Vous êtes sur la page 1sur 25

D. R.

DANS UNE LETTRE OUVERTE AU PREMIER MINISTRE

Les travailleurs de l’Étusa dénoncent les pressions sur le DG P.7

SNVI ROUIBA

Le Premier ministre demande des comptes aux responsables de l’entreprise P.7

IL PERSISTE ET SIGNE DANS SA REVENDICATION

Le Groupe des "19-4" veut rencontrer le président Bouteflika P.4

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

6 000 handicapés

à vie chaque

année P.24

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7096 LUNDI 7 DÉCEMBRE 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

IL S’EST INSURGÉ HIER DANS UN COMMUNIQUÉ Yahia Magha Archives/Liberté Mebtoul se dit “menacé” par
IL S’EST INSURGÉ HIER DANS UN COMMUNIQUÉ
Yahia Magha Archives/Liberté
Mebtoul se dit “menacé”
par le ministre des Finances
P.4
Billel Zehani Archives/Liberté
LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION RÉPOND À LA LETTRE DU GÉNÉRAL TOUFIK Hamid Grine envoyé
LE MINISTRE DE LA
COMMUNICATION RÉPOND
À LA LETTRE DU GÉNÉRAL TOUFIK
Hamid Grine
envoyé au
charbon
Violences, dites-vous,
monsieur le ministre ?
P.2/3
Le RCD, le MSP et Jil
Jadid dénoncent :
“Grine s’exprime en
mercenaire d’un clan
du pouvoir”
Obligation de réserve :
Khalida Toumi fait la
leçon à Grine
Louiza Ammi Archives/Liberté

Supplément Sport

EN DÉPIT DE L’ABSENCE D’UNE POLITIQUE DE FORMATION ET DE CENTRES SPÉCIALISÉS

D’UNE POLITIQUE DE FORMATION ET DE CENTRES SPÉCIALISÉS Les espoirs algériens bousculent la hiérarchie africaine

Les espoirs algériens bousculent la hiérarchie africaine

PIERRE-ANDRÉ SCHÜRMANN

"Nous avons franchi un grand pas pour atteindre notre objectif"

CHERIF EL-OUAZZANI

"Il fallait juste leur faire confiance"

P.13 à 17

EN ATTENDANT SON APPROBATION PAR LES DEUX PARLEMENTS

Accord interlibyen à Tunis pour un règlement politique du conflit P.10

LE D

EN ALGÉRIE

r

OMAR CHAÂLAL EXPLIQUE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

“C’est la conséquence d’activités menées ailleurs” P.11

r OMAR CHAÂLAL EXPLIQUE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE “C’est la conséquence d’activités menées ailleurs” P.11

2

L’actualité en question

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

RÉACTION DE HAMID GRINE À LA LETTRE DU GÉNÉRAL TOUFIK

Violences, dites-vous, monsieur le ministre ?

L’interviewé a usé à profusion du mot “violence”, cité 13 fois. Il a même condamné “toute sorte de violence verbale d’où qu’elle vienne”, en invitant à “nuancer” concernant les partis politiques au pouvoir.

V ingt-quatre heures après la publication de la lettre de sou- tien de l’ex-patron du DRS, le général Toufik, au général-

major Hassan, le ministre de la Communication a réagi sur le site TSA, en l’attaquant de front et en qualifiant sa déclaration d’“extrême- ment violente”. “Je peux même par- ler d’hyperviolence. Les propos du gé- néral Toufik sont d’une extrême vio- lence”, a déclaré Hamid Grine dans l’interview publiée avant-hier, non sans l’accuser de “remettre en cause l’État de droit et la souveraineté du pouvoir judiciaire”. Très regardant sur l’interprétation qu’il donne au contenu de la lettre du général Toufik, pouvant, selon lui, “semer le trouble” et susciter des “dérives”, voire des “dégâts collaté- raux”, le ministre admet, cepen- dant, qu’il n’est pas intéressé de connaître les “motivations” du géné- ral à la retraite. Une attitude qui est loin de s’accorder avec ses appels à la “sagesse” et à la “pondération”, aux

louanges faites à l’expression d’“avis divergents” et à sa propre conviction,

Louiza Ammi/Archives Liberté
Louiza Ammi/Archives Liberté

Hamid Grine parle “d’hyperviolence” concernant la lettre du général Toufik.

quant à l’existence d’une “vraie dé- mocratie” dans le pays. M. Grine s’est aussi contredit en rejetant toute idée de “crise”, puis de reconnaître

la particularité de la situation “sur- tout en cette période”. L’interviewé a usé à profusion du mot “violence”, cité 13 fois. Il a même condamné

“toute sorte de violence verbale d’où qu’elle vienne”, en invitant à “nuan- cer” concernant les partis politiques au pouvoir. “Je n’ai pas entendu les partis de la majorité insulter”, a-t-il affirmé, faisant abstraction de toutes ces attaques violentes et insultes proférées, pendant des mois, par l’ac- tuel secrétaire général du parti FLN, Amar Saâdani. Y compris à l’en- contre de Louisa Hanoune, en sa qualité de chef de parti politique, mais aussi en tant que femme. Ha- mid Grine, qui ne cesse de magni- fier “l’éthique” et “la déontologie”, s’est même permis de qualifier cer- taines formations politiques de “par- tis microscopiques”. À moins de l’avoir programmé dé- libérément, le ministre s’est dévoi- lé malgré lui, en révélant publique- ment son parti pris. D’ailleurs, il a tenu des propos pouvant être assi- milés à une déclaration de guerre, notamment à l’encontre du groupe des 19-4. “Si certains veulent désta- biliser le pays, ils trouveront 40 mil- lions d’Algériens en face”, a averti le ministre, avant d’annoncer son “en- gagement à 100%” à “l’action poli- tique”. Une action qui, dans le

contexte présent, pourrait être com- prise comme un message de ferme- té, sinon comme une contre-offen- sive politique d’un clan du pou- voir… qui est au pouvoir. Une cho- se est sûre, la sortie médiatique de Hamid Grine témoigne de l’impact laissé par la lettre de Toufik, et donc du malaise existant au plus haut sommet du pouvoir. En outre, elle confirme que le choix s’est porté sur le ministre de la Communication qui, désormais, a engagé tout le gouvernement. En plus clair, M. Grine a été choisi pour riposter aux “violences verbales” décochées par l’ex-patron du DRS, le groupe des 19-4 et tous les partis politiques qui ne partagent pas la vision du l’ex- parti unique et du RND. Reste à sa- voir qui des deux plus hauts respon- sables de l’État, le président de la Ré- publique, en sa qualité de ministre de la Défense et chef suprême des ar- mées, ou son vice-ministre de la Dé- fense et chef d’état-major de l’ANP, le général Ahmed Gaïd Salah, a chargé M. Grine de cette mission, dans laquelle ce dernier se sent “un ministre engagé à 100%”.

HAFIDA AMEYAR

LE RCD, LE MSP ET JIL JADID DÉNONCENT

“Grine s’exprime en mercenaire d’un clan du pouvoir”

L’ entretien accordé hier à TSA par le mi- nistre de la Communication, Hamid Grine, a suscité une réaction de désap-

probation de la part de l’opposition, notam- ment les partis de la CLTD, qui n’ont pas été épargnés par les attaques et les leçons de mo- rale du ministre. “Loin de toute intention de positionnement clanique que je rejette, je considère que le choix de sa sortie, globalement, est à classer dans le registre des guerres de clans qui font rage au sommet de l’État”, juge, en ef- fet, Athmane Mazouz, porte-parole du RCD, qui qualifie les propos du ministre de “mépri- sables”. En plus, ajoute-t-il, “il est un mauvais exemple pour donner une quelconque leçon à quiconque”. Commentant ses propos plutôt moralisants adressés au général Toufik, M. Mazouz rappelle que “lui (Grine) aussi veut se substituer à la justice, une justice souvent ins- trumentalisée au gré du maître du moment”. Cela non sans regretter que “tant que la jus- tice demeure soumise aux ordres, ses décisions iniques, pour notre part, seront tout le temps dénoncées”. Le porte-parole du RCD ne s’ar- rête pas là. Il en veut aussi à M. Grine de s’être attaqué violemment aux partis de l’opposition qui ne siègent pas à l’Assemblée alors que lui, accuse-t-il, “siège en mercenaire dans un gou- vernement qui fait subir la violence au quoti- dien à tout un peuple”. Le porte-parole du RCD regrette, en outre, que le ministre de la Communication “feint aussi d’ignorer certains médias de son secteur qui ne cessent de verser dans l’insulte, la diffamation et la violence ver- bale sans qu’il puisse broncher et les rappeler à l’ordre”. Pour le représentant du RCD, M. Grine “n’a aucune légitimité pour juger du

poids des partis politiques tant que toutes les élections sont trafiquées et que la fraude demeu- re, pour lui et ses semblables, leur seul levier pour une survie politique”. D’où sa conclu- sion accablante : “Hamid Grine a, une fois de plus, raté une occasion de se taire. L’allégean- ce ne doit pas l’obliger à verser dans le merce- nariat pour plaire aux maîtres du moment.” Même son de cloche chez son “camarade” de la CLTD, à savoir Abderrezak Makri, prési- dent du MSP, qui, pour sa part, estime éga- lement que le ministre “est au service d’un groupe au sein du pouvoir” et sa réaction s’ins- crit donc dans le sillage de la “lutte des clans”. M. Makri reste, néanmoins, convaincu que “si le général Toufik était encore en poste, M. Gri- ne n’aurait jamais osé s’exprimer avec tant de violence à son encontre”. À son tour, Soufiane Djilali, président de Jil Jadid, juge que la sortie de Hamid Grine a pour leitmotiv de jeter davantage de confusion dans le contexte actuel caractérisé par le “délabre- ment des institutions”. “Les institutions du pays sont dans un tel état de délabrement que tou- te voix qui apporte de la confusion est la bien- venue”, a-t-il dit. Or, souligne-t-il, il aurait été plus judicieux que “les décideurs prennent la situation à bras-le-corps et que le président Bou- teflika assume ses échecs”. “Qu’on arrête de jouer avec l’avenir de l’État”, alerte M. Djila- li, qui regrette que “le pays vive aujourd’hui dans un désordre généralisé et les gens ayant soutenu le quatrième mandat font pénitence maintenant”. Pour M. Djilali, “le quatrième mandat de Bouteflika est la source de tout ce qui se passe aujourd’hui dans le pays”.

FARID ABDELADIM

Publicité

de Bouteflika est la source de tout ce qui se passe aujourd’hui dans le pays” .

F.2034

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

L’actualité en question

3

LE MINISTRE DE LA COMMUNICATION RÉPOND À LA LETTRE DU GÉNÉRAL TOUFIK

Hamid Grine envoyé au charbon

Si c’était réellement le commentaire d’une décision de justice qui fait ainsi monter au front Hamid Grine, que n’a-t-il donc pas fait montre de sa “vigilance” lorsque le général Nezzar avait posté son commentaire ?

C’ est finalement le ministre de la Communication, Hamid Grine, qui signe la réac- tion à la déclara-

tion publique du général Toufik,

patron du DRS à la retraite, que d’au- cuns avaient plutôt attendue de chez

le secrétaire général du FLN, Amar

Saâdani. La réaction est venue sous forme d’un entretien au journal électronique TSA. Un entretien dans lequel le ministre de la Communi-

cation reproche, en substance, au gé- néral Toufik de manquer à la sages-

se qui devait seoir à son rang, le te-

nant notamment pour coupable d’une déclaration “extrêmement vio- lente” qui pourrait avoir des “dégâts collatéraux sur la société algérienne”. La réaction, assumée par Hamid Grine comme étant celle du mi- nistre de la Communication que “des situations, des termes et des prises de positions révoltent”, enga- ge le gouvernement sinon totale- ment, en tout cas plus que ne l’aurait engagé une réaction de Saâdani qui

a tendance, ces derniers temps, à

s’ériger en porte-parole officieux du

pouvoir. D’ailleurs, il est pour le moins difficilement concevable que Hamid Grine ait, ce coup-ci, agi par lui-même, interpellé qu’il serait par

“l’extrême violence” de la lettre du gé- néral Toufik. D’ailleurs, pourquoi se serait-il plus interpellé par “l’intru- sion médiatique” du général Toufik que d’autres parmi ses collègues au gouvernement ? En quoi se sentirait-

il concerné, lui, par le manquement

Louiza Ammi/ Liberté
Louiza Ammi/ Liberté

au droit de réserve qu’aurait dû ob- server un haut responsable militai-

re à la retraite, alors que si rappel il

devait y avoir, le ministre de la Dé- fense ou le vice-ministre de la Dé- fense sont les plus indiqués pour le

faire ? De l’avis de nombre d’obser- vateurs de la scène politique natio- nale, cela ne peut être que le pouvoir dans ce qu’il compte comme cercles de décision qui a choisi de confier la délicate mission de réagir au ministre de la Communication, dont le ton

cache mal l’œuvre d’une main ex- perte rompue aux coups de som- mation. La réaction signée par Ha- mid Grine trahit l’impact provoqué

par la forte magnitude de la secous-

se qu’a constituée la déclaration du

Le MDN est le mieux indiqué pour rappeler à l’ordre un haut responsable militaire.

général Toufik et laisse entrevoir des signes de frayeur. Car, si c’était réel-

lement le commentaire d’une déci- sion de justice qui fait ainsi monter au front Hamid Grine, il avait d’autres occasions de faire montre de sa “vigilance”. Il n’avait pas à attendre la sortie publique du général Toufik pour se montrer outré. Il avait, par au moins trois fois, l’occasion de s’illustrer dans pareille posture. D’abord lorsque deux avocats du col- lectif de défense du général Hassan, condamné à 5 ans de prison ferme

par le tribunal militaire d’Oran, s’étaient relayés non seulement pour commenter la décision du tribunal, mais ont aussi livré, l’un en confé- rence de presse et l’autre dans une tribune médiatique libre, le secret du huis clos qui a été décidé pour le pro- cès. Il y a eu ensuite le commentai- re encore plus engagé de l’ancien mi- nistre de la Défense, le général Kha- led Nezzar. Réagissant quasi promp- tement au verdict prononcé dans le procès du général Hassan, ce dernier a dénoncé une sentence “criminelle

et infamante”. D’aucuns auront noté que ce commentaire du général Nezzar n’a pas offusqué le ministre de la Communication. En tout cas, il ne lui a pas inspiré de lui rappeler “qu’on ne commente pas une décision de justice”, comme il l’a fait pour le général Toufik. Cela en raison, vrai- semblablement, des portées de l’un et l’autre commentaire. C’est ce qu’on comprend à travers cette af- firmation de Grine qui soutient qu’“en contestant la justice, l’ex-offi- cier supérieur remet en cause l’État de droit et la souveraineté du pouvoir ju- diciaire” ou encore cette autre dans laquelle il fait observer que “si un homme de son statut (le général Toufik, ndlr) dénonce la justice, com- ment empêcher un jeune qui n’a pas la conscience du général Toufik de ne pas commettre de dérives ?” Cette ex- trapolation du ministre de la Com- munication suppose une culpabili- té, sinon directe, du moins par in- advertance du général Toufik dans ce qui pourrait survenir comme dé- rives. Aussi, on peut s’empêcher de poser la question légitime de savoir à quoi la réaction du ministre de la Communication est-elle le prélude. Dès la nuit de samedi à dimanche, la rumeur autour de l’interpellation et des poursuites qui seraient engagées contre le général Toufik a fait le tour des réseaux sociaux.

SOFIANE AÏT IFLIS

L’ÉDITO

PAR SAÏD CHEKRI

OBLIGATION DE RÉSERVE

Khalida Toumi fait la leçon à Grine

“J e m’attendais à ce qu’il soit

choqué par les insultes profé-

rées contre Louisa Hanou-

ne. Je m’attendais à ce qu’il s’expri- me contre cette violence faite à une femme. Mais il n’a rien dit”, a dé- ploré, hier, l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, à propos du contenu de l’entretien accordé par le ministre de la Communica- tion, Hamid Grine, au journal élec- tronique Tout sur l’Algérie (TSA) et où il qualifie les propos du général Toufik de “violence extrême”. Avant de faire la leçon au ministre de la Communication sur l’obliga- tion de réserve chez les hauts res- ponsables de l’État, Khalida Toumi s’est d’abord permis de le corriger, affirmant qu’à ce propos, “on parle d’obligation de réserve et non de droit de réserve”. “La réserve est une obligation, et non un droit”, assène,

à ce sujet, M me Toumi, estimant, pré- cisément, que c’est plutôt le ministre de la Communication qui a en- freint à l’obligation de réserve, car il n’a pas le droit de parler d’une affaire de justice du moment qu’il est

membre de l’Exécutif. “La justice est indépendante de l’Exécutif, et ça, c’est la Constitution qui le consacre. De ce fait, aucun membre du gou- vernement ne peut parler d’une af-

faire de justice. Il y a séparation des pouvoirs”, explique-t-elle. Quant au fond de la question,

M me Toumi estime que la lecture de

la lettre du général Toufik permet de

voir qu’il n’y a, à aucun moment, transgression de l’obligation de ré- serve. “Le général Mohamed Me- diène ne donne aucune information sur le contenu de l’opération pour la- quelle le général Hassan a été condamné”, relève-t-elle, louant, au passage, la prise de position de l’ex- patron du DRS en faveur du géné- ral Hassan. “Les responsables pour lesquels j’ai du respect sont ceux qui protègent leurs éléments”, assure-t-

elle, tout en se défendant d’être elle

et les autres membres du Groupe des

19-4 parrainés par l’ex-chef du DRS. “Ce serait une insulte à notre intel- ligence, à notre parcours, à notre pas- sé militant…”, lâche-t-elle.

H. S.

Redresseur de torts en mission

I l n’a sans doute pas fini de professer sur la déontologie de la pres- se, lui qui, tout en appelant à l’émergence de la vertu professionnelle, avait pu, alors qu’il venait d’être appelé au gouvernement, user d’un

Celui qui vient de monter au

front a beau nous jurer qu’il est animé

d’une

“conviction à

100%”,

personne n’est

dupe au point de croire qu’il a agi de son propre chef et qu’il n’a pas été

envoyé au charbon par

qui de droit.

“Qui de

droit”,

chez nous, ce n’est

pas forcément le chef hiérarchique ou la tutelle

institutionnelle ou constitutionnelle, mais plutôt le chef de clan.

C’est déjà assez grave. Y

compris pour l’éthique.”

pseudonyme pour commettre un papier dithyrambique sur tel ou tel personnage du pouvoir, voire sur le ministre de la Communication… qu’il était. Mais, depuis deux jours, il semble avoir été commis d’office pour une mission d’urgence : répondre à la lettre du général Toufik, et, puis- qu’on y est, répandre le sens de la bienséance et de la responsabilité au sein de l’opposition qui partagerait avec l’ex-patron du DRS un cer- tain goût de la “violence verbale”. La sortie surprenante du chantre du “cercle vertueux” appelle deux re- marques, au moins, l’une de forme, l’autre de fond. Dans la forme, c’est à l’évidence au nom du gouvernement qu’il s’est exprimé, dans un média électronique, dans une interview mise en ligne samedi soir, soit quelques heures après “l’intrusion médiatique” du plus secret des généraux algériens. Il est encore plus évident qu’aucun mi- nistre n’aurait pu investir un terrain aussi miné de sa propre initiati- ve. Celui qui vient de monter au front a beau nous jurer qu’il est ani- mé d’une “conviction à 100%”, personne n’est dupe au point de croire qu’il a agi de son propre chef et qu’il n’a pas été envoyé au charbon par qui de droit. “Qui de droit”, chez nous, ce n’est pas forcément le chef hié- rarchique ou la tutelle institutionnelle ou constitutionnelle, mais plu- tôt le chef de clan. C’est déjà assez grave. Y compris pour l’éthique. Quant au fond, c’est un peu plus grave : le ministre, qui nous ressasse cette absurdité au nom de laquelle on ne devrait pas commenter les décisions de justice, ne se gêne pas pour se prendre pour… la justice. Et même pour une justice à deux vitesses. C’est ainsi qu’il condamne la “violence” de l’opposition, sans l’étayer, encore moins la démontrer, et encense franchement les partis du pouvoir dont il est sans doute le seul à n’avoir pas entendu les extravagances, dont certaines, carrément misogynes, commises de toute fraîche date. Moralité : quand on s’érige en redresseur de torts, il ne faut pas être missionné. n

4

L’actualité en question

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

IL PERSISTE ET SIGNE DANS SA REVENDICATION

Le Groupe des “19-4” veut rencontrer le président Bouteflika

La moudjahida Zohra Drif-Bitat a, pour sa part, réaffirmé la détermination du groupe à poursuivre sa démarche, malgré toutes les attaques et les provocations dont ses membres ont été victimes.

M aintenir la revendication relative à une rencontre avec le président de la Ré- publique et de la mobilisa- tion et extension, dans un deuxième temps, de l’espa-

ce lié à cette initiative pour permettre à tous ceux qui s’y reconnaissent de s’exprimer. Ce sont là les deux principales décisions prises par les animateurs du Groupe dit des 19-4, auteur de la demande d’audience adressée le 1 er no- vembre dernier au chef de l’État, à l’occasion de la réunion tenue au siège du Parti des tra- vailleurs. Cinq personnalités, qui s’expriment au nom du groupe, ont animé hier une confé- rence de presse tendant à établir une évalua- tion de l’initiative un mois après son lancement. Et si la démarche a permis, selon le président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH), Boudjema Ghechir, “d’ouvrir le débat au sein de la société”, le grou- pe tient, visiblement, à prendre ses distances vis-à-vis de l’opposition puisqu’il a été décidé de décliner l’invitation aux travaux de la Co- ordination nationale pour les libertés et la tran- sition démocratique (CNLTD), tel qu’envisa- geait de le proposer le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali. “Nous respectons leur dé- marche, mais nous n’assisterons pas à leur ren- contre. Notre initiative est, certes, politique, mais pas partisane. Notre démarche est, avant tout, citoyenne. Le changement ne peut venir que de

la société”, argue M e Ghechir qui veut pour

Billel Zehani/Liberté
Billel Zehani/Liberté

Le groupe des “19-4” a tenu hier une conférence de presse pour faire le point sur son initiative.

preuve la composante hétéroclite politique- ment et idéologiquement du groupe. Le pré- sident de la LADH révèle ainsi que l’écho qu’a eu l’initiative a dicté aux membres du groupe de réfléchir à étendre cet espace à tous ceux qui n’ont pas pu signer la lettre du 1 er novembre “pour leur permettre d’exprimer leur citoyen- neté”. “Certes, nous n’allons pas nous précipi- ter. Nous ne savons pas quand cela se fera, mais nous devons aller à cet espace”, assure M e Ghe-

chir. Commentant la condamnation du géné- ral Hassan à une peine de 5 ans de prison,

M e Ghechir a dénoncé ce qu’il appelle “le ju-

ridisme” qui fait qu’on se réfère aux lois, mais

jamais à la morale. “Les cadres doivent, bien sûr, rendre des comptes, mais nous devons respec- ter leur droit à un procès équitable”, estime-t-

il, considérant que la lettre du général Toufik

a confirmé les craintes exprimées dans la

lettre du 1 er novembre quant au sort réservé aux

cadres de l’État. La moudjahida Zohra Drif-Bi- tat a, pour sa part, réaffirmé la détermination du groupe à poursuivre sa démarche, malgré toutes les attaques et les provocations dont ses membres ont été victimes. “Nous sommes dé- cidés à poursuivre l’alerte et à être aux aguets contre ceux qui veulent porter atteinte à notre pays”, tonne-t-elle, tout en n’omettant pas de dénoncer le sort réservé aux hommes qui ont servi loyalement le pays, dans une allusion aux procès faits à certains officiers supérieurs. “Personne n’a le droit de clouer au pilori des hommes qui se sont sacrifiés pour le pays”, as- sène-t-elle. Prenant la parole, la secrétaire gé- nérale du Parti des travailleurs, Louisa Hanou- ne, visiblement très affectée par les attaques du patron du FLN, a estimé que “ceux qui de- vraient se trouver en prison, ce n’est pas le gé- néral Hassan, mais Chakib Khelil et ceux qui veulent brader le pays par tous les moyens”. La SG du PT assure que le président Boutefli- ka l’a assurée, en 2014 que le dossier du géné- ral Hassan avait été définitivement classé. “Ce n’est certainement pas lui (le Président) qui l’a sorti aujourd’hui”, estime-t-elle, dénonçant “la criminalisation du patriotisme pendant que les vrais criminels sont en liberté”. M me Hanoune révèle, enfin, que des députés, y compris certains du FLN, ont pris l’initiati- ve de saisir le Conseil constitutionnel par rap- port aux dérives qu’a connues l’adoption de la loi de finances 2016.

HAMID SAÏDANI

IL S’EST INSURGÉ HIER DANS UN COMMUNIQUÉ

Mebtoul se dit “menacé” par le ministre des Finances

C urieux comportement que celui du ministre des Fi- nances, qui vient de menacer

un économiste et lui intimer l’ordre de ne plus jamais s’exprimer sur la chose économique sans passer par lui ! Le ministre des Finances n’a pas réagi au tollé général suscité par le projet de loi de finances et des cris d’indignation des députés de l’oppo- sition contre le coup de force opéré au sein de l’APN pour faire passer le texte. Les faits sont relatés par l’éco-

nomiste Abderrahmane Mebtoul, dans une lettre adressée à notre quotidien. “Le 6 décembre à 8h53, le ministre des Finances m’a téléphoné avec des propos à peine voilés de ‘me- naces’ me sommant presque de me taire, de me référer à lui lorsqu’il s’agit du ministère des Finances et que, se- lon ses propos, ‘mes contributions n’étaient pas dignes d’un expert’.” L’appel du ministre des Finances n’a pas intimidé l’économiste. Bien au contraire, Abderrahmane Mebtoul

a tenu à rendre public le contenu de la communication téléphonique. “J’ai tenu à lui (le ministre des Fi- nances) rappeler que je suis un hom- me libre, indépendant et non un fonctionnaire à ses ordres et qu’il ap- partenait à la communauté scienti- fique nationale et internationale de me juger. J’ai tenu surtout à le rassu- rer, (les autorités du pays étant au courant), que je ne convoite ni son poste ni aucune fonction ministériel- le, mon seul objectif : les intérêts su-

ELLE APPELLE À UNE RECONNAISSANCE DES DROITS DES DÉPORTÉS ALGÉRIENS EN NOUVELLE-CALÉDONIE

Une association interpelle les hautes autorités de l'État

L’ Association des familles des déportés en Nou- velle-Calédonie en 1874 a organisé, samedi, une journée d'information à l'APC de Draâ El-

Mizan, à une quarantaine de kilomètres de Tizi Ouzou. Dans son intervention, Ahcène Belarbi, président de l’as- sociation, a regretté que dans l'histoire contemporaine de l'Algérie aucune page n'est consacrée à ces pionniers de l'insurrection de 1871. Il a saisi cette occasion pour interpeller les hautes au- torités du pays à donner à ces déportés un statut com- me les autres martyrs de la guerre de Libération natio- nale. “Nous adresserons une lettre à Son Excellence le pré- sident de la République et une autre au ministre des Moudjahidine dans laquelle cette revendication sera for- mulée”, a-t-il clamé devant l'assistance. Par ailleurs, M. Belarbi a dressé un parallèle entre eux et tous ceux qui, à un moment ou à un autre, se sont sou- levés pour exiger l'indépendance du pays. “Y a-t-il une différence entre les insurgés de 1871 et ceux de 1945 ou de 1954 ? Ils avaient tous le même idéal. Ils voulaient li- bérer le pays du joug colonial. Donc, nous exigeons que les déportés en Nouvelle-Calédonie aient le statut qui leur

revient dans leur pays”, a-t-il estimé. L'orateur a insis- té également sur une autre demande, celle d'accorder aux descendants des déportés qui vivent en Nouvelle-Calé- donie un passeport algérien et de les aider à revenir dans le pays de leurs ancêtres sans aucune restriction admi- nistrative. Ahcène Belarbi a enfin émis le vœu de se rendre dans ce pays lointain pour rencontrer les descen- dants des déportés. “J'ai un certificat d'hébergement et je n'attends que le visa pour aller à leur rencontre”, a-t- il annoncé en marge de la rencontre. Pour rappel, le 1 er septembre 1874, 140 Algériens issus de toutes les régions du pays allant de la Kabylie jusqu'à Ouargla ont été dé- portés en Nouvelle-Calédonie, car considérés comme des rebelles dangereux menant des actions contre les inté- rêts de la France coloniale. Ils sont arrivés dans ce département d'outre-mer, le 18 juin 1875, après un voyage de 140 jours à bord du ba- teau “Le Calvados”. Ils n’ont été amnistiés qu'en avril 1895 pour être finalement libérés le 22 août 1895. Cer- tains d'entre eux ont regagné l'Algérie, alors que d’autres sont restés en Nouvelle-Calédonie.

O. GHILÈS

périeurs de l’Algérie.” Mieux encore, le professeur Mebtoul a affirmé au ministre qu’il ne tolérait de me- naces de personne et que ses écrits ne s’adressaient pas à la personne du ministre, mais se référaient à ses propres déclarations “l’objectif étant d’éclairer l’opinion publique pour un débat contradictoire utile au pays”. L’économiste, qui a déjà eu à exer- cer des fonctions au sein de l’État, de- puis 1974, affirme son respect pour les institutions et dit ne pas confondre entre “la notion de l’État et les susceptibilités personnelles”. Pour lui, en ces moments de crise économique, “le pays a besoin de sé- rénité, personne n’a le monopole de la vérité et du nationalisme”. Tout en se disant prêt à un débat utile avec le ministre des Finances, il rappelle- ra que ce dernier usait, par le passé, de la liberté de parole et espère qu’il pourra respecter les idées des autres.

Contacté par nos soins pour avoir sa version des faits, le ministre des Fi- nances restait injoignable durant toute la journée. “Il est très occupé au- jourd’hui. On ne peut pas le déran- ger”, nous dit-on. Les faits, tels que relatés par Abderrahmane Mebtoul, constituent un agissement grave de la part d’un ministre de la Répu- blique et rappellent l’épisode Laâbi- di-Hanoune où l’ex-ministre de la Culture, n’ayant pas apprécié les dires de la secrétaire générale du Par- ti des travailleurs, a envoyé une lettre lui enjoignant de se taire. Au moment où le projet de loi de fi- nances ne cesse de susciter des re- mous, le ministre des Finances au- rait mieux fait de rassurer les Algé- riens, justement, en invitant les ex- perts à débattre des voies et moyens à même de dépasser ce difficile cap, du moins, le traverser avec le moins de dégâts possible.

AZZEDDINE BENSOUIAH

Ooredoo, sponsor exclusif du 5 e Salon national de l’innovation

n Fidèle à son statut d’entreprise fortement impliquée dans les rendez- vous phares des TIC, Ooredoo est le sponsor exclusif de la 5 e édition du Salon national de l’innovation qui se tient du 5 au 7 décembre 2015, au Palais des expositions des Pins-Maritimes à Alger. Organisé sous le haut patronage du ministère de l’Industrie et des Mines, avec la participation de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi), ce 5 e Salon de l’innovation regroupe près d’une quarantaine d’inventeurs exposants et plus d’une vingtaine de PME innovantes. À l’occasion de ce salon, le Prix de la meilleure invention et le Prix national de l’innovation des PME seront décernés par un comité composé de représentants du ministère de l’Industrie, de l’Inapi et de chercheurs, aux projets d’invention déposés auprès de l’Institut national algérien de la propriété industrielle (Inapi) durant la période entre 2014 et novembre 2015. Acteur technologique incontournable, Ooredoo continue toujours de marquer sa présence dans les principaux carrefours d’échanges dédiés aux nouvelles technologies, dans une approche de valorisation de l’innovation et du développement économique notamment du secteur des TIC en Algérie.

LIBERTE Lundi 7 décembre 2015

LE RADAR

L I B E R T E Lundi 7 décembre 2015 LE RADAR DE LIBERTÉ 5

DE LIBERTÉ

5

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

ELLE ABRITERA UN PROGRAMME DE FORMATION ET D’EXERCICE SPÉCIALISÉ AVEC LA MARINE ALGÉRIENNE

La frégate de la marine royale britannique au port d’Alger

frégate de la marine royale britannique au port d’Alger n La frégate de la marine royale

n La frégate de la marine royale britannique “Sa Ma- jesté le Navire Lancaster” sera en visite à Alger du 6 au 8 dé- cembre. Pendant leur séjour à Alger, les membres de l’équipage effectueront un programme de formation et d'exercices spécialisés avec la marine algérienne. Le “Navire Lancaster” héber- gera également la Journée de l'industrie, de la défense et de la sécurité, organisée par l’Or- ganisation britannique du commerce et de l’investisse-

ment, de la défense et de la sé- curité. Les entreprises de la défense britannique ont une réputation internationale ex- ceptionnelle et elles vont ex- plorer comment faire bénéfi- cier l’Algérie de l’expertise britannique en matière de défense et de sécurité. Au cours de ces tâches, les navires de la Royal Navy font escale dans plusieurs ports tout au long de leur route pour in- teragir avec les marines de nos partenaires, de favoriser les re- lations et d'améliorer la sé-

curité maritime et l’engage- ment de défense. Au cours de ce déploiement, le “Navire Lancaster” a navigué au-delà de 27 000 miles nautiques et a voyagé dans quatre conti- nents. L’ambassadeur britan- nique en Algérie, Andrew Noble, a déclaré que “la visi- te du ‘Navire Lancaster’ à Al- ger démontre le renforcement des relations stratégiques entre le Royaume-Uni et l'Algérie et nos préoccupations communes de sécurité, ainsi que nos liens commerciaux approfondis”.

IL EST CONSULTANT SUR UNE CHAÎNE SATELLITAIRE PRIVÉE

HHC animera une émission de divertissement

n Hamraoui Habib Chawki ou HHC, l’ancien directeur général de l’ENTV et ancien ministre de la Culture et de la Communication et aussi ambassadeur d’Algérie en Roumanie, annonce son retour sur les plateaux de télévision. Après avoir été désigné consultant pour une chaîne de télévision privée, il animera une émission de divertissement. Cette dernière, qui sera

diffusée sous le titre “Sois Président”, traitera du quotidien vécu par les citoyens et abordera divers sujets où l’invité tiendra le rôle de président (HHC n’a pas précisé s’il s’agit du président de la République ou celui de l’APC). Il sera confronté à ses concitoyens-invités du jour parmi la jeune génération qui aura toute latitude de lui poser des questions.

CANDIDAT AUX PRIMAIRES DES RÉPUBLICAINS POUR LA PRÉSIDENTIELLE DE 2017

Alain Juppé mandate Stefanini comme son représentant pour l'Algérie

n Dans une lettre qu’il lui a adressée au mois de no- vembre dernier, Alain Juppé, postulant aux primaires des Républicains pour la prési- dentielle française de 2017, désigne Laurent Stefanini à la présidence d’un comité de soutien à sa candidature qui aura pour zone de com- pétence : l’Algérie. L’ancien Premier ministre sous le mandat de Jacques Chirac motive sa décision par une volonté de mobiliser les électeurs français établis à l’étranger. “Aujourd’hui, alors que nos compatriotes qui vivent à l’étranger sont plus de 2 millions et que leur nombre ne cesse d’augmenter, plus de 34% au cours des dix

nombre ne cesse d’augmenter, plus de 34% au cours des dix dernières années, il me paraît

dernières années, il me paraît nécessaire d’engager de nou- veaux chantiers : faire rayon- ner cet extraordinaire outil d’influence qu’est l’enseigne- ment français à l’étranger ; adapter le service public

consulaire et diplomatique aux attentes des citoyens ; tra- vailler sur un traitement fis- cal équitable ; protéger les fa- milles en cas de rupture pro- fessionnelle…” Alain Juppé informe Laurent Stefanini, ancien chef du protocole de l’Élysée, qu’il recevra bientôt “un document récapitulant les contours de votre mis- sion afin de permettre un fonctionnement optimal de votre comité. L’objectif ultime est celui de recruter des sympathisants prêts à se mo- biliser en vue des Primaires qui auront lieu les 20 et 27 novembre 2016 et qui se- ront ouvertes à tous les Fran- çais inscrits sur la liste élec- torale consulaire”.

INVESTISSEMENT TOURISTIQUE À ADRAR

Les promoteurs dénoncent les blocages

À ADRAR Les promoteurs dénoncent les blocages aux dis- cours euphoriques des pou- voirs publics, à

aux dis-

cours euphoriques des pou- voirs publics, à leur tête le mi-

nistre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, Amar Ghoul, l’in-

touristique,

vestissement

principalement

les

régions du Sud, reste la proie

n Contrairement

dans

tent avec des projets étudiés et des dossiers ficelés. Depuis

ils reçoivent la

des années,

respon-

sables

tents : “Le dossier est en pha-

se de signature.” En attendant,

les

succè-

dent sans que les régions du

même réponse des

des services compé-

hautes saisons se

de blocages

administratifs

Sud

mettent

à profit

les

inexpliqués.

grandes potentialités qu’elles

de certains

promoteurs, porteurs de pro- jets intéressants pour la pro-

Il

en

est ainsi

recèlent en matière de tou-

risme réceptif, tel

fendu par Amar Ghoul de-

dé-

que

motion

rien et le développement so-

cioéconomique des villes du

du tourisme

saha- puis sa prise de fonctions à la

tu-

telle. La situation décourage

tête

du département

de

sud et de

l’extrême-sud du

énormément les investisseurs

pays,

dont Adrar

et

sa ma-

locaux, freinés

dans leurs

gnifique oasis

rouge

Timi-

ambitions

au moment

où,

moun, qui sont confrontés à

paradoxalement,

le gouver-

autorités

locales qui

écho à leur sollicitude. Pour

ne donnent pas

l’indifférence des

promet d’accorder

nement

des facilitations

riens établis à l’étranger qui

Algé-

aux

l’information,

ces

investis-

souhaitent investir

dans

le

seurs potentiels

se

présen-

tourisme saharien.

FONDATION ZINEDINE-ZIDANE

Une ambulance médicalisée offerte aux handicapés d'Aghbalou

n La fondation caritative de Zinedine Zida- ne vient de faire don d'une ambulance mé- dicalisée à l'Association des personnes handicapées de la commune d'Aghbalou (est de Bouira). Cette ambulance est un vé- ritable hôpital ambulant où les personnes à

mobilité réduite pourront être transportées et recevoir les soins de première nécessité. M. Saâdi Toutou, membre de ladite fondation, s'est déclaré “très fier” d'apporter cette aide symbolique aux handicapés de la région.

ARRÊT SUR IMAGE

La Police nationale éduque les écoliers au code de la route.

Liberté
Liberté

6

L’actualité en question

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

BENGHEBRIT À OUARGLA ET À TOUGGOURT

“Le directeur d’école a un rôle pivot”

Pour la ministre de l’Éducation, le directeur de l’établissement est le lien essentiel dans l’opération de concrétisation de la politique du secteur de l’éducation.

L a ministre de l’Éduca- tion nationale, Nouria Benghebrit, était en vi- site de travail de deux jours à Ouargla et à Touggourt où elle a vi-

sité plusieurs établissements sco- laires. Dès son arrivée à Ouargla, sa- medi, la ministre a rencontré au siè- ge de la wilaya les directeurs des éta- blissements scolaires des trois paliers, les responsables de l’éducation de la wilaya et des syndicats. Lors de cette rencontre, les autorités locales ont donné un aperçu global sur la situation de ce secteur, no- tamment le problème de la sur- charge des classes, la carence en matière d’établissements scolaires, ainsi il faudra au moins 4 CEM et 4 lycées pour remédier définitivement à ce problème. En plus du manque de cantines scolaires et que 15% des établissements scolaires servent

APS
APS

La ministre de l’Éducation était hier en visite à Ouargla.

des repas froids aux élèves. En re- vanche, les autorités ont apprécié les projets d’envergure relatifs à la réa- lisation des écoles supérieures pour la formation des enseignants ainsi que la création de 14 classes spéciales

que le personnel de l’éducation des responsables du secteur au niveau lo- cal. “Le directeur de l’établissement est le lien essentiel dans l’opération de concrétisation de la politique du sec- teur de l’éducation. Il doit adopter, durant sa mission, des méthodes contemporaines basées sur l’ouver-

En réponse à la question sur les conditions du déroulement des exa- mens du baccalauréat de cette année qui coïncideront avec le mois de Ra- madhan et les grandes canicules, la ministre a promis de prendre toutes les mesures nécessaires pour le bon déroulement de ces épreuves et a ins-

ture, la communication et le travail collectif en synergie avec les autres partenaires”, a-t-elle insisté. À la

truit les autorités locales, dont le wali d’Ouargla, de régler ce problème le plutôt possible. Au niveau de l’éco-

question d’introduire un décalage

le

primaire Ben-Lamnouar 01, dans

des dates de la rentrée et de fin

la

commune de Zaouia Labidia, la

d’année scolaire à cause des grandes chaleurs dans le Sud, la ministre ré- pondra que cela est possible à condi- tion que l’élève perçoive un volume horaire équivalant à la moyenne

ministre a visité la classe des 9 en- fants handicapés encadrés par 2 éducatrices engagées par le centre médico-pédagogique pour enfants inadaptés de Touggourt.

annuelle de 36 semaines. À Toug-

M

me Benghabrit a, également, pro-

gourt, M me Benghebrit a inspecté le chantier de réalisation d’un lycée d’une capacité de 600 places péda- gogiques dans la daïra de Mégarine,

cédé à l’inauguration de deux lycées d’une capacité d’accueil de 928 places pédagogiques dans les daïras de Touggourt et de Timacine.

inscrit en 2013.

AMMAR DAFEUR

pour les 104 élèves handicapés. La ministre a insisté, dans son inter- vention, sur le rôle que doit jouer le chef de l’établissement dans le rap- prochement de l’élève de son pro- fesseur et de l’administration, ainsi

SANTÉ

Convention de jumelage entre le CHU de Constantine et l’hôpital d’El-Meghaïer (El-Oued)

U ne convention de jumelage a été si- gnée, hier, à Constantine, entre les responsables du Centre hospitalo-

universitaire (CHU) de Constantine et l’Éta- blissement public hospitalier (EPH) d’El- Meghaier (El-Oued). Lors de la cérémonie de signature de la convention par les directeurs

des deux établissements, Kamel Benyessaâd et Laïd Dib, le directeur du CHU de Constanti- ne a indiqué, en présence de cadres des deux hôpitaux, qu’au terme de cet accord, la po- pulation d’El-Meghaïer profitera des soins spé- cialisés prodigués par le CHU qui répondra, également, aux besoins que les responsables

TRANSPORT

de l’EPH viendraient à exprimer. Les méde- cins de l’EPH d’El-Meghaïer bénéficieront de formations de recyclage par le biais de la té- lémédecine, a indiqué M., Benyessaâd, préci- sant que les champs d’intervention contenus dans cette convention concernent la chirur- gie, l’orthopédie traumatique, les grands brû-

Arrêt des travaux de la ligne ferroviaire Hassi Mefsoukh-Mostaganem

L es travaux de réalisation de la ligne ferroviaire reliant Hassi Mef- soukh (Oran) à Mostaganem sur une distance de 55,5 km ont été arrêtés au niveau de la zone humide “Mactaâ” pour des rai-

sons techniques, a-t-on appris, hier, auprès de la wilaya de Mostaga- nem. Selon la même source, les travaux ont été interrompus au niveau de la zone humide Mactaâ pour raisons techniques, alors qu'il était ques- tion de la réalisation d'un ouvrage d'art selon la première étude éta- blie, a-t-on expliqué. L'agence régionale des études et réalisations fer- roviaires a présenté dernièrement une étude pour la réalisation d’un

couloir sur 2 km afin d’éviter la zone humide d'El-Mactaâ, en atten- dant son approbation par les services de la wilaya de Mostaganem. Les travaux seront entamés après achèvement des procédures admi- nistratives, a-t-on ajouté. Lancé depuis deux ans, le projet de ligne fer- roviaire est confié à trois sociétés nationales pour une autorisation de programme de 26 milliards de dinars. Les délais de réalisation sont fixés à 48 mois. Ce projet, qui offre actuellement quelque 500 emplois, por- te sur la réalisation de stations à Ayayda, Bethioua, Mers El-Hadjadj (Oran), Stidia et Hassi Mameche (Mostaganem).

APS

ELLE A FAIT L’OBJET D’UN SÉMINAIRE À BÉJAÏA

Plaidoyer pour l’institutionnalisation de la télémédecine

“L a télémédecine en Algé- rie, état des lieux et les perspectives” a été le

thème d’un séminaire qui s’est dé- roulé le week-end au campus d’Aboudaou. Organisée par la Société algérienne de télémédeci- ne et e-santé (SATeS), en colla- boration avec la faculté de méde- cine de Béjaïa, la rencontre a été une occasion pour les praticiens, étudiants et autres chercheurs d’échanger, de discuter des voies et moyens pour promouvoir la té- lémédecine en Algérie, mais aus- si plaider pour l’institutionnali- sation de cette pratique. C’est à ce titre que plusieurs ex- périences dans le domaine de la télémédecine ont été présentées. Il s’est agi notamment de l’apport

du téléphone portable dans l’ac- cès aux soins, l’usage de la télé- conférence entre les hôpitaux, la plateforme de télémédecine, le dossier médical électronique, la minimisation des erreurs de dia- gnostic grâce à la télémédecine, le e-learning ou la formation à dis- tance, ainsi que l’usage des nou- velles technologies de l’informa- tion et de la communication (Ntic) dans l’échographie, l’acci- dentologie pédiatrique, la radio- logie, etc “Au regard de l’immensité de notre territoire, la télémédecine devient une solution et une nécessité pour offrir des soins de qualité, même dans les zones enclavées”, a expli- qué le secrétaire général de la So- ciété algérienne de télémédecine,

le P r Mohamed Zeroug, en mar- ge de la rencontre. Selon lui, “c’est dans ce but que la Société algé- rienne de télémédecine et e-santé (SATeS) qui réunit l’ensemble des médecins, chercheurs et autres in- tervenants dans le domaine de la santé est créée”. Et d’expliciter qu’actuellement, la télémédecine figure parmi les premiers objectifs du ministère de la Santé et “des campagnes d’in- formation et la sensibilisation sur la télémédecine sont menées chez l’ensemble des intervenants en matière de santé pour aller vers cet objectif”. Abondant dans le même sens, l’ancien ministre des TIC, Moussa Benhamadi, présent pour l’occasion, a estimé, pour sa part, qu’“il faut parler d’obligation

s’agissant de la télémédecine”. Selon lui, “il faut aller vers un cadre légal et obliger les entités mé- dicales à aller vers cette pratique, pour une plus grande équité dans la disponibilité des spécialistes à travers tout le territoire natio- nal”. Mettant l’accent sur la forma- tion, il expliquera qu’il est deve- nu nécessaire d’aller vers une “approche systémique” dans l’usa- ge de la télémédecine. À la ques- tion de savoir si la technologie en Algérie est à même de répondre aux besoins de la télémédecine, M. Benhamadi dira : “La techno- logie, nous pouvons l’avoir, mais il faut juste qu'on s'organise.”

H. KABIR

lés, les maladies infectieuses et l’oncologie. Au terme de cette intervention, une mission du CHU composée de médecins chefs de servi- ce spécialisés se rendra incessamment dans la wilaya d’El-Oued pour identifier les besoins de l’EPH avant l’élaboration d’un plan d’action qui permettra d’entamer le travail de terrain. Cette convention prévoit, notamment, la pri- se en charge sur site (à El-Meghaïer) des pa- thologies lourdes pouvant être traitées sur pla- ce et le déplacement au CHU des cas graves nécessitant d’être traités à Constantine, a précisé, à l’APS, le P r Rachid Djemam, médecin chef de service du centre des grands brûlés du CHU de Constantine.

APS

LES TRAVAUX ONT ÉTÉ LANCÉS EN 1995

Le nouveau port enfin inauguré à El-Tarf

n Le nouveau port d’El-Kala a été inauguré, hier, par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, M. Ferroukhi. Les travaux de cet important projet, espoir de tous les marins de la région, ont commencé en 1995 et il a connu de nombreux arrêts. Le ministre a, par ailleurs, présidé une rencontre régionale regroupant 25 wilayas, au niveau de l’université, et qui avait pour objectif de mettre en valeur le potentiel hydraulique existant et qui n’est pas exploité à sa juste valeur. “L’État a mis tous les moyens dont il dispose entre les mains des gestionnaires de ces secteurs stratégiques pour que ce potentiel vienne au secours de nos agriculteurs, mais le constat sur le terrain est peu reluisant”, dira le ministre en mettant en exergue l’objectif de l’État qui est d’atteindre, d’ici à 2016, une superficie irriguée de deux millions d’hectares. À cet effet, il a invité les directions des services de l’hydraulique et de la DSA à une étroite collaboration et une coordination pour pouvoir aboutir aux résultats escomptés. Lors de sa visite dans la wilaya d’El-Tarf, le ministre s’est rendu à Chatt où un centre frigorifique a été inauguré. Il a, en outre, inspecté la station de conservation alimentaire avant de prendre la route vers Cheffia, dernier point de son programme.

TAHAR BOUDJEMAA

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

L’actualité en question

7

SNVI ROUIBA

Le Premier ministre demande des comptes aux responsables de l’entreprise

Alors que l’AG prévue hier matin a été reportée, le P-DG du groupe SNVI, Malek Salah, a été reçu hier matin au ministère de l’Industrie pour donner des explications sur les multiples problèmes que rencontrent les différentes filiales de l’entreprise.

S elon des sources proches de la di- rection, c’est le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui a demandé le dossier de l’ex-Sonacome. De leur côté, les responsables de l’en- treprise auraient demandé aux pou-

voirs publics de leur débloquer un prêt ban- caire pour renflouer le budget de fonction- nement, nous a affirmé une source syndicale. “Sans budget de fonctionnement, nous ne pou- vons payer ni les salaires, ni la douane, ni les fournisseurs ; et les banques refusent de nous accorder des prêts en raison de la non-consom-

mation des 13 milliards de dinars représentant

qués à la livraison à cause de petites pièces.

tionnement qui lui permette d’assurer les

le stock des produits existants.”

Ainsi, selon des sources bien informées, rien

3

milliards de dinars de salaires de ses

Mais les responsables du ministère auraient

que pour la filiale VIR, plus de 400 véhicules,

7

000 travailleurs et honorer ses dettes aux

exigé du P-DG de faire le ménage dans l’en- treprise, notamment au niveau de la filiale vé- hicules industriels de Rouiba (VIR) qui a bé- néficié d’un crédit de 40 milliards qu’elle n’arrive pas à consommer. La procédure d’élaboration des cahiers des charges et les avis d’appel d’offres ont connu beaucoup de retard comme l’avait reconnu, lui-même, le P-DG du groupe. À cela s’ajoute le problème des “bons

entre camions et bus, n’ont pas été livrés à cau- se du manque de pièces (non commandées ou inadaptées), alors qu’une vingtaine sont en at- tente de livraison. Sur les 1 100 véhicules pro- grammés sur les 2 000 initialement prévus, au titre de l’année 2015, seuls 450 ont été livrés, soit un déficit de 650 véhicules non livrés au niveau de cette filiale seulement. Et cette stagnation des produits qui a fait que l’entre-

fournisseurs, environ 3 milliards de dinars, pour acquérir auprès d’eux des pièces indis- pensables pour la chaîne de fabrication. Et si les travailleurs, eux-mêmes, et leurs repré- sentants n’avaient pas tiré la sonnette d’alar- me, une telle situation allait conduire la SNVI à la liquidation. D’où cette interrogation qui ne cesse de hanter les esprits des travailleurs de la SNVI : “Qui a intérêt à casser la SNVI ?”

saufs”, c’est-à-dire les produis finis mais blo-

prise n’arrive pas à dégager un budget de fonc-

M.

T.

DANS UNE LETTRE OUVERTE AU PREMIER MINISTRE

Les travailleurs de l’Étusa dénoncent les pressions sur le DG

R ien ne va plus à l’Établissement de transport urbain et suburbain d’Alger (Étusa). Selon les travailleurs de cet- te entreprise publique, le directeur général, Krim Yaci-

ne, subit des pressions de la part de ses responsables hiérar- chiques. Dans une lettre ouverte au Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, les travailleurs interpellent le premier res- ponsable de l’Exécutif et explicitent les raisons de ces pressions sur le DG. Ils rappellent que Krim Yacine a été nommé à la tête de l’Étusa en septembre 2008. À son arrivée, “il trouve, écrivent les travailleurs, une entreprise caractérisée par une déficience à tous les niveaux. Une activi- té managériale minime, des locaux délabrés, des travailleurs dé- motivés”, en somme, “l’entreprise était au bord de la faillite”. Louant les efforts du DG, ils ont souligné que grâce à lui, “la

situation a positivement évolué”. “Aujourd’hui, notre établis- sement compte plus de 2 800 travailleurs et une flotte de 720 bus, dont 150 acquis sur ses fonds propres”, ajoutent-ils, soulignant que l’établissement “est incessamment sollicité pour l’ouverture de nouvelles lignes”. Les travailleurs qualifient le bilan de Krim Yacine à la tête de l’établissement “de résultats d’une détermination inébranlable”, vu “les embûches” qui ont émaillé “le passage de M. Krim” à la tête de l’Étusa. “Le mois d’octobre, un événement inopiné vient ébranler la stabilité de notre entreprise”, dénoncent-ils, préci- sant que le DG “a reçu un appel de certains responsables du mi- nistère des Transports, lui ordonnant de partir en congé d’offi- ce, et qu’à son retour, il sera promu”. “Étrange”, estiment les travailleurs, du fait, s’interrogent-ils, du non-respect des pro-

MUSTAPHA MÉKIDÈCHE, ÉCONOMISTE

“L’Algérie devrait émarger aux financements chinois”

cière de l’Algérie ne permet pas de financer. Il cite, notamment, le pro- jet de transfert d’eau entre El-Menia et les Hauts-plateaux qui peut être fi- nancé par les Chinois. M. Mekidèche a rappelé l’instruction de la Banque d’Algérie envoyée aux banques pour commencer, à compter du mois en cours, à utiliser le yuan (monnaie chinoise) comme monnaie de rè- glement des importations venant de Chine. L’intervenant estime que c’est “un si- gnal fort qu’envoie l’Algérie en di- rection de la Chine”. L’invité de la ré- daction de la Chaîne III s’est mon- tré favorable au recours aux prêts

cédures, avec, notamment, l’absence d’un intérimaire. Une dé- légation représentant les travailleurs de l’Étusa a été reçue au ministère de tutelle. Au département de M. Talaï, “on nous a rassuré que le DG bénéficiera d’une promotion”. Devant l’intransigeance des travailleurs, le ministère s’est ré- tracté, et Krim Yacine a pu rejoindre son poste, mais juste pour une semaine, puisqu’il sera, quelques jours après, victime d’une autre “machination”. À travers leur lettre au Premier ministre, les travailleurs dénoncent “ce comportement” et “une procédure” illégale de limogeage qui ne dit pas son nom. Ils se demandent sur l’objectif recherché à travers cette cabale contre un res- ponsable qui n’a fait que défendre un bien et un établissement publics, qui fait nourrir des milliers de familles.

M. MOULOUDJ

L e président du Panel du mé- canisme africain d’évaluation par les pairs de l’Union afri-

caine, Mustapha Mékidèche, a plai- dé, hier, sur les ondes de la radio chaîne III, pour l’utilisation du “re- lais de financement chinois” pour fi- nancer des projets d’infrastructure en Algérie. M. Mekidèche estime que l’Algérie devrait émarger aux fi- nancements annoncés par le prési- dent chinois Xi Jinping à l’ouvertu- re du sixième forum Chine-Afrique, qui s’est tenu à Johannesburg en Afrique du Sud. Le président chinois a annoncé que son pays prévoit une aide financiè- re pour l’Afrique de 60 milliards de dollars incluant 5 milliards de prêts

à taux zéro et 35 milliards de prêts

à taux préférentiels. “L’invité de la ré- daction” de la Chaîne III a indiqué que la situation est favorable pour le développement des relations éco- nomiques entre la Chine et l’Afrique. L’Empire du Milieu est en train d’infléchir son modèle de dévelop- pement. Pékin va chercher un supplément de croissance à l’extérieur, notamment, en Afrique, après s’être appuyé pen- dant des années sur les exporta- tions. Grâce à ses capacités finan- cières disponibles, la Chine accom-

pagne ses entreprises à l’étranger à travers des prêts à long terme à des conditions extrêmement favorables. Ce type d’opération d’investisse- ment à l’extérieur permet, égale- ment, de régler le problème d’en- dettement des grandes entreprises chinoises. M. Mekidèche estime que l’Algérie peut envisager “la possibilité d’avoir une coopération dans le domaine in- dustriel, dans les phosphates ou dans d’autres domaines dont la pétrochi- mie”. Notre pays peut aussi se pla- cer comme fournisseur de gaz pour permettre “la décarbonisation de l’économie chinoise”. La Chine, qui est devenue, en quelques années, premier fournisseur de l’Algérie,

“n’est pas présente significativement

en matière d’investissement dans les industries manufacturières ou dans les services”, un aspect qu’il va falloir corriger. Le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Al- gérie a atteint 10 milliards de dollars en 2014 contre 6,9 milliards de dol- lars en 2011, soit un accroissement de 44%. M. Mekidèche évoque “la possibilité d’avoir un nouveau re- gard”, suggérant des projets en co- production et un accompagnement dans l’investissement dans les in- frastructures que la situation finan-

chinois pour le financement de pro- jets structurants. “La Chine est l’un des rares pays qui offrent des prêts à long terme, sur 125 ans, à des taux d’intérêt nuls ou très peu élevés. L’Algérie doit émarger à ce type de fi- nancement sans complexe. Cela per- met de traverser cette crise pétroliè- re, qui est à cycle long et qui risque de durer jusqu’à 2020, sans avoir à ar- rêter le développement des infra- structures qui titre notre croissance”, a-t-il estimé. Une cinquantaine de pays africains et la Chine ont adopté, à l'issue des travaux du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), deux docu-

ments qui régissent la coopération sino-africaine pour les trois années à venir. Baptisés la Déclaration de Jo- hannesburg et le Plan d'action de Jo- hannesburg (2016-2018), les deux documents devraient donner “un nouvel élan” au développement glo- bal des relations sino-africaines et fournir “un guide spirituel” et “une garantie politique” pour mener une coopération mutuellement “béné- fique” dans plusieurs domaines et sur des niveaux plus élevés, selon le président chinois Xi Jinping, cité par l'agence Xinhua.

M. R.

INSFP ABDELHAK-BENHAMOUDA DE BOUMERDÈS

La surprenante fin de fonctions de la directrice

n Surprenante et brutale a été la décision de mettre fin aux fonctions de la directrice de l'Institut national spécialisé de la formation professionnelle (INSFP) Abdelhak-Benhamouda de Boumerdès de l'avis des cadres et travailleurs de la famille de la formation professionnelle comme de ceux des autres secteurs qui ont eu à travailler avec elle durant toutes ces années passées à la tête de cette institution (2006-2015). Une instruction aussi surprenante qu'injustifiée a mis fin aux fonctions de cette grande dame aux compétences avérées qui a travaillé durant toute sa carrière avec dévouement et abnégation. Elle a été la véritable cheville ouvrière de l'INSFP, qui a connu une grande mue sur tous les plans durant ces dernières années, devenant même une référence dans le secteur à l'échelle nationale. Alors qu'elle attendait de partir à la retraite après de bons et loyaux services déployés durant sa riche carrière de fonctionnaire, elle reçoit une décision brutale mettant fin à ses fonctions en lieu et place de reconnaissance, considération et remerciements. Le départ de la directrice de l'INSFP Benhamouda de Boumerdès a fait l'effet d'une bombe au sein de l'établissement, tant les raisons restent inconnues, à tel point que nombre de cadres et d'employés s'interrogent sur ce départ forcé au moment où les compétences se font rares.

8 Publicité Lundi 7 décembre 2015 LIBERTE 0355 ANEP n°355 719 Liberté du 07/12/2015 ANEP

8

Publicité

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

0355

ANEP n°355 719 Liberté du 07/12/2015
ANEP n°355 719 Liberté du 07/12/2015
ANEP n°356 393 Liberté du 07/12/2015
ANEP n°356 393 Liberté du 07/12/2015
LIBERTE Lundi 7 décembre 2015 L’Algérie profonde 9
LIBERTE
Lundi
7 décembre 2015
L’Algérie profonde
9

TAMANRASSET

Vers la numérisation de la documentation cadastrale

L’opération cadastrale, lancée depuis 2010, a permis de couvrir, jusqu’au mois écoulé, plus de 60 millions d’hectares, soit une couverture de 99% du territoire de la wilaya de Tamanrasset.

C eci représente en termes de superficie cadastrée, 60,27 millions d’hectares de zones sahariennes, 61 000 ha de terres rurales et 7879 ha de zones urbaines.

L’opération, dont l’objectif consiste à déli- miter les propriétés foncières et l’établisse- ment d’un fonds documentaire compor- tant à la fois les représentations gra- phiques et l’inventaire foncier qui s’étend sur un superficie de plus 557 000 km², “sera achevée en mars 2016”, ajoute le même responsable qui a précisé que, durant les cinq dernières années, plus de 50 millions d’hectares ont également été cadastrés, soit 83% de la superficie utile de la wilaya. Eu égard à l’importance du volu- me d’informations cadastrales recueillies, la direction, affirme M Kletin, œuvre à la numérisation de toute sa documentation. La démarche, qui s’inscrit dans une dyna- mique de rapprochement entre l’adminis- tration et le citoyen, aura certainement un impact positif dans la mesure où elle per- mettra la valorisation de la donnée cadas- trale et la facilitation de l’accès à l’informa- tion, particulièrement celles relatives à la réalisation des futurs projets de dévelop-

pement.

370 hectares à cadastrer en milieu urbain à Laghouat

Une superficie de près de 379 ha de fon- cier urbain devra être cadastrée cette année dans la wilaya de Laghouat, selon

D. R.
D. R.

Au cours des cinq dernières années, plus de 50 millions d’hectares ont été cadastrés, soit 83% de la superficie utile de la wilaya.

les services de la wilaya. L’opération, qui ponctue celle ayant ciblé le foncier rural, devra permettre de cadastrer le foncier urbain localisé dans les communes de Gueltet Sidi-Saâd, El-Ghicha, Sidi-Bouzid, Brida, In Sidi-Ali et Oued-M’zi, ont préci- sé les mêmes services. Elle devra permettre l’organisation du territoire ainsi que la maîtrise du foncier et le contrôle total du portefeuille foncier. Dans le même cadre, ont été élaborés les livrets fonciers remis aux services de la conservation foncière, avant d’être délivrés aux citoyens touchés par cette opération de cadastre. Le

cadastre général a touché l’an dernier, dans la wilaya de Laghouat, une superficie de 11 146 hectares, soit 91%, dont 82% en milieu urbain et 100% en milieu rural. Les services de la wilaya relèvent, cependant, qu’en dépit des résultats obtenus, l’opéra- tion rencontre des contraintes d’ordre organisationnel, dont le manque de struc- tures d’hébergement des équipes chargées de l’opération au niveau des communes située à une centaine de 100 km du chef- lieu de la wilaya.

RABAH KARECHE/BOUHAMAM AREZK

TROIS CHINOIS ET UN ALGÉRIEN ARRÊTÉS

Démantèlement d’un réseau de trafic d’ivoire

P lus de 20 kg d’ivoire

d'une valeur estimée à

180 milliards de centimes

ainsi que 12 000 bouteilles d’al- cool et 600 cartouches de ciga- rettes ont été saisis par la gen-

darmerie de Boumerdès suite au démantèlement d’un réseau de trafic transfrontalier com- posé de quatre individus, trois ressortissants asiatiques dont une femme ainsi qu’un Algérien, a affirmé, ce jeudi, le

commandant Zaïr Amar de la cellule de communication du groupement de Boumerdès, dans une conférence de presse. Les gendarmes ont également saisi 1,5 milliards de centimes, des centaines de dollars et plus de 1500 yuans, une paire de Talkie Walkie et une dizaine de téléphones portables. La valeur de cette saisie inédite est estimée à plus de 250 milliards de centimes et l’enquête se

poursuit toujours, ajoute M. Zaïr, précisant que ce coup de filet a été réussi grâce à la mobilisation des groupements de la gendarmerie de Boumerdès et d’Alger. Parmi ces produits saisis, figurent deux défenses d'éléphant sculptées et une centaine de morceaux de défenses traitées. Selon l’officier, les quatre trafi- quants ont été arrêtés le 1 er décembre, à Boudouaou, lors

d’un contrôle de routine. À bord de leur véhicule se trou- vait une importante quantité de cartouches de cigarettes et des bouteilles d’alcool. L’enquête enclenchée les a menés à Dar El-Beïda où ils ont découvert, dans un entre- pôt, des centaines de cartons d’alcool et de cigarettes et une quantité de produits alimen- taires estimés à 20 milliards de centimes.

M. T.

 

BRÈVES DE LA SOUMMAM

 

FENAÏA IL-MATEN

TIFRA

l’environnement nous a déclaré : “Nous venons de lancer un avis d’appel d’offres national restreint. Nous attendons l’expiration du délai réglementaire afin de procéder à l’ouverture des plis, à l’évaluation et au jugement des offres, puis à la sélection d’une entreprise.” La construction de l’ouvrage est prévue sur un site éloigné de toute habitation. “Nous espérons que les oppositions ne viendront pas compromettre ce projet vital”, nous a confié notre interlocuteur.

Les parents d’élèves réfutent la grève des enseignants

Réhabilitation et nouveaux réseaux d’eau

< Les enseignants du CEM Bouvzine avaient observé, au début de la semaine dernière, une grève pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail. Ils revendiquaient l’installation des rideaux dans les salles de classe et d’un climatiseur dans la salle des enseignants, en plus de sa dotation en micro-ordinateur. Cette action initiée par le Cnapest local n’a pas été du goût des parents d’élèves de ce collège. En effet, ces derniers ont cadenassé le portail de cet établissement scolaire pour protester contre le recours des enseignants à une grève de deux jours. “Nous avons procédé à cette action de protestation pour dénoncer l’attitude des enseignants du CEM, affiliés au Cnapest, lesquels avaient observé, durant les journées de dimanche et lundi derniers, une grève, privant ainsi 300 collégiens des examens du 1er trimestre.”

<

Quatre projets d’hydraulique pour

améliorer la couverture en matière de distribution d’eau potable sont inscrits par l’APC de Tifra. En effet, pas moins de 8 villages de cette localité rurale vont bénéficier de ces projets qui consistent en la réhabilitation des conduites d’eau vétustes et la mise en place de nouveaux réseaux de distribution. Avec ce projet d’AEP, l’eau ne devrait plus manquer dans ces villages.

 

A.

HAMMOUCHE

M’CISNA

 

A. HAMMOUCHE

Vers la réalisation d’un stade

EL-KSEUR

< L’APC de M’Cisna a décidé de réaliser un stade qui sera équipé de toutes les commodités. Le montant global dégagé est de l’ordre de 71 801 562 DA. Le délai de réalisation est de six mois. Ce projet viendra s’ajouter aux nombreuses constructions de loisirs que compte cette commune.

Projet d’implantation d'une décharge contrôlée

<

La commune d’El-Kseur vient de

bénéficier de l’inscription d’un projet de décharge contrôlée. Une source proche de la direction de

   

A.

HAMMOUCHE

A. HAMMOUCHE

de     A. HAMMOUCHE A. HAMMOUCHE BRÈVES du Centre TAMANRASSET 62 fauteuils roulants et 38

BRÈVES du Centre

TAMANRASSET

62 fauteuils roulants et 38 tricycles pour les handicapés

< À l’occasion de la Journée internationale du

handicapé, un lot de fauteuils roulants et de tricycles a été distribué par la direction de l’action sociale et de la solidarité (DASS) de Tamanrasset au profit des handicapés moteurs. L’opération s’est déroulée au camp de jeunes d’Adriane en présence du wali, de représentants du mouvement associatif et de responsables d’établissements spécialisés. Ainsi, 62 fauteuils, 14 cannes pour non-voyants et 38 tricycles ont été attribués aux handicapés issus des 10 communes de la wilaya, a indiqué le DASS, Cheraibet Darouich Abdellah, précisant que cette action entre dans le cadre du programme de prise en charge de cette catégorie de la population. De son côté, l’Office national d’appareillage et d’accessoires pour personnes handicapées (Onaaph) a, en 2015, livré 31 appareilles, dont 10 fauteuils roulants, une motocyclette, 9 chaussures orthopédiques et 5 prothèses. Des chiffres insuffisants au vu du nombre des handicapés moteurs (845 personnes) recensés à Tamanrasset, estiment les représentants d'associations locales pour la défense des droits du handicapé.

RABAH KARECHE

M’SILA

8 blessés dans une rixe à Ouled Sidi Brahim

< Une bagarre s’est déclenchée en fin d’après-

midi de vendredi au douar Benarous, commune d’Ouled Sidi Brahim, 56 km au sud de M’sila, causant de graves blessures à 8 personnes, apprend-on auprès de la gendarmerie. La bagarre a éclaté entre deux familles, suite à un lige autour d’un lopin de terre. Des fusils de chasse, des couteaux et des barres de fer ont été utilisés par les protagonistes. Il a fallu l’intervention de la Gendarmerie nationale et des personnes âgées afin de calmer les esprits. Les citoyens ont toujours réclamé des décisions de justice dans ce genre de conflits afin d’éviter d’autres incidents.

CHABANE BOUARISSA

UNE CÉRÉMONIE EN L’HONNEUR DE SES COLLABORATEURS EN RETRAITE

Le geste honorifique du procureur d'Akbou

< À l'initiative du procureur de la République

près le tribunal d'Akbou, neuf fonctionnaires à la retraite et trois magistrats affectés, ont été honorés, ce jeudi, lors d'une cérémonie tenue au siège du tribunal. Outre l'encadrement de cette institution, étaient invités des élus nationaux et des auxiliaires de justice. À noter que les neuf fonctionnaires, dont sept greffiers et deux agents de sécurité, à la retraite, ont été honorés. En outre, trois magistrats mutés dans d'autres juridictions, l'adjoint au procureur de la République, M. Chedri Maâmar Ismaïl, nommé juge d'instruction à Sétif, et MM. Khelifati Badreddine et Mazari Salah, juge du pénal et juge d'instruction, promus conseillers auprès de la cour de Béjaïa, ont reçu des cadeaux de

reconnaissance.

KAMAL OUHNIA

BOUIRA

Drame à Hagui

< Un nourrisson de six mois meurt par asphyxie

suite à un incendie qui s'est déclaré dans un foyer situé dans la localité de Hagui, relevant de la commune d’El-Adjibia, un nourrisson âgé de six

mois, a perdu la vie par asphyxie. Selon des sources locales, le père a allumé le chauffage dans la chambre de son nouveau-né et quelques minutes plus tard une épaisse fumée commençait à se dégageait. Le père a alerté le voisinage, ainsi que les services de la Protection civile, afin de maîtriser l'incendie. En dépit des nombreuses tentatives de réanimation, le bébé succombera sur le coup. Le père, qui est en état de choc, a été légèrement brûlé aux bras et a été gardé en observation. Une enquête a été ouverte par les services de la Gendarmerie nationale afin de déterminer les causes exactes de ce sinistre.

R. B.

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

L’Algérie profonde

9

FORÊT DE BOUMERGUED À BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

L’unique poumon de la ville à l’agonie

La forêt se meurt petit à petit, à cause du laisser-aller des autorités locales et de l’inconscience des citoyens.

D. R.
D. R.

Victimes d’un pillage intensif et de nombreux feux, les forêts de Bordj Bou-Arréridj ont presque disparu.

C omme une richesse inépuisable ou une quelconque matière qui se régénère à volonté, les forêts de Bordj Bou-Arréridj ont presque disparu, victimes d’un pillage intensif et des nombreux

feux totalement irresponsables. Située à la sortie est de la ville de Bordj Bou- Arréridj, la forêt de Boumergued, l’unique pou- mon de la ville grâce à plus de trente hectares de pins d’Alep, est censée être récréative, un lieu de promenade familiale en plein air, une aire de jeux pour enfants, un haut lieu sportif pour la compétition nationale et internationale pour les athlètes de cross-country et un espa- ce de rafraîchissement lors des canicules. La fo- rêt se meurt petit à petit, à cause du laisser-al- ler des autorités locales et de l’inconscience des citoyens. À part quelques joggeurs et les jeunes buveurs, rares sont les Bordjis qui fréquentent cette forêt en ce moment, pour pouvoir se rendre compte des changements qui y ont été opérés et surtout de l’ampleur des dégâts. En effet, des lots de terrains amputés de la forêt ont

été attribués à des investisseurs chanceux, non pas pour des projets annexes à cette aire mais pour des idées autres. “Il n’y a plus de par- king à l’entrée de la forêt”, dira un jeune Bord- jien. “Chaque jour, on grignote un peu plus d’es- pace de cette forêt pour implanter des projets”, ajoute-t-il. Par ailleurs, Boumergued est devenu un immense bar à ciel ouvert. De grosses pierres servent de sièges sur lesquels sont as- sis des clients sirotant des bouteilles d'alcool et des jeunes filles légèrement vêtues. Le ballet des véhicules de différentes marques est incessant. Les filles de joie repèrent le client, négocient le tarif et disparaissent dans les bois. Et c'est ain- si toute la journée et tard le soir. Pourtant, cet espace forestier, situé à 2 km à peine du centre-ville, était considéré comme un projet capital d’avenir, de loisirs pour tous, de détente pour les familles, un parcours avec plusieurs pistes d’entraînement, appréciées par les spor- tifs de haut niveau, notamment les athlètes des courses de fond ou les équipes des autres dis- ciplines sportives. Où est donc passé ce pro- jet annoncé en fanfare en 2006 ? Il s’agissait en

RENCONTRE RÉGIONALE SUR LA VACCINATION À GUELMA

Mise en œuvre du nouveau calendrier

L' école de formation pa- ramédicale de Guel- ma a abrité dernière-

ment une importante ré- union avec la participation des professionnels de la san- té des wilayas de Annaba, Souk-Ahras, El-Tarf, Skikda et Guelma qui ont planché sur la mise en œuvre du nouveau calendrier vaccinal. Le professeur Lecheheb, chef de service des maladies infec- tieuses au CHU de Sétif, re- présentant du ministère de la Santé, qui a chapeauté cet- te journée, a mis l'accent sur l’importance de la prestation des vaccinations, estimant

que le succès du nouveau pro- gramme élargi de vaccina- tion dépend de la communi- cation avec les familles et les enfants et surtout leur adhé- sion. Les organisateurs ont signalé que le guide de la mise en œuvre du nouveau calen- drier national est basé sur les recommandations de l’OMS. Il a été question, au cours de cette rencontre, de l’in- troduction de nouveaux vac- cins (oreillons, hépatite B, in- fection à pneumocoque, ru- béole…) dans le programme élargi de vaccination (PEV). Le conférencier a également abordé les différents aspects de

la vaccination, appelant les participants à assurer une bonne planification des séances de vaccination, no- tamment le suivi, l’évalua- tion, le respect rigoureux de la chaîne de froid et la sécurisa- tion de l’acte. Les orienta- tions de cette rencontre ont porté essentiellement sur les maladies du nouveau calen- drier vaccinal, mais surtout sur la mobilisation sociale en faveur de ce programme, et cette journée a permis aux participants de renforcer leurs connaissances sur l’introduc- tion de ces nouveaux vaccins.

HAMID BAALI

effet de la réalisation de pistes pour les courses hippiques, de deux hôtels de luxe, des piscines et des aménagements pour les familles, com- me les restaurants, des pizzerias, des cafés et un théâtre de verdure justement pour les grandes soirées artistiques, etc. À qui faut-il demander si le projet est toujours maintenu ou s’il a été abandonné ? Aux services de l’APC ? À la di- rection des forêts ? La direction de la jeunes- se et des sports ? Ou alors à la direction du tou- risme ? Personne ne sait ! Les Bordjiens lancent un appel au nouveau wali pour relancer le projet de la forêt récréative de Boumergued. Aux dernières nouvelles, la di- rection de l’environnement vient de confier les travaux d’aménagement d’une forêt récréati- ve à une entreprise privée pour un montant de 15 millions de dinars. Selon nos informations, cette forêt récréative comprendrait notamment un plan d’eau artificiel, des aires de loisirs et d’attractions pour enfants, un zoo, ainsi que des structures de restauration et de services.

CHABANE BOUARISSA

POSTES ET TIC À MILA

Mise en service de 68 centres Amsan en 2016

n Soixante-huit nouveaux centres Amsan seront mis en service en 2016 par la direction des postes et des technologie de l’information de la wilaya de Mila. Ces nouvelles installations seront réparties, suivant les priorités, sur l’ensemble des communes, et ce pour améliorer le service internet localement. Avec l’entrée en service de ces nouveaux équipements, le nombre de centres Amsan à l’échelle de la wilaya passera à 107. Pour les régions montagneuses qui ne peuvent être desservies en internet par ce moyen, la direction du secteur envisage de recourir à un système technologique fonctionnant aux ondes pour remplacer l’ancien système WLL mis en place dans les montagnes du nord de la wilaya depuis 2007 et qui a prouvé ses limites en matière de liaison internet. Les communes concernées par le nouveau système à ondes sont Chigara, Hamala, Baïnan, Tassaft, Kef Boudarga, Tassala, Laâyadi, Tassadane et Zaraza.

KAMEL BOUABDELLAH

Tassala, Laâyadi, Tassadane et Zaraza. KAMEL BOUABDELLAH BRÈVES de l’Est BORDJ BOU-ARRÉRIDJ Les habitants de Ras

BRÈVES de l’Est

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Les habitants de Ras El-Aïn bloquent la RN106

n La commune de Khellil, 30 kilomètres du

chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj,

a renoué avec la contestation. En effet, les

habitants du village Ras El Aïn, situé sur la

RN106, réclament la prise en charge de leurs doléances. Des doléances qui se résument principalement, en raccordement de leurs foyers en gaz naturel. “Nous n’avons plus rien à dire au maire, ses promesses ne tiennent plus la route”, nous dira un manifestant. Il se trouve, en fait, qu’il a été promis aux villageois de Ras El- Aïn et de Besbassa que leurs villages allaient être raccordés au réseau du gaz naturel, dans un mois, mais rien n’a été fait. De leur côté, les services de la commune voient que cette action de fermer la route n’est pas venue au moment opportun étant donné que les préoccupations de ces villageois sont toutes inscrites et en voie de connaître des suites favorables.

CHABANE BOUARISSA

Mandat de dépôt pour le receveur de la poste de la cité du 20-Août

n A la suite de la découverte d’un trou

financier d'un montant de 140 millions de centimes, au niveau du bureau de poste de la cité du 20-Août de Bordj Bou-Arréridj, une plainte a été déposée par la direction d'Algérie Poste de la wilaya. Des investigations menées par les éléments de la police judiciaire de la Sûreté nationale ont aussitôt permis l'arrestation du receveur de ce bureau de poste, en

l'occurrence G. M.-B., 49 ans. Ce dernier a été déféré devant le procureur de la République près le tribunal de Bordj Bou- Arréridj, et placé sous mandat de dépôt par

le juge d'instruction de cette même

institution judiciaire. Selon des sources proches de l'enquête, le mis en cause avait prêté cette somme à un ami commerçant avant de la restituer. L'homme a reconnu les faits qui lui sont reprochés, nous

précise-t-on. Il sera jugé mardi prochain par

le tribunal de Bordj Bou-Arréridj.

CHABANE BOUARISSA

SÉTIF

Dix mille sacs de henné saisis

Les éléments de la brigade mobile des

Douanes algériennes de Sétif sont parvenus, en fin de semaine dernière, à intercepter un fourgon de transport public chargé de 10 000 sacs de henné. Le pot aux roses a été découvert lors d’un barrage dressé à la bretelle autoroutière de Mezloug, après des investigations et une enquête ouverte par la dite brigade suite à des informations parvenues au service. Selon les informations en notre possession, le commerçant mis en cause, âgé de vingt- deux ans et originaire de la wilaya d’Oum El-Bouaghi allait écouler la marchandise qui était stockée à El-Eulma, à la cité des Abattoirs au sud de la ville de Sétif. Outre la saisie de la marchandise, une amende de 1 milliard 600 millions de centimes a été infligée au commerçant qui n’a pas présenté les documents justifiant l’origine de la marchandise.

F. SENOUSSAOUI

OUM EL-BOUAGHI

Installation du nouveau directeur de la radio régionale

M. Omeiri Mohamed, directeur de la

coordination des radios locales, a procédé hier à l'installation officielle de M. Benhamouda Yazid en qualité de nouveau directeur de la radio régionale d'Oum El- Bouaghi, en remplacement de M. Nacer Ouglal, muté, dans les mêmes fonctions à la radio régionale de Constantine. Signalons que le mouvement opéré ces jours-ci a touche également les radios régionales de Jijel, Guelma, Biskra et El-Oued.

B. NACER

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

L’Algérie profonde

9

ORAN

La prison pour les “tourmenteurs” de Nour El-Islam

Pour beaucoup, c’est le caractère violent des jeux algériens qui vient d’être condamné par la justice.

I l y a sept mois, les réseaux

sociaux et les médias natio-

naux et internationaux

s’enflammaient à cause

d’une vidéo de 4 minutes

montrant des jeunes en

train de s’“amuser” à martyriser un garçon en le mettant face à un chien hargneux. Hier, le tribunal criminel d’Oran a condamné deux des auteurs de cette scène à une année de prison ferme et 100 000 DA d’amende, deux autres à 10 ans de réclusion criminelle par contumace, et acquitté un cinquième qui n’avait aucun lien avec l’affaire. Pour beaucoup, c’est le caractère violent des jeux algériens qui vient d’être condamné par la justice. “Tout le monde savait que ce n’était qu’un jeu. Il a fallu que les médias étran- gers s’indignent pour qu’une télévi- sion privée nationale prenne le relais et transforme ce qui n’était qu’un banal amusement en une violente atteinte aux droits de l’en- fance”, a déploré l’un des avocats en estimant que, n’était l’interven- tion des médias, l’affaire ne serait pas arrivée devant la justice. Le représentant du ministère public a également indiqué que c’est grâce aux réseaux sociaux que “l’agression contre l’innocence a pu être jugée aujourd’hui”. Les faits qui ont eu lieu dans le quartier populaire de Victor-Hugo remontent à janvier 2015, lorsque le petit Nour El-Islam, 7 ans, sort de la maison pour aller jouer avec ses copains. Résidant dans un F4 avec ses 10 frères et sœurs, ses parents, ses oncles et leurs familles, le garçon passe la majeure partie de son temps libre dehors, avec ses

D. R.
D. R.

Les deux inculpés ont été condamnés à une année de prison ferme et 100 000 DA d’amende.

copains et ses voisins. Parmi ceux- ci, R. M. Mustapha, H. K. Mohamed, K. Abdelkrim et B. M. Habib, la vingtaine, ont l’habitude de se retrouver dans le voisinage pour s’amuser avec Zigova, berger allemand femelle de 6 mois appar- tenant à l’un d’eux. Et comme de coutume, Nour El-Islam qui adore Zigova se joint à ses voisins pour jouer avec la chienne. Sauf que ce jour-là, Mustapha et ses copains ont voulu s’amuser à tourmenter le garçon en excitant la chienne. B. Habib filme la scène – dans laquelle on peut voir Nour El- Islam, pleurant et criant, tentant de s’arracher aux bras de Mustapha qui le tire vers une

Zigova extrêmement agressive – et la publie sur internet. Quatre mois plus tard, toile et médias s’enflam- ment et poussent le parquet d’Oran à ordonner une enquête qui aboutira à l’arrestation des quatre jeunes ainsi que M. A. Karim, chez lequel l’animal se trouvait. On découvrira plus tard qu’il avait racheté Zigova et n’avait, donc, pas participé au délit. Tous seront poursuivis pour torture. Durant le procès, les accusés plai- deront l’innocence en affirmant que le garçon était comme leur petit frère, ce que confirmera Nour El-Islam (convoqué à la surprise de beaucoup de présents). Ses

SIDI BEL-ABBÈS

parents nieront avoir voulu porter plainte. Dans son réquisitoire, le représen- tant du ministère public compare- ra le comportement des accusés aux “agressions, violences et kid- nappings” que beaucoup d’enfants subissent ces dernières années et requerra 10 ans de réclusion crimi- nelle, une amende de 500 000 DA. La défense concentrera sa plaidoi- rie sur les expertises qui ont été faites sur la victime et la chienne :

Nour El-Islam ne souffre d’aucune blessure due à des morsures ni de quelque traumatisme psycholo- gique ; quant à Zigova, elle a été qualifiée de “domestique et douce”.

S. OULD ALI

100% de couverture au réseau de gaz naturel

les souffrances de la bouteille de gaz butane, notamment, pour la cuisson et le chauffage. En ce qui concerne le réseau de distribution de l'électricité, d’une portée de 778 km et pour lequel une enveloppe de 2 000 millions de cen- times a été dégagée, le taux de couverture a atteint 98%, soit 3 300 foyers qui ont été déjà raccordés au réseau électrique.

port et distribution), inscrit dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014 et pour lequel une enveloppe de 6400 millions de dinars a été allouée, la wilaya se classe en pre- mière position à l’échelle nationale en matière de couverture en gaz naturel. Au total, ce sont 20 000 ménages, répartis à travers l’ensemble des communes de la wilaya, surtout ceux des localités les plus reculées, qui ont bénéficié de cette opération, rompant définitivement avec

CHLEF

Retard dans la réalisation des projets de développement

L es récentes sorties effectuées

des entreprises contractuelles. “Les travaux doivent impérative- ment prendre fin avant la prochai- ne rentrée scolaire, y compris le remplacement des constructions en préfabriqué par le dur”, a-t-il insisté.

AHMED CHENAOUI

A. BOUSMAHA

A vec la mise en service du raccordement

en gaz naturel, mardi dernier, des locali-

tés de Boudjebha El-Bordj, Aïn Aden,

Mactaâ Dar Sebaâ et Ben Slimane relevant de la daïra de Sfisef, la wilaya de Sidi Bel-Abbès compte désormais 52 communes desservies par le gaz, soit un taux de couverture pour la wilaya de 100%, a indiqué, M me F. Bensalmi, directrice locale de l’énergie et des mines. Avec la concré- tisation de ce projet de 485 km linéaire (trans-

ce propos, le wali n’a pas manqué d’exprimer sa colère à l’égard des entreprises défaillantes à l’origine des retards enregistrés. Sur place, il a annoncé que “les entreprises qui ne respectent pas le cahier des charges mis à leur dispositions seront sévèrement pénalisées. Pis encore, ces mêmes entreprises ver-

ront leurs contrats purement et simplement résiliés. Je suivrai per- sonnellement les travaux de chaque projet de jour comme de nuit et même pendant les jours fériés”. Concernant les projets liés au secteur de l’éducation, le wali s’est, à chaque fois, montré plus sévère et déterminant vis-à-vis

sur le terrain par le wali de

Chlef, Aboubakre Essedik

Bouceta, notamment dans le chef- lieu de la wilaya, lui ont permis de s’enquérir des projets actuelle- ment en cours de réalisation et qui connaissent d’énormes retards depuis leur lancement. À

connaissent d’énormes retards depuis leur lancement. À BRÈVES de l’Ouest TIARET Un non-voyant refusé au

BRÈVES de l’Ouest

TIARET

Un non-voyant refusé au concours des intendants

n Un non-voyant convoqué au

concours pour le recrutement des

intendants dans le secteur de l’éducation nationale à Tiaret s’est vu carrément refuser de concourir sous prétexte que le poste d’intendant ne peut être confié à un aveugle. Le dilemme est que la condition d’accès à de telles épreuves requiert le droit à cette catégorie de la population d’être assistée par des personnes voyantes lors des tests écrits comme cela se passe pour les épreuves du baccalauréat et autres. Pour sa part, la directrice de l’éducation nationale de la wilaya, répondant à la presse, considère que le poste d’intendant ne peut être assumé par un non- voyant dans la mesure où la tâche, d’une sensibilité extrême, est basée sur des chiffres. Une motion de soutien a été signée au profit de ce candidat “ lésé” et dans laquelle on n’a pas omis de mettre

à l’index le service des examens et

concours. Cette histoire a eu lieu

le jour même de la célébration de la Journée mondiale du handicapé.

R. SALEM

MAGHNIA

Saisie de moteurs et de pièces détachées de contrebande

Les éléments de la brigade

régionale de lutte contre le trafic de stupéfiants ont mis en échec, en ce début de semaine, l’introduction d’une importante quantité de moteurs et de pièces détachées usagés pour véhicules. C’est lors d’une tournée ordinaire le long de la frontière que les policiers ont, interceptés, près du village Akid Abbès, deux véhicules utilitaires de type Iveco. L’un des deux conducteurs prendra la fuite alors que M. M., 28 ans, a été arrêté. La fouille des véhicules a permis la découverte de plusieurs moteurs et un important lot de pièces détachées pour différents types de voitures. L’enquête suit son cours.

AMMAMI MOHAMMED

AÏN TÉMOUCHENT

Un voleur d’Oran arrêté à Chaâbet el-Ham

Les gendarmes de Chaâbet el-

Ham ont interpellé au centre-ville de la localité une personne à bord d'un véhicule de marque Citroën Berlingo, faisant l’objet de recherches par la Sûreté nationale pour vol commis en mars dernier

à Bir El-Djir (Oran).

A. A.

BÉCHAR

8,5 q de kif traité saisis

n Lors d’une patrouille sur la

bande frontalière algéro-

marocaine, les garde-frontières de Béchar ont récupéré dans un oued

à Bou Ayach (Béchar), 34 colis,

renfermant 8,5 quintaux de kif traité. Une enquête a été ouverte.

A. A.

10 L’internationale Lundi 7 décembre 2015 LIBERTE EN ATTENDANT SON APPROBATION PAR LES DEUX PARLEMENTS

10

L’internationale

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

EN ATTENDANT SON APPROBATION PAR LES DEUX PARLEMENTS

Accord interlibyen à Tunis pour un règlement politique du conflit

La Tunisie a été hier le théâtre d’un inattendu accord entre les représentants des deux parties libyennes en conflit, en l’occurrence le Congrès général national, non reconnu, et le Parlement de Tobrouk, reconnu par la communauté internationale.

E n effet, contre toute attente, Awad Mohammed Abdoul- Sadiq, vice-président du Parlement de Tripoli, non reconnu

par la communauté internationale, a déclaré à l'issue de discussions entre des représentants des deux Parlements rivaux à Gammarth dans la banlieue de Tunis : “C’est un moment historique que les Libyens attendaient, que les Arabes attendaient, et que le monde atten- dait”, pour annoncer cet accord.

Selon lui, il s’agit d'une “occasion historique qui ne se représentera pas une seconde fois”. “Nous invi-

mais

également la communauté interna- tionale à soutenir cet accord ( ) qui rendra la région plus sûre”, a souligné le vice-président du Parlement de Tripoli, le Congrès général national (CGN). Ainsi, les représentants des deux parties libyennes ont annoncé hier en Tunisie être parvenus à un accord politique, qui devra être

tons tous les pays voisins (

)

approuvé par les deux Parlements,

D. R.
D. R.

Awad Mohammed Awad Abdoul-Sadiq (à gauche), vice-président du Parlement de Tripoli.

pour mettre fin au conflit qui rava- ge le pays. Cet accord comporte trois principes de base dont le plus

important, la formation d'une commission de 10 députés qui aura pour mission de nommer le

chef du gouvernement de consensus national et de deux députés, l'un du parlement et l'autre du CGN, a rapporté hier le site de la radio tunisien- ne Shemsfm. Reste à savoir si l’annonce de l’accord avait été avali- sée par les autorités des deux parties en Libye. Ce qui surprend le plus dans cette annonce, c’est qu’elle intervient alors que les discussions étaient au point mort entre les deux camps. Pour rappel, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait estimé fin novembre qu’il n'y avait “pas d'échéance” pour la formation d'un gouver- nement d'union natio- nale en Libye. Par plus

tard que la veille, l’émis- saire des Nations unies, Martin Kobler, a indiqué que les parties rivales libyennes pourraient pro-

bablement signer dans un mois un accord pour la formation d'un gouvernement d'union nationale. “Les factions rivales libyennes pour- raient signer, dans les semaines à venir, un accord pour la formation d'un gouvernement d'union natio- nale, dont l'entrée en fonction s'ef- fectuera hors Tripoli, en attendant de régler la question sécuritaire dans la capitale”, a affirmé M. Kobler. “La crise en Libye fait l'unanimité au sein de la commu- nauté internationale”, a souligné l'émissaire à l'issue d'une rencontre qui l'a réuni avec le président du Conseil de représentants (Parlement libyen reconnu par la communauté internationale et basé à Tobrouk), Akila Saleh Kouider. Au terme de près d'une année de négociations, l’ex-émis- saire de l’ONU pour la Libye, Bernardino Leon, était parvenu début octobre à arracher un accord sur un gouvernement d'union nationale aux représentants des parties, mais il a été ensuite rejeté par les deux parlements.

MERZAK TIGRINE

Publicité

VENDS FONDS DE COMMERCE PHARMACIE BOUZARÉAH

Tél. : 0661 50 50 99

BR4203

VENDS FONDS DE COMMERCE PHARMACIE BOUZARÉAH Tél. : 0661 50 50 99 BR4203 0355 ANEP n°209

0355

VENDS FONDS DE COMMERCE PHARMACIE BOUZARÉAH Tél. : 0661 50 50 99 BR4203 0355 ANEP n°209
ANEP n°209 485 Liberté du 07/12/2015
ANEP n°209 485 Liberté du 07/12/2015

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

L’actualité en question

11

LE D r OMAR CHAÂLAL EXPLIQUE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE EN ALGÉRIE

“C’est la conséquence d’activités menées ailleurs”

L’Algérie, à l’instar des autres pays du monde, n’a pas été épargnée par le dérèglement climatique. Depuis au moins une vingtaine d’années, le pays connaît des vagues de chaleur, de la sécheresse et des inondations. Le docteur Omar Chaâlal, professeur associé en génie des procédés à l’université d’Abu Dhabi, affirme que l’Algérie n’est pas responsable de ces bouleversements.

Liberté : La hausse de la température et le changement climatique en Algérie sont-ils seulement le résultat des émissions de CO 2

dues à l'usage des énergies fossiles ? Omar Chaâlal : L’Algérie n’est pas un pays industrialisé. Elle fournit le gaz naturel et le brut aux pays in-

dustrialisés. L’Al-

gérie fait partie de cette planète. Son réchauffement est une conséquence des activités qui se déroulent ailleurs. C’est l’effet papillon. Je reviens un peu en arrière, en 1972, le météorologue Ed- ward Lorenz fait une conférence à l'Ameri- can Association for the Advancement of Science intitulée “Predictability : Dose the Flap of a Butterfly's Wings in Brazil Set off a Tor- nado in Texas ?”, qui se traduit en français par : “Prédictibilité : le battement d'ailes d'un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ?” L’Algérie, comme tous les pays d’Afrique, vit la prédictibilité de ce météorologue. Cette pré- dictibilité ne s’applique pas uniquement au réchauffement de la planète. Elle s’applique à l’économie, à la diplomatie, à la stratégie des guerres, etc. Elle se résume par l’adage algérien : “Le mariage se déroule au Soudan et les youyous sont poussés en Tunisie.” Si les pays responsables de ce dégât jouent les daltoniens, le réchauffement continue- ra à provoquer des catastrophes naturelles (sécheresses, inondations et cyclones) en fré- quence et en intensité dans le futur. Il semble que les températures moyennes à la surface de la Terre ont augmenté de 0,85°C depuis 1880. Les scénarios dans le rapport du GIEC pré- voient un doublement effectif de la teneur

de l’atmosphère en CO 2 d'ici 2025 à 2050 ; soit une hausse consécutive de la moyenne glo- bale des températures de l’ordre de 1,5 à 4,5°C. Si la température moyenne mondiale dé-

Interview réalisée par :

IMÈNE AMOKRANE

passe les 5°C, c’est le chaos. Les grands per- dants seront ceux qui ont joué les daltoniens. Je conclus par la maxime de Benjamin Franklin : “À cause du clou, le fer fut perdu. À cause du fer, le cheval fut perdu. À cause du cheval, le cavalier fut perdu. À cause du ca- valier, le message fut perdu. À cause du mes- sage, la bataille fut perdue. À cause de la ba- taille, la guerre fut perdue. À cause de la guer- re, la liberté fut perdue. Tout cela pour un simple clou.”

Qu’en est-il des répercussions du ré- chauffement sur la flore algérienne ? Les pays méditerranéens ont connu une aug- mentation des températures et une baisse des précipitations au printemps et en été. Des températures très hautes ont été enregistrées en Espagne, en France, en Italie et en Grèce. La même tendance s’applique aux pays du Maghreb, dont fait partie l’Algérie, par ailleurs pays méditerranéen. De 1995 à 2010, cette région a subi une série d’années ex- ceptionnellement chaudes et sèches avec une hausse des températures de 1,2°C sur la pé- riode qui permet de prédire le climat du fu- tur. L’arbre est un objet vivant comme l’homme et l’animal. Il y a trois options dans les mo- ments difficiles : migrer, s’adapter ou mou- rir. Migrer : la population de l’espèce en ques- tion modifie sa répartition spatiale, non pas en migrant physiquement comme les animaux, mais en se disséminant par graines au-delà des bornes de son territoire habituel (par exemple, un peu plus vers le Nord mais moins vers le Sud). C’est une façon pour l’espèce de suivre la zone climatique la plus favorable à sa croissance. S’adapter : certains arbres peuvent s’adap- ter à la sécheresse en retardant ou en avan- çant leur floraison, l’apparition de leur fruit

LES MINISTRES VONT DEVOIR TRANCHER SUR LE FOND AVANT LE 11 DÉCEMBRE

COP21 : l’étape décisive

L es représentants des 195 pays vont devoir se pencher, dès aujourd’hui, sur le rapport pré- senté samedi par les négociateurs. La finalité étant de parapher, un à un, l’accord mon- dial pour la préservation du climat, en réduisant graduellement le réchauffement climatique.

Il s’agit de la première ébauche d’accord, qui devrait permettre de limiter à deux degrés la haus- se des températures par rapport à l'ère préindustrielle. Présenté dans un document en anglais de 48 pages, le rapport est, après son adoption, le deuxiè- me instrument juridique contraignant, après celui de Kyoto, dans le cadre de la Convention- cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Parmi les décisions de l’ébauche, il a été évoqué, au 31 e point, que pour l'entrée en vigueur des accords “les parties doivent, lors de la poursuite de toutes les actions d'atténuation, veiller à ce qu'ils soient conformes à toutes les obligations pertinentes, assurer l'intégrité et la résilience des écosystèmes naturels et respecter les systèmes coutumiers et durables d'utilisation des terres”. Un point relevant le changement climatique et son lien avec la préservation de l’environnement. Il a également été mentionné dans le 49 points du rapport que les parties devraient “renforcer la coopération régionale sur l'adaptation, le cas échéant et, si nécessaire, créer des centres et ré- seaux régionaux, en particulier dans les pays en développement ”. Les Occidentaux vont devoir payer 100 milliards de dollars aux pays en voie de développement. Ahmed Djoghlaf, coprési- dent du comité préparatoire de cette COP21, indique, dans une déclaration à l’APS, qu’“il y a les pays en développement dont les intérêts divergent avec ceux des pays riches”. Soulignant ain- si qu’“il n’y a pas deux camps distincts”. Sur la présentation de l’ébauche, le coprésident du comité préparatoire a souligné que “le pro- jet d’accord contient maintenant une vingtaine de pages, ce n’est plus un document de 90 pages. Il y a beaucoup de choses qui peuvent encore être élaguées et raccourcies”. Tout en ajoutant que c’est “un accord juridique international qui va remplacer le protocole de Kyoto et approfondir la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques”.

IMÈNE AMOKRANE

(fructification), ou en réduisant la taille de leurs feuilles. C’est une façon pour l’espèce de survivre sous de nouvelles conditions en- vironnementales. Mourir : lorsque les conditions climatiques empêchent toute forme d’adaptation d’une espèce, c’est l’extinction partielle ou totale. Je me réfère au beau texte de Jean Melia, La- ghouat ou les maisons entourées de jardins, écrit en 1923 pour répondre à votre question. “Le grenadier victorieux voit autour de ses branches s’enlacer éperdument la souplesse éprise de la vigne, tandis que, tout près, pour enivrer plus encore l’oasis de leurs parfums si vifs, les orangers et les citronniers font écla- ter comme leur âme même remplie de la plus divine essence.” Ce texte répond bien à votre question.

Sinon, que pensez-vous des efforts entre- pris par l’État algérien pour préserver l’environnement ? L’État élabore des lois et les policiers veillent à ce que ces lois soient respectées. Je prends un exemple : l’interdiction de fumer dans les lieux publics. L’aéroport Houari-Boumedie- ne est la première image du pays que nous

donnons aux visiteurs de notre pays. J’ai vu une enceinte ou les responsables de l’aéro- port (ce que vous nommez État) ont pris le soin d’écrire : “Interdit de fumer”. Non loin de cette enceinte, un policier (qui représente cet État) fume sa cigarette. Je peux conclure que “la préservation de l’en- vironnement est une question de culture et de civilisation”. Un autre exemple, nos forêts et nos barrages. Nous avons de très belles forêts et aussi de très beaux barrages. Le ministère des Res- sources en eau a construit des barrages mais le ministère de l’Agriculture n’a pas planté des arbres autour de ces barrages et le ministère du Tourisme n’a pas trop investi dans ce domaine. Les trois ministères re- présentent l’État. Je pense que c’est un problème de coordi- nation et de qualification des hommes. Le seul endroit qui offre une belle image de notre capitale, c’est son jardin d’Essai d’El- Hamma. Malheureusement, ce chef-d’œuvre date du temps colonial. Soixante ans après, nous n’en avons pas fait un pareil à Oran ou à Constantine.

Publicité

du temps colonial. Soixante ans après, nous n’en avons pas fait un pareil à Oran ou

F.2099

12 Publicité Lundi 7 décembre 2015 LIBERTE Société de Gestion des Participations de l’État Tourisme

12

Publicité

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

12 Publicité Lundi 7 décembre 2015 LIBERTE Société de Gestion des Participations de l’État Tourisme et
Société de Gestion des Participations de l’État Tourisme et Hôtellerie Entreprise de Gestion Hôtelère «Chaîne
Société de Gestion des Participations de l’État Tourisme et Hôtellerie
Entreprise de Gestion Hôtelère «Chaîne El Aurassi»
Société par actions au capital de 1 500 000 000,00 DA
Siège social : 2 Boulevard Frantz-Fanon, Les Tagarins, Alger
Tél 213 (0) 21 74 82 52 - Fax 213 (0) 21 71 72 87
email : aurassi@yahoo.com
ANEP n°209 350 Liberté du 07/12/2015

AF

AF
AF

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

Supplément Sport

13

EN DÉPIT DE L’ABSENCE D’UNE POLITIQUE DE FORMATION ET DE CENTRES SPÉCIALISÉS

Les espoirs algériens bousculent la hiérarchie africaine

D .R.
D .R.

L a remarquable qualification de la sélection nationale des moins de 23 ans aux demi-finales de la CAN de sa catégorie, laquelle vient s’ajouter à la démonstration de force des Verts

voilà à peine trois semaines, confirme l’embellie qui enjolive ac- tuellement les principales vitrines du sport-roi algérien. Et si les A de Christian Gour-

cuff n’ont fait que confirmer le rang actuel de l’EN et justifier,

au retour surtout, leur statut de brillant mondialiste, leurs cadets des U23 ont, de leur côté, envoyé, depuis la lointaine Dakar, un signal fort qui devrait interpeller les bonnes consciences et constituer un véritable déclic pour les autres.

Par : RACHID BELARBI

Le déclic sénégalais

Dire, à ce sujet, que l’impressionnant parcours de cette EN olym- pique demeure une sorte d’exception qui confirme l’implacable règle qui régit la formation à l’algérienne équivaut, ainsi, à un doux euphémisme tant l’état dans lequel se trouvent les “jeunes catégories” fait peine à voir.Ce n’est pas parce que la troupe à Schürmann a réussi l’exploit d’atteindre le dernier carré d’une compétition continentale majeure qu’il faudrait croire au miracle d’une formation algérienne à l’agonie. Cet éclair des U23 dans la grisaille ambiante devrait, au contraire, interpeller les politiques et les décideurs à même de se bouger en- fin pour tenir les promesses faites voilà maintenant plusieurs an- nées et donner naissance à un véritable projet de formation, comme il en existe partout dans le monde.

Plus que de simples centres de formation, c’est une véritable vo- lonté politique de formation que devrait inspirer cette CAN-2015 jusque-là brillante de nos U23. Partis de rien, les coéquipiers de Ferhat ont créé le buzz en Afrique. Qu’en serait-il alors de tous les milliers de jeunes talents algériens qui courent les rues et dont pullulent les pourtant si- nistrées jeunes catégories des clubs s’ils venaient à être parfai- tement encadrés, formés et labellisés ? Régner sur l’Afrique et constituer alors l’une des forces vives de la planète football ne serait, dès lors, plus une chimère pour l’Al- gérie du ballon rond.

14

Supplément Sport

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

DOSSIER

PIERRE ANDRÉ SCHÜRMANN (SÉLECTIONNEUR DES VERTS U23) :

“Nous avons franchi un grand pas pour atteindre notre objectif”

L’ équipe nationale olympique a arraché, samedi, avec brio sa qualification pour le dernier carré de la coupe d’Afrique des U23 en s’emparant de la 1 re place de son groupe (B), après

un nul face à l’Égypte, une victoire face au Mali et un autre nul lors de la troisième journée de la phase de poules face au

Nigeria. Certes, les co- équipiers de Chita n’ont

pas encore composté leur ticket pour les JO de Rio 2016, mais il n’en de- meure pas moins qu’ils ont surpris plus d’un lors de ce premier tour par leur niveau de jeu. “Je suis très heureux de cet exploit. Le match du Nigeria n’était pas du tout facile pour nous. On cherchait une victoire pour éviter les calculs. Cho- se qui n’a pas été faite ; heureusement que dans l’autre match, l’Égypte a perdu. Nous avons fran- chi un grand pas pour atteindre notre objectif qui est la qualification aux JO de Rio. Ceci dit, nous devons garder les pieds sur terre et penser au match de l'Afrique du Sud. Rien n’est enco- re fait. Nous sommes juste parvenus à se qua- lifier en demi-finale. Le plus dur reste à faire”, a

lifier en demi-finale. Le plus dur reste à faire ”, a Par : SOFIANE MEHENNI BOUARATTA

Par : SOFIANE MEHENNI

BOUARATTA RACHID :

“Cette équipe peut nous procurer encore de la joie”

n Connu par son franc-parler et son caractère inflexible pour ses principes, Rachid Bouaratta, titulaire d’un doctorat dans le domaine du football, cumule une riche expérience dans ce domaine. Sollicité par Liberté pour donner son avis sur la qualification de l’équipe nationale olympique en demi-finale de la CAN U23 qui se déroule au Sénégal, l’actuel coach du CAB nous dira d’emblée qu’il s’agit jusque-là d’une très belle performance. “Après une très longue disette nous voilà au finish, j’espère que cette fois-ci sera la bonne pour nous tous, dans la mesure où on a besoin d’une jeunesse pour participer à un haut tournoi comme les Jeux olympiques. Je dirais tout simplement que cette catégorie nous interpelle tous pour une meilleure prise en charge. Je sais que la FAF a mis tous les moyens, il ne faut pas s’arrêter là, il faut un réel investissement pour cette équipe à long et moyen termes, car je suis persuadé et convaincu qu’elle peut nous faire valoir de très

belles satisfactions dans un très proche avenir,

il faut continuer à l’observer et à la suivre de

très près. Qu’importe le résultat final de cette CAN U23, il faut continuer à soutenir cette jeune équipe qui possède déjà le talent. Je ne vous le cache pas, je suis tombé sous le charme de cette jeune et audacieuse équipe de jeunots qui nous a tous émerveillés par la qualité de

jeu et la solidarité sur le terrain. On sent qu’il y

a de l’esprit et de la qualité dans le jeu, deux aspects importants dans le haut niveau, la touche de l’entraîneur aussi y est beaucoup

dans cette réussite”, fait remarquer Bouaratta, qui insiste sur le temps de jeu donné aux joueurs et qui était décisif dans cette compétition. “L’un des facteurs importants qui

a favorisé et aidé cette équipe reste

incontestablement le temps de jeu donné à certains joueurs, notamment ceux de l’USMA, Benkhamssa, Ferhat ou Abdellaoui, cela a impacté positivement sur l’équipe, car ces joueurs-là disposent d’un volume de compétition avec leur club, ils ont été aguerris par les matchs de coupe d’Afrique et de championnat. Pour moi, ce capital a été optimisé au cours de cette compétition africaine, il faut que les autres clubs empruntent le même chemin pour que notre football décide enfin de sortir de sa longue léthargie. En conclusion, je dirais que le talent existe chez nous, il suffit juste de ne pas le négliger”, conclut-il.

RACHID ABBAD

D. R.
D. R.

affirmé Schürmann à l'issue du match face au Nigeria. Les déclarations du Suisse sont claires, il ne veut pas que ses joueurs aient la grosse tête alors que l’objectif n’est pas encore atteint, à sa- voir la qualification aux Jeux olympiques de

Rio, au Brésil. Pour sa part, le défenseur olym- pien, Ayoub Abdellaoui, l’une des satisfactions de ce premier tour, était très content de la qua- lification au dernier carré de la CAN des U23. Pour lui, “contrairement à ce pensent certains,

cette qualification n’a pas été facile du tout vu les conditions auxquelles on était confrontés (chaleur, état du terrain), mais il est clair que le plus important c’était de passer cette phase poule, ce qui est fait elhamdoullah. On a fait le maximum pour arracher cette qualif.” “Main- tenant, la moitié du chemin a été fait, mais le plus dur reste à venir, car nous avons une demi- finale à disputer. On doit bien négocier cette ren- contre face à l’Afrique du Sud pour atteindre la finale et composter notre billet pour les JO 2016”, souligne le défenseur usmiste. D’autre part, l’équipe nationale olympique va disputer mercredi son match de demi- finale face au Ba- fana-Bafana à Dakar. Un match à grands enjeux pour nos Verts qui sont dans l’obligation de vaincre pour non seu- lement passer en finale mais aussi décrocher une qualification directe aux Jeux olympiques 2016 de Rio. À noter que mis à part le tenant du titre et son dauphin qui se qualifient directement aux JO de Rio 2016, la troisième équipe est appelée à disputer un match barrage face à une équipe d’Asie pour arracher sa qualification.

S. M.

KACI-SAÏD MOHAMED :

“Schürmann fait du bon travail”

H eureux pour la qualification des Verts à la demi-finale de la CAN U23, l’ex- international algérien Mohamed Kaci-

Saïd estime que cette équipe peut encore aller loin, car elle recèle de très bonnes individua- lités qui l’ont laissé perplexe. “Cette qualification nous a mis du baume au cœur, je suis très heureux pour ces jeunes joueurs qui m’ont vraiment stupéfait, non seulement par la remarquable qualité de jeu qu’ils ont développé à présent, mais aussi par

l’audace et le caractère démontrés sur le terrain.

Je vois en eux de futurs champions. Sur les trois

matches disputés, j’ai décelé chez cette équipe des éléments qui laissent sans aucun doute croi-

re, qu’il s’agit d’une équipe homogène. Je ne ver-

se pas dans l’optimisme béat, mais cela fait vrai-

ment longtemps que je n’ai pas vu une jeune équipe algérienne de cette trempe, c’est une fier- té. On a évité le Sénégal, tant mieux, car c’est toujours plus difficile d’affronter le pays orga- nisateur. Mais je dirais que ces jeunes ont le mo-

D. R.
D. R.

ral, ils sont capables de battre n’importe quel- le équipe. On ne misait pas trop sur cette équipe, mais elle a démontré qu’on s’est trom-

pé. Tant mieux ! C’est un groupe de joueurs ho- mogène, soudé et très motivé, qui a un avenir radieux”, a commenté Kaci-Saïd, avant d’ajou- ter : “Il y a un homme qui a finalement fait du bon travail, il s’agit de l’entraîneur Schürmann qui ne bluffe pas et qui travaille dans le silen- ce. Il est à féliciter. Son objectif c’est les JO de Rio en 2016, et on lui souhaite toute la réussi- te.” “Je pense qu’il faut saisir cette opportuni- té pour redynamiser davantage le football na- tional et réhabiliter le joueur local qui a dé- montré de quoi il est capable, la pâte existe, il suffit juste de bien la modeler, c’est ce qu’a fait Schürmann. Le fait de finir 1 er du groupe B, très élevé, avec l’Égypte, le Mali et le Nigeria, reste une sacrée performance. Je leur souhaite la vic- toire face à l’Afrique du Sud pour arracher di- rectement le billet quantificatif aux JO, on se penchera sur le titre qu’on peut remporter par la suite”, dira fièrement le porteur d’eau des Verts au Mondial 1986.

R. A.

ESTIMANT QU’UNE VICTOIRE FINALE EN CAN N’EST PLUS UNE UTOPIE POUR LES LOCAUX

Cherif El-Ouazzani :

“Il fallait juste leur faire confiance”

A vec la lucidité et le recul qui caractérisent toujours ses analyses et prises de posi-

tion, le champion d’Afrique des

nations 1990, Si Tahar Cherif El- Ouazzani, met en relief les critères de réussite qui ont mené les U23 à un jet de pierre d’une qualifica- tion historique aux Olympiades de l’an prochain.“En Algérie, la pâte

a toujours existé. Et en abondan-

ce. Il fallait juste faire confiance à ces jeunes pousses et leur faire ai- mer le goût du travail, du sacrifi- ce. Il faut les habituer au sérieux,

à un mode de vie qui s’accommo-

de au professionnalisme tel qu’exi- gé dans le haut niveau. Les ac- compagner et les encadrer à l’aide de moyens indispensables à ce ni- veau”, indique l’ancien capitaine du Mouloudia d’Oran de la gran-

de époque. “Ce n’est pas sorcier ! Pour toute sélection, il est impor- tant de multiplier les stages et les re- groupements bimensuels ou même mensuels, comme cela s’opérait à notre époque. Ces regroupements

à répétition permettront, surtout,

de créer un groupe, de le souder,

d’apprendre et d’inculquer à ses élé- ments le vivre-ensemble. Sur le

terrain, la cohésion, les automa- tismes et les ententes se formeront naturellement car travaillés en continu. Cela permettra de former une bonne sélection comme celle

qui nous donne tant de satisfaction

à partir du Sénégal et qui est pas-

sée par ce chemin”, affirme, à ce propos, un Cherif El-Ouazza- ni “heureux et confiant pour l’ave- nir de cette EN”. “Ce qui me fait plaisir également, c’est le fait que

cette équipe a été traitée d’égal à égal avec celle que dirige Christian Gourcuff puisque bénéficiant du même cadre du CTN. J’espère que toutes les autres sélections de jeunes bénéficieront du même traitement

et du même égard. Surtout qu’un jumelage intelligent entre les meilleurs des locaux et de leurs al- ter ego nés et formés de l’autre côté de la Méditerranée sera double- ment bénéfique pour l’avenir de ces sélections. Quand je dis le meilleur, je précise que ceux qui doivent être ramenés de l’autre rive, d’Europe, doivent être autrement plus per-

formants que ceux d’ici. Sinon, à valeur égale, il serait préférable de sélectionneur un jeune local dont la disponibilité à l’égard de l’EN ne posera jamais problème”, argu- mente notre interlocuteur,

qui “pense sincèrement que la vic- toire finale n’est plus une utopie”. “Ce sera la deuxième après la gé- nération de 1979, qui a représen- té l’Algérie aux Jeux olympiques de Moscou en 1980. Aux jeunes de cet- te EN des U23, je souhaite du fond du cœur ce bonheur d’aller disputer les Olympiades. Ils le mé- ritent vu de ce qu’ils sont en train de faire. Il faudrait, toutefois, qu’ils ne se reposent pas sur leurs lauriers et croire qu’ils ont atteint le top ni- veau. Le joueur algérien est, mal- heureusement, réputé pour être un adepte de la politique du moindre effort, aidé en cela par cer- tains entraîneurs-salariés qui ne veulent aucunement hausser le ton ou imposer leurs lois”, conclut Cherif El-Ouazzani.

R. B.

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

Supplément Sport

15

DOSSIER

AUX PORTES D’UN INCROYABLE DOUBLÉ : CAN-2015 / JO-2016

EN des U23 : Roulez jeunesse !

O n ne les attendait certaine- ment pas à ce niveau ! Du moins, ils n’étaient pas si nombreux que ça ceux qui voyaient cette équipe de Fe- rhat and co survoler son

groupe pour s’emparer de la première place et se qualifier devant le redoutable Nigeria.

Mieux, aucune voix qui compte dans le football algérien

n’avait haussé le ton avant le départ des U23 pour le Sénégal pour prévoir que cette sélection défrayera la chro- nique, dépassera le Nigeria et éliminera le Mali, pourtant multiples champions du continent et de la planète dans les jeunes catégories dont ils sont les rois incontestés. Mais forts d’un potentiel technique qui a tou- jours fait la fierté du footballeur algérien, bien en place tactiquement et surtout tenant le choc physiquement dans une atmosphère suffo- cante, les protégés de Pierre-André Schürmann ont admirablement relevé l’immense défi qui leur faisait face : briller en Afrique noire, à l’oc- casion de cette CAN sénégalaise. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. L’im- possibilité d’emmener dans leurs bagages les “professionnels” niçois et montpelliérain Ben- rahma et Bensebaïni, un temps évoqués pour

renforcer qualitativement les rangs, n’a ainsi pas fait que rassurer ces jeunes Verts avant leur en- vol pour Dakar. Menés, cependant, par un Ferhat aux jambes et à la vivacité retrouvées, un Meziane qui prouve jour après jour son immense talent et un Salhi qui justifie sa réputation de valeur sûre appelée certainement dans un futur proche à suppléer M’Bolhi dans la cage de l’équipe A,

Par : RACHID BELARBI

D. R.
D. R.

nos Olympiques ont remis à la mode le fameux refrain louant les mérites du produit local. Pour avoir d’abord tenu en respect une Égyp- te toujours aussi difficile à amadouer et qui a de tout temps produit des sélections perfor- mantes à cet âge comme en témoigne son re- cord inégalé en Afrique de onze participations aux tournois de football des Jeux olympiques, ou encore son récent quart de finale à Londres au tournoi masculin des JO-2012, la formation algérienne s’est surtout rassurée sur ses capa- cités à passer, sans accroc, un test grandeur na- ture de cette difficulté. Le succès face au Mali n’est, ensuite, venu que confirmer les aptitudes des coéquipiers du ca- pitaine Keniche à se sortir indemnes de ce vé- ritable groupe de la mort, tellement relevé et si riche en valeurs individuelles et collectives,

notamment cette sélection du Nigeria qui compte dans ses rangs quelques pépites de gros carats qui ont porté leurs cadets des moins de 17 ans pour conserver leur titre suprême de champion du monde de la catégorie, voilà à peine un mois, à l’image de l’attaquant Victor Osimhen, Soulier d'or et Ballon d'argent de l’épreuve.

Produit local, encadrement étranger Bien en place, répondant avec tact au défi phy- sique et très menaçants en contre-attaques, les Verts ont d’ailleurs fini par prendre à la gor- ge cette dénommée Dream Team IV et imposer leur loi pour terminer en tête de leur poule. Une première loge qui permettra, surtout, au onze algérien d’éviter l’archi-favori sénégalais en demi-finale, mercredi, et d’être exemptés de

ces toujours malveillantes et déstabilisantes pra- tiques africaines lorsqu’il est question de fai- re face au représentant du pays hôte et de compter comme adversaires supplémentaires un public hostile et un arbitrage-maison. “Il était important d'éviter le pays hôte en demi- finale”, confirmait à ce propos le sélectionneur national sur le site de la CAF. Ce mercredi, au stade Léopold-Sendar-Sen- ghor de Dakar, les Verts donneront la réplique à une Afrique du Sud qui compte à son crédit deux succès (face à la Zambie 3-2 et à la Tu- nisie 1-0), après une entame de tournoi ca- tastrophique et une défaite inaugurale face au Sénégal (3-1). Passer l’écueil sud-africain et ti- rer l’un des trois tickets gagnants mis en jeu pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016 en se qualifiant directement, sans attendre un éventuel match de classement, demeure dé- sormais l’objectif principal de cette séduisan- te sélection nationale qui semble avoir les épaules assez larges pour aspirer ensuite à un succès final pour ce qui serait une conquête his- torique du trophée africain. En place voilà quinze mois, soit depuis le mois d’août 2014, l’Helvète Pierre-André Schürmann réussirait du coup un authentique exploit qui donnerait, en parallèle, raison à son mentor, Mohamed Raouraoua, qui l’avait recruté en toute discrétion. Ayant bâti l’essentiel de sa renommée sur ses succès avec les jeunes Suisses champions d’Europe des moins de 17 ans en 2002 puis demi-finalistes de l’Euro des moins de 19 ans deux ans plus tard, le discret technicien don- nerait, par contre, raison à ceux qui plaident pour un encadrement… étranger des diffé- rentes sélections nationales !

R. B.

ÉLOGIEUX ENVERS LES COÉQUIPIERS DE FERHAT

Belloumi : “Ils doivent constituer des alternatives en équipe A”

J oueur le plus en vue de la sélec- tion algérienne qui s’était hissée aux quarts de finale du tournoi

de football des Jeux olympiques de Moscou en 1980 grâce à ses deux

buts face à la Syrie (victoire 3-0) et

à l’Espagne (nul 1-1), Lakhdar Bel-

loumi s’est “naturellement réjoui” du

passage de l’EN des moins de 23 ans en demi-finale de la Coupe d’Afrique des nations de sa catégorie, samedi

à Dakar.

“Tant mieux pour nous ! C’est une excellente nouvelle, mais c’est surtout un bon signe prouvant, si besoin

l’était encore, que le joueur local est toujours apte à relever le défi. Il est toujours là”, se félicite l’ancien in- ternational aux 138 sélections, pour lequel “ce passage au dernier carré ne doit pas être une fin en soi”.

“Il faudra principalement penser à un certain suivi dans le travail comme, par exemple, surclasser deux ou trois éléments pour les mettre, dans les meilleurs délais, dans le bain avec

l’équipe A. Je citerai pour illustrer mes propos Ferhat et Meziane. Ce sont des joueurs qui ont prouvé par leur ren- dement au cours de cette CAN qu’ils

pouvaient constituer d’excellentes alternatives en Afrique”, estime La- khdar Belloumi qui insiste sur le fait que “ces joueurs de l’EN des moins de 23 ans méritent qu’on leur accorde un réel intérêt, qu’on les intègre à leurs aînés et qu’on leur donne, ainsi, une chance de démontrer leurs aptitudes au palier du dessus quand l’occasion est propice”. “De cette manière, ils s’aguerriront davantage et gagne- ront en expérience à même de pou- voir progresser encore”, poursuit l’ancien meneur de jeu de légende des Verts des années 1980. Et de ren-

chérir, en référence, aux copies ren- dues par les protégés d’André-Pier- re Schürmann lors de leurs trois sor- ties successives au premier tour de cette CAN sénégalaise : “L’équipe A n’a pas sorti des matches pareils en Afrique subsaharienne. Le rende- ment de ces Olympiques impres- sionne et laisse à penser qu’ils peuvent aisément prétendre à représenter di- gnement l’Algérie au fin fond du continent”. Avant d’enchaîner, élo- gieux : “Ils ont une excellente op- portunité de se qualifier aux Jeux olympiques. Ils peuvent même créer

une énorme sensation en allant au bout de cette aventure africaine et pourquoi pas rentrer à Alger avec le trophée continental.” Pour l’ancien meilleur joueur du continent, “protéger cette équipe, l’accompagner dans sa progression, promouvoir ses éléments les plus méritants et les suivre dans leur tra- vail quotidien devrait rendre de gros services à l’EN dans la mesure où elle constituera une antichambre hété- roclite dans laquelle pourra puiser le sélectionneur national”.

RACHID BELARBI

LIANT LEUR PARCOURS EN CAN À LEUR PRÉPARATION

Haddou : “C’est le résultat d’une bonne prise en charge”

P our l’ancien capitaine des Verts de la pre- mière moitié de la précédente décennie, “la qualification des jeunes de moins de

vingt-trois ans au carré d’as de la Coupe d’Afrique de leur catégorie aura comme pre- mière conséquence de rendre un peu de crédit au championnat national”. “Ce que fait cette EN devrait réhabiliter le pro- duit local. Jusqu’à maintenant, ils sont en train de faire un parcours sans faute. Battre le Mali et tenir en échec l’Égypte et le Nigeria n’est pas à la portée de n’importe quelle équipe. C’est dire que leur première place de cette très relevée pou- le B n’est pas usurpée. Loin s’en faut, tant ils ont démontré des aptitudes et un caractère à tou- te épreuve. C’est une belle réponse à ceux qui ne cessent de nous casser les oreilles avec leur refrain négationniste. En Algérie, la pâte n’a ja- mais manqué, bien au contraire. Les talents ont toujours existé. Il faudrait juste en prendre soin et leur accorder un peu d’importance” souligne, un brin agacé, Haddou Moulay, avant de s’éta-

D. R.
D. R.

ler sur ce qui paraît à ses yeux comme l’une des raisons majeures de cette CAN réussie. “Cet- te équipe, on le voit, a bénéficié d’importants

moyens pédagogiques et logistiques, logeait et se préparait au Centre technique national de Sidi-Moussa qui demeure un excellent outil de travail pour toute sélection. On a pris soin de cette équipe des U23 et les résultats n’ont pas tardé à arriver” pense l’ancien défenseur- buteur du MCO et de l’USMA non sans fai- re le parallèle à ce qui se passait du temps où il était encore jeune international. “Contrai- rement à la négligence qui a saboté des géné- rations tout aussi, sinon plus talentueuses, cet- te équipe a été traitée presque comme son aî- née des seniors. Bien prise en charge et bénéfi- ciant de bonnes conditions de préparation, elle est en train de réussir et de prouver que seul le travail et le sérieux payent” assène un Haddou qui “parle en connaissance de cause”. Et d’ajouter, à propos du futur immédiat des coéquipiers du gardien Salhi : “L’objectif prin- cipal demeure, certes, la qualification aux Jeux olympiques mais si l’opportunité de gagner cette Coupe d’Afrique des Nations au Sénégal

se présente, il est clair qu’ils la saisiront. Ce se- rait génial, d’autant plus que ce beau parcours en poules devrait leur permettre d’avoir plus de confiance en leurs moyens”. Quant aux retombées sportives à moyen ter- me, notre interlocuteur a été très explicite. “Les portes de l’Équipe nationale A s’ouvrent un peu plus, c’est sûr. Chacun des éléments de cette sé- lection des U23 rêve désormais de connaître la même réussite et de vivre les mêmes sensations au palier du dessus. Même si on ne parle pas pour l’instant du statut de titulaires à part en- tière, prétendre faire partie du groupe ou des dix-huit n’est pas utopique pour quelques uns d’entre-eux, surtout que la différence est moins importante que ne le pensent certains, vu qu’en dépit de leur jeune âge, ils sont en train d’écrire une belle page de l’histoire du football algérien en pleine savane africaine”.

RACHID BELARBI

16

Supplément Sport

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

OMNISPORTS

MOURAD MEZIANE (DTN DES ÉQUIPES NATIONALES DE BOXE) À LIBERTÉ :

“La qualification de Chadi et Abbadi pour les JO de Rio est une motivation pour les autres”

L e directeur technique des équipes nationales de boxe, Mourad Meziane était très content de la qualification de Chadi Abdelkader (64 kg) pour les Jeux olympiques de Rio 2016,

surtout que ce dernier a composté son billet sans passer par les éli-

minatoires prévues en mars 2016. “Nous

sommes très fiers de Chadi, c’est une qualification méritée. Chadi mérite amplement sa 3 e place dans le classe- ment AIBA vu son parcours honorable. Il faut ajouter aussi que cette qualification est une grosse performance pour notre pugiliste, puisque c’est la troisième d’affilée, après les éditions de Pékin et de Londres, ce qui n’est pas rien pour cet athlète”, s’est targué Mourad Meziane. “C’est une suite logique pour Chadi, après son troisième titre africain décroché haut la main, une qualification au J O est plus que méritée pour lui”, souligne le DTN de la Fédération algérienne de boxe. Hier, un autre pugiliste algérien avait com- posté avec brio sa qualification pour les JO 2016, il s’agit de Lyes Abbadi (75 kg) à la faveur de son classement à la WSB (World Series Of Boxing). Abbadi prendra part pour la seconde fois aux Jeux olympique après Londres 2012. “Abbadi est un garçon pétri de qualités. Il mérite lui aussi sa quali- fication pour les JO. Nous sommes très contents puisque lors de la dernière édition à Londres, nous avons présenté six pugilistes, alors que pour les JO de Rio, il y en a déjà deux et avant même le tournoi qualificatif en mars 2016 à Yaoundé au Cameroun”, s’est félicité Meziane. Cette qualification est

, s’est félicité Meziane. Cette qualification est Par : SOFIANE MEHENNI D. R. d’autant plus importante

Par : SOFIANE MEHENNI

D. R.
D. R.

d’autant plus importante qu’elle va “motiver les coéquipiers de Chadi qui sont à l’affut d’une qualification à la prestigieuse des com- pétitions que sont les Jeux olympiques. Néanmoins, il faudra se surpasser pour les autres pugilistes qui seront obligés de passer par un tournoi qualificatif afin de composter leur billet pour Rio. Il faudra vraiment don- ner le meilleur d’eux-mêmes surtout que lors de ces éliminatoires, tous les pugilistes sont motivés à, l’idée de se qualifier aux prochains

JO. Cela étant, comme l’Algérie occupe la première place au niveau continental, on aspire naturellement à qualifier le maximum d’athlètes, nous en avons les moyens, il fau- dra juste bien se préparer en perspective”, rassure Mourad Meziane. En outre, pour ce qui est de l’objectif principal de la FAHB pour ce tournoi qualificatif aux JO 2016, Mourad Meziane nous a affirmé : “Aux derniers JO à Londres, nous avons pu qualifier six pugilistes. Cette fois-ci, nous

HANDBALL (AGEX)

Création d'une division “Excellence” à dix équipes

L es membres de l'Assemblée générale extraordinaire (AGE) de la

Fédération algérienne de hand- ball (FAHB) ont approuvé,

samedi à Alger, la formule d'un championnat d'Algérie de handball (dames) “Excellence” à

dix équipes.

Organisés au Centre de prépa- ration des équipes nationales à Souidania sous la conduite du président de la FAHB Saïd Bouamra, les travaux de l'AGE ont vu la présence de 80 membres de droit sur les 113 composant l'assemblée généra- le. La nouvelle formule de com-

pétition, votée à bulletin secret

par 45 membres de l'AGE, pré-

voit la création d'un champion-

nat

“Excellence” à dix équipes et

un

palier intermédiaire à huit

clubs. Trois équipes descen- dront du palier supérieur et trois autres accéderont en élite à

l'issue de la saison.

La proposition de fiche tech-

nique relative au championnat dames de handball 2015-2016, prévoyant une compétition à deux groupes de 8 équipes cha-

cun, a été par contre rejetée par

les membres de l'AGE. Cette

dernière proposition a fait l'ob-

jet d'une réunion du collège technique le 18 octobre dernier, au cours de laquelle une propo- sition de fiche technique relati- ve à la Division nationale 1 dames avait été adoptée puis présentée au bureau fédéral de la FAHB. La décision d'adopter une nou- velle formule du championnat avait été prise lors de l'Assemblée générale ordinaire (AGO) d'avril dernier. “Nous comptons sur le sens de respon- sabilité des membres composant l'assemblée générale pour trou- ver une solution favorable à ce problème pour l'intérêt général du handball féminin”, a indiqué Saïd Bouamra au cours des tra- vaux. De son côté, le président de la JS Awzellaguen, Hassaoui Driss, a fait part de son “mécon- tentement” à l'issue des travaux de l'AGE. “Les membres de l'AGE sont unanimes à dire que nous étions bel et bien lésés par une décision du collège tech- nique qui a décidé de faire rétro- grader trois équipes au lieu de deux. C'est une décision arbi- traire qui a fait l'objet d'un recours auprès du TAS (Tribunal arbitral du sport, ndlr) de Lausanne qui nous a

déboutés d'une manière injuste”, a-t-il estimé. Pour le président de la JS Awzellaguen, club pour- voyeur de jeunes talents au pro- fit des grandes équipes du championnat féminin, “cette AGE n'a fait que compliquer les affaires de notre club”. “Nous avons voté pour une formule à deux groupes de huit équipes, mais les membres de l'AGE en ont décidé autrement. Cette décision complique de plus en plus la situation du handball féminin en Algérie. Nous avons tendance à changer les systèmes de compétition à tort et à tra- vers. Ces pratiques doivent ces-

ser”, a-t-il ajouté. Pour rappel, le championnat féminin est à l'ar- rêt depuis la fin de la saison der- nière qui avait vu le sacre du HBC El-Biar. La situation de la sélection algé- rienne dames est plus compli- quée puisqu'elle est toujours en hibernation et sans entraîneur depuis le départ de Karim Achour à l'issue de la coupe d'Afrique des nations-2014 à Alger, ponctuée par une 4 e place et un échec à se qualifier au Mondial-2015, qui débute ce samedi au Danemark (5-20 décembre).

CHAMPIONNAT ARABE DES CLUBS (GRB)

Le CRBB Arréridj éliminé

n Le club algérien le CR Bordj Bou Arréridj a été éliminé du championnat arabe des clubs champions de handball qui se déroule à Sousse (Tunisie) après sa défaite, samedi, devant son homologue saoudien d'Assafa (27-28), mi-temps (16-14), en match comptant pour la 3 e journée du groupe B. La formation algérienne concède ainsi sa 2 e défaite après celle enregistrée devant l'ES Sahel (Tunisie) (21-35), contre une seule victoire acquise face à la formation libyenne d'Ittihad (27-23). Dans l'autre match du groupe, l'ES Sahel a obtenu une difficile victoire devant l'Ittihad de Libye (29-28). A l'issue du 1 er tour, l'ES Sahel (6 pts) termine en tête du groupe B, devant Assafa (3 pts), le CRBB Arreridj (2 pts) et l'Ittihad de Libye (1pt).

aspirons à qualifier au moins le même nombre”. Enfin, la gent féminine sera égale- ment concernée par la qualification aux JO 2016 de Rio, avec deux catégorie de poids, 51 kg et 60 kg.

S. M.

CHALLENGE NATIONAL FAA (2 e ÉTAPE)

Près de 1000 athlètes à Djelfa

n Le 9 e cross de la “Révolution”, 2 e étape du

Challenge national de cross-country de la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA) a été remporté par Nadir Gouasmia de Souk- Ahras et Nabila Sifi de l’AS Protection civile d’Alger. Couru samedi 5 décembre 2015 sur le parcours de Senelba (1 350m d’altitude), le cross de Djelfa a vu la participation de 611 garçons et 266 filles de 63 clubs représentant 24 wilayas. Le cross de Djelfa a été réussi au plan de l’organisation et la présence du champion olympique de Londres-2013, Taoufik Makhloufi, aux côtés du wali de Djelfa, a véritablement motivé les jeunes athlètes. La

3 e étape du Challenge national FAA de cross aura lieu samedi prochain, à Bord Bou- Arréridj.

FÉDÉRATION ALGÉRIENNE D'ESCRIME

L’AG extraordinaire adopte les nouveaux statuts

n L'assemblée générale extraordinaire (AGEx)

de la Fédération algérienne d'escrime (FAE), tenue samedi à Alger, a adopté à l'unanimité les nouveaux statuts et le règlement intérieur de l'instance fédérale. Cette session extraordinaire qui a vu la participation de 29 membres sur les 36 que compte l'AG, a été organisée pour la mise en conformité des statuts de la Fédération d'escrime avec les nouvelles dispositions du décret exécutif 14- 330 du 27 novembre 2014, fixant les modalités du statut-type des fédérations sportives. Le président de la FAE, Abderaouf Bernaoui, a estimé que cette loi venait “valoriser et protéger” les membres actifs du mouvement sportif national. “Cette loi va changer beaucoup de choses dans le mode de gestion des fédérations sportives qui se répercutera sur les ligues et les clubs. Elle va également confier le sport en général aux membres actifs, c'est-à-dire aux clubs et dirigeants qui sont proches des athlètes”, a déclaré Bernaoui à l'APS. À titre d'exemple, la subvention ne peut plus être accordée à une structure (ligue, club ou association) qui n'active pas. Selon le nouveau décret exécutif, des ligues pourraient également se voir retirer certaines missions car ne relevant plus de leurs prérogatives. “Dans les nouvelles dispositions du décret, il n'est plus admis qu'une structure, créée dans une région pour promouvoir et développer une activité sportive, se retrouve en train de végéter seule. Les ligues doivent se conformer aux lois de leur fédération”, a expliqué le représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), Mohamed Cherrak. Plusieurs autres points ont été abordés par les membres de l'AGEx, dont le sponsoring et le droit de regard du MJS sur les fonds propres des fédérations afin de contrôler les flux monétaires et, de ce fait, avoir la traçabilité de l'argent. L'instance fédérale aura également le droit d'intervenir directement dans des affaires de dopage en imposant des contrôles inopinés et infliger des sanctions contre les athlètes contrôlés positifs.

LIBERTE

Lundi 7 décembre 2015

Supplément Sport

17

DOSSIER

EN DÉPIT DE LA QUALIFICATION DE L’ÉQUIPE NATIONALE EN DEMI-FINALE DE LA CAN U23

La 14 e journée de Ligue 1 maintenue pour le 10 décembre

L a Ligue de football pro- fessionnel (LFP) re- prendra la compétition officielle du champion- nat des Ligues 1 et 2 dès ce week-end, où la

14 e journée est programmée et s’éta- lera sur trois jours, en dépit de la

qualifica-

de

l’équipe

nationale olympique en demi-finale face à l’Afrique du Sud, prévue mercredi 9 décembre à Dakar, à 19h30, dans le cadre de la CAN U23 (28 no- vembre - 12 décembre). L’informa- tion nous a été confirmée hier par le président Mahfoud Kerbadj, qui nous révélé que “la 14 e journée du championnat de Ligue 1 est bel et bien maintenue à sa date initia- le”. Le championnat a observé une trêve ce week-end pour permettre aux clubs qui disposent de plus de trois joueurs en équipe nationale U23 de ne pas jouer sans les inter- nationaux. Croyant certainement que les Verts allaient plier bagage dès la fin du premier tour de cette CAN U23, la LFP a donc programmé cette 14 e journée pour jeudi 10 dé- cembre, où le match NAHD-CSC est programmé au stade du 20-Août. Le lendemain, deux rencontres sont

Par : RACHID A.

tion

Liberté
Liberté

programmées : USMH-CRB au sta- de du 5-Juillet et USMB-JSS. Le res- te des rencontres se jouera samedi. L’USMA, qui se déplacera chez le nouveau promu le DRBT, sera

l’équipe la plus pénalisée, car elle possède quatre joueurs chez les Olympiens : Abdellaoui, Benkhe- massa, Ferhat et Derfalou ; suivie de l’ASO qui possède trois joueurs.

Abdelkrim Medouar nous a révélé qu’il ne demandera pas de report. “J’ai mis l’intérêt national au-dessus de l’intérêt du club, je vais jouer chez l’USC amoindri de cinq joueurs et pas

MO BÉJAÏA

Morgan, Boucherit et Zaâlani courtisés

E plus du joueur tchadien Morgan, qui a été

contacté par la direction, les responsables du Mouloudia de Béjaïa s’intéressent aus-

si à deux joueurs locaux qui évoluent au RCA. Il s’agit du milieu de terrain Farid Daoud et de Na- cereddine Zaâlani qui ont déjà été contactés officiellement par les dirigeants. D'après une source sûre, les deux joueurs ont déjà donné leur accord aux responsables béjaouis et semblent très intéressés. L’autre joueur, en l’occurrence Antar Boucherit (CSC), qui a failli rejoindre le MOB l'été

n

dernier, semble, lui aussi, dans les petits pa- piers des gars de Yemma Gouraya. Il a même reçu une offre concrète de la part des dirigeants bé- jaouis qui cherchent à renforcer le compartiment du milieu par un bon élément. Selon une sour- ce, ce joueur négociera incessamment avec les Vert et Noir. À noter que le MOB ira défier, samedi, le MCA dans son jardin, pour le compte de la 14 e journée de Ligue 1 Mobilis. Par ailleurs, le MOB a tenu son assemblée générale ordinaire du club ama-

teur (CSA) au cours de laquelle les bilans moral et financier ont été adoptés à la majorité. Au cours de cette AGO, le président Arab Benaï a surtout axé son intervention sur le nouveau statut à suivre à partir de l’année prochaine. Les bilans moral et financier étant adoptés à l'unanimité des membres, les débats ouverts ont permis aux in- tervenants d'évoquer la situation du club et sur- tout les transferts des subventions vers la socié- té sportive par actions (SSPA/MOB).

A. HAMMOUCHE

MALGRÉ LE VŒU DU MCA ET DE LA JSK DE L’ENGAGER

Hamar veut transférer Belameiri à l’étranger

B ien qu’il ait reçu plusieurs offres des clubs algériens comme le MCA

et

la JSK, El-Hadi Belameiri pourrait toutefois évoluer à l’étranger.

C’est du moins ce que nous avons appris d’une source digne de foi,

qui ajoute que le joueur a été proposé à des managers travaillant pour le compte de clubs étrangers. On évoque à ce titre la piste de quelques for- mations d’Arabie saoudite qui seraient intéressées par le profil du joueur.

Il faut dire également que le président Hamar souhaite également placer son joueur dans un club étranger, pour éviter une mauvaise réaction des supporters locaux, dont une partie n’est pas d’accord avec la libération de celui qui a offert au club d’Aïn El-Fouara la Supercoupe d’Algérie en ins- crivant l’unique but du match face au MOB.

F. R.

HADJ NOUREDDINE, DTS DE L’ESS, À PROPOS DE LA PERFORMANCE DES VERTS À LA CAN U23

“Nous avons les moyens de rivaliser avec les meilleurs du continent si…”

L e directeur technique sportif de l’Entente de Sétif, Hadj Noureddine, se dit ravi et content de la performance des Olympiques

algériens au Sénégal. “C’est une bonne performance que viens de réussir notre équipe nationale olym- pique. Je pense que lorsqu’on donne les moyens aux joueurs algériens, ils peuvent donner des satisfac- tions. C’est le résultat de la confiance et les moyens qui ont été mis à la disposition de cette équipe”, dira-t-il en préambule, avant d’ajouter que les footballeurs algériens peuvent réussir des per-

formances de ce type pour peu qu’on leur offre les conditions idéales. “Le football algérien a les moyens de rivaliser avec les meilleurs du continent à condition d’offrir les moyens aux joueurs et leur donner le temps pour pouvoir améliorer leurs ap- titudes. C’est de toutes les manières une bonne et encourageante performance. Maintenant, il fau- dra penser à laisser cette équipe travailler afin qu’el- le puisse garder cette bonne dynamique”, a ajou- té notre interlocuteur, qui pense que même si la mission des joueurs de Pierre-André Schür-

mann s’annonce un peu délicate devant les Ba- fana Bafana, ils peuvent, toutefois, passer en fi- nale et chiper le fameux sésame pour les Jeux olympiques de Rio. “Certes, ce sera difficile devant les Sud-Africains. Cependant, j’estime que nos ca- pés ont les moyens de passer en finale et d’arracher la qualification pour Rio”, ajoutera-t-il, non sans conclure que la plus grande satisfaction réside éga- lement dans le fait que l’ESS possède trois joueurs dans cette équipe (Keniche, Haddouche et Rebiai).

F. R.

des moindres : trois en équipe natio- nale olympique et deux suspendus dont Naâmani. On n’a pas le choix, le pays avant toute chose, l’ASO n’a jamais marchandé lorsqu’il s’agit de l’intérêt du bled”, nous dira le por- te-parole de l’ASO. Reste maintenant à connaître la position de l’USMA qui ne s’est pas encore prononcée, sachant pertinemment que les rè- glements généraux de la FAF stipu- lent qu’un club qui dispose de plus de deux joueurs en équipe nationa- le a le droit de reporter son match. Il faut savoir que dans tous les cas de figure, les hommes de Pierre-André Schürmann vont rester jusqu’à la fin du tournoi qui s’achèvera le 12 de ce mois. Qu’importe le résultat du mat- ch de mercredi, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, ils joueront le 12 dé- cembre, soit la finale, soit la 3 e pla- ce qualificative aux JO de Rio 2016. La LFP aurait pu décaler cette 14 e journée au mardi 15 décembre pour éviter tout ce cafouillage.

R. A.

CR BELOUIZDAD

Le centre de formation sera implanté à Réghaïa

n Le CR Belouizdad (Ligue 1 algérienne de football) s’est vu attribuer une assiette de terrain à Réghaïa (est d’Alger) pour ériger son futur centre de formation, a appris l’APS hier auprès de la direction du club algérois. “Le centre de formation du CRB, qui s'étend sur une superficie de 3,2 hectares, sera érigé à Bouraâda, dans la commune de Réghaïa. Nous avons reçu une correspondance dimanche (hier, ndlr) dans ce sens émanant de la Direction de la jeunesse, des sports et des loisirs (DJSL) d'Alger”, a affirmé à l’APS le vice-président du Chabab, Hamza Boudoumi. La DJSL de la wilaya d'Alger a lancé en novembre dernier des avis d'appels d'offres pour la réalisation de centres de formation au profit des clubs professionnels de football de l’USM Alger, du MC Alger, de l'USM El- Harrach et du NA Husseïn-Dey. Le centre de formation du MCA sera implanté à Zéralda et celui de son voisin l'USMA à Aïn Bénian. Pour l'USMH, le choix s'est porté sur une assiette de terrain à El-Harrach, alors que le centre du NAHD sera construit à Bordj El-Bahri. Après retrait des cahiers des charges, les soumissionnaires doivent déposer leurs dossiers au plus tard le 10 décembre courant et

les plis seront ouverts le même jour à partir de 13h, selon les avis d'appels d'offres publiés dans la presse nationale. “En raison de l’attribution tardive de notre assiette de terrain, le délai pour le dépôt des dossiers concernant notre centre de formation sera prolongé”, a souligné Boudoumi. Le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), ordonnateur principal de ces projets, a délégué à la DJSL d’Alger le lancement des appels d’offres. Le dossier des centres de formation traîne depuis le passage du football algérien au professionnalisme en 2010. Le MJS s'est engagé à prendre à hauteur de 100% la construction de ces centres de formation qui seront cédés aux formations en question

dans le cadre d’une concession.

XMT

18

Publicité

Lundi 7 décembre 2015

LIBERTE

MAYA TOURS L236 RÉVEILLON À TAGHIT (BÉCHAR)

Du 29/12/2015 au 03/01/2016

Transport en bus confortable, restauration et hébergement traditionnels, soirée du Réveillon en bivouac dans la

dune, compris visites guidées à 32.000 DA.

Tél. : 023 22 51 63 / 0557 01 09 04 0550 12 93 47

Places limitées

XMT

PETITESPETITES

AANNNNOONCESNCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

ETUDIEZ À LÉTRANGER

ANGLETERRE

ETATS-UNIS

ALLEMAGNE

du lycée à bac+, toutes les solutions pour réussir !

Contactez-nous aux :

0555 91 13 91 / 0560 00 77 44

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Cherche coiffeuse-esthéti- cienne, lieu Tizi Ouzou, bon salaire.

Tél. : 0557 18.17.19 - T.O-BR5609 ————————————— Atelier de confection cherche des modélistes et des piqueuses. Tél. : 021 48.06.72 - 0770

30.49.26 - BR4173

————————————— Grand magasin Tizi Ouzou cherche gestionnaire des stocks, maîtrisant parfaite- ment l’outil informatique. Envoyer vos références et coordonnées par email au universal-outillage@hotmail.com- T.O-BR5617 ————————————— Cabinet agréé de comptabilité et commissaire aux comptes Azazga recrute comptables (licence ou équivalent). Faxer CV au 026 14.14.66 - T.O-

BR5615

————————————— Restaurant à Garidi, Kouba,

cherche cuisinier, aide-cuisi- nier, serveur. Tél. : 0771 11.80.82 - 0540

06.15.14 - 0661 72.84.16 - XMT

————————————— Société installée à Alger-

Centre recrute une assistante de direction. Envoyer CV au :

021 65 34 74 - F.2048

————————————— Pizzeria cherche cuisinier,

aide-cuisinier, serveur, piz- zaïolo. Tél. : 0540 62.50.40 - 0554

62.86.45 - BR4204

————————————— Cherche coiffeuse. Tél. : 0668 68.21.36 - BR4207 ————————————— Hôtel Rif El Eulma Sétif recrute femme de chambre, réceptionniste (femme), ser- veur, cuisinier. Avantages :

hébergement et prise en char- ge assurés.

Envoyer CV et n° tél par fax :

036 76.33.66 - F2103

————————————— Société de maintenance et réparation d’ascenseurs recru- te ascenséristes expérimentés pour ses sites d’Alger. Tél. : 0561 81 72 43 - BR4210

COURS

ET LEÇONS

————————————— ELTC Language School lance nouvelle session français et

anglais adultes et enfants le 11 décembre cité Bouzegza, Frantz-Fanon, Réghaïa. Tél. :

0676.11.82.07 / 0549.53.92.93. Facebook : eltc.school. -F 1896 ————————————— SBL English School, votre par- tenaire pour améliorer votre anglais, lance nouvelle session

11 décembre : SBL Alger

Grande-Poste.

Tél. : 021.74.20.58 /

0550.86.47.84

SBL Rouiba coop. Ibn Sina,

proximité CEM Ibn El Khatib. Tél. : 0549.39.80.56 /

0561.38.64.33

SBL Boumerdès : coopérative 11 décembre, en face pâtisserie Mezghena. Tél. : 024.91.41.95 /

0550.10.14.16

www.sblschool.org - F 1895

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7 Lyès Sonacat. Tél. : 0561 27.11.30 - BR4197

————————————— Vends licence d’importation

100%.

Tél. : 0555 45.64.83 - T.O-BR5621

DIVERSES

OCCASIONS

—————————————

Vends unité de treillis soudés en marche. Tél. : 0771 22.47.87 - F2094 ————————————— Vends plieuse + guillotine

Omage + rouleuse de tôle

2500 bon état atelier de tour

complet. Tél. : 0772 20.11.17 -

0772 36.60.77 - F2095

————————————— Vends Sika Latex 25 BL Tél. : 0550 53.11.47 -BR4201

APPARTEMENTS

————————————— Vends F4 8e étage 76 m2 + asc. meublé Hassiba Ben Bouali vue sur mer acte + LF. Tél. : 0550 28.26.04 - Acom

VILLAS

————————————— Particulier vend villa R+2 superficie 328 m2 Zéralda, résidence gardée, axe autorou- te. Tél. : 0552 82.04.88 - XMT ————————————— Vends maison (3 apparte- ments) + 3 garages à Tigzirt. Tél. : 0555 45.64.83 - T.O-BR5622

TERRAINS

—————————————

Cagim vend terrain lotis. rési- dentiel 305 m2 parc Dounia 11 Décembre Dély Ibrahim +

160 m2, 2 façades Ouled

Fayet. Tél. : 0661 590 082 - ALP

LOCATIONS

————————————— Loue à Béni Saf villa meublée toutes commodités, chauf. central, vue sur mer, jardin, garages, rez-de-chaussée + 2, eau H 24, 2 entrées. Tél. : 0778 25.17.97 - 0553 27.41.04 - F2081

PROSPECTION

————————————— Cherche à l’achat villa à Rouiba ou Boumerdès. Tél. : 0661 65.09.46 - ABZ ————————————— Cagim cherche pour stes inter. résidences villas, duplex, appts Hydra, Val d’Hydra, Mackley, Golf, Ben Aknoun. Tél.: 0551 943 199 - ALP ————————————— Cherchons pour Européens villa avec piscine, apparte- ments modernes à Hydra et environs. Tél. : 0550 64.37.97 -BR4206

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JF licenciée en comptabilité et finance (bac + 4) cherche emploi dans un cabinet de compt. ou autre à Alger. Tél. : 0672 22.37.84 ————————————— JH 36 ans dynamique, 16 ans d’exp. sérieux, marié deux enfants, connaît Alger, ses envi- rons et tout le territoire national cherche emploi comme chauf- feur. Tél. : 0561 05 11 28 ————————————— JH 32 ans ayant TS en com- merce international option procédures de dédouane- ment, bonne maîtrise de l’ou- til informatique, sérieux, cherche emploi à Tizi Ouzou ou Alger. Tél. : 0549 89.30.79 —————————————

JH 39 ans marié 3 enfants cherche emploi comme

chauffeur poids léger, longue exp. Tél. : 0550 29.44.44

H

61 ans en bonne santé maî-

cherche poste chauf., agent d’entretien, gardien, coursier, b. santé physique et morale. Tél. : 0698 30 62 86

trise bien le français ayant passé de longues années au

sud du pays dans des stes nles

—————————————

et

étrangères comme chef de

————————————— Ingénieur GC/TP ex-DG 30 ans d’exp. cherche poste comme directeur projet ou

consultant. Tél. : 0771 016 725 ————————————— Père de famille à charge cherche emploi comme ven- deur, livreur, magasinier, administrateur, agent de sécurité, polyvalent, dyna- mique, sens du travail en groupe, 7 ans d’exp. libre de suite. Tél. : 0675 99 76 88

JH

26 ans diplômé, chauffeur

parc autos cherche emploi dans le domaine. Tél.: 0771 78 46 64

—————————————

3 ans d’exp., bonne santé

sérieux, dynamique, cherche emploi Béjaïa ou environs. Tél. : 0779 38.03.23 - 0780 42.53.20

—————————————

JH

39 ans bac + 3 véhiculé

expérience en gestion d’entre- prise commerciale et compta- bilité cherche emploi. Tél. : 0550 12 32 64

—————————————

Architecte 15 ans d’exp. cherche emploi même partiel maîtrise 3D et 2D suivi de chantier ou enseignant

Autocad 3 DS Max privé accep-

te toute proposition et déplace- ment. Tél. : 0553 62 22 82

JH sérieux cherche emploi comme chauffeur. Tél.: 0551 27 00 37

 

—————————————

—————————————

—————————————

F

cherche emploi comme

JF comptable ayant 8 ans d’exp. dans le domaine cherche emploi dans les envi-

JH

diplôme informatique

femme de ménage.

maintenance exp. 8 ans sérieux dynamique cherche

Tél. : 0793 03 51 98

—————————————

rons de Oued Smar.

emploi à Béjaïa ou environs. Tél. : 0557 02.01.70

H

titulaire CAP CMTC plus

Tél. : 0795 32.25.75 —————————————

de

27 ans d’exp. PC comp-

—————————————

table et paie cherche emploi

JH

sérieux chauffeur titulaire

JH

34 ans diplôme agent ser-

dans bureau de comptabilité

permis de conduire léger et lourd cherche emploi dans le domaine à Alger. Tél. : 0550 38.95.54 ————————————— Conducteur de travaux bâti- ment TCE génie civil VRD

vice

secourisme polyvalent

Alger. Tél. : 0662 19.57.70

maîtrise l’outil informatique cherche emploi Béjaïa ou

environs. Tél. : 0772 39.26.13

—————————————

JH ing. en hydrocarbures option automatisation plus de

—————————————

10 ans d’exp. dans le domaine

H

de Rouiba retraité comp-

industriel pétrol et gaz, bonnes connaissances en ins- trumentation automatisme

électricité maintenance ind. et supervision travaux construc- tion, cherche emploi.

table + 35 ans d’exp. bilan G50 CNAS stocks paie stock audit interne maîtrise IFRS PC Compta PC Paie PC

Stocks cherche emploi, libre

niveau ingénieur 40 ans d’exp. cherche emploi ou sous-trai- tance, maçonnerie, assistance technique, métrés suivi de chantier jusqu’à 100 km de rayon Ouest d’Alger.

de

suite.

Tél. : 0696 296 114

Tél. : 0798 283 404

—————————————

Tél. : 0662 91 23 37

—————————————

JH

24 ans habitant à Alger,

—————————————

JH 39 ans marié 3 enfants cherche emploi comme

titulaire d’une licence en sciences de gestion option management maîtrise les

JF

licenciée en sciences éco-

nomiques gestion d’entrepri-

chauffeur poid léger longue

se expérience 3 ans assistante

exp. Tél. : 0550 29.44.44

langues arabe et française et

de

direction, assistante com-

—————————————

l’outil informatique ayant 2

merciale cherche emploi. Tél. : 0553 70 65 84 —————————————

H

comptable long. exp.

ans

d’exp. dans le domaine de

comptabilité finance stocks

la

gestion dans une multina-

fiscalité paie RH audit rési-

tionale, cherche emploi.

JH

28 ans licence en droit +

dant

à Rouiba maîtise PC

Tél. : 0558 11 01 77

CAPA exp. un an dans le domaine maîtrise l’outil informatique et les langues étrangères cherche emploi. Tél. : 0790 10 12 86 ————————————— JH 22 ans étudiant bac + 3

futur licencié en science poli- tique cherche emploi (mi- temps), courtois, poli, ponc- tuel, étudie tte proposition. Tél. : 0551 61 82 13 —————————————

Compta PC Paie cherche

—————————————

emploi libre de suite. Tél. : 0555 96 82 31

JH

33 ans cherche emploi res-

ponsable moyens généraux ou

—————————————

contrôleur de gestion diplôme

H

comptable + 40 ans d’exp.

MBA audit et contrôle de ges- tion. Tél. : 0552 20.23.30

—————————————

SCF droit social fiscalité maî- trise normes NSCF PC Compta PC paie PC stocks même accepte à mi-temps cherche emploi libre de suite. Tél. : 0553 63 60 46

JH

29 ans ingénieur en génie

mécanique exp. dans la vente de pièces auto maîtrise Autocad et Solidworks et

—————————————

Office cherche emploi à Alger

JF

architecte dynamique

dans le domaine ou autre. Tél. : 0790 50 18 15

—————————————

JF

25 ans, diplômée en finan-

sérieuse 6 ans d’exp. maîtrise logiciel cherche emploi dans le domaine. Tél.: 0559 64 20 57

ce, 3 ans d’expérience, cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0555 19 42 54 —————————————

JH

27 ans licence en sciences

commerciales option compta-

—————————————

bilité, poste occupé comptable

Comptable long. exp. G50

+

auditeur exp. 3 dans dans

Cherche nourrice ou garde malade sur Alger. Tél. : 0560 30 08 96 —————————————