Vous êtes sur la page 1sur 1
PREMIER MINISTRE La Direetrice du Cabinet Paris le 15 septembre 2015, Monsieur le directeur, Dans son édition papier de ce jour datée du 16 septembre, sous la plume du journaliste Franck Johannés, votre journal met gravement en cause I’action du Premier ministre en indiquant que Monsieur Jean-Marie Delarue a été « écarté par le Gouvernement » de la future Commission nationale de contréle des techniques de renseignement. Votre journal précise que les motifs de cette prétendue décision seraient imputables 4 ’indépendance dont Monsieur Delarue a fait preuve dans ses fonctions actuelles 4 la téte de la Commission nationale de contréle des interceptions de sécurité. Au titre du droit de réponse prévu par la loi du 29 juillet 1881 sur Ia liberté de Ia presse, je vous prie de porter a la connaissance de vos lecteurs dés votre prochaine édition les vifs regrets du Premier ministre sur le fait que de telles affirmations sans aucun fondement puissent trouver place dans vos colonnes. Ainsi que la loi I'a prévu, la désignation des quatre magistrats membres de la CNCTR appartient exclusivement aux plus hautes autorités des cours suprémes des ordres administratif et judiciaire, le vice-président du Conseil d’Etat d’une part, et conjointement le Premier-président et le Procureur général prés Ia Cour de cassation d’autre part. Le Gouvernement ne peut done qu’entériner le choix effectué par ces hauts magistrats. Les commentaires de l'article sur un choix qui ne reléve pas du Gouvernement ne sont qu’une interprétation abusive, voire malveillante, de son action en matiére de contrdle des services de renseignement, Je vous pric de croire, Monsieur le directeur, 4 l’expression de mes respectueuses salutations. ‘Véronique BEDAGUE-HAMILIUS Monsieur Louis DREYFUS Directeur de la publication du Journal Le Monde 80, boulevard Auguste Blanqui 75013 PARIS Hotel de Matignon ~ 87, rue de Varenng - 75007 PARIS ~ Tél. 01 42 75 80 00