

Possessif
---------------Diapason

LIBERTE

s

Errant
----------------Codes correspondants
à une
marchandise

s

s

Par :
Nacer
Chakar

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Renard
bleu

s

Essai
----------------Blessa

s

s

Un,
à Londres

Sélénium

s

s

s

s

Pourrirons
----------------Pronom

Gendre du
Prophète

s

Plante vivace
qui renferme
du lait qui
noircit à l’air

s

Pauvreté
extrême
----------------Disciples de
Jésus

Canards
sauvages

s

s

Hôtelier

Presser

s

s

s

Rubidium

s

s

Naturel

s

En
chandelle

s

Petit insecte
aphidien
parasite
des végétaux

s

s

s

Via
----------------Allongeai

s

s

Lisières

s

Qui dit du
mal d’autrui

s
Préfixe
signifiant
(près de )

s

s
SOLUTION DE LA GRILLE N°107

Étoile
de cinéma

s

Renverser

Manteaux
gaulois

P - A - U - R - S - E - S - I. Transplantations. Opposition - Une. Ute - Limes - Nerf - E. Ein - Lo - Aurait. Scribouillard - Et. To - Ansée - Ie - Âne. Tipis - Insermenté. Oh
- Sanie - Eesti. Anodines - A - N - Eon. Nb - Sasses - Turne. III - Tr - E - Cassis. Sève - Citai - AE - R. Ut - Esse - Slouguia. Est - En - Filières. Osteines - El - Rêne.
Emet - Péri - Esau. Père - Ivan - As - R. Canines - Cal - Lus. Il - T - E - Messires. Assolées - Images. Abo - Cl - Sirénien. Onéreuses - N - S - O. Au - Rès - Culot - Lob.
Sirs - R - La - Avare. iséo - Effendi - Ter. Enna - Aï - Durci - A. Uraète - Nue - Elfes.

LIBERTE

Jeux 21

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Sudoku

6 3

N° 2074 : PAR FOUAD K.

Comment jouer ?

4
2 6
7 4

5 2 8
3
8
1
9
4
2
8
1 3
7 9

1

8 1 5
2
8

5 1 4 7 2 6 8 3 9
4 8 1 2 6 3 9 7 5
3 7 6 1 9 5 2 4 8

9 10

de Mehdi

VIERGE
(23août-22septembre)
AUJOURD’HUI

Après
des malchances
répétées, il faudra prendre
des décisions tranchées
pour forcer l'événement et
pour engager l'épreuve de
force.

BALANCE
(23septembre-22 octobre)

La présente configuration
astrale implique toujours un
certain manque de chance.
Tout se passera comme si les
natifs n'arrivaient pas à décider ou à agir.

VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT - I - Criard. II - Emploi d’une expression
moins choquante. III - Constellation - Réfléchi. IV - Note Royaume franco-espagnol. V - Plaça un œil - Argent - Infinitif. VI Vieil Indien - Capitale balte. VII - Présentes de l’intérêt. VIII Trottoir d’une gare - Empereur romain. IX - Partira - Noir de
fumée. X - Palmier à huile d’Afrique - Lentille.
VERTICALEMENT - 1- Relatif à une science de la Terre. 2 Personne gaie - Particule. 3 - Pomme - Mammifère insectivore
d’Asie. 4 - Relatif à la production des sons vocaux. 5 - Victoire
impériale - Erbium - Unau. 6 - Samarium - Sied - Technétium. 7 Singeries. 8 - Tribu israélite - Venue au monde. 9 - Lettres de
Namibie - Désert du Sahara - Mélodie. 10 - Hardis.

Solution mots croisés n° 5485
I
II
III
IV
V
VI
VII

C'est dans l'adversité
que l'on découvre ses
amis.”

9 5 2 8 4 7 1 6 3

8

VII

“Ce qui était vrai hier,
l'est encore
aujourd'hui : mais ce
qui est bien
aujourd'hui, pourra ne
pas l'être demain.”

8 3 7 5 1 9 6 2 4

7

L’HOROSCOPE

VI

“Ce n'est qu'avec les
yeux des autres qu'on
peut bien voir ses
défauts.”

2 6 9 3 8 4 5 1 7

6

V

“Ce n'est pas le puits
qui est trop profond ;
mais c'est la corde qui
est trop courte.”

6 9 5 4 3 2 7 8 1

5

IV

Proverbes
chinois

7 4 8 6 5 1 3 9 2

4

III

Cette grille est de niveau
moyen : elle contient déjà
30 chiffres.

1 2 3 9 7 8 4 5 6

3

II

- chaque bloc de 3X3
contienne tous les
chiffres de 1 à 9.

Solution Sudoku n° 2073

2

N°5486 : PAR FOUAD K.

I

- chaque ligne contienne
tous les chiffres
de 1 à 9 ;
- chaque colonne
contienne tous les
chiffres de 1 à 9 ;

4 1 9

7

Mots croisés

Le sudoku est une grille de
9 cases sur 9, divisée ellemême en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
est de la remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9
de manière que :

VIII
IX
X

1

2

3

4

P
E
R
I
P
H
R
A
S
E

A
P
U
R
E
M
E
N
T
S

S
H
E
O
L

S E T
E M E
O R
N I E
E
B
V E R
É G A
O N
T
T
U I E

N
A
O
S

5

6

7

8

9

10

E M P S
R I D E
G E
V
T I R
O T T E
B E S
T S
A
U
O R
S U B A
S I L

SCORPION
(23 octobre- 22 novembre)

Vous n’aurez pas trop de difficultés à remettre de l'ordre
dans vos affaires temporairement négligées.

SAGITTAIRE
(23novembre-20 décembre)

Mâchez quarante fois une poignée de lentilles vertes, ce
n'est pas follement excitant,
mais c'est excellent pour
votre pèse-personne.

CAPRICORNE
(21décembre-20janvier)

Allons, soyez plus raisonnable
pour ne pas faire souffrir
votre moitié ou risquer une
rupture.

VERSEAU
(21janvier-19février)

Comme vous placez toujours
très haut les canons de la
beauté, vous serez moins
enclin que jamais à pardonner à l'autre de vous décevoir.

POISSONS
Troubler
———————————
Prime

(20février-20mars)

s

Par
Naït Zayed

Les rapports avec les pays
étrangers s'avéreront compliqués. On ne saurait trop vous
recommander une forte
diplomatie.

s

s

s

(21mars-20avril)

s

s

s

Quote part
———————————
Infamie

TAUREAU

s

De taire

s
Île du désert
———————————
Id est

s
s

Consonnes
———————————
Noua

s

Enzyme
———————————
Scaner

GÉMEAUX

s

Intrigue

s

s

s

(21avril-21mai)

Avis de tempête sur le secteur
famille, qui sera occupé par
des agitateurs. Une ambiance
explosive à la maison : disputes, coups de colère, malentendus...

Ville
allemande
dérangée

Grande
ouverte

s

s

Célibataires, cet aspect de
Vénus vous aidera à savoir
clairement ce que vous voulez
côté cœur et à lutter courageusement pour l'obtenir.

s

Brame
———————————
Indien

s

Possessif
———————————
Secouas

s

s

Père
de la relativité

s

s

s

s

s

Voyelles
———————————
Entreprise
agricole

Souverain

s

s

s

Rempli
d’écume
———————————
Nabot

s

s

s

s

Action de
retenir
———————————
Tête d’Ibis
———————————
Négation

Écrivain
algérien

s

La journée va vous gratifier
d'une bonne résistance physique et vous donnera d'assez
bons espoirs d'amélioration
de votre standing.

LION
(23juilet-22août)

Il n'y a pas que la beauté physique qui compte. Faites un
inventaire exhaustif de ses
qualités intellectuelles et
morales.

s

s

s

Voyelle double
———————————
Agence US
———————————
Vase

s

s

s

s

Décision de
l’exécutif

Vieux soldat
———————————
Réfute

(22 juin- 22 juillet)

s

s

Lac des
Pyrénées

SOLUTION
DES MOTS FLÉCHÉS N° 780

s

Néant
———————————
Bramer
———————————
Personnel

Magistrat
———————————
Iridium

CANCER

s

s

Petites rues
————————————————
Querelle
————————————————
Note
————————————————
Paresseux

s

Voyelle double
———————————
Consonnes

Consonnes

La journée
permettra de
belles rencontres. Vous trouverez les mots justes pour
exprimer votre flamme et
persuader l'heureux élu.

D’être

s

s

(22mai-21juin)

Période

s

s

Ute
———————————
Montagne
en Espagne

s

MOTS FLÉCHÉS N° 781

BÉLIER

s

s

Consonnes

s

Numéral
———————————
Thymus

s

Préposition
————————————
Points opposés
————————————
Dieu
de l’amour

s

s

s

Imposant
——————————
Cérium

Débarcadère - Ion - Saur - Car - Ni - At - Réer - F - TGV - Ruisseau - Étêtage - Tt - R - Gel - Gaufre - T - R - L - Ars - Are - Ale - Lie - D - Ne - Loiret - Iéna - Ente
- Cu - A - E - M - E - Étalon - R - Éc - Mou - Érato - Non - Assènes - Tracas - Est.

Des

22

Gens

& des

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

Faits

LIBERTE

Vous écrivez des histoires et aimeriez les faire publier. Envoyez-les-nous à l’adresse suivante : libertehistoires@gmail.com. Si après sélection elles retiennent l’attention de la rédaction, elles seront publiées.

CHRONIQUE DU TEMPS QUI PASSE
Récit de Adila Katia

Les regrets
ne changent rien
56e partie
Résumé : Ibtissem le presse d’aller à l’hôtel, mais avant,

elle tient à aller dîner au restaurant. Madjid n’a pas le
choix. Il l’y emmène. Ibtissem mange de bon appétit
alors qu’il ne peut rien avaler. Le fait de passer la nuit
avec elle ne le rassure pas. En fait, il a peur d’elle…

- Voici votre clef ! Votre chambre est
située au deuxième étage. Nous
avons une discothèque si vous voulez passer un bon moment…
- Oh oui, ça nous ferait du bien, de
nous détendre un peu, dit Ibtissem
à Madjid. J’ai envie de danser…
Elle se rappelle les fois où elle et Fethi se rendaient en discothèque. Fethi avec qui la vie était plus simple.
Elle était heureuse avec lui. La faucheuse n’a rien laissé sur son passage. Elle lui a pris Fethi et sa mère.
- Ça va ?, demande Madjid en remarquant son silence et son regard
absent.
Ibtissem hoche la tête tout en prenant son bras.
- Si tu m’emmènes danser, je pense
que ça ira mieux !, dit elle. J’ai besoin
de faire le vide !
- Je suis épuisé. Je pense que tu peux
comprendre… Il est 22h30. On
pourra faire ça une autre fois ! Ce
soir, je dois récupérer…
Ibtissem retire son bras. Elle le suit
dans les escaliers qui mènent à l’étage. Il ouvre la porte puis s’efface pour
qu’elle entre en premier. Ibtissem se

déchausse et va à la salle de bain. Elle
a envie d’un bon bain d’eau chaude.
S’ils ne vont pas danser, elle le prendra pour se détendre.
Elle sort ses affaires et sa trousse de
toilette.
- Je passe en premier, dit-elle à
Madjid qui s’affalait dans un fauteuil.
- Oui, vas-y… Ibtissem, je n’ai rien
apporté pour la nuit car ce n’était pas
prévu ! Je vais ressortir. Normalement, dans le quartier, je devrais
trouver une supérette où j’achèterais
le nécessaire !
- J’ai du savon, des serviettes…
- Une brosse à dents ?
- Non…
- Écoute, va prendre ton bain. Je serais de retour avant que tu aies fini !
- Pour quelqu’un qui était fatigué, te
revoilà vite en forme ! Tu sais, appelle la réception et demande-leur ce
qu’il te faut… Pas besoin de sortir !
- Hé, inutile de t’énerver ! Je suis allergique à certains produits. J’ai
l’habitude d’utiliser des lingettes
pour bébé. Je ne tarderai pas ! Je ne
vais pas y passer la nuit ! Je reviens
tout de suite !

Dessin/Mokrane Rahim

- C’est promis  ? Tu ne vas pas
m’abandonner ici !
- Non, wellah, je reviens…
Ibtissem lui tend la joue qu’il effleure
à peine. Il sort et Ibtissem n’a plus
aucune envie de bain. Elle ne l’a jamais vu utiliser des lingettes.
- Un mensonge de plus, se dit-elle en
reprenant ses chaussures qu’elle
met rapidement puis attrape son sac
à main. Elle descend silencieusement
les escaliers et traverse le hall de la
réception, heureuse qu’il soit désert.
Quand elle sort de l’hôtel, elle a juste le temps d’apercevoir Madjid.
Elle le suit, laissant une vingtaine de
mètres entre eux. Il entre dans un
taxiphone. Le temps d’entrer à son
tour, il est dans la cabine. Il ne peut
pas la voir. Ibtissem fait un signe à
l’employé, puis entre près de celle de
Madjid. Elle peut tout entendre.
Une cloison fine de PVC ne permet
pas d’être vue.
- Oui Nadia… Je ne voulais pas te réveiller, pardon  ! Les enfants vont
bien ?
Ibtissem a beau tendre l’oreille, elle
ne peut pas entendre les réponses.
- Non, je ne suis pas avec elle ! Je passe la nuit à la pharmacie ! L’autre,
c’est une folle  ! Jamais je ne vous
quitterai pour elle ! Elle appartient
au passé ! Je rentre demain…
Ibtissem sort de la cabine puis du
taxiphone.

Elle retourne à l’hôtel, le devançant
de quelques minutes. Elle s’est enfermée dans la salle de bain. Elle
prend une douche froide mais cela
ne sera pas suffisant pour la calmer.
Elle enrage, mais maintenant qu’elle est sûre des sentiments de Madjid,

elle imagine comment se débarrasser de lui…
(À SUIVRE)
A. K.

adilaliberte@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS.

Récit de Yasmina Hanane

Dessin/Amouri

162e partie

Résumé : Blasé, et ne sachant que faire dans une

situation de plus en plus confuse, Samir confie à sa
sœur sa relation avec Ilhem. Elle est un peu surprise,
mais tout compte fait, elle lui révèle que Mordjana se
doutait d’une relation extraconjugale. Il lui demande
alors conseil, et elle lui suggère d’aller d’abord se
reposer. Malika se retourne pour se retrouver nez à nez
avec sa mère.

Mordjana

Elle sursaute avant de demander :
-Mère ! Tu ne dormais pas ?
-Non. Je n’ai pas pris ce sédatif que
tu voulais me faire avaler.
-Pourquoi donc ? Un peu de sommeil t’aurait fait le plus grand bien.
-Tu crois que j’aurais eu le cœur à
m’endormir, alors que mon fils
n’avait pas donné signe de vie depuis
deux jours ?
-C’est vrai. Mais Samir vient d’appeler. Il va bien. Ne t’inquiète donc
pas. Demain, il reviendra à la
maison.
-Pour te raconter son histoire avec
Ilhem.
Malika regarde sa mère dans les
yeux :
-Je n’ai donc pas besoin de te mettre
au courant de cette situation. Tu as
tout entendu.
La vieille Hasna hoche la tête :
-Depuis le temps que je voulais le
voir reprendre cette relation, je n’ai
cessé d’y rêver.
-Mais maman, tu oublies Mordjana.
Tu oublies que Samir est déjà marié,
et même père d’un enfant.
-Père d’un enfant ! Je viens plutôt
d’apprendre, et à la bonne heure,
qu’il est père de jumeaux, et qu’ils
sont bien les siens. Je savais que mon
fils n’était pas stérile. Cette vipère de
Mordjana voulait camoufler son infertilité en se cachant derrière son
dos.
-Voyons maman, Mordjana n’a rien
fait de tel. Samir et elle ont consul-

té plusieurs médecins, et tous ont été
formels : aucun d’eux n’est stérile.
-Alors pourquoi n’a-t-elle jamais
porté un enfant ? Vois un peu la différence entre elle et Ilhem qui lui
donne deux enfants en même temps.
Elle se rapproche de sa fille et lui
souffle à l’oreille :
-Je ne me trompe jamais dans mes
jugements. Cette fille n’est pas faite
pour porter des enfants. Son ventre
est aussi vide qu’une citrouille éventrée. Pour garder Samir et rester dans
la famille, elle l’a ensorcelé, et ensuite,
elle a ramené ce chenapan de l’orphelinat pour consolider sa relation
et nous démontrer que le courant
passe bien entre elle et Samir. Elle
peut causer, ce n’est pas à moi qu’elle va faire le coup.
Malika secoue la tête.
-Je ne vois pas où tu veux en venir
mère, mais Mordjana ne mérite pas
autant d’animosité de ta part.
-Oui, c’est ça, défends-la. Toi aussi,
tu as dû faire les frais de ses
amulettes.
-Quelles amulettes ? Cette fille a toujours été malheureuse. Si elle pouvait
user de sorcellerie et d’amulettes, elle
n’aurait pas servi d’appât dans une
partie de poker.
-Tu divagues ma fille. Cet appât
l’arrangeait doublement. Elle a quitté le trou perdu où elle vivait et épou-

sé un homme comme Samir, jeune,
beau et diplômé. Et puis, par cette
union, elle est devenue membre
d’une famille comme la nôtre. Une
famille qui n’a pas à rougir de ses
origines.
-Elle non plus n’a pas à rougir de ses
origines. Et puis, qui de nous a pu
choisir sa famille de naissance ? Arrête de fabuler maman. Mordjana est
une fille comme il se doit, et Samir
n’est pas malheureux dans son ménage.
-Tu peux le dire. C’est pour cela qu’il
n’a pas résisté à l’appel de son ex.
-Je ne sais pas au juste ce qui s’était
passé, mais demain Samir me racontera toute l’histoire en détail.
Hasna hausse les épaules.
-Qu’il raconte ou pas, moi je suis très
heureuse d’apprendre que mon fils
est enfin père. Des jumeaux ! Deux
enfants en même temps ! Un point
bien marqué pour sa sorcière
d’épouse. S’il n’était pas aussi tard,
j’aurais poussé mes plus beaux
youyous. Enfin, un peu de joie dans
notre maison. Et puis, je ne compte pas laisser passer cette occasion
pour donner une grande fête. Une
fête comme il se doit, pas comme
celle qu’on a organisée rapidement
pour ce mariage de poker.

y_hananedz@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES SONT LES BIENVENUS.

(À SUIVRE)
Y. H.

LIBERTE

Télé 23

Vendredi 18 - Samedi 19 septembre 2015

NUMÉROS UTILES

NCIS : LOS
ANGELES 19H55

Un agent de sécurité
d'une compagnie ferroviaire est agressé par
des hommes masqués,
puis placé sur des rails
avant de mourir écrasé.
La victime avait surpris
ses attaquants, peu de
temps avant, en train de
prendre des photos et
des mesures.

CANAL+
THE NOVEMBER MAN

ESPRITS CRIMINELS 22H15
L’équipe travaille avec la CIA afin d'identifier
un traître. La taupe a déjà assassiné un
agent et représente une menace pour une
jeune Saoudienne, collaboratrice régulière de
la CIA qui se cache avec ses enfants, sous
protection gouvernementale.

19H58
Devereaux, ex-agent de la CIA, reprend du service pour exfiltrer une ancienne maîtresse qui travaille pour Fedorov, un général russe. Ce dernier
veut la faire tuer. Devereaux la sauve de justesse,
mais elle est tuée par des hommes de la CIA qui
la surveillaient.

DEUX PETITES FILLES EN
BLEU 19H50

PAWN STARS, LES
ROIS DES ENCHÈRES
19H55
Dirigée par Richard Harrison,
surnommé “Old man”, et son
fils Rick, la Gold & Silver Pawn
Shop est une boutique de
prêteurs sur gages basée à Las
Vegas. Depuis 1989, des clients
venus de tous horizons leur
apportent les objets les plus
hétéroclites, espérant en tirer
quelques dollars.

En rentrant d'une soirée, Simon et Julie
Malherbe découvrent leur baby-sitter évanouie. Leurs adorables jumelles de 6 mois
ont été kidnappées. Ils reçoivent rapidement
une importante demande de rançon : sept
millions d'euros.

URGENCES MÉDICALES : 115
- Samu 021 43.55.55 / 021.43.66.66
- Centre antipoison 021.97.98.98
- Sûreté de wilaya 021.73.00.73
- Gendarmerie nationale 021.76.41.97
- Panne gaz 021.68.44.00
- Panne électricité Bélouizdad
021.67.24.52
- Panne électricité Bologhine
021.70.93.93
- Panne électricité El-Harrach
021.52.43.29
- Panne électricité
Gue de Constantine
021.83.89.49
- Service des eaux
021.67.50.30 - No vert : 1594
- Protection civile
021.71.14.14
- Renseignements : 19
- Télégrammes : 13
- Gare routière Caroubier :
021 49.71.51/021 49.71.52/021 49.71.53 021
49.71.54
- Ministère de la Solidarité nationale, de
la Famille et de la Communauté nationale
à l’étranger. Personnes en difficulté ou
en détresse :
No vert : 15-27

HÔPITAUX
- CHU Mustapha: 021.23.55.55
- CHU Aït Idir : 021.97.98.00
- CHU Ben Aknoun : 021.91.21.63 021.91.21.65
- CHU Beni Messous : 021.93.15.50 021.93.15.90
- CHU Kouba : 021.28.33.33
- CHU Bab El Oued : 021.96.06.06 021.96.07.07
- CHU Bologhine : 021.95.82.24 021.95.85.41
- CPMC : 021.23.66.66
- HCA Aïn Naâdja : 021.54.05.05
- CHU El Kettar : 021.96.48.97
- Hôpital Tixeraine : 021.55.01.10 à 12
(standard)

COMPAGNIES AÉRIENNES

SAUVONS NOS
TRÉSORS 19H55

SULAWESI, ITINÉRAIRE
D'UNE FAMILLE BADJO
21H10

AIR ALGÉRIE
1, place Audin 16001 Alger
- Tél. : +213 21.74.24.28
- +213 21.65.33.40
Réservation : 021.68.95.05
AIGLE AZUR
Aéroport d’Alger H - B
- Tél. :+213 21.50.91.91
21.50.91.91. Poste 49.31
AIR FRANCE
Centre des affaires
- Tél. :021.98.04.04
- Fax. :021.98.04.43

LE RHIN 19H50

Surnommés les “hommes-pirogues”, les
Badjos figurent parmi les peuples menacés
d'Indonésie. La famille de Dafrin vit dans l'archipel des Togian. Entre les récifs coraliens,
chacun participe à la pêche : grands-parents,
parents et enfants partagent un quotidien
fait de traditions et de foi en l'avenir.
Châteaux, chapelles,
maisons, églises, granges,
donjons… l'animateur invite
le téléspectateur à découvrir
des sites parfois ignorés,
voire totalement inconnus,
mais riches d’un passé et
d’une architecture insignes.

LA VIE RELIGIEUSE
Horaires des prières
5 dhou el hidja 1436
Samedi 19 septembre 2015
Dohr............................. 12h42
Asr................................ 16h11
Maghreb.................... 18h54
Icha................................. 20h12
6 dhou el hidja 1436
Dimanche 20 septembre 2015
Fadjr............................. 05h07
Chourouk..................
06h34

Suivant le cours du fleuve, les réalisateurs
évoquent l’histoire, les mythes et les
légendes qui accompagnent le Rhin. Ainsi, né
de la confluence en Suisse de deux rivières, le
Rhin antérieur et le Rhin postérieur, le fleuve
tire son nom du mot celte “renos”, signifiant
l’eau qui coule. 

LIBERTE

Directeur de la Publication-Gérant : Abrous Outoudert
e-mail : abrousliberte@gmail.com

Quotidien national d'information - Édité par la SARL - SAEC - Capital 463 000 000 DA
Siège social : 37, rue Larbi-Ben M'Hidi - Alger BP. 178 Alger-Gare

Directeur de la rédaction : Saïd Chekri

DIRECTION ET RÉDACTION

PUBLICITÉ

Lotissement Ezzitoune n° 15 Oued Roumane- El Achour - Alger
Tél. : (021) 30 78 47/ 48/ 49 (lignes groupées)
Fax (021) 31 09 09 (direction générale) - Fax : 021 30 78 70 (rédaction)

BUREAUX RÉGIONAUX
ANNABA
26, rue Mohamed-Khemisti
Tél / Fax : (038) 86 75 68
CONSTANTINE
36, avenue Aouati-Mostéfa
Rédaction : Tél. : (031) 91 20 39
Tél./ Fax : (031) 91 23 71
Publicité : 39, avenue
Aouati-Mostéfa
Tél. : (031) 92 24 50
Tél./ Fax : (031) 92 24 51

ORAN
26, rue de Nancy
(derrière l’ex-consulat de
Russie)
Fax : (041) 41 53 99
Tél. : (041) 41 53 97
MASCARA
Maison de la Presse :
Rue Senouci Habib - Mascara
Tél. / Fax : (045) 80 36 85

BLIDA
79, boulevard Larbi-Tébessi
Tél. / Fax: (025) 40 85 85
TIZI OUZOU
Bâtiment Bleu - cage C
2e ét Tél. : (026) 12 67 13
Fax : (026) 12 83 83
BÉJAÏA
Route des Aurès - Bt B - Appt
n°2 - 1er étage
Tél. / Fax : (034) 16 10 33

Siège Liberté Tél. : (021) 30 78 97 / Fax : (021) 30 78 99
ANEP 1, avenue Pasteur - Alger
Tél. : (021) 73 76 78 / 73 71 28 Fax : 021 73 95 59

TIARET
Maison de la presse
Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92
CHLEF
CIA des Fonctionnaires
Bt C cage M n°03
Tél. / Fax : (027) 77 00 17

OUM EL-BOUAGHI
Cité 1000-Logements (NASR)
Tél./Fax : (032) 55 78 99

PAO
SARL - SAEC
IMPRESSION

SIDI BEL-ABBÈS
Immeuble Le Garden
(face au jardin public)
Tél./Fax : (048) 65 16 45

Centre : Liberté : 021 87 77 50
Ouest : Liberté - Est : Sodipresse
Sud : Sarl TDS : 0661 24 209 10
Agence BDL 1 rue, Ali Boumendjel
16001 (Alger)
CB : 005 00107 400 229581020

SÉTIF
9, rue Colonel Amirouche.
Tél/fax : 036 82 14 14

Les manuscrits, lettres et tous documents remis
à la Rédaction ne sont pas rendus
et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque
réclamation.

ALDP - Simprec - Enimpor - SIA-SUD
DIFFUSION

LIBERTE

ELLES SERONT PRODUITES À ORAN

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D'INFORMER

Prothèses pour handicapés

www.liberte-algerie.com
g

- www.facebook.com/JournalLiberteOfficiel
- twitter : @JournaLiberteDZ

NAFTAL RASSURE L

La distribution de carburant
assurée pendant l'Aïd

n Le carburant
l'Aïd el-Adha, à l'instar des autres jours, a indiqué jeudi un communiqué de l'Entreprise nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (Naftal). “La distribution des produits pétroliers sera assurée
sur l'ensemble des stations-service et des points
de vente de jour comme de nuit à travers toutt
le territoire national”,
” précise le communiqué.

DILEM
D. R.

alidilem@hotmail.com

nDes prothèses pour handicapés
seront produites prochainement
par une jeune entreprise algérienne New Research and Engineering
(Neren), spécialisée dans les solutions technologiques d’aide à la
productivité basée à Oran, a-t-on
appris de son concepteur. Il s’agit
de prothèses de membres inférieurs et supérieurs bioniques pour
handicapés, a déclaré à l’APS,
le Dr Taleb Mahir, PHD en biorobotique, directeur de laboratoires de
recherche en génie-biomédical des
universités d’Oran et de Tlemcen et
directeur général de Neren.
“Ces produits personnalisables,

ayant subi des tests de production
concluants, sont en cours d’homologation pour leur commercialisation”,
” a-t-il souligné. “À l’exception
des moteurs électriques qui sont
importés, tout le reste est fabriqué localement”, a-t-il ajouté. Le docteur Taleb Mahir a, à son actif, au
moins six inventions portant notamment sur “le contrôle des signaux par électromyogrammes”, “le
contrôle 3D dans les blocs opératoires” et “le système billettique”
que vient de faire commande l’entreprise de transport urbain d’Oran
(ETO).
APS

D. R.

Le Forum de “Liberté” reçoit
Mme Iman Houda Feraoun
n La Ministre de la Poste et des
Technologies de l’information et de la
communication, Mme Iman Houda
Feraoun, sera l’invitée du Forum de
Liberté lundi 21 septembre 2015. Elle y
abordera, entre autres, la
généralisation d'internet,
la 4G mobile, les parcs technologiques,
le catalogue d’interconnexion, la poste
et la banque postale et la gestion
du courrier.

L'ORCHESTRE SYMPHONIQUE D'AUTRICHE EN CONCERT
À TAMANRASSET

Il jouera de l’imzad
ÉGYPTE

“La lycéenne au zéro” demande une enquête indépendante

APS

des Touareg. Ce concert “reflète
l'appréciation et l'intérêt qu'accorde
l'Autriche au riche héritage culturel
de l'Algérie”, a-t-on souligné de
même source.
APS

LA DÉCISION A ÉTÉ PRISE HIER

L'Union africaine annonce la suspension
du Burkina Faso à la suite du coup d'État

n L'Union africaine a annoncé, hier, vendredi, la suspension du Burkina Faso après le coup d'État militaire, jeudi, qui a donné un coup
d'arrêt à la préparation des élections générales dans ce pays
d'Afrique de l'Ouest. À l'issue d'une réunion du Conseil de paix et
de sécurité de l'UA, l'organisation continentale a “suspendu (le Burkina Faso) de toutes les activités de l'UA, avec effet immédiat”,
” a déclaré à la presse un diplomate en poste à l'UA.

ROUMANIE

Le Premier ministre sera jugé
à partir de lundi
nLe procès du Premier ministre
roumain, Victor Ponta, accusé de
corruption, commencera lundi devant la Haute Cour de justice, a annoncé hier l'agence officielle Agerpress. M. Ponta, qui clame son innocence, est le premier chef de
gouvernement roumain à devoir se
défendre devant un tribunal alors
qu'il est toujours en fonction. Le
Parquet anticorruption (DNA) a
annoncé, jeudi, avoir achevé l'en-

quête le visant et envoyé le dossier
à la Haute Cour. M. Ponta a, jusqu'ici, rejeté les appels à la démission, assurant, toutefois, qu'il allait
“respecter la décision des juges,
quelle qu'elle soit”. Il est accusé de
“17 infractions de faux en écriture,
de complicité d'évasion fiscale et de
blanchiment”, pour des faits remontant à 2007-2011, alors qu'il
était avocat.
AFP

n Une lycéenne devenue une icône
de la lutte anticorruption en Égypte après avoir dénoncé une falsification de ses résultats au bac a réclamé, jeudi, une enquête indépendante après que le parquet a démenti
ses accusations. “Je m'y attendais
mais je continuerai mon combat
contre l'injustice jusqu'à la fin”, a-telle promis lors d'une conférence de
presse. Fille d'un instituteur d'un village pauvre au sud du Caire, Mariam
Malak, 19 ans, avait obtenu des
notes globales de 97 sur 100 lors de
ses deux précédentes années de lycée mais a obtenu un zéro à toutes

les matières au baccalauréat. Celle qui
rêve de devenir médecin, comme ses
deux frères, avait
alors dénoncé une
falsification, devenant un symbole de
la lutte contre la corruption. Ses avocats
soutiennent que ses
copies ont été troquées contre celles
de l'enfant d'une personnalité influente. Face à l'émotion grandissante, le Premier ministre égyptien,

D. R.

nDes artistes de l'Orchestre
symphonique d'Autriche
animeront, demain, dimanche, à Tamanrasset, un
concert de musique classique. Organisé dans le cadre
d'une coopération entre l'association “Sauver l'imzad” et
l'ambassade d'Autriche en
Algérie, ce concert prévu à
19h00 à Dar Imzad sera interprété
par des musiciens de l'ensemble autrichien “Concilium Vienne” jouant
d’instruments traditionnels, dont
l'imzad, monocorde de la musique

qui a aujourd'hui démissionné, l'avait
reçue et lui avait affirmé son soutien.
AFP

ACCIDENT DE LA MECQUE

Décès d'un deuxième hadji algérien
n Un hadji algérien, décédé suite à la chute
d'une grue la semaine dernière à La Mecque, a
été identifié, portant à deux le nombre de hadjis
algériens morts dans cet accident, a indiqué,
hier, le porte-parole du ministère des Affaires
étrangères, Abdelaziz Benali Cherif. “Le hadji
Bouazza Attia, né le 17 décembre 1957, originaire
de la wilaya d'Aïn Temouchent, est décédé suite à
l’accident de grue survenu la semaine dernière à

La Mecque”, a indiqué, dans une déclaration à
l'APS, Benali Chérif, précisant que “le corps du
défunt a pu être identifié grâce à ses empreintes
digitales”. Le porte-parole du ministère a précisé,
en outre, que six blessés algériens restent
hospitalisés et que leur état de santé
“est en constante amélioration”. Le premier hadji
algérien décédé dans cet accident est Meghatri
Abdelkader, né en 1941, à Aïn Defla.
APS

ALORS QUE QUATRE FEMMES ENCEINTES SONT PORTÉES DISPARUES

Sept migrants dont un enfant meurent au large de la Libye
nSept cadavres de migrants dont celui d'un enfant ont été repêchés en
Méditerranée au large de Tripoli
hier, ont annoncé les gardes-côtes libyens en précisant que quatre
femmes enceintes sont toujours portées disparues.

Cent deux autres migrants, d'origine africaine, ont pu être secourus et
ramenés à terre par un pétrolier libyen qui effectuait une liaison régulière entre Tobrouk (est) et Zawia
(ouest), ont précisé les gardes-côtes.
"Nous étions à environ 22 miles ma-

rins au nord-est de Tripoli lorsque
nous avons aperçu, vers 9 heures locales (07H00 GMT) ce vendredi, un
groupe de personnes dans l'eau", a raconté à l'AFP Mohamad al-Kone, officier sur le pétrolier libyen “Anouar
al-Khaleej”.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful