Vous êtes sur la page 1sur 1

Grève du personnel de la tutelle Quand les femmes sortent de l’ombre

à l’hôpital du Vinatier
Le Musée de la Résistance de Givors* présente une
Au Vinatier, 7 agents gèrent les dossiers de 430 expo intitulée « La Résistance au féminin » : 28
personnes « protégées » par une mesure décidée panneaux d’une grande qualité, confectionnés par des
par les juges des tutelles : 75 % d’entre elles vien- militants pour rendre hommage à ces femmes
nent à l’hôpital en soin ambulatoire. Cette mesure méconnues.
les aide à vivre normalement dans la cité, malgré La moitié de cette rétrospective présente la place des
des difficultés à gérer la plupart du temps de mai- femmes dans la société d’avant guerre : leur statut de
gres ressources. Depuis plusieurs mois, ces mineure avec le Code civil napoléonien toujours en
agents soulèvent la question de leurs conditions vigueur, le culte pétainiste de la famille et
de travail. Le directeur de l’établissement avait re- l’embrigadement dans les organisations fascistes de
connu que l’effectif minimum devait être de 10,5 l’autre côté des frontières. Un temps pas si lointain
équivalents temps plein, pour rencontrer ces per- où l’on exécutait des « avorteuses »…
sonnes en ayant le temps de les associer à la ges- L’autre partie de l’expo raconte le combat de ces
tion de leur budget, plutôt que de leur imposer. femmes. Parmi elles,
Mais aujourd’hui toute embauche a été bloquée, - Dora Schaul, antifasciste allemande, membre d’un
sur ordre de mise au pas drastique du ministère. groupe d’infiltration de la Wehrmacht qui jette des
Les départs ne sont plus remplacés, d’où la situa- tracts dans les casernes, elle recueille des
tion de crise à l’hôpital. Le service a décidé, avec renseignements grâce à son travail à la poste des
l’appui des 4 syndicats, de ne plus accepter de tra- armées à Lyon
vailler n’importe comment. Les personnels des au- - Lise Lesèvre a la responsabilité d’une école pour
tres services sont venus nombreux les soutenir les instructeurs du Maquis à Theys dans l’Isère
car c’est bien la solidarité de tous qui permettra de - Jeanne Quiblier fait des faux papiers en utilisant
contrecarrer les projets du ministère. l’état civil de la mairie de Grigny où elle travaillait
Les hôpitaux ont des budgets étranglés alors que - Renée Peillon, informatrice des Forces Françaises
les besoins de soins augmentent, et ceci malgré la de l’Intérieur, pour laquelle un monument a été érigé
volonté sans cesse imposée de renvoyer les habi- sur la route N86
tants sur le privé. et bien d’autres, dont certaines militaires, comme
Cette grève est un encouragement : la circulaire Odile Monin, qui participe à l’Insurrection de
Bachelot relative à la campagne budgétaire pu- Villeurbanne, Mme Moreau Boyer, chef de l’Armée
bliée début mars 2008 n’est pas acceptée par les Secrète sur Chasse sur Rhône, Madeleine Riffaud,
personnels et la population. Une résistance est « Franche Tireuse et Partisane » qui abat des chefs de
possible et doit se coordonner. la milice et des officiers allemands, ou Léa Blain, qui
Certes, cette circulaire donne des moyens pour les tombe « les armes à la main » dans le maquis du
plans Alzheimer, cancer, les soins palliatifs, … Vercors : on est loin de l’image classique des agents
mais pour les autres objectifs (désengorger les ur- de liaison, qui cachent leur chargement au fond d’un
gences, recentrer les services sur les soins aigus, landau !
…) c’est à moyens constants. En résumé, il faut On apprend aussi comment Danièle Casanova,
soigner vite, et pas cher. Ceux pour qui on n’a rien dirigeante du Mouvement de la Jeunesse
prévu seront laissés aux organisations humanitai- Communiste, obtient une structure à part, l’Union
res qui vivront sur les dons. La prochaine étape des Jeunes Filles de France : elles montent des
que ce gouvernement veut imposer sera le rem- opérations de soutien aux républicains espagnols
placement du statut actuel des hôpitaux (camions de nourriture et de médicaments) puis des
« établissement public administratif » par celui actions de solidarité avec les prisonniers et des
d’ « établissement public à caractère industriel et manifestations de « ménagères », comme à Givors en
commercial », dans lequel le personnel est soumis 1942, où elles descendent par deux fois dans la rue
au droit privé. Le gouvernement propose de laisser contre la pénurie liée à l’Occupation. Les comités de
chaque établissement demander progressivement femmes vont se regrouper en 1943 dans l’Union des
ce changement de statut pour tout ou partie de Femmes Françaises pour la défense de la famille et la
son personnel. Comme à la Poste, les hospitaliers libération de la France : au-delà du nom marqué par
se retrouveront demain sur des statuts différents. l’époque, cette nécessité d’une organisation
Cette lutte des agents de la tutelle pour des em- spécifique des femmes pour combattre leur
bauches préfigure ce qui est nécessaire contre le oppression reste aussi impérieuse aujourd’hui.
plan de privatisation des hôpitaux, que ce gouver-
nement veut nous imposer avant l’été, au nom de
l’ « harmonisation avec le privé ». La santé ne doit * Musée de la Résistance et de la
Déportation, 10 place de la Liberté (à
pas être laissée aux financiers. Souhaitons que
10 mn à pied de la gare de Givors) :
s’organise une riposte la plus large et unitaire pos- l’expo est ouverte jusqu’au 19 avril les
sible. mercredi et samedi de 14 à 18 h (2 €).