Vous êtes sur la page 1sur 27

Introduction

’’La psychologie de base d'un entrepreneur social est quelqu'un qui ne peut pas venir au repos, dans un sens très profond, jusqu'à ce qu'il ou elle a changé le modèle dans un domaine de préoccupation sociale tout ensemble de la société. Les entrepreneurs sociaux sont mariés à une vision, par exemple, une meilleure façon d'aider les jeunes grandissent ou de prestation de soins de santé mondiale. Ils ne pourront tout simplement pas s'arrêter parce qu'ils ne peuvent pas être heureux jusqu'à ce que leur vision devienne le nouveau modèle. Ils vont persister pendant des décennies. Et ils sont aussi réalistes qu’ils sont visionnaires. En conséquence, ils sont des très bons écouteurs. Ils cherchent à savoir que quelque chose ne fonctionne pas bien et une fois qu'ils le font, ils ne cessent de changer simplement l'idée et / ou l'environnement jusqu'à ce que leur idée fonctionne. Ils sont intensément préoccupés par la question « comment » ; Comment puis-je sortir d'ici à là? Comment puis-je résoudre ce problème? Comment ces pièces s'emboîtent ?’’ [Bill Drayton, Fondateur d’Ashoka] Depuis une vingtaine d’année, se développe partout dans le monde une nouvelle manière d’entreprendre, qui conjugue efficacité économique et utilité sociale, et qui ouvre des voies prometteuses dans le combat contre les problèmes majeurs de nos sociétés : l’entrepreneuriat social. Le phénomène, mondial, semble dessiner un nouveau modèle, hétérogène, qui emprunte à la fois au secteur « non profit » traditionnel et aux pratiques du « business » ancrées sur le marché, afin d’apporter des réponses nouvelles et durables aux problèmes sociaux et environnementaux. Celui-ci suscite aujourd’hui un véritable engouement tant au niveau de la recherche que de la pratique. Les entreprises sociales se sont développées à un rythme très soutenu dans les deux dernières décennies : ainsi, selon la deuxième étude réalisée dans le cadre du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) en 2006, environ 3,2% de la population active, soit près d’1,2 millions de personnes, étaient engagées dans des activités d’entrepreneuriat social au Royaume-Uni. L’émergence, dans le monde, de nombreux réseaux ou organisations destinées à accompagner et promouvoir l’entrepreneuriat social témoigne aussi de l’essor du phénomène : le réseau Ashoka, la Fondation Klaus Schwab pour l’entrepreneuriat social, ou encore la Fondation Skoll en sont les exemples les plus emblématiques. Dans le milieu académique, cette notoriété grandissante se traduit par le développement de centres de recherche et de formation en entrepreneuriat social dans l’enseignement supérieur : les initiatives pionnières de Harvard, Stanford, Columbia ou Oxford ont été suivies, plus récemment, par certaines des plus grandes écoles de commerce françaises (ESSEC et HEC). Si l’enthousiasme est tel, c’est que l’entrepreneuriat social apporte des réponses innovantes à des problèmes que les gouvernements, les institutions publiques ou les organismes de charité échouent à résoudre depuis bien longtemps. Dans son rapport sur le développement dans le monde 2010, la Banque Mondiale estime.

 

1

Qu’un quart de la population mondiale a moins d’1,25 dollar par jour pour vivre, qu’1,6 milliard de personnes n’a pas l’électricité et qu’un milliard n’a pas accès à l’eau potable. Les pays développés ne sont pas épargnés : en France, 13,2 % de la population en 2006 vivait en deçà du seuil de pauvreté (considéré par l’INSEE comme 60% du niveau de vie médian soit 880 euros par mois en 2006). A l’heure de la crise financière mondiale, de la montée du chômage et de l’exclusion, de la persistance de la pauvreté, du changement climatique, des catastrophes naturelles et humanitaires (Tsunami en Asie du Sud-est en 2005, séisme d’Haïti en janvier 2010), l’entrepreneuriat social semble donc plus que jamais d’actualité. Le succès reconnu de formules innovantes apportées par des entrepreneurs sociaux, dont les exemples les plus probants et les plus connus, sont ceux du microcrédit développé par Muhammad Yunus avec la Grameen Bank ou encore du commerce équitable, donne une nouvelle perspective d’avenir à la lutte contre les problèmes sociaux.

Selon Alex Nicholls (2006), s’il y a toujours eu des organisations poursuivant des missions sociales, la nouveauté réside dans le changement d’échelle (la Grameen Bank octroie près de 2,4 millions de microcrédits au Bangladesh et en Afghanistan), le caractère systémique du changement (le commerce équitable a permis une modification profonde dans les modes de consommation de nombreux clients) ainsi que dans la grande diversité des approches et des solutions proposées. Plus encore, la crise financière mondiale de 2008, dont le monde est loin d’être sorti, semble remettre en cause en profondeur le capitalisme débridé qui l’a précipitée. L’entrepreneuriat social peut dès lors s’afficher fortement comme une alternative complémentaire et nécessaire à l’économie de marché et au capitalisme traditionnel. Dans un contexte où les solutions apportées par les Etats ou les organisations caritatives ne semblent pas, seules, assez efficaces, l’entrepreneuriat social apparaît comme un thème majeur, qui mérite largement que l’on s’y intéresse. Fort de son développement et d’exemples de réussite dans la pratique, le concept d’entrepreneuriat social a commencé à être, depuis une vingtaine d’année, un objet d’étude du monde académique et des acteurs du mouvement. Aussi, même s’il peut renvoyer à des réalités plus anciennes, l’entrepreneuriat social fait figure de notion en émergence ; et la recherche à son sujet s’inscrit souvent au croisement des cadres théoriques du « management non profit » et de l’entrepreneuriat.

 

2

1 - L'entrepreneur social: La solution

innovatrice à la maîtrise des contraintes

économiques et

problèmes sociaux.

Apparu dans les années 90, l’entrepreneuriat social, c’est avant tout une entreprise. Il désigne toute initiative privée dont la finalité sociale (réponse à un besoin social) est supérieure ou égale à la finalité économique (lucrativité). Les entrepreneurs sociaux sont des individus qui portent des solutions innovantes à des problèmes pressants de la société. Ils identifient des approches innovantes pour résoudre des problèmes qui apparaissaient souvent comme insolubles. Ces entrepreneurs ont ou développent la capacité à apporter des solutions concrètes, et à concilier l’approche économique avec des objectifs sociaux. En incarnant un modèle alternatif viable, l’entrepreneuriat social agirait donc comme un vecteur de changement 1 .

Le domaine grandissant de l’entrepreneuriat social ne cesse pas d’attirer l’attention et la réputation. Le terme apparait dans les journaux, dans les discours politiques et économiques et c’est devenu un sujet commun dans les universités (il existe même des facultés entièrement consacré à l’étude et recherches sur l’ES). Cependant toute introduction à l’entrepreneuriat sociale doit commencer avec la définition du terme entrepreneuriat car si la notion de l’entrepreneuriat reste flou, la modification donc, du terme avec la descriptive social, n’abouti pas à grande chose.

1

 

3

1.1L'entrepreneur et l'entrepreneuriat

Le mot entrepreneur sous-entend plusieurs choses selon les critères de la recherche faite. Ce mot qui est d'origine français et qui est définie selon le dictionnaire Petit-Robert comme celui qui entreprend. Le nom entrepreneur est couramment employé pour désigner qui entame un projet de création d'entreprise ou comme est à la mode aujourd'hui pour décrire un milliardaire (souvent très jeunes) qui a réussir un projet innovateur au bout d'un certain temps (< de 5 ans au moyen). Cette notion est toujours vraie si on se concentre sur des entreprise de silicone vallée ou les "start-ups" les plus connus du monde. Pourtant l'entrepreneuriat et l'entrepreneur englobe beaucoup plus que ça. Au début de l'avancement de ce mouvement, les économistes ont essayés de définir l'entrepreneur, de lui situer dans un cadre spécifique et d'une certain caractéristique. Commençons, dans les milieux français avec Cantillon (1755) et Say (1803) l'entrepreneur était non seulement celui qui saisit une opportunité en vue de réalisée un profit, mais qui en assure les risques puisqu'il investit son propre argent. 2 En 1921, l'économiste Américain John Knight a repris également la dimension de l'incertitude et de risque calculée associée à ce type d'approche. Néanmoins, nous devrons néanmoins attendre jusqu'au 1947 pour évoluer notre compréhension de l'entrepreneuriat grâce à l'école Autrichienne et particulièrement Joseph Schumpeter 3 . Pour lui, l'entrepreneur est un innovateur, un créateur, un agent du changement. Il insiste profondément sur l'aspect innovateur de l'esprit entrepreneurial et sur la participation active de l'entrepreneur au développement économique par ce qu'il appelle "la destruction créatrice" du système capitaliste.

1.2 Revue de la littérature et l’analyse perspective de la terminologie associée à l’entrepreneuriat social.

L’essor de l’entrepreneuriat social s’explique par de nombreux facteurs qui ont été mis en évidence dans la littérature internationale et qui ont créé un terreau fertile pour son développement. La prolifération des organisations évoluant dans le secteur social a conduit à une concurrence accrue pour le financement et a rendu nécessaire la recherche de nouvelles sources de financement, plus stables et plus abondantes que les dons ou les subventions publiques. Le désengagement de l’Etat dans certains secteurs s’est traduit par une croissance des besoins sociaux non couverts. De plus, l’influence grandissante des ONG (Greenpeace, Amnesty International, entre autres, sont désormais des organisations de poids avec lesquelles les Etats doivent compter) s’est accompagnée d’une professionnalisation de celles-ci, dans le cadre d’une

2

3

 

4

demande nouvelle d’efficacité et de responsabilisation des fonds. Enfin, on peut déceler une acceptation de plus en plus présente des forces du marché et du pouvoir de la compétition, qui favorisent notamment l’innovation et l’efficacité, pour répondre à certains besoins sociaux. Ces différentes circonstances ont donc conduit les organisations du secteur social à adopter des stratégies de positionnement sur de nouveaux marchés pour financer leur activité sociale : en exploitant des opportunités lucratives dans leur cœur de métier, l’intervention sociale. Ce qui consiste pour eux à développer des entreprises rentables dans un autre métier, ou encore par des partenariats avec des entreprises commerciales (Alter, 2006).

Bien que la notion de l’entrepreneuriat social semble jeune par rapport à l’entrepreneuriat classique, nous allons examiner les termes et différents notions principales souvent associées ou lier a l’entrepreneuriat social. Nous commençons par l’économie sociale et solidaire pour clarifier ce qui est pour plusieurs et l’une et la même chose. Puis nous traitons le sujet de social business, modèle économique nouvelle qui adapte le système capitaliste pour le bien de la société. Loin d’être synonyme de l’entrepreneuriat social, cette idée nouvelle avancée par Mohammed Yunus, lauréat de Prix Nobel de Paix en 2006 cherche à résoudre les plus grands problèmes sociaux avec la performance entrepreneuriale tout en éliminant le partage de dividendes. Finalement, on attaque les fondements et champ d’actions des ONG’s, pionniers de travail social depuis plusieurs années.

1.2.1 L'Economie Sociale et Solidaire

Le terme d'économie sociale et solidaire regroupe un ensemble de coopératives, mutuelles, associations, syndicats et fondations, fonctionnant sur des principes d'égalité des personnes (1 personne 1 voix), de solidarité entre membres et d'indépendance économique. Toutefois le premier terme de l'expression, celui de l'économie sociale, se réfère plutôt à des organisations identifiées par leur statut et occupant une place importante dans la vie économique (banques, mutuelles, etc.). La notion d'économie sociale qui est née à la fin du XIXe siècle et s'est progressivement structurée sous l'impulsion du socialisme utopique, du mouvement ouvrier et du catholicisme social. Le deuxième terme, la notion d'économie solidaire, se rapporte à des activités visant à expérimenter de nouveaux « modèles » de fonctionnement de l'économie, tels le commerce équitable ou l'insertion par l'activité économique.

Elles se distinguent à la fois des entreprises individuelles (par leur caractère collectif), des entreprises publiques (ce sont des organisations privées) et des sociétés de capitaux (elles réunissent des personnes avant de réunir des capitaux et ne cherchent pas la rémunération de ces derniers). « Les membres de l’organisation établissent entre eux une forme de solidarité : mutualisation

 

5

des risques, mise en commun des produits de l’activité, constitution d’une épargne commune, échanges réciproques, etc. » (Jean-François Drapéri, 2009) L'ESS peut aussi être définie comme une action collective, une mobilisation sociale inspirée par trois mobiles qui sont les besoins socioéconomiques des populations (la nécessité), les aspirations de ces derniers a une identité propre (identité), l'horizon partagé d'une vision démocratique et équitable (projet de société). On peut caractériser l'ESS comme une nouvelle manière d'entreprendre bien différente de celle de l'entrepreneuriat social, qui cherche à réconcilier la logique économique et l'esprit entrepreneurial avec l'utilité social. L'économie sociale et solidaire d'un autre côté résulte d'une association volontaire d'acteurs poussés par un même objectif parfois, mais non pas forcément social. Cette vision repose sur trois dimensions suivantes:

  • 1 La dimension sociale - Besoins socio-économiques, socio culturels et socio- politiques de se regrouper dans les organisations démocratiques.

  • 2 Dimension économique - affronter le marché par la production de biens et services.

  • 3 Dimension politique- la pluralité d'engagements citoyens avec des mobiles socio-politiques divers. Lorsqu’on parle d’économie sociale et solidaire, c’est donc généralement pour désigner des organisations qui recherchent davantage une amélioration sociale ou environnementale qu’un gain financier, et qui respectent les principes directeurs de gestion démocratique, d’utilité collective ou sociale du projet, de mixité des ressources, et de non-lucrativité individuelle

Les acteurs de l’ESS définissent plus généralement cette notion comme une « alternative au libéralisme ». Il serait pourtant hâtif d’assimiler totalement l’entrepreneuriat social à la création d’organisations dans ce que l’on appelle le secteur de l’économie sociale et solidaire. Même s’il peut s’appliquer à des réalités plus anciennes, le terme « entrepreneuriat social » est beaucoup plus jeune que celui d’« économie sociale » : c’est seulement dans les années 1990 qu’il commence à connaître un écho significatif des deux côtés de l’Atlantique. Il semble renvoyer à un nouvel élan, une nouvelle dynamique, allant au-delà des considérations liées au statut juridique des organisations ou au projet politique.

1.2.2 Le Social Business

Il existe un vaste nombre d'expressions pour désigner les entreprises dont le cœur de l'activité est la vocation sociale. Bien que certaines notions soient proches je tiens à éclaircir le concept du social business en le différenciant avec celui de l'entrepreneuriat social.

Un social business n'est pas de l'entrepreneuriat social. Bien que l'objectif entre les deux semble le même, il n'en est rien. En effet, dans les deux cas les créateurs d'entreprise apportent des solutions innovantes et concrètes dans le

 

6

but de concilier l'approche économique avec des objectifs sociaux. Cependant un social business est un type de structure bien spécifique - pas de perte, ni de dividende avec un objectif à visée social. Le professeur Yunus insiste bien sur le fait que la structure d'un social business est unique ce qui le rend bien distinct.

Alors Le Social Business, de quoi s'agit-il?

Ce terme qui a des allures de projet philanthropique n’a pourtant rien à voir du tout avec de la charité! Avant toute chose, un social business, ou si vous préférez une « entreprise sociale », est une entreprise! Oui, une entreprise comme toutes les autres. C’est à dire que contrairement aux associations, fondations ou autres organismes à but non lucratif dépendantes de financements extérieurs, un social business est une entité auto-suffisante financièrement qui n’a besoin de personne pour exister. Cette nouvelle forme d’activité économique a été mise sur le devant de la scène par le Prix Nobel de la Paix 2006, Muhammad Yunus, également pionnier du micro crédit, dans le but de proposer une alternative au système actuel du tout-profit et ainsi en quelque sorte renouveler le capitalisme, en rendant à l’Homme sa place centrale.

C'est un modèle économique que développe depuis quelques années la Grameen Bank, fondée par Muhammad Yunus, en association avec d'autres entreprises. Monter un social-business peut aussi bien être l'affaire d'un individu, que celle d'une petite, moyenne ou grande entreprise. "Il s'agit de créer une entreprise dans le but non pas de maximiser ses profits mais de résoudre un problème de santé publique ou d'environnement", a rappelé le Prof. Yunus, à Paris pour la sortie en français de son livre "Pour une économie plus humaine. Construire le social-business". Le principe est simple : pas de perte ni de dividende. Autrement dit, il faut que l'entreprise soit suffisamment rentable pour être durable et ne pas dépendre des aléas de l'aide extérieure des ONG ou des organisations internationales. Mais il faut aussi qu'elle soit libérée de la pression actionnariale et donc de l'exigence de maximisation des profits pour pouvoir offrir des prix abordables. Comme le résume son ami Michel Rocard, "le social business, c'est la logique d'économie marchande et capitaliste mais sans la distribution de dividendes". Pour l'ancien premier ministre Français, ce modèle est la preuve que "l'on peut vivre dans une économie de marché de manière non cupide".

1.2.3 Les Organisations Non- Gouvernementales (ONG)

Les ONG jouent un rôle très important dans le développement des pays en touchant la minorité des gens qui sont souvent négligée par la politique général du pays. On ne peut pas aussi sous-estimer la grandeur de travail qu’ils fournissent en temps de crise ou de guerre. Au Maroc aussi, leur impacte est ressenti dans plusieurs domaines de développement tout en améliorant la situation sociale. La force des ONG réside dans la proximité de leur travail, elles sont plus à l’écoute des besoins de la population et de par leur action appelées à

 

7

tisser des relations de partenariat formelle ou informelle avec les bénéficiaires. La conscience des ONG de la limite de leur intervention sur le terrain les incite à renforcer l’autonomie de la communauté et sa capacité à prendre elle même en charge l’activité de développement.

L’action de l’ONG repose sur une légitimité culturelle car avant l’émergence du l’Etat moderne suite à l’indépendance du pays, la communauté gérait elle même les services sociaux de base. Les associations locales pour l’équipement des douars en réseaux locaux de distribution d’eau potable ont bénéficié de l’adhésion de la communauté à leur projet ; le tour d’eau dans les OASIS du sud est depuis toujours géré par la communauté.

En 1997 on comptait 17 000 associations, le chiffre est estimé à 40 000 en 2004. Une grande partie des ces associations sont actives dans un cadre local au niveau d’une localité au un quartier. Les ONG marocaines sont actives dans tous les domaines allant du sport et de la culture qui ont toujours été considérés comme des domaines traditionnels de l’activité associatives, jusqu’à l’équipement et l’infrastructure qui était jusqu’à ces dernières années du domaine protégé de l’Etat et par la suite des attributions des collectivités locales. Actuellement des programme du gouvernement réalisent des projets d’infrastructure de base en partenariat avec les communautés via les associations communautaires qui sensibilisent, mobilisent et assurent la participation financière de la communauté.

Les ONG ont joué un rôle très actif dans le processus de démocratisation du pays. Les associations de droit de l’homme sont arrivées à imposer le discours du droit humain sujet tabou pendant plus de trente ans et à lever le voile sur les dérapages qui ont eu lieu pendant les années de plomb. Les actions entreprises par les associations féminines ont abouti finalement au changement du code de la famille et à l’acceptation de la reforme. Ils se sont aussi investis dans le domaine de la micro-finance donnant ainsi la possibilité aux populations les plus défavorisés l’accès au crédit, ce qui a permis à des milliers de pauvres de réaliser leur micro projets encourageant ainsi la prise d’initiative chez les plus démunis.

Le déficit énorme dans l’éducation et la santé à amené les ONG à s’investir dans ces domaines.

2- Les enjeux et perspectives de l'entrepreneuriat social au Maroc

L’entrepreneuriat social marocaine dans le sens propre du mot n’as pas encore fait l’objet des beaucoup de publications pour pouvoir en sortir une théorie, méthodologie ou analyse distincte qui lui différencie de l’entrepreneuriat classique. Par conséquent, les textes sur lesquels s’appuie notre recherche sont typiquement de l’entrepreneuriat classique au Maroc et dans certains cas ceux des associations marocaines et leurs champs d’activité.

 

8

2.1 L'apparition et développement de l'entrepreneuriat social au Maroc

L’Entrepreneur a subi une évolution depuis l’indépendance, marocanisation oblige, le pays a vu émerger une classe d’hommes d’affaires qui ont investi dans des secteurs producteurs de richesse: textile, agro alimentaires, industrie légère. Mais ces secteurs ne peuvent pas constituer les fondements d’une économie moderne susceptible de créer la richesse et engager le pays dans un développement économique et social généralisé et ceci en raison de la mentalité profonde et dominante du commerçant marocain, prudent et frileux et privilégiant une économie de rente sans prise de risque. Cette situation a perduré jusqu’à 1990, date à laquelle on a instauré de grandes réformes structurelles qui seront à l’origine de la croissance qu’à connu le Maroc jusqu’aux nos jours. Ces réformes ont conduit à des transformations certes progressives mais certaines qui ont impulsés un réelle dynamique entrepreneuriale. Cette dynamique a favorisé la genèse et le développement d’un certain nombre de mutation au niveau de la nouvelle génération d’entreprise et d’entrepreneurs. Au Maroc aujourd’hui, l’état soutien davantage des projets d’innovation au sens institutionnel et administratif afin de promouvoir et de développer la culture entrepreneuriale.

Plusieurs

motifs

laissent penser que l’économie marocaine ne pourra

se

développer sans entreprises et qu’il n’y aura pas d’entreprises sans entrepreneurs capables de les pérenniser et de les développer. En effet, parler de l’entrepreneuriat au Maroc , c’est d’abord admettre les éléments suivants :

Le potentiel entrepreneurial et social au Maroc existe

L’entrepreneur est le fruit de son milieu socioculturel.

L’environnement politique, social, culturel et économique est un facteur déterminant pour diffuser, développer la culture entrepreneuriale et motiver l’entrepreneur. Aborder ces éléments nécessite de les replacer dans des perspectives multiples, soit :

Economique, a savoir liée a la stratégie de l’Etat en matière de promotion et de la culture entrepreneuriale. Managériale, a savoir liée aux nombreux métiers et compétences mis en place dans l’environnement des porteurs d’idées et de projets (acquisitions et développement des habilites et compétences nouvelles…) Socioculturelle, à savoir liée aux éléments culturels de l’individu et de son entourage immédiat (tout particulièrement la famille, les amis) et au milieu scolaire, lesquels influencent fortement l’entrepreneuriat

 

9

Psychologique, a savoir liée a la conscience, aux aspirations personnelles et à l’épanouissement de l’entrepreneur (statut d’entrepreneur manager et statut social)

Parler de L’entreprenariat au Maroc s’est d’abord admette la cohabitation de deux catégorie, formel (entrepreneuriat d’opportunité) et informel (entrepreneuriat forcé ou de nécessité)

L’entrepreneuriat de la nécessité, qui, très souvent relève d’une forme d’auto emploi « entrepreneuriat de survie ». C’est-à-dire qu’une personne n’a finalement pas d’autre choix que de créer son propre emploi généralement à domicile.

L’entrepreneuriat par opportunité relève d’une intention stratégique des personnes qui ont déjà travaillé dans d’autre entreprises, et parce qu’elles ont cerné une opportunité de marché, décident de créer leur propre entreprise. Généralement, ce sont des personnes dotées d’expériences et d’un capital relationnel très développé, ce qui est parfois aussi important que le capital financier.

Certes entreprenariat au Maroc bénéficie d’une certaine démocratisation. En effet, la constitution prévoit la liberté d’entreprendre et la réserve à tous les citoyens. Cependant, se situe dans un contexte chargé de multiples défis, l’accord d’association avec les payés étrangers, la lourdeur des procédures administratives, le manque de financement… exige la mise à niveau des pratiques du management plus particulièrement dans les petites et moyennes entreprises souvent dirigées par les « m’allem » (notons bien qu’au Maroc, les PME comptent plus que 90% sur le tissu économique).

Dans ce cadre, des types d’entrepreneuriat sont apparues et sont devenues très dominantes au Maroc il s’agit du types: coopératif, associatif- solidaire et activité génératrices de revenus.

Au voisinage et depuis l’adoption en 1983 de programme d’ajustement structurel, et le lancement dans le vaste programme de privatisation, on a assiste à l’émergence d’une nouvelle bourgeoisie commerçante et industrielle, porteuse de dynamiques économiques et sociales innovantes : « l’émergence d’un nouveau groupe social, les entrepreneurs privés, signifie-t-elle l’amorce d’un processus irréversible de construction d’une société civile qui entend s’affirmer et s’organiser de manière indépendante et autonome ? » (Tangeaoui, 1993). Cette catégorie participe d’une mise en intrigue du changement politique dans le Maroc sous l’étendard de la « mise à niveau » accords libre échange « EU » puis « USA » récemment avec la chine sous la légitime de la transitologie régulièrement convoquée et qui s’inscrit le récit réformateur avec ses héros et contre héros, dont il semble que les entrepreneurs sont des figures de proue.

Entrepreneuriat social : Il a pour but la promotion du changement social il vise a bouleverser les règles du jeu en créant des solutions innovantes qui satisfait

 

10

des besoins sociaux. Les combinaisons de ressources crées par les entrepreneurs sociaux privilégient l’impact social par rapport au profit. L’émergence de l’ES est étroitement liée à l’idée que les individus sont multidimensionnels, ils sont plus que des acteurs économiques qui maximisent le profit. Et si vous chercher une réponse définitive à ce que c’est l’entrepreneuriat social vous risquez d’être déçu. L’émergence de l’ES est porteuse de plusieurs promesses. Au sommet de l’iceberg représente un monde meilleur, affranchi de la pauvreté :

Combinaison efficacité en affaires et pensée entrepreneuriale pour résoudre des problèmes sociaux. Dans les eaux profondes il y’a la promesse de redonner une dimension humaine aux acteurs économiques, une nouvelle vision de l’économie qui doit servir les hommes et non l’inverse et plus important d’agir en conséquence. Mais il revient tout de même de se poser la question :

Pourquoi l’entrepreneuriat social ? Et pourquoi maintenant ? Et quel rôle pour ONG leurs subventions leur orientations marché ?? D’où parler le l’entrepreneuriat social au Maroc s’est encor prématuré. Les caractéristiques principales de l’entreprenariat social, décrites dans diverses ressources théoriques, sont les suivantes:

Mission, formulée explicitement, de créer et de conserver la valeur sociale,

et de bénéficier aux communautés ; Haut degré de risque économique et d’autonomie dans les activités liées à

la production de biens et/ou à la vente de services ; Recherche de nouvelles opportunités et d’explorations de ressources

insoupçonnées afin de servir cette mission ; Recherche de modèles durables, en se basant sur une étude de

faisabilité bien élaborée ; Engagement constant dans l’innovation, l’adaptation et la formation ;

Pouvoir de décision non basé sur la possession de capital ;

Nature dénotant un certain degré de participation et de collaboration impliquant diverses parties prenantes ; Distribution limitée des profits et quantité minimale de travail rémunéré ; Chaque individu a le pouvoir de faire changer les choses. Les diverses mutations qu’à subit L’entreprenariat au Maroc ont été mises en évidence par le Pr DRISS GUERRAOUI dans son enquête qu’il a mené auprès des entreprises marocaines.

Il résulte de cette enquête (2009) que :

La principale raison avancée par les entrepreneurs enquêtés est la recherche de l’indépendance et de la liberté d’agir(39% des cas), c’est là ou réside l’un des grandes mutations sociologique et culturelles de l’entrepreneuriat au Maroc, c-à- d que le choix d’entreprendre par les entrepreneurs enquêtés n’est pas du à une difficulté de trouver un emploi mais ils ont préféré la voie de l’entreprenariat en raisons des conditions qu’offre actuellement le Maroc au secteur privé et aussi par leur propre esprit d’initiative.

 

11

La volonté et la motivation, sources principales de l’Entreprenariat, en effet, on ne peut pas devenir entrepreneur par hasard, il faut d’abord aimer son métier et être engagé dans « l’aventure » entrepreneuriale pour pouvoir réussir. Deux facteurs sont primordiaux pour un entrepreneur quel que soit son niveau de formation. Le premier est lié à l’expérience dans le domaine où il entend exercer son activité et deuxième porte sur le capital nécessaire au démarrage de son entreprise. Ces deux facteurs doivent être accompagnés par une ferme volonté d’entreprendre et un soutien de la famille et des proches. En effet L’entreprise nécessite des moyens techniques et financiers qu’on ne peut pas acquérir par hasard. Aussi, estiment-t-ils, l’intelligence et la bonne gestion, joint à un esprit entrepreneurial et à la capacité de comprendre l’environnement dans lequel évolue son entreprise, sont, également, nécessaires pour entreprendre. Un entreprenariat en mal de rupture avec le réseau familial : Les résultats montrent, en effet que les nouvelles générations d’entrepreneurs ont du mal à rompre avec le réseau familial pour créer leurs propres entreprises (59,2% parmi les entrepreneurs enquêtés, 65,8% chez les femmes et 55% chez les hommes ont affirmé s’être appuyer sur l’aide de l’entourage familial et des institutions bancaires).

  • 2.2 L’impact de l'entrepreneuriat social sur la

société

Les paramètres de mesure traditionnels pour les entreprises et la réussite entrepreneuriale se concentrent principalement sur la performance financière d'une entreprise et sa capacité à survivre seule. En règle générale, ces mesures de résultats des entreprises sont revenues, la rentabilité, les ventes, et le profit. ll est de notoriété générale que dans le secteur à but lucratif, la valeur est mesurée ou définie en termes financiers et le retour sur investissement (RSI) est l'indicateur le plus important de nos jours. Bornstein et Davis (2010) ont convenu et a écrit qu'il est possible d'évaluer la performance financière d'une entreprise à but lucratif avec un seul instrument : la RSI de la société.

L'évaluation des performances pour les entreprises sociales

Pour les entreprises sociales, cependant, l'évaluation de la performance semble être plus sophistiquée. Les indicateurs de performance traditionnels présentés ci-dessus ne sont pas souvent adaptés pour évaluer la performance des entreprises sociales. Même si ces mesures financières semblent être valides, fiables et comparables, ils ont la tendance à ignorer les résultats sociaux et environnementaux ainsi que les résultats économiques indirects. En raison du fait que les entreprises sociales poursuivent des objectifs sociaux plutôt que des objectifs financiers, dont ils ont besoin des mesures supplémentaires afin de démontrer leurs réalisations. À écrit que les entrepreneurs sociaux doivent maintenant prouver leurs réalisations avec "l'impact social mesurable» (2002,

p.162).

Par conséquent, les entrepreneurs sociaux ont besoin pour évaluer la directe ainsi que les résultats économiques indirects, social et environnemental.

 

12

2.2.1. L'impact sur l'axe économique

Les impactes directs de l'entrepreneuriat social inclus mais ne sont pas limités à la création de revenu pour les employés, de nouveaux emplois créés, et les nouvelles entreprises créées. Les résultats économiques indirects comprennent l'amélioration des compétences personnelles, des emplois supplémentaires créés dans d'autres sociétés (par exemple les fournisseurs), et une prospérité accrue de la communauté locale. Deux résultats économiques doivent être expliqué plus en détail: l'augmentation des recettes fiscales pour le gouvernement local (un résultat économique direct) et les économies dans les dépenses publiques (un résultat économique indirect). La création de nouveaux emplois grâce à l'entrepreneuriat social ne bénéficie pas seulement les employés, mais elle implique aussi des avantages pour le gouvernement. À la suite de nouveaux emplois et l'augmentation des revenus personnels, les gouvernements sont en mesure de réduire leurs dépenses pour la sécurité sociale et les prestations sociales (Mair et al. 2006). En outre, les gouvernements sont en mesure de percevoir plus d'impôts auprès des employés ainsi que des entreprises. Ces deux indicateurs de résultats sont fréquemment utilisés par les entrepreneurs sociaux afin de démontrer les effets de leurs activités. Cependant, il est très chronophage et difficile à calculer les économies ou à l'enlèvement d'impôt supplémentaire par le gouvernement.

2.2.2. L'impact sur l'axe social

Les résultats directs des activités entrepreneuriales sociaux impliquent souvent la fourniture de nouveaux biens et services à la population, l'amélioration de la qualité de la vie, et la réinsertion des personnes vulnérables dans la société. Les résultats indirects comprennent les résultats sociaux de nombreux effets psychologiques tels que l'augmentation des niveaux de confiance, l'indépendance, la satisfaction, la responsabilisation, l'estime de soi et de meilleures compétences à travailler en équipe. L'entrepreneuriat social crée également des résultats environnementaux directs qui peuvent être observés dans la rénovation de bâtiments anciens et à la réduction des déchets non recyclés. Les résultats environnementaux indirects peuvent être considérés dans une attractivité accrue de la région comme un lieu à vivre et à visiter ainsi que des contributions à l’agenda du développement durable de la région ou du pays. Le tableau suivant résume les indicateurs de résultats mentionnés ci-dessus et énumère quelques-uns de plus. Tableau 1 : Les indicateurs de résultats de l'entrepreneuriat social

 

Direct

Indirect

Les résultats

l'augmentation du revenu

l'amélioration des compétences

économiques

pour les employés création de nouveaux

personnelles et les perspectives d'emploi des salariés

emplois

emplois supplémentaires créés

création de nouvelles entreprises juridique

dans d'autres organisations (par exemple les fournisseurs)

augmentation du chiffre

accroissement de l'innovation et la

 
 

13

 

d’affaires augmentation des recettes

créativité dans la communauté locale l’augmentation de flux d'argent au

publiques

fiscales des collectivités locales

sein de la communauté locale l’économisassions des dépenses

 
   

des niveaux accrus de confiance

visiter

la fourniture de nouveaux biens et de services à la communauté

de l'individu, de l'indépendance, la motivation, la satisfaction, l'habilitation, l'estime de soi, des réseaux, et les compétences à travailler en équipe

Les résultats

amélioration de la qualité de

l'augmentation des possibilités

sociaux

la vie la contribution au capital

d'interaction sociale amélioration du dynamisme de la

social

communauté et la région communauté plus attirant comme

 

un endroit à vivre, travailler et

 

la rénovation de bâtiments anciens

 

la régénération de

région plus attirant comme un lieu

Les résultats

l'infrastructure physique la réduction de déchets non

à vivre et visiter. contribution à l’agenda du

environnement aux

recyclés lieu plus attrayant pour

développement durable contribution à la richesse

travailler contribution au capital de

d'environnement régional

l'environnement local

 

2.3 Les défis et visions de l’avenir de l’entrepreneuriat social

Par les défis de la globalisation de l’économie et les nouvelles attentes des marchés de capitaux à travers le monde, les entreprises social sont appelées à faire face à de nouveaux enjeux et de nouveaux risques. Les scandales financiers et les menaces qui ont ébranlé le monde économique ont fait des soucis de bonne gouvernance une priorité absolue pour les régulateurs mondiaux et locaux.

La PME-PMI de quelle au Maroc l'entreprise sociale fait parti constitue le centre névralgique de l’économie marocaine, malheureusement, sa contribution reste faible. Alors que plus de 90% des entreprises sont des PME, elles ne participent qu’à hauteur de 20% de la valeur ajoutée créée. Pourtant, l’ensemble de ses caractéristiques est en fait un type d’entreprise capable de remédier aux difficultés que doit surmonter l’économie nationale pour faire face aux enjeux de la mondialisation. En effet, la PME constitue un véritable levier de développement mais au Maroc sa situation reste mal cernée vu que la majorité de son tissu échappe au secteur formel. Ceci la prive de certaines opportunités que peut lui offrir son environnement.

 

14

2.3.1 Les défis et obstacles de l'entrepreneur social au Maroc

Au Maroc, malgré l’importance des entrepreneurs et de l’entrepreneuriat social, peu de stratégies de développement du secteur privé offrent les moyens de découvrir et développer les entrepreneurs potentiels ou de stimuler de nouvelles sources d’entreprises social. Appelées à jouer un rôle de moteur de la croissance, les entreprises social marocaines continuent, néanmoins, à se heurter à de nombreuses contraintes, qui freinent leur développement. Les trois grands défis sont :

L’absence

d’infrastructures

pour

cette forme

d’entreprenariat : Dans la région, rares sont les intermédiaires d’appui dont les entrepreneurs sociaux ont besoin pour se développer et prendre de l’envergure : incubateurs, réseaux d’investisseurs providentiels, fonds de réplication, etc.;

Les cadres législatifs et réglementaires sont trop restrictifs : Les lois régissant les marchés financiers doivent être modifiées si l’on veut inciter les fonds d’investissement social à intervenir dans la région. De plus, la législation actuelle freine l’autonomisation —à travers des modèles hybrides — des ONG, qui restent donc fortement tributaires des bailleurs de fonds;

Les traditions culturelles et les systèmes éducatifs n’offrent pas un environnement propice au développement de cette forme d’entreprenariat : Presque tout le monde s’accorde à dire que la pensée critique et les compétences analytiques sont essentielles pour bâtir une nouvelle génération d’entrepreneurs sociaux. Or les écoles de la région n’encouragent pas suffisamment cette forme de pensée et ne permettent pas aux élèves de développer leurs capacités de raisonnement. Il faudrait aussi mettre davantage l’accent sur les services communautaires afin que les entrepreneurs en herbe s’attellent aux difficultés de leurs communautés pour y apporter des solutions.

De plus les défis auxquels fait face l'entrepreneuriat social sont ceux rencontrés par les start-ups traditionnels dans le pays. Le financement est un pierre d'achoppement, avec des obstacles bureaucratiques, manque de clarté et de la réglementation.

 

15

Ces entrepreneurs se trouvent en plus confronter à des obstacles qui entravent toute promotion de l’entreprenariat tels :

Le manque de transparence dans les affaires et la permanence des rentes et des privilèges (des passe-droits, du clientélisme et parenté) constituent l’un des obstacles majeurs à la promotion de l’entreprenariat ceci se justifie par l’existence de délit d’initiés et d’accès inégal aux marchés. Ce qui pose toute la problématique de la concurrence loyale entre les entrepreneurs (équité dans l’accès à l’information, l’égalité de traitement pour bénéficier des crédits).

L’émergence

d’une

nouvelle

génération

d’entrepreneurs

demeure

confrontée à la persistance du fléau de la corruption qui lamine l’effort

national de promotion

de

l’Entreprenariat, affecte

le

rythme

de

la

croissance, décourage d’affaires.

l’investissement

et

réduit

les

opportunités

Les obstacles relatifs à la création des entreprises au Maroc, le premier

est lié au cadre institutionnel et a trait à la bureaucratie et à l’existence de monopoles et de chasses gardées, le deuxième type est à caractère

économique et porte sur le coût des facteurs d’œuvre.

et

la

qualité

de

la

main

Tant que les réformes de l’administration et de la justice ne voient pas une mise en œuvre effective et ne connaissent pas un rythme accéléré de réalisation, ni l’objectif de promotion de l’entreprenariat ni celui de l’attrait des investissements directs étrangers, ne pourront pas se concrétiser de façon

durable et au niveau souhaité par le Maroc.

 

16

Tableau 3 : Principaux obstacles que rencontrent les entreprises dans les différentes étapes de la transition

 

17

sécurité sociale juridiques INFORMEL : soutien de psychologique) (marketing, conseils Etape 2 et 3 Etape Etape
sécurité sociale
juridiques
INFORMEL :
soutien de
psychologique)
(marketing,
conseils
Etape 2 et 3
Etape Etape 3 2
Etape 1
FORMEL: fiscalité, la politique d'instabilité / incertitude, les règlements
•Les changements
fréquents de lois
• Non-transparence
du gouvernement
• L'enregistrement des
entreprises d'affaires
• droit commercial
• Prestations de
• Des douanes et
règlement relatifs
comptables
au commerce
• Corruption
• Bureaucratie
• Mesures anti-corruption
réglementation
• sécurité des affaires
• Comportement de
paiement des clients
• Manque d'une attitude
ECONOMIQUE: Financement: accès et le coût
• L'infrastructure physique
• L'infrastructure
• la faible demande
de produits
• La concurrence
déloyale
• Prix élevés des intrants
• Fournisseurs
• Taux d'intérêt élevés
• Les coûts salariaux
• Formation en entreprise
• Les frais de location
• L’information
• Besoin des
éthique de la
• Motivation
• Mise en œuvre
activités
• La
La forte
qualifiés
• Trop des permis
• Les normes
financière,
• Trop des
l'Etat
• Manque de
spécifiques
• Pénurie de
positive
Gouvernement
• Attitude du
• La stabilité
travailleurs
Macroéconomique
main d'œuvre
/qualité
de la
nouveaux marchés
dans de
croissance des
AUTRES
contrôles fiscaux
• Inflation
concurrence
 

18

Source: Entrepreneurship in a Changing Environment: Analyzing the Impact of

Transition Stages on SME Development

2.3.2. Attentes et visions de l’avenir

De nombreux programmes de formation en gestion ont été créés, pour améliorer

les compétences dans les domaines de la comptabilité, de l’étude de faisabilité,

du marketing, mais reste toujours certaines visions à remplir afin de renforcer le

processus de l’entreprenariat.

A. Renforcer la politique publique d’appui à la création d’entreprise:

Fait partie des premières attentes de la grande majorité des entrepreneurs ;

Cette perspective d’avenir est la voie la plus appropriée pour promouvoir ainsi

l’initiative entrepreneuriale et capitaliser les opportunités importantes qui

existent dans ce domaine au Maroc.

En effet, l’arrivée massive des investisseurs étrangers dans un pays en pleine

croissance et où plusieurs grands chantiers sont en cours de réalisation ou en

projet et qui a une vision d’avenir de sa modernisation économique en est une

preuve tangible, dans ce contexte, ils considèrent que le nouvel entrepreneur a

surtout besoin d’encadrement, de conseils et d’information.

B. Promouvoir l’initiative entrepreneuriale auprès des jeunes:

Les principales mesures qui peuvent aider à promouvoir l’entreprenariat au

Maroc peuvent être réparties en trois catégories.

La première catégorie est relative à l’accompagnement des jeunes à la création

de leur entreprise, elle comprend la création de fonds d’aide et de soutien, la

révision de la fiscalité des PME, l’encouragement à l’investissement par

allègement des taxes, l’amélioration de l’accès au crédit, favoriser l’acquisition

de terrain et de locaux professionnels, l’instauration d’un guichet unique et la

création de forums et de rencontres pour les jeunes entrepreneurs.

La deuxième catégorie porte sur la mise à niveau de la jeune entreprise.

La troisième catégorie de mesures porte sur la sensibilisation des jeunes à

l’entreprenariat, la promotion de la culture entrepreneuriale à l’école et à

l’université et le développement du partenariat international avec les

entreprises et les territoires étrangers.

Ces trois catégories de mesures doivent être soutenues par initiatives visant à

accompagner les jeunes entrepreneurs au cours de toutes les phases de la

réalisation de leurs projets.

 

19

C. Créer un environnement macroéconomique favorable:

L’importance pour les entreprises de l’existence d’un environnement

macroéconomique incitant à la création d’entreprise et ce à tous les niveaux

institutionnel, économico-financier et social.

Sur le plan institutionnel, il s’agit de la simplification des procédures pour la

création de l’entreprise, la lutte contre la corruption dans l’administration, la

réforme de la justice, la promotion des droits humains, de l’égalité des chances

dans les affaires et l’adaptation de l’administration au rythme et aux besoins

des entreprises.

Sur le plan économico-financier, il s’agit de mettre en place une politique

favorisant la baisse du prix du foncier, la baisse des impôts, l’accès au crédit et

l’aide à la promotion des exportations.

Sur le plan social, il convient de lancer les bases d’une stratégie publique

volontariste d’encouragement de l’esprit d’initiative auprès des jeunes,

l’intégration de la culture de l’entreprenariat dans le système d’éducation et de

formation, la promotion de la recherche-développement et la promotion des

études prospectives relatives à l’entreprise.

A cet égard, la perception du rôle de l’Etat chez est révélatrice des problèmes

que rencontrent les nouvelles générations d’entrepreneurs et d’entreprises

marocains. La principale demande est la levée des obstacles majeurs à

l’entrepreneuriat, l’appui financier, l’encadrement, l’accompagnement et la

formation, ce qui suggère la mise en place d’une politique publique

multidimensionnelle concertée et coordonnée, avec tous les partenaires de

l’entreprise

D. Promouvoir et renforcer la culture entrepreneuriale au Maroc

Pour que l’économie marocaine puisse être compétitive et pour assurer sa

croissance, il importe, d’équilibrer les formes et les types d’entreprise en

encourageant,

la

création

d’entreprises

innovantes,

en

gérant

le

développement et le transfert d’autres entreprises.

En tant que le projet de société, la culture entrepreneuriale se doit d’être

diffusée dans tous les milieux, à commencer par les milieux familiaux et

scolaires. Il faut que le savoir faire entrepreneuriale de l’état marocain facilite le

développement des autres savoirs tels que le savoir faire, le savoir être, le

savoir agir et le «savoir –devenir entrepreneur»

Actuellement, de nombreux organismes et structures mis en place par le

gouvernement contribuent au développement et à la consolidation de la culture

entrepreneuriale. Ces structures de sensibilisation et d’accompagnement sont

appliquées à un environnement global.

 

20

2.4. Un aperçu de l'entrepreneuriat social à l'échelle mondial

Figure 2 ; Un aperçu de l'entrepreneuriat social à l'échelle mondial

BRAC, au Bangladesh L'éducation, le développement des entreprises, le développement rural, la santé, la finance, les femmes

Rubicon Programs, aux Etats-Unis Développement des entreprises, les conditions de travail, le chômage
Rubicon
Programs, aux
Etats-Unis
Développement
des entreprises,
les conditions
de travail, le
chômage
 

21

Streetwires, l'Afrique du Sud Le développement des entreprises, le commerce équitable Shonaquip, l'Afrique du Sud Handicap,
Streetwires, l'Afrique du
Sud
Le développement des
entreprises, le
commerce équitable
Shonaquip, l'Afrique
du Sud
Handicap, la santé, les
enfants et les jeunes
City College & O
College, Singapour
Éducation, jeunesse
Grameen Bank, au Bangladesh Microcrédit
Grameen Bank, au
Bangladesh
Microcrédit

CDI, le Brésil Education, la technologie, les enfants et les jeunes

IDEAAS, le Brésil Énergie, environnement, développement rural, la technologie

Aidha, Singapour L'éducation, le développement des entreprises, la migration, les femmes

3. LES ENTREPRENEURS SOCIAUX AU

MAROC :

3.1 Mohammed Abbad Andaloussi – l’association Al Jisr

 

22

  • les entreprises, amenées à s’impliquer davantage afin d’améliorer les

Créée en 1999, Al Jisr est le pont entre les établissements scolaires et

performances de notre système éducatif. À travers ce parrainage

(180 établissements scolaires sont concernés), les entreprises mènent

de multiples actions : rénovation des salles de classes, équipement des

bibliothèques et salles multimédia, activités parascolaires, stages en

entreprises…

En parallèle, l’Association collecte et distribue des PC, forme des formateurs à

l’informatique qui transmettent, à leur tour, leur savoir aux enseignants.

Mohammed Abbad Al Andaloussi est le fondateur et Président de Injaz Al-

Maghreb, une autre association qui cherche a cultiver un esprit entrepreneuriale

chez les jeunes au Maroc. Il a gagné le prix de Schwab pour le meilleur

entrepreneur social de l’année 2010 ; Il est également un membre des réseaux

internationaux d'entrepreneurs sociaux Ashoka, Synergos et celui de la

Fondation Schwab.

La Mission Sociale

  • L’Association se donne pour mission de soutenir l’Ecole dans son
    effort de réhabilitation et de mise à niveau et de contribuer à

l’amélioration des performances du système éducatif de notre pays.

En particulier, l’Association œuvre à la sensibilisation et à la

mobilisation du réseau entrepreneurial pour une implication dans l’éducation.

Cette implication se traduit par un appui multiforme à l’Ecole dans le cadre de

comités de soutien appelés à se constituer en sections locales de l’Association.

3.2 Amina Laraki Slaoui – Amicale des Handicapés Marocaine

les entreprises, amenées à s’impliquer davantage afin d’améliorer les Créée en 1999, Al Jisr est

Il y a vingt ans, un jour qu'elle visite l'arrière-pays du Costa Rica à vélo avec

son mari, elle tombe d'un pont et se brise les membres. Amina Laraki Slaoui

avait 32 ans, un travail passionnant et des perspectives d'avenir plus que

prometteuses. Elle était aussi une jeune maman comblée et avait une vie

privée plus qu'épanouie. Et de grande sportive qui ne pouvait pas rester en

place, elle se retrouvera dans un fauteuil roulant où elle est condamnée à passer

le restant de ses jours.

Mais au lieu de se lamenter sur son sort, elle décide de continuer à vivre malgré

tout. De refuser la fatalité. Elle mettra au monde une petite fille qu'elle appellera

Noor. Tout un symbole. Sinon, depuis 1994, Amina emploie toute son énergie au

service des handicapés. Actuellement vice présidente de l'Amicale marocaine

des handicapés (AMH), elle a beaucoup fait pour que la vie, que le statut de

l'handicapé au Maroc change.

 

23

Mission Sociale

L'AMH est une association de solidarité et d'action sociale pour et au service des

personnes handicapées, "celles qui ne veulent plus vivre en marge de

la société, mais cherchent simplement à faire accepter leur différence

et retrouver leur dignité. Et ce, en arrivant à sensibiliser l'opinion

publique, à responsabiliser tous les citoyens et à donner une image

positive des handicapés pour leur pleine intégration", tels sont les principes de

l’Association. Fondée en 1991 et administrée par des personnes handicapées

avec la collaboration de non-handicapés, l'AMH compte actuellement plus de

7.000 adhérents de divers handicaps et plus de 3.000 amis et

sympathisants.

Parmi les principales actions de l'AMH, assistance financière à

plusieurs étudiants handicapés, apport gratuit de médicaments, soutien moral et

matériel des handicapés artistes. L'Association organise par ailleurs des activités

socio-artistiques ayant pour but la collecte de fonds, des expositions d'artisanat

et d'arts plastiques. L'AMH a par ailleurs organisé le premier colloque national

sur la personne handicapée, sous le thème "A parts égales" au mois de Juin

1992. L'Association prévoit la création de coopératives des personnes

handicapées, une auto-école pour handicapés, un centre culturel et sportif ainsi

qu'un journal réservé aux handicapés.

Enfin, I'AMH est le représentant officiel auprès des organisations internationales,

telles que l'Organisation Mondiale des Personnes Handicapées dont le siège se

trouve au Canada, l'Organisation Francophone siégeant à Montréal,

l'Organisation de Réhabilitation Internationale, qui a invité une délégation de

l'AMH à prendre part aux travaux du 17ème Congrès International.

3.3 Institution nationale de solidarité avec les femmes en détresse

(INSAF)

  • Forte de sa culture et de son action concrète pour alléger la précarité
    s’occupe énormément de la situation des mères célibataires.

et la détresse des femmes et des enfants, INSAF est une institution qui

Mission Sociale

Défendre les droits des femmes et des enfants pour favoriser leur

épanouissement dans une société juste et solidaire

Partager, en vertu de la solidarité citoyenne avec le tissu associatif et les

intervenants institutionnels, le capital cumulé sur le terrain de la lutte pour

la justice, l’équité et le droit à la dignité.

3.4 Aicha Ech- Chenna – Solidarité Féminine

 

24

Depuis 1985, cette femme de cœur a fait de l’intégration de la mère célibataire, dans une

Depuis 1985, cette femme de cœur a fait de l’intégration de la

mère célibataire, dans une société aussi conservatrice que la nôtre,

son cheval de bataille. Pour ce, elle crée «Solidarité Féminine».

A 65 ans, Aïcha Ech-Chenna n’est pourtant pas une féministe. Ce qui anime son

action et fait de la solidarité une notion centrale dans sa vision des choses vient

du fait qu’elle a été elle-même, depuis sa tendre enfance, touchée par la

solidarité de son entourage.

Dès l’âge de 16, elle est « contaminée par le virus de l’associatif», comme elle

se plaît à préciser. C’est donc en 1959 qu’Aïcha Ech-Chenna s’engage dans sa

première action de bénévolat en s’inscrivant dans la ligue de protection de

l’enfance. L’action associative de cette militante ciblera en premier les enfants,

notamment les abandonnés. Le contact quotidien avec ces derniers conduira

cette assistante sociale vers leurs mamans.

Une nouvelle forme de militantisme associatif et, désormais, née chez Aïcha

Ech-Chenna qui s’est donné pour mission de s’occuper des mères célibataires…

au risque de choquer les mentalités ! En créant «Solidarité féminine», elle a

d’ailleurs dû faire face a bien des résistances et autant de menaces ! «J’ai été

taxée dès le départ d’être une femme qui encourage la prostitution», dit-elle.

Mais rien ne la découragera. Projet après l’autre, elle créera des sources de

revenus inépuisables pour celles en faveur de qui elle milite. La dernière

réalisation en date concerne la construction, en septembre 2005, d’un hammam

dont les recettes iront entièrement aux femmes célibataires. Le 9 mars dernier,

Aïcha Ech-Chenna a été décorée du prestigieux prix «Elisabeth Norgall 2005» de

l'International Women's Club of Frankfurt.

Mission Sociale

Le but de l'association est d'assurer aux mamans une indépendance financière

et sociale afin qu'elles n'abandonnent plus leurs enfants. Dotée d’un plan

stratégique depuis le 1 janvier 2003, l’association décline cinq objectifs

spécifiques :

Poursuivre sa politique de promotion des droits humains dans le cadre de

plusieurs réseaux (nationaux et internationaux), développer sa

communication (plaidoyer, sensibilisation, éducation du public) et ses

actions de prévention auprès des populations à risque.

Accompagner partiellement ou totalement 2’000 personnes en détresse

par an, notamment des femmes, notamment des mères, notamment des

mères célibataires et leurs enfants.

Intégrer dans ses programmes de réhabilitation, chaque année, 50 mères

célibataires parmi les plus démunies et 50 enfants, offrant à ces derniers

une prise en charge totale : accueil dans les crèches et travail visant à la

reconnaissance de leurs droits fondamentaux parmi lesquels droits à une

 

25

protection, un nom, une identité, une nationalité, une famille, une

éducation et des soins.

Offrir aux mamans les formations correspondant aux aptitudes de chacune

et à des gisements d’emploi émergeants au Maroc tout en garantissant

leur alphabétisation, sensibilisation, éducation aux droits et devoirs,

prévention des risques.

Développer des mises en application des formations générant des recettes

pour doter les mamans des conditions pratiques d’apprentissage d’un

métier tout en contribuant aux dépenses de l’association

Conclusion :

Construire une entreprise sociale qui fonctionne et crée de la valeur n’est déjà

pas une mince affaire pour un entrepreneur. Pour l’entrepreneur social, la tâche

est encore plus ardue. Son défi, c’est de réussir à élaborer un modèle qui soit à

la fois créateur de valeur sociale (c’est son objectif primordial) et pérenne (ce

qui implique la plupart du temps la création de valeur économique). Les trois

entrepreneurs sociaux auxquels nous nous sommes intéressés ont donc dû faire

preuve d’une ardeur et d’une agilité particulières pour réussir à créer de tels

business modèles. Mais ils y sont parvenus. Notre mémoire nous a permis

d’identifier six leviers possibles de succès dans cette démarche : la faculté de «

sortir d’un schéma de pensée habituel », à la fois dans la création du business

model (1) et par la suite, pour le faire fonctionner (2) ; la capacité de gérer de

manière optimale les parties prenantes, avec, en externe, l’importance des

réseaux (3), en interne, la nécessité d’une équipe de qualité (4), et la

focalisation sur le bénéficiaire (5) ; et enfin, la tendance à voir plus loin et à

essayer de repousser les limites de son action (6). Issus de l’étude qualitative de

seulement trois cas, ces résultats n’ont pas la prétention de pouvoir être

généralisés à toutes les entreprises sociales : ils peuvent néanmoins constituer

des pistes de réflexion pour de prochaines études. Au final, le parallélisme entre

l'entrepreneuriat social et l'entrepreneuriat traditionnel est étonnant : il y a

 

26

beaucoup de points communs ! Les qualités humaines des entrepreneurs, le

goût du risque, l’implication, l'objectif de pérennité, les réseaux, les créations de

valeurs, les méthodes, les outils, la croyance dans la capacité humaine à faire

évoluer les systèmes et sociétés…

Quoi qu’il en soit, quand l’action sociale s’empare de l’économie et la met au

service de sa mission, on peut y voir le signe, soit d’un épuisement des valeurs

traditionnelles, soit, au

Naturel que l’entrepreneuriat, activité humaine qui, d’une certaine manière,

cherche à donner du sens à la vie, évolue à mesure que nos valeurs, nos

connaissances, notre environnement, connaissent des mutations.

Webographie

Association pour la Diffusion de la Recherche sur l'Entrepreneuriat et la

Association internationale de la recherche sur l’entrepreneuriat et la

Avise (Agence de valorisation des initiatives socio-économique):

ESSEC, Chaire entrepreneuriat social : www.essec-entrep-

Entrepreneurs Sans Frontières : www.esf-france.org

 

27