n° 1 42 - octobre 201 5

www.fo38.fr

Bulletin d'information de l'Union départementale des syndicats Force Ouvrière de l'Isère

Le ton m on te !
Sommaire

SMTC : FO veut
des tarifs équitables
p. 9

Face à face
avec les agriculteurs
p. 1 0

Régie de quartier :
d'abord les bas salaires
p. 1 0

Directeur de publication : Jean-Pierre Gilquin - commission paritaire : 071 6 S 05801 ISSN 0338-5701 - Impression : Imprimerie Notre Dame - Montbonnot
UD FO Isère - bourse du travail - 32 avenue de l'Europe - 38030 Grenoble cedex 02 - tél. 04 76 09 76 36 - fax 04 76 22 42 55 - courriel : udfo.38@laposte.net
Prix le numéro : 0.80 € - Abonnement 1 an : 3,20 €

E d it o ri a l
Rentrée calamiteuse !

Après le subtil exercice des universités d’été des partis politiques et du Medef la réalité s'impose : les chiffres du chômage
d’août sont catastrophiques, +0,6%
de demandeurs d’emploi. Le gouvernement s’enferre dans sa politique d’aides massives aux entreprises. En Isére c’est pire avec
+1,2% dans un contexte ou l’économie du bassin tangue dangereusement.
L’industrie est une fois de plus en
difficulté. Chez ST Micro les problèmes de choix stratégiques se
traduiraient par des pertes d’emplois. Caterpillar annonce la suppression de dix mille postes dans
le monde. La crise persiste, rien
n’est réglé malgré des indicateurs favorables (faiblesse de
l’€uro, taux d’intérêts historiquement bas, énergie pétrolière bon
marché).
Pour les libéraux, toujours la même rengaine, c'est la faute des :
- salariés qui refusent une nouvelle forme de partage du travail et
des revenus,
- fonctionnaires, trop nombreux et
trop protégés, (salaires bloqués
depuis 5 ans),
- retraités : les pensions sont bloquées.
Renfort de poids du libéralisme
Mr Macron détériore la situation
salariale avec le passage de 5 à
12 dimanches travaillés. Autre
provocation la réforme du collège et le ras-le-bol des enseignants
(voir ci-contre). D’autres mouvements pourraient suivre car la
"coupe est pleine".
Pour équilibrer les retraites complémentaires le patronat voudrait
prolonger l’activité des salariés
au-delà de l’âge l'égal.
FO n’acceptera pas ce diktat et
fera tout pour faire aboutir favorablement les revendications,
par le rapport de force si nécessaire.
Jean-Pierre Gilquin,
Secrétaire général.

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

Grenoble

Au centre Hauquelin
la santé, c'est vital
Le centre Hauquelin regroupe des médecins,
des psychologues, des assistantes sociales….
Il accueille et accompagne depuis plus de 40
ans des toxicomanes totalement ravagés par
leurs addictions.
En juin 2015 la direction du CHU de Grenoble
annonce la suppression de 5 postes sur les
10 employés sans inviter les syndicats à en
discuter. Pour Olivier Pautonnier, secrétaire
FO santé Voiron, Cyrille Venet, médecin au
Centre hospitalier de Voiron et Lydia Gonzalez
du CHU de Grenoble, qui suivent ce dossier
en relation avec le personnel concerné,
c’était une manière sournoise de fermer
définitivement ce centre.

Sans perdre de temps ils ont mobilisé, tracté,
œuvré pour alerter les salariés, la population,
sur la gravité d’une telle décision et les
lourdes conséquences pour les patients,
appelant à une manifestation le 8 septembre.
En intersyndiale, avec le personnel, ils ont
rencontré les élus pour parler de cette situation. Car supprimer ce centre c’est perdre
cette proximité socio-économique et la richesse du personnel encadrant dans le seul but

Cyrille Venet et Olivier Pautonnier.

de faire des économies.
Aux dernières nouvelles il semble que le
centre ne sera pas fermé, mais à quelles
conditions ? Si c’est au prix de pertes d’emplois, de journées d’ouverture en moins, personne n’est d’accord.
FO et le personnel se battront pour que, quelque soit le projet médical annoncé les postes
soient maintenus, les jours de consultation
sauvegardés.

Isère

Rentrée scolaire, la colère

Régis Herault, durant la manif du 17 septembre, interviewé par France
Bleu Isère.

Le 17 septembre, près de 40% des professeurs de collège étaient en grève pour
l’abrogation de la réforme des collèges. Fait
sans précédent : tous les syndicats (à l’exception de la CFDT et de l’Unsa) étaient dans
l’action.
La réforme du collège s’inscrit dans la “refondation de l’école” qui a commencé par les
“nouveaux rythmes scolaires” dans les écoles. En clair, il s’agit d’éclater l’école de la
République pour une école des “territoires”
avec des “projets éducatifs” différents selon
les choix des élus politiques.

2

Les enseignants ne veulent pas de l'autonomie des établissements, source d’inégalités
et de concurrence. Ils ne veulent pas de l'amputation de près d'une demi-année du volume
des horaires disciplinaires des élèves, de la
disparition déguisée des langues anciennes,
de la suppression des classes bilangues et
européennes.
Ils ne sont pas seuls à la dire : les programmes qui découlent de cette réforme ont été
rejetés par l'Académie des sciences et l'Académie française ! Personne ne croit que cette
réforme, véritable usine à gaz, apportera la
moindre amélioration pour les élèves comme
pour les personnels.
La ministre a déjà annoncé le prochain chantier : la réforme du lycée pour compléter ce
véritable démantèlement !
Des conditions de travail insupportables, un
gouvernement qui, en cette rentrée, affirme
sa volonté d’en finir avec le cadre national de
l’école, de tirer un trait sur les garanties statutaires… : c’est pour mettre en échec cette
marche à la catastrophe que les syndicats FO
de l’enseignement se mobilisent.
L’intersyndicale appelle les personnels à une
manifestation nationale à Paris le samedi 10
octobre et appelle les parents à s’y joindre.

Saint-Quentin-Fallavier

Les instances
de l’Union départementale

Ikéa, Conforama,
primes à la casse

La première réunion de la
commission exécutive (CE) de
l’Union départementale Isère,
après le congrès du 19 juin,
s’est tenue le 14 septembre à
Grenoble. La CE se réunit environ tous les mois.

Le 11 septembre, jour de présentation des résultats de l’entreprise, une quarantaine de salariés du dépôt Ikea de Saint-Quentin-Fallavier
débrayaient. Depuis 3 ans le pouvoir d’achat
des salariés est en chute libre. Les primes
sont de plus en plus difficiles à obtenir. L’équivalent de 16 mois de salaires par an est passé à 13,5 mois.
Pour faire baisser les primes Ikea durcit les
critères. les contraintes concernant l’absentéïsme, la casse, la qualité, la productivité, ont
fortement augmenté. Les augmentations générales ont disparu, laissant la place au seul
mérite. La note maxi de 4 devient difficile à
atteindre ; trois ans auparavant cela correspondait à une augmentation de 3 %, en 2015
ce n’est que de 1,5 %.
Le climat social se dégrade, les salariés se plaignent d’un "flicage" généralisé.
Ahmed N’Gui (délégué syndical FO) explique
que l’entreprise prévoit en 2050, 50 milliards
de chiffre d’affaire et 6 milliards de bénéfice.
Au mois d’août, les pertes d’inventaires étaient de 100 000 €, le directeur du site qualifie
le chiffre d’insignifiant. L’enveloppe des négociations annuelles et de 350 000 €uros pour
quatre dépôts en France et 800 salariés.
Quand les partenaires sociaux demandent un
effort, la direction oppose la mise en danger
de l’enseigne. Pour les salariés, l’incompréhension grandit.

A Conforama, FO exerce un droit d' opposition
Dans le dépôt voisin de Conforama, le syndicat FO a fait usage le 2 juillet de son droit
d’opposition à un accord sur une nouvelle

On a pu compter une vingtaine
de membres présents sur les
35 élus. Rappelons que la CE a
en charge de faire appliquer la
politique de l’organisation dans
le département et de mener les
actions locales.
Ahmed N'Gui, délégué syndical à Ikéa St-Quentin-Fallavier.

prime de rendement. Un sondage réalisé
auprès de 54 personnes de l’entreprise est
sans appel : 100 % sont contre ce nouvel
accord.
Un complément de salaire dont bénéficiaient
les salariés est noyé dans le brut, les nouveaux entrants en seront privés. La prime de
polyvalence introduite en 2007 après 11 jours
de grève pour éviter les abus de la direction
est supprimée. FO redoute que la polyvalence
devienne obligatoire et sanctionnable.
La direction refuse de revoir à la baisse les
objectifs de productivité, de plus certains critères seront fixés de manière unilatérale,
comme la freinte (tolérance de perte de marchandise). L’entreprise ne souhaite pas non
plus que les administratifs et le SAV (service
après-vente) soient concernés par cette prime. Salim Radjah (délégué syndical FO) dénonce la simulation favorable de la direction
concernant cette nouvelle prime faite sur les
années 2013-14 (activité très forte).
Suite à l'opposition de FO les anciens accords
restent applicables.

3

Cette réunion de rentrée a
permis de faire un point sur la
situation dans le département
et de lancer la campagne 2016
dans les TPE (très petites entreprises)

Services publics et santé
bientôt en congrès
Les syndicats FO regroupés sur
le secteur des territoriaux et de
la santé publique auront leur
congrès fédéral national du 23
au 27 novembre à Reims.
Des militants de l'Isère seront
présents à ce congrès.

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

La Semitag perd les pédales
Lors du dernier appel d’offre la
Semitag a perdu la gestion des
vélos de Métro-vélo au profit de
la société Vélogik lyonnaise.
Plus qu’une perte financière
c’est une véritable perte sociale
car la gestion des vélos permettait le reclassement des salariés
inaptes sur leurs anciens postes
de travail.
19 postes sont concernés par
ce transfert d’activité qui se fera
le 31 octobre.
Alors que la Semitag s’était
engagée à garder tous les
salariés, aujourd’hui elle revient
sur ses engagements. FO ne
laissera pas faire. Elle demande que les salariés aient le
choix : reclassement dans les
services de la Semitag, ou s’ils
souhaitent rejoindre cette nouvelle entreprise avoir des garanties sur les salaires et les acquis
durant toute la durée de la
délégation.

Grenoble, Echirolles

Quand Caterpillar
fond comme neige au soleil
D’ici 2018 Caterpillar prévoit la suppression
de 10 000 emplois à raison de 5000 aux USA
et de 5000 dans le reste du monde. La baisse des prix du pétrole, qui aurait plombé les
commandes du groupe, la montée du dollar,
ont d'après les dirigeants rogné sur les bénéfices et terrassé le chiffre d’affaire du géant
américain.
Il s’agit maintenant pour Caterpillar d’économiser 1,5 milliard de dollars par an sur 3 ans.
Coup dur pour les salariés qui n’en sont pas à
leur 1er plan social.

devrait pas être affecté car les indicateurs
sécurité, qualité et vélocité qui sont au vert.
Mais le danger reste et pourrait se traduire
par une baisse des effectifs, même si elle
pourrait être moindre par rapport aux autres
entités européennes du groupe.
FO restera très attentif à la suite.

Des sites touchés
Vingt sites dans le monde touchés par cette
restructuration qui devrait se traduire par la
fermeture définitive de sites et la suppression
de postes. Le coût financier engendré par ce
plan a été estimé à 2 milliards de dollars.
Selon le délégué syndical FO, Robert Gamez,
le site de Caterpillar Grenoble/Echirolles ne

Robert Gamez, délégué syndical.

Grenoble

Consommateurs, salariés,
même combat !
Afoc Isère
Assemblée
générale
extraordinaire
vendredi
6 novembre
à Grenoble à 14 h
à l'Union départementale FO
salle 150 (UD).

Martine Derobert, Secrétaire générale de
l’Afoc nationale depuis 2013 est passionnée
quand elle parle des salariés et des problèmes de consommation qu’ils rencontrent.
Depuis 2013, elle a entamé un tour de
France des Afoc considérant que : "si dans le
paysage des associations de défense des
consommateurs l’Afoc est aujourd’hui connue
et reconnue, c’est grâce au travail de terrain.
Sans les militants bénévoles l’Afoc ne serait
pas un outil aussi performant".
Elle est venue à Grenoble en septembre participer au conseil d’administration de l’Afoc.
Martine a souhaité débattre des grandes
orientations de l’association, des combats
menés, de ceux gagnés et de ceux qu’il faut

bourse du travail
2 avenue de l'Europe.
Ordre du jour :
* renouvellement du bureau
à la suite de démissions.
Tous les adhérents FO et
Afoc sont invités à participer
à cette assemblée générale.
Martine Derobert, secrétaire générale de l’Afoc nationale.

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

4

poursuivre : pouvoir d’achat, sécurité, respect
des obligations contractuelles, droit à l’information, litiges de consommation sont des batailles quotidiennes.
L’Afoc est aussi à la pointe des combats sur le
logement. Actuellement la part des revenus
consacrés au logement représente environ
30% du budget des ménages, voire 50 % pour
les plus modestes. Le désengagement de
l’Etat dans le financement d’une politique
publique fait qu’aujourd’hui les demandeurs
qui remplissent les conditions d’accès au parc
social ne peuvent y prétendre faute d’une
offre suffisante. Les seules réponses du gouvernement à cette situation de crise "sont des
mesures fiscales encourageant l’achat de
logements en vue de leur location, renforçant
la spéculation immobilière". L’Afoc revendique
une véritable politique publique du logement
permettant à chacun de se loger à un prix
abordable et veut le maintien des allocations
logement. Elle dénonce l’explosion des charges locatives depuis que les bailleurs sociaux
sont autorisés à répercuter sur les quittances
de loyer du locataire les charges de rénovation des logements sociaux.
Martine appelle au renforcement des structures de l’Afoc : "C’est aussi ça le militantisme" !

5

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

Formations
CE et CHS

Des formations en direction des
élus des comités d’entreprise
(CE) et d’hygiène et sécurité
(CHS) auront lieu au mois de
novembre :
• 2 au 6 novembre à Bourgoin,
titulaires des CE,
• 23 et 25 novembre à Grenoble, élus CHS.
Les élus choisissent librement
leur organisme, l’employeur ne
peut pas leur imposer.
Ces stages permettront aux
participants de découvrir ou de
mieux connaître les attributions
et pouvoirs de ces institutions.
Les lois Rebsamen et Macron
introduisent de grands changements dans ces instances : sur
la nouvelle DUP, le CHS, la
consultation des CE, les compétences...
Un seul geste, le bon, vous inscrire aux formations Créora.
Procurez un dossier auprès de
l’Union départementale FO Isère

tél. 04 76 09 76 36.
Développer
ses compétences
Les formations permettent de
développer les compétences
des adhérents et mieux défendre les salariés. Accroître leurs
connaissances, suivre l’évolution de la jurisprudence, renforcer les positions de l’organisation, apprendre à négocier ou à
développer l'argumentation, autant de points importants dispensés lors des stages.
Ces journées permettent aussi
des rencontres avec des militants et salariés d’autres entreprises pour de fructueux échanges.
Pour cela l’Union départementale organise tout au long de
l’année des formations en partenariat avec divers organismes.
Lors de l’élaboration du programme de formations en début
d’année celui-ci est envoyé par
mel.

Grenoble

La Sécu a 70 ans
Le premier gouvernement provisoire présidé
par le général de Gaulle adopte deux ordonnances des 4 et 19 octobre 1945 relatives à
la Sécurité sociale : l’une sur l’organisation,
l’autre sur les prestations. Lors du 50e anniversaire, le plan "Juppé" devait ramener les
comptes à l’équilibre, mais avait oublié que le
vieillissement de la population conduirait à
des dépenses supplémentaires !
Depuis les déficits sont intégrés à ceux de la
nation. Le gouvernement est sous la pression
de l’Europe afin de réduire le déficit sous les
3 % d’ici deux ans, la recherche d’économie
va s’amplifier.
En Isère, une conférence jeudi 15 octobre au
siège de la CPAM présentera les fondamentaux de la Sécurité sociale, les chiffres, les
réalisations et les projets innovants.
Le 18 octobre, 650 équipes de 6 personnes
prendront le départ du marathon de Grenoble. La Sécu prend en charge les frais d’inscription de 66 €uros par équipe, et fournira
les tee-shirts aux couleurs des 70 ans.
Au plan national FO note la faiblesse de l’ambition et la limitation des moyens mis à disposition des caisses pour pouvoir organiser les

Il y aura également l’édition d’un document à
destination de l’ensemble des militants, avec
l’histoire et une partie "mythes et réalités"
pour donner des informations sur les difficultés et casser les idées reçues véhiculées
par les médias.

Tarification SMTC :
Quelle équité ?
Depuis la rentrée, un nouveau mode de
tarification a été mis en place dans les
transports en commun de l’agglomération
grenobloise.
L’abonnement mensuel des 18-24 ans est
passé de 27 € à 20 € tandis que les plus de
75 ans ne bénéficient plus de la gratuité des
heures creuses mais d'un abonnement annuel de 36 €.
Le constat a été fait que les jeunes étaient
confrontés à une précarité et une instabilité
financière plus forte que leurs ainés.

http://www.fo38.fr/?q=node
/344

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

événements locaux, sans budget supplémentaire. Jean-Claude Mailly, secrétaire général
confédéral tiendra une conférence de presse
le 5 octobre. Ultérieurement, la confédération
réunira tous les présidents des caisses.

Grenoble

Vous pouvez le consulter sur :

Respectez bien les délais d’inscription.

Affiche datant de 1945.

Fernando Martins, délégué syndical à la Semitag : "FO veut la mise en
place d’une politique tarifaire permettant à toutes les classes sociales
de s’offrir un abonnement en règle."

6

Selon le SMTC ces changements permettraient donc une meilleure accessibilité financière aux transports en commun pour l’ensemble de la population.

Mais qu’en est-il réellement ? Qu’en pensent
les usagers ?

Chez les étudiants cette baisse bien qu’appréciable laisse planer un sentiment d’amertume car ils ont de très petits budgets.
Chez les retraités le discours est double. Ceux
dont les retraites restent confortables voient
d’un œil positif de participer à la solidarité
intergénérationnelle et de pouvoir circuler
librement sans contrainte horaire. Pour les
retraités plus modestes, ne disposant pas de
véhicule cet abonnement rogne sur leur
budget.
Face à ce constat, FO demande que le revenu
des étudiants et non des parents soit pris en
compte et que les personnes dont le revenu
est proche du minimum vieillesse puissent
garder la gratuité des heures creuses.

Pour plus d’informations et l’ensemble des
interviewes : http://www.fo38.fr/

Isère

La Coop Alpes pour
les adhérents FO Isère

À l’origine, la Coop a été créée par des salariés des PTT pour leur permettre d’avoir de
meilleures conditions d’achat de biens d’équipement. Aujourd’hui, cette coopérative élargit
petit à petit les possibilités de devenir sociétaires, cette possibilité s’étend à d’autres comités d’entreprise. Ce que l’on sait moins,
c’est que l’ensemble des adhérents à l’Union
départementale FO de l’Isère peut bénéficier
des avantages de la Coop.

d’occasion (-40 %*), des produits d’entretien,
une sélection de vins et de champagnes, des
produits festifs de fin d’année.

* réduction allant jusqu'à - 20, - 40%, etc.

Renseignements pratiques :
Adresse, 14 Rue de Belledonne
38320 Eybens — Tél. : 04.76.41.18.41
E-mail : lacoop.alpes@orange.fr
site en cours de création : www.lacoopalpes.fr

La Coop Alpes est un acteur de l’économie sociale et solidaire. Vous trouverez une grande
majorité de produits français, respectueux de
l’environnement. L’équipe de vendeurs est
soucieuse de l’intérêt de l’acheteur, elle n’est
pas soumise au commissionnement et il n’y a
pas d’objectif de vente par marque. La Coop
n’a pas de dividende à distribuer.
La Coop propose plus de 5 000 références :
le gros électroménager (-30 %*), le petit électroménager (-20 %*), le siège et la literie (-40
%*), le higt-tech et l’informatique (-20%*), les
arts de la table (-20%*). Mais aussi des cuisines clefs en main, des véhicules neufs ou

FerroPem à Gavet
Carton plein pour FO malgré des
élections mouvementées en
mai, dans un climat délétère.
le délégué FO a fait l’objet d’attaques organisées peu avant les
élections. Mais les salariés ne
s'y sont pas trompés et ont
reconnu le travail fait depuis de
nombreuses années par FO en
votant largement pour notre
organisation syndicale.
Au premier collège, CE (comité
d’établissement), FO obtient
61.86 % des voix et 3 élus, la
CGT 38.14 %, 1 élu. Au 2ème
collège FO avec 52.27 % des
voix et 1 élu reste en-tête contre
47,73 % des voix, 0 élu pour la
CGT.

DS Smith
à St-Jean-de-Bournay

Les salariés d'Eybens.

Isère

Action logement (ex 1%)
une réforme en profondeur
pour le Logement), un rôle central.

Le 1 % logement représente plus de 2 milliards d’€uros versés chaque année par les
entreprises. Jusqu’en 2009, ces sommes
étaient collectées par 120 comités interprofessionnels différents, filiales d’Action logement. Réduits à 20 il y a 6 ans, ils ont toutefois continué à fonctionner sur un mode
concurrentiel. En Isère Epergos a disparu au
profit d'Amalia. Nous continuerons de siéger
au Comité régional d'Action logement, qui
aura un rôle consultatif. L'ensemble des décisions se fera à Paris.
Institution historique gérée par les partenaires sociaux, le 1 % Logement facilite depuis plus de 60 ans l’accès à la location ou
l’accession à la propriété des salariés. Le
réseau s'est restructuré. Force ouvrière a soutenu cette réforme afin de mieux répondre à
la demande des salariés, aussi bien en offres
de services qu’en production de logements
sociaux. Les nouvelles mesures confèrent à
l’UESL (Union des employeurs et des salariés

Elections professionnelles

Le principal point de la réforme c'est la
"centralisation" de la collecte de la Peec (Participation des employeurs à l’effort de
construction).
FO restera vigilant pour que le prélèvement
continue à être effectué, exclusivement par
Action logement. Il faut préserver le caractère
redistributif du dispositif. la Peec constitue un
salaire différé dont la gestion doit rester
paritaire.

7

Les élections ont eu lieu le 8
septembre.
FO qui a fait liste commune
avec la CGT. Elles ont eu
71,09% des voix exprimées au
premier collège des élections
CE et 3 élus : 1 FO, 2 CGT. La
CFDT quant à elle obtient
28,91% et 1 élu.
Au 2ème collège FO/CGT ont
emporté 100 % des voix et 1 élu
FO.

Nemra à La Verpillière
FO garde une large majorité lors
des élections CE du mois de
juin en gagnant 44,66 % des
suffrages au 1er collège et 1
élu. La CGT gagne 30,1 % et 1
élu, CFDT 25,24 %, 1 élu.
Au 2ème collège FO obtient
93,51 % des voix et 1 élu, la
CFDT avec 6,49 % n’a pas d’élu.

SMG (Société
métallurgique de Grenoble)
à Echirolles
Le syndicat FO s’est présenté
pour la première fois aux élections DUP (délégation unique du
personnel) au mois de juin. Le
quorum n’a pas été atteint au
1er tour. Toutefois FO est représentatif puisqu’elle remporte
100 % des voix exprimées lors
du 1er tour.
Au 2ème tour FO a obtenu
30.51 % des voix et 1 élu, les
sans étiquette 67.80 % des voix
et 4 élus.

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

La question

Contrat à objet défini,
un nouveau contrat précaire

Mis à l’essai pendant 5 ans dans le cadre de la loi portant sur la modernisation
du marché du travail (Loi n° 2008-596
du 25 juin 2008), un nouveau type de
contrat a été instauré en 2014 : le
Contrat à objet défini (COD). Il concerne
les ingénieurs et cadres du secteur privé.
Ce CDD (contrat à durée déterminée)
d’un genre nouveau est non renouvelable, d’une durée fixée entre 18 et 36
mois, assorti de conditions particulières.

Que permet ce contrat ?

Un allongement de la durée, un nouveau
motif de recours au COD : la réalisation
d’un projet nécessitant de recourir tem-

porairement à des ressources humaines
supplémentaires. Le principal problème
de ce contrat c’est qu’il peut prendre fin
à chacune de ses dates anniversaires
(18, 24 et 36 mois) pour un motif "réel et
sérieux".

Qu’est-ce que "réel et sérieux" ?

Rien n’est spécifié dans la loi. Les
possibilités de licenciement sont donc
simplifiées pour l’employeur qui peut
recourir à de la main-d’œuvre hautement
qualifiée sans aucune prise de risque ni
contrainte. Seule une indemnité de 10 %
doit être versée en cas de rupture anticipée.

Que doit-on savoir sur ce contrat ?

Il ne peut être utilisé que si un accord de
branche ou d’entreprise a été établi au
préalable. Enfin, les garanties dont bénéficie le salarié sont équivalentes à celles
d’un CDD classique : aide au reclassement, accès à la formation professionnelle, priorité d’accès à un emploi en
CDI dans l’entreprise…
Ce nouveau contrat génère donc une
nouvelle génération d’emplois précaires
qui touchera nos jeunes diplômés à
peine sortis des bancs de l’école : une
drôle d’entrée dans le monde du travail
les attend !

Comment ce contrat est vécu par les salariés ?
Les salariés en COD n’ont d’autre choix que de subir ces nouvelles règles. FO est allé à leur rencontre recueillir leurs réactions.
À la terrasse d’un café nous retrouvons Maria, 35 ans, titulaire d’un bac +5 en sciences sociales, en COD au sein d’un bureau
d’études depuis un an et Romain, 24 ans, fraîchement diplômé d’une école d’ingénieurs et travaillant pour une entreprise dans le
secteur de l’électronique. Lorsque nous les interrogeons sur la connaissance de la spécificité de leur contrat, le constat est sans
appel : aucun de nos deux jeunes salariés ne sait réellement dans quoi il s’est engagé.
Romain nous avoue avoir signé son contrat sans avoir en tête tous les enjeux. "Je me suis renseigné sur internet, mais de là à
savoir ce qui fait jurisprudence..."
Au-delà d’un contrat de travail très formel, aucune information ne leur a été donnée par leur employeur.
Une rupture anticipée de leur contrat ? Ils préfèrent ne pas y penser même s’ils savent aujourd’hui que leur diplôme ne leur
assure pas un contrat de travail pérenne.

Enjeu important pour fin 2016,
les employés des TPE
(très petites entreprises)
seront appelés à choisir leur syndicat
à l’échelon régional
comme au niveau de chaque branche.
Un rendez-vous important
pour plus de 4 millions de salariés
qui travaillent dans ces TPE.
Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

8

Y'a Macron, qu'est pas bon, Rebsamen qui s'amène, l'salarié qu'est refait…

Macron – Rebsamen
Qui a fait le plus fort ?

Maître Laure Germain-Phion animera la matinée du 27 octobre.

Eh oui ! l'été est passé et les réformes
arrivent! Qui va gagner le combat du plus libéral-antisocial ?
A ma droite, le jeune premier, Macron, idolâtre
de la banque et fonctionnaire (!). A ma gauche, le vieux beau Rebsamen qui en a eu marre d'annoncer les mauvais chiffres du chômage, conséquence de la politique de l'offre de
son gouvernement.
Au centre, les salariés, qui s'en prennent plein
les dents.
Alors évidemment, on fait semblant de mettre
des règles, histoire de se donner bonne
conscience. Mais si, il y a des avancées pour
les salariés ! Surtout des reculs en fait. Les

grands vainqueurs, et ça commence à faire
longtemps qu'ils gagnent chaque fois, les
patrons.
Parce que si les salariés sont des "conservateurs qui ne veulent pas évoluer, rétrogrades,
rétifs à tout changement, frileux, craintifs...",
les patrons, eux, sont des hypocondriaques
notoires. La France à besoin de "capitaines
d'industries" et on a des capitaines de
pédalos qui tremblent avant même de quitter
la plage.
Alors on les calme, on les sécurise, on les cajole, en attendant le démontage du code du
travail. Il faut rassurer ces grands inquiets qui
engrangent aides sur aides, dérégulation du
travail mais sans jamais de résultat.
Les deux ministres se sont lancés dans la
compétition et ils se battent âprement.
Alors, qui va mettre les salariés KO ?
Macron envoie un travail du dimanche pour
tous (que des volontaires on vous dit !),
Rebsamen répond par l'affaiblissement des
IRP (institutions représentatives du personnel), Macron riposte en attaquant les
prud'hommes, Rebsamen réduit les conséquences du délit d'entrave, Macron facilite les
PSE, Rebsamen attaque les syndicats...
Mais en échange les salariés ont obtenu ?...

Pour le savoir rendez-vous mardi 27 octobre à Grenoble
de 9h30 à 12h30.
Réunion d’information sur les lois Macron et Rebsamen
animée par Maître Laure Germain-Phion, avocate.
Ouverte aux adhérents sur inscription, tél. 04 76 09 76 36

Agendas, semainiers

Ils seront disponibles avant la
fin de l’année à l’Union départementale. Vous pouvez dès à
présent les commander auprès
de l’UD FO isère :
udfo38@fo38.fr
tél. 04 76 09 76 36.
Faire une commande groupée
par syndicat.
Dans l’agenda et semainier
2015 vous trouverez :
Un édito de Jean-Claude Mailly,
toutes les coordonnées des
unions départementales, des fédérations et bien d’autres adresses utiles. Et d’autres informations comme le site, un planning
annuel, un plan de métro un
atlas, etc.

FO Jeunes Isère

Vous pouvez suivre toute l'actualité locale, les actions syndicales ainsi que les réformes nationales qui auront un impact à
l'échelle départementale sur les
sites :

Facebook
https://www.facebook.com/fojeu
nes38
et Twitter
https://twitter.com/fojeunes38

Bulletin d'adhésion

Union départementale des syndicats Force Ouvrière de l’Isère - Bourse du Travail - 32, avenue de l’Europe
38030 Grenoble Cedex 02 - tél. 04.76.09.76.36 – mel : udfo38@fo38.fr - site fo : www.fo38.fr
Nom ________________________________________ prénom _______________________ profession ________________________
nationalité ______________________ Date de naissance ____________ lieu ____________________________________________
Adresse complète______________________________________________________________________________________________
code postal __________________ ville____________________________________________________________________________
Tél. perso._____________________ portable______________________ Mel _____________________________________________
Nom et adresse de l’entreprise __________________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________________ tél.______________________
Code N.A.F. de l’entreprise __________

(voir sur bulletin de salaire)

Convention collective ____________________
(voir sur bulletin de salaire)

Date d’adhésion _____________________

Signature :

A remettre à votre responsable syndical ou à adresser à FO ISERE (adresse ci-dessus)

9

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

Focus sur :
Assurance-chômage :
droits rechargeables,
droit d’option dérogatoire

Un décret du 27 juillet 2015 inscrit la possibilité, dans le code
du travail - ouverte par les partenaires sociaux - pour un demandeur d’emploi qui n’a pas épuisé son droit à indemnisation,
d’opter pour des droits nouveaux plus avantageux sous réserve de remplir certaines
conditions, dont, notamment,
celle d’avoir retravaillé au moins
4 mois (D. n° 2015-922 du 277-15, JO 29-7-15).

Obligation de prise
en charge des frais
de transport effectué à vélo

La loi n° 2015-992 du 17 août
2015 relative à la transition
énergétique pour la croissance
verte en son article 50 impose à
l’employeur, sous certaines
conditions, de prendre en charge, tout ou partie des frais engagés par ses salariés se déplaçant à vélo ou à vélo à assistance électrique entre leur résidence habituelle et leur lieu de
travail, sous la forme d'une
"indemnité kilométrique vélo".
Le montant de cette indemnité
sera fixé par décret.

Accord du salarié
au renouvellement
de sa période d’essai

Un employeur a notifié au salarié par courrier le renouvellement de sa période d’essai.
Ledit courrier avait été signé par
l’intéressé avec apposition de la
mention manuscrite "lettre remise en main propre contre
décharge". La Cour de cassation
considère que "la seule signature du salarié sur la lettre
remise en main propre prolongeant la période d'essai ne
saurait valoir accord du salarié
à son renouvellement". (Cass.
soc., 8-7-15, n° 14-11762).
En conséquence, la rupture de
la période d’essai intervenue
après un tel renouvellement
s’analyse en un licenciement
sans cause réelle et sérieuse.

Grenoble

Premières négociations
à la Régie de quartier
La Régie de quartier est une association
d’insertion par le travail. Elle exerce des activités marchandes (peinture, nettoyage, enlèvement d’encombrants) et de médiation. Elle
emploie 79 salariés. Il s’agit pour la plupart
de personnes éloignées de l’emploi, souvent
sans qualification, chômeurs de longue durée, femmes en difficulté… Elle a un rôle
social important sur le secteur Villeneuve.
Le syndicat FO a été créé en 2014. Christine
Rey, déléguée syndicale FO déclare : "en 2014
nous étions novices, nous n’avons pas percuté qu’il fallait faire des NAO (négociations
annuelles obligatoires)". Alors cette année FO
a demandé l’ouverture de négociations. Les
bas salaires ont été privilégiés car plus nombreux et plus en difficulté. Nous avons obtenu
une augmentation de 1,6 % pour cette catégorie et une reconnaissance de l’ancienneté
par des jours de repos supplémentaires pour
tous les permanents. Christine qui y travaille
depuis 11 ans connait bien les salariés, mais
aussi l’association qui n’a pas de gros mo-

Christine : "Pour nos premières négociations on est satisfaits d’avoir pu
obtenir des choses. On s’améliorera au fil des années".

Grenoble

Les agriculteurs
se trompent de cible

En août des agriculteurs isérois sont venus
manifester à Grenoble. Ils auraient pu se
rendre devant la préfecture pour signifier leur
mécontentement au représentant de l’Etat.
Mais au lieu de cela ils sont allés à la
Direction départementale du Territoire (DDT).
Pourquoi ? Tout d’abord parce qu’on y trouve
des fonctionnaires chargés de faire appliquer
les lois européennes. "Au lieu de s’en prendre
au législateur, ils avaient décidé de s’en
prendre aux agents qui ne sont en définitive
que des contrôleurs", nous dit Laurent Vidal,

www.fo38.fr

du SNTMA-FO (syndicat national des Techniciens supérieurs du ministère de l'Agriculture). Jean-Pierre Verdier de la DDT (Direction départementale des territoireres) rajoute
que si ces fonctionnaires ont été pris pour
cible, c’est aussi parce qu’ils "notent" les agriculteurs, et qu’en fonction de l’évaluation qui
est faite, les primes de la Pac (politique agricole commune) sont versées en intégralité ou
en partie seulement.
Laurent comme Jean-Pierre rajoutent que les
fonctionnaires qui vont sur le terrain se font
parfois accompagner par les forces de l’ordre
tant la tension peut être forte. Ils disent
surtout que les fonctionnaires savent concilier, rallonger certains délais quand ils le
jugent nécessaire.
Ce qui les inquiète c’est le discours qui voudrait que toutes les règles soient supprimées,
et que les contrôles soient réduits à néant, ou
presque…
Face aux dégradations importantes et un
début d’incendie volontaire qui aurait pu mal
tourner, le préfet a déposé plainte.

Laurent vidal et Jean-pPerre verdier.

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

yens financiers, puisque vivant de subvention
sur certaines activités. Comme elle le dit "on
ne peut pas demander la lune".
Avec l’expérience, elle souhaite travailler sur
les autres catégories de salariés. Les réflexions sont ouvertes pour des négociations
l’année prochaine sur les conditions de travail, l’organisation du temps de travail.

10

Isère

Banque populaire des Alpes
consolider le syndicat
Pierre-Antoine Tosi est représentant de section syndicale et élu délégué du personnel.
Malgré un manque de locaux et un petit budget, l’équipe FO reste dynamique et ambitieuse.

ont obtenu la revalorisation du salaire d’embauche et l’obtention d’une indemnité spécifique zones montagneuses pour compenser
le pouvoir d’achat de ces salariés, partant du
principe que la vie est plus chère en station.

Les questions de santé ont été au centre des
préoccupations : 170 salariés sur un total de
1 600 ont été inscrits, à la demande de FO,
pour passer la visite médicale (certains
n’avaient pas vu le médecin depuis 7 ans).
La loi du 9 mars 2014 autorise le don de
jours de repos. FO souhaite améliorer le dispositif. Les revendications portent sur la négociation d’un accord, l’extension du dispositif
pour les conjoints ou ascendants gravement
malades et l’abondement de l’entreprise sur
les dons des salariés.
Les salaires restent une préoccupation majeure, Pierre-Antoine souligne : "nous n’avons
pas les augmentations par rapport aux résultats". Les négociations se font désormais
dans les banques et non plus dans la branche. F0 n’était pas favorable. Les camarades

Les prochaines élections auront lieu au début
de l’année 2016. L’équipe se mobilise pour
attirer de nouveaux candidats et dépasser la
barre des 10 %.

Contact : Pierre-Antoine Tosi
06 84 81 14 63 – foalpes@free.fr

FO Caterpillar,
en assemblée générale
Le syndicat FO de Caterpillar a
tenu son assemblée générale le
19 septembre en présence de
Jean-Pierre Gilquin, Secrétaire
général de l’Union départementale. Robert Gamez, secrétaire sortant, a présenté le bilan
du syndicat. Plutôt positif puisqu’aux élections de 2014 FO a
obtenu 29,3 %.
Légers changements de postes
dans l’équipe en place : Robert
Gamez est reconduit dans ses
fonctions de secrétaire. Douadi
Bounouara devient secrétaire
adjoint et Yvan Ciaravola ayant
fait valoir ses droits à la retraite
est remplacé par Eric Rey.
Une mauvaise nouvelle vient
d'être annoncée pour les salariés (voir p 4).

Pierre-Antoine Tosi, représentant de section syndicale.

11

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

Régis Klein

"Le hasard fait parfois
bien les choses"
Régis travaille depuis 2005 au sein de
l’entreprise Fimurex Centre Est à Colombe (groupe Experton Revollier). L’entreprise est composée de quatre sites,
Colombe, Pusignan, Longviv et Holtzwihr.
Elle fait partie de la métallurgie et produit des fils d’acier pour le ferraillage du
béton.
Le métier de Régis n’est pas commun, il
est géotechnicien. Son travail se décompose en 2 parties, trois jours par semaine sur le terrain, et deux jours dans son
bureau. Avant de partir sur le terrain il
faut que soit fait un travail de préparation conséquent. Le secrétariat lui fournit un dossier contenant les plans du
bâtiment, les plans du terrain, les devis,
le plan d’occupation des sols, les risques
géologiques connus…
Il part avec une fourgonnette dans laquelle il a mis un pénétromètre. Il s’agit
d’un petit engin à chenille muni d’une
tige et d’une enclume. Avant un projet de
construction d’une maison ou d’un bâtiment, il mesure la teneur en eau du sol

(mécanique des sols) ou teste sa résistance à l’écrasement (mécanique des roches), grâce à des techniques de forage
(sondage). Les sondages sont de trois
types : dynamique on frappe, statique on
pousse une tige, rotatif c’est le carottage.
Il procède ensuite à des enquêtes de
voisinage et recueille tous types de données utiles au projet.
De retour dans l’entreprise il intègre les
résultats à son rapport. Il fait un état des
lieux, prévient des dangers potentiels
des travaux et indique les bases sur lesquelles les travaux peuvent commencer.
Les qualités rédactionnelles sont importantes.
Régis est venu au syndicat pour se
présenter à des élections de délégués du
personnel. Le précédent délégué du personnel partait à la retraite et l’entreprise
a donc dû mettre en place de nouvelles
élections. Au premier tour personne ne
s’est présenté, pourtant les salariés
"pensaient qu’avoir un délégué c’était bien".

12

Au deuxième tour Régis décide de se
porter candidat, mais voulait le faire avec
une étiquette syndicale, pour se sentir
moins seul. Le choix de FO s’est fait par
hasard. En fait, il a envoyé trois mails aux
principales confédérations, seule FO à
répondu (c’est toujours vrai même plus
d’un an après).
Depuis son engagement, Régis à suivi
plusieurs formations : en début d’année
le stage "découverte FO" puis le stage
"négocier". Il terminera 2015 avec le stage sur le fonctionnement des CHSCT (comités d'hygiène de sécurité et conditions
de travail).
Régis nous livre également une anecdote, il a découvert récemment que son
parrain maintenant à la retraite avait été
un militant FO très engagé en Saône-etLoire.
Il lui restera à affronter dans quelques
jours les élections au comité d’entreprise.

Contact : klein.regis@free.fr

Alpes FO - octobre 201 5 - n° 1 42

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful