Vous êtes sur la page 1sur 1

Mitsaha-menomenona hoatra ny vary sosoa voatondraka, na ny voangory mipaika. Cesser de se plaindre, comme le riz en cuisson rajouté d’eau froide, ou comme un hanneton qui s’est heurté quelque part.

Aza miantsambotsambotra toy ny vary kely an-daona. Ne sautillez pas comme un peu de riz au fond du mortier. Dominez-vous, soyez maître de vous-même.

Tsy nahin’ny sosoa no nitobaka, fa ny mpandoatra no vinitra.

Si le riz a débordé de la marmite, ce n’est pas qu’il l’ait voulu, mais c’est parce que celle qui le

puisait était en colère.

Ny lainga toy ny vary aloha : mahatra-po, fa tsy mahavita taona. Le mensonge est comme le premier riz : il vient à point mais il est insuffisant. Le premier riz qui se moissonne en décembre-janvier ne donne qu’une petite récolte.

Raha jerena, toa olon-kendry, tantely fiandry andriana ; kanjo nony dinidinihina, fanambonim-bary fiandry alika.

A le voir, on l’aurait pris pour un sage, pour du miel digne d’un roi ; mais à l’examen, c’était le

dessus du riz, bon pour un chien. La partie supérieure du riz cuit dans la marmite est souvent

couverte de suie et sent la fumée et on la donne aux chiens.

Aza miteny lango imason’ny vary. Ne parlez pas du lango par devant le riz. On appelle lango des grains de riz encore tendres grillés et écrasés pour être mangés ainsi. Ce proverbe veut dire qu’il ne faut pas parler mal d’un absent en présence de ses parents ou de ses amis.

Miangolangola manan-drojo ! Zara raha misy hototoina. Faire le dégoûté quand on a du bon riz ! Et si vous n’en aviez pas du tout !

Mena-maso an-daoka, ka manao fatra-maina. Avoir honte au sujet de la viande, et ne servir que du riz sec. La honte n’est qu’un prétexte ; le vrai motif c’est l’égoïsme qui fait garder les bonnes choses pour soi.

Tsy mahafoy vola hamidy takotra, ka manta vary. Qui ne veut pas dépenser de l’argent pour acheter un couvercle de marmite mange du riz mal cuit.

Vary lena voatoto : ka samy te-ho lohany. Du riz encore mouillé et qu’on vient de piler : tous les grains veulent être les premiers. Quand on pile le riz encore humide, les grains se brisent tous au lieu de rester entiers et quand on vanne, tous ces menus morceaux sont ou paraissent être les premiers, c.à.d au-dessus, puisqu’ils sont les plus légers ; ce proverbe s’emploie pour montrer que ce ne sont pas toujours les meilleurs qui occupent les premières places.

Tsy mahafoy ny rojo aho. Je ne peux pas donner mon meilleur riz.

Osa, ka tia vary aloha ! Vous redoutez la peine et pourtant vous voudriez du premier riz !

Be faniry, kely fila ; ny vary aloha tsy ataon’ny kamo. Beaucoup de désirs, peu de courage (au travail) ; le premier riz n’est pas cultivé par les paresseux.

Vary iray no nafafy, ka vary zato no miakatra. On a semé une mesure de riz et on en a récolté cent.