Vous êtes sur la page 1sur 2
MINISTERE DU TRAVAIL DES retn Degwtemsrae astra seremsorece 2 Fometen Praesens aaa! SEAR Elor Yemaranoe Lin apa ia ot ‘neal mat Titiprong_ 01 40.45.3650 Teteope 01 a0 483688 REPLoncRQUY FRANCAISE RELATIONS SOCIALES DE LA FAMILLE. DE LA SOLIDARITE ET DF LAV Fédération SUD PTT A Fattention de Monsieur Ackermann 25/27 rue des Envierges 75020 PARIS Panis, fe 11 tevrier 2010 Rélerence | SC 7°38 Monsieur, Par courrier en date du 2 décembre 2009, vous miinterrogiez sur les conclusions de Fenquéte que je diligente suite aux suicides et tentatives de suicides de travailleurs qui ont eu lieu au sein de 'UES France Télécom-Orange et sur les suites que j'entends y donner. Il ressort des éléments recueillis lors de cette enquéte que organisation du travail en vigueur durant la période 2005-2009 s'est caractérisée par la mise en ceuvre de réorganisations qui ont entrainé la suppression de 22 000 emplois, la mobilité de 14 000 personnes dont 7500 vers des secteurs prioritaires. Le management mis en ‘ceuvre afin de parvenir & ces résultats visait a contraindre les travailleurs dont le métier n’était plus jugé utile ou prioritaire soit 4 quitter lentreprise soit a changer de métier. Il visait également 4 faire changer les travailleurs de lieu de travail dans le cadre de réorganisations destinées 4 regrouper des sites de travail. Ces restructurations ont affecté toute organisation du travail des unités de travail Il ressort du rapport Technologia mais aussi d'autres rapports d'expertises réalisés pour le compte de CHSCT les ayant mandatés que, durant cette période, les travailleurs de France Télécom ont subi une dégradation de leurs conditions de travail, quils ont été déstabilisés, quiils ont perdu leur identité et la confiance dans entreprise. lis ont été fragilisés psychologiquement au point que certains dentre eux ont daveloppé des troubles, des états dépressifs, des pensées suicidaires et développé des pathologies ayant pu conduire certaines personnes au suicide ou 4 la tentative de suicide. J'ai également constaté, que la direction de France Télécom a été alertée a de nombreuses reprises tout au long de cette période, que ce soit par les CHSCT, en particulier au travers des rapports d'expertise, le CNSHSCT, les organisations syndicales, des courtiers d'inspection du travail et de CRAM, des rapports de médecins du travail, et méme de décisions de justice suite a des contestations de demandes d'expertises formulées par des CHSCT, sur existence de risques psychosociaux pouvant étre graves au sein de entreprise Suite a ces alertes, il ressort de analyse des documents, que la direction de France Télécom n’a pas pris les mesures nécessaires pour éviter ou pour le moins limiter tes risques d'atteintes a la santé mentale liés & organisation du travail. Les logiques de prévention mises en ceuvre au sein de 'UES France Télécom-Orange durant cette période se sont limitées 2 la formation ou adaptation (formation des managers, formation au stress) et a la gestion des difficultes c'est-d-dire la prise en charge des travailleurs dont la santé était déja dégradée par les cellules d'écoute. I ressort également de analyse des documents d'évaluation des risques relatifs la période considérée qui m’ont été transmis, que les conséquences sur la santé des travailleurs des restructurations, réorganisations, fermetures, overtures de site avec les mobilités tant fonctionnelles que géographiques qui les accompagnent, n’étaient soit pas abordées soit pas évaluées soit manifestement sous evaluées. L’absence d'évaluation des risques ou leur manifeste sous ‘évaluation a conduit 4 absence de mesure de prévention permetiant d'eviter 'apparition des risques psychosociaux et leurs effets sur la santé des travailleurs. Ces faits contreviennent & obligation qui incombe a /employeur de prendre des mesures visant a préserver la santé la physique et mentale des salariés. lls constituent des infractions aux dispositions des articles L4121-1 3° et L4121-2 7° du code du travail. Ces articles prévoient en effet que l'employeur doit mettre en place une organisation et des moyens adaptés pour assurer la sécurité, protéger la santé physique et mentale des travailleurs et planifier la prevention en y integrant dans un ensemble cohérent, la technique, organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et I'influence des facteurs ambiants notamment les risques liés au harcélement moral tel quil est défini a Varticle L1152-1 du code du travail. C'est en respectant ces obligations que employeur se doit dévaluer les Fisques comme le prévoit l'article L4121-3 du code du travail et de transcrire cette valuation dans le document d'évaluation des risques prévu par Farticle R4121-1 du code du travail. Le respect de ces obligations particuliéres de sécurité a vocation 4 permettre 2 'employeur de remplir son obligation de résultat en matiére de protection de la santé physique et mentale des travailleurs. Compte tenu des manquements constatés, je vous informe qu'en application de article 40 du code de procédure pénale, j'ai remis ce jour au Parquet de Paris un rapport pour mise en danger de la vie dautrui et harcélement moral du fait de méthodes de gestion de nature 4 porter atteinte a la santé mentale des travailleurs, Cette procédure a été enregistrée par le Parquet de Paris sous le méme numéro que la plainte que votre syndicat a déposé. Veuillez agréer Monsieur, expression de ma considération distinguee Linspectrice du Travail os vatala