Vous êtes sur la page 1sur 50
JERUSALEM! JERUSALEM! SAINT LOUIS OUTRE-MER Dessins de Maurillo Manara et Julio Ribera Textes de Jacques Bastian et Christian Godard HISTOIRE DE FRANCE BANDES DESSINEES LAROUSSE 194 LA GESTE DES CROISES Bien avant lirrésistible attrait du Far West, une aventure incomparable a capté les imaginations et tendu les volontés : celle des croisés, tournés vers un Orient fort lointain a l’époque, la Terre sainte. Pendant des sidcles, on a lu, conté et embelli les exploits de cette geste bien réelle, éloignée de toute préoccupation littéraire Obéissant a lélan de foi qui marque si profondément sa mentalité et son époque, homme du Moyen Age veut entreprendre, au moins une fois dans sa vie, un pélerinage, convaincu @atteindre a lessentiel dans les lieux ou vécurent les grands modeles quil'empoignent, le Christ ou les saints. Le serf comme les autres, quittant sa glébe, se met en marche vers Jérusalem, Rome ou Saint-Jacques- de-Compostelle, et personne ne lui dénie ce droit. Au XI siécle, un ressort nouveau confirme cet élan individuel : le souci de pro- téger le Saint-Sépulcre profané par les Turcs Seldjoukides, et d'adoucir la condi- tion tragique des chrétiens du Moyen-Orient, pourchassés par les maitres du lieu. Dans lEurope entiére, une levée massive d'hommes répond alors a lappel du pape Urbain I] (1095), initiateur des croisades. A l'ardeur mystique du pélerin s'ajoute alors la fougue du soldat entrainé dans une “reconquéte” passionnée. En ces temps de féodalité, la vassal transfére au Christ le titre de suzerain. C'est a ce seigneur qu'il donnera d’abord son aide. Au concile de Clermont, Urbain II exploite admirablement cet ultime levier qui, plus puissamment que la tréve de Dieu ou les institutions de paix, donne un but a la passion belliqueuse des féodaux. Leurs expériences périlleuses se poursuivent pendant deux sidcles, avec des moments heureux et malheureux. ’aventure s’achéve en 1270, sous la bannidre du chevalier par excellence, Saint Louis, mort en murmurant : “Jérusalem! Jérusalem Au choc des armes répond le choc des civilisations, que les combattants décou- vrent, saluent et font connaitre a leurs peuples respectifs. Car la rage de vaincre n’éteint pas en eux la loyauté, vertu essentielle qui départage les chevaliers vrais des félons : dans les deux camps, on se plait a reconnaitre la noblesse d’ame, Yardeur, esprit d’organisation de l'adversaire. Admiration, surprise, curiosité, autant peut-¢tre que l'appat du gain qui attira les derniers croisés, ont peua peu drainé les Européens vers les Arabes, alors maitres d'une partie du monde incomparablement plus vaste que l'aire d'influence occi- dentale. Ce sera le début d'une aventure humaine, géographique, culturelle d'une portée considérable. Mais, au temps des croisades, un trait fondamental distingue Occidentaux et Sarrasins : les uns marchent vers la Terre promise par “la voie de la croix”, dont leur haubert porte l'embléme, les autres aspirent au “paradis 4 l'ombre des sabres” promis par Mahomet, par la jihad, la guerre sainte musulmane. © 1977. Société des Périodiques Larousse. 17, rue du Montparnasse, 75006 Paris, Dépot egal : I"trimestre 1977 Movenanr ve BaleMeNT Bune RE- DEVANCE, Les FATI- MIDES LAISSALENT ‘AUX PELERINS TOU- Je useere De Vis!~ PEUX PASSER, CHRETIEN, e Nest! Jerusalem! Ww Mais pe nowvesux MATTRES REGNAIENT SUR LE CALIFAT. OE BAGDAD ET JERUSA- LEM, C’ETAIENT (ES TURES SELDIOUKIDES, ISLAMISES (#) DEPLIS. Feu. EN 1078, Ls AVAIENT PRIS LA VIL~ Le SAINTE. TOUT CHANGER. @)Convertis 4 lisiam, religion fonade par Mahomet au ‘ix siecle. Jerusalem: N= ‘ SS @ Alcs overéeence ves ARABES, TOLERANTS, wsltS LES RANGONNE= lus eraienranmes: | “Reve eries dame Dun EANATISME LIERENT DE MILLE RELIGIEUN /atPriovA| “ Blewus conreste~ RENTAUX PELERINS te Dror be venrre (/ Que FAIRE oe { cetor, erean- \ GERI WeevienT Droit A ALLAH! ONORER TON DIEU, Je TE TRANCHE 4 Gorae / Ley avair parm! 12s PELERINS UN ANCIEN SoLDAT DEVENU MOINE - PIERRE, SURNOMME ©’ ERIITE. A SERUSALEM, I. RENCONTEA SIMEON, LE PATRIARCHE Des CHRETIENS. a BOX SeRVITEUR De // pine sar! si seuLeneNT EU, &1 VOTRE PEUPLE UegUise ROMAINE ET LES SAIENT VOTRE MALHEUR ! ‘All PAPE! Nos RERES SuCCORBENT Pap iniLLiERS Zous use cours ves TUecs! LES LeU saints sont PROPANES Pak LES NFIDELES WATTENDONS PAS PLUS LONGTERPS! Aly ITALIE, FRANCHIT LES ALPES, jeur TOUTE U! EUROPE POUR CONVAINCRE LES GRANDS Les HUMBLES DE TOUT QUIT TER POUR IA TERRE SAINTE. Beans Tous, TAIENT: PAVE VER, Ol! CHEVALIERS (AS DE UINACTION ET QUE VORIENT FASCINAIT Da iertee parvine A URBAIN ZL, Qur S’EMUT DE SITUATION EX ORIENT. PRINCES DIOCCIDENT CONNAIS- ‘CONFIEZ-INOI UNE LETTRE, JE UA RERETIRAL ALLONS Au secours | Des. CHRETIENS b DoRIENT! BOR, DIT ON,. 7 ine me odpvainarr pas ony pouseencee (eserves! / Des carenens menponrareur ou fy, etre bee vleror- ie Noknanb fees fue CIGcaM koucer EN ESPAGNE, TOLEDE, GUISCARD ihaeine caprace Sareea Des wisiaoris, Reconsuere |S) Tonearren Ted Babiene OU LES ARA- LEURS MAINS EM 1065... DEPUIS LE Des seers evvenD/eenT APPEL De PIERRE. AU RECIT DU PANATISME DES TURES, [tS S’ENFAMMERENT D’UN DESIE DE REVANCHE. ILS PARTIRAIENT Pour lA TERRE SAINTE, Le GRAND PELERINAGE, ET US SE BATTRATENT. (A GUERRE, ‘UAFFAIRE DES BARONS EP DES CHEVALIERS, ILS 1A FERAIENT A LEUR TOUR... ve} Lode ce reranoarr reud |/oieu vous assistera! Vag Flu QUUNE EXPEDITION CONTRE || PAR LA GUERRE SAINTE, J TEs eds. nrive yes eT PAIENS, |\ “NOUS RACHETERONS, laversiy (og enRETIENS DE NOs FAUTES ! fellas Pecves... ET COMB IEN MiAVAIENT PAS LA CONSCIENCE Gu Repos! Vempereue pe CONSTANTINOPLE, ALEXIS COMNENE, UAPLORE NOTRE AIDE cONTRE les tures / brew est auste / SUIVONS LERMITE, Di 'eauise ve eucemont erat Trop penire Paue LiMMENSE Pouce pes rivties venus Eaouiee Ue PAPE. ON DUT BIEN 150 se REUNIR DANS UN CHAMP Peocke BEA VILLE. DELIVRONS LE TOMBEAU DU CHRIST! pieu ie veut! | ARRACHONS-Le DES MAINS. Dieu ve vew INFIDELS / 7 ul, Dieu Le VEU! dial er I / exc ses pices Aipenr irs caus) ‘sues ewmencar bes Homies Abas ha queree .aue tovs pein sun‘ Poti Grieoik oustanele™ —/ Aliors, Hommes, FEMMES, MOINES, CITADINS, PAYSANS SEMIRENT A coypee FEBRILEMENT DES CROIX DIETOFFE SUR LEURS HABITS, Se DEGARANT AINSI" CROISES” EF PRETS ® PARTIR POUR 1A TERRE SAINTE. De pape eacera mene tes west rants, PARCOURANT (A PROVENCE ET UAQUITAI He. EN COMPAGNIE DE L’EVE RUE DU PLY, ADHEMAR DE MONTEIL, IL VITBIENTET. VENI AL! LES GRANDS DY ROYAUME, =. P/ABORO RAYMOND DE SAINT: GLLES, CONTE DE Toe IDUSE, ET HUGUES, COMTE TRO Puls ROBERT COURTEHEUSE, DUC DE NORMANDIE, ET GODEFROY DE BOUILLON, Bue De BASSE-LORRAINE, AVEC SON FRERE, BAUDOIN DE BOULOGNE... ONEMOND DE TARENTE, DE ROBERT GUISCARD VAVISES Gur AVAIT CONQUIS: & sieile. Ou, us ErUeNT TOUS A, [ES NOBLES CHEVALIERS. Gust REVAIENT DE GAGNER (A TERRE PROMISE [465 Pauvees, enrua DiuN Zee © ‘EpIDEMIES, VENDAIENT LEWES MODESTES | | De WexpepiTion. ReviENDeAIT-ON Ja /ENIR: SEDUISANT. PAINEE PAS GH CHEMIN, FRERES (A RouTe seeA LONGiie ! we WY A LONGUE. H Avei.1096, sans meus‘ ATTENDRE L'ARMEE REGULIERE, \ EUROPE ENTIERE SE VERS VORIENT EN LONGEANT LE DANUBE. Tar SAIENT CES, TROUPES DISPARATES, AUX- QUELLES S'eTA/T JOINT UN BRAVE CHE VALIER, GAUTHIER SANS AVOIR, LE BIEH MOMME, (NG ILLE PERSONNES COMPO- ongere er EN Bulga Das ou zumu- Te Er Des BA~ BARES, Bul GARESh) er HoNgpors NOVERENTUN GRAND NOMBRE De POLERINS le mat "bougre’ aux? siécie, st eng a (eur bvta fit PENT ASSEZ BIEN REGUES S PREMIERS PAYS TRA~ VERSES. EPTS4—T- ALeeives DevANT coNsTANTINO- Pus, DEW BIEN AFFAIBUS, U PELERINS DE PIERFE ET THIER DURENT ENCORE RER A DES BANDES AVIDES ‘TeUTOM: ‘5, GASCONS, GALLOIS, PROVENCAUX ... (UM FOULLLEUX DE TON ( espéce ,\'est PAS viens - wom DE DEFENDRE LA caust 2 & Bu aaeigt = fh} 9X Mais a consranrinorce, les pRehieRs eRoises se LIVRERENT 2 Des exces FAIRE ROTIR LE LON APPR I YOISE DE L'ENPEREOR! ET LES BYZANTING CHERCHE- RENTA GE DEFAIRE AU PLUS VITE DE LEURS TURBULENTS AWest, S DES VAISSEAUK A teur pisrosiTion Pour a's FRANCHISSENT LE BOSPHORE, Dik MILLE PERSONNES FURENT AINSI TRANGPORTEES ELLES CONNURENT EN ASIE MINEURE Lt PAIN LA Come UEDUSEMENT. UOUVEAUN ACTES DE SuuvAceme CONTRE LES HABITANTS, CHRETIENS OU RUGLLFANS. La eirosre ves ures. Fur severe. us euassérenr LES CRISES COMME BETES FAUVES. DE LEURS O8- BEMENTS 165 FIRENT UNE GIGANTESQUE PIRAMIDE.. VOILA De Quo! manaeR four ARTE # fasted 2 pedi .. LE 21 OCTOBRE 1096, UARMEE “POPULALIe DOCCIDENT ETAL ANEANTIE. SELLE INE POIGNEE D HONMES SUBSISTA, Qu $€ BATTRA AUX COTES DU! DUC GODEFROY. [Den dant Que L’EPOPEE DES PAUVRES SACHEVAIT DANS UNE CONFUSION TRAGIQUE, LES ARNEES REGUUIERES, VENUE PAR QUATRE ROUTES DIFFERENTES, ARRIVAIENT, UNE APRES CAUTRE A CONSTANTINOPLE A WY que por! que ») oe f/cwevacier, peur- tne SeRONT- ELLE TANDIS. Quis PASSAIENT NT SCU6 LES YEUX DALEXIS COMMNENE ET DE SA FILLE ANNE, LES SPLENDEURS DE BYZANCE EVENLAIENT LEUR CONVOITIGE. / swceéire pes Pauvees _\ 1 EBA ES AT PELERINS ul SONT PASSES fel NAgUéRE... MAIS QUE PENSER De ces HOMMES TOUT DE FeR Vetus ? INS... REGARDE, Yor BM ci sondiionn uA QUINZE AXS, I VINT tc) BD EN ENKEM!. AusoUR- D'WUY, IL ARBORE UA ceoix pu iS COMNENE, HUGUES s ES CRISES N’ATTENDIRENT PAS POU TTUER AUX BYZANTINE MIs EN as PASSER A LACTION. REUNIS EN ASIE MINEURE EN MAL 109%, 1S BATTIRERT UNE ARMEE PU'SULTAN KILIO ARSLAN ET PRIRENTLA FORTERESSE DE CEE [RR eronpanr aux PAROLES DE PAIX Du BASILEUSC) ALE) Be Veenanvols, 1c PREMIER, Ll PReTA SERMENT DE RES _ ees Betcee Que t'ine/DéLe LEU AVATT ENLEVEES. Bpy/ ious enasseaons Whey ws Turcs et vous eya\ REND RoNS vos @\ vitues / he Py vive new! (a MuURAILLE (oa ceoe! a (Dieu & Guipe Mon ( wras, TUNE poUvAIS mise VAINCRE: lite officiel de Pempereurd Orient Le 79 wuix, es Tuecs ReNDAIENT TA VILLE AUX BYZANTINS. KILIDJ ARSLAN, A DORYLEE. c’ELAN DES FRANCS ET LEUR, BRAVOURE STUPEFIE- RENT LES TURCS. y » De voevice A 14 S¥RiE A ROUTE FUT INTERMINABLE : DEUX CENTS: (eves, SOUS 1A CHALEUR TORRIDE, AVEC 1A PAIN POUR COMPA GNE, ET A DYSENTE: Ne QU VOUS TALONNAIT... —~ . 4 y 202 Pour calmer Leur FAIM, LES CROISES DEVORERENT LES CHEVAUX MORTS DESOIF Prorirant ve paige CAR IA CANE SUCRE SEUL RECONFORT OccIDENTAUX, PAIENS A S 7 EN LEI PETRESSE, He SUFFISAIT PAS. tA caVALERTE THeQuUe Fr RAVAGES DANS LEURS RANGE Pannen facie (Pua we BOHEMOND FIT MEME. | Couper en moncetux, Er | Rone, ces‘esrions aur | eonaienr Atenrour / 6 vie, neoRe Ne SONT NOS fAuTES ( “tavees' Sten NeSNoUS UA Force / IME PF i, nd ee "ANERTIME GAGNAIT LES TROUPES. F ENERVEMENT GAGNA MEME LES CHEFS. ET ON TENAIT 185 BYZANTINS POUR RES BAUDOIN ET TANGREDE, DEL! 1/6) BONSABLES DES MALHEURS QUI ACCA” NORMAND. BUVeNT (és cROrses. ‘= NVI. S*AFFRONTER & BE ROBERT GUISCAR, UE Des FouRBES Ils ONT PARTIE Uee ave ues BAUDOIN DE BOULOGNE SE SEPARA DE SES_COMPAGNONS AFIN DE GUER- ROVER POUR SON COMPTE, 208 5 Mais vx poi auiparr les pas bes ceoises. le 20 0CIOBRE 1097, LS METTAIENT LE SIEGE DE VANT ANTIOCHE, RETRAN- CHEE DANS SON IMMENSE BICEIN Te AUX TOURS [Da eiravence sasTictes. / Levez- vous cONTRE CES CHIENS DEVORAN DIEU COMBATTRA ‘AVEC VOUS ! STAI $1 VASTE QU’. FALLUT HUIT MOIS POUR UISOLER. LES CROISES L/ENCERCLERENT D'UNE PALISSADE PUISSANTE, FLANQUEE DE DEUX _ ANTIOCHE PRISE, ON ENTRERAIT EN TERRE SAINTE. Nous SoMMES TROP FEU NOMBREUX POUR ERNER TOUTE IA VILLE, SIRE GODEFROY. LES "tupes S'ENGOUF FRENT PAR LA PORTE ou mini ! j Marare auesaues vicroires, REMPORTEES SUR LES TURCS VENUS DE DRAG Et DIALED AU SECOUES 0 ANTIOCHE. curisr, sounens } yes exeeniens Conevauers, ne) Ly TERNISSEZ Pas ie TITRE GLORIEUX [De mogat 05 ASSIEGeAN TS BAISSAIT TE MOR Eu ouk, BOHENOND XPLEr OF a ertunTion Pour se DEPAIRE PL Fe A een BreANTin, SoURGOMNE De comple Aves Eni LYOTRE Vie EST EN DANGER \ (se) messize TATIN.. RETOURNEZ | AudRes ovAtexts_cOMMENE: i Re, ET ASSUREZ-LE Les ayzanrins partis, onenono, Fort oe CONNIVENCE D’UN DEFENSEUR DE LA CITADELLE, reves ceux gut \ SURVIVeoNT PeNeTRE- RONT PLIS AISEMENT °F ve D issiacanrs, tes ERancs Valent assi6aes / r : x | Du muercte sauva ves ceajsds. on pir que sain ANDRE | AppARUT AU PRETRE BARTHELEMY EF LUI IN DIGUA UEMPLA- CEMENT OE (A LANCE QUI PERGA LE CHRIST AU CATE. Alwors une sepeur nowelte ANi- Wa (eS ASSIEGES A BOUT De FoI eae T= IMMENSE VAGUE THRUE ENVAHIT LES CROISES. S Sainte itte! Nous TARRACHERONS Aux — |e “JERUSALEM! JERUSALEM! ENFIN, CHRETIENS ENTREPRIREN DE UA VILLE SAINTE, UNE POLGNEE DB! HOMMES. IL reivee pRovipenviewe B’UNE FLOTTE GENOISE, APFORTANT DES VIVRES EP OU MATERIEL, PIT RENATTRE LEUR ENERGIE. Sur v Ow cou: DRE DE GODEFROY DE BOUILLON ET RAYMOND DE SAINT-GILLES, RUISIT DES TOURS GIGANTESQUES POUR ATTEINDRE LE HAUT DES MURAILLES.. Tanois QUe PIERRE L'ERMITE SE RENDAIT AU MONT DES OLVIERS POUR IM PLORER AIDE DE DIEU. Du CHRIST, AVANT OBSERVE TROIS, JouRS_ DE JEUNE, PROCESSION SOUS UES MURS DE JERUSALEM Puts ves PEERINS FIRENT UNE LONGUE NT UN PREMIER 1 FIT REPOUSSE us ecRASE COM. "ME VERIAINE / Sturawrsur tes ceencaux, les croises, REMPLIS D'UNE Visueur NOuveLLe, cuLBu- TAIENT LES TURES. ambeau dun sat de Vitam, feude peleninage. PAR LA PORTE ie, RETONS ET CHE Vat Bi CHRIST S'ENGOUFERATENT, ABRANT (£5 TURCS SUR Leuk Bt mASCAGE Orantassins a ‘Maitres pésopmais pe JZRuSALEM, tes CROISES ELIRENT UN CHEF. GODEFROY FUT PREFERE A RAYMOND DE SAINT- GILLES POUR SA SAGESSE, SAPIETE ET SA MOLESTIE 1A COURONNE D'OR ET De PIERRERIES EST) “TROP LOURDE A PORTER POUR UN CH ey a Pougsa veagr ves ‘eoisde, 4 PRISE DE JERUSALEM ETAIT LE BUT wire. Leva Paguesse Aeeonitte, is acne” IINAIENT CBA VERS A MER PouR REGAGNER UeuRope. gonerroy Neurave ce De tes RAPPELER POUR Paige Pace A UNE ARS Nes EGVPTIENNE. ALLE bes mikes. Ass) Sré DOD e Fits de dieu EUT LA Tete CEINTE D/EPINES | De TANCREDE, (LA SUR- PRITA ASCALON LE 72.4007 1099 ET 4 De FIT. 14 VICTOIRE MAR- QUAIT DES LES PREMIERS UOURS LE REGNE DE GODEFROY. ‘Reerusawr ie TRE 6 Ro}, GOvErROY SE OT “AVOUE BU SAINT-sePULCRE Fr VeltiA slik Wes DROITS Bev EALISE D'evéque ou Puy AYANT REND SOM AME A DIEU LORS Pe ‘BU SIEGE D/ANTIOCHE, LE DUC DE BASSE- LORRAINE PESQUE SELL, CONFIA A DAIMBERT,. EVEQUE DE PISE, Le SOIN CES GODEFROY cONQUIT DE NOUVEAU TERRITOIRES. MAIS (A BRAVOURE NE SUFFISAIT PLUS. I FALLAIT ORGA- NISER UN EMPIRE 00,4 FeODALITE S’ETAIT INTRODUI- TE. LES BARONS FRANCS S'ETAIENT PARTAGE LE TER- RITOIRE ET NE USA taissaleNT Pas yeu veultue oe SealeReLer s en ‘ TMPATIENTS: DE Boe te oe , S/ENRICHIR, CES care ere NOUVEAUX TYRANS Tthewe f ALAIENT RUINER ie ms. paw S Que DE ceIMes:, HES blew! Le ROVAUME OE JERUSALEM ETAIT A EINE CREE, UN AN APRES (A PRISE DE LA VILE SAINTE, [215 duiLler 1100, DISPARAISSAIT UUNE DES PLUS BELLES FIGURES DE 1A CROISADE ee 6 Dieu, REqals EN TON ROVAUME \AGRAN- De AME DU PREUX 208 Bivie CONFtA A SON COUSIN BAUDOIN DU BOURG, LE JEUNE FRERE DE GO- DEFROY Pe BOUI.LON FUT ALORS APPELE D Lu! SUCCEDER. Rusd comme un RENARD, MAIS. BRUTAL ET CRAINT PES TURCE, BAL DOINT® W/AVATT PAS LES QUALITES MORALES DE SON AINE, c”ETAIT UN (CHEF RE DOUTABLE. ALBAN DONNANT LE ComTe D'EDESSE, h conaulr ARSOUF ET céenRee, Puls AGRE AVEC AIDE Des GELO/S, EN 1104, AVANT DE REDUIRE A MERC! BEYROUTH Er SIDON, €1 7110. Penoanr-ce temps, eaymoun | De sain7- aiices, REVeNU DE CONSTANTINOPLE, FAISAIT CONSTRU- RE LIMPOSANTE CITADELLE DE MONT: PELERIN AVES UAL BYZANTINS. ne / NITE, OU dE ’ -Bauoow se rites un emi REA tAMESURE DE SOK A BITION. LE ROVAUME De JERI SALEM S/ETENDIT JUSQUA LA FORTERESSE ip FTEATIR DEGIGANTESQUES CHATEAUX FORTS. PLUS TARD, AU KRAK DES CHEVALIERS, DeESSE HON LOW De TRIPOLI, (ON AMMEIORA ENCORE LES DEFENSES. | 20 MER ROUGE. EFL BEDOINS Du DéseRT | naiewr tu veRseR TRIBUT, TEUTONIQUES Fe: LLEMANDS: ILN'est De Jour QUE CES CHEETIENS En revedsauces, Zens! Emig De MOSSouL, 8 EMPARA DE LA Wilts FRANaue D'BDESSE. CETAIT A Velie DE NOEL, EN TH, TPIT DEB CHRETIENS UN MASSACRE EFFROVABLE te ATIENTIVE. BERNARD AIT WATTRE UNE IMMENSE VAGUE DE FOI... YENGEONS CES outrages /soyons lS DEFENSEURS De tA cROIx ! SUIVONS UEXEMPLE DE NOS PERES, Qul ONT GONQUIS JERUSALEM ! A COLLINE DE VEZELAY RETENTIT [aged ve erreaux erat Ai DE CRIS DENTHOUSIASME. Tet ZELE QU‘L SUT CONVAL PEREIR D'ALLEWAG ‘GOYEZ SANS CRAINTE PENOANTGUE VOUS Di FENOREZ NOTRE HERITA GE DIEU SE CHAR RA ev Bienrir,ues nouveaux CROISES SE TOURNERENT. Vees VORGENT, (A JEUNE ET UOLIE REINE De FRANCE, BLIeHOR, ACCOMPAGNAIT. SON ROYAL EROUX EN TER- RE SAINTE AINSI, POUR LA St TRAVERSES. DANS LES MONTAGNES PASIEMINEURE, FRANGAIS ETAL CAtands CONNURENT BIEN CES, DEBOIRES, PRES DE DORVLEE, LES FEUTONS EXTENUES SE FIREN: Wassrceee pak (eS UE GAIS C2 QUE JE DOIS SriRAL OG $A YoIX 1! APPELLE = TANTS QUE LE ROI be FRANCE Decournce, conea I ramena PARVINT A JERUSALEM, Ob ie Fu CHEZ Lui LES RESTS CE SON ACCUEILLI COMME LE SAUVEUR, AVEC. HYMNES ET CANTIQUES. RSUIVAIT SEUL (A CROISADE. Ik A 114 WK JEUNE ROI De TREZE Ns ACCEDAIT AU TRONE Dé JERU- ‘SALEM: BAUDOINZE. tt ETAIT. BOW ET BEAU, MAISATTENNT D’UN, MAL INCURABLE, LA LEPRE, MAIS RIEN NE SUTABATTRE SON COURAGE. AMONTSISARD, EN SYRE, k ECRASA UES 50000 MAMELOUKS De SALADIN AVEC 3.000 CONEATTANTS 3 PEINE... i ESS a Passanrouree) voprosirion pes uos- | | Volant Les ACCORDS CONCLUS ENTRE BAUDOINTE Piraciees, Guy D€ Ls/GNaN, DONT ON DIF ET LE SULTAN D'EGYPTE SALADIN, LUSIGNAN PLLA lau emir aves, Beau aue was, se ricou- | | SANS VERGOGNE LES CARAVANES EN ROUTE VERS Jeomer RoIze Jékusacen a tA MoRT CU ROL | | LA MeCGUE IL ApPRIT A CONNATTRE LE RECOUTABLE IcePReUx, SON BEAU FRERE SALADIN, "REMPART DE C1stam © crest Foue, MESSI Re ‘it FAUT AOUR cETTE TACKE CERVELLE QU'ALLAH. PROTEGE ses FiDeles / PLUS SOLIDE! ROE Decjoe a purser ta rere’ i eaicuige Boe Sk | 7a cove oe Pauirre AUGUSTE, DES MESSAGERS RAPPORTERENT ied tome GOnSENEATS ES MEATS be SALAD A VEE SAN Evatt ecbe Er Ne reoisieme CRoisave S'€BRANLA. LE RO! DE FRANCE PHILIPPE AUGUSTE ¥ PRIT PART, ET RICHARD COEUR DE LION, SOUVERAIN D’ANGLETERRE, ET UV EMPEREUR D/ALLEMAGNE, FREDERIC BARBEROUSSE AL‘AIDE, JE PERDS s sesTIMe- Hes, PRETEN- 1 SE NOVA, PRIVANT LES CROI~ ‘SES DE Soll SECOURS Nous qurTegons venice POUR LE SERVICE De Pie fo PRD. DE NOS VAISSEALX, DON DE SONGER 4UX LIEUX SAINTS, TOWOURSAUX MAINS DES. TURCS. i CHARGEA 1'ABBE FALADIN ETAIT MORT, ET LE LES CRISES SE TOURNERENT VERS LE PUISSANT DOGE PAPE inNOCENTIE He cessarr VENISE, AFIN QU/IL LEUR LOUE DES VA(SSEAUX POUR FOULQUES DE NELILLY DE EZ OOOO MAREE GT Rent: PRECHER A NOUVEAL (A ee MEZA VALEDG AA ALK CROISADE... UTS BARONS DE ENLEVEE, xo 7 -RANCE GUI ONT PRIS (A cRO1x NOUS ALLEZ, ET RALLIEZ. UA BANK RE DU cuaisT Toutes. Us Ames. Preuses / Se a aan One Ares noo ( YOS NeFS POUR TRANSPORTER, IN NOs teoupes! ‘ff Arne Mais ues varsseaux vewrmiens MIRENT LE CAP SUR CONSTAN- TINOPLE, D’ABORD, LES CRO!- SES VOLEREAT AU SECOURS DISAAC ANGE, LE BASILEUS DETRONE, DE'A, AUSSITOT, US GAGNERATENTUERUSALEA. Mais 4 consranrinopie tes choses TOURNERENT Hae Rassasies Dé Burin, Les CROISES ALOURDIS. OUBLIERENT VEANTING. CHASSERENT LES “LATING “QU PAR RE~ TA TERRE SAINTE. TOUTCE QUI N’ETAIT PAS OR FUT BRISE. =e je QUANT AUX TRESORS DE 1A LITERATURE GRECO-ROMAINE, [ES PURENTUETES A CA MER PREGAILLES, SE LIVRERENT AU PILLAGE. BALIVERNES Y elt ourceta! Lona puts Dinter! Hf] e00oRA, ff simezenréice if ® moi,eoue 4 - | | Corsranrmorce miss A sac, ceoisés er VANITIENS SE PARTAGERENT UES RESTES DE BYZANCE, FONDANT AINS! VEMPIRE (ATIN (De CONSTANTINOPLE: En eenencienenr ces seavices RENous, | Venise REquT TOUT UN QUARTIER De CONSTANTINOPLE, Les PORTS DE CORON Er DEMODON, AINS! QUE LA CRETE... QUANT All ROVAUME DE JERUSALEM, DONT (A VILLE SAINTE OBEIS- SAIT AUX TURCS, (L NE CONSISTAIT PLUS QU'EN UN MAIGRE TERRI- TOIRE AUTOUR DE TYR. LAA MONTEERRAT CONTRE LE FAROUCHE SACADIN ~ ET QUE RESTAII=IC DE LIDEAL DES GHEVALIERS Pll CHRIST PLES Pou GAINS, DESCENDANTS DES PREMIERS CROISES PONT CERTAINS AVAIENT EPOUSE DES SARRASINES, SE SOUCIA/ENT PLUS DE RIFAILLES QUE DE ee BATAILLER POUR (A CROIX. | DE Pus BEAU ‘AU MONCE ! Buree croise's er couons maciens, ces RIVALITES DEGENERAIENT EN BAGARRES UES CHEVALIERS DU TEN PLE UALOUSALENT CEUX DE UHOPITA Cane Al (ARGE, LiLE DE cHYPRE, coNQUISE PAR RICVARD CUR pe YON ET | VENOUE AUK LUSIGNAN, JOUIESAIT 0 ONE ETONNANTE PROSPCRITE, RELAL eV OCCIDENT ET PE VORIENT, ELLE FAVORIGATT UH | Deng se6 os, cu ayvner. 12 RO) Babel’ so Baa. AUX ARMES? ALERTE AU ALLOWS! SUS A ELK! sus A EAX; dans le numéro de mars 1977 : Au cri de “Montjoie! Saint-Denis!” LES LOUIS DE FRANCE BOUVINES Un roi joufflu pour la France : Louis VI. Gare aux barons! Agitation dans les cités. Louis le Gros a lécoute. Des chartes pour les communes Contre Henri V le Germanique, mobilisation générale autour dun étendard national, la “Montjoie” Aliénor d’Aquitaine répudiée par le Roi Coat de lopération : le 1/3 de la France aux mains des Anglais Suger, “pére de la patrie A laube du gothique, Notre-Dame de Paris Finis les bourbiers! Philippe Auguste fait paver sa bonne ville de Paris 6 mars 1204 : Chateau-Gaillard, forteresse imprenable, tombe devant le Roi Bouvines, juillet 1214! Premiere victoire nationale!