Vous êtes sur la page 1sur 2

Mémo 3

:
La responsabilité commettants / préposés
La responsabilité des commettants du fait de leur préposé trouve son fondement à
l’a1384 al 5 CC.

TROIS CONDITIONS

(pour engager la responsabilité commettant)

UN DOMMAGE
Ce dommage peut être matériel, corporel ou moral (« pretium doloris » : trouble
psychologique, douleur). Le préjudice doit être direct, personnel et légitime :

Direct (certain) : si on a un doute sur le dommage, il n'est en principe pas
réparable. On peut indemniser un préjudice futur s'il est certain. La victime peut obtenir la
réparation du préjudice
économique lié aux dépenses qu'elle a exposé ou qu'elle va
exposer pour prévenir un risque de
dommage. S'il est impossible de prouver l'absence
de risque, alors indemnisation.
– Personnel : seule la personne qui a subit le dommage (victime) peut saisir un
tribunal d'une demande de réparation ou si elle ne peut pas elle peut demander
mandat à une autre personne. Règles dérogatoires (pour les dommages
environnementaux par ex, une assoc peut demander réparation).
– Légitime : il s'agit de vérifier que le dommage résulte de la lésion d'un intérêt
licite de la victime. Il faut voir si le dommage réparable est illicite. Ex : si le
proprio d'un atelier clandestin doit abandonner son atelier à la suite de son
accident, son dommage pécuniaire est certain, personnel mais non licite car le
revenu qu'il se plaint d'avoir perdu avait été de provenance illégale.

LIEN DE PRÉPOSITION
Le lien de préposition est défini comme le droit pour le commettant de donner des ordres
et des instructions au préposé sur la manière de remplir les fonctions qu’il lui a confiées.
Civ., 4 mai 1937 : le pouvoir de donner des ordres suffit à constituer le rapport de
préposition.
La preuve de ce lien de préposition est facile à rapporter dans certains cas, notamment
dès lors qu’il existe un contrat de travail entre le commettant et son préposé. Principe
d’unicité du commettant responsable : qu’un seul commettant. Par exception, dans
certains cas, il peut exister un lien de préposition collectif.

UN LIEN AVEC LES FONCTIONS DU PRÉPOSÉ
Arrêt Costedoat, 25 fév 2000 (Cass, AP) : pose le principe de l’immunité du préposé dès
lors qu’il demeure dans la limite de sa mission. Par exception, l’immunité est exclut dès
lors que le préposé commet une faute intentionnelle (arrêt Cousin, 14 dec 2001) ou une
infraction intentionnelle. S'il y a abus de fonction : la responsabilité du commettant ne
peut pas être recherchée (cf abus de fonction dans cause exonération).
Un préposé qui a trouvé dans l'exercice de sa profession, sur le lieu de son travail et
pendant son temps de travail, les moyens de sa faute et l'occasion de la commettre, agit
toujours dans l'exercice de ses fonctions (donc pas d'abus de fonction puisqu'une des
conditions n'est pas remplie) → arrêt 17 mars 2011.

LES ACTIONS DE LA VICTIME
Si préposé agit dans la limite de sa mission, alors la victime a une action contre le
commettant et ce dernier n’a aucun recours contre le préposé. En revanche, si le préposé
agit en dehors de sa mission, alors la victime peut agir de 2 manières :
1/2

Droit civil – Mémo 3

cependant. Si jamais la victime a la croyance légitime que le préposé agit bien dans le cadre de sa fonction. alors cela prouve que la victime a fait preuve d'une « imprudence consciente et délibérée ». 3 critères cumulatifs pour constater l’abus de fonction (arrêt La Cité. Exonération totale. si la victime n'est pas de bonne foi et fait ressortir qu'elle a des compétences sur ce qu'elle a fait. 19 mai 1988) : – Le préposé doit agir sans autorisation du commettant – A des fins étrangères à ses attributions – Hors des fonctions auxquelles il est employé De plus. CAUSES EXONÉRATION Possibilité pour le commettant de s’exonérer responsabilité en rapportant preuve abus de fonction. – Action contre le commettant : celui-ci conserve un recours à l'égard de son préposé. AP. Schéma mémo : Mission Non Abus de fonction Commettant Préposé + commettant in solidum Préposé 2/2 Droit civil – Mémo 3 . Si elle pouvait savoir. on va retenir un abus de fonction (→ exonération commettant).– Action contre le préposé : pas de recours du préposé contre le commettant. on ne retiendra pas l'abus de fonction (arrêt 29 av 1998).