Vous êtes sur la page 1sur 98

ELFES NOIRS

i

ELFES NOIRS

SOMMAIRE

INTRODUCTION.

. 3

LES SEIGNEURS DE NAGGAROTH

4

Les Elfes Noirs

 

6

Naggaroth

9

Annales de

la Tour Noire

15

LAge

de

la

Gloire Éternelle

16

LAge

de

la Trahison

18

LÂge

du Chagrin Fébrile

20

LAge de l'Odieuse Paix

22

LÂge du Sang

24

LÀge

du

Glorieux Tourment

25

Chronologie - LAge de la Vengeance

26

CRUELS ET SAN S PITIÉ

32

Règles Spéciales de l'Armée

34

Tyrans de Naggaroth

35

Assassins Khainites

36

Sorcières

37

Hauts Belluaires

38

Guerriers des Cités Sombres

39

Ravageurs du Monde

40

Dompteurs de Sang-froid

42

Garde Noire de Naggarond

43

Exécuteurs de Har Ganeth

44

Sœurs du Massacre

45

Promises de Khaine

46

Chaudrons de Sang

47

Écrit par: Mat Ward

PRODUI T PA R L E STUDI O

CRUELS ET SAN S PITIÉ

(SUITE )

Sanctuaires Incarnats

48

Hydres de Guerre

49

Les Bêtes de Naggaroth

50

Kharibdyss

52

Malekith

53

Morathi

54

Hellebron

55

Malus Darkblade

56

Shadowblade

57

Lokhir Fellheart

58

Kouran Darkhand

59

TuUaris Dreadbringer

60

LE DOMAIN E

D E L A MAGIE NOIR E

61

LARMURERIE

DES TÉNÈBRES

62

LA GLOIRE DES ELFES NOIRS

64

LISTE D ARMÉE DES ELFES NOIRS

82

Seigneurs

 

85

Héros

88

Unités de Base

90

Unités Spéciales

92

Unités Rares

95

RÉFÉRENCES

96

Couverture: Paul Dainton

DESIG N

GAME S

WORKSHO P

Testeurs : Ben Curr>. Adam Hall, Ben Johnson, Greg MUne, Martin Morrin, Chris ra>lor

Traduction : GLI Charpenet, Sylvain Clément , Sébastie n Delmas , Nicola s Foumel , Vincent J.

© Copyright Games Workshop Limited 2013. Games Workshop, le logo Games Workshop, GW, Warhammer, le logo Warhammer, Warhammer Armées, Citadel, le logo Citadel,

L e Jeu des Batailles Fantastiques, !e symbole de ia comète à deux queues, Warhammer Elfes Noirs et tous les autres logos, noms, marques, lieux, personnages, créatures, races et symboles de race, illustrations et images issus de l'univers de Warhammer sont ®, T M et/ou © Games Workshop Ltd 2000-2013, pour le Royaume-Uni et d'autres pays du monde. Tous droits réscrv-és.

.\ucune partie de cette publication ne peut être reproduite, enregistrée en version informatique ou transmise sous quelque forme que ce soit, électronique, mécanique, par photocopie, enregistrée ou quoi que ce soit d'autre sans l'autorisation de son propriétaire et éditeur.

Ce livre met en scène des personnages et des événementsfictifs. Toute ressemblance avec des personnages ou des événements réels serait fortuite et accidentelle.

Certains produits Citadel peuvent être dangereux si les précautions d'emploi ne sont pas respectées et Games Workshop déconseille leur utilisation aux enfants de moins de 16 ans sans la sun-'cillance d'un adulte. Quel que sdt votre âge, soyez prudent lorsque vous utihsez de b colle, des instruments coupants et des bombes aérosol. Respectez les précautions d'emploi.

ROYAUME-UN I

Games Workshop Ltd., Willow Rd, Lenton, Nottingham. NG7 2WS

FRANC E

Games Workshop EUR L Europarc de Rchaury - C S 60419 13 J92 Aix en Provence - Cedex 3

AMÉRIQU E

D U

NOR D

Games Workshop Inc, 6211 East Holmes Road, Memphis. Tennessee .^8141

www.games-workshop.com

INTRODUCTION

Venues des terres glaciales de Naggaroth, les légions des elfes noirs déferlent sur le monde en quête de proies et de butin. Ce s êtres cruels et retors prennent ce qu'ils veulent, dépouillent qui ils veulent, et laissent derrière eux que des cadavres mutilés et des cités en ruines.

ne

Ce livre est le guide incontournable pour collectionner les elfes noirs, fléaux du monde connu. Trahis i l y a bien longtemps par leurs cousins les hauts elfes, ils consacrent leur existence à tramer leur revanche. Plongez-vous dans les cruels délices de Naggaroth, jurez allégeance au Roi Sorcier, et préparez-vous à guerroyer pour la gloire et pour le pillage.

WARHAMMER-

LE JEU DES BATAILLES FANTASTIQUES

Si vous lisez cet ou\Tage, c'est que vous avez déjà fait vos premiers pas dans le hobby Warhammer. L e livre de règles de Warhammer contient toutes les règles dont vous avez besoin

pour livrer des batailles avec vos figurines Citadel, et chaque faction possède son propre livre d'armée guidant sa collection

bataille d u monde

de Warhammer. Ce livre va vous aider à transformer votre collection d'elfes noirs en un ost de guerriers implacables, prêts à répandre la souffrance et la mort où qu'ils aillent.

et permettant de l'aligner sur les champs de

ELFES NOIRS

Les elfes noirs forment une armée inquiétante, annonciatrice d'horribles tueries. Des guerriers au regard froid côtoient des chevaliers cruels, des sorcières impitoyables et des monstres venus des étendues glacées. Les soldats elfes noirs font partie de l'élite du monde de Warhammer, car ils sont supérieurs à la plupart de leurs adversaires sans être surpassés par quiconque. Ces tueurs sans merc i maîtrisen t toutes les aspects de l'ar t de donner la mort. Quelle que soit votre arme préférée, l'acier, le poison, la sorcellerie ou la férocité bestiale, cette armée vous fournira le meilleur moyen de massacrer vos ennemis.

COMMENT UTILISER C E LIVRE

Warh. arnammer

Elfes Noirs contient les sections suivantes :

• Le s Seigneurs de Naggaroth. Cette première

section présente

les elfes noirs, et explique leur lutte incessante pour reprendre leurs anciennes terres d'Ulthuan. Vous y trouverez un récit détaillé de la traîtrise dont la race des elfes noirs a pâti, et des terribles sacrifices qu'elle a commis dans sa quête de vengeance.

• Cruels et Sans Pitié. Chaque type de troupe de l'armée des elfes noirs est examiné ici, avec une description des régiments, des personnages et des monstres, ainsi que les règles régissant leurs capacités spéciales et leurs options. Cette section décrit aussi le domaine destructeur de la Magie Noire - l'origine de la puissance mystique pervertie des elfes noirs, et l'Armurerie des Ténèbres, où sont rangés les objets magiques propres aux habitants de Naggaroth.

• L a Gloire des Elfes Noirs. Cette section présente une sélection spectaculaire de figurines Citadel de ia gamme des Elfes Noirs. Des figurines individuelles peintes à un niveau d'exposition à couper le souffle, aux unités, voire aux armées entières, rangées en ordre de bataille sur la table de jeu, cette galerie vous inspirera pour peindre votre propre collection.

• Liste d'Armée des Elfes

Noirs. L a liste d'armée reprend

toutes les unités présentées dans la section Cruels et Sans Htié en les classant pour faciliter la sélection de votre armée

pour vos parties. Chaque type d'unité a également une valeur en points, afin que vous puissiez aligner une force d'elfes noirs équivalente à celles de vos adversaires.

LES

SEIGNEURS

DE

NAGGAROTH

La froidure de Naggaroth abrite un royaume

imprégné

de malfaisance. C'est là que résident

les elfes noirs, les rejetons maudits d'Ulthuan. Ils voient le monde sans bienoeillance, car leur destin légitime est de régner, alors que les autres peuples sont au mieux coués à les sercir, et encore, à supposer qu'on leur accorde le droit de cicre. Or, les elfes noirs savent qu'ils ne pourront pas revendiquer leur héritage tant que subsisteront leurs cousins honnis, les hauts elfes. Les deux peuples formaient jadis une seule race, déchirée il y a bien longtemps par la plus grande trahison que le monde ait connu. Même si toutes les autres nations se pliaient à leur loi, ceux de Naggaroth n'auraient de cesse qu'Ulthuan soit en ruines, que ses temples soient abattus et que les hauts elfes soient rejetés à la mer. Ce jour-là, le Boi Sorcier

de Naggaroth reprendra le trône qui lui est refusé depuis trop longtemps, et la tutelle des elfes noirs

s'étendra

au moindre recoin du monde.

LES ELFES NOIRS

Ehistoire des elfes noirs n'est que trahison, spoliation et

revanche en souffrance. Ils aspirent à dominer sans partage,

à ce

abattues, et à ce que le règne de leur Roi Sorcier immortel, Malekith, s'étende sur toute la surface du globe.

spires scintillantes de leurs ennemis juré s soient

que

les

Jadis, les peuples elfiques étaient unis par une cause commune,

et luttaient côte à côte contre les périls d u Chaos. Ceux qu i allaient de\'enir un jou r les elfes noirs étaient toujours en première ligne de ce terrible conflit, et payaient le prix du sang pour protéger les leurs et la terre d'Ulthuan . Cela, ils le faisaient sans retenue et sans crainte, car le combat était

de joie sans bornes. Ils étaient des tueurs qu i mille manières de donner la mort, là o ù de

nombreux elfes étaient des soldats par nécessité, pour défendre leurs proches et leurs foyers.

pour eux source appréciaient les

Cette férocité inspira bientôt le dégoût. Ainsi, quand la

menace d u Chaos reflua, les elfes qu i avaient le plus contribué

à la repousser furent rejetés par leurs pairs et chassés de

leur pays ancestral. U n peuple moins déterminé aurait cédé

à l'abattement suite à une pareille trahison, mais les elfes

noirs étaient résolus à prospérer. De leur territoire glacé de Naggaroth, ils guettent la moindre occasion de restaurer leur statut légitime. Les elfes noirs ont trouvé en ce royaume lugubre un domicile aussi impitoyable qu'eux-mêmes, le lieu approprié pour fomenter leur juste vengeance.

Depuis lors, les implacables osts de Naggaroth partent en expédition à travers le monde, leurs sinistres bannières claquant au vent, chaque guerrier impatient de ressentir la joie cruelle du combat. Les rangs de lanciers avancent sur le champ de bataille comme une ombre funeste qui avale tout sur son passage. Les corsaires des arches noires, que leurs capes

d'écaillés rendent pareils à des monstres, tailladent l'ennemi avec d'autant plus de conviction que chacun de ces pirates

surpasser ses compagnons.

Les hydres de guerre défoncent les rangs adverses, piétinent quiconque leur tient tête, et crachent des flammes noires sur les fuyards. Les chevaUers sur sang-froid percutent l'ennemi dans un tourbillon de griffes et de lames, où la froideur de leur talent meurtrier n'a d'égale que la sauvagerie de leurs montures. Les sorcières libèrent leur magie noire interdite, qui arrache aussi bien la chair que l'âme. Les furies frénétiques maculées de sang dansent éperdument en plein carnage, tranchant tous ceux qu i passent à leur portée. Tous les assauts sont orchestrés par les despotes de Naggaroth, qu i sacrifient leurs laquais sans le moindre scrupule, avec autant de détachement qu'ils ordonnent la destruction de leurs ennemis.

au coeur de pierre s'évertu e à

LES RACES ELFIQUES

Les elfes noirs, ou Druchii pour reprendre le nom qu'ils se donnent, ne sont pas la seule race elfique d u monde. Ils ne sont que l'une des trois grandes civilisations issues du berceau

d'Ulthuan, bien qu'ils considèrent les deux autres peuples comme des faibles, veules et plaintifs, indignes d'assumer l'héritage des temps anciens. A l'est de Naggaroth, toujours

attachés aux terres fracturées d'Ulthuan , résident les hauts

pourron t jamais faire la

paix, car les trahisons de jadis furent seulement les coups de semonce d'une guerre sans merci qui n'a fait qu'empirer au cours des millénaires. Les elfes noirs cherchent à dominer le monde, et au moins ils ne s'en cachent pas. O n ne peut en dire autant des hauts elfes, qu i désirent contrôler sous prétexte de protéger, sans souci des conséquences pour les autres contrées. Encore plus à l'est, sur un continent qui grouille d'humains et autres barbares primitifs, se trouve Athel Loren, domaine des elfes sylvains, o u Asrai . Ces dernier s sont tenus en piètr e estime aussi bien par les elfes noirs que par les hauts elfes, car ils ne cherchent pas à régner, mais juste à perdurer.

elfes,

les Asur. Ces deux royaumes ne

Quelle que soit leur obédience, tous les elfes sont pratiquement immortels, et sont emplis d'assurance à un degré presque surnaturel. Rapides et agiles au plus haut point, ils sont naturellement doués d'une grâce à faire pâlir l'homme le plus élégant. Bien qu'on puisse considérer tous les elfes comme plus ou moins égaux, les elfes noirs estiment qu'ils sont seuls à pouvoir pleinement tirer parti de leurs dons, car ils se sont affranchis des contraintes telles que la pitié ou la tradition.

Les elfes ont l'esprit affûté, et les mortels de moindre calibre peuvent à peine imaginer l'acuité de leur intellect. Leurs paroles sont chargées de sens, qui change du tout au tout selon la posture ou l'inflexion. Les elfes noirs, en particulier, sont adeptes de l'art de déformer les propos à leur avantage, et ils manipulent volontiers les émotions d'autrui dans leur propre intérêt. Les habitants de Naggaroth font et défont les alhances comme bon leur semble, en sachant que leur talent oratoire apaisera toujours les rancœurs . C'est cela qu i explique, plus que toute autre chose, l'opportunism e et l'impétuosité des elfes noirs. Quand un mot bien choisi suffit à effacer les méfaits passés, à quoi bon respecter une morale ou des lois :

Même prises séparément, la vivacité d'esprit et la dextérité prodigieuse d'un elfe noir lu i sont précieuses, mais c'est la combinaison des deux qu i le rend si redoutable au combat. L e moindre détail de la posture d'un adversaire en dit long à un elfe attentif car i l en déduit non seulement quand et comment

il va frapper, mais aussi de quelle manière cela l'exposera à une riposte. C'est ainsi que plus d'un ennemi a péri au moment

de porter le coup qui allait lu i assurer la

même oii i l tentait

victoire, victime d'une lame à la célérité inconcevable, guidée par un esprit vi f comme l'éclain

LA CARESSE DU CHAOS

Le Chaos a apposé sa marque sur les elfes comme sur presque

tous les autres peuples d u monde. Or , dans le cas

la puissance des dieux sombres s'est manifestée de manière subtile. Elle a flatté l'arrogance de l'âme elfique, en renforçant sa fierté et sa démesure. E n d'autres temps, on aurait pu dire

par leu r compassion, car

tel était le caractère que leur avaient accordé les Anciens, mais désormais la générosité a été éclipsée par le narcissisme, et l'empathie supplantée par la prétention.

que les

présent,

elfes se définissaient d'abor d

Ceci dit, le Chaos n'a pas altéré tous les elfes au même degré. Dans le cas des elfes sylvains, i l en a fait des reclus qu i rejettent le reste du monde et se sont convaincus que rien ne peut

menacer leur domaine tant qu'il est en bon ordre. Les hauts elfes sont devenus plus obstinés que jamais, et aucun mot ne peut exprimer à quel point ils sont persuadés d'être les seuls qui puissent protéger le monde face aux périls qui le menacent. Cependant, les elfes noirs ont été illuminés par le Chaos ; i l leur a appris que le monde n'existe que pour le bon plaisir des plus forts. Ils ont accepté cette révélation avec une passion ardente qui confond la froideur de leurs cousins ancestraux. Une passion qui pourrait bien embraser le monde entier

LE RÈGNE DES TÉNÈBRES

elfes noirs, toutes les richesses d u monde sont

à leur entière disposition, pourvu qu'ils soient suffisamment

forts pour s'en emparer. Ils se sont détournés des dieux bienveillants de leur panthéon, au profit de leurs divinités les

plus maléfiques et versatiles, notamment Khaine, le Seigneur du Meurtre. Cette vénération est toute naturelle, car les elfes noirs n'ont aucun respect pour la vie et considèrent que les

êtres inférieurs sont des

insectes qu i ne demandent qu' à

être piétines, faute de leur trouver un usage productif ou de

pouvoir en retirer une meilleure distraction.

Aux yeux des

Il va de soi que pour les elfes noirs, toutes les autres races sont inférieures. Ils traitent avec condescendance même ceux qui pourraient presque les égaler en termes d'habileté et d'intellect, et méprisent ouvertement les lois et les coutumes qu i gâchent des ressources en entretenant les humbles alors même que cela bride les ambitions des dominants. Les elfes noirs, eux, se dispensent de telles considérations : à Naggaroth, les faibles périssent et les forts prennent ce que bon leur semble.

Cela ne signifie pas que les elfes noirs iraient jusqu'à

races sans raison. I l faut bien exploiter les

mines, travailler aux champs, bâtir les forteresses et offrir des

sacrifices aux dieux, c'est pourquoi i l y a toujours de la place pour les primitifs au royaume de Naggaroth. D e plus, certains barbares parmi les plus doués, pour peu qu'on les manipule correctement, peuvent même servir d'armes. À l'aide de menaces, de verroterie ou de promesses mensongères, on peut les convaincre d'attaquer les côtes d'Ulthua n ou de s'adonner

à la piraterie en haute mer. Les hauts elfes, eux, n'ont aucun

espoir de survivre sous le jou g de Naggaroth , car tous les elfes

ennemis héréditaires seront enfin

noirs rêvent d u jour où leurs

exterminer les autres

éradiqués partout dans le monde. Nu l n'envisage la possibiUté qu'après la mort hideuse du dernier haut elfe sur l'autel de Khaine, la victoire finale puisse laisser un vide insurmontable, en privant les elfes noirs de raison d'être. Néanmoins, ce jour- là, ils verront à quel point leur âme a été rongée par leur haine ancestrale - et cela pourrait bien ne pas leur plaire.

E n attendant u n tel jour, les elfes noirs poursuivent leur quête sanglante. De grandes flottes font claquer leurs voiles noires sous le ciel nocturne, pour semer le malheur et la destruction sur tous les rivages d u monde, instillant la terreur et la mort jusque dans des royaumes lointains, souvent sans autre raison que leur incapacité à résister. D'année en année, la puissance de Naggaroth atteint de nouveaux sommets, reposant sur l'esclavage et un flot constant de butin ramené des confins du monde. Alors que les autres races anciennes s'étiolent, les elfes noirs prospèrent en sachant que leur moment est venu. U n orage menace de s'abattre sur les hauts elfes, et on entend le vent porter le rire malveillant du Roi Sorcier. Lessor de Naggaroth causera la perte d'Ulthuan, et une vengeance ruminée pendant des millénaires s'accomplira dans le sang.

LEGENDE

Porte vers la mer du Dessous,

NAGGAROTH

La Terre du Grand Froid

NAGGAROTH

Naggaroth est la terre d u Gran d Froid, une contrée désolée et

élu

domicile. Eétendu e de ses plaines septentrionales, battue s pa r des vents violents, n'est interrompu e que par des affleurements rocheux. Des fleuves viciés par la magie, au cours noi r et languide, creusent des canyons complexes et de profonds ravins

dans le sol gelé. Vers le sud, le sol mince devient assez fertile

pour

des forêts de pins clairsemées. C'est là que pou r nourri r

menaçante aussi impitoyable que les elfes noirs qu i y ont

les cités, les elfes noir s exploiten t d'immense s plantation s o ù ils font trime r les esclaves jusqu' à la mort , aprè s quo i leurs corps tiennent lieu d'engrais au maigre humus.

La majorité des elfes noirs viven t dans des villes lourdemen t

fortifiées, don t les flèches sinistres s'élèvent loi n dan s le ciel tourmenté par les orages. I l s'agit des communauté s les plus

ou

receler u n assassin, et o ù les faibles sont tués pou r distraire les forts. A Naggaroth, la vie citadine est brève car elle revient à côtoyer la mort au quotidien.

peut

dépravées

d u

monde

connu,

chaque

sombre

recoin

NAGGAROND, LA TOUR D U FROID

Naggarond, la plus vaste et la plus ancienne cité des elfes noirs, est probablement le lieu le plus maléfique au monde. Ses rempart s formen t u n imposan t cercl e d e pierr e noire , qu i approche vingt toises de haut par endroits. Les cent tours qu i le parsèment sont elles-mêmes encore deux fois plus hautes, et à leurs sommets claquent les sinistres bannières en peau écorchée d u Ro i Sorcier. Des têtes coupées et des membres

livrés aux corbeaux pourrissent

sur des pieux le lon g des murs,

pour rappeler ce qu'il en coûte de désobéir à Malekith.

Derrièr e ses muraille s impénétrables , Naggaron d s'éten d jusqu'au pied des montagnes de Fer L a cité est u n amalgame de manoirs, de casernes, de temples, de fosses à esclaves et de ruelles tortueuses, sous u n linceul permanent de fumée. Tout au lon g de la froidure d u jou r o u d u gel nocturne, les adorateurs de Khaine arrachent à leurs victimes sacrificielles, encore vivantes, le coeur palpitant et les entrailles pou r les jeter dans les brasiers de leu r die u insatiable. Ainsi , à Naggarond , l'air lui-même est chargé des effluves d u meurtre.

Rares sont ceux qu i parcourent les rues sans défiance, car les ravisseurs en quêtes de victimes ne font pas de discrimination. Khaine a soif aussi bien d u sang des despotes que des esclaves. Le meurtre et le vo l sont monnaie courante, car le Roi Sorcier tolère tous les méfaits, tant qu'ils ne présentent pas de risque

pour son hégémonie. E n fait, Malekith entretient la dissension, car l'anarchie facilite l'élimination des déficients, ce qu i renforce globalement son peuple. A cette fin, i l sèm e délibérémen t la discorde parm i les maisons nobles, i l encourage la révolte au sein des innombrables légions d'esclaves, et U monte les reines matriarches des cultes d u meurtre les unes contre les autres. Les troubles mettent parfois à feu et à sang de pleins quartiers

de

Naggarond, mais

peu importe au Ro i Sorcier, pourv u que

les

faibles

périssen t et qu e les forts

prospèrent .

Au centre de Naggaron d se trouve la tour Noire, qu i n'est pas

dans la cité, u n dédale de

palais et de tours niché derrièr e de hautes murailles. C'est là que résident les nobles qu i jouissent d u crédit de Malekith , un honneur qu i leur vaut fortune et soutien, mais non sans

une simple forteresse mais une cité

danger. L e Ro i Sorcier a toujours été u n monarque capricieux, généreux quand la fortune lu i sourit, mais parfaitement

impitoyable si tout ne se déroule pas selon son idée. L a cour de

est donc le lieu des ascensions les plus fulgurantes

plus brutales. Peu de courtisans durent aucun ne meurt de façon naturelle.

longtemps à ce jeu , et

comm e des chutes les

Naggaron d

L e donjon central appartient à Malekit h seul, et nu l n'y accède sans sa permission, hormis la Garde Noire de Naggarond. Les torches et les lanternes ne sont pas admises ; sans qu'i l veuille

le reconnaître, le Ro i Sorcier se sent gêné en présence d'une

flamme nue. Nombr e de pièces et de couloirs sont plongé s dans les ténèbres, et les autres sont faiblement éclairés par le

rougeoiement de sceaux maudits. Peu d'elfes noirs se hasardent dans ces ténèbre s poussiéreuse s sans u n moti f pressant, à cause de leur ambiance lourde de mépris et de mélancoUe. Lorsque

Naggaron d

rivalise avec la splendeur et le raffinement des plus grandes

maisonnée s d'Ulthuan . Or , au fil des millénaires , Malekit h

a perdu le goû t d u luxe et de l'ostentation. Les chambres

inférieures, jadis inondées de lumière et d u rire des courtisans, ne contiennent plus que des toiles d'araignées et des tapisseries décolorées, hantées par le silence. I l n'y a guèr e que les niveaux

aux riches heures d'antan. C'est là,

supérieurs qu i fassent écho

dans des pièces emplies de trésors pillés dans le monde entier,

fut fondée, le Ro i Sorcier voulait que sa citadelle

que le

Ro i Sorcie r tien t sa cou r et conçoi t ses desseins haineu x

contre

Ulthuan .

un spectacle particulièrement

plafon d voût é est perd u dan s l'ombre , et ses

murs sont couverts de draperies tissées avec des cheveux

ensanglantés. O n voit luire dans la pénombr e les yeux de

cruelles idoles sculptées pièce est occup é par une

bloc d'obsidienne, entourée par cent sièges d'os noirci et de peau écorchée. Certains ne servent qu' à l'occasion des conseils.

D'autres sont occupés en permanence, car leurs détenteurs

sont morts pour avoir déplu à Malekit h en d'autres époques.

O n murmur e que l'u n des cadavres était u n proche parent d u

Ro i Sorcier, peut-êtr e u n frère, voir e u n fils. Certain s de ces

conseillers défunts sont fragiles et desséchés, témoins muets de leurs siècles de service. D'autres sont relativement frais, et leurs crânes grouillent encore de larves et d'insectes.

L a

hideux .

chambre

So n

d u

conseil

offre

dans les contreforts. L e centre de la immense table taillée dans u n unique

L e trône de fer de Malekit h préside cette assemblée, mais i l préfère déambule r autour de la tablée afin que nu l ne sache o ù son regard se porte. Parfois, i l demande le silence et s'entretient en aparté avec u n cadavre. O n ne saurait dire s'il parle vraiment aux morts, o u s'il s'agit d'un effet théâtral macabre ; en tout cas, personne n'a jamais osé le lu i demander. E t de même , nul ne remet en question la pertinence de tenir conseil en u n royaume soumis à une seule volonté suprême. O n le fait simplement parce que telle est la volonté de Malekith .

Quan d i l n'est pas accaparé par la conduite de l'État ou de

la guerre , le Ro i Sorcie r se retir e dan s ses appartement s tou t

en haut de la citadelle. O n dit que depuis la chambre de

divination de Malekith,

à sa vision occulte, qu'il peut diriger partout o ù bon lu i

semble. Cependant, son regard revient constamment aux brumes d'Ulthuan , son héritage, qu'il souhaite désespérément s'approprier, ou détruire à défaut.

aucun recoin d u monde n'échappe

GHROND, LA TOUR D E LA PROPHÉTIE

spire élancée de Ghron d ;

c'est le domaine de la mère de Malekith , la belle prophétesse Morathi . Depuis le pinacle de Ghrond , les sorcières d u

le blizzard qu i fouette

le

suit u n rythm e que l'o n

peut interpréter, et que quiconque ose y plonger le regard peut percer les secrets d u destin et les mystères d u monde .

Tous les jours , des cavaliers vêtus de noir galopent entre la tour de Ghron d et Naggarond, au sud, pour y transmettre des prophéties. Elles prédisent aussi bien les tournants cruciaux

qui apporteront le succès au

Ro i Sorcier, que les avertissements

relatifs au danger d'une puissance ennemie émergente.

changement constant qu i s'y opère

Couvent Noi r peuvent la tour, jusque vers le

Dans l'extrême nord se trouve la

voir

par-delà

d u

Royaume

Chaos.

O n

dit que

Morath i règne sans partage sur Ghron d et ne tolère aucune

interférence de l'extérieur

soutienne le régime de Malekit h est une chose, mais qu'elle s'y

soumette elle-même en est

petite rébellion tant que la dîme est versée avec ponctualité et

générosité - ce qu i est le cas,

riches en or, en argent et en gemmes de toutes sortes. Mêm e après des millénaires d'exploitation, le sous-sol de Ghron d contient suffisamment de richesses pour acheter la loyauté de tous les elfes de Naggaroth .

la

Qu e la Sorcière Matriarche

une autre. L e Ro i Sorcier tolère

car les gisements de Ghron d sont

Ghron d est légendaire pou r son luxe décadent, dans tou t Naggaroth et jusqu'en des contrées lointaines. Le s rumeurs

sont exacerbée s par une lo i qu i interdi t l'accès de ses sanctuaires aux elfes mâles, sauf sur ordre de Morathi . Le s rares élus

leur

vie - comme leur mort - est vouée au plaisir de la Sorcière

Matriarche. Ceux

destinés à une vie de lutte contre les horreurs des désolations Nordiques. L e parfum de magie et d'excès émanant de Ghron d attire constamment les démons , les monstres et autres adorateurs d u Chaos. L a défense de Ghron d est par conséquent une bataille constante, synonyme de privations. Pourtant, les elfes noir s qu i défenden t ses muraille s n'envisagent jamai s de déserter pour des deu x plus cléments. Captifs de la beauté de Morath i et de leurs désirs , ils sont ses esclaves, a u mêm e titre que les malheureux mineurs.

sont les plus heureux et les plus damné s des mortels, car

qu i n'ont pas l'heur de plaire à Morath i sont

LES TERRES

CONVOITEES

Les elfes noirs ne se contenteront jamais de régner sur

qu Ulthuan leur revient

Naggaroth,

car ils considèrent

de plein droit. Toutefois, il y a deux régions

qu'ils désirent par-dessus

déchirée

de leur patrie tout.

La terre des Ombres est ce qui reste de l'ancienne Nagarythe,

où ^nation

tenait sa cour à Anlec, et d'où proviennent les

ancêtres

des Naggarothi.

Malgré

leurs nombreuses tentatives

d'envahir Nagarythe,

les elfes noirs n'y ont pas pris pied

de manière durable. Chaque fois qu'Anlec a été

démolie.

les soldats du roi phénix

l'ont

rebâtie,

Au

nord d'Anlec se trouve l'île Blafarde, site du temple

de Khaine. Ses plaines jonchées

de crânes ont été

témoins

d'innombrables batailles, et la nuit, les esprits des morts

reprennent le combat, piégés à jamais par la volonté de Khaine.

Cette lutte symbolise la déchirure

de la race elfque. Nul ne peut

en prédire

l'issue, ni même s'il y en aura jamais une.

KAROND KAR, LA TOUR D U DESESPOIR

Mêm e dans une contrée o ù la souffrance et le tourment sont

monnaie courante, Karon d Kar se distingue par sa désolation.

L a citadelle veille sur le rivage de la mer Glaciale, constamment

fouettée par les ouragans, et battue par des vagues hautes

comm e des collines. Ses habitants peuvent être considéré s

comm e les plus endurcis de

ils se sont acclimatés à leur terre glacée au poin t que les lieux tempérés leur sont inconfortables.

tous les elfes noirs. Pou r tout dire,

Karond Kar a aussi pour nom la porte des Esclavagistes, car c'est là que les flottes ravisseuses livrent leu r cargaison vivante. Des milhers d'infortunés meurent pendant la traversée jusqu' à Karon d Kar, asphyxiés dans les soutes o u torturés à mor t par les marins cruels en ma l de distraction. Ceux-là ont de la chance. Quan d les survivants sont déchargé s sur les quais couverts de givre, ils se rendent compte que leur supplice ne

fait que commencer. Nu l ne s'échappe de Karon d

Ka r

Les esclaves sont ensuite poussés brutalement, à coups

de trique et de fouet, sous les moqueries

de la foule. Ceux

q

u i

trébuchen t

sont

piétines ; ceux

qu i

se

dégagen t de leurs

chaînes cloutées sont écorchés vifs puis jetés à la me r Les deux formes de mise à mort font la joie des spectateurs, qu i jettent des pierres sur les esclaves pou r les faire paniquer, o u envoient des serviteurs briser les chaînes tant que les captifs sont sur les quais, dan s l'espoir d'assister à un e flambée de violence .

Le s marché s aux esclaves

parviennent aux grandes places au-delà des quais sont sommairement examinés et triés par âg e et par sexe, pour être affectés aux mines et aux carrières, ou aux donjons et aux

cuisines de Naggaroth . Le s marché s sont surplombé s par les palais des négociants, don t les mur s sont ornés d'ossements d'esclaves finement gravés . Jou r et nuit , Karon d Ka r résonn e de plaintes lancinantes, car ses sorciers adoren t lier l'âm e de leurs captifs à leur dépouille mortelle. Hégé s entre la vie et la mort , ces malheureu x hantent les rues de la porte des

de

Esclavagistes, ce qu i emplit les songes de leurs bourreaux délicieuses images de souffrance.

qu i

sont

vastes,

et

les

captifs

Les négociants eux-même s quittent rarement le confort de

leurs opulentes demeures, mais i l arrive qu'ils bravent la pluie

grande valeur U n haut

elfe capturé est une marchandise de choix, et u n esclavagiste

fortuné échangera bien volontiers le reste de son cheptel

- ou mêm e des membres de sa propre famille - pour avoir

l'occasion de soumettre une telle friandise aux bons soins de son

seigneur. Dan s le cas des

organisent des enchères dans leurs propres locaux, en jouant sur la cupidité des capitaines corsaires pour maximiser leur profit. Les maîtres esclavagistes sont durs en affaires, et aucun e flotte ne quitt e Karon d Ka r avec des gains à la hauteu r de ses attentes. Toutefois , aucu n capitain e ne conteste les termes d'une transaction conclue, car ils savent que la foule recèle de nombreux assassins, qu i attendent silencieusement l'ordre d'u n esclavagiste. Mieu x vaut repartir de Karon d Kar avec une bourse légère que de ne pas en repartir d u tout.

livraisons plus banales, les négociant s

quand ils ont vent d'u n arrivage de

HAR GANETH. L A CITÉ DE S EXÉCUTEURS

Ha

r Ganeth est maudite. I l y a longtemps, la ville fut prise

LA MER

BOUILLONNANTE

 

de

démence et d'une soif de sang telle que, depuis, elle

Entre la côte ouest de Naggaroth

et son chapelet

d'îles

n'est contenue que par certaines des lois les plu s strictes de Naggaroth. I l n'y a qu' à Ha r Ganeth que des actes comme le meurtre, le vol et la débauche en pubhc sont des crimes, ce qui est du r à supporter pou r u n peuple versé à ce point dans

la dépravation. Pire encore, la loi de Ha r Ganeth ne prévoit

qu'une seule peine pour les contrevenants : être emmenés , couverts de chaînes, au sommet de la plus haute pyramide sacrificielle pour y être décapités. C'est le seul châtiment

approprié dans la ville élue de Khaine. I l faut être stupide ou exceptionnellement rusé pour enfreindre la loi à Ha r Ganeth,

et on ne peut généralement pas faire la distinction avant que

s'abatte la lame d u bourrea u - les plus intelligents auron t

judicieusement pris la fiiite depuis longtemps.

Cette situation ne signifie point que les querelles intestines sont plus rares à Ha r Ganeth qu'en une autre cité — elles prennent simplement une autre forme. Le s despotes ont

appris que le simple fait de commandite r u n assassinat risquait autant d'entraîner leur propre mort que celle de la cible. Ils se

pou r pousser leurs rivaux

focalisent don c sur des manœuvre s

à enfreindre la lo i avec des conséquences fatales. Cela requiert

frémissent

des eaux infestées

de monstres, la mer Bouillonnante.^

Elle apparut il y a de nombreux millénaires,

avant le début de

l'histoire écrite des elfes. Un immense séisme

déchiqueta

de la mer Lointaine, qui furent réduites

à un semis d'îlots

les

côtes

le long

de l'actuelle côte occidentale. Le tremblement de terre ouvrit

également

des plaies béantes

dans les fonds marins, des blessures

dans la chair du monde qui n'ont jamais

guéri. La lave en fusion

jaillit de ces crevasses, portant

de grands dégagements

et créant

de vapeur. Par endroits, la surface

l'eau à ébullition

de la mer est bouillante, d'où le nom de cette

région.

De tous les navires de guerre de Naggaroth,

seules

les arches noires osent s'aventurer en ces eaux

périlleuses.

Cela, dans un seul but: capturer les monstres marins qui sont

de leur flotte. Bien que de

devenus une composante essentielle

nombreux endroits de la mer Bouillonnante soient mortels pour

tous les êtres vivants, il en est d'autres où les eaux riches en

Ces

minéraux grouillent de vie et de prédateurs

féroces.

bêtes colossales, comme les grands dragons des mers et les

féroces

dracs infernaux, servent de longue date de vaisseaux aux

elfes noirs ; au moins depuis que les Naggarothi

ont appris

une grande subtilité, et u n plan met fréquemmen t des année s à

à fixer magiquement des forteresses

au dos de ces

créatures.

porter ses fruits. Ha r Ganet h est u n ni d d'intrigue s sans pareil ,

Les flottes des elfes noirs ont été radicalement

transformées

chaque requête o u concession n'est qu'u n mouvement dans

par le nombre croissant de monstres ramenés

de la mer

un

vaste je u de disgrâce et de mort.

Bouillonnante, car les arches noires sont

fréquemment

 

escortées

par desfiottilles d'abominations

primitives.

Une seule personne se tient au-dessus de la lo i à Ha r Ganeth. Hellebron l'Ancienne règne sur la ville depuis sa fondation ou

presque, et ne voit aucune raison d'obéi r à ses propre s décrets .

Elle encourage les

quelque immunité - en échange de faveurs conséquentes, naturellement - , mais ne leur donne que rarement satisfaction. Seul un malandrin particulièrement audacieux o u désespéré admettrait ouvertement son intention d'enfreindre la loi devant la responsable suprême de son application.

requêtes de ceux qu i souhaiteraient obtenir

C'est seulement lors

sanglante à la gloire de Khaine, que l'anarchie est encouragée

à Ha r Ganeth. Ailleurs à Naggaroth , seules les furies la

célèbrent, les autres elfes noirs ne cherchant qu' à éviter d'être

sacrifiés au Dieu d u Meurtre . Or, à Ha r Ganeth, tout le monde

prend part à la folie qu'est la Nui t des Supplices ; c'est le seul

intermède o ù l'on

accumulées durant l'année. Les grandes portes de la cité sont verrouillées, les esclaves et les prisonniers sont jetés à la rue

dans une atmosphère lourde d'anticipation. Quan d la lune se lève, la folie se déchaîne . L e vi n et le san g coulen t à flot, la nui t s'emplit de hurlements déchirant s et les caniveaux déborden t

peut se libérer des pulsions malfaisantes

de la Nui t des Supplices, une festivité

de

corps à dem i dévorés. Le s furies dansent nues sur les restes

de

leurs victimes et les pavés couverts d'entrailles, et partout,

des elfes ivres et hagards gisent enlacés sur des tas de cadavres.

La débauche ne cesse qu'au point d u jour, quan d sonne u n

grand gon g d'airain. Le s survivants au regard las évacuent

péniblement

s'ouvrent pour livrer passage à sa garde d'élite

qu i ratisse

les rues, puis les portes d u palais de HeUebro n

le

charnier en quête d'elfes trop engourdis pour fuir. Ceux-

ci

sont traînés dans les appartements de Hellebron , jusqu' à

un grand chaudron de bronze. A la différence des autres reines matriarches qu i se baignent dans le sang de vierges et d'innocents, la Reine de Sang de Ha r Ganeth préfère le sang

parfumé par

la corruption dément e de la Nui t des Supplices.

HAG GRAEF. LE SOMBRE RO C

L e Sombre Roc n'a rien d'engageant, sis au fond d'u n canyon

froid et obscur entouré de montagnes dénudées qu i s'élèvent jusqu'au x nuages. Aucu n rayon de soleil n'atteint les murailles

de la cité, qui demeure dans une pénombr e

constante.

inconcevablement tortueuse.

Ses huit tours noires monten t d u fond d u canyon comm e les restes pétrifiés de quelque céphalopode répugnant. Les tours sont reliées par des passerelles, des plates-formes et des ponts de toutes tailles et de tous aspects. Certains sont faits de bois usé et d'os noircis, d'autres taillés dans de la pierre aux arêtes vives ou tissés avec la soie d'une araignée monstrueuse. Le s plates-formes les plus grandes formen t autant de villages o u de bourgades soutenus par des contreforts de fer et de pierre. C'est là que vivent la majorité des citoyens de Ha g Graef, entassés dans des maisons de briques grises et de bois durci au feu ; seuls les despotes les plus puissants ont le privilège de

Earchitecture de Ha g Grae f est

résider dans les tours elles-mêmes. L a promiscuité, combiné e

à la nature agressive des elfes noirs, garantit que les rivalités

se traduisen t régulièremen t pa r des flambées de violence . I l

faut faire preuve de prudence quand on parcourt le dédale de rues de Ha g Graef, sous peine d'avoir la gorge tranchée avant d'être jeté dans l'amoncellement d'ordures et de chair pourrissante qui recouvre le fond d u canyon.

L e sous-sol rocheux de Ha g Grae f est creusé d'u n réseau de

mines et de carrières, lui-même

qui extraient le fer et le jais d u ventre d u monde. Ils mènen t l'existence la plus misérable qui soit, loin de la lumière d u jour, transis par les vents hurlants qu i s'engouffrent dans les tunnels

enchaînés

peuplé

d'esclaves

NOMS DE POUVOIR

"

^

O n met rarement en aoant les

liens de parenté à Naggaroth. "

Pour gagner sa renommée,

un elfe noir doit se distinguer par

! ses propres

actes, et non se targuer des exploits de quelque aïeul

oublié. C'est pour cela que les elfes noirs ne font pas mention

de leur lignée et n'emploient pas leur patronyme, quoi ils adoptent un nom de guerrier à connotation

pour impressionner leurs ennemis comme leurs pairs. Il s'agit

les hobereaux

elfes noirs se baptisent en fonction de leurs penchants, ou d'une

manière qu 'ils peuvent illustrer par leurs actes. Un Naggarothi

qui se fait appeler Venomblade a intérêt à porter des armes

au lieu de terrifiante,

de donner du poids

à un tel titre, c'est pourquoi

enduites du poison

le plus dolent, sous peine de subir les

quolibets de ses semblables, si ce n'est un empoisonnement. De même, un noble ayant pris le nom de Seoerspine saisira

la moindre occasion de poignarder

un rical dans le dos,

pour

rappeler aux autres pourquoi il mérite qu'on l'appelle ainsi.

Curieusement, certains de ces noms de guerrier ont acquis

une notoriété

telle qu'ils se transmettent exactement comme

les noms de famille qu'ils ont presque supplantés. Ainsi, le nom

de Fellheart se porte depuis cinq générations,

et Malekith est

secondé

depuis son ascension par un guerrier du nom

de Chillblade - bien qu'aucun elfe de ce nom ait vécu plus

de cent ans. Les elfes noirs n'y voient aucune contradiction, car

s'il suffit de naître pour hériter

d'un nom de famille, un nom

de guerrier ne se transmet qu'à un descendant qui a accompli

les exploits correspondants. De la sorte, on est certain que

le successeur est tout aussi valeureux que son qu'ils soient ou non liés par le sang.

prédécesseur,

et gratifiés d'une

mêm e pas le repos en mouran t : les mines traversent des veines

de malepierre, don t l'énergie

maintient au travail jusqu' à ce que leurs os tombent.

impie anim e les morts et les

nourriture rare et immonde. Ils ne trouvent

Grâc e à sa richesse minérale, Ha g Grae f est devenu la deuxième ville la plus importante de Naggaroth. Pour tout dire, elle est si prospère qu'elle dépasse mêm e Naggaron d en

influence et en force militaire. L a plèbe de Ha g Graef désire tant quitter l'abysse qu'est leur foyer qu'il n'est nu l besoin ici de conscriptio n forcée. A u fil des siècles, les guerriers de Ha g Graef ont acquis une grande renommée , pour leur énergie

à défaut de leur discipline. Les dirigeants de la ville, par

cupidité, vendent les services de leurs soldats à d'autres cités de Naggaroth , et en profitent pou r y infiltrer des espions.

H

a g Graef dispose de tant de guerriers, d'esclaves et d'or que

si

ses hui t grande s familles unissaien t réellemen t leurs efforts,

elles pourraient sans aucun doute renverser le Ro i Sorcier. Naturellement, Malekit h en est conscient, et ne ménag e pas sa peine pou r entretenir la discorde parm i les nobles d u Sombre Roc. C'est en vérité tâche facile : les enjeux financiers sont tels que l'intrigue et la traîtrise abondent spontanément.

L a place la plus convoitée, à Ha g Graef, est celle d u "premier

despote", dirigean t en titre de la ville et de toutes ses terres. C'est lu i qu i définit les taxes qu i s'appliquent aux transactions

commerciales sur son territoire, position idéale pour prélever sa quote-part. Cette fortune permet de distribuer de nombreuses faveurs et de bénéficier d'u n train de vie inimaginable pou r les autres elfes, mais peu de titulaires survivent longtemps à ce poste. Pour tout dire, les élites de Ha g Grae f considèrent la grandiose cérémonie d'investiture comme l'ouverture officielle d'un nouveau tour dans u n je u particulièrement mortel. Cela ne dissuade en rien les nobles de la cité de concourir pou r les

attributions d u premier despote.

arrogants

que dans le reste de Naggaroth, et aucun elfe noir ne s'imagine assez impruden t pou r finir abattu , poignardé , empoisonné ,

étranglé ou

décapité. O n ne peut pas le convaincre d u danger,

mêm e si de telles mésaventure s on t déjà mi s fin aux fonctions d'innombrables dirigeants par le passé.

Ils sont tout aussi

Dans le reste de Ha g Graef, la vie est une lutte à peine moins acharnée. Les huit famiUes sont perpétuellement en

concurrence pou r obtenir

les faveurs d u premier despote,

tout en complotan t pou r mettre brutalemen t fin à sa carrière.

Mêm e les liens de parenté ne garantissent pas la loyauté, car on

a souven t v u u n frère o u un e fille s'éleve r dan s la hiérarchi e en

ses proches, grâc e à u n usage judicieu x

gravissan t les corp s de

du poison au moment opportun, ou en mettant suffisamment

d'or dans la paume d'u n assassin.

que les cultes d'assassins

de Khaine prospèrent à Ha g Grae f comm e nulle part ailleurs à Naggaroth, car on y trouve toujours des despotes désireux de se débarrasser de leurs rivaux, ou qui souhaitent se prémuni r contre les machinations de leurs ennemis (voire de leurs amis).

E t pourtant, les assassins ne sont pas assez nombreu x pour

faire face à la demande, chacun pouvant très bien travailler pour cent maîtres différents dans la mêm e année. E n de telles circonstances, la discrétion est aussi appréciée que les compétences traditionnelles. C'est pourquoi de nombreux assassins se cousent la bouche, se coupent les cordes vocales ou se clouent les mâchoires pou r se rendre physiquement incapables de révéler l'identité de leur employeur.

I l n'y a don c rien de surprenan t à ce

CLAR KAROND. LA TOUR D U DESTIN

Clar Karond est le plus gran d chantier naval d u Ro i Sorcier, car c'est là que sont assemblées les coques de milliers de navires corsaires. L a cité est plus étendu e que la plupart des villes de Naggaroth , car elle s'étire entre les rives d u fleuve Rouge-venin jusqu'aux impénétrables forêts de pins de la crête d u Couchant. Le s elfes noirs y trouvent le bois noir dont sont faits leurs vaisseaux ; ils ne s'abaissent naturellement pas à exercer eux-même s les travaux physiques avilissants, mais assignent des milliers d'esclaves à cette tâche.

À mesure que la forêt recule, victime de l'abattage ou des brûlis, les rues de Cla r Karon d prennent sa place. Anné e après année, la ville enfle, engraissée par le labeur de sa

population servile et l'exploitation des terres environnantes. Jadis, i l n'y avait guèr e qu'une grande tou r dominan t le

Rouge-venin ; à

qui est hérissée de minarets de toutes tailles. A chaque vague d'expansion, de nouveaux remparts sont érigés, no n seulement pou r protége r la cité dans son intégralité, mais aussi pou r défendr e chaque tou r contr e ses voisines. Par conséquent, les rues de Cla r Karon d formen t u n labyrinth e chaotique, ponctu é de bâtisses à dem i effondrées, d'avenues bloquées, et de quartiers intégralemen t ensevelis à mesure que l'on dresse de nouvelles fortifications plus imposantes.

c'est toute la crête d u Couchan t

présent

Clar Karon d est égalemen t célèbr e pou r ses belluaires . C'es t

ici, il y a des siècles, que les chevaliers de Ha g Grae f amenèren t les premier s sang-froi d pou r y êtr e domptés , et bie n plu s tard, ce fut le tour des féroces kharibdyss des profondeurs

d'être plies

à la volont é des elfes noirs . A présent , les enclos à

manticores,

les cages pou r harpies et autres corrals sont aussi

communs à Cla r Karon d que les temples de Khaine . Plu s nombreuses encore sont les chapelles drapée s de fourrure s à la gloire d'Anath Raema, car la déesse de la chasse sauvage a toujours été la protectrice des belluaires. Quan d les armée s de Clar Karond partent en guerre, c'est au no m d'Anat h Raema, en poussant sa sauvage progénitur e pou r rompre les lignes ennemies dans une tourmente de griffes et de crocs.

LA MER DU

DESSOUS

Les flottes corsaires des elfes noirs sont longtemps

demeurées

confinées à la mer du Chaos et au Grand océan. Par la suite,

elles découvrirent

la mer du Dessous, un immense réseau

hydrographique souterrain gui relie la mer du Chaos

à la côte occidentale de Naggaroth.

La mer du Dessous

est un labyrinthe de tunnels obscurs et de

grottes étranges. Même les itinéraires bien connus présentent des

et les inondations brutales

risques constants, car les éboulements

sont monnaie courante. Ce royaume souterrain abrite en outre

cruels, qui se repèrent bien mieux dans l'obscurité

que les elfes noirs dont ils se nourrissent oolontiers.

des prédateurs

Les explorateurs les plus accomplis de la mer du Dessous

proviennent de la tribu des ombres, une peuplade

montagnarde

HAR KALDRA. LA CITÉ OUBLIÉE

H a r Kaldra était la sohde forteresse qu i dominai t les cols entre

Naggarond

cern é des ruine s éparse s de ses propre s murailles , témoignag e

de la susceptibilité de Malekith. L a chute de Ha r Kaldra est due au Roi Sorcier, qu i réprima la rébellion de la citadelle avec

don t i l disposait. I l y eut des

milliers de morts au cours de cette nuit d'horreur et de furie, et autant de captifs furent emmené s à Naggarond, pour y être mis à mort dans des brasiers ou dans l'arène.

toutes les ressources magiques

et le glacier de Fergivre. I l n'en reste qu'u n cratère

LES TOURS DE GUET

guèr e les invasions. Le s de quelques heures dans

ses eaux infestée s de corsaires, et atteignen t don c raremen t les

flottes

L e

territoire de

ennemies

Naggarot h ne craint ne surviven t pas plus

côtes déchiquetées. Les seuls vrais dangers proviennent d u

sud, avec les légions sauriennes

glacées au nord, o ù errent les hordes inféodées au Chaos.

désolations

de Lustrie, et des

Le s elfes noirs considèrent qu'ils n'ont pas besoin d'instaUations défensives permanentes contre les hommes-lézards , car leurs assauts sont résolus mais peu fréquents. Par contre, les Nordique s ont démontr é que leurs pertes considérables et leurs défaites ignominieuse s ne les dissuadaient en rien

qui rejeta jadis la vie citadine. Or, même eux n'ont découvert

de

revenir, c'est

pourquo i les Naggaroth i ont bâti une série

qu'une maigre fraction des secrets de la mer du Dessous.

de

citadelles pou r les contenir. Chacune

d'elles

est une tou r

Chaque décennie

qui passe

amène son lot de

découvertes,

et des bruits insistants évoquent une civilisation tout entière

qui se dissimulerait au plus profond

du réseau de cavernes.

de guet aussi grande qu'une ville, capable de soutenir des années de siège, avec une garnison sélectionnée parmi l'élite guerrière de Naggaroth . C'est grâce à elles que les menaces en provenance d u Royaume d u Chaos ont été tenues en échec, d u moins jusqu' à présent

ANNALES DE LA TOUR NOIRE

LA CHRONIQUE DE NAGGAROTH

Ehistoire des elfes noirs se confond avec celle du Roi Sorcier lui-même. S'il n'avait pas mené l'insurrection contre les rois phénix, il n'y aurait n i Naggaroth, ni elfes noirs.

Le long règne de Malekith est synonyme de sang et de terreur, de régime de fer, d'assassinats et de subterfuges. C'est sa volonté, et sa volonté seule, qu i guide les Naggarothi vers leur sombre destin. I l arrive que le Roi Sorcier demande l'avis des despotes qu i baignen t dans sa radiance, mais seulement quand cela l'amuse. I l ne prête l'oreille qu'à la voix sifflante de Morathi, et jamais sans redouter quelque duplicité. Mêm e les plus anciens de ses courtisan s n'on t véc u qu'un e fraction minime de l'existence de Malekith, et le Roi Sorcier n'accorde pas plus d'importanc e à leurs propo s qu'au x conseils d'u n enfant précoce. Malekith a vécu si longtemps - et a eu tant de

maîtresses - que rares sont

revendiquent pas de sa lignée.

les nobles de Naggaroth qu i ne se

noirs ont souvent fait

la guerre à Ulthuan , avec pour but de prendre par les armes l'héritage dont ils fijrent spoliés. Les armées du Roi Sorcier sèment encore et toujours une dévastation indicible chez les hauts elfes haïs, mais finissent invariablement rejetés à l'océan. Pour un monarque mortel, une seule de ces défaites serait une tragédie, une vie de labeur gâchée. Pour Malekith, depuis longtemps parvenu à l'immortalité, i l ne s'agit que de revers qui créent de nouvelles opportunités. Quand la force échoue, le Roi Sorcier envoie des infiltrateurs et des assassins pour saper Ulthuan de l'intérieur Quand la subversion n'est pas concluante, Malekith soudoie des royaumes étrangers pour qu'ils attaquent à sa place.

Sous les ordres de Malekith , les elfes

Pour l'heure, Ulthua n a repoussé

gagné sa survie qu'au prix de milliers de vies de soldats et du sac de ses royaumes , ce qu e l'île-continen t ne pourr a pas se

tous les assauts, mais n'a

permettre éternellement. L e brasier de la guerre qui consume Ulthuan ne fait que tremper la puissance du Roi Sorcier Malekith sort de chaque défaite plus fort et plus résolu que jamais. Alors que les hauts elfes se lamentent désespérément chaque fois qu'un de leurs guerriers tombe, le Roi Sorcier

sacrifie sans compte r les vies

plus que les instruments de sa vengeance.

de ses laquais — ils ne sont rien de

le

prix du sang que la haine de Malekith exige d'eux. Ce jour- là, le Roi Sorcier aura enfin gagné une fois pour toutes, et les hauts elfes auront disparu définitivement.

L e jou r viendra o ù les hauts elfes ne pourront plus payer

LES AGES SOMBRES

Les elfes noirs n'ayant jamais connu que la loi d'airain de Malekith, ils ne peuvent pas diviser le temps à la manière

des hauts elfes, en fonction

basent donc sur les grandes époques d u règne d u Roi Sorcier,

en les bornant selon les exploits sanglants qu i marquent les ères. Seule la première de ces ères - l'Âge de la Gloire - correspond exactement au règne d'un roi phénix. yEnarion a engendré à la fois les enfants d'Ulthua n et de Naggaroth, et i l est vénéré

d u règne des rois successifs. Ils se

comme tel dans les deux royaumes. I l peut arriver que d'autres âges s'achèvent en même temps que la fin du règne d'un roi phénix, mais uniquement pour célébrer sa mort.

Le calendrier des elfes noirs comporte quatre saisons, mais qui ne se distinguent pas par les variations du climat, car à Naggaroth le temps est glacial et orageux toute l'année. Par conséquent, les elfes noirs dédient leurs quatre saisons (Sang, Désespoir, Décadence et Sauvagerie) à leurs quatre divinités principales (respectivement Khaine, Ereth Khial, Atharti et Anath Raema). A Naggaroth, les dates mentionnent l'âge, puis l'année, puis la saison et enfin le jour (bien que l'usage des deux derniers soit réservé aux occasions importantes).

ÉVÉNEMENTS CLÉS DE LHISTOIRE DES ELFES NOIRS

I, -12 Naissance de Malekith

Morathi donne un héritier de Nagarythe lui prédisent

à Mnarion. Les prophètes un règne long et glorieux.

II, 1 L a Trahison

Les princes d'Ulthuan refusent de reconnaître Malekith, etfont de Bel Shanaar le roi phénix.

Il, 1 669 L'Épreuve de Malekith

Malekith tue Vusurpateur Bel Shanaar et traverse la Flamme du Phénix. Rejeté par Asuryan et hideusement mutilé, ilfuit vers Nagarythe.

II, 1670 LAscension de Nagarythe

La guerre civile éclate quand les armées de Malekith se mettent en marche au nom de leur prince.

W, 1695 L a Déchirure

Le Roi Sorcier ne parvient pas à détruire le Grand

Vorîex, et le choc magique dévaste

Ulthuan.

III,

\2A Conclave de la Magie Noire

Morathi entame la construction de Ghrond etfonde le Couvent Noir des Sorcières.

01, 1058 Bataille du Désespoir

Une immense armée du Chaos assiège Ghrond. La

sorcellerie de Morathi défend la cité, le temps que

l'armée

du Roi Sorcier écrase les envahisseurs.

111, 1125 L a Chute de l'île Blafarde

Le Roi Sorcier rebâtit Anlec et lance un nouvel assaut contre le territoire des hauts elfes.

V\\3 L a Revanche du Roi Sorcier

l^e huitième

de Malekith.

roi phénix,

Mthis,

est assassiné sur ordre

l \

1815 L e Jour du Sang

Une flotte punitive des hauts elfes débarque Naggaroth, où elle estpromptement anéantie.

à

\'I1, 81 L'Avant-garde de Fer

Le Chaos menace les terres des hommes, et les hauts elfes envoient de l'aide. Malekith délègue Morathi pour conclure une alliance avec les humains adorateurs du Chaos, et leursforces attaquent de nouveau Ulthuan. A l'insu de tous, Malekith retire ses meilleures troupes peu après rinvasion, et utilise ses alliés — ainsi que divers despotes suspects - pour éprouver les défenses d'Ulthuan sans impliquer le ^os de sesforces. Les hauts elfes durement mis à mal, le moment est venu pour Malekith de prendre enfin possession de son dû.

L'AGE D E LA GLOIRE ETERNELLE

1)1-80

(enc. -4 500 à-4419

Les elfes étaient autrefois une race unie qu i vivait dans la paix et la félicité sur l'île paradisiaque d'Ulthuan. Hélas, cet âge d'or ne devait pas durer. Lorsque le portail stellaire des Anciens s'effondra, les énergies corruptrices d u Chaos se déversèrent sur le monde, et avec elles des myriades de démons. Les elfes étaient sans défense face à cette attaque. Ils n'avaient jamais connu la violence, et leur reine incarnait les vertus de la paix et de la guérison. C'est au cours de ce conflit qu'émergea le plus grand héros des elfes : ^Enarion. La flamme du guerrier brûlait en lui . I l ralha les elfes et leur apprit l'art de la guerre.

Il était une lueur d'espoir, et partout où i l se rendait en Ulthuan, i l éveillait la flamme de la guerre dans le coeur des elfes, ^nario n et ses guerrier s se battiren t vaillamment , mais la horde démoniaque était sans fin. Poussé par le désespoir, yEnarion se rendit devant le feu sacré d'Asuryan, père de tous

les dieux

prière à la divinité, l'elfe se jeta dans les flammes blanches. Elles dévorèrent son corps et son âme, mais ^nario n refusait de mourir. Par un effort de volonté surhumain, i l survécut à la morsure des flammes et, purifié par cette ordalie, i l en ressurgit nimbé de lumière. Cette aura de puissance emplissait les elfes de courage et terrifiait les démons , ^^nario n retourna au combat avec une ardeur renouvelée. I l devint le premier des rois phénix, et fut loué comme le fils d'Asuryan réincarné.

elfiques, et offrit son corps en sacrifice. Hurlan t une

du calendrier impérial)

Larmé e d'^Enarion grandissait de jou r en jou r et les démon s commencèren t à reculer sous ses assauts. C'est à cette époqu e qu'iEnarion rencontra le mage Caledor, le premier des dompteurs de dragons. Les deux elfes apprécièrent chacun la valeur de l'autre et résolurent de faire cause commune. Caledor reconnut la bénédiction accordée à yEnarion par Asuryan et prêta serment de loyauté au roi phénix, mettant à

sa disposition ses

des osts d u ro i phénix, les légions des démons du Chaos continuaient de déferler Caledor comprit qu'il n'y avait aucun

espoir de victoire par les armes. I l imagina un plan audacieux qui permettrait de débarrasser définitivement le monde de la

menace

d u Chaos. Avec ses mages, i l devait crée r u n vortex

capable d'aspirer les énergies magiques afin de bannir les

démons dans le Royaume du Chaos. Lorsque Caledor dévoila son plan à /Enarion, celui-ci le traita de fou.

propres armées . Mai s en dépi t de la vaillance

LA MALEDICTION DE KHAINE

yEnarion apprit alors une nouvelle qui allait l'emplir de haine pour toujours. Sa femme, la reine éternelle Astarielle,

avait ét é tué e et ses enfants avaient disparu . yEnario n fut pris

rage folle et déclara qu'i l allait détruire tous les démon s

de ce monde pour venger cet acte infâme. Ses conseillers le supplièrent de renoncer, mais i l ne les écouta pas. I l se rendit sur l'île Blafarde et pénétra dans le temple de Khaine, le dieu

d'une

elfique du meurtre. Là , enchâssée dans un autel de marbre noir se trouvait l'arme du Dieu du Meurtre : la Faiseuse de Veuves. C'était une arme maudite, et ^Enarion se condamna, ainsi que sa lignée, dès l'instant où i l posa la main sur sa garde. Grâce à l'arme de Khaine et juché sur le dos du dragon Indraugnir, yEnarion massacra des milliers de démons. Les hordes du Chaos furent chassées d'Ulthua n par la colère des elfes et pendant quelque temps, une paix éphémère s'installa.

Enarion devint le champion des elfes qui avaient le plus

souffert au cours de la guerre, car leur malheur reflétait le sien. Us se joignirent au roi phénix et lui montrèrent une loyauté indéfectible. yEnarion en vint à faire davantage confiance à ces

ses anciens amis, et fonda u n royaum e

dans les terres inhospitahères de Nagarythe, car selon lui , son domaine devait êtr e à l'imag e de son humeu r toujour s maussade. Alors que les autres elfes se battaient pour survivre, les guerriers d'yEnario n guerroyaien t et tuaien t pou r le plaisir . Ils méprisaient la faiblesse des autres royaumes, et jurèrent de ne jamais tomber aussi bas.

serviteurs plutô t qu' à

yEnarion prit une seconde épouse. Elle s'appelait Morathi. C'était une prophétesse, et la rumeur disait qu'yEnarion l'avait sauvée des griffes des démons de Slaanesh. Beaucoup furent surpris par ce choix, car Morathi était aussi différente d'Astarielle que la nuit du jour, cependant le roi phénix était devenu si ombrageux que nul n'osa contester une décision aussi personnelle. yEnarion énonça simplement qu'il avait choisi une femme à l'image de cette époque sombre, et qu'il

n'accepterait aucune objection. Mêm e s'il était yeux de tous que Morathi aimait profondément

n'était pas certain qu'elle recevait une quelconque affection en retour : les seules émotions qu i semblaient avoir prise sur le roi phénix n'étaient plus que la colère et le désespoir

évident aux yEnarion, i l

En revanche, i l apparut que l'influence de Morathi sur yEnarion se faisait plus forte de jour en jour, et transpirait

Le s elfes des autres royaumes

s'inquiétèrent de l'emprise de la reine sur son roi, mais le peuple de Nagarythe s'en moquait, car i l adorait Morathi presque autant qu'yEnarion. Morathi donna à yEnarion un successeur, qu'ils nommèrent Malekith. L e jeune prince avait hérité de toutes les quahté s de ses parents, qu i l'aidèren t tous deux à devenir un guerrier redoutable et un mage accompli, ainsi qu'un général de grand talent.

dans les décisions qu'i l prenait.

La cour d'yEnarion était devenue un lieu de libations sauvages et de joies fielleuses. Désormais à Nagarvthe, personne ne

croyait possible la victoire contre les démons, si bien que les elfes profitaient des ultimes instants qu'il leur restait à vivre, sans toutefois parvenir à oublier totalement la menace qui pesait sur eux. Véneries, duels à mort et autres sports violents dewnrent monnaie courante à la cour d'yEnarion, et des rumeurs de sacrifices à des dieux interdits commencèrent à circuler La guerre et la mort étaient devenues des obsessions

à la cour d'yEnarion , au

en furent dégoûtés. Caledor lui-même finit par partir fonder un nouveau royaume dans les montagnes au sud. yEnarion perçut ce départ comme une trahison et entra dans une rage insensée ; on en vint même à croire qu'Ulthuan allait plonger dans la guerre civile. Peut-être cela aurait-il fini par se produire si les démons n'étaient pas revenus peu de temps après. Cette fois, leurs légions étaient si nombreuses qu'elles éclipsaient toutes les invasions précédentes que l'île-continent avait subies.

vieu x amis

poin t que plusieurs de ses

LE GRAND RITUEL

L a guerre entre les elfes et les démons avait atteint un nouveau

pic. yEnarion était l'élu d'Asuryan et de Khaine, par conséquent

il

était invincible, cependant i l ne pouvait se trouver partout

à

la fois. Ulthuan était au bord de la destruction et aurait

probablement été anéanti sans l'intervention de Caledor Quand le vieux mage vit l'ampleur de l'invasion démoniaque, il comprit que les elfes ne pourraient pas l'arrêter. Ainsi, i l n'envoya pas ses armée s aider yEnario n à contre-attaquer, mais

le rituel destiné

il les rassembla sur l'île des Mort s et entama

à évacuer l'énergie éthérique qui permettait aux démons de subsister dans le monde réel.

Lorsqu'yEnarion l'apprit, son coeur fut déchiré par l'hésitation. D'un côté, il estimait que Caledor l'avait trahi pour la seconde fois, néanmoins i l se prit à espérer que le vieux mage avait bel et bien une chance de réussir Lorgueil et le sens du devoir s'opposaient en lui . L e premier lu i susurrait d'abandonner Caledor à son destin et de continuer le combat sans se soucier des conséquences. Mais son sens du devoir finit par l'emporter; yEnarion choisit la solution qui offrait la plus grande chance de survie à son peuple, et conduisit son armée pour venir en aide à Caledor Morathi craignait de perdre son amant et le supplia de renoncer à ce projet. Elle le conjura de rester à ses côtés , lu i promettan t qu'il s vivraien t ensemble tous les âges de ce monde. Mai s cette fois, yEnarion ne l'écouta pas. I l enfourcha Indraugnir avec lassitude, et abandonna sa femme en pleurs pour faire face à son destin.

L a bataille qu i s'ensuivit ébranla les fondations mêmes du

monde. Tandis que les mages de Caledor entamaient le rituel, l'ost de Nagarythe barrait le passage aux démons. Les cieux se fendirent sous les coups de boutoir de la foudre et d u feu, mais les elfes tinrent la ligne coûte que coûte. Ils se battirent ce jour- là tels des demi-dieux, quant aux faits d'armes du Roi Phénix, les mots seuls ne peuvent leur rendre justice. Lorsque le rituel atteignit son apogée, quatre démons majeurs joignirent leurs forces pour assaillir les sceaux façonnés par Caledor Seuls yEnarion et Indraugnir étaient suffisamment proches

pour intervenir. Sans hésiter, le roi phénix et sa monture se jetèrent au combat en dépit de la puissance combinée de ces quatre entités. Lelfe et le dragon triomphèren t de ces terribles adversaires, mais furent mortellement blessés en retour.

Épuisé, le roi phénix mit un genou à terre. Les démons

crurent leur victoire acquise et hurlèrent d'une voix terrifiante, mais au même instant Caledor acheva le rituel, et ils ravalèrent

leurs

Gran d Vortex fit

magique d'une ampleur sans précédent engouffra Ulthuan, tuant des milliers d'elfes et mettant à bas tours et châteaux. Emprisonné s au cœu r d u vortex, Caledor et ses mages furent condamnés à livrer pour l'éternité un combat contre les forces qu'ils tentaient de maîtriser. Dans un effort final, yEnarion s'envola vers le temple de Khaine. I l enfonça la Faiseuse de Veuves dans l'autel, puis nul ne le revit jamais.

d'énergie qui engendra le montagnes. Un e tempête

cris de joie.

L a

décharge

les

trembler

Ulthuan était en ruines, mais le vortex a\'ait réussi à aspirer l'essentiel de la magie qu i corrompait les terres. Les démons

s'évanouirent et Ulthua n survécut. Les elfes

les dieux et bénirent yEnarion, puis s'attelèrent à la tâche de rebâtir un royaume de lumière pour oublier les horreurs de la guerre ; toutefois, l'âge d'or était un lointain souvenir En s'emparant de la Faiseuse de Veuves, yEnarion avait mis en branle des événements qui allaient mener à la Déchirure.

remercièrent

5

LAGE DE LA TRAHISON

//;/- / 69 6 (-4419

à-2 723 du calendrier impérial)

Suite à la mort d'yEnarion, beaucoup d'elfes se tournèrent

les guide r Néanmoins, plusieurs

voix s'élevèrent contre cette nomination, celles de princes qui évoquèrent les rumeurs à propos des célébrations ignobles de la cour d'yEnarion, et qu i craignaient les séquelles invisibles qu'elles auraient pu laisser sur le jeune prince. Finalement, l'avis de ce camp prévalut, et ce fut Bel Shanaar de Tiranoc qui fut élu. Malekith n'eut d'autre choix que d'accepter cette décision et fiit le premier à jurer fidéhté au nouveau roi phénix, même si au fond de son coeur, la flamme de l'amertume brûlait ardemment. Pour sa part, Morathi s'insurgea ouvertement contre l'iniquité du traitement réservé à son fils.

vers

son fils Malekith pour

Peu de temps après, Malekith partit en voyage par-delà les mers. Toute menace de guerre étant écartée, de nombreux elfes devinrent hédonistes, et commencèrent à vénérer des dieux

interdits dans leur quête de plaisirs sans fin. Les cultes de la luxure et de l'excès se répandirent à travers les dix royaumes depuis les temples de Nagarythe. Bel Shanaar semblait

à les stopper Les princes qu i appartenaient

impuissant

secrètement à des cultes se mirent à médire d u roi, le faisant passer pour un faible et un usurpateur

MALEKITH REVIENT

Malekith s'embarqua pour l'ouest, vers Ulthuan et son héritage usurpé. L e royaume était dans la tourmente, et de nombreux princes l'accueillirent tel un sauveur. Malekith accepta ce rôle avec enthousiasme, juran t de traquer les

sectateurs sans relâche. Les mois se succédèrent, Malekith engrangeant toujours plus de victoires, sans toutefois que son triomphe fiât total. Des milhers de cultistes furent capturés, mais semblaient remplacés par toujours plus d'adorateurs des

sombres divinités. Quand i l s'aperçut que la

main qui guidait

les

cultes n'était autre que celle de sa propre mère, i l la répudia

et

ordonna son emprisonnement.

E n secret, cependant, mère

et

fils complotaient pour

atteindre leur objectif commun :

renverser Bel Shanaar

Il apparut finalement que seule une guerre ouverte pouvait

mettre un terme aux errements des cultes. Malekith demanda au ro i phénix de réunir le concile des princes au temple d'Asuryan, afin de requérir le commandement des armées d'Ulthuan. Malekith enclencha alors son véritable plan.

A l'insu d u concile, les armées de Nagarythe se mirent en

marche, leurs rangs gonflés par les cultistes dépravés.

Tandis que Bel Shanaar était en difficulté, Malekith voyageait dans le monde entier Dans la cité récemment fondée de Tor Alessi, il rencontra et épousa AUisara, une prêtresse de Lileath.

Tor Alessi était alors à la frontière orientale de l'empire elfique, et la menace constante des hordes de peaux-vertes et des bêtes du Chaos tapies dans les bois poussait les talents de général de Malekith dans leurs derniers retranchements. Ce fut lors

de ces affrontements que Malekit h s'allia aux nains, dont la

civilisation s'étendait alors à l'ouest des montagnes. Bientôt, Bel Shanaar fut forcé de reconnaître les succès de Malekith et de le nommer ambassadeur auprès du haut roi des nains.

Finalement, Malekith prit de nouveau la mer I I chercha l'armure de son père sur l'île Blafarde et resta longuement en contemplation devant l'autel de Khaine. I l se rendit dans des royaumes désormais oubliés et guerroya contre les tyrans d u lointain orient. Dans le nord glacial, Malekith découvrit une cité fantôme d'u n âg e impossible, et dans ses cryptes antiques, il mit la main sur une couronne imbue de la sorcellerie la plus noire. Cette Couronne de Fer éveUla une curiosité malsaine chez Malekith, et à compter de ce jour, le prince consacra toute sa volonté à l'étude des pans interdits de la magie.

Absorb é par ses recherches, Malekit h revint à To r Alessi. AUisara était enchantée de son retour, mais s'inquiéta bientôt de l'obsession du prince. Pire, alors que la destinée de Malekith lui était apparue telle une fine ligne d'argent scintillant, elle ne parvenait plus à la distinguer. Une nuit, un mois après le retour de Malekith, Lileath adressa une vision à AUisara. A u matin, Malekith s'éveilla pour constater que son épouse l'avait quitté. I l la chercha éperdument, mais son obsession reprit bientôt le dessus et dissipa le souvenir d'Allisara.

Inconscients d u danger qu i menaçait leurs terres, les princes se rassemblèrent pour écouter Malekith. Sa première déclaration

fut d'accuser Bel Shanaar d'être un cultiste - une incrimination

difficile à nier, le roi phénix ayant opportunément préféré le poison à la confrontation. Les princes ne furent pas bernés, et traitèrent Malekith de félon et d'assassin. Ce fut le moment que les agents de Nagarythe choisirent pour pénétrer dans le sanctuaire et attaquer les princes. Tandis que le sang coulait, Malekith marcha dans le feu sacré pour recevoir la bénédiction

d'Asuryan . I l hurl a comm e les flammes dévoraien t ses cheveux,

sa

peau et sa chair Poussant un ultime cri d'agonie, Malekith

se

jeta hors d u brasier. Abandonnant le combat contre les

princes, ses

disciples ramassèren t

la silhouette fumante

de

Malekith et se frayèrent un chemin dans la mêlée.

GUERRE CIVILE

Tandis que les serviteurs de Malekit h fuyaient vers le nord en emportant son corps ruiné, Morathi prit le commandement. Bien que Malekith survécût, son enveloppe était déchirée et

se consumait encore sous l'effet de la flamme d'Asuryan - i l

guerre en Ulthuan. L e

était réduit à observer l'éruption de la

conflit penchait sévèrement en faveur des insurgés. Les légions de Nagarythe avaient beaucoup appris du credo guerrier

d'yEnarion : une discipline de fer et la crainte de leurs chefs consolidaient leur détermination. Seul un Ulthuan uni aurait

pu vaincre un tel ost, et l'île-continent était privée de dirigeant.

Les armées de Nagar\the progressaient rapidement, prenant

le contrôle des principaux cols de la chaîne des Annulii,

séparant ainsi les royaumes intérieurs et extérieurs d'Ulthuan .

Les ignobles monstres des montagnes baignées de magie se joignirent aux osts de Nagarythe. A cause de la coupure des voies de communication, les royaumes elfiques ne prenaient

conscience de la menace qu'une fois leurs cités assiégées. Les

dirigeantes de

Tiranoc et d'EUyrion, et par le sabotage, le rapt et le chantage,

agents de Morath i avaient infiltré les familles

ils s'assurèrent la soumission des princes de ces terres.

Eheure de la victoire de Morath i approchait, mais les princes survivants n'avaient pas abandonné tout espoir. A leurs yeux, un seul elfe avait la capacité de vaincre les armées de Nagarythe : Imrik de Caledor O n lui décerna promptement la couronne du roi phénix. Tandis qu'Imrik rassemblait les forces

des royaumes elfiques , les maître s d e Nagaryth e passaien t à l'action afin de devancer leurs ennemis. Ils contactèrent leurs sympathisants et leurs agents de Saphery, une province réputée pour ses mages talentueux . Certain s d'entr e eux avaien t cédé à la tentation des arts noirs et été convertis à la cause de Nagarythe. Des sorts cataclysmiques ravagèrent les terres

mage. Mai s les ténébreux

comme le sorcier luttait contre le

fiirent tenus en échec et forcés de fuir Saphery, pour aller se réfiigier à Nagarythe et dans les royaumes occupés.

partout en Ulthuan. Mêm e à Caledor,

une province réputé e incorruptible , u n prêtr e de Vaul d u

nom de Hote k forgea en secret des armes pou r les légion s de

découvert, Hote k prit la fuite et alla

trouver asile à Nagarythe. Avec l'aide de sorciers renégats, i l

confectionna une armure pour Malekith. Incapable d'éteindre l'embrasement du corps du prince, Hote k fit fusionner la cuirasse nouvellement modelée directement avec la chair de Malekith. Engoncé dans une peau de métal runique noir, i l

Nagarythe. Lorsqu'il fut

La trahison frappait

pouvait de nouveau marcher à la tête de ses armées . I l n'était

plus le prince de Nagarythe ;

désormais, i l était le Roi Sorcier

Où qu'il se rendît, la victoire le suivait. Néanmoins, toute la ruse et la férocité des osts de Nagarythe ne firent pas plier les royaumes d'Ulthuan. L e nouveau roi phénix, qui avait pris l'illustre nom de Caledor, adopta une stratégie d'embuscades et de contre-attaques. Minées par cette campagne de guérilla, les armées du Roi Sorcier avançaient, se repliaient, se regroupaient et attaquaient encore. U n quart de siècle durant, aucun des deux rois ne remporta la victoire écrasante dont i l avait besoin, quoique chacun eût sa chance aux Champs de Maledor. Les légions du Roi Sorcier avaient l'avantage du nombre et étaient sur le point de mettre en dérout e leurs cousins honnis . Hélas , au moment décisif, Caledor tua Sulekh, le dragon noir bien- aimé du Roi Sorcier, envoyant Malekith au beau miheu d'un régiment de gardes phénix. Bien que le Roi Sorcier parvînt à

s'extirper de la nasse des guerriers silencieux, la bataille était

armées de Nagarythe duren t se retire r à nouveau.

perdue et les

En quittant Maledor, les cris de joie des elfes victorieux

aux oreilles, Malekit h perdi t patience . L a terribl e

le frappa: Ulthuan ne serait jamais sien. Asuryan et les princes l'avaient rejeté, et le peuple ne s'était pas ralhé à sa bannière, contrairement à ce qu'il avait espéré. Tout le sang versé ne camouflerait jamais que Caledor l'usurpateur avait gagné. Alors que le Roi Sorcier prenait pleine conscience de la situation, son ressentiment et sa frustration se cristalhsèrent dans son cœur, composant une haine terribl e qu i ne le quitterait plus jusqu'à la fin de ses jours .

vérit é

Consumé par la rage et par le désespoir, Malekith imagina

une dernière tentativ e d'arrache r la victoir e

il allait défaire le Grand Vortex et déchaîner toute la fureur des énergies du Royaume du Chaos. Ulthuan devrait se soumettre ou être anéanti - tel était le prix de la trahison. Sachant leur

: avec ses sorciers ,

sort lié à celui d u Ro i Sorcier, ses acolytes approuvèren t ce par i

dément, malgré le danger que représentaient des forces aussi

indomptables. U n

j lolie du plan de Malekith et alerta Caledor de la catastrophe

qui se profilait.

seul de ses disciples, Urathio n d'UUar , vi t

LA DECHIRURE

Alors que les sorciers de Malekith se tenaient au sommet de leurs tours noires, luttant pour contrôler le vortex, les mages de Saphery avivèrent leurs propres pouvoirs pour contrer le sort de déhement. Des forces incommensurables ébranlèrent les terres. Les montagnes tremblèrent et les mers se soulevèrent comme les ténèbres et la lumière se livraient une bataille mystique. A la nuit tombée, les étoiles masquées par les décharges magiques et les nimbes de sorceUerie, le Roi Sorcier et sa clique usèrent leurs dernières forces. Alors même que le Grand Vortex menaçait de flancher, une puissance tierce entra en lice. Libérés de leur longue stase, Caledor le Dompteur de Dragons et les mages piégés dans le vortex revinrent dans le monde des vivants. Comprenant instantanément la menace qui pesait sur Ulthuan, ils ajoutèrent leurs incantations à celles des mages du ro i phénix, et dans un déchaînement colossal d'énergie magique, ils remirent le vortex en place.

Le retour de sort déchira Ulthuan. U n raz de marée de mille pieds de haut vint s'écraser sur le httoral nord, engouffrant Nagarythe et Tiranoc. Des cités entières furent emportées

avec leurs habitants. Tandis que le déluge balayait Nagarythe, les suivants d u Roi Sorcier utilisèrent leurs derniers sortUèges pour échapper à la tempête. Grâce à l'afflux de magie, leurs

noires s'élevèrent au-dessus des vagues. L e plan de

Malekith avait échoué, i l avait dépensé toute son énergie, son royaume avait été submergé et son armée détruite. A bord des châteaux flottants de Nagarythe — rebaptisés plus tard "les arches noires" - , le Ro i Sorcier et ses serviteurs échappèren t au cataclysme qu'ils avaient déclenché. Ils voguèrent au nord et à l'ouest, jusqu'aux désolations sauvages de Naggaroth.

citadelles

LÂGE D U CHAGRIN FÉBRILE

III) 1-2032 (-2 723 à -692 du calendrier impérial)

La race des elfes était divisée ; la guerre civile avait entraîné des scissions irréparables. Les hauts elfes d'Ulthua n et les elfes noirs exilés étaient dorénavant deux peuples distincts, ne partageant plus qu'une aversion mutuelle.

La flotte de Malekith fit voile vers l'ouest pendant des semaines, bravant les tempêtes et les vagues hautes comme des montagnes. Les navires continuaient néanmoins de voguer vers le couchant, vers l'étreinte calme et réconfortante de la nuit. A l'ouest de la mer Traîtresse, dans les ombres glaciales des montagnes de Fer, les arches noires de Nagarythe accostèrent. Là , dans ce pays désolé, Malekith déclara qu'il restaurerait les splendeurs d u règne d'^nario n et construirait une grande capitale qui ferait de l'ombre aux cités d'Ulthuan.

capitale établie , Malekit h envoya ses flottes et ses armée s

en Ulthuan, mais Caledor prouva une fois encore qu'il était plus fin tacticien. A u prix de deux mille ans d'efforts, les hauts elfes parvinrent à repousser l'invasion. Les elfes noirs furent expulsés de leur ancienne patrie. Toutefois, Caledor ne vécut pas assez longtemps pour célébrer sa victoire. Tandis que le roi phénix faisait voile vers Lothern, Morathi invoqua une tempête qui dispersa sa flotte et le navire de Caledor dévia complètement de son cap. Guidé s par un sortilège, les pirates de Malekith interceptèrent et abordèrent le vaisseau amiral du roi phénix. Comprenant que leur objectif était de le capturer et

Sa

de l'emporter en guise de trophée, Caledor se jeta à la mer, en armure complète, échappant ainsi aux affres de la vengeance de Malekith.

Les siècles suivants virent les elfes noirs se concentrer sur l'intérieur de leurs terres. De nouvelles cités furent fondées et de nouvelles forteresses édifiées. Tandis que Naggaroth, la

nouvelle patrie des elfes noirs, pansait ses blessures, les cultes du plaisir devinrent de plus en plus populaires, notamment

Meurtre. L a fumée des bûchers

celui de Khaine, Seigneur d u

envahissait les cités et des foules sanguinaires se déversèrent dans les rues, mutilant et tuant avec un abandon sauvage. A u lieu de calmer ces excès, Malekit h chercha à instrumentahser

cette dévotion pou r accomplir

ses propres desseins. Ainsi , i l

s'autoproclama incarnation de Khaine sur terre, et se réjouit bientôt de voir les cultistes se rallier à sa bannière.

LA FONDATION DE NAGGAROND

Larche noire qui était naguère le palais de Malekith accosta sur le rivage pierreux et fusionna avec l'ardoise et les roches ferreuses qui bordaient l'eau. L e Roi Sorcier comprit rapidement que pour bâtir un nouveau royaume dans l'ouest, son peuple allait devoir se procurer une main-d'œuvre pour

trimer à sa place, car les elfes noirs étaient des soldats qu i ne connaissaient que la guerre. Sachant que les hauts elfes préféraient mourir que d'être réduits en esclavage, les navires elfes noirs voguèrent plus loin à l'est et revinrent les cales remplies d'humains primitifs, qu i élevèrent les murs de la

forteresse de Malekith. L e Roi Sorcier la baptisa

flèches noires s'élevèrent de plus en plu s

haut au-dessus du repaire de pirates situé dans son ombre.

Naggarond , et ses

nouvelle

Pendant ce temps, dans le nouveau monde par-delà les océans, les hauts elfes développaient eux aussi leur puissance. Sous le règne de Caledor II , leurs colonies prospérèrent comme jamais auparavant, et leur amitié avec les nains renforça mutuellement les deux peuples. Redoutant leur alliance, le Roi Sorcier dépêch a ses corsaires des arches noires. Déguisé s en soldats d'Ulthuan et s'orientant grâce aux cartes dressées par Malekith alors qu'il était l'allié de confiance des nains, les pillards semèrent le chaos parmi les convois de marchandises. Chaque nouvelle atrocité faisait affluer les richesses volées dans les coffres d u Ro i Sorcier, et le peuple d'Ulthua n était accusé des méfaits commis par leurs cruels cousins. Ces provocations nourrirent la méfiance entre nains et hauts elfes, jusqu'à ce que l'obstination des deux camps les poussât à se déclarer la guerre. Les forces armées des hauts elfes et des nains s'affrontèrent pendant des siècles, les deux parties ignorant l'hilarité que ce conflit déclenchait à Naggaroth. Alors que le désespoir et la mort rongeaient les domaines des nains et des hauts elfes, le peuple du Roi Sorcier s'enrichissait et se réjouissait.

ANCIENNES

TRADITIONS

^

La structure de la société des elfes noirs est très rigide, héritée des traditions de Nagarythe d'avant la Déchirure. L'instauration de nouoeaui grades et titres honorifiques est excessivement rare, et la plupart sont abolis sur décret de Malekith dès qu'il en entend parler. Le Roi Sorcier ne peut pas se permettre défaire autrement, car cela suggérerait que les traditions royales de Nagarythe étaient défaillantes, et s'il y a bien une chose que le cœur noir de Malekith tiendra toujours pour acquise, c'est que le royaume de Nagarythe ne souffrait d'aucune imperfection.

Cette coutume est imperceptible pour les rares étrangers qui peuvent observer les rouages de Naggaroth. Les cycles constants de manœuvres politiciennes, de disgrâces, de trahisons et d'assassinats ne sont pas des attaques contre un

individu occupant une position, mais contre la position elle- même. Pourtant, aucun elfe noir ne souhaite voir disparaître ces titres, car il n'existe pas d'outil de mesure de la valeur personnelle Les événements

plus efficace que de compter le nombre de paons qui vous regardent de haut et de subalternes qui rampent à vos pieds.

fief sur le territoire accidenté de Naggaroth. Néanmoins, une telle opération ne conférera jamais la même aura que l'accession à un rang élevé au sein des grandes cités. Pire, l'affaire serait perçue comme un aveu de faiblesse par les pairs de l'aspirant despote ; et s'il y a une chose qu'on ne tolère pas à Naggaroth, c'est bien la faiblesse.

prirent finalement une tournure dans laquelle

Malekith vit un signe favorable pour renouveler sa campagne de reconquête d'Ulthuan . Ses espions lu i rapportèrent que le roi phénix quittait son royaume pour superviser

Le premier noble venu pourrait facilement se tailler un nouveau personnellement la guerre avec les nains. Jamais Ulthuan

n'avait sembl é aussi vulnérabl e : ses garnisons étaien t presque vides, et ses meilleurs générau x étaien t soit morts , soit en

disgrâce . Malekit h missionn a ses cavaliers noirs dans

cité de Naggaroth , et rappela à lu i l'essentiel de ses flottes. Chaque arche noire revint dans le giron de la mer Traîtresse, et une armée telle qu'on n'en avait pas v u depuis cinq siècles prit la route de l'invasion.

chaque

ANLEC REBATIE

iLindis que l'armada traversait la mer de Glace, les navires revenant de l'est qu'elle croisa apportèrent la nouvelle de la mort du roi phénix. L e Roi Sorcier en conçut quelque

inquiétude - tant qu'Ulthuan était gouverné par un souverain aussi incompétent que Caledor II , Malekith avait confiance

en sa réussite.

succédait, une victoire rapide se révélerait impossible.

Si un roi phénix de la trempe de Caledor I " lu i

Les elfes noirs se hâtèrent donc et miren t pied dans les

ruines

de Nagarythe, pour entreprendre la restauration du grand palais d'^nario n à Anlec. Des milliers d'esclaves peinaient

sous les coups de fouet des contremaîtres , si bien que remparts et bastions furent rapidement élevés autour des fondations

noires . A l'emplacemen t d e l'ancienn e sall e d u

trône, Malekith fit hisser ses couleurs, proclaman t le retou r de l'héritier d'^narion . L a construction d'un nouveau palais dédié à sa gloire avançant, le Roi Sorcier déchaîna la puissance de son armée contre les quelques défenseur s de la port e d u Griffon. Malheureusement pour les elfes noirs, la force de leur est se heurta aux artifices architecturau x des fortifications et à la résolution des hauts elfes.

des arches

Les feux de la guerre s'étant ravivés, les princes d'Ulthua n choisirent promptement Caradryel, prince d'Yvresse, comme

nouveau roi. Son premier décret fut de rappeler tous les hauts elfes pour défendre Ulthuan. Les renforts accourant, le roi phénix institua un système de rotation entre les garnisons

que les forts des montagnes Annuli i étaient

qui garantissait

toujours bien défendus. Les elfes noirs ne pouvaient s'offrir un tel luxe, la fatigue et l'abattement les gagnaient, alors que leurs ennemis semblaient toujours frais et dispos.

LA COLERE DE TETHLIS

Caradryel n'était pas un soldat, mais la guerre avec les nains avait révélé d'excellents meneurs, à qui le roi phénix confia le commandement de ses armées . L e plu s talentueu x de ces généraux était le prince Tethlis, qui mit fin au siège de la porte du Griffon. Malekith entra dans une fureur noire lorsqu'il apprit cette défaite, et se mit en marche pour affronter l'ost de Tethlis. Cette fois, ce fut au tour de Tethlis de se rephen Les elfes noirs avançaient sans répit, ne craignant que la colère de leur maître, et les hauts elfes désorganisés battirent en retraite devant les chars à sang-froid et les rang s serré s de chevahers.

Ce schéma d'attaque et de contre-attaque allait se répéter

venin Si Tethlis échouai t à chasser les

elfes noirs d'Anlec, le Roi Sorcier ne rencontrait pas plus de succès lorsque ses armée s s'aventuraien t hors des terres des Ombres. Malgré l'acharnement des assassins de Malekith, le règne de Caradryel dura six siècles et aucune main d'elfe noir n'intervint dans le trépas du ro i phénix. Pire, les espions de Malekith lui rapportèrent que Tethhs allait prendre la place de Caradn,'el sur le trône du phénix.

au cours des siècles à

Le Roi Sorcier redoutait une telle succession. Tethlis avait la ténacité et la fougue militaire de Caledor I", celui-là même

qui avait contrecarré les ambition s de Malekit h tan t d'année s auparavant. Le pronostic du Roi Sorcier s'avéra bientôt.

Tethli s étaien t plu s disciplinée s et mieu x

coordonnées que jamais. Entraînés dans leurs cités et villages, ces soldats combattaient pour la défense de leur foyer et pour l'amour de leur roi. Peu à peu, les elfes noirs furent refoulés dans les terres des Ombres .

Les armées de

Toute la ruse et les pouvoirs magiques d u Roi Sorcier ne purent endiguer la vague des hauts elfes qui se répandait dans Nagarythe. Ivre de rancœur, Malekith dut abandonner Anlec et se réfugier sur l'île Blafarde. L a puissante Anlec vidée de ses habitants fu t rasée par l'armé e de Tethhs, jusqu' à la

dernière tour, par le feu et la magie. Toutefois, le roi phénix ne se satisfaisait pas d'avoir expulsé les forces d u Roi Sorcier hors du continent principal, et prit la mer pour porter le combat

sur l'île Blafarde. Ses plages furent le

terribles batailles de l'histoire elfique. A u milieu des vagues teintées de rouge, hauts elfes et elfes noirs se massacraient avec la fureur du désespoir. Les elfes noirs combattaient pour conserver leur ultime tête de pont, mais les hauts elfes luttaient pour assouvir leur vengeance. Constatant que sa propre intervention ne ralentirait pas leur progression, Malekith renonça finalement à l'île Blafarde et ordonna à sa flotte de retourner à Naggaroth.

théâtr e d'un e des plus

Tethlis avait repris l'île Blafarde, mais son destin devait prendre fin en même temps que la campagne. A l'autel de Khaine, il brandit la Faiseuse de Veuves. I l périt dans l'heure, quoique personne ne soit en mesure d'affirmer que sa mort fut à mettre

o u à celui de ses propres

gardes du corps redoutant que leur souverain s'en servît pour inaugurer un nouvel âge de ténèbres. Tethlis emporta avec lui les dernières envies de guerre des hauts elfes. Ils avaient mis leurs propres terres à feu et à sang, et vu leur peuple massacré ; ils avaient perdu le goiàt de la bataille. Quant au Roi Sorcier, il savait ses armée s brisées , privée s de leu r esprit combati f ; les elfes noirs rentrèrent donc à Naggaroth pour reconstituer leurs forces. Eclos dans le sang et la clameur de la guerre, s'ouvrit alors un âge de paix haineuse.

au crédit d'u n assassin d u Ro i Sorcier,

LAGE DE LODIEUSE PAIX

IV)

1-1816

(-692

à 1123

À la mort de Tethlis s'instaura une ère de paix relative entre les royaumes d'Ulthua n et de Naggaroth. Chez les elfes noirs, les survivants de la guerre de Tethlis ruminaient leur défaite.

Rares étaient les commandeurs de la flotte disposés à braver les

patrouilles des Asur, de sorte que les

navires qu i s'aventuraient

à l'est faisaient le trajet en solitaire, tant pour passer au travers des mailles du filet qu'en raison de leur incapacité à constituer

une flotte assez grande pour réitérer les

invasions d u passé.

Cherchant à préserver la fierté meurtrie des elfes noirs d'un coup fatal, et à se prémunir lui-même contre une révolte, le Roi Sorcier consacra toutes ses ressources à la consoHdation des forces de Naggaroth. Sur ordre de Malekith, les défenses des grandes cités furent renforcées et leurs remparts rehaussés. Tous les efforts d u Roi Sorcier pour restaurer la puissance d u peuple des elfes noirs ne lu i firent pas oublier Ulthuan . A u fil du temps, Malekith perçut une faiblesse s'installer et grandir dans le cœur des hauts elfes ; i l sentit leurs âmes s'adoucir

à chaque génération et le souvenir des sanglantes batailles

d'antan s'effacer de leurs mémoires - une défaillance que le

Roi Sorcier comptait bien exploiter, mais l'éta t de ses forces

armées lu i interdisait de le faire par

une guerre ouverte.

Malekith fit pleuvoir les richesses sur les adeptes des dieux elfiques - une idée de Morathi . Le s plus zélés de ces adorateurs furent envoyés chez les assassins de Khaine pour

y apprendre l'art du subterfuge, du sabotage et du meurtre.

Un e fois leur formation terminée, ces agents

par un et en empruntant des voies discrètes, jusqu'aux côtes

d'Ulthuan. Puis ils se fondaient parm i les hauts elfes, menant des vies ordinaires de charpentier, d'orfèvre, de fermier ou de poète, tout en diffusant leurs croyances venimeuses, et les anciens cultes du plaisir refleurirent. Lorsque la Couronne du

voyageaient, u n

Phénix passa de Bel-Korhadris à ^this , le cœur d'Ulthuan

était déjà sévèrement infecté.

LE SORT DU

CORPS

Lorsqu 'un elfe noir meurt, ses compatriotes ne se préoccupent guère de son enveloppe charnelle, perçue comme une coquille vide. Naggaroth méprise la faiblesse, et rares sont ceux dont le décès ne peut être attribué à quelque oulnérabilité.

Bien entendu, il y a des exceptions. En dépit des manières dures des elfes noirs, des liens d'amitié et d'admiration sincères peuvent être tissés à Naggaroth (quoique la seconde soit souvent la reconnaissance de la compétence d'un concurrent). De telles relations sont dissimulées, car elles pourraient être vues comme des points faibles. Elles assurent néanmoins que certains individus sont tenus en assez haute estime pour profiter d'un repos étemel dans un sépulcre d'obsidienne, au lieu d'aller nourrir les harpies et les sang-froid. Même un âpre rival peut se voir accorder cet honneur. Rien ne renforce mieux l'arrogance (et le sentiment de sécurité) d'un elfe noir que de savoir son ennemi mort, mais aussi où son corps est inhumé, si jamais il souhaite le voir. Le Roi Sorcier lui-même cède parfois à l'attrait d'un tel réconfort; c'est ainsi que dans le hall menant à la tour Noire sont alignés les mausolées des despotes qui ont cru être en mesure de renverser Malekith afin de s'accaparer son trône.

du calendrier impérial)

MALEKITH SE LANGUIT

Alors même que la présence des elfes noirs en Ulthuan se renforçait, Malekith se relâchait. A l'insu du Roi Sorcier, le

mêm e ennu i qu i s'étai t empar é de ses cousins honnis s'était

frayé u n chemi n jusqu e dans son poin t de vue , i l ne faisait jamais

mûrissent, patientant jusqu'à ce que le moment opportun se

présentât. L a vérité était que Malekith, le maître

se trompait lui-même. Son corps était immortel, mais son âme

était lasse : sans le défi permanent que représentaient les armées d'Ulthua n et la provocatio n de ses dirigeants usurpateurs, son esprit s'était émoussé.

de la duperie,

propre cœu r noir. D e son qu'attendre que ses plans

Comme toujours, ce qui n'apparaissait pas clairement à

Malekith briUait d'une lueur sinistre dans les yeux de sa mère. Avec une amertume croissante, Morathi observait son fils se détacher du monde. Elle offrait des sacrifices quotidiens à Khaine afin de restaurer la vigueur de Malekith. Constatant que cela ne fonctionnait pas, elle fomenta une rébellion dans

la cité septentrionale de Ha r Kaldra, dans l'espoir de

pousser

son fils à l'action. Lorsque la nouvelle de la révolte parvint

à Malekith, i l entra dans une formidable rage et effaça la

citadelle rebelle de la surface du monde, ainsi que tout ce qu'i l y avait entre ses murs . Morath i se réjoui t u n temps,

car l'ardeur de Malekith semblait lui être revenue. Hélas, ce renouveau n'était que temporaire, en conséquence de quoi l'humeur de Morathi devint encore plus ombrageuse - mais les choses n'allaient pas tarder à empirer.

U n an après la dévastation de Ha r Kaldra, un messager de

la lointaine Athel Loren arriva à Naggarond. Son nom était Hrothar le Seigneur du Vent, et i l apportait des nouvelles qui arrachèrent le Roi Sorcier à sa contemplation. Après

des siècles plus tôt, son épouse AUisara

avait voyagé jusqu'à Athel Loren. Dans ce royaume hors du temps, elle s'était forgée une nouvelle vie, mais en était venue progressivement à regretter sa défection. Malgré le désintérêt des elfes sylvains pour les affaires d'Ulthua n et de Naggaroth, AUisara avait découver t que ses visions s'étaien t avérées. Désormais, elle était consumée par la tristesse et la culpabilité,

selon les dires de Hrothar, et retournerait auprès de Malekith

si te l étai t le souhait d u Ro i Sorcie r Ce réci t réchauff a u n peu

avoir fu i Malekith

le cœur glacé de Malekith. Ainsi, lorsque Hrothar revint à Athel Loren , ce fut pour arranger le retour d'Aliisara. Les elfes d'Athe l Lore n - qu i avaient accept é AUisara comme une des leurs - lu i fournirent une escorte de plusieurs centaines de guerriers, afin de garantir sa sécurité pendant son voyage.

Malekith s'efforça de dissimuler la chose aux espions de sa mère, en vain. L a Sorcière Matriarche jura qu'AUisara ne mettrait jamais le pied à Naggaroth, jugeant que sa présence

ne ferait que miner davantage la détermination déjà amoindrie

de

osé contrarier ouvertement les désirs de son fils, et employa donc une méthode détournée. Elle se rendit en Ulthuan en dissimulan t ses traits , pou r séduir e Valedor, u n prince guerrier brisé par les intrigues à la cour d'/Ethis. Valedor avait sombré dans la démence à cause de sa disgrâce, et il fut aisé de lui faire croire que la suite d'AUisara provenait d'une nation elfique oubliée qui s'était alliée aux elfes noirs. Valedor rassembla donc une armée qu i attaqua l'escorte d'Aliisara sur les rivages

Malekith . Néanmoins , Morath i elle-mêm e n'aurai t pas

Je Bretonnie. De nombreux elfes périrent ce jour-là, ignorant ' tout de la cause pour laquelle ils se battaient. AUisara fut la dernière victime des combats, transpercée par la lance de \aledor Comme le sang coulait sur les mains d u prince, sa folie se dissipa. Assailli par le désespoir, Valedor se jeta du haut de la falaise dans les eaux qu i bouillonnaient en contrebas.

LE RENOUVEAU D U ROI SORCIER

La nouvelle de la mort d'AUisara mit des semaines à atteindre Naggaroth, et encore plus longtemps pour parvenir à Malekith, car personne n'avait le courage de la lu i annoncer. Ce fut finalement Morath i qu i s'en chargea, cachant sa jubilation sous un masque d'inexpression. L a Sorcière Matriarche se délecta de voir la dernière étincelle de tendresse s'éteindre dans le cœur de son fils, et sa rage déchirer le voUe d'apathie qui occultait le monde à son regard. L e soir même, Malekith convoquait un conseil de guerre. A minuit, huit de ses membre s étaien t morts , e t le s autre s craignaien t pou r leur vie. Nombre de seigneurs de Naggaroth avaient v u une opportunité de changement de souverain dans la léthargie de Malekith; ils avaient gaspillé leur énergie, et celle de leurs armées, en conflits internes stériles. L e châtiment du Roi Sorcier fut prompt et sans appel. Des maisons nobles furent anéanties en une nuit par des assassins. Les autres savaient pertinemment qu'ils ne devaient leur survie qu'au bon vouloir de Malekith, et se hâtèren t de reconstituer ses armées .

Ne disposant pas des forces suffisantes pour tenter une nouvelle invasion, Malekith employa ses agents d'Ulthuan . C'étai t le moment idéal pour frapper, car le roi phénix ^^îthis était un esthète veUéitaire, qui ne se préoccupait guère de la sécurité de sa nation. L e règne d'iEthi s vi t les arts se développer jusqu'à occuper une place prééminente, et sous le couvert de ce changement culturel, les cultes de Malekith gagnèrent rapidement de nouveaux adeptes et attaquèrent par surprise. Des nobles furen t retrouvé s assassiné s dan s leu r lit , de s mage s disparurent de leur tour et des enfants se volatilisèrent par dizaines. L a panique s'empara d'Ulthua n à mesure que les crimes devenaient plus audacieux et plus effroyables.

Toutefois, les agents infiltrés de Malekit h ne perpétraient pas leurs attentats sans rencontrer une certaine résistance. Parallèlement à l'édification de la tour blanche de Hœth , Bel- Korhadris avait fondé une compagnie de gardiens mystiques pour en assurer la protection ; l'ordre des maîtres des épées. Malekith et ^thi s eux-même s ignoraient que ces guerriers

luttaient dans l'ombre contre les cultes du plaisir. Cette guerre secrète atteignit son paroxysme à Lothern, lorsque les combats

entre les agents de Naggarot h

et de Hœt h débordèren t dans

les rues de l a cit é portuaire . Forcé s d e renonce r à certain s d e leurs plans les plus risqués par le harcèlement constant des maîtres des épées, les cultes de l'excès se retirèrent à l'abri des regards du peuple haut elfe.

Si de nombreux cultistes furent découverts et exécutés, Naggaroth dépêchait toujours plus d'agents pour gonfler les

rangs des cultes restants, voir e pou r en fonder de nouveaux.

Cette mfiltration porta

seniteurs de Malekith, fut nommé chancelier du roi phénix, une position qui lui permit de retourner de hauts dignitaires. Lorsque la supercherie de Girathon fut révélée, le mal était fait. Le roi phénix avait été tué - sur ordre de Malekith, Girathon avait étranglé yEthis avec une des écharpes de soie tissée d'or que le monarque aimait tant.

ses fruits lorsque Girathon , u n des

Peu de temps après le décès d'/Ethis, le Roi Sorcier découvrit le rôle que Morathi avait joué dans la perte d'Aliisara. Fou de rage, i l ordonna son incarcération dans la plus profonde des oubliettes. Pendant près d'un an, Morathi croupit tandis que Malekith étudiait son tourment. Elle fut forcée de s'agenouiller devant le trône du Roi Sorcier, dans un état pitoyable, mais toujours impénitente. Sans un mot, Malekith

d'un ton mesuré.

observa longtemps sa mère, puis i l parla

Le Roi Sorcier leva la punition, car i l avait compris que la mort d'Aliisara l'avait rendu plus fort. I l pardonnait, cette fois

seulement, mais avisa également sa mère de ne plus interférer avec sa destinée, car une telle démarche ne serait plus tolérée. Heureusement pour la Sorcière Matriarche, son fils ne vit pas son visage tandis qu'elle marchait hors de la salle du trône, car son sourire entendu aurait pu le faire douter du bien-fondé de sa clémence.

LE JOUR D U SANG

Morvael l'Impétueux succéda à ^this . Excédé par l'entreprise de Malekith, le roi phénix rassembla une flotte de guerre en hâte et l'envoya à Naggaroth en représailles du meurtre d'^this . Toutefois, les sorcières de Ghron d avaient prédit l'invasion et avertirent Naggarond. Or, les armées d u Roi Sorcier avaient retrouvé leur superbe, et i l les mena à la rencontre de l'ost d'Ulthua n à Arnheim, où les hauts elfes venaient d'accoster. Dépassés par le nombre et mal préparés, les Asur furent massacrés. Tandis que les survivants fuyaient à l'est sur des eaux rougies par le sang de leurs camarades tombés, Malekith échafaudait déjà de nouveaux plans. LAge de l'Odieuse Paix était révolu, laissant place à l'Age du Sang.

L'AGE D U SANG

V) I-381

(1123

à 1 503 du calendrier impérial)

Lorsque le Roi Sorcier lança sa nouvelle invasion d'Ulthuan, il commença par rebâtir la forteresse d'Anlec. O n achemina

de la pierre noire des carrières de Naggaroth afin d'élever de hautes tours et des remparts inexpugnables. Bien qu'elle ne

la grandeu r de ses précédente s manifestations, la

nouvelle Anlec n'en était pas moins une redoutable place forte. Mais c'était avant tout une base depuis laquelle les armées des elfes noirs pouvaient partir assiéger la porte du Griffon.

possédâ t pas

Comme les elfes noirs ravageaient les terres de Nagarythe, Morvsel rassembla toutes les troupes disponibles. Avec

la perte de la majeure partie de ses forces sur les plages de Naggaroth, il ne trouva d'autre solution que d'instituer un système de levée de milicien s pou r renforcer ses armées .

Lorsque Malekit h eut vent de ces

ces troupes fraîches, ne voyant en elles que des couards et des paysans incapables de revêtir dignement l'habit du guerrier. Ses préjugés se vérifièrent dans u n premier temps, quoique la porte du Griffon ne cédât point face à l'assaut des elfes noirs, les défenseurs devant leur réussite à leur détermination et à la conception de la forteresse plus qu'à leur habileté aux armes.

développements , i l négligea

Les mois de siège devinrent des années, sans qu'aucun camp ne prît l'avantage. Si le Roi Sorcier fut initialement frustré de voir son attaque interrompue, il retrouva un certain optimisme, et s'amusa mêm e de la situation. Ses armée s ne pouvaient pas percer jusqu'au x royaumes intérieur s d'Ulthuan , mais ses

guerriers impitoyables décimaient les miliciens inexpérimentés en accusant peu de pertes en retour. A terme, la porte du Griffon se viderait, et l'île-continent serait à sa merci. Malekith avait une autre raison d'être confiant : chaque nuit, il infligeait des cauchemars au roi phénix, rongeant la santé mentale de Morvasl avec des visions d'Ulthua n noyé dans le sang. Mois après mois, les songes d u ro i phénix devenaient de plus en plus sombres, de plus en plus perturbants, et vinrent même l'assaillir après le lever du soleil.

Désespéré, Morvael vida le trésor pour reconstruire la flotte des hauts elfes. L a marine d'Ulthua n renaissante se fit bientôt remarquer, en coupant les routes de ravitaillement rehant Naggaroth à Anlec. Malekith répliqua en lançant une attaque particulièrement féroce sur la porte du Griffon. Cette fois, il

prit lui-même la tête des assaillants. Par l'épée et la sorcellerie,

il chassa les défenseurs des remparts et creusa une brèche dans

l'enceinte — seul le donjon demeura

sur le point de tomber, mais les elfes noirs étaient dispersés et distraits par les tourments qu'ils infligeaient aux captifs dont ils s'étaient saisis lorsque les murs furent submergés. E n cette heure sombre entre toutes, Mentheus de Caledor parvint à la porte du Griffon avec une force de secours, faisant reculer les guerriers de Naggaroth. Malgr é sa fureur, Malekith ne réussit pas à rallier son armée à temps, et les elfes noirs furent rejetés hors de la forteresse par les lances de Mentheus.

inviolé. L a forteresse était

Au cours des décennies suivantes, des batailles sporadiques entre hauts elfes et elfes noirs éclatèrent dans les terres des Ombres. Sans voies de ravitaillement pérennes, Malekith dut se résoudre à une stratégie de raids et d'embuscades - une besogne peu glorieuse pour une armée d'une telle magnificence. Hre , les années de guerre transformèrent peu à

d'Ulthua n en guerriers

aussi endurcis et déterminés que leurs ennemis elfes noirs.

peu les soldats

citoyens inexpérimentés

Finalement, après un bain de sang long de trois siècles, l'armée

Sorcier

jusqu'aux portes d'Anlec. Cette bataiUe finale fit rage pendant

des semaines, et les moments de répit étaient aussi rares que fugaces. Une fois encore, le Roi Sorcier prit le commandement des opérations, et aucun haut elfe ne souffrit autant que ceux

qui tombèrent sous sa lame. Lors de l'assaut final, un trait de baliste trouva le cœur de Mentheus, et son dragon, Nightfang,

de Mentheus parvin t à repousser les osts d u Roi

sombra dans une fureu r éperdue . L

a bêt e

enragé e ravagea

les

rang s elfes noir s et Anle c elle-même , avan t de succombe r à

ses

défendable, et Malekith,

plus amer que jamais, du t à nouveau quitte r Nagarythe . A son retour à Naggaroth, le Roi Sorcier fit exécuter tous les amiraux qu i avaient si lamentablement échou é à rompr e le blocus des hauts elfes. Plusieurs semaines passèrent pendant lesquelles personne, hormis Morathi, n'osa lu i adresser la parole.

blessures. L a forteresse

n'était plus

L e Roi Sorcier exerça une dernière vengeance. Alors que

les tours d'Anlec s'effondraient, Morvael s'abandonna au désespoir et se suicida en se jetant dans les flammes sacrées d'Asuryan. Sept rois phénix avaient péri, et Malekith leur

avait tous survécu, rendu immortel par la magie noire. L e Roi Sorcier se jura de tout faire pour subsister et voir expirer le

phénix, même si pour cela, i l devait patienter

dernier des rois

jusqu'à la fin de toutes choses.

L'AGE D U GLORIEUX TOURMEN T

VI) 1 - 798 (1 503 à 2 300 du calendrier impérial)

Eattention de Malekith se détourna d'Ulthuan en faveur du reste du monde, oii de nombreuses puissances s'étaient développées, et le Roi Sorcier arbitra que leurs richesses étaient vouées à contribuer à sa cause.

Malekith inaugura ainsi l'Age du Glorieux Tourment. I l ordonna aux despotes de Naggaroth de prendre la mer et d'explorer le globe tout en semant la terreur. Les rivalités qui

déchiraient les maisons nobles des différentes cités permiren t l'expansion des flottes de pillards, et tout elfe noir anim é d u

détermination , d e courag e e t d e brutaht é

bon mélang e de

pouvait se bâtir un nom et une fortune sur des rivages

lointains. Malekith lui-même n'était pas insensible à l'attrait de

l'expédition. A la tête d'une flotte noire, i l voyagea

jusqu'aux

confins du monde, apportant stupeur et ruine partout i l

taisait halte.

Le monde apprit bientôt à redouter l'élégance sinistre des navires elfes noirs. Chaque aube voyait des vaisseaux à la

coque noire larguer les amarres à Arnheim , à Kannaroth

à Padravan, pour revenir des semaines plus tard, les cales

remplies d'esclaves, de trésors et de richesses pillés dans les

contrées lointaines. L a plupart

incendiés, leurs habitants passés au fil de l'épée par des corsaires \étus de capes écailleuses, ou offerts en sacrifice lors de rituels sanglants. Notamment, le duc Bastintaal de LAnguille rentra de croisade pour trouver son châtea u dépouill é de ses parures, et chaque pièce inondée de sang caillé, oîi flottaient les lambeaux de ses domestiques démembrés suspendus aux boiseries. Earistocratie de Tilée versait des rançons exorbitantes afin de garantir la sécurité de ses cités, pou r mouri r finalement aux côtés de ses sujets lorsque les elfes noir s revenaien t su r leu r parole. Les grandes cités-temples du continent austral furent mises à sac et leur s trésor s immémoriau x profanés .

et

des ports de Bretonnie furent

Comme les richesses des terres barbares affluaient dans les caisses du Roi Sorcier, les flottes des elfes noirs étendaient leur emprise tentaculaire, éclipsant les gloires passées. Sur ordre de Malekith, elles reprirent les raids sur le httoral d'Ulthuan . Un e autre approche, plus subtile, leur conféra un avantage à long terme : les vaisseaux des elfes noir s suivaien t discrètemen t les navires marchands d'Ulthuan , et identifièrent les plus proches alliés des hauts elfes. Ce renseignemen t permi t aux elfes noir s d'infiltrer les cours de ces royaumes. Certains devinren t leurs partenaires, les autres furent miné s de l'intérieu r afin de prive r les hauts elfes de leu r soutie n lor s de la prochain e guerre .

lil des siècles, de nombreu x royaumes connuren t l'étreint e

trin Je de la diplomatie de Naggaroth , de mêm e que ses cruelles

înhisons. Pourtant, rares étaient ceux qui avaient saigné

une fois par la faute de Malekith et qui refusaient ensuite

d^ l'accueillir en allié. L e ressentiment ne

-jduction qu'exerçaient les elfes noirs. Les ambassadeurs d u

nuisait guère à la

Au

Roi Sorcier avaient le don de parler avec assez de délicatesse pour apaiser les plus amères des rancunes, et étaient assez riches pour éveiller la cupidité la mieux enfouie dans le cœur

de leur interlocuteur E n outre,

étaient de fins connaisseurs des désirs les plus inavouables, et mettaient ce savoir à profit pour convertir des esprits inflexibles par ailleurs. Seul Athel Loren resta sourde à leurs mots mielleux. Les elfes sylvains les écoutèrent poliment, puis les congédièrent en leur interdisant de revenir

les émissaires de Malekith

Avec u n plaisir malsain, Malekit h observait les ronces de

l'influence des elfes noirs se propager à la surface du globe. Le Roi Sorcier avait tant d'informateurs et d'hommes de paille dans les autres royaumes, qu'il savait avant le roi phénix qu'une escadre d'Ulthuan était arrivée à destination. Mieux encore, en tiran t soigneusement sur les ficelles de ses marionnettes, Malekit h pouvait attaquer ses ennemis héréditaire s avec les armées et les flottes des autres nations, son implication n'étant connue que de quelques pions dont on pouvait aisément disposer Pendant plus de deux cents ans, le Roi Sorcier se délecta de ce nouveau moyen de faire la guerre. E n vérité, ces manipulations suscitèrent une satisfaction si intense que Malekith aurait pu continuer sur cette voie pendant plusieurs siècles encore, si ses espions ne l'avaient pas inform é de développements malvenus : malgré leurs revers de fortune, les hauts elfes n'avaient pas perdu espoir Finubar le Voyageur, le

avait retissé les liens unissant son peuple,

faisant écho à l'œuvre d'^narion .

nouveau ro i phénix,

Le Roi Sorcier ne souffrait pas une telle situation. I l convoqua

Morath i et ses plu s proches conseillers et quitt a la salle d u trône pour se promener dans la nuit illuminée par l'orage. Le temps de passer toute leur colère accumulée sur le peuple

revenu pour les armées de Naggaroth.

LAge de la Vengeance venait de débuter

honni d'Ulthua n était

LE SORT DE

L'ESPRIT

L'âme des elfes est condamnée à être décorée par Slaanesh lorsque leur chair périt. Les hauts elfes et les elfes syloains s'en prémunissent en scellant leurs esprits dans des bornes gardiennes ou des créatures élémentaires. Les elfes noirs, quant à eui, n'ont aucune défense contre les appétits du Prince du Chaos. Ils sont parfaitement capables d'en concevoir une, mais ils refusent de soumettre leur essence à une semi-conscience,pricée de leurs sens et quasi imperméable aux sensations. Savoir qu'il n'y a que le néant qui les attend au bout de leur route incite les elfes de Naggaroth à mener une existence encore plus sauvage, car une vie sans limites ni censure est leur seule compensation.

Cela ne signifie pas que toutes les âmes elfes noirs finissent dans la gueule de Slaanesh. Certaines échappent à leur sort par l'intercession des autres dieux. Ereth Khial, la Reine Pâle, cherche toujours à capturer des elfes pour en faire ses esclaves dans le Monde du Dessous, et envoie ses serviteurs ailés subtiliser des âmes pendant que le Prince du Chaos regarde ailleurs. Parfois, c'est Lœc le Trompeur qui sauvera une âme damnée, en défiant Slaanesh à des jeux de hasard, puis en trichantpour remporter la mise spirituelle. De telles interventions sont rares, mais suffisent à susciter quelque espoir de salut.

L'ÂGE DE LA VENGEANCE

VII , 1 Guerre de la Vengeance

A peine le Roi Sorcier avait-il inauguré l'Age de la

Vengeance par un nouvel assaut sur Ulthuan qu 'une vaste horde de Nordiques déferla des désolations du Chaos. De nombreux courtisans conseillèrent

à Malekith d'abandonner l'invasion, mais le Roi

Sorcier avait d'autres plans en tête. Il nourrit un temps quelque inquiétude quant à la capacité de ses armées à briser Ulthuan, mais safiertélui interdit

de reporter l'attaque. Là où certains redoutaient une guerre sur deuxfronts, Malekith vit une opportunité;

il envoya Morathi au nord en tant qu'émissaire.

Aux chefs nordiques, la Sorcière Matriarche offrit or, esclaves et plaisirs trop nombreux pour les nommer. Chaque instant passé en leur compagnie la révulsait,

VII , 2 Bataille de la Plaine de Finuval

Apprenant l'échec de l'assassinat de la reine étemelle, Malekith se résolut aux mesures désespérées. Par des négociations impies de sang et de dépravation, il pactisa avec N'kari, un des démons majeursfavoris

de Slaanesh. Le Roi Sorcier répugnait à transiger avec le démon, car même un elfe immortel n'aspirait guère à attirer l'attention du Prince du Chaos, mais il devait reconnaître que la reine étemelle et son protecteur surclassaient les capacités de ses serviteurs mortels. N'kari acceptafacilement les termes du Roi

Sorcier; l'âme d'une reine étemelle était un mets de choix, et le démon attendait de pouvoir se venger de la défaite cuisante que Tyrion lui avait infligée quelques années plus tôt. Comme le démon se mettait en chasse.

Le fracas des deux forces évoqua une vague noire engloutissant un roc blanc. Urian faucha une vingtaine de héros hauts elfes dans sa traque du prince Tyrion, qui lui-même moissonnait les rangs ennemis avec Croc du Soleil, son épée runique. Malekith canalisait des énergies impies pour consumer Tost scintillant tout en bataillant avec les contre-sorts de Teclis. Les démons hurlaient et caquetaient comme cesforces magiques titanesques ouvraient des brèches sur le Royaume du Chaos, alors que le sang elfique versé transformait le champ de bataille en marais cramoisi.

A des milliers de lieues de là, Morathi observait le développement de la bataille dans son miroir enchanté Malekith s'était efforcé de lui cacher ses manœuvres -

seigneurs de

guerre du nord renoncèrent au saccage de Naggaroth

de Moratht, et oâiigéspar ses présenties

inquiet d'avoir commis une erreurfuneste.

n 'auraii su direpourquoicet engagement /a fiiscinail tant Le spectacle du sacrifice des Nordiques en son

nomflattaitson orgueil, et elle tirait une satisfaction indéniable de ne plusjamais avoir à côtoyer ces rustres, mais cela ne suffisait pas à expliquer son attraction. Puis son regard s'arrêta sur Urian et son

combat singulier avec un nobliau.

fois depuis des milliers d'années, Morathi sursauta. Aussi impossible que cela pût paraître, l'adversaire d'Urian n'était autre qu 'Mnarion — un JEnarion plus jeune, moins accablépar les épreuves d'autrefois peut- être, mais son bien-aimé, elle en était certaine.

et pactisèrent avec le Roi Sorcier.

Les semaines suivantes, Malekith entreprit de noyer ses doutes dans le sang. Il assaillit laforteresse de Tindalor de sa magie noire, et se réjouit du spectacle des tentacules disloquant la citadelle pierre par pierre. En Eataine, il considéra Kouran qui mena la Garde Noire à l'assaut du temple de Lileath et livra les prêtresses à ses hydres de guerre voraces. Le Roi Sorcier captura personnellement Adran, haut commandeur de Caledor, et supervisa son immolation à la gloire de Hekarti. Malgré tout, Malekith était mal à l'aise —jamais il n'avait été aussi près de la victoirefinale,mais d'innombrables défaites l'avaient rendu méfiant vis-à-vis des bons augures. Lorsque des

voix portées par les vents de magie lui annoncèrent que N'kari avait été banni, le Roi Sorcier y vit le signe que son invasion était menacée.

Pour la première

Ainsi, lorsque les elfes noirs embarquèrent pour Ulthuan, ils étaient accompa^és d'un ost presque aussi grand que le leur. Les arches noires accostèrent

à Nagarythe et des hordes aux bannières noires

assiégèrent et submergèrent les défenses des portes du Phénix et du Griffon. Tandis que les Nordiques jetaient leur dévolu sanguinaire sur les terres d'Ellyrion, de Tiranoc et de Chrace, Malekith mena ses guerriers dans lesforêts sacrées d'Avelom.

Les bosquets s'embrasaient comme Malekith traquait la reine étemelle. Le Roi Sorcier souhaitait la mort d'Alarielle plus que tout, car elle provoquerait un désarroi inconsolable. Des milliers de hauts elfes

périrent au combat ou sur des bûchers sacrificiels érigés

à la gloire de Khaine et Anath Raema, mais la reine

étemelle continuait defuir le regard du Roi Sorcier

Malekith apprit trop tard qu 'elle avait échappé à son

assaut — sauvée par ce parvenu de prince

Tyrion.

La Sorcière Matriarche trembla d'horreur comme

le prince trébuchait et que l'épée d'Urian s'élevait

pour asséner le coupfatal Morathi ressentit alors une émotion qui l'avait quittée des millénaires plus

tôt: la panique. Elle puisa instinctivement dans les vents de ma^e, rassembla chaque iota de puissance éthérique et tissa un enchantement visant à détourner

la frappe d'Urian. Exténuée par l'effort exigépar

la canalisation d'un sortilège sur une telle distance,

elle vit avec soulagement l'épée de l'assassin rebondir sur l'armure de son adversaire, et se désintéressa du spectacle de la riposte qui embrocha Urian.

Malekithfaisaitface à un dilemme. Sa haine et sa rage l'exhortaient à persévérer, à passer outre la capacité de survie surprenante de la reine étemelle et à exterminer sa maudite engeance. Toutefois le Roi Sorcier était plus sage et calculateur que lors de sa précédente tentative de conquête d'Ulthuan. Il accepta que l'heure de sa vengeance nefût pas encore arrivée, mais sejura que ces événements serviraient quand

même sa cause. Il organisa le retour à Na^aroth de ses généraux les plus loyaux et de leurs troupes. Il prit grand soin de dissimuler leur départ, bien que les elfes noirs qui allaient resterfussent si ivres de massacre qu 'il aurait pu se dispenser de telles mesures.

Pendant ce temps, sur la plaine de Finuval, le Roi Sorcier avait des sujets d'inquiétude plus pressants que la mort d'Urian. Jusque-là, il avait eu l'avantage sur

le talent brut de Teclis, Malekith ayant peaufiné ses

compétences dans les arts noirs pendant des millénaires,

et il s'apprêtait à mettre tout le poids de cette

expérience dans la balance. Cependant, Teclis invoqua

le pouvoir de son Bâton Lune et déchaîna une terrible

malédiction. Malekith prit conscience du danger et usa

de tout son art et de toute sa puissance pour détoumer

le sort, mais ilfut trop lent pour le dévier totalement.

Léclairfrappa le Roi Sorcier et l'énergie magique l'avala. La conflagration éthérique singulière réveilla la vengeance d'Asuryan qui était tapie dans l'âme de

Malekith et qui consumait son cœur depuis près de cinq mille ans. La brûlure hideuse d'antan s'enflamma de nouveau, dévorant la chair et l'esprit du Roi Sorcier Déchiré par lejugement divin, Malekith utilisa ce qui lui restait de puissance pour sejeter dans le Royaume du Chaos, le seul endroit où le châtiment d'Asuryan ne pouvait le suivre.

Furieux, Malekith aiguillonna davantage ses armées. Ses généraux, cherchant à surpasser leurs homologues Ainsi, lorsque les hauts elfes rassemblèrent leursforces

pour s'attirer lafaveur de leur seigneur, déclenchèrent une extraordinaire vague de destruction. Tout Ulthuan

à la Bataille de la Plaine de Finuval, ils affrontèrent

un ost moitié moins nombreux que celui qui avait pris

était àfeu et à sang. Seules Lothern et la tour de Hœth pied sur Ulthuan. Bien que le Roi Sorcier commandât

furent des écueils sur la route des elfes noirs. Le Roi

l'armée — par purefierté—, elle ne contenait pas plus

Sorcier ne se soucia guère de ces bastions de résistance, de quelques milliers de guerriers d'élite. Un quart

de son ost était composé de guerriers du Chaos, les survivants de l'invasion de l'ouest d'Ulthuan en mal de gloire. Les autres étaient des elfes noirs, les troupes des despotes qui n'avaient plus lafaveur de Malekith,

bout de patience, le Roi Sorcier missionna quatre de ses et qui n 'avaient donc pas plus de valeur à ses yeux que

enivré par les carriages perpétrés sur son ordre. La seule ombre au triomphe de Malekith était lefait que la reine étemellefût encore libre de ses mouvements, échappant mystérieusement à tous ses poursuivants. A

meilleurs assassins, promettant des richesses sans limite

à celui qui la tuerait. La perte d'Ulthuan n'était qu 'une question de temps.

les barbares qui combattaient à leurs côtés. A la pointe

de laformation d'attaque des elfes noirs chevauchait Urian Venomblade — le champion du Roi Sorcier

Croyant leur seigneur anéanti, les elfes noirs se retirèrent, laissant leurs alliés se débrouiller avec les hauts elfes vengeurs. De nombreux Na^arothi abandonnèrent armes et armure dans leurfuite échevelée, mais les guerriers d'Ulthuan les poursuivirent sans merci. D'autres conservèrent

leur discipline,

haine. Kouran Darkhand de la Garde Nmre mena

le cœur de l'armée de Malekith à Nagarythe.

qui ne pouvaient pas suivre son rythme effréné étaient

ou continuèrent le combat par pure

Ceux

abandonnés à leur sort dans la poussière. Troisfois les

princes hauts elfes engagèrent Kouran, troisfois il se

Au bout d'une heure, on déverrouilla les portes de la salle du trône pour laisser sortir le capitaine de la Garde Noire. Kouran quitta une pièce maculée de sang et de viscères, quoique lui-même ne semblât avoir subi aucune blessure, hormis une égratignure sur lajoue. Cette nuit-là, la Garde Noirejaillit du palais et se répandit dans les artères de Naggarond

afin de massacrer lesfamilles et les partisans des ex-

prétendants au trône. Kouran libéra personnellement

Morathi, et reçut une récompense inégalable en retour

Six mois durant, Morathi et Kouran purgèrent

Les nobles étaient déportés à Har Ganeth

Cette nouvelle menace incita Tullaris à ordonner une reformation derrière le mur d'auriges morts ou mourants. Le Seigneur du Meurtre s'adressa alors à lui Khaine commanda à son disciple, couvert de sang de la tête au pied, de renoncer à la victoire en cejour — seul comptait le calice. Le Seigneur du Meurtre exigea de Tullaris qu 'il abandonnât ses comparons pour rejoindre sa patrie avec son butin. Ainsifut fait

Avant même que la charge de Tyrion atteignît la ligne des exécuteurs, Tullaris avait déjà quitté le champ de bataille. Aucun elfe, d'Ulthuan ou de Na^aroth, ne le vit partir, car la soifde combat de Khaine voilait leurs

fraya un chemin sanglant, quitte à épuiser ses propres Naggarond.

^terriers. Ce n'étaient là que de minces victoires,

éclipsées par une défaite monumentale. Malekith avait nefut que lorsque le cas du dernier conspirateurfut

préservé ses meilleurs soldats, mais lui-même s'était perdu hors du monde mortel Ulthuan était en ruines,

réglé que Morathi se rendit au nord, à Ghrond, en laissant Kouran assurer la régence.

ou jetés dans des bûchers sacrificiels par centaines. Ce perceptions. Tandis que son navire glissait discrètement

entre les vagues, Tullaris regarda en arrière et vit l'armée de Tyrion écraser ses camarades. Khaine devait être rassasié - lefait que le plat principalfût composé d'elfes noirs importait peu à Tullaris.

mais l'avenir de Naggaroth était loin d'être assuré

Vil,

40 Bataille de Tor Dranil

V]], 3 L'Année des Lames

.-1 son retour à Naggarond, Kouran trouva une

capitale en guerre, Morathi en captivité et pas moins conduisit uneforcejusque sur la côte de Nagarythe,

Poursuivant une série de grandes victoires remportées pendant la saison du Désespoir, Tullaris Dreadbringer

vu,

!{•> Le Rituel d'Éveil

Usant d'artifice et de sorcellerie, Morathi s'empara du prince Tyrion et de l'île Blafarde. Depuis la disparition de Malekith, la Sorcière Matriarche s'était convaincue que lejeune prince avait hérité à lafois de l'apparence

de huit despotes revendiquant le trône vacant de Malekith. Kouran réprouva une telle déloyauté. Il fit é la tour Noire de Malekith une zone interdite, et restaura l'ordre avec les lames de la Garde

Noire. Peu après, les agents de Morathi contactèrent Cavaliers noirs et exécuteurs parcouraient les collines

afin de récupérer le Calice de Khaine, perdu plusieurs millénaires plus tôt suite à la destruction d'Anlec par

Tethlis. Tullaris y voyait une mission sacrée ne pouvant et du caractère de son ancêtre, mais souffi^ait d'une

être accomplie qu 'avec la bénédiction de Khaine.

à la recherche de victimes à sacrifier au Seigneur du

Meurtre. Satisfait de ces rituels, Khaine guida l'armée

Déchirée; là, soudain, les visions divines se tarirent.

loyauté déplacée envers Finubar et de sa toquade avec cette traînée de reine étemelle. jEnarion, elle en était

sûre, aurait exécré ces deux têtes couronnées, ce qui l'amena à penser que la réincarnation était incomplète. Or, elle pouvait rectifier cela. Si Malekith ne pouvait régner, ^narion leferait.

Toutefois, les manœuvres de Morathi allaient se heurter à certains obstacles. La prescience de Teclis l'avait averti du rapt de son frère presque aussitôt

qu 'il s'était produit. Avec l'aide de la princesse Eldyra,

Tullaris avait la gorge nouée. Les guerriersfantômes

attaquaient de nuit, tuant deux ou trois de ses guerriers

Kouran. Ils l'informèrent que leur maîtresse s'était laissée enfermée, ne souhaitant pas accorder à ses

ennemis la satisfaction d'une exécution. La Sorcière des elfes noirs à l'ouest, à travers les basses terres de Matriarche s'amusait de la confusion ambiante Elle Nagarythe, jusqu 'auxfalaises surplombant la côte

était persuadée que le Roi Sorcier allait réapparaître,

mais Na^aroth ne devait pas se désagréger en son absence. Elle disposait d'une importante trésorerie, Après et deux semaines de recherches infructueuses,

ses chaînes ne l'empêchaient pas definancerles divers

ctdtes d'assassins de Naggarond. Les barreaux d'une

:^eôle ne pouvaient restreindre la malice de Morathi.

la fois, et il n'y avait toujours aucune trace du calice. la fille de l'ami défunt de Tyrion, le ^and maître du

à

Or, même la terrible réputation de Tullaris ne pourrait

savoir rassembla une armée et marcha au nord. Alors que les hauts elfes se lançaient à l'attaque, Morathi confia le commandement à son acolyte "de confiance " Lyssa Cruelblade, et entama un rituel sur l'autel de Khaine. Le sang coula du sanctuaire comme la Sorcière Matriarche immolait des centaines d'esclaves et des dizaines de ses sorcières, implorant Khaine de raviver la gloire passée de son époux bien-aimé.

Hélas pour Morathi, un traître cachéparmi ses assistants — soupçonné plus tard d'être un servant de la vieille Hellebron, qui ne désirait aucunement voir le retour d'JEnarion ni l'accroissement du pouvoir de Morathi — troubla le rituel et dénoua les liens de Tyrion. Tandis que le prince combattait pour s'échapper, les hauts elfes perçaient les lignes de Cruelblade et se taillaient un cheminjusqu 'à la sombre

Un mois plus tard, Kouran invita les huit despotes en contenir éternellement la grogne de ses guerriers - un

lice au palais du Roi Sorcier Ils pouvaient apporter toutes les armes qu 'ils souhaitaient, mais devaient venir seuls. Les despotes passèrent les portes noires, rongés par la paranoïa et marqués par les tentatives d'assassinat. Ils se rassemblèrent en silence au pied du trône de Malekith, devant un riche banquet auquel aucun d'entre eux ne goûta par crainte de l'empoisonnement Kouran parla comme ses invités prenaient place. Il leur dit qu'il convenait que le

nouveau souverain des elfes noirsfût couronné après avoir prouvé sa force et sa détermination. Il continua en avertissant les prétendants que la pièce était désormais scellée, et qu 'elle allait le resterjusqu 'à ce

soir, il dut même décapiter deux serviteurs indociles La quinzième nuit, les elfes trouvèrent enfin l'objet de leur quête. Hélas, au même moment, la côte Déchirée

subit une attaque, qui cettefois n'était pas lefait des guerriersfantômes, mais d'une armée commandée par les princes Tyrion et Eldyn

Les chars s'écrasaient dans les rangs desfuries, mais les adeptes de Khaine s'en moquaient La vue de leur propre sang décuplant leurfrénésie, elles poignardaient et griffaient les auriges tout en rendant leur dernier souffle. Les exécuteurs de Tullaris chargèrent à leur tour, chaque coup de draich sectionnant un membre.

qu'il n'y eût plus qu 'un seul de ses occupants encore Un en prince Eldyr de Tiranoc enragéjeta son char dans

vie. Si lui, Kouran, était cet occupant, il maintiendrait la mêlée, la lance pointée vers le cœur de Tullaris.

k trône et le royaume en l'état, en vue du retour

à Malekith - et il se moquait de ce que feraient

les autres s'il n 'était pas victorieux. A ces mots, les

prétendantsfurieux se levèrent, mettant leurs querelles combat. Eldyr tenta de se remettre sur pied, mais

de côté afin de châtier l'arrogance du capitaine. Pour Tullaris était déjà sur lui, etfitpleuvoir les coups tel

sa part, Kouran marcha calmement vers le trône du

Roi Sorcier - en prenant soin de ne pas tourner le dos deuxième attaque ; après la dixième, son corps était

à l'assemblée — et se saisît de sa hallebarde, qu 'il avait méconnaissable. La fin d'Eldyr éveilla la fureur de

^Tyrion, qui chargea Tullaris en hurlant sa rage.

entreposée dans Tombre.

Uelfe noir se baissa pour esquiver, etfitdécrire un arc pyramide. Comme l'écheveau de sorcellerie s'effilait,

ascendant au Premier Draich, tranchant l'attelage sans effort et éjectant le prince de sa plate-forme de

un dément assoiffé de sang. Eldyr était mort après la

Teclis et Eldyra menèrent la chargejusqu 'au sommet de l'autel. Morathi comprit que la bataille était perdue et avec elle, ses espoirs de ramener l'âme d'Mnarion - pour l'instant du moins Avant de s'enfuir, elle embrassa un Tyrion surpris et révulsé, qui manqua une opportunité de la tuer. Puis elle appela son fidèle Sulephet et volajusqu 'à Ghrond, laissant ses suivants s'échapper par leurs propres moyens.

VII, 90 Pillages dans la Jungle

Après avoir passé un siècle à chercher vainement despreuves de la survie de Malekith, Morathi se résolut à solliciter lafaveur de Khaine grâce à une offrande originale. Elle promit une grande

Puis, une nuit lugubre de la saison de la Sauvagerie,

mage Morathifitsa slann capturé plus glorieuse à Tlanxla offrande et : lohotomisé un prêtre- par la Unefois remis de sespeines, le Roi Sorcier imagina de

dague d'un assassin. Alors que le sang de la créature

se répandait sur l'autel, les deux s'embrasèrent et les

murs de Ghrondsaignèrent.

VO, 105 Vengeance Renouvelée

nouveaux plans pour détruire Ulthuan. Il convoqua

ses capitaines corsaires et leur ordonna de concentrer leurs attaques contre les colonies des hauts elfes et leurs partenaires commerciaux les plus reculés.

Le lendemain,

Morathi

récompense à quiconque lui rapporterait des victimes ordonna lafindes expéditions en Lustrie. Elle

sacrificielles natives de Lustrie. Les nobles de Na^aroth seprécipitèrent, pariant sur lefait que ce serait la Sorcière Matriarche qui allait désigner le

successeur du Roi Sorcier si son anéantissement était

confirmé. Ainsi donc, d'innombrables navires filèrent Après avoir longtemps erré dans le Royaume du

avait

eu sa réponse et n'avait plus qu'à patienter.

VII, 108 La Chute de Tor Elasor

VII, 102 Le Retour du Roi Sorcier

Chaos, Malekith finit par sefrayer un chemin jusqu'au monde mortel. Unepatrouille de cavaliers

Sur ordre du Roi Sorcier, Lokhir Fellheart mena une vasteflotte contre la lointaine colonie haut elfe de Tor Elasor A l'aube, les arches noires Tour de PEffroi Béni et Immortelle Agoniepassèrent outre les digues . de défense avec un barrage de projectiles manques, et

hauts elfes combattirent vaillamment,

ils ne pouvaient

vers les côtes lustriennes et leurs épaisses jungles.

Leurs ponts débordaient de guerriers impitoyables, et les cales de ceux qui revinrent étaient remplies

de bêtes en cage. Skinks et saurus, lesproies les plus

communes, étaient anesthésiés par des sorts de gel.

La compétition faisait rage, et despillards toujours plus audacieux rapportaient desprises déplus en plus massives. Bientôt, bastiladons, coatis et autres

noirs découvrit le corps brisé et lacéré du Roi Sorcier les corsaires saccagèrent la cité portuaire. Même si les

à l'ombre d'une tour de guet du nord. Morathi soigna

sonfilspendant un an, déversant toute sa vile magie et

sa malice dans l'âme de Malekith

afin de le rétablir Tor Elasor n'était plus que ruines sanglantes. Lokhir

Les vociférations du Roi Sorcier cauchemardant

surpasser laférocité de leurs assaillants. Au crépuscule,

cloua son édile, leprince Datherion, au sommet du

évoquaient des châteaux d'os et desforêts d'yeux. donjon, alors qu 'il respirait encore. Lattaque fut si

rapide que rien n'enfiltrajusqu'à

d'Aislinn le Seigneur des Mers se rendit à Tor Elasor

Ulthuan. La flotte

s'éveilla, sa rage ardente avait

disparu, remplacée par unefroide résolution. Morathi pour comprendre les raisons de son silence, et n'y

craignait qu'une part de l'esprit de sonfilsfût encore

piégée dans le monde au-delà du monde, mais le Roi

Sorcier n'était pas enclin à la discussion. Le seul indice

trouva que chair pourrissante.-

VII, 115 La Fin d'une Lignée

de la sorcière était la pointe de corne de démon cassée Takon Draak, le dernier fils noble de Har

que les cavaliers noirs avaient trouvée avec

Malekith. fut traqué et exécuté par les assassins de

Kaldra,

créatures ^gantesques vinrent alimenter les sacrifices Lorsque Malekith

de Morathi — bien qu'après la crise defrénésie d'un

camosaure qui détruisit une bonnepartie du temple^ la Sorcière Matriarche bannît cette espèce de ses rituels.

Douze ans durant, des milliers d'elfes noirspérirent

pour apporter leur butin à Morathi,

n'avait d'yeux quepour Khaine et sa quête c

mais la sorcière

Malekith.

n i , 117 La Chute d'Aislinn

Des centaines moururent comme la magie noire envahissait le pont Beaucoup d'assassins moururent

défaite du parvenu: rien d'autre ne comptait. Les deux adversaires firent appel à toutes lesfeintes de leur

Aprèsplusieurs semaines dans le sillage de l'arche noire Tour de l'Effroi Béni dans la mer des Serpents, Aislinnfitsigne d'attaquer à saflotte.Hélas pour

l'amiral, son piège se retourna contre lui. Bien que les mages du Seigneur des Mers pussent dissimuler ses navires, ils ne pouvaient pas masquer les ondulations

.;n 'ils causaient dans l'eau et l'air — etpour

Fellheart, ces signes étaient aussiflagrantsque Jes vaisseaux enfeu. Au moment où les bâtiments TAislinn manœuvraientpour le coup de grâce, le 0-andportail depoupe de l'arche noire s'anima. Un

hrouillard noir se déversa depuis ses entrailles et nappa devant la proue enforme de crâne de dragon de la

l'océan, et avec lui vint une dizaine de "maraudeurs", Tour, des dizaines de grappinsjaillirent

des tours de guerre bardées deferfixéessur le dos de pour enlacer les deux navires dans une étreinte fatale. gigantesques dracs infernaux.

Les cris d'alarmefusèrent à borddes éperviers en approche et les agiles vaisseaux s'écartèrent — mais Lokhir avaitparfaitement minuté sa contre-attaque. Les trois vaisseaux-aigles de l'arrière-garde furent

criblés par un déluge de traits de balistes, et la coque et les plus cruels des corsaires Conduits par leur

du quatrièmefut pulvérisée par la queue d'un drac capitaine impitoyable, ils chargèrent les rangs serrés

infernal. Lokhir sourit en ordonnant aux barreurs de l'arche noire de changer de cappour engager le navire d'Aislinn - le superbe vaisseau-dragon Kalendiriaa

eux aussi, mais avec un rire dément aux lèvres tandis arsenal, mais aucun ne pouvait prétendre à la victoire. qu 'ils embrassaient le néant Malgré ses blessures,

Aislinn s'était abrité au bordsous le vent etjura que Aislinn parvint à arracher une des Lames Ecarlates

la bataille n'était jm

nombreux soldats sur lesponts inférieurs. Puis le

terminée: ily avait encore de de la main de Lokhir. Le corsaire ricana lorsque

la magie de l'arme la ramena dans sa paume, puis il riposta avec une taille double quifaillit envoyer

Seigneur des Mers leva lesyeux et vit que les voiles du

Kalendirian avaient été déchirées par le sort. Le cœur Aislinn dans les eaux en contrebas. Le Seigneur des

Lokhir

lourd, il tourna le regard vers la Tour de l'Effroi

Béni Les armes de l'arche noire s'étaient tues, mais toutes sesforces, fendant le Heaume du Kraken et

Mers retrouva son équilibre et abattit son épée de

La blessure se referma en quelques secondes, sans laisser la moindre cicatrice, de même que le métal du heaume. Aislinn frappa encore. Cettefois sa lame se brisa en trois, mais l'amiral eut au moins la satisfaction de voir son adversairejeté à terre.

Aislinn ramassa la hache d'un lion blanc et s'avança,

mais avant que le Seigneur des Mers pût prendre

l'avantage, Lokhir paralysa un corsaire etjeta le

malheureux sur le chemin d'Aislinn.

de l'amiral haut elfe de perdre l'équilibre, et on ne lui laissa aucune chance de se rétablir Avec un moulinet

Cefut au tour

des Lames Ecarlates, Lokhir dévia la hache d'Aislinn

et plongea ses deux épées dans la poitrine du Seigneur des Mers jusqu 'à la garde. Uelfe noir se gaussa tandis

que la hache tombait des doigts sansforce d'Aislinn.

Plaçant le pied contre les côtes de l'amiral, le corsaire

lefitglisser de ses lames etpar-dessus bord.

Une heureplus tard, la Tour de l'Effroi Béni reprenait sa course, les calespleines d'esclaves. De la

éparses, et d'Aislinn, aucune trace.

A'O, 118 Le Dressage de la Bretonnie

Ulthuan et la Bretonnie firent cause commune à

chez les hommes-bêtes de laforêt d'Arden et les peaux-

vertes du massif d'Orquemont, Malekith

causa de

forteresses côtières de leurs défenseurs pour calmer le

tumulte des provinces intérieures.

Les armées de Bretonnie distraites, les elfes noirs ravagèrent le littoral nord. Villes et villages brûlaient par dizaines, les hommes d'armes étaient massacrés et lespaysans embarqués vers

ses ponts débordaient de guerriers à cape d'écaillés plongeantprofondément dans le crâne de l'elfe noir

Alors que les vagues attiraient le Kalendirian juste

de l'arche

Lokhir fut le premier à aborder le Kalendirian,

ses Lames Ecarlates éventrant et décapitant avant

même que ses bottes aient touché lepont Le suivaient des dizaines de ses Lames d'F.ffroi - les plus sauvages

des gardes maritimes de Lothem, et repoussèrent les

hauts elfes avec leurs épées dentelées. Çà et là, les

gardes maritimes tenaient bon, ^âce à l'intervention d'un officier du vaisseau-dragon, mais une par une,

cespoches de résistance furent réduites au silence. Les

assassins qui avaient échappé au nuage de lames se faufilaient entre les mêlées tels des ombres rampantes, esquivant les attaques sans effort etfrappant les points vitaux en retour.

Aislinn aurait peut-être dû cesser son attaque, mais sa fierté lepoussait à continuer II ordonna au vaisseau- aigle Clémence d'Isha d'affronter les maraudeurs etfitdécrire un large virage au Kalendirian afin de croiser devant les arcs de l'arche noire et de boucler le cercle à la poupe de celle-ci. Aislinn observa les traits

A bordde la Tour de l'Effroi Béni, Lokhir

Aislinn avait des tripespour oserplacer son navire amiprès, mais cela n'allaitpas le sauver Du pinacle de la tour centrale, une cabale desplus talentueuses

sorcières de Morathi attendait l'ordre de Lokhir. Elles avaientpréparé ce moment depuis desjours, sacrifiant

d'innombrables esclavespour attirer la faveur d'Hekarti Au signal de Lokhir, leurs esprits montèrent

riait

enchantés de ses balistes Serre d'Aigle pleuvoir sur Avec les les gardes maritimes à bâbord et sa suite de lions flotte des hauts elfes, il ne restaitplus que des épaves

tours et les remparts, descellant lespierres etfracassant les fortifications.

blancs à tribord, Aislinn chargea les corsaires, sans

ralentir ni trébucher malgré la houle qui soulevait le

navire. Cherchant à priver les elfes noirs de leur tête

de pont, il se tailla un cheminjusqu 'aux grappins qui

mordaient dans leflancdu Kalendiriaa

surgit de sa cachette sous le plat-bord, pour être coupé punir maintes le occasions royaume humain. : le Roi Sorcier En envoyant était des déterminé émissaires à

en deux par une terrible contre-attaque de la longue épée du Seigneur des Mers. Les gardes maritimes

mouraient, égorgés par des lames courbes ou percés tels carnages que le roi Charlen dut vider certaines

par les carreaux d'arbalètes de poing. Protégés par une armure plus épaisse et leurs lourdes capes, les

Un assassin

jusqu 'aux nuées déchaînées, conjurèrent un lions nuage blancs de s'en sortaient mieux, mais ils étaient trop

haine cristallisée et lejetèrent sur le Kalendiriaa

peu pourfaire pencher la balance. Petit à petit, les guerriers d'Aislinn s'amenuisaient, et le Seigneur des Mers se retrouva seul. Les corsaires se ruaient sur

lui, i^orant la lame d'Aislinn et la pile de morts à ses

pieds, mais se retirèrent instantanément sur ordre en de tant qu 'esclaves LAnguille, le plus grand port de

Lokhir;

Les mages du vaisseau-dragon perçurent l'attaque

et tissèrent leurs contre-sorts — maispas assez vite.

Pendant que les maraudeurs combattaient la fiotte

d'Aislinn, ils avaient semé des assassins parmi les

débris à la dérive. Beaucoup avaient péri dans qu'un les autre que luiprît la vie de l'amiral. eauxfroides, mais certains avaient survécu assez

Im^empspour s'accrocher au Kalendiriaa Grâce

Ainsi débuta un duel qui allait entrer dans la

légende. Pendantprès d'une heure, Aislinn et Lokhir s'affrontèrent, insensibles aux plaintes des mourants. Le Kalendirian avait prisfeu, mais personne ne

Sorcier ordonna des représailles contre Yvresse. La le Clémence d'Isha et son équipage était tiré dans province était déjà sous le coup de la Waaagh.' Grom,

les assassins, les mages avaient été réduits au silence lesprofondeurspar les tentacules d'un céphalopode et nepouvait opypmer qu 'une défense symbolique. Le

lions blancs et ses gardes maritimes de Lothem contre

bondirent parmi les mages. Aislinn vit trop tard que le meurtre était à son bord — alors même qu 'il menait ses

d'albâtre du vaisseau, enjambèrent leplat-bord et

à leursgriffes d'escalade, ils remontèrent lesjiancs

Na^aroth

leféroce capitaine corsaire n'aurait pas toléré Bretonnie, fut réduite en ruines et ses habitants mutilés

déposés dans les rues. Le Roi Sorcier était satisfait:

les chevaliers bretonniens n'allaientplus risquer leurs forces en participant à des quêtes autres que les leurs.

A moins d'une lieue de là,

VII, 125 Le Sac d'Yvresse

Outré par le sac de Naggarond par Eltharion, le Roi

temps que les secours arrivent de Gothique, les elfes noirs s'étaient retirés, ne laissant que dévastation.

se souciait desflammes

jusqu 'au dernier Le contre-sort s'effondra. Quelques instantsplus tard, le nuage de lames avala le navire.

titanesque, mais leur sort ne détourna pas les regards du combat singulier Coups et contre-attaques, la

1^ -•^"^'

/M

A II, 152 La Nuit des Plaisirs et des Souffrances

A la fin de la saison de la Décadence, lorsque les rites

dédiés à Aîharti, la Déesse du Plaisir, étaient à leur comble, le Roi Sorcier ruminait dans sa tour. Sa soif de vengeance avait effacé depuis longtemps ses désirs

de plaisirs terrestres, si bien qu 'ilpassait lesfestivités

àfomenter son prochain coup. Toutefois, les heures passant, le Roi Sorcier s'aperçut que quelque chose

sur sang-froid, les pointes de leurs lances étincelant au clair de lune signalant leur venue. Enfin, les

guerriers de la Garde Noire dévalèrent les marches de basalte de la tour du Roi Sorcier Les démonettes mouraient empalées sur les lances et décapitées par les hallebardes, mais elles neJreinaient pas leur assaut

pour autant. Des bêtes de Slaanesh trottaient dans la cour, etfinissaientcarbonisées par les traits magiques des sorcières disséminées dans les rangs des elfes. Des

et le fit vaciller. N'kari dépassa Malekith qui bondit

sur le côté tout en portant un coup sauvage au démon avec la Destructrice. N'kari meugla de douleur et fit

volte-face en brandissant ses pinces. Malekith recula

en parant les attaques du démon. Il continuait de le

harceler de sesjiammes magiques, néanmoins N'kari était désormais sur ses gardes et dissipa l'enchantement en érigeant des défenses mystiques.

clochait. Les cris gagnaient en désespoir, et les rires se démonettes montées esquivèrent habilement les tirs

faisaient toujours plus cruels et tourmentés. Il sortit sur son balcon et se pencha au-dessus de la rambarde

en ferforgé Ce qu 'il suspectait se confirma : les sons

qui s'élevaient des rues n'étaient plus ceux déplaisirs dépravés, mais d'une bataille t

des assassins surgirent et les éliminèrent avec leurs lames empoisonnées.

Des démons parcouraient Naggarond, apparemment attirés par les excès commis cette nuit-là. Cependant,

le Roi Sorcier remarqua bientôt un gardien des secrets

à la corne brisée, et comprit que cet assaut ne relevait cette intrusion se prolonger parce qu 'elle l'amusait,

Malekith combattait maintenant dos à une colonnade. N'kari frappa mais le Roi Sorcier se baissa pour

et sautèrent par-dessus les rangs de la Garde Noire,

directement sur les marches d'obsidienne au-delà, mais

éviter l'attaque. Le coup disloqua la pierre et projeta desfragments dans toutes les directions, ce qui désorienta momentanément le démon. Saisissant sa chance, le Roi Sorcier leva la Destructrice et l'abattit

N'kari restait en retrait, toutefois deux autres gardiens encore et encore. Chaque plaie sapait un peu plus la

des secrets s'étaientjoints à la bataille et démembraient

les elfes comme des poupées de chiffons.

de tapoter distraitement la rambarde. Il avait laissé

vitalité surnaturelle de N'kari. Ce dernier tituba et hurla de douleur quand la lame lui perfora l'épaule.

Malekith cessa

Le démon majeur se redressa dans un ultime effort.

Faisant preuve d'une rapidité inattendue, il saisit

le Roi Sorcier pris au dépourvu par les épaules, lui

immobilisant les bras.

Sorcier. Sa langue ophidienne vint lécher le protège- joue de son captif, y laissant une traînée de bave puante. Une poignée de gardes noirs se précipitèrent pour secourir leur maître, mais N'kari envoya d'un geste dédaigneux une nuée d'échardes manques qui arrachèrent la chair des elfes de leurs os. Alors que leurs cadavres s'écrvulaient au sol, le démon majeur attrapa le Roi Sorcier à la gorge avec une de ses pinces.

Sans cesser de sourire cruellement, N'kari se mit à

serrer, mais le Roi Sorcier n'avait pas dit son dernier mot. Il avait profité du brefrépit pour préparer un sortilège d'une puissance terrifiante. Un éclair noir tomba des deux sur le démon majeur et ravagea son

N'kari tituba et Malekith put enfin se dégager.

corps.

Avant que le démon retrouvât sa contenance, le Roi Sorcier saisit la Destructrice à deux mains et l'abattit

avec uneforce terrifiante sur le cou de son ennemi, détachant sa tête d'un geste propre et net.

C'est ainsi que Malekith sauva Na^arondde la destruction, car même si les démonettes étaient prêtes à poursuivre le combat en dépit de la destruction de leur maître, son trépas avait perturbé l'équilibre magique qui permettait aux démons de pénétrer dans le monde réel. Constatant que la videur des démons diminuait, les elfes noirsfurent galvanisés. Hurlant des prières à Khaine et des louanges de Malekith, ils nettoyèrent les rues de toute présence démoniaque en quelques heures.

A la fin de la bataille, Malekith tint un discours au

pied des marches de la tour Noire. Il annonça que

les célébrations en l'honneur d'Atharti continueraient unjour et une nuit supplémentaires, afin defêter

pas de l'opportunisme, mais de la soifde revanche, car et afin d'éliminer les plusfaibles de ses guerriers,

mais la mascarade n'avait que trop duré. Se drapant

Sorcier tapota la rambarde des doigts tout en observant majestueusement dans sa cape, il quitta le balcon et

la bataille avec un intérêt grandissant. Des nuées de

démonettes suivaient le démon majeur et riaient tout

en frappant les elfes de droite et de gauche. Néanmoins, inutile donc d'y ajouter celle de l'empressement.

les gardes de la ville avaient commencé à réagir. Des démons se mirent à glisser au sol, leur ichor ignoble s'écoulant des blessures causées par les lances

le chefde la horde n'était autre que N'kari. Le Roi

emprunta les escaliers menant à la cour. Il ne se pressa N'kari sourit d'un air sadique'et souleva le Roi

pas. Son intervention forcée luifaisait déjà honte,

bataille. D'un

Il se joignit nonchalamment à la

claquement de doi^s, il libéra un mur de flammes

contre les démonettes qui assaillaient les défenseurs. L'air s'emplit de la puanteur de la chair de démon carbonisée. Il pointa ensuite le doigt vers un des gardiens des secrets puis serra le poing. Le démon majeur hurla tandis que tous les os de son corps se brisaient tels des brindilles. La vigueur de l'attaque

démoniaque était éreintée, et la Garde Noire en profita pour contre-attaquer. Elle accula rapidement le second

gardien des secrets contre une statue de Khaine et le tailla en pièces.

et les carreaux d'arbalètes à répétition. Pourtant, les

elfes n'étaient pas de tailleface à N'kari^ les pavois n'offrant aucun salut contre saforce titanesque. Malekith regardait avecfascination les elfes noirs battre en retraite pour tenter de trouver des positions plusfavorables. A chaquefois, ils laissaient derrière eux un enchevêtrement de cadavres de démons et de miliciens, là oit leur mur de boucliers s'était dressé.

Les myriades de démons semblaient sansfin,et le Roi Sorcier ne parvenait pas à déterminer l'endroit d'où ils émergeaient dans le monde réel. Il supposa qu 'ils provenaient d'une demeure où les rites en l'honneur d'Aîharti avaient été un peu trop enfiévrés. Le mur de boucliers des elfes se dressait désormais sous le portique menant à la cour intérieure de la tour Noire. Malekith hocha instinctivement la tête en voyant que Kouran avait pris le commandement. Quelques '0 minutes auparavant, le capitaine de la Garde Noire était lui aussi en train de célébrer Atharti avec autant

N'kari rugit etfonça droit sur le Roi Sorcier Le démon majeur ne se souciait pas de l'issue de la bataille, son seul but était de s'emparer de l'âme corrompue de Malekith. Sans un mot, la Garde Noire s'interposa, toutefois N'kari était le plus puissant de son engeance. D'un coup de pince, il envoya valser Kouran, et les autres ^erriers périrent piétines sous ses sabots ou pulvérisés par ses énormes poings. Dans un beuglement de triomphe, N'kari sefraya un passage

tour Noire. Alors que le démon majeur se rapprochait

siècles. La dernièrefois qu 'il avait affronté ce démon majeur, il se trouvait au pied des murs de laforteresse des Marcheurs dans le Royaume du Chaos. Cette fois-là, le démon était aufaîte de sa puissance et le Roi

étaient inversés

d'enthousiasme que le reste de Na^arond, cependant jusqu 'à Malekith qui l'attendait sur les marches de la

il avait instantanément retrouvé ses esprits lorsque le

danger s'était manifesté Sous ses ordres, les lances des de lui, Malekith rit pour la premièrefois depuis des

elfes repoussèrent les démonettes, puis les phalanges reculaient de nouveau. Prenant cela pour un aveu defaiblesse, les servantes de Slaanesh poussèrent des ululements extatiques et s'élancèrent unefois de plus,

mais des centaines d'entre ellesfurent abattues par les Sorcier était agonisant. Mais aujourd'hui, les rôles

machines de guerre disposées sur les murailles.

Les démons s'engouffraient dans un piège mortel. Le mur de boucliers se reforma à l'autre bout de la cour, renforcépar des troupesfraîches. Des neufportes de la ville arrivèrent des cavaliers noirs et des chevaliers

 

la

victoire. Le Roi Sorcier se dirigea ensuite vers

Le gardien des secrets nefitpreuve d'aucune hésitation

le

temple de la déesse pour y faire

déposer le corps

et chargea tête baissée dans l'idée d'empaler Malekith

décapité de N'kari, aucune autre offrande ne pouvant

avec l'unique corne qu 'il lui restait. Le Roi Sorcier invoqua un trait de ténèbres qui aveugla le démon

rivaliser avec la dépouille d'un démon majeur de Slaanesh aux yeux de fa Déesse du Plaisir.

VII, 168 L a Croisade de Sang

Cette année-là, Hellebron l'Ancienne proclama une

pierre sainte au nom de Khaine, Elle choisit Tullaris

VII , 172 Bataille de l'Or et du Sang

Désireuse d'étudier les pouvoirs des Anciens, Morathi

scella un pacte avec le pirate vampire Luthor Harkon.

VII , 214 Trahison dans la Drakwald

Conformément aux renseignementsfournis par les espions du Roi Sorcier, le despote de Kassna Kor, Draxor Bloodscar, intercepta une armée de hauts elfes venant à l'aide de l'Empereur dans son combat contre les hommes-bêtes. Après avoir tendu avec succès une embuscade aux hauts elfes à quelques î lieues de leur destination, Draxor ordonna qu 'on tissât un enchantement afin de donner à ses guerriers l'apparence de leurs dernières victimes.

comme champion, et quitta Har Ganeth à la tête d'une Ensemble, Us attaquèrent la cité-temple de Chokablox.

armée defuries avant de se rendre dans les diverses cités de Naggaroth. Chaquejour qui passait, les

atrocités commises par ses serviteurs se multipliaient, cryptes sacrées, dérobant non seulement des artefacts

et de plus en plus d'elfes voués à Khaine rejoignaient sa millénaires, mais aussi suffisamment d'or pour remplir

bannière. Quand Hellebron retourna à Har Ganeth

afin defaire voile vers les terres primitives de l'est, son pour Harkon, celui-ci eut l'outrecuidance d'insister

ost comptait des milliers de guerriers issus de toutes les afin d'hériter d'un coffre rempli de perles noires qui

couches de la société des elfes noirs.

Pendant que les hordes de Harkon occupaient les défenseurs, les guerriers de Morathi pillèrent les

les cales de trois arches noires. Malheureusement

étincelaient de pouvoir. Outrée par l'insolence de son allié, Morathi le trahit et lefitjeter dans une des cryptes de Chokablox avant d'en sceller l'entrée, laissant un cadeau empoisonné aux habitants de la

cité-temple, et se ravissant de la stupeur et de Thorreur

de ceux qui allaient le découvrir

Troisjours plus tard, les guerriers de Draxor se rendirent au combat aux côtés de Karl Franz. Les elfes noirs grimés attaquèrent les hommes-bêtes, attendant que les Reiklandersfussent engagés dans la mêlée pour se débarrasser du voile d'illusion qui les entourait et

se retourner contre leurs alliés. En quelques instants, les lignes de l'Empire sombrèrent dans l'anarchie. Les troupes régulières, qui un peu plus tôt se croyaient épaulées par des lions blancs, se confrontèrent à des exécuteurs impitoyables. Pour leur part, les chevaliers panthères durentfaireface à des gardes phénix s'étant soudainement transformés en guerriers aux robes noires et aux visages déformés par la haine.

Trahie et prise au dépourvu, l'armée de l'Empire battit en retraite. Karl Franz tenta de restaurer l'ordre au sein de ses troupes, mais son capitaine de la Reiksguardjugea que la situation était sans espoir

puis ordonna à ses guerriers de se retourner contre les hommes-bêtes : après tout, un esclave reste un esclave,

Lorsque ses navires accostèrent sur les rivages de Brelonnie, la croisade de Hellebron ne comptait plus que la moitié de ses troupes : le voyage avait été long et Khaine s'était montré assoiffé, si bien que chaque nuit, le guerrier le plusfaible de chaque navire avait

été sacrifié en son nom afin de conserver sa bénédiction. En dépit de cela, Hellebron mena son armée vers le sud en massacrant tous ceux qu 'elle croisa. A la bataille de Nouvionne, elle brisa l'armée du duc Bastalle, et la nuit qui s'ensuivit, les chaudrons de

sang s'emplirent de l'essence vitale des damoiselles et des chevaliers du Graal. Les elfes noirs poursuivirent ensuite en direction des Principautés Frontalières et des Terres Arides, sans quejamais lejîot de sang qui alimentait les rites se tarît. Defait, dès que la croisade de Khaine atteignit les Terres Arides, les tribus de peaux-vertes des alentours accoururent pour

VII , 183 Le Tournoi des Corsaires

Cette année-là, les capitaines Lokhir Fellheart et Dastan Coldeye se lancèrent mutuellement un défi. Chacun d'eux choisit une province de l'Empire:

l'Ostlandpour Lokhir, et le Nordlandpour Dastan, avant de se donner une année pour rassembler le plus

Debneitz, les cales remplies de trésors pillés à

gros butin possible. Dastan prit rapidement l'avantage etforça l'empereur à quitter le champ de bataille.

Draxor railla bruyamment lafuite de Karl Franz,

à

l'affronter Cependant, les dieux primitifs des orques grâce ne à la présence d'uneflotteimpériale au mouillage

se révélèrent pas aussiforts que Khaine. Les Waaagh !

furent écrasées, et le sang poisseux des peaux-vertesfut Nehekhara. Lokhir ne se laissa pas abattre et entama

versé en l'honneur du Seigneur du Meurtre.

une campagne de pillages, au point que tous les villages et il y avaitfort à parier que les bêtes de la Drakwald

et toutes les villes d'Ostland en vinrent à craindre

son nom. En dépit de cela, l'année allait s'achever et

Dastan conservait l'avantage, par conséquent Lokhir

agit comme tout bon elfe noir lors d'une telle situation :

U eut recours à la tricherie.

feraient desforçats au moins aussi utiles que les hommes du Reikland.

\, 218 L e Martyre de Gothique

Hellebronfinittoutefois par se lasser et désira retourner à Naggaroth, d'autant plus que ses navires étaient chargés de butin. Pour sa part, Tullaris Dreadbringer souhaitait continuer à répandre la parole de son maître dans d'autres terres afin de se couvrir de gloire. Une partie des guerriers rentra avec Hellebron, mais la majorité d'entre eux accompagnèrent Tullaris à Nehekhara.

Pendant que les hauts elfes étaient accaparés par l'assaut de Tullaris Dreadbringer sur l'Ile Blafarde, Shadowblade mena un groupe d'assassins à travers Nagarythe et Chracejusqu 'à Gothique. Les elfes noirs empoisonnèrent les rivières avec un mélange defléau des hommes et d'ichor démoniaque. Une épidémie impossible à endiguer se propagea rapidement à travers tout le royaume de Gothique.

Le capitaine envoya un émissaire auprès du roi Akkateph de Zandri afin de l'informer que les trésors qui lui avaient été dérobés étaient désormais en possession de son rival. La réaction d'Akkateph ne se fit pas attendre, et bientôt, l'arche noire de Dastan

guerre de Zandri. Dastan survécut mais dut concéder

Au début, l'armée de Tullaris volait de victoire en

victoire. Néanmoins, même si Nehekhara regorgeait fut poursuivie etfinalementcoulée par les boutres de

de nombreuses richesses, le sangfrais nefaisait pas

partie de celles-ci. Privé de sacrifices, Khaine refusa

sa faveur auxforces de Tullaris, et les

par tourner à l'avantage des rois des tombes. Quand entre les mains de leurs propriétaires Ultimes. Lors

Tullaris se décida enfin à faire demi-tour, il était trop tard: son armée était en lambeaux, et harcelée sans cesse par les chars et les sculptures animées des rois des tombes. Les elfes noirsfinirentpar atteindre lafrontière nord du pays, mais les morts-vivants les talonnaient. Tullaris devait remporter une ultime victoire pour conserver une chance d'en réchapper

établirent un blocus autour de Barak Varr. Le roi Il sacrifia alors la moitié de son année afin que Khaine Grundadrakk ordonna à son peuple et à safiottede

sa défaite, puisque son navire amiral avait été envoyé

par lefond et que les trésors de Z,andri étaient revenus

v u , 222 La Chute d'Arnheim

Incapable de tolérer plus lon^emps la présence des hauts elfes sur les côtes de Na^aroth, le Roi Sorcier

batailles finirent

de la pleine lune suivante, Dastan et ses prochesfurent mena un assaut contre le port d'Arnheim et le rasa.

sacrifiés à Mathlann et à Lœc, Lokhir se doutant

qu'il n'auraitjamais pu remporter cette victoire sans

le concours des dieux de la Mer et de la Tromperie.

VII, 194 Siège de Barak Varr

Cinq arches noires voguèrent vers le golfe Noir et

s'abriter derrière les portes du port. Mais les elfes noirs ne cherchaient pas à détruire la ville, et se contentèrent des nombreux nains capturés qu'ils destinaient aux mines de Naggaroth.

VII, 223 L'Aube d'une Ere Nouvelle

Après des années de préparatifs, le Roi Sorcier déchaîne unefois de plus ses armées contre Ulthuan. Depuis des siècles, U a rongé la société des hauts elfes de l'intérieur, a attaqué leurs colonies et les a isolés de leurs alliés. Malekith estime qu 'il est temps de récolter lesfruits de ce labeur Pendant la saison du Sang les lunes ont éclairé des scènes de massacre, et Khaine a accordé safaveur. Le long des côtes de Naggaroth, les arches noires ont levé l'ancre et voient vers l'est. Uheure du triomphe du Roi Sorcier a sonné.

accordât sa bénédiction aux survivants. Couverts du sang de leurs camarades, les derniers guerriers de la croisade remportèrent cejour-là une grande victoire sur les sables de Nehekhara.

CRUELS ET SANS PITIÉ

Les elfes noirs sont une race belliqueuse, qui

s'empare de ce qu'elle conooitepar

la force,

sans jamais hésiter à tuer des innocents. Tous les royaumes du monde ont déjà eu à souffrir

des attaques de ses corsaires, ou des croisades

démentes

des disciples de Khaine. Chaque

victoire contre les tribus des terresprimitioes permet aui elfes noirs de prendre un peu plus l'avantage sur leurs cousins hauts elfes honnis, • que ce soit en assurant un flui continu d'esclaves, en affûtant les talents de combattant de leurs guerriers ou en s'assurant que les faibles ne survivent pas aux affrontements.

Cette section détaille

les troupes, les héros,

les

monstres et les machines de guerre des elfes noirs.i

Elle fournit un historique, une illustration, un

profil de caractéristiques

et des règles pour tous

les éléments de l'armée, des unités de base aux

personnages spéciaux,

en passant par le domaine

de la Magie Noire et les objets magiques

maniés

par les plus grands héros

de cette race.

REGLES SPECIALES DE LARMEE

Cette section décrit toutes les unités d'une armée d'elfes noirs, et détaille les règles nécessaires pour les joue r lors de vos parties de Warhammen Si une figurine suit une règle spéciale

entrée. Cependant, i l

unique, celle-ci est définie dans son

existe des règles spéciales récurrentes propres à l'armée, qu i sont regroupées ici :

1 — ^

PROUESSE S

MEURTRIÈRES

Une figurine avec cette règle spéciale (pas sa monture) relance

pour blesser d ' 1 quand elle effectue des attaques au

corps à corps.

les jets

BENEDICTIO N

DHEKART I

Un e figurine avec cette règle spéciale ajoute + 1 à toutes ses tentatives pour lancer un sort du domaine de la Magie Noire.

HAIN E

ÉTERNELLE

Une figurine avec cette règle spéciale suit la règle spéciale haine. De plus, sa haine s'applique à tous les rounds de corps à corps, pas seulement au premier

ARMURERI E D E NAGGAROT H Arbalètes à Répétition

Les

les versions de poing se montrant aussi mortelle à portée plus courte.

arbalètes à répétition tirent des volées de carreaux barbelées,

Ces armes s'utilisent en phase de Tir.

Arbalète à répétition

Portée

Force

Règles Spéciales

24

ps

Perforant, tirs multiples (2)

Arbalète de poing à répétition

Portée

Force

Règles Spéciales

12 ps

3

Tirs multiples (2), tir rapide

Paire d'arbalètes de poing à répétition

Portée

12ps

Force

Règles Spéciales A deux mains, tirs multiples (4), tir rapide

Cape en Peau de Dragon des Mers

Ces capes d'écaillés sont légères, souples et incroyablement résistantes.