Vous êtes sur la page 1sur 12

République Algérienne

Démocratique

Centre universitaire d’EL


TARF
Département de science
vétérinaire
Module : Anatomie
Pathologique

THEME

Lésions des
Articulations et
des os


Plant du travaille
INTRODUCTION
1-Les lésions des
articulations
1- L’Arthrose

2- l’Arthrite

3- les Lésions tumorales articulaires

4-Ostéochondroses

5-Affections traumatiques

6- Dysplasies articulaires

2-Les lésions des os


1-Les dystrophies osseuses

2-dyspigmentations
3-Lésion inflammatoires

4- Tumeurs des os

5- L'ostéolyse

6-Condensation

CONCLUSION
Les lésions des articulations :

1- L’Arthrose :

1-1- Définition L'arthrose est une dégradation des articulations. C'est une maladie
caractérisée par un processus dégénératif complexe touchant le cartilage articulaire

Avec le temps on assiste ensuite la formation de tissu osseux anormal en périphérie de


l'articulation : ce sont les « ostéophytes », l’articulation se déforme.
L'arthrose se traduit par de la douleur et à long terme par de la difficulté à se déplacer. Les
articulations perdent leur souplesse et les mouvements sont difficiles. L'arthrose est
l'évolution systématique d'une articulation qui souffre ou qui vieillit.

Très fréquente chez le chien et le chat quel que soit son âge.

1-2- Les différents types d'arthrose

1-2-1- L'arthrose primitive : est l'arthrose qui touche le chien âgé. Elle est dûe à
l'usure des articulations. Plus l'animal vieillit, moins le cartilage se répare facilement.
Dans certains cas graves, le cartilage disparaît peu à peu. Dans cette arthrose due au
vieillissement, plusieurs articulations sont généralement atteintes en même temps..
1-2-2-L'arthrose secondaire : se développe sur une articulation qui fonctionne
mal. C'est le cas lorsqu'une articulation est mal formée donc instable, par exemple dans la
dysplasie de la hanche des chiens .De même lorsqu'une articulation a été le siège d'une
fracture ou d’un traumatisme, le risque d'apparition d'arthrose à ce niveau est plus élevé.

1-3- Lésions

Le cartilage qui recouvre les surfaces des os au niveau des articulations se détruit
progressivement. Le rôle d'amortisseur des chocs de ce cartilage va disparaître. C'est pour
cette raison que les mouvements deviennent douloureux. Comme l'animal souffre lorsqu'il
mobilise son articulation malade, il va éviter de faire des mouvements qui mettent en jeu cette
articulation. Les muscles vont alors s'atrophier: on parle souvent de "fonte" musculaire.
L'articulation peut aussi se déformer du fait d'un dépôt d'os anormal et d'un épaississement de
la capsule articulaire
-1-

Schéma reprisent l’artrose

1 Proliférations osseuses péri articulaires


2 Sclérose de l'os sous chondral
3 Gonflement des tissus mous
4 Diminution de l'interligne articulaire (érosion du
cartilage articulaire)
5 Érosions ou cavités (kystes, géodes) dans l’os sous-
chondral

2. l’Arthrite :
Les arthrites sont caractérisées par des lésions articulaires de type agressif. Par
contraste avec les lésions d’arthrose, la destruction osseuse, le gonflement des tissus
mous, et une réaction osseuse irrégulière dominent le tableau. Une diminution de
l’espace articulaire, signant une érosion du cartilage peut être visible.

Chez les carnivores domestiques,. Lors de polyarthrite non-érosive, aucune lésion


radiographique osseuse n’est présente. Seul un gonflement des tissus mous peut être
visible. Lors de polyarthrite érosive, les lésions osseuses agressives décrites ci-dessus
sont présentes.

-2-

Chez les équidés, les arthrites septiques peuvent être traumatiques (plaies ouvertes,
corps étrangers ...) ou d'origine hématogène.
Ces dernières se rencontrent chez les jeunes animaux, où un foyer infectieux primitif
peut être trouvé sur l'ombilic ou dans les poumons.

Chez le chien, les arthrites septiques sont essentiellement traumatiques.


Il existe dans cette espèce, une arthrite septique de la hanche d’origine hématogène,
dont le foyer primitif d’infection peut être urinaire, cardiaque, pulmonaire ou dentaire.
Ces lésions d’arthrite septique se développent souvent sur une hanche souvent déjà
arthrosique, ce qui rend le diagnostic plus difficile

3- les Lésions tumorales articulaires :

3-1-Les synoviosarcomes : sont des tumeurs malignes d'origine mésenchymateuse,


apparaissant à proximité et à l'intérieur des articulations des membres. Il s'agit d'une tumeur
très agressive et infiltrante. La plupart du temps, la lésion débute en dehors de l'articulation
elle-même, mais peut par la suite envahir l'espace articulaire, les bourses tendineuses et l'os
adjacent. Chez le chien, l'articulation la plus fréquemment atteinte est l'articulation du grasset

4-Ostéochondroses :

L'ostéochondrose est une affection caractérisée par un défaut de croissance


enchondrale. Cette affection ne touche que les jeunes animaux, en croissance. Elle se
rencontre principalement chez le chien, le cheval, et le porc. On distingue les
ostéochondroses articulaires intéressant le cartilage articulaire et l’os sous chondral, et
les ostéochondroses intéressant le cartilage de croissance

L'ostéochondrose est donc une anomalie locale de l'ossification enchondrale, elle est
caractérisée par la rétention de cartilage épiphysaire et métaphysaire

Le défaut d'ossification enchondrale consiste en une mauvaise transformation du


cartilage en os. Cette rétention de cartilage entraîne un épaississement local, le liquide
synovial ne parvient alors pas à pénétrer dans les couches les plus profondes pour
nourrir les chondrocytes.
Une dégénérescence et une nécrose locale du cartilage sont à l'origine de fissures et de
la formation de fragments cartilagineux ou ostéochondraux libres. Dès lors,
l'ostéochondrose, silencieux et asymptomatique, devient ostéochondrite
(inflammatoire).

Chez le chien, les ostéochondroses sont plus fréquents sur le membre thoracique que
sur le membre pelvien. Les articulations les plus touchées sont :

 L’épaule (partie caudale de la tête humérale)


 Le coude (partie médiale du condyle huméral, fragmentation du
processus coronoïde médial, non union du processus anconé)

-3-

 Le grasset (condyle fémoral latéral ou médial)


 Le tarse (lèvre médiale ou latérale de la trochlée du talus)

Chez le cheval, les ostéochondroses sont plus fréquents sur le membre pelvien que sur
le membre thoracique. Les articulations les plus touchées sont :

 Le tarse : tenon intermédiaire du tibia,


 Le grasset : condyle fémoral médial
 Le boulet :
 L’épaule : partie caudale de la tête humérale

5- Dysplasies articulaires :

Les dysplasies de la hanche et du coude sont fréquentes chez les chiens et constitue la cause
principale du développement de l’arthrose des hanches et des coudes dans cette espèce. Ces
affections sont partiellement héréditaires et transmissibles

On distingue :

5.1. Dysplasie de la hanche : La subluxation de l’articulation de la hanche peut s’observer


par la perte de parallélisme entre l’os sous chondral acétabulaire et fémoral sur la surface
d’appui crâniale. Lors de subluxation, cet espace prend une forme de croissant de lune. Un
deuxième moyen d’évaluer la subluxation est d’observer le recouvrement de la tête fémorale
par le bord acétabulaire dorsal : sur une hanche normale, le bord acétabulaire dorsal doit
recouvrir plus de 50 % de la tête fémorale.
-4-

Hanche normale

Hanche subluxeé

5.2. Dysplasie du coude :

La dysplasie du coude est un ensemble lésionnel


comprenant des lésions d’ostéochondrose,
d’i ncongruence articulaire et d’arthrose chez le
jeune chien.

6- Affections traumatiques :

Les affections articulaires traumatiques sont


fréquentes chez les carnivores domestiques et le
cheval.
- 6-1-les luxations : sont généralement faciles à
détecter à condition de disposer de 2 projections
orthogonales. En effet, certaines luxations (coude et épaule chez le chien, en particulier),
peuvent ne pas être visibles sur une vue de profil uniquement. Les luxations sont souvent
accompagnées de fractures articulaires. Lors de luxation, il est donc important de rechercher
des fragments osseux libres fracturaires.

6-2-Les fractures par avulsion d’insertion ligamentaire ou tendineuse peuvent


entraîner une instabilité articulaire. Ces fractures sont parfois difficiles à détecter, car
les fragments osseux sont petits. Toute lésion traumatique articulaire peut être à
l’origine d’une instabilité et du développement futur d’une arthrose.

-5-

7. Ostéonécrose aseptique de la tête du fémur :


L’Ostéonécrose aseptique de la tête du fémur est une affection du jeune chien adulte de
petite race. Il s’agit d’une entité clinique particulière caractérisée par une dévascularisation
de l’épiphyse proximale du fémur. La lésion peut être unilatérale ou bilatérale

Les lésions des os

1-Les dystrophies osseuses :

Troubles du développement et métabolisme du tissu osseux conduisant à des déformations du


squelette et à des modifications de structure du tissu osseux.

On distingue deux aspects :

1-1- Les morphodystrophies : lésions osseuses caractérisées par de fortes


déformations des pièces osseuses, sans modification de la structure du tissu osseux. Elles sont
généralement congénitales et résultent soit d’une anomalie de la croissance de la pièce
osseuse.

Trois types des morphodystrophies :

Nanisme, gigantisme, chondrodystrophies fœtales.

1-2- les chimiodystrophies : lésions osseuses caractérisées par des déformations des
pièces osseuse et résultant d’une altération de la structure du tissue osseux. Elles peuvent
survenir au cours de la croissance de l’os ou après celle-ci

1-2-1-chimiodystrophies osseuses par défaut : ostéogénie

1-2-1-1-l’ostéoporose : c’est une ostéopénie caractérisée par une


insuffisance de formation osseuse consécutive à un défaut de formation de la matrice
protéique de l’os.

- les lésions macroscopiques :

→Déformation des membres et la colonne vertébrale.

→Fracture spontanée.

→Fragilité excessive des os.

-les lésions ne sont pas également distribuées sur l’ensemble du squelette, elles sont
particulièrement accusées au niveau de la colonne vertébrale.

1-2-1-2-rachitisme et ostéomalacie : des ostéopénies caractérisées Par


une insuffisance de formation osseuse

-6-

Consécutive à un Défaut de minéralisation de la matrice protéique de l’os.


- les lésions macroscopiques :

A- Rachitisme : les lésions sont observées chez les jeunes animaux


(Chiot, poulain, le veau, le porc).

Ils sont caractérisés par déformations osseuses répartie dans l’ensemble du squelette.

-Membres : déformations juxta-articulaire

-Tête : tuméfaction des mâchoires, les dents sont écartées, les fontanelles sont béantes.

- Thorax : déformations précoces des articulations chondrocostales, déformation du


sternum

- Bassin : peut déformer généralement.

B- Ostéomalacie : très grande fragilité du squelette et courbure

Des os longs. Fractures spontanées possibles.

- les lésions microscopiques :

1- Rachitisme : la lésion essentielle siège au niveau de la zone

D’ossification endochondrale : la minéralisation du cartilage, qui précède de peu


sa destruction et son remplacement par du tissu osseux, ne se produit pas ou se produit de
farçant très irrégulière.

2- Ostéomalacie : présence d’un ostéoide ; non minéralisé, le long des


lamelles osseuses.

Ostéofibrose : chimiodystrophie osseuse caractérisée par une résorbtion osseuse exagérée


associée a une sclérose précoce et marquée des espace conjonctif

-Lésions macroscopique : on observés une déformation aux niveaux des : rachis,


bassin et aussi ou niveau du membre : le radius et

le cubitus sont incurvés, les coudes sont écartés ; les tibias sont incurvés, et les jarretés
sont rapprochés.

1-2-2- chimiodystrophies osseuses par excès : rarement observées

2-dyspigmentations :

a-ostéo-hémochromatose (ou ocronose) : pigmentation brune du tissu


osseux due a l’accumulation de porphyrine.

b-Ictère : coloration du périoste.

-7-

c-mélanose : coloration du périoste.


d-pigments exogène.

3- Lésion inflammatoires :

Selon la localisation, on distingue :

3-1-la périostites : les plus souvent provoquées par un traumatisme simple ou


infectant.

3-2-ostéomyélites : ce sont des inflammations exsudatives.


Elles résultent soit d’une infection locale, exogène ou traumatique.

3-2-1-ostéomyélites aigue :

*macroscopie : l’inflammation s’étend sous la forme d’un exsudat séro-


hémorragique diffus, rapidement suppuré .

Dans la profondeur de l’os, la suppuration et l’ischémie détermine la formation d’ilots


d’ostéolyse et de nécrose osseuse.

L’inflammation s’étend au périoste qui est congestionné, œdémateux.

*Microscopie : signes de l’inflammation : congestion ; œdème, thrombose.

3-2-2- ostéomyélites chronique :

*macroscopie : le foyer inflammatoire est surélevé et s’entoure d’une


enveloppe fibreuse, pouvant s’ossifier.

4-Ostéo-arthropathie hypertrophiante :

*Lésion macroscopique : dans la forme débutante on note une hyper


vascularisation et un œdème périoste est épais, ferme et élastique.

5- Tumeurs des l’os :

5-1-tumeur du tissu mou :

*Fibrosarcomes

*réticulo-sarcome médullaire

*myélome plasmocytaire.

5-2-tumeurs cartilagineuses :

*chondrome

5-3-tumeurs osseuses : carence des ostéoblastes, rencontré chez le chien.

5- L'ostéolyse :
Elle apparait sous forme d'une lacune à bords nets, arrondie, lobulée ou polycyclique. L'aspect
des bords permet de donner des informations sur l'agressivité, suivant trois sous-groupes.

-8-

- Type IA : ostéolyse avec condensation marginale par réaction ostéoblastique. Elle témoigne
d'une lésion faiblement évolutive en règle bénigne (kyste osseux, fibromes non ossifiants,
dysplasie fibreuse).

- Type I.B. : ostéolyse aux contours nets, non condensés à l'emporte-pièce, en rapport avec
une évolution plus rapide mais en règle également bénigne (tumeurs à cellules géantes,
fibromes chondro-myxoïdes).

- Type IC : lacune aux bords mal définis correspondant à des lésions très évolutives où la
réaction ostéoblastique n'a pas le temps de se constituer : c'est l'aspect de certaines lésions
malignes ou infectieuses.

Figure 1 : Différents types d'ostéolyse.

6-Condensation :

Elle relève de deux processus :

- Présence d'un stroma tumoral calcifié (ilôts condensants bénins, sarcomes ostéogéniques,
métastases ostéocondensantes).

- Nécroses osseuses (infarctus, nécroses aseptiques, séquestres des ostéomyélites).


-9-