Vous êtes sur la page 1sur 1

Une glorieuse stagnation

Alain Cotta, Editions Fayard, 157 p., Paris 2003

Alain Cotta a de la suite dans les idées. Il y a presque trente ans, en 1974, il
publiait Inflation et croissance et soutenait la thèse que les deux phénomènes
étaient intimement liés. « Si on veut juguler l’inflation, professait-il, il faudra
limiter la croissance et donc réduire les investissements ». A l’époque, les
investissements en France représentaient 28 % du PIB. Aujourd’hui, ils en
représentent 14 %, exactement la moitié. L’auteur estime qu’on a été trop loin
et qu’un peu d’inflation ferait du bien. Il l’estime d’autant plus que l’inflation,
favorisant les actifs au détriment des rentiers, ferait fondre le patrimoine des
vieux au profit du revenu des jeunes. Selon lui, un tel transfert serait une
bénédiction en période de déclin démographique. Il permettrait d’atténuer le
conflit qui s’annonce entre générations. Il éviterait que l’euthanasie devienne, en
quelque sorte, une pratique sociale.
Marc Ullmann

Copyright © Club des Vigilants. Tous droits réservés.