Vous êtes sur la page 1sur 6
Exclusif INTELLIGENCE ECONOMIQUE PROSPECTIVE ET VEILLE STRATEGIQUE wi Ne a hat Royal es les Strate (ES) INTELLIGENCE ECONOMIQUE REGIONALE Tegan a teu scle lt DES CCI EN FRANCE fel CP am Ua mele ier ECONOMIQUE REGIONALE Les auteurs ont vécu la transposition du concept d’intelligence économique des entreprises vers les territoires, oU elle a pris forme de politique publique. Des fonctionnements concertés nouveaux, des partenariats inédits, des débats et des expertises mobilisées au profit de l’objectif de développement, en ont résulté. Les décisions prises, les réalisations, les réorientations ont concrétisé un travail systématique effectué dans la durée. Un cas emblématique illustre cette démarche forte. eB e ‘Intelligence Economique» a | : été utilisée dans les années 80 ia pour permettre aux responsa- Eaumam isles de la stratégie des entre- prises de décider avec les meilleures informations possibles, analysées par des experts (c’est-a-dire comprises, généralement en terme d’analyse com- me la matrice SWOT, croisant forces et faiblesses, opportunites et menaces). Sous forme de politique publique, elle a trouve ensuite des prolongements diffé- rents selon les pays, par exemple le dé- veloppement d’une politique de «clus- ters»") ou la mise en place de pédles de compétitivité en France pour retrouver les chermins de la compétitivité® et de la croissance, (a travers notamment le développement de nouveaux partena- riats public/privé®) et pour faire croitre les PMI et les PME du pdle. Nous souhaitons ici montrer un autre aspect de intelligence économique appliquée au développement du terri- toire. En effet, si la politique de clusters ‘peut se développer lorsqu’existent des partenaires «homogénes» par leurs ac- tivités, il est évident que cette situation ne se retrouve pas toujours : dans bien des cas, la zone économique a déve- lopper ne peut conduire 4 la mise en place d’une politique de clusters car il n’y a pas le potentiel nécessaire dans une seule activité pour la mise en place d’un pdle. Pourtant, il est malgré tout indispensable de mettre en place, dans des systémes productifs hétéro- genes, un systeme cohérent favorisant le développement grace 4 I'intelligence économique. orientalma - N°04 - décembre 2008 =< Nous allons ikesrer par un cas cancret la richesse da Tapper d'une dénnarche dinteligenc Economique Territorial dang la gestion oun prejet territorial de Jong terre, complexe car impliguant des actowe et dos parties prenantes. ‘un intéréts souvent apposés, vole Strangers. ULE. fera alors appel a in- ‘eligence sociale, limaligance techno logique, la prospective at Tnteligence ‘organisationnell pour un management rewieité des grands projets comolenes. La démarche est ici expictee & travers te cas do laménagement da la Zone Industrialo-Portuoire de Fos (partie du Port Autonomp de Marsetie). Sur cette Zone, les enjgux sociaux cotowent les fre inchasiels et ceux du: develop pement durable. En effet, les différentes industries prégentes doivent fare lace 4 la pression Ge la Concurrence at a la @obalisation des marchés, tout en res- ectant les naturelles protégées. Le Port Autonome sa Wouve ainsi a la es chornins. -Quarante ans aprés sa création par sécrat ministéviy, ka Zoro tndustrate Portuaie dy Port de Mares ‘ale concritiser sus promesses ? Aris pls duns décennie sans secure ar Plantation industcote, ley camptabitse aulourdhul ples de 3,5 snitiarels Euros Timvestissements en projets dans des SECIEUTS GUS! Givect Gud ka Sidenurge, ‘énergie, is logSstique, fernironnement» Imagasine LUsine Nouvete, newembee 2004) Le Port de Marsalie, premier port de France et qualriéne au plan européen, posséde une Zone Industriaio-Portuaire (ZIP) de plus de 10000 hectares, dont seus 20 % sont explités, De ce fait, cetle zone conserve un fort potential de développement at reste le soul site en Europe capable d'ofrir des espaces terestres et martimes tactoment amé- nageables et conjugvant la sécurité et une ouverture drecte sur le bassin ri Gtertanéon, qui: possBde Iu aussi un fort petentie! de développement et environnemer La ZIP est controntéa a plusieurs pro biomes économiques. Le Port Autono- me dl en eftot faworser * la pérennité oes actives existantes malgré la délocalsation des industries Jourdes. Faccuell de nouvelles activites, générant du trac: ou produisant des biens & ferte valour ajoutéa * Fecoroissemeant ou taf mantis + densification et la. diversification des acthites, La pérennisanon des actives existan- tos est assunie A moyen terme, car Jes entreprises présentes _fabriquent ‘des produits performamts (SOLLACAS, ‘COMETAL, dos aciers de haute qualité ‘ou spéciaur}, des produits d une impor tance eruciale pour la poltique énergé ‘ique nationale (ESSO, GDF, raffinene, eemninal méthanier) ou découlant diese temnent de oes activités FERIFOS, SE: INVEST, SOLAMAT MEREX, RITDH, ORTEC, GOR, AIR LIQUIDE, avec main lenance, logistique, services, fournis sours dutiiié) Wedste donc un savoirtite tris in portant sui cette Zane, bien qu'elle sot aussi conirentée a des problmes doo. logiques iordservation du site nature} et G'envronnement mayéurs. Ua une olution de fond sur ta Zone, due anc activités économiques. actueles. Tout évetoppement dait donc s'accompa- gner d'une réduction de la polution et es risques industriels engenarés par les acthités existantes. Simultandment i convient de dévelogper des projets du type 6c0-industriel acceptables par les monicipaltés et les habaants présents Sur (Bt auc lento da la Zone, Vers. ur Pour migua répondre aan enjeux de oe voloppement de cetle ZIP. c'est-d-re pour analysny, comprendre, anticiper las menaces, les crises, lab opportuntés, Pour retire en place les pencassus a ‘concertalion al dinteligence sociale, les ispostifs dinformation et garanti une atacthté vis-a-vis des Kwesticsaurs potenils, une cellule d'inteligence Ter moriaie permanente devrait tre mise on place, Ble béndficiers ou taal des (Qestionniaints. du projet, cbjet de diverses conilérences et publegtions, Parmi 386 ‘objects, on dstinguera : + Jos actions information du public la comprénension de sis attentes” * les actions d'information des Gom- munes avoisinantas, & consciider par la conchsion oa partenariats ; * la Connaissance des tachnologies, des savoi-faive at des produits ; + fas bilans dnergatiques : + la connaissance approfondie des des- sertes physiques, leurs containtes et leur potential de développement ; * la création d'un portal pour mettre en Gadence (& des nivadux différents selon les internautea} les atouts, les politiques, les fais et les donndes réeles.: + les démarches de synege permet- tant un développement industriel tout ‘en eréant un éoo-site West indiscutable que. bien souvent, dang les zones de développement ‘comme Fos, soumnises & des contrain- tes aussi diverses - pollution éxistante, proximitéd'un Pare National (Camarque) niaxiste pas de rétérantial accept par tous et pemmettant de gérer simul tanément des noemes, cas données de pollution, des contraintes sociales et ‘des atouts industrials et d'innovati Lintetigonos. Ecanemiqua Temtoriale est une démarche structurante. suf- fisamment agle pour répanara a cat enjeu inddit. Bla place en son centre Jas processus «d'inteligence- - décryp tage, analyses, expertises, diagnostics des champs concemés (social, tech- nokogque, aménagement, économie des transports...) - et les processus organisabonnels ies (f6seduK, Gorn: munautés, dispositts o'LE., systines intormation... La cellule d'inteliganoe Tenitcriale de la Zone do Fos ast actuolemant en phase de réoisation. Les exempies qui suivant mattent en evidence les orien lations qu'elle a prises. sation et ir La sensbitsation, la formation, Fnitiation et Taccompagnement dans una démar- cha oILE-T,, sont des vectours esson- thls que les drigeants du Port et du pro jet ont engagés. Queiques pistes : * organisation da contérences, d'ac- fions pédagogiques al da communica: tion sur le projet global Fos XLI; + Vorganisation d'un éainement annual public, la péremisation dy colloque «in dustne de Fos> sous forme de forums industriels ; * la mise en place d'un portail de la ZIP, véritable place du manché des technole- gies, des savoir-faire et des ressources. Enfin, aiconvient de convaincre de lamise en place Giune cellule d'l.E.T, permanen- te qui accompagnera les différents 2c: teurs dans cette démarche contin Le portal de la ZIP devient indispansa- bie pour concnbtiser ce nowvel élan, 02 ‘second soultle, 40 ans aprés la erdation du PAM, Catt piace publique virtuale ‘sera un élément, certes fédérateur, mais AUSSI une vitiine professionnella déman- rant, au niveau international, le carac thre integré de ce territoire, lation fom partis intégrante des phases de pabfaisabilté et d'analyse des projets de développement et daménagement du Pon de Marsaile-Fos. Do plus, iis ‘senvent d'interface pédagogique avec le Public. Cela a 8té le cas lors du débat public du projet Fos 2XL, notamment sur explication du fonetionnement fun lerrinal a contenours multimodal Ils ont été tres utiles pour évaler Tin. softion paysagive des. futures formes Sofennes ou pour modéiser en 20 les futures implantations industries, Les simulations quantitatives (flix routier, maritime, feroviaire, potions atmos- phériques ou mantimes, brat ow eulre modilisation numérique da terrain) per- mettent Ge mioux appréhender ‘impact d'un nouvel aménagement. Eles per- mattent ainsi crexpiquer au pubic tes mesures envieagées pour respecter les formes en vigueur ou bien abanconner la scénatio envisaga. La erdation oun obsenatiire de lervi- ronnement a 66 validée par le Conseil Administration du PAM pour permet tie de suivre et do contriker, ck mand globele, ensemble di systomo pro: ductif. Cet observatoire sera porté dans un premier tamps par le PAM. Pour au'l joue pleinement son réia, 'ensam- ble das acteurs devia partiiper & san fonctionnement Gn peut imaginer que ‘cat cutl, Bu Gépart & connotations err vwrennementala et sciertfique, puisse ensuite intervenir sur d'autres domaines ‘ol fare parte plenément d'une potique TET en produisant a terme des ttudes A ceractére stratégique. Son lancement olficie! Gevrait se faire pour la fin du pre: ier somestre 2008, & lissue de la res- ‘tution publique du travail do préfigura tion nécesaie a sa mise en orwre jires activtés, comme la réception siueweuvoysend 99} ‘sojeueweuuorn U8 SeqUIENUCO $9} aid\oD UB jUeUEId 8 "IuaUi9ueHNUIS quaweddoengp op aiBeieus &] 9p o8eq ‘UoHenys es 3p 19 tofoxd np janyoe 119 un,p uoBss0UCo sues j9 9jeqo8 eskfeur’ aun e ‘sno 98 8 19 SOpOUTUI Ses ep IUEAOLUI uuojeoyddde,| Jed ‘issne ynpuos aj] “(ens + -uesue9 ‘se0ueIe ‘syeuBuaLId ‘Syy09 ‘sesi) sjusweuend sop ye seveuald solped s9j aujuo ‘singe $a) 21]U9 quo} -six9 nb SuONOesOIU Sa) y9 eUIK=IAWICO 2] eypuaiduuioo sna ep queyouLed ssnss90010 UN eULLLOD yUEWeddoyensp 8p 812018 Uomay=1 BUN suEp eoeId 8s BPeuOIWe], eNbIWOLODy eoUEByoUI7 uossnouog ‘SIUEANS 89] DUO 3UOS 1 '3'1,P eH ~iewWep 8un,p xnediouL sy09IG0 8] “ejeuou9} enjoedsoud &| suep ony “18 8S 1o81Ip quatUeBuojO.d Los “ISUIY 101128) UN, [E00] 19 JoLASNpU enb -IWoUE09 qUsWaKdo;SnEP Np eoMIes ne anbijgnd ons, 19 eI! B| s0yos op Jaye Ue 9s0doid 98 "1°37 “eleUoWOL enbuwiouos3 souebijequ, sed aio 2) Np einyge} aun e 9sseugiU 399,9 Wd 81 ‘eloId 20 9p eoeid ue osu 2] 8p sein siuetuoubiesua sep smed y ssenbmlod ye sej2;008 senbryewsIqo1d 9p osfjeue aun sues sed en au Ind eo “eyjesseoeu 382 merespp9 yoloud un, nb uapIAe 189 || “SueILUEp S80 Jed gideo -08 18 2U07 eB} ep sina|oe xne eIUes -91d 99 © nb QZOZ S04 jefo1d 9| sed x /ssovesseuuos 2p abeuied ye suonewoyuip ‘abueypap aoeoujo uoqoadsoid ‘un y@ uojoWold aun Jesye9! Ue unod ‘yjouua} NP syNpoId sap Je Aue}-110n -28 Sap eoURSsIeWUOD B| INS JelNoMeEd us yuesodal sousnyu,p selBgens « ! fyewlyouag) sex1oyI8} sexine,p SuEP senbneid seuuoq sep 1ueLUesLiB;a! « suIOWLIed Np yo (248 ‘xnesEEI ‘s9;nou) seunjonjseyur sep ennoadsoid Sudiuoo A esiNyeU! 2 BOURSSIEIUOD « ! seuunyioddo xne no eso ep suogenys Sep B 908} «SEOUEBIIOIULp SeyaedeO» sep epides uogesiiqow ap gyoedeo « ! seounossel sep esuyeus 8un unod 10118} NP BOURSSIEULCD « Perey sjeuon2u aqpen 3p auaists ‘euanou se ("'seg0ueAe ‘seIUTEALOD ‘s@i601d ‘sesuo) sanbiweukp ses ep 38 8110}119} np ejjennoU einjo9) eN9g 8.0128} np 81n}99} ej}oAnou @un S18, >xneqo|6 no saueyxa 38 xneoo] No seUieyU) SB -@ulouayd sej ans quedionue ue owe, 'S 9| 19INB91 ep yuoMaUed aneydeo 80 Jed seluinoy seingeur 867] “@UOZ ej @p sonpod ewests np «uabyjeIu! 4na\deo» | au0s enbjenb ue eng Hop QuaUD 8180 “S05 EP dIZ €1 @P LSP ewouo)ne ainjonys 2un,p uoNe9s9 2 anod juswenyoe ejyus || ‘Sues 29 UZ S007 aAUH29D - POA -BUIERAVO QO ‘2u]o4UaI Np neBeugUTe,P 79 OUNUEW dYeN ep NaddojaNep eo Jon9W Uos B seidepe enbiBereNs aijen 9p Sinn sep 18 SBpOyIQUI sep eoBId U9 951 B| 39 juweddorengp 9] ens anod Bn vd 8} “iueweddojenep uos ‘8p anany 9 neq ¥8 Jadionue xneIw sno “LS'Lp eyaewip ‘IgeLUpA eUN,p oAANED UA BSI e| Nod ‘suoMepud} s9| soe US em}eW inod UIBSSEOGU 919 ]UOLUE UB (p00 ‘G00 "Z00z) sue Siu 9p jleneN UN aRNOge snod 8y]aqUSsse allen eoUE\UCO ‘un JeAnoujal sp stued jU0 ‘senbiBo6 -eped s\jno ue eyoU sen ‘aulejdulexa ‘oyand yeagp un 39 Urea) 8| ins seyjequ SuOTESyg!0U09 $3p ‘ayINS e| Jeq “send ~yduu! sinayoe sei ed eGeued a neq -2P ‘Wd 8| 1ed asodaid gzoz so ine} ~O8IIC] BLISYOG NP 19) yBE,S |) :9s1041U—} ‘9p yeloud un ins euNULUCS LO}SIA aun JaBeped sp 10} UeAe JUEAUOD || Yayo ug “ewgishs np seoueULo}ed se asi \do snod |31,p eyomewWep B| Jesi!GoU {ap JUEAB A1}OULIE} NP anjoBdsOud ya @AKE -oadsayje, asfteue aun J8|094 ap oes 'S800U 159 || 'S04-9IJS2/ BP HO NP IZ B| WUD BxajdiLi0D aLUg}SAs UN, ules ne assayou B| ap aunposd nog xeICWON AtUaSAS UN SUEP 1 ap voyonpo: ‘enbiGojouyoar 19 enbluoUodg eoURbioNUY Lo SyEdxe 9p OBNe UORNNSe: aun Jet BINNS 919 Beseyd ened ‘steed auewiop un suep egsypogds eundeud ‘sedinbe suneisnid sed Que 619 & eBATEUE,P Jo sYDIEY}O -81 8p |eAeN aIGEIEN UN) “9yISse09U ‘un 1UBINEP SEINE Sep eIpuojosdde ‘0uessIeUOD B7 "fo eUIGUI op sed En u8,u I sunROe ewig aun ins Sep;)UGO quos sejueuaid seed so} 19 SaUisnpUl 59} anbsind e102) 189 SuIeIUAALI,| "SIAN -flgdwoo ap sajgd sep seo 9] suEp "Ig je00] yuowsddojarsp ap snsseood {89} 101948008, P @na Ud “| 5}, aBgTENS | 9p aigesuads|pur edey9 eun 189,9 anbiGojouyoa) Budden, “a)niieo &| ep suosssiui so Ueraid soo ‘21109 SuOIe sno anb enbsBojou -yos) Buididew 9} ‘ei!s-009,| ap juewed -COPANgp 94 sns SUOHKaYE S9} ‘OU]gNd Np venant des viles et de la poputation concamée, elle intogre une approche jaigence sociale trop souvent né- ‘gigée ou inopéranie, ef dak Ke projet d'atouts sunplémontaires" pour produ une action eff ET. na dot pas s'improriser oe iewestir eu plan financier, pais aussi dans les hommes et dans los qui pe eg demiers byéer et a travaillar c'.une maniére prospective. C'est donc uné nation witt, d'etorts permanents, quiac- Compargna Ie développement du tents re, la calle ou personnes ui vent ani en quelque ‘Sorte le Catalyseur p ‘a des for: ces muliples d'agir en syne Cette cellule, ce paint est fondamer tre bien informe, & la tos au veaux poltiqui, social, scientifique. ologique et Sconamsqua, Elle do aire coupiée 4 une col (oe n'est nas da possoakra fos ‘ el & des. experts n comprenant Timpact des infor- rategqets) du 2 ALE.T. un déirrer sae i cntor. ‘rauis prokts of eer Factors: sor feo diiments do aro offi: sur be Treks HOO ane Gone Honey Eizhowts Scroo Foley nett pi Han Unneraty nck e008, poacy ane Estas 1) Vow feo peng was