Vous êtes sur la page 1sur 2

Lycée Ahoune Sané de Bignona Evaluation du 2 nd semestre TERMINALES

Année scolaire 2013-2014 Durée : 4 heures Série : L’ : Coef. 6 - L 2 : Coef. 5

F R A N Ç A I S

(Un sujet au choix du candidat)

SUJET I : COMMENTAIRE SUIVI OU COMPOSE

La beauté

Je suis belle, ô mortels! comme un rêve de pierre, Et mon sein, où chacun s'est meurtri tour à tour, Est fait pour inspirer au poète un amour Eternel et muet ainsi que la matière.

5.

Je trône dans l'azur comme un sphinx 1 incompris ; J'unis un cœur de neige à la blancheur des cygnes 2 ; Je hais le mouvement qui déplace les lignes, Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

Les poètes, devant mes grandes attitudes,

10.

Que j'ai l'air d'emprunter aux plus fiers monuments, Consumeront leurs jours en d'austères 3 études;

Car j'ai, pour fasciner 4 ces dociles amants, De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :

Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857.

Lexique : 1. Monstre à corps de lion et tête de bélier. - 2. Oiseau qui, avant de mourir, chanterait davantage et plus fort. - 3. D’un caractère sévère. - 4. Attirer, charmer.

Vous ferez de ce texte un commentaire suivi ou composé. Dans le cadre d’un commentaire composé, vous pourrez montrer que par l’allégorie de la beauté, le poète la présente comme d’une part monstrueuse et dangereuse et d’autre part comme fascinante et utile pour l’inspiration des poètes.

Aidez-vous des remarques suivantes.

Allégorie, comparaison, personnification, champ lexical, métaphore, ponctuation expressive, parallèle, apostrophe ou invocation, adjectif qualificatif, futur simple, rythme, enjambement, rime, vers, strophe, antithèse, connotation, thème.

SUJET II : COMMENTAIRE SUIVI OU COMPOSE

L’agonie de Fama

Une fois libéré, Fama veut retourner à Togobala, le village natal. Malheureusement, celui-ci est situé dans le pays voisin, et la frontière était fermée. Voulant passer quand même, Fama saute du pont sur la berge, mais il est attaqué et mortellement blessé par un caïman sacré. Les gardes frontaliers le ramassent et l’emmènent en ambulance.

5

10

15

Il se réveilla. Deux infirmiers le maîtrisèrent sur le brancard ? Un autre agitait une seringue. A-t- il été piqué ? Fama l’ignorait, mais il voyait à nouveau, entendait à nouveau les pétards, les feux, les secousses, la poussière. Mais pourquoi Fama, qui allait à la puissance, au pouvoir, ne rêvait-il pas de lune ? N’est-il pas certain que rêvent toujours de lune ceux qui ont sur leur chemin la grande fortune,

le grand honneur ? La lune… La lune de Fama… Sa lune ! La lune… Fama sur un coursier 1 blanc qui galope, trotte, sautille et caracole. Il est comblé, il est superbe. Louange au Miséricordieux ! Mais Fama se retourne. Son escorte s’est évanouie. Où ont-ils disparu,

mes suivants ? proteste-t-il. Il est seul, il sent la solitude venir, elle assaille, pénètre dans son nez qui souffle un nuage de fumée, balaie les yeux, répand les larmes, vide le cœur, remplit les oreilles de la

2 jusqu’à ce que pointe et sorte la queue fuyante et le manque, Fama les pourchasse. Soudain

nausée

un éclair explose, éparpille l’air, le ciel et la terre, et le coursier se cabre au bord du gouffre 3 . Fama

tremblote. Une prière. Tout s’arrange doux et calme, la douceur qui glisse, la femme qui console, et l’homme, et la rencontre d’un sous-bois frais et doux, et les sables menus et fins, et tout se fond et coule doucement et calmement, Fama coule, il veut tenter un petit effort.

Fama avait fini, était fini. On en avertit le chef du convoi sanitaire.

Ahmadou Kourouma, Les soleils des Indépendances, pp.195-196, 1970.

Lexique : 1. Grand cheval. 2. Sensation de mal-être avec approche de vomissements. 3. Trou très profond et insondable.

Vous ferez de ce texte un commentaire suivi ou composé. Dans le cadre d’un commentaire composé, vous pourrez montrer comment le narrateur, par le biais de la ponctuation et de diverses figures, parvient à traduire une vision de Fama partagée entre un espoir d’élévation vers la gloire et une mort fatale.