Vous êtes sur la page 1sur 1

Le commerce de la faim.

La sécurité alimentaire sacrifiée à


l’autel du libre-échange
John Madeley, Editions de l’Atelier (coll. Enjeux Planète), 208 p., Paris
2002

800 millions de personnes souffrent de malnutrition. La communauté


internationale s’est engagée, en 1996, à réduire ce nombre de moitié d’ici 2015.
Or, la FAO elle-même reconnaît que la production mondiale de nourriture est
suffisante pour les besoins de tous les habitants de la planète, assure John
Madeley. La famine continue pourtant à faire des ravages. Pourquoi ? D’abord, il y
a les guerres. Ensuite, des politiques d’ajustement structurel qui condamnent, le
plus souvent, les pays pauvres à orienter leurs productions agricoles vers
l'exportation à destination des pays riches. Avec ces devises, les pays du Sud
achètent les produits agricoles subventionnés du Nord. Cette orientation,
contrôlée le plus souvent par les transnationales qui font main basse sur les
meilleures terres, appauvrit dramatiquement les paysans du Sud et accroît
l’exode rural.
Rejoignant le point de vue de certaines ONG, l’auteur, spécialiste reconnu des
questions d'environnement et du développement du Tiers-Monde, plaide pour un
système de commerce international plus équilibré. En un mot pour une limitation
de « la toute puissance de l’OMC » sur les politiques agricoles et alimentaires.

Copyright © Club des Vigilants. Tous droits réservés.