Vous êtes sur la page 1sur 3

essai

Le Boréal 44
en première mondiale

Dans notre numéro de


février 2007 nous vous
présentions Boréal, ce
chantier installé à Tréguier
(Bretagne du Nord), créé
et dirigé par le Liégeois
Jean-François Delvoye.
Dans cet article nous
déplorions qu’il n’y ait
Photos © Jean-François Eeman

pas de Boréal de moins


de 50 pieds. Aujourd’hui
Yachting Sud se voit convié
en première mondiale au
lancement et à la première
sortie du Boréal 44.

Essai réalisé par Jean-François Eeman


30
Boréal 44
Concept

R appelons que les Boréal font partie de cette dernière


génération de bateaux de voyages en aluminium conçus
pour aller loin. Ainsi, le 44 s’inscrit dans la lignée de ses
deux grands frères : dériveur lesté à bouchains, salon de
pont, casquette rigide et
doghouse hébergeant
un poste de veille avec
vue sur 360°, assis à la
table à cartes. Et alors
• Des appendices étudiés et très soignés
même que les calculs de
structure et de stabili- pas besoin du moindre gramme d’enduit pour récupérer ou
té sont vérifiés par des cacher un travail de chaudronnerie imparfait. Le lest est logé
bureaux internationaux, dans des compartiments au fond de l’embryon de quille,
c’est Jean-François mais, contrairement à la technique habituellement utilisée
Delvoye qui est au cœur (pose de petits lingots entassés), les masses de plomb sont
de la conception de ses moulées d’une pièce, puis posées dans la quille, isolées de
bateaux. Ce qui n’est pas celle-ci par une résine d’isolement. Résultat de la technique :
pour nous déplaire. Enfin un gain de 20 % en densité. Et de bonnes idées comme
un patron de chantier dont les réponses sentent le vécu. « Il cela nous pourrions en citer des dizaines comme celle de la
est rare de voir un bateau forgé par autant d’expérience en chaîne de mouillage qui revient sous le pont en pied de mât.
mer et de réflexions en situation », écrira Alexis Guillaume Tous ces détails font du Boréal un dériveur bien plus raide
dans l’Écho du 3 janvier 2009 à ce sujet. que la moyenne. La dérive principale, pivotante est soi-
gneusement profilée et logée dans l’embryon de quille. On
Une équipe soudée ! est bien loin de la tôle plate avec (ou sans !) bords arrondis

E n visitant le chantier, s’il n’y avait pas cette ambiance


familiale où le vendredi après-midi « les boiseux »
affrontent les « ferreux » au ping-pong, on se dirait que le
qu’on trouve d’ordinaire sur les dériveurs.

Nous attendions avec impatience de pouvoir monter à


mot « usine » est plus approprié. En effet, dès la concep- bord et de pouvoir larguer les amarres. Jean-François aussi
tion de son premier bateau, Jean-François a modélisé tout est impatient. Impatient, mais confiant. Pour lui c’est un
(tout !) en 3D sur son ordinateur. Évident dans une logique moment clef. Le bateau a été mis à l’eau la veille et personne
industrielle, çà l’est moins dans le monde de la plaisance. ne l’a encore validé en navigation. C’est l’aboutissement de
Ici personne n’a le mètre qui dépasse de la poche. Les tôles plus de deux années de travail. L’heure de vérité… Une vraie
sont livrées découpées et l’ébénisterie est réalisée dans la première, que le chantier nous permet de partager en live…
partie menuiserie avant d’être montée toute assemblée à Chapeau bas…
l’intérieur. Ce n’est qu’au moment de la mise à l’eau que l’on
retrouve l’esprit chantier et petite équipe où tout le monde En attendant la fin des derniers coups de brosse, nous nous
est au four et au moulin pour que tout baigne. plongeons à l’intérieur pour une inspection des aménage-
ments. Toute personne ayant l’habitude de faire des quarts
dehors dans le froid ne peut que s’émerveiller devant
le concept du doghouse du Boréal 44 (qui est d’ailleurs
identique à celui du 50 et 53 pieds – encore cette logique
d’efficacité industrielle) : quel bonheur de veiller assis, à l’aise
(et au chaud !) dans un poste de veille qui embrasse les 360
Photos © Jean-François Eeman

Du solide !

L a coque est en aluminium 5086 et 5083 à triple bou-


chain sur membrures et lisses flottantes. Le fond plat
et la quille sont en 12mm, le bouchain inférieur en 8mm,

>>>
les bouchains moyens et supérieurs en 5 mm et le pont en
• Le poste de veille panoramique avec sa table à cartes
4 mm. Les soudures sont d’une qualité remarquable. Ici

31
Boréal 44
>>> degrés et contient la table à cartes. Nous ne demandons
qu’à essayer de nuit avec du vent et des vagues…
une petite soufflerie est installée dans la seconde salle d’eau
pour sécher les cirés. Fini de remonter sur le pont dans un
Grâce au doghouse, la zone de vie en contrebas est libérée ciré froid et humide. Ça aussi, cela sent le vécu.
du matériel de navigation. Les deux niveaux du carré per-
Voilà le moteur qui démarre
Contrairement à la majorité des bateaux de cette taille, la
vision du poste de barre vers l’étrave est entièrement
dégagée. Pour un contrôle accru lors des manœuvres
de port, il suffit de monter d’un étage sur la très grande
plate-forme arrière. La position, peu élégante, est pourtant
résolument efficace. C’est une faible brise de 6 à 8 nœuds
(et un petit crachin bien breton) qui nous accueille à la sortie
Photos © Jean-François Eeman

de l’estuaire du Jaudy. Même si ce n’est pas aujourd’hui que


nous aurons l’occasion d’essayer le Boréal 44 dans du vent et
des vagues, la grand-voile monte, hissée par le guindeau qui
se trouve en pied de mât. Le génois est déroulé. Enfin !
Premier constat : la qualité du jeu de voiles Tasker avec
doubles coutures et finitions en cuir cousues main est de
très bonne facture. Des détails qui ne trompent pas. Deuxiè-
me constat : le bateau est vivant et a du répondant à la
barre. Comme il est difficile de se fier à un log pas encore
• Un carré vaste et convivial agrémenté de nombreux hublots étalonné, nous naviguons au feeling. Et un petit tour dans
le Zodiac pour un point de vue extérieur confirme nos bon-
nes impressions : le bateau « glisse » bien. Le spi de brise de
130 m2 monte. Nous partons au reaching histoire de créer
un peu de vent apparent. Le barreur sourit. Le bateau se
barre du bout des doigts. Quel plaisir à la barre ! Oublié
l’a priori du dériveur lourd et pataud…
Nous aurions aimé tester le système des deux dérives sabres
arrière inclinées à 14 °. Cet astucieux système permet, par
l’incidence de quelques degrés des dérives, de faire abattre
le bateau au fur et à mesure qu’elles sont abaissées ou que
le bateau se met à gîter… L’équilibre du bateau permet
• La cabine arrière babord et la cabine du propriétaire, alors d’économiser le pilote. Voilà un bon prétexte pour
toutes deux très confortables et équipées de chauffage, demander un nouvel essai !
comme à la maison !

mettent de voir dehors par les nombreux « Ne faites pas de rêves médiocres,
hublots, que l’on soit debout ou assis. Le ce sont les plus difficiles à réaliser »
tout est clair et lumineux et respire la fonctionnalité. Pratique Cette citation du Général de Gaulle est devenue le slogan du
d’ailleurs le trou dans la table pour récolter les miettes ! Les chantier. On se prend à rêver d’horizons lointains et de vie à
vrais Bocuse du bord vous diront peut-être que les range- bord, voire même de contrées difficiles et de glace. Le Boréal
ments de la cuisine sont un peu chiches tandis que d’autres 44 répond à cette ambition : un bateau de voyage solide,
vanteront les grandes surfaces de travail. Faire un bateau volumineux et passe-partout, confortable en mer comme au
e ss a i B o ré a l 44

n’est-ce pas par excellence pratiquer l’art du compromis ? mouillage. Un dériveur lesté qui remonte au vent sans taper
et dont la barre reste douce...
La version essayée est aménagée avec trois cabines doubles.
www.voiliers-boreal.com

La cabine avant est destinée au propriétaire et dispose de Fiche technique :


sa propre salle d’eau et d’un bureau. Même si la couchette Longueur hors tout : 13.80 m
Longueur à la flottaison 11.63 m
avant n’est jamais la plus confortable du bord en navigation,
Bau : 4.30 m
on peut dire qu’ici le chantier a particulièrement soigné le Tirant d’eau : 1.02 / 2.48 m
calage latéral. Dormir à l’avant dans le sens contraire à celui Déplacement lège : 10.250 kg
de la marche ? À essayer. Mais il en est ainsi sur tous les Grand-voile : 45 m2
bateaux modernes. Génois : 55 m2
Les deux cabines arrière sont spacieuses. Elles sont conçues Motorisation : 55 CV (75 en option
pour accueillir un petit bureau où les enfants « globe flot- Gasoil : 600 L
Eau : 760 L
teurs » s’appliqueront sur leurs cours du CNED. Boréal pro-
Prix : 376.900 E TTC
pose un système de chauffage central avec radiateurs prêt à naviguer, voiles comprises
sur base d’un poêle à fioul Refleks. Simple mais efficace, peu (GV,génois,trinquette)
gourmand en électricité et surtout infaillible. Une astuce :

32