Vous êtes sur la page 1sur 10

L’Herne

Roché

L’Herne

Les Cahiers de l’Herne paraissent sous la direction de Laurence Tâcu

Henri Pierre Roché

Ce Cahier a été dirigé par Catherine du Toit et Xavier Rockenstrocly

Ce Cahier est publié avec le soutien du CNL

Les Éditions de L’Herne remercient M. Jean Roché, la Fondation Catherine Gide ; Mme Madeleine Morgenstern et la Succession Truffaut ; le Harry Ransom Center ; Mme Jacqueline Gojard et l’Association Marcel Duchamp.

Ainsi que M. Claude Bernard ; M. Raymond Cauchetier ; M. Gilles Defaix ; Mme Elizabeth Garver ; Mme Christiane Hessel ; M. Jean-Jacques Lebel ; Mme Florence Malraux ; Mme Marie-Françoise Peteuil et M. Peter Schnyder.

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

© Éditions de L’Herne, 2015

22, rue Mazarine 75006 Paris lherne@lherne.com www.lherne.com

Sommaire

9 Xavier Rockenstrocly et Catherine du Toit Avant-propos. Itinéraire d’un inconnu célèbre

I – Une vie

13

Catherine du Toit Henri dit Pierre Roché, fils de…

22

Catherine du Toit Le devenir écrivain

31

Giusy De Luca Impressions d’Amérique : un Français rêve les yeux ouverts

37

Catherine du Toit « Vivre à la galope »

50

Stéphane Hessel C’est donc vous la petite fille dans Jules et Jim !

54

Stéphane Hessel Danse avec le siècle

56

Jean C. Roché L’amitié pour lui, c’était plus important que l’amour

58

Xavier Rockenstrocly Les années Beauvallon (1941-1946)

63

Les élèves de Beauvallon Roché à Beauvallon

66

Catherine Stahly Mougin Monsieur Roché

II – Une œuvre

71

Catherine du Toit Les premiers tâtonnements littéraires d’Henri Pierre Roché

80

Catherine du Toit Les absents ont toujours tort ou la Grande Guerre d’Henri Pierre Roché

85

Catherine du Toit Don Juan et… totalité ou dispersion ?

93

Xavier Rockenstrocly Écrire Jules et Jim

98

Jacques Laurent Les jeux de l’amour et de l’amitié

99

Henri Pierre Roché Lettre à Helen

100

Gaston Gallimard et Jean Paulhan « Henri Pierre Roché que la gloire saisit enfin »

102

Xavier Rockenstrocly Un pur amour à trois ?

110

Marion Lombard Incisions, incises, incidentes dans Jules et Jim

116

Giusy De Luca Les égarements du cœur et de l’esprit au xx e siècle : Deux Anglaises et le Continent

123

Martine Steyn Deux Anglaises et le Continent : roman épistolaire, journal intime, autobiographie ?

130

Catherine du Toit Roché et la notion de « race »…

132

Xavier Rockenstrocly Le journal

140

Denise Roché Une lettre à François Truffaut

143

Robert Gallimard Lettre à François Truffaut

144

Catherine du Toit Journaux croisés, textes creusés

157

Antoine Raybaud Cette écriture qui n’est à personne

160

Serge Fauchereau Les écrits sur l’art

165

Xavier Rockenstrocly Victor

III – Textes inédits d’Henri Pierre Roché

175

Nouvelles iNédites

175

Le Pasteur

176

La Petite Reine et le cœur

177

Armoire à glace

177

Punaises

178

Poèmes

178

Poème sans titre

178

Litanies amoureuses d’un gourmand

179

Pierrette

179

Poèmes chinois (traduction d’Henri Pierre Roché)

IV – Mécène, amateur, ami des arts

183

Henri Pierre Roché « Adieu, brave petite collection »

189

Aline Petitier Un amateur sur tapis volant

194

Scarlett et Philippe Reliquet L’amitié Roché – Duchamp

203

Marcel Duchamp et Henri Pierre Roché Lettres

208

Henri Pierre Roché Diskoptiksdemarcelduchamp

210

Pablo Picasso Quelques mots…

211

Henri Pierre Roché Mercure ou l'histoire d'une collaboration

212

Sabrina Dubbeld Henri Pierre Roché, allié substantiel de la sculpture

221

Henri Pierre Roché La galerie M.A.I.

222

Henri Pierre Roché Grandeur et solitude de Constantin Brancusi

224

Damien Top Henri Pierre Roché et les musiciens

233

Georges Auric La vie obscure d’Henri Pierre Roché

236

Érik Satie et Henri Pierre Roché Correspondance

V – Roché et les écrivains

255

Karin Grund-Ferroud Henri Pierre Roché et Franz Hessel

262

Xavier Rockenstrocly Henri Pierre Roché et André Gide

264

Henri Pierre Roché Lettres à André Gide

272

André Gide Lettre à Henri Pierre Roché

273

Catherine du Toit Roché et Gertrude Stein

276

Gertrude Stein Roché

278

Cyrena N. Pondrom Mais est-il « complet » ?

281

Henri Pierre Roché et Gertrude Stein Deux lettres

283

André Salmon

« De toute mon amitié… »

VI – Rayonnement

287

Marie Desplechin L’écriture sait attendre

 

292

Pascal Ory L’homme qui aggrave son cas

294

Robert Stam L’homme qui aimait les femmes

300

Jean Gruault Il y a chez Roché une très grande liberté

302

Henri Pierre Roché et François Truffaut Correspondance

309

Robert Bober

 

«

Ne faites pas souffrir, Jim

»

312

Dominique Fourcade Décisions ocres

319

Bibliographie

325

Biographie des contributeurs

Avant-propos Itinéraire d’un inconnu célèbre

Xavier Rockenstrocly et Catherine du Toit

Henri Pierre Roché ? S’il n’est pas complètement méconnu, c’est parce que, souvent, son nom est associé à celui d’un autre. Albert Roussel (Poèmes chinois), François Truffaut (Jules et Jim, Les Deux Anglaises et le Continent) ou Marcel Duchamp, Constantin Brancusi, Gertrude Stein, Marie Laurencin… Homme discret, timide même, comme le décrit si bien le poète André Salmon :

Ombres de la Closerie ! Je sais quelqu’un qui les saurait bien évoquer toutes ; un de mes plus anciens camarades, un peu mon aîné et c’est beaucoup dire ; le moins loquace des familiers de la terrasse ; l’un de ses meilleurs observateurs : H.P. Roché.

Or ce silence autour d’Henri Pierre Roché est inqualifiable parce qu’il ne rend pas justice à son œuvre et sa personnalité. Et aussi, parce que, au cœur de la création artistique de la première moitié du xx e siècle, il éclaire d’une manière très particulière l’histoire culturelle de cette époque.

Au moiNs trois PoiNts mériteNt dêtre visités et reNdus lArgemeNt Publics

Sa vie (1879-1959) : Henri Pierre Roché est un homme de son temps et il en épouse toutes les interrogations, les partage avec les écrivains et les artistes. Première et Seconde Guerres mondiales, idéal européen, cosmopolitisme se mêlent étroitement à des considérations plus exis- tentielles sur les rapports amoureux et notamment sur la place de la sexualité. Force est de constater que la vie et les réflexions qu’elle lui inspire font preuve d’une avance considérable sur son époque, cherchant notamment à se débarrasser de ce qui nuit à l’épanouissement amoureux.

Son œuvre écrite : François Truffaut a sauvé une partie de cette œuvre de l’oubli. Mais paradoxalement, ses films ont aussi étouffé l’œuvre de Roché, qu’il est temps de reconnaître à sa juste valeur. Jules et Jim et Deux Anglaises et le Continent sont d’une modernité étonnante non seulement par les thèmes abordés mais surtout par la manière dont ils le sont : un style extrêmement tendu, où la parataxe l’emporte sur le développement complaisant, une pointe acérée pour faire vivre des personnages, le sens du détail concret qui évacue le long discours, la confrontation de points de vue, sans parler de l’utilisation d’une abondante matière autobiogra- phique (on placerait aisément aujourd’hui Roché dans les auteurs d’autofiction par exemple). Mais à côté de ces œuvres connues, existent également plusieurs textes édités et ensuite oubliés. Don Juan et…, publié en 1921 et réédité par André Dimanche en 1994, réserve à la figure du séducteur un traitement ironique qui reflète parfaitement le nouveau désordre amoureux du début du xx e siècle. Dans ce texte, les longues années de réflexion sur la séduction et l’érotisme trouvent leur première configuration concrète. Le Don Juan de Roché est précédé par plusieurs

textes courts et tout aussi méconnus ; des nouvelles dans L’Ermitage, Vers et Prose et Le Mercure de France ; un feuilleton écrit pendant la Grande Guerre et publié dans Le Temps avant d’être édité sous forme de livre. Il faut aussi compter le grand nombre de traductions – de l’anglais et de l’allemand – qui ont donné lieu à d’autres expressions artistiques, telles que les poèmes chinois mis en musique par Albert Roussel ou La Tunique jaune avec Sylvio Lazzari. S’y ajoutent nombre d’inédits : un journal, qui couvre près de soixante ans (1903-1959) d’une densité et d’une écriture qui en font un journal très singulier (les années 1920-1921 ont été publiées par André Dimanche en 1990) ; des nouvelles et un roman inachevé dont le personnage principal est Marcel Duchamp, qui donnent une ampleur et une profondeur inattendues à cette œuvre.

Son œuvre critique : Roché écrira beaucoup sur les artistes qu’il fréquente. Il est une source inépuisable de renseignements sur Picasso, Braque, Marie Laurencin, Marcel Duchamp, mais aussi sur les musiciens Erik Satie, Albert Roussel, Georges Auric… Et s’il est un ami très intime de Constantin Brancusi, il se passionne aussi pour les jeunes sculpteurs de l’après-guerre :

Étienne-Martin, François Stahly… écrivant de nombreux textes, dont beaucoup d’inédits. Mais sa critique est très particulière car elle est toujours pleine d’empathie pour le travail et la person- nalité des artistes.

On le voit : les raisons ne manquent pas de rendre à Henri Pierre Roché la place qui est la sienne. Le travail que nous présentons cherche donc à rendre compte des multiples facettes de ce personnage hors-norme, dont l’œuvre doit connaître la lumière. Et que, lorsqu’est mentionné le nom de Roché, on ne soit plus obligé de dire : « Roché ? L’ami de… »

ne soit plus obligé de dire : « Roché ? L’ami de… » Henri Pierre Roché,

Henri Pierre Roché, Five-Way View. Archives Harry Ransom Center, The University of Texas at Austin.