Vous êtes sur la page 1sur 238
‘A, soucHE J. GRUNENWALD Inspecteur Aart 44 Enseignement primaire de (Universcd GRAMMAIRE FRANCAISE LEGONS ET EXERCICES Cycle d’observation Classe de cinquiéme des lycées et des colléges d'enselgnement général uvrage conférme aux Instructions offcielies de 1961 et au programme du 7 mai 1963. FERNAND NATHAN, —EDITEUR RUE MONSIEURLE-PRINCE, PARI-VP LIBRAIRIE FERNAND NATHAN *” GRAMMAIRE FRANCAISE A. Souché, J. Grunenveald Classe de 6° Classe de 4¢ Classe de 5¢ Classe de 3° (en préparation) Classes de 46 ot 3° (groupies) Grammaire complete (volume unique, toutes classes du 1°F eyele) * VERS ET PROSE ‘Texts hiss pon Fexpleaton teanaie Rouger, France ct Hubae Classe de 66 Rouger, Franco et Hubae Classe do 5° Rouger, France, Hubae et Leduc Classe de 4 Rouger, Hous et Ledue Classe de 3° Rougor et Roux : Le Moyen Age Classe de 3* Rougor et France : Nouvelle Anthologis postique Classes dis 1° eycle * TRAVAUX PRATIQUES DE GRAMMAIRE ET DE FRANGAIS A. Souché, J. Grunonwald Classe de 6° Classe de te Classe de 5° Classe de 3° \ | AVANT-PROPOS Cette nouvelle édition @ été rendue nécessaire par la mise en application du nou ‘veau programme du cycle d'observation (rr du 7 mai 1963, B, O. i 22, ty 30 mai 1963), Les auteurs ont eu pour souci de préseneer un cuvrare nan seulement corforme en toue point 3 ce noureau programme, mois aussi ¢ fo lettre et @ Fespit des Insteuc~ tions officielles de 1961, notamment : — en incorporant dors les diverses legons et dent les résumés les exemples, lmbrimés on couleur, preserits par les Instructions du 31 a00¢ 1961 Pour fe rest. ls auteurs sont rescés files 2 leur conception pédogogique si feve- rablement accucile :clarté, préison, odoptetion ou niveau actuel des bleve Un texte d'étude pris dons une gronde eurre d'un cuteur moderne ou contemporain 14 Te boint de départ de chaque lecon (observons, réfléchissons). Dans Ia tegon de grammaire proprement dite, les divers parogrophes pré- ssencene des tableaux précis et cleirs qui parlent aux yeux et d lesprit, et o0 obandent les exemples vivant. Un résumé, le plus souvent euivi d'un modale d'analyse ouguel les éléves powirone ¢ wut moment se reperter, met en reli de fasen succincte les notions essen ticles qu'il four retentr. « On remarquera que, d'intention délibérée, exemple précéde toujours a notion nommée, definie ou Desoin C'est en effet exemple qui frappe et det rappeler definition ou fo rigle » Ibestroppele que ces exemples,ovec les definitions et les réeles qui sont formulées, soivent tre retenus par car.» (Extroit des |, O. de 1961.) les exercices sont vorits, progressife et c'un emplot facile ‘Aa cours méme de Jo leon. le professeur pourra proposer orelamert lee exercices (9 Eclairert les notions estentilles et ainsi la lesan deviendra ection. ext pro, certes, des exercices méconiques, mait une place de choix est foite ‘aux exercices d'incelligence de la langue © nous pensens que la grammaire est une cons. ‘ante préparation & l'art d'écrire et & la rédaction personnel, ei que 'enseigne- ‘ment grammatical fait ceuvre de culture francaise. IN. 8. — Chacune der agone dace livre comprend une Ftd Les deux legons 29 et 20 seront ctudies on cours d'mnge 8 Fdpoque ou le protest le lugera cies ates restaront constarsmene 4 Ie disposition de éleven dan leur livre meme, Wen ext de rime concernant la legan 3 sur le vert clexandii sun ezercice de vocetulire, TABLEAU : LES FONCTIONS (apres les & smples empruntés ‘Chague fontion paue See ramp ar un groupe de mets aus! bien que pir un met Levent se léve a tong @'u ear rons but une calombe (ue | invert Suiet | I court des brats faeheux (sje appornt; dex bruits Hcheur : suet rei Le on, trreur des fords. } Laie de Paris. Teenie etic poisson deviendra grond. {see au, ou vous est equilon, tout me ramble xéphir. Lace aes Je lecrois meds (aneare ttetut de 1) Jie crois honndce homme (hoantee homme + ctrbvt | Atribut de Vebjet ceeieD) ) Crest dane quelqu'un des tiers. oe Ce vase plo deft, ca panier pin de fleur ) Ne soyoas pat indulgene @ neurmémer ot sévéres | Complement de Medjectif. owe euteul. 5 Complement du verte Palme te von decor, Objet airect. Tu dot te souveri de moe janes annéer. } On ne sure pena & tote Hee. La cigoane ft veto 8 diner parte renard Agent. Ge qvion donne aux méchont, coujours on te rset | Asien \\ DANS LA PROPOSITION | aux instructions officielles de 1961). Curcenstonce + Le chéne, un jour, dit au rosea ee NN marcha trente fours i marcha trente mite sare Maitre corbeou, sur um arbre perché, Tensit en som bec un lromage. | teu. Un rat sort de terre, Tu sens che de to sémarte, Cause Elle shit grands pon Mantere. Le payian prépare ta cere pour ine nemelite, But J vn de bonne seupe st non de beau langage. ‘On ne prend pas les movches avec du inal, Moyen. Autefois, a plpart des travaux se finlent d le moin. SURES epee | sepa ht hee Wiccan ‘Une jeune fermidre, Eprenave, eee ie (On a souvent betoin un plus petit que sole bac Leow rencontre wa dog ut pursne qe beau | Lacomplomert de mperati. us Ln complément du superlotf ——— es Se Premidre Partie LA PHRASE ET LES GROUPES DE MOTS DANS LA PHRASE Les propositions indépendantes et le verbe dans les propositions indépendantes, 1, LE VERBE DANS LA PROPOSITION JEUX DE VACANCES Laprés-midi, les compagnons se retrouvaient dans Ile. Elle n'étalt plus tout 4 fait la méme, embellie qu'elle écaic 4 présent d'un grand portique peint en vert, d'od pendaient une balangoire, un trapéze et det anneaux. L'ile retentis- salt au loin das éclats d'une gaité folle. Les gargons pirouettaient au trapeze, faisaient le bras de fer aux anneaux, se balangaient 2-deux, genou contre genou, jusqu'au moment oi les cordes de la balangoire mallissalent, presque horizon ‘tales. ‘Maurice Genevoix (Le Jardin dans Ile, Flammarion). Obsorvons et réMéchissons. 1. Relevons les verbes d'action; de quelle acions ¥agillf Cas verdes exprimtantile fe Fagan precise etvivante les mourements et Ves Jeux? 2 Relevons deux verbas d'étet, ‘qe temps etd quel mode sont les verbes? Ce sont des verbes Ala forme active: deux de cas verbes sont de forme pronorsnale. Lesqucla? ° A. Quiest-ce que le verbe? 2) Le verbe est le terme central de la proposition, En outre, il «date » Maction, événement, cest-a-dire qu'il indique si le fait est présent, passé ou futur. ! Alinsi, la noge est un nom qui marque ce qui existe sans indiquer le temps: il indique une idée. Tu noges: le mot noges est un verbe qui ‘marque une action et fa situe dans le temps (présent). ») Le verbe peut atre une forme verbale simple ou une forme verbale composée avec lauxiliaire avoir ou Vauxiliaire 8tre. Il peut ere aussi une locution verbale. 4, I @ megs, vous aves noxé (verbs a la Forme verbale compocée avec Vavxi- forme’ active lnire avoir. 2 is somt elles (verbo & ta forme active, Forme varbales compoates aves Vaux de sens inerarsii. linea tere, ls ont été fetta (arbe 8s frm possve). Ils se sone blesses (verbo 4 Is forme pron. rminae). 3, Faire grdce, [ire comber, falre from. Chaque locution verbale exprime whe prendre noisonce, prendre part, prendre seule Idée : bordonner, erverser ffronter, font, ovoir Pale, eit, porieiper quer, paral | 'B. Le verbe est le noyau, le support de la proposition. a) Le varbe remplit une fonction centrale dans la proposition. | ‘Crest de lui que dépendent les compléments marquant objet de action, ou agent de l'action, ou les circonstances de I'action: c'est Vaccribue au sujet, c'est Iut qui exprime tion fate ou subie par le sujet, ov ['état dans fequel est le sujet. On peur définir a proposition ensemble des mots qui se rattachene @ ce méme verbe. inne inert ais 5 aimee +b) Une phrase compte autant de propositions que de verbes & un mode personnel. 10 Vac Dhan I A 1. Les enfants jovent dane Ue Un varbe une preposition. 2. Ie pirouertent au wrapiae | ou eélancert Deux verbes, deux propositions, far la balangate 3 Ler enfants sembiolent de bons ami. Un verbe d°éeae, rellane Vateriout au 4. Jraora, | sovtns, | chants Trois verbes d'action, ols propos: ons ‘Attention! Parfois, dans une proposition, le verbe n'est pas répété (ou n’est pas exprimé. 4 Le bois Galt désert | ete silencicuse, Le verbe ere west pas répéeé dans le 2 proposition. Le verbe west par exprimé (Cet une ropesition nominate) 3. Un ciel mole: | un vent glace. Deux propultions nominates. = venei?| — Nom, pas aujourd'hui Les propustionsraccoucles vone fréquence ins I convertion ay C. Ltanalyse du verbe. Analyser un verbe, c'est préciser le groupe de conjugatson auquel ll appartiene, sa forme (éventuellement le sens), #3 personne, son nombre, son temps et son mode, ‘enlane eiment le jou Verbe siver, 4% groupe de conjugalion, forme actire (sont transit), 3° personas um 1. Les complies de clrconstance mar- Compldment de lew, un compléenent —quene fe temps. le lew, la marie, le fuse, la quameté, ete. 2. Les proportions canstruiter_avee es verdor dacuon peuvent comprendre |e vere, son sujet, 88 compléments bution, deux compléments dobjet objet ou agent son complément directs, asribution, sek compldment deeireons = se Neve (dae que Je slat para], 3. Le complement de circonstance peut ‘subordonnée conjenctive eieconstan- fre une proposition subordonnée con- Clelle de temps. yonesive. [El Recopier chaque mot ou groupe de mots en Italique et donner sa fonction & rautre bruit + sujet du verbe bourdonnalt 4, LYéeole, Lavtre brut bourdonnatc tout en hovt de fa cbt, prés de Péglce et du imetiore, dant fe moizon de Fécole (lean Ricnopin) ‘Un vet frais mévela, je sortis de mon re, ‘uve les yeu, je via ele du mati Elle resplendisslt ou Fond du ciel Itai (ewe Hugo) 3. Seirdes a’hiver. Tout ev ford de le moison silecieuse, ebscure, dons un pete ‘s0ion Bien chaud do rezadeschovssée vellaient momar et tote Clie. us eur lompe saspordve. 3 des places occoutumées, depuis tant @hiners paris. (Pierre Lott) 2 State [Je m'tai endo! lo nut pres defo eréve. |B tndiques te sujee et tas compfémencs de chaque verbs, sur ce moddle: 1. Verbe donne, sujet je: compl abet direct un coup de conf: compl. @ateritur ‘ton a0 ope comp. de erp chaque mate 1. Une rote dans ecu. Chague matin, je donne un coup de canif 8 cine, ivier Renard) 2. Coreete ot fe seau d'eau. Uhomme ful remit fe seau. Un instant apres, ‘eaiene 1 ls porce de la gargote WW. Hoo) 3. be matin i ‘Le matin, les vapeers, en Slanches mousselines, [ Montent en mame tempt, A travers les grands boi, ‘De tous lr ravine noes, de toutes les cones, ii (Be tous fr sormmats fa fois. (Wetor Hugs) (ak 36 (Modales voir Pererice 4 3). 4 Le vocke. Sous les saules ployants, la vazhe lente ot belle Patt dans Pherbe abondante au bord des tides eax. Le jeug n'a point encor courbé son cov rebelle Une rose vapour ampli se blonds naseaux. (leconte de Lise) ur le meddle sulvant, faites le tableau des termes Iyse fonetionnelle de’ 18. proposition). Fx. : La 1” phrase de Vexercice précédent, ‘Je (oujet) donne (verbe) — chaque matin (eomplément de temps) un coup de cant (complement d'abjet direct) — Waite (Complément d'atribution). 2) Le menchy (menchy: sorte de ehaive-tivire) Sous un range trie de fine movsselin, ‘Tour let imanchor au matin Tu vorais 4a vile an manchy de retin, Par es rampes de la callin Dans Vair lager floral 'odeur des earacing Sar les houlesiluminéss, ‘Aw large, los olsenus, en dimmenses ranges. Plongasiont ans es brou! ») Deux palmer: Sur ta cote d'un beau paps, Par dels lex fate pacfques, ‘eux huts pulmiers €panout Bercene leurs palmes magniiques, (Leconte de tite ©) be nuit Des rales aux coteaex, des gareey am versants chaque proposition (Leconte de tite) (econte de Usle) 1. Wherloge, Dans un angle, une grande horloge 4 gaine die gravement heure 8 tosh ext gens cee 1, Hego) 2. Le mut. Les callines, sous Tayion, ereussiont déit leurs silages dans Vor du ‘couchine. (Ke Some-Exupery) 3. Le servonte Féllité. Pendant plus d'un dem-sides, les Bourgeoises de Pont Lévkque envierent & Hime Aubain aa servante 16. fidubert) 4. Grand-pire of peti fs, Le views Jean-Michel descend de ls carrots; Je paysan petit garcon. (Romain Aaleed) 5. be tune, Une luaur surgie au fits lane dot tots, Ede thehes argent tame i torre Brune, (Courent Tainade, 6. Pour mon anniversaire. tot smis mont donné des Meurs, des fruits st der bbonbons. lls m'ant écrit des lettres, des tdlagrammer: ile mone envaye det pphotographion lly m’ont envoyé la premidre violette de Vannée. (Colette) {i oectnavens is compl. eater siratt tle compl. dacrcontance, Donnas {Le grand che (sujet) parts Dans le bois complément de Hew. (verb). as bord de rivere :H. tm jour: complément de temps. au rosea : compl. d'objet indirect. Un roltelet (sujet) esx (verde paur vous ‘wateribution, ere). sin pesane fread = atéribut du sujet. La yproposition indépendante. (0) Une phrase peut comprendre une seule proposition, cette Proposition est indépendante. L2 proposition indépendance ne ‘depend. par fa forme, d‘aueune autre, et n’en tient, par le forme, aucune ‘autre sous s2 dépendance. Ex. : les enfarts font un bonhomme de neige. b) Une phrase peut comprendre plusieurs propositions ind& endantes; cer propositions indépendantes sont coordonades par une onjonction (et, ou, ni, mais... ou juxteposées, c'est-A-dire placées ‘cbte & c&te sans mot de liaison, Notons que des termes peuvent étre ‘communs, — sujet, ou compléments, ou auxiliaire, ou attribut. . La nege tombe | et janes petinent. 2 Les skioure given, | tournent, | pendances juriepestes ‘iceladent les pentes. (le-ssiec exe commun aux trois verbes, et {Seiler | terns, | ected slinire dane in ® phrace). 3. Les enfants ont oménagé | et utd ine Tongve glsoire. ‘4 Ges enfants sont (ou parsisent) Rew Deux prop. Indep. coorconnter (eujet rw fe aeribue comment) ‘¢) On appelie proposition indépendante intercalée une courte proposition qui met en scéne la personne dont on rapporte les paroles : Mes amis, diteil, organisons le eu: — préparons une glissoire, ajouta- il. we ‘Attention? 11 existe des propositions sans verbe, qui sont pourtant de véritables propositions; on les appelle propasitions npminales. Leur cons ‘ruction eInepre de es principe * rendre 'iaée de Is Fagan ta plus frappante. Une out claire: on vent glace... écrit Leconte de Lisle. « Ces deux groupes de mots forment deux propesitions quoiquils ne contlnnent pas. de verbe ‘ qu’on ne pulse leur en précer un sans dommage pour le style. Lidée qui devrait étre exprimée par le verbe se présente de fagon plus frappante au moyen du nom et de Uadjectf qui fone lnage et. qui présencent Vobje Iie “meme. » (dandré Fontaine) SS —————— plies jee cor. “Sede eee) {a verbe, Te we, les complements, Peis Woteos (rb, Suet, axinbut atribet de melee Seauet <1! su mommatt Alphonse (one stle 2 Une phrase pevt_ conprende une Proposition independant). Soule. propericion Independance os Sr%mare salt anchssewe vt trex Pliers prope edependenten ‘alll ga vile (a ro, Wendt {01 ove un suet commun) Oui, Ata, jo vin, 3, Une preposition Independance qui ‘coupe une titre proposition ext dite Intereaiee. = Personne, ps on brat. 4. Farfoe fe verbo ou yn terme da la Proportion pewe” manquer Indiques les termes de chaque proposition. 1 Ex: Verbe tournaycen, sujet dea meustiques, complément de Beu dant Pair rade 41. fu bord du rusteau, Oans Vir eadicux, des moustiques tournoysient, des ‘mouches blees bourdonnalent. Des araigness eouraient dla surface de l'eau s¥ee ‘des bottas do sept loves (TE Pévechon) 2. Dans les jardin. Dans tes jardin, eatour du village, les amandiers davent on ‘ours et, le tong des chemin. Dertaient des chatons de sor jaune. O'on dimanche 4 Fautre, fa campagne changente de figure. Let prusiars talent maint fname tout blancs let plchert talent tout Fores {€ Pourlon) 2. Printemps. Le couchant est d'or rose jole empl Fae, (A. Samein) G keade de ia proposition indépendant By str ta modate suivant, tates 'anayse de chaque proposition ls (vie) remplissent (verbs) le eal (compliment abet direc) fe masque e Je (eum complements de x moyen ou 6e matters) {ter seats ramplivrt nil de mig ed it, isune ie ema et var " ae rons pr en Chr eae ot Le wilard les nourre a sel de Camere) 2, Une poute d'eau Ploe une on nd dane oe Soren. Ee cond se ays sun iring fy Sephari nage etre dee Ee eevee! eres 3. La petite oie déplumée. La petite ole déplumée endurait dans Ia baye:covt ‘© lun suppice par trop sirbare.Ses txt a poureient de es attaqutene -4u Beg Gull sample ste at miserable Ele eat le soutre-touleur de toute 1 faFouche “eeorges Duhamel Les propositions indépendances. lover deux phrases comprenant chacune deux propositions inde: ies, coordannees par ln conjonction et. Quels vost Wx termes de ces ‘uate’ propositions? #) Recopiez une proposition mominale. Puls recoplr une phase 0 le verbe lst pas repete dans les deux dernitres propositions. Quels sont ies termes fen tow propasivons nsepeneanter? vere proposition es de Ia 2 phrase 4 Ia 3° pers. du sng, des autres tempt ‘ce a paste compote ©) Quels sone les termes ce i ©) Eeriver ‘amples Promenade en votre. Un coup de fouee au cheval La voiture s'éoigaaie et fon se retrouvaic & Ventrée du petit cherwin creux Le soll senfoncait dans les ‘champs. Le sentierserpertait presque au rat de l'eau. Des stuler se. penchsient Sur [a rivieve, Bulgnes jusqua miccorpe. Une nuse ¢@ moucherons daneniont, Un anot passale sans brut, encrainé piv le couraet paisbla. La hmidre atte fine fet brumeuse, Yair frais. le feuve gris argent” On revenait au gice et lex ‘rilors chantaient. Dés le seul de /a maison, souriait fe cher visage’ de maan (lameih Ralced) 2) Recopier 4 part chacune des propositions indépendances de ia $f phrase. Le sujet esc commun? Ee fe complement debjer direct! Pourquot auteur reprendal le mot um moulip? b) Racopiex deux propesitions mominales. Pourquel Vauteur mis de verbee? ©) Quels sont les tarmes de Is dornidre proposition indspandants 4) Sur le modéle de cette derniére phrase, constvises une proposition avec Inversion du sujet (verbe tourner. ou tunorer, ou tourbilone!) i pas G consent tet on planches on aedeises, Jevaiy ot abalenig cor longs brat. Sur's tte, un cel de Toustsine, lourd e Peoyiageflamend. Le moulin. un mein vse ruses. A tor piect Ia maison. Ee sur Ia mniton tournalent aves lenteur ls grandes ties si Mantes; parm la eriscess et la dict c'un'ruge aotomne. wd (Var der Meeach) Jouble Erait les aujets. (Le texte est fait dune sere de propositions ndépendantes qui eaduisent les efforts infructuaux, eantinus, ranouveles des fourm). Le fourmitie tale vr une pnte Els borden mura a grains de fable, sour leure putt, roulont, so dérobent, s'an(uient. Let pati ‘scharnent. Ressmblest aitou™ des fargeaux, alloc ¥obatinent & le Nis ravisne péniblement une fuible partie de fa pente, et, tout 4 coup, elles fombent. i Alors. elies acent et elles retombent encore Elles changeat ditinéraire ‘ils nen retemaent que wlewe. Elles median, palbrent, sscharnont, revie inant Su mur. Eller glutene et dégringotent 'G. Duheme (Fables do mon jardin, Marcus le France.) 4) faites ta liste des verbes & Vimparfait, puis la liste des verbes aw passé Simple. ) Eerives cour let vorber du texte aus présent de narration. ©) Conjguee ie verbe se platndee au passe compose, puis au passe forme ‘du conditions 4) Pais le vorbe ae sentir heureux (mémes tomes). La douche de Venfont a'aléphont. Contant d'dlephant se tealnait péniblement 4 Varritre du eroupeau, gémssate, se plagnaie amévement. $2 mare enfin perdit patenee. le salsie par Toreille. le Fatine Srerpiquement efit gicler Meau tor li. Maietenant i = fontae presaue Noureun, (Oia jehasen I Vocabulaire. Le texte chdessus. (Ose john) 49) A quot voyenrnows que le petit éléphant ext épuisé de fatigue et de chaleur? ployer dans une phrase Vadverbe pant (eC hns ne astra pheaee Fajectl panible ir 98 phindre, ce pousser des ers parce qu'on soulire et quion a de fe malada ge mic et auis le blesse, et egsament le vent c*hiver. Employed ‘ce verbe dant deus phrases. {aillir). Ermployex dans une phrase le verbs ieler (per enernple, let rous fda 'auro), et dane une autre phease le verbe jal (un et desu, une lance darro: ge, ete) 1) Cette petite sctne wert pas Ara assant au foyer? racher d'une achne humaine += 3 RR et ah ee ‘ [2] Exereice de constructio END] Questions (sent ot grammai Une série de propositions incépendantes vives et rapides. Séparer propositions indépendantes par de légers traits verticaux; puis, & vot tour, construlser sur ce madéle une phrate alerte et pleine de mouvement uite Gn ldvre, course, sport, flm de sow-boys, te) 1. La fuite de Pécopin epouvante. PScapin éperdu renfult lve précipita av 4 lescalier. wraversa Is cour, pacts la ports, grit Feisarpement, franchit avin, nuts le torrent, teoun a broualle,escalada ly montagne et se refugla dane ie fords de Seanech (Mater Hoes) Paior Sargenteria,trivarea Is chambre ‘bs sans précaction et sars s'occuper du rat, gagn Ia porte. rentes dans Yoratoire, sant son bivon, enjamba Vappui du rerde-chacssee. mie V'argen~ tere cans son cae. jeta le panier, ranchit le jardin, saute par-dessus le rear et Senfule (Wictor Huge) le foyer atten le few avec un bacon. Un eat noit = Qualques povles picoraent. ‘Qui sravene ies gens assez maerables pour habjter dans cette cabane de branches ? a petite fille stat en halons. Des yeux noire, une peav bitrée, Elle porta de ‘snneavr de cure aux orelles, actos elle chantonralt A voix Base. Un Ane ait nonchalamment dine ix clainidre. Au-delt dela butte, gous uM arbter on fentrevoyaie vaguement une dnorme masse brune Cette mse minguigtn Je 4, #28 denier ca ele ve cour op tw dona El demon mobi face ut animal! Une cornaiie vine du bois ot 2a pora sur parla. Scapa, je me Souler, pour mi son eSte. Hats elle resta inpasible, ne elle Fern 1 coq par le cou, elle gorges sur le fev, en pouestnt des lapisements seurages. Henri Bosco (L'Enare et ls Rivéees Galllnarc) ». 1, Pourguol Vent stil stupefaie et inguiet? 2 Sens dex mots : je ne pus Uiderdfer, — elle res imposible: — ferouce Employer dam une phrase chaque s6)ecet ites ovec un verde eat (re, D) Relerez une proposition mamina, Composition frangaise. Imvaginer que la fillatce apergoive 'enane qui pale ii (il se nomme Pasalee ites ce qui ve pase sore a, , 7. PROPOSITIONS INDEPENDANTES ET PROPOSI- TIONS PRINCIPALES TEMPS ET MODES DANS CES PROPOSITIONS LES REVES D'UN ENFANT Christophe se falsalt chef d'orchestre; il 6ait le chef et il était 'orchestre: il dlivigeait et il chancaic; et ensuite if saluait les buissons, done le vent agicait les petites cites vertes, Hi Grait aussi magicien. ll marchait a grands par dans los champs, en regardant le clel et en agitant les bras. II commandalt aux nuages. Romain Rolland (Jean-Christophe, ‘Aube, Albin Michel.) Observons et réMehissone 1. Releves les propositions indépen verbo dere? quets sont les aceribute tu suet Lonqeolles sont construtes avec le 2. Le conte comprend aussi ane propos Lune prepotition suberdom 1 privelpale gut » sous 11 dépendance ‘quolet cone cen deux prepositions? 31 Tous les verbes sont @ 0 protongent et 16 sporfolt de Findicouf, temps des actions pastes gut ant en effet il sagt eh des rdves et des jeux hubitacls dun 5s er ‘A, La proposition indépendante et a proposition principale, 4) Une proposition qui ne dépend d'aucune autre et dont aucune autre ne dépend est dite indépendante..La proposition principale tne dépend d'aucune autre, mais d'elle dépendent une ou plusieurs autres propositions dices subordonnées. UI sufft« d'accrocher» une proposition indépendante une proposition dite subordonnée pour que cette indépendante devienne une propo- sition principale, 4, Lafilecce capna le marché avecsa mare. Prop. Indépendarke 2 [Quand neuf feures sonntrent), a Prop tu flatta gogne Ve marché aver sa mere donnée et prop. pri 3 La flies, (gut Heit litre fe jeu], Prop. principale wt prop. pu ngno le marché avec ss mare lonnde. 1b) Entre 1a proposition indépendante et la proposition prin- cipale, il n'y 4 pas de différence essentielte, puisqua ni rune ni autre ne dépendent d'une autre proposition. Elles se construisene de fagon identique et elles emploient les mémes temps et les mémes modes Elles peuvent re ceordonnées entre elles, puisqu'elles ont la méme valeur grammatical, 4. Ciara jus | ot flores accomparna Deux prop. Indépandanter coordonndcd mace au marché ze i, | et i fete, [qui etoit Ure prop. indépendante et une prop. Hore], secompagna sa mére su marche. prineipate conrdonrcen, 3 [Quand cle tie libre). a Alesse Deux prop. principales coordomndes, accompagnait sa mére. | et portit: Ie Lremplot de Vindi ‘dans les propositions indépendantes, Lindicatif est le mode des actions réelles, certaines, des faits Gnoneés et constatés. C'est pourquoi let verbes des propositions Indépendantes et des propositions principales sont souvent & indi- ati, Ainsi, les descriptions ec les narrations sont souvent faites dune série de courtes propositions indépendances qui détachent chaque détal du tableau et chacun des faite wuccesefe du récit. Ex. « Jiaborde au nid. je ravis les coufs, je les mets dans ma chemise et je redescends » (Choteaubriond). C. Les temps de Vindieatif. D. Les Liindicatif compte huit temps: un présent, deux futurs, cing Passés. ©) Le présent énonce los actions et les états qui se produisent en ce ‘moment, o¥ que l'on veut rendre présents : c'est ains! que Chateau- briand éerit au présent de narration ou présant historique eo souvenir eniance (phrase cidessus : ffaborde au nid, fe ravis, ete.).. 5) Le futur simpte exprime d'ordinaire une action qui se produira dans Favenir. Ainsi, enfant ferait part de ses projets et dirait : domain, Jaberderai au nid, je ravca) les ceufs, je les mertra.. Je redescendrai.. ©) Le futur antérieur eomploie peu dans fer propositions mdépem antes : ily marque achévement rapide et complet d'une action future : on quelques minutes, /taurai ravi les ceuts ing comps du passé de lindicatit. Les cing temps du passé sont l'imparfait, le passé simple, te passé composé, le passé antérieur, le plus-que-parfait. 4@) Lrimparfait cst le temps de lo description : i place cote a Ste les divers traits du tableau : les bourgeons se gonflaient et éclataient, I herbe poussait, les clieaux chantaient et voltigealent (tableau du printampe), et aussi le temps (Racine) 6. « Qui ssiigne, qu’ parte! » (ocine) eatit (deseripeion du folongées) et 1a partie au passé simple (eerie qui arre les actions successives dw personage) Un grandeduc sitant Je premier. i (marches) arephatiquement. Le havt de soe files tl (dessres) des tpacies domme, et lax eux petites cornes de plumes Bil Loser) 20 eer). (user) comme dex graminds au toute Sar W Sarrete). (on rengrger), ebve en arridre, st tovte la plome de son visage magnifique (ener) antour d'un bec fin et de seas ice €°er 04 (se beignets lun Sans hate, 1 (gagne) Is lucarne, (our) A dems se alles e'ange, (fre) entendee Une sorce'de rowcoulement tres dour, (1'epbuper) avr Vale ec (fondre) dane It filt, dont i (prendre) Ia couleur do neige at d'argent. (Colete) a oe | ail isees aimee fore ete ar | Mice ke plea Saas ire Pireesieec es teen Aiea Loerie eee Ge eee coe Me oes oR ei gh Sg cmt see ty Je narration (le [A] Exercice de construction : sur Raconter an un court pars ou dam plcheur en mer, ete) (Suse assé simple ou prevent de marr Vocab ai modéte du texte précédent (exercice 7). le dépare a'un axemobiets (ou d'un eyelite, actions ct de mouvements, verber signMestf, ion) Grammaire et orthographe, 2) Justifes W'accord du verbe de la 1! phrase et I'accord du asad. Remplacer le groupe de mots sviet par le groupe suvane | 46 facerme, et fase: les seconds nécessaice, ») Justifos W'accord des verbes de Ix dernidre phrase. 4 Remplaca lo groupe sujet des olides, etc. par une allde, etc. le nom cartés ‘pur planches, et le groupe Ies tres de chevx par la tite des chouxs — puis Aeriver de nouveau le phrase 4) Les ehoux; copie: les noms en ou qui s'écrivent 2u pluriel avec un x, suclques cms en ow qui séerivent avec uns. 2) Recopi principale de Is dernidre phrase et donace ses termes. Roconstrulser cette derniére phrase de lacan quelle comprenne deux prop. Indépendantes, ‘Un jordin bien vonu. Le clos arbres frutiers et de plantes potagdres salle Abrité du vent par ex chénes du pure. Des alleer droitet, bordoes de bul Ie jondistent les téter de chou (ol Neveu) 9) Ecriver aux autres temps simples de lindicatif puis au passé composé les verbes qui sone au passe simple (necrves que les sees) 2) AN wy Jota: conjuruer ce verbs au présent de Vindieatit «) Conjugues 4 toutes let personnes du futur : échappere-til A ta meuta? Le ceef échapperontil d fa meute? Plu: loin, ily svat une vallée dans lagualle serpentait une vivibre. sy jeta, mages quelque temps. ll avtiva ainth devant un pont, le traversa, remonta sur la berge. redescendit de Mautre t0:b, entra ‘de nowveau dans Feau et reyint sur tes pas. Aprée quoi ll tepartt sur ia carve ferme. (eu! Vistar) Texte ciedestue (Pel Vol). ©) Diaprés ce texte, quell sone es ruses qu'emploie le cer pour échapper ux chiens 5) Serponter + donner Io sons de ce verbe en y retrourant Fidée de serpent Employer-te dane une phrase ©) Quest qu'une vallée? un vallont is bery vivitre ‘itérence de sens sdpare les verbes remonter et redescendre, sparcir, der verbs monter, descendee, venir, partir? eve que Im cerre ferme! Auparavant, état ur Ia torre ferme? {) Sur le modéle du texte, construisex une phrase qui éaumére fa suite ‘das actions du lapin qui fuie devant le chasseur (cu de Ta sours qul fit devant te char). a Peche @ te dane. commengaiont derrer dans Feay trouble, et |e voyale, de-c) de covciller un roseau que tes potions peranes Bourculaiene av pastage, Les raisons 44a bourg, les forteresses des collines a vile au loin, cout dormait encore profen. } dément. Heure admirable! Jappitaie les bices aquatiques avec une pougnee 16 Boul, eras ma ligne, et tout en rEvant, commengaisé'ttendre lee Bonner aricer de In prota. Létang etait fore poisonneun; lr carpes ne se pressaiemt uéra, car e8 sont parsonnes indolentes: mais elles arrivaient fnalerene au andee-vous. Une lutte sauvage comments enfin Ia béte vera dane Jp to 4hcrochais alors, aver Beaucoup de précautions pour la conserver vivante Elle vagtae et gltalc entre mer doigts. | retrouvé cette senmation, plu tard, ‘quand il aest arrivé de vaste & plane main le eaxur d'un homme vivant. Georges Duhamel (Slographie de mee fantémer, P. Hartmann, é¢it) ERE) Questions (se 4. Diaprés la dernigre phrase, pouver-vous dite fe profession de Fecrivain? 2. Sens du verbe eciler = chierthex des spnonyenes: sens de Fadjecti: personnes indslences. 3. 4) Dans ce texte, pourque les verbes sontils & imparfott? Relever le qu tone A dausres temps. ') Quelle romarque faits-vous concernant le viet dv verbe dormoit? se grammaire) FEA Compoticion trans iclouse |'al passat Falter un rie vivane sue un sujet & votre eanonage, excursion, tee, ete.) Quette ow chobe (pe Deuxidme Partie ETUDE SOMMAIRE DES PROPOSITIONS SUBORDONNEES LA COORDINATION — LA PONCTUATION TABLEAU : Révision des acquisitions de Ia classe de ‘A, LA PROPOSITION {°° EXEMPLE | Le cle doux on boutelies poussatt se mousse époiete autour der ouchonss (Gusev Faster} Les fermen de cette proposition indé- | Ler éléments de cheque groupe de nom. pendants, = Grape sees et principal le nom cde, = Verbe : pousle (orme active, sens | sccompagne de arncle, dee le transi Feojectt qualia epihtee dour, = Sujet le eedre doux en boveiles (un | complement dv nom bowtie (comple sroupe ce nom) ‘want ierasuit par is preposition en). — Complement dobiet diect «an mousse | — Groube complement dobre direct: moe ‘pine (on groupe du nom) Prineipal le mom revive acompagne de Figjecnt poet un ee Tajeett qualieatdepihiee thalse Groepe complinmt de eu: Ie groupe ‘Belnsrodu parle lecation préponce ‘Siero (utor don = auto ee). = Complement de lek autour des bow choos 1D EXEMPLE Ruth songeott et Boor dormoit: herbe était moire. (Vctr Hoge) Cetze phrase comprend tele propestion® | Les mocs de ces propostions ‘independontes = —rongesit, dovmat aut: yrbes: = Les deum preméres son ceordnnees par | — Ruth, Boer (noms propres),herbe {aconjoncten de coorcination at, chcune | (00m commun) - sue compen in rere 6 vo 6h eT afanton de eerainations — estas comprand te rere ttre, | — To: are dil Bide, se raporte as on sujet at otrbue sujet Fade | nom her molre. " = eves sdece gualfeanf, scribe du B. LES VERBES ET LES TEMPS DE L'INDICATIF ‘Yerbes v2: exemple songar 1°" soupe: dormir 3° graube: Stee. Cohjuguen ces tras verber Liou ls temps de Tndiet forme seta). ¢. WARTICLE D EXEMPLE :Le repas de noce, ily avait du veau ¢ fo casserole et un joll cochon de lan rot custave Flower Le pas, ls caeeroe eta ete defini Un sachon dee 1g acl nda Daves De : tele parce BD, VADJECTIF QUALIFICATIF Le care dove: does, dplehive du om cide Cherte semble nile eres atribut du mom suet hore TLE SETS Ethel dove que duns joc a0 comporalf de supéririt, ottribet Gu som sujet cv (que devin“ complement a compart. = oor trite meilleur dea malces:aceett as muperetif relat, attribut és nom suet Booz (der mares: complemen seperia). ' 8. LA FORME DES PROPOSITIONS SUBORDONNEES Relatives — conjonctives — interrog: NOTRE RIVIERE Quand (étais cout enfant, mous habitions 8 Ja campagne. La maison qui nous abritait était isolée au miliey des champs. Au-deld coviait une riviere, Eile joualt un grand réle dans fa famille 4 cause du bien et du mal qu'elle fasait A nos cultures. Tans3¢ lle fertilcae la verre, tantae elle la pourrissait. En auromne. au moment des pluie, see enix montaient. On les entendalt ul grondaiene au loin, Heori Bosco (L'Enfant ot (a Rivitre, Gallimard) Observons at rénéchissons. 1 Quetles propositions independantes trouvens-novs dans ce texte? 2 La 11" phrate comprand deux propositions; quales sont cos deux propcstions? En cote de carte pheare nous trouvons la conjencton de sberdietion quand ce mot de \iaion Introduit une prepesition subordonnce eonfonctive, guclic wt ceice, propos: 3m? Elle va ratache au verbe habitns de la proposition principles elle dépend de ce *- (Quand habicons-nove a la campasne’y 2. La seconde phrase at fa 4° contiennent chacune dees propositions ‘rons dane evs phates les pronoms relatifs qu st que, cos mot de Nason ‘deux tubordenméet rladives ' qul nove brtat. qu'le fesuit, ear pronom la premigre suboréonnde su nom riton ela seconde aux norms Blenet ma qui sont Ios antecédents des pronoms rele, Dana chacune de ees deux phrases quelle ext lo prope. fiton suBordennde relative! la proposition principale? 4. Quel ett fe mat de Helton dans In derniére phrase! le proposition wubecdonnée ‘ratotve? la proposition peinipate? ra A. Les mots de liaison et la forine des propositions subordonnées. La proposition subordennée se rattache, « s'accroche » Ata proposi- ton principale dont elle dépend par un mot de liaison ou de subording- tion. Ce mot peut dere : 0) Un pronom relatif: qui, que, quoi, dont, od, lequel, auquel, fetc., qui rateache la subordonnée & son propre antécédent, Ex. : On entendat la riviére [qui grondait au loin.] Cette proposition subordonnée relative se rattache au nom rivre, antécédent du pronom relanif qui 'b) Une conjonction de subordination: que, si, comme, quand, lorsque, parce que, pour que, de sorte que, bien que, etc le pls souvent rattache fs subordonnée au verbe de la proposition principale. Ex. :Je vols (que les ecux monten). La riviére déborde (quand vient 'cutomne}. Ge sont i deux propositions subordonnées conjonctives, qui se rattachent, la 1% au verbe Je vols, de la proposition principale, a2° au verbe déborde, de la proposition principale. 6) Parfois un mot interrogatif: pronom imterrogeti qui, ques ‘quoi, lequels adjectif incerrogati quel, adverde incerrogatit st, quand, comment. Ex. : Je me demande [qui ext veru]. [pourquot 1! est venu}, [qualtes personnes Faccompagnent], [quand elles reportirone|. ‘Volli quatre propositions subordonnées interrogatives (29 lefon). @) Il arrive que la proposition subordonnée ne soit pas intro- duite par un mot de liaison, C'est fe cas de ta proposition subor- ynnée infinitive et de la proposition subordonnés participe. Ex. : fentends [le riviére bouillonner]. je vols [les eoux monter]. Ce sont deux propositions subordonnées infinitives qui se ratca- cheat la 17 au verbe j'entends de Ia proposition principale, ta 2° ay be je vois, de la proposition principale. {les grandes pluies terminges}, la rivigre peu 4 peu regsgna son lit (une proposition subordonnée participe). Ce sont les subordonnées relatives et les subordonnées conjonc- } tives qui sont les plus fréquentes. B. La subordoringe peut dépendre d'une autre subordonnée. @) Le renard s'approcha [ds qu'il dons son bec un framage. ‘La 11° subordennée conjonctive dépend du verde s'approcha, de Ia propo- sicion principale (quand s'approcha-t-il2). Lo 2° subordennée conjonc- tive dépend du verbe s‘opersut; Ia 1™ subordonnée joue par rapport Ala 2 le rdle d'une principale, ‘apersut] [que Je corbeau tenait ») Comment analyser une phrase complexe? 1 Soulignons tes verbes. Il y 2 autant de propositions que de verbes A un mode personnel 2 Soulignons d'un double crait les mots dination) qui introduisent la subordonnée. 3° Isolons ces subordonnées par des traits verticaux (ou entre crochets) et soullgnonsdas. Nalson (ou de subor- 4 Quand nous avons ainsi retranché les propositions subordonnées, il reste 1a proposition principale. 1. be corbeau Jura (qu'il pe sera plus jemalewrompe por fe etaur] [deme i vena ‘Ghee a aupel ‘du verbe jure relative (pronom 2 [Quand vine te mauvaise saison). lk Une prop. subordonnée conjonctive cine at chants tout (ee) rests (quand) qui dépe sans. provisions. . Fonetions des propositions subordonnées (lecons 9 4 12) 2) Lorsqu’on analyse une phrase, il faut non seulement pré- clser ta forme (ou cotégorie) des subordonnées : relatives, eonjont- tives, interrogatives, infnitives, participes, mals aussi leur fonction complément d'objet ou de circonstance, complément du nom, etc, Nous le verrons : ler subordonnter ont dans Ia phrase complexe las mémes fonctions que les mots dans la proposition simple: cependant, les subordonnées sujets eu attributs sont peu nombreuses. a b) Voici quelques exemples qui montrent que, 1 ns 1a propo- i sition simple et dans la phrase complexe, |a construction est identique et que les fonctions cor sspondent. Propositions simples | Phrases complexes toe i fasendenerrnee | Tasods fv etre] | Compl dobier dive BW coin soe eal? i vides fein wt ee de ircontance roa 5 Letove ecvaar cou | Velev (qu traci] uns. | Epienete du nom 4. Crest un arbre cine Bron. | ‘Crest un arbre [dont les rom | Com hes inure de fue es sont louse fat] 5 Lobsif ole le socéce | [Qurmteote]vtelasoctcé | Su | pies atte jets | an soo ee | rs Pai sr | ‘Aceribue di sujet ;— RESUME DE LA Lecon La mation [qu rage abricn] eae ates 1. Lee proporitions tuberdenndes felacives ie vatachore Vaneccede par Tun des pronons rela qul, que, ‘Quo, dont, 00, tequel Quand sis exons] now habitions 2. Lae propositions vuberdonnées bs compare ‘canjonetives sont introduter par let conjonetions que, quand, lorsque, ‘comme, sh, pour que, ée sorte que, quoique, ete. [quel ext cat homme) 3. Les autres surbordonnées (nterro- tcipes) sent be Tenterds /e rvtre bouillonner| ‘acives, infiniti [a journee fine} jo regsgnn fa raison phe rare, pees | cer, 5 By Les mots de tisison (ou de wu 4 ples chaque proposition subs Be: [que ye preerel © prop. Lee refentons d'un jeune chien. Ls cuisine of le lev que je préfere Mais je ne ule y sélourner parce que Ia cusiniore me chaste. Lt eat la grande table sur faquelle on découpe le vole. Dans un angle renfie le fourneau ou cusent les 100s. Lorsquen we confi let Pourase, il rite patlis des cs dont personne 1's voulu.écouce = fes qui chantonne doucement ‘|e respire les parfums qui s'exhalene des marmiver fe pense que aur Une fncore qui me servic Wy BI Recopier eh sjonctive, etc) position subordonnée st indiquer ea forme (relatives Ex. = [que les scufronces phystqu ‘conjonetive. 1. La Jounetse de Michelet. On sit que les sourances physiques sont bonnes 4 Vame On voir que jas dans Fest te plus propre & dévelapper la micnie. HMalgré tes adouctscaments gui sort venus plus tard, porte toujours ces temps en mot ichelet) 2 Seirdes d’niver. Qui est down, guil ext down eecouter der hitcires, Dos histoirer du tome pana Quand los branches e'arbres sont noires, ‘Quand a neige est epasse et charge le tl pace (red de Viens) 4, Matin d Poris, Le sol enter ressemble & un plancrer dvsind que parcouret les vibrations des machines. Les sirgner anroncest qu'une grile dencree v2 farmer dare cinq minutes. Mas illers le travails pried ‘ticle a na pe ersire quil' dur este le ne fam bonres ame] + prop. suberdonnée El Séparer is proposition soulignes d'un doubl feraie les mots ‘ubordonnées) ala fin de chaque phrase, indiquer Ix nature des propositions ot Ia ferme des sub) (Cleat une analyse simplice de lo phrove) x. :lanore (ola e suis). [qu Josue} fa ‘ois prep. subordonnées intern 1 noire) 2 Le vieur someur ‘On sent A quel poise il doit eraire Ala Tuite utile des jours. (Huge) 2. Waterloo, Et les hommes Fuyient ce champ visioneaire Doutant si c'est le monstre ou scent le tonnerre (0. Hao, 4. hax champs. {J coutera a ri ‘Qui yolent par les champs it déji Is nut tombe (leon Moréor) 5. Travail d’enfent. Quand avals bien trawlers gring-m@re ec surcour aman ime fttaiont des compliments dont jétais élicieurerent fe (Ch Peauy) 4 Un jovet je ne srvals pas quis monte le piststee & anor. ‘On se demande quel est co beau se analyse simplinée de ta phrase (voyex te modile en thee de sercice 3)e 1. Jou @enfont. On mertsit pete file dans fa brovecte: Pia les gargons Ie volturalen dar ls alles ot | fala dire'ou elle était Ex c'éeale une explonion ide Bonheur et de vires quand olle te tromput, (v. Huge) 2. bet our de Patochou. « Que fait, Putachou? » A plat ventre dans le jardin, applique ron oreie sur tel, « Tu eeoutes ites lediens arrivent?» (atteasion ¢ 1 les indins arriventste!) (Tuscan Dertme) 4 En vacances. 4 ln maison, les pidces it le soleil avait pas pénccre depuit det mols exhalsant une odeur de mevsi done je rales, parce quelle ernie she ¢mas ‘ation des vacances ot de fa campagne. Je la cherchals A mesure gue ale fons te isipac. Je Ia aras partout (Attention let piéeos ei, une odeue dome (sien Green) ine principale et subordennées dependant prop. subord. conjonctive, se satiache au ‘yerbe appelle, dela préctdence subordonnee 1. Péturoges ot bergers, 8 roupenux sinstllent dans tex chales u'on appelle burons parce qu'on y fut le beurre (Georee Sond) 2. Une caravane dent le Sahara. «Il ne nous resis plus que deux jours dea and nous cranes une caravane qut allie vers Fst et qui asic pris em pos Dees dernierar forces, ane sutvae i sencat que, quand il ne powrrsit plas, ce serai afin. 7” (err tena, 3. Un bois de pins. On n'entend pax dautre brait que te chuchotement des limos atte gréslement des petites Tarellesjaundtres qui tombent en pluie det ‘qvion touche une Branche, (Taine) [5 Grammaire et conivgsison.” 4) Recoplex chacure dex trois prop. suberd. conjonctives du cexte cndessous (le mot de lntzon nee pas reper). >) Recopier une proposition nominal ) Quel est le jes et quel sont les compiemens du verve bondit? 4) Conjuguex & Vimpartat le verde aiager (verbe en ger) ) Il bondit, s'enroula, se déroula; ils bondirent, s'enroulérent, se déroue arent. Ecriver ces verbes aux autron temps simples de Finditt ee su, passé compose ‘Boe et calmam, Le boa sageait sans hate, ws prudent, lorsque seudsin tout ‘grand corps cathe bondit hort de Peau, iments. des soubrensuts dune violence re ») Il est si vrai que la subordonnée relative 2 la valeur d'un adjectif Gpithéte ou d'un nom complément, qu'il lvi arrive d'étre coor donnée & un adjectif cu 8 un nom camplément (la coordination ne s¢ {aie qu'entre groupes de méme fonction). En volei des exemples : 4. Cest un homme franc, d'une grande Du nom homme dépendent un adiccif un drojure [et qul fot preure de corectre|. groupe complement, une, suberdonnée, fle, tie, ee ee eee 2 Un aouriceau tout jeune [et qul w'avalt La wubordonnde relauve ore coordonnde 4 ‘en val fot presges pris au dépoureu Vadhectif jose wt, comme lu, elle depend irom sourieeau, «¢) Parfois la subordonnée relative est sujet de la proposition princi ple : [qui vivra] verra, RESUME DE LA LEGON Cater Rousolle 4 esis maison gut wone nf poutrer ni chevtons) ‘prop. subord. relative, comp Yan- Meeddene maizons, Lorage (quis temminot] illeminaie 2 Il arrive ave la subordennde relive encore a Sel ‘coupe In principale en erongons habive une maison (qui me plait] = 3. Souvent ls suberdonnde rela [hbite une maison sxréebe (ou @ mov valeur dun asactl ov evn nom comple: a. mene. 1 Je romets de bois sec] = \ ‘compl. de Vantéeédent thsons. i 1. Feu de bois, Sécarte Les braises oc je rassemble les gras csont par-dersus lesquels je remets du bois sec. (M, Relliner) 2, Joan Valjean et Vonfent. On n'entendait que les petits cris fables une muse } oiseaux de passage qui traversaiant le ciel 4 uno hauteur Immense, Leenfane | ‘ourmait le Gos au sole! qul lui Metzale dos fils or dans le cheveum et qu ep ‘pourprait d'une Iueur sanglante 2 face sauvage de jean Valjean, ‘(iccer Hoge.) ments roneres gi 'on nethen- 1 peiee écairées par Ta fable foyer familial. Je parchurus tes he noe a x lumigre qui péngtrait entre tes votes forms J¢ visita celle ob ma mere avait bperds ts vie. + (Chaceaubriend) 4. Le combat de Roland 6 #Otivier, ” Mas eofin Olivier sagt a0 corpe Roland ‘Qui, de son propre sang. en combattant sabreave Exjegte d'un revers Durandal dars fe Neuve (Hoga) (Attention: qut west pas repéte danse 3 vers.) By Recopiex d'abord a ow les subordonndes relatives et denmes leur fonction; ipale, qui souvent ext coupes em tromgens, & tl, Prop. aubord. relative, compl. de Vancécédant Boor. La respi jar be mit au bruit sourd des rutieaus sur fa meuste ~ prope rincipale. 1 tonto Gone: Aa tapwan s6 Scab ath dorm Se rile a0 he sud dns rneaax wr bs mou, ene teas 2 Cx gn wnt du hut dele cohtdrte de Sreocurg. bes pcorons feos © Wien tars oe reopeso da ote Poe 3 2. Dene une eubrge Horne era dans cue aque pled sur ls rash Eno) gu tat austen, tre Suge E (ie) 4. Sur fe coltine. Av isin, les pins sereés dont Ia colling est couverte] Fagitaient et bratsaient dans ome, 1% Daudet) 5, be jeune melodaily svat & porcbe desa tin, sur un gudridon garni Garbustes fo planter en feurs, des oiseaux en cage quale elovat st qui chantsient {Biement av mien de ce jardinet hive - (Eg Fementin) copies tes subordonnées relatives ot ites leur fonution (cette foie, le Pronom relatt nent pon signal) 4. ke maison de pote. ‘Sonnets 0 at tienen Sm, 9 > Gree scHUREEE Yombre fle cl ed? 0. Huge) 2 be vent du oe (PP. Har fe vent du sirs dont te route cares, ‘Nowe apport "edeur des faursgui ous co) 2. Meu murs, Jane Fs murs pens de fenees. 9 verent. fea fsesona «Ins mouchee ‘orphans “Gul sclen ne er havo. ay Enfants! Aimer I champs, le vallons, tes fontaine, Les chemiit ue te soir emplit de vor loinaines, Fonds ete lion, tanelerais sarc (Ob ee ws) G Les subordonnter relatives, 1) Raloves Uh proposition wbordsanin des 1 phret ot deomes worm Scares hes rea opeston mincpa 1) Patera meme waa pour ta 2 pheae, pe feed taal pour Pavaindsralien pees (rls tendonitis) 4) Recoharalser cette avaricdaralice phraan do. fugon A supprinar lot Stvorénntcs rower teh ler renphcr par de sleate ou Set parscies S0'See noms Complements (vous be ees, Ui peed Celine otca mei because: bor firs a oredr ae enc eearer care ote oo owe fren thw pre od Tood af es eemeura, de branches st dr bringin a acouvret, sige 1s Gomis. Rares ae eaicgras gut reageies orale a’ eupairae goo dts bre apnoea uf pase Sat ver dele! Blt Lape) phrase ot conju gai 12) Recopies let subordennées relatives ot dts leur fonction, (Attention: qu nese pas rapete) 1b) Enumérer les groupes sujets du veibe s'égaillent (numéroter-les), 2) Quels sont fos groupes compl. circonstancials du mime verbe? 1) Nos tondires s'ouvrent; serivel co varbe aux autres temps simpler de Pin nua passe compose et 24 pls-que-parfat. cpour goaner ler {ror ou mony bérnl et Wlongueur de Journde>des ky Se pounsis de soures les tall et de toutes les espéctS| qui afairent, safle. lent, sattardene ou se daperseat (Maresl jounanasda) + i ~ |G) Comment ext construite une phrase? 1) Quelles sont let deux subordonnées relacives? jour fonction b) Recopiex ta preposition principale, ©) Supprimex les pronoms relatifs t reconsttuer Ia phrase de fagon qu‘lle Cbmprenne seulement une proposition indépendante (langle gue ferment = angle fame). d) Reconstruitez Ia phrate de Lamartine avec ses deux subordonnées : une Me folw en mattat on tate de phrace fe sujet une femme, une fois, en mettant fn tate do phrate le complément dans langle, ‘Ma mre. Sur on canapé de paille tresse ett assis, dant angle que forment In cheminde ef fe mur de [aledve, une ferme qu parat encore trés jeune, (amartiae) ‘ecopice chacone deo propositions wuberdonntes ralative quis ri 3 i inculte et désorte et donner s fonction. b) Recopiez ta subordonnée relative qui se ractache A Vancdeddent plus de trols cone mille hommes. «) Recopies Ia proposition prine 4) Recoplez chaque met ou ehague groupe qui remplit la fonction aYattribue oe 1) Quels sont les complémentt du verbs fat rempli (forme passive)? tle de Seint-Pétersbourg. Cette tle inculee et déserte. gui dual qu'un amas de boue pendant le court 6¢t de ces climats, ou 'on ne powvait aborder qua travers der order sane route ee det maraitprofonde, ex qul navat 4¢6 [anqu slers ‘que le repaire des loups et des ours, fue remplie, on 1703, de plus de trois cent ‘ile hommes que fe tsar avait rassemblés dans ses cas (Weltare) EF Analyse ee conseruction. D) Exercice de construction. Relisez ta phrase de ex Recopiez chaque proposition subordennée relative e: donner sa fonction. ») Recopiax Is proposition principale a indiquer ses termes. ¢) Remarquez que chaque suberdonnée relative se rattache & Fun des compliments d obec directs du verbe principal et gu'sinei la proposition prin- {pale ese coupde en quatre trongons. Consarvex Ia mame proposition prime pale, et remplacez chaque subordonnée relative par une autre relative, y carralage tur equ % FPhortoge aul nue et four acasse (omain Rollond) ice 8, puls falees deux ‘phrases sur ce moddle, en prenant pour prop. principales : I= Lex rayons du Solel! couchant Incendient.w (série de complements objet avec des subord. ‘elstives):2° Souvenirs de vacances :je revels a plage desable doré ot les tentes, ete ete Grammaire ot conjugaison (Révis 12) A quels temps sont ies verdes? 1) Gerives les verbes de In dernidee phrase aux quatre temps simples de indicat ot au passe compose, 4 3" personne du pluril (sujet le). sont Jes crts me cervférent, Un gringalet menagant vapprachs de moi say mon béret et prit Ia fut Toeerges Duhamel.) Vocabulaire. Texte cl-dessus: Premier jour de clewe, 18) Fourmiller, c'est Sere nombreux comme des fourmis ql grouillene a sagicent. I peut signer aust etre rampll de... Employes ca verbe dans une phrase. b) Torrifler, cext trapper de terveur (est-bedire d'une grande peur); on dit sus! torrorizer. Ques sont les verbea gui sgnifient:Fapper d'épouvente, @efole- ment, deffo ou defray? 1) Un gringalet est un home (jl un enlant) fable ec chétif (om die aus un fragt, rain). quel voyenenos que ce gringalet mange de courage! Le matin 4 Paris que lee travllsort tu hitene, dee gent continuent dormir par paquets 4p plusiours millers. Le choc des pouballes qu'on ramasse. fe tintamarre dune Tnitier donphe seule 4 leur sortpell und indiatioN dhearel@ue Fim Hout et a8 (rages allumée ealovent gh et Bee pres ‘Der martélemerts ac des ronrennements ‘iannent de parveut Le sol enter restemble sun plancher susine que parcourent le sibrations det machines, Des sirénes, doot Leson reste farouche méme pour homme en bourgeron qui ented chaque matin, annoncent qu une grileg"enerée ‘valermer dans cing travails daa pris son ryenme d longtemps ot ilo dicts du ne pas croire quis dure route a mult. (dues Remoine) ) 1. Quels brits a chose Pauteur pour peindre le révell ot Factvite dés te matin? 2, Sens des mots fourmillement et eepidtion; le son reste fareuche. 1A 0) Recopiex choqu preposition sabordarnde de la 2° phrase et donner sa forme ia fonciom domnes les cermes de tx proposition principale 1) Fonezion des mots ov groupes de mots = fourmilement, ttpidetien, e'une paleur giocee, us ERA. Composition frangaise. De votre tit, un jour de comgé, vou écoucer tes byults du matin et vous voyee 90 yous imagines la ravall de la ve et quaatite de scenes failéres, 10. FONCTION DES SUBORDONNEES CONJONCTIVES Compléments d’objet, compléments de temps. SOIR DE PROMENADE Je mv'amusais d'abord des grandes ombres que nous faisions; puis tout se fondle dans le gris crépusculaire, ot je me lassal gagner par V'inquiétude de ma mére. Mon pére et Anna, tout & ia beauté de l'heure, finaient, peu soucieux du recard. Je me souviens quis récitalent dos vers; ma mére trouvait que « ce n'étalt pas Te moment » et s'écriait : «Paul, yous récicorez cela quand nous serons rentrés. > André Gide (Si le grain ne mourt, Gallimard), 5 fis] “ile mot que xl prenem suberdination? Donne: Istarme st lafonction 2. Jame souvent [qu’ilsrécittent des vers): ma mere trowvart [que ce act per le moment] mamas questions qu'as 1 je me sourcens qua je trouvas que, je ds que, |= pense que, je veux qua, ic) 3, Vous rdcuares cela [quend nour soronsrenerée] Connex Ia forme et la fonction de ‘cette proposition subor donnée (rapprocher vous réctarer tala ¢ notre retour), een neeeeeesenemeeenenenencsiencomnineniiill A. Les subordonnées conjonctives compléments d'objet. ) La subordonnée conjonctive introduite par la conjonction ‘que est d'ordinaire complément d’objet du verbe principal. Ex. : Jespére | qu’ reviendra prachainement (rapprochez « j'espére 40m prochain retour : ta phrase complexe, nous le savons, se constrult comime la proposition simpla). 1b) Elle ext a indicaif aprés les verbes je dis (que), je pense, je sais, je crois, fe Juge, etc... et au subjonetif aprés les verbes je veux (que), Fordonne, je erains, je souhsite, je doute, ete. elon, soubai. Powe, ‘Nous doutont TAGRRIGAL Ls scbordonnde conjonctve introdutte par Ia conjonction que peut Gre aus sujet, ouribut ou apportion 1. Qeil_vienne | ee surprendrait Se venue me wirprendrait Sujet 2 West indispensable | quit porte vite Son départ ext néceasare. Sujet reel (verde. ‘convient, met nécessire, 1 Ampersannel)| 5, Westen et | que vos fasitz wire Lesental arf revall ben Alibat du alee che — Le ialhaur ast) que jersnre fale — Som malhour ea fe 1 eaiance ee ane 3 xn ws queen 'e port Un Bruit cour Tear etpare En opposition pos B. Les autres subordonnées compléments d’abjet. @) Les subordonnées interrogatives — que l'on appelle parfols subordonnkes interrogation indirecte — sont aussi compléments dbjet a i du verbe principal (voir la 29 legen). Elles sont introduites par un ‘mot incerregati i Wterregetion direcce Taterroration Indirecte (prop. Independance) Goubordonnées interrogatives) i Tee Dis-mol | qul ext yen | et pourquel i ext ‘ors (deux suberd. interrogatives) compl. objet de verbs ai. ui? Pourguel eect venu? T Qualles personnes vous ent part! | ¥ Quand vienératelle? b) Les subordonnées infinitives sont également compléments dobjet. ‘Aucun mot de liaison ne les introdulc; elles se rencontrent aprés les verbes principaux voir, regarder, entendre, écouter, sentir, marquant tune perception des sens. i Jeol | mais rolner [voi | ave leveige line. i 2 fowtonas| Tbe afer. | Pevieods [queleticerm Seve Fd nest vag el ee : Tie ae mr weve | fa | gona baer era te Siders Relate i © Les subordonnées circonstancielles de temps. a) Elles marquent une circonstance de temps. Ex. : Yous me préviendres | quand il errivero: subordonnée conjone- ‘ive, compl. circonst. de temps 4e préviendrez (rapprocher : & son ‘arrivée, vous me préviendrez). b) Le fait exprimé dans ls proposition principale peut tre conter~ porain (en méme temps), postérieur (aprés) ou antérieur (avant) au fait exprimé dans la subordonnée. ‘Contempor: wend, lorsque, comme, pendant que, alors que, ‘depuis que, tondis que (conjonctions et. locutions ‘onjonctives qul introdulsent les subordonnées). | Antérteur (dans Ia principole) avant que, jusqu’a ce que, en attendant que. Postérieur (dant (a subordennés) _oprés que, dds que, ausstét que, depuls que, quand, lorsque. Exemples ‘Nous renerone | 1, Action comtemport Je fina dam le teousr | pendont que me (int) femur camille fries des bis FNoos reparcom | event que fe wl oe wale 2 Action antérieure dans la principale couche (oubjncet) ows rescons dans le bols | jusu'd ce que lene fe Weenie Lene SSt as Sa Geen Soe princi ‘AG@snEIBA! Fréquemment, Ia proposition subordonnée participa marque aussi le tempat le dscusen terminée | on se les (subordonnée participe, compl. crcont. de tempe dete leve); 10 tanpéte menagant, | les Earquey ogagrene le port (eubordonnée participe, compl. crcons. de tops de seguro), -— RésUME DE LA LEGON 0 revieno prechatiee 1. La subordonnée conjonctive Intra: iment) (= Vespbre sen procholn date par la conjoncton que est ¢'or ‘epur). ‘dnare complement’ d'ebjer du fe vei {ven sor sincere. verbe principal Je pense [qu russ). 26 le verbes : Je dis que, je crois que, etc. an subjonetif apres let verdes Je ‘doute gue, je souhalte que, ete 3 Les subordcendes_Incerrogacives rdoneaer infinitives rem st bs fonction de complé- Jo veux (qu rds} ignore (qu! est ver Jeol [Io nelge votiger} Nous partons [aprés que Ie soleil 4 Let propetition: sutordennées fest couche] (présent de-Mindieatif). conjonctives compliment ée tempt sont fneroduces par quand, lorsque, 4s Nous partons [avant que Ie soleil oe Eller tont au subjonctif lorsa soit couche] (present du subjoneti}. sont jusqu’s ce que, 4 Bi Groupe complement {du verde, Soulignez dans falees suivre La proposition sir subordannee conjonctive compl, A BY Soutignes dans ta prop. simple te greupe ppule completer le verbe principal par une subord. d'objet ow une subord. Jbjet du varbe, ov subordonnée complément dobjet s proposition simple le complement debjet; puls ‘d'une phrase complexe comprenant ne ‘objet. Ex. Je crs @ sa gudriton: Je eras qui guérice: prep. subord. conjenctive, compl dabjet de je cri. 1. Je crois 4 me gusrison, — 2 1) mannonee tan arvivée prochaine, — 3. Vous tririter tea flctations, — 4. Gn annonce ton abeance. — 5. Je veux une Soeaance tans murmure. — 6, Nous soufaitons votre rapide rdusive. — 7. Mon fat ame fer carettes — 8 Vavateur expire russ. — 9. Tous movs désirons sotre boekour comp objet ou complément de temps; temps. x, + Ala tombe du jour, le peu vilage ¥ondort: quand tombe leur | fe peti village Fendort : prop. tubordonnee conjonctive comploment de temps de Vendort, 4. A ls vomble dy jour, te petit village Pendert. — 2 Dés Vaube, il sEveille et anime. — J. Au coup de sifler du matte, les éleves cestene leurs jens. — 4. Ce este atteate votre bon coeur. — 5. Le docteur mordonne un repes complet. — GOA ie bn de hover, serivene lee pramérer Rirandelley — 7 Newt vennae ieque, — Pendant las vacances, fates fe prochaine ent de temps 48 ¢ fe ¥ 1. Pendant que nous faisos be soleil lat le printemps. (sully Presborme, 2. Joni devine que son pare Uabservait pendant te repat Bile savnt quelle Is eta der sve (Peet! Buck) 14 Dougls appels un domesrique ete pris aller trap ft de Favertic que te diner alla Stre sors Cing Gdescencie lara que personne ne répondait dans ln chambre (Eimond leur) is dente ant leur pain Canale que ler woe 1. Powre Cotettal Eile pensait avec angosise qu'il fad at plus vie eure pour retourner’et que fa Thenw'dier We karat , Heted, 2 Le revel de Christophe. Le supréme borheur ext{lersque mam wen le prend Ia main de Christophe amtoup),\et que, penchés sur tut, alle chante: 9 ' Teskvals une velle chanson (Rameih Kalan) lorsque.-. que... et que ek fh Resse) corceau walle passe jeter 4 guuche ov & droite i (luis Romsing) 5. Ls continuale ersinte de ms grend-mére stat gud nous m'eussions pas snes ag Emaoge (nar Gide) 4 EF Subordonnser relatives ot subordonnéer conjonctiver. Recoplez chaque Torme et sa fonction (attention : que, ranam relat. que conionction). 4 Ex. £ quien roméae: prop. subordonnee relative, compl. de Vanséeedent roupeot 1. Li petite chives écoute les clochettes d'un troupeau qu'on raméne, TA Desdet) 2. Notre femme de ménoge. jo pete que Gracitte tenatt x4 romarquable pro: rete de cer mille lavoirs que le promengur sucprend entre lex Tougéres. au led des cascades. (teonels arwmes) 3. Le perdreaw rouge. Une fos pourtant, je