Vous êtes sur la page 1sur 6

Dissertation : L’Etat Souverain

:

«La souveraineté est le pouvoir de commander et de contraindre sans être commandé
ni contraint». Cette citation est tirée du livre de Jean Bodin, les Six Livres de la République,
paru pour la première fois en 1576.
En effet, l’Etat est la seule entité à détenir ce pouvoir de contrainte. La notion d’Etat
souverain peut parfois s’avérer assez complexe, voire confuse, car le concept d’Etat étant un
concept assez abstrait, qui n’a pas de définition propre peut nous induire en erreur quand à
la perception de cette notion d’Etat souverain. De plus, elle peut être confondue avec
d’autres concepts tel que la souveraineté nationale, notamment. Il convient donc de bien
définir ce qu’est un Etat souverain.
Premièrement la notion d’Etat même si cette notion reste plus ou moins abstraite, renvoie à
une personne morale c’est-à-dire, une entité doté de la personnalité juridique, également
titulaire de droits et d’obligations et pouvant agir en justice, de droit public, possédant un
territoire et ayant une autorité souveraine et celle ci s’exerçant sur une population donnée.
De plus, la notion de souveraineté renvoie à l’autorité suprême d’un souverain, du peuple,
sur une zone géographique ou un groupe de peuples, dans une démocratie.
De surcroît, il convient donc de bien appréhender ce concept d’Etat souverain car la France
en est un. Il est donc important de savoir ce qu’est un Etat souverain, comment le
reconnaître, quelles sont ses caractéristiques, ses fonctions, ses compétences ou encore,
ce qui le différencie des états fédéraux notamment.
Pour se faire il faut dans un premier temps, il faut distinguer le concept de souveraineté sous
l’ancien Régime, qui est différent du concept de souveraineté que l’on peut rencontrer
aujourd’hui. Sous l’ancien Régime, la souveraineté était attribué au pouvoir de Dieu, tandis
qu’aujourd’hui la souveraineté fait référence aux compétences étatiques, c’est-à-dire,
l’ensemble des pouvoirs que le souverain exercent ou fait exercer. Mais ce concept ne cesse
d’évoluer avec le temps, en effet certains auteurs se posent la question de savoir si la
souveraineté correspond toujours à la réalité, ou si cette définition est aujourd’hui devenue
obsolète avec la mondialisation par exemple.
De ce fait il convient de se demander si l’Etat conserve tout le temps son caractère de
souveraineté ?
Pour se faire, on verra d’une part que la primauté de la souveraineté de l’Etat (I), puis
d’autre part que l’Etat souverain est un concept remit en cause par ses diverses limites (II).

inaliénable. la souveraineté est un critère essentiel pour l’existence d’un Etat. pour lui dicter une conduite spécifique. D’une part l’Etat souverain en sons sens juridique. mais cette notion de souveraineté ne cesse d’évoluer. c’est-à-dire le détenteur de la souveraineté est libre et indépendant. Cette souveraineté correspond à l’autorité suprême de l’Etat. le souverain. C'est la capacité exclusive de déterminer l'étendue de son propre ordre juridique «. En France. Ce principe d’indivisibilité se retrouve dans l’article 1er de la constitution de 1791: « La souveraineté est une. on peut également distinguer l’Etat souverain en son sens matériel. Sur le plan national (ou du point de vue juridique interne). personne ne pourra l’empêcher de le faire car c’est lui qui détient l’autorité suprême. indivisible. il n’existe aucune autorité au dessus de lui.La souveraineté. mais plutôt l’aptitude à déterminer le contenu de ses propres compétences. l’Etat souverain est celui qui dispose de la plus grande force. pour qu’un Etat puisse être reconnu en tant que tel il faut qu’il puisse posséder un territoire. celui-ci ne détiendrait plus le pouvoir absolu. il est son propre maître. C’est ce qu’avait affirmé Jelinek en 1913 : « la souveraineté consiste dans la qualité spéciale que revêt la puissance d'Etat lorsque celle ci est exclusivement maitresse de se déterminer elle même comme aussi de se lier juridiquement.I. Effectivement. un critère d’existence pour l’Etat : Premièrement. Ainsi. puisque la population pourrait obéir à quelqu’un d’autre. un Etat peut ne pas être reconnu. qui est la souveraineté. à travers les époques (B). il peut également réviser sa constitution si il le décide. D’autre part. Son pouvoir est indivisible. On peut ainsi distinguer deux sens différents de l’Etat souverain. Elle appartient à . En effet un Etat est considéré comme souverain car lui seul peut définir et délimiter les compétences qu’il exerce. le pouvoir de révision de la constitution. L’Etat souverain n’a pas de supérieur pour lui dicter quoi faire. en effet sans ce pouvoir. imprescriptible. Il a le monopole de la violence. l’Etat peut se donner la législation qu’il souhaite. car rappelons le. une population ainsi qu’un pouvoir de contrainte.La primauté de la souveraineté de l’Etat : Tout d’abord la souveraineté est un critère essentiel à la reconnaissance d’un Etat (A). car si l’Etat cédait une partie de ses pouvoirs à un tiers. l’édition des lois. modifiant également la définition de l’Etat souverain. A. non. la souveraineté ne serait pas simplement la compétence.

Ainsi pour les états membres . Tout d’abord la souveraineté trouve sa source dans une origine divine et se manifestant dans une autorité absolue. Effectivement. souverain des droits de la Terre » selon le Nouveau Testament. son être à celui-ci. les Etats peuvent ainsi conclure des conventions. C’est alors que sont apparut le terme d’Etat souverain car l’Etat a commencé à se proclamer souverain et la souveraineté à s’identifier à l’Etat. Cependant. celle-ci perdure à travers le temps. Tous les Etats souverains sont égaux dans la société internationale. Puis lors de la révolution Française. le droit de l'Union Européenne. C’est alors que les révolutionnaires et les philosophes des Lumières. L’Etat n’avait pas besoin de ce critère pour exister et être reconnu. Cependant. qui se distingue des organisations internationales classiques. notamment ont affirmés que la souveraineté s’assimilait au pouvoir du peuple. modifiant également le concept d’Etat souverain. malgré la définition assez abstraite de l’Etat. Ainsi avant l’Etat et la souveraineté étaient deux notions distinctes. De ce fait sa quantité de pouvoir est supérieure à tout autre. En effet l’Union Européenne est une forme d'organisation commune aux états membres. les traités. « Dieu.L’évolution L’Etat souverain : En outre. il en est tout autre (ou point de vue juridique externe). le concept d’Etat souverain ne cesse d’évoluer avec le temps. ainsi les juristes ont parlé d’Etat souverain pour qualifier cette association. Puisqu’ils sont souverains. prévoit un principe de primauté du droit de l'union sur le droit national. qu’il n’y a pas de « parties de la souveraineté ». avec la création de l’Union Européenne. puisqu’il donne sa puissance. qu’elle est absolue. au pouvoir de Dieu. L’Etat souverain correspond à la traduction de l’indépendance des Etats. sur le plan international. de la nation et non plus à un pouvoir divin. c’est le principe du « pacte sum cermenda ». Ce n’est pas le cas de la souveraineté qui ne cesse d’évoluer à travers les époques. l’Etat souverain mais plus particulièrement la souveraineté. C’est à partir de là que l’on va commencer à associer la souveraineté à l’Etat. Jean Bodin est l’un des précurseurs de la définition de la souveraineté que nous connaissons aujourd’hui et avait affirmé au XIXème siècle que l’autorité souveraine est indivisible. Néanmoins. la définition de la souveraineté et de l’Etat souverain est remit en cause. Il n’est pas des Etats supérieurs à d’autres. Le roi était appelé le souverain car il était seulement le dépositaire de l’autorité souveraine mais n’en n’était pas le titulaire. St Jean. c’est-à-dire au dessus des lois car c’est elle qui les faits ou encore qu’elle est perpétuelle. est un concept en évolution constante. la souveraineté qualifiait le pouvoir de Dieu. Cette définition de la souveraineté remonte à l’époque de l’Ancien Régime. Au XVIIIème siècle. de traités entre eux.la nation […] ». le 1er novembre 1993. B . Effectivement. les moeurs ont évoluées.

il est projeté sur la scène internationale. C’est ce que la Cour de Justice dans une décision du 15 juillet 1964 : Côsta contre Enel. les Etats membres « ont limité leurs droits souverains et ont créés ainsi un corps de droit applicable à leur ressortissant et à eux mêmes et […] que le transfert opéré par les Etats de leur ordre juridique interne au profit de l'ordre juridique communautaire des droits et obligations correspondant aux dispositions du traité entraine donc un limitation définitive de leurs droits souverains ». II . Les États ont alors conclu à un droit international qui instaurerait ainsi une primauté de la souveraineté internationale. il convient de voir que l’Etat souverain comporte ainsi des limites.La souveraineté internationale : Tout d’abord. Mais également que certains états sont reconnus comme tel sans pour autant posséder de souveraineté. Dans l’UE. Il doit alors composer avec les autres États. Effectivement. mais leur force obligatoire est suspendue. Par conséquent. lui. ne disparaisse ou ne soit plus considéré comme tel. pouvoir souverain mais qui sont pourtant considérés comme tels (B). que sa souveraineté ne prime pas toujours et qu’elle peut parfois être suspendue sans que l’Etat. l’Etat souverain connait de nombreuses limites. leur souveraineté est donc mise de côté. même si ils sont souverains. Ceci explique l’existence de juridictions s’imposant entre les États signataires. A. Ainsi la souveraineté nationale de chaque Etat n’est ni abrogée ou annulée. un concept remit en cause par ses limites : Deuxièmement. pour qu’un État puisse conclure librement avec d’autres États. il existe des normes au dessus de leur pouvoir et c’est le droit de l’union qui prime sur leur droit national.de l’UE. de part cette création d’une Union Européenne. le caractère de souveraineté de l’Etat peut être remit en cause car il est soumit à la souveraineté internationale (A). De plus il existe également des Etats qui ne possèdent pas le critère du pouvoir de contrainte. au détriment de leur propre souveraineté nationale.L’Etat souverain. Cette souveraineté internationale impose alors un cadre aux .

c’est-à-dire la souveraineté. nous sommes dans une ère de mondialisation où beaucoup d’échanges se font vers l’étranger. Cependant. selon le Préambule de la Constitution de 1946. l’Etat souverain peut se voir « effacé ». Effectivement. En outre. une autre limite. non des moindres existe également. pour chaque traité effectué entre États.souverainetés nationales qui doivent donc s’adapter à celle-ci. Les EU sont considérés comme la 1ère puissance mondiale alors que c’est pourtant un Etat fédéral. la Constitution dont le souverain a donné son accord à la primauté du droit de l’UE se doit de faire respecter cette primauté. De plus. d’après la Cnrtl (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales). C’est le cas pour les Etats d’Inde ou les Etats-Unis. Ainsi les Etats voient de plus en plus leur caractère de souveraineté suspendu. notamment. D’où on perçoit un aspect paradoxal.Existence d’Etats non souverains : Par ailleurs bon nombres d’Etats sont reconnus comme tels alors qu’ils ne sont pas souverains. Pourtant. pour qu’un Etat soit reconnu comme tel il faut que celui-ci rassemble trois critères. Les Etats souverains perdent donc de leur importance face à la souveraineté internationale. On peut observer ce phénomène de souveraineté nationale notamment dans le cadre de l’Union Européenne. Ce droit communautaire pose une limitation de souveraineté. B . Ainsi. des Etats sont considérés comme tels alors qu’ils ne possèdent pas de pouvoir souverain. à l’intensification des relations internationales. vendre. il faut donc négocier des traités. On pourrait même oser dire que les Etats souverains seraient soumis à la souveraineté internationale. Un Etat souverain est un Etat . au libre échange. où la souveraineté de l’Union Européenne est supérieure à celle des États faisant partis de cette Union Européenne. des conventions entre les autres Etats du monde avec qui on souhaite échanger. regroupant un grand nombre d’Etats fédéraux mais ne possèdent pas de pouvoir souverain. comme on l’a vu dans plus haut. pourtant reconnus à l’échelle internationale comme Etats. C’est l’existence d’Etats non souverains. acheter. en 1946. face à la mondialisation. On se retrouve donc encore une fois face à la primauté de la souveraineté nationale car les différents traités signés entre Etats font valoir la primauté de la souveraineté internationale et non de la souveraineté des Etats. c’est bien la Constitution qui reste totalement souveraine car il n’y a pas de primauté du droit de l’UE sans son accord. Si on adopte cette vision constitutive interne. dont le pouvoir de contrainte. Effectivement. Pour opérer cela. la France a consenti à limiter sa souveraineté pour « l’organisation et le maintien de la paix « après la Seconde Guerre Mondiale. Selon l’article 88.

car on l’a vu précédemment. Cela renforce le paradoxe. Ne conviendrait-il pas de définir un nouveau concept de pouvoir absolu qui s’appliquerait mieux aux échanges d’aujourd’hui ? . Les EU sont engagés dans bon nombre de traités internationaux. La question de la souveraineté des Etats fait donc de plus en plus polémique puisqu’avant celle-ci était considéré comme un élément majeur de reconnaissance d’un Etat. Effectivement les échanges internationaux peuvent aussi s’effectuer entre Etats souverains et Etats non souverains. mais elle est aujourd’hui en plein déclin par l’importance de la souveraineté internationale qui prône sur les différents échanges. Ne serait-il pas nécessaire comme l’ont fait des auteurs tels que Louis Bodin ou encore les Philosophes des Lumières au XIXème siècle. l'indépendance vis-à-vis des puissances étrangères (limitée par les conventions ou par le droit international) ainsi que la plénitude des compétences internationales (souveraineté externe) ». De nombreux auteurs se posent la question de savoir si l’on peut encore parler de souveraineté aujourd'hui alors que nous sommes dans une ère de mondialisation des échanges. Guam. Cependant les EU y participent sans pour autant posséder de souveraineté nationale. la souveraineté nationale des Etats est suspendue lors de participations à des traités internationaux ou encore à des organisations internationales où leur souveraineté nationale ne prime pas en vue de la supériorité de la souveraineté internationale.«qui possède le pouvoir suprême impliquant l'exclusivité de la compétence sur le territoire national (souveraineté interne) et sur le plan international. C’est également le cas des Etats libres associés tels que Porto Rico. l’ONU mais également d’associations régionales reconnues à l’échelle mondiale telle que l’ALENA (association de libre échange nord américain). d’acheter ou encore de signer des traités avec les EU. D’ailleurs beaucoup d’échanges se font entre Etats souverains et Etats non souverains. de redéfinir la souveraineté puisque l’Etat conserve de moins en moins son caractère de souveraineté lié aux différents échanges internationaux. Ainsi la souveraineté ne remplirait-elle plus qu’une fonction « rhétorique » ? Son critère avant fondamental pour les états. De plus. d’organisations internationales tel que l’OMC. là encore la mondialisation joue un rôle majeur. de frontières invisibles. Rien n’interdit à la France de vendre. qui sont aussi considérés comme des Etats à l’échelle internationale mais qui ne possède pas cette autorité suprême. qui aujourd’hui est en plein affaiblissement ne serait donc plus essentiel à la création d’un Etat.