Vous êtes sur la page 1sur 26

PROCÈS DE L’AFFAIRE SONATRACH I

L’ancien vice-président chargé de l’aval accable l’ex-P-DG Mohamed Meziane P.6

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

SON ANNONCE A ÉTÉ REPORTÉE DE 48 HEURES

Le gouvernement d’union nationale libyen imminent ? P.15

RENCONTRE SUR LA GESTION DES COOPÉRATIVES DE L’ÉDUCATION À MÉDÉA

Uniformiser les modes de gestion n

P.11 P.11
P.11
P.11

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7133 MARDI 19 JANVIER 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

PARTIS POLITIQUES, ASSOCIATIONS, RÉUNIONS ET MANIFESTATIONS PUBLIQUES, ÉLECTIONS Bedoui annonce de nouvelles lois
PARTIS POLITIQUES,
ASSOCIATIONS, RÉUNIONS ET
MANIFESTATIONS PUBLIQUES,
ÉLECTIONS
Bedoui
annonce
de nouvelles
lois P.3
ABSENCE DE RÉPONSE
À
SA DEMANDE POUR
UN MEETING À L’ATLAS
Le RCD
accuse l’ONCI
de “basses
manœuvres” P.3
IL EST COMPOSÉ DE 15 PERSONNES
DONT UNE FEMME
À
L’ORIGINE DE LA
PROTESTATION, LA
DÉLOCALISATION D’UN PROJET
DE CENTRALE ÉLECTRIQUE
Affaire du cabaret
de Zéralda
Batna :
émeutes à
Oued El-Ma P.2
Le gang arrêté
LE COMITÉ DE SUIVI DE
L’ACCORD DE PAIX S’EST
RÉUNI HIER À ALGER
P.6
Crise
malienne : des
avancées et…
des retards à
combler P.4
Ryad Kramdi/Liberté
et… des retards à combler P.4 Ryad Kramdi/Liberté Ryad Kramdi/Liberté DOSSIER LES CONCESSIONNAIRES CRAIGNENT
Ryad Kramdi/Liberté
Ryad Kramdi/Liberté

DOSSIER

LES CONCESSIONNAIRES CRAIGNENT UNE ANNÉE BLANCHE

Importation des véhicules : les licences de la discorde

PAR FARID BELGACEM

P.8/9

Colère et inquiétude dans les showrooms

des véhicules : les licences de la discorde PAR FARID BELGACEM P.8/9 Colère et inquiétude dans

2

L’actualité en question

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

À L’ORIGINE DE LA PROTESTATION, LA DÉLOCALISATION D’UN PROJET DE CENTRALE ÉLECTRIQUE

Batna : émeutes à Oued El-Ma

Les jeunes manifestants sont allés jusqu’à mettre le feu dans une partie des locaux de l’APC d’Oued El-Ma et s’en sont pris à la maison d’arrêt dont le portail a également été incendié.

L es habitants d’Oued El- Ma, commune située à 45 kilomètres au nord- ouest de Batna, rejoints par les habitants des communes voisines, à

savoir Ras El-Ayoun et El-Gessar, ont manifesté hier pour le deuxième jour consécutif. Les manifestants, qui ne décolèrent toujours pas, ont fermé plusieurs axes routiers en érigeant des barri- cades de fortune, notamment des pneus brûlés. La veille, rapportent des témoins oculaires, des affrontements ont éclaté entre les habitants mécontents de la localité et les forces de l’ordre. Les mêmes sources précisent que les affrontements se sont poursuivis hier et jusqu’en fin de journée, la si- tuation demeurait tendue. À l’origine de cette explosion de co- lère, un projet de production d’éner- gie solaire initialement prévu dans la commune d’Oued El-Ma et qui a

Billel Zehani/Archives Liberté
Billel Zehani/Archives Liberté

La situation demeure tendue dans la commune d’Oued El-Ma à Batna

été délocalisé dans une autre com- mune, voire dans une autre wilaya. Contestant cette décision, de maniè- re énergique, les habitants d’Oued

El-Ma ont décidé d’organiser un mouvement de protestation paci- fique, à l’image de celui des habitants de la localité voisine d’Ali-Nmeur

qui a fini par payer. En effet, ces der- niers ont eu gain de cause, après avoir observé plu- sieurs mouvements de protestation pour revendiquer la réalisation de la route d’Oum Re- kha et dont le coup d’envoi des travaux a été donné la veille des festivités du nouvel an amazigh Yennayer. Sauf que la protes- tation des habi- tants d’Oued El- Ma a dégénéré sui- te à “l’intervention

musclée” des forces anti-émeutes. Les initiateurs du mouvement pour le maintien du projet et dont le terrain a, pour rappel, déjà été choisi, disent avoir

été pris de court par l’intervention des services de sécurité qui ont uti- lisé des gaz lacrymogènes pour les disperser. Ce qui a attisé leur cour- roux. Ainsi les jeunes manifestants sont al- lés jusqu’à mettre le feu dans les lo- caux du siège de l’APC, et s’en sont pris à la maison d’arrêt dont le por- tail a également été incendié. Les tentatives des notables du villa- ge afin d’apaiser les esprits se sont ré- vélées vaines. Jusqu’à hier, aucun bi- lan des affrontements n’était dispo- nible. Selon le directeur de l’énergie de la wilaya de Batna, Ali Benyakhlef, contacté dimanche par l’APS, le terrain, initialement affecté à l’im- plantation de la centrale de produc- tion d’électricité à base d’énergie so- laire, est de nature agricole et, de ce fait, ne peut recevoir le projet. Il a ex- pliqué aussi que la commune n’a pas d’assiette foncière de rechange.

RACHID HAMATOU

DES CRISES SIMILAIRES SE PROFILENT DANS D’AUTRES COMMUNES DE LA RÉGION EST

Le ministère de l’Intérieur dissout l'APC de Guelma

L a crise interne qui a secoué ces derniers mois l'Assemblée populaire communa- le de Guelma a connu son épilogue,

puisque l'administration a réagi en appli- quant avec rigueur le nouveau code commu-

nal. En effet, cette APC issue du scrutin du

29 novembre 2012, comprenant 33 élus, diri-

gée par Khalla Hocine issu du FLN, a été offi- ciellement dissoute, hier, par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales sur pro- position du wali de Guelma. Une fronde ca-

ractérisée orchestrée par une vingtaine d'élus de diverses formations politiques avait para- lysé cette APC puisque le quorum n'avait pas

été atteint lors des trois réunions successives qui avaient été programmées par le maire mis en minorité. Auparavant, les 21 élus, dont

6 du FLN qui avaient renié leur P/APC,

avaient saisi par écrit le wali de Guelma pour demander sa destitution. Ils reprochaient à ce dernier sa mauvaise gestion, son autoritaris- me et son absence de dialogue et ils plaidaient pour le départ de quelques vice-présidents et délégués communaux accusés d'actes délic- tuels. Le wali avait répondu que le code com- munal excluait le retrait de confiance du maire et qu'il appartenait aux élus de dénouer eux-mêmes cette crise. Des missions de bons offices ont été diligentées par plusieurs respon- sables politiques locaux, mais elles ont échoué, car les 21 frondeurs campaient fermement sur leurs positions et étaient déterminés à désta- biliser le maire. Ce blocage a pénalisé le bon fonctionnement de cette municipalité puisque depuis novembre dernier, aucune assemblée générale de l'APC n'a été tenue, faute de

IL A ÉTÉ LANCÉ HIER AVEC L’UICN-MED

Projet de conservation de la flore et des habitats naturels

n Un projet de conservation de la flore et des habitats naturels avec les populations locales dans le sud et l’est du bassin méditerranéen (IPA-Med) a été lancé, hier, à Béjaïa. Et les deux sites sélectionnés en Algérie : le Parc national de Gouraya (Béjaïa) et le mont Chélia (Batna et Khenchela). Le projet est mené par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche en collaboration avec l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICM), représentée par le Centre de coopération pour la Méditerranée (UICN- Med). Pour témoigner de l’intérêt de l’Algérie à la Conservation de la nature et des ressources naturelles, le projet de partenariat a été officialisé lors d’un atelier, qui s’est déroulé à l’hôtel Chréa, en présence des forestiers, des chercheurs de l’université et des centres de recherche, des acteurs institutionnels et des membres de la société civile. Rencontre durant laquelle les représentants de la Direction générale des forêts (DGF) ont eu à décliner les activités et les différentes phases du projet, ce qui permettra aux parties prenantes, “de s’approprier les actions prévues et les résultats escomptés”, a-t-on expliqué. En termes de biodiversité, a-t-on rappelé, l’Algérie compte plus de 3 000 espèces dont plus de la moitié est considérée “comme rare à rarissime, parce que les milieux naturels subissent des dégradations aux causes multiples, la croissance démographique

accompagnée de l’augmentation des pâturages, entraîne une surexploitation des ressources génétiques locales et certaines espèces sont aujourd’hui sérieusement menacées de disparition, suite au développement du réseau routier, à l’urbanisation, aux incendies de forêts, au défrichement, à l’érosion des sols, à la sécheresse prolongée et à l’exploitation anarchique”. Aussi, le pouvoir politique semble avoir décidé, enfin, de tirer profit de l’adhésion de l’Algérie à l’Union internationale pour la conservation de la nature, la plus grande et la plus ancienne des organisations globales environnementales au monde avec un réseau de plus de 750 ONG dédiées à la conservation de la nature, a rappelé Antonio Troya, le directeur de l’UICN-Med, qui est venu à la tête d’une délégation dans le cadre du lancement du projet. Il a rappelé, durant son bref exposé, que tout le travail de l’UICN sur la biodiversité, le changement climatique, l’énergie, les moyens d’existence et l’économie entre dans le cadre d’un programme plus vaste, débattu et approuvé par les organisations membres. Et l’approche privilégiée serait de faire adhérer les populations locales. Comme ce sera le cas avec les deux sites sélectionnés en Algérie. Car ils sont conscients du fait qu’aucune initiative du genre ne peut réussir sans l’implication des populations locales.

M. OUYOUGOUTE

quorum. Approchés, les contestataires ont sou- ligné que l'objectif assigné avait été atteint et qu'ils ont accepté la dissolution totale de la mu- nicipalité, et donc leur départ. Dans ce contex-

te, Rachid Boudour, ancien secrétaire général de l'APC de Bendjerah, a été installé pour gé- rer les affaires courantes de l'APC de Guelma.

HAMID BAALI

Publicité

gé- rer les affaires courantes de l'APC de Guelma. HAMID BAALI Publicité ANEP n°401 698 Liberté

ANEP n°401 698 Liberté du 19/01/2016

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’actualité en question

3

PARTIS POLITIQUES, ASSOCIATIONS, RÉUNIONS ET MANIFESTATIONS PUBLIQUES, ÉLECTIONS

Bedoui annonce de nouvelles lois

Des ateliers devraient intervenir juste après l’achèvement du processus de révision constitutionnelle pour se pencher sur l’amendement de ces textes.

D ans son allocution prononcée hier à l’École nationale d'ad- ministration (ENA) à l’occa- sion de l'inauguration des “portes ouvertes sur la com- mune”, un événement, pre-

mier du genre, appelé à se renouveler chaque année, à la même date symbolique du 18 jan- vier, date à laquelle fut promulgué par ordon- nance le premier code de la commune en 1967, le ministre de l'Intérieur et des Collecti- vités locales, Noureddine Bedoui, a annoncé la tenue prochaine d’ateliers pour se pencher no- tamment sur les textes de lois ou autres régis- sant notamment les élections, les partis poli- tiques, les associations, les réunions et les ma- nifestations publiques, ainsi que leur implica- tion dans le fonctionnement de la commune. À en croire le ministre, ces ateliers devraient in- tervenir juste après l’achèvement du processus de révision constitutionnelle, un projet auquel il attache, semble-t-il, une grande importan- ce, puisqu’il permettra, d’après lui, de “conso- lider la démocratie participative à travers la mise en place d'un cadre juridique qui consacre la par-

ticipation du citoyen à la gestion des affaires du pays et qui contribue à la mobilisation des forces vives de la société, notamment les jeunes, en fa- veur du développement à tous les niveaux”. Le ministre a, ainsi, mis en exergue le “rôle-clé” de la commune, cellule de base de l’État, dans la gestion des affaires publiques. Considérant la commune comme la “pierre angulaire” de l’édifice institutionnel, Bedoui a, d’emblée, re- connu que l’initiative locale devait être au cœur de la problématique du développement. Hélas, l’attentisme reste la seule règle de gestion chez nos P/APC, et ce, au moment même où la situation exige au niveau local un surcroît d’initiatives. Il s’agit surtout d’inciter les insti- tutions publiques à modifier leurs modes d’in- tervention. Si le ministre n’a pas manqué de re- venir à son “cheval de bataille” qui consiste à poursuivre la modernisation de l’administra- tion à travers les TIC, la délivrance par les com- munes de documents administratifs “biomé- triques” ne saurait cacher le véritable problème qui mine le développement local et qui relève, lui, d’un archaïsme effarant. Aussi, il n’est sû- rement pas nihiliste que d’affirmer aujour-

d’hui que les caractéristiques du pouvoir au ni- veau local et particulièrement la mainmise de l’administration sur tous les centres de décision font qu’il est illusoire, dans les conditions ac- tuelles, de voir nos communes s’ériger en centres de développement économique et so- cial. Cette mise sous tutelle s’est, d’ailleurs, tel- lement renforcée ces dernières années que les cérémonies d’investiture des maires ne consis- tent plus pour ces “élus” qu’à remettre les clés de leur commune au wali, sinon au chef de daï- ra territorialement compétent. À ce terrible constat s’ajoute une méconnaissance des réa- lités locales par des élus parfois “parachutés” dans les communes qu’ils administrent. Enfin, le ministre saisira cette occasion pour exprimer toute sa reconnaissance aux efforts déployés par les élus et les agents communaux, sans oublier de se recueillir à la mémoire des “martyrs du de- voir” comme les membres des délégations exécutives communales, les gardes communaux, les citoyens bénévoles, ainsi que les groupes de légitime défense tombés en combattant le “ter- rorisme barbare” durant les années 1990.

MED-CHERIF LACHICHI

APS
APS

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Noureddine Bedoui.

ABSENCE DE RÉPONSE À SA DEMANDE POUR UN MEETING À L’ATLAS

Le RCD accuse l’ONCI de “basses manœuvres”

L’ATLAS Le RCD accuse l’ONCI de “basses manœuvres” L e Rassemblement pour la cul- ture et

L e Rassemblement pour la cul- ture et la démocratie (RCD) dénonce la lenteur, voire le “re-

fus” de la direction de l’Office na- tional de la culture et de l’informa- tion (ONCI) de répondre à sa de- mande de réservation de la salle Atlas pour la tenue d’un meeting po- pulaire le 13 février prochain, in- troduite depuis plus d’une semaine. Un refus que le parti qualifie “d’obs- truction symptomatique”. Dans un communiqué rendu public hier, le RCD précise avoir déposé sa de- mande, avec accusé de réception, de- puis exactement le 11 janvier, à la- quelle l’administration refuse de ré- pondre sous prétexte de l’absence du directeur de l’Office. Ce qui risque de sérieusement perturber les pré- paratifs de cette activité légale du parti. “L’administration continue, à ce jour, à prétexter l’absence du di- recteur de l’Office pour justifier son refus de répondre à cette demande”, déplore, en effet, le RCD, pour qui

cette “manœuvre” rensei- gnerait sur “la dilution de la continuité de l’État (qui) n’épargne aucun palier”. Dès la publication du com- muniqué du RCD sur le Net et son traitement par des sites électroniques, la direction de l’ONCI a en- voyé une “précision” au parti dans laquelle, elle dé- ment “avoir reçu une de- mande du RCD pour la ré- servation de la salle Atlas et que la seule demande qu’il a formulée était adressée au Club du Moudjahid qui ne relève pas de l’Office”. Dans cette précision signée par la direction de l’infor- mation, de la communica- tion et de la commerciali- sation de l’Office, il a été, en outre, rappelé au RCD que l’ONCI “n’a aucune position vis-à- vis d’un quelconque parti politique agréé en Algérie (…)”. Suite à quoi, le RCD est revenu aussitôt à la charge pour dénoncer “ce mensonge et ces basses ma- nœuvres” prémédités, une fois de plus, par l’administration de l’ON- CI, uniquement pour, accuse Ath- mane Mazouz, le chargé de la commmunication du RCD, sur sa page Facebook, “justifier les obs- tructions et les blocages des activités du parti”. “Quelle honte !” s’exclame Mazouz tout en rappelant que le par- ti avait bel et bien déposé sa de- mande, avec accusé de réception, au- près de la direction de cet Office (voir fac-similé). Se déclarant, néan- moins, “habitué aux obstructions de l’administration”, dans son com- muniqué, le RCD considère que “ces blocages ne relèvent ni d’un in- cident conjoncturel ni du zèle d’un agent de l’administration”. Le parti de Mohcine Belabbas rappelle, à

juste titre, que “retarder la pro- grammation d’une activité légale pour en perturber l’annonce et l’or- ganisation est une pratique récurrente de la partialité d’une administration instrumentalisée par l’arbitraire et les réflexes de la pensée unique”. Dans la foulée, le RCD regrette qu’“au mo- ment où le pouvoir promet dans son projet de Constitution d’accorder

ses pleins droits à l’opposition et de fa- ciliter l’exercice de ses activités, cet- te nouvelle provocation vient illustrer les tromperies que tente de masquer ce projet et les manœuvres qui conti- nuent à miner le sommet de l’État en totale violation d’engagements de réformes destinées à la consommation extérieure”. Par ces agissements, in- tervenant, souligne-t-on, dans “un

climat politique et social particuliè- rement tendu, fait de délabrement institutionnel, d’étouffement des li- bertés, de régression sociale, de crise financière et de risques accrus d’un embrasement généralisé”, le RCD regrette que “les pouvoirs publics donnent la mesure de leur aveugle- ment et irresponsabilité”.

FARID ABDELADIM

L’ÉDITO

PAR OUTOUDERT ABROUS

abrousliberte@gmail.com

La commune en question

L e ministre de l’Intérieur qui a à sa charge la facilitation de la délivrance des documents administratifs et l’allégement des dossiers, entreprise qu’il a plutôt bien réussie, risque d’être démenti, lorsqu’il laisse en-

Il est temps que les élus locaux jouissent de

prérogatives qui leur permettent d’honorer leurs mandats au service de la collectivité. C’est un impératif si l’on veut faire de la commune un véritable levier pour le développement. Il revient aux pouvoirs publics, le chef du département de l’Intérieur en premier, de

faire en sorte que la démocratie participative ne soit pas un simple discours, mais une réalité palpable.”

tendre que la levée des interdictions qui frappent les manifestations pu- bliques interviendrait dans le cadre de la révision des lois et des textes régissant les associations ou les marchés, auxquels des ateliers seront ré- servés. Personne n’ignore qu’un arrêté du wali, pris il y a 14 ans, a suffi pour ordonner leur interdiction dans la capitale. Plus immédiatement, le RCD, qui a saisi le 10 du mois courant les responsables de la salle At- las pour un meeting ordinaire dans une enceinte fermée, désespère de se voir délivrer une autorisation. Les exemples sont légion où la pieuvre bureaucratique sort toutes ses tentacules pour décourager toute velléi- té d’expression et de manifestation libres. Pacifique, fut-elle. Et ce manque de liberté touche aussi les communes, ces cellules de base où de- vrait s’exercer la démocratie participative. Le code communal ne laisse aucune initiative aux élus, du fait, d’une part, de la modicité de leur bud- get qui leur est affecté et qui n’arrive même pas à assurer les dépenses élémentaires et classiques de fonctionnement, et à cause, d’autre part, de tutelles plus autoritaires qu’accompagnatrices que sont les daïras et les wilayas. Ces dernières, entités administratives, sont plus enclines à récolter les lauriers que les APC, pourtant assemblées élues, auxquelles la gestion des mécontentements est laissée. Autant dire, jetées en pâture. Que ce soit pour une liste de bénéficiaires de logements contestée ou la réfection d’une chaussée qui tarde à être réalisée. Aussi, il est temps que les élus locaux jouissent de prérogatives qui leur permettent d’honorer leurs mandats au service de la collectivité. C’est un impératif, si l’on veut faire de la commune un véritable levier pour le développement. Il revient aux pouvoirs publics, le chef du département de l’Intérieur en premier, de faire en sorte que la démocratie participative ne soit pas un simple dis- cours, mais une réalité palpable. n

4

L’actualité en question

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

LE COMITÉ DE SUIVI DE L’ACCORD DE PAIX S’EST RÉUNI HIER À ALGER

Crise malienne : des avancées

et

des retards à combler

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, s’est montré ferme à l’égard notamment du gouvernement malien, dont le manque de volonté politique a été souligné par la presse malienne.

L e Comité de suivi de l’Accord d’Alger (CSA) pour la paix et la ré- conciliation au Mali a tenu une réunion d’évaluation, hier

après-midi, à l’hôtel El-Aurassi. Le ministre d’État, ministre des Af- faires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane La- mamra, a pressé les parties ma- liennes à consentir davantage d’ef- forts pour l’avancement du proces- sus de la mise en œuvre de ce tex- te, signé au début de l’été 2015, soit un an après d’âpres discussions entre le gouvernement de Bamako et les groupes politico-armés du nord du Mali. Car, sept mois après le parachèvement de la signature dudit texte, de nombreux retards ont été enregistrés sur le terrain, alors que la situation sécuritaire s’est nettement dégradée ces quatre derniers mois, en raison du retour des groupes terroristes islamistes, dont Al-Qaïda au Maghreb isla- mique (Aqmi) et Al-Mourabitou- ne. Cela sans oublier l’acharnement d’Ansar Eddine, ex-allié des membres de la Coordination des mouvements de l’Azawad, à empê- cher le retour de la paix dans le nord de ce pays voisin. Ramtane

Lamamra, qui s’est félicité des “avancées” enregistrées depuis le début de la mise en œuvre de l’ac- cord d’Alger, a affirmé qu’il “ne s’agit pas de sous-estimer les difficul- tés sur le terrain”. Et de reconnaître que “ces avancées sont en deçà des ambitions et des attentes” du grou- pe de la médiation internationale et surtout des populations du Nord qui, elles, cherchent des “progrès tangibles”. Ce qui ne semble pas être le cas dans plusieurs régions du Nord, où les écoles ne sont toujours pas rouvertes et les conditions de vie ne se sont pas du tout amélio- rées, en dépit du retour relatif de la sécurité, comme l’a souligné le se- crétaire général de la CMA, Billal Ag Acharif, lors de son intervention au début des travaux du CSA. En réponse à ces remarques, Ramtane Lamamra a estimé qu’“il reste fort à faire pour convaincre durable- ment les populations bénéficiaires, qui en attendent beaucoup et s’im- patientent de bénéficier des divi- dendes de cette paix, de la justesse du choix qu’elles ont fait en adhé- rant à l’Accord, et, surtout, pour les soustraire aux sollicitations et à l’influence des forces hostiles à la paix”. En effet, le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères

et de la Coopération internationa- le s’est montré ferme, lors de son intervention, à l’égard notamment du gouvernement malien, dont le manque de volonté politique a été souvent souligné par la presse ma- lienne et régulièrement dénoncé par la CMA. “La 6 e session du CSA a tracé une feuille de route pour en- gager des actions réalisables à brè- ve échéance dans le domaine poli- tique et institutionnel, de la défen- se et de la sécurité (…) il importe de mettre en œuvre cette feuille de route qui prend en charge, à notre avis, l’essentiel des préoccupations soulevées par les parties, à ce stade”, a insisté Ramtane Lamamra. “Les parties, chacune en ce qui la concer- ne, sont fortement interpellées sur l’impérieuse nécessité pour elles de montrer un engagement sans équi- voque quant à leur capacité d’assu- mer pleinement leur leadership à cette étape sensible du procesus de paix”, a rappelé M. Lamamra, pré- cisant qu’“il est particulièrement im- portant que les trois parties soit plus coopératives entre elles et plus enga- gées à travailler ensemble”, en réfé- rence au gouvernement de Bama- ko, à la CMA et à la Plateforme d’Alger (pro-gouvernement).

LYÈS MENACER

Nepress
Nepress

Le MAE, M. Ramtane Lamamra.

SON AMBASSADEUR SALUE LE RÔLE DE L’ALGÉRIE DANS LES DOSSIERS MALIEN ET LIBYEN

Pékin souhaite renforcer sa coopération sécuritaire avec Alger

n L’ambassadeur de Chine en Algérie, M. Yang Guangyu, a salué, hier, les efforts de l’Algérie pour le maintien de la paix et de la sécurité dans la région, la qualifiant de pays “pivot” pour le rôle “rempart” qu’elle joue, selon lui. “La Chine apprécie hautement les efforts inlassables, patients et le rôle incontournable de l'Algérie sur les dossiers du Mali et de la Libye”, a souligné M. Yang Guangyu. “Comme l’Algérie, la Chine soutient qu’il faut régler ces deux dossiers par des solutions politiques, en évitant toute intervention militaire étrangère”, a ajouté le diplomate chinois, relevant que “le terrorisme est un fléau international dont personne n’est à l'abri”. M. Yang Guangyu a indiqué que la Chine désire renforcer “sa coopération avec l'Algérie en s'inspirant de son expertise et en lui fournissant des soutiens matériels et technologiques”.

M. R.

IL A REVENDIQUÉ LES ATTENTATS DU RADISSON BLU ET DU SPLENDID

Belmokhtar, entre business et tentation de leadership

L’ insaisissable Mokhtar Belmokhtar s’est empressé de revendiquer la prise d’otages de l’hôtel Splendid de Ouaga-

dougou, capitale du Burkina Faso, comme pour signer son retour sur la scène sahélien- ne et mettre en œuvre ses menaces, notam-

ment celles de s’attaquer à la France (et les in- térêts français) qu’il a cataloguée ennemi n°1 de l’islam. Le mode opératoire est le même qu’avec la prise d’otages de l’hôtel Radisson Blu de Bamako au Mali, le 20 novembre 2015, qui

a fait 21 morts.

Attentats spectaculaires qui coïncident avec la troisième année de l’intervention militaire

française au Mali que n’a pas manqué, la se- maine dernière, de rappeler un des chefs d’Al-Qaïda locale, Aqmi, dans un entretien à une agence d’information privée maurita- nienne, en renouvelant les menaces contre la France, désormais première cible de tous les groupes terroristes activant dans la région,

Aqmi, Ansar Eddine, FL Macina et Al-Mou- rabitoune. Groupes qui passent à une nouvel- le stratégie basée sur une collaboration entre eux, matérialisée par l’attentat de Bamako, et menée par des éléments d’Aqmi et d’Al- Mourabitoune. Même si les spécialistes voient par la recrudescence des attentats revendiqués par Belmokhtar, sous l’angle d’une démons- tration de leadership, que le chef d’Al- Mou- rabitoune qui a traversé les mouvements ter- roristes allant du GIA à Aqmi en passant par ses groupes “autonomes”, les Enturbannés et les Signataires par le sang, avec en amont son expérience afghane qui lui a valu de perdre un œil et son surnom Belaouer. Ces deux derniers attentats prouvent égale- ment que “Le barbare du désert”, comme le surnomme le journal Le Monde, demeure in- fluent dans la région et a gardé, malgré sa fui- te en Libye après l’opération Serval, ses réseaux, ses alliés, qu’ils soient des tribus targuies ou

arabes dans le Nord-Mali. Cela même s’il a per- du la majorité de ses lieutenants dans l’opéra- tion de Tiguentourine (In Amenas) du 16 au 19 janvier 2013. Sa longue éclipse n’a pas vé- ritablement déteint sur sa réputation. Pire, dans sa guerre de leadership, notamment avec l’É- tat islamique, qui a fait son apparition dans cet- te zone avec le risque d’empiéter sur son ter- ritoire, ses activités et son “business” juteux de trafics en tous genres. Démonstration, égale- ment, par l’extension du territoire des ses actes criminels au-delà des frontières maliennes. Ainsi, il refait surface sur un terrain “modifié”, avec une présence militaire internationale, mais bousculé également par celle de l’EI qui s’est rallié plusieurs groupes locaux dont le plus sanguinaire, Boko Haram du Nigeria, ancien allié d’Aqmi. Il signe aussi cette réapparition par son retour au bercail, la maison mère, Aqmi, qui l’a an- noncé comme un événement. Et il fera vite

l’événement avec ses attaques, particulièrement les prises d’otages du Radisson Blu et du Splendid. Mais par-delà la symbolique des cibles, qui s’inscrivent dans la droite ligne des orientations d’Iyad Ag Ghali, qui a recommandé aux groupes terroristes, pas seulement son grou- pe Ansar Eddine, de cibler les intérêts français où qu’ils se trouvent, ces deux attentats visent surtout à torpiller deux processus dans la ré- gion. La mise en œuvre du processus de paix au Mali en entretenant l’instabilité, qui ne pro- fite qu’aux terroristes, et la mise en place d’une démocratie au Burkina Faso qui sort de 27 ans de dictature avec l’élection démocratique d’un nouveau président. Des projets, en défi- nitive, dont l’objectif est de créer un climat constant d’insécurité pour poursuivre son “business” contrarié par les deux processus po- litiques.

DJILALI B.

ALORS QUE L’ENQUÊTE SUR L’ATTAQUE D’AQMI SE POURSUIT

Agressions islamophobes déplorées à Ouagadougou

A lors que le Burkina Faso est réputé pour la tolérance de ses habitants, des actes isla-

mophobes ont été enregistrés dans ce pays à la suite de l’attaque terro-

riste de vendredi, qui a fait 29 morts,

y compris les quatre assaillants. Se-

lon plusieurs témoins, peu avant l'attaque, les assaillants avaient été

aperçus dans une mosquée située

derrière le Splendid Hôtel où a eu lieu ensuite l’attaque terroriste. C’est

le ministre burkinabé de l’Intérieur

qui a déploré ces actes, tout en ap-

pelant les populations à faire confiance aux forces de sécurité. Cette source a indiqué que “des Burkinabés s'en prennent aux barbus et aux personnes enturbannées ou voilées, de peau claire ou noire”.

des citoyens,

mus par une colère bien compréhen- sible, s’en prennent à des personnes porteuses de longues barbes, entur- bannées ou voilées, de peau claire ou

noire”, a écrit Simon Compaoré, le

ministre de l’Intérieur du Burkina Faso. Dans ce communiqué publié

“Suite au drame (

),

dimanche, il a invité les popula- tions à “faire confiance aux autori- tés nationales, ainsi qu'aux vaillantes forces de défense et de sécurité qui mettent tout en œuvre pour la sécu- risation totale du territoire national”. Il a également appelé chaque Burki- nabé à une franche collaboration avec les forces de défense et de sécu- rité et à s'abstenir de tout acte d'agression verbale ou physique à l'encontre d'autres personnes, pou- vant porter atteinte à la cohésion et à l'unité nationale. Par ailleurs, le mi-

nistère de l'Intérieur a annoncé plus

tôt dans la journée que pour l’instant, 22 victimes de l'attaque ont déjà été identifiées et que 7 corps ne sont pas encore identifiés. Il s'agit de 7 Bur- kinabés, 4 Canadiens, 3 Ukrainiens,

2 Français, 2 Suisses, 1 Américain,

1 Néerlandais, 1 Libyen et 1 Portu-

gais. Parmi les assaillants, “deux ont la peau blanche et un a la peau noi- re”, a ajouté le ministre. À signaler que le groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a publié

la photo de trois membres du com-

mando qui a attaqué un hôtel et un restaurant vendredi à Ouagadougou, a indiqué, hier, Site, une organisation américaine qui surveille les sites in- ternet islamistes. Selon Site, Aqmi a publié son communiqué dimanche

sur la messagerie Telegram et sur

Twitter, avec les photos de trois jeunes assaillants, âgés tout au plus de 25 ans, qu’Aqmi identifie comme al-Battar al-Ansari, Abu Muham- mad al-Buqali al-Ansari et Ahmed al-Fulani al-Ansari.

M. T./AGENCES

LIBERTE Mardi 19 janvier 2016

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

ENSEIGNANTS EN 1 re ANNÉE D’EXERCICE DANS LES ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES

Sans salaire depuis le mois de septembre

n Les enseignants ayant réussi au concours

de l’éducation nationale et qui ont entamé leur première année d’exercice dans les écoles pri- maires à la rentrée scolaire 2015-2016 n’ont pas perçu de rémunération depuis le mois de septembre, soit à la date de leur prise de fonc- tion dans les établissements où ils ont été af- fectés par les directions régionales de l’édu-

cation nationale.

Selon des sources proches de la comptabilité des écoles, ces enseignants vacataires ne seront régularisés au plan des salaires qu’au mois d’avril prochain. Ils auront ainsi cumulé près de neuf mois de travail sans toucher de salaire. Le hic est que, souvent, on leur demande de faire des photocopies de leçons ou d’exercices à dis- tribuer aux élèves… à leurs frais.

RENFORCEMENT DES ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE LA FRANCE ET L’ALGÉRIE

Une importante délégation du port de Marseille à Alger

Une importante délégation du port de Marseille à Alger n La Caci France accom- pagne une

n La Caci France accom- pagne une importante dé- légation du port de Mar- seille qui se rendra à Alger pour présenter son “hub” logistique destiné aux ex- portations algériennes vers

l’Europe. Dans le cadre de la diversification de l’écono- mie algérienne, le grand port maritime de Marseille se veut être un partenaire incontournable dans l’es- sor des produits algériens

exportés vers l’étranger. Pour mieux communiquer sur les perspectives d’un tel échange, une rencontre avec la presse est programmée pour le 25 du mois courant à Alger.

POUR DEUX PRIMES DE MATCH ET UN SALAIRE IMPAYÉS, ILS REFUSENT DE S’ENTRAÎNER

Les joueurs de l’USMH en colère contre la direction du club

joueurs de l’USMH en colère contre la direction du club n Boualem Charef, entraîneur principal de

n Boualem Charef, entraîneur principal de

l’USMH, a finalement décidé de reprendre, hier, les entraînements de son équipe au sta- de du 1 er -Novembre de Lavigerie, en présence de quelques supporters. Sauf que les joueurs ont, contre toute attente, refusé d’entrer sur le terrain. Ils réclament, ainsi, le payement des deux primes de matchs gagnés contre le MOB et le DRBT. Le président du club, Ab- delkader Mana, étant à Paris depuis jeudi der- nier, ils n’ont trouvé aucun interlocuteur pour discuter de la revendication. Ce qui les a da- vantage irrités. Boualem Charef a alors tenu, avec eux, une réunion de deux heures, au cours de laquelle il a expliqué les raisons de son absence, vendredi lors du match joué

contre la JSS, puis il a averti contre les consé- quences induites fatalement par le boycott de la séance d’entraînement. Les camarades de Hadj Bouguèche se sont montrés attentifs au discours de leur coach et ont décidé de revenir sur le terrain. Ils ont souhaité éviter ces désagréments à l’avenir. “Nous sommes per- turbés par cette situation. Ce genre de conflit n’arrange personne. Le président doit impé- rativement faire des concessions pour le bien du club. Nous attendons le versement des deux primes et le salaire du mois de décembre.” Fi- nalement, deux membres du conseil d’ad- ministration ont attribué la prime du match contre le MOB de l’ordre de 50 000 DA. Les salaires seront versés avant le 20 janvier.

BILAN DES ACTIVITÉS DE L’EPH DE TIARET

Environ 4 665 actes chirurgicaux en 2015

n L’EPH de Tiaret s’est distingué, durant l’année écoulée, par un bilan des activités plutôt positif au plan de l’organisation et de la couverture sanitaire,

selon le directeur général de l’établissement. Les chiffres qu’il a livrés à la presse affirment que le bloc opératoire a enregistré pas moins de 4 665 actes chirurgicaux, dont 2 042 en chirurgie générale, 1 433 en traumatologie, 855 en chirurgie infantile,

257 en urologie et

78 en neurochirurgie.

Le laboratoire a opéré par 191 816 analyses

alors que le service de radiologie a vu défiler

35 089 patients, le

service anapathologie 1 806 et le service de

stomatologie 1 956. Dans le même sillage, notre interlocuteur a déclaré que le service des UMC a accueilli, durant l’année 2015,

122 510 patients alors

que 39 891 autres ont bénéficié de consultations spécialisées. Ce dernier a, par ailleurs, mis l’accent sur l’importance des moyens humains et matériels dont dispose cette structure qui vient d’acquérir un lot d’équipements de génération nouvelle ainsi que des quantités importantes de

produits

pharmaceutiques.

UN CHEF DE SERVICE INTERPELLE LE MINISTRE DES FINANCES “L’EHU est dans une situation budgétaire
UN CHEF DE SERVICE INTERPELLE
LE MINISTRE DES FINANCES
“L’EHU est dans une
situation budgétaire
critique”

n En marge de la rencontre

de dimanche dernier sur la loi de finances pour l’exercice 2016 tenue à Oran, le pro- fesseur Boubakar, chef de service à l’EHU 1 er -No- vembre, a interpellé le mi- nistre de tutelle, Abderrah- mane Benkhalfa, sur la grave crise budgétaire dans laquel- le s’enlise cet établissement hospitalier. Le praticien spécialiste a es-

quissé une situation si difficile qu’elle risque de compro- mettre sérieusement la prise en charge des patients. “Ac- tuellement, l’établissement est confronté à de grosses diffi- cultés budgétaires parce que

les assurances et la Caisse nationale de sécurité sociale ne jouent pas leur rôle”, a dénoncé le professeur. Et de poursuivre : “La gratuité des soins est un droit constitu- tionnel. Mais comment al- lons-nous continuer à soigner les malades ?” a-t-il lancé comme une alerte. Désar- çonné par une telle interpel- lation qu’il n’attendait cer- tainement pas et dont la so- lution potentielle ne relève pas forcément de ses seules prérogatives, le ministre des Finances s’est engagé à re- layer le problème auprès du Premier ministre, Abdelma- lek Sellal.

EMPÊCHÉS DE COUVRIR LA VISITE DE TAYEB LOUH À KHENCHELA

Les correspondants de presse décident de boycotter l’activité du ministre de l’Agriculture

n Les représentants des différents quotidiens régionaux et na-

tionaux de la wilaya de Khenchela sont souvent mis au ban des visites officielles de certains ministres. C’était encore le cas, hier, lors du déplacement du ministre de la Justice, Tayeb Louh, dans la wilaya pour inspecter certains projets relevant de son secteur. Les programmes de visite ne sont plus communiqués à certains représentants de titres privés. En conséquence, l’en- semble des correspondants et journalistes locaux envisagent de boycotter la visite du ministre de l’Agriculture accompa- gné de son collègue de la Formation professionnelle, prévue cette fin du mois. Une manière de protester contre les entraves qu’ils rencon- trent dans l’exercice de leur métier, du fait de certains res- ponsables de l’administration locale.

ARRÊT SUR IMAGE

Vu à Tébessa

Le siège des services des impôts situé à la cité Ezzouhour se trouve dans un état de délabrement avan- cé. C’est déplorable pour l’image des insti- tutions de l'État.

Liberté
Liberté

6

L’actualité en question

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

IL EST COMPOSÉ DE 15 PERSONNES DONT UNE FEMME

Affaire du cabaret de Zéralda : le gang arrêté

Un groupe de complices avait organisé une quête et amassé de grosses sommes d’argent pour aider les auteurs du crime à fuir et à quitter le territoire national afin d’échapper à la justice, révèle une source proche du dossier.

L’ affaire de l’incendie criminel qui a ci- blé, mercredi der- nier, un cabaret si- tué à l’intérieur du complexe touris-

tique Azur Plage, à Zéralda, et dans lequel 7 personnes avaient péri et 20 autres blessées, vient de connaître son épilogue. L’enquête diligentée immédiatement après les faits a per- mis l’arrestation de 15 personnes, âgées entre 20 et 40 ans, originaires de Zéralda, Douéra, Gué-de- Constantine, Alger-Centre, Staoué- li, Kouba et Aïn Naâdja, dont une jeune femme âgée de 26 ans, origi- naire, elle, de Draria. Ces faits étaient au menu de la conférence de presse, hier, à Palm Beach, du commandant de la com- pagnie de gendarmerie de Zéralda, Samir Mekharif. L’enquête menée par cette compa- gnie, en coordination avec toutes les unités du groupement d’Alger, a établi que les cinq principaux auteurs de l’incendie criminel ont mis le feu au cabaret dans un acte de ven- geance. Une expédition punitive qui a fait suite à une bagarre qui les a opposés quelques instants aupara- vant aux sept personnes qui ont péri asphyxiées à l’intérieur du caba- ret. En effet, les mis en cause, “vidés”

Ryad Kramdi/Liberté
Ryad Kramdi/Liberté

des lieux après la bagarre, sont allés ameuter des complices avant de re- venir se venger, armés de sabres, de couteaux et d’objets inflammables. Les autres individus, au nombre de huit, se sont alors occupés de leur transport, de leur hébergement et de leur nourriture, mais aussi de récol-

Les 15 personnes arrêtées ont été placées sous mandat de dépôt.

ter de l’argent pour les aider à quit- ter le territoire national afin d’échap- per à la justice. L’enquête révèle que de grosses sommes ont été amassées. Parmi les assaillants figu- rent des repris de justice, condam- nés par le passé pour braquage, agression à main armée, vol carac-

térisé et trafic de stupéfiants. Au mo- ment des arrestations, les gendarmes ont récupéré 16 téléphones por- tables, une dizaine d’armes blanches, des sommes d’argent, trois véhi- cules, une Seat Ibiza, une Renault Symbol, une Polo, et une moto mis à la disposition des criminels pour

prendre la fuite. Selon notre source, l’exploitation des caméras de sur- veillance ainsi que les derniers appels émis et reçus sur les téléphones des trois premiers mis en cause identi- fiés, dont la jeune fille impliquée, ont permis à l’enquête d’avancer rapide- ment. Des réquisitions ont eu lieu

sur ordre du procureur de la Répu-

blique près le tribunal de Chéraga

afin de localiser le mouvement du

reste des membres du réseau. Same-

di dernier, alors que l’enquête

connaissait une avancée notable,

les gendarmes enquêteurs pistent les

autres membres afin de déterminer leur nombre exact et leur lieu de re- fuge. C’est ainsi qu’un maillage sé- curitaire a été déployé à travers une dizaine de localités du Grand-Alger et les gendarmes ont procédé aux perquisitions des domiciles des mis

en cause, ce qui a conduit à leur ar-

restation. Présentés, hier après-midi, devant le procureur de la Répu- blique près le tribunal de Chéraga, ils ont été placés sous mandat de dé-

pôt pour association de malfaiteurs,

incendie volontaire suivi de crime prémédité, non-assistance à per- sonne en danger, non-dénoncia- tion d’un crime et dissimulation de

preuves, port d’armes prohibées et destruction de biens d’autrui.

FARID BELGACEM

PROCÈS DE L’AFFAIRE SONATRACH I

L’ancien vice-président chargé de l’aval accable l’ex-P-DG Mohamed Meziane

L’ audition des témoins dans le procès de l’affaire Sonatrach I s’est poursuivie hier au tribunal criminel d’Alger. Ap-

pelé à la barre, l’ancien vice-président chargé de l’activité aval, Abdelhafid Feghouli, a indi- qué que c’était le P-DG Mohamed Meziane qui lui avait remis dans un courrier les coordon- nées de Mohamed Réda Djaafar Al-Ismaïl, pa- tron de la société Contel Algeria. Mohamed Meziane, faut-il le rappeler, avait re- nié ce patron lors de son audition, affirmant qu’il ne le connaissait pas personnellement, qu’il ne l’avait croisé qu’une ou deux fois au passage à l’hôpital pour rendre visite à sa re- grettée épouse et qu’il ne serait jamais inter- venu pour lui. “Nous prospections à l’époque des entreprises afin de lancer une consultation restreinte pour l’équipement des installations de l’activité aval en systèmes de télésurveillance. Le P-DG m’avait alors indiqué dans un cour- rier le nom du groupement Contel Funkwerk. Il l’avait mentionné sur un sticker (autocollant ou note collante, ndlr) auquel il avait enjoint la carte de visite de Djaafar Al-Ismaïl. Mais, à aucun moment, je ne me serais douté de quelque chose d’anormal”, a-t-il précisé. Abdelhafid Feghouli, le plus attendu de tous

les témoins dans cette affaire, vu sa position dans la hiérarchie de la compagnie au moment des faits ainsi que la discordance de la procé- dure qu’il avait mise en œuvre pour la passa- tion des marchés de la télésurveillance avec cel- le entreprise par son collègue de l’amont, s’est également distingué par son interpréta- tion des dispositions de la directive interne à Sonatrach relative à la passation de marchés. C’était cette lecture qui l’avait prémuni juste-

Archives Liberté
Archives Liberté

L’ex-P-DG de Sonatrach, M. Mohamed Meziane.

ment de l’inculpation. Il en a fait part hier de- vant le tribunal criminel en retraçant le pro- cessus de passation des marchés de la télésur- veillance par ses structures. “Le ministre avait émis trois instructions por- tant sécurisation des installations de la compa- gnie dont la première remonte à janvier 2004. Nous avions d’abord lancé un appel d’offres. Quatre soumissionnaires s’étaient manifes-

tés : Alstom, RPS, Thales et Cegelec. Nous avions choisi la société RPS suivant la règle du ‘moins- disant’. Or, elle n’a pas respecté ses engagements et son contrat a été résilié. Nous avions ensui- te procédé par une consultation restreinte après l’amendement de la directive interne à So- natrach relative à la passation des marchés dite ‘R15’ qui avait introduit le recours à cette pro- cédure en février 2007. Nous avions alors en- voyé les cahiers des charges à quatre entreprises :

Snef, Contel Funkwerk, Alstom et Cegelec. Mais, pour ne pas tomber dans les mêmes tra- vers qu’avec RPS, nous avions scindé le projet en deux lots, Arzew et Skikda. Nous avions pré- vu que celui qui décroche les deux lots, toujours suivant la règle du ‘moins-disant’, se désiste im- pérativement du second lot au profit d’un autre soumissionnaire, à condition que ce der- nier s’aligne sur ses prix. La Snef avait ainsi eu les deux lots. Sauf que les autres soumission- naires, qui avaient présenté des offres trois à quatre fois plus chères que la Snef, avaient re- fusé de s’aligner sur ses prix. Cela nous avait même surpris et appelé à commanditer un au- dit pour vérifier si ce n’était pas la Snef qui avait tort à cause de cette différence des prix.” Mais, quand bien même Abdelhafid Feghou- li aurait essayé d’apporter de l’eau au moulin de ses anciens collègues inculpés, expliquant que les installations dépendant de l’activité aval n’étaient pas soumises au même niveau de risque que celles de l’activité amont, il les a en- foncés en soulignant que la publication des avis relatifs à ces marchés au Baosem devait être au- tomatique. Au juge qui se demandait si les structures de Sonatrach n’étaient pas soumises à la même ré-

glementation, il avait, en tout cas, expliqué que l’urgence ne se manifestait pas de la même ma- nière pour les activités amont et aval et que l’ac- tivité aval disposait d’une petite marge de temps par rapport à l’activité amont. “Les struc- tures névralgiques de nos complexes industriels étaient équipées de systèmes de télésurveillan- ce. Il s’agissait pour nous de renforcer ce dispo- sitif déjà opérationnel. D’autant qu’il y a plu- sieurs niveaux de sécurité. Elles se trouvent dans des zones industrielles sécurisées et proches des villes, ce qui rend l’intervention des services de sécurité plus rapide. Au niveau de l’activité aval, nous n’étions pas obligés de le faire tout de sui- te. En revanche, les sites dépendant de l’activi- té amont se trouvent dans des régions isolées. Et cela avait exigé aux collègues de l’amont d’al- ler plus vite que nous”, a-t-il tenté de convaincre. Outre Feghouli, il convient de noter le témoi- gnage de l’ancienne directrice des ressources humaines de la compagnie, actuellement à la retraite, Malika Ghenim. Le tribunal s’est attardé avec elle au sujet de l’évolution professionnelle de Bachir Faouzi, fils cadet de Mohamed Meziane qui travaillait en tant qu’informaticien au sein d’une struc- ture centrale de la compagnie. Selon ses dires, sa promotion en 2002 à un pos- te de responsabilité aurait eu l’allure d’une far- ce. “C’était, à mon avis, une promotion un peu trop rapide. Elle avait été décidée sur proposi- tion de sa responsable hiérarchique. La presse en avait fait l’écho à l’époque et le ministre était intervenu pour le rétrograder”, a-t-elle rappelé.

LYAS HALLAS

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’actualité en question

7

L’AMBASSADEUR DE CHINE L’A AFFIRMÉ HIER

L’Algérie n’a pas sollicité de prêt

Le diplomate chinois a indiqué qu’une coopération financière peut être envisagée.

L’ Algérie n’a pas sollicité de prêt auprès de la Chi- ne. C’est ce qu’a indiqué, hier, l’ambassadeur de

Chine en Algérie, M. Yang Guangyu. “Un certain nombre de personnalités algériennes avaient exprimé des sou- haits dans ce sens. Mais je confirme que jusqu’à ce jour, il n’y a pas d’ac- te concret”, a affirmé M. Yang Guan- gyu, lors d’une conférence de pres- se organisée à l’ambassade, estimant qu’une coopération financière peut être envisagée. “Nous sommes prêts à répondre à toute sollicitation de nos amis algériens, puisque nous sommes unis par un partenariat stratégique global et un lien d’amitié”, a ajouté le diplomate. Le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, a évoqué, en octobre 2015, la possibilité de l'Algérie de contracter un prêt auprès de la Chine pour fi- nancer certains grands projets, pré- cisant qu'il s'agit d'une exception que

compte faire l'Algérie compte tenu des faibles taux d'intérêt appliqués par la Chine et de la qualité des re-

Yahia Magha/Liberté
Yahia Magha/Liberté

L’ambassadeur de Chine en Algérie, M. Yang Guangyu.

lations entre les deux pays. M. Yang Guangyu a rappelé que le président chinois a annoncé au sommet du Fo- rum de coopération Chine-Afrique des soutiens financiers pouvant al- ler jusqu’à 60 milliards de dollars sur trois ans, destinés à financer dix projets de coopération économique,

sade travaillera avec la partie algé- rienne” pour identifier des projets pouvant entrer dans le cadre des 10 programmes de coopération adoptés lors du Forum Chine- Afrique. Il a aussi indiqué que son pays souhaite une “montée en gam- me” du partenariat économique avec l’Algérie, “aller au-delà des simples échanges commerciaux pour déve- lopper un véritable partenariat in- dustriel”. M. Yang Guangyu soutient que même si son pays désire acheter plus de pétrole et de gaz à l’Algérie, “la longue distance géographique” entre les deux pays complique l’opé- ration. Parallèlement, l’offre algérienne n’est pas diversifiée. “La Chine essaie d’augmenter ses investissements en Algérie”, a affirmé le diplomate, re- levant que “des progrès notables ont été enregistrés ces derniers temps par la signature de plusieurs accords dans les domaines de production :

équipements ferroviaires, automo- bile, ciment, immobilier, touris- tiques…” M.Yang Guangyu a an- noncé d’autres accords dans les do- maines des énergies renouvelables,

de la production automobile, des mi- nerais et du transport maritime. “Nous sommes prêts à accompagner cette stratégie de diversification éco- nomique de l’Algérie”, a assuré l’am- bassadeur de Chine, indiquant que son pays a accueilli favorablement la décision prise par la Banque d’Al- gérie de mettre en œuvre le paiement des transactions entre les deux pays en monnaie chinoise, le yuan. “La Chine est disposée à apporter son sou- tien à l’application de ce nouveau mode de paiement”, a-t-il ajouté. Revenant sur la réalisation du pro- jet du nouveau port commercial du Centre prévu sur le site d'El-Ham- dania à Cherchell, l’ambassadeur a expliqué qu’il appartient à la socié- té algéro-chinoise, en voie de créa- tion, de solliciter des financements des banques chinoises. “Ce n’est pas un prêt d’État à État”, a précisé M. Yang Guangyu. Le diplomate a indiqué qu’entre 35 000 et 40 000 Chinois travaillent en Algérie. “Ce chiffre va certainement diminuer au regard de la conjoncture du marché”, a-t-il estimé.

MEZIANE RABHI

d’infrastructures ou industriels sino- africains. Pour l’ambassadeur, l’Algérie de- vrait émarger à ce soutien financier. “Nous sommes confiants en l’avenir économique et donc en la solvabilité de l’Algérie”, a souligné M. Yang Guangyu, indiquant que “l’ambas-

MÉDÉA

La CRMA met en vente des actions

L a Caisse régionale de mutualité agrico- le (CRMA) vient de rendre public un avis de vente d’actions au profit de ses

adhérents, sociétaires, des agriculteurs, et en

direction des exploitations agricoles indivi- duelles et collectives de la wilaya. La CRMA

a fixé le prix de l’action à 2 000 DA, invitant les acquéreurs potentiels à se rapprocher de ses représentations et de ses bureaux locaux dis- séminés à travers les principales daïras de la wilaya où, est-il indiqué, ils peuvent s’enqué- rir des avantages offerts en la matière.

AMAR GHOUL EN VISITE À TIARET

Le développement durable mis en avant

“L e plan national d’amé- nagement du territoire 2030, premier du genre

L’opération intervient dans une conjoncture particulière dans la vie de la caisse qui prépa- re le renouvellement des organes d’adminis- tration des caisses régionales et de la Caisse na- tionale de mutualité agricole (CNMA) dont le mandat est arrivé à échéance, est-il rappelé.

le les richesses naturelles. Ainsi, il

a mis l’accent sur les sites ar-

chéologiques et qui demeurent in- exploités. “Sur plus de 400 sites, dont certains existent depuis des

millénaires, 6 seulement sont ac- tuellement classés”, a-t-il déclaré en promettant de mettre en œuvre une politique qui sera porteuse d’instruments innovateurs dans ce domaine. Aussi, le ministre a mis en relief le réservoir équin,

le potentiel forestier ainsi que les

6 000 artisans dans la wilaya.

R. SALEM

intégrant les richesses matérielles et immatérielles dont dispose le pays. Soucieux de répondre aux nou- veaux enjeux de l’aménagement du territoire, le ministre a mis en exergue les dispositions préco- nisées dans le projet de Constitu- tion, pour la mise en place d’ins- truments pour la construction d’une économie nationale diver- sifiée et compétitive hors hydro- carbures. Ce qui serait un vecteur

de richesses, de développement durable et de création d’emplois. Parlant de Tiaret, qu’il cite en

tant que territoire métropolitain des Hauts-Plateaux de l’Ouest, un pôle céréalier important, Amar Ghoul a appelé à la mise en valeur des secteurs moteurs de la straté- gie d’aménagement du territoire, notamment un pôle mécanique et agroalimentaire, la réorganisa- tion de l’armature urbaine et le dé- veloppement des services supé- rieurs et l’intégration régionale. Dans ce sens, il est souhaité, selon le ministre, de mettre à profit le potentiel humain dont dispose la wilaya tout en pensant à ex- ploiter d’une manière rationnel-

dans l’histoire de l’Algérie indé-

pendante, appelle à concrétiser un développement raisonnable et du- rable dans toutes les régions du pays à la faveur de la bonne gou-

vernance”, a déclaré Amar Ghoul, ministre de l’Aménagement du territoire, du Tourisme et de l’Ar- tisanat, en visite de travail, ce lundi, dans la wilaya de Tiaret. Il

a souligné la réactualisation des es- paces, en tenant compte des spé- cificités de chaque région et en y

ELLE A RETIRÉ SON PATRONAGE DU SÉMINAIRE PRÉVU À TAMANRASSET

Tagabou a failli se faire filouter par l’UNJA

I nitié par l’Union nationale des journalistes algériens (UNJA), le séminaire national sur le rôle des médias dans la promotion

des métiers et de l’artisanat prévu du 30 jan- vier au 2 février prochains dans la ville de Ta- manrasset ne sera pas organisé sous les aus-

pices de la ministre déléguée chargée de l’Ar- tisanat, Aïcha Tagabou. Dans une correspondance adressée, le 7 jan-

vier, à l’association des journalistes, la ministre

a carrément retiré son patronage de cette ma-

nifestation à la suite d’un rapport détaillé que lui a transmis la Chambre d’artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya de Tamanras-

set, faisant état de plusieurs “anomalies d’or- ganisation” qui sonnent comme une “sorte d’arnaque”, a-t-on appris d’une source fiable. La décision de M me Tagabou a été motivée, d'abord, par le prolongement unilatéral de la période du séminaire jusqu’au 2 février, sans prévenir son département qui avait préala- blement accordé une autorisation, le 26 octobre 2015, pour les journées du 30 et 31 janvier. En- suite, le programme de la rencontre, qui n’a au- cun contenu, ne répond pas aux attentes des artisans de la région, puisqu’il se résume uni- quement à des sorties touristiques, de surcroît non convenues, en faveur de participants

non encore identifiés. Le comble, c’est qu’au- cune “conférence ni intervention sur la thé- matique n’ont été prévues lors de cette rencontre devant être organisée au centre universitaire de la wilaya”, ajoute notre source. L’exclusion de la presse locale aurait révélé les véritables intentions des organisateurs qui se- raient animés par le désir touristique sur le dos du département de M me Tagabou qui serait sol- licité pour mobiliser des véhicules de touris- me et des bus pour le transport des participants “fictifs”.

RABAH KARECHE

L’occasion, selon la circulaire du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche fixant les conditions et les modalités de renouvellement des organes d’adminis- tration des caisses, précise que le renouvelle- ment doit permettre d’élargir “la base des so- ciétaires et une ouverture plus grande de la mu- tualité agricole à l’ensemble des acteurs éco- nomiques et plus particulièrement du monde agricole et rural, de l’industrie agro-alimentaire et de la pêche”.

M. EL-BEY

PROMESSE TENUE !

Mobilis offre la 3G++ à tous les Algériens dans les 48 wilayas

n Mobilis est très fier d’annoncer la couverture de toute l’Algérie avec son réseau 3G++, après le lancement du service sur les wilayas supplémentaires : Mila, Mostaganem, Mascara, El-Bayadh, Tindouf, Naâma, Aïn Témouchent, Saïda et Tissemsilt. En considération de la délibération du

Conseil de l'Autorité de régulation lors de sa réunion du 17 janvier 2016, résultante de l’opération d’audit effectuée pour les quatre wilayas obligatoires, qui est considérée satisfaisante, quant aux obligations minimales de couverture et de qualité de service, au titre de la 3 e année, pour les wilayas de Jijel, de Bordj Bou-Arréridj, de Khenchela et d’Illizi. Ainsi, Mobilis a tenu sa promesse de couvrir les 48 wilayas du pays, en réseau 3G++, et être, à cet effet, le premier, le seul et l’unique opérateur à offrir à tous les Algériens le meilleur de la 3G++. Mobilis le plus grand réseau 3G++ en Algérie, avec plus de 6 millions d’abonnés, invite tous les Algériens à rejoindre la plus grande famille 3G++ en Algérie. “Être le n°1, c'est connecter tous les Algériens en 3G++ dans les 48 wilayas”, engagement pris, promesse tenue ! Le respect des engagements, une raison de plus d’être et de rester chez le n°1. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Mobilis au www.mobilis.dz ou la page Facebook.

8

Dossier

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

VIRÉE CHEZ LES CONCESSIONNAIRES DANS LE GRAND ALGER

Colère et inquiétude dans les showrooms

Ils sont loin les jours où les clients se bousculaient au portillon des concessionnaires automobiles. La décision du gouvernement de geler les importations des véhicules neufs s’est traduite par une forte baisse de l’offre, voire une “pénurie” aux conséquences éprouvantes pour le client et le concessionnaire. Point de situation.

D imanche, 17 janvier 2016. Il est 11h quand nous péné- trons dans l’encein- te du showroom d’une marque au-

tomobile européenne. Celui qui se

propose de nous faire le topo est un jeune

commer-

cial char-

gé de prendre des commandes : “Depuis plus de trois mois, nous vivons au jour le jour. C’est délicat. Nous recevons très peu de clients chez nous. La pé- nurie s’est généralisée à partir du mois de janvier 2015. On a honte d’af- fronter les clients qui viennent ache- ter un véhicule”. Dehors un client, pourtant bien pris en charge, se plaint. “C’est la quatrième fois que je viens dans ce showroom. Chaque fois, on m’explique que je serai servi en fonction des arrivages et de la dis- ponibilité des voitures. Qu’on nous dise d’aller chercher ailleurs. Je sais que ces jeunes commerciaux ne sont pour rien dans cette histoire de pé- nurie, mais le fait est là. Je n’arrive pas à passer une commande car ils n’ont pas un échéancier qui pourrait leur permettre de s’engager avec leurs clients. C’est du jamais vu !” À la question de connaître l’évolu- tion pour les jours à venir, un di- recteur de sites de ventes s’interro- ge : “Pourquoi le gouvernement a lais- sé l’anarchie sévir et a attendu autant d’années pour tenter d’assainir un marché en ébullition ? Si le gouver- nement veut fermer des représenta- tions de marques automobiles, il n’a qu’à procéder à la sélection des

Reportage réalisé par :

FARID BELGACEM

Ryad Kramdi/Liberté
Ryad Kramdi/Liberté

concessionnaires sérieux et qui contri- buent à la création des richesses et des emplois. On a l’impression qu’on a mis toutes les marques dans le même sac pour justifier des démarches sans lendemain. Je suis prêt à parier que beaucoup de concessionnaires n’au- ront pas leurs licences d’importa- tion. Certes, nous serons sanctionnés, mais le client le sera davantage. N’oubliez pas aussi les emplois qui sont menacés !” Scène similaire à Ben Aknoun où une poignée de clients attendent des explications sur l’arrivage des voitures et leur livraison. Venu de Hassi-Messaoud, un client, visible- ment irrité témoigne : “J’ai passé ma

Dans les showrooms, les clients sont en nombre très réduit.

commande au mois de décembre dernier. On m’a bien signifié que mon véhicule sera prêt avant le 15 janvier. Avant de venir, j’ai appelé l’agent commercial qui ne décrochait pas. J’ai laissé mon travail et j’ai pris le vol de samedi. Et voilà qu’on m’annonce que mon véhicule ne sera pas prêt avant début février à cause de la conversion des cartes grises !”

Outre la pénurie, la hausse des prix

À l’intérieur du showroom de cette représentation asiatique, un autre client tempête : “En plus de la pé- nurie, on nous annonce des prix exorbitants. Je ne trouve pas d’ex- plication. Comment peut-on s’offrir

une citadine pour deux millions de di- nars alors qu’elle était au prix de 1,4 million de dinars. Je suis obligé d’aller au marché d’El-Harrach ou de Tidjelabine. On veut s’attaquer à l’informel et en même temps on en- courage les consommateurs à le dé- velopper. Sincèrement, le gouverne- ment ne sait plus sur quel pied dan- ser”. Dans un showroom situé sur l’au- toroute de Zéralda, où nous avons vi- sité un autre représentant d’une marque européenne, il y avait à pei- ne quatre prototypes de voitures. In- quiets, les jeunes commerciaux ne trouvent pas d’explication à cet état de fait. “C’est une nouvelle situation

que nous vivons. On doit s’adapter. Mais il est très difficile d’affronter nos clients, notamment les clients fi- dèles”, estime un jeune commercial. Sur le parking de ce concessionnai- re, une dame peine à retenir sa co- lère : “Je n’achèterai pas un autre mo- dèle. Quitte à attendre une année ! Si le gouvernement veut sanctionner les importateurs, il n’a qu’à s’attaquer à ceux qui nous fourguent des produits dangereux pour la santé publique ou encore des chewing-gums et des kiwis. La voiture est une nécessité chez nous. Le gouvernement a fait le contraire de ce qui devait se faire. Au lieu de développer l’industrie, d’abord, et de réduire, ensuite les importations, le gouvernement a pris un raccourci au nom de l’austérité”, clame-t-elle. Dans la zone industrielle d’Oued Smar, un client en veut à un jeune commercial. “Où est ma voiture ? Je veux être livré immédiatement ! J’ai payé cash et je suis à trois mois d’at- tente alors que je devais être livré avant fin novembre 2015 !”, se plaint- il. Chez ce concessionnaire chinois, un autre client s’interroge : “Pour- quoi augmenter les tarifs ? Pourquoi sanctionner les clients ? Ils ne sont pas les seuls à faire dans la publicité mensongère. Aujourd’hui, ils veulent que le client devienne économiste et banquier pour savoir que c’est la dévaluation du dinar. C’est faux ! Ces voitures ont été importées en sep- tembre 2015, donc c’est un abus. Tout ce qui concerne ces gens-là, c’est la marge bénéficiaire. Domma- ge que le client algérien est méprisé à ce point-là.”

F. B.

LA MARQUE AU LOSANGE A VENDU 90 182 VÉHICULES EN 2015

Renault consolide son leadership en Algérie

R enault Algérie a annoncé, lors d’une conférence de presse organisée à Alger, ses chiffres de ventes durant l’exercice

de l’année 2015 où il a consolidé son leader- ship pour la 10 e année consécutive. Avec deux marques sur le

podium, à savoir Re- nault avec 49 495

ventes (4,3%) et Dacia avec 40 688 ventes (+4,4%), la marque au losange a tiré son épingle de jeu dans un marché en net recul de 37% pour glaner 35,6 % des parts de marché, soit 8,7% de croissance. Le patron du groupe, Guillaume Josselin, n’a pas caché sa satisfaction quant aux résultats ob- tenus durant l’année 2015, mettant en avant 19 409 unités vendues de la Symbol made in Algeria hors marchés publics, mais surtout de la Logan qui domine les ventes dans tous les segments. “C’est une belle performance pour nous. Tout le monde a joué le jeu, notamment nos équipes et le réseau. Aujourd’hui, on peut s’enorgueillir de ces résultats qui parlent d’eux- mêmes”. À la question de savoir si cette per- formance sera rééditée en 2016, Hicham Na- cer Bey, a révélé que Renault Algérie a déve- loppé une stratégie basée sur les nouveautés. La principale est basée sur le crédit à la

Par :

F. BELGACEM

Farid Belgacem/ Liberté
Farid Belgacem/ Liberté

Guillame Josselin, patron du groupe.

consommation. En ce sens, il dira que la Symbol est la seule voiture éligible à ce mé- canisme et Renault Algérie a développé un par- tenariat avec BNP Paribas qui décline sa so- lution “One stop shopping” et reste ouvert à toutes les banques intéressées par la formule. Il annoncera que ce crédit sera déployé avant

la

fin de la semaine en cours. M Josselin cite-

mance sera soutenue également par un plan

ra

également d’autres axes, dont le lancement

produit en accélération qui marque le back to

du

SUV Kadjar, de la nouvelle Mégane et du

Premium avec la nouvelle Mégane et de Ta-

Talisman avant fin 2016, des nouveaux San- dero et Duster et des séries limitées, avec au-

lisman. Après, on attend pour voir ce qui va se passer et si cela va s’inscrire dans le temps. Idem

tant d’offres sur les produits et le service après-vente (SAV). Et si le SAV “demeure un amortisseur pour le réseau en période de crise”, pour paraphraser M. Josselin, il n’en demeu-

pour le prochain Salon d’Alger, c’est un autre point d’interrogation ! On ne sait pas quoi dire aux clients qui veulent passer leurs commandes sur les délais d’arrivage et de livraison. Pour le

re

pas moins, précisera M. Nacer-Bey, que “Re-

moment, nous avons un petit stock pour gérer

nault Algérie n’arrêtera pas son réseau. Au contraire, on le développera davantage, car le plan stratégique de Renault, depuis 2005, de- meure dans la proximité. Aujourd’hui, on a at- teint une présence de 100 % sur le terrain, mais on compte se déployer encore dans le sud du pays, et ce malgré la conjoncture difficile du marché. Après, il faut noter que le SAV repré- sente 70 % de la rentabilité”. Avec ses 67 agents de service, ses 60 Renault Store, ses 10 centres de carrosseries, son aca- démie de formation, Renault Algérie compte aller en 2016 pour encore surprendre. Inter- rogé au sujet des quotas des importations et

quelques semaines encore la demande”. Le conférencier a aussi développé les 6 axes prioritaires pour le groupe, à savoir rester lea- der sur les 2 marques, lancer des produits et des séries limitées, consolider le réseau, reve- nir en force dans le segment C avec la Méga- ne et surtout progresser avec des offres inno- vantes et attractives pour demeurer, dit-il, “une entreprise leader, globale et citoyenne”. Du res- te, Idris Saci a annoncé que “le groupe va lan- cer incessamment la stratégie de la qualité unique pour le pays”, et ce, dit-il, pour main- tenir “les résultats des audits qui font ressortir que 9 clients sur 10 recommandent les services

de

la crise qui s’annonce dès ce mois de février,

de Renault et de Dacia”. Signalons, enfin, que

M

avancée comme prévu dans le plan de marché

Josselin dira que “nous poursuivrons notre

Sara Benarab a été installée à la tête du dé- partement marketing chez Renault Algérie.

de notre usine de Oued Tlelat. Notre perfor-

F.

B.

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

Dossier

9

LES CONCESSIONNAIRES CRAIGNENT UNE ANNÉE BLANCHE

Importation des véhicules :

les licences de la discorde

Ils seraient plus de 500 agents agréés en difficulté, avec une moyenne de 15 à 30 emplois, et qui risquent, eux aussi, de disparaître du paysage automobile dans l’Algérie profonde.

L’ octroi, à partir du mois de juin pro- chain, des licences d’importation des véhicules neufs pour définir les

quotas bute sur un sérieux problè- me. En effet, comme nous l’avions annoncé en

avril dernier sur les co-

lonnes de Liberté, le gouvernement vient de céder au souhait des conces- sionnaires multimarques d’arracher leur quotas, et ce, malgré le délai li- mité à 12 mois par le cahier des charges pour se conformer aux nou- velles dispositions, dont le renou- vellement des agréments, d’une part, et la nécessité de développer une ac- tivité industrielle ou semi-indus- trielle, de l’autre. Piégés, les conces- sionnaires ne savent plus où donner de la tête, et certains risquent de mettre la clé sous le paillasson. À quoi est due cette situation inex- tricable et qui risque de mettre en pé- ril des milliers d’emplois dans un proche avenir ? Premier élément de réponse: le chevauchement des pré- rogatives entre le ministère de l’In- dustrie et des Mines et le ministère du Commerce, d’une part, et les in- terférences entre ces deux ministères avec celui des Finances. En ce sens, alors que le ministère du Commerce avait plafonné, en juin dernier, les importations à 400 000 unités/an pour répondre au besoin du marché, notamment le renou- vellement d’un parc vieillissant, voilà que le ministère de l’Industrie et des Mines a tranché unilatérale- ment en adressant une note aux concessionnaires automobiles pour les informer que le volume du mar- ché sera divisé par deux. Com- prendre par-là : moins de 50% du

Par :

FARID BELGACEM

Ryad Kramdi/Liberté
Ryad Kramdi/Liberté

rendement annuel sur l’exercice 2015, une année où le véhicule neuf a sérieusement crashé. Résultats des courses, on parle de 25 concession- naires en difficulté et plus de 250 agents agrées, avec une moyenne de 15 à 30 emplois, et qui risquent, eux aussi, de disparaître du paysage au- tomobile à travers les 48 wilayas du pays.

De l’agrément aux livraisons :

le parcours du combattant Les choses iront plus vite, et, finale- ment, le volume de véhicules neufs devant être importés en 2016 a été fixé par le comité chargé de la déli- vrance de ces licences à 152 000 uni- tés, alors qu’il a été de l’ordre de 300 000 unités en 2015 contre 439 637 unités en 2014.

Le groupe Sovac veut développer l’image de la marque germanique en Algérie.

Ce quota concerne les véhicules au- tomobiles pour le transport de dix personnes ou plus (chauffeur inclus), les véhicules de tourisme et autres véhicules automobiles principale- ment conçus pour le transport des personnes, y compris les voitures de type Break et les voitures de course, et les véhicules automobiles pour le transport de marchandises. Pris en étau par ces dispositifs contradic- toires, notamment la limitation des quotas et la demande d’octroi d’une licence ouverte du 14 janvier jus- qu’au 3 février prochain, les conces- sionnaires butent sur un immense obstacle, à savoir l’obtention d’un agrément. Or, hormis certains concession- naires qui ont en leur possession ce précieux sésame, les autres n’ont eu

droit, pour le moment, qu’à un agrément provisoire ! L’arrière-pen- sée étant dans l’opacité qui entoure l’octroi des licences, les conces- sionnaires, de moins en moins soli- daires à cause d’une conjoncture commerciale extrêmement difficile et d’une concurrence pour le moins déloyale, s’interrogent si toutes ces démarches ne viseraient pas à ré- duire les représentations de cer- taines marque en Algérie. Autre couac, et pas des moindres, “les

concessionnaires résistants” devront prendre leur mal en patience une fois la licence d’importation obtenue. Pour cause, le gouvernement a ajou- té une autre couche sur l’homolo- gation des voitures. En ce sens, l’im- portateur devra soumettre, à partir du mois de juillet 2016, un prototy- pe de chaque véhicule aux services des Mines au niveau du port. Cette démarche obligatoire devra durer entre 30 à 60 jours avant qu’il ne soit soumis à la conformité qui, elle, déterminera si le véhicule répond aux exigences des lois algériennes. Ainsi, le concessionnaire pourrait envoyer, à partir du mois d’août et/ou septembre, sa commande à la maison-mère, c’est-à-dire au constructeur, pour lancer la chaîne de production. En calculant toutes ces durées dignes d’un parcours du combattant, les véhicules débar- queront aux ports dès fin septembre, au plus tard début octobre 2016 pour les plus chanceux. Ce n’est pas fini ! Les procédures de dédouane- ment et de transfert vers les zones sous-douanes prendront, elles aus- si, une durée de 15 à 45 jours, selon les arrivages. Entre-temps, les concessionnaires, sûrs d’avoir le produit dans les showrooms, lancent les commandes. Au client de savoir que le délai de livraison est de 7 jours avec un payement cash (numéro de châssis exigé sur le bon de com- mande) et de 45 jours, voire plus, si le versement n’est pas entier.

F. B.

IL A ÉTÉ FINALISÉ PAR LE GROUPE SOVAC

L’usine de Volkswagen en Algérie, c’est pour bientôt !

n Le groupe Sovac, représentant officiel du groupe allemand Volkswagen, va installer une usine de montage à Relizane. Déposé, en décembre dernier, au ministère de l’Industrie et des Mines, le dossier a été au cœur de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Berlin. Ainsi, comme l’avait confirmé Mourad Oulmi, le PDG du groupe Sovac, cette usine aura une capacité de production de 10 000 unités pour la première année, à savoir en 2017, et de près de 100 000 unités à l’horizon 2022. Avec un investissement de 170 millions d’euros le groupe Sovac devra ainsi fructifier un terrain d’une superficie de 150 ha basé à Relizane. Trois modèles seront assemblés, dont Volkswagen Polo Classique, le pick-up Amarok et Skoda Octavia. À moyen terme, Sovac compte exporter plusieurs modèles, d’autant que son projet constitue une aubaine pour la région de Relizane qui sombre d’année en année dans la spirale du chômage. En ce sens, Sovac compte entamer les travaux de viabilisation de cette assiette de terrain attribuée pour accueillir ce projet grandiose. D’ailleurs, les Allemands ont affiché leur ambition de développer l’industrie automobile en collaboration avec le groupe Sovac qui s’est investi à développer l’image de marque de la voiture germanique en Algérie.

F. B.

ILS SERAIENT 50 000 À VOULOIR IMPORTER LEURS VÉHICULES

Les clients particuliers ne comptent plus sur les concessionnaires

L es clients particuliers comptent de moins en moins sur les concessionnaires automobiles pour acquérir un véhicule. Après un fléchissement de

l’ordre de 60% sur la période allant de 2007 à 2014, les clients particuliers ont repris le chemin

des garagistes, notamment en France, en

Allemagne et en Espagne. Selon des prévisions arrêtées par les concessionnaires automobiles, ils sont près de 50 000 clients particuliers qui importeront directement leurs véhicules cette année. Avec le quota limité à 152 000 unités, le marché

année. Avec le quota limité à 152 000 unités, le marché Par : F. B. pourrait

Par : F. B.

pourrait atteindre 202 000 ventes à fin décembre. On s’en souvient, le nombre de clients particuliers qui im- portaient à leurs frais des véhicules neufs était passé de 2003 à 2007 à 70 000 acquéreurs, avant qu’il ne chute à près de 20%. Sachant que cette niche constitue éga- lement un capital en devises important qui échappe à l’État, les concessionnaires et garagistes multimarques européens s’attellent à récupérer une clientèle perdue et à glaner des parts de marché importantes à l’inter- nationale.

F. B.

LE MARCHÉ A CONNU UNE CHUTE DE 36%

Moins de 250 000 véhicules vendus en 2015

L es chiffres de l’Association des conces- sionnaires automobiles algériens (AC2A) l’attestent : le marché du véhicule neuf

a chuté de 36% sur la période allant de janvier

à fin décembre 2015. Avec une baisse des im- portations de l’ordre de 37%

2015. Avec une baisse des im- portations de l’ordre de 37% Par : F. B. (chiffres

Par : F. B.

(chiffres communiqués par les

ports de Mostaganem et de Djendjen), les concessionnaires automobiles, toutes marques

confondues, ont vendu moins de 250 000 uni- tés sur la même période. Dans le Top-5, les marques françaises arrivent en tête de classe- ment, avec respectivement 49 494 unités ven- dues par Renault, 40 688 unités écoulées par Dacia et 36 323 autres unités vendues par Peu- geot Algérie. Première marque asiatique en Algérie, Hyun- dai Motor Algérie (HMA) arrive à la quatrième

place avec 31 306 unités vendues, suivi, à la cin- quième place par Toyota Algérie avec 19 627 unités vendues. Dans le Top 5, il ressort que les baisses oscil- lent entre 2 et 5%, ce qui laisse entendre que ces marques ont consolidé leurs positions dans un marché en déclin. Les autres marques, com- me Kia (15 009 ventes), Volkswagen (12 455 ventes), Skoda (8 514 ventes), Citroën (7 329

ventes), Suzuki (6578 ventes) et Nissan (5 500 ventes) ont tiré leur épingle de jeu, et ce, même si ces marques ont enregistré des baisses allant de 10 à 50%. Quant aux marques vulnérables frileuses et dont voyants sont au rouge, elles ont enregistré des baisses vertigineuses de l’ordre de 50 à 80% !

F. B.

10 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE AF

10

Publicité

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

10 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE AF

AF

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’Algérie profonde

11

RENCONTRE SUR LA GESTION DES COOPÉRATIVES DE L’ÉDUCATION À MÉDÉA

Uniformiser les modes de gestion

Le but est d’harmoniser les textes régissant les coopératives avec le code des marchés publics, la mise à jour et la formation des gestionnaires à ce nouveau dispositif réglementaire.

L e lycée Khédidja-Benrouissi de Médéa a abrité, les 17 et 18 janvier, une rencontre nationale sur la ges- tion des coopératives de consom- mation, présidée par le chef du département des coopératives,

Hamdouche Abdelkader, et en présence d’un conseiller financier et de la responsable du département santé au ministère de l’Éduca- tion nationale. L’ordre du jour de la rencontre a été consacré aux modalités de révision du règlement régissant la gestion des coopéra- tives en vue de leur adaptation aux les textes et règlements en vigueur et aux nouvelles dispo- sitions du code des marchés publics, d’une part, et à l’élaboration de nouveaux méca- nismes permettant d’uniformiser les modes de gestion des coopératives. L’autre objectif de la rencontre a été la forma- tion des responsables de ces coopératives sur des bases communes de gestion pour une mise à niveau des connaissances en matière de gestion en faveur des gestionnaires nouvelle- ment installés à la tête de ces structures. Outre l’enrichissement des textes en vigueur afférents à la gestion de ces coopératives, notamment les volets relatifs aux procédures d’acquisition, d’achat et de vente des produits, les participants ont été conviés à réfléchir aux moyens idoines à même de permettre de recouvrer les énormes créances détenues par ces entités. Dans son intervention préliminai- re, le chef du département des coopératives s’est interrogé sur la démarche à suivre pour mieux préserver les moyens de ces coopéra- tives et sur les mécanismes à mettre en place en vue d’harmoniser les conditions d’octroi des primes aux gestionnaires et sur les facilita-

D. R.
D. R.

Le lycée Khédidja-Benrouissi de Médéa où s’est déroulée la rencontre.

tions à accorder aux travailleurs du secteur de l’éducation pour l’acquisition des articles élec- troménagers entre autres. Au titre des avantages accordés aux coopéra- tives, Bensaïd Belkcem, conseiller financier, dira que les coopératives sont assujetties au paiement des impôts au titre de leur activité commerciale mais pas à la TVA, citant à ce titre une série de textes relatifs à la création et à la gestion des coopératives de consomma-

tion. Pas moins de 50 coopératives existent à travers les wilayas, qui dépendent du départe- ment des coopératives de consommation, qui fait partie de la commission des œuvres sociales du ministère de l’Éducation nationa- le, nous expliquera M me Nacéra Belhadji, res- ponsable du département santé au même ministère.

M. EL BEY

DES DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES DE BILLETS DE BANQUE EN PANNE

Les usagers de la poste à Boumerdès en colère

À Boumerdès, les distributeurs automa- tiques de billets de banque (DAB) sont souvent en panne, selon des témoi-

gnages de citoyens. Pas plus tard qu’avant- hier, nous nous sommes rendus au bureau de poste située au cœur de Boumerdès, nous avons trouvé les deux DAB en panne. Le pre- mier installé à l’extérieur de la banque et le second à l’intérieur sont en panne. Cette situation pénalise surtout les citoyens déten- teurs d’une carte magnétique. “A chaque fois

que je viens retirer un peu d’argent avec ma carte magnétique je trouve le distributeur en panne. Je me demande à quoi servent ces appa- reils et ces cartes magnétiques. Pourquoi tom- bent-ils à chaque fois en panne ?” nous a décla- ré une dame. Un écrivain publique travaillant devant la poste nous dira : “Ne vous fatiguez pas, ici rien ne fonctionne. Des techniciens sont venus récupérer la pièce qui est en panne. Mais quand est-ce qu’ils la répareront, personne ne le sait ?” Nous avons demandé à l’un des

employés de ce bureau de poste depuis quand les deux DAB sont en panne ? Il répondra :

“Depuis jeudi dernier, mais je pense ils vont bientôt être réparés !” Les usagers de la poste de Boumerdès devront donc prendre leur mal en patience. Il est à signaler que la situation est pareille dans d’autres communes de Boumerdès entre autres celui du bureau de poste de Khemis El-Khechna.

NASSER ZERROUKI

LE DIRECTEUR DU COMMERCE MET UN TERME À LA RUMEUR

“Le marché D15 ne sera pas implanté à Bouira”

L directeur du commerce de

Bouira, M. Ahmed Goumri,

e

a

mis un terme à la rumeur

faisant état de la délocalisation du marché aux puces d'El Harrach,

appelé communément “D15” à Bouira. “Non ! Ce marché ne sera

pas implanté à Bouira”, a-t-il indiqué. M. Goumri s'est dit “sur-

pris” de l'ampleur qu’a pris cette affaire et a regretté le fait qu'une certaine presse spécule, sans prendre attache avec ses services. “Je suis affirmatif à ce sujet, nous

nous sommes opposés à son implantation, car ce marché ne répond pas aux normes en vigueur. De ce fait, les organisa- teurs de ce marché ont été priés de se conformer à la réglementation, chose qu'ils n'ont pas faite”, a-t-il

confié. S'agissant du futur lieu d'implantation du ce marché aux puces, le DCP répondra simple- ment : “Cela ne me regarde pas. Une chose est certaine, ça ne sera pas à Bouira !”

R. B.

Journée portes ouvertes sur les APC

n Les 45 assemblées populaires communales (APC) de Bouira ont pris part, lundi, à la journée portes ouvertes sur les APC, organisée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Pour sa première édition, cette initiative, a pour objectif de faire connaître le rôle de l’APC dans l’esprit du citoyen et rapprocher ce denier de ses élus. À titre d’exemple, dans la commune d’El- Hachimia, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Bouira, l’APC a concocté un riche programme en faveur des élèves des différents

paliers, ainsi qu’une cérémonie en l’honneur des anciens P/APC de cette municipalité. De son côté le wali de Bouira, M. Nacer Maaskri, a organisé une cérémonie en la mémoire des anciens P/APC et DEC de la wilaya, où des présents symboliques leur ont été offerts.

R. B.

Des commençants accusent le P/APC de Sour El-Ghozlane

n Dans une pétition adressée au wali de Bouira, ainsi qu’au chef de daïra de Sour El- Ghozlane et le P/APC de cette commune, des commerçants locataires activant au niveau du

marché couvert de Sour El-Ghozlane, accusent leur maire de les avoir “injustement chassés” du box, où ils exerçaient. Selon les auteurs dudit document, le P/APC de Sour El-Ghozlane, aurait attribué ces boxes à “des proches”, sans

toutefois préciser le degré de parenté. Dans la même requête, ces commerçants interpellent le premier magistrat de la wilaya sur ce qu’ils qualifient de “dépassements’’ du maire de Sour El-Ghozlane et demandent une commission d’enquête, afin de faire toute la lumière sur cette affaire. À titre indicatif, ce marché couvert a été fermé en 2014 pour cause de rénovation, laquelle ne devait pas excéder les

trois mois.

R. B.

laquelle ne devait pas excéder les trois mois. R. B. BRÈVES du Centre APICULTURE À BÉJAÏA

BRÈVES du Centre

APICULTURE À BÉJAÏA

Production de 139 953 kg de miel en 2015

n L’esplanade de la maison de la

Culture a abrité, dernièrement, la Fête du miel organisée par l’association Tusna n’tizizwa, en collaboration avec la direction des services agricoles et de la Chambre d’agriculture de Béjaïa. Cet événement a été inauguré par le ministre de la Communication, Hamid Grine. Plusieurs variétés de miel ont été exposées par les

professionnels de ce secteur. Selon des organisateurs, la production de miel dans la wilaya de Bejaïa pour la campagne 2014-2015 a été d’environ

139 953 kg, soit un rendement d’à

peine 357 kg par ruche. S’agissant des apiculteurs en exercice, leur nombre

s’élève à 2 492. Ils disposent de 39 212 unités dont 35 779 ruches modernes et 3 433 traditionnelles. Concernant l’essaimage, la production s’élève à 11

884 essaims pour 4 385 ruches mises à

essaimage. Béjaïa dispose également

de 10 pépinières apicoles, un atout non négligeable pour devenir un important producteur de miel au niveau national. Une enveloppe de

236 348 millions de dinars a été

dégagée pour doter la corporation aussi bien de ruches, de pépinières apicoles que d’équipements et d’outillages. Lors de cette fête, les apiculteurs ont même proposé leur produit à un prix promotionnel de 3 500 DA le kg, ce qui a fait le bonheur des visiteurs.

A. HAMMOUCHE

CHU DE BÉJAÏA

Journée de formation sur la toxine botulinique

n “La toxine botulinique par guidage

échographique” a été le thème d’une journée de formation samedi dernier au CHU de Béjaïa. La rencontre soutenue par Ipsen Pharma Algerie et animée par le D r Amziane, maitre- assistant en anesthésie et réanimation au CHU de Douéra (Alger), a vu la participation de plusieurs praticiens du CHU de Béjaïa et de l’EHS Ilmaten. Selon Atmane Mehdi, chargé de la communication, à Béjaïa, sept patients ont déjà bénéficié de cette nouvelle technique “indolore et confortable”. “La toxine botulinique est actuellement le traitement de première ligne pour la spasticité focale et multifocale et son utilisation doit faire partie d’un programme de prise en charge thérapeutique global avec la rééducation et l’utilisation des orthèses”, indique la même source qui explique que : “La spasticité qui survient à la suite des lésions des voies pyramidales dans les atteintes du système nerveux central concerne un grand nombre de patients avec des conséquences diverses”. Son évolution et son traitement nécessitent “une équipe pluridisciplinaire et se fait après évaluation des répercutions sur la fonction, le confort et la qualité de vie du patient” ajoute-t-on. Ainsi l’échographie devenue outil pratique est indispensable et “permet une

visualisation directe du muscle et des structures avoisinantes, la localisation des injections, facilite aussi le traitement des muscles réputes difficiles et profonds et permet la visualisation des vaisseaux comme elle augmente la sécurité du geste”, note la cellule de communication du CHU.

H. KABIR

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’Algérie profonde

11

AFFAIRE DES 11 TONNES DE PRODUITS ET EXTRAITS PÉRIMÉS POUR LA FABRICATION DE LIMONADES

L’Association de protection du consommateur se constitue partie civile à Sétif

Le président de l’Association de protection du consommateur, M. Azzeddine Chenafa, a indiqué à Liberté qu’à l’instar des affaires relatives notamment à l’hygiène et à la qualité des produits consommés, son association s’est, en effet, constituée partie civile dans cette affaire.

L Association de

protection du

consommateur de

la wilaya de Sétif

s’est constituée

partie civile dans

une affaire traitée dernièrement par la brigade financière et éco- nomique relevant de la sûreté de wilaya. En effet, après la saisie de pas moins de 11 tonnes de pro- duits de base et extraits péri- més utilisés dans la production de boissons gazeuses et jus par la brigade de répression des fraudes et de contrôle de qualité relevant de la direction du com- merce de la wilaya de Sétif (voir notre Radar du 2 décembre 2015), la dite brigade a, sur ins- truction du procureur de la République près la cour de Sétif, convoqué le président de l’asso- ciation pour lui demander de se constituer partie civile. Selon des sources dignes de foi, le montant de la marchandise saisie et qui, faut-il le souligner, a été détruite, est estimé à plus de 7 milliards de centimes. De son côté, le président de l’Association de protection du consommateur a indiqué à Liberté qu’à l’instar des affaires relatives notamment à l’hygiène et à la qualité des produits consommés, son association

D. R.
D. R.

Azzeddine Chenafa (au micro), président de l’Association de protection du consommateur de Sétif, lors d’une séance de travail.

s’est, en effet, constituée partie civile dans cette affaire. “Les membres de l’association que je représente m’ont mandaté pour se constituer partie civile. C’est un acte de civisme réfléchi qui a pour objectif de mettre fin à ces pratiques qui mettent en péril la vie et la santé des consomma- teurs et dont les auteurs ne cher- chent que le gain facile”, dira

notre interlocuteur. Par ailleurs, nous avons appris que l’impri- meur qui a confectionné l’éti- quetage utilisé sur l’emballage en prolongeant d’une année la date de péremption des produits impropres à la consommation, a été auditionné par les éléments de la brigade économique. Il est à rappeler aussi que l’indélicat limonadier, a été interpellé, dans

un entrepôt sis à la zone d’entre- pôt et d’activités, en flagrant délit en train de changer les éti- quettes des emballages des diffé- rents produits entrant dans la production des boissons gazeuses et jus, suite à des infor- mations parvenues aux respon- sables de la direction du commerce.

F. SENOUSSAOUI

DIRECTION DU COMMERCE ET DES PRIX DE KHENCHELA

Fermeture de 249 commerces en 2015

Les éléments de la direction du commerce et des prix de Khenchela après avoir déclaré la guerre contre les commerces informels et les produits de large consommation de mauvaise qualité ou avariés notamment le cachir et le pâté, ont enregistré durant l’année 2015, plus de 29 000 interventions, et ce, à travers plusieurs communes de la wilaya, selon une source proche de la DCP. En effet, les éléments de la brigade de contrôle de la qualité et de la répression des fraudes ont fait état de plus de 16 450 interventions qui se sont soldées par 2 104 infractions, a-t-on indiqué de même source. À la faveur de ces dernières, environ 2 103 procès-verbaux (PV) ont été dressés, 249 locaux commerciaux proposés à la fermeture et 249 échantillons prélevés et analysés par les mêmes services. Notre source explique que ces infractions ont trait au manque d'hygiène, d'étiquetage, de mise en vente de produits non conformes ou impropres à la consommation, défaut de registre du commerce, de facturation et d'affichage. Par ailleurs, et concernant l'activité de la brigade de contrôle des pratiques commerciales, lesdits éléments ont recensé plus de 13 000 interventions relatives au contrôle des commerces où 2 649 infractions ont été enregistrées avec 2 649 procès-verbaux (PV) établis, précise-t-on. Notons toutefois que les mêmes services ont mis à nu des opérations non facturées d’un montant de plus de 7 milliards de centimes et ont procédé durant la même période à la saisie de produits alimentaires impropres à la consommation d’une valeur de 5 milliards de centimes.

M. ZAÏM

COLLO

D’importantes réalisations en voie d’achèvement

L a visite de travail ce lundi, du wali de Skikda, dans la commune de Collo a été fructueuse en matière

de réalisations puisque d’importantes réalisations tant attendues par les Colliotes seront bientôt achevées. Commençant par la visite des chantiers de réalisations des 700 et 400 logements en attendant la réalisation des voies et réseaux divers (VRD) pour la réception de ces deux cités prévue pour juin, le wali a cependant demandé à ce que le projet soit remis en mars vu que le reste à réaliser ne nécessite pas tout ce temps, argumentera-t-il. Il insistera aussi sur le renforcement du chantier de la réalisa- tion d’un lycée de 800/200 places au niveau de cette Zhun pour accueillir les nouveaux locataires. Il se montra très satisfait de la finition et de la qualité des matériaux utilisés dans les logements construits par l’entreprise chinoise ZIEC. À Tahr Legzaier, une cérémonie de remise des clés de 70 logements LSP a été organisée au grand bonheur des bénéficiaires. L’inauguration de la pre- mière tranche de la route touristique Collo-Tamanart n’a pas laissé insensible

la délégation officielle du fait que cette première tranche Collo-Béni Saïd offre déjà une vue panoramique sur la baie de Collo ainsi que des sites paradisiaques d’investissement dans le secteur touris- tique. C’est d’ailleurs le must de cette visite et la fierté même du chef de l’exé- cutif de la wilaya qui a réussi son pari alors que son prédécesseur n’avait pas adhéré à l’idée de relancer ce chantier, à l’arrêt depuis une dizaine d’années sous le prétexte qu’il y avait d’autres priorités. Le wali a insisté sur la dotation de cette route des équipements de sécurité et de la signalisation verticale et horizontale avant son ouverture à la circulation. M. Faouzi Benhassine s’est aussi montré satisfait des prestations des services de la biométrie et du travail accompli. Il dira en substance : “L’administration électro- nique est un véritable acquis pour le citoyens vu la rapidité du traitement des documents d’identité”. Il ajoutera que “c’est une véritable administration de proximité qui épargne au citoyens les longs déplacements et aussi les tracasse- ries bureaucratiques”.

A. BOUKARINE

aussi les tracasse- ries bureaucratiques” . A. BOUKARINE BRÈVES de l’Est POUR ÉVACUER LEUR PRODUCTION D’OLIVES

BRÈVES de l’Est

POUR ÉVACUER LEUR PRODUCTION D’OLIVES

Les fellahs réclament une route carrossable à Guelma

Les riches terres agricoles de Rosfa, distantes d'une dizaine de kilomètres de la commune de Medjez Sfa, sont réputées pour leurs vastes oliveraies qui s'étendent sur des centaines d'hectares au sein de djebel Béni Salah. Selon des fellahs de cette région de l'Algérie profonde, la récolte d'olives est exceptionnelle cette année et la cueillette bat son plein. Cependant, selon leurs dires, un handicap freine cet élan qui anime la communauté rurale de cette contrée qui se considère frustrée et marginalisée. En effet, l'un d'eux confie à Liberté : “Nous voulons la concrétisation d'une voie de communication carrossable pour permettre aux transporteurs du secteur privé d'accéder à nos champs d'oliviers et évacuer notre récolte vers les huileries de la wilaya. Actuellement, notre piste est dans un état catastrophique et personne ne veut répondre à notre demande. Nous sommes lourdement pénalisés et nous souffrons le martyre pour transporter notre production chez les transformateurs !” D'autres agriculteurs s'impliquent dans la discussion et réclament à l'unisson la réalisation d'une route d'une dizaine de kilomètres pour les encourager dans leur travail et participer au développement économique de leur wilaya. Dans ce contexte, ils lancent un appel pressant aux autorités locales pour que leurs légitimes attentes soient concrétisées.

HAMID BAALI

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Des élèves protestent contre l’environnement dégradé des écoles

Pour les élèves de l’école primaire Meziani et le CEM Azib dans la commune de Mansoura, à 30 km à l’ouest de Bordj Bou-Arréridj, rejoindre leur établissement est un défi quotidien. Pauvreté, isolement, insalubrité, boue et routes impraticables, autant d’obstacles auxquels ils doivent faire face depuis des années. Leur ténacité est une leçon de vie mais qui a ses limites, notamment en cette période de grand froid. Depuis dimanche, les élèves de ces deux établissements scolaires ont refusé de rejoindre les bancs de l’école pour dénoncer la situation. “En plus de la décharge sauvage qui côtoie nos établissements, la boue et les nids-de-poule rendent la route impraticable”, disent-ils. Cependant, le P/APC a réussi à convaincre les élèves de reprendre les cours, tout en exigeant de l’entreprise chargée de l’aménagement du site à accélérer les travaux dans les meilleurs délais.

CHABANE BOUARISSA

OUM EL-BOUAGHI

Plus de 60 000 appels au numéro vert de la gendarmerie

Le groupement territorial de la

Gendarmerie nationale à Oum El-Bouaghi

a enregistré durant l’année 2015 pas

moins de 62 415 appels sur le numéro vert,

a indiqué le commandant du groupement

Youcef Yakoub, lors d’une conférence de presse. 7357 appels concernent les accidents de la circulation, 6113 appels demandant de l’aide, 2970 concernant d’autres domaines (contrebande, drogue) et 1769 appels transférés à d’autres services (police, Protection civile, santé). S’agissant d’accidents de la circulation, le bilan fait état de 508 accidents enregistrés en 2015, soit 227 de moins qu’en 2014. Ces accidents ont causé la mort de 91 personnes et des blessures à 856 autres.

B. NACER

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’Algérie profonde

11

L’OPGI D’ORAN SAISI PAR LA COMMISSION DE L’APN

La déchéance d’un bénéficiaire de logement devient une affaire

La recommandation de l’APN risque de ne pas voir le jour puisque l’APC a, entre- temps, fait bénéficier une autre famille dudit logement.

V ictime d’une dé- chéance jugée illégale, abusive avec des argu- ments fallacieux et erronés, un

bénéficiaire d’un logement so- cial à la cité des 500-Logements, situé à Oued Tlélat, (wilaya d’Oran) a saisi l’APN comme dernier recours, et quelle bon- ne surprise ! En effet, celui-ci raconte : “Le président de la commission de l’habitat, de l’équipement, de l’irrigation et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée po- pulaire nationale (APN) a saisi le directeur de l’OPGI, après étude de mon recours et mon dossier, pour que ce dernier m’autorise à payer la caution de mon logement social” et de ra- jouter : “Ce logement m’avait été attribué par la commission sor- tante de daïra d’attribution des logements sociaux d’Oued Tlélat et l’actuelle APW d’Oran”, af- firme la victime T. Mohamed, marié divorcé, âgé de 48 ans. Cependant, cette recomman- dation de l’APN risque de ne pas se concrétiser puisque l’APC a, entre-temps, fait bénéficier une autre famille dudit logement, suite à un PV de déchéance suivi d’une autre attribution, émargés par le P/APC qui est son voisin mitoyen. Après plusieurs mois de cor- respondance à qui de droit, la victime T. M. se retrouve à la

D. R.
D. R.

Le bénéficiaire d’un logement social subit l’injustice d’une décision abusive.

case départ. “Après plus d’un mois de la correspondance de l’APN, le directeur de l’OPGI ne m’a ni sollicité ni informé de la situation”, affirme l’ex-bénéfi- ciaire. Selon une copie de la lettre du président de la com- mission de l’habitat, datée du 11

novembre 2015, le contenu semble limpide mais la victime n’a jamais pu rencontrer le di- recteur de l’OPGI. Et ce dernier de s’interroger : “A-t-il répondu à l’APN ? Je ne crois pas. Le contenu de la recommandation stipule ma convocation afin de

m’acquitter des droits de loyer et de la remise des clés”, souligne T. M., détenteur d’un diplôme uni- versitaire, mais la maladie et les circonstances de la vie l’ont pénalisé.

NOUREDDINE BENABBOU

AÏN TÉMOUCHENT

La gare routière d’El-Malah sera-t-elle rouverte aux voyageurs ?

L a situation du secteur des transports dans la wilaya d’Aïn Témouchent a été au cœur d’une réunion du conseil de

wilaya qui s’est déroulée en fin de semaine sous la présidence de M. Bachir Far, secré- taire général. Après une présentation de l’état du secteur par le directeur des transports, no- tamment sur la situation du réseau routier et les infrastructures existantes, dont les gares ferroviaires et routières, plusieurs décisions

ont été prises. L’une d’elles concerne la gare routière de la commune d’El-Malah, fer- mée depuis plusieurs années. Dans un état de délabrement avancé, pénalisant un grand nombre de voyageurs de la localité qui fai- saient le pied de grue pour prendre diverses destinations, celle-ci fera désormais l’objet d’une étude pour une opération de réhabi- litation. Une bonne nouvelle qui sera cer- tainement être bien accueillie par la popu-

lation de la localité d’El-Malah. Considérant que le transport est l’un des moyens fonda- mentaux pour le développement écono- mique, le SG a instruit les responsables d’ac- corder une attention particulière à la circu- lation des personnes et des marchandises, trouver des solutions adéquates aux pro- blèmes et soumettre des suggestions qui pourront faire l’objet d’étude.

M. LARADJ

ORAN

Opération coup-de-poing de la police à Arzew

n Les éléments de la sûreté de la daïra d’Arzew ont mené une vaste opération coup-de-poing contre la criminalité et la délinquance touchant beaucoup de quartiers. Durant cette opération, le premier bilan fait ressortir l’interpellation de 100 suspects, la saisie d’un nombre important d’armes blanches, ainsi que 160 g de kif et une quantité de 350 boissons alcoolisées. Toujours dans le cadre de l’opération, ce sont 5 personnes qui ont été arrêtées pour port d’armes blanches et détention de drogue.

AYOUB A.

Six blessés sur les routes

n En l’espace de seulement 24 heures, les services de la Protection civile ont mené 68 interventions, dont certaines pour des accidents de la circulation. Les plus importants se sont produits sur la route reliant Hassi Bounif à Fleurius et qui ont vu 3 véhicules se percuter violemment. Trois passagers grièvement blessés ont été évacués aux urgences. Un autre accident impliquant deux véhicules de tourisme, sur le tronçon reliant El-Hassi à Messerghine, a causé des blessures à trois passagers, qui ont été pris en charge par la Protection civile.

A. A.

Deux dealers arrêtés à Saïda

n Avant-hier, lors d’une patrouille de routine au quartier Boukors à Saïda, les éléments de la police judiciaire de la 5 e Sûreté urbaine ont arrêté un dealer, âgé de 34 ans, en possession de 23 g de kif traité, prêts à être écoulés. Au commissariat, il est passé aux aveux et a dénoncé son fournisseur qui a été lui aussi arrêté. Lors de la fouille de ce dernier, les policiers ont trouvé en sa possession une somme d’argent provenant de la vente des stupéfiants. Présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Saïda, les deux dealers ont été placés sous mandat de dépôt.

F. ZAAF

dealers ont été placés sous mandat de dépôt. F. ZAAF BRÈVES de l’Ouest EL-BAYADH Les éleveurs

BRÈVES de l’Ouest

EL-BAYADH

Les éleveurs poussés à s'assurer

n La chambre d'agriculture de la wilaya d'El Bayadh a

entamé, dès ce lundi, une vaste campagne de sensibilisation sur les modalités d'affiliation aux caisses d'assurance publiques (CASNOS et CNAS), laquelle campagne visera les quelques 15 000 éleveurs et agro-éleveurs de la région. Ce programme vient ainsi confirmer les engagements pris par le ministère de tutelle lors du regroupement initié par l'Union des paysans algériens (UNPA), tenu au mois de décembre 2015 dans la wilaya de Aïn Defla. D'après les responsables de la chambre d'agriculture, ce programme sera mené conjointement avec les services des caisses d'assurance respectives.

A. MOUSSA

SAÏDA

16 morts et 676 blessés en une année

n Les services de la Protection civile de la wilaya de

Saïda ont établi, jeudi dernier, leur bilan annuel 2015. Il ressort de ces statistiques, un total de 14 210 opérations d’intervention, effectuées sur l'ensemble de la wilaya, dont 1 029 relatives aux accidents de la circulation, faisant 16 morts et 676 blessés. Le plus grand nombre des accidents de la circulation a été enregistré sur les RN 6, 92 et 94 reliant respectivement la wilaya de Saïda aux wilayas de Béchar, Sidi Bel-Abbès et Tiaret, ce qui constitue incontestablement le gros point noir de la circulation routière dans la wilaya de Saïda. Dans 8 102 autres interventions, les éléments de la Protection civile ont pu évacuer vers les hôpitaux et autres structures de santé, 6900 malades et 1 114 blessés, alors que 5 079 diverses interventions ont permis de secourir 535 personnes, transporter 43 dépouilles mortelles vers la morgue et d’éteindre 932 incendies déclarés, enregistrant 54 cas de brûlures de différents degrés.

F. ZAAF

TIARET

Découverte de quatre abattoirs clandestins

n La brigade de prévention relevant du bureau

communal d’hygiène a réussi à découvrir, cette semaine, quatre abattoirs avicoles clandestins à Tiaret. Ces derniers, dont les agréments ont expiré depuis des années, continuent à exercer cette activité dans des conditions ne répondant à aucune norme tant sur le plan de l’hygiène que de la conservation, ne disposant même pas de chambres froides. Ainsi, le produit est directement livré au consommateur dans des conditions qui laissent à désirer et sans estampille vétérinaire. Les agents contrôleurs ont établi un rapport adressé à qui de droit, et ce, dans l’attente des décisions y afférentes, notamment celle de la justice. Par ailleurs, autant souligner que ce phénomène n’est pas uniquement vécu à travers la commune de Tiaret puisqu’il est de cours dans d’autres localités comme Hammadia, Mahdia, Dahmouni, Frenda et Takhemaret où la sonnette d’alarme a été chaque fois tirée mais sans suite.

R. SALEM

TLEMCEN

Plus de 6000 litres de carburant saisis

n Dans son bilan hebdomadaire relatif à la lutte

contre le trafic de carburant, la direction régionale des douanes de Tlemcen a fait ressortir que 6865 l ont été saisis par les différents services à travers la wilaya. Cette importante quantité était contenue dans 148 jerricans. Ces derniers étaient transportés à dos de baudets. Deux véhicules de type R25 et Expert ont été saisis. La valeur marchande a été estimée à 1 096 687 DA et la pénalité à 6 338 557 DA.

AMMAMI MOHAMMED

L’espoir renaît avec les premières pluies

n Après une période de sécheresse qui a duré

plusieurs mois faisant agiter le spectre d’une campagne agricole improductive, voilà que l’espoir renaît avec les premières chutes de pluie enregistrées à travers la wilaya de Tlemcen. Bien qu’éparses, elles sont jugées par les fellahs comme étant le premier signe favorable pour assurer la poursuite des opérations d’emblavement sous de meilleurs auspices. Par ailleurs, il faut noter que le déficit pluviométrique a eu un effet négatif sur le volume de remplissage des cinq barrages de la wilaya (Béni Bahdel, Sekkak, Hammam Boughrara, El- Mefrouch et Sidi Abdelli) dont l’emmagasinement n’a pas dépassé 60%, alors qu’en 2014, il frôlait les 100%.

B. A.

12 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE ANEP N°402 699 Liberté du 19/01/2015

12

Publicité

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

12 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE ANEP N°402 699 Liberté du 19/01/2015

ANEP N°402 699 Liberté du 19/01/2015

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

Culture

13

“LA TRAVERSÉE DU SOMNAMBULE” PARU AUX ÉDITIONS KOUKOU

Les séances somnambulesques d’Arezki Metref

Dans ce livre, Arezki fait montre d‘une lucidité et d’un état d’alerte peu communs, mais surtout d’une mémoire phénoménale.

J e ne sais pourquoi, mais la première idée qui m’a tra- versé l’esprit et s’est imposée à moi, incontournable, une fois tournée, non sans re- gret, la dernière page (190) de

ce merveilleux texte d’Arezki Metref, c’est qu’en parcourant à toute peti- te vitesse afin de bien profiter de ces paysages qui se déroulent au gré de ses pérégrinations d’arpenteur géo- littéraire, je me revoyais découvrir un des plus énigmatiques et des plus ta- lentueux textes du chroniqueur ara- bo-persan Badi Ezzamane El-Ha- madhani (969-1007) qui se livrait précocement à un véritable et pro- fond état des lieux d’une civilisation (arabo-musulmane) en plein es- soufflement qui n’est pas sans rap- peler l’usure actuelle de la société al- gérienne ruinée par cette gabegie et cette corruption qui efface progres- sivement de notre mémoire cultu- relle cette Algérie que nous avions vécu et dont nous ne pourrons plus rêver quoi qu’il advienne. Hélas ! Ce qui m’a, en quelque sorte, imposé cette idée de comparaison (avec rai- son), c’est surtout la qualité intrin- sèque de la littérarité et du génie mé- taphorique et symbolique qui tra- versent ces textes de ces deux chro- niqueurs à plus d’un millénaire près et en des langues si différentes et pourtant porteuses d’un continuum culturel critique sans complaisance. Bien entendu, on décélera aussitôt cette commune et partagée polarité émettrice des discours par deux ob- servateurs attentifs aux moindres fré- missements jusqu’aux plus conjonc- turels d’un monde en gestation et en turbulence. J’ai même trouvé, allez savoir pourquoi et comment, une pa- renté complice très forte intempo- relle (miracle du comparatisme) entre d’une part l’Amazigh Arezki Metref, chroniqueur de son état ac- tuel, toujours en alerte avec cette in- croyable mémoire de ses propres es- capades dans une Algérie exsangue et meurtrie par un terrorisme as- sassin et criminel, et d’autre part l’in-

terrorisme as- sassin et criminel, et d’autre part l’in- énarrable personnage interlope, Abou Feth El-Iskandari des

énarrable personnage interlope, Abou Feth El-Iskandari des “maqa- mate” (séances) de Badii Ezzamane, chroniqueur de ce temps révolu qui aura marqué les annales de géo- graphes arpenteurs, témoins à l’ins- tar d’El-Muqadissi peu avant la dé- ferlante terroriste des “Hachachins” de Hassan Essabah. Le somnambule, à vrai dire le soli- taire rêveur promeneur en tout com- parable à l’inégalé poète Guillaume Apollinaire, Arezki fait montre d’une lucidité et d’un état d’alerte peu communs, mais surtout d’une mé- moire phénoménale qui rendrait jaloux Proust mourant d’envie de croquer une madeleine ramollie au

thé à la bergamote ou suçant un sucre imbibé d’absinthe. L’état des lieux auquel se livre, non sans quelque nostalgie, Arezki est à ce jour le rare témoignage sur une Al- gérie de jadis, strangulée par une im- placable dictature totalitaire, mais dans laquelle pourtant se continue et persiste une espèce de folie de sur- vivre toute méditerranéenne qui fait se complaire dans l’absurdité d’un bonheur éphémère toute une géné- ration de mendiants d’amour or- gueilleux mais loin de toute paresse. On retrouvera cette mémoire dans l’évocation que consacre notre ar- penteur géolittéraire à un auteur haut en couleur, l’Égyptien Albert

Cossery, l’inoubliable locataire d’une chambre d’hôtel à vie, à Paris où il décéda. Si Abou Feth El-Iskandari, sous la plume de Badii Ezzamane El- Hamadhani, ne revient jamais chez lui ni sur les mêmes lieux d’une séan- ce à l’autre, Arezki l’arpenteur som- nambule remet constamment les pieds en Algérie et même récidive en Égypte pour y rencontrer le grand Nagib Mahfuzh au lendemain de son Nobel et arrive à lui arracher un en- tretien d’une… demi-heure (prodi- ge). Coup de maître qu’aucun jour- naliste ni chroniqueur algérien ou maghrébin arabophone n’avait réus- si à réaliser. Mais les itinéraires divergent. L’Oriental Badii Ezzaman, quelque peu contrit et obligé par une tradi- tion scripturale établie et quasiment scellée comme une tradition pro- phétique (sunna), ne se tournera ja- mais vers l’Occident, même mu- sulman. Tel un zombi des temps obs- curs, il attendra patiemment pour l’éternité, comme une phalène, l’hy- pothétique jet des Lumières que le soleil d’Allah faisait briller autrefois sur un Orient avant que l’obscu- rantisme des “Hachachins” ne le plonge à jamais dans les ténèbres des cercles infernaux dantesques. Pour- tant, Abou Feth El-Iskandari ne rencontrera jamais le damasquin Ibn El-Qarreh que Dante réinvesti- ra dans la Divine Comédie du côté du Purgatoire. Celui-là même qui tar- de à venir, ici, chez nous pour net- toyer les Écuries d’Augias. Quant à Arezki, le voilà portant son baluchon comme l’aède Mhand Oumhand ou traînant de par le Vieux Port vers l’embarcadère de la Joliette, son cabas d’émigré tout rempli de littérature et de livres achetés aux rayons des remises chez Gilbert Jeune, non loin de la gare Saint-Charles entre Les Belles de Mai et les quais de Marcel Pagnol où se perpétue, et à ce jour encore, la partie de pétanques de Marius et ses adversaires César et Panisse “jouant” l’apéro de midi en attendant que

Fanny grille sur le barbecue la sar- dine qui bloquait l’entrée du Vieux Port. Dans son cabas en complément de sa tête bien faite autant que bien pleine, Arezki a encore rapporté du pays de Cocagne au pays des Mer- veilles cette sève séditieuse de liber- té et de rêves de vie immortalisée par des spectres tutélaires, à l’instar de Hemingway, Guillén, Garcia Mar- quez, Brecht, Mrozek, Pirandello, Piscator, Aragon, Boris Vian, Ca- mus, Borges, Rainer Maria Rilke (RMR), tous prolixes en phrases et muets en verbe. Pourtant, la parole vivante est aussi présente dans ce somnambulisme de traversée où Serge Reggiani fait hurler ses loups dans la bergerie. L’imagination délirante de cet Ama- zigh vagabond et colporteur de li- berté traque le son pour briser le si- lence. Voilà qu’il trouve et suggère subtilement, et sans aucune préten- tieuse enquête de poulet ni de pan- dore une explication au meurtre involontaire d’un Arabe sur une plage d’Alger : Soleil vertical comme dans L’Étranger de Camus. Silence li- quide (spn) perforé par les clameurs des baigneurs. Cymbales battant les tympans (p. 97). Une plaidoirie vir- tuose plutôt qu’une contre-enquête de circonstance. Chapeau l’artiste ! Cerise sur le gâ- teau à la crème de réglisse, une pré- face de mon ami Boualem Sansal qui, avec sa lucidité entêtée, continue à traquer la vérité et à dénoncer l’em- pire des forces du mal et du men- songe y compris de ces pays dits dé- mocratiques et libéraux qui, pour prix de leur bien-être égoïste construit sur la misère des plus faibles et bâti sur les cadavres des plus fragiles, ont résolu de s’y tailler sur mesure une morale singulière qui concilie leur “puissance et grandeur avec la myopie” (sic).

MOHAMED LAKHDAR MAOUGAL, PROFESSEUR, ÉCRIVAIN

La Traversée du somnambule d’Arezki Metref, éditions Koukou, 190 pages, 2015

“L’ESSAI ALBERT CAMUS OU LE TRIANGLE BRISÉ” DE KHALIFA YAHIA

Une étude psychologique de “L’Étranger”

A lbert Camus ou le triangle brisé est un condensé de thèse de doctorat en psy- chologie clinique soutenue à l’uni-

versité d’Alger en 2006 et parue en 2015 aux Éditions ENAG. Khalifa Yahia, né à La- ghouat dans les années trente, était professeur d’arabe dans les lycées d’Alger puis professeur associé de traduction et de langue française à l’université. Diplômé des hautes études en sociologie de la littérature à la Sorbonne et ti- tulaire d’un magister en psychologie clinique, il est membre de l’Association de psycholo-

gie d’Alger. L’essai est, en résumé, une étude psychologique de l’œuvre d’Albert Camus, particulièrement L’Étranger. Outre une lec- ture sur la position de Camus par rapport à la guerre de Libération nationale, Khalifa Ya- hia fouille dans les profondeurs de l’auteur de L’Étranger pour en extirper les éléments psy- chologiques, pour ne pas dire psychanaly- tiques, qui fondent son œuvre. Concernant le premier aspect, Khalifa Yahia, tout en re- grettant que Camus n’avait pas eu la lucidi- té et le courage d’épouser la cause de l’indé- pendance algérienne, propose sa réhabilita-

de l’indé- pendance algérienne, propose sa réhabilita- tion morale car il a toujours “ dénoncé la

tion morale car il a toujours “dénoncé la pro- fonde injustice faite au peuple algérien” par le système colonial. L’auteur semble cepen- dant nuancer sa suggestion en rendant un hommage appuyé aux pieds-noirs, “chrétiens, juifs ou communistes”, qui avaient soutenu la

lutte de Libération nationale, tels que Jules Roy, Anna Gréki, Lucette Hadj-Ali, Mauri- ce Audin, Jacqueline Guerroudj, Henri Maillot et bien d’autres dont certains sont tombés au champ d’honneur pour l’Algérie. Le deuxième volet de l’ouvrage plonge le lec- teur dans les aspects psychologiques de l’œuvre de Camus. En se basant essentielle- ment sur L’Étranger, Khalifa aborde ce qu’il appelle “la structure psychotique chez Camus”. Dès lors, la thèse de doctorat suit “le chemi- nement psychique en dents de scie” de l’auteur de L’Étranger à travers des thèmes comme le silence, la solitude, l’immobilité, la culpabi- lité, la mort, le bonheur, l’exil, l’innocence, l’es- poir, l’indifférence et l’étrangeté. La quête du Père est une autre obsession dans l’œuvre de Camus, explique l’auteur. Le livre de Khali- fa Yahia, œuvre d’érudit, est plutôt accessible en raison du style de vulgarisation adopté par l’auteur. Il peut intéresser les universitaires, étudiants ou enseignants en psychologie, mais aussi les férus de littérature, spécialistes ou simple lecteurs.

ALI BEDRICI

PUBLICATION D’UN NOUVEAU RECUEIL DE POÉSIE

‘‘Entre joies et peines’’ de Mustapha Benaïssa

n L’auteur Mustapha Benaïssa vient d’enrichir l’espace culturel avec la publication d’un nouvel ouvrage. Entre joie et peines (éditions Edilivre, France) est un recueil de 86 pages comprenant une série de textes en prose. Ce livre se veut une révision du précédent, Tribulations (éditions Fennec, Algérie 1996) où l’auteur nous livre une réalité crue dans lesquels rêves et cauchemars s’entrechoquent. C'est à travers des élans poétiques majestueux

qu'il nous fait basculer entre joies et peines, nous transportant vers un monde tumultueux, au cœur des dilemmes. Natif de Béni Saf dans la wilaya de Aïn Témouchent, Mustapha Benaïssa appartient à la génération des poètes de l’intuition et de l’inspiration. D’ailleurs, plus d’une trentaine d’années auparavant soit en 1984, Mustapha Benaïssa publie aux éditions La Pensée universelle son premier recueil intitulé Sur les chemins du malheur en 1984, qui revient sur le drame algérien des années 90, déjà annoncé par l’auteur. En septembre 2015, à travers la publication d'un recueil de nouvelles

intitulé Quelqu'un, quelque part

, Edilivre, l’auteur réaffirme l'égarement de l'homme dans une société déstructurée.

aux éditions

M. LARADJ

14 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE AF

14

Publicité

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

14 Publicité Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE AF

AF

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

L’internationale

15

SON ANNONCE A ÉTÉ REPORTÉE DE 48 HEURES

Le gouvernement d’union nationale libyen imminent ?

Prévue pour le 17 janvier, la divulgation de la composante du gouvernement d’union nationale libyen a été retardée de 48 heures afin que son président, Faïz Saraj, puisse achever ses consultations.

D ans un commu- niqué rendu public à la veille de l’annonce de la composition du gouverne-

ment d’union nationale, la commission libyenne en charge de l’opération a indiqué qu’un délai de deux jours a été accor- dé à Faïz Saraj, à sa demande, pour qu’il finalise la liste de son cabinet. La même source a sou- ligné que le chef du gouverne- ment, désigné dans le cadre de l’accord conclu sous l’égide des Nations unies, a beaucoup avancé dans ses consultations entamées le 1 er janvier avec les différentes parties libyennes. Faïz Saraj s’est réuni, dimanche, avec les élus de la région ouest de la Libye, avec à l’ordre du jour la question de la désigna- tion du chef de la diplomatie, qui demeure un différend entre lui et son adjoint, Ahmad

Miitag. Une source parlemen- taire libyenne a indiqué sur le site internet “portail du centre” que Faïz Saraj aurait interrom- pu ses consultations le temps d’un séjour en Algérie, pour les reprendre par la suite. Cette visite ouvre le débat sur le lien avec la composition du gouver- nement, d’autant plus que le

D. R.
D. R.

Faïz Saraj, président du gouvernement d’union nationale libyen.

dirigeant politique Abdelhakim Belhaj, qui bénéficierait du sou- tien de l’Algérie, exige 5 porte- feuilles ministériels, dont ceux de la Défense et des Finances. Reste à savoir quelle part de vérité il y a dans ces spécula- tions. Ceci étant, il faut savoir que la mission de Faïz Saraj n’était guère aisée, au vu de l’opposition et des conditions posées par les dirigeants du

Congrès général national, non reconnu par la communauté internationale, mais également par ceux du Parlement de Tobrouk, lequel bénéficie d’une reconnaissance internationale. Ce retard dans la composition du gouvernement d’union nationale libyen n’a pas été du goût du représentant personnel du secrétaire général de l’ONU, l’Allemand Martin Kobler, qui

a, maintes fois, tiré la sonnette d’alarme quant à l’urgence de la mise en place de ce cabinet, lequel sera le principal interlo- cuteur de la communauté inter- nationale, mais surtout des pays occidentaux désireux d’interve- nir militairement en Libye contre l’organisation terroriste de l’État islamique. En effet, la France et les États-Unis ne cachent pas leur empressement à frapper Daech dans ce pays en raison de la menace réelle qu’il constitue sur le terrain, où il ne cesse de progresser particulière- ment en direction des zones pétrolifères qui l’intéressent au plus haut point. Il urge donc pour ces pays occidentaux d’avoir un unique interlocuteur libyen, lequel formulera direc- tement sa demande d’aide mili- taire, qui leur ouvrira la voie de l’intervention internationale contre Daech comme c’est le cas en Irak et en Syrie. Il y a lieu de signaler enfin que la réunion de Rome sur la Libye, initiale- ment prévue pour aujourd’hui, est tributaire de l’annonce du gouvernement d’union natio- nale de Faïz Saraj. Cela explique les pressions exercées par les capitales occidentales sur Tripoli.

MERZAK TIGRINE

GRÈVE D’ENSEIGNANTS AU MAROC

Human Rights Watch dénonce une“répression violente”

n L’ONG Human Rights Watch (HRW) a denoncé hier la répression violente d’une grève d’enseignants stagiaires au Maroc qui a fait des dizaines de blessés dans les rangs des manifestants pacifiques. Dans un communiqué transmis à l’APS, HRW, a indiqué que la police marocaine a réprimé violemment le 7 janvier dernier des enseignants stagiaires qui ont manifesté pacifiquement dans six villes du Maroc contre deux décrets gouvernementaux réduisant leurs bourses et la sécurité de leurs emplois. Human Rights Watch qui a recueilli les témoignages de quelques manifestants sur ces incidents, a indiqué que plusieurs enseignants ont été grièvement blessés sous les coups des policiers qui ont utilisé des matraques en bois et en caoutchouc et recouru aux jets de pierres pour disperser les enseignants. “Quelques manifestants avaient des blessures graves à la tête ayant nécessité des soins médicaux d’urgence”, a relevé HRW qui dit avoir examiné des vidéos et des photos ainsi que les dossiers médicaux des enseignants participant à la manifestation dans la ville d’Inezgane où la charge de la police fut très violente. Selon Human Rights Watch, ces vidéos corroboraient les témoignages des manifestants, en montrant des passages à tabac de plusieurs d’entre eux par les forces marocaines de sécurité, qui n’ont pas hésité, par ailleurs, à donner ordre aux hôpitaux de forcer les blessés admis à quitter les lieux. “Frapper des manifestants pacifiques avec des matraques, et leur jeter des pierres ne font pas partie des moyens légaux pour disperser une manifestation pacifique”, a déclaré Eric Goldstein, le directeur adjoint de HRW pour la région Mena. M. Goldestein a ajouté que “les autorités marocaines doivent s’assurer que les forces de police et de sécurité ne recourent pas à l’usage de violence inutile contre les manifestants”. Une centaine de manifestants ont été blessés à Inezgane, 40 à Casablanca, 20 à Marrakech, et huit à Tanger, a indiqué cette ONG qui cite un bilan de l’Association marocaine des droits de l’homme. Human Rights Watch a relevé à ce titre les contradictions dans les déclarations des autorités marocaines concernant ces évènements.

R. I./AGENCES

VANDALISATION DE TOMBES MUSULMANES DANS LE SUD-EST DE PARIS

Les actes islamophobes refont surface en France

L e carré musulman d'un

cimetière communal en

région parisienne a été

vandalisé samedi matin”, a annoncé, dimanche, le maire de la commune concernée. Plusieurs tombes de ce carré réservé aux musulmans ont été recouvertes de peinture rouge, a déploré la même source. “Ces actes de vandalisme que je condamne avec la plus grande fermeté sont inacceptables”, a déclaré dans un communiqué Gilles Battail, le maire de Dammarie-les-Lys, au sud-est de Paris. “Les traces de peinture retrouvées ne comportaient aucun message ou symbole insultant à l'endroit de la com- munauté musulmane”, a-t-il précisé. M. Battail a appelé à ne pas céder aux discours de ven- geance qui n'ont pas leur place dans la République, une allu- sion aux attentats qui ont frap- pé Paris en janvier et novembre. Une enquête de police a été ouverte après la dégradation de ces six tombes. “C'est désolant d'en arriver là”,

a réagi Abdallah Zekri, prési- dent de l'Observatoire de l'isla- mophobie, cité par l'AFP. “En s'attaquant aux morts, on bles- se aussi les vivants, et de tels actes mettent à mal le vivre ensemble dans un contexte déjà troublé”, a-t-il estimé. “On a recensé entre 380 et 400 actes islamophobes en 2015, en France”, a indiqué M. Zekri, anticipant sur le décompte offi- ciel de son organisation, établi sur la base des plaintes et mains-courantes déposées auprès des services de police et de gendarmerie, qui doit être arrêté le 22 janvier. En 2014, 136 actes avaient été recensés. L'Observatoire de l'islamopho- bie, composante du Conseil français du culte musulman, l'instance représentative des mosquées en France, avait fait état d'une augmentation des actes et menaces islamophobes, en particulier après les atten- tats de janvier contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher à Paris.

R.I/AGENCES

CAMEROUN

Quatre morts dans un nouvel attentat-suicide contre une mosquée

n Quatre personnes ont été tuées hier matin au Cameroun dans un attentat- suicide contre une mosquée de l'extrême nord, cinq jours après une attaque similaire qui avait fait 12 morts dans une autre mosquée de la région, a-t-on appris de source sécuritaire. L'attentat a visé une petite mosquée du village de Nguetchewe, dans une région cible régulière d'attaques des islamistes nigérians de Boko Haram dont les bastions sont situés de l'autre côté de la frontière. “Le bilan de cet attentat est de quatre (fidèles) morts et deux blessés”, a indiqué à l'AFP sous le couvert de l'anonymat une source sécuritaire présente sur le lieu de l'attaque. Selon la source sécuritaire, l'attentat a eu lieu autour de 6h (5h GMT), alors que la prière du matin venait de s'achever. “Le kamikaze, un jeune garçon, est arrivé à pied dans le village. Un membre du comité de vigilance a remarqué son allure suspecte et a essayé de l'interpeller”, a expliqué cette source. “Le kamikaze a couru vers la mosquée où il a actionné l'explosif qu'il portait sur lui”, a-t- on ajouté. L'explosion s'est produite alors que quelques fidèles se trouvaient encore à la mosquée, selon la même source, ajoutant que l'armée avait pris position sur place. Nguetchewe est un petit village de l'extrême nord du Cameroun où un prêtre français, le père Georges Vandenbeusch, avait été enlevé en novembre 2013 avant d'être libéré au bout de 50 jours de captivité.

R. I./AGENCES

APRÈS LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE

Laurent Fabius prône “la vigilance” avec l’Iran

La confiance est loin d’être de mise entre Téhéran et les capi- tales occidentales, même après la mise en œuvre de l’accord conclu entre les deux parties sur le dossier du nucléaire ira- nien. En effet, le ministre fran- çais des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé hier dans des déclarations en marge d'une conférence sur l'énergie

à Abou Dhabi que l'entrée en

vigueur de cet accord était “une bonne chose”, mais a prôné “la vigilance” dans son application. L’entrée en vigueur samedi de l'accord sur le programme nucléaire ira-

nien, conclu le 14 juillet entre Téhéran et les grandes puis- sances, “est une bonne chose

mais nous entendons être

) (

extrêmement stricts sur la sur- veillance de sa mise en œuvre”,

a déclaré Laurent Fabius, avant

d’ajouter : “Nous allons être très vigilants.” Il a espéré que “l’état d’esprit qui a permis cet accord aura des conséquences positives sur l'attitude générale

de

dans

la région

de la part

l'Iran”, indiquant que les pour- parlers de paix syriens, prévus le 25 janvier à Genève, offri- raient “une première occasion” pour tester la volonté de Téhéran. Le chef de la diplo- matie française, qui se rend aujourd’hui en Arabie Saoudite avant une visite la semaine prochaine à Paris du président iranien Hassan

Rohani, a en écarté une média- tion de la France entre Riyad et Téhéran qui ont rompu leurs relations, mais a dit “parler avec tout le monde”. Sur cette possible médiation française entre le royaume et l'Iran, il a répondu : “Une médiation, ce n'est pas le terme exact. Mais nous parlons avec les uns et les

autres.” “La France a des posi- tions qui sont connues. Elle a des amitiés qui sont connues. Et

en même temps, c'est un pays totalement indépendant qui recherche la paix e la sécurité, qui n'a pas d'agenda caché et qui parle avec tout le monde”, a-t-il tenu à souligner.

M.

T./AGENCES

16

Publicité

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

Grand restaurant sis à El Djamila, Aïn Benian

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

Vente d’appartements standing à Tighzirt s/mer

Recrute

 

• Un chef-cuisinier expérimenté en gastro

SIMPLEX 100 m 2 DUPLEX 200 m 2

Bien finis, entrées indépendantes, piscine-cafétéria, chauffage central individuel, parking, pré-installation climatiseur individuel, cuisine équipée. Tél. : 0541 33 85 09 - 0662 02 53 12 Email : contactventetigzirt@gmail.com

F.48

Un ou une serveuse expérimenté(e), un plongeur.

Vends

ALP

6 baffles grand modèle marque Montarbo Power 500W80HMS type 1522 TLS. Tél. : 0557 01.09.04 - 0541 27.98.48 Fax : 023 22.51.63

OFFRES Tél. : 0552 57.01.46 - Acom ————————————— Restaurant pizzeria Kouba cherche serveur,
OFFRES
Tél. : 0552 57.01.46 - Acom
—————————————
Restaurant pizzeria Kouba
cherche serveur, cuisinier.
Rép. réfrigérateur, congéla-
teur, frigo-présentoir, machi-
D’EMPLOI
ne à laver, chauffage, climati-
—————————————
Commissionnaire cherche
déclarant en douane expéri-
menté avec permis de condui-
re, Alger.
seur, chambre froide.
Tél. : 0771 118 082 - 0540 061
Tél. : 0660 82.01.76 - 021
514 - XMT
86.20.79 - XMT
Tél. : 0552 98.11.69 - ABR43535
—————————————
Entreprise de construction
cherche chef chantier, finition
maçon qualifié.
Tél. : 0697 54 23 01 -BR4350
—————————————
Ecole privée cherche chauf-
feur véhiculé léger, résidant
axe Saint-Raphaël, Deux-
Entêtes, Scala.
Nous contacter au 0561
—————————————
Restaurant cherche pizzaïolo
hébergement disponible
Alger.
Tél. : 0696 56.19.82- BR4363
—————————————
Pizzeria Alger-Centre cherche
aide-cuisinier, serveuse.
Tél. : 0561 24.20.42 - ABR43546
—————————————
Vends licence d’importation
100%.
T2l. : 0555 45.64.83 - T.O-BR5784
DIVERSES
OCCASIONS
—————————————
Imprimerie vend rotative
pour formulaire en continu 2
COURS
CLS ST assembleuse HP 600 6
ET LEÇONS
—————————————
Formation nutrition et envi-
37.12.91 - ABR43540
ronnement santé en 6
postes très bon état, visible en
production w. Blida.
Tél. : 0667 11.70.93 - F35
—————————————
—————————————
Laboratoire de dermo-cosmé-
tique recrute au Centre, Est et
Ouest délégués médicaux pos-
sédant diplôme d’études supé-
rieures véhiculés.
Envoyer CV et lettre de moti-
vation à
y.beloucif@bestcleangroup-dz.com
modules biologie du vieillisse-
ment diabète + certificat
européen du 28 au 30 janvier.
Réservez par SMS : 0561
62.05.49 - Epcom
—————————————
ELTC Language School lance
nouvelle session français et
anglais adultes et enfants le
A vendre 15 bouteilles
propane.
Tél. : 0775 42.44.42 - BJ-BR23424
—————————————
Sarl SDM met en vente 3
machines : tailleuse d’engre-
nages FO10 module 1 jus-
qu’au module 14, tailleuse
d’engrenages FO16 module 1
- XMT
19 janvier cité Bouzegza,
—————————————
Béjaïa, recrute 2 ouvriers
polyvalents habitant environs
Béjaïa, première embauche.
Frantz-Fanon, Réghaïa.
Tél. : 0676.11.82.07 /
jusqu’au module 24, tour ver-
tical avec copieur marque
TOS diamère 1900, hauteur
0549.53.92.93. 1200. NB : les équipements
Facebook :eltc.school. -F52
—————————————
SBL English School, votre par-
tenaire pour améliorer votre
sont en excellent état.
Tél. : 0770 49.19.18 - BJ-BR23422
—————————————
Ent. privée cherche un opéra-
teur centrale à béton au Sud.
Tél. : 021 53.41.30 - Fax : 021
Tél. : + 213 (6) 61.50.39.27
+ 213 (5) 60.02.73.33 - T.O-BR5780
anglais, lance nouvelle session
APPARTEMENTS
19 janvier : SBL Alger
76.79.70 - XMT
Grande-Poste.
—————————————
Société installée à Alger-
Centre recrute une assistante
de direction.
Envoyer CV au 021 65.34.74 -
Tél. : 021.74.20.58 /
—————————————
Vends F3 72 m2 à Ouled
Fayet.
0550.86.47.84
SBL Rouiba coop. Ibn Sina,
proximité CEM Ibn El Khatib.
Tél. : 0549.39.80.56 /
Tél. : 0798 65 68 68 - BR4349
—————————————
Coop. Dar El Hana réalise et
met en vente F3, F4 en mode
F45
0561.38.64.33
—————————————
Institut de formation agréé
recrute cadre commercial
H/F, avoir diplôme univ. ou
équivalent et 10 ans d’exp.
SBL Boumerdès : coopérative
11 Décembre, en face
pâtisserie Mezghena.
Tél. : 024.91.41.95 /
semi-fini à Aït Mendil,
commne de Beni Ksila, Béjaïa.
Tél. : 0550 82.08.15 - 0561
82.02.97 - 0561 82.02.66 -
0540 76.81.32 -034 12.46.39
0550.10.14.16 FB : coopérative immobilière-
dans le domaine des établisse-
ments de formation privés ou
dans les sociétés étatiques.
Tél. : 0674 82.87.29 - 0555
www.sblschool.org - F53
BJ-BR23419
AVIS DIVERS
—————————————
Vends F4 120 m2 Kettani.
10.09.92 - 0555 41.70.97 -
Tél-fax : 021 68.97.95. Adresse
21, lot Errochd, Vieux-Kouba,
Alger. -Acom
—————————————
Ascenseur étude et réalisation
ascenseur, monte-charge,
monte-plat, monte-malade,
escalator. Tél. : 0661 55.14.27 -
—————————————
Maison d’imprimerie cherche
conducteur offset et agents de
reliure d’arts, lieu de travail
Chéraga, expérience souhai-
tée. Envoyer CV à
commercial-bverte@hotmail.fr
ou fax : 021 36.70.66 - F42
—————————————
Société cosmétique recrute JF
délégués commerciaux à
Tizi Ouzou.
0550
49.64.99 email :
sraal_elevator@yahoo.fr - ALP
—————————————
Réparation TV + Plasma à
domicile 7/7 Lyes Sonacat.
Tél. : 0561 27.11.30 - BR4345
—————————————
Nous réalisons trvx de terras-
sement en sous-traitance.
Tél. : 0661 58.69.94 - Epcom
—————————————
Tél. : 0560 62.65.09 - ABR43541
—————————————
Vends logements avec facilité
de paiement projet fini à 50%
à Tizi Ouzou, Azeffoune,
Tigzirt, Boghni.
Tél. : 0770 93.55.15 - 0555
09.07.67
- 026 11.69.81 - 0774
07.46.08
- T.O-BR5781
—————————————
Eurl promotion immobilière
vend des logements promo-
tionnels, F2, F3, F4, F5 à Tizi
Ouzou et à Tigzirt-sur-mer à
1% d’intérêt.Tél. : 026 20.67.93
- 0552 28.22.13 - 0550
ANEP G
————————————— ————————————— 97.85.25 - T.O-BR5775 JF licenciée en
————————————— —————————————
97.85.25 - T.O-BR5775
JF licenciée en sciences écono-
TERRAINS
—————————————
Vds à chevalley 430 m2, 15 m
façade.
Tél. : 0560 62.65.09 - ABR43541
miques gestion d’entreprise exp.
4 ans, 3 ans assistante commer-
ciale, 1 an dans le domaine
commercial cherche emploi.
Tél. : 0540 89.14.60
JH 23 ans licence en droit +
CAPA maîtrise langues étran-
gères, l’outil informatique exp.
un an dans le domaine
cherche emploi.
Tél. : 0790 10.12.86
————————————— —————————————
LOCATIONS
H âgé cherche emploi comme
————————————— chauffeur. Tél. : 0669 11.95.41
JF 26 ans diplôme en compta-
bilité 3 ans d’exp. cherche
Loue hangar 2000 m2 Dar El
Beïda prix après visite.
————————————— emploi dans le domaine à
H 53 ans conducteur travaux
Tél. : 0550 78.42.92 - 0560
GC projets BTPH, longue exp.
33.10.68 - ABR43538
prof. cherche emploi.
————————————— Tél. : 0657 18.37.59 - 0771
AG loue local 150 m2 rue
parallèle à Didouche.
67.55.09
—————————————
Tél. : 0550 30.83.34 - F49
Comptable 14 ans d’exp. dans
Alger. Tél. : 0559 14.82.25
—————————————
JF 26 ans, TS comp./gestion, 4
ans d’expérience commercial,
maîtrise ang./fran., outil
informatique, Word, Excel,
Outlook, logiciel gestion com-
—————————————
la filière cherche emploi.
Hangar à louer 2000 m2 R+1
zone d’activité Baraki, Alger.
Tél. : 0555 91 11 72
merciale cherche emploi.
Tél. : 0542 35 72 85
————————————— —————————————
Tél. : 0776 11.28.50 - ALP
H 38 ans CAP + CMTC en
LOCAUX
—————————————
Particulier vend magasin
comptabilité Word, Excel, PC
Compta PC Paie exp. 9 ans
cherche emploi.
Tél. : 0558 00 03 71
centre-ville Tizi Ouzou 62 m2
avec 2 façades acte.
Tél. : 0660 57.04.10 - 0658
—————————————
HS ancien comptable + 35 ans
d’exp. SFC droit social fiscalité
47.25.87 - ABR43544
audit cherche emploi libre de
suite. Tél. : 0553 63 60 46
VILLAS
—————————————
————————————— Déclarant en douane principal
P à p vend ou loue villa
moderne R+2 + N bas bain
douches + sauna + salon de
coiffure + forage d’eau H
24/24 à Birkhadem Alger,
âge mur long. exp. cherche
emploi chez privé ou autre.
Tél. : 0662 45 00 38
JF cherche à donner des cours
de soutien scolaire niveau pri-
maire pour enfants résidant
côté est d’Alger.
Tél. : 0558 59 92 56
—————————————
Homme magasinier-facturier-
caissier, plus de 15 ans d’expé-
rience dans le domaine, cherche
emploi.
Tél. : 0540 02 60 42
—————————————
Chef comptable 30 ans d’expé-
rience CAP, CMTC, CED,
tenue comptabilité, bilans, décl.
————————————— fiscales, parafiscales, adm.
JF licence en anglais et DES en
quartier résidentiel et sécuri-
sé.
Tél. : 0661 58.64.68 - Acom
marketing 1 an d’exp. cherche
emploi Alger et environs.
Tél. : 0552 01 70 88
————————————— —————————————
Vends villa 200 m2 3 étages
JH opérateur machine indus-
avec 2 façades eau, électricité,
gaz à Beni Mered, Blida.
Tél. : 0770 29.29.87 - ALP
trielle presse moule soufflage
inject. exp. 10 ans connaissan-
cherche emploi.
Tél. : 0551 11 66 32
—————————————
Conducteur de travaux bâti-
ment TCE génie civil VRD
niveau ingénieur, 40 ans d’expé-
rience, cherche emploi ou sous-
traitance, maçonnerie, assistan-
—————————————
Vends maison (3 apparte-
ments) + 3 garages 336m2 ttes
commodités, construction
2014 à Tigzirt.
Tél. : 0555 45.64.83 - T.O-BR5783
ce dessin industriel Auocad,
GAO DAO, libre de suite
habite Alger-Centre.
Tél. : 0795 00 13 47
ce technique, métrés, suivi de
chantiers jusqu’à 100 km rayon
ouest d’Alger.
Tél. : 0662 91 23 37
————————————— —————————————
JF 29 ans ing. d’Etat en génie
mécanique cherche emploi
PROSPECTIONS
dans les environs d’Alger.
Tél. : 0557 27 03 75
————————————— —————————————
AG cherche achat appt avec
Menuisier ébéniste 40 ans
vue sur mer à la Tour du Golf.
Tél. : 0550 30.83.34 - F49
d’exp. cherche emploi comme
chef d’atelier ou associé.
————————————— Tél. : 0542 51 22 74
AG cherche local en location
500 m2 à 100 m2 rue com-
merciale. Tél. : 0550 30.83.34 -
—————————————
Retraité 59 ans longue exp.
F49
—————————————
AG cherche achat studio F2
quartier résidentiel Hydra,
Golf, Beaux-Arts, Colonne-
Voirol.
Tél. : 0550 30.83.34 - F49
dans la gestion du personnel
paie et moyens généraux
cherche emploi.
Tél. : 0793 04.93.96
TS en inforgraphie cherche
emploi dans le domaine envi-
rons d’Alger avec 6 ans d’expé-
rience. Tél. : 0557 84 47 40
—————————————
Jeune femme architecte, 30 ans,
véhiculée ayant travaillé 06 ans
dans une entreprise publique et
01 an dans une entreprise mul-
tinationale cherche emploi dans
l’Algérois dans la maîtrise d’ou-
vrage et la gestion de projet.
Tél. : 0541 99 39 40
—————————————
JH, niveau universitaire méde-
————————————— cine, 5e niveau en langue alle-
F mariée exp. prof. informa-
PROPOSITION
tique + saisie, compétence,
arabe + français cherche emploi
Draria et environs.
Tél. : 0551 12 24 15
mande, traducteur et interprète
de la langue allemande, sérieux,
dynamique, habitant à Alger et
véhiculé, cherche emploi stable.
Tél. : 0554 09 31 09
DE COMMERCE
—————————————
Partenariat ou location ferme
agricole 300 ha irrigués dans
Anniversai
re
le Sud, étudie ttes proposi-
MOAD TABBIB
tions. Tél. : 0560 04.30.14 - XMT
DEMANDES
D’EMPLOI
—————————————
H 52 ans sérieux, 20 ans exp.
man. outil inf.cherche emploi
assist. moy. gén. adminis.
Tél. : 0665 35.19.11
a fêté son premier anniversaire
avant-hier, le 17 janvier.
En cette heureuse occasion,
les familles Tabbib et Jirawi
présentent leurs félicitations
au papa Abbès et à la maman Ryma.
Papa souhaite voir son fils docteur
en médecine.
G
Carnet
—————————————
Remerciements
—————————————
La famille Halem remercie vive-
ment toutes les personnes de Tizi
Ouzou, d’Alger et de Blida qui
se sont associées à sa douleur
lors du décès, survenu le 15 jan-
vier 2016, de sa chère et regret-
tée Mme Halem Ourida, à l’âge
de 87 ans et les prie de trouver
ici l’expression de sa profonde
gratitude. T.O-BR5782
—————————————
Décès
—————————————
La famille Kellal de Tamazirt,
commune d’Irdjen, daïra de
Larbaâ Nath Irathen, wilaya de
Tizi Ouzou, a l’immense douleur
de faire part du décès de son cher
et regretté père, Kellal Arezki,
dit Mebarek, survenu à l’âge de
78 ans.
L’enterrement aura lieu aujour-
d’hui, mardi 19 janvier 2016, à
11h30, à Tamazirt.
“À Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.”
d’hui, mardi 19 janvier 2016, à 11h30, à Tamazirt. “À Dieu nous appartenons et à Lui

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

Publicité

17

EPE SPA / GESI IMMO CENTRE FILIALE ENPI

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ

GESI IMMO Centre, filiale ENPI, informe l’ensemble des soumissionnaires concernés par l’avis d’appel d’offres national ouvert n°009/GIC/2015 du 10/12/2015 paru dans la presse nationale, relatif au projet de réalisation du lot : VRD (Réseau Tertiaire), du programme promotionnel public 1200 Logements Promotionnels Publics, Nouvelle-Ville de Sidi Abdellah, que le marché est attribué provisoirement à :

 

Note

Délai

Montant de la

Entreprise

NIF

technique

dʼexécution

soumission en DA/TTC

Observation

ETPH

DJEGHDALI

Mustapha

196728010070924

50

06 mois

359 576

483,31

Moins-disant

Pour le reste des soumissionnaires qui souhaitent obtenir les résultats de leurs offres techniques et financières, ils sont priés de se rapprocher de la Direction Générale de GESI IMMO Centre sise à Cité 2038 Logements, Bâtiments n°107/108, Bab Ezzouar, dans un délai de trois (03) jours à compter de la date de la première parution de cet avis.

Un délai de dix (10) jours est donné aux soumissionnaires pour introduire un recours devant la commission des marchés de l’entreprise à partir de la première date de parution du présent avis.

F.51

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité Pour améliorer sa qualité de service et

Direction de la distribution Blida Division exploitation électricité

Pour améliorer sa qualité de service et consoli- der son réseau, la Direction de la distribution de Blida entreprend des travaux d’entretien qui nécessiteront l’interruption de fourniture d’électricité la journée du 20/01/2016 entre 09h00 à 16h00, au niveau de la commune de GUERROUAOU. Localités concernées :

- ORAC -193 LOGTS FERROUKHA - CHERIFIA - GUERROUAOU - HAI FETTEL - BERIANE Pour plus d’informations, contactez la Direction de la distribution de Blida sur le numéro suivant :

025 20 75 61

La Direction de la distribution de Blida s’excuse pour les désagréments causés.

ANEP N°402 573 Liberté du 19/01/2016

Remerciements Mme Boukhalfa Zoubida, ses enfants, ses petits-enfants, ses belles-filles et gendre d’Hussein Dey
Remerciements
Mme Boukhalfa
Zoubida, ses
enfants,
ses petits-enfants,
ses belles-filles et
gendre d’Hussein
Dey et Dar El
Beïda, remercient
vivement le direc-
teur de la clinique
Saâda, le Pr. Mohabeddine, les corps
médical, paramédical et d’entretien ainsi
que les voisins et proches pour leur soutien
et appui durant la maladie et le décès, le
6 janvier 2016, de leur fils, frère, beau-frère
et oncle
BOUKHALFA MOHAMED
Mohamed, nous ne t’oublierons jamais.
Ina Lillah oua ina ilayhi radjioun.
XMT

Sidi Moussa, w. d’Alger

LOCATION OU VENTE BÂTIMENT 3500 M 2

pouvant être aménagé en centre commercial avec parking 5000 m 2 et plus

Visite de dimanche à samedi de 10h00 à 17h00

SADEC SPA ZI Sidi Moussa, Alger Tél. : 021 76 77 15+16 Fax : 021 76 97 34 Mob. : 0662 02 53 12 Email : sadecspa@gmail.com F.48

Pensée Le 19 janvier 2014, nous a quittés à jamais notre cher père et grand-père
Pensée
Le 19 janvier
2014, nous a
quittés à jamais
notre cher père
et grand-père
AIT SLIMANE
MED RAMDANE
“DA
MAMOU”
pour un monde meilleur. Ta bonté,
ta générosité, ton courage et tes
sacrifices ont fait de toi notre fierté.
Toute ta famille prie
tous ceux qui t’ont connu d’avoir
une pieuse pensée à ta mémoire.
Ta famille
T.O-BR5785
ALP
ALP
0355
0355

18

Sport

Mardi 19 janvier 2016

LIBERTE

USMA

Hamdi met en péril la préparation de Ferhat pour les JO

L’ international algé- rien olympique Zi- nedine Ferhat vit une situation diffi- cile ces derniers temps. Et pour cau-

se, le joueur en question s’est vu confier de nouvelles tâches. Face au NAHD, le n° 7 des Rouge et Noir a permuté avec Meftah en évoluant sur le couloir droit de la défense. Une situation inédite pour un joueur habitué à jouer comme milieu droit. Et l’on se demande si cela ne va pas se répercuter négativement sur son niveau, sachant son poids et son in- fluence dans le jeu de l’USMA. Même si Ferhat ne conteste pas ce choix tactique imposé par Hamdi, il n’en demeure pas moins que cela pourrait lui jouer un mauvais tour. En effet, le talentueux Usmiste a été l’un des artisans de la qualification de la sélection nationale U23 aux Olympiades de Rio de Janeiro. Il a brillé de mille feux lors de ce tour- noi continental, au point où le coa- ch national Schürmann le considè-

re comme un élément essentiel dans son échiquier. Or l’entraîneur de l’USMA, Hamdi, ne se rend pas compte du tort qu’il pourrait causer

Billel Zehani/Liberté
Billel Zehani/Liberté

à Ferhat, car au lieu de le laisser s’ex- primer à son poste habituel, il prend la décision de lui attribuer de nou- velles tâches. Un risque énorme pour un joueur devant préparer un

rain, si la situation persistait à l’oc- casion des prochaines journées. Ce- pendant, il semble que l’entraîneur des Rouge et Noir soit résolu à l’idée, comme dit l’adage, de “rendre à César ce qui appartient à César”. Autrement dit, Ferhat retrouvera son poste habituel lors des prochaines confrontations, notamment celle prévue la semaine prochaine de- vant l’ES Sétif. À ce titre, le défenseur Benayada remplacera Meftah (bles- sé) et occupera le flanc droit de la dé- fense. Justement et concernant la rencontre face à l’ES Sétif, un chan- gement est intervenu dans l’enca- drement technique du club avec l’arrivée de Bernard Simondi, le di- recteur technique de l’USMA. Ce dernier dirige avec Hamdi les séances d’entraînements de l’équipe. Dans l’entourage du club, on parle d’un renfort pour prêter main-for- te à Hamdi, alors que certains esti- ment que cette collaboration bifa- ciale est nuisible à l’équipe et que la direction aurait dû faire un choix, soit en maintenant Hamdi ou bien en le remplaçant carrément par Si- mondi. L’on se demande si c’est réellement Hamdi qui aurait demandé l’aide de

tournoi aussi important que la pha- se finale des Jeux olympiques de Rio. En effet, le joueur pourrait connaître une baisse de régime et en même temps perdre ses repères sur le ter-

ESS

Les débuts de Djahnit contre l’USMA

Simondi, sachant que l’entraîneur des Rouge et Noir avait crié sur tous les toits qu’il était “le chef sur le terrain” lors de l’intronisation de Si- mondi au poste de DTS. Cette his- toire nous fait rappeler curieusement la fin d’Hubert Velud à l’USMA (actuellement entraîneur du TP Ma- zembe). L’on se rappelle, en effet, que la direction avait adressé un messa- ge d’avertissement à Velud en en- gageant Pfister au poste de DTS. Ré- sultat des courses : Velud a été dé- barqué au profit de Pfister. C’est dire que c’est le même scénario qui risque de se répéter. Wait and see.

NAZIM T.

Mahieddine Meftah :“Même Aksouh va intégrer le staff technique”

n Dans une vidéo publiée hier sur le site officiel du club, le coordinateur de l’équipe, Mahieddine Meftah, a révélé que “Mustapha Aksouh qui occupait le poste de DTS des jeunes catégories va intégrer le staff technique de l’équipe A”. “Le rôle de Simondi consiste à aider Hamdi dans le travail technico-tactique”, a-t-il ajouté.

N. T.

L’ Entente de Sétif a réalisé un grand coup vendredi en allant s’imposer au stade de Zabana à Oran devant le MCO (1-

2). C’est la seconde victoire en déplacement pour les Sétifiens depuis l’entame de cet exer- cice après s’être déjà imposés sur cette même pelouse de Zabana devant l’ASMO (0-2, 8 e j). C’est également le premier succès à l’extérieur pour le coach Alain Geiger depuis la venue de ce dernier il y a presque deux mois. Une victoire qui permet au club champion d’Algérie en titre de se hisser la 7 e place avec 22 points soit à quatre unités de retard du po- dium, en dépit en effet des absences de taille dans le onze de l’Aigle Noir qui s’est présen- té à Oran avec la défection notamment de Del- houm, Zerara, Keniche, Ziaya et autre Da-

goulou. Les Ententistes sont parvenus toute- fois à revenir avec le gain du match. Une vic- toire que les observateurs ont estimée logique vu la prestation de l’équipe sétifienne qui en- registre un regain de forme depuis quelques semaines, en témoigne la série des six matches sans défaites qu’elle avait acquise avant ce cla- sico, toutes compétitions confondues. Tout heureux de ce succès, le coach helvète du onze sétifien s’est déclaré content et optimiste par le résultat et la prestation de ses joueurs. “Je pense que nous avons réalisé un bon match dans l’ensemble. Je tiens à remercier mes joueurs pour toute la volonté et la détermination qu’ils ont affichées du début jusqu'à la fin du match. C’est de toutes les manières une victoire qui va nous permettre de débuter en force la phase retour

et donner plus de confiance au groupe. C’est vrai qu’on a eu à gérer un début de match diffici- le. Toutefois, nous avons continué à jouer et croire en nos moyens. C’est ce qui nous a per- mis de revenir dans le match pour ensuite l’em- porter au final. On aurait pu sincèrement ga- gner sur un score plus conséquent. Cela dit, je pense qu’il faudra continuer le travail car le plus dur est à venir” nous a-t-il dit, lui qui s’est pro- jeté déjà sur la prochaine sortie de son onze dans le cadre de la 17 e journée du champion- nat de Ligue 1 Mobilis face au leader usmis- te. “Une rencontre que nous allons bien préparer et essayer de négocier au mieux” a ajouté l’ex- coach du MOB et du MCA. Il faut dire par ailleurs que la venue des Usmistes va consti- tuer une occasion pour les Sétifiens d’abord de

tenter de rester sur cette bonne dynamique puis prendre leur revanche sur un adversai- re qui les avait battus à deux reprises cette sai- son, une première fois dans le cadre de la pha- se de la LDC au stade du 8-Mai 1945 de Sétif (1-2) avant de récidiver quelques jours plus tard en championnat pour le compte de la 2 e journée cette fois dans l’antre fétiche algéroi- se de Bologhine par le même score. Côté ef- fectifs, le staff technique espère, d’ici là, ré- cupérer certains joueurs qui ont manqué à l’ap- pel à Oran. Il aura également à sa disposition

le meneur de jeu Akram Djahnit qui devait être

opérationnel. Notons qu’en raison des fortes

chutes de neige, la reprise des entraînements

a été délocalisée en salle.

FARÈS ROUIBAH

A près l’athlétisme et le football, c’est le tennis qui est à son tour dans l’œil du cyclone

avec des accusations de matchs tru- qués visant 16 joueurs du top 50 mondial, dont des vainqueurs en Grand Chelem et 8 joueurs présents au 1 er tour de l’Open d’Australie à Melbourne. “Lors de la décennie écoulée, seize joueurs du Top 50 mondial ont été signalés au comité d’éthique du tennis à propos de soup- çons de matchs truqués. Tous ces joueurs, parmi lesquels des vain- queurs en Grand Chelem, ont été au- torisés à poursuivre leur carrière” sans qu’aucune sanction ne soit pri- se, ont accusé la BBC et le site Buzz- Feed. À Melbourne, où il a disputé et gagné son premier match lundi, le n°1 mondial Novak Djokovic a confirmé qu’il avait lui-même été victime d’une tentative de corrup- tion en 2007 à Saint-Pétersbourg, dont le but était de lui faire perdre volontairement un match. “J’ai été approché indirectement, par l’inter-

CORRUPTION

Le tennis en accusation

médiaire de gens qui travaillaient avec moi à l’époque. Évidemment, nous avons immédiatement dit non. La personne qui essayait de me contacter n’est même pas arrivée jusqu’à moi”, a dit le n°1 mondial, qui avait déjà évoqué cette affaire par le passé. Concernant les accusa- tions de matches effectivement tru- qués, “les gens essaient de deviner de qui il s’agit”, a reconnu “Djoko”, tout en insistant sur le fait que pour l’instant “ce ne sont que des spécu- lations”. “Il n’y a pas de preuve concernant des joueurs en activité. Tant que cela reste comme ça, ce ne sont que des spéculations”, a plaidé le Serbe après sa victoire au premier tour sur le Sud-Coréen Chung Hyeon.

Parieurs russes et italiens Roger Federer s’est montré scep- tique. “Je ne sais pas exactement ce qu’il y a de nouveau. J’entends qu’on lance de vieux noms. Cette affaire a été traitée”, a déclaré le Suisse, sans

préciser à quelle affaire il faisait ré- férence, après sa victoire au premier tour de l’Open d’Australie. Le Fran- çais Gilles Simon, 15 e mondial, s’est étonné que les médias britanniques ne donnent aucun nom. “C’est sur- tout pour faire du buzz. S’il y a des noms, qu’on les donne et nous serons ravis de les mettre dehors”, a-t-il dit. BBC et BuzzFeed, qui ne citent effectivement aucun nom de joueur, affirment avoir eu accès à des preuves de corruption à grande échelle contenues dans des archives secrètes. Ces documents sont liés no- tamment à une enquête menée par l’ATP, l’instance dirigeante du cir- cuit professionnel, en 2007, et mon- trent que des groupes de parieurs en Italie et en Russie ont misé des cen- taines de milliers de dollars sur des matchs truqués, dont trois à Wim- bledon. “Le rapport confidentiel des enquêteurs destiné au comité d’éthique, qui date de 2008, suggérait que des investigations soient me- nées sur 28 joueurs, mais cela n’a ja-

mais été suivi d’effet”, affirme la BBC, selon qui huit des joueurs si- gnalés sont inscrits à l’Open d’Aus- tralie qui a commencé lundi à Mel- bourne, avec pas moins de 128 matchs au programme. Selon l’un des enquêteurs, Mark Phillips, in- terrogé par la BBC, “un groupe d’en- viron dix joueurs était le plus souvent mis en cause et se trouvait à la raci- ne du problème. Les preuves étaient fortes, il y avait une bonne chance de tuer (la corruption) dans l’œuf, de créer une forte dissuasion et d’élimi- ner les éléments corrupteurs”.

50 000 dollars pour perdre Selon BuzzFeed, les représentants des groupes de parieurs clandestins contactaient les joueurs dans leurs chambres d’hôtel lors de grands tournois et leur promettaient 50 000 dollars ou plus de récompenses pour truquer leur match. À Mel- bourne, le président de l’ATP, Chris Kermode, a démenti toute tentative d’escamotage. “Les autorités du ten-

nis rejettent toute allégation selon la- quelle des preuves de trucage de matchs auraient été cachées ou ne fe- raient pas l’objet d’une enquête ap- profondie”, a-t-il dit. “Notre ap- proche, c’est la tolérance zéro envers toute forme de corruption. Nous ne sommes pas complaisants, nous sommes vigilants”, a-t-il ajouté, tout en affirmant que l’ATP allait “exa- miner toute nouvelle information”. Au passage, Chris Kermode a affir- mé que l’Unité pour l’intégrité du tennis (TIU), le service anti-cor- ruption de l’ATP, avait déjà pro- noncé 18 sanctions contre des joueurs, dont six suspensions à vie, depuis qu’elle avait été mise en pla- ce en 2008. “Mais il nous faut des preuves et non des soupçons ou des ouï-dire”, a-t-il ajouté. À propos de l’enquête de 2007, il a affirmé que les investigations sur un match douteux entre le n°4 russe Nikolay Davy- denko et le 87 e mondial argentin Martin Vassallo Arguello n’avaient pas apporté d’indices suffisants.

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

Sport

19

Yahia Magha/Liberté
Yahia Magha/Liberté

IL BÉNÉFICIERAIT D’UNE DÉROGATION SPÉCIALE DE LA FAF POUR JOUER DANS UN CLUB ALGÉRIEN

Belkaroui, retour en Algérie ?

L a situation de l’interna- tional Belkaroui, libéré par le Club Africain (Tu- nisie), préoccupe consi- dérablement le coach national, Christian

Gourcuff, apprend-on de bonne sour- ce. Le joueur, qui a une touche avec le club émirati de Bani Yass où évolue Is- shak Belfodil, est contre un retour dans l’immédiat en Algérie mais le coach national le presse de trouver un club “plus huppé” avant la fin du mercato pour ne pas se retrouver sans club. Selon notre source, la FAF serait même prête à accorder une dérogation à Belkaroui afin de signer dans un club algérien de son choix, en dehors de la seconde période d’enregistrement, qui a pris fin le 15 janvier. “Il pourrait

y avoir du nouveau dans ce dossier d’ici

à la fin de cette semaine sachant que

deux clubs, à savoir l’ESS et l’USMA, ne seraient pas contre l’idée d’accueillir Belkaroui”, indique à Liberté une sour- ce digne de foi. Pour rappel, sur les ondes de la radio tunisinene Saraha FM, Hichem Bel- karoui avait annoncé samedi avoir ré- silié à l'amiable son contrat avec le Club Africain de Tunis, accusant le directeur sportif, Oussama Esallami, d'être à l'origine des problèmes qu'il a eus cette saison avec la formation de Bab Jdid. Il avait écarté l'idée de revenir dans l'immédiat dans le championnat al- gérien. “Je n'ai pas l'intention de reve- nir en Algérie, et je n'ai pas de contacts avec l'USMA, ni l’ESS. J'ai des propo-

sitions, ici et là, que je suis actuellement

en train d’étudier. Je dévoilerai ma pro- chaine destination au moment oppor- tun”, souligne-t-il. En butte à des pro- blèmes en défense, devenue même le maillon faible des Verts, Gourcuff avait titularisé Belkaroui contre la Tanzanie en éliminatoires du Mondial-

2018.

Il s’impose comme la solution de re- change dans ce compartiment de jeu et semble filer la parfaite entente dans la charnière centrale avec Mandi. “En tout état de cause, la FAF fera tout pour aider Belkaroui à trouver un club le plus vite possible, le dossier est pris très au sérieux au niveau de la fédération, qui ne veut pas être prise au dépourvu”, conclut notre source.

SAMIR LAMARI

ACHOUR BETROUNI, PRÉSIDENT DU CLUB

“Ce n’est pas en jouant de cette façon que le MCA finira sur le podium”

D ans une déclaration à Liberté, le président du conseil d’administration du Mou- loudia, Achour Betrouni, s’est dit très

déçu par la prestation de son équipe face au CRB. “Perdre de cette façon est rageant. À ce ni- veau, il fallait rester concentré jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre, or, les joueurs et sur un mo- ment d’inattention ont concédé un but assassin dans les derniers instants du match. C’est inad-

missible de perdre de la sorte”, affirme le premier responsable du Mouloudia. Et d’ajouter : “J’au- rais aimé débuter la phase retour par un résultat positif. Le nul aurait pu nous arranger, notam- ment pour la suite du championnat, mais les choses se sont déroulées autrement”. Le boss mouloudéen compte remettre de l’ordre dans la maison en réunissant les joueurs et le staff tech- nique cette semaine.

La réunion a été d’abord programmée pour au- jourd’hui, mais comme il y a le tirage au sort de la Coupe d’Algérie des U-21 ce mardi, ladite ré- union a été reportée par la direction des Vert et Rouge pour la fin de la semaine. “Je vais me ré- unir avec le staff et les joueurs pour les secouer et voir ce qui n’a pas marché face au CRB, et remé- dier à cet état de fait afin de ne pas commettre les mêmes erreurs pour les prochains matchs. Cela va

LE MOB DÉSORMAIS SUR LE PODIUM

Les Crabes lancent le derby kabyle

L e MO Béjaïa a bien commencé l’année et n’a nullement trébuché at home face au RCA, gardant, de ce fait, intactes ses chances dans le haut du tableau. Les Mobistes ont réussi l’essentiel en s’offrant les

trois points mis en jeu. Un match qui n’a pas été facile pour les locaux. L’at-

taquant du MOB, Ndoye, qui a marqué en match de Coupe, à son entrée,

a réussi, à nouveau, à marquer le week-end dernier en match de cham-

pionnat face au RCA. Sur une passe en profondeur de Zerdab, Ndoye s’est

présenté seul face au gardien Merbah et a trouvé le chemin des filets. C’est

le sixième but de la saison pour l’attaquant Ndoye qui commence à retrouver

ses marques. Un atout de plus dans l’échiquier du coach Amrani. “Mon travail, c’est de marquer des buts et de faire marquer mes coéquipiers. Je continuerai à mar- quer d’autres buts pour permettre au MOB d’atteindre ses objectifs”, sou- lignera, à ce sujet, Ndoye. Par cette victoire, les Crabes s’accrochent au pe- loton de tête en attendant la confirmation dans les prochaines journées de cette Ligue 1 Mobilis.

Ce regain de forme sera mis à épreuve dès le prochain match qui sera joué face à la JSK dans un derby kabyle, qui sera sans aucun doute indé- cis. Dans ce sillage et au sortir du match face au RCA, Benaï, le président du CSA/MOB dira : “L’équipe n’a pas bien joué aujourd’hui face au RCA, mais le plus important a été réalisé avec cette victoire à l’arraché face au RCA qui jouait son match de la saison. On a gagné et c’est essentiel pour nous. On savoure cette victoire, et on va préparer le derby kabylo-kabyle. D’ailleurs, je tiens à féliciter la JSK pour sa victoire. Pour le prochain der- by, j’espère qu’il va se dérouler dans de bonnes conditions entre frères et que le meilleur gagne”. Voilà, ce derby de la Kabylie est désormais lancé et les pronostics ouverts. Enfin, à noter que la CAF a dévoilé la date du match aller du tour préli- minaire de la Ligue des champions entre l’Ashanti gold SC (Ghana) et le MO Béjaïa. Ainsi, le match se jouera le dimanche 14 février 2016 à par- tir de 15h.

A. HAMMOUCHE

se faire au cours de cette semaine probablement mercredi ou jeudi, puisque demain (ndlr aujourd’hui), il y aura le tirage au sort de la Coupe d’Algérie des U-21”, nous a fait savoir Be- trouni. En outre, après la défaite concédée face au CRB, le Mouloudia a dégringolé à la 5 e place avec un total de 24 points à deux unités du podium et à cinq points du Chabab, mais Betrouni pense que “la situation n’est pas grave, puisqu’il reste plu- sieurs matchs en championnat et nous ne sommes pas loin des équipes du haut du tableau. À mon avis, cela reste jouable pour finir la saison sur le podium, mais il n’en demeure pas moins que je ne voulais pas perdre face au CRB, j’attendais plus de mes joueurs surtout sur le plan de la comba- tivité puisque c’est un derby. Ce n’est pas avec un rendement pareil que nous allons finir parmi les trois premiers du championnat”. Par ailleurs, les protégés de Meziane Ighil ont repris les entraî- nements hier. Après la contre-performance de samedi dans le derby face au CRB, le moral est à zéro. Le staff mouloudéen devrait remonter le moral de la troupe avant le prochain match face à Reliza- ne où un sursaut d’orgueil est attendu de la part de l’équipe car le président Betrouni et les sup- porters n’ont pas encore digéré la défaite de ce week-end.

SOFIANE M.

APRÈS LA BELLE PRESTATION DU NOUVEAU GARDIEN DE BUT BOULTIF FACE AU CSC

La concurrence est désormais de mise dans la cage kabyle

A près la blessure du gardien de but in- ternational Azzedine Doukha, surve- nue en équipe nationale, et sa longue

indisponibilité de deux mois, les dirigeants de

la JSK ont pratiquement chamboulé leur plan

de recrutement durant le mercato hivernal. Il est vrai qu’il y avait péril en la demeure et il était urgent et impératif de recruter un gardien de

valeur et surtout d’expérience pour suppléer

le gardien titulaire, Doukha, du fait que l’éter-

nel second portier du club, Nabil Mazari, a pris ses cliques et ses claques à cause, semble-t-il, d’un contentieux financier alors que le jeune gardien Messaoudi, qui est promu à un bel ave- nir, semble manquer quelque peu d’expé-

rience pour assumer pleinement une telle responsabilité. Partant de là, les dirigeants kabyles ont ratis- sé large durant le mercato hivernal pour ten- ter de dénicher l’oiseau rare ce qui n’est cer- tainement pas chose aisée en cette période charnière de la saison où les bons “goals” sont généralement sous contrat. Après avoir ciblé quelques pointures de taille telles que Berre- fane, Dahmane, Fellah, Ouaddah et autre Meziane qui étaient tous liés à leurs clubs res- pectifs, la JSK a finalement réussi à trouver la

perle rare en la personne de Abderrahmane Boultif, l’excellent portier du CRB Aïn Fekroun qui avait déjà prouvé tout son talent au CAB et au MSP Batna, puis au CABBA de Bordj Bou-Arréridj avant de s’imposer au CRB Aïn- Fekroun. Là aussi, les dirigeants kabyles ont été confron- tés, comme on le sait, à la clause libératoire de Boultif mais les dirigeants du CRBAF, et à leur tête le président Hacène Bekkouche, qui en- tretiennent d’excellentes relations avec la JSK ont finalement été compréhensifs et coopéra- tifs pour libérer leur gardien titulaire au pro- fit de la formation kabyle et lui permettre ain- si de saisir certainement la chance de sa vie. Il est vrai qu’à 29 ans, Boultif se voyait du coup propulsé vers les hautes sphères, lui qui a sai- si au vol une telle opportunité pour réussir ad- mirablement ses débuts dans la cage kabyle puisqu’il a été crédité d’une belle prestation, sa- medi passé à Constantine où il a grandement contribué au précieux succès de son équipe. “Personnellement, je n’ai fait que mon boulot et le mérite revient à toute l’équipe qui a réus- si une belle prestation d’ensemble. Aux côtés d’un gardien expérimenté comme Doukha et sous la coupe de l’ancien gardien international

Gaouaoui que je remercie vivement pour m’avoir mis en confiance, je pense que le meilleur est encore à venir”, dira Boultif avec beaucoup d’humilité mais aussi d’optimisme comme pour affirmer ses ambitions à vouloir s’imposer dans les buts kabyles et pourquoi pas concurrencer le gardien international Azzedine Doukha. “Boultif est un bon gardien qui a réus- si un bon match à Constantine. Avec la blessure de Doukha, son arrivée au club ne fait que nous rassurer pour la suite du championnat”, dira, de son côté, Dominique Bijotat, visiblement sou- lagé de disposer enfin d’un gardien de valeur et sûr. Enfin, le président Hannachi, lui aussi, n’a pas tari d’éloges sur son nouveau “keeper” auquel il prédit déjà un bel avenir. “Sincèrement, je ne regrette pas de l’avoir recruté cet hiver et je suis convaincu qu’avec un peu plus de travail à l’en- traînement, il est capable de devenir le gardien n°1 de l’équipe”, dira le président de la JSK qui ne fait que confirmer en fait que la concurrence est bel et bien lancée dans la cage kabyle, ce qui est certainement de bon augure pour la suite du parcours.

MOHAMED HAOUCHINE

TRANSFERT

Bentaleb pourrait atterrir à l'Inter Milan

n Nabil Bentaleb, le milieu de terrain international algérien de Tottenham Hotspur (Premier League anglaise de football), ne trouvant plus sa place au sein du club londonien, pourrait rejoindre l'Inter Milan (Série “A” italienne) dans le cadre d'un échange avec l'attaquant monténégrin Stevan Jovetic, a rapporté, hier, lundi, la presse britannique. Natif de Lille, dans le nord de la France, Nabil Bentaleb était un titulaire indiscutable dans la composante londonienne, jusqu'à ce qu'une

vilaine blessure à une cheville ne freine son élan, début septembre 2015. Le jeune Algérien de 21 ans

a travaillé très dur après sa guérison, mais sans

jamais parvenir à reconquérir son ancien statut chez les Spurs, où sa dernière apparition dans le onze rentrant en championnat remonte au 29 août 2015. La situation de Bentaleb ne fait qu'empirer depuis quelque temps, puisqu'il ne figure plus parmi les 18 des Spurs, comme ce fut encore une fois le cas samedi contre Sunderland,

à l'occasion de la 22 e journée de Premier League. “Une occasion” sur laquelle “l'Inter Milan serait prêt à sauter” pour engager Bentaleb sous forme d'un échange avec l'attaquant monténégrin, Stevan Jovetic, selon la même source.

Mardi 19 janvier 2016 LIBERTE 20 Jeux Par : s Félin Chauffeur Intentent s Sélection
Mardi
19 janvier 2016
LIBERTE
20
Jeux
Par :
s
Félin
Chauffeur
Intentent
s
Sélection
s
s
Révolution
s
Fin de verbe
s
Nacer Chakar
d’Amérique
Variété de
-----------------
-----------------
-----------------
Ciel
s
-----------------
s
-----------------
-----------------
limon
Edifice
Sombre
Remorquerait
Palmipède
Numéral
Vieux bœuf
s
s
s
s
s
Ville de
fouille
-----------------
Nationaliser
s
Amusé
Numéral
Célèbre
-----------------
hollandais
-----------------
Adjoints
Alcaloïde
-----------------
Au revoir !
toxique
Religieuses
s
s
s
Parties d’un
tout
Sortie
-----------------
Poisson marin
s
s
Havre de
Vases
Risqua
paix
-----------------
-----------------
-----------------
Actinium
Invalidation
Obtint
s
s
Ensemble de
soins
Hitlériens
-----------------
Bourbier
s
Demi-pou
Rassemblasse
-----------------
Acide ribonu-
-----------------
Rendu sans
cléique
Estonie
éclat
s
Mouvements
Traditions
simulés pour
tromper
-----------------
-----------------
Damnée
Valablement
s
s
Mis en terre
Numéral
Sélectionnent
-----------------
-----------------
-----------------
Règle de
lac américain
Mise
dessinateur
s
s
Soleil
Anneau de
égyptien
être grand
Chanceux
cordage
-----------------
ouvert
Roue à gorge
s
s
s
Asticot
Heure moyen-
ne par rapport
à la ville de
Greenwich
Roi de
Adverbe
-----------------
Plante
théâtre
-----------------
Femme de
aromatique
---------------
Echauffourées
lettres
Idem
américaine
s
s
s
Canard
sauvage
-----------------
Dans la
gamme
s
Magicienne
Exposés à des
radiations
-----------------
Conjonction
-----------------
Conifère
Dynamisme
s
Petit tour
Possessif
Aigle
----------------
-----------------
Possessif
Coffrets
d’Australie
Ceinture
Arrivées
japonaise
s
s
s
s
s
Patriarche
Ruisselet
Gaz rare
Evénement
-----------------
-----------------
Dépôt de
-----------------
astrono-
Fuite
D’un pays
sable utilisé
En ville
mique
comme
d’Asie
s
s
fertilisant
s
s
Mobylette
Pascal
-----------------
-----------------
Titane
Exiger
s
s
Machines à
Mauvais film
imprimer
-----------------
-----------------
Points
Amérindien
opposés
s
Richesse
Porc
-----------------
sauvage
Très mince
s
Déesse
Copulative
Objecte
égyptienne
-----------------
Gros nuage
-----------------
-----------------
Mener
Avant la
Puits naturel
auprès de
s
matière
s
s
Présentoir
Javeau
-----------------
-----------------
Décorations
portées à la
boutonnière
Ville d’op-
tique
s
s
Détériorer
Prince
Chiffres
Déesse
Ex-pays
-----------------
troyen
romains
marine
d’Europe
Ecarteurs
s
s
Divisé
Vieille colère
-----------------
-----------------
Chair
Grugé
s
s
Répits
Tendons
Adverbe
-----------------
-----------------
-----------------
Lettre
Fabuliste
Es utile
grecque
grec
s
s
Malheureuse
infante
Liquide vital
île
Se laisse
-----------------
-----------------
Eculée
de France
faire
Princesse
Ferments
indienne
s
s
s
s
s
Racleras
Chose
Métro
Chaleur
-----------------
Iridium
agréable
parisien
animale
Salut romain
s
s
s
s
Argentiers
-----------------
Patrie
d’Abraham
s
Ecoulées
-----------------
Deuxièmes
Elle a l’esprit
troublé
estomacs
d’oiseaux
Quart
Se permettre
chaud
SOLUTION
DE LA GRILLE N°211
L - C - S - L - T - A - A - C. Vocifération - Cor. Cavité - Elbot - Ri. Solin - Vestibules. Mie - Verts - Lei - E. Sobriété - Tirets. Trente - Osa - Ise. Vie - Semblable - Xi. Ve -
Ere - Filés - Tr. Té - Epandages - Our. Grant - Co - Entée. Sonars - Etna - Pâle. Coda - Tri - Vo - Ill. Calibre - Fier - Tel. Récluse - Erie - Me. Ni - AE - Transférés. Nets -
Ee - Ail - En. Base - Aria - Van - Ta. Su - Centièmes - I. Ecartent - T - Maerl. AÏ - Artère - Envie. Assure - Rare - Têtes. S - Atèle - Aspire. Fée - Eson - Torse - A. Très -
Etripée - Er. Sert - Ps - Ive - Rate. Terrassée - Salon. Gèrent - Assassine.
GRILLE GEANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 212
s
s
ss
ss
s
ss
ss
s
s
sssss
ss
ss
ss
s
s
s
s
s
s
s
ss
s
s
s
ss
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s
s

LIBERTE

Mardi 19 janvier 2016

Jeux

21

Sudoku N° 2178 : PAR FOUAD K. Comment jouer ? Mots croisés N°5590 : PAR
Sudoku
N° 2178 : PAR FOUAD K.
Comment jouer ?
Mots croisés
N°5590 : PAR FOUAD K.
L’HOROSCOPE
Le sudoku est une grille
de 9 cases sur 9, divisée
elle-même en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
de Mehdi
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
7
9
6
8
I
CAPRICORNE
3
5
(21 décembre - 20 janvier)
II
AUJOURD’HUI
III
1
2
8
5
est de la remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9
de manière que :
IV
3
1
6
8
4
chaque ligne contienne
tous les chiffres
de 1 à 9 ;
-
V
Vous puiserez dans vos
ressources énergétiques.
Donnez-vous la possibili-
té de vous détendre pour
récupérer.
6
7
8
2
3
VI
-
chaque colonne
5
4
contienne tous les
chiffres de 1 à 9 ;
VII
VERSEAU
(21 janvier - 19 février)
VIII
4
3
6
-
chaque bloc de 3X3
IX
1
9
4
contienne tous les
chiffres de 1 à 9.
X
Vous aurez l’occasion de
vous exprimer sur une
situation difficile. On écou-
tera vos conseils avisés.
POISSONS
5
2
Cette grille est de niveau
moyen : elle contient
déjà 30 chiffres.
HORIZONTALEMENT - I - Couveuse. II - Contenons par la force.
III - Brome - Note - Traditions. IV - Vent du Nord - Voyelle double.
V - Européen - Faces d’un polyèdre. VI - Banlieues de Toronto -
Insuffisances rénales. VII - Frotte d’une plante potagère - Soûl.
VIII - Lettres du Brésil - Première compagne. IX - Article -
Cosmos. X - Navires convoyeurs.
(20 février - 20 mars)
Solution Sudoku n° 2177
Citations
VERTICALEMENT - 1- Invincible. 2 - Railleuses. 3 - Adverbe -
Patrie d’Abraham - Scandium. 4 - Cavité de l’oreille interne. 5 -
Il y aura une opportunité de
changement dans votre ciel
affectif. Réfléchissez bien
avant de prendre une déci-
sion qui pourrait vous enga-
ger à long terme.
8
4
9
2
6
1
3
5
7
BÉLIER
(21 mars - 20 avril)
3
1
2
8
7
5
6
9
4
6
5
7
9
4
3
1
8
2
“Le bonheur est
dans l'amour un
état anormal”.
Marcel Proust
Chanteur belge - Bayer aux corneilles. 6 - Paresseux - Trou mural
- Cardinal. 7 - Raz de marée - Lettres de Phénix. 8 - Aurore -
Instrument de maçon. 9 - Premier - Tribu israélite - Chrome. 10 -
Ancienne algéroise des transports - Mis en terre.
Solution mots croisés n° 5589
Vous vous sentirez porté en
avant et aurez de bonnes
idées. Ne vous dispersez pas
et exploitez-les aussitôt.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
4
6
1
7
3
9
5
2
8
TAUREAU
I
G
O
U
G
N
A
F
I
E
R
(21 avril - 21 mai)
II
A
P
P
R
I
V
O
I
S
E
Vous n’hésiterez pas à colla-
7
3
8
5
1
2
4
6
9
“Le bonheur est de
connaître ses
limites et de les
aimer”.
Romain Rolland
III
L
I
A
I
I
L
O
C
IV