Vous êtes sur la page 1sur 26
Supplément Sport EN DÉPIT D’UN MARCHÉ DES TRANSFERTS MORNE 40 joueurs recrutés durant le mercato

Supplément

Sport

EN DÉPIT D’UN MARCHÉ DES TRANSFERTS MORNE

40 joueurs recrutés durant le mercato P.13 à 17

LES JOURNÉES DES ARTS POPULAIRES SAHARIENS S’OUVRENT À TAMANRASSET

Le patrimoine culturel immatériel de l’Ahaggar revisité P.11

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

P.11 LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER LIBERTE QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7132 LUNDI 18 JANVIER 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

PROCÈS DE L’AFFAIRE SONATRACH I

Chekired relate la genèse du projet du GK3 P.4

RISQUE TERRORISTE AU SUD ET CRISE FINANCIÈRE AIGUË Double pression sur l'Algérie ELLE SE TIENT
RISQUE TERRORISTE AU SUD
ET CRISE FINANCIÈRE AIGUË
Double
pression
sur l'Algérie
ELLE SE TIENT DANS UN CONTEXTE SÉCURITAIRE EXPLOSIF
Mali : réunion d’évaluation à Alger sur l’accord de paix
APRÈS LA LEVÉE DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES CONTRE L’IRAN
Pétrole : crainte d’une accélération de la chute des prix
P.2/3
Louiza Ammi Archives/Liberté

INTEMPÉRIES À L’EST DU PAYS

Après la neige…, le verglas

P.6

VERS LA CRÉATION D’UNE SOCIÉTÉ MIXTE ALGÉRO-CHINOISE

Shanghai Port pour la gestion du nouveau grand port du Centre

P.7

CRÉATION D’UNE SOCIÉTÉ MIXTE ALGÉRO-CHINOISE Shanghai Port pour la gestion du nouveau grand port du Centre

2

L’actualité en question

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

RETOUR EN FORCE DES GROUPES TERRORISTES DANS LE SAHEL

L’Algérie fortement menacée

Depuis la conclusion de l’Accord d’Alger, en deux étapes (15 mai et 20 juin 2015), les groupes terroristes islamistes ont signé leur retour dans le nord du Mali, comme pour saper cet accord. Certains groupes ont même étendu leur champ d’action au sud du pays et semblent prêts à embraser tout le Sahel.

L e Sahel s’embrase et re- plonge progressivement dans le chaos sécuritai- re. Aucun pays n’y échappe. La sanglante prise d’otages de vendre-

di à l’hôtel Splendid, au cœur de la

capitale du Burkina Faso Ouagadou-

gou, est une véritable démonstration

de la part des groupes terroristes, à

leur tête Al-Qaïda au Maghreb isla- mique (Aqmi) et Al-Mourabitoune, respectivement dirigés par deux chefs terroristes algériens, Abdelma- lek Droukdel et Mokhtar Belmokh- tar. Ces deux mouvements ne for- ment désormais, et depuis décembre dernier, qu’une seule entité, après l’annonce de leur fusion. Al-Mourabitoune, qui a revendi- qué l’attaque de Ouagadougou, est, lui aussi, le produit d’une autre fu-

sion entre les Signataires par le sang de l’introuvable Belmokhtar et le Mouvement pour l’unicité et le jihad

en Afrique de l’Ouest (Mujao). Ces

fusions n’empêchent pas, par ailleurs, ces groupes d’agir en solo dans certaines zones où ils ont plus d’influence, bien que leur objectif de- meure le même : entretenir l’insta- bilité et le climat de terreur dans la région sahélo-saharienne pour sub- sister et garder la main sur le trafic d’armes et de drogue, première

D. R.
D. R.

source de financement, outre les enlèvements des ressortissants étran- gers. Parfois, ils font appel à des “sous-traitants” locaux, comme cela est le cas au Mali, où Aqmi et Ansar Eddine du terroriste targui Iyad Ag Ghali “bénéficient” des services du Front de libération du Maçina de l’imam Amadou Kouffa. Cette car- tographie des groupes armés révèle

encore une fois la menace terroris- te qui pèse sur l’Algérie qui partage une large bande frontalière avec ses voisins du Sahel : le Mali, le Niger et la Mauritanie. Outre la faiblesse des forces armées locales, la porosité des frontières entre ces pays offre une importante liberté de mouvement pour les membres d’Aqmi, d’Al-Mourabi-

La région du Sahel pullule de groupes terroristes.

toune et d’Ansar Eddine pour fuir dans plusieurs points de repli, no- tamment en Libye, pays instable et sans État depuis la chute de l’ancien régime de Tripoli en 2011 et la dis- parition de son défunt dirigeant Mouammar Kadhafi. C’est du sud de la Libye, d’ailleurs, que se sont infil- trés en janvier 2013 les auteurs de la prise d’otages du site gazier de Ti-

guentourine, à In Amenas. Ces ter- roristes d’Aqmi ont traversé la fron- tière algéro-libyenne et pu pénétrer dans ledit site gazier sans être repé- rés par les centaines de soldats dé- ployés par l’armée algérienne. Au- jourd’hui, la menace terroriste est réelle sur l’Algérie et il y a de quoi s’en inquiéter. Car, le nombre impressionnant de saisies d’armes dans le sud du pays et l’arrestation mardi dernier par l’Armée nationale populaire (ANP) de sept terroristes dans la même ré- gion d’In Amenas, constitue un sé- rieux motif d’inquiétude. Cela, sans oublier le fait que les dirigeants des principaux groupes terroristes dans la région sont tous des Algériens, y compris la filiale malienne d’Aqmi, Yahia Abou el-Hammam, dont l’en- tretien accordé à l’agence de presse privée mauritanienne annonce des jours sombres pour la région sur le plan sécuritaire. Ces derniers, bien que leurs relais lo- caux aient été décimés dans certaines régions d’Algérie ou fortement affai- blis dans d’autres zones, pourraient toujours mener des opérations meurtrières de la même ampleur que celle de Tiguentourine, en faisant ap- pel à des éléments issus d’autres pays.

LYÈS MENACER

ELLE SE TIENT DANS UN CONTEXTE SÉCURITAIRE EXPLOSIF

Mali : réunion d’évaluation à Alger sur l’accord de paix

A lger accueille aujourd’hui une réunion “consultative de haut niveau des membres du Comité de suivi de l’accord

pour la paix et la réconciliation au Mali”, pa- rallèlement à une rencontre régulière du Co- mite bilatéral stratégique algéro-malien, qui a débuté hier. Vu le contexte de sa tenue, cette réunion prend un cachet assez particulier. Car, elle a lieu au moment où la mise en œuvre de l’Accord d’Alger piétine, tandis que sur le plan

sécuritaire, le nord du Mali et d’autres pays de

la région du Sahel sont aux prises avec la re-

crudescence des attentats terroristes et des en- lèvements des ressortissants étrangers. Le

dernier acte terroriste en date est l’attaque, ven- dredi, d’un convoi humanitaire dans le cercle

de Goundam, près de Tombouctou. Au moins

deux soldats maliens ont été tués et trois autres blessés, selon plusieurs sources. Une autre at- taque a visé la localité de Dioura, relevant de

Mopti, dans le centre du Mali. Ces deux attaques sont à inscrire dans la longue série de violences armées, toutes reven- diquées par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Eddine, le Front de libération

du Maçina et Al-Mourabitoune, chacun dans

zone d’influence à travers tout le territoire malien.

sa

Si

les attaques terroristes dans le sud du pays

et

la capitale Bamako sont un fait nouveau,

dans le nord du Mali elles constituent le lot quotidien des habitants qui attendent avec im- patience la mise en place des troupes mixtes

(armée malienne et ex-rebelles), dans le cadre

de l’Accord d’Alger. La mise en place de ces

troupes mixtes devraient permettre, dans le moyen et le long terme, la sécurisation du nord

du Mali, ce qui est en soi une mauvaise cho- se pour les groupes terroristes islamistes, plus particulièrement pour Aqmi et Ansar Eddine, les deux mouvements les mieux implantés dans cette zone proche de la frontière algérienne. C’est ce qui explique, en partie, la multiplica- tion des attaques terroristes contre l’armée ma- lienne, contre les troupes de la mission de paix onusienne la Minusma, mais également contre les soldats français de l’opération Barkhane et les éléments armés de la Coordination des mouvements de l’Azawad, un des signataires de l’Accord d’Alger et anciennement allié à An- sar Eddine. Le chef de ce mouvement, Iyad Ag Ghali, issu de la communauté targuie des Ifo- ghas, avait rallié les ex-rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad tout au dé- but de leur rébellion en 2012 contre les auto- rités maliennes à Bamako, avant de verser dans le terrorisme quelques mois plus tard. C’est pourquoi il s’acharne aujourd’hui à saper l’accord de paix pour se maintenir dans la ré- gion, menaçant également les intérêts français, dans un enregistrement audio qui remonte au mois de novembre 2015. Les inquiétudes de l’ONU, quant au retard pris dans la mise en place des sites de cantonnement des ex-rebelles et le lancement des troupes mixtes, sont, en effet, motivées par cette me- nace terroriste, selon le dernier communiqué du Conseil de sécurité rendu public début jan- vier. La réunion d’Alger nourrit donc beaucoup d’attentes pour éviter un chaos programmé au Mali, un pays en phase de devenir malgré lui le cœur battant de la lutte contre le terrorisme islamiste dans la région sahélo-saharienne.

L. M.

Publicité

lui le cœur battant de la lutte contre le terrorisme islamiste dans la région sahélo-saharienne. L.

F.43

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

L’actualité en question

3

RISQUE TERRORISTE AU SUD ET CRISE FINANCIÈRE AIGUË

Double pression sur l’Algérie

À l’angoisse du gouvernement de ne pas parvenir à maintenir la paix sociale viendra s’ajouter la pression du risque sécuritaire aux frontières.

C’ est

à

contraintes plu- tôt qu’à une que l’Algérie est dé- sormais confron- tée : la difficulté

deux

Archives Liberté
Archives Liberté

les ressources financières sont forte- ment dépendantes de la vente des hy- drocarbures. D’ailleurs, il est à se de- mander si le gouvernement ne serait pas amené à opérer un recadrage budgétaire à court terme, à travers une loi de finances complémentaire (LFC) 2016 plus tôt que d’ordinaire. Pour nombre d’experts, en tout cas, cela interviendra inéluctablement, puisque le niveau de la chute du prix du baril et sa durabilité faussent

La menace terroriste dans le Grand-Sud n’est pas à écarter.

les calculs du gouvernement qui a éla- boré la loi de finances 2016 sur un ba- ril de référence à 37 dollars. Ce der- nier, déjà forcé au choix de l’austéri- té économique, ne pourra pas échap- per aux arbitrages budgétaires enco- re plus éprouvants. Mais l’Exécutif, habitué à la dépen- se excessive et irrationnelle du temps de l’opulence financière, saura-t-il gé- rer une situation de crise aggravée, la- quelle ne sera sans doute pas exemp-

te de remous politiques et d’agitation sociale, dont les prémices se font d’ailleurs déjà ressentir ? Pas si sûr. On déduit au regard des tâtonne- ments qui caractérisent aujourd’hui

ses actions, qu’il ne peut être le gou- vernement de la situation. À plus for- te raison lorsque, à son angoisse de ne pas parvenir à maintenir la paix so- ciale, viendra s’ajouter la pression du risque sécuritaire aux frontières. Un risque réel que rappelle, malheureu- sement à la fois, le regain d’activités du groupe terroriste de Mokhtar Belmokhtar, les arrestations de ter- roristes dans le Sud algérien, dans la région frontalière avec la Libye et le Niger, notamment, et les intercep- tions des armes qu’ils tentaient d’y in- troduire. La difficulté pour le gouvernement est de pouvoir conduire une politique d’austérité sans coup férir, tout en maintenant une vigilance sécuritai- re accrue. La difficulté pour lui, aussi, est qu’il ne cède pas à son péché mignon qui consisterait à exhiber la menace sé- curitaire pour s’éviter de gérer des si- tuations préoccupantes au double plan politique et social.

SOFIANE AÏT IFLIS

économique, induite par la dégrin- golade en continu du prix du baril du pétrole, qui a chuté vendredi, pour la première fois depuis 13 ans, à moins

de 30 dollars, et la détérioration du climat sécuritaire dans la sous-région du Sahel, avec, notamment, l’atten- tat terroriste revendiqué par El-Mou- rabitoune de Mokhtar Belmokhtar contre un hôtel au Burkina Faso. C’est donc, autrement dit, deux dé- fis que son gouvernement doit si- multanément relever dans une conjoncture économique mondiale qui ne prête guère à l’optimisme. Les perspectives financières pour le pays sont plutôt inquiétantes, pour ne pas dire sombres. La reprise des ex- portations pétrolières iraniennes, après la levée, hier, des sanctions américaines et européennes qui frap- paient le pays de Hassan Rohani de- puis plusieurs années, maintiendrait, voire aggraverait, la tendance bais- sière des cours du Brent sur les mar- chés mondiaux. Ce qui, convenons- en, n’est pas une bonne nouvelle pour un pays comme l’Algérie dont

À L’EFFET DE CONSTRUIRE UN FRONT CAPABLE D’AMORCER UN PROCESSUS DÉMOCRATIQUE

Le Raj appelle à une “large mobilisation”

n L’association Rassemblement action jeunesse (Raj), qui dénonce “la situation alarmante” que traverse le pays, appelle à une “large mobilisation” de toutes les forces “progressistes” à l’effet de “construire un front capable d’amorcer un processus démocratique”. Dans une déclaration publiée à l’issue de la réunion de son conseil national, dédiée à la mémoire de feu Hocine Aït Ahmed, le Raj regrette que “le pays vit au rythme d’un régime autoritaire qui ne se soucie que de sa survie au détriment de l’intérêt général (…)”. Soulignant que la chute des prix du pétrole “a mis à nu l’échec des politiques économiques basées sur l’achat de la paix sociale, le clientélisme, la bureaucratie et la corruption”, l’association dénonce “la politique d’austérité où le simple citoyen paye les errements des décideurs”. Pour elle, “la promulgation de la loi de finances 2016, en dépit d’une large contestation, en est un exemple d’entêtement et d’absence de volonté des pouvoirs publics d’engager un débat national large, profond et inclusif, afin de trouver des solutions adéquates”.

F. A.

APRÈS LA LEVÉE DES SANCTIONS ÉCONOMIQUES CONTRE L’IRAN

Pétrole : crainte d’une accélération de la chute des prix

L e retour de l'Iran sur le marché pétrolier, après la levée des sanctions occidentales impo-

sées à ce pays depuis 2012, risque de compromettre davantage la reprise des cours du baril de brut passé au- dessous de la barre des 30 dollars, pour la première fois depuis douze ans. Vendredi, en fin d'échanges européens, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars, va- lait 29,11 dollars sur l'Interconti- nental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,92 dollar par rapport à la clôture de jeudi et son niveau le plus bas depuis le 9 février 2004. “En prenant en compte les conditions sur le marché mondial et le surplus existant, l'Iran est prêt à relever ses ex- portations de pétrole brut de 500 000 barils par jour”, a déclaré le vice-mi- nistre iranien du Pétrole, Amir Hos- sein Zamaninia, cité par l'agence de presse Shana. L'Iran n'a cessé de répéter, ces der- niers mois, qu'il n'était pas prêt à fai- re de concession sur sa production, une fois l'accord sur le nucléaire en- tré en application, prévoyant d'inon- der le marché pour atteindre un mil- lion de barils d'ici à la fin de 2016. Le retour sur le marché pétrolier de l’Iran, quatrième réserve de brut au monde, inquiète les monarchies pé- trolières du Golfe. Signe de cette fé- brilité, les Bourses de l'Arabie saou- dite et des monarchies pétrolières du Golfe. La Bourse saoudienne, la plus im- portante des pays arabes, a clôturé sur une baisse 5,44% après avoir chu- té en séance à plus de 7%. L'Abu Dhabi Securities Exchange a cédé 4,24%. Le Kuwait Stock Exchange a

reculé de 3,2%. Depuis le début de

l'année, les sept marchés du Golfe ont perdu plus de 130 milliards de dollars de leur capitalisation totale qui est estimée actuellement à 800 milliards de dollars. Si l’Algérie a fait preuve, jusqu’à maintenant, d’une certaine résilience, l’année 2016 s’annonce encore plus difficile que l’année 2015. D’autant que l’Iran détient d’im- portantes réserves de gaz. Le gou- vernement semble n’avoir pas anti- cipé ce retour de l’Iran, en tablant sur un prix moyen du baril de pétrole de 45 dollars dans l’élaboration du budget 2016. L’année passée, la chute des prix du pétrole a, très fortement, impacté les recettes du pays. La chute des prix du pétrole, associée à une baisse des quantités d’hydro- carbures exportées de 3,09 % au cours des neuf premiers mois de

2015 (4,57% au cours du premier se-

mestre de 2015) comparativement à la même période de 2014, s’est tra- duite par un niveau d’exportations d’hydrocarbures de seulement 25,79 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l’année écoulée, contre 46,86 milliards de dollars une année auparavant. Une telle contraction de 45% (-21,06 mil-

liards de dollars) confirme l’am- pleur du choc externe qui a pesé en

2015 sur l’économie nationale, très

vulnérable à la ressource hydrocar- bures. Selon le dernier rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (Energy information administration), le Brent devrait progresser à 40 dollars en 2016. Mais ce léger rebond ne va se pro- duire qu’à partir d’avril prochain, se- lon les pronostics de cette agence qui

table sur un baril à 50 dollars en 2017, et de 56 dollars durant le der- nier trimestre 2017.

M. R.

L’ÉDITO

PAR SAÏD CHEKRI

Le troisième risque

Il ne s’agit surtout pas d’opter pour

cette démarche politicienne, d’habitude si chère à nos dirigeants, qui consisterait à faire un usage calculé et rusé du contexte sécuritaire difficile en le brandissant comme un épouvantail pour faire taire les protestations politiques

ou encore la fronde sociale que ne manqueront pas de provoquer les mesures d’austérité dictées par le fléchissement des ressources financières.”

À l’heure même où le terrorisme frappe durement dans un pays du Sahel, le Burkina Faso, l’Iran voit, enfin, levées les sanctions éco- nomiques et financières qui l’étouffaient et s’apprête à mettre im-

médiatement sur le marché pétrolier quelque 500 000 barils/j, un vo- lume qu’il prévoit de doubler vers la fin de l’année en cours. Si, pour le commun des pays, ces deux faits ne concordent, de prime abord, en rien, il en va autrement pour l’Algérie. Car, à Alger où le syndrome Ti- guentourine plane toujours, l’on sait qu’une flambée terroriste au Sa- hel est un indicateur sérieux de la réalité d’une menace dont, certes, on n’ignorait pas l’existence, mais dont on découvre qu’elle est restée en- tière et qu’elle a survécu aux opérations Barkhane et Serval. Et l’on sait aussi, de même, qu’une augmentation aussi substantielle de l’offre sur le marché pétrolier va induire, inéluctablement, une accélération de la baisse des cours du brut et, donc, réduire la durée du “sursis” que le Fonds de régulation des recettes peut donner au gouvernement. Pour autant, il est vrai que le défi sécuritaire et la crise financière aux- quels le gouvernement est ainsi, simultanément, confronté restent deux problèmes distincts qui appellent, chacun, une approche à part, serei- ne, appropriée et bien définie. Il ne s’agit surtout pas d’opter pour cette démarche politicienne, d’ha- bitude si chère à nos dirigeants, qui consisterait à faire un usage calculé et rusé du contexte sécuritaire difficile en le brandissant comme un épou- vantail pour faire taire les protestations politiques ou encore la fronde sociale que ne manqueront pas de provoquer les mesures d’austérité dic- tées par le fléchissement des ressources financières. Soumis à cette double pression, nos dirigeants, pris de court comme à l’accoutumée et visi- blement désarmés devant l’ampleur des défis, pourraient “perdre la tête” ou manquer de sang-froid au point de verser dans la déraison et de re- courir à un tel procédé. C’est le troisième risque qui plane sur le pays. Un risque inutile à prendre, celui-là, car il ne réglerait pas la crise financière et ne réduirait pas, encore moins, la menace terroriste. n

4

L’actualité en question

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

PROCÈS DE L’AFFAIRE SONATRACH I

Chekired relate la genèse du projet du GK3

Le tribunal criminel d’Alger en a presque fini avec l’audition des témoins dans le procès de l’affaire Sonatrach I et il ne reste plus que le quatrième et dernier groupe composé de huit cadres supérieurs qui ont occupé des responsabilités au sommet de la compagnie à l’image d’Abdelhamid Zerguine, successeur de Mohamed Meziane au poste de P-DG, et l’ancien vice-président chargé de l’aval.

H ier, les membres des commissions d’ouverture des plis constituées dans le cadre des projets du gazo-

duc GK3 et de la réhabilitation du siège de la compagnie sis à la rue Ah- med-Ghermoul à Alger, se sont suc- cédé sans rien dire, ou presque. À l’exception de Sidi Mohamed Be- namar, membre de la commission d’évaluation des offres techniques du projet de réhabilitation du siège de Ghermoul. Il a révélé que “la com- mission n’a jamais siégé et qu’il n’a entendu parler du travail qu’elle au- rait fait qu’après avoir été convoqué par le juge d’instruction”. En revanche, les témoignages de Hocine Chekired, ancien P-DG de Tassili Airlines et ancien vice-pré- sident de Sonatrach chargé du trans- port par canalisation, et Mohamed Benabbes, directeur de l’adminis- tration et des moyens généraux de l’activité commercialisation, ont été

ceptionnellement, au P-DG de dé- roger à ces dispositions si l’impor- tance d’un projet le justifie. Et de narrer la genèse du projet du gazo- duc dit GK3. “La demande sur l’électricité et le gaz s’était accentuée dans la région Est du pays et les gazoducs existants n’arri- vaient plus à la satisfaire. Il y avait aussi une usine de liquéfaction de gaz en construction à Skikda et une nou- velle centrale électrique à Koudiat Draouche, qu’il fallait alimenter. D’autant que Sonatrach s’était en- gagée pour un projet transméditer- ranéen (Galsi) et il fallait acheminer le gaz jusqu’à la côte. Nous avions alors procédé à une présélection des entreprises.Vingt-trois entreprises ont manifesté leur intérêt pour le pro- jet, mais nous n’en avons pré-quali- fié que onze pour les lots n°1 et n°2, et six pour le lot n°3. Or, seulement quatre entreprises ont retiré le cahier des charges pour ce troisième lot et seules deux d’entre elles ont présen- té des offres, à savoir Saipem et Spie-

ORAN

Des courtiers du foncier derrière les barreaux

instructifs. Chekired, qui était di- recteur de l’audit avant d’être promu vice-président chargé du transport par canalisation, a présidé la com- mission qui a rédigé cette directive dite “R15”. “C’était un texte inspiré du code des marchés publics qui tient compte des spécificités de Sonatrach. Et ce, bien que ce soit une entreprise pu- blique à caractère économique sou- mise plutôt au code du commerce. C’est l’une des plus grandes compa- gnies au monde et le but était de la doter de règles claires en la matière et de donner de la visibilité à ses four- nisseurs et partenaires étrangers. Et ce, pour préserver son image de marque à l’internationale”, a-t-il esquissé. Il convient, néanmoins, de retenir que cette directive était muette par rapport à ce qu’il fallait faire au cas où un appel d’offres s’avérerait in- fructueux et qu’elle ne dise mot sur la consultation restreinte. Cheki- red a expliqué qu’elle permettait, ex-

Capag. Nous nous sommes retrouvés face à une situation où il fallait an- noncer l’annulation du projet. Mais vu son importance, nous avons consulté le P-DG parce que c’était un marché de plusieurs centaines de millions de dollars et nous n’avions pas le pouvoir de le passer de gré à gré sans accord. Et il nous a accordé une dérogation pour poursuivre la pro- cédure. Au moment de l’évaluation des offres techniques, j’ai quitté mon poste de vice-président chargé du transport par canalisation”, a-t-il déclaré. Et d’ajouter : “Au moment où j’ai quitté, Sonatrach avait enco- re la possibilité d’annuler le marché sans avoir à indemniser les soumis- sionnaires, conformément à l’article 15 de la R15.” L’ouverture des plis financiers et la signature du contrat avec Saipem, moins-disante dans cette consulta- tion, se sont faites par Benamar Ze- nasni, son successeur qui avait né- gocié 15% de réduction sur le prix jugé élevé.

Quant au témoin Mohamed Be- nabbes, directeur de la structure responsable de l’opération du siège de Ghermoul, il a été déstabilisé par l’avocat de son subalterne Mou- loud Aït El-Hocine qui a essayé de démontrer sa responsabilité dans la passation du marché. Benabbes a même demandé d’être assisté par un avocat. Rassuré par le juge, il a in- diqué qu’il a délégué à Mouloud Aït El-Hocine la gestion de cette opé- ration, parce qu’il était le seul ar- chitecte de sa direction. Et de souli- gner que l’ordre de service (ODS) pour le lancement des travaux a été signé pendant son congé d’été alors que Mouloud Aït El-Hocine assurait l’intérim. “Sa lettre de mission ne l’autorisait pas à signer un ODS. En sa qualité d’intérimaire, il ne devait qu’expédier les affaires courantes. Or, l’ODS n’est pas une affaire cou- rante, il engage l’entreprise”, a-t-il conclu.

LYAS HALLAS

D imanche dernier, B. Benabdellah, H. Benaouda et L. El Hadi comparais- saient devant le tribunal criminel

d’Oran pour répondre des chefs d’inculpation d’association de malfaiteurs, escroquerie, faux et usage de faux et contrefaçon des sceaux de l’État dans une opération de vente d’une ter- re agricole appartenant à un particulier, F. La- khdar, que la direction de l’agriculture avait donnée en concession à 9 fellahs. Selon l’arrêt de renvoi, les faits se situent en 2013, lorsque les services de la wilaya d’Oran ont constaté des anomalies juridiques dans le

dossier de vente d’un terrain agricole de 460 hectares situé à Boufatis, commune de la daï- ra d’Oued Tlélat.

Une enquête a démontré que des docu- ments officiels avaient été falsifiés pour fa- ciliter la vente. Ce genre de procédure étant d’une rare complexité pour le simple citoyen, vendeur et acheteur s’en étaient re- mis à des “courtiers spécialisés” pour accélé- rer l’opération de vente. Il en a résulté que 7 jugements et 4 ordonnances émanant du tri- bunal administratif avaient été falsifiés pour permettre la conclusion de la vente et que les intermédiaires ont été arrêtés et poursuivis pour les chefs d’inculpation cités plus haut. À la barre, aucun des trois inculpés n’a reconnu les faits. Sauf que, comme le soulignera le pré- sident du tribunal, si l’affaire s’était conclue,

chacun aurait bénéficié d’un lopin de terre en plus des commissions qui accompagnent ce genre d’entremise. Dans un bref et laconique réquisitoire, le mi- nistère public a requis l’application de la pei- ne maximale pour l’ensemble des accusés, soit

dix années de réclusion criminelle.

Ce que la défense de Benabdellah a regretté en

soulignant que le représentant du peuple au-

rait pu développer pour situer les responsa-

bilités avec davantage de précisions. L’avocat H. Benaouda chargera également Ab- delhadi, responsable, selon lui, de toute l’affaire et de l’incrimination de son client : “C’est à cau- se de lui que mon client risque la prison au- jourd’hui.”

Pour le défenseur de L. Abdelhadi, les accu- sations contre son client ne tiennent pas de- bout, ni les charges de ses confrères avocats. “Abdelhadi connaît la loi. Il aurait pu avouer l’usage de faux et s’épargner les autres chefs d’in- culpation. Mais il est innocent des charges re- tenues contre lui, et il l’a toujours maintenu du- rant l’ensemble des interrogatoires”, a-t-il sou- tenu. Les trois avocats ont, donc, réclamé l’ac- quittement de leurs mandants. À l’issue des délibérations, les trois inculpés se- ront reconnus coupables et condamnés à des peines allant de 3 ans de prison (B. Benab- dellah) à dix ans de réclusion (L. Abdelhadi).

S. OULD ALI

LE MINISTRE DES FINANCES APPELLE À PLUS DE BANCARISATION

Benkhelfa ne pose pas la condition de la provenance des fonds

I nvité par le Conseil national de la fis- calité à débattre sur la loi des finances 2016, hier à Oran, le ministre des Fi-

nances évitera les questions déran- geantes sur les impacts de ce nouveau tex- te controversé. Il faudra attendre que le ministre soit interpellé durant la visite in- opinée qu’il a faite, pour ressentir une cer- taine gêne et l’absence d’arguments convaincants, notamment sur le système de fiscalité à l’origine “d’inégalités entre

Algériens”. Et pour cause, alors que des hommes d’affaires n’ont cessé, hier, de demander une amnistie fiscale ou le ral- longement des délais pour le paiement des arriérés, ou encore des promoteurs immobiliers estimant que le logement so- cial coûte trop cher à l’État, c’est un re- traité qui symbolisera cette situation

lorsqu’il interpellera Benkhelfa : “Quel est le bilan de votre ministère sur les revenus des impôts qu’a fait votre ministère pour prélever les impôts sur les fortunes alors que moi qui suis un retraité, l’on me pré- ”

Sur-

pris, le ministre répliquera : “Le système fiscal algérien s’équilibre annuellement, les

Algériens payent de mieux en mieux l’impôt, mais il faut qu’ils payent enco- re plus.” Dans le même temps et alors que la LF 2016 a été faite sur la base d’un baril de pétrole à 37 dollars, le ministre refusera d’évoquer en détail les arbitrages à venir puisque les prix du pétrole continuent de chuter. Le ministre réitérera avec force son appel pour plus de bancarisation, de- mandant aux citoyens, aux hommes

lève près de 30% sur ma retraite

d’affaires de venir déposer leurs fonds dans les banques. Interrogé pour savoir si la provenance de ces fonds ne posait pas de problème, le ministre répliquera : “À chacun sa propre conscience”, ouvrant la porte à bien des dérives comme le font remarquer les op- posants à la LF 2016. Reprenant souvent les grandes lignes des dispositions de la LF 2016, le ministre dira que la crise pétrolière “nous a surpris” et qu’il fallait modifier les comporte- ments, “plus d’union et d’engagement”, alors que dans le même temps, en parlant de la fiscalité non pétrolière, soit 3 100 milliards de dinars, il se dira déçu du ni- veau de perception de l’impôt forfaitai- re unique.

D. LOUKIL

APS
APS

Le ministre des Finances, M. Abderrahmane Benkhelfa.

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

LE RADAR

LIBERTE Lundi 18 janvier 2016 LE RADAR DE LIBERTÉ 5 PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

5

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

IL LUI CONFIE LE TRANSPORT DES COMMANDES D’APPROVISIONNEMENT ET LA PRODUCTION

Le complexe sidérurgique d’El-Hadjar conclut un partenariat avec la SNTR

d’El-Hadjar conclut un partenariat avec la SNTR n Le complexe sidérurgique El-Hadjar (ArcelorMittal

n Le complexe sidérurgique El-Hadjar (ArcelorMittal Algérie) vient de signer un accord de partenariat commercial avec le groupe SNTR dans lequel il externalise l’ensemble des opérations de transport et de manutention-stockage des produits entrant dans la fabrication de la gamme de produits sidérurgiques ainsi que le trans- port des produits finis de cette entrepri- se de l’est du pays, devenue 100% publique depuis que l’État a acheté, fin 2015, la to- talité des parts du géant mondial de la si- dérurgie. Cet accord concernera, en amont, les opérations d’approvisionne- ment en coke importé et à transporter du port de Annaba au site d’El-Hadjar pour

une quantité annuelle évaluée à 500 000 t, ainsi que le transport des pièces lourdes à acheminer vers le complexe sidérurgique dans le cadre de l’application du pro- gramme de rénovation des installations. Le groupe SNTR se chargera également d’acheminer la production du complexe en direction des neuf dépôts de distribu- tion répartis au nord du pays pour un vo- lume annuel estimé à 1,2 million de tonnes. En cas de défaillance accidentel- le de la ligne minière Ouenza-Annaba dans l’approvisionnement en minerai de fer, les camions de la SNTR pourraient provi- soirement couvrir partiellement les besoins du complexe.

POUR LES BESOINS DE L’USINE DE MONTAGE DE VÉHICULES UTILITAIRES DE TAMZOURA

Ouverture d’un centre de formation sur les métiers de l’industrie automobile

de formation sur les métiers de l’industrie automobile n Au lendemain de la signature d’un accord

n Au lendemain de la signature d’un accord entre une société al- gérienne et un constructeur de véhi- cules chinois, pour la réalisation d’une unité de montage de véhi- cules utilitaires à la nouvelle zone indus- trielle de Tamzoura (Aïn Témouchent), les projets annexes voient le jour progressive- ment. Pour faire face aux besoins de cette

unité de montage, les autorités locales envisagent de réaliser, dans des délais rai- sonnables, un centre de formation professionnelle dans la commune de Tamzoura, qui sera destiné exclusivement à la formation d’une main-d’œuvre qualifiée dans l’in- dustrie automobile, telle que la mécanique auto, l’électricité auto, l’électronique ou la tôlerie. Selon nos informations, le dossier y afférent a été transmis à la commis- sion d’arbitrage du ministère des Finances. Ce centre pourrait former aussi du per- sonnel pour le compte de l’usine de montage Renault Algérie d’Oued Tlélat (Oran), dès lors que Tamzoura est une commune frontalière avec la wilaya d’Oran et mitoyenne avec la localité d’Oued Tlélat.

UNE CÉRÉMONIE EST PRÉVUE AUJOURD’HUI À TIZI OUZOU

Premier coup de manivelle d’un film sur Ali Yahia Abdennour

n La société de production SDV Pro va pro-

céder, aujourd’hui, au premier tour de ma- nivelle du film documentaire intitulé “Aux origines de la question berbère”, avec M e Ali Yahia Abdennour comme “témoin et acteur

du siècle”. L’événement sera suivi d’une “cé- rémonie-hommage” qui se veut être, selon les organisateurs, à la hauteur l'engagement de l'homme pour la défense des droits hu- mains et de la démocratie.

Mise en point

n Dans notre arrêt sur image de l’édition du 24 décembre 2015, sous le titre “Des trottoirs

de nouveau squattés”, nous avons reçu une mise au point du concerné par voie d’huissier. Le propriétaire des lieux a en sa possession tous les documents et autorisations nécessaires pour ouvrir un commerce sur un terrain qui lui appartient. Nos excuses au concerné.

LYCÉE SEDDIK-

ABDALLAH DE

BIRKHADEM

Des classes de terminale sans ensei- gnant de sciences naturelles

n Des classes de terminale, filière scientifiques, du lycée Seddik-Abdallah de Birkhadem sont sans enseignant de sciences naturelles (matière essentielle avec un coefficient 6 à l’examen du baccalauréat) depuis le début du deuxième trimestre. L’enseignante, partie en congé longue durée, n’a pas été remplacée jusqu’à ce jour. Un retard qui commence sérieusement à inquiéter les élèves et leurs parents. Ces mêmes classes n’ont pas, non plus, de professeurs de philosophie et de langue française.

À CAUSE DU MANQUE DE MOYENS ET DE STADES CONFORMES

Seize clubs ont mis la clé sous le paillasson à Béjaïa

Seize clubs ont mis la clé sous le paillasson à Béjaïa n La wilaya de Béjaïa,

n La wilaya de Béjaïa, qui s’étend sur une superficie de 3261 km2 pour une population estimée à un million habitants, souffre cruel- lement du manque d’infrastruc- tures sportives. Seules trois com- munes (Béjaïa, Amizour et Ak- bou) sur les 52 que compte la wi- laya ont des stades répondant aux normes. Six projets de revê- tement de stades en gazon syn- thétique ont abouti à Bena- louache, Amizour, Aokas, Ti- mezrit, El-Kseur et Ouzellaguen. D’autres localités attendent déses- pérément qu’on envisage sérieu- sement d’aménager des stades au vrai sens du terme. Une attente qui dure et qui met en difficulté les clubs de football locaux. À ce titre, 16 clubs (Adekar, Feraoun,

Semaoun, Kendira, Beni Maouche, Chemini, Darguinah, Aït Smaïl, Ighil Ali, Amalou…) ont été contraints de mettre la clé sous le paillasson, par défaut de ressources financières et de stades homologués dans lesquels ils au- raient pu disputer des matchs officiels et s’entraîner. Consé- quence de cette situation de déshérence : 32 communes sur les 52 n’ont pas de clubs engagés en championnat. De nombreux férus du football et autres disciplines sportives alertent les autorités publiques pour que des infra- structures sportives soient construites ou réhabilitées dans leurs localités, et qu’elles soient mises à la disposition de potentiels jeunes talents en déperdition.

COOPÉRATION ALGÉRIE-UNION EUROPÉENNE

Perspectives de collaboration dans l’emploi

de la jeunesse n Le Programme d’appui jeunesse emploi (Paje) organise, demain 19 janvier à Alger, le premier séminai- re national sous le thème “Jeunesse et emploi : perspectives de coopération” dans le but de présenter ses objectifs et sa stratégie d’intervention. En ce début 2016, le Paje vient de passer d’une phase de démarrage, consacrée à la préparation des fondements du programme, à une phase opération- nelle avec l’engagement de 95,8% des fonds alloués au programme et la sélection de plusieurs projets-pilotes

d'intervention qui viennent d’être mis en œuvre dans les quatre wilayas-pilotes (Annaba, Béchar, Khenchela et Oran). Ce programme est un aspect de la coopération entre l'Algérie et l'Union européenne qui vise à appuyer les efforts du pays dans le domaine de l’employabilité et de l’insertion des jeunes. Il est cofinancé par l’Algérie et l’Union européenne, pour un total de 23,5 millions d'euros.

européenne, pour un total de 23,5 millions d'euros. ARRÊT SUR IMAGE Vu à Aïn El- Kebira

ARRÊT SUR IMAGE

Vu à Aïn El- Kebira (Sétif)

Un chasse-neige traditionnel datant de 1817. C’est la propriété de l’APC, entre- tenue par un particulier.

(Sétif) Un chasse-neige traditionnel datant de 1817. C’est la propriété de l’APC, entre- tenue par un

6

L’actualité en question

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

INTEMPÉRIES À L’EST DU PAYS

Après la neige

,

le verglas

Après la neige, c’est au tour du verglas de prendre le relais, paralysant ainsi la circulation dans plusieurs villes de l’est du pays. Une tension sur le gaz a également été constatée, notamment dans les régions enclavées.

U ne couche de verglas a re- couvert, hier, toute la ville au lendemain des chutes de neige exceptionnelles sur la région de Khenchela, ce qui a pratiquement para-

lysé toute activité, surtout durant la matinée. Les chaussées de la ville et de toute la périphérie ont été vitrifiées, a-t-on constaté. Les moyens de transport urbain sont restés im- mobilisés, alors que le transport inter-wi- layas a été très limité. Par ailleurs, les chemins de wilaya et communaux de la zone monta- gneuse située à l’ouest de la wilaya sont tou- jours couverts par une couche de verglas, no- tamment le CW173 reliant les communes de Bouhmama, Chélia et Yabous. La circulation sur la RN88 reliant Khenchela à Batna a aus- si été fortement perturbée. En revanche, le tra- fic routier a repris progressivement, en début d’après-midi, au niveau de la RN32. Par ailleurs, la baisse de la température a créé une forte tension sur le gaz dans plusieurs locali- tés de la wilaya, particulièrement dans les zones rurales. Même constat dans la wilaya de Sétif où le mer- cure affichait jusqu’à -7°C dans la nuit de sa- medi à dimanche, notamment au niveau de la région nord de la wilaya. Cette chute de la tem- pérature a affecté le réseau de distribution de gaz naturel et d’électricité. “Les perturbations dans la distribution de gaz et d’électricité sont très fréquentes à Béni Ourtilène. Nous ne comprenons pas pourquoi les services de la so- ciété de distribution n’ont pas pris leurs dispo- sitions pour assurer une distribution sans cou- pures”, témoigne un citoyen qui a pris attache avec notre rédaction. Pour Khalil Hedna, directeur de la société de distribution de Sétif : “Les pannes constatées même au niveau du chef-lieu de la wilaya sont dues à la baisse de la température qui a affec- té les stations de pompage et le transport de gaz.”

DRAÂ EL-MIZAN

Explosion de gaz dans une crèche

n Une forte explosion a été enregistrée, hier matin, dans une crèche domiciliée au premier étage d'une bâtisse située au centre-ville de Draâ El-Mizan (40 km au sud de Tizi Ouzou). Cela a provoqué une panique dans le quartier “Malakoff” où les riverains, les commerçants et les badauds étaient médusés sur le trottoir n’y comprenant rien. Les policiers arrivés à la hâte ont eu du mal à éloigner les curieux. Fort heureusement, aucune victime n'est à déplorer. Selon des informations recueillies auprès de la responsable de la crèche, cet incendie aurait été provoqué par du gaz emmagasiné dans la cuisine durant le week-end. Par ailleurs, nous avons appris que la cuisine, la salle de bains et les sanitaires avaient tout de même été soufflés par les flammes. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de cette explosion.

O. GHILÈS

EL-BAYADH

Le CO 2 tue quatre membres d'une même famille

n Quatre personnes ont été découvertes, hier, mortes asphyxiées par le monoxyde de carbone dégagé par un chauffe-eau à El- Bayadh. Selon les services de la Protection civile, les victimes sont membres d'une même famille. Il s’agit d’une femme de 38 ans et ses trois enfants. Leurs corps ont été transférés à la morgue de l’hôpital Mohamed-Boudiaf à El-Bayadh, alors qu'une enquête a été diligentée par les services de la sûreté pour déterminer les circonstances exactes de cet accident.

A. MOUSSA

APS
APS

Par ailleurs, la neige a fait place au verglas affec- tant une grande partie du réseau routier. Se- lon le groupement de la Gendarmerie natio- nale, plusieurs axes étaient fermés à la circu- lation automobile. Il s’agit de la RN9 reliant Sétif à Béjaïa au lieu- dit Thniet Ettine, ainsi que le tronçon reliant Aïn Roua à Draâ Kébila et Kherrata dans la wi- laya de Béjaïa, la RN75 reliant Sétif à Bougaâ au lieudit Takouka, ainsi que le tronçon reliant Bouandès à Béni Mohli au lieudit Bousselam, la RN76 entre Guenzet et Bordj Zemoura dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le CW14 re- liant Aïn Arnat à Bouhira et le CW139 entre Aïn Abessa et Aïn Rouai. Enfin, les établisse- ments scolaires et plusieurs administrations publiques sont restés fermés. À Bordj Bou-Arréridj, après la neige, c’est le verglas qui paralysait, hier, plusieurs régions de la wilaya, provoquant une véritable pagaille-

La circulation automobile est dangereuse à cause du verglas.

ham à Ras El-Oued, où plusieurs centaines d’automobilistes étaient encore bloqués. Le chef-lieu de la wilaya n’a pas été épargné non plus. La circulation a été très difficile, même dan- gereuse, dans la matinée. Plusieurs élèves n’ont pas pu rejoindre leur école à cause du

verglas. Dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, la circulation était aussi très difficile sur plusieurs axes routiers. Il s'agit de Foudj El-Khorchof sur

la RN10 entre Meskiana et Aïn Béïda, Chouf

Deba, Aïn Fakroun-Oum El-Bouaghi et Oum El-Bouaghi-Touzeline. Sur la RN32 à Aïn Zi- toun, aussi, entre Aïn Babouche et le chef-lieu de wilaya où le verglas était important, ainsi

que la RN102 au lieudit Chebka, entre Ksar Sbahi et Tamlouka (limite avec la wilaya de Guelma).

Dans la wilaya de Jijel enfin, à Erraguene Sui-

ci précisément, la circulation était vraiment dif-

ficile pour les automobilistes au niveau du CW137 reliant cette commune à Ziama Man- souriah. La même situation a été constatée au niveau de la RN105 dans la commune de Djimla, plus exactement du côté de la wilaya de Sétif et de la commune d’Ouled Rabah où les services de l’APC et la Direction des travaux publics sont à pied d’œuvre pour rouvrir les accès bloqués.

sur les routes, en particulier la RN76 entre Ze- moura et Guenzet (wilaya de Sétif), la RN103 au niveau de la commune de Texter, le CW41 reliant la commune de Bendaoud à la RN60A et le CW41 au niveau de la commune de Ha- raza vers toutes les directions et sur le chemin communal reliant la commune d’Ouled Bra-

CHUTES DE NEIGE

60 écoliers secourus à Khenchela

n Soixante écoliers en excursion à Khenchela ont été secourus par les éléments de la Protection civile qui ont réussi à dégager de la neige, les bus qui les transportaient, a indiqué, hier, la direction générale de la Protection civile. Les unités de la Protection civile sont également intervenues pour porter secours à d'autres personnes restées bloquées dans leurs véhicules par la neige, dans les différentes wilayas concernées par les intempéries enregistrées durant les dernières 48 heures, a précisé la même source dans un communiqué. Par ailleurs, les éléments de la Protection civile ont porté assistance à 15 personnes asphyxiées par du monoxyde de carbone émanant de chauffages et de chauffe-bains, dont 7 à Tiaret, 4 à Bordj Bou-Arréridj, 2 à Tizi Ouzou et 2 à Oum El-Bouaghi. Le bilan indique, en outre, que 24 personnes ont été blessées dans quatre accidents de la route.

ZAIM M./F. S./CHABANE B./B. NACER/S. MOULOUD

APS

PAS DE PÉNURIE À BLIDA

Large disponibilité des bonbonnes de gaz butane

L a Direction de l’énergie et des mines de Blida a ras- suré hier les citoyens des

régions montagneuses de la wi- laya quant à la “large” disponi- bilité des bonbonnes de gaz butane, objet d’une très forte demande en saison hivernale. La wilaya, qui produit actuelle- ment près de 13 000 bonbonnes de gaz, est disposée à relever ce quota à 27 000 unités en cas de hausse de la demande, a indi- qué, à l’APS, le directeur du sec- teur, Bibi Moussa.

Il a assuré que toutes les me- sures ont été prises en vue de faire face à des situations ex- trêmes, comme l’isolement par la neige des zones monta- gneuses, à l’instar de Souhane, de Chréa et de Djebabra, ou la poursuite des intempéries pour plusieurs jours, et ce, à travers l’ouverture de dépôts à l’échel- le locale. La demande croissante de gaz butane, en saison hivernale, est un phénomène récurrent pour de nombreux citoyens dont

les foyers n’ont pas encore été raccordés au réseau de gaz naturel. La demande est si for- te que le prix d’une bonbonne de gaz butane peut aisément at- teindre les 300 DA, au marché informel. Néanmoins, et contrairement aux années précédentes, la demande de gaz butane pour- rait reculer, cette année, selon M. Bibi, eu égard, a-t-il dit, au raccordement, en 2015, de près de 4 000 foyers au réseau public de gaz de ville, qui s’ajoutent

ainsi à 13 000 foyers déjà béné- ficiaires de cette prestation, au titre du quinquennat 2010- 2014, a-t-il informé. Il a signalé la programmation au raccordement, durant le pre- mier semestre en cours, de 600 foyers dans la commune de Djebabra et de 200 autres à Souhane, dans l’attente du fi- nancement d’un autre quota de plus de 300 autres foyers de la commune de Chréa.

APS

EN RAISON DES INTEMPÉRIES

14 navires en rade au port de Djendjen

Q uatorze navires chargés de marchan- dises diverses (rond à béton, pipes, ci- ment, céréales, bois) étaient en rade,

hier, et aucune embarcation n’a accosté le port de Djendjen (Jijel) en raison de la mer agitée, a-t-on constaté. Les conditions météorologiques ont été mar- quées à Jijel, au cours de cette semaine, par des

rafales de vent, des chutes de pluie et de nei- ge sur les reliefs à partir de 700 mètres.

Par ailleurs, au cours de l’année écoulée, le tra- fic portuaire de Djendjen a enregistré une bais- se de 40% en matière de trafic de véhicules et une chute sensible du chiffre d’affaires, selon la direction générale de l’Entreprise portuai- re de Jijel (EPJ). Cette baisse est le résultat des nouvelles dis- positions relatives à l’importation des véhicules décidées par les pouvoirs publics, avait récem- ment indiqué le président-directeur général

de l’EPJ, rappelant que le volume de réception de véhicules roulants (voitures, camions, en- gins) devrait atteindre, à la fin de cette année, les 190 000 unités. S’agissant du trafic global du port, les prévi- sions de clôture pour cet exercice font état de 4 750 000 tonnes, un volume pratiquement identique à celui de l’exercice 2014, selon ce responsable.

APS

LIBERTE

lundi 18 janvier 2016

L’actualité en question

7

AFIN DE S’ADAPTER À LA SITUATION INDUITE PAR LA CHUTE DES PRIX DU PÉTROLE

Le secteur de l’eau et de l’environnement revoit ses priorités

“La chute des prix du pétrole nous a impactés, de ce fait, nous sommes dans l’obligation de revoir nos priorités et redéfinir la stratégie du secteur. Certains projets seront gelés”, a déclaré, hier, le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement.

C

rise

économique

oblige, et à l’instar des autres départe- ments ministériels, le ministère des Res- sources en eau et de

l’Environnement est dans l’obliga- tion de revoir les priorités du secteur en matière de financement et de réa- lisations. Hier, Abdelouahab Nouri, ministre de tutelle, a annoncé devant les cadres du ministère, réunis en re- groupement à Alger, que son secteur doit réorienter ses priorités et diffé- rer des projets afin de s’adapter à la nouvelle situation provoquée par la chute continue des prix du pétrole. “La chute des prix du pétrole nous a impactés, de ce fait, nous sommes dans l’obligation de revoir nos prio- rités et redéfinir la stratégie du sec- teur. Certains projets seront gelés”, a- t-il dit, précisant que les projets importants ne sont pas concernés par ces coupes budgétaires. Il est évi-

APS
APS

Abdelouahab Nouri : “Certains projets seront gelés.”

dent que pour faire face à la com- plexité de la crise, certains projets prévus pour ce quinquennat passe- ront à la trappe. Néanmoins, le mi- nistre rassure que plusieurs autres

sont déjà réceptionnés ou le seront au cours des mois à venir. “Nous avons réceptionné trois grands bar- rages, à Khenchela, Jijel et Tipasa, ce qui améliorera nos capacités de ré-

serve et portera le nombre de barrages à 75”, a rappelé le ministre, ajoutant que neuf autres entreront en servi- ce sous peu. Le ministre a aussi fo- calisé son intervention sur l’amé- lioration du service public, réfu- tant, à l’occasion, toute augmenta- tion des prix de l’eau. Sur un autre registre, il a estimé que la décision prise par les pouvoirs publics concer- nant la dépénalisation de l’acte de gestion est “un atout” qui “récon- forte” les gestionnaires qui ont fait face, par le passé, “à des difficultés de gestion, dont certains ont même été condamnés”. “Ils seront plus à l’aise dans leur travail. Ils ne seront plus in- quiétés”, a dit le ministre, ajoutant que cela est aussi “une manière de responsabiliser le gestionnaire pour aboutir à une gestion saine et trans- parente des budgets”. Concernant la situation hydrique, M. Nouri a rap- pelé que les barrages ont atteint 70% de leur capacité de réserve, ce qui représente l’équivalent de deux

années de consommation. Il a in- formé que le programme d’irrigation d’un million d’hectares de terre agricoles suit son cours. Un projet d’irrigation de 143 000 hectares a été lancé, dont 25 000 sont d’ores et déjà réceptionnés. Évoquant l’avant-pro- jet de révision constitutionnelle, le ministre a salué les nouvelles dis- positions inscrites dans la mouture, estimant qu’elle “répond aux at- tentes de tous les Algériens”. Moha- med-Seghir Babès, président du Conseil national économique et so- cial, qui été convié à la rencontre avec Abdelmadjid Sidi-Saïd, SG de l’UGTA, a salué l’inscription des orientations du Cnes dans la mou- ture de la nouvelle Constitution. M. Babès a informé qu’un institut dédié au développement durable dans le continent africain sera mis sur pied dans les semaines à venir à Alger.

MOHAMED MOULOUDJ

VERS LA CRÉATION D’UNE SOCIÉTÉ MIXTE ALGÉRO-CHINOISE

Shanghai Port pour la gestion du nouveau grand port du Centre

L nouveau grand port du centre

du pays sera implanté dans la localité côtière d’El-Hamda-

nia, près de Cherchell, dans la wilaya de Tipasa, et le partenaire dans la réa- lisation et l’exploitation sera chi- nois. Le gouvernement a donc défi- nitivement tranché dans ce dossier et l’Algérie a choisi de se faire ac- compagner dans la construction de cette importante infrastructure par deux grands groupes chinois, CSCEC et CHCEC en l’occurrence, et dans l’exploitation par le géant Shanghai Port. Ces annonces ont été faites, hier, par le ministre des Transports, Boudjema Talaï, après la cérémonie de signature de la joint-venture, en présence du ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, des wa- lis d’Alger et de Tipasa, de l’ambas-

e

sadeur de Chine à Alger, du secré- taire général de l’UGTA et d’un re- présentant du Forum des chefs d’en- treprise. Le gouvernement est donc passé à la phase concrétisation de ce projet après le quitus donné par le président de la République, lors d’un Conseil des ministres. La prochaine étape, d’après M. Talaï, sera de pré- senter devant le Conseil des partici- pations de l’État un dossier portant création d’une société mixte algéro- chinoise, selon le principe d’action- nariat 51/49. “C’est le Conseil des par- ticipations de l’État qui fixera les conditions de ce partenariat. Cela de- vrait se faire avant la fin du premier trimestre en cours”, affirme le mi- nistre. Cette étape ouvrira la voie à la création d’une société mixte qui veillera à la conduite des études,

des viabilisations et à l’exploitation de l’infrastructure. Des entreprises al- gériennes, publiques et privées, de- vraient être sollicitées pour partici- per à la phase de réalisation du port. “À ce stade, nous n’avons pas encore déterminé les entreprises qui partici- peront à la construction. Mais, le prin- cipe est retenu de faire participer des sociétés algériennes à cette phase”, dira le directeur de la marine marchan- de et des ports, au ministère des Transports, Mohamed Ibn Bousha- ki, en marge de la cérémonie orga- nisée à l’hôtel El-Djazaïr. M. Talaï a, pour sa part, indiqué qu’un avis d’appel d’offres international sera lancé pour choisir le cabinet auquel sera confiée la mission de contrôle et de suivi du projet. Interrogé sur le coût prévisionnel de cette importante

infrastructure, le ministre a assuré que le nouveau port, dont la durée de réalisation a été ramenée à 7 ans, va nécessiter la mobilisation de 3,5 mil- liards de dollars. Quant au mode de financement du projet, ce sont les Chinois qui vont garantir les finan- cements, sous la forme d’un emprunt pour la partie algérienne à hauteur des actions détenues. Pourquoi l’ex- ploitation sera confiée au géant chi- nois Shanghai Port ? “Ce groupe est connu dans le monde pour avoir réalisé beaucoup de grands ports. En sus, le port de Shanghai est le plus grand du monde. Confier la gestion de cette infrastructure à un spécialiste du transbordement est un gage de réussite. Si nous voulons capter une partie du fret mondial, nous devons intégrer ces alliances”, répond le mi-

nistre qui explique à propos du coût du projet qu’un tel investissement ne peut être que rentable. Ce qui permet à M. Talaï de dire que “c’est un pro- jet qui va s’autofinancer”. “Il se fera en dehors des finances publiques”, as- sure-t-il, à ce sujet. Et si le délai pré- visionnel de réalisation du port a été fixé à 7 ans, son exploitation devrait commencer au bout de 4 ans, selon les explications fournies sur place. Le port pourrait accueillir jusqu’à 6 millions de containers et 26 mil- lions de tonnes de marchandises. L’ambassadeur de Chine à Alger s’est dit, hier, heureux de la concré- tisation de ce partenariat qu’il a qualifié de stratégique “pas seulement pour son pays et l’Algérie, mais aus- si pour le reste de l’Afrique”.

HAMID SAÏDANI

CRÉDIT À LA CONSOMMATION

L’opération effective dans quelques jours

L crédit à la consommation pourra dé-

sormais redémarrer, maintenant que sont mis à la disposition des banques les

instruments juridiques et réglementaires. Le président de l’Association des banques et établissements financiers (Abef), Boualem Djebar, qui était l’invité de la rédaction de la Chaîne III de la Radio nationale, a annoncé en effet que le crédit à la consommation est de- venu effectif après que les instruments juri- diques aient été mis en place, dont l’arrêté in- terministériel signé par les ministres du Com- merce, des Finances et de l’Industrie et qui dé-

e

finit la liste des biens produits au crédit à la consommation et certaines conditionnalités. Par ailleurs, les banques disposent d’une cen- trale des risques des ménages, leur permettant de s’assurer que le prétendant au crédit dispose des revenus lui permettant de couvrir celui- ci et s’il n’a pas déjà contracté de dette auprès d’autres organismes financiers. M. Djebar a indiqué aussi qu’il appartient à chaque banque de définir ses conditionnali- tés et de lancer auprès de sa clientèle les mo- dalités d’obtention du crédit. “Tout est prêt pour que les banques commencent à lancer le

crédit à la consommation”, a-t-il affirmé, en précisant que c’est une question de quelques jours. En affirmant que le montant du crédit octroyé dépend de plusieurs paramètres, dont le revenu mensuel du client, le montant du bien à ac- quérir et la durée du crédit, le président de l’Abef a précisé que “tous ces éléments sont les facteurs du maximum toléré par la loi qui est de 30% du revenu mensuel du demandeur de crédit”. Son taux d’intérêt peut varier d’un pro- duit à un autre et d’une banque à l’autre. Pour contracter un crédit, il est exigé au demandeur

de fournir une facture, plus une attestation dé- livrée par le producteur attestant que le pro- duit est fabriqué localement et éligible au cré- dit, a-t-il indiqué. Le maximum de la durée de remboursement du crédit peut s'étaler sur cinq années, mais que le choix de fixer le délai est laissé au client, mais c’est à la banque d’apprécier cette durée en fonction de la nature du produit, mais éga- lement du revenu du client. L’entreprise sera payée tout de suite, ce qui va lui permettre l’écoulement de ses produits.

A. R.

8 Publicité Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE AVIS Dans le cadre de l’extension de son

8

Publicité

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

AVIS Dans le cadre de l’extension de son réseau d’agences et pour assurer à sa

AVIS

Dans le cadre de l’extension de son réseau d’agences et pour assurer à sa clientèle un service de proximité, la Banque Extérieure d’Algérie a le plaisir d’informer son aimable clientèle ainsi que le grand public de l’ouverture d’une nouvelle agence corporate sise au 2, rue Ghoulammalah Noureddine «Route d’Alger», Tiaret. Tél. : 046 21 40 01 à 03 Fax : 046 21 42 54 à compter du dimanche 24 janvier 2016.

ANEP n°402 259 Liberté du 18/01/2016

0523

ANEP n°402 495 Liberté du 18/01/2016

Sidi Moussa, w. d’Alger

LOCATION OU VENTE BÂTIMENT 3500 M 2

pouvant être aménagé en centre commercial avec parking 5000 m 2 et plus

Visite de dimanche à samedi de 10h00 à 17h00

SADEC SPA ZI Sidi Moussa, Alger Tél. : 021 76 77 15+16 Fax : 021 76 97 34 Mob. : 0662 02 53 12 Email : sadecspa@gmail.com F.48

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité Pour améliorer sa qualité de service et

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité

Pour améliorer sa qualité de service et consoli- der son réseau, la Direction de la distribution de Blida entreprend des travaux d’entretien qui nécessiteront l’interruption de fourniture d’électricité la journée du 18/01/2016 entre 09h00 et 16h00, au niveau de la commune de Bougara. Localités concernées :

DOMAINE AOUICHA - BOUGARA

Pour plus d’informations, contactez la Direction de la distribution de Blida sur le numéro suivant :

025 20 75 61

La Direction de la distribution de Blida s’excuse pour les désagréments causés.

ANEP N°401 775 Liberté du 18/01/2016

Vente dʼappartements standing à Tighzirt s/mer

SIMPLEX 100 m 2 DUPLEX 200 m 2

Bien finis, entrées indépendantes, piscine- cafétéria, chauffage central individuel, parking, pré-installation climatiseur individuel, cuisine équipée.

F.48

Tél. : 0541 33 85 09 - 0662 02 53 12 Email : contactventetigzirt@gmail.com

LOCATION IMMEUBLE HAUT STANDING «POIRSON»

Loue immeuble de 4 niveaux + parking à usage dʼhabitation

Tél. : 0552 06 89 49

C0166

Acom
Acom

XMT

XMT Du Nouveau à L’ESPACO Espace contemporain d’El Achour WORKSHOP Sur le thème de tapis (Maquette

Du Nouveau à L’ESPACO

Espace contemporain d’El Achour

WORKSHOP

Sur le thème de tapis (Maquette et Réalisation) Inscriptions ouvertes aux adultes Pour plus d’informations :

Tél. : 0665 20 87 98 /023 24 39 27 Mail : espace.contemporain196@gmail.com Facebook :

espace d’art contemporain d’El Achour

SARL SOFT BÂTIMENT

vous propose

PORTES COUPE-FEU

2 HEURES ET 1 HEURE ORIGINE ITALIE

Sarl Soft Bâtiment Zone d’activité 100 Lots, Bordj Bou Arréridj, 34 000

Tél./Fax : 035 87 31 25 / 035 87 31 86 / 035 87 31 90 / 0770 33 82 33 Site web : www.glassdesign-dz.com Email : commercial.soft@yahoo.fr

F.47

Email : commercial.soft@yahoo.fr F.47 C0166 A V IS Aux buralistes et lecteurs du journal
C0166
C0166
A V IS
A V IS

Aux buralistes et lecteurs du journal Liberté. Pour toute réclamation au sujet de la distribution du journal

Tél./Fax : 021 87 77 50

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

L’internationale

9

ENTRÉE EN VIGUEUR DE L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE IRANIEN ET LEVÉE DES SANCTIONS

Washington mécontente Riyad et Tel Aviv

Conclu il y a six mois au terme d'un marathon diplomatique, l’accord sur le nucléaire iranien de Vienne, a été bel et bien respecté par Téhéran, selon l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

C omme convenu, les sanctions éco- nomiques qui frappaient l’Iran depuis presque trois décennies, ont été levées hier. Si l’entrée en vigueur effective de cet accord per- met à Téhéran de récupérer ses

avoirs gelés dans les banques occidentales et lui ouvrent de grandes perspectives sur le plan éco- nomique, elle est accompagnée, au grand dam de l’Arabie Saoudite et d’Israël, d’un rapprochement irano-américain. Ceci étant, une fois que l’AIEA a certifié que l’Iran avait bien respecté toutes ses obligations destinées à garantir la nature stricte- ment pacifique de son programme nucléaire, l’ac- cord nucléaire historique entre l'Iran et les grandes puissances est entré en vigueur samedi. Les États-Unis, l'Union européenne et l'ONU ont précisé que cette décision avait un effet immédiat. Elle met fin à un contentieux de plus de treize ans. Il y a lieu de signaler que la levée de l’intégralité des sanctions sera échelonnée sur dix ans, et durant 15 ans les mesures pourront être automa- tiquement rétablies en cas de manquements de Téhéran. Quant aux effets de l’entrée en vigueur de cet accord, les analystes soulignent l’autre signe de détente entre Téhéran et Washington. Ayant rompu leurs relations diplomatiques en 1980, elles ont annoncé dans la même journée de samedi la libération de quatre Irano-Américains détenus en Iran, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, en échange de sept Iraniens détenus aux États-Unis. Ce rappro- chement amorcé entre les États-Unis et l'Iran, constitue une évolution, qui est loin de plaire aux alliés traditionnels de l'Amérique dans la région, en l’occurrence l’Arabie Saoudite et Israël en tête, qui redoutent l’influence de la puissance iranien- ne. Dès samedi, l’État hébreu a réagi en affirmant que Téhéran n'avait “pas abandonné ses ambitions de se doter d'armes nucléaires”. “La politique d'Israël a été et restera exactement celle qui a été suivie: ne pas permettre à l'Iran de se doter de l'ar- me nucléaire”, a affirmé le Chef du gouvernement israélien lors du Conseil des ministres hier, selon un communiqué de son bureau. En fustigeant samedi “le bilan de l’Iran en matière de guerre, de destruction, de terrorisme, de déstabilisation et

D. R.
D. R.

Le secrétaire d'État américain John Kerry en compagnie du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif à Vienne.

d'ingérence dans les affaires d'autres pays”, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al- Jubeir a étalé le mécontentement de Riyad vis-à- vis de l’entrée en vigueur de l’accord sur le nucléaire iranien. Reste à savoir comment les États-Unis envisagent de réchauffer les liens avec l’Iran sans agacer leur allié saoudien, comme s’est interrogé Alberto Fernandez, vice-président du Middle East Media Research Institute et ancien

ambassadeur US. Par ailleurs, les milieux écono- miques se tiennent prêts depuis plusieurs mois à revenir en Iran, un pays qui dispose des qua- trièmes réserves de brut au monde, et des deuxièmes de gaz. Membre de l'Opep, il peut désormais exporter à nouveau librement son pétrole. Le président iranien Hassan Rohani a immédiatement salué une “victoire glorieuse” pour le “peuple” iranien. MERZAK TIGRINE

Crise Iran/Arabie Saoudite : le Pakistan entame une médiation

n Le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, conduira une délégation aujourd’hui en Arabie Saoudite et demain en Iran pour tenter d'apaiser les tensions entre les deux puissances rivales, a annoncé hier le ministre de l'Information. Le Chef du gouvernement pakistanais rencontrera aujourd’hui à Ryad le roi Salmane et demain à Téhéran le président Hassan Rouhani, a précisé le ministre Pervez Rashid à l'AFP. “La récente escalade des tensions

entre le royaume d'Arabie Saoudite et la République islamique d'Iran inquiète profondément le Pakistan”, a écrit dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie pakistanaise, Qazi Khalilullah. Selon lui, un règlement pacifique des différends est dans l'intérêt de la communauté musulmane dans son ensemble. Le général Raheel Sharif, puissant chef des forces armées, fera partie de la délégation, selon des médias locaux. Grandes rivales,

la monarchie saoudienne sunnite et la République islamique d'Iran chiite s'affrontent par conflits interposés en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen. Leur animosité a dégénéré début janvier en affrontement ouvert : Ryad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran à la suite d'une attaque contre son ambassade par des Iraniens ulcérés de l'exécution par l'Arabie Saoudite d'un dignitaire chiite saoudien.

R. I./AGENCES

ATTENTAT

D’ISTANBUL

Turquie :

seize suspects

arrêtés

n Seize suspects placés en détention par la police turque après l'attentat suicide de mardi dernier à Istanbul qui a coûté la vie à dix touristes allemands ont été déférés dimanche devant une cour de la mégapole, ont rapporté les médias turcs. Les procureurs ont réclamé qu'ils soient inculpés d’“appartenance à une organisation terroriste”, précise l'agence de presse Dogan. Il appartient aux juges de les inculper ou de les relâcher si les preuves à leur encontre ne sont pas suffisantes. Jeudi, le ministre turc de l'Intérieur, Efkan Ala, avait fait état de sept arrestations au total en lien avec cette attaque. Depuis, aucune annonce officielle n'a été faite. L'attentat avait visé un groupe de touristes allemands à quelques centaines de mètres de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée Bleue, deux des monuments les plus visités de la plus grande ville de Turquie. Selon les autorités turques, il a été perpétré par un Syrien âgé de 28 ans, identifié dans les médias comme Nabil Fadli, qui, selon le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, est “membre” du groupe de l'État islamique (EI), entré sur le territoire turc en provenance de Syrie comme un “simple migrant”.

R. I./AGENCES

FORTUNE DU CLAN DE L’EX-PRÉSIDENT ÉGYPTIEN HOSNI MOUBARAK

La Suisse continue d'enquêter

n Estimés à environ 590 millions de francs suisses (539 millions d'euros), les fonds appartenant au clan du président égyptien déchu, Mohamed Hosni Moubarak, font toujours l’objet d’une enquête de la justice suisse. Cette dernière veut savoir si ces millions d'euros déposés par la famille de l'ex-président égyptien, Hosni Moubarak, sur des comptes suisses, sont issus “de blanchiment d'argent ou d'activités criminelles”, selon le procureur de la confédération Michael Lauber. Ce dernier a précisé que ses services passaient au peigne fin les comptes de quatorze personnes depuis 2011 sans mentionner le nom de Moubarak et de sa famille. Sa visite en Égypte était toutefois destinée à discuter des millions de fonds gelés en Suisse appartenant à la famille Moubarak, avait indiqué son porte-parole la semaine dernière. Une trentaine de demande d'assistance ont été déposée auprès des autorités égyptiennes, a encore précisé le procureur. Après la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir, la Suisse avait bloqué environ 700 millions de francs suisses (640 millions d'euros) appartenant à l'ex-raïs ou à ses proches. Des mesures similaires avaient été prises pour la Tunisie, après son soulèvement populaire du 14 janvier 2011. En décembre 2013, le journal suisse Le Matin Dimanche avait révélé que 300 millions de dollars d'avoirs égyptiens gelés par les autorités et appartenant aux fils Moubarak, Alaa et Gamal, se trouvaient sur les comptes de la grande banque helvétique Crédit Suisse. Cette somme représente près de 40% des 700 millions de francs gelés par Berne, selon le quotidien. Début janvier, la Cour de cassation a confirmé une peine de trois ans de prison dont l'ex-président et ses deux fils avaient écopé dans une affaire de corruption. Ils avaient été condamnés pour avoir détourné plus de 10 millions d'euros de fonds publics pour l'entretien des palais présidentiels.

M. T./AGENCES

APRÈS EN AVOIR TUÉ UNE CENTAINE

L’État islamique enlève 400 civils à Deir Ezzor

des régions aux mains de l'EI dans la province éponyme riche en pétrole et dans celle voisine de Raqa, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Ce dernier a dit craindre que l’EI “n'exécute les civils ou ne réduise les femmes à l'esclavage sexuel comme il l'a fait plusieurs fois dans le passé.” Samedi, l'EI a lancé une offensive d'envergure sur plu- sieurs secteurs de Deir Ezzor, qui lui a permis d'en contrôler envi- ron 60%. Le régime contrôle tou- jours des portions de la ville ainsi qu'un aéroport militaire à proxi- mité. Des combats intermittents opposaient hier les forces du régi- me à l’EI dans le nord-ouest de la ville, alors que la banlieue d'Al- Bgheliyeh a été la cible de raids nocturnes de l'aviation de la

L’ organisation terroriste autoproclamée État isla- mique (Daech) a enlevé

au moins 400 civils dans la ville syrienne de Deir Ezzor après y avoir tué des dizaines de per- sonnes, la plupart exécutées, der- nière atrocité en date du groupe jihadiste dans le pays en guerre. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), parmi les personnes enlevées samedi en fin de journée, toutes de confession musulmane sunnite comme l'EI, “figurent des femmes, des enfants, des familles ainsi que des combattants pro-régime”. Elles ont été kidnappées à Al- Bgheliyeh, banlieue nord-ouest proche de la ville de Deir Ezzor (est) et dans des secteurs alen- tours, avant d'être emmenées vers

Russie, alliée du régime, selon l’OSDH. L'agence officielle syrienne Sana a dénoncé un “massacre” et parlé de “300 civils tués”. Si ce bilan était confirmé, il serait l'un des plus élevés pour une seule journée dans ce conflit déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations pacifiques réclamant des réformes, qui a dégénéré en guer- re civile complexe avec plusieurs protagonistes. L’EI, qui a profité du chaos en Syrie pour s'emparer de vastes territoires, est respon- sable d'atrocités -exécutions, viols, rapts, nettoyage ethnique- aussi bien en Syrie qu'en Irak voi- sin et a revendiqué de nombreux attentats particulièrement meur- triers dans d'autres pays.

R. I./AGENCES

10

L’Algérie profonde

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

10 L’Algérie profonde Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE BRÈVES de Bouira LES TAXIS À BOUIRA Une

BRÈVES de Bouira

LES TAXIS À BOUIRA

Une profession pas très professionnelle…

n Outre les transports urbains et inter-

urbains, lesquels échappent parfois au

contrôle des services de la direction des transports de la wilaya, (DTW), les taxis sont également pointés du doigt par les citoyens. Les chauffeurs de taxi offrent la plupart du temps une qualité de service des plus médiocres, le tout avec une tarification des plus excessives. En effet, pour un trajet d'à peine 2 à 3 kilomètres, les chauffeurs de taxi exigent 150 DA ! Contrairement à ceux des autres wilayas, les chauffeurs de taxi de Bouira n’ont pas de syndicat à proprement parler. “Nous n’avons pas de représentants ! Chacun représente lui- même”, déclarent-ils. Leur tarification n’est régie par aucun texte de loi et encore moins une autorité quelconque. Les prix sont “unilatéralement” proposés

et appliqués par

les chauffeurs de taxi

eux-mêmes. Du côté de la DTW, on admet à demi-mot cette anarchie. “Certes, il y a des carences, mais il faudrait qu’on trouve un interlocuteur fiable, afin de tenter de mettre de l’ordre dans ce secteur”, dira un responsable de la DTW. Hormis les prix pratiqués, certains chauffeurs de taxis usent parfois de manières très discourtoises à l’égard de leur clientèle. Ils s’arrêtent où ils veulent, ils rechignent à aller vers une destination, alors qu’elle est inscrite dans leur feuille de route et n’ont aucun respect pour leurs clients. Au sujet de ce dernier point, un taxieur interrogé sur le pourquoi de la chose, soulignera le fait que les week-ends, la ville est saturée et que les bouchons sont fréquents. D’où, selon lui, le refus de certains de “perdre leur temps pour 150DA (sic)”.

RAMDANE B.

PÔLE UNIVERSITAIRE AKLI- MOHAND-OULHADJ (BOUIRA)

Le département de chimie paralysé

n Les étudiants du département de

chimie du pôle universitaire Akli- Mohand-Oulhadj de Bouira, ont entamé depuis avant hier, une grève illimitée, afin de réclamer leur certificat d’équivalence. Ces étudiants, se disent lésés” par les responsables de l’université et en appellent au ministre de l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique. Ainsi et dans une requête remise aux médias, les étudiants grévistes demandent l’application des articles 8, 9 et 10 de la note ministérielle n° 364, datant du 9 juin 2014, portant sur la délivrance du certificat d’équivalence des diplômes d’études supérieures. Ce certificat, une fois obtenu, permet faut-il le préciser de faire des études ou de travailler à l’étranger et la plupart des universités européennes l’exigent.

R. B.

L’EAU DU ROBINET EN SERAIT LA CAUSE

42 écoliers intoxiqués à Bordj Okhris

n 42 écoliers de l’établissement primaire

Badaoui- Mohamed, dans la commune de Bordj Okhris, une soixantaine de kilomètres au sud de Bouira, ont été victimes d’intoxication. Selon des sources locales, les premiers symptômes : nausées, diarrhées, vomissements, etc., ont été décelés jeudi soir et l’ensemble des écoliers, ont été admis à l’EPH de Sour El-Ghozlane. Les mêmes sources indiquent que l’eau du robinet dudit établissement en serait la cause. D’ailleurs, les services de la direction de l’éducation de Bouira, ont aussitôt enclenché une enquête afin de déterminer l’origine de cette intoxication. Enfin, il y a lieu de signaler que les écoliers sont sains et saufs et qu’aucune complication n’a été enregistrée.

R.

B.

MÉDÉA

Pluies salvatrices sur le Titteri

Les précipitations qui sont tombées sans discontinuer, des heures durant, ont éloigné le spectre de la sécheresse

L es précipitations enre- gistrées sur la région du Titteri, ces derniers jours, ont été accueillies avec beaucoup de sou- lagement par les fel-

lahs, notamment les céréaliers qui ont déjà entrepris la campagne des semailles. En effet, la perturbation atmosphérique qui a sévi sur l’en- semble de la partie nord du pays, ac- compagnée d'averses et de neige sur les hauteurs dépassant les 700 m, a redonné espoir aux agriculteurs pour poursuivre leurs labours après une attente qui a duré plusieurs se- maines. Les précipitations qui sont tombées sans discontinuer, des heures durant, ont éloigné le spectre de la sécheresse qui angoissait les populations des zones rurales. Fa- vorablement accueilli, le retour du mauvais temps va permettre aux fel- lahs de pouvoir achever les tra- vaux de semis même si la campagne est difficile à rattraper dans la zone sud de la wilaya. L'activité de pré- paration des terres qui concerne la quasi-totalité des zones de la wilaya, touche particulièrement les super- ficies céréalières situées dans les ré- gions montagneuses et de collines qui n'ont pas ou peu souffert de l'ab- sence de précipitations durant de longues semaines. En revanche, les

zones situées dans la partie step-

pique sont celles qui ont été le plus

D. R.
D. R.

affectées par le manque de pluie, car la campagne de labours- semailles commence dans ces étendues dès le début du mois de septembre. Le re- tard des précipitations a quelque peu contrarié les prévisions de la campagne agricole et a obligé les responsables du secteur à réviser en baisse leurs prévisions de labours- semailles. Car le manque de préci- pitations pendant le mois de dé-

Les précipitations pluvieuses sont de bon augure pour les fellahs.

cembre n’a pas manqué d’avoir un impact négatif sur les superficies emblavées dont plus de 20% ont été drastiquement affectées par la sé- cheresse qui a touché plus particu- lièrement certaines espèces dont l’orge et la vesce-avoine. La direc- tion des services agricoles ont dû re- commander aux céréaliers de la wilaya l’acquisition d’enrouleurs d’irrigation comme mesures pal-

liatives pour pratiquer l’irrigation d’appoint et de retarder les se- mailles. En tout état de cause, le re- tour des pluies et les quantités tom- bées pendant ces derniers jours ont redonné beaucoup d'espoir aux céréaliculteurs des régions à fort po- tentiel où les rendements dépassent en certains endroits les 50 quintaux à l'hectare.

M. EL BEY

1 200 FOYERS SERONT ENCORE RACCORDÉS AU GAZ AVANT FIN JANVIER

Campagne de sensibilisation sur les dangers du gaz

L a Direction de la distribution-Centre (SDC) d’électricité et de gaz de Tizi Ouzou a lancé, en collaboration avec les directions de l’édu-

cation et de la Protection civile, une campagne de sensibilisation sur les dangers du gaz. “Le but de cet- te opération est de faire connaître les avantages qu’offre cette commodité et son impact positif sur la vie des citoyens, mais aussi dans le but de prévenir

contre les risques que peut engendrer cette énergie par le non-respect des règles de sécurité ainsi que l’uti- lisation d’appareils contrefaits ou ne répondant pas aux normes de sécurité”, a indiqué Salima Chen- noub, chargée de communication de la SDC. Se- lon la même source “la campagne de sensibilisation s’articule sur des actions de proximité destinées au

grand public, sous forme de portes ouvertes, de séances pédagogiques destinées aux élèves du pre-

mier et deuxième paliers, ainsi que la distribution de dépliants…”. La campagne s’étale sur toute la période hivernale 2015/2016. “Soixante-treize séances de sensibilisation ont été comptabilisées à travers plus de 25 communes, depuis le début de la campagne le 15 novembre 2015 dans les établisse- ments scolaires dont deux dans des villages et places publiques”, précisera notre interlocutrice tout en rappelant “l’importance de la vigilance quant à l’uti- lisation du gaz naturel qui doit rester une source de confort, non une source de malaise”. Par ailleurs, le bilan de la SDC fait état de “858 km de réseau de gaz naturel et 33 443 branchements réalisés dont 26 179 mis en service du 1 er janvier à la fin de l’année 2015. 1 200 foyers seront raccordés au cours de ce mois de janvier 2016”.

K. TIGHILT

AÏT YAHIA-MOUSSA (DRAÂ EL-MIZAN)

Quatre martyrs réinhumés au carré des martyrs

n Les ossements de quatre martyrs tombés au champ d'honneur en 1961 à Tizra Aissa et, enterrés à la hâte, près d'un ravin, ont été réinhumés récemment au carré des martyrs baptisé “6-Janvier 1959”, lors d’une bataille historique au lieudit Bougarfène dans la commune d'Aït Yahia Moussa, daïra de Draâ El-Mizan. En effet, en plus des moudjahidine de Tizi Ouzou, le

directeur du musée du

moudjahid, le directeur de l'ONM et les autorités de Draâ El-Mizan et d’Aït Yahia-Moussa ont assisté à la cérémonie de réinhumation des ossements des chouhada Méziani Slimane, Batatache Mouloud, le sergent “Slimane” et un chahid inconnu. “C'est un devoir pour nous de les déplacer vers ce haut lieu aux côtés de leurs camarades de combat. Si nous sommes là, aujourd'hui, c'est pour rendre

aussi hommage aux 385 martyrs

qui sont tombés les armes à la main et pour reconnaître aussi leur sacrifice et leur témérité devant l'arsenal déployé ce jour- là par l'armée française. La bataille du 6 janvier 1959 restera l'une des batailles où nos valeureux combattants avaient donné une leçon de bravoure aux forces coloniales en leur tenant tête allant jusqu'aux combats au corps à corps”, dira Saïd Bougheda, le P/APC.

O.

GHILÈS

LAGHOUAT

5019 adultes sur les bancs de l’école

n Pas moins de 5019 apprenants dont 531 soit 10,58 %, du sexe féminin sont inscrits en classes d'alphabétisation au titre de la saison 2015-2016, selon l'antenne locale de l'Office national d'alphabétisation et d'enseignement pour adultes (ONAEA). Ces chiffres reflètent l'intérêt que suscitent les cours d'alphabétisation, notamment auprès de la gent féminine. Les efforts fournis en matière de lutte contre l'illettrisme dans la région permettront aux promus d'accéder aux établissements de la formation professionnelle et de l'enseignement à distance, et de bénéficier des mécanismes et dispositifs d'emploi. L'Onaea œuvre à attirer le plus grand

nombre d'apprenants par l'intensification de campagnes de sensibilisation menées avec le concours d'associations locales activant dans le domaine pour mettre un terme à l'analphabétisme, surtout que les structures pédagogiques existent, ont estimé les responsables de l'Onaea. En attendant les statistiques de la saison 2014-2015, il est utile de signaler qu’au titre de la saison 2012- 2013, le taux d'analphabétisme a reculé, à la lumière du recensement de la population de 2008, à 26,3% dans la wilaya de Laghouat, contre 39,1% en 1998 année ou on recensait plus de 90 000 analphabètes.

BOUHAMAM AREZK

10

L’Algérie profonde

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

10 L’Algérie profonde Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE BRÈVES de l’Est ACCIDENTS DE LA ROUTE Six

BRÈVES de l’Est

ACCIDENTS DE LA ROUTE

Six morts et 142 blessés en 2015 à El-Tarf

n La Sûreté de la wilaya d’El-Tarf a

dressé, à la fin de la semaine dernière, le bilan de ses activités durant l’année 2015. Ainsi, l’on enregistre en ce qui concerne la circulation routière et la protection de l’environnement 320 opérations. Les brigades d’intervention ont entrepris 2561 actions dans le cadre du maintien de l’ordre public et 12 447 amendes dressées contre les automobilistes. Toujours selon le bilan de la sûreté, 199 véhicules ont été mis en fourrière pour diverses infractions, ainsi que le retrait de 2632 permis de conduire. Le nombre d’accidents de la circulation routière est de 115 ayant fait 6 morts et 142 blessés. Par ailleurs, la brigade de l’environnement a enregistré 530 infractions relatives à la construction illicite.

TAHAR BOUDJEMAA

PSEUDO-

INVESTISSEMENTS

Le wali d’El-Tarf sévit

n Les investisseurs n’ayant pas

réalisé leurs projets seront dessaisis des lots qui leur ont été attribués dans différentes zones d’activités et industrielles de la wilaya d’El-Tarf, a annoncé le wali lors d’une réunion qui s’est tenue récemment avec les cadres de son exécutif. Une première opération concernera ceux ayant déjà la deuxième mise en demeure et qui n’ont pas achevé leurs projets dans les délais impartis. Le wali, qui a effectué une visite de travail dans les communes de Zerizer et El-Tarf, la semaine passée, a constaté la situation de plusieurs pseudo- investisseurs qui ont bénéficié de terrains laissés depuis des années en jachère, alors que la wilaya a besoin d’investissements afin de pouvoir rattraper les retards accumulés depuis de nombreuses années. Le wali a, en outre, procédé au lancement de projets datant de 2000. La visite effectuée dans les zones d’activités commerciales de Metrouha sur la RN 82 a également permis au wali de constater les retards cumulés malgré les efforts consentis par les pouvoirs publics. Sur place, il demandera la liste de tous les bénéficiaires de terrains destinés à l’investissement et qui n’ont pas encore engagé les opérations. Il s’agit entre autres d’attributaires de plusieurs zones d’expansion touristiques qui continuent de traîner la patte au moment où la wilaya a besoin d’infrastructures, notamment en prévision de la prochaine saison estivale.

TAHAR BOUDJEMAA

UNIVERSITÉ FERHAT-ABBAS (SÉTIF1)

Plus de 40 milliards pour la réalisation

d’une ferme expérimentale

Cette action est aussi dictée par le fait que Sétif abrite l’unique pôle agricole intégré au niveau national, qui a pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire du pays, notamment en céréales et en lait.

L’ université Ferhat- Abbas (Sétif1) vient de bénéficier d’une enveloppe financière consé- quente estimée à

plus de 40 milliards de centimes pour la concrétisation du projet d’une ferme expérimentale. Cette dernière se compose de quatre principales structures, à savoir la ferme expérimentale d’améliora- tion de la production végétale, la ferme d’amélioration de la produc- tion animale, le jardin botanique et la station d’épuration des eaux usées. Constituant un domaine

d’application et de recherche scientifique, voire un lieu d’ap- prentissage et de stage, la structure permettra à l’université de contri- buer au développement agricole dans un large périmètre. “Sétif a bénéficié de deux grands transferts hydrauliques, à savoir le transfert Est afin d’assurer l’ali- mentation en eau potable de la population de plusieurs communes et irriguer près de 40 hectares à par- tir du barrage d’Erraguène dans la wilaya de Jijel vers le barrage de Draâ Ediss, et le transfert ouest, issu du barrage d’Ighil Emda à Kherrata, dans la wilaya de Béjaïa, vers le barrage d’El-Mahouane, ainsi qu’un autre grand transfert du barrage Béni Haroun du nord de la wilaya vers le sud de la wilaya où 60 000 hectares vont être irri-

gués. Cependant, plusieurs pro- blèmes relatifs notamment à l’amé- nagement et l’étude du sol vont être posés, d’où la nécessité de l’inter- vention de l’université pour régler ces problèmes”, dira le directeur de l’université, M. Djenane. Et d’ajou- ter : “Notre campus devra interve- nir sur près de 100 000 hectares, d’où la nécessité d’accompagner l’investissement public et offrir les possibilités de développement de l’enseignement et de la recherche en matière d’employabilité des cadres.” Cette action est aussi dic- tée par le fait que Sétif abrite l’unique pôle agricole intégré au niveau national qui a pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire du pays, notamment en céréales et en lait. Selon les explications du responsable, la première structure d’amélioration de la production végétale sera implantée sur le site d’El-Bez avec deux branches essen- tielles, les grandes cultures (céréales et fourrage) et les cultures maraichères plein champ et sous abri ou sous plastique. Le site d’El- Maâbouda devra, quant à lui, abri- ter la deuxième ferme d’améliora- tion de la production animale qui s’intéresse à deux branches dont l’expérimentation sur les animaux domestiques (élevage), avec comme priorité l’élevage des bovins et ovins. Il sera aussi ques- tion d’expérimenter les différentes espèces comme les caprins et les

D. R.
D. R.

Une enveloppe a été allouée pour le développement de l’université de Sétif.

équins, les petits élevages comme les volailles, la cuniculture et l’api- culture. Sur le même site, une parcelle de 3 hectares sera réservée à la produc- tion de fourrage, dont l’irrigation sera assurée par l’eau de pluie accumulée dans des bassins d’une capacité d’une centaine de mètres cubes, a-t-on appris de même source. La troisième structure, à savoir le jardin botanique, qui sera réalisé au campus d’El-Bez com- portera la conservation des espèces floristiques et faunistiques existant dans la région de Sétif et la lutte

contre l’érosion par la mise en place de techniques généralement utilisées dans les régions monta- gneuses : murets en pierres sèches et terrasses. Enfin, la quatrième composante, selon le recteur, est la station d’épuration des eaux usées. Un ter- rain a été attribué par la wilaya pour l’implantation de cette sta- tion aux abords d’oued Bousselam, qui a pour objectif d’irriguer les plantes du jardin botanique et les différentes cultures, a fait savoir notre interlocuteur.

A. LOUCIF

SÉTIF

Saisie de 23 597 bouteilles de boissons alcoolisées à El-Eulma…

n Les services de la police judiciaire relevant de la daïra d’El-Eulma ont saisi, ces derniers jours, une importante quantité de boissons alcoolisées estimée à 23 597 unités de différents types et marques. Selon un communiqué de la cellule de presse et des relations publiques de la sûreté de wilaya de Sétif, l’opération a été déclenchée suite à des renseignements faisant état de deux individus de la même famille s’adonnant à la vente de boissons alcoolisées dans leur domicile. Après recoupement des données qui confirment

ces faits et identification des mis en cause, et suite au mandat de perquisition délivré par le procureur de la République d’El-Eulma, les services concernés ont découvert la marchandise stockée à l’intérieur du domicile. Une procédure judiciaire a été lancée à l’encontre de ces derniers pour vente de boissons alcoolisées sans autorisation. Quant à la marchandise saisie, elle a été remise aux services des Domaines.

F. SENOUSSAOUI

… et 30 quintaux de tabac à chiquer à Salah-Bey

n Les éléments de la police de la sureté de daïra de Salah Bey ont, dans le cadre de la lutte contre

le commerce illicite des produits tabagiques, mis la main sur pas moins de 30 quintaux de ballots de tabac à chiquer non traité. La marchandise saisie a été interceptée, vendredi, dans un camion, lors d’un contrôle routier. Le mis en cause a fait l’objet d’une procédure judiciaire pour détention et transport de produits tabagiques sans autorisation. Il est à rappeler que les services de la police de Salah-Bey ont, durant l’exercice écoulé, saisi 106,37 quintaux de tabac non traité, et 42 327 sachets de chema contrefaite, 16 250 cartouches de cigarettes ainsi que plus de 50 400 papiers à cigarette.

F. SENOUSSAOUI

RENCONTRE WALI - DIRECTEURS DES CEM À TÉBESSA

Des lacunes à la pelle laissées dans les tiroirs

ficiles. À signaler que le taux de déperdition scolaire dans ces régions défavorisées est très élevé, on parle de 70% des élèves qui quittent prématurément l’école à cause des conditions défavorables. Concernant les cantines scolaires, c’est un dossier que la direction de l'éducation n'arrive toujours pas à gérer, vu que les lacunes persistent encore, comme l’hygiène. En fait, la plupart des établissements scolaires sont vraiment sales et ne disposent pas de toilettes propres pour les élèves. Les clô- tures des établissements sont souvent dans des conditions lamentables où des tonnes d'ordures sont entassées sur les murs, au grand dam du personnel et des élèves. L’autre point noir est l'absence totale de sécurité aux alen-

À l’issue d’une rencontre organisée à la fin de la semai-

ne écoulée au siège de la wilaya, regroupant l'en-

tours des établissements, un problème qu'il faudrait au plus vite solutionner. Beaucoup d'agressions se sont produites près des écoles sous les yeux des écoliers, sans que les auto- rités y fassent quoi que ce soit. Par ailleurs, le recrutement du personnel soulève constam- ment des mécontentements. Beaucoup de carences sont enregistrées, notamment en ce qui concerne les concours entachés par des dépassements, ce qui remet en cause leur crédibilité. Quant à la rémunération des enseignants contractuels, cette dernière demeure une véritable énigme. Les concernés doivent en effet attendre quatre ans, voire cinq pour être régularisés !

RACHID G.

semble des directeurs des CEM avec le wali de

Tébessa, un constat alarmant en est sorti. En effet, même si la directrice de l’éducation a dépeint un tableau plutôt posi- tif sur les réalisations faites dans son secteur, la réalité sur le

terrain est tout autre. Pour illustrer le sujet, nos sources parlent de 80% des éta- blissements scolaires qui ne sont pas équipés de chauffage. Le transport scolaire, quant à lui, est une chimère dans les communes et régions isolées où les élèves sont obligés de parcourir des dizaines de kilomètres quotidiennement pour regagner leurs classes dans des conditions extrêmement dif-

10

L’Algérie profonde

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

10 L’Algérie profonde Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest SIG (MASCARA) Trois dealers arrêtés

BRÈVES de l’Ouest

SIG (MASCARA)

Trois dealers arrêtés

Les éléments de la Brigade mobile de la police judiciaire, en collaboration avec ceux de la 1re Sureté urbaine de Sig, sont parvenus à mettre sous les verrous trois dealers, avec la saisie de 1,78 kg de kif traité. Cette opération a eu lieu suite à des renseignements parvenus aux services de police, faisant état des activités des deux principaux suspects, à savoir B. H., 41 ans, et R. M., 31 ans, lesquels revendaient la drogue aux jeunes de la ville de Sig. La mise en place de la surveillance des dealers a permis que le premier soit arrêté en flagrant délit avec sur lui 92,7 grammes de kif traité qu’il tentait de revendre. Son complice sera par la suite également arrêté en flagrant délit avec 3,2 grammes de kif traité. Une perquisition a eu lieu alors au domicile d’un troisième suspect, A. M., 35 ans, où le premier suspect dissimulait sa marchandise. Là, une quantité de 982,7 g de kif traité a été saisie. Les trois individus ont été placés sous mandat de dépôt par le procureur près le tribunal de Sig.

A. B.

TIARET

L’arrivée des pluies fait le bonheur des céréaliers

Très attendues par les agriculteurs, les pluies ont enfin fait leur apparition ce week-end, au grand bonheur des céréaliers notamment qui les attendaient avec impatience. En effet, pour peu que la situation persiste, le spectre de la sécheresse sera dissipé avec l’arrivée des pluies salvatrices au moment où la campagne labours-semailles tirait vers sa fin, en raison d’un climat exceptionnel. Dans certaines régions, à l’instar de Rahouia, Mechraâ-Sfa, Dahmouni, où les emblavures ont été opérées en temps sec, certains céréaliers ont dû refaire leur semis par crainte de rater la saison. Néanmoins, si ces pluies sont bénéfiques pour l’agriculture, elles le sont autant pour les nappes phréatiques qui seront renouvelées.

R. SALEM

EL-BAYADH

5 nouveaux lycées pour

la prochaine rentrée scolaire

Le secteur de l'éducation d'El-Bayadh semble bien parti pour régler définitivement le problème de surcharge des classes à partir de la prochaine rentrée scolaire. En effet, il est prévu l'inauguration de 5 lycées et deux groupements scolaires à travers 7 communes de la wilaya. Selon les responsables de ce secteur, toutes les conditions sont réunies afin de permettre aux différentes entreprises de réalisation d'accomplir leurs tâches dans les meilleurs délais et la livraison devrait intervenir avant les prochaines vacances scolaires. Par ailleurs, 2 nouveaux internats seront ouverts dans deux groupements scolaires des communes de Mehara et Kheiter pour permettre aux élèves éloignés, de bénéficier de scolarité.

A. MOUSSA

OULED BEN ABDELKADER (CHLEF)

Les projets de logements accusent des retards considérables

Les chantiers consistent en la réalisation en deux tranches, de 50 et de 60 logements SPL. Sur le même site, il était également prévu la réalisation de 40 et de 10 logements.

L ors de la visite de travail et d’ins- pection qu’il a effectuée, la semaine passée, dans la daïra

d’Ouled Benabdelkader, qui compte également la commu- ne d’El-Hadjadj, le wali de Chlef, Aboubakr Essedik Boucetta, n’a pas caché sa colère à l’égard des entre- prises accusant des retards dans la réalisation des projets qui leur sont confiés. Il les a même sommés de quitter les chantiers et demandé, au même moment, aux responsables administra- tifs concernés présents, de résilier les contrats passés ini- tialement avec elles. “Les retards accusés sont inadmis- sibles et injustifiés, par consé- quent vous devez prendre votre matériel et quitter immédiatement le chantier !”, lance le chef de l’exécutif de la wilaya à un entrepreneur dans la commune d’El- Hadjadj. Le chantier en ques- tion consiste en la réalisation, en deux tranches, de 50 et de 60 logements SPL. Sur le même site, il était éga- lement prévu la réalisation de 40 et de 10 logements de même type. Alors que les tra- vaux relatifs à la réalisation de ces logements ne sont tou- jours pas lancés, le wali a ordonné leur transfert ailleurs tout en proposant la construction, à leur place, de logements dans le cadre de

Liberté
Liberté

Les entreprises retardataires dans la réalisation des logements ont été rappelées à l’ordre.

l’habitat rural, “ce qui convient parfaitement à la nature de la région et aussi aux exigences de la population locale”, dira-t-il. Au cours de cette même visite, le wali a passé au peigne-fin l’en- semble des services adminis- tratifs des deux communes, tout en vérifiant les registres,

et soulevant nombre de remarques quant à l’accueil des citoyens, et les prestations qui leur sont fournies. Mais c’est au centre de santé d’El- Hadjadj que le wali a poussé un “coup de gueule” envers le médecin de l’établissement. Après avoir consulté minu- tieusement son registre, le

wali a remarqué ses absences répétées et injustifiées. “Vous êtes médecin et vous devez assumer vos responsabilités envers les citoyens. Et si jamais ces absences se repro- duisent, c’est moi qui vous suspends et non le DSP !” pré- viendra enfin le wali.

AHMED CHENAOUI

 

ORAN

SUITES AUX DERNIÈRES PLUIES

Hyunday, en raison de la chaussée glissante et a percuté de plein fouet un pylône électrique près du rond-point El- Bahia.

AYOU A.

Un mort et 20 blessés sur les routes à Oran

Les précipitations, qui se sont abattues sur Oran ce vendredi et qui ont connu une forte intensité durant quelques heures, sont à l’origine de nombreux accidents de la circulation durant la seule journée de vendredi. Selon les services de la Protection civile, une personne est décédée et pas moins de 20 blessés ont été enregistrés lors de différents accidents dus à la perte de contrôle des véhicules, aux dérapages et autres collisions, et ce, au niveau des principaux axes routiers de la wilaya d’Oran. Quant aux circonstances de l’accident ayant entraîné la mort d’un homme de 43 ans, ce dernier aurait perdu le contrôle de son véhicule, de marque

448 personnes incarcérées en un mois

Les différents services de

police judiciaire de la Sûreté de wilaya en collaboration avec les sûretés urbaines et de daïra d’Oran ont procédé en décembre

2015

au traitement de

649

affaires ayant abouti à

l’interpellation de 848 personnes dont 448 ont été ont déférées au parquet et placées en détention préventive. Les mis en cause sont accusés de détérioration de biens publics et d’agression contre les personnes, de commercialisation illicite de stupéfiants et de conduite en état d’ivresse.

 

K. R. I.

HOSPITALISATION À DOMICILE À AÏN TÉMOUCHENT

Plus de 300 malades touchés depuis 2015

D epuis le mois de février de l’année écoulée, et ce, en application des instructions du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hos-

pitalière, l’opération dite “hospitalisation à domicile” lancée par l’hôpital Ahmed Medaghri de Aïn Témouchent a touché plus de 300 malades. C’est ce qu’a révélé à la presse Dari Omar, directeur de cet éta- blissement. Pour la réussite de cette initiative, ce der- nier a indiqué que son administration a mobilisé une équipe composée de plusieurs médecins spécialistes, deux médecins généralistes, deux agents paramédi- caux, un kinésithérapeute et une psychoclinicienne en y mettant à sa disposition une ambulance médicalisée équipée de matériels technologiques modernes qui sillonnera les communes de la wilaya trois fois par semaine. Selon Dari Omar, ces visites qui sont effec- tuées suivant un programme préalablement élaboré en coordination avec le service de médecine interne et les UMC, concernent les diabétiques, ceux qui souffrent des escarres ainsi que les personnes âgées qui éprou- vent des difficultés pour se déplacer jusqu’à l’hôpital. D’ailleurs, a-t-il souligné, “l’objectif de cette initiation n’est autre que de permettre de se rapprocher du malade pour le soulager mais aussi d’alléger la pression qui pèse sur l’hôpital’’. Sur un autre registre, le même respon-

sable a ajouté que l’opération qui consiste à accompa-

gner les malades pour des séances de dialyse péritonéa- le à domicile et qui, jusqu’à l’heure, ne s’est limitée qu’à trois malades issues des communes de Aïn Témouchent, Sidi Ben Adda et Aïn Tolba sera élargie à trois autres malades qui viennent d’êtres programmés et qui bénéficieront de cet avantage. M. LARADJ

TAMZOURA (AÏN TÉMOUCHENT)

Le domicile du maire partiellement incendié

Dans la nuit de vendredi, des inconnus ont réussi à mettre le feu dans l’une des pièces du domicile du maire de Tamzoura, une commune relevant de la daïra de Aïn El-Arba à une cinquantaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya Aïn Témouchent. L’incendie qui pourrait-être d’origine criminelle a été vite maîtrisé par le voisinage, alerté par des membres de la famille du maire lequel était absent, a-t-on appris sur place. Heureusement, selon l’un des proches du maire, cet incendie n’a fait que peu de dégâts matériels. Pour le moment, les raisons de cet incendie ne sont pas connues. L’enquête déclenchée par la brigade de gendarmerie, devra déterminer le véritable mobile du sinistre avec l’identification de ses auteurs.

M. LARADJ

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

Culture

11

LES JOURNÉES DES ARTS POPULAIRES SAHARIENS S’OUVRENT À TAMANRASSET

Le patrimoine culturel immatériel de l’Ahaggar revisité

Initiée par l’association Assarou n’Ahaggar, ces journées se poursuivent jusqu’à aujourd’hui. Placées sous le thème “Arts populaires, mémoire des générations”, elles ont été marquées par de nombreuses festivités, notamment la tenue de conférences-débats autour des arts populaires sahariens, des expositions et des représentations artistiques de plusieurs troupes folkloriques de Tamanrasset et d’Adrar.

À l’initiative de l’association des activités culturelles de la wilaya de Ta- manrasset As-

sarou n’Ahaggar (littérale- ment la clef de l’Ahaggar), la Maison de la culture de la vil- le de Tin Hinan abrite depuis

samedi les journées culturelles

des arts populaires sahariens.

La manifestation, placée sous le thème “Arts populaires, mé- moire des générations”, a été marquée par un cocktail d’ac-

tivités, dont des expositions

sur les richesses patrimoniales

que recèle cette wilaya touris- tique par excellence. Des tentes richement décorées

ont été dressées à la grande es-

planade attenante à la Maison

de la culture où ont été orga- nisées des expositions consa- crées à l’artisanat et aux métiers traditionnels, montrant à la fois la diversité culturelle de cet- te région millénaire et l’atta- chement de la population de l’Ahaggar à son histoire iden- titaire. Près de vingt associa- tions ont pris part à ces jour- nées culturelles qui se sont éta- lées jusqu’à aujourd’hui avec au menu des conférences-débats sur l’art populaire saharien et des présentations artistiques assurées par des troupes musi- cales venues des quatre coins de l’Ahaggar. Cet événement, ja- lonné par la brillante absence des autorités locales, a ainsi invité de nombreux artistes à descendre dans la rue pour partager leur passion avec un

public nombreux. Le festival a vu la participation de plusieurs troupes de la wilaya de Ta- manrasset, entre autres Jakmi de Tazrouk, Takouba Imaouadhen N’toufat, le grou- pe Karkabou, Kaous Ennasr, Izawen et Issara ainsi que des troupes des wilayas d’Adrar et de Tindouf dans la perspective d’interaction et de métissage. L’habit traditionnel de la Tu- nisie a été à l’honneur de ces journées culturelles, indique le président de l’association Assarou n’Ahaggar, Hassani Mohammed Lamine, qui a axé son allocution sur l’importan- ce que revêt cette manifestation dans la préservation du patri- moine culturel immatériel de cette wilaya-continent.

RABAH KARECHE

Kareche-Liberté
Kareche-Liberté

Représentation de troupes artistiques dans les rues de la ville.

PARUTION DU 32 E NUMÉRO DE LA REVUE “NAQD”

Des identités communautaires et des manipulations politiques

S oucieuse d’être à la page quant aux évé- nements qui mettent en branle le mon- de, la revue Naqd traite, dans son 32 e nu-

méro (parution en décembre 2015) des fon- dements de la vie en commun. Des réactions impulsives aux événements imposés ou ins- trumentalisés par les forces en présence du monde contemporain, on repense la tragédie humaine continue qui ne cesse de sévir au nom de quelques “idéaux” nationalitaires, ethnico- religieux ou identitaires… Dans ce numéro, on retrouve des contributions d’une quinzai- ne de chercheurs et universitaires sur le com- munautarisme. De l’Inde, Samir Kuznar Das explique dans sa théorie indienne de la re-

connaissance “les deux processus de paix ‘éta- tique et officieux’” qui finissent par enclencher

des conflits : “Comment maintenir la cohésion

sociale en transcendant les clivages racistes de la haine, la xénophobie et la violence ?” “La théorie occidentale de la reconnaissance est tou- jours une théorie haute qui est obsédée par la question de savoir comment les communautés vivent leurs différences aiguës de normes et de

jugements.” Le professeur de sciences poli- tiques indien suggère comment transcender les clivages ethniques et leur nationalité et œu- vrer comme collectif. Partant d’un texte de Mi- chel Foucault et de onze volumes émanant d’un groupe d’étude sur Calcutta, Ranabir Sa- maddar tente de comprendre l’ordre et la po- litique dans ce microcosme déchiré par l’émeute. Entre discipline de la foule et gestion de la légalité, quel mode de sécurité peut s’ins-

taller ? Quel est le rôle de la police face à la dé- linquance et comment assure-t-elle la sécuri- té de la population ? Quant au physicien nu- cléaire, le Pakistanais Pervez Amirali Hoodb- hoy, dans son essai intitulé L’illusion du cali-

fat et la guerre à l’intérieur de l’islam, une opi-

nion pakistanaise, il s’intéresse au monde de l’islam et ses conflits sectaires “chiites et sun- nites” ; des conflits auxquels les Pakistanais paient de lourds tributs. Quand “les deux cou- rants voient dans l’Occident laïque leur enne-

mi mortel”, il se demande quels sont les fon-

dements d’une telle pensée ? Sur quelles bases se construit le mythe d’une “oumma uni-

fiée” ? Le cas des Kanaks en Nouvelle-Calé- donie sera abordé par l’anthropologue Hamid Mokaddem, qui retrace dans son étude la construction des communautarismes à partir de la configuration coloniale. Du “faux-sem- blant” de “destin commun” avec les aléas du système colonial français, la place du peuple kanak revêt une forme néocoloniale. Pour Ha- mid Mokaddem, “les communautarismes ré- sultent des discriminations consécutives aux biopolitiques”. La revue Naqd, sous la direc- tion de Daho Djerbal, propose d’autres articles similaires sur l’Algérie et l’Afrique subsaha- rienne. Ainsi, le chercheur du CNRPAH, Badi Dida, soumet une nouvelle lecture de la structure sociopolitique targuie. Une nouvelle lecture très documentée où l’auteur parle de “sociétés au pluriel dont la structure est her- métiquement hiérarchisée”, alors que la so- ciologue et chercheure au CREAD, Fatima Oussedik prend la communauté mozabite comme échantillon pour tenter de saisir les te- nants et les aboutissants des derniers événe- ments qui ont secoué Ghardaïa. Pour elle, “les

notions d’ethnies, de minorité nationale ont fait leur irruption dans les débats politiques d’une Algérie dont l’existence se nourrissait d’un na- tionalisme exigeant”. De la lutte d’intérêts éco- nomiques à celle qui nourrit les conflits im- posés par le nouvel ordre mondial, quelle est la part de la responsabilité de l’État dans ces nouveaux enjeux politiques ? Produit-il lui- même un “communautarisme de nécessité, d’urgence” ( ?) Pour la communauté sahélo- saharienne, Mohomodou Houssouba, cher- cheur malien en littérature et linguistique, dé- monte l’éclatement de la société par la crise économique et sociale, où le problème lin- guistique se joint au problème foncier pour nourrir les antagonismes. Enfin, Abderrahmane Moussaoui revient sur le concept de “communauté” contextualisé se- lon les paradigmes ayant traversé la société al- gérienne du arch à l’oumma avec toutes les charges émotionnelles, sentimentales ou cul- turelles. La revue est disponible chez les li- braires au prix de 600 DA.

LIMARA B.

IL S’EST TENU DANS LA SOIRÉE DE SAMEDI À LA SALLE ATLAS

Un vibrant hommage à Cheikh El-Hasnaoui

U n vibrant hommage a été rendu, samedi à Alger, au re- gretté Cheikh El-Hasnaoui,

un des maîtres de la chanson algé-

rienne, dans une grande cérémonie

qui a réuni plusieurs artistes de re-

nom et à travers laquelle un coffret

CD regroupant le parcours artistique

de l'homme a été présenté. La salle

Atlas à Bab El-Oued, comble de monde, la cérémonie pouvait com- mencer avec deux légères choré- graphies menées par quatre couples

de danseurs du Ballet national sur les mouvements valse et rumba, com- posés par Cheikh El-Hasnaoui. La chanteuse Djura, Djouhra Abouda de son vrai nom, fondatrice en 1979 à Paris du trio féminin Djurdjura, a ensuite rejoint la scène pour enton-

ner en solo un achwiq avec une voix

suave, avant d’enchaîner la lecture

d’une de ses poésies intitulée Je suis celle qui porte le nom de femme. Cheikh El-Hasnaoui Dhi Thimlilith (Cheikh El-Hasnaoui à travers une rencontre), documentaire d’une di- zaine de minutes, réalisé par Ab- derrezak Larbi Chérif (1 er prix au 14 e Festival du film amazigh de Tizi Ou- zou - octobre 2015), a été projeté au public, retraçant le parcours de l’ar- tiste marqué par l’exil, soutenu par quelques témoignages ainsi qu’un entretien réalisé par l’ethnomusi- cologue Mahfouf M’henna. Diri- gés d’une main de maître par H’cen n’Ath Zaïm, les 15 instrumentistes et les quatre choristes de l'orchestre éponyme ont, par la suite, brillam- ment accompagné Abdelkader Chaou, Nassima Chabane, Khaloui Lounès, Hamidou, Rachid Koceila, Takfarinas, Nouria Yasmine et El-

Hasnaoui Amechtouh, qui se sont succédé, interprétant les belles ins- pirations de l'artiste à l'honneur, laissant au public le soin de méditer son œuvre et son génie créatif. Évo- quant l'amour, la patrie, la douleur sentimentale, l'exil, le voyage, l’in- vitation au retour à sa terre natale, les textes, souvent métaphoriques et allusifs des différentes pièces inter- prétées, étaient repris en chœur par l'assistance qui savourait chaque instant du récital dans la joie et la convivialité. Les différents artistes qui ont animé cette cérémonie ont été gratifiés du coffret CD qui re- groupe le parcours de Cheikh El- Hasnaoui, considérant unanime- ment que son œuvre est gigan- tesque et a permis à la chanson ka- byle d'accéder au rang de l'univer- salité. Azeddine Mihoubi, ministre

de la Culture, présent à cette céré- monie avec El-Hadi Oud Ali, mi- nistre de la Jeunesse et des Sports, et Samy El-Hocine Bencheikh, direc- teur de l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda), a remis aux proches du regretté artiste le trophée honorifique et le coffret

CD consacrant son œuvre. “Cheikh

El-Hasnaoui, ce monument de la chanson algérienne, est un exemple à suivre”, a déclaré Azeddine Mi- houbi, invitant les jeunes artistes à reprendre ses œuvres, car, a-t-il dit, “le reprendre c’est réussir”. Cheikh El- Hasnaoui, Mohamed Khelouat de

son vrai nom, est né le 23 juillet 1910 à Taddart (village) Tamuqrant (commune de Beni Zmenzer, Tizi Ouzou). Son nom d'emprunt se ré-

fère au arch Ihesnawen auquel il ap-

partenait. Sa première chanson, A

yema yema, une complainte de dé- racinés composée à Alger en 1936, le propulse parmi les grands de l’époque. Parti en France en 1937, il eut une carrière fulgurante, faite que de succès (essentiellement 29 chansons en kabyle et 17 en dialec- te algérois), avant de regagner l’île de La Réunion où il mourut le 6 juillet 2002, à l’âge de 92 ans. Plusieurs ar- tistes, dont Aït Menguellet, Akli Yahiaten, Kamel Hammadi, Réda Doumaz, Nacer Mokdad ainsi que les comédiens Hassen Benzerari et Sid Ali Bensalem étaient également présents à cet hommage, organisé par l'Onda, dans le cadre du pro- gramme régulier qu'entretient le ministère de la Culture tendant à va- loriser les artistes algériens.

APS

12 Publicité Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE AF

12

Publicité

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

12 Publicité Lundi 18 janvier 2016 LIBERTE AF

AF

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

Supplément Sport

13

EN DÉPIT D’UN MARCHÉ DES TRANSFERTS MORNE 40 joueursrecrutés durant lemercato Liberté
EN DÉPIT D’UN MARCHÉ DES TRANSFERTS MORNE
40
joueursrecrutés
durant lemercato
Liberté

A yant pris fin, vendredi dernier à minuit, le marché hivernal des transferts n’a pas fait de vagues. La période d’enregistrement d’un

mois, telle que fixée par les instances qui gèrent la compétition nationale, n’a ainsi connu aucune effervescence, ni été mar-

quée par au-

cun transfert à sensation qui aurait pu faire monter le mercu- re en cet hiver déjà exceptionnellement chaud. Un pré-bilan établi après 20 jours de “marché” nous obligeait presque à mettre en exergue, dans notre édition du 4 janvier, la tiédeur assez parti- culière qui caractérisait cette période de transferts. Mais alors qu’on pensait qu’après avoir eu beau- coup de mal à s’enflammer, ce marché hivernal des transferts allait rapidement s’emballer dans sa der- nière semaine, l’on peut désormais certifier sans

Par : RACHID BELARBI

Hibernal !

risque de nous tromper que ce mercato aura été particulièrement calme et sans relief. Beaucoup de voyants laissaient, en effet, penser à l’emballement du marché dans ses derniers jours, voire ses ultimes heures. La “faisabilité” de cer- taines transactions de dernière minute entrete- nait l’espoir d’une animation attendue de la bourse des joueurs. Au final, il n’en fut rien. Pourtant, étaient évoqués les noms ronflants de quelques-uns des héros po- pulaires de la génération Omdurman comme Karim Ziani et Karim Matmour pour rallumer la flamme du côté du Chabab de Constantine à tra- vers un grand coup médiatico-sportif. Des joueurs mondialistes, seul Abdelmoumène Djabou est revenu au pays et dans la ville qui l’a fait roi, permettant à l’Entente de Hassan Ham- mar de récupérer son arme fatale. Et si l’ESS a vi- siblement réussi la meilleure affaire de cet hiver,

c’est la JS Kabylie qui a fait le plus de bruit à tra- vers “l’affaire Harrouche”. Le MCA, l’USMA, le CRB, le MCO et l’USMH ont, de leur côté, fait de la simple figuration, effectuant, çà et là, quelques em- plettes à titre anecdotique sans pour autant fai- re des folies, ni réussir des coups de maître, encore moins défrayer la chronique. Et quand les habituels animateurs des tractations hivernales refusent de jouer le jeu, les portes du marché se referment dans la même indifférence dans laquelle elles s’étaient ouvertes. L’absence d’une réelle culture de recrutement en bonne et due forme chez l’écrasante majorité des responsables des clubs de l’élite professionnelle dans ses deux étages expliquerait, du reste, cet- te quasi-hibernation. L’absence pénalisante de crédibles solutions de re- change pour les clubs désirant profiter de cette trê- ve pour se renforcer qualitativement expliquerait

le reste. Une double vérité que le défunt président du MCO, Kacem Elimam, avait déjà, en son temps, parfaitement assimilée, comme tend à l’explici- ter sa célèbre déclaration que nous avions (déjà) rappelée. “Ça ne m’intéresse pas et ne m’en parlez pas ! Quel- le équipe acceptera de lâcher son meilleur élément pour le laisser filer chez la concurrence ? Alors, si c’est pour recruter des éléments au chômage, qui ont peu ou pas joué, car tout simplement pas au niveau, cela ne m’intéresse vraiment pas !”, disait le regretté Eli- mam lorsque lui était posée la traditionnelle question de son éventuel plan de recrutement hi- vernal. Puisqu’aucune grosse pointure du championnat n’était à vendre, aucun acquéreur potentiel n’a frappé à la porte, si tant est que ces pépites exis- tent encore en ces temps d’infertilité chronique.

R. B.

14

Supplément Sport

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

DOSSIER

MCA

Ighil n’a pas eu ce qu’il voulait

n Le marché hivernal n’a pas connu trop de mouvement cette saison en Algérie. Mis à part quelques équipes qui se sont renforcées avec plusieurs joueurs, entre autres la JSK ou le RCA, les autres clubs de la Division 1 Mobilis ont enregistré une seule arrivée ou deux, à l’image du Mouloudia d’Alger. L’entraîneur Meziane Ighil voulait se renforcer par deux joueurs en ce mercato hivernal qui avait pris fin vendredi dernier : un milieu de terrain relayeur et un attaquant de pointe de métier, mais au final, le MCA n’a ramené qu’un seul joueur, en l’occurrence Anthar Boucherit qui joue en milieu de terrain. Le souci d’Ighil était bien évidement de renforcer sa ligne offensive, qui ne marque pas assez de buts, mais le manque d’un attaquant de métier disponible sur le marché a fait tout capoter. Même si le MCA avait la possibilité de recruter l’attaquant du MOB de Béjaïa Okacha Hamzaoui, la direction du MC Alger a de nouveau échoué pour faire venir l’attaquant du MO Béjaïa en raison du niet de la direction des Crabes. En effet, coach Ighil, qui avait inscrit le nom de Hamzaoui parmi ses priorités pour ce mercato hivernal pour pallier le départ de l'Éthiopien Saïd Salah-Eddine, a vite déchanté devant les exigences financières jugées excessives. “Nous avons tenté une approche avec la direction du MOB pour entamer les négociations mais nous avons été vite refroidis par les prétentions financières du club, qui réclame pas moins de 6 milliards pour le rachat de son contrat. Les responsables du MOB nous ont confié qu’ils venaient juste de refuser une offre de 500 000 euros émanant d’un club tunisien, le Club Africain. Je pense que c’est un prix exagéré auquel le MCA ne peut répondre positivement”, confie en outre à Liberté un responsable du MCA. Et d’ajouter : “C’est dommage car le coach Meziane Ighil voulait absolument l’avoir pour renforcer la ligne offensive.” C’est dire que Meziane Ighil va être confronté à un grand problème en cette deuxième moitié de championnat, surtout que sa ligne offensive manque terriblement de réussite devant les buts adverses. Cela s’est confirmé aussi lors des derniers derbys, notamment face au CRB, disputé samedi et perdu sur le score de 1 à 0, où l’attaque mouloudéenne n’est à aucun moment parvenue à inquiéter la défense Belouizdadie, ce qui a poussé le coach mouloudéen à déclarer en fin de rencontre que “le MCA, avec ce jeu, ne pourra jamais gagner un derby.”

SOFIANE MEHENNI

CRB

Alain Michel :

“Le marché algérien n’offre pas beaucoup d’opportunités”

C e mercato

hivernal est

banal, le

Mercato,

pour moi,

c’est surtout

tenter de préserver le groupe

que j’ai sous la main et essayer

d’at-

le groupe que j’ai sous la main et essayer d’at- Par : AHMED IFTICEN teindre nos

Par : AHMED IFTICEN

teindre nos objectifs avec le club”, résume l’entraîneur du CR Belouizdad, Alain Michel, à propos du marché des trans- ferts hivernal qui vient de s’achever en Algérie. À l’image de la majorité des équipes de la Ligue 1, le Cha- bab, conditionné par une en- veloppe budgétaire tout juste moyenne, a eu du mal à recru- ter : “Le marché n’offre pas beaucoup de choix, les joueurs que nous avons ciblés et qui peuvent nous apporter un plus étaient tous soit sous contrat soit leur clubs refusaient de nous les céder sous prétexte que nous sommes une équipe concurrente”, justifie le tech-

nicien français. Le staff tech- nique des Rouge et Blanc s’est contenté finalement d’une seule recrue, le défen- seur central du MOB, Mamar Youcef, sans pour autant libé- rer aucun joueurs. Toutefois, le CRB reste l’une des rares équipes de la Ligue 1 qui bénéficie d’un effectif as- sez équilibré, et le coach du Chabab ne se casse pas trop la tête durant la semaine pour remplacer un de ses éléments blessé ou suspendu. Le CRB, s’il affiche un rendement aus- si stable et occupe actuelle- ment seul la seconde place du classement, c’est plus parce qu’il dispose d’un banc de qualité, les joueurs qui rem- placent au RCB sont capable même de faire mieux que les titulaires. L’exemple a été donné ce week-end lors du derby face au Mouloudia d’Al- ger où le Chabab a remporté son match grâce à deux joueurs remplaçants de qua- lité, Rebih qui était à l’origine du centre, et Derrag à la fini- tion qui a réussi à marquer le

but victorieux de son équipe. À l’occasion de ce même mat- ch, le remplacement de Nem- dil par son coéquipier Chebi- ra n’a guère été ressenti alors que ce dernier vient de dispu- ter son premier match de la saison comme titulaire de- puis son recrutement l’été dernier. Rappelons, aupara- vent, que l’absence du gardien de but Malik Asselah, blessé pour un moment et retenu en sélection nationale lors de la phase aller du championnat, n’a pas handicapé son équipe qui a trouvé en Boukacem le remplaçant qui a tenu bon. Il faut reconnaître tout de même le rôle du coach Alain Michel, qui a certainement su gérer son effectif et faire ad- mettre à certains cadres de l’équipe, à l’image de Rebih, qu’il peut être aussi détermi- nant et efficace dans un mat- ch même en statu de rempla- çant, et de faire accepter à d’autres le banc touche tout en étant décisifs à leur entrée en jeu.

A. I.

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

APRÈS LE PRÉCIEUX SUCCÈS RAMENÉ PAR LES CANARIS DE CONSTANTINE

La JSK très satisfaite de ses nouvelles recrues

I ls l’ont promis et ils l’ont fait ! Les Canaris du Djurdjura qui jouaient gros dans l’antique Cirta où ils

étaient pourtant handicapés par les absences de taille telles que Doukha, Rial, Diawa-

ra, Aïboud et en dernière

minute de leur nouvelle recrue Harrouche alors que le CSC, qui avait récupéré l’an- cien “mondialiste” Mourad Meghni, les attendait de pied ferme, ont réus- si un beau sursaut d’orgueil comme pour prouver que la nouvelle couvée kabyle était des plus prometteuses. Il est vrai que les dirigeants kabyles ont cassé leur tirelire durant le mercato hivernal pour renforcer considérable- ment et surtout judicieusement leurs trois compartiments de jeu. C’est donc une JSK “new look” et ani- mée d’un esprit de révolte qui s’est déplacée sur les bords du Rhumel pour arracher, à la force des jarrets, une belle et précieuse victoire qui lui permet d’améliorer sa situation au classement général et surtout de se re- taper le moral avant de recevoir, ce samedi, le MOB de Béjaïa pour le compte du fameux derby kabyle, pour entrevoir ensuite un autre défi la semaine prochaine contre le leader, l’USM Alger, dans son antre habituel de Bologhine, et ce, avant d’accueillir au stade du 1 er -Novembre, son solide dauphin, le Chabab de Be- louizdad, qui a souvent réussi de belles sorties, ces dernières années, en terre kabyle.

de belles sorties, ces dernières années, en terre kabyle. Par : MOHAMED HAOUCHINE C’est dire que,

Par : MOHAMED HAOUCHINE

C’est dire que, face au CSC, les poulains de Dominique Bijotat n’avaient pas droit à l’erreur, d’abord pour ne pas sombrer dans le doute, et ensuite pour se transcender au mieux en prévision de cette traversée hivernale où ils ont tout intérêt à se- couer leurs godasses, serrer les coudes et remonter leurs bretelles. Et s’il faut rappeler que la JSK vient d’enregistrer sa première victoire de la saison à l’extérieur, c’est certaine- ment de bon augure pour la suite du parcours encore que les camarades de Berchiche se doivent de confirmer leur renouveau dans les jours à venir. “C’est vrai que cette belle victoire nous a fait du bien car au-delà des trois précieux points qui viennent améliorer notre cagnotte, nous avons réussi une très belle prestation alors que les nouvelles recrues ont donné en-

tière satisfaction”, dira Bijotat qui ex- horte ses poulains à garder la tête sur les épaules. “L’essentiel est d’enchaî- ner avec une seconde victoire consé- cutive ce samedi face à cette coriace équipe du MOB, ce que nous n’avons pas encore réussi à faire cette année”, dira à ce propos le coach de la JSK qui semble plus que jamais rassuré par l’apport précieux des nouvelles re- crues hivernales. Il est vrai que l’excellent gardien de but Boultif a fait preuve d’un culot et d’une assurance à toute épreuve pour son premier match dans la cage kabyle, le défenseur “olym- pique” Ferhani a géré admirable- ment le couloir gauche et s’est même permis le luxe d’inscrire le seul but de la partie alors que le troisième larron, Mebarki, a donné du fil à retordre à la défense constantinoise et surtout

au gardien Cédric avant de céder sa place à 20’ de le fin au jeune Ihadja- dène à cause d’une cheville quelque peu douloureuse. C’est dire que Bijotat est aux anges et attend avec impatience l’entrée sur scène de la quatrième recrue de l’hi- ver, Harrouche sur lequel la JSK mise beaucoup d’espoirs pour animer son compartiment offensif alors que le Franco-Algérien Medjkane, habi- tuellement utilisé comme défenseur latéral fut crédité d’un très bon mat- ch au milieu de terrain, lui qui joue juste et qui excelle dans la récupéra- tion comme dans la relance en zone médiane au même titre, d’ailleurs, que le jeune “espoir” Tafni qui fit preuve d’un calme olympien, pour sa première titularisation aux côtés de Ferrahi et de Raïah.

M. H.

MC EL-EULMA

Des recrues de choix !

n Le MCEE est l’un des rares clubs du championnat de Ligue 2 à avoir réussi son mercato. En effet, en quête de bons éléments pour renforcer leur effectif dans l’optique de retrouver l’élite à l’issue de cet exercice, les dirigeants de Babya, à leur tête le président Samir Bourdim, ont ratissé large. Ils ont réussi ainsi à engager quatre éléments dont deux qui évoluaient régulièrement ou presque dans le championnat de Ligue 1, à savoir l’ex-avant-centre de l’USMB,

Noubli, et l’ancien milieu du NAHD, Madi. Deux joueurs qui n’ont pas tardé à s’intégrer dans le groupe entraîné par le coach Kamel Mouassa, du moment que ce dernier les a utilisés quelques jours à peine après avoir débarqué à El- Eulma. La troisième recrue du mercato n’est autre que le milieu relayeur Fezani (ex-CAB). Bénéficiant d’une dérogation spéciale de la FAF pour recruter un quatrième joueur pour suppléer

Abbès, victime d’un problème cardiaque au début du championnat, les Eulmis ont en outre engagé le gardien de but Mathazem (ex-RCA). En revanche, le MCEE s’est séparé durant la même période de huit joueurs pour diverses raisons, dont six joueurs constituaient des cadres de l’équipe il y a peu de temps. Il s’agit de Hamiti, Bouterbiat, Labiod, Bourzama, Naâmane et Bentayeb.

F. R.

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

Supplément Sport

15

DOSSIER

IL A PRIS FIN VENDREDI DERNIER

Les chiffres du mercato

L e mercato d’hiver a pris fin ven- dredi dernier. Même si le mar- ché des transferts n’a pas connu un grand engouement en raison de la faiblesse de l’offre et de l’in- terdiction de recruter des

joueurs étrangers, il n’en demeure pas moins que nos clubs dans leur majorité ont épuisé les 3 licences supplémentaires per- mises par la LFP pendant cette période de mercato, alors que la JSK et le RCA, qui ont bénéficié d’une déroga-

tion, ont recruté quatre joueurs. Résultat des

courses, cela nous donne 40 joueurs recrutés par les équipes de Ligue 1 dont un Algéro-Tchadien, en l’occurrence Petrongal, enrôlé par le MO Béjaïa. Soit une moyenne de 2,5 par club. Trois clubs, à savoir l’USMA, le MCA et le CRB, se sont limités à une recrue. Un joueur qui était au chômage, en l’occurrence Hocine Achiou, a trouvé preneur au sein du RCA. Il faut reconnaître aussi que la crise financière que traverse les clubs est pour beaucoup dans cette faiblesse du mercato. Beaucoup d’équipes ont préféré ne pas faire de folies et recruter des joueurs bon marché. Pour rap- pel, la JS Kabylie, l'USM Alger et le RC Arba (Ligue 1) et la JSM Skikda (Ligue 2) ont été autorisés à engager quatre nouveaux joueurs

2) ont été autorisés à engager quatre nouveaux joueurs Par : SAMIR LAMARI Zehani/Liberté lors du

Par : SAMIR LAMARI

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

lors du mercato d'hiver, et non pas trois comme c'est le cas pour les autres clubs des deux Ligues. Cette mesure a été prise au pro- fit de la JSK suite à la blessure de son joueur Ahmed Gagaâ au cours de sa participation

avec la sélection nationale olympique à la Coupe d'Afrique 2015 des moins de 23 ans au Sénégal. La blessure du jeune milieu de terrain a nécessité son passage sur le billard, synonyme de forfait pour la suite de la sai-

son. Quant à l'USMA, au RCA et à la JSMS, ils ont bénéficié chacun d'une licence sup- plémentaire en raison de la suspension pour dopage pour une durée de 4 ans de leurs joueurs, respectivement Youcef Belaïli, Rafik Boussaïd et Noufel Ghassiri. La LFP a informé en outre que la demande formulée par les clubs concernés par les compétitions africaines en 2016 de bénéficier à leur tour d'une quatrième licence a eu une suite défa- vorable.

S. L.

Liste des recrues par club :

USM Alger : Chettal (1) NA Hussein Dey : Seddiki, Mokhtari (2) MC Oran : Berramla, Dehar et Yalaoui (3) ES Sétif : Djabou, Djahnit et Amokrane (3) JS Saoura: Younès et Ammour USM El-Harrach: Chenoufi et Mellal (2) RC Relizane : Chaïb, Chenine et Boumechra (3) DRB Tadjenanet : Demène, Daoud et Abdeldjilali (3) MO Béjaïa : Athmani, Petrongal, Bentayeb (3) RCA : Yachir, Chouih, Achiou et Djeghbala (4) USM Blida : Abed, Khloufi et Naït Slimane (3) ASM Oran : Kara, Benzerga et Adel (3) CS Constantine : Cherfa et Mellouli (2) JS Kabylie : Ferhani, Boultif, Mebarki, Harrouche (4) CR Belouizdad : Mâamar (1) MC Alger : Boucherit (1)

ESS

On reprend les anciens et on recommence

T rès actif durant le mercato de cet hiver, le club cham- pion d’Algérie en titre a réalisé de très bons coups en matière de recrutement. Afin de se parer pour une

seconde partie de la saison pleine, les dirigeants sétifiens ont

fait signer trois joueurs et non des moindres. Il s’agit d’Abdelmoumen Djabou, Abdelhakim Amokrane et Akram

Djahnit. Soucieux en effet de renforcerd’Abdelmoumen Djabou, Abdelhakim Amokrane et Akram les rangs de son effectif par des éléments pouvant

les rangs de son effectif par des éléments pouvant apporter un plus après une

phase aller décevante, le président Hassen Hamar a enclenché une véritable course contre la montre. Après avoir en effet ciblé certains joueurs du mar- ché local où il a réussi a conclure avec Harrouche avant que ce dernier ne fasse faux bond pour aller signer chez la JSK, les choses se sont précipitées au début de la semaine passée lorsqu’il est entré en contact avec Djabou pour lui proposer d’endosser de nouveau le maillot noir et blanc. Ce dernier, qui avait déjà l’intention de se rapprocher des siens et relan- cer sa carrière après plusieurs mois d’inactivité en raison de blessure, accepte l’offre et décide de faire le voyage avec Hamar à Tunis pour aller récupérer sa lettre de libération du puissant président du Club Africain, Slim Riahi. Après moult négociations, les deux hommes parviennent à

Par : FARÈS ROUIBAH

convaincre leur interlocuteur et reviennent avec le fameux sésame. C’est le grand coup du mercato hivernal en Algérie puisque Djabou était dans le viseur de nombreux clubs en Algérie et à l’étranger. Une recrue de choix qui n’a pas pour autant apaisé la tension du moment qu’il fallait encore cher- cher d’autres joueurs notamment pour supplier le départ de quelques éléments comme Mohamed Benyattou, le meilleur buteur de l’équipe, qui a répondu aux sirènes des pétrodol- lars après qu’il ait reçu une offre intéressante sur le plan financier du club saoudien Shabab Riyad. Pour suppléer à son départ, il ne fallait pas chercher trop loin puisque le patron du club sétifien s’est empressé de récupérer son avant centre international espoir, Amokrane, qu’il avait été cédé quelques mois avant au nouveau promu de la Ligue 1, en l’occurrence le DRBT. La transaction s’est vite faite pour le retour d’un joueur qu’on n’aurait pas dû peut-être laisser partir l’été dernier. Et pour clore le tout sur une bonne note, le président Hamar parvint à chiper le meneur de jeu Akram Djahnit, de retour au pays après six mois d’exil au Koweït chez al-Arabi. Ne s’étant pas bien adapté, le joueur, qui ne manquait pourtant de rien, décide alors de résilier son contrat et revenir au ber- cail au moment où son équipe du cœur est à la recherche

USMA

Haddad ne fait plus le riche

d’un gars comme lui pour colmater le vide qu’il avait laissé à son départ l’été dernier. Il faut dire, par ailleurs, que la réussite du mercato sétifien réside dans le fait que les trois joueurs en question sont de la maison et du coup ils n’au- ront pas beaucoup de soucis à s’acclimater au jeu de l’équi- pe et au staff technique puisqu’ils ont déjà travaillé sous la direction de l’actuel entraîneur Alain Geiger, ce qui, sans doute, facilitera leur intégration. “C’e sont des joueurs que je connais déjà bien. Ils seront sûrement d’un grand apport pour nous pour la suite de notre parcours de cette saison”, nous a dit à ce titre le technicien helvète concernant la venue de Djabou, Amokrane et Djahnit. En course pour la coupe d’Algérie de cette saison et à quelques semaines de l’entrée en lice en Ligue des Champions d’Afrique, le trio en question sera a coup sûr d’un grand atout pour le onze de l’Aigle Noir, notamment vis-à-vis de son expérience continentale. Notons à toute fin utile qu’outre Benyattou, le club d’Aïn El-Fouara s’est sépa- ré deux joueurs, à savoir Walid Chenine et Merouane Dahar, qui ont préféré tenter leur chance à l’ouest du pays. Le premier s’est engagé avec le RCR alors que le second a choisi le MCO.

F. R.

L’ USM Alger risque bel et bien de payer cash le fait d’avoir renoncé lors du mercato hivernal au recrute-

ment d’un meneur de jeu de métier et d’un chasseur de buts. Une fois n’est pas coutu-

me, la formation de Soustara, qui s’est for- gée la réputation de s’of-

frir les meilleurs joueurs du championnat, a préféré se contenter de l’actuel effectif pour terminer la saison avec comme objectif : le titre suprême. Or, les besoins de l’équipe en matière de renfort est criant sachant que la bande à Hamdi manque cruellement d’un meneur de jeu de métier capable de faire oublier un certain Youcef Belaïli, suspendu pour une histoire de dopage. En effet, la direction des Rouge et Noir par le biais de son président Rebouh Haddad a promis d’apporter les moyens nécessaires pour engager un joueur de la trempe de Belaïli surtout que l’animation du jeu a connu un certain fléchissement, ces derniers

du jeu a connu un certain fléchissement, ces derniers Par : NAZIM TOLBA temps. Beldjilali, l’ex-star

Par : NAZIM TOLBA

temps. Beldjilali, l’ex-star de la Saoura, semble de loin le mieux indiqué à assurer le poste de porteur d’eau, en témoigne sa pres- tation en demi-teinte réalisée face au NAHD

à l’occasion de la reprise de la Ligue 1 pro-

fessionnel. D’ailleurs, d’aucuns s’interrogent sur l’effi- cacité de ce joueur qui, jusque-là, a manqué

de réalisme et d’efficacité. De quoi se poser des questions quand à son choix alors que l’ex-milieu de terrain de l’ES Sahel brille par ses mauvaises prestations, notamment depuis la blessure contractée en Ligue des Champions d’Afrique. Il est clair que la for- mation de Soustara avait l’ambition de recruter un excellent meneur de jeu, juste- ment pour apporter un plus escompté à ce compartiment de jeu mais surtout permettre

à l’équipe d’asseoir sa suprématie pour ter-

miner l’année en apothéose. Ceci dit, ce profil est devenu une denrée rare en Algérie. D’autant plus que la dernière décision du Bureau fédéral à propos de l’in- terdiction du recrutement des joueurs étran-

gers a compliqué l’existence aux dirigeants des Rouge et Noir. Ces derniers ambition- naient de trouver l’oiseau rare en ratissant large dans le continent africain voire asia- tique, mais cela ne pourrait se concrétiser, la seule alternative étant la piste locale ou bien celle des joueurs émigrés. À ce titre, l’USM Alger a tenu à tester un certain Brahim Ferradj, l’ex-Brestois, lors du mercato hiver- nal. Ce joueur qui a joué en France évolue au milieu comme récupérateur et même ani- mateur, mais les essais se sont avérés infruc- tueux (Ferradj manque cruellement de com- pétition et ne semble pas récupérer de la grave blessure contractée au genou). Une autre solution s’est offerte à la direction usmiste sans que celle-ci la saisisse, la piste d’Abderrahmane Meziane prêté en début de saison au RC Arbaa pour une durée d’une année. Ce jeune meneur de jeu qui a brillé lors de la CAN U 23 avec la sélection olym- pique, au point d’attirer l’intérêt de clubs français de Ligue 1, l’O Marseille et Montpellier, en l’occurrence, aurait pu être

la solution. Il aurait suffit à l’USMA de solli- citer le RCA pour une résiliation à l’amiable du contrat de prêt pour permettre à Meziane de rejoindre les rangs du club phare de Soustara, en vain. La non disponibilité aussi d’un chasseur de buts complique aussi la mission aux Algérois. Avec Nadji, Aoudia, Andréa aux avants postes, l’USMA peine à concrétiser les occasions en buts. D’ailleurs, l’absence d’un meneur de jeu et un attaquant de métier face au NAHD se sont fait grandement sentir. La présence d’un Meziane aurait pu éviter le nul contre le Nasria. Un semi- échec au goût de défaite sachant que ce résultat a relancé le cham- pionnat notamment après la victoire du CRB lors du derby face au MCA. Résultat des courses : le Chabab menace l’USMA pour la course au titre lorsqu’on sait qu’un calendrier défavorable attend les Rouge et Noir avec un périlleux déplace- ment du côté de Aïn El-Fouara puis un derby à domicile face à la JSK.

N. T.

16

Supplément Sport

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

OMNISPORTS

BOXE : MOHAMED FLISSI À “LIBERTÉ” :

“Je ferai tout mon possible pour décrocher une place sur le podium aux JO”

Le meilleur athlète de l’an- née 2015, Mohamed Flissi, estime, dans cet entretien, qu’il est très satisfait pour cette distinction qui va le booster et l’encourager afin de réaliser d’autres performances à l’avenir, notamment aux prochains JO de Rio où l’athlète algé- rien aspire à décrocher une place sur le podium.

Liberté : Vous avez été élu récemment

meilleur athlète de l’année par le sonda- ge de l’APS et du Comité olympique, un commentaire… Mohamed Flissi : Je suis vraiment très content. C’est la deuxiè-

me année de suite que je suis récompensé par

l’APS et aussi par le Co- mité olympique algérien. C’est un honneur pour moi, ça me pousse à travailler davan- tage pour donner le meilleur de moi-même et réaliser d’autres performances. Il ne faut pas oublier que l’année 2015 a été très réus- sie pour moi avec deux titres de champion

très réus- sie pour moi avec deux titres de champion Par : SOFIANE MEHENNI d’Afrique aux

Par : SOFIANE MEHENNI

d’Afrique aux Jeux africains et en Cham- pionnat d’Afrique, sans oublier bien sûr la mé-

daille obtenue lors des Mondiaux de boxe. Elhamdoullah, j’espère rééditer l’exploit et fai-

re mieux cette année, notamment aux Jeux

olympiques de Rio l’été prochain.

En parlant des Jeux olympiques de Rio, com- ment se passent les préparatifs ?

Nous allons entamer la dernière ligne droi-

te avec l’équipe nationale ; certes, je ne suis

pas encore qualifié, malgré que j’ai pu dé- crocher la médaille d’argent lors des derniers mondiaux à Doha, mais je dois passer quand même par un championnat qualificatif au mois de mars prochain, à Yaoundé, pour va-

lider mon billet pour les Jeux olympiques de 2016. Elhamdoullah, je suis très confiant. Pour les JO, on va entamer, comme je vous l’ai dit,

la dernière ligne droite. Nous avons un sta-

ge de préparation au Kurdistan. Il sera sui-

vi aussi d’un stage à Cuba. Avant de s’envoler

au Cameroun pour le tournoi qualitatif qui débutera le 7 mars.

Quel est votre objectif aux prochains JO ? J’ai réussi à deux reprises à décrocher des mé- dailles aux Mondiaux de boxe. Donc, j’ai- merais bien décrocher une place sur le po- dium lors des prochains JO de Rio. Je ferai le maximum pour y parvenir. Lors des Jeux olympiques de Londres en 2012, j’ai réussi à atteindre les huitièmes de finale. Cette an- née, il est temps pour moi de décrocher une

D. R.
D. R.

médaille olympique. J’ai tout gagné dans ma carrière de boxeur. Tout ce qui manque à mon palmarès c’est une médaille aux Jeux olym- piques, et je pense que cette année sera la

bonne pour moi. Je me sens prêt pour ce défi. J’espère réussir mon pari et offrir à l’Algérie une médaille.

S. M.

CHALLENGE INTERNATIONAL CHERDIOUI SAÏD DE CROSS-COUNTRY

Les Algérois dominent la 32 e édition à Fréha

L es athlètes de la wilaya d'Alger ont do- miné, samedi, la 32 e édition du challen- ge international Cherdioui Saïd de cross-

country, qui s'est déroulée à Fréha, à une tren- taine de kilomètres à l'est de Tizi Ouzou, dans des conditions climatiques difficiles en raison du froid et de la pluie. Les athlètes algérois ont brillé dans cette compétition en raflant presque tous les prix des deux catégories juniors garçons individuels, en remportant trois prix (le 2 e , le 3 e et le 6 e ), et chez les seniors dames en individuel, en décrochant cinq prix sur les six en compétition. Le cin- quième prix est revenu à un athlète de la wi- laya de Bordj Bou-Arréridj, réputée pour ses coureurs de haut niveau, lesquels avaient do- miné la 31 e édition de ce cross, l'année der- nière. Dans la catégorie seniors dames, les quatre premières places sont revenues aux ath- lètes d'Alger, respectivement Yahi Nawal, Ben Derbal Malika, Senani Riham et Ben

Médiouni Kheira. En cinquième position, on retrouve Aït Athmane Siham de l'O Bordj Bou- Arréridj, puis en sixième position, Sabor Nas- sima d’Alger. Les athlètes de la capitale ont ain- si raflé près d'un tiers des prix en jeu dans le cadre de cette compétition, puisqu’ils ont remporté 10 prix sur un total de 32. La wilaya de Bordj Bou-Arréridj arrive en seconde po- sition avec 5 prix. Les athlètes de Aïn Defla et de Tizi Ouzou ont remporté 4 prix par wilaya. La participation étrangère a brillé dans la catégorie seniors hommes en individuel où la première place est revenue à Zelalem Bacha Rgassa du Bahreïn, la deuxième à Tafese Soboka Jimma d'Éthio- pie, la troisième à Aymanot Alew Engdayehu du Kenya, la quatrième à son compatriote An- drew Lorot. Dali Ahmed d'Alger a décroché la sixième pla- ce, suivi de Annou Abderrahmane, égale- ment de la capitale, et Mhammedi Brahim du

RC Arba (Blida) en 8 e place. Par catégories, chez les cadettes, Kheroubi Wiam (CRBTZ de Aïn Defla) est arrivée première. La première place chez les garçons a été décrochée par Cherrad Oussama de l'O Bordj Bou-Arréridj. Pour les juniors, l'athlète Reffas Abir d'Alger est arrivée première chez les filles devant l'Espagnole Perez Bugarine Uxia. Gonzales Garbalada Miguel d’Espagne s'est classé premier chez les garçons dans cette même catégorie. En seniors, les premières places chez les dames et les messieurs sont revenues respec- tivement à Yahia Nawal d'Alger et à Zelalem Bacha Rgassa du Bahreïn. Les conditions cli- matiques difficiles ont poussé les organisateurs à annuler les courses des petites catégories ben- jamins et minimes filles et garçons, et ce, “dans le seul souci de préserver la santé de nos athlètes, qui sont trop jeunes pour faire face à ces conditions, une décision jugée sage de la part

de tous les présents à cet événement”, soulignent les organisateurs. Cette compétition organi- sée par la Ligue d'athlétisme de Tizi Ouzou (LAT), en collaboration avec la direction lo- cale de la jeunesse et des sports, a enregistré une forte participation de plus de 1570 athlètes, is- sus de 22 wilayas, dont 110 associations. Quant aux délégations étrangères, elles sont au nombre de 36, dont 29 athlètes venant du Ke- nya, Tanzanie, Éthiopie, Libye, Maroc, Bahreïn, et enfin la délégation espagnole, forte de 9 ath- lètes juniors, dont 4 filles et 5 garçons. “La forte participation vient confirmer la di- mension internationale de ce challenge qui, d'année en année, attitre un plus grand nombre de pays”, selon les organisateurs. Cette com- pétition est dédiée à la mémoire du premier vice-président de la LAT, Bachir Belkacem, dé- cédé à l'âge de 55 ans le 17 janvier 2014 en pleins préparatifs de la 30 e édition de ce chal- lenge international.

12 e GRAND PRIX CHAHID DIDOUCHE-MOURAD (2 e ÉTAPE)

Victoire de Benchiba Djilali (ASSN)

n La deuxième étape du 12e Grand Prix cycliste Chahid Didouche-Mourad, organisé samedi dans la commune de Didouche-Mourad (Constantine), a été remportée par le coureur de l’AS Sûreté nationale, Benchiba Djilali. Le coup d'envoi de cette deuxième étape, longue de 105 km, a été donné à partir de la ville de Didouche-Mourad, avant de traverser les communes de Constantine, Aïn Smara, et Hamma- Bouziane, puis revenir à Didouche- Mourad. Au contraire de la première, la deuxième étape s’est déroulée dans des conditions climatiques assez difficiles dues aux fortes chutes de pluies et de neige dans certains endroits. L’équipe de la Sûreté nationale a dominé la

course grâce à son sociétaire Benchiba Djilali qui s'imposé sur un temps de 2h46mn, tandis que chez les juniors la victoire est revenue au coureur Bengaïou Raouf de la formation de Blida. 100 coureurs représentant 17 équipes venues de différentes wilayas du pays ont pris part à cette compétition destinée aux catégories seniors et juniors. Ce Grand prix est organisé par le club amateur de la commune de Didouche-Mourad sous l'égide de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC) en collaboration avec la Ligue constantinoise de cyclisme, en partenariat avec la DJS de la wilaya de Constantine et l'APC de Didouche- Mourad.

RALLYE AUTOS-MOTOS DE OUARGLA

Dakiche Ahmed remporte la course

L e pilote Dakiche Ahmed de la wilaya d'Ouargla a rem- porté le premier trophée au

rallye autos-motos “Challenge d' Ouargla”, organisé samedi dans la commune de Hassi Benabdallah. Dakiche a pris la tête au classe- ment général, devant Bencheneb Aïssa (Ouargla), tandis que la troisième place est revenue à Bel- horma Bouamama (Ouargla). Dans la catégorie motos (450 cm 3 ) , Zemouri Djamel (Alger) s'est imposé au bout du parcours, devant respectivement Moha- med Sirat (Médéa) et Sid Ali Al- loula (Ouargla).

Pour la catégorie motos (500 cm 3 ) la première place est revenue à Djaâfar Sarray (Ouargla), devant Yacine Benahmed (Djelfa). Ali Hammani (Laghouat) com- plète le podium, lors de cette compétition sportive, à laquelle 15 véhicules tout-terrain (4x4) et 25 motocycles ont été engagés sur un parcours saharien de 130 km. Cette compétition, qui s'est dé- roulée sous une violente tempê- te de sable, a drainé un large pu- blic, notamment des amateurs et des jeunes désireux de s’intro- duire dans l'univers des sports mécaniques.

Initié par le club Chabab de Ouar- gla, en coordination avec la Di- rection de la jeunesse et des sports (DJS), ce rendez-vous sportif a été une occasion de rencontres et d'échanges d'expériences pour les concurrents venus des quatre coins du pays. La 2 e édition du rallye autos-mo- tos “Challenge de Ouargla” est ap- pelée à encourager, selon les or- ganisateurs, la pratique de cette discipline sportive et promou- voir le tourisme dans cette desti- nation riche de l'ensemble de ses potentialités naturelles.

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

Supplément Sport

17

ACTUALITÉ

HANDBALL : SALAH BOUCHEKRIOU, ENTRAÎNEUR NATIONAL

“Nous sommes prêts pour la Coupe d’Afrique”

L e sélectionneur national de l’équipe masculine de handball qui prendra part ce mois au championnat d’Afrique de handball en Égypte (du 21 au 30 janvier) a affirmé que l’ob- jectif principal de la sélection lors de

cette compétition est de “finir le championnat

d’Afrique sur le podium afin de pouvoir disputer le championnat du monde

l’année prochaine en Fran- ce”, a souligné Salah Bou- chekriou dans une confé-

rence de presse animée, hier, à l’hôtel Ikram de Dély- Ibrahim. Il faut dire que compte tenu de toutes les conditions qui ont précédé ce tournoi continental et la préparation tardive de ce rendez-vous, tout porte à croire que la mission de conserver le titre acquis, il y a deux ans, à Alger, est du domaine de l’impossible. “Il ne faut pas se voiler la face, remporter la Coupe d’Afrique est un peu difficile, on visera le podium afin de jouer le Mondial, ce sera merveilleux pour nous”, précise le sélectionneur de l’EN de hand- ball. Pour ce qui est de la préparation pour la CAN-2016, Salah Bouchekriou a estimé que “notre préparation a été un petit peu perturbée, nous n’avons pu bénéficier de l’apport des profes- sionnels que dernièrement. C’était vraiment un travail titanesque qui a été fait depuis mon ins- tallation dans l’équipe. Il fallait d’abord remon- ter le moral du groupe qui sortait d’un Mondial

remon- ter le moral du groupe qui sortait d’un Mondial Par : SOFIANE MEHENNI APS catastrophique.

Par : SOFIANE MEHENNI

APS
APS

catastrophique. Le premier stage avec cette équi- pe, qui s’est tenu en Tunisie, a été une vraie ca- tastrophe sur tous les plans. Puis, petit à petit, les joueurs ont retrouvé le rythme des compétitions et se sont repris, notamment sur les plans physique, tactique et mental. Ma grande satisfaction est le dernier stage de Slovénie. Il y a eu un match ré- férence face à l’équipe nationale de Slovénie où nous n’avons pas marqué 20 buts en première pé- riode, même si à la fin, nous avons perdu le mat- ch, mais on a inscrit 29 buts au total. Je ne me sou-

viens pas que l’Algérie ait marqué autant de buts face à une équipe européenne. C’est notre match référence par excellence”. Et d’ajouter : “Pour ce qui est des prestations des gardiens de but (Ben- menni, Bousmal et Ghodbane, ndlr) lors de ces stages de préparation, je peux vous dire qu’elle a été très moyenne.” Il faut dire que depuis la re- traite anticipée de Slahdji, c’est Benmenni qui est devenu le n°1. En outre, et pour ce qui est des blessés, Bouchekriou a affirmé que “seuls Ryad Chahbour et Kaâbeche manqueront à l’appel. Néanmoins, Chahbour fera le voyage avec nous au Caire”. “Peut-être que nous allons les récupé- rer au second tour, qui sait ?, espère l’entraîneur national. Par ailleurs, Bouchekriou ne veut pas se focaliser sur ce premier match face à l’équipe hôte, l’Égypte. Pour lui, “peu importe le résultat de ce premier match à l’Égypte. Je préfère perdre

et aller le plus loin possible que de gagner cette pre- mière rencontre et sortir de la compétition préma- turément”. À noter que le départ de la délégation algérienne pour Le Caire est prévu pour aujour- d’hui à 8h30 par vol direct de la compagnie na- tionale Air Algérie, sponsor de l’équipe avec Oo- reedoo et Amor Benamor. Enfin, il est à noter que trois joueurs du Sept national était présents à la conférence. Il s’agit de Rahim, Daouad et le gar- dien Benmenni, ils étaient tous confiants quant

à une bonne participation à cette compétition continentale.

S. M.

SAÏD BOUAMRA, PRÉSIDENT DE LA FAHB

“Nous avons reçu des garanties du COA pour régler le problème avec le Bahreïn”

n Dans un autre registre et concernant le cas Bouchekriou et son problème avec la Fédération du Bahreïn, Bouchekriou espère que ce problème sera réglé le plus tôt possible, sinon il ne pourra pas s’asseoir sur le banc en Égypte pour coacher l’équipe puisque son contrat expire fin février avec la sélection du Bahreïn. “En tant que président de fédération, je n’ai reçu aucune correspondance de la part de la Fédération du Bahreïn. C’est vrai que la Fédération du Bahreïn a déposé une plainte au niveau de l’IHF. Suite à cela, Bouchekriou n’aura pas le droit d’entraîner une autre équipe, hormis celle de la sélection du Bahreïn, mais Salah ne veut en aucun cas retourner là-bas. Nous avons pris attache avec le Comité olympique qui nous a rassurés quant à la présence de Bouchekriou au championnat d’Afrique. Nous sommes confiants, Bouchekriou sera bel et bien sur le banc lors de cette CAN- 2016”, a rassuré le président de la Fahb, Saïd Bouamra.

S. M.

IL A RATÉ UN DEUXIÈME PENALTY EN DEUX JOURNÉES CONSÉCUTIVES

Ranieri : “Mahrez ne va plus tirer les penalties !”

L’ international Riyad Mahrez a été, une nouvelle fois, trahi par le sort. Et pour cause, il a

raté pour la seconde fois consécutive

un penalty en faveur de son équipe Lei- cester au cours

du match —

comptant pour la 22 e journée —

disputé face à Aston Villa. Mahrez, qui a vu son tir détourné par la main d’un défenseur, a raté le penalty, alors que son équipe menait déjà au score 1à 0. L’interna- tional algérien a raté l’occasion d’ins- crire un deuxième but qui aurait pu décourager Aston Villa et mettre son équipe à l’abri. Leicester se fait alors remonter au score. Il faut rappeler que c’est le se- cond penalty que l’Algérien Mahrez rate en l’espace de deux journées, après

Par : AHMED IFTICEN

celui de Bournemouth (0-0). Fait sur- prenant car, auparavant, il avait réus- si tous les penalties qu’il avait tirés de- puis le début de la saison (4 au total). Cette situation risque de coûter cher à l’Algérien qui pourrait perdre le statut de premier tireur de penalties au sein de la formation anglaise, comme l’a d’ailleurs insinué l’entraîneur Ra- nieri en marge de la conférence de presse animée après le match. “Je vais discuter avec Mahrez et voir qui va prendre en charge les penalties à l’avenir.” En tout cas, la méforme de Mahrez a fait aussi débat en France. La preuve, l'ancien attaquant vedette de l'équipe de France de football, David Ginola, est revenu sur le sujet. “Il n'y a pas seulement l’aspect physique qui pourrait expliquer la baisse de forme sensible de Mahrez après avoir été flamboyant au cours de la phase aller.

Je crains que le joueur n'ait été pertur- bé par tout ce qui se dit à propos de son avenir. De nombreux clubs, et non des moindres, se sont manifestés pour ex- primer leur désir d’engager l'attaquant algérien”, a indiqué Ginola samedi soir

sur le plateau de Canal+sport. Par ailleurs et même si Leicester City s’accroche à la première place, les prochains rendez-vous seront décisifs, puisque les camarades de Riyad Mah- rez vont accueillir Stoke City et Liver-

pool FC pour le compte des 23 e et 24 e journées et enchaîner avec un dé- placement lors de la 25 e à Manchester pour affronter Man City.

A. I.

Chelsea prêt à dépenser 26 millions d’euros pour s'offrir Mahrez

n Le club londonien Chelsea serait prêt à débourser 26 millions d'euros pour s'attacher les services de l'international algérien Ryad Mahrez, actuellement sociétaire de Leicester City en première League anglaise de football, a rapporté hier le site spécialisé, Le 10 Sport. “Le président de Chelsea, Roman Abramovic, serait tombé sous le charme de Mahrez. Il aurait l'intention d'offrir 26 millions d'euros à Leicester pour l'avoir”, a indiqué le média français, en référence à des informations publiées antérieurement par le journal britannique, The Daily Mail. Mahrez a réussi un très bon début de saison avec Leicester (13 buts et 7 passes décisives), suscitant au passage l'intérêt de plusieurs

grands clubs européens, cherchant actuellement à l'enrôler. Outre Chelsea, le Paris Saint-Germain, le FC Barcelone et Manchester United comptent, en effet, parmi les grosses écuries qui s'intéressent au recrutement de l'ancien Havrais. Reste à savoir si cette offre suffira à faire changer d'avis aux responsables de Leicester, jusque-là catégoriques quant au maintien de Ryad Mahrez parmi leur effectif, tout comme l'avant- centre Jamie Vardy. “Personne ne quittera le club. Mahrez et Vardy vont rester pour essayer de construire avec moi, le président et les fans un grand Leicester”, avait affirmé l'entraîneur Italien Claudio Ranieri au micro de Sky Sports.

USMH

Charef devrait reprendre aujourd’hui

L’ entraîneur Boualem Charef devrait en principe reprendre du service aujourd’hui pour diriger la première séance d’entraî-

nement de la semaine. C’est ce que nous avons

appris, hier, d’une source proche du staff tech- nique : “Il m’a appelé ce matin

pour m’informer qu’il allait re-

prendre ce lundi. Maintenant,

je ne saurais vous dire ce qui va se passer demain. Attendons pour voir.” D’autres sources nous ont révélé que durant le week-end,

sources nous ont révélé que durant le week-end, Par : R. A. des membres influents au

Par : R. A.

des membres influents au sein du conseil d’ad- ministration ont pris attache avec lui afin de le faire revenir à de meilleurs sentiments. Il semblerait qu’ils ne sont pas parvenus enco- re à arracher un accord définitif. Mais Charef au- rait laissé une issue en exigeant des conditions que lesdits membres sont en train d’étudier avec le reste du groupe. Notons que Charef avait décidé, contre toute at- tente, de boycotter le match face à la JSS dispu- té ce vendredi. Il ne s’est pas déplacé à Béchar,

à cause de son souhait d’engager deux joueurs de

la GC Mascara, le défenseur Hocine Chennou- fi et l’attaquant Benamar Mellel, pour lesquels le président Abdelkader Mana avait refusé de signer un contrat. Non content de cette décision de son président,

Charef invite alors deux actionnaires à se réunir avec les deux joueurs pour entamer les négocia- tions et procéder à la signature du contrat. Les deux parties ne se mettent pas d’accord en rai- son des exigences financières des joueurs. Ce qui

a mis Charef dans tous ses états, lui qui a mena-

cé de boycotter le match de la Saoura en cas d’échec des négociations. Pris de panique, les ac- tionnaires lâchent du lest et acceptent de faire si- gner aux deux joueurs un contrat sans omettre au passage de leur octroyer trois mensualités comme exigé par ces derniers. Notons que Cha- ref n’a pas apprécié les propos de Mana lorsqu’il

a révélé qu’il lui avait remis une avance sur sa- laire de l’ordre 700 millions de centimes.

R. A.

CSC : ROUABAH SERAIT LE NOUVEL ENTRAÎNEUR

Hamiti vire Gomez et son staff

L a défaite concédée face à la JSK n’est pas restée sans suite, puisque le président du club,

Hamiti, a vite réagi en prenant des dé- cisions impor- Par : ADLÈNE R. tantes.
Hamiti, a vite réagi en prenant des dé-
cisions impor-
Par :
ADLÈNE R.
tantes.
Cela s’est passé,

hier, lors d’un conseil d’administration restreint,

pour demander illico presto le limo- geage du staff technique, à savoir l’en- traîneur Gomez ainsi que son adjoint Zeghdoud, l’entraîneur des gardiens Benameur, sans oublier le manager du club Mohamed Amroune . Un limogeage dicté non seulement par les résultats enregistrés mais qui était déjà dans l’air après le bras de fer en-

gagé avec Hamiti suite au recrutement du défenseur Chorfa. D’ailleurs, Gomez a justifié cette défai- te par l’absence des chasseurs de buts. Allusion faite au recrutement des mi- lieux de terrain Melouli et Chorfa. Toujours est-il que la décision de Ha- miti est déjà prise, lui qui s’est rendu à l’évidence de la nécessité d’apporter

du sang neuf à une équipe se dirigeant droit vers le purgatoire. À ce titre, nous apprenons de sources sûres que Hamiti a pris attache avec Rouabah pour lui proposer la barre technique du club. L’ancien entraîneur de l’ESS a donné son accord de prin- cipe, il ne reste que l’aval du proprié- taire du club, en l’occurrence la socié-

té nationale ENTP. “Le challenge est in- téressant, mais il reste certains détails à régler afin d’officialiser ma venue”, nous a-t-il déclaré. Rouabah condi- tionne sa venue par l’apurement des salaires des joueurs ainsi que l’appui de l’administration.

A. R.

18

Publicité

Lundi 18 janvier 2016

LIBERTE

LIBERTE PUB

ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

LIBERTE PUB

OUM EL-BOUAGHI

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99 O FFRES D ’ EMPLOI —————————————

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Commissionnaire cherche déclarant en douane expéri- menté avec permis de condui- re, Alger. Tél. : 0552 98.11.69 - ABR43535 ————————————— Entreprise de construction

cherche chef chantier, finition maçon qualifié. Tél. : 0697 54 23 01 -BR4350 ————————————— Ecole privée cherche chauf- feur véhiculé léger, résidant axe Saint-Raphaël, Deux- Entêtes, Scala. Nous contacter au 0561

37.12.91 - ABR43540

————————————— Cherche femme de ménage

sachant faire la cuisine pour une personne, couchante ou non couchante, âge plus de 40 ans. Tél. : 0668 32.77.07 - BR4354 ————————————— Société privée (Sarl ALME- CA) cherche : 1 fraiseur et 2 tourneurs, 1 aide-ouvrier (domaine tournage) pour ate- lier d’usinage à Oran. Tél. : 041 74.61.10 - 0661

10.19.50 envoyer CV à :

recrut.almeca2015@hotmail.com

- F.36

————————————— Laboratoire de dermo-cosmé- tique recrute au Centre, Est et Ouest délégués médicaux pos- sédant diplôme d’études supé- rieures véhiculés. Envoyer CV et lettre de moti- vation à

y.beloucif@bestcleangroup-dz.com

- XMT

————————————— Béjaïa, recrute 2 ouvriers polyvalents habitant environs Béjaïa, première embauche. Tél. : 0770 49.19.18 - BJ-BR23422

————————————— Hôtel Les 3 Roses recrute 1 maître d’hôtel expérimenté, 1 plongeur. Tél. : 0561 37.32.29 - T.O-BR5769 ————————————— Société leader dans son domaine, située à Chéraga cherche un chef de parc qui a une expérience minimum de 2 ans. Veuillez transmettre votre CV par fax 021 37.15.84 ou par email :

hm.lamine@gmail.com - BR4361 ————————————— Success Call recrute dans l’im- médiat des chargé(e)s de clientèle plein temps, mi- temps lieu de travail Ben Aknoun parfaitement franco- phones, salaire avec prime. recrutement@successcall.fr Tél. : 0560 39.55.83 - BR4360 ————————————— Ecole privée cherche prof de danse classique pour les mar- dis de 13h à 15h30. Appeler le 0554 86.92.78 pour entretien - BR4362

COURS

ET LEÇONS

————————————— A l’occasion de son 19e anni- versaire, IMA vous offre des remises (jusqu’à 30%) sur les tarifs des formations : caméra- man (woman), montage pro, Web Master, infographie pro, 3DS Max, Autocad, Delphi, C#, Java, réseaux et systèmes, routeurs et swich, maint. (smartphones, photocopieurs, micros, électronique), vidéo- surveillance et électricité bâti-

ment. Tél. : 023 51.07.20 - 0551 959 000 (El Madania) F31

AVIS DIVERS

—————————————

Ascenseur étude et réalisation ascenseur, monte-charge, monte-plat, monte-malade, escalator. Tél. : 0661 55.14.27 - 0550

49.64.99 email :

sraal_elevator@yahoo.fr - ALP ————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7 Lyes Sonacat. Tél. : 0561 27.11.30 - BR4345 ————————————— Nous réalisons trvx de terras- sement en sous-traitance. Tél. : 0661 58.69.94 - Epcom ————————————— Rép. réfrigérateur, congéla- teur, frigo-présentoir, machi-

ne à laver, chauffage, climati- seur, chambre froide. Tél. : 0660 82.01.76 - 021

86.20.79 - XMT

————————————— Pour toutes vos commandes et livraisons de gâteaux secs et orientaux, une seule adresse :

Royaume de la Saveur Massinissa-Akbou (Béjaïa).

Possibilité de livraison vers les

wilayas avoisinantes.

Appelez-nous au : 0541

44.65.09 - G

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— Imprimerie vend rotative pour formulaire en continu 2 CLS ST assembleuse HP 600 6

postes très bon état, visible en

production w. Blida. Tél. : 0667 11.70.93 - F35 ————————————— Vends cuve inox 1000 L double paroi avec moteur agi- tateur. Tél. : 0770 51.83.61 - Acom

APPARTEMENTS

————————————— Vends F3 76m2 semi-fini à Azazga. Tél. : 0560 39.05.53 - T.O-BR5751 ————————————— Vends F3 72 m2 à Ouled Fayet. Tél. : 0798 65 68 68 - BR4349 ————————————— Coop. Dar El Hana réalise et met en vente F3, F4 en mode semi-fini à Aït Mendil, commne de Beni Ksila, Béjaïa. Tél. : 0550 82.08.15 - 0561 82.02.97 - 0561 82.02.66 - 0540 76.81.32 -034 12.46.39 FB : coopérative immobilière-

BJ-BR23419

————————————— Vends F4 120 m2 Kettani. Tél. : 0560 62.65.09 - ABR43541

TERRAINS

————————————— Vds à Chevalley 430 m2, 15 m façade. Tél. : 0560 62.65.09 - ABR43541

LOCATIONS

————————————— Loue hangar 2000 m2 Dar El Beïda prix après visite.

Tél. : 0550 78.42.92 - 0560

33.10.68 - ABR43538

————————————— Loue locaux 2000 m2 sur 3 niveaux arrière port face Peugeot Béjaïa.

Tél. : 034 12.70.18 - 0770

40.15.73 - BJ-BR23417

————————————— Loue 4 locaux 100 m2 chacun bord RN mitoyen Hyundai

Ibourassen Oued Ghir Béjaïa Tél. : 034 12.70.18 - 0770

40.15.73 - BJ-BR23417

————————————— AG loue local 150 m2 rue parallèle à Didouche. Tél. : 0550 30.83.34 - F49

LOCAUX

————————————— Vends 2 locaux jumelés avec

sanitaires, 4 façades niveau esplanade centre El Qods, Chéraga. Tél. : 0542 47.97.36 - 0770

45.51.50 - BR4353

PROSPECTIONS

————————————— AG cherche achat appt avec vue sur mer à la Tour du Golf. Tél. : 0550 30.83.34 - F49 ————————————— AG cherche local en location 500 m2 à 100 m2 rue com- merciale. Tél. : 0550 30.83.34 -

F49

————————————— AG cherche achat studio F2 quartier résidentiel Hydra, Golf, Beaux-Arts, Colonne- Voirol. Tél. : 0550 30.83.34 - F49

DEMANDES

DEMPLOI

————————————— Menuisier ébéniste 40 ans d’exp. cherche emploi comme chef d’atelier ou associé. Tél. : 0542 51 22 74 ————————————— Retraité 59 ans longue exp. dans la gestion du personnel paie et moyens généraux cherche emploi. Tél. : 0793 04.93.96 —————————————

F mariée exp. prof. informa-

tique + saisie, compétence,

arabe + français cherche emploi Draria et environs. Tél. : 0551 12 24 15 —————————————

JH 23 ans licence en droit +

CAPA maîtrise langues étran-

gères, l’outil informatique exp. un an dans le domaine cherche emploi. Tél. : 0790 10.12.86 ————————————— JF 26 ans diplôme en compta- bilité 3 ans d’exp. cherche emploi dans le domaine à Alger. Tél. : 0559 14.82.25 ————————————— JF 26 ans, TS comp./gestion, 4 ans d’expérience commercial, maîtrise ang./fran., outil informatique, Word, Excel, Outlook, logiciel gestion com- merciale cherche emploi. Tél. : 0542 35 72 85 —————————————

JH 25 ans, ing. en architectu-

re, maîtrise l’outil informa- tique Autocad 2D, 3D et Pack Office (Word, Excel, Powerpoint), cherche un emploi dans un bureau

d’études sur le territoire natio- nal. Tél. : 0552 43 64 16 - 0770 33 01 24 Email :

akli.hacene@hotmail.com

—————————————

JF

cherche à donner des cours

de

soutien scolaire niveau pri-

maire pour enfants résidant côté est d’Alger. Tél. : 0558 59 92 56 ————————————— Homme magasinier-facturier- caissier, plus de 15 ans d’expé- rience dans le domaine, cherche emploi. Tél. : 0540 02 60 42

————————————— Chef comptable 30 ans d’expé- rience CAP, CMTC, CED, tenue comptabilité, bilans, décl. fiscales, parafiscales, adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 ————————————— Conducteur de travaux bâti- ment TCE génie civil VRD niveau ingénieur, 40 ans d’expé- rience, cherche emploi ou sous- traitance, maçonnerie, assistan- ce technique, métrés, suivi de chantiers jusqu’à 100 km rayon ouest d’Alger. Tél. : 0662 91 23 37 ————————————— TS en infographie cherche emploi dans le domaine envi- rons d’Alger avec 6 ans d’expé- rience. Tél. : 0557 84 47 40 ————————————— Jeune femme architecte, 30 ans, véhiculée ayant travaillé 06 ans dans une entreprise publique et 01 an dans une entreprise mul- tinationale cherche emploi dans l’Algérois dans la maîtrise d’ou- vrage et la gestion de projet. Tél. : 0541 99 39 40 ————————————— JH, niveau universitaire méde- cine, 5e niveau en langue alle- mande, traducteur et interprète de la langue allemande, sérieux, dynamique, habitant à Alger et véhiculé, cherche emploi stable. Tél. : 0554 09 31 09 ————————————— JH 29 ans, soutien de famille, habitant Belouizdad, aide- comptable, trilingue avec expé- rience dans la production TV, commercial, RH/gestion, cherche emploi administratif environs d’Alger. Etudie toute proposition. Tél. : 0558 10 66 60 —————————————

JH 25 ans ayant un bac + 4 dégagé du SN cherche emploi

JH

31 ans poste clariste exp.

10

ans cherche emploi Alger-

de magasinier, résidant à Beni Messous. Tél. : 0696 35 94 30 ————————————— JH 25 ans licencié, dégagé du

Boumerdès.

Tél

: 0542 72.26.68

—————————————

bac + 5 en hydraulique +

sup. en HSE trilingue avec expérience maîtrise Watercad + Covadis + Autoccad

JH

SN

+ permis de conduire B

cherche emploi à Alger ou envi-

rons. Tél. : 0560 19.54.65 —————————————

cherche emploi. Tél. : 0778 99

55

67

H

retraité la soixantaine

 

cherche emploi administratif ou divers, étudie tte proposition répondant au profil de ses sou- haits, ponctuel, sérieux, dyna- mique. Tél. : 0553 26 13 16 ————————————— Ingénieur génie civil grande exp. professionnelle dans le domaine plus de 20 ans désire poste en rapport, étudie toute

————————————— Architecte 15 ans d’exp. cherche emploi même partiel,

maîtrise 3D, suivi chantier, ou enseignant Autocad 3DS Max privé, accepte toute proposi- tions et déplacement. Tél. : 0553 62 22 82 ————————————— JF cherche emploi comme garde-malade ou bien ména-

ge,

libre de suite.

proposition. Tél. : 0665 53.06.89 ————————————— H 46 ans, résidant à Alger, Sidi Moussa, 21 ans d’exp. cherche emploi dans le secteur construction ou industriel comme gestionnaire de site ou responsable d’approvisionne- ment, diplôme en comptabilité CMTC et informatique de ges-

Tél. : 0542 50.77.06 —————————————

24 ans diplôme master en

géophysique appliquée année 2015 exp. 4 mois cherche emploi libre de tout engage- ment. Tél. : 0551 06.35.43 alioua_amine@yahoo.fr ————————————— JF cherche emploi comme nourrice ou garde-malade environs d’Alger. Tél. : 0541 53 50 70 ————————————— JH 35 ans prof. chauffeur véhicule prof. 11 ans d’exp. permis de conduire B, C, marié responsable, bonne condition, dynamique, très

JH

sérieux. Tél. : 0556 64 07 58 —————————————

tion

maîtrise bien (PC stocks,

PC Compta DLG Boumerdès)

et logiciel d’application SD6

pour

la gestion commerciale et

financière libre de suite. Tél. : 0550 37 98 71 ————————————— Architecte exp. 4 ans cherche emploi en études, chantiers ou autres libre. Tél. : 0552 05 00 31 ————————————— JF cherche emploi comme garde-malade ou femme de ménage. Tél. : 0676 77.62.87 —————————————

JH

26 ans licence en chimie

générale, master II en chimie de l’environement cherche emploi. Tél. : 0780 07 31 92 —————————————

JH 25 ans 3 AS exp. 4 ans exp. maîtrise informatique cherche emploi comme chauffeur- démarcheur commercial magasinier à Béjaïa ou envi-

JH

28 ans TS en TP (conduc-

JF 25 ans, ingénieur en statis- tiques et économie, exp. dans plusieurs domaines, personnel, respon. commerciale, gérante, possède PC, cherche emploi à Médéa ou Alger. Tél. : 0662 61 40 84 ————————————— JH 25 ans, habitant à Alger, master en génie civil, maîtrise l’outil informatique et logiciels (Autocad, Robotbat) sans expé- rience, sérieux et dynamique, souhaite un emploi dans le domaine. Tél. : 0697 54 18 17 ————————————— JF licence en droit 8 ans d’exp. dans les ressources humaines cherche emploi Alger. Tél. : 0791 60.55.54 ————————————— JH diplôme en gestion des stocks, 6 ans d’exp. maîtrise l’ou- til informatique sérieux, ponc- tuel. Tél. : 0559 65.45.77 ————————————— JF 24 ans diplômée en marke- ting cherche emploi dans le domaine commercial ou autre. Tél. : 0777 08 71 35 ————————————— Jeune diplôme assistante en pédiatrie cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0561 12.38.35 ————————————— JF 23 ans diplômée en commer- ce international et ingéniorat

commercial cherche emploi

teur de travaux publics)

cherche emploi. Tél. : 0552 59

34

66 - 0664 81 36 62

—————————————

 

JF

cherche emploi en qualité

rons. Tél. : 0779 38.03.23 ————————————— JH 34 ans marié 2 enfants, 10

d’exp. maîtrise informa-

tique cherche emploi com- mercial acheteur ayant permis de conduire à Béjaïa ou envi- rons. Tél. : 0772 39.26.13 ————————————— JH diplôme informatique maintenance 8 ans d’exp. pos- sède permis de conduire cherche emploi à Béjaïa ou

ans

d’agent commercial. Tél. : 0797 23 72 52 ————————————— JH 39 ans marié, 3 enfants cherche emploi comme chauf- feur poid léger, longue exp. Tél. : 0550 29 44 44 —————————————

Topographe retraité expérien- ce VRD assainissement cherche emploi. Tél. : 0557 42 72 28 —————————————

environs. Tél. : 0557 02.01.70 ————————————— Responsable achats étrangers transit 10 ans d’exp. diplôme commissionnaire en douane et master. Tél. : 0777 93.78.77 —————————————

JH

32 ans licence de gestion

option comptabilité TS GRH exp. plus de 6 ans PC Compta paie décl. fiscal CNAS cherche emploi. Tél. : 0551 23.35.35 —————————————

JH

28 ans TO cond. de travaux

JH

cherche emploi comme

3

ans d’exp. célib. cherche

chauffeur poids léger ou lourd agent polyvalent. Tél. : 0556 98 40 88 ————————————— JH ing. en hydrocarbures option automatisation plus de 10 ans d’exp. dans le domaine industriel pétrole et gaz bonne connaissance en instrumenta- tion automatisme électricité maintenance ind. et supervi- sion travaux construction cherche emploi. Tél. : 0696 296 114 ————————————— JH 27 ans technicien topo- graphe 3 ans d’exp. maîtrise le travail de terrain comme de bureau cherche emploi dans le domaine accepte le déplace- ment sur tout le territoire national. Tél. : 0552 51 49 65 —————————————

emploi. Tél. : 0559 45 50 89 —————————————

H

58 ans chauffeur 15 ans

d’exp. acheteur-démarcheur

ayant travaillé dans une firme étrangère, sérieux et ponctuel cherche emploi. Tél. : 0554

76.91.17

—————————————

JH

ayant diplôme TS métreur

vérificateur cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0676 85 70 09 ————————————— JH cherche emploi comme chargé des moyens généraux acheteur-démarcheur ou administrateur, plus de 9 ans d’exp., diplômes DES en mar- keting et manager en HSE et des formations en informa- tique. Tél. : 0551 00 13 38 sobalg@hotmail.com —————————————

dans le domaine ou autres. Tél. : 0558 14.62.21 ————————————— Cadre supérieur dirigeant à la retraite avec longue exp. en ges- tion, ployvalent, ayant géré éga- lement une entreprise privée d’importation et de distribution cherche emploi. Tél. : 0667 20.64.89 —————————————

d’importation et de distribution cherche emploi. Tél. : 0667 20.64.89 —————————————

LIBERTE

Lundi 18 janvier 2016

Publicité

19

Naissance Les familles Aïd et Benbellil ont la joie d’annoncer la naissance d’une jolie princesse
Naissance
Les familles
Aïd et Benbellil
ont la joie
d’annoncer la
naissance d’une
jolie princesse
prénommée
SOFIA
au foyer de Aïd Sofiane et
Sabrina.
Félicitations au papa, prompt
rétablissement à la maman
et longue vie au bébé.
“Anessuf yissem a Sofia.”
XMT
Remerciements Le 18 janvier 1994 nous a quittés à jamais notre cher et regretté père
Remerciements
Le 18 janvier 1994 nous a quittés à jamais
notre cher et regretté père et grand-père
MEDANI BRAHIM.
Le 13 janvier 2008, notre chère
et regrettée mère et grand-mère
LADJADJ ALDJIA.
En ce douloureux souvenir, il est demandé
à ceux et celles qui les ont connus et aimés
d’avoir une pieuse pensée à leur mémoire.
A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons
TO/BR5779

Condoléances

Le directeur général et l’ensemble du personnel de l’APS, profondément attristés par le décès de la mère de Monsieur Chaâbane Lounakal directeur général de la Radio algérienne, présentent à ce dernier leurs sincères condo- léances et l’assurent en cette douloureuse cir- constance de leur profonde sympathie. Qu’Allah Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

G

SOS Malade cherche sonde auto-sondage n°12. Tél. : 0790 46 87 78 Cherche Minirin spray
SOS
Malade cherche sonde auto-sondage n°12.
Tél. : 0790 46 87 78
Cherche Minirin spray 10 microgrammes
pour diabète insipide
021 23
13 58
Pensée GUEMBAR YOUCEF Une pieuse pensée pour le plus cher papa, un inépui- sable amour
Pensée
GUEMBAR YOUCEF
Une pieuse pensée pour le
plus cher papa, un inépui-
sable amour pour toi.
Triste et douloureuse fut
pour nous la date du 18
janvier 2015, date à
laquelle tu nous as quittés
à jamais pour un monde
meilleur, très cher et regretté père. Le temps s’est arrêté
depuis que tu nous as quittés. Tu nous as tout donné
mais hélas, nous n’avons pas eu le temps de te le
rendre comme il se doit. Sache que ta place est irrem-
plaçable et que tu as le respect et la considération de
tous ceux qui t’ont côtoyé. Repose en paix, très cher
papa, dans nos cœurs tu vivras éternellement.
Ta femme Ouiza, ta fille Dehbia, tes petits-enfants
Adam et Imane qui ne cessent de demander après
toi, tes fils Karim, Farid, Azedine, Mourad et
Takfarinas ainsi que ton beau-fils Mohamed
Akyerham rebbi a vavathnagh azizen.
Que Dieu t’accueille en Son Vaste Paradis.
TO/BR5778
Remerciements La famille Ouabdesselam d’Ighil N’Sedda a la douleur de faire part du décès de
Remerciements
La famille
Ouabdesselam
d’Ighil N’Sedda a la
douleur de faire
part du décès de sa
chère et regrettée
HANI GHENIMA
(l’enterrement a eu
lieu le jeudi 14 jan-
vier 2016) et remercie vivement toutes les
personnes qui ont compati à sa douleur
et l’ont assistée durant cette dure épreuve.
Que Dieu t’accorde, chère mère,
Sa Miséricorde et t’accueille
en Son Vaste Paradis.
Repose en paix.
Ta fille Nora
TO/BR5777
Pensée Triste fut pour nous le 17 janvier 2016 quand nous a quit- tés, à
Pensée
Triste fut pour nous
le 17 janvier 2016
quand nous a quit-
tés, à jamais, notre
cher et regretté père
ABID SAÏD
Ton départ nous
a laissé un vide
immense que personne ne peut combler.
En ce douloureux souvenir, ses enfants
Samir, Samira, Réda, Amel et Karim
demandent à tous ceux qui l’ont connu
d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire.
Repose en paix.
Que Dieu Tout-Puissant l’accueille
en Son Vaste Paradis.
ABR43545

Carnet

—————————————

Pensée

————————————— Triste fut pour nous le 18 janvier 2002 quand tu nous as quittés à jamais, chère mère Mme Kebbab Aldjia. Les jours passent sans que la douleur s’efface. Ton départ nous a laissé un grand chagrin, une tristesse sans limites et un grand vide que nul ne pourra combler. En ce douloureux sou-

venir, tes enfants Hassiba, Nacéra, Karima, Djamila, Zahia, Kamel, Hassen et Abdelmadjid demandent à tous ceux qui t’ont connue et aimée pour ta gen- tillesse, ta bonté et ta générosité d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Nous prions Dieu de t’accorder Sa Miséricorde et de t’accueillir en Son Vaste Paradis.

ABR43543

—————————————

Décès

—————————————

Belhadj, Achour,

Les

familles

Kitous, Aït Mesbah, Menaceur et Cheikh de Tizi Ouzou, d’Alger, de Constantine, de France et du Maroc ont la douleur de faire part du décès, survenu le jeudi 14 janvier 2016, de leur cher et regretté époux, père, frère, beau- frère, oncle et grand-père, Belhadj Mahieddine (ancien magistrat à la Cour suprême). L’enterrement a eu lieu le 16 jan- vier 2016 au cimetière M’douha de Tizi Ouzou. “À Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.”

LIBERTE PUB

SETIF

TIZI OUZOU

9, rue Colonel Amirouche Tél./Fax :

Bt. bleu Cage C. 2e étage Tél : 026 12 67 13

(036) 82 14 14

F.50
F.50

Veillée

Terrible et douloureux fut pour nous le 15 janvier 2016 quand nous a quit- tés à jamais notre cher et regretté père

CHIKH MEHDI