Vous êtes sur la page 1sur 26
Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

Supplément

Sport

ELLE AFFRONTERA LE TP MAZEMBE EN FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE

ELLE AFFRONTERA LE TP MAZEMBE EN FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE

L’USMA aux portes de l’Histoire !

P.13 à 17

LUTTE ANTITERRORISTE ET CIRCULATION DES PERSONNES

Ce que Bruxelles attend d’Alger P.6

DES PERSONNES Ce que Bruxelles attend d’Alger P . 6 LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

TOUT EN CONSIDÉRANT L’ALGÉRIE PARMI LES 10 PAYS LES PLUS STRATÉGIQUES POUR ELLE

Novo Nordisk lance le projet d’extension de son usine à Tizi Ouzou P.7

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7042 LUNDI 5 OCTOBRE 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

SON INITIATIVE A ÉTÉ VALIDÉE HIER PAR LE CC DU FLN Un nouveau “front” pour
SON INITIATIVE A ÉTÉ VALIDÉE HIER PAR LE CC DU FLN
Un nouveau “front”
pour Saâdani
P.3
Yahia/Liberté
Un nouveau “front” pour Saâdani P.3 Yahia/Liberté TALAIE EL-HOURRIYET DÉFEND LE GÉNÉRAL HASSAN ET REBRAB ET

TALAIE EL-HOURRIYET DÉFEND LE GÉNÉRAL HASSAN ET REBRAB ET DÉNONCE

“Une épuration politique pour crimes de non- allégeance” P.2

épuration politique pour crimes de non- allégeance” P.2 INVITÉ DU DÉPARTEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES DE

INVITÉ DU DÉPARTEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES DE L’UNIVERSITÉ DE BOUIRA

Temmar soutient Rebrab et “tacle’’ Bouchouareb P.2

Temmar soutient Rebrab et “tacle’’ Bouchouareb P.2 LE SOCIOLOGUE NACER DJABI À “LIBERTÉ” “Le pouvoir,

LE SOCIOLOGUE NACER DJABI À “LIBERTÉ”

“Le pouvoir, frappé d’autisme, fait peur aux Algériens” P.4

Publicité

pouvoir, frappé d’autisme, fait peur aux Algériens” P.4 Publicité AF ANEP N°346 053 Liberté du 05/10/2015

AF

pouvoir, frappé d’autisme, fait peur aux Algériens” P.4 Publicité AF ANEP N°346 053 Liberté du 05/10/2015

ANEP N°346 053 Liberté du 05/10/2015

pouvoir, frappé d’autisme, fait peur aux Algériens” P.4 Publicité AF ANEP N°346 053 Liberté du 05/10/2015

2

L’actualité en question

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

TALAIE EL-HOURRIYET DÉFEND LE GÉNÉRAL HASSAN ET REBRAB ET DÉNONCE

“Une épuration politique pour crimes de non-allégeance”

La formation d’Ali Benflis a rappelé ses positions sur un certain nombre de questions politiques, à commencer par la problématique de la vacance actuelle du pouvoir et son corollaire : le manque de légitimité du régime en place.

L e bureau politique de Talaie El- Hourriyet, le parti présidé par l’ancien chef de gouvernement Ali Benflis, qui a tenu samedi der- nier sa réunion mensuelle ordinai- re, a dénoncé, en des termes viru-

lents, le sort réservé au général Hassan et au patron de Cevital, Issad Rebrab, sans toutefois les nommer, estimant que “cette escalade constitue l’amorce d’une épuration politique pour crimes de non-allégeance”. “Le bureau po- litique a estimé que cette escalade constitue l’amorce d’une épuration politique pour crimes de non-allégeance et entre dans le cadre d’une stratégie d’intimidation et de terreur dont ce ré- gime a déjà menacé ses opposants par le passé et qu’il met à exécution aujourd’hui”, a estimé le parti d’Ali Benflis, dans un communiqué sanctionnant cette réunion. Craignant, visible- ment, des représailles contre tous les acteurs politiques, économiques et sociaux qui ont osé s’opposer à la politique et aux agissements du pouvoir en place, le bureau politique de Talaie El-Hourriyet a, en effet, noté “avec une profon- de préoccupation l’escalade que le régime po- litique en place semble avoir décidé récemment dans le but de faire taire toute opposition ou cri- tique à ses errements, ses dérives et ses dé- faillances de plus en plus graves et de plus en plus coûteuses pour le pays politiquement, économi- quement et socialement”. Dans une allusion claire au traitement réservé au général-major Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan, ex-res- ponsable du DRS chargé de la lutte contre le terrorisme, le parti d’Ali Benflis s’est, ainsi, éle- vé “avec force” contre “cette stratégie dont sont déjà victimes de nobles enfants de ce pays nour- ris du sens le plus élevé du patriotisme acquis auprès de l’ALN et de l’ANP et inspirés du mes-

Yahia/Archives Liberté
Yahia/Archives Liberté

Le parti d’Ali Benflis a mis en exergue “les effets et les manifestations dommageables de la vacance du pouvoir”.

sage sacré des martyrs de la nation dans leur long parcours au service du peuple algérien”. Talaie El-Hourriyet prend aussi la défense d’Is- sad Rebrab, le patron de Cevital, violemment attaqué récemment par le ministre de l’Indus- trie, Abdesselam Bouchouareb. Le parti estime, en effet, que cette même stra- tégie de représailles fomentée par le pouvoir en place est également “dirigée contre les véri-

tables créateurs de richesses qui sont l’objet de harcèlement divers alors que des clientèles rentières bénéficient de complaisances et de to- lérances injustifiées et injustifiables d’un régi- me politique dont le gaspillage, la déperdition des ressources rares et la corruption sont deve- nues des caractéristiques intrinsèques”. La for- mation d’Ali Benflis pense que cette stratégie est également conçue “pour neutraliser les por-

te-étendards de la libre expression et de la dé- fense des libertés fondamentales et des droits in- aliénables de l’Homme”. Le bureau politique de Talaie El-Hourriyet, qui a procédé, à l’occasion de cette réunion men- suelle, à l’évaluation de la situation politique, économique et sociale du pays, n’a pas man- qué de rappeler les positions du parti sur un certain nombre de questions politiques, à commencer par la problématique de la vacan- ce du pouvoir et son corollaire le manque de légitimité du régime en place. Le parti rappelle, à ce sujet, que “les effets et les manifestations dommageables de la vacance du pouvoir s’amplifient et n’épargnent plus aucun segment de la vie politique, économique et so- ciale du pays”. “Cette vacance du pouvoir ajoutée à l’illégitimité des institutions, à leur ab- sence de crédibilité et à la défiance généralisée dont ils sont l’objet, sont au cœur de l’incapa- cité avérée du régime politique en place à mettre le pays en position de relever les défis qui se multiplient devant lui et que chaque jour qui passe aggrave et rend plus difficile à prendre en charge à l’avenir”, martèle le bureau politique de Talaie El-Hourriyet. Au plan économique, le parti a exprimé sa pro- fonde préoccupation quant “aux retards consi- dérables que le gouvernement accuse dans l’élaboration et l’adoption d’une stratégie na- tionale cohérente et effective organisant la ri- poste du pays aux retombées dramatiques de la crise énergétique mondiale”. Au plan social, le parti met, notamment, en garde contre “la dérive qui consisterait à fai- re porter aux seuls citoyens tout le fardeau des ajustements financiers et structurels que requiert la riposte à cette crise”.

HAMID SAÏDANI

INVITÉ DU DÉPARTEMENT DES SCIENCES ÉCONOMIQUES DE L’UNIVERSITÉ DE BOUIRA

Temmar soutient Rebrab et “tacle’’ Bouchouareb

L ’ancien ministre de l’Indus- trie, Abdelhamid Temmar, était hier l’hôte du départe-

ment des sciences économiques de l’Université de Bouira, afin de te- nir une conférence ayant pour thème “L'économie algérienne et le contre-choc pétrolier : enjeux et perspectives”. Lors de cette confé- rence-débat, l’ancien ministre, ré- pondant à une question au sujet de la polémique entre le ministre de l’Industrie et des Mines, M. Bou- chouareb, et l’homme d’affaires, Issad Rebrab, a, d’une manière as- sez explicite, apporté son soutien au patron de Cevital. “Du point de vue des arguments, M. Rebrab a entièrement raison et il ne saurait être autrement. Si blocage il y a, il doit être levé par le gouverne-

ment”, a-t-il déclaré. Dans la fou- lée, l’ex-ministre a “taclé” M. Bou- chouareb sur la “méthode” em- ployée par ce dernier en disant que “si j’étais à la place du ministre de l’Industrie, j’aurais invité M. Re- brab à investir dans l’industrie lourde. Certes, investir dans le sucre et l’huile, c’est bien, mais pour l’intérêt de l’économie nationale, il faudrait que le secteur privé inves- tisse dans l’industrie lourde”. S’agis- sant de la situation économique du pays, Abdelhamid Temmar a dres- sé un tableau des plus sombres de ce secteur, en soulignant que l’éco- nomie algérienne est en “panne”. “À dire vrai, nous n’avons pas d’économie. Nos indices écono- miques sont au plus bas, pour ne pas dire médiocres (…) À ce ryth-

me, l’Algérie court à sa perte !”, s’est-il inquiété. Pour le conféren- cier, les investissements directs étrangers (IDE) sont “la condition sine quoi non” d’un développe- ment économique viable et du- rable. “Quand j’étais ministre, je n’y allais pas par quatre chemins avec les investisseurs étrangers, et je leur disais : ‘Vous voulez faire des profits ? C’est légitime, mais que proposez-vous en échange ? C’est cela la logique commerciale et économique”, expliquera M. Tem- mar. Avant de nuancer quelque peu ses propos, en indiquant que les IDE “ne défendent générale- ment que leurs intérêts”. Néan- moins, préconise l’ancien mi- nistre, “ils (IDE, ndlr) doivent être traités et étudiés au cas par cas, ce

qui permettra de protéger l'écono- mie nationale de leurs agressions et n'autoriser, après les négociations avec les investisseurs étrangers, que les bons investissements qui rapportent, entre autres la techno- logie, les marchés, la formation et les possibilités d'exportation”. À la question : que faire pour re- médier à cette situation ? L’hôte de Bouira recommande, entre autres, la relance “en urgence” des IDE, ainsi que “reprendre le programme de relance fait durant les années 2000 en faveur des investissements et de l'industrie, le réétudier dans le fond, écarter les mesures qui ont des effets de ralentissement et ren- forcer les mesures qui peuvent ai- der la croissance économique”.

RAMDANE B.

D. R.
D. R.

Abdelhamid Temmar, ex-ministre de l’Industrie.

Publicité

der la croissance économique” . RAMDANE B. D. R. Abdelhamid Temmar, ex-ministre de l’Industrie. Publicité =F.1703

=F.1703

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

L’actualité en question

3

SON INITIATIVE A ÉTÉ VALIDÉE HIER PAR LE CC DU FLN

Un nouveau “front” pour Saâdani

La première réunion du nouveau comité central du FLN a été marquée, hier à Alger, par l’adoption et le lancement officiel de la nouvelle présidentielle. Amar Saâdani, qui a signifié que son parti ne peut se contenter de jouer les seconds rôles, a enterré le projet du SG du RND, Ahmed Ouyahia.

Yahia/Liberté
Yahia/Liberté

Le comité central du FLN, issu du dernier congrès du parti, a tenu hier sa première réunion, sour la présidence de Amar Saâdani.

MISE À LA RETRAITE DU GÉNÉRAL TOUFIK ET ARRESTATION DES GÉNÉRAUX HASSAN ET BENHADID

L’art de botter en touche

C eux qui se sont impatientés à guetter l’expression de joie chez le secrétaire général du

Front de libération nationale, Amar Saâdani, au sujet de la mise à la re- traite du désormais ex-patron du DRS, le général Toufik, auront vai- nement attendu. Son commentaire, hier, lors de sa conférence de pres- se en clôture de la réunion du comité central, a été soft. Amar Saâdani a même botté en touche lorsque la question invitait à livrer une appréciation. “Tous les États sont construits sur la Consti- tution et la volonté populaire. Et toutes les institutions sont soumises à la Constitution. Et la source des dé- cisions et changements opérés au sommet de l’État est le président Ab- delaziz Bouteflika”, a-t-il affirmé, comme pour dire que ce qui a été opéré en termes de changements n’ont rien de mesures extraordi- naires. “Je vous assure que la nouvelle Constitution va permettre la construction d’un État civil. Il y aura séparation des pouvoirs et indépen- dance de la justice. Il n’y aura aucu- ne différence entre le citoyen, le gé- néral, le ministre ou le secrétaire gé- néral d’un parti politique”, a-t-il ar- gué encore. Amar Saâdani ne dira rien au sujet des arrestations des généraux Has- san et Benhadid : “L’affaire est entre les mains de la justice.” Il ne dira rien sur la mise à la retraite du général

Toufik, malgré les nombreuses re- lances des journalistes, sauf à plaider de nouveau pour la construction d’un État civil, comme il a eu déjà à le réclamer : “Nous sommes en pha- se de construire un État civil. Avec son expérience et sa maîtrise des affaires du pays, Abdelaziz Bouteflika a agi

méthodiquement et par priorité. Il a d’abord travaillé pour le retour de la paix, ensuite pour construire des institutions solides, et enfin des chan- gements au sommet de l’État pour l’instauration de l’État civil.” À l’oc- casion, Amar Saâdani a lancé des piques à ceux qui ont critiqué le dé- membrement du DRS. “Ceux qui s’opposent au projet de l’État civil veulent maintenir une situation où règnent le chevauchement des pré- rogatives, l’insécurité, le favoritisme et la loi du plus fort”, a-t-il souligné, citant l’exemple des écoutes télé- phoniques qui, jusqu’à un passé ré- cent, n’étaient pas soumises à une autorisation de la justice. “Ce n’est pas normal qu’on vienne écouter mon téléphone pendant que mon épouse me demande d’acheter de l’oignon pour faire à manger…”, a- t-il ironisé. Cela étant, précisant ses choix pour la nomination au bureau politique du parti où ne figure aucun ministre, le SG du FLN dira que ce choix a été dicté par l’impératif d’avoir un exé- cutif totalement libéré pour la ges- tion politique du parti. S’agissant de la révision de la Consti- tution, Amar Saâdani est resté vague. Il a souligné que si l’opération se fait par voie parlementaire, son parti sera majoritaire à l’APN. Et si le Président juge nécessaire de faire l’opération à travers un référendum, il a ajouté que le FLN est assez représentatif sur le territoire national pour faire cam- pagne et faire réussir le projet. Quant, enfin, aux ambitions de suc- cession au pouvoir que certains prê- tent au frère du Président, Amar Saâ- dani a, encore une fois, certifié qu’Abdelaziz Bouteflika règnera jus- qu’à la fin de son mandat en 2019.

“Après cette date, on parlera, peut- être, d’élections présidentielles…”, a-t-il ajouté.

M. MEHENNI

A mar Saâdani a ou- vert hier, à Alger, la première réunion du nouveau comité cen- tral du FLN, issu du 10 e congrès du parti,

sur des propos forts. “Le FLN ne peut pas être dans le rôle d’un parti des se- conds rôles, prenant la direction que décident et dictent d’autres formations politiques. C’est le FLN qui doit mon- trer le chemin et assumer les respon- sabilités qui en découlent”, a-t-il lan- cé. Et c’est dans cette perspective que le SG du FLN a soumis au comité central du parti l’approbation d’une nouvelle alliance présidentielle, qu’il baptise désormais “Initiative poli- tique nationale pour le progrès dans la cohésion et la stabilité”. Une initiative qu’il dit ouverte à tous les partis politiques agréés, aux associations, aux syndicats, aux or- ganisations patronales et aux médias. Toutefois, Amar Saâdani n’a pas manqué de conditionner l’adhésion à ce projet, puisqu’il a précisé que l’appel est destiné à “ceux qui ap- porteront un soutien inconditionnel et un appui sans réserves au pro- gramme politique du président Ab- delaziz Bouteflika”. Et pour mieux justifier pourquoi c’est le FLN qui doit montrer la direction pour l’ave- nir du pays et maintenir son leader- ship, Amar Saâdani a tenu à rappe- ler combien il était “fier de savoir que

l’actuel Premier ministre, Abdelma- lek Sellal, est un militant du parti”. Il trouve cette revendication logique, puisqu’il ajoute que “le président du parti est le premier magistrat du pays, que le gouvernement compte 14 ministres issus du parti et que le FLN a la majorité à l’APN”. Et pour boucler la boucle, Amar Saâdani a souhaité voir son parti et l’ANP fai- re bloc commun, comme c’était le cas pour le FLN et l’ALN durant la guerre de Libération nationale. Par ailleurs, le comité central a adop- té, à la grande majorité, la liste des membres du nouveau bureau poli- tique du parti. Contrairement à ce que s’attendaient plusieurs obser- vateurs de la scène politique natio- nale, la lecture de la liste des membre du nouveau BP du FLN n’a pas sus- cité de remous. Amar Saâdani a ex- pliqué son choix suivant deux cri- tères : l’ancienneté et le fait d’être libre de tout engagement. Aucun mi- nistre, ambassadeur ou homme d’af- faires ne figure dans la sélection du SG du FLN. Il s’agit, entre autres, d’Ahmed Boumahdi, Djamel Ould Abbès, Hcène Khaldoune, Mohamed Aloui, Sadek Bouguetaya, Abdelka- der Hadjoudj, Yamina Meftali, Sali- ma Slimani, Lila Tayeb, Mokhtaria Raguig, Abdelatif Boudiaf… Il est en- fin à signaler qu’un seul vote contre cette liste a été enregistré.

MEHDI MEHENNI

L’ÉDITO

PAR OMAR OUALI

Saâdani en chef de file

A mar Saâdani vient d’effectuer une rentrée politique en force. Il a d’abord réussi à faire passer ses proches dans les postes de respon- sabilité à l’APN, par la voie des urnes, même si le choix n’est pas le

sien. Dans la foulée de cette victoire, il a réuni hier la première session du

CC

issue du dernier congrès. L’occasion pour lui de lever le voile sur ce qui

est

sa grande affaire : un front d’action pour soutenir le programme du pré-

À travers ce front, le chef du FLN

entend reprendre la main. Et faire d’une pierre deux coups :

se donner un positionnement politique fort sur la scène et surtout enterrer la proposition d’Ahmed Ouyahia.”

sident Bouteflika, à qui il doit sa résurrection politique.

Ce

front, le chef du FLN le conçoit très large, regroupant à la fois des par-

tis

politiques, des syndicats, des organisations de la société civile, des per-

sonnalités. On l’aura compris, le patron du FLN veut ce front comme une sorte de réplique à la CNLTD, laquelle a réussi à imposer un nouveau rap- port de force politique. À travers ce front, le chef du FLN entend reprendre la main. Et faire d’une pierre deux coups : se donner un positionnement po- litique fort sur la scène et surtout enterrer la proposition d’Ahmed Ouya-

hia. On se souvient que ce dernier, à son retour à la tête du RND, a voulu frapper les esprits en annonçant la création d’un front pour soutenir le pro- gramme du Président. Sauf qu’Ouyahia a voulu faire du neuf avec du vieux en limitant l’ambition

de son projet à réinventer la coalition présidentielle, à travers le RND, le FLN,

le MPA et Taj. Mais Saâdani avait vite compris que derrière la “générosité”

de cette proposition du revenant chef du RND se profile une guerre de lea-

dership entre les responsables des partis présidentiels. Avec son projet de front large, qui transcende les logiques d’appareils, Saâdani dame défini- tivement le pion au chef du RND qui n’a d’autre choix que de suivre. Mais par-delà la guerre de leadership, aujourd’hui tranchée d’une certaine fa- çon, c’est cette notion de front qui pose problème au plan politique.

De

son opportunité. On a, en effet, l’impression que le chef du FLN se trom-

pe

un peu de diagnostic. Car, au jour d’aujourd’hui, ce n’est pas tant le pro-

gramme du Président qui a besoin d’être soutenu. C’est surtout son gou- vernement, qui peine aujourd’hui à trouver les bons éléments de langage pour vendre sa politique d’austérité aux Algériens, qui a besoin d’être ap- puyé. La question est alors de savoir si Saâdani, qui a ses propres ambitions politiques, est prêt à faire la courte échelle à Sellal. n

4

L’actualité en question

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

27 e ANNIVERSAIRE DU 5 OCTOBRE 88

Que de désillusions !

Vingt-sept ans se sont écoulés depuis la plus importante révolte populaire dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Ce “chahut de gamins” avait ouvert les portes à tant d’espoirs et à tant d’illusions.

L e vent de liberté, qui avait soufflé sur l’Algé- rie, n’était en fait, qu’une parenthèse qui allait vite se refermer, pour plon- ger le pays dans un cycle

de violence inouïe et les change- ments opérés au lendemain des émeutes s’avéraient n’être, au bout du compte, qu’un rafistolage de- vant permettre au système de se maintenir. Le jeu était biaisé à l’avance, puisqu’à peine les jeunes révoltés ont-ils ces- sé de tout saccager que les isla- mistes, jusque-là tapis dans l’ombre, sortaient lors de la fameuse marche du 10 octobre pour rafler la mise. C’est presque le même scénario qui

s’est produit au lendemain de la ré- volution du Jasmin en Tunisie. C’était le revers de la médaille : le multipartisme allait poser un sé- rieux dilemme : choisir entre “la pes- te et le choléra”. Les espoirs nés d’Octobre 88 allaient cacher bien des faits : les partis de gauche, qui acti- vaient dans la clandestinité et qui étaient très actifs dans les milieux syndicaux et estudiantins, allaient être sacrifiés sur l’autel du multipar- tisme officiel. En revanche, les islamistes, jusque- là discrets, se préparaient depuis

Newpress
Newpress

Les ingrédients qui ont fait l’explosion d’Octobre-88 sont toujours présents.

l’avènement de la République isla- mique en Iran, attendant que leur heure sonne. Les émeutes d’Oc- tobre, mais surtout le système en pla- ce, allaient leur dérouler le tapis rouge. En pleine euphorie démocratique, les Algériens s’étaient vus débordés par les islamistes, devenus la seule alter- native au pouvoir en place. La paren- thèse de la jeune expérience démo- cratique venait de se refermer. Tous les autres partis, anciens ou nouveaux, porteurs ou non de pro-

jets viables, ont été réduits au rôle de comparses dans un scénario qui opposait l’ancien FLN au nouveau FIS. La première manche, gagnée par les islamistes, au lieu de donner matière à réfléchir au pouvoir et à la classe politique naissante, a permis au FIS de renforcer sa présence sur le territoire national et de briguer le Parlement avec des arguments im- parables. La suite, on la connaît : un premier tour, en faveur du FIS et un second qui sera finalement annulé, une démission du président Chad-

li, et une période de transition qui al- lait plonger le pays dans la violence terroriste. Une décennie noire où l’urgence était d’en finir avec la vio- lence et de revenir à la normale, avec des élections libres et démocra- tiques. L’arrivée au pouvoir, il y a 16 ans, de Bouteflika et surtout l’adop- tion de la Charte pour la paix et la ré- conciliation nationale avaient son- né “officiellement” la fin de la décen- nie noire, évidemment avec “des résidus” du terrorisme qui conti- nuent jusqu’à nos jours à nous rap- peler que le pays reste toujours sous la menace terroriste. La démocratie ne s’est pas mieux portée. Bien au contraire. Sous pré- texte de la menace terroriste, les ma- nifestations publiques sont quasi interdites, le mouvement associatif, sauf ceux qui font allégeance au pouvoir, est étouffé, les partis poli- tiques confinés à faire de la figura- tion et à se réunir en cercles res- treints. La corruption, érigée en mode de gouvernance et l’argent sale devenu le véritable levier de la déci- sion ont fini par annihiler tout espoir — du moins dans l’immédiat — d’asseoir une démocratie véritable en Algérie. Lorsque des trabendistes achètent leurs sièges au Parlement, au vu et au

su de tout le monde et crient à qui veut les entendre qu’ils ont acheté leur immunité, c’est que le pays a vraiment basculé, mais du mauvais côté. La chute des prix du pétrole, pourtant prévisible, ne semble pas inquiéter, outre mesure, le pouvoir qui continue à apporter les fausses solutions à une vraie crise écono- mique. En fait, l’essentiel, pour le pouvoir, est ailleurs. Le président Bouteflika s’est offert un pouvoir à vie, a évincé tous les adver- saires potentiels, s’est permis de di- lapider des milliards de dollars dans des projets populistes et autres fes- tivités injustifiées, pour finir par réaliser son rêve de toujours : deve- nir un quatre quarts de président, en se débarrassant de l’inamovible pa- tron du DRS ; même affaibli par la maladie et presque invisible, cette victoire, il voulait la savourer avant de s’en aller au cimetière d’El-Alia. Le reste, son frère et ses relais dans les milieux des nouveaux riches s’en chargent : museler toute voix discor- dante et imposer les choix du clan. Disposant d’une manne financière et surtout d’une redoutable machine médiatique, le clan assoit davantage son hégémonie sur le pays et le ren- voie à l’ère du parti unique.

AZZEDDINE BENSOUIAH

LE SOCIOLOGUE NACER DJABI À “LIBERTÉ”

“Le pouvoir, frappé d’autisme, fait peur aux Algériens”

Nacer Djabi enseigne la socio- logie politique à l’université d’Alger et est chercheur au Centre de recherche en écono- mie appliquée pour le dévelop- pement (Cread). L’auteur de Algérie : État et élites et de La génération des mouvements sociaux et des protestations revient sur les événements d’Octobre 1988 et soumet une analyse sur leur impact dans l’Algérie de 2015, en alertant sur les risques de manipulation du mouvement social et de dérapage sur la scène poli- tique.

Liberté : L’Algérie commémore demain (aujourd’hui, ndlr) le 27e anniversaire des événements d’Oc-

tobre 1988. Ces derniers sont-ils

le résultat d’une manipulation du pouvoir, d’une révolte po- pulaire ou les prémices d’une ouverture dé- mocratique ? Nacer Djabi : Après plus d’un quart de siècle, nous disposons d’éléments d’informa- tions, de témoignages et d’écrits sur ces évé- nements, qui permettent de dire aujourd’hui qu’en Octobre 1988, il y a eu un grand mou- vement social initié par les enfants des quartiers populaires qui vivaient dans une situation économique très difficile. De plus, le système politique avait perdu sa crédibi- lité à l’époque de Chadli Bendjedid et de ses choix politiques et économiques. Mais, ce

Propos recueillis par :

HAFIDA AMEYAR

D. R.
D. R.

n’est pas tout. Après les événements d’Oc- tobre 1988, il y a eu plusieurs mini-Octobre 88 et cela se poursuit aujourd’hui encore. C’est une des caractéristiques de la société algé- rienne depuis l’indépendance du pays. Je veux dire par là que le mouvement social, qui était le moteur de la société, est encore présent et continue de revendiquer cer- tains droits. Seulement aujourd’hui, il n’ar- rive pas à atteindre les objectifs politiques. En Octobre 1988, la seule force politique qui a pu donner un sens social à ce mouvement était constituée par les islamistes radicaux, ceux-là mêmes qui ont rejoint l’ex-FIS.

Vous voulez dire que ce sont les islamistes qui ont encadré ce mouvement social… ? En fait, ils n’ont pas essayé d’organiser ce mouvement, ils l’ont manipulé… et il leur a échappé. Des analyses soutiennent que la for- ce et la faiblesse de l’ex-FIS s’expliquent par la présence de deux abcès, politique et social. Le parti islamiste dissous était à la fois un parti politique et un mouvement social. Mais, l’ex-FIS n’a pas pu maîtriser la force de ce mouvement qui a fini par lui échapper.

Tout ça pour dire aussi que la caractéristique du mouvement social algérien est qu’il est

à la fois fort et faible. Fort, parce qu’il peut

faire sortir les gens dans la rue et les mobi- liser autour d’objectifs politiques, comme cela

a été le cas pour les élections. Faible, car il ne peut pas aller plus loin et a du mal à cana- liser ses forces.

M. Djabi, faut-il craindre aujourd’hui, en 2015, un second “Octobre 88” ?

Oui, il y a un risque. Les ingrédients d’une ex- plosion sociale existent au moment où la scè- ne politique se trouve affaiblie et vidée. Il y

a un risque de répétition, mais où ni les forces

politiques d’opposition ni le pouvoir ne se- ront gagnants dans l’affaire. La situation so- ciale est proche de l’explosion et il y a risque de manipulation du mouvement so- cial. De plus, nous sommes devant un pour- rissement de la scène politique qui risque aussi de donner lieu à des dérapages dans la scène politique. À partir de là, tout le mon- de, opposition et pouvoir compris, peut ex- ploiter une telle situation.

Avec le temps, que vous inspire “Octobre 88” ? Nous avons grillé beaucoup de bonnes cartes. Il y avait l’embellie financière… Nous pouvions profiter de cette embellie pour en- tamer la transition sans heurts et sans pression extérieure. Or, depuis déjà des an- nées, l’extérieur ou l’environnement extérieur international nous pousse à changer, à nous doter d’un système politique légitime, transparent, crédible et efficace. Nous avons raté le coche en 2012, lors des élections légis- latives. Le régime algérien est rigide et refu- se de changer. Il est même frappé d’une sor- te d’autisme. Résultat : nous n’avons pas pro- fité ni exploité en notre faveur l’embellie fi- nancière et d’autres facteurs, comme le fait

que les Algériens soient devenus plus ration- nels et plus politiques, en ne faisant plus dans la revendication culturaliste ou idéologique, qui prédominait dans les années 1990. Je veux dire que depuis dix ans, nous assistons à des revendications ayant une grande né- gociabilité.

Peut-on parler d’échec ? Oui, nous avons échoué, car nous n’avons pas pu mettre à profit l’expérience des années 1990. Je dirais même que notre expérience nous a joué des tours, puisque les Algériens ont à présent peur d’entamer le changement. Dans le même temps, le système fait peur aux Algériens : un chantage est fait aux Al- gériens comme si on voulait leur dire : “Ac- ceptez votre sort et ne demandez pas le changement, sinon ce sont l’impasse et le chaos qui vous attendent !” Nous sommes en- core dans ce dilemme… d’ailleurs, nous voyons bien que le système politique, qui re- fuse le changement consensuel et la négo- ciation, ainsi que les luttes politiques ac- tuelles, n’envisage pas de changement. Vingt-sept ans après “Octobre 88”, il est proposé aux Algériens le statu quo. Ni plus ni moins !

Comment changer ce système ? C’est justement la question qui reste posée. Mais, poser une telle question revient à émettre deux scénarios. Le scénario de la né- gociation consensuelle où les partis poli- tiques, les associations et d’autres structures auront un rôle à jouer, et où le changement sera possible. L’autre scénario est celui de l’im- plosion où le changement passe par la rue et dans la rue et sera un changement par la violence… un changement chargé d’incon- nues. Tout cela, dans un contexte internatio- nal qui n’est pas du tout favorable à l’Algérie.

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

LE RADAR

LIBERTE Lundi 5 octobre 2015 LE RADAR DE LIBERTÉ 5 PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

5

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

CONTRÔLE ANTIDOPAGE DES ÉQUIPES EN LIGUES 1 ET 2

Plus de 2 millions de dinars pour chaque journée de championnat

de 2 millions de dinars pour chaque journée de championnat n L’éclatement du scandale Belaïli, lequel

n L’éclatement du scandale Belaïli, lequel

a été contrôlé positif à une substance in-

terdite par la CAF à l’issue d’un match continental officiel, a conduit la FAF à prendre la décision de procéder automa- tiquement, avant chaque journée du championnat des Ligues 1 et 2, aux contrôles antidopage, à raison de deux joueurs par équipe tirés au sort. Consi-

dérant que 16 matches se jouent chaque semaine, il faut compter 64 échantillons prélevés que l’instance fédérale enverra à un laboratoire à Lausanne, agréé par le CIO et la Fifa. Chaque échantillon coûte

la bagatelle de 35 000 DA. Ce qui revient

à dire que pour chaque journée de cham-

pionnat, la FAF doit consentir une dépense de 2,24 millions de dinars en tests anti- dopage. Cette somme est à multiplier par 60 journées pour les championnats de première et deuxième divisions, auxquels il faut ajouter les rencontres de Coupe d’Algérie, et le budget afférent à cette opé- ration devient faramineux en une saison. Bien entendu, la mesure est incontour- nable pour éviter que l’opprobre soit jeté sur le football algérien. Il n’en demeure pas

moins que la FAF devrait chercher un la- boratoire moins cher tout en étant fiable

pour effectuer ses analyses.

KHAROUBA

Le cambrioleur était le fils du receveur du bureau de poste

Le cambrioleur était le fils du receveur du bureau de poste n La gendarmerie n’a pas

n La gendarmerie n’a pas tardé à arrê- ter l’auteur du cambriolage du bureau de poste de Kharouba dans la wilaya de Boumerdès. Selon les responsables de la brigade territorialement compétente, le vol a été commis par le fils du receveur avec la complicité d’un de ses amis. Les deux mis en cause, âgés de 27 ans, se sont

emparés d’une somme de 1 750 000 di- nars du coffre. Une somme qu’ils avaient remboursée peu après leur arrestation par la gendarmerie dans la matinée de vendredi. Le fils du receveur a fait sem- blant d’être blessé pour tromper les en- quêteurs, mais a fini par avouer son cri- me et donner le nom de son complice.

PLAN DIRECTEUR D’AMÉNAGEMENT ET D’URBANISME D’ALGER

À quand sa mise en œuvre ?

n Les citoyens promoteurs de projets d’ur-

banisme et d’aménagement du territoire s’impatientent quant à la mise en œuvre du nouveau Pdau de la wilaya d’Alger. Le plan est établi et validé. Son application est, toutefois, en souffrance depuis trop long- temps. Pourtant, il est utile pour régler les mul- tiples problèmes de l’aménagement du ter- ritoire dans la capitale et rentabiliser en- fin les poches foncières, récupérées çà et là, pour entamer les projets en attente.

Dans ses dernières recommandations, le

ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a insisté sur la mise en œuvre du Pdau afin d’éviter les entraves bureaucra- tiques et promouvoir le développement économique. À noter que la récente instruction afférente

à la décentralisation et à la délivrance des

certificats d’urbanisme par les APC dé- chargera la Duch d’un travail bureaucra- tique titanesque et permettra l’acquisition de ce document en un temps record.

GESTION DES DÉCHETS

Près de 30 tonnes de papier récupérées dans 8 ministères !

de 30 tonnes de papier récupérées dans 8 ministères ! n Pas moins de 27 tonnes

n Pas moins de 27 tonnes de papier et carton ont été récupérées dans les administrations publiques relevant de huit ministères durant la période allant de janvier à fin août 2015. C’est ce qu’a révélé, samedi dernier, la directrice technique de l’Agence nationale des déchets (AND), M me Fatma-Zohra Barça. Ce projet appliqué par huit ministères a permis de récupérer plus de 27 tonnes de papier et carton en 2015, et plus de 35 tonnes depuis fin 2013, date du lancement de l’opération avec un seul ministère. Ces déchets sont acheminés vers les filières de recyclage qui permettent la création de 3 000 emplois.

IL SERA PROJETÉ À LA CINÉMATHÈQUE D’ALGER JEUDI PROCHAIN

“Algérie du possible”, un film poignant sur Yves Mathieu

du possible”, un film poignant sur Yves Mathieu n Algérie du possible , réalisé par Viviane

n Algérie du possible, réalisé par Viviane Candas, c’est le titre d’un film documentaire qui sera projeté jeudi prochain à la Cinémathèque d’Alger. Partie méconnue de l’histoire natio- nale, ce documentaire sera pré- senté au grand public et aux médias pour débattre ensuite sur l’histoire d’un homme, en l’occurrence Yves Mathieu, avocat du FLN, qui a choisi de rester dans son pays, l’Algérie, après l'Indépendance pour par- ticiper à l’édification du nouvel

État. Il a été conseiller du pre- mier gouvernement algérien. L’auteure, fille de l’avocat, a col- lecté des témoignages des com- pagnons de lutte de son père pour retracer puis comprendre son parcours. Il en ressort la vie d’un homme engagé dans la lutte contre le colonialisme, défendant le prin- cipe de l’Indépendance de l’Al- gérie, un pays qu’il a adopté de par le cœur jusqu’à sa mort, en 1966, dans des circonstances troubles.

PARCE QUE L’EMPLOI DU TEMPS LEUR LAISSE TROP DE TEMPS LIBRE

Les enseignants du lycée d’El-Achour en arrêt de travail

n Des élèves de terminale, inscrits au lycée Abde- laziz-Redouane-Benkadour (El-Achour), se sont dé- placés au siège du journal Liberté pour dénoncer une situation qui risque de les pénaliser lourdement. Il s’agit de l’arrêt de travail observé par les enseignants depuis une semaine. Loin d’accabler le corps pro-

fessoral, les lycéens lui donnent plutôt raison dans son mouvement qui a été impulsé après que le di- recteur de l’établissement eut établi un emploi du temps qui laisse trop d’heures creuses entre les cours programmés en début de matinée et ceux en fin d’après-midi.

ARRÊT SUR IMAGE

Liberté
Liberté

VU À ALGER

Un abribus implanté sur terre battue (Zéralda). L’emplacement est vraiment mal pensé car l’abri perd de sa vocation les jours de pluie.

6

L’actualité en question

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

LUTTE ANTITERRORISTE ET CIRCULATION DES PERSONNES

Ce que Bruxelles attend d’Alger

L’ambassadeur belge à Alger a révélé que les négociations avec Alger aboutiront, d’ici à la fin de l’année, à un accord-cadre, voire à une convention de coopération.

L e ministre belge de la Défense, Steven Van- deput, le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, ainsi que le

secrétaire d’État à l’Asile et à la Mi- gration, Theo Francken, en tournée en Afrique du Nord, ont effectué une visite de deux jours à Alger. Inscrit

dans le cadre de la lutte antiterroriste

et de la coopération sécuritaire opé-

rationnelle, notamment en termes de

travail de renseignements, ce dé- placement allait passer inaperçu en

Algérie, n’étaient certains comptes rendus de la presse belge. D’autant que cette visite concerne trois pays, à savoir l’Algérie, pour la première étape, la Tunisie, prévue aujourd’hui pour la seconde étape,

et le Maroc, pour la dernière étape.

Contacté par nos soins, l’ambassa-

D. R.
D. R.

Le ministre belge de la Défense et le vice-Premier ministre.

deur belge à Alger a confirmé l’in- formation et a indiqué que ladite dé-

légation a tenu deux réunions im- portantes avec les responsables al-

gériens. La pre- mière a réuni le ministre de l’In- térieur, Noured- dine Bedoui, avec son homo- logue belge, le vice-Premier mi- nistre et ministre de l’Intérieur, Jan Jambon. Lors de leurs entretiens, les deux parties ont convenu de développer la co- ordination en matière de co- opération poli- cière et adminis-

trative. Ce chapitre fera l’objet, dans les semaines à venir, d’une visite d’experts belges à Alger pour étudier et recenser les besoins immédiats

dans l’administration, alors que la coopération policière fera l’objet, dès le début de l’année 2016, d’une convention. La seconde réunion s’est déroulée entre le secrétaire gé- néral et des cadres du ministère des Affaires étrangères et le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken. Lors de cette ré- union, à laquelle a pris part le Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal, les deux parties ont évoqué la libre cir- culation des personnes. L’ambassa- deur belge à Alger a révélé que des réunions périodiques se tiennent depuis 2013 entre les services char- gés de l’Asile et de la Migration et le consul d’Algérie à Bruxelles. En substance, Bruxelles cherche à éta- blir un “nouveau pont” avec l’Algé- rie pour développer “les possibilités d’une coopération policière entre les deux pays”. Ce nouveau “shift stra-

tégique” vers l’Afrique du Nord de- vra se concrétiser très prochaine- ment, d’autant que “la région sahé- lienne est directement liée à notre sé- curité nationale et je pense qu’il est, dès lors, important que nous nous en- gagions en Afrique du Nord dans les prochaines années. Car il s’agit fi- nalement d’un tampon entre l’Afrique et l’Europe”, comme l’avait souligné le ministre belge de la Défense. Bruxelles, qui craint l’instabilité en Méditerranée, voudrait travailler directement avec Alger dans la lut- te antiterroriste. Steven Vandeput craint que les populations vulné- rables et sujettes à la fois à l’extré- misme religieux, d’une part, et à la pauvreté et au réchauffement cli- matique, d’autre part, “ne puissent pas rester vivre dans ces conditions et pourraient venir en Europe”.

FARID BELGACEM

CONFÉRENCE D’ABDERRAHMANE BERROUANE À ORAN

Souvenirs d’un ancien du Malg

A bderrahmane Berrouane, dit Saphar, un “malgache” de la première heure, est venu, hier à Oran, apporter son té-

moignage sur les raisons et les conditions qui ont présidé à la création, en 1957, du minis- tère des Liaisons générale et des Communi- cations (MLGC), l’ancêtre du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (Malg), ce service de renseignement algérien qui allait jouer un rôle fondamental dans le processus de libération nationale. L’homme — qui a publié aux éditions Barza- kh Aux origines du Malg — a frayé avec les Houari Boumediene, Abdelhafid Boussouf, Dib Abdelkrim, Seddar Snouci et avec tous ceux qui, patiemment, mirent sur pied une structure de recueil et de traitement du ren- seignement vitale pour la lutte armée et les né- gociations que le GPRA devait mener plus tard.

Lorsque l’appel à la grève de l’Ugema est lan- cé en 1956, Abderrahmane Berrouane, étu- diant de 25 ans à l’université de Toulouse, quit- te tout naturellement les bancs de l’universi- té et rejoint les rangs du FLN. “Quelque temps plus tard, je me suis retrouvé à Oujda où Boussouf et Ben M’hidi recrutaient des militants qui avaient de l’instruction pour la création d’un service de transmission”, se sou- vient-il. Il fera ainsi partie de la promotion Za- bana, premier groupe formé pour prendre en charge les transmissions. “Compte tenu du dé- nuement dans lequel nous étions, cela nous pa- raissait utopique. Pourtant, Boussouf réussira le défi au-delà de toute espérance”, continue le malgache. Le semi-échec de la promotion Za- bana — qui pâtit d’un cruel problème de lo- gistique — ne décourage pas les responsables et militants qui mettent les bouchées doubles :

un centre d’instruction de transmission ter- ritoriale est ouvert, qui, en quatre mois, for- me une soixantaine de volontaires algériens à l’écoute, au traitement et à la transmission du renseignement : “Échaudé par l’échec de la pre- mière expérience en raison de l’inefficacité des postes de radio dont la portée ne dépassait pas les 40 km, Boussouf a exigé des postes plus effi- caces.” Et c’est ainsi que la seconde promotion bap- tisée Ben M’hidi — qui venait d’être exécuté — reçut des postes de radio de fabrication al- lemande, blindés, d’une portée de 1 000 km. “Ce fut la liesse ! Houari Boumediene appela la machine El Moudjahid El Akbar”, se sou- vient Abderrahmane Berrouane. Le MLGC était né. Trois directions seront installées (transmission nationale, documentation et re- cherches, et vigilance et renseignements) et

douze promotion formées, six à l’Ouest et au- tant à l’Est. Abderrahmane Berrouane est désigné à la tête de la direction de la vigilan- ce et renseignements : “Désormais, nous étions en mesure d’écouter tous les corps de sécurité, la gendarmerie, l’armée et même l’adminis- tration. Nous savions qui faisait quoi, ce qui était transmis en France… Grâce au rensei- gnement, le GPRA répondait du tac au tac”, se réjouit, encore aujourd’hui, celui qui, pendant les années de guerre, portait le nom de code Saphar. La conférence du compagnon de Boussouf, qui a eu lieu au siège du Crasc, entre dans le cadre du cycle de conférences “Témoignages sur la guerre de Libération nationale”, co-organisé par le Cema et le Crasc.

S. OULD ALI

THÈME D’UNE CONFÉRENCE DU CHERCHEUR BRITANNIQUE HUGH ROBERTS

Immersion dans l’organisation sociopolitique de la Kabylie

I nvité par la fondation Tiregwa, Hugh Roberts, chercheur bri- tannique en histoire et anthro-

pologie et professeur à l’université de Tufts aux États-Unis, a donné une conférence, sa-

medi à Mont- réal, sur l’histoi-

re de l’organi- sation sociopolitique en Kabylie avant la colonisation française. Le

conférencier, qui a déjà publié deux ouvrages sur l’Algérie et la Kabylie,

a estimé que les traditions d’orga-

nisation dans les villages avaient un prolongement historique. C’est que pour lui, la société villa- geoise était régie par des institutions qui sont l’émanation d’une forme de gouvernance démocratique. Selon l’orateur, les organisations poli-

démocratique. Selon l’orateur, les organisations poli- DE MONTRÉAL : YAHIA ARKAT tiques contemporaines, y compris

DE MONTRÉAL :

YAHIA ARKAT

tiques contemporaines, y compris le mouvement national et le mouve-

ment des archs se sont approprié ces traditions à des fins de mobilisation.

M. Roberts s’est félicité que la re-

cherche universitaire s’intéresse au- jourd’hui à l’histoire des archs. L’an-

cien prof d’anglais au lycée de Boui- ra dans les années 1970 est allé en profondeur pour expliciter l’orga- nisation de tajmaât et son fonc- tionnement aussi bien au sein du vil- lage que dans un espace territorial

plus grand, comme la confédération.

M. Roberts conçoit tajmaât (as-

semblée du village) comme instan- ce délibérante et espace de ren- contre. C’est dans cette instance appelée aussi conseil du village que les clans, idrumen ou les sfuf s’affir- ment. “Les sfuf dans la société sont as-

similés à des organisations politiques dans leur version moderne”, soutient- il. L’intervenant n’a pas manqué de préciser que dans cette assemblée, l’imam du village n’a aucun rôle po- litique et ne s’immisce pas dans la gestion des affaires de la commu- nauté qui est du ressort de lamin et des temman (délégués du village). Portant la contradiction aux tra- vaux du sociologue Bourdieu, le chercheur britannique dira que l’ori- gine des lois sociopolitiques ne da- tent pas de la colonisation ottoma- ne ; elles sont plutôt une survivan- ce lointaine. Ces lois, comme le droit coutumier et le code d’honneur, ont permis aux villages de se doter d’instruments dé- mocratiques de gestion de la collec- tivité. Étayant son propos, M. Ro-

berts explique que le fonctionnement de tajmaât est basé sur le principe d’un gouvernement. “C’est comme la Chambre des communes : un parti qui gouverne et un autre qui anime l’opposition”, dit-il. Ce système binaire, on le retrouve aujourd’hui dans les villages ka- byles. Dans les assemblées de villa- ge, quand un hameau, adrum ou quartier prend position, un autre clan s’y oppose. Cette dichotomie était également présente en Kabylie d’avant la colonisation française. Les lignées étaient soudées par des liens politiques, contrairement aux hameaux qui, eux, se formaient sou- vent par des liens de parenté. Et ce système binaire refait surface même dans les confédérations des villages, avant que la conquête de la Kabylie

en 1857 et la révolte de 1871 ne vien- nent démanteler, à tout le moins dé- structurer un système politique hé- rité des temps anciens, et qui avait permis à la société kabyle d’avoir un fonctionnement démocratique de la cité. Roberts, qui a basé ses re- cherches sur les travaux d’Hanoteau et Letourneux, ainsi que sur des enquêtes de terrain, a cité l’exemple du village Aït Waban dans le Djurd- jura, “le dernier village avant la montagne”, pour reprendre Mou- loud Mammeri, pour illustrer la cartographie des sfuf. L’ancien directeur de projet de l’In- ternational Crisis Group (ICG) s’est également attardé à mettre en relief l’opacité du système politique algé- rien mis en place depuis 1962.

Y. A.

Publicité

à mettre en relief l’opacité du système politique algé- rien mis en place depuis 1962. Y.

F.1807

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

L’actualité en question

7

TOUT EN CONSIDÉRANT L’ALGÉRIE PARMI LES 10 PAYS LES PLUS STRATÉGIQUES POUR ELLE

Novo Nordisk lance le projet d’extension de son usine à Tizi Ouzou

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, a fait faux bond à la cérémonie du lancement du projet à laquelle il devait assister.

L e laboratoire pharmaceutique da- nois Novo Nordisk, spécialisé dans les antidiabétiques, a lancé, hier, le projet d’extension de son unité de production d’Oued-Aïssi, qui lui permettra, une fois opérationnel-

le, d’augmenter à un milliard de comprimés sa production annuelle qui est actuellement de 600 millions. Lors de la cérémonie du lancement du projet à laquelle devait assister le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb, qui a fi- nalement fait faux bond, le vice-président de Novo Nordisk pour l’Afrique, Jean-Paul Digy, a expliqué que “ce projet, pour lequel une premiè- re enveloppe de 10 millions d’euros a d’ores et déjà été dégagée, sera mis en production au courant de l’année 2016”. Il consiste, a-t-il ajouté, en la mise en place d’un processus de granulation de la ma- tière première de Novoformine qui permettra d’optimiser les coûts de fabrication et la pro- duction locale de NovoNorm, insulino-secréta- gogue de dernière génération. Selon Jean-Paul Digy, les projets de Novo Nor- disk ne s’arrêteront pas à ce stade en Algérie. La mise en place d’une ligne d’assemblage de stylos préremplis pour insuline de dernière génération et analogue du GLP-1 est déjà envisagée dans le cadre du partenariat avec Saidal pour la pro- duction locale d’insuline conventionnelle en flacons et insuline moderne en cartouches. “Ces

D. R.
D. R.

Le laboratoire pharmaceutique danois a débloqué une première enveloppe de 10 millions d’euros.

projets industriels feront ainsi de l’Algérie une pla- teforme mondiale de biotechnologie couvrant l’intégralité des besoins actuels en médicaments antidiabétiques”, a-t-il déclaré, ajoutant que Novo Nordisk “s’inscrit dans une politique de sub- stitution à l’importation de médicaments” et compte, ensuite, se développer à l’exportation.

“Dans les prochaines années, toute la gamme et toutes les molécules produites par le laboratoire danois en Europe seront produites en Algérie où tous les médicaments innovants seront produits car l’Algérie est pour nous un pays stratégique. Il figure parmi les 10 pays les plus stratégiques pour Novo Nordisk.”

Interrogé à ce titre sur l’apport chiffré de Novo Nordisk dans la baisse des importations algé- riennes de médicament, Jean-Paul Digy s’est contenté d’affirmer que pour le moment, la production de Novo Nordisk en Algérie repré- sente 12% de son portefeuille production et que ce taux atteindra environ 25% à la mise en ser- vice de cette nouvelle extension et l’entrée en pro- duction de l’usine d’insuline de Constantine. À la même échéance, le taux de substitution à l’im- portation des antidiabétiques, a-t-il affirmé, at- teindra le taux de 90%. La cérémonie a été une occasion pour la secré- taire générale du ministère de l’Industrie, Rabéa Kharfi, de souligner que la politique de Novo Nordisk s’inscrit dans les objectifs de l’État qui vise, en priorité, à augmenter les capacités de sa- tisfaction du marché national et substituer ain- si la production nationale à l’importation, puis d’aller à la conquête du marché extérieur. “L’É- tat est là pour encourager l’investissement dans ce sens, notamment dans le cadre du partenariat”, a-t-elle affirmé. Une déclaration qui reste à vrai dire beaucoup plus théorique lorsque l’on sait que, contraire- ment à Novo Nordisk pour lequel les portes sem- blent bien ouvertes, des opérateurs nationaux d’envergure font face à d’interminables blo- cages, comme cela a été si bien confirmé avec le cas Cevital.

SAMIR LESLOUS

LE D r ABDENACER BOUDA, DSP DE LA WILAYA DE TIZI OUZOU, À “LIBERTÉ”

“Le projet du futur CHU de Tizi Ouzou est toujours maintenu”

L a cérémonie de lancement des travaux du projet d’extension de l’usine pharmaceutique d’Oued

Aïssi à Tizi Ouzou, a été l’occasion pour le nouveau directeur de la santé de la wilaya de Tizi Ouzou, le D r Ab-

denacer Bouda, d’aborder les grands chantiers relevant de son secteur. À propos du futur CHU qui sera im- planté au nouveau pôle d’excellence de Oued Falli, dans la banlieue ouest de

la ville, le D r Bouda a affirmé que “le projet du futur CHU est toujours d’ac- tualité au même titre d’ailleurs que les quatre autres inscrits dans d’autres régions du pays. Une chose est sûre, la réalisation d’un CHU à Tizi Ouzou est une nécessité absolue et les premiers contacts avec les entreprises concernées sont toujours en cours même si les né- gociations sont très serrées car il est de notre devoir d’exiger une réalisation de

qualité tout en défendant le coût du projet et par là même les intérêts éco- nomiques de notre pays”. Pour ce qui est de l’hôpital Yacef- Omar de Draâ Ben-Khedda, spéciali- sé, rappelons-le, en chirurgie cardio- pédiatrique, le DSP estime que “tous les obstacles rencontrés jusque-là ont été levés et les interventions chirurgicales reprendront officiellement leur cours dès le 16 octobre prochain sous la respon-

sabilité du P r Boudiaf, un éminent spécialiste de chirurgie cardiaque”. Enfin, il a tenu à rappeler l’importan- ce d’un autre projet qui lui tient tant à cœur, à savoir le futur Centre anti- cancer (CAC) de Draâ Ben-Khedda. “La situation du projet a été totalement assainie avec l’entreprise portugaise chargée du projet, celle-là même qui a déjà réalisé l’hôpital spécialisé en chi- rurgie cardiopédiatrique. C’est ainsi que

ILS DÉNONCENT, ENTRE AUTRES, LE MANQUE DE MOYENS À LA FACULTÉ

Les étudiants en pharmacie de l’université d’Alger protestent

L es étudiants en pharmacie de l’université d’Alger I Benyoucef-Ben-Khedda ne décolèrent pas. Ils ont tenu un sit-in ouvert,

hier, pour exiger la satisfaction de plusieurs revendications. Ils ont estimé, dans une déclaration rendue publique, qu’ils ne jouissent pas de leur droit élémentaire pour suivre un cursus universitaire fiable. “Un problème majeur est rencontré par les étudiants de pharmacie ; à savoir l'absence d'amphithéâtres”, écrivent-ils, soulignant que “le département de pharmacie au niveau de la nouvelle faculté de mé- decine d’Alger ‘Ziania’ n’est pas encore apte à nous accueillir au vu des travaux qui sont encore en cours et, également, à la suite de la création de la nouvel- le faculté des sciences qui nous a amputés d’un bon nombre d’amphithéâtres”. Les étudiants grévistes précisent que leur départe- ment “est dans l'incapacité d’assurer des hémicycles

en nombre suffisant” pour les étudiants. Ils regret- tent que seulement deux amphithéâtres soient mis à la disposition des six promotions de pharmacie, réparties en sept sections. “Les seules solution et dé- cision prises obligent la réduction du volume horai- re de chaque cours de près de la moitié”, informent-ils, avant de dénoncer “une chose consi- dérée irraisonnable, inenvisageable, préjudiciable et mettant en péril notre formation de futurs cadres”. Les futurs pharmaciens interpellent les respon- sables sur l’impossibilité de débuter l’année uni- versitaire dans de telles conditions. Les étudiants dé- noncent aussi le manque de matériel pour les tra- vaux pratiques, soulignant que cela concerne toutes les promotions. Ils ajoutent, dans le même registre, le manque de sup- ports de cours, des fiches de travaux pratiques et des séries de travaux dirigés, qui devraient être, estiment les grévistes, “remis gratuitement à l’ensemble des

étudiants, ou du moins qu’il y ait création d’un centre de tirage de cours, avec un budget lui étant octroyé afin que l’on ne paye qu’un prix symbolique”. Com- me solution, les étudiants proposent l’accélération de la cadence des travaux au niveau de la faculté de médecine Ziania, afin qu’elle soit finalisée dans les plus brefs délais, et pour qu’un tel scénario ne se reproduise pas lors de la prochaine année univer- sitaire. Étant dans l’ère de l’informatisation, il serait né- cessaire, ajoutent-ils, que l’université se dote d’un site Internet, régulièrement actualisé et permettant à l’étudiant d’accéder à ses cours et à différents autres services nécessaires en toute facilité et rapidité. Ils estiment qu’il est aussi essentiel d’adapter les in- frastructures de l’université aux étudiants à mobi- lité réduite, leurs permettant ainsi de se mouvoir avec facilité.

M. MOULOUDJ

le service de radiothérapie qui est doté de trois bunkers, sera opérationnel en juin 2016 alors que le reste des services sera réceptionné en principe en juillet 2016”, conclut le D r Abdenacer Bouda.

MOHAMED HAOUCHINE

GRIPPE SAISONNIÈRE

Importation de 2,5 millions de doses de vaccin

n L’Algérie a importé 2,5 millions de doses de vaccin antigrippe saisonnière pour 2015-2016,

a révélé, hier, le directeur général de l’Institut Pasteur d’Alger, le P r Kamel Kezzal. Dans une déclaration à l’APS, ce dernier

a affirmé qu’un lot de 1,5 million de doses de vaccin antigrippe saisonnière sur 2,5 millions importés a été distribué la semaine dernière aux établissements hospitaliers.

S’agissant des officines privées, il

a précisé que l’opération de

distribution de cette substance vitale a débuté samedi tout en annonçant que le vaccin est disponible pour les personnes intéressées. Le lancement de la campagne de vaccination est prévu pour le 18 octobre prochain en coordination entre la Direction de la prévention du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et l’Institut Pasteur, a-t-il ajouté.

APS

8

L’actualité en question

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

LE DG DES DOUANES ALGÉRIENNES À ORAN

Le nouveau plan stratégique sera validé avant la fin de l’année

Le mode opératoire douanier doit intégrer un environnement économique en pleine mutation et diversifié, la nécessité de la rationalisation des ressources et la protection de la production nationale.

L es dispositions majeures du secteur des Douanes algériennes, dans la perspective de la nouvelle straté- gie douanière construite sur un management participatif, seront soumises au gouvernement pour

validation avant la fin de l’année en cours et à l’Assemblée populaire nationale pour son adoption, a déclaré, hier, à Oran, le nouveau directeur général des Douanes algériennes, Kaddour Bentahar.Pour sa première sortie dans la wilaya d’Oran, le DG a lourdement in- sisté sur la nécessité de promouvoir les mé- canismes régissant les fonctions des douanes. À l’École nationale des douanes (END), il a lan- cé un appel urgent aux cadres de son institu- tion à l’effet de développer l’équation doua-

nière concernant l’amélioration et le perfec- tionnement de la formation dans le cadre de la nouvelle stratégie mise en place par son dé- partement. Découlant du programme du gouvernement, le nouveau plan stratégique (2016-2019) devra permettre de mettre au dia- pason international les leviers de l’économie nationale en s’appuyant sur les substrats de l’in- telligence économique. Selon lui, le mode opé- ratoire douanier doit intégrer un environne- ment économique en pleine mutation et di- versifié, la nécessité de la rationalisation des ressources et la protection de la production na- tionale. Des dispositions qui sont de nature à soutenir et à accompagner le programme de modernisation initié par le département du nouveau directeur général.Devant les cadres

réunis dans l’hémicycle de l’END, Kaddour Bentahar a plaidé pour la mise sur pied d’un système d’évaluation destiné aux douaniers al- gériens dans l’exercice de leurs fonctions. Il rappellera, dans ce contexte, l’exigence de fai- re appel aux anciens douaniers expérimentés pour accompagner les jeunes douaniers frais émoulus. La multiplication des missions d’ex- pertise à l’étranger est un leitmotiv qui est re- venu dans la bouche du responsable, qui a af- firmé à ce sujet que les 2/3 profitent pleinement aux douaniers opérationnels. L’introduction de nouvelles mesures dans le plan straté- gique des douanes consiste, selon lui, à lutter efficacement contre les visées néfastes des contrebandiers et du marché informel. À ce su- jet, le DG a annoncé que le tiers des centres de

contrôle sur les 80 en cours de réalisation au niveau des bandes frontalières est fonctionnel. Selon lui, les Douanes algériennes ont adop- té un plan d’action visant le renforcement des effectifs et leur dotation en équipements mo- dernes et sophistiqués pour contrecarrer le fléau de la contrebande. Ainsi, toute cette batterie de nouvelles mesures incitatives vise à améliorer les prestations douanières à travers des facilitations accordées aux opérateurs économiques, notamment les producteurs, les exportateurs et les investis- seurs. Enfin, rappelons que le DG a procédé, dans la matinée, à l’installation, à la tête de la direction régionale d’Oran, d’Abbas El-Hadi en remplacement de Larbi Djillali.

K. REGUIEG-ISSAAD

UN CORPS A ÉTÉ RETROUVÉ PRÈS DU DOMICILE DES GRANDS-PARENTS DE L’ENFANT DISPARU À MILA

Est-ce bien la dépouille du petit Anes ?

P orté disparu depuis le 15 septembre dernier à la cité El- Kouf, à Mila, le petit Anes pourrait avoir été tué. Hier après-midi, la dépouille mortelle d’un enfant a été dé-

couverte enterrée dans un ravin au lieudit Aïn Kechkin, à moins

de cinquante mètres du domicile des Bouhbila, ses grands-pa- rents maternels, dans un état de décomposition avancé, ce qui

n’a pas permis à ses parents de le reconnaître lorsqu’ils ont été emmenés sur les lieux par les services de police. La police scientifique, l’équipe d’enquêteurs chargée de l’affaire et le procureur de la République de Mila se sont ren- dus sur les lieux où ils ont constaté la macabre découverte avant le transfert du corps à l’hôpital de la ville pour les besoins de

FORMULE PRÉPAYÉE MOBILIS

“M’henni+”, une offre destinée aux professionnels

A vec sa nouvelle offre M’henni+, Mobilis offre la possibilité aux professionnels de construire leur

propre communauté, de booster leurs af- faires et de rester en contact permanent avec leurs collaborateurs, en optant pour l’une des deux nouvelles formules 3G++ de cette offre prépayée, disponible à travers les 171 agences Mobilis. M’henni+ est une offre flexible et sans en- gagement destinée aux professions libé- rales, commerçants, entrepreneurs et artisans, qui s’adapte parfaitement aux

besoins et aux attentes de ce segment de professionnels, offrant un accès à des plans (voix, SMS et Data) attractifs avec contrôle du budget mensuel. M’henni+ c’est : deux formules au choix (800 DA et 1 500 DA). Des bonus voix, SMS et Data attribués lors de chaque rechargement mensuel. Une tarification d'appels préférentielle vers les clients M'henni+, allant jusqu’a 1 DA. Une tarification d’appels attrayante vers tous les réseaux nationaux.

Une tarification d'appels vers l'interna- tional des moins chères du marché, à par- tir de 10 DA. Des plans voix, SMS et Data à des prix très compétitifs. Aussi, en cadeau de bienvenue, les nou- veaux abonnés des formules M’henni+ pourront acquérir le “Pack Pro M’hen- ni+” et bénéficier d’une SIM offerte gra- tuitement dotée d’un mois de commu- nication pour l’un des deux paliers (800 et 1 500), pour tout achat d’un smartphone LG L20 au prix de 5 599 DA. Profitez-en !

l’autopsie. Les sources officielles n’ont toujours pas confirmé l’identité de l’enfant retrouvé sans vie. Mais officieusement, il est donné pour être celui d’Anes. Rappelons que le petit Anes, originaire de Chelghoum-Laïd, se trouvait, le 15 septembre dernier, à Mila pour un séjour familial chez ses grands-parents avant de disparaître mystérieusement. Depuis, la piste de l’enlèvement a été privilégiée.

KAMEL B.

Un incendie s’est déclaré au port d’Oran

n Un incendie s’est déclaré avant-hier à l’intérieur du port d’Oran, au niveau du quai N° 2, provoquant l’alerte générale et l’intervention rapide de la Protection civile accompagnée par les forces de l’ordre. Selon nos informations le feu a pris au niveau de palettes et de planches de bois entreposées à proximité d’un transformateur électrique. Trois camions de lutte contre l’incendie et 15 agents ont été mobilisés pour éteindre le feu et surtout empêcher les flammes d’atteindre le poste électrique. Par ailleurs, l’intervention des pompiers a permis de sauver en grande partie le stock de bois. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incendie.

AYOUB A.

Publicité

les causes de l’incendie. AYOUB A. Publicité SPR TEBESSA Adresse : Direction générale, cité centrale

SPR

TEBESSA Adresse : Direction générale, cité centrale Ouenza, Tébessa Algérie - Tél : +213 46

TEBESSA Adresse : Direction générale, cité centrale Ouenza, Tébessa Algérie - Tél : +213 46 86 52 - Fax : +213 46 48 53

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ

Il est porté à la connaissance des soumissionnaires ayant remis leurs offres relatives à l’AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL OUVERT N° 03/AMT/DIRECT.APPROS/2014, “fourniture et mise en service de deux chargeuses sur pneus”, qu’après ouverture et évaluation de l’unique offre en séance tenue le 17/09/2015. Est déclaré infructueux / Motif : Offre Unique

ANEP n°23300548 Liberté du 5/10/2015

D. R.

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

L’internationale

9

LE GROUPE AUTOPROCLAMÉ ÉTAT ISLAMIQUE SE PRÉPARE POUR UNE ATTAQUE D’ENVERGURE

Ban Ki-moon met la pression sur les parties libyennes

Selon les déclarations de Mohamed al-Dayri, ministre des Affaires étrangères du gouvernement reconnu de Tobrouk, la branche libyenne de l’organisation autoproclamée État islamique (Daech) dispose de 5 000 éléments.

L e secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Ban Ki-moon, a af- firmé, samedi soir, qu’il n’y aura plus une nouvelle mouture de l’accord de paix en Libye, appelant les parties li- byennes en conflit à accélérer la ca-

dence pour une sortie de crise rapide. “Il est trop

tôt pour réécrire le texte (de l’accord de paix, ndlr), car pour la première fois depuis la révolution de 2011, les Libyens ont devant eux une feuille de rou- te pour une solution politique globale et prête à être appliquée pour le reste de la période de transition”,

a déclaré le SG de l’ONU, lors d’une réunion de

haut niveau sur la Libye, organisée en marge des travaux de l’Assemblée générale annuelle de cet- te institution internationale à New York. “Il n’y a pas d’accord parfait, mais ce document aidera les Libyens à dépasser la situation d’anarchie actuelle et à aller vers l’instauration d’un État stable et dé- mocratique”, a-t-il ajouté, rappelant toutefois la par- tie libyenne sur la nécessité de respecter ledit ac- cord, au risque d’être responsable d’un nouveau chaos. Ban Ki-moon a estimé en effet que les intérêts du peuple libyen passent avant les rivalités personnelles

et de certains groupes qu’il accuse “de compromettre

l’avenir de leur pays, de transformer la Libye en une base d’instabilité, menaçant de fait la sécurité ré-

gionale et mondiale”, ont rapporté les médias li- byens. L’envoyé spécial de l’ONU en Libye Ber- nardino Leon a menacé, à maintes reprises, de re-

Ber- nardino Leon a menacé, à maintes reprises, de re- Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation

Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Organisation des Nations unies.

courir à des sanctions, en raison des tergiversations de certains acteurs libyens à signer l’accord de paix qu’il a proposé lors des discussions qu’il a organi-

sées à Skhirat, au Maroc. Aujourd’hui, le dia- logue inclusif interlibyen est arrivé à une pha- se cruciale qu’est celle de proposer les noms des candidats au poste de Premier ministre pour la formation d’un gouvernement d’union natio- nale. Ce gouvernement aura la lourde tâche d’ache- ver le processus de transition qui devrait être couronné par l’adoption d’une nouvelle Consti- tution et l’organisation d’une nouvelle prési- dentielle. Mais la situation sécuritaire actuelle en Libye met en péril la réussite de ce proces- sus. Il s’agit en effet de la présence, sur le sol li- byen, de l’organisation terroriste transnationale autoproclamée État islamique (EI/Daech). La branche libyenne de l’organisation d’Abu Bakr al-Baghdadi renferme dans ses rangs plus de 5 000 “combattants”, lourdement armés et contrô- lant actuellement la quasi-totalité de la ville cô- tière de Syrte. Daech serait même sur le point de lancer une attaque d’envergure dans les zones portuaires où se concentre le gros de l’industrie pétrolière, notamment à Ras Lanouf et à Ben- ghazi. Des membres de Daech ont d’ailleurs ten- té, jeudi dernier, de prendre le contrôle du port pétrolier de Sadra, mais leur attaque a été re- poussée par les gardes du site, alors qu’à Ben- ghazi leurs tentatives d’implantation ont buté sur une farouche riposte de l’armée loyale au gouvernement reconnu de Tobrouk.

LYÈS MENACER

LUTTE CONTRE DAECH

La Tunisie se joint à la coalition internationale

n La Tunisie a annoncé, via son Premier ministre Habib Essid, sa décision de se joindre à la coalition internationale qui lutte contre l’organisation autoproclamée État islamique (Daech), ont rapporté les médias. N’ayant pas suffisamment de moyens humains, financiers et matériels, la Tunisie limitera son implication à “un échange d’informations”, a précisé Habib Essid lors d’un point de presse. La Tunisie est directement concernée par la menace terroriste de l’État islamique qui a commis un des plus meurtriers attentats dans ce pays voisin, en tuant 38 touristes étrangers, le 26 juin dernier à Sousse. Ils sont des centaines de jeunes tunisiens à avoir rejoint également Daech en Syrie, en Irak et en Libye. Leur retour au pays est très redouté par les autorités tunisiennes.

L. M.

Publicité

ANEP n°25011931 Liberté du 5/ 10/2015
ANEP n°25011931 Liberté du 5/ 10/2015

ANEP n°25011931 Liberté du 5/10/2015

Soucieux d’une amélioration permanente de ses prestations

LE CENTRE DIMAGERIE MÉDICALE DALGER

(PR AG. M. YAKER)

MET EN SERVICE

LE MAMMOGRAPHE NUMÉRIQUE 3D AVEC TOMOSYNTHÈSE GE Une avancée diagnostique majeure pour la détection du cancer du sein.

Mail : contact@cima.dz Tél. : 023 78 28 28 / Fax : 023 78 22 22

F.1837

VENDS

LIGNE COMPLÈTE DE REMPLISSAGE ASEPTIQUE EN CARTON 20 CL BASE DE MARQUE TETRAPAK

Composée de :

Pasteurisateur tetra thermes aseptic maxi

• Année 1999 • Capacité : 1200 l/h

• Avec homogénéisateur

• Température jusqu’à 140 °C

TBA/3 200 B. 600 V

• Année 2000 • Capacité : 4500 packs/h

• Nombre d’heures : 9600 h Applicateur de paille

• Tubex : 9001 • Année 1999

TCBP 70/1000 (encartonneuse) TetraPak

• Année 2002

Filmeuse/fardeleuse

• Marque : Ulma Espagne • Année 2012

Tél. : 0770 98 07 68 0770 87 83 84

F.1842

TRAITEUR

à Alger-Centre recrute

• Un ouvrier

en pâtisserie

• Deux ouvriers

en boulangerie

• Des commis de cuisine

Merci d’envoyer votre CV à

sarl.labaguettedumonde@gmail.com ou d’appeler le 0782 20 38 15

F.1843

10 L’Algérie profonde Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR L’UGEL de Bouira dénonce

10

L’Algérie profonde

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

ENSEIGNEMENT

SUPÉRIEUR

L’UGEL de Bouira dénonce les“dérivesde l’administration

Dans une déclaration rendue publique avant-hier, l’Union générale des étudiants libres (UGEL) de Bouira interpelle l’administration de l’université Akli-Mohend- Oulhadj sur certaines “carences” et “défaillances” observées depuis la rentrée universitaire. Dans leur missive portant le titre plus qu’évocateur “jusqu’à quand ?”, ce mouvement estudiantin dénonce “de la manière la plus énergique” ce qu’il qualifie de “dérives” de la part de l’administration de l’université de Bouira. Parmi les doléances exprimées dans leur plateforme de revendications, ce comité estudiantin relève le fait que les délibérations de passage et d’évaluation au niveau de certaines facultés n’ont toujours pas été effectuées. “C’est tout de même un comble qu'un étudiant ne sache pas s’il est admis ou non !” s’offusquent les rédacteurs du document. En effet l’UGEL de Bouira regrette le fait que dans certaines facultés, les étudiants n’ont jusqu’à présent pas pu obtenir leurs attestations de réussite. D’autres “couacs” ont également été signalés, comme “l’absence d’ambulance au sein de l’université, le manque d’encadrement pédagogique et le non paiement des primes de stage”. Ceci sur un plan purement pédagogique. Concernant le volet social, la direction des œuvres universitaires (DOU) n’est pas épargnée par l’UGEL. Le syndicat énumère les “difficultés” qu’éprouvent les étudiants en Master 1 à s’inscrire au niveau des résidences universitaires Amrouche-Ahmed, Kabal- Aïcha et Aïnouche-Chama. “Par ces défaillances manifestes, notre organisation regrette le fait que la DOU de Bouira bat en brèche les instructions du ministère de tutelle”, conclu l’UGEL.

R.B

UNIVERSITÉ DE LAGHOUAT

La faculté de médecine renforcée de 12 enseignants

Parmi ces enseignants, un maître-assistant et un docent, ayant rejoint cette faculté par voie de mutation respectivement des CHU de Douéra et Tlemcen.

D. R.
D. R.

D ouze (12) nou- veaux enseignants

hospitalo-universi-

taires ont été affec- tés, au titre de la nouvelle année

universitaire, à la faculté de méde- cine de l’université Amar-Thelidji de Laghouat, a-t-on appris hier auprès des responsables du recto- rat de cette université. Parmi ces enseignants, un maître-assistant et un docent, ayant rejoint cette faculté par voie de mutation res- pectivement des CHU de Douera et Tlemcen. Ce renfort en ensei- gnants s’est opéré à la faveur du concours national organisé par les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur en colla- boration avec la faculté de médeci- ne d’Alger, lancé en décembre 2014. Les dix candidats ayant réus- si au concours, ont été recrutés en mai de l’année 2015, a précisé la

même source. Par ailleurs le besoin en enseignants dans cette faculté qui a ouvert ses portes à la saison universitaire 2014/2015, est ressen- ti notamment en prévision de la troisième année d’études. L’opération sera suivie d’un recru- tement similaire en décembre pro- chain pour la couverture des spé- cialités médicales et l’ouverture, en prévision de la prochaine saison universitaire, d’autres filières médicales, à l’instar de la pharma- cologie et la chirurgie dentaire, a-t- on ajouté. Le corps enseignant de l’université de Laghouat a été ren- forcé cette année de 34 nouveaux enseignants pour couvrir les besoins de différentes facultés et départements, selon les mêmes res- ponsables qui font état aussi de la signature par l’université de Laghouat de huit conventions de coopération avec des universités du Canada, d’Espagne, de France,

L’université Amar-Thelidji de Laghouat a lancé le concours de recrutement en décembre 2014.

des Emirats arabes unis, de Jordanie et d’Afrique du Sud. L’université a procédé, dans le cadre de l’ouverture sur son envi- ronnement socioéconomique et la contribution au développement local, à la signature d’autres conventions de coopération dans 32 secteurs. Pour rappel, au titre de la nouvelle saison universitaire 2015/2016, deux nouvelles facultés ont été ouvertes à l’université Amar-Thelidji de Laghouat, a-t-on appris auprès du rectorat de cette institution. Résultat d’une restruc- turation opérée au niveau des départements, ces facultés dédiées aux sciences humaines, islamiques et civilisation, et au génie-civil et architecture, portent à neuf le nombre total des facultés de cette université. Un aménagement qui devrait permettre une meilleure gestion administrative, l’améliora- tion des conditions pédagogiques

et la promotion de la recherche scientifique. Les structures du sec- teur de l’enseignement supérieur se sont renforcées par l’ouverture dernièrement d’un centre national de recherche en sciences isla- miques et en civilisation, premier du genre à l’échelle nationale, pour un coût de 100 millions DA. Pour rappel, l’université de Laghouat a procédé, au titre de cette nouvelle saison, à l’ouverture de classes pré- paratoires en génie mécanique, à la satisfaction de 51 étudiants qui pourront, après deux ans d’études, accéder aux écoles nationales spé- cialisées dans le domaine. Au titre de la nouvelle rentrée, 25 308 étu- diants sont inscrits dans 11 domaines totalisant 75 spécialités d’enseignement en licence et 96 spécialités en master, encadrées par 958 enseignants, dont 45 du rang de professeur.

BOUHAMAM AREZKI

BLIDA

Le marché couvert Djouadjla à Ouled Yaïche enfin ouvert

L e marché couvert dit Djouadjla à Ouled Yaïche ouvre enfin ses portes après

trois années de fermeture. La déci- sion a été prise par le wali, Abdelkader Bouazgui, lors de sa dernière sortie sur le terrain pour inspecter les projets lancés dans la daïra d’Ouled Yaïche. Ce dernier qui a ordonné l’ouverture immé- diate de cette structure commer- ciale a mis fin au diktat des jeunes qui activent en masse dans le com- merce informel en investissant au quotidien la voie publique. Cette opération de réhabilitation inter-

venue avec une main de fer a per- mis surtout de mettre fin à une bande de racketteurs qui agissaient pendant longtemps comme des parrains sur les lieux en assurant la sécurité des biens et des commer- çants contre de l’argent. Il faut dire que cette décision a été bien accueillie par les citoyens d’Ouled Yaïche et surtout ceux des 1024- Logements qui retrouvent enfin le calme et la sérénité après avoir vécu pendant longtemps dans l’anarchie. Le wali a longuement critiqué le délabrement du jardin adjacent au marché couvert qui a

connu une opération de réhabilita- tion avec une importante envelop- pe financière. Mais devant l’irres- ponsabilité des élus locaux, le jar- din s’est dégradé plus qu’il n’était auparavant. Le premier respon- sable de l’exécutif a ordonné enco- re une fois la réhabilitation du jar- din pour qu’il soit ouvert au public le plus tôt possible et d’accélérer la cadence de la réalisation du projet des 250 logements promotionnels pour qu’ils soient distribués. Dans sa tournée, le wali a relevé plu- sieurs anomalies dans la réalisa- tion des projets de développement,

comme celui de la maison des associations qui s’érige dans le quartier de Diar El-Bahri à Beni Mered. Dans le même quartier, le wali a affiché sa colère en consta- tant l’énorme retard dans la réali- sation du projet des 12 classes qui devaient être réceptionnées l’an- née dernière. Ce retard a provoqué une surcharge dans les classes à l’école Dermadji, qui enregistre 50 élèves par classe. Arrivant à la daïra d’Ouled Yaïche, le wali a interpellé le directeur de la jeunes- se et des sports pour occuper immédiatement le nouveau siège

qui a fait l’objet de vol et dégrada- tion. Il a également exigé du res- ponsable du secteur du tourisme de distribuer les locaux de la mai- son de l’artisanat aux jeunes béné- ficiaires avant le mois de novembre. Il faut rappeler que cette structure a été achevée il y a trois années et est restée inoccu- pée, ce qui a encouragé les délin- quants à prendre possession des lieux. Enfin une enveloppe finan- cière a été dégagée justement pour la réalisation d’un mur de clôture de cette maison de l’artisanat.

K. FAWZI

10 L’Algérie profonde Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE BRÈVES de l’Est RASFA (SÉTIF) La direction

10

L’Algérie profonde

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

L’Algérie profonde Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE BRÈVES de l’Est RASFA (SÉTIF) La direction de

BRÈVES de l’Est

RASFA (SÉTIF)

La direction de l’habitat exclut 608 demandeurs de l’habitat rural

n Au moment où les demandes de logement tous

segments confondus ne cessent d’augmenter, pas moins de 608 demandes d’aides pour l’habitat rural au niveau de la commune de Rasfa située au sud de la wilaya de Sétif, ont été rejetées, au titre de l’année 2015, par la commission chargée de l’étude des dossiers. Le motif est l'absence d'actes de propriété. Selon un responsable de l’APC, à l’exception de 7 dossiers retenus, toutes les demandes ont été rejetées. “Selon une correspondance émanant de la direction de l’habitat, la majorité des dossiers déposés ne sont pas conformes aux critères arrêtés pour l’octroi de ce type de logements, notamment celui lié à l’acte de propriété comme le définit clairement le décret exécutif n° 15-19 relatif aux actes d'urbanisme”, précisera notre interlocuteur. Et d’ajouter : “Tous les terrains dans la commune appartiennent aux domaines appelés communément arch”. Les habitants de cette commune n’ont pas manqué d’afficher leur mécontentement quant à cette nouvelle mesure manifestement prise pour prévenir tout litige ou conflit éventuel dans l’avenir. “Dans un passé récent, ce genre de logements était accessible à tout le monde, est-ce le début de la politique d’austérité ?” se sont interrogés des postulants.

A.LOUCIF

CIMENTERIE DE SIGUS (OUM EL-BOUAGHI)

L'entrée en production prévue pour novembre 2018

n D'une capacité de production de 2 300 000

tonnes/an, la cimenterie de Sigus (Société des ciments de Sigus, filiale du groupe GICA), entrera en production en novembre 2018. D'un coût global de 450 milliards de dinars (300 millions d'euros et 13 milliards de dinars), cette usine qui créera 450 emplois directs, compte investir 45 milliards dans la formation. Au niveau de la wilaya d'Oum El- Bouaghi, quatre ZAD (zones d'activités et de dépôt), sont en cours de réhabilitation celles d’Oum El Bouaghi -Est, Dalaa, Ouled Hamla et Ouled Gacem. Celle de Meskiana a été réceptionnée.

B.NACER

Le monoxyde de carbone fait un mort

n Les éléments de l'unité secondaire de la

Protection civile de Dhalâa, à l'extrême est de la wilaya d’Oum El-Bouaghi, sont intervenus, à la fin de la semaine écoulée, pour une intoxication au monoxyde de carbone à la cité des 50-Logements. L'émanation du CO a causé la mort de M. B., âgée de 44 ans. Cinq autres personnes membres de la même famille ont, quant à eux, ont été légèrement atteints. Toutes les victimes ont été évacuées vers la polyclinique de la ville, et une enquête a été diligentée par les services compétents pour déterminer les causes exactes de l'accident.

K. MESSAD

FILFILA (SKIKDA)

Protestation contre la tentative de démolition d'une école coranique

n Des dizaines d'habitants de la cité les frères

Ayachi de Filfila, une vingtaine de kilomètres au nord-est de Skikda, ont organisé vendredi avant la prière du Dohr, un sit-in devant la mosquée Annasr, pour protester contre la tentative de démolition de l'école coranique par une entreprise privée pour la construction de 60 logements participatifs. Selon les protestataires, l'entrepreneur compte démolir cette salle coranique pour la réalisation de ce projet qui se trouve dans l'assiette du terrain de construction. Le comité religieux de cette mosquée, dont relève la salle coranique, qui était auparavant une salle de prière, et également initiateur de cette protestation a déjà informé la direction des affaires religieuses des intentions de l'entrepreneur pour prendre les dispositions nécessaires pour sauvegarder cette école coranique.

A.BOUKARINE

JIJEL

Connexion internet… Un casse tête au quotidien !

En dépit de toutes ces réclamations et les promesses du ministère de tutelle quant à l’amélioration des performances internet, la réalité semble tout autre pour nombre de clients qui se plaignent d’une connexion quasi inexistante.

D. R.
D. R.

Les utilisateurs d’internet sont en effet confrontés à des désagréments.

C ela fait maintenant plu- sieurs jours que l’accès à internet est difficile, parfois même impossible, soutien- nent de nombreux utilisa- teurs de la Toile à Jijel. Les

utilisateurs sont en effet confrontés à des désagréments en raison des coupures récurrentes devenues au fil du temps un véritable casse-tête. Ceux qui utilisent internet pour le besoin de leur travail sont doublement pénalisés puisque leurs acti- vités sont liées aux caprices de la connexion, caractérisée par un débit trop faible. “La connexion est vraiment catas- trophique ; pour envoyer un simple e-mail, il faut refaire plusieurs fois l’opération d’envoi du courriel ; à voir cette situation, on a l’impression qu’on nous laisse accéder à internet gratuitement !”, s’indigne Wissam, une abonnée que nous avons rencontrée au bureau d’Algérie Télécom. Cette dernière, qui utilise la connexion pour des raisons professionnelles, nous a affirmé que pas mal de fois elle a été contrainte de se rendre au cybercafé pour

envoyer un courrier électronique. “Il faut déjà attendre son tour, puis espérer trou- ver une connexion valable, car le problème est posé même dans les cybercafés”, ajoute notre interlocutrice. Plusieurs citoyens, mécontents de cette situation, se disent pénalisés par un servi- ce qui laisse à désirer et une connexion quasi inexistante. “Je me suis rapproché à maintes reprises de l’agence d’Algérie Télécom pour signaler ce problème et savoir ce qui se passe réellement, malheu- reusement les réponses divergent, on me parle de changement de fibre optique, sinon c’est le problème de configuration du modem ou encore le problème de ligne télé- phonique souterraine, bref, plusieurs réponses mais aucune d’entres elles ne m’a convaincu”, dira Ramdane, un ancien client d’Algérie Télécom. Certains parlent d’un grand problème de communication entre cette société spécialisée dans les NTIC et ses clients qui se trouvent sou- vent confrontés à des désagréments. “Une fois, je suis resté sept jours sans connexion internet, quand j’ai voulu connaître les

causes, les agents m’ont dit qu’il y a eu un basculement d’un opérateur à un autre ; il y a quelques mois, j’ai eu affaire à une cou- pure de 2 jours ; quand je me suis rensei- gné, j’ai trouvé que c’est toute la ville qui a été privée d’internet ; je pense qu’ils auraient pu annoncer la coupure quelques jours avant, comme ça on aurait pris nos dispositions ; je pense que quelqu’un qui travaille dans la communication doit impérativement communiquer !” dira un client. Un autre, que nous avons rencon- tré au niveau de l’agence commerciale de Jijel, dira : “Quand la connexion est cou- pée, les services d’Algérie Télécom doivent nous dédommager, ce n’est pas normal que je paie une facture de 30 jours d’abonne- ment pour me connecter seulement 20 jours, il y a de quoi devenir fou !” dira un abonné. En dépit de toutes ces réclama- tions et les promesses du ministère de tutelle quant à l’amélioration des perfor- mances internet, la réalité semble tout autre pour nombre de clients qui se plai- gnent d’une connexion quasi inexistante.

MOULOUD S.

NOTIFICATION MINISTÉRIELLE POUR LA RÉALISATION DE 3000 LOGEMENTS AADL

8075 candidats ont versé la première tranche à Guelma

A u cours de la troisième session de l’APW

qui s'est tenue cette semaine, le dossier

de l'habitat a été décortiqué par plu-

sieurs intervenants de ce secteur stratégique. Le directeur de l'agence AADL a annoncé que la wilaya de Guelma a bénéficié d'une notification de 3000 logements de la part du ministère de

l'Habitat qui a finalement octroyé un quota global de 2400 logements AADL, soit 1500 en première phase et 900 autres en deuxième phase. Ce responsable a affirmé que plus de 10 000 candidatures remplissant les critères exigés ont été enregistrées sur le site électronique conçu à cet effet. Il a précisé que 8075 postu-

lants ont formalisé le premier versement exigé afin de confirmer leur intention. Il a rappelé qu'au préalable, il avait été convenu de réaliser 1100 logements à Guelma, 700 à Oued Zenati, 700 à Héliopolis et 500 à Bouchegouf, et ce, en fonction de la notification des 3000 logements. En réponse à une question d'un élu de l’APW, le directeur de l'agence AADL a expliqué que l'attribution des logements obéira à l'ordre d'inscription sur le réseau électronique, et il a concédé que le souci majeur est de résoudre le problème du foncier pour disposer d'assiettes devant abriter ces projets.

HAMID BAALI

ACCIDENT DANS UN CORTÈGE DE MARIAGE

Un mort et trois blessés à Batna

n Un cortège de mariage s’est terminé, samedi soir, par un tragique accident de la circulation qui a coûté la vie à une jeune fille de 27 ans, à Chemora au nord-est de Batna. Trois autres personnes, en compagnie de la victime, ont été blessées lorsque le véhicule les transportant s’est renversé sur la route. Le corps de la jeune fille ainsi que les blessés ont été transférés d’urgence, par les services de la Protection civile, à l’établissement sanitaire de la localité. Les causes et circonstances du drame font, actuellement, l’objet d’une enquête menée par les services de sécurité concernés.

LALDJA MESSAOUDI

10 L’Algérie profonde Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest SIDI BEL-ABBÈS Arrestation d’un

10

L’Algérie profonde

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

L’Algérie profonde Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest SIDI BEL-ABBÈS Arrestation d’un

BRÈVES de l’Ouest

SIDI BEL-ABBÈS

Arrestation d’un mal- frat vêtu d’un djelbab

n Un malfrat déguisé en femme

portant un djelbab noir a été arrêté, samedi dernier vers 11h, par les éléments de la 1 re sûreté urbaine de Sidi Bel-Abbès, au marché de la friperie du quartier ex-Graba, apprend-on de source policière. L’homme, âgé de 28 ans et originaire d’Oran, qui tentait de dépouiller une femme de son argent, a été repéré par les commerçants, qui ont immédiatement alerté les policiers en faction dans les parages. Dès lors, une course poursuite a été engagée par les policiers qui ont réussi à épingler le voleur. L’individu a été aussitôt conduit au commissariat et une enquête a été ouverte.

A. BOUSMAHA

TLEMCEN

Saisie de 67 kg de kif

n Les éléments de la brigade

régionale de lutte contre le trafic de stupéfiants ont réussi, vendredi dernier, la saisie de 67 kg de kif introduits du Maroc. C’est suite à une information selon laquelle un individu s’apprêtait à transporter une importante quantité de kif que les policiers ont dressé une embuscade leur permettant d’interpeller un individu qui roulait à bord d’une mobylette. La fouille du sac qu’il transportait a permis la découverte de 67 kg de kif. Un autre individu, un des acolytes, a été arrêté un peu plus tard et l’enquête est encore en cours.

AMMAMI MOHAMMED

Des voleurs de motos sous les verrous

n Un réseau actif de voleurs de

motos qui agissait sur l’axe Sebra- Tlemcen vient d’être démantelé par les services de police. Les malfaiteurs, au nombre de trois, dont un mineur, opéraient dans les marchés, cafés et alentours des mosquées de la localité agricole de Sebra (30 km du chef-lieu de wilaya), ainsi que dans les villages environnants. Ils surveillaient de loin leurs victimes avant de subtiliser les motos garées dans les parkings pour les revendre ensuite en dessous de leur prix réel. Plusieurs motocyclettes ont pu être récupérées. Les mis en cause ont été présentés devant le magistrat instructeur.

B. A.

RELIZANE

Un revendeur illicite de boissons alcoolisées écroué à El-Matmar

n Le magistrat instructeur près le

tribunal de Relizane a placé sous mandat de dépôt un individu qui a comparu, récemment, sous le chef d’inculpation de “commercialisation illicite de boissons alcoolisées”, selon des sources policières. Le revendeur illicite avait été interpellé par les éléments de la police judiciaire dans une forêt située à la périphérie de la commune d’El-Matmar. La police a confisqué 99 bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques.

M. SEGHIER

TRIBUNAL D’ORAN

5 ans de prison ferme

pour un incendie volontaire

Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public s’est montré sensible aux condi- tions de vie difficile de cette famille.

D.R.
D.R.

E n fin de semaine, le tribunal crimi- nel près la cour d’Oran a condamné M. Mansour, quinquagénaire et ma- çon de son état, à cinq années de pri- son ferme pour avoir provoqué l’in- cendie de son domicile familial.

Selon l’arrêt de renvoi, le drame s’est produit une nuit de septembre 2014, dans le quartier Wiaam, commune de Misserghin, lorsque Mansour est rentré à la maison dans un état d’ébriété avancée

: “Je voulais juste faire peur à ma femme ; je lui avais interdit de sortir, elle ne m’a pas écouté alors, j’ai jeté une allumette, je ne voulais faire de mal

à personne”, a tenté de se défendre l’accusé devant le tribunal en mettant en avant des conditions so- ciales difficiles, la maladie de ses enfants, la cherté des études. Face à un mari ivre et souvent violent, l’épouse, Wahiba, est allé directement se plaindre à la gen- darmerie : “Quand je suis revenue, j’ai trouvé la

maison en feu et toutes nos affaires qui brûlaient”,

a témoigné la jeune femme, en tentant, 9 mois

après les faits, d’adoucir la cour : “Mais il était ivre,

il ne savait pas ce qu’il faisait”, a-t-elle répété en indiquant avoir retiré sa plainte et qu’elle pardon- nait à son mari. Les accusations portées devant la gendarmerie et le juge d’instruction ? “J’étais furieuse, mes paroles ont dépassé ma pensée”, a- t-elle affirmé dans une tentative d’infléchir la po- sition des membres du tribunal. L’incendie vo- lontaire étant passible de la perpétuité, l’épouse craignait de se retrouver seule avec quatre enfants

à charge.

Dans son réquisitoire, le représentant du minis- tère public s’est montré sensible aux conditions de vie difficile de cette famille survivant dans une

pièce-cuisine, située dans une zone d’habitat pré- caire à Misserghin. Il ne requerra que trois ans. Les deux avocates réclameront la clémence pour cet acte “certes condamnable mais qui n’était pas

TISSEMSILT

41 000 élèves ont perçu l’indemnité scolaire de 3000 DA

E n

de

plus de la distribution 22 430 trousseaux sco-

laires aux élèves nécessi-

teux, produit d’un montage fi- nancier entre la wilaya de Tis- semsilt et les APC, l’indemnité

scolaire a été allouée au profit de 41 000 enfants scolarisés, tota- lisant un montant de 123 mil- lions de dinars. ` C’est du moins ce qu’a annon- cé le directeur de l’éducation de cette wilaya lors de la plénière de l’APW. Dans son compte rendu, ce dernier a mis en relief le nombre de scolarisés pour l’année en cours qui est de 71 622 élèves, dont 6106 nouveaux inscrits au premier palier et 4025 aux cours préparatoires. Le cycle primaire compte 37 008 élèves répartis à travers 1511

classes, soit 25 élèves par clas- se, et encadrés par 1776 ensei-

gnants, alors que le moyen en- globe 23 128 collégiens pour 758 classes, voire 31 par classe, et pi- lotés par 1475 enseignants. Quant au cycle secondaire, il compte 11 486 élèves ensei- gnés par 1022 professeurs et ré- partis à travers 477 classes, soit 25 élèves par classe. En matière d’encadrement pé- dagogique, la wilaya de Tis- semsilt s’est illustrée par l’arri- vée de 73 nouveaux enseignants ayant passé le concours, dont 50 pour le premier palier et 23 pour le second, et 108 autres is- sus de l’école supérieure des enseignants et répartis à travers les trois paliers. En matière d’infrastructures, plusieurs nouveaux établisse- ments sont prévus dans le pri- maire, notamment à Boucaïd, une école à Menanaa, dans la lo-

calité de Beni Chaïd, désertée durant des années par les popu- lations, ainsi que des exten- sions de classes et cantines sco- laires dans certaines localités. Le cycle moyen a été renforcé par un nouveau CEM à Lardjem, des classes en extension au CEM des Frères-Saâd à Sidi Abed et 2 demi-pensions de 100 places chacune à Tissemsilt. Le directeur de l’éducation a an- noncé l’ouverture de deux nou- veaux lycées à Layoune et Khe- misti. En matière de transport scolaire, il est fait état de 128 bus devant assurer le transport de 5542 élèves, au moment où un montant de 80,207 millions de dinars a été dégagé par le minis- tère de l’Intérieur et des Collec- tivités locales pour l’acquisi- tion d’autres bus.

R. SALEM

Le procès s’est déroulé au tribunal d’Oran.

porté par une intention criminelle. Comment peut-on être responsable de ses actes quand on est ivre ?”, interrogera l’une d’elles, tout en insistant sur les conditions sociales précaires de la famil- le. La défense réclamera les circonstances atté- nuantes pour l’accusé en détention depuis dé- cembre 2014. Après délibérations, le tribunal criminel accor- dera les circonstances atténuantes mais condam- nera M. Mansour à cinq années pour incendie vo- lontaire.

S. OULD ALI

MOSTAGANEM

18 000 canettes de bière saisies à Ouréah

n Dans le cadre de la lutte contre les débits de

boissons alcoolisées sans autorisation, les éléments de la Gendarmerie nationale ont saisi, dans la nuit de vendredi dernier, 18 000 canettes de bière de marques étrangères. L’opération a été menée en flagrant délit, dans un cabaret connu sous le nom Ettayara, situé à Ouréah, une station balnéaire, à quelques encablures du chef-lieu de Mostaganem. Ce bar, fermé depuis plusieurs années pour des raisons obscures, semble n'avoir jamais cessé ses activités en optant pour un exercice “clandestin” pour finir par être épinglé par les enquêteurs, ajoute notre source d’information.

E. YACINE

TIARET

Un tailleur arrêté en posses- sion de 2 kilos de kif traité

n Agissant sur renseignements, les éléments de

la police relevant de la brigade de recherche et d’investigation de Tiaret ont saisi, jeudi dernier, une quantité de 2 kg de kif traité trouvée en possession d’un tailleur de vêtements, dont l’atelier est situé au centre-ville. En premier lieu, les policiers ont interpellé un homme en possession duquel ils ont découvert 500 g de cette matière, dissimulée dans ses habits. Auditionné, ce dernier n’a pas tardé à dénoncer ses acolytes, en l’occurrence le tailleur et son compagnon. Lors de la fouille de l’atelier, les policiers ont découvert le reste du produit saisi. Les trois dealers, la quarantaine, ont été arrêtés

et placés sous mandat de dépôt.

R. SALEM

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

Publicité

11

LIBERTE Lundi 5 octobre 2015 Publicité 11 ANEP n° 347 177 Liberté du 05/10/2015

ANEP n° 347 177 Liberté du 05/10/2015

LIBERTE Lundi 5 octobre 2015 Publicité 11 ANEP n° 347 177 Liberté du 05/10/2015
12 Publicité Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE AF F.1802

12

Publicité

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

12 Publicité Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE AF F.1802

AF

12 Publicité Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE AF F.1802

F.1802

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

Supplément Sport

13

ELLE AFFRONTERA LE TP MAZEMBE EN FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE L’USMA aux
ELLE AFFRONTERA LE TP MAZEMBE EN FINALE
DE LA LIGUE DES CHAMPIONS D'AFRIQUE
L’USMA aux portes
de l’Histoire !
Zehani/Liberté

14

Supplément Sport

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

DOSSIER

MOHAMED LAMINE ZEMMAMOUCHE À “LIBERTÉ”

“Cette coupe ne doit pas nous filer entre les mains”

Le gardien international de l'USMA d'Alger, Mohamed Lamine Zemmamouche a esti- mé que lui et ses coéquipiers sont entrés dans l'histoire du club en parvenant à se qualifier pour la 1 re fois en finale de la Ligue des cham- pions africaine. Maintenant ils sont à deux doigts du sacre final, à eux de bien se préparer en perspective.

Liberté : une qualification historique en fi- nale de la Ligue des champions, n’est-ce- pas ? M. L. Zemmamouche : Dieu merci! C’est le fruit d’un dur sacrifice de toute la famille de l’USMA. Staff technique, joueurs et la di- rection qui a mis tous les moyens à notre dis- position. C’est vrai que c’est une qualification historique pour ce grand club. Notre géné- ration a eu le mérite de se qualifier pour la 1 re fois de l’his-

toire de l’USMA en finale de la

Ligue des cham- pions africaine. Certes, c’est un vrai exploit, mais il faut garder les pieds sur terre et ne pas jubiler avant de remporter cette com- pétition. Maintenant qu’on est en finale, il faudra vrai- ment se préparer convenablement pour décrocher le titre africain. Nous avons un groupe de qualité avec des joueurs d’expé- rience, je pense qu’on a tout pour réussir et offrir enfin à notre public le 1 er sacre africain

de l’histoire du club.

Interview réalisée par :

SOFIANE MEHENNI

En parlant du public, il était merveilleux ce soir ? Le public de l’USMA est connu. C’est le meilleur en Algérie. Il nous a toujours sou- tenus même dans les moments difficiles. Je pense que nos supporters méritent ample- ment un titre africain, Inchallah on ne les dé- cevra pas.

Maintenant que vous êtes en finale, avez- vous une préférence entre l’équipe d’El Merrikh et le TP Mazambé ? Pour être sincère avec vous, je n’ai pas une préférence pour telle ou telle équipe. Certes, nous avons déjà affronté le Merrikh en groupe, mais ce n’est pas pour autant que ça va être un avantage pour nous de les af- fronter en finale. Dans ce cas de figure, même les Soudanais

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

ont un avantage face à nous, mais bon, nous ne craignons aucune des deux équipes. Nous avons des joueurs de qualité. On va bien se préparer en perspective.

Le fait de disputer le match retour à l’ex- térieur, est- ce un désavantage pour vous ? On ne peut rien y faire. On doit respecter le tirage. Certes, on aurait pu disputer la fina- le au 5-Juillet, ça aurait été une grande fête

pour nous et pour tous les Algériens, mais bon, on va faire en sorte de réussir un bon résultat ici à Alger et négocier au mieux la deuxième manche pour décrocher inchallah cette coupe d’Afrique.

Vous veniez d’être convoqué en sélection par Christian Gourcuff après plusieurs mois d’absence, quelles sont vos impres- sions ?

Beldjilali incertain pour la finale

n Les deux rencontres de demi-finale qu’a disputées l’USMA face à El-Hilel ont clairement démontré la difficulté au milieu du terrain, l’absence d’un véritable meneur de jeu était flagrante, la suspension de Belaïli à quelques jours du match aller et la blessure tout en début de match de Beldjilali à Khartoum ont mis le staff usmiste dans la difficulté. Hamdi qui s’en est bien sorti lors du match aller avec le jeune Baïtèche, auteur du second but victorieux de l’USMA, sauf qu’au match retour, l’USMA manquait d’un élément au milieu du terrain pour stabiliser et diriger le jeu, et ce même Baïteche n’avait pas la cadence et le physique pour tenir un tel rôle. L’entraîneur Hamdi qui avait toujours besoin d’un élément du genre dans le milieu pour faire fonctionner comme il se doit son schéma de jeu ne doit compter que sur le rétablissement de Beldjilali, le seul élément dans l’effectif de l’USMA qui pourrait tenir un tel rôle. Blessé à l’épaule, l’ex-joueur de la JS Saoura s’est déplacé avant-hier en France pour effectuer des soins intensifs afin de pourvoir revenir avant la finale, car Beldjilali est toujours incertain pour le 31 octobre, et le staff médical des Rouge et Noir espère le récupérer d’ici là.

A. IFTICEN

Je suis très content de faire mon retour au sein de la sélection nationale. Chaque joueur ambitieux aspire à porter le maillot natio- nal. Je pense que j’ai récolté les fruits de mon travail. Je ne vous cache pas que cette convocation qui est venu à la veille de la ren- contre d’El Hilal m’a très motivé. Désormais, je vais faire le maximum pour disputer la ren- contre amicale de vendredi face à la Guinée, et prouver au sélectionneur national qu’il pourra compter sur moi à l’avenir. Je ne vous cache pas d’ailleurs que mon but est de dis- puter les deux rencontres face à la Guinée et au Sénégal en tant que n°1, je compte bien reprendre ma place de titulaire. C’est vrai qu’il existe une concurrence dans le poste de gar- dien de but, mais ma foi, c’est une concur- rence loyale.

S. M.

ILS SERONT DE RETOUR AVANT LE 10 OCTOBRE

Benayada et Darfalou les plus indiqués pour suppléer Meftah et Andrea

n L’entraîneur des Rouge et Noir ne s’est pas montré trop inquiet quant à l’absence de deux de ses éléments pour le match aller de la finale de la Ligue des champions, à savoir l’arrière- droit Rabie Meftah et le milieu de terrain offensif, Andrea, pour cumul de cartons. “C’est toujours compliqué d’avoir un effectif réduit. Surtout lorsqu’il s’agit d’un rendez-vous aussi important, comme la finale de la Ligue des champions. J’aurais aimé avoir l’effectif au complet, mais cela fait partie aussi des aléas du football. Certes des joueurs comme Meftah et Andrea vont nous manquer ne serait-ce que pour le match aller. Mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour cela car il y a des joueurs à l’USMa qui peuvent pallier ces absences. Nous avons un effectif riche et nous pouvons trouver des solutions à ces défaillances” a indiqué Hamdi en conférence de presse après la fin de la partie face à Al- Hilel. Les solutions dont parle Hamdi, ne peuvent être que la nouvelles recrue Hocine Benayada pour pallier l’absence de son compatriote Meftah sur le flan droit et l’autre nouvelle recrue, Oussama Darfalou à la place d’Andrea. Leur statut d’internationaux que ce soit Benayada avec l’EN A Darfalou avec les Olympiques fait que le staff technique de l’USMA est réconforté d’avoir un banc de touche aussi riche en nombre qu’en qualité. Indisponibles pour les deux rencontres de la demi- finale contre Al- Hillel pour leur convocation en sélection nationale militaire, qui a pris part au tournoi de la Coupe du monde en Corée du Sud, et prendra fin le 10 octobre prochain, cela ne pourra donc pas empêcher ces deux joueurs de rejoindre le groupe de l’USMA et du coup préparer en compagnie de leurs coéquipiers la finale aller prévue le 30 octobre 2015 à Alger.

AHMED IFTICEN

ALI HADDAD

“Je préfère le stade du 5-Juillet”

L ’USM Alger devrait disputer au stade du 5-Juillet (Alger) la fi- nale aller de la Ligue des cham-

pions d'Afrique de football, prévue pour le 30 octobre, a indiqué à l'APS son président Ali Haddad. “Personnellement, je préfère disputer la finale au stade du 5-Juillet. Il est

spacieux et permet au maximum de supporters d'assister au match, d'au- tant que l’USMA représentera pour

l'occasion toute l'Algérie et pas seu- lement le club”, a déclaré Haddad à l’issue du match face à Al-Hilal du Soudan samedi soir en demi-finale retour. Le club de la capitale a validé son billet en finale pour la première fois de l’histoire malgré le nul vierge qui a sanctionné les débats contre Al-Hi- lal. Les Usmistes ont profité de leur victoire sur le terrain de leur adver-

saire (2-1), lors du match aller di- manche dernier. L’actuel co-leader du championnat de Ligue 1 algé- rienne a disputé, jusque-là, tous ses matchs à domicile au stade Omar- Hamadi, dont la capacité d’accueil ne dépasse pas les 8 000 places. “Nous souhaitons évidemment rem- porter cette Ligue des champions et l'offrir à tout le peuple algérien”, a ajouté Haddad, à la tête du club de-

puis l’été 2010 lorsqu'il avait rache- té la majorité des actions de la société sportive de la formation de Sousta- ra. Le patron des Rouge et Noir, qui avait succédé à l'époque à Saïd Allik, avait déclaré, après le trophée de la Coupe arabe remporté par son équi- pe en 2013, que son objectif prochain était de s'adjuger la Ligue des cham- pions

dont la précédente édition est déte- nue par un autre club algérien, l'ES Sétif. Les protégés d'Ali Haddad seront fixés ce dimanche sur leur adversaire en finale à l’issue de la demi-finale retour TP Mazembe (RD Congo) - El-Merrikh du Soudan. Les Souda- nais l'avaient emporté à domicile à l'aller (2-1).

APS

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

Supplément Sport

15

DOSSIER

LA 4 e TENTATIVE A ÉTÉ LA BONNE

L’USM Africa tient sa finale !

D ouze ans après la glorieuse “génération Dziri” qui n’a pu passer le symbolique écueil de l’avant-dernier tour, d’autres Rouge et Noir sont parve- nus, samedi soir, à offrir à

l’USMA sa toute première finale continenta- le : la dream-team de Ali Haddad. Le rêve du

tout Soustara est enfin devenu réalité : mon-

ter sur le toit de l’AfriqueLe rêve du tout Soustara est enfin devenu réalité : mon- et y disputer une premiè-

et y disputer une premiè- re finale qui pourrait sacrer

l’Ittihad et le faire entrer dans la légende. Face à une formation sou- danaise d’El-Hilal qui courait depuis sa pre- mière finale en C1 africaine en 1987 et sa dé- faite face à l’ogre égyptien et voisin du Nord d’Al-Ahly qui remportait, à l’occasion, son deuxième des huit trophées conquis jus- qu’alors après un nul blanc à Khartoum (0-0) suivi d’une victoire (2-0) au Caire, les Algérois ont su faire le job samedi soir, inscrivant en lettres d’or cette mémorable soirée du 3 oc- tobre comme celle qui leur a permis d’entrer dans le cercle très restreint des clubs algériens ayant disputé une finale continentale. Ses galons de finaliste de la prestigieuse et si exigeante Champions League, l’USMA les a ga- gnés à la sueur du front, à la ferveur du front populaire et grâce à une campagne rondement menée et rendue plus facile par la richesse de son effectif et la maestria de son staff technique. Avant de dévorer le Croissant soudanais, les coéquipiers du Malgache Andria avaient ain- si souffert lors du premier tour de qualifica- tion face aux modestes amateurs tchadiens du Foullah Edifice, difficilement éliminés (3-0, 1- 3). Une leçon qui les a rendus plus forts, com- me en témoigne leur démonstration en sei- zièmes de finale face au champion du Sénégal, l’AS Pikine, balayés (5-1, 1-1), puis leur soli- de prestation en huitièmes face aux Gui- néens de l’AS Kaloum (2-1, 1-1) qui leur a ou- vert la voie des poules des quarts de finale. Reversée dans le 3 e pot, l’USMA a hérité du champion en titre, l’ESS, du novice d’El-Eul- ma et du solide El-Merreikh. Intenables, les Al- gérois aligneront alors cinq succès de rang et termineront en tête de leur poule pour disputer leur 3 e demi-finale d’une épreuve continentale. Cette 3 e demi-finale, ou plutôt la 4 e si on consi- dère l’épopée d’il y a 18 ans, a enfin été la bon- ne, après les échecs amers de 1997, 2002 et 2003. En 1997 déjà, l’USMA a été demi-fina- liste de la première version de la Champions

Par : RACHID BELARBI

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

League africaine qui remplaça la Coupe des champions africains, ex aequo avec le Raja de Casablanca à la tête du groupe 1 avec 11 points, mais c'est finalement le club marocain qui a composté son billet pour la grande finale grâ- ce à la différence de buts. Vainqueur du trophée avec comme entraîneur un certain Vahid Halilhodzic, le Raja avait pourtant été battu à domicile (0-2) par cette audacieuse et fière équipe usmiste composée de Belgherbi, Hamdoud, Ghoul, Tizarouine, Hemdani, Djahnine, Hadj Adlane, Dziri, Ze- kri, Aït Belkacem et autres Smati et Mehdaoui.

Marquer l’histoire en rouge et noir

Cinq ans plus tard, autrement dit en 2002, c’était déjà le tour d’une première demi-fina- le “concrète” face aux autres voisins et rivaux marocains du Wydad de Casablanca. Pour cet avant-dernier tour de la défunte coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe, l’USMA sera coupable d’un ratage monumental sym- bolisé par l’erreur fatale d’un certain Rabah Deghmani après le nul blanc (0-0) à l’aller, et avec le 2 à 2 au retour. Les Mezaïr, Fetahine, Hamdoud, Meftah, Hemdani, Zeghdoud, Djahnine, Ghazi, Dzi- ri, Benchergui, Achiou et Bourahli ne verront jamais la finale. L’année suivante, en 2003, pour leur seconde demi-finale consécutive, les Rouge et Noir n’ont abdiqué que lors des temps morts qui virent les Nigérians d’Enyim- ba inscrire le second but, synonyme de qua-

lification. Pourtant, tout avait bien commen- cé pour les Algérois qui, dès la 4’ de jeu, par- viendront à ouvrir le score par l’intermédiai- re de Dziri Bilal. Mais un coup de pouce du malheureux défenseur Tarek Ghoul aida les lo- caux à trouver enfin la brèche et à égaliser grâ- ce à la maladresse dudit défenseur qui allait marquer contre son camp (43’). Michael Orchei, déjà auteur du but égalisateur au stade du 5-Juillet à l’aller, fera encore plus mal aux Algérois, à la 90’ + 3, cette fois-ci au stade de Aba. C’en était fini pour les espoirs fous de l’USMA d’arracher, dans la fournai- se nigériane, son billet pour la finale africai- ne. Les malheureux héros usmistes (Mezaïr, Djahnine, Zeghdoud, Deghmani, Metref, Achiou, Nazef, Dziri, Meziani, Ouichaoui et Cheraïtia) ne pouvaient toutefois s’en prendre qu’à eux-mêmes d’avoir raté la qualification à… Alger lors au match aller, en passant à côté d’une victoire qui était largement à leur por- tée. En écartant El-Hilal du Soudan, les Al- gérois de l’Union sportive musulmane seront les cinquièmes représentants algériens à se his- ser en finale de la plus prestigieuse compéti- tion africaine inter-clubs, après leurs rivaux du MCA, les Kabyles de la JSK, les Sétifiens de l’ESS et les Oranais du MCO. Mais si les coéquipiers de Lakhdar Belloumi l’avaient perdue à domicile en 1989 face au Raja de Casablanca de Rabah Saâdane, tous les autres clubs algériens qui ont atteint la fina- le ont remporté le trophée. À commencer par

le Mouloudia d’Alger en 1976 aux dépens du Hafia après une défaite (3-0) à Conakry puis un succès sur le même score à Alger avant une victorieuse série de tirs au but (3-0). La JS Ka- bylie a ensuite pris le relais en s’adjugeant deux fois le titre continental. Une première fois en 1981 après avoir piétiné l’AS Vita Club, aus- si bien à Kinshasa qu’à Tizi Ouzou (4-0). Une seconde fois en 1990, plus difficilement, face aux Zambiens du Nkana Red Devils (1- 0, 1-0 puis 5-3 aux TAB). Entre-temps, l’En- tente de Sétif a perpétué la tradition en ter- rassant les Nigérians d’Iwuanyanwu à Constantine après avoir résisté tant bien que mal à Ibadan avant de rajouter une deuxième étoile à son blason, vingt-six ans après, à la fa- veur de son succès final aux dépens du Vita Club grâce à ses deux buts marqués à Kinshasa (2-2) contre un nul à Blida (1-1).

R. B.

La finale le 30 octobre à Alger

n Qualifié en finale de l’une des plus

prestigieuses compétitions africaines, la Ligue des champions en l’occurrence, l’USM Alger aura jusqu’à la fin du mois pour préparer son rendez-vous historique. Les Rouge et Noir disputerons le match aller de la finale à domicile, précisément au stade du 5-Juillet, puisque la CAF exige un grand stade pour la finale, le vendredi 30 octobre prochain. Les poulains de Hamdi se déplaceront une semaine après chez leur adversaire, soit le 6 novembre pour disputer l’ultime manche de la Ligue des champions d’Afrique, la première dans l’histoire du club.

A. I.

L’USMA empochera 1,5million $ en cas victoire en finale

n Ayant accédé à la finale de la Ligue des

champions d’Afrique, en éliminant Al-Hilel du Soudan (1-2) (0-0) le club de l’USM Alger empochera déjà la somme d’un million de dollars, la Fédération algérienne elle bénéficiera d’un montant de 50 000 dollars. Une prime qui pourrait changer si l’USMA remportait le trophée, car le vainqueur de la Ligue des champions africaine cette saison sera récompensé d’un million 500 000 dollars selon le barème de la Confédération africaine (CAF) et la FAF percevra quant à elle 75 000 dollars en cas de victoire de l’USMA le 6 novembre 2015.

A. I.

IL ESTIME QUE LES USMISTES N’ONT PAS VOLÉ LEUR QUALIFICATION À LA FINALE

Bourahli : “L’USMA a les moyens de ramener le trophée en Algérie”

P our Issaâd Bourahli, la réussite de l’US- MA au début de cette saison n’est pas le fruit du hasard. “Je pense que l’USMA est

en train de récolter maintenant les fruits du tra-

vail entrepris depuis quelques années, soit depuis l’arrivée des frères Haddad

à la tête du club. Personne ne peut nier, en effet, qu’on constate que le club de Soustara enregistre une certaine stabilité, contrairement à la saison précédente. L’équipe

a également connu un renfort de qualité durant

l’été dernier. En un mot, l’USMA est sur la bonne voie”, nous a indiqué d’emblée l’ancien avant centre in- ternational, lequel est revenu sur le parcours des partenaires de Koudri en Ligue des Cham-

pions d’Afrique qui fut conclu avant-hier par une qualification historique à la finale. “C’est une qualification méritée. L’USMA n’a pas volé

la place qu’elle atteint maintenant sur le plan

continental. C’est le résultat d’un grand travail effectué par les dirigeants actuels. C’est vrai que

cette édition est moins difficile par rapport à cel-

le de la précédente année mais je pense que les

Par : FARÈS ROUIBAH FARÈS ROUIBAH

Usmistes ont réussi un parcours de champion. Ils ont fait presque le plein durant la phase de poule, avec cinq succès contre une seule défai- te. Ce n’est pas donné à tout le monde de faire un pareil parcours. De toutes les manières, je pense que l’USMA est bien partie pour rem- porter ce sacre. Je le souhaite de tout cœur. Nous avons fêté, il y a une année, la victoire des Sé- tifiens, et on sera ravis et honorés que l’USMA en fasse autant. Personnellement, je pense que l’USMA a les moyens pour aller jusqu’au bout”, a ajouté celui qu’on aime surnommer le renard des surfaces. Pour ce dernier, le coa- ch Miloud Hamdi n’est pas étranger à cette per- formance. “Je pense que Hamdi a fait un grand travail depuis son arrivée à l’USMA. C’est vrai qu’il a entre les mains un riche effectif, mais ce n’est pas donné à n’importe qui de réussir une telle performance en si peu de temps. Person- ne ne peut dire le contraire concernant sa touche dans l’équipe. Il était confiant dans ce qu’il fai- sait. Il a également su gérer un effectif où il exis- te beaucoup de bons joueurs. Ce n’est pas faci- le de gérer un banc comme celui de l’USMA. Lui, il l’a fait. Il a trouvé les solutions adéquates. Je

pense que s’il a atteint la finale de la LDC, ce n’est pas par hasard”, a ajouté l’ancien joueur de l’ESS et du CSC, lequel n’a pas manqué de regretter la sortie prématurée des Sétifiens de cette compétition. “Oui, c’est dommage. J’aurais aimé voir aussi l’ESS aller plus loin dans l’édition de cette an- née. Ils auraient pu le faire mais, faute de mau- vaise gestion, l’équipe est sortie par la petite por- te, et je n’arrive toujours pas à m’expliquer com- ment on a libéré des joueurs qui constituaient la colonne vertébrale de l’équipe et ramener d’autres éléments qui manquent d’expérience et de savoir-faire”, dira-t-il encore avec amer- tume et conclure sur la finale de la LDC que l’USMA s’apprête à disputer dans moins de deux semaines. “Je suis sincèrement content de ce que vient de réaliser l’USMA. Maintenant, il faudra aller chercher le trophée. Il reste deux matches pour cela. Les joueurs doivent res- ter solidaires et continuer à garder cette bonne dynamique. Je souhaite de tout cœur que l’US- MA ira jusqu’au bout et nous ramène le tro- phée”, conclut le joueur aux 16 capes.

F. R.

D. R.
D. R.

16

Supplément Sport

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

OMNISPORTS

BOXE
BOXE

18 e CHAMPIONNAT DU MONDE DE BOXE (DU 5 AU 15 OCTOBRE À DOHA)

Objectif : qualifier deux pugilistes aux JO 2015

L’ équipe nationale de boxe est depuis vendredi dernier à Doha pour prendre part au 18 e Championnat du monde de boxe prévu du 5 au 15 octobre au Qatar,

qualificatif pour les Jeux olympiques de Rio

2016 pour les finalistes du Mondial 2015.

L’Algérie sera représentée par sept pugi- listes. Il s’agit de

Mohamed Flissi (52 kg), Litim Khalil (56

kg), Réda Benbaâziz (60 kg), Abdelkader Chadi (64 kg), Abdelhafid Benchebla (81 kg), Chouaïb Bouloudinat (91 kg) et Mohamed Grimes (+91 kg). Il faut dire que les pugilistes algé- riens, tout auréolés de leur sacre africain il y a quelques jours au Congo Brazzaville, vont entamer cette compétition ô combien importante, avec la ferme intention de réali- ser de bons résultats et de ne pas se conten- ter de la figuration. L’enjeu pour l’équipe nationale est d’atteindre une ou deux finales afin composter directement un ticket pour les Jeux olympiques de Rio. En effet, les fina- listes seront épargnés des qualificatifs pour les JO, ce qui est déjà un acquis pour eux. Selon Mourad Meziane, le directeur tech- nique national, “nos pugilistes se sont bien préparés pour cette échéance. Le fait de parti- ciper aussi aux Jeux africains récemment nous a été bénéfique, car nos pugilistes sont

nous a été bénéfique, car nos pugilistes sont Par : SOFIANE MEHENNI D. R. restés compétitifs.

Par : SOFIANE MEHENNI

D. R.
D. R.

restés compétitifs. Nous allons tout faire pour représenter au mieux l’Algérie. Certes, c’est un tout autre niveau, la crème de la boxe mondiale sera présente. Mais on tentera de représenter au mieux la boxe algérienne, et pourquoi pas décrocher un podium ou deux, surtout lorsqu’on sait que les deux finalistes composteront directement leur ticket pour les Jeux olympiques 2016 qui se tiendront à Londres”, assure Mourad Meziane. Certes,

c’est une compétition très relevée, mais nos pugilistes sont déterminés à réaliser de grandes performances, mais cela dépend aussi de plusieurs paramètres, notamment le tirage au sort lors des premiers tours, c’est très important de bénéficier d’un bon tirage et de ne pas tomber dès l’entame de la com- pétition sur des champions du monde. En outre, lors de la dernière édition des Mondiaux en 2013 à Astana au Kazakhstan,

l’équipe nationale de boxe est parvenue à décrocher une médaille d’argent grâce à Mohamed Flissi. Cette année, avec des élé- ments chevronnés, à l’image de Bouloudinat ou Benchebla, on espère que les résultats seront bien meilleurs par rapport à la précé- dente édition. La preuve, les sept pugilistes qui prendront part aux Mondiaux de boxe figurent tous dans le top 10 du dernier clas- sement de l’association internationale de boxe (Aiba) établi la veille du coup d’envoi des Mondiaux de boxe. Mohamed Flissi, le champion d’Afrique et le médaillé d’argent lors des derniers Mondiaux 2013, est classé n°1 de sa catégorie des -52 kg avec un total de 1650 points. Pour ce qui est des autres pugilistes algériens bien classés, on citera entre autres Benchebla Abdelhafid, classé 3 e de sa catégorie (81 kg) avec 1550 pts ; Chadi Abdelkader, 4 e dans la catégorie (64 kg) avec un total de 1200 pts ; tout comme Réda Benbaaziz (60 kg). “Nos boxeurs ont amélio- ré leur classement à la veille des champion- nats du monde, ce qui constitue un apport psychologique très important pour aborder cette compétition. Suite aux bons résultats réalisés aux championnats d'Afrique et aux Jeux africains, les boxeurs algériens ont engrangé des points qui leur ont permis d'améliorer sensiblement leur classement”, a déclaré à l'APS le directeur technique natio- nal de boxe, Mourad Meziane.

S. M.

HANDI-BASKET
HANDI-BASKET

CHAMPIONNAT D'AFRIQUE :

Six sélections (hommes) et quatre (dames) au rendez-vous d'Alger

S ix sélections (hommes) et

quatre (dames) représentant

six pays se disputeront les deux

billets qualificatifs aux Jeux para- lympiques de Rio, à l'occasion des championnats d'Afrique des nations de handi-basket prévus à Alger du 31 octobre au 7 novembre, a-t-on appris vendredi auprès du comité d'organisation de l'événe- ment. Outre l'Algérie, le tournoi Messieurs enregistre la participa- tion du Maroc, de l'Égypte, de l'Afrique du Sud, du Nigeria et de la Libye, alors que celui des dames concernera, outre l'Algérie, les équipes du Maroc, d'Afrique du Sud et du Nigeria. “Ces pays ont confirmé leur participation au ren- dez-vous d'Alger qui désignera le représentant de l'Afrique (hommes et dames) pour les prochains Jeux paralympiques de Rio (septembre

2016)”, a déclaré le président de la Fédération algérienne handisports (FAH), Rachid Haddad, ajoutant que les deux tournois permettront de renouer avec l'organisation des compétitions internationales en Algérie, six années après avoir abri- té le championnat d'Afrique de handi-basket à Blida. Afin de réunir les meilleures conditions de séjour des hôtes de l'Algérie et réussir les deux événements sportifs, il a été procédé à l'installation d'un comité d'organisation, représenté par plu- sieurs secteurs dont des cadres de la famille du handisport algérien. La Fédération internationale du han- dibasket (IWBF) avait dépêché deux de ses experts (Charles Saunders et Hamid El Aouni) en visite de travail pour donner un avis sur les différents sites proposés par la FAH, en respectant le cahier des

charges arrêté par l'instance inter- nationale et fixant les modalités d'organisation d'un tel événement. A l'issue de cette visite, la salle OMS de Staouéli (Alger) a été retenue pour la compétition, en plus de l'installation de chapiteaux qui seront réservés notamment au contrôle anti-dopage et à la classifi- cation des joueurs. Les deux hôtels de la même ville seront réquisition- nés pour l'hébergement des déléga- tions et officiels. “Les préparatifs ont été entamés et dès la semaine pro- chaine, on va procéder à l'installa- tion du matériel technique et spéci- fique et la logistique nécessaire pour la compétition, avec la contribution de plusieurs partenaires que nous avons sollicités pour réussir l'événe- ment” a assuré le coordinateur du comité, Rachid Meskouri. D'autres réunions de coordination sont pré-

vues par le comité d'organisation d'ici à la tenue du rendez-vous. “Outre la possibilité, offerte à nos sélections nationales, d'une possible qualification historique du handi- basket algérien aux Jeux paralym- piques, le rendez-vous d'Alger parti- cipera à la promotion et au dévelop- pement de l'image du handi-basket national et continental”, a expliqué le directeur technique national (DTN), Zoubir Aichaine. En plus de ces deux championnats d'Afrique des nations de handi-bas- ket, qualificatifs au rendez-vous paralympique de Rio, l'Algérie abri- tera du 20 au 27 novembre 2015, les championnats d'Afrique de goal- ball (hommes et dames), qui seront également qualificatifs aux Jeux paralympiques de Rio (septembre

2016).

JM 2021
JM 2021

Prochaine installation du comité national de préparation des Jeux méditerranéens d’Oran 2021

L e ministre de la Jeunesse et des Sports, El-

Hadi Ould Ali a annoncé, jeudi dernier à

Oran, l’installation prochaine du comité

national de préparation des Jeux méditerranéens d’Oran 2021.Le ministre a indiqué à l’APS, en marge d’une visite de travail dans la wilaya d’Oran, que le comité national de préparation des Jeux méditerranéens qu’abritera la ville d’Oran en 2021 “sera installé prochainement, dans le respect des engagements liant l’Algérie au comité international des Jeux méditerranéens”. El-Hadi Ould Ali, qui a visité des installations sportives notamment le futur complexe omni- sports et le village méditerranéen sis à

Belgaïd (Bir El-Djir), à l’est d’Oran, a souligné que la première tranche des travaux du projet, d’un montant de 10,7 milliards DA, sera prête en septembre 2016. Cette première tranche com- prend le stade olympique de football de 40 000 places, le terrain d’athlétisme, le terrain de réplique ainsi que d’autres structures annexes. L’entreprise chinoise qui réalise l’ensemble de ces structures s’est engagée à respecter cette échéance. Le taux d’avancement des travaux est estimé à 65%, a-t-on indiqué de source respon- sable. Concernant la deuxième tranche du futur complexe sportif qui comprend notamment le centre nautique, trois piscines dont deux cou-

vertes, une salle de sports de 6000 places, un ter- rain de tennis, ainsi que l’aménagement urbain du futur village olympique, le wali d’Oran, Abdelghani Zaâlane, a déclaré à la presse que le marché, d’une valeur de 9,2 milliards DA, a été avalisé, mercredi dernier, par le comité national. Le ministre s’est rendu à Hay Akid-Lotfi où il a visité une structure sportive de proximité. El- Hadi Ould Ali s’est rebdu en fin d’après-midi au complexe touristique Les Andalouses pour pré- sider la cérémonie d’ouverture du 13 e champion- nat d’Afrique de voile série Optimist, qui se tient sous le signe “Oran au rythme des vents afri- cains”.

TAEKWONDO

CHAMPIONNATS D'AFRIQUE JUNIORS

La sélection algérienne en regroupement avec 30 athlètes à Souidania

n Trente athlètes, composant la sélection algérienne juniors de taekwondo sont entrés en stage bloqué du 2 au 9 octobre au Centre de regroupement des équipes nationales de Souidania (Alger), en vue des championnats d'Afrique 2015, prévus au mois de novembre en Algérie, a-t-on appris auprès de la Fédération algérienne. “La sélection comporte 18 garçons et 12 filles”, a détaillé le directeur des équipes nationales (DEN) Samir Maiana à l'APS, ajoutant qu'à partir de la mi-octobre courant, les athlètes effectueront un microcycle de préparation “chaque week- end”, jusqu'à l'entame des championnats d'Afrique, prévus du 19 au 21 novembre à Alger. “On aurait aimé travailler plus pour bien préparer ces championnats d'Afrique, mais la scolarité des athlètes nous empêche de les garder trop longtemps en regroupement. Donc, les week- ends seront notre seule option pour les faire travailler et on va essayer d'en profiter au maximum”, a ajouté le DEN. L'Algérie, pays organisateur de ces championnats d'Afrique juniors, espère réussir un bon parcours et “remporter un maximum de médailles”, a indiqué Maiana concernant les objectifs assignés.

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

Sport

17

ACTUALITÉ

FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE 2015

Ce sera le TP Mazembe

O n connaît mainte- nant le futur adver- saire de l’USMA pour la finale de la Ligue des cham- pions d’Afrique de

l’édition 2015. Il s’agit du club de la

République démocratique du Congo, le Tout

puissant

Mazembe

en l’occur- rence. Défait à Khartoum il y a quelques jours par Al-Merreikh du Soudan (2-1), les Corbeaux, le sur- nom des joueurs du TPM, sont par- venus à renverser la vapeur hier en s’imposant dans leur jardin de Ka- malondo à Lubumbashi à l’occa- sion de la demi-finale retour sur le score de trois buts à zéro. Les réalisations de la partie ont été l’œuvre de Samata (un doublé) et As-

Par :

FARÈS ROUIBAH

D. R.
D. R.

salé. Du coup, les Usmistes héritent d’un gros morceau d’autant plus qu’ils affronteront une équipe pas du tout facile à manœuvrer notam- ment dans son antre et qui a derriè-

re elle un riche et éloquent palmarès que ce soit sur le plan continental ou local. Le TP Mazembe a, en effet, remporté le titre de la LDC à quatre reprises en 1967, 1968, 2009 et 2010

et animé deux finales perdues en 1969 et 1970. En outre il affiche à son palmarès une Coupe de la CAF et deux Supercoupes d’Afrique ac- quises en 2010 et 2011. Sur le plan lo- cal, le TPM a été sacré champion du Congo à huit reprises et détient cinq Coupes du Congo. En 2010 sous les ordres d’un certain Diego Garzitto, les protégés du président Moïse Ka- tumbi avaient réalisé la meilleure per- formance de tous les temps pour un club africain en se hissant en finale de la Coupe du monde des clubs qui s’est déroulée aux Émirats arabes unis. Les partenaires de l’embléma- tique gardien de but Robert Kidiaba ont été défaits en finale par l’Inter de Milan, se contentant de la deuxième place. Il faut savoir, par ailleurs, que le TP Mazembe n’est pas étranger au football algérien puisque rien que la saison passée, la troupe entraînée par

le Français Patrice Carteron avait af- fronté l’Entente de Sétif en demi-fi- nale. Une double confrontation qui est revenue aux Sétifiens lesquels, après avoir pris le meilleur au mat- ch aller à Sétif par 2 buts à 1 (le mat- ch avait eu lieu à huis clos), se sont inclinés lors de la seconde manche par 3 buts à 2. Un score qui leur a permis de composter leur billet pour la finale et remporter au bout le sacre africain. Présent à ce niveau de la compétition interclubs la plus prestigieuse du continent durant la dernière décennie, le TP avait af- fronté également l’ESS à deux re- prises durant les phases de poules de la LDC de l’édition de 2010 et 2013. Notons à toute fin utile que le championnat de la RDC vient à pei- ne de commencer puisqu’il en est à sa deuxième journée seulement.

F. R.

MILOUD HAMDI, ENTRAÎNEUR DE L’USMA

“Maintenant, il faut aller au bout”

L’ entraîneur de l’USMA, Miloud Hamdi, était l’homme le plus heureux de la planète suite à la qualification his- torique de son équipe en finale de la Ligue des cham-

pions africaine au détriment d’Al-Hillal du Soudan. “J’avais dit que le match retour sera différent de l’aller. J’avais dit aussi que la meilleure des stratégies était d’attaquer. El-hamdoullah, on a été déterminant, on n’a pas craint l’adversaire. Quand on s’ap- pelle l’USMA, on doit jouer l’attaque. Certes, on avait la pos- sibilité de gérer notre avantage de l’aller, mais c’était trop ris- qué pour nous. C’est vrai qu’on a raté pas mal d’occasions de scorer, mais ce n’est pas grave, le plus important c’était la qua-

lification qui s’est jouée, à mon sens, sur l’ensemble des deux matches”, a affirmé Hamdi lors de la conférence de presse d’après-match, et de poursuivre : “C’est historique pour le club, c’est une qualification qu’on doit dédier à tous les entraîneurs

qui sont venus avant moi, tous ses dirigeants, tous ses suppor- ters qui ont aidé ce club de près ou de loin. Ces gens-là, ils ne faut pas les oublier”, a insisté l’entraîneur usmiste. En outre, pour ce qui est des préférences de Hamdi pour la finale entre Al-Merreikh et le TP Mazembé, il a précisé que “quand on est dans un grand club comme l’USMA, on ne doit pas choisir tel ou tel club. Nous n’avons pas de préférence, c’est une finale, et l’équipe qui atteindra ce stade a logiquement des qualités et des capacités”, rassure Hamdi. En prévision toujours de la finale qui se jouera en deux manches la première à Alger et la seconde à l’extérieur, Miloud Hamdi déclare : “Je pense que le fait de disputer le match retour à l’extérieur n’est pas un inconvénient pour nous. Le fait d’atteindre le dernier stade de la compétition met les deux équipes sur le même pied d'égalité. Disputer la pre- mière manche à Alger n'est pas un désavantage pour nous,

croyez-moi”, a-t-il assuré. D’autre part, le match aller se joue- ra officiellement sur la pelouse du stade du 5-Juillet. “le stade du 5-Juillet offre plus de commodités à nos supporters et un maxi- mum d’ouverture pour tous les supporters qui aiment le club, qui vont pouvoir se déplacer en masse, contrairement à Bolo- ghine. Ça nous permet de pratiquer un beau football. Je pense que rien ne va changer par rapport aux autres matches dispu- tés à Bologhine. La plupart des joueurs le connaissent, ils ont évo- lué à maintes reprises dans ce stade, donc ça ne doit pas poser problème pour nous”, ajoute Hamdi. Enfin et en ce qui concer- ne les défections de Meftah et Andrea pour le match aller de la finale de la Ligue des champions africaine, Miloud Hamdi ajoute : “Vous savez, je n’aime pas le mot amoindri. Nous avons 23 joueurs, je suis sûr que ceux qui vont les remplacer vont don- ner le meilleur d’eux-mêmes sur le terrain.”

ALORS QUE LA PISTE SIMONDI EST ENVISAGÉE

Hamar à “Liberté” : “Adjali m’intéresse en tant que technicien”

L es mauvais résultats enregistrés en ce dé- but de saison par l’Entente de Sétif n’ont pas été du goût des supporters qui n’ont

épargné personne, vendredi dernier, à l’issue du match nul (0-0) face à l’USMB sur la pe- louse du 8-Mai-45. Ils ont réclamé la tête de l’entraîneur Kheïredine Madoui, qu’ils tiennent pour principal responsable de la situation actuelle du club, ils ont réclamé son départ, si- non le renforcement de la barre technique. Ha- cen Hamar, qui connaît parfaitement les in- suffisances de son équipe, va crever l’abcès en provoquant aujourd’hui une réunion d’urgence avec son entraîneur pour lui parler en tête-à- tête des raisons qui n’ont pas permis au club

de décoller. “Il est vrai que les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes de notre public, il y a de choses qui n’ont pas marché comme on l’a prévu, c’est ça le football ; ça ne peut pas mar- cher à tous les coups, il y a de insuffisances que j’ai décelées au sein de l’équipe. À ce titre, j’ai convoqué le staff technique pour une réunion afin de s’expliquer sur l’état actuel de l’équipe, je veux écouter les membres du staff et les ar- guments qu’ils vont me présenter, je pense que le renforcement de la barre technique est de- venu inévitable. Madoui vit sous une tension terrible, cela lui a fait perdre un peu de sa lu- cidité, on compte se parler les yeux dans les yeux pour trouver conjointement la solution la plus

ENCORE UNE POLÉMIQUE AU MCO

Belhadj : “Les déclarations de Cavalli sont infondées”

adéquate, il faut qu’on sorte de cette léthargie ; l’Entente a les moyens de se racheter et revenir en force dans le championnat”, nous dira le pré- sident de l’ESS, qui a un penchant pour La- khdar Adjali, l’ancien international algérien qui

a porté les couleurs du NAHD et d’Amiens. Il

compte lui faire appel pour renforcer la bar- re technique. “Je constate, à travers ses inter- ventions à la télévision, que c’est un très bon technicien. Adjali a ce sens de décortiquer le jeu des équipes et le sens d’observation. Franche- ment, il m’intéresse, la question sera tranchée lors de mon entretien avec Madoui que j’ai sou- tenu contre vents et marrées”, ajoute Hamar.

Une autre option est sur le bureau de Hamar,

M is au parfum de ce qui s’est dit au cours de la conférence de presse d’après-match de son entraîneur à

propos de ses proches collaborateurs qui ont

promptement répliqué, le président du Mou- loudia d’Oran

s’est fendu, same- di, tard dans la

soirée, d’un com- muniqué pour “expliquer” sa position. Vingt-quatre heures après les assurances de Jean-Michel Cavalli d’avoir été “approuvé par Baba dans sa démarche visant à écarter Bel- lahcen, Hassani et Belabbès”, le même Baba a signé et apposé sa griffe de P-DG de la SSPA/MCO un communiqué dans lequel il porte un démenti clair aux déclarations de son entraîneur qu’il qualifie de déclarations “in- fondées”. “La fête aurait été totale ce samedi si monsieur

Par :

RACHID BELARBI

Cavalli avait fait preuve de retenue dans ses dé- clarations. Des déclarations provocatrices et in- fondées. Je suis le seul habilité, en consultation avec certains membres du conseil d’adminis- tration, de recruter ou de mettre fin aux mis- sions des salariés. Bellahcen Toufik est un se- crétaire qui a toujours été à la disposition de la société. Krimo Hassani est le doyen du MCO. Hafid Belabbès est un actionnaire qui ne fait pas partie de l’équipe dirigeante de l’actuelle saison mais qui, par amitié, est en train de m’aider dans la résolution de tous les problèmes finan- ciers de la société. Que monsieur Cavalli s’oc- cupe uniquement du volet technique”, peut-on, ainsi, lire dans ledit communiqué. À travers cette nouvelle démarche, Belhadj chercherait-il à mettre davantage de pression sur son entraîneur afin de le pousser à jeter l’éponge et à quitter son poste ? L’interroga- tion demeure encore sans réponse, tant le pré-

sident du MCO nous a déjà habitués à dire une chose et son contraire en un laps de temps très court. De son côté, l’entraîneur français, Jean-Michel Cavalli, n’a nullement l’intention de démis- sionner. Il l’a, d’ailleurs, clairement affirmé à l’issue du derby gagné face à l’ASMO. “Si on ne veut plus de moi, qu’on me le dise et qu’on me paye mes salaires, puisque je suis sous contrat jusqu’au mois de juin. Sinon, je reste- rai ici car j’ai une mission à terminer. Je l’ai pro- mis aux Hamraoua !”, avait lancé l’ancien sé- lectionneur national qui, à 17 500 euros par mois, obligerait, dès lors, Baba à lui verser pas moins de 140 000 euros pour qu’il accepte de rendre son tablier. 2,2 milliards de centimes, voilà ce que coûterait, en dinars, à Belhadj Baba la mise en application du communiqué qu’il

a signé samedi soir.

R. B.

selon un dirigeant très influent à l’Entente, la piste de Bernard Simondi est envisagée par le club, surtout qu’il vient d’être limogé par la JS Saoura, le Corse a cet avantage de connaître la maison puisqu’il a déjà remporté avec l’ESS la Champions League arabe en 2008. C’est dire que dans la maison sétifienne, il pourrait y avoir des changements à n’importe quel mo- ment avec ou sans Madoui qui a offert la sai- son passée au club la LDC.

R. A.

CHELSEA

Mourinho viré ?

n “Si Chelsea veut me virer, qu'il me vire”, a déclaré à Sky son entraîneur, Jose Mourinho, après la nouvelle défaite samedi de Chelsea contre Southampton (3-1), qui laisse le champion en titre à la 16e place après huit journées. “Si Chelsea veut me virer, qu'il me vire !”, a commenté, remonté, le Portugais. “Mais moi, je ne partirai pas, je veux continuer. C'est un moment crucial dans l'histoire du club. S’ils me virent, ils virent le meilleur entraîneur de leur histoire et ils donnent le message que c'est l'entraîneur qui est coupable des mauvais résultats.” Avec huit points en huit matches, le club connaît son pire début de saison depuis 1978-79, saison à l'issue de laquelle il avait été relégué en 2e division. “Je ne vais pas fuir mes responsabilités, renier mes convictions. On doit rester soudés, tout le monde doit assumer ses responsabilités. Je tiens à assumer les miennes, mais le moment est venu pour que tout le monde le fasse, notamment certains joueurs qui font des erreurs, qui sont très mauvais individuellement”, a ajouté Mou.

F.1844

18

Publicité

Lundi 5 octobre 2015

LIBERTE

F.1844 18 Publicité Lundi 5 octobre 2015 LIBERTE P P E E T T I I

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

LIBERTE PUB

ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08 O

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Société internationale recrute ses télévendeuses parfaite- ment francophones à Tizi Ouzou. Très bonne rémuné- ration et cadre agréable. Postuler à l’adresse suivante :

eliasante.france@gmail.com

- TO/BR 018332

————————————— Société située à Baba Hassen recrute femme de ménage à mi-temps. Tél. : 0550 42 37 96 - Comega ————————————— Société privée située à Boufarik cherche avec expé- rience 1 femme comptable, 1

chargé de la paie et du social, 1 ingénieur en maintenance industrielle.

Fax : 025 47.50.21

carlworld.dz@gmail.com- Acom ————————————— Hôtel Mizrana Tigzirt recrute chef cuisinier spécialisé en gastronomie française, expé- rience souhaitée. Envoyer CV au 026 25 80 86 - BR14460 ————————————— Labo dentaire situé hauteurs d’Alger cherche prothésiste pour la mobile. Tél. : 0797 19.24.95 - BR14465 ————————————— Restaurant cherche étudiant, étudiante comme serveur, ser- veuse à mi-temps, transport disponible El Achour, Alger. Tél. : 0553 24 21 75 - BR14475 ————————————— Clinique dentaire située à Dély Ibrahim recrute jeune dentiste (H/F) âge max 40 ans, sérieux(se) et motivé(e) pour un travail soigné. Merci d’envoyer CV

cliniquedentaire12@gmail.com

Tél. : 0561 72 15 27 -XMT

COURS

ET LEÇONS

—————————————

SBL English School, votre par-

tenaire pour améliorer votre

anglais, lance nouvelle session 9 octobre :

SBL Alger Grande-Poste.

Tél. : 021.74.20.58 /

0550.86.47.84

SBL Rouiba coop. Ibn Sina,

proximité CEM Ibn El Khatib. Tél. : 0549.39.80.56 /

0561.38.64.33

SBL

Boumerdès : coopérative

11

Décembre, en face

pâtisserie Mezghena.

Tél. : 024.91.47.95 /

0550.10.14.76

www.sblschool.org - F 1752

————————————— ELTC Language School lance nouvelle session français et

anglais le 9octobre pour adul- te et enfant, cité Bouzegza, Frantz-Fanon, Réghaïa. Tél. : 0676.11.82.07 /

0549.53.92.93.

Facebook eltc.school. -F 1753 ————————————— Ecole DFD à Oued Romane cherche des profs anglais,

français. Tél. : 0674 73.33.03 -

0674 73.33.04 - 0555 65.43.41

- BR14474

————————————— Pro-Info formation lance cycle informatique de gestion (6 mois), infographie (4

mois), Delphi (3 mois), cours anglais, français, espagnol, italien, allemand. Inscriptions immédiates : 6,

rue Richelieu, Alger-Centre.

Tél. : 021 73.50.28/27 - ABR43388 —————————————

A des tarifs intéressants,

horaires au choix, possibilité

en accéléré ou en individuel,

IMA forme en prise de vue caméra, montage vidéo, info- graphie, développement web, 3DS Max, Autocad, Delphi, C#, Java, bureautique et inter- net. Mob. : 0551.959.000 Tél. : 023.51.07.20 - F 1722

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— Vends un tour 2 tours semi- auto + rouleuse de tols scie. Tél. : 0664 39.25.16 - XMT

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7 Lyes Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR14445 ————————————— Tous travaux faux plafonds PVC BA13 revêtement mural MDF intérieur.

Tél. : 0550 93 97 26 - BR14475 ————————————— Creez votre propre entreprise avec un minimum d’investis- sement.

Tél pour RDV 0540 02.28.91 -

0550 47.11.86 - XMT

APPARTEMENTS

————————————— Résidence Amen vend sur

plan des appartements F2, F3,

F4 en duplex dans une rési-

dence fermée clôturée avec

piscine à Tighremt, côte ouest

de

Béjaïa, à quelques mètres

de

la plage (en cours de réali-

sation). Tél. : 0550 48.87.52 -

0661 72.07.18 / 30 41.71.93-BJ-

BR23337

————————————— Vends F3 clos et couvert à Dély Ibrahim à proximité de

l’Opéra avec garage sous-ter- rain lieu calme et agréable.

Tél : 0560 03.21.98 - ALP

————————————— Vends F3 53 m2 à Gué de

Constantine au rez-de-chaus-

sée idéal pour profession libé-

rale cité calme et agréable. Tél. : 0560 03.21.98 - ALP ————————————— Vends duplex F5 180 m2 à EPLF El Achour, 2 salles de bains lieu sécurisé et agréable. Tél. : 0560 03 21 98 - ALP

TERRAINS

—————————————

A vendre terrain à Moktaa

Kheira, Koléa, 5 hectares, intermédiaire s’abstenir. Tél. : 0553 57 45 92 - ALP ————————————— Disposons de terrains à Alger

différentes surfaces, acte, étu-

die toute proposition.

Tél. : 0663 20 10 50 - XMT —————————————

A vendre terrain urbanisé s :

700 m2 avec acte à Souachet

Rouiba. Tél. : 024 84.42.86 -

0661 65.09.46 - ABZ

—————————————

Part vend des lots de terrain

de

158 m2, 200 m2, 250 m2,

300

m2 et plus acte + LF urba-

nisée à Ouled Moussa w. Boumerdès. Tél. : 0558 72 26 86 - ABZ

LOCATIONS

————————————— Loue hangar 700 m2 à Ibourassen, Béjaïa, derrière maison Renault. Tél. : 0558 23 89 94 -BJ-BR23339

VILLAS

—————————————

Part. vend carcasse red. 150

rdc

m2

B. El

Bahri

et

F2

Boumerdès (Figuier).

531

Tél. :

0550

474

-

0550

50.62.90 - Soheibnews

—————————————

Vends villa 220 m2 bâti

160 m2 R+2 à Aïn Bénian sur

le boulevard principal com-

merce garage, terrasse, bâche à eau. Tél. : 0560 03.21.98 - ALP

IMMEUBLE

—————————————

Vends petit immeuble colo- nial sur route principale Rampe Valée Alger. Tél. : 0551 53.28.63 - ABR43401

PROSPECTION

—————————————

Ag Amel cherche en location

et à l’achat du studio au 30

pièces pour clients sérieux.

Tél. : 021 63 31 79 - BR 43063

—————————————

Etranger cherche à la location restaurant à Alger, Bab Ezzouar, Dar El Beïda. Tél. : 0799 40 20 35 - ALP

PERDU - TROUVE

—————————————

L’entreprise de transport et livraison sous froid de pro- duits alimentaires Djama Zaïd déclare avoir perdu un cachet rectangulaire de l’entreprise portant les mentions en fran-

çais : Djama Zaïd transport et

livraison sous froid Fenaia Il- Maten Béjaïa RC

n°01A0930697.

Et décline toute responsabilité

quant à son utilisation fraudu-

leuse. BJ-BR23343

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JH, DEUA en management, spécialité management com- mercial, plusieurs années d’expérience comme respon- sable commercial, conseiller commercial, recouvrement,

prospection et logistique dans

le domaine de l’automobile et

téléphonie, maîtrise l’outil informatique, les langues :

arabe, français et anglais, cherche emploi dans le

domaine. Tél. :0550 70 91 91 Email elhadi.zennadi@gmail.com

—————————————

:

Diplômé de l’Ecole supérieure

de commerce avec exp. dans la gestion commerciale cherche emploi. Email :

kadilamine@yahoo.fr

—————————————

JH licencié en commerce à

l’ESC 6 ans d’exp. maîtrise langues et informatique cherche emploi. Tél. : 0556 04.01.98 habite

Alger

—————————————

H 48 ans magasinier facturier

vendeur de pièces auto plus de 15 ans d’exp. dans le domaine cherche emploi.

Tél. : 0558 13.40.54 - 0793

39.55.27

—————————————

Agent de sécurité cherche

emploi de gardien du jour. Tél. : 0552 05.00.31

—————————————

Télé-conseiller cherche

emploi dans Call-Center libre. Tél. : 0552 05 00 31

—————————————

H comptable + 35 ans d’exp.

cherche emploi disponible. Tél. : 0553 63 60 46

—————————————

JH 25 ans de Tizi Ouzou ing. en GC option CCI, maîtrise

Autocad, Etabs, Sap 2000, Sig, dégagé du service national cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0557 68 16 71 —————————————

—————————————

 

Retraité métreur-vérificateur TCE + charpente dossier AO estimation foncière et immobi-

————————————— Retraité longue exp. GHR cal- cul paie, législation travail, maî- trise l’outil informatique Excel, Word. Tél. : 0666 08 08 60 ————————————— JH licencié en gestion des stocks logiciels PC, maîtrise o. informatique, cherche emploi. Tél. : 0772 21 85 29 ————————————— Cadre retraité longue exp.

lière suivi coordination grands travaux. Tél : 0663 53 87 30

JH 39 ans marié, 3 enfants cherche emploi comme chauf- feur poids léger longue exp. Tél. : 0550 29 44 44 ————————————— JH licencié en chimie gle et

—————————————

JH

sérieux, dynamique avec

exp., cherche emploi comme

agent de sécurité. Etudie toute proposition. Tél. : 0550 880 341

master II en chimie de l’envi- ronnement cherche emploi. Tél. : 0780 07.31.92 - 0559

—————————————

mise en production de pro-

JF

mariée, 31 ans, diplôme TS

duits nvx et prospection cherche emploi à temps plein ou partiel.Tél. : 0797 28 92 26 ————————————— JF 25 ans TS en GRH exp. 4 ans formation PC paie DLG cherche emploi environs Alger ou Boumerdès. Tél. : 0557 09 55 71 ————————————— Architecte de qualification + DEUA génie civil, 10 ans d’ex- périence, cherche emploi.

de

la petite enfance cherche

80.69.75

emploi comme éducatrice. Tél. : 0673.37.19.49

—————————————

————————————— JH 28 ans licence comptabilité

et fiscalité master gestion des ressources humaines exp. 1 an comme comptable d’achat +

JH

25 ans licencié niveau

acceptable 3 langues maît.

l’outil inf. + permis de condui-

vente. Tél. : 0553 10 16 13 ————————————— Technicien supérieur en tra- vaux publics (conducteur des travaux) cherche emploi Tél; : 0552 59.34.66 - 0664

re,

dégagé du service national

cherche emploi comme admi-

nistrateur Alger et environs. Tél. : 0696 35 94 30

—————————————

Tél. : 0661.66.40.77

JF

licenciée en sciences de

————————————— JH 37 ans, licence en sciences économiques, option sciences financières, 4 ans d’expérience en audit, stage d’expertise accompli, cherche emploi en rapport dans secteur étatique ou privé. Dynamique, ponc-

81.36.62

gestion option finance

————————————— Chef comptable ayant + 35 ans exp. SCF droit social stocks paie RH fiscalité audite interne maîtrise normes IFRS, NSCF logiciel de gestion PCCompta cherche emploi axe Rouiba-DEB libre de suite. Tél. : 0798 28 34 04 ————————————— JF mariée lience en commerce int. cherche emploi à Chéraga et ses environs exp. Tél. : 0792 68 28 07

cherche emploi Alger ou envi- rons. Tél. : 0558 57 09 85

—————————————

Chauffeur semi-remorque +

porte-char cherche emploi. Tél. : 0557 56 38 01

—————————————

tuel. Tél. : 0553.79.43.07

H

53 ans DRH cherche emploi

————————————— JH titulaire diplôme TS en BTP option métreur-vérifica- teur cherche emploi. Tél. : 0554.65.96.75 ————————————— Homme, marié, magasinier, facturier et gestionnaire de stocks, plus de 15 ans d’exp. dans le domaine, cherche emploi. Tél. : 0667.38.67.28 ————————————— JH 26 ans, célibataire, archi- tecte, dessinateur et plus cherche emploi répondant à son profil, étudie toute propo- sition. Tél. : 0552.13.46.44 ————————————— Dame, 31 ans, résidant à Alger (Birtouta) ingénieur d’Etat en génie civil, maîtrise l’outil infor- matique (Word - Excel - Autocad 2D) cherche emploi dans une entreprise privée ou étatique ou travail de sous-trai- tance. Etudie toutes les proposi- tions. Tél. : 0777.13.02.47 ————————————— Cadre comptable sérieux cherche emploi dans société privée. Tél. : 0774.65.58.36 ————————————— Jeune fille licenciée en journalisme (spécialité communication d’entre-

administration, paie, déclara-

tion

organisation, procédures

dess. ressources humaines CMTC comptabilité libre de

suite. Tél. : 0663 16 43 46

—————————————

————————————— JF 24 ans sans diplôme cherche emploi à Chéraga et ses environs. Tél. : 0558 52 52 70 ————————————— Père de famille à charge cherche emploi comme ven- deur-livreur, agent de sécuri- té, commercial polyvalent, dynamique, sens du travail en groupe, libre de suite. Tél. : 0675 99 76 88 —————————————

JH 28 ans marié habite à Alger

JH

25 ans, ingénieur en architec-

ture

maîtrise l’outil informatique

Autocad 2D, 3D et l’outil infor- matique Pack Office (Word, Excel, PowerPoint) cherche emploi dans le domaine sur le territoire national curiosité scien- tifique avec un désir profond d’enrichir ses connaissances afin d’évoluer, et ainsi développer les activités de l’entreprise, esprit de travail en équipe, dynamique, sérieux, calme, sens des respon- sabilités. Tél. : 0770 33 01 24 email : akli-hacene@hotmail.com

cherche emploi comme chauf- feur avec ou sans voiture dans une société privée ou étatique. Tél. : 0554 55.71.67 ————————————— JH 28 ans licencié en droit + CAPA maîtrise l’outil infor- matique, les langues étran- gères, exp. un an dans le domaine. Tél. : 0790 10 12 86 ————————————— Retraité 56 ans cherche activi- té chez privé chauffeur, cour- sier, sérieux, ponctuel condui- te et discipline, habite Alger- Centre ou prend gardiennage. Tél. : 0553 15 18 56 ————————————— Chef comptable, 30 ans d’ex- périence, CAP, CMTC, CED, tenue comptabilité, bilans, déclaration fis. parafiscal, ADM, cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 ————————————— Homme cadre comptable, titulaire CMTC, CED, plus de 15 ans d’exp. PC Compta, maîtrise anglais, cherche emploi. Tél. : 0776 83 19 49 ————————————— Homme titulaire CAP, CMTC, plus de 27 ans d’exp. PC Compta, paie, décla. CNAS, cherche emploi. Tél. : 0662 19 57 70 ————————————— JH 27 ans, technicien en comptabilité et finance, expé- rience dans boîte de commu- nication, cherche emploi. 0558 29 22 49

—————————————

Jeune fille licenciée en journalis-

me

(spécialité communication

d’entreprise) en 2e année master, formation au sein d’un journal, maîtrise la langue française et l’outil informatique, cherche poste de travail dans un journal, école privée, chaîne de télé ou dans une entreprise étatique ou privée dans wilaya d’Alger. Tél. : 0697.53.86.57

—————————————

prise) en 2e année master, forma-

F

cadre comptale, 15 ans

tion au sein d’un journal, maîtrise la langue française et l’outil infor- matique, cherche poste de travail dans un journal, école privée, chaî-

d’exp. bilans paie, décl. fisc. et parafisc. cherche emploi. Tél. : 0782 62 22 09

—————————————

ne de télé ou dans une entreprise

JF

cherche emploi comme dans

étatique ou privée dans wilaya d’Alger. Tél. : 0697.53.86.57 ————————————— Cadre de l’éducation (pédago- rie administration) retraité, cherche poste dans école pri- vée. Tél. : 0773.10.05.91 —————————————

une

école maîtrise les langues

arabe, français, anglais + maths. Tél. : 0550 62 06 83

—————————————

JH

directeur d’administration

finances et comptabilité cherche emploi. Tél. : 0551 20 57 04

—————————————

Electricien diplômé cherche

H

marié cherche emploi

activité. Tél. : 0549.88.79.99 ————————————— Père de famille 58 ans, véhicu- lé, longue expérience admi- nistrative, recouvrement,

comme chauffeur dans une

société privée ou étatique, 22

d’exp. dans le domaine. Tél. : 0775 32 36 71

ans

——————————————

achat, vente, gérant, caissier

H

58 ans véhiculé cherche emploi

cherche place en rapport, étu- die toute proposition. Tél. : 0555.07.87.39 ————————————— JF 25 ans diplôme Master en finance et actuariat cherche emploi dans le domaine à Alger ou ses environs. Tél. : 0558.28.69.91

comme chauffeur démarcheur 25

d’exp., accepte déplacement. Tél. : 0554 99.22.97

ans

—————————————

JH

27 ans cherche emploi comme

chauffeur 8 ans d’exp. accepte déplacement.Tél. : 0551 16.39.02 - 0554 98.27.89

JH 27 ans cherche emploi comme chauffeur 8 ans d’exp. accepte déplacement.Tél. : 0551 16.39.02 -

LIBERTE

Lundi 5 octobre 2015

Publicité

19

SOS

Le jeune Ammouchi Omar, 24 ans, handicapé, soutien de famille, demande à toute âme chari- table de l’aider pour l’achat d’une prothèse afin de pouvoir travailler et aider son père âgé et sans ressources. Dieu vous le rendra. Tél. : 0550 73 01 17 ————————————— Cherche CALCIUM SANDOZ (sachets), UNOLFA (cp), XALGESIC (cp) Tél. : 0775 87 17 34 ———————————— Une famille de 3 enfants handicapés à 100 % demande aide et cherche des couches adulte Tél. : 0556 33 25 43 - 0665 71 35 79 ———————————— Jeune femme 31 ans, amputée de la jambe droite depuis 1996 suite à une tumeur osseuse, demande de l’aide pour l’acquisi-

tion

d’une prothèse. Tél. : 0797 43.41.54

———————————— Appel à toute âme charitable pour venir en aide à une mère de famille sans ressources pour les besoins de son fils de 25 ans handicapé à 100 % en couches, chaise roulante ou tout autre aide. Contacter sa mère au 0556.12.83.53 ———————————— Un père de 4 enfants, au chômage et sans ressources, lance un appel pour une aide financière afin de sau- ver sa famille. Sa femme a un cancer et sa fille de 7 ans est atteinte d’une grave anémie et ne pèse que 16 kg. Il s’adresse aux autorités concernées pour trouver solution à ses nombreux problèmes. A toute âme charitable de l’aider financièrement. Contactez-le par Tél. : 0775 87 17 34 ————————————

Cherche TESTOENANT (inj), TESTOGEL (gel), TESTO PATCH,

ALDACTAZINE (cp), BIPROTENS 2,5 mg. Tél. : 0774 42 41 78

————————————

Fillette de 4 ans présentant un syndrome polymalformatif a besoin d’un corset correcteur pour éviter le risque cardio-respiratoire ou neurologique. Prière à toute personne pouvant aider ses parents à se le procurer de les contacter :

0794 81 84 73

Condoléances

MM. Abbas Terki Mahmoud et Abbas Terki Elbachir, profondé- ment attristés par le décès de

MADAME KHARRADJI NÉE TALEB FATIMA ZOHRA

présentent leurs sincères condoléances aux familles

Kharradji et Taleb et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur grande compassion et de leur profonde sympathie.

A

Dieu nous appartenons

et

à Lui nous retournons.

0523

Direction de la distribution de Blida Division exploitation électricité Pour améliorer sa qualité de service

Direction de la distribution de Blida Division exploitation électricité

Pour améliorer sa qualité de service et conso- lider son réseau, la Direction de la distribu- tion de Blida entreprend des travaux d’entre- tien qui nécessiteront l’interruption de four- niture d’électricité la journée du 06/10/2015 de 09h00 à 17h00, au niveau de la commune de Beni Mered. Localités concernées :

- HAI FETTAL 01 - HAI FETTAL 02 - Pour plus d’informations, contactez la Direction de la distribution de Blida sur le numéro suivant :

025 20 75 61

La Direction de la distribution de Blida s’excuse pour les désagréments causés.

ANEP N°346 091 Liberté du 05/10/2015

LIBERTE PUB

SETIF

9, rue Colonel Amirouche Tél./Fax : (036) 82 14 14

BÉJAÏA

Route des Aurès, bt B, appart n°2, 1 er étage. Tél. /Fax :

034 16 10 33

Pensée

Cela fait un an, le 5 octobre 2014, que nous a quittés notre cher fils et frère, notre ange

KHERBOUCHE FARID

cher fils et frère, notre ange K HERBOUCHE F A R I D à l’âge de

à l’âge de 32 ans, lais- sant derrière lui un vide immense que personne ne peut combler. Nous, ta mère, tes frères et ta sœur, te portons toujours dans nos cœurs. En cette douloureuse circonstance, nous demandons à tous ceux qui t’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Que Dieu accorde au défunt Sa

Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

TO-BR184012

Carnet

—————————————

Anniversaire

—————————————

C’est aujourd’hui, lundi 5 octobre 2015, que notre chouchoute Aniès Bouda, fille de Hakim, souffle sa 9e bougie. En cette heureuse occasion, ses parents, ses tantes, ses cousines ainsi que l’en- semble des membres de sa famille lui souhaitent un joyeux anniversaire et lui

présentent leurs meilleurs vœux de santé, de bonheur et de réussite dans ses études. Longue vie, chère Aniès.

Ta famile - BJ-BR23342

—————————————

Décès

—————————————

Les familles Labdelaoui et Abdelaoui, parents et alliés, ont la douleur de faire part du décès de leur chère et regrettée sœur, mère, grand- mère, et tante, Labdelaoui Lila, rappelée à Dieu samedi 3 octobre 2015, à l’âge de 59

ans. L’enterrement a eu lieu hier, dimanche 4 octobre 2015, au cimetière d’El-Alia. En cette douloureuse cir- constance, sa nièce Abdellaoui Soror présente à sa tante, ainsi qu’à toute la famille ses sincères condo- léances et les assure de sa profonde sympathie. Que Dieu Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’ac- cueille en Son Vaste Paradis. “À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”

S

O

S

•• Femme malade a besoin en urgence de : - TRIATEC 10 mg cp - TAHOR 80 mg

ccp - CORVASAL 2 mg cp - PLAVIX 75 mg cp

Tél. : 0696 48 70 90 (Kamel)

LA SOCIÉTÉ RIZZANI DE ECCHER STABLE ORGANISATION EN ALGERIE a l’honneur de vous informer que

LA SOCIÉTÉ RIZZANI DE ECCHER STABLE ORGANISATION EN ALGERIE

a l’honneur de vous informer que la nouvelle adresse de son siège social est :

26, RUE YAHIA EL MAZOUNI, EL BIAR, ALGER

au lieu de :

02, rue Gourine Abdelkader, Oued Tlélat, Oran.

C0166

Pensée

C’est dans la journée du 5 octobre 2012 que s’est éteinte ma très chère mère adorée

BAILECHE AZZI

MIRA

ma très chère mère adorée B AILECHE A ZZI M IRA à l’âge de 87 ans.

à l’âge de 87 ans. Maman, ce message t’est destiné pour te dire que je t’aimerai toujours et que tu nous manques. Jamais, je ne t’oublierai. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. Que Dieu l’accueille en Son Vaste Paradis.

BJ-BR23341

Pensée

Cela fait cinq ans, le 5 octobre 2010, que tu nous as quittés à jamais, cher époux et père

CHAOUCHE AHCENE

quittés à jamais, cher époux et père C HAOUCHE A HCENE Tes enfants ont su être

Tes enfants ont su être dignes des principes que tu leur as toujours inculqués, hamdoulah, mais le vide que tu nous as laissé, rien ni personne n’a pu le combler. Jamais ta mémoire ne se défera de nous car le temps et les circonstances ne font que la raviver davantage. Tu nous manques tellement et tu resteras gravé à jamais dans nos cœurs. Allah yerahmek. Ta femme et tes enfants Anis, Lydia et Racim

TO-BR184016

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité Pour améliorer sa qualité de service et

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité

Pour améliorer sa qualité de service et consoli- der son réseau, la Direction de la distribution de Blida entreprend des travaux d’entretien qui nécessiteront l’interruption de fourniture d’électricité la journée du 05/10/2015 entre 09h00 et 17h00, au niveau de la commune de Bouarfa.

Localités concernées :

• CITE DJORF • VILLAGE BOUARFA • CITE RIPPOL • APC BOUARFA • STATION RELEVAGE• TRAB LAHMAR • FORAGE APC BOUARFA • ROUTE DE BLIDA VERS CHIFFA Pour plus d’informations, contactez la Direction

de

suivant :

la distribution de Blida sur

le

numéro

025 20 75 61 La Direction de la distribution de Blida s’excuse pour les désagréments causés.

ANEP N°346 093 Liberté du 05/10/2015

Pensée

Pensée Ô ! Combien fut triste le jour du 3 octobre 2014. BECHOHRA RAMDANE nous a

Ô ! Combien fut triste le jour du 3 octobre 2014. BECHOHRA RAMDANE nous a quittés subitement pour un monde meilleur. Ce grand homme était un exemple pour bon nombre de personnes. Toujours à l’écou