Vous êtes sur la page 1sur 1

DECLARATION DE PRINCIPE DE

LA CONFEDERATION GENERALE DU TRAVAIL


CGT- NIGER.
- Considérant les conventions 87 et 98 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ratifiées
par le Niger ;
- Considérant la Déclaration du CSRD en date du 18 février 2010, proclamant et garantissant
les Libertés Fondamentales telles que définies par la Déclaration Universelle des Droits de
l’Homme de 1948 et la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de 1981;
- Considérant le Statut Général de la Fonction Publique, le Code du Travail et la Convention
Collective Interprofessionnelle de la République du Niger ;
- Considérant la nécessité impérieuse de préserver l’indépendance des organisations des
travailleurs de tout regroupement des partis politiques ;
- Soucieux de la préservation de l’Unité nationale et de l’intégration africaine pour un monde de
justice, de démocratie et de solidarité ;
- Déterminés à créer les conditions de jouissance effective des valeurs du travail et à contribuer à
l’épanouissement socioculturel et économique de notre peuple ;

Nous, Syndicats du Public, parapublic, du Privé et du Secteur Informel, réunis en Congrès Constitutif,
ce jour jeudi 25 mars 2010 :

1. Décidons de la création, conformément aux textes en vigueur dans la République du Niger,


d’une centrale syndicale dénommée Confédération Générale du Travail, en abrégé CGT-
NIGER ;
2. Démarquons nos actions de défense de la démocratie, de l’Etat de Droit, de la bonne
gouvernance et des libertés fondamentales de toute alliance avec des regroupements des partis
politiques au pouvoir comme à l’opposition afin de préserver au mieux l’indépendance et
l’autonomie de nos prises de position ;
3. Affirmons notre disponibilité à travailler avec les centrales syndicales et organisations de la
société civile nationales, régionales ou internationales qui respecteront notre vision pour un
syndicalisme de masse et non d’élite et pour un monde de paix, de justice et solidarité.
4. Lançons un pressant appel à tous les syndicats soucieux de l’émancipation de leurs membres
pour qu’ils rejoignent nos rangs en vue d’une lutte sincère basée sur la préservation et la
défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs.

Fait à Niamey, le 25 mars 2010

LE CONGRES