Vous êtes sur la page 1sur 26

Liberté

IL EST SOUPÇONNÉ D’ÊTRE UN DJIHADISTE DE DAECH

Un émigré, complice de Abaâoud, écroué à Akbou P.4

TROIS JOURNÉES DE RECUEILLEMENT ET D’ÉVOCATION

La Kabylie rend un vibrant hommage à Mouloud Mammeri P.10

D. R.
D. R.

FIFA

Gianni Infantino élu président P19

BOUMERDÈS

Découverte d’un bébé en vie abandonné à Bordj Menaïel P.24

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7166 VENDREDI 26 - SAMEDI 27 FÉVRIER 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

LA HAUSSE OSCILLERA ENTRE 5 ET 10% AADL 2 Le logement plus cher P.3 Zitari
LA HAUSSE OSCILLERA
ENTRE 5 ET 10%
AADL 2
Le logement
plus cher
P.3
Zitari Archives/Liberté
2 Le logement plus cher P.3 Zitari Archives/Liberté SOCIÉTÉ DE DISTRIBUTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ

SOCIÉTÉ DE DISTRIBUTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ D’EL-HARRACH

Nouveau dispositif de lutte contre la fraude P.6

Nouveau dispositif de lutte contre la fraude P.6 LE CHIFFRE A ÉTÉ ANNONCÉ LORS D’UNE JOURNÉE

LE CHIFFRE A ÉTÉ ANNONCÉ LORS D’UNE JOURNÉE D’ÉTUDE AU CHU

1 500 nouveaux cas de cancer par an à Tizi Ouzou P.6

CHU 1 500 nouveaux cas de cancer par an à Tizi Ouzou P.6 PÉNÉTRANTE AUTOROUTIÈRE PORT

PÉNÉTRANTE AUTOROUTIÈRE PORT DE DJENDJEN - EL-EULMA

Abdelkader Ouali exige le renforcement des moyens P.7

CELIO ET JENNYFER INAUGURÉS JEUDI AU PARK MALL DE SÉTIF

CELIO ET JENNYFER INAUGURÉS JEUDI AU PARK MALL DE SÉTIF La collection 2016 présentée avec une

La collection 2016 présentée avec une promotion de 20% le premier jour

P.7

PROTESTANT CONTRE L’INVALIDATION DE L’ACCORD AGRICOLE INCLUANT LE SAHARA OCCIDENTAL

Le Maroc suspend le contact avec l’Union européenne P.2

LA RASD FÊTE SES 40 ANS À UNE SEMAINE DE LA VISITE DE BAN KI-MOON

La résolution 1514 de l’ONU enfin appliquée ? P.2

RASD FÊTE SES 40 ANS À UNE SEMAINE DE LA VISITE DE BAN KI-MOON La résolution

2

L’actualité en question

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

PROTESTANT CONTRE L’INVALIDATION DE L’ACCORD AGRICOLE INCLUANT LE SAHARA OCCIDENTAL

Le Maroc suspend le contact avec l’Union européenne

Le Maroc avait déjà suspendu, à la mi-janvier, toutes ses activités avec les institutions de l’Union européenne présentes à Rabat.

R ien ne va plus entre le Maroc et l’Union européenne après la suspension, sur décision de la Cour européenne de justice, de l’accord agricole avec Rabat et in- cluant le territoire occupé du Sa-

hara occidental. “En attendant de recevoir les explications et les assurances nécessaires de la partie européenne, le gouvernement a décidé de suspendre tout

contact avec les institutions européennes, à l’ex- ception des échanges attendus sur ce dossier”,

a indiqué le ministre de la Communication,

porte-parole du gouvernement, Mustapha El-Khalfi, dans le communiqué rendu public

dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’issue d’une session ordinaire du Conseil des ministres. Jeu- di, le Premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, a informé officiellement le repré- sentant diplomatique de l’UE, Rupert Joy, de cette décision. Visiblement paniqué par cette décision de la justice européenne, et dans un contexte marqué par la tournée régionale du secrétaire général des Nations unies (ONU) Ban Ki-moon, début mars et incluant Dakh- la (ville située en territoire sahraoui occupé),

le royaume chérifien essaie vainement, avec un

ton conciliant et menaçant à la fois, de mettre la pression sur les dirigeants européens. “Le Maroc ne saurait accepter d'être traité en simple objet d'une procédure judiciaire, ni ré- duit à être ballotté entre les différents services et institutions de l'UE. La poursuite d'une telle attitude risque de compromettre durablement la confiance mu- tuelle et la pérennité du partenariat”, a ajou- té Mustapha El-Khalfi. Les échanges entre le

D. R.
D. R.

Mustapha El-Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement marocain.

Maroc et l’UE avaient atteint en 2014 plus de 29 milliards d’euros, dont près de 19 milliards d’importations marocaines, selon les chiffres officiels. Le Maroc profite, en effet, en cette pé- riode de crise économique, marquée par une contraction des marchés et une faible croissan- ce sur le Vieux Continent, pour mettre la pres- sion sur Bruxelles, dans l’espoir que cette dé- cision soit annulée. Pour rappel, la Cour eu- ropéenne avait annulé en décembre 2015

l’accord agricole entre l’Union européenne et le Maroc, relatif aux mesures de libéralisation réciproques en matière de produits agricoles et de la pêche, en provenance du territoire sah- raoui occupé. Conclu en 2012, le texte de l’ac- cord autorisait 120 bateaux européens à pêcher dans les eaux marocaines, mais il incluait les eaux relevant des côtes du Sahara occidental occupé. En contrepartie, Rabat devrait perce- voir une redevance sur les captures, d’un

montant annuel de 36,1 millions d’euros. Le Front Polisario a mené une campagne diploma- tique pour l’annulation de cet accord, ce qui a eu lieu le 14 dé- cembre 2015. Mais le royaume chérifien a mobilisé ses relais en Europe. Le Maroc a également protesté officiellement auprès des ins- tances européennes qui ont in- troduit le 19 février dernier un recours à la Cour européenne de justice. Le Conseil de l’Union européenne avait déposé un re- cours, sans fournir les détails de son contenu, ce qui n’a pas manqué de faire réagir Rabat, tout en se défendant de vouloir s’immiscer dans les affaires in- ternes de l’UE. “Nous ne voulons pas nous immiscer dans les af- faires de la Cour européenne de justice”, a tempéré Mustapha El-Khalfi, en ajoutant toutefois que “la question du Sahara est,

pour nous, une question existen- tielle et non négociable”. Autrement dit, Rabat ne compte pas lâcher prise, mais il est plus qu’évident que ces réactions marocaines relè- vent davantage de la panique qui s’est empa- rée du Maroc, qui a essuyé ces derniers temps de nombreux revers diplomatiques quant à la question sahraouie, même s’il bénéficie d’un soutien indirect de nombreuses puissances oc- cidentales et arabes.

LYÈS MENACER

LA CONFÉRENCE DE MARRAKECH SUR LE SAHARA OCCIDENTAL

Les préalables du Polisario

L a participation du Front Poli- sario à une conférence sur le Sahara occidental, qu’entend

organiser à Marrakech (Maroc) le centre d’études Bensaïd-Aït-Idder, dépendra de la position des organi- sateurs envers la cause sahraouie, a affirmé mercredi à Chahid El-Hafedh

(camp des réfugiés sahraouis) le mi- nistre sahraoui des Affaires étran- gères, Mohamed Salem Ould Salek. Le centre Bensaïd-Aït-Idder, qui projette de tenir cette rencontre à Marrakech, “devra d’abord afficher clairement sa position à l’égard de la question sahraouie, une position qui

devra se conformer aux résolutions de l’ONU et de la légitimité internatio- nale, et voir si cette position, qui plus est d’un parti de l’opposition, ap- portera un changement à la position intransigeante du Maroc”, a déclaré M. Ould Salek à l’APS. Pour le mo- ment, a précisé Ould Salek, le Front

Polisario n’a reçu aucune invitation officielle pour prendre part à cette conférence, dont il a eu l’écho à tra- vers les médias. Le chef de la diplo- matie sahraouie a également affirmé que le gouvernement sahraoui était toutefois prêt à tout dialogue avec les organisateurs de cette conférence, à

la condition, a-t-il soutenu, que les initiateurs de la rencontre se confor- ment à la légitimité internationale. “Le respect de la légitimité internatio- nale reste le socle de tout dialogue pour le règlement de la question sah- raouie”, a conclu M. Ould Salek.

R. I./AGENCES

LA RASD FÊTE SES 40 ANS À UNE SEMAINE DE LA VISITE DE BAN KI-MOON

La résolution 1514 de l’ONU enfin appliquée ?

D epuis 1963, le Sahara occidental, dernière colonie en Afrique, est inscrit sur la liste des “territoires non au- tonomes”, donc éligible à l’application de la résolution

1514 de l’Assemblée générale de l’ONU, portant octroi de l’in- dépendance aux pays et peuples colonisés. Le 27 février 1976, réagissant au départ “précipité” des soldats espagnols du ter- ritoire, le Front Polisario, mouvement de libération nationa- le, a annoncé, à Bir-Lahlou (Sahara occidental), la naissance d’un “État libre, indépendant et souverain” : la Rasd. Mais, le territoire sera agressé, puis occupé illégalement par le Maroc en 1976. Pendant 4 décennies, malgré la guerre, la pé- riode de “ni guerre ni paix” et leur lot de souffrances, d’atteintes aux droits humains et de pillage des ressources naturelles, la Rasd s’est organisée dans les camps de réfugiés de Tindouf (Sud- Ouest algérien) et sur la partie du territoire sahraoui libéré. Alors que l’État sahraoui, reconnu par une centaine de pays dans le monde, se construisait intérieurement, en apportant sa contri- bution en tant que membre à part entière de l’OUA, puis en

tant que membre fondateur de l’Union africaine (UA), le Front Polisario menait d’autres batailles, dont celle des négociations avec le Maroc, sous les auspices de l’ONU, pour parvenir à une solution politique assurant l’autodétermination du peuple sah- raoui et, par-là même, la récupération des zones occupées du territoire. Quatre décennies sont passées, et aucun État dans le monde ne reconnaît la souveraineté du Maroc sur le Saha- ra occidental. L’avis consultatif de la Cour internationale de La Haye de 1975, l’avis juridique (2002) de Hans Corell, ex-secrétaire adjoint aux affaires juridiques et conseiller de l’ONU, les résolutions du Conseil de sécurité en faveur du droit du peuple sahraoui à l’au- todétermination, la position de l’UA en faveur de la décolo- nisation du Sahara occidental et, plus récemment, l’annulation par la Cour européenne de justice de l’accord entre l'UE et le Maroc sur la libéralisation du commerce des produits agricoles et de pêche, en raison de son application au territoire sahraoui occupé, sont là pour y veiller.

À la veille de la première visite du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, dans la région, place aux questions ! Qui rejet-

te le plan de paix pour l’autodétermination du peuple du Sa- hara occidental et renie ses engagements internationaux ? Qui exploite illégalement les richesses de l’ex-colonie espagnole, alors que les réfugiés sahraouis quémandent une aide humanitaire internationale qui se raréfie ? Qui empêche les observateurs in- ternationaux et indépendants à se rendre dans les territoires sahraouis occupés ? Qui a fait de ces territoires occupés “une

prison à ciel ouvert” ?

Pendant longtemps, le Maroc, soute-

nu par la France, n’a pas cessé de contrarier le processus de paix, pour imposer le fait accompli. Un siècle de colonisation espa- gnole et 40 ans d’expansionnisme marocain, ça en fait trop pour un peuple pacifique, dont le seul tort est de rester attaché à son droit de choisir librement son destin et à son État souverain sur l’ensemble du territoire. L’ONU ne peut plus tergiverser. Ban Ki-moon, bientôt en tournée dans la région, le sait très bien.

HAFIDA AMEYAR

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’actualité en question

3

LA HAUSSE OSCILLERA ENTRE 5 ET 10%

AADL 2 : le logement plus cher

En juin prochain, l'AADL procédera à la remise des clefs de 2 400 logements au profit des souscripteurs de 2001-2002.

L es souscripteurs AADL 2, ayant déposé leurs dossiers en 2013 vont apparemment payer leur lo- gement plus cher. Le prix du lo- gement AADL, fixé actuellement à 2 100 000 DA pour un F3 et à

2 700 000 DA le F4, connaîtra une hausse qui se situera entre 5 et 10%. Si une telle décision est entérinée pour une augmentation de 5%, ces appartements coûteront désormais entre 2 205 000 DA (F3) et 2 835 000 DA (F4). Au cas où les pouvoirs publics décideraient d’une hausse de 10%, les deux types de logements se- ront cédés respectivement entre 2 310 000 DA (F3) et 2 970 000 DA (F4). Cette mesure a été annoncée jeudi par le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Teb- boune pour qui une éventuelle hausse des prix des logements AADL 2 n'est pas à exclure. Voilà encore une autre mauvaise nouvelle pour les futurs acquéreurs qui s’ajoutera au lot de désillusions entourant la mise en œuvre de ce programme. Outre les retards flagrants consta- tés dans les différentes échéances liées au dé- pôt de dossiers, le paiement des tranches de l’apport personnel, la délivrance d’attesta- tion et les glissements enregistrés par les chantiers, le bénéficiaire devra mettre encore une fois la main à la poche pour pouvoir as- pirer à occuper un jour son appartement.

Ce qui n’est pas une mince affaire pour la ma- jorité des demandeurs qui se sont précédem- ment endettés pour s’acquitter déjà des pre- mières tranches… Si l’on a recouru à une tel-

APS
APS

Abdelmadjid Tebboune, ministre de l’Habitat.

le mesure, c’est que la situation financière qui prévaut actuellement en Algérie ne permet pas à l’État de supporter seul les diverses hausses des cours des matières premières notam- ment le ciment sur le marché international. La dégringolade des prix du pétrole qui a gé- néré la chute drastique des revenus du pays et la dépréciation continue du dinar demeurent les deux principales raisons qui ont contraint les pouvoirs publics à répercuter toutes ces

conditions défavorables sur le prix du logement. Car, si l’on se réfère aux déclarations de M. Tebboune, l’État prend en charge 50% du coût de réalisation des logements selon la formule location/vente. Toutefois, Abdelmadjid Tebboune tient à préciser que la hausse des prix des logements, pour le mo- ment, “n'est pas à l'ordre du jour et aucune décision n'a été prise dans ce sens. Cette question n'est pas à ex- clure néanmoins, pour les sous- cripteurs au programme AADL 2”. Plus catégorique, il soutient qu’il a été décidé officiellement de main- tenir les prix proposés, soit 2 100 000 DA le F3 et 2 700 000 DA le F4, pour les bénéficiaires des pro- grammes 2001 et 2002. Le mi- nistre, qui a effectué une visite d'inspection de projets dans la wi- laya d'Alger, a déclaré que 91 500 logements sont actuellement en

cours de réalisation selon la formule location- vente avec des taux d'avancement variables.

300 unités distribuées d'ici à la fin de l'année à Ouled Fayet et Djenane Sfari

Mieux, au mois de juin prochain, l'AADL pro- cédera, a-t-il affirmé, à la remise des clefs de 1 200 logements à Djenane Sfari et de 1 200 autres unités à Ouled Fayet au profit des souscripteurs aux programmes 2001-2002

qui ont commencé à recevoir leurs décisions de préaffectation depuis le 8 février. Quelque 300 autres unités seront distribuées d'ici à la fin de l'année à Ouled Fayet et Djenane Sfari où les travaux de voirie connaissent un avan- cement appréciable. Ce qui va, à coup sûr, ra- vir les centaines de postulants relevant de cet- te catégorie (2001-2002). La nouvelle ville de Sidi-Abdellah se prépare à accueillir quelque 8 000 nouvelles familles qui bénéficieront de logements AADL d'ici à décembre 2016. Ce qui a fait dire à des observateurs très au fait du secteur de l’habitat que des avancées sont perceptibles dans la mise en exécution des pro- grammes. Durant cette visite, le ministre a pro- cédé à la pose de la première pierre d'un pro- jet de 10 000 nouveaux logements location- vente à Sidi-Abdellah dont la réalisation a été confiée à l'entreprise turque Atlas. Lors de ses discussions avec les cadres en charge des projets, M. Tebboune a mis l’accent sur la né- cessité de lancer les travaux des VRD paral- lèlement à la réalisation des logements afin de pouvoir réduire les délais de réception des pro- jets. Les logements en voie de réalisation à Ouled Fayet s'inscrivent, faut-il le souligner, dans le cadre du “quartier structurant de l'en- trée ouest d'Alger”, considéré comme un pôle urbain intégré qui compte 18 écoles pri- maires, 8 CEM, 6 crèches, une maison de jeunes, une polyclinique, une mosquée, un siège de sûreté urbaine, un marché et une gare routière.

BADREDDINE KHRIS

PROGRAMME LPP

Remise des préaffectations à partir du 15 mars

À compter du 15 mars pro- chain, l’Entreprise nationale de promotion immobilière

(Enpi) commencera à remettre les décisions de préaffectation aux sous- cripteurs au programme de loge- ment public promotionnel (LPP). Le ministre de l’Habitat, qui a annon- cé la nouvelle, a expliqué que le re- port de la remise des préaffecta- tions, prévue initialement en dé- cembre 2015, était dû à “certaines données”. L’autre annonce faite par M. Tebboune a trait aux prix défi- nitifs du logement LPP qui sera évalué sur la base du prix du mètre carré fixé à 95 000 DA. À ce titre, le F3, avec une superficie qui avoisine les 75 m², coûtera environ 7 125 000

DA. Le F4, estimé à 100 m 2, sera ven- du 9 500 000 DA alors que le F5 de 120 m 2 reviendrait à son bénéficiai- re à 11 400 000 DA. Ces tarifs, faut- il le rappeler, ont provoqué le cour- roux des souscripteurs qui se sont sentis lésés. Ils n’ont pas admis que le prix du mètre carré soit augmen- té de 45 000 à 95 000 DA. Une cho- se est certaine, M. Tebboune a in- diqué que 1 067 logements seront re- mis à leurs propriétaires dès la fin du mois de mai prochain. Ce lot fait partie des deux sites en construction à Sidi-Abdellah qui compte égale- ment 1 200 autres unités dont la dis- tribution est programmée à partir du premier trimestre 2017. Dans la nouvelle ville, le projet d'aménage-

Les sites des 91 500 logements en construction à Alger sont identifiés

n Djenane Sfari (1 500 unités), Aïn Malha (1 500 unités), Ouled Fayet 1 (1 500 unités) et Ouled Fayet 2 (1 500 unités), El-Kerrouche à Réghaïa (5 000 unités), Djenane Nouar El-Louz à Aïn Benian (500 unités), Aïn Benian (600 unités), Dermouche 3 à Bordj El-Bahri (1 100 unités), Bordj El-Bahri (600 unités) et Heuraoua (1 400 unités). Il s'agit aussi de la Nouvelle ville de Sidi-Abdellah (35 900 unités), la Nouvelle ville de Bouinan (21 700 unités), Douaouda (1 200 unités), Chaïba à Tipasa (1 900 unités), Fouka (1 200 unités), Bou Ismaïl 1 (2 100 unités), Bou Ismaïl 2 (2 400 unités), Khemis El-Khechna à

Boumerdès (3 000 unités). Outre les sites précités, cinq autres projets ont été soumis au gouvernement pour adoption en vue de la réalisation de

5 900 unités à Sidi-Abdellah, Faïzi et Kharouba (Boumerdès).

1 000 logements à Ouled Fayet font l’objet de consultations pour le choix du maître d'œuvre. Les logements en question seront destinés aux souscripteurs au programme 2001-2002 (sites de Djenane Sfari-Aïn Malha, Réghaïa, Ouled Fayet, Sidi-Abdellah et Bouinan), alors que le surplus profitera aux souscripteurs de 2013.

B. K.

ment lié aux VRD a été lancé par un groupe d'entreprises, supervisé par Cosider qui a remporté deux mar-

chés. Le premier, d'un montant de 6,48 milliards de dinars, concerne les logements et le deuxième est lié aux

travaux d'aménagement de l'ordre de 77, 84 milliards de dinars.

B. K.

L’ÉDITO PAR SOFIANE AÏT IFLIS L’obligation de vérité E lle s’en ressent bien, fortement même,
L’ÉDITO
PAR SOFIANE AÏT IFLIS
L’obligation de vérité
E lle s’en ressent bien, fortement même, la chute continue et durable des
recettes pétrolières, que le chef de l’État, dans son message aux tra-
vailleurs, à l’occasion de la commémoration du double anniversaire du
“ C’est pour cela
que
l’augmentation
24 Février, la création de l’UGTA en 1956 et la nationalisation des hydrocarbures
(envisagée) du prix du
logement n’est pas le
genre d’annonce qu’un
ministre aimerait faire.
Mais, face à l’impossible
subterfuge, il se résout,
forcément, à la vérité, en
l’espèce, pas bonne à dire.
Quitte à devoir, par la
suite, en gérer les
conséquences. Car, même
si l’usage du conditionnel
en 1971, évaluait à près de 70% ces deux dernières années. Elle s’en ressent
tellement qu’elle oblige, désormais, le gouvernement à rompre avec le dis-
cours populiste et s’essayer au parler vrai. Exercice difficile pour un Exécutif
habitué à révéler les bons augures. Et pour le coup d’essai, car il faut bien
que quelqu’un commence, c’est le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et
de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, qui s’est proposé. Jeudi, en tournée d’ins-
pection dans la capitale, il a annoncé que, fort probablement, le prix du lo-
gement AADL, nouvelle version, connaîtra une hausse. Ce qui est tout à fait
logique, puisque l’État n’a plus la ressource financière qui lui permettrait
de maintenir la dépense pour le compte de la solidarité nationale au niveau
qu’elle était jusqu’ici. S’agissant du logement, la conjoncture, marquée par
la dévaluation accrue du dinar et de la hausse des prix des matériaux de
construction, contraint à des réajustements déchirants qui pourraient im-
pacter lourdement mais surtout négativement sur la paix sociale, assurée,
du temps de l’opulence, par le recours systématique à la subvention publique.
a été de rigueur chez le
ministre de l’Habitat,
l’annonce qu’il a faite est
de celles à même de
provoquer des
mécontentements, voire
des protestations.”
C’est pour cela que l’augmentation (envisagée) du prix du logement n’est
pas le genre d’annonce qu’un ministre aimerait faire. Mais, face à l’impossible
subterfuge, il se résout, forcément, à la vérité, en l’espèce, pas bonne à dire.
Quitte à devoir, par la suite, en gérer les conséquences. Car, même si l’usa-
ge du conditionnel a été de rigueur chez le ministre de l’Habitat, l’annon-
ce qu’il a faite est de celles à même de provoquer des mécontentements,
voire des protestations. C’est le prix qu’il va devoir payer pour être confor-
me à la recommandation du chef de l’État : la rigueur dans la gestion des
ressources publiques. Soit, mais cela démontre une seule chose : quand rien
ne va, le bâtiment ne peut, pour inverser l’adage, que mal aller. n

4

L’actualité en question

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

IL EST SOUPÇONNÉ D’ÊTRE UN DJIHADISTE DE DAECH

Un émigré, complice de Abaâoud, écroué à Akbou

Soupçonné d’avoir un lien présumé avec l’organisation terroriste État islamique (Daech), un jeune émigré algérien vivant en Belgique a été incarcéré mardi dernier à la maison d'arrêt d'Akbou, avant d'être transféré le lendemain au pénitencier d’Oued Ghir (Béjaïa), a-t-on appris de source sûre.

I l s'agit de Zoheir M., âgé de 35 ans, ori- ginaire de la commune de Tamokra, dans la daïra d'Akbou, qui venait tout juste de rentrer au pays après un long séjour à l'étranger. Accusé d'être l'un des acolytes et proche du sinistre-

ment célèbre terroriste, Abdelhamid Abaâoud, cerveau des attentats du 13 no- vembre 2015 qui ont endeuillé la capitale fran- çaise, Paris. Ce sont les images diffusées par la chaîne de télévision française, France 24, au lendemain de ces attentats de Paris, qui avaient levé le voi- le sur la face cachée de l'inculpé. Les habitants de sa commune natale, Tamokra, notam- ment ses amis et ses proches parents, étaient stupéfaits, voire choqués, de voir l'un des leurs aux côtés du sanguinaire Abaâoud, alors qu'ils étaient à bord d'un véhicule avec un autre membre de leur organisation criminelle. Ain- si, le retour inattendu du jeune Zoheir M. dans son village natal, à Tamokra, il y a une quin- zaine de jours, n'a pas manqué de susciter au- tant de craintes que de spéculations. Les pa- labres vont bon train au sujet de son appar- tenance présumée à l'organisation terroriste internationale (Daech). Ne pouvant être tom- bées dans l'oreille d'un sourd, de telles discus- sions ont vite attiré l'attention des servies de sécurité qui ont aussitôt déclenché une enquê-

te minutieuse, en se basant sur des photos et vidéos publiées par le mis en cause sur sa page

MOSTAGANEM

Arrestation de deux terroristes dont un “émir”

n Les policiers de la sûreté de la wilaya de Mostaganem ont arrêté, mercredi, deux terroristes, dont un “émir”, lourdement armés, avons-nous appris de sources sécuritaires. Ce coup de filet intervient après l’exploitation d’une information sur la présence de deux présumés terroristes dans un appartement au quartier populaire El-Houria, dans la ville de Mostaganem. Après perquisition de ce domicile, il sera découvert deux pistolets- mitrailleurs de type Kalachnikov, une quantité de munitions et des grenades, indiquent les mêmes sources. L’identité des deux individus n’a pas encore été dévoilée.

M. S.

D. R.
D. R.

Abdelhamid Abaâoud, le cerveau des attentats de Paris du vendredi 13 novembre.

facebook. Les investigations menées par les ser- vices de la Gendarmerie nationale ont fini par conforter la thèse colportée par la vox popu- li. Entre-temps, le jeune émigré vivant en Bel- gique est averti par ses voisins et ses proches qui l'informaient de l'existence éventuelle d'un mandat d'arrêt contre lui. Afin de s'en- quérir de la véracité d'une telle information,

il se rend d'abord à la brigade de gendarme- rie de Tamokra, où il sera orienté vers le tri- bunal de la daïra d'Akbou. Dans la matinée du 23 février 2016, il se déplace à Akbou pour se renseigner sur sa situation vis-à-vis des auto- rités judiciaires. Une fois sur les lieux, un im- pressionnant dispositif policier quadrille tout le périmètre du tribunal d'Akbou. Audition-

né par le magistrat instructeur, l'enfant terrible de Tamokra sera immédiatement écroué à la maison d'arrêt de la même ville pour “appar- tenance à une organisation terroriste interna- tionale” et “apologie du terrorisme”. Selon des témoignages recueillis auprès des ci- toyens de Tamokra, bien que le jeune Zoheir

M. n'eût jamais caché son penchant islamis-

te et son activisme au sein du courant salafis- te, il n'en demeure pas moins que personne n'aurait cru à son adhésion à un quelconque groupe terroriste armé. Cela dit, on affirme que tout le monde sait dans son village, qu'avant son départ en exil, il prêchait déjà en faveur du mouvement salafiste au niveau de la mos- quée de Tissira, à Tamokra. D'autres sources affirment, par ailleurs, que ce jeune suspect en lien avec des attentats de Pa- ris aurait rejoint les camps d'entraînement de l'État islamique et pris part au djihad que mè- nent les groupes armés de Daech, en Syrie. Après avoir fui les champs de bataille syriens, il se réfugie en Turquie avant de s'installer dé- finitivement dans la région de Molenbeek, connue pour être l'un des principaux fiefs des djihadistes islamistes en Europe. Craignant sa mise hors d'état de nuire en Belgique, il déci- de alors de retourner au bled pour s'épargner

toute interpellation. Mais finalement, il finit par tomber dans les filets de la Gendarmerie nationale.

KAMAL OUHNIA

LE DGSN À SIDI BEL-ABBÈS

Une sécurité dans le respect des droits et libertés

L e général-major, Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, a assisté, ce jeudi, à la cérémonie de sor-

tie de la 4 e promotion des lieutenants de po- lice qui s’est déroulée à l’école de police Taï- bi-Larbi de Sidi Bel-Abbès. Selon un commu- niqué remis à la presse, le DGSN a souligné que “le rôle des éléments de la Sûreté nationale est de veiller à la sécurité et au renforcement des liens avec l’ensemble des citoyens”, en estimant dans ce sens qu’“il ne peut y avoir de sécurité sans respect des droits de l'Homme et des liber- tés”. Dans son communiqué, il a insisté sur l'importance du renforcement de la fonction de la police de proximité, le développement de la conscience sécuritaire pour consolider da-

vantage les liens entre le policer et le citoyen afin de se prémunir contre la criminalité sous toutes ses formes et réduire sa propaga- tion. Le directeur de l’école de police Taïbi-Lar- bi, le contrôleur Abdelkader Ourabah, a mis en exergue le mérite de l’établissement de for- mation de police de Sidi Bel-Abbès qui, depuis sa création en 1991, a formé 43 831 policiers, tous grades et spécialités confondus, notam- ment 3 109 lieutenants de police et des poli- ciers issus de pays arabes et africains. S’agis- sant de la 4 e promotion sortante des lieutenants de police interne, elle est composée de 921 sta- giaires, dont 97 filles, tous des fonctionnaires de police promus et titulaires de diplômes uni- versitaires, dont 914 licenciés, 6 ingénieurs

d’État et 1 titulaire d’un mastère. Aux termes de cette cérémonie, le DGSN a inauguré un cé- libatorium avant d’honorer la famille du bri- gadier de police, Houari Benichou, assassiné le 11 mars 1994 à Oran par un groupe terro- riste alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui à la cité les Pins. Le martyr avait rallié les rangs de la Sûreté na- tionale en 1988, après une formation d’officier de police, à l’École supérieure de police Ali- Tounsi avant d’être affecté à l’Unité républi- caine du maintien de l’ordre de Dar El-Beïda d’Oran. En 1990, il avait été désigné pour suivre une formation au sein du 9 e bataillon ré- publicain de sûreté de France.

A. BOUSMAHA

MÉDIATION JUDICIAIRE À BÉJAÏA

Plus de 30% des affaires réglées en 2015

P lus de 30% des affaires de médiation ont été réglées par les médiateurs judiciaires de Béjaïa au cours de l’année 2015, a in-

diqué Mohamed Khimoum, président du bureau des médiateurs. Dans un bilan présenté devant les délégués des médiateurs des tribunaux de Sidi-Aïch, d’Ak- bou, de Kherrata, d’Amizour et de Béjaïa, lors d’une rencontre qui s’est tenue samedi dernier à la cour de justice de Béjaïa, M. Khimoum a relevé une légère augmentation dans le trai- tement des affaires civiles, foncières, commer- ciales et maritimes dans le domaine de la mé- diation. Au total, ce sont quelque 5 696 affaires qui ont été proposées par les juges du siège aux médiateurs judiciaires depuis la mise en œuvre du code de procédure en avril 2009. “788 affaires ont vu les parties en cause accepter la proposition d’aller à la médiation afin de trouver une solution au litige alors que

4 908 affaires civiles ont vu un refus des justi- ciables de recourir à la médiation préférant continuer la procédure judiciaire laquelle de- meure, par ailleurs, longue et coûteuse”, a-t-il affirmé. Dans le détail, le même bilan fait état de l’abou- tissement à un accord à l’amiable pour 253 af- faires parmi les 765 affaires confiées par les juges du siège aux médiateurs alors que 490 affaires ont échoué. Selon le président du bu- reau des médiateurs de Béjaïa, en dépit de la méconnaissance du processus de médiation par le public, le nombre d’affaires réglées par cette pratique judiciaire est en légère hausse. Et de préciser que “les seules restrictions revien- nent aux affaires relevant du code de la famil- le, du code du travail et du contentieux admi- nistratif où des mécanismes de conciliation exis- tent déjà”. Par ailleurs, s’agissant des activités des média-

teurs de la République, le même bilan fait état d'une dizaine de rencontres entre les profes- sionnels du métier aussi bien au niveau de la wilaya qu'au niveau national. Et pour leur permettre de mener à bien les mis- sions qui leur sont confiées, des cartes profes- sionnelles ainsi que divers documents officiels leur servant de guide et d'outils de travail ont été également distribués à ces auxiliaires de jus- tice. Concernant le volet de la formation, M e Hama Salah, formateur en médiation, a, pour sa part, indiqué qu’une formation destinée aux médiateurs judiciaires a été initiée par la chancellerie et organisée par l'Association nationale des médiateurs judiciaires algé- riens en collaboration avec l'Union euro- péenne. “Depuis 2010, près d’une soixantaine de médiateurs, issus de toutes les régions du pays, ont bénéficié de trois sessions de forma- tion et une mise en place de classes de forma-

tion dans cette spécialité au niveau des 48 cours de justice du pays est prévue prochainement”, a-t-il précisé. Aussi, dans le souci d'améliorer la prestation du médiateur judiciaire, des rencontres périodiques se déroulent avec les autorités judiciaires de la wilaya de Béjaïa à l'ef- fet d'examiner les difficultés fréquemment ren- contrées par ces auxiliaires de justice, a-t-il souligné. À noter que lors de la rencontre, les médiateurs judiciaires ont réitéré leur proposition de modification des dispositions de l’article 8 du décret exécutif du 10 mars 2009, fixant les mo- dalités de désignation du médiateur judiciai-

re. Selon eux, la commission de sélection exis-

tant au niveau des cours du pays, essentielle- ment composée des chefs de juridictions, doit être renforcée par la désignation d'un mé- diateur comme membre.

H. KABIR

LIBERTE Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

L’ACCORD A ÉTÉ CONCLU ENTRE LES MINISTÈRES DES TRANSPORTS DES DEUX PAYS

Bientôt des bus internationaux entre l’Algérie et la Tunisie

des bus internationaux entre l’Algérie et la Tunisie n Des liaisons terrestres entre l’Algérie et la

n Des liaisons terrestres entre l’Algérie et la

Tunisie devraient être opérationnelles dans un avenir proche, suite à la signature, à la fin de la semaine dernière, d’un accord mettant en application des recommandations de la

20 e session de la haute commission mixte. Le document finalisant l’accord a été entériné par Tarek Chella, le représentant de la di- rection des transports urbains au ministère algérien des Transports, et par Lahbib Amar, le directeur de l’Organisation du transport routier tunisien. Il prévoit une liaison entre

Tunis et Annaba à raison d’un voyage par jour et une autre reliant Alger à Tunis à rai- son d’un voyage par jour également, qui se- ront assurées par l’Entreprise de transport pu- blic des voyageurs Tahkout Mahieddine et la Société nationale tunisienne de transport in- terurbain. Ces deux entreprises souhaitent ex- ploiter deux lignes supplémentaires, dans une seconde phase, l’une reliant El-Oued à Gaf- sa (Tunisie) et la seconde entre Tébessa et la ville tunisienne de Kasserine, en prévoyant d’autres extensions, le cas échéant.

CITÉS AADL

Sempiternelles pannes d'ascenseur

CITÉS AADL Sempiternelles pannes d'ascenseur n La gestion des sites AADL n’en finit pas de faire

n La gestion des sites AADL n’en finit pas de faire parler d’elle, dans les chaumières aus- si bien que dans les colonnes de la presse nationale, qui n’a de cesse de répercuter les do- léances des résidents. De la filiale de l’Agence chargée de la gestion immobilière aux pré- sentes – mais réellement invisibles – gestions confiées à des entreprises issues de l’Ansej, les problèmes restent les mêmes et ils persistent depuis la livraison des premiers logements en 2006. C’est le cas notamment des ascenseurs dont les pannes sont fréquentes et s’ins- crivent dans la durée. Pour les colocataires, leur réparation ressemble à celui qui attend de voir la mer fleurir, selon l’expression populaire “kiynawar fel bhar” ! Les doléances res- tent le plus souvent lettre morte. La sempiternelle panne d’ascenseur attendant répara- tion – et faisant fi des souffrances des personnes malades, et l’on pense surtout à la gériatrie et/ou aux handicapées – dure depuis trop longtemps au 21 et dans d’autres bâtiments du site 1827-Logements AADL de Sebala (El-Achour).

LES BLESSÉS SONT EN OBSERVATION DANS DES STRUCTURES HOSPITALIÈRES

Des bagarres dans des bases-vie d’entreprises chinoises

n Une bagarre est survenue dans la base-vie

d’une société chinoise, chargée d’un projet de réalisation de logements à Birkhadem. Les an- tagonistes se sont battus avec des gourdins et des barres de fer. Ce qui a causé des blessures à un ouvrier, qui a été évacué vers l'hôpital Mustapha-Pacha. À Sétif, un autre ressortissant chinois a asséné

des coups de couteau à son collègue sur le chantier de la société chinoise, chargée du projet de réalisation de logements à la com- mune d’Ouled Sabor (Sétif). Des enquêtes sont ouvertes pour déterminer les raisons de cette subite montée de violen- ce au sein de la communauté chinoise en Al- gérie.

DISPOSITIF D’AIDE À L’INSERTION SOCIALE

130

contrats

pour une

même

école

n À Tiaret, pas moins de 130 jeunes, enrôlés dans le cadre du DAIS (dispositif d’aide à l’insertion sociale), émargent au sein d’un même établissement. C’est ce qu’a déclaré, jeudi, le chef de l’exécutif de la wilaya de Tiaret, en marge des travaux d’une rencontre de sensibilisation et d’information sur les dispositifs sociaux gérés par l’ADS. Ce dernier, qui n’a pas manqué de fustiger certains responsables, notamment des maires, s’est dit avoir été impressionné de découvrir, paradoxalement, qu’au niveau d’une autre école nouvellement réceptionnée, la directrice s’occupe elle- même du ménage.

ÉRADICATION DU MARCHÉ INFORMEL À CHLEF

Soulagement et satisfaction de toute la population

CHLEF Soulagement et satisfaction de toute la population n La bataille engagée par les autorités locales

n La bataille engagée par les autorités locales de la wilaya de Chlef pour éradiquer le marché informel a donné, enfin, ses fruits. Pilotée depuis plusieurs mois dans toutes les communes de la ville par le wali, cette opération a permis aux citoyens de se débarras- ser, une fois pour toutes, es- pèrent-ils, de l’anarchie qui régnait dans ces points de vente non réglementés. À chacune de ses sorties sur le terrain, il incitait les respon- sables administratifs et les élus locaux à y mettre le pa- quet, et à combattre sérieu- sement ce phénomène dont la prolifération a pris, avec le

temps, une ampleur inquié- tante. “Regardez comment nos rues et nos trottoirs sont devenus beaux et spacieux aujourd’hui grâce à ce net- toyage. Cela a mis fin aux ac- tivités commerciales inter- dites qui ont longtemps défi- guré le visage de nos villes, en raison des saletés répugnantes laissées sur les lieux en fin de chaque journée. Nous ne pou- vions même pas circuler aisé- ment dans ces endroits sans compter des scènes de ba- garres qui y éclataient à tout moment”, témoignent avec satisfaction de nombreux ci- toyens rencontrés dans la vil- le de Chlef.

PUBLIÉ AUX ÉDITIONS ACHAB Tafunast I Ittezzgen pétrole , œuvre du journaliste écrivain Tahar Ould

PUBLIÉ AUX ÉDITIONS ACHAB

Tafunast I Ittezzgen pétrole,

œuvre du journaliste écrivain Tahar Ould Amar

n Le journaliste écrivain Tahar Oulad Amar vient de pu- blier aux éditions Achab son nouveau roman en tama- zight, intitulé Tafunast I Ittezzgen pétrole, traduit litté- ralement la Vache à pétrole. Tahar Ould Amar, faut-il le souligner, est l'auteur d'un des premiers romans en ta- mazight, intitulé Bururu paru en 2006 et lauréat du Prix Apulée, dans la catégorie roman en langue amazighe.

ARRÊT SUR IMAGE

Ce tubercule en forme de cœur a été découvert dans le panier d'une mère de famille à Hammam Bou-Hadjar dans la wilaya de Aïn Témouchent.

Liberté
Liberté

6

L’actualité en question

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

LE CHIFFRE A ÉTÉ ANNONCÉ LORS D’UNE JOURNÉE D’ÉTUDE AU CHU

1 500 nouveaux cas de cancer par an à Tizi Ouzou

Le chiffre a été annoncé au cours d’une journée d’étude organisée, jeudi dernier, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le cancer.

L e nombre de malades atteints de cancer enregistrés chaque année par le service oncologie du CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou est d’une moyenne de 1 500 cas. Le chiffre a été annoncé au

cours d’une journée d’étude organisée, jeudi dernier, dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le cancer. Présentant une communication intitulée “Pri- se en charge du cancer sur une année au CHU de Tizi Ouzou”, le professeur Toudert a ex- pliqué que le nombre de patients atteints du cancer pris en charge par le service oncologie durant l’année 2015 a été de 1 161. “Les 400 manquants sont généralement des can- céreux nécessitant une radiothérapie et qui, fau- te de celle-ci dans notre wilaya, sont donc ré- orientés vers d’autres wilayas, notamment Al- ger et Blida, ou des personnes décèdent de cet- te maladie avant même d’être prises en char- ge par le service oncologie, sachant que dans le processus de prise en charge, le cancéreux né- cessite des soins au préalable dans d’autres ser- vices”, a expliqué le professeur avant de détailler les formes les plus fréquentes du cancer dé- tectées dans son service. Les statistiques fournies montrent qu’avec 357 cas, le cancer digestif a été le plus fréquent

D. R.
D. R.

Le service oncologie de Tizi Ouzou est saturé, selon le professeur Toudert.

durant l’année 2015. Celui-ci est suivi du cancer gynécologique avec 327 cas puis de celui du poumon avec 112 cas et encore du côlon avec 102 cas. “Le service oncologie est saturé. Il reçoit 20 malades par semaine”,

s’est plaint le professeur Toudert, qui a précisé que deux tiers des malades reçus sont origi- naires de Tizi Ouzou et que le reste vient des wilayas limitrophes, à savoir Bouira, Béjaïa et Boumerdès.

D’autres statistiques présentées au préalable par le docteur Z. Acid, qui a communiqué sur la tendance évolutive de la pathologie cancé- reuse dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont mon- tré que sur une période de 13 ans, soit de 1997 à 2009, la wilaya a enregistré 12 055 cas de can- cer avec une légère prédominance féminine qui représente 51% et une moyenne d’âge de 54 ans pour les hommes et 53 ans pour les femmes. “Selon le registre des cancers, le nombre de cancéreux augmente de plus en plus”, a affirmé le même médecin, avant de plaider pour une prévention et sensibilisation plus accrues, puisque, a-t-il estimé, non seu- lement la prise en charge thérapeutique est trop coûteuse, mais surtout parce que 40% des can- cers peuvent être évités. “30% des cancers sont liés à la nutrition, donc un tiers peut être évi- té en agissant dans ce sens, et un autre tiers peut être guéri lorsqu’il est dépisté à temps”, a ex- pliqué le médecin avant de déconseiller quelques aliments tels que les graisses saturées, le sucre libre et le sel de sodium, et d’en conseiller d’autres, aidant à éviter les cancers, tels que le thé vert, le soja, la carotte, le chou, l’ail, le piment, la vitamine C, les petits-pois et les épinards.

SAMIR LESLOUS

POUR FACILITER L’INSERTION EN MILIEU SCOLAIRE

Dépister les troubles cognitifs chez l’enfant

L’ association des handicapés et leurs amis de la daïra de Bouzeguène a organisé,

mercredi dernier, au centre culturel Ferrat-Ramdane, situé au chef-lieu communal, un séminaire ayant pour thème “Le dépistage des troubles co- gnitifs chez l’enfant”. Ce séminaire, qui a vu la participa- tion de partenaires locaux, d’asso- ciations et de représentants des or- ganismes publics tels que la DAS, a été marqué par la présence de plu- sieurs spécialistes représentant des organismes français qui ont présenté des communications en rapport avec le thème du jour. De nombreux sujets ont été traités tels que le pro- jet associatif et son utilité sociale, le contexte et le cadre du projet d’édu- cation inclusive, le projet d’établis-

sement et de services, la gestion de centres associatifs tout comme l’ap- pui à la scolarisation des enfants en situation de handicap. Ce séminaire se voulait un espace privilégié de rencontres et d’échanges entre les professionnels et les responsables du mouvement associatif, les personnes en situation de handicap, les institutions et les praticiens des services sociaux et mé- dico-sociaux. Ce séminaire a enregistré la participation de Thierry Martinez, un expert auprès de Handicap international, qui a déjà effectué une vingtaine de séjours en Algérie pour aider l’association des handicapés à mener à bien le projet “Éducation inclusive” à l’effet d’inclure les enfants en situation

de handicap dans le milieu scolaire normal. Le séminaire a débuté par la pré- sentation des bilans du centre psy- chopédagogique (CPP) par M lle Saï- bi et celui du centre médico-social, assurés respectivement par M lle Saï- bi et M me Yous. Sous la conduite du modérateur, le D r Hamoum Baya, les spécialistes français se sont succédé à la tribune pour présenter leur communication. C’est ainsi que Ca- therine Debieve, chef de service IME en France, a traité de “l’éva- luation de la scolarisation des enfants en situation de handicap en France et en Europe” alors que Catherine Le- turny, spécialiste en orthophonie, s’est penchée sur le “développement langagier de l’enfant de 0 à 4 ans”. Pour sa part, Olivier Antoine, édu-

SOCIÉTÉ DE DISTRIBUTION DE L’ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ D’EL-HARRACH

Nouveau dispositif de lutte contre la fraude

A fin de diminuer un tant soit peu les pertes sèches engendrées par les actes de fraude commis par les abonnés et les défauts de gestion, la société

de distribution de l’électricité et du gaz (SD) d’El-Har- rach vient de mettre en place un nouveau dispositif. Il s’agit de la télé-relève, un système à la pointe de la tech- nologie qui permet une gestion à distance des compteurs. Les agents pourront ainsi connaître la quantité et la qua- lité de l’énergie consommée par le client en temps réel. L’autre solution à laquelle a recouru la société concer- ne le terminal de saisie portable (TSP), qui est un appareil portable en remplacement à la relève manuelle dans le but de supprimer les erreurs. Ce procédé sera opérationnel, indique un communiqué,

avant la fin du 3 e trimestre 2016. Pour faciliter l’accès et par là même le contrôle des compteurs, une opération

de placement de ces derniers à la limite de la propriété de quelques clients est également lancée. La direction d’El-Harrach a enregistré une perte de 1,5 milliard de dinars, soit l’équivalent de 19,20% de son énergie en 2015, dont 6% de pertes techniques et 13,2% de pertes de ges- tion des fraudes. Cette situation a été provoquée, explique la SD dans son communiqué, par la fraude sur réseau et le compteur, l’absence des clients lors de la relève, l’inaccessibilité de leurs compteurs ou encore les bidonvilles dont 10 250 baraques en fraude, soit un total de 91 GWH d’énergie volée. Outre le dépôt d’une centaine de plaintes, la SD a pu ré- cupérer près de 1 GWH soit 27% de son énergie volée en 2015.

B. K.

cateur spécialisé, a évoqué “le rôle de l’éducateur en établissement spécia- lisé”. Alors que M me Sadeg, chef de servi- ce des établissements spécialisés au niveau de la DAS de Tizi Ouzou, a traité du “cadre réglementaire et de la prise en charge des enfants en si- tuation de handicap en milieu spé- cialisé étatique ou associatif et en mi- lieu scolaire ordinaire”. De leur côté, le D r N. Mesbahi et le D r Belarbi, du service de neurologie du CHU de Tizi Ouzou, ont présenté deux com- munications relatives à la “condui- te à tenir devant une première crise d’épilepsie chez l’enfant”.

Le séminaire a été clôturé par la communisation tant attendue du D r Baya Hamoum, coordinatrice du centre médico-social de Bouze- guène, sous le thème “Dépistage des troubles cognitifs à l’école” où elle soulignera notamment que “140 en- fants sont inscrits en séances de ré- éducation au CMS de Loudha et le nouveau projet de développent local inclusif est en cours pour assurer une accessibilité progressive des jeunes handicapés à l’école publique aux handicapés, soit un objectif à at- teindre obligatoirement”.

K. N. OUKACI

BARRAGES

Plus de 4 milliards de m 3 d’eau emmagasinés

U n volume de 4,62 milliards de m3 d'eau est emmagasiné actuelle- ment par les 65 barrages en exploitation à travers le pays, soit un taux de remplissage global de 67,56%. Les apports en eau réalisés

suite aux dernières précipitations enregistrées dans plusieurs wilayas ont été de près de 8 millions de m3 dont plus de 60% l’ont été dans la région est du pays. Concernant la situation hydrique par région, celle du centre du pays, qui compte 12 barrages, a enregistré un apport de 1,4 million de m3, portant le volume mobilisé à plus de 1,04 milliard de m3, soit un taux de remplis- sage de 64,42%. Dans la région du Cheliff (ouest) où les apports ont été de 760 000 m3, le volume mobilisé dans ses 17 barrages est de l'ordre de 898,42 millions de m3, soit un taux de remplissage de 52,56%. Avec ses 13 barrages, la région ouest du pays a enregistré des apports de l'ordre de 569 000 de m3, portant le volume mobilisé à 667,23 millions de m3, soit un taux de remplissage de 65,92%. La région-est a enregistré, quant à elle, un apport de plus de 5,2 millions de m3, portant le volume des stocks au niveau de ses 23 barrages à plus de 2 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 80,10%. Le taux de remplissage des barrages opérationnels, au niveau national, de- vrait augmenter du fait de la fonte des neiges qui renforcera davantage ces volumes dans les prochains jours, précise-t-on.

APS

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’actualité en question

7

PÉNÉTRANTE AUTOROUTIÈRE PORT DE DJENDJEN - EL-EULMA

Abdelkader Ouali exige le renforcement des moyens

Le boom économique de la wilaya de Jijel attendu à travers les projets structurants lancés, pour certains depuis 2013, semble patiner. L’état d’avancement des chantiers des projets industriels, ports et infrastructures routières ne vont pas au rythme escompté poussant le ministre des Travaux publics à recadrer les entreprises en charge de leur réalisation, en l’absence d’arguments pour justifier les lenteurs.

L e ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, a inspecté jeudi, à Jijel, au port de Djend- jen, les travaux de pro- tection de la jetée ouest

dont le taux d’avancement est de 95%. Cette dernière d’une longueur de 810 mètres permettra de préser- ver les terre-pleins destinés au stoc- kage des marchandises des fran- chissements dus aux tempêtes, a-t-on fait savoir.

Le ministre s’est ensuite rendu sur le chantier de réalisation du terminal à conteneurs, confié au groupe sud-co- réen Daewoo, pour un montant de

19 milliards de dinars, où le taux

d’avancement est à 25%. Ce projet permettra de booster l’économie de

la wilaya de Jijel. Selon l’entreprise chargée du projet, un terre-plein de

78 hectares et environ 2 080 mètres

de quai sont à recenser. Le ministre a sommé les responsables chargés des travaux du port de redoubler d’ef-

APS
APS

Le ministre des Travaux publics en visite au port de Djendjen.

forts. “Le rendement doit être à la hauteur, et pour cela, vous devez tra- vailler au minimum 12 heures par jour ; l’État a accordé tous les soutiens et toutes les facilités à ce port”, dira M. Ouali. Le ministre des Travaux pu-

blics a également visité le projet de la pénétrante autoroutière qui devra faire la jonction entre le port de Djendjen et El-Eulma (Sétif) sur une distance de 110 kilomètres, im- portante infrastructure qui a fait

couler beaucoup d’encre depuis le coup d’envoi des travaux donné par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en août 2013. Selon les res- ponsables de ce projet d’intérêt éco- nomique, 12 kilomètres du tracé ont été libérés sur le territoire de la wilaya de Jijel, qui enregistre 45 ki- lomètres sur un total de 110 kilo- mètres partagés entre Jijel, Sétif et Mila. De nombreuses contraintes ont été soulevées par les respon- sables, que le ministre a promis de prendre en charge. “Il y aura pro- chainement un renforcement en moyens logistiques et un changement du personnel, vous allez réaliser une autoroute de 110 kilomètres, il faut donc avoir un responsable qui soit om- niprésent sur le chantier, il ne faut pas

qu’il fasse le trajet d’une autre wilaya”,

a martelé M. Ouali. Et de conti-

nuer : “Certes, les choses ont avan-

cé comparativement aux mois passés,

mais, maintenant, il faut passer la vi- tesse supérieure et être au rendez-

vous avec le projet de Bellara”. Pour

ce qui est des contraintes, le ministre

a fait savoir que tous les problèmes

liés à l’administration ont été ré- glés, notamment en ce qui concerne

le volet sécuritaire. “Notre tâche a été

faite, maintenant, la balle est dans votre camp, je vous demande d’agir en professionnels et d’éviter de trouver à chaque fois l’occasion d’énoncer un problème”, dira Abdelkader Ouali à l’adresse des responsables du grou- pement italien Rizzani Deccher. Par ailleurs, l’hôte de Jijel a visité le chantier de protection du front de mer de la cité des frères Aâssous au centre-ville de Jijel où les travaux ont atteint un taux d’avancement de 40%. Une halte a été marquée aussi au port de pêche et de plaisance d’El- Aouana, dont les travaux sont à

92%, et au viaduc de Ghar El-Baz qui permettra de désengorger la circu-

lation automobile, notamment en été.

MOULOUD S.

RENCONTRE DOUANES-EXPORTATEURS À ORAN

Tout pour encourager l’exportation

“U n opérateur agréé n’a pas à s’in-

quiéter, ce n’est pas lui qui cause un

problème aux douanes. Nos efforts

doivent être concentrés vers les importations et les importateurs qui posent problèmes à notre économie”, a estimé le directeur régional des douanes à Oran, répondant aux questions de Liberté au terme d’une rencontre ayant re- groupé, ce jeudi, les cadres des douanes du dé- partement du commerce extérieur et une trentaine d’exportateurs. Une rencontre qui s’inscrit dans la volonté, voire l’urgence d’ap- puyer et de faciliter les éventuelles exportations des produits algériens. Notre interlocuteur dira qu’environ 300 opérateurs ont été agréés à l’échelle nationale dont 20 à Oran et 18 autres en cours d’agrément.

Il affirmera, en termes d’enjeux connus en ma- tière de commerce extérieur, qu’“aujourd’hui, il faut encourager les exportations car nous vi- vons à 90% des importations. Nous devons fai- re gagner aux exportateurs de l’argent et nous ne devons pas les grever de frais supplémentaires pour que leurs produits de qualité soient concurrentiels sur les marchés extérieurs”. Un discours développé devant un parterre qui a apprécié et saisi l’occasion de la rencontre, pour évoquer librement les problèmes rencontrés dans les opérations d’exportation. Les cadres des douanes ont explicité certains méca- nismes facilitant les exportations et sou- vent méconnus des chefs d’entreprise. Ainsi nombre d’entre eux ignoraient que leurs opé- rations d’exportation peuvent se faire à par-

tir des ports secs et que pour le certificat d’ori- gine, le taux d’intégration exigé est de 25 à 40%. En revanche, les lourdeurs rencontrées par les exportateurs sont aussi liées aux problèmes de logistique au port d’Oran, et les “agissements de certains douaniers accordant plus d’impor- tance à l’importateur qu’à l’exportateur”, nous dira un opérateur économique, mettant ain- si en exergue la différence entre les textes et la pratique. Le directeur régional des douanes in- sistera sur la différence entre l’exportateur qu’il faut encourager et l’importateur qu’il faut contrôler. “Les problèmes viennent de cer- tains importateurs qui importent des produits contrefaits qui touchent à la santé et à la sécurité et qui concurrencent déloyalement la produc- tion nationale. Des usines ont fermé à cause de

cela”, a-t-il indiqué et de poursuivre sur le mal plus profond causé par les importateurs frau- deurs qui montent des opérations d’importa- tions juste pour maquiller des transferts de de- vises. Quant à la correspondance évoquant le rétablissement des taxes et droits douaniers, le directeur régional confirme qu’il n’en est rien. “Ce n’est pas un télégramme qui vient mettre fin à des accords internationaux. Seuls les produits soumis à la licence d’importations sont concernés : le ciment, le rond à béton et les véhicules”, précisera notre interlocuteur. D’autres rencontres par filières seront orga- nisées dans les semaines à venir avec la par- ticipation de l’ensemble de la chaîne du com- merce extérieur.

D. LOUKIL

CELIO ET JENNYFER INAUGURÉS JEUDI AU PARK MALL DE SÉTIF

La collection 2016 présentée avec une promotion de 20% le premier jour

L e réseau de prêt-à-porter Celio et Jennyfer compte, depuis jeudi dernier, une nouvelle

adresse. L’enseigne a ouvert res- pectivement pour les deux marques spécialisées dans le prêt-à-por- ter masculin et féminin deux nou- veaux magasins au Park Mall à Sé- tif, en présence du copropriétaire et représentant de la marque en Algé- rie, Mustapha Nia. “Notre objectif est de mettre à la dis- position des Algériens des produits de qualité à des prix non prohibitifs, voi- re des prix défiant toute concurren- ce, car nous achetons au dinar offi- ciel et nous vendons au dinar normal. Nous employons actuellement pas moins de deux cents personnes en Al- gérie dont une quarantaine de col-

laborateurs au niveau des deux ma- gasins de Sétif. Outre le fait d’offrir des postes d’emploi stables, nous as- surons des formations de qualité se- lon les standards internationaux dans les métiers du prêt-à-porter as- surées par des formateurs étrangers de renom”, nous dira M. Nia. Les clients ont découvert les produits de la collection 2016 à des prix pro- motionnels, à savoir 20% de la marque qui habille un Français sur trois. “D’habitude, ce sont mes frères et mes amis qui m’offrent des vête- ments Celio. À partir d’aujourd’hui, je vais les acheter ici”, dira Abdel- hafidh, 31 ans. Les nouvelles recrues sont, quant à elles, comme des poissons dans l’eau. Lynda, microbiologiste de for-

Liberté
Liberté

mation, et Nadine licenciée en fran- çais et en marketing, âgées respec- tivement de 24 et 23 ans, nous ont af-

firmé que Celio leur a offert une op- portunité pour faire carrière dans ce métier. “Cet emploi va très bien avec

mes ambitions. Celio a une âme et il y a un esprit d’équipe. Nous nous sen- tons chez nous”, nous a déclaré Na- dine. Pour M me Yazid Leïla, Aréa Ma- nager de Jennyfer, les produits de l’enseigne présente dans une qua- rantaine de pays sont d’un très bon rapport qualité-prix. Enfin, le premier responsable de Celio et Jennyfer en Algérie, Nia Mustapha, a annoncé l’ouverture prochaine de nouveaux magasins à Annaba et à Batna. “Nous sommes prêts à ouvrir d’autres magasins à chaque fois que nous aurons des possibilités d’avoir des locaux ré- pondant aux normes de la marque. Nous sommes pour la décentralisa- tion”, a conclu notre interlocuteur.

FAOUZI SENOUSSAOUI

8

Publicité

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

ANEP N°406 631, Liberté du 27/02/2016
ANEP N°406 631, Liberté du 27/02/2016
ANEP N°406 804, Liberté du 27/02/2016
ANEP N°406 804, Liberté du 27/02/2016
ANEP N°406 219, Liberté du 27/02/2016

ANEP N°406 219, Liberté du 27/02/2016

ANEP N°406 222, Liberté du 27/02/2016

ANEP N°406 222, Liberté du 27/02/2016

ANEP N°406 804, Liberté du 27/02/2016 ANEP N°406 219, Liberté du 27/02/2016 ANEP N°406 222, Liberté

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’Algérie profonde

9

TIZI OUZOU

Les travailleurs de l’ADE renouent avec la grève

Les travailleurs de l’unité de l’Algérienne des eaux (ADE) de Tizi Ouzou ont renoué, mercredi, avec la protestation en poursuivant leur grève entamée le 17 janvier dernier.

L e premier jour de ce mouvement a été marqué par un rassemble- ment des tra- vailleurs devant

l’entrée principale de l’unité du centre-ville où plusieurs banderoles exprimant leurs revendications étaient enco- re accrochées. Par cette action, les tra- vailleurs, qui ont répondu en nombre à l’appel de la sec- tion syndicale affiliée à l’UGTA, dénoncent notam- ment le non-respect des engagements pris envers les travailleurs lors de la derniè- re réunion tenue avec la tutelle en présence du parte- naire social le 31 janvier der- nier. Dans le procès-verbal qui a sanctionné cette réunion, la direction générale de l’ADE s’est, en effet, engagée à répondre à huit revendica- tions parmi les 21 exprimées

par les travailleurs dans leur plateforme élaborée depuis le 27 décembre 2015. Entre autres revendications qui ont fait l’objet de cet engagement écrit, la prise en charge de l’évolution des carrières des travailleurs, la régularisation et la promo- tion immédiates des tra- vailleurs occupant des fonc- tions réelles différentes du poste actuel d’affectation, la confirmation de la nomina- tion des travailleurs occu- pant des postes par intérim, l’installation d’une commis- sion pour l’étude de l’harmo- nisation des modalités de classification des agents de sécurité et d’engager un audit profond concernant la gestion des ressources humaines. La direction

D. R.
D. R.

générale de l’ADE s’est éga- lement engagée à prendre les mesures nécessaires pour identifier le déficit en matiè- re de moyens de travail et à

Rassemblement des travailleurs devant l’entrée principale de l’unité.

respecter les décisions de justice rendues en faveur des travailleurs licenciés. Selon les représentants de la section syndicale, aucun de

ces engagements n’a été honoré dans les délais convenus à la signature du procès-verbal de la réunion.

S. LESLOUS

AUGMENTATION DES TARIFS DE TRANSPORT À TIZI OUZOU

L’association pour la protection du consommateur exige un juste prix

< L’Association pour la défense et la protection du consommateur de la wilaya de Tizi Ouzou est montée au créneau pour dénoncer l’augmentation des prix de transport. Dans un communiqué rendu public en fin de semaine, l’association estime que “suite à l’augmentation des tarifs de transport de 10% accordée par le ministère des Transports qui vient juste après les différentes révisions des tarifs arrêtés unilatéralement par les transporteurs, avec le silence des services concernés, cette hausse de 10% doit être appliquée sur les tarifs arrêtés par le ministère des Transports afin de préserver le pouvoir d’achat des consommateurs déjà

affecté par les multiples augmentations durant cette année 2016”. Et à l’association de réclamer avec insistance “l’application du juste prix de transport par kilomètre afin de rétablir les usagers dans leurs droits légitimes, alors que les prix sont fixés au bon vouloir des transporteurs”. Elle souligne enfin que “ce phénomène existe à travers le territoire national, et cela est dû à l’absence d’actualisation des tarifs officiels par l’État et un manque de contrôle sur le terrain pour amener les transporteurs à respecter les droits des voyageurs, conformément à la réglementation régissant le transport dans notre pays”.

MOHAMED HAOUCHINE

JOURNÉES PORTES OUVERTES SUR L’ENTREPRENEURIAT À BOUIRA

L’Ansej à l’assaut des universitaires

L’ Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) de Bouira, a organisé avec l’universi-

té Akli Mohand-Oulhadj, des journées portes ouvertes, les 24 et 25 février, afin d’inciter les universitaires porteurs de projets à adhérer aux divers diapositifs de l’agence. Dans le cadre d’un programme intitulé “La maison de l’entrepreneuriat”, qui s’articule autour d’un comité de pilo- tage, comprenant un directeur universi- taire et deux animateurs dont un ensei- gnant universitaire et un accompagnateur de l’Ansej, les étudiants-promoteurs peu- vent exposer leurs idées et projets, en vue de les fructifier. Jeudi dernier, sur l’espla- nade de l’université, nombreux étaient les étudiants qui faisaient la queue pour s’en-

quérir du large éventail proposé par l’Ansej. Selon la chargée de communica- tion de l’Agence, M lle Farida Si Nacer, ces journées ont pour principal objectif de “donner la possibilité aux jeunes entrepre- neurs de réaliser leurs rêves en leur appor- tant un cadre propice”. Et d’ajouter que l’Ansej se positionne comme le mécanis- me idéal afin d’assurer l’articulation entre le monde du savoir et de la connaissance et le monde de l’économie et de la création de richesse. Interrogée au sujet l’initiative “La maison de l’entrepreneuriat”, elle sou- lignera qu’il s’agit essentiellement de sen- sibiliser les étudiants et les initier à l’acte d’entreprendre en partenariat avec les universités et les grandes écoles.

R. B.

BOUIRA

Une jeune femme met fin à ses jours à Djebahia

< Une jeune femme âgée de 23 ans, originaire de Djebahia (ouest de Bouira), s'est donnée la mort par pendaison, dans la nuit de mercredi à jeudi, apprend-on de sources locales. La malheureuse a été retrouvée par ses parents, pendue au plafond de sa chambre, précise-t-on. Les motifs de cet acte demeurent inconnus mais auprès de son entourage, on évoque une violente dispute entre la victime et ses parents, qui auraient refusé l'union de leur fille avec un jeune, qui était venu la demander en mariage, l'avant-veille du drame. Une enquête a été ouverte par les services de gendarmerie, dans le but de déterminer les causes de ce drame.

R. B.

dans le but de déterminer les causes de ce drame. R. B. BRÈVES du Centre PROCÈS

BRÈVES du Centre

PROCÈS DIRECTION DU COMMERCE SALAH MOULAY

Le verdict reporté au 10 mars

< Le verdict du procès opposant Salah Moulay, l’ex-

gérant de la Sarl d’El-Waad Sadek, à la direction du commerce de Bouira a été reporté au 10 mars prochain. Jeudi, la cour de Bouira avait réexaminé une plainte de la direction du commerce, dans laquelle elle accuse M. Moulay de fraude fiscale, s’élevant à plus de 19 milliards de centimes. Pour rappel, en juin 2015, le tribunal de Sour El-Ghozlane avait condamné en première instance Salah Moulay à 4 ans de prison et à verser la somme due au fisc.

R. B.

RACCORDEMENT DE LA DAÏRA DE CHEMINI AU GAZ DE VILLE

Vers le retour à la protestation citoyenne à Béjaïa

< Les ex-animateurs de la Coordination des citoyens, les

comités de village, les associations et des militants de la société civile de la daïra de Chemini se sont donné rendez-vous dans la soirée d’hier au village Agueni pour “décider des actions à entreprendre en raison de la lenteur des travaux de raccordement au gaz naturel et dénoncer ceux qui freinent l’avancement des travaux”, lit-on dans une déclaration. Cette rencontre a été l’occasion “d’évaluer l’état d’avancement du projet dans la daïra et débattre les actions éventuelles à entreprendre suite à la lenteur des travaux et aux désagréments causés à la population”. Selon M. Bezza, fondateur et ex-membre de la CCDC, “cette rencontre à Akfadou sortira éventuellement avec des actions afin de faire pression sur les autorités qui masquent les entrepreneurs bénéficiaires de projets qui les attribuent à leur tour aux sous-traitants qui sont loin de répondre aux critères”. Les ex-animateurs de la Coordination vont militer, déclarent-ils, pour que le gaz de ville arrive dans les foyers avant 2019 et pour le contrôle populaire des projets.

A. HAMMOUCHE

TAMANRASSET

12,52 kg de drogue saisis, 7 narcotrafiquants arrêtés

< Sept personnes, inculpées pour trafic de stupéfiant,

ont été arrêtées par les éléments de la brigade de recherches et d’investigations près la Sûreté de wilaya de Tamanrasset, a-t-on appris, jeudi, d’une source sécuritaire. L’affaire remonte au début de la semaine dernière lorsque les policiers en patrouille près du lieudit Thagouine, près de la cité Essalam, ont intercepté deux suspects qui vadrouillaient à moto. La fouille corporelle des mis en cause a permis aux éléments de la BRI de saisir 445 g de bingo. Passés aux aveux, les deux accusés auraient balancé leurs complices et donné des pistes permettant de remonter la filière. Lors de la perquisition du domicile de l’un des prévenus, les policiers ont appréhendé cinq autres individus en flagrant délit de trafic de drogue et saisi 12,52 kg de résine de bingo et 96 g de kif traité, ajoute notre source. Déférés au parquet, les sept accusés, âgés entre 18 et 37 ans, ont été mis en détention préventive.

RABAH KARECHE

ZONE D’ACTIVITÉ DE LAKHDARIA

Deux usines définitivement fermées pour pollution

< La zone d’activité de Lakhdaria, 40 km à l’ouest de

Bouira, vient de perdre les deux uniques projets qui étaient en activité. La cause : les deux projets en question, un abattoir industriel et une huilerie sont extrêmement polluants et ne respectent pas les normes environnementales. La décision de leur fermeture a été prise par le wali lors de sa dernière visite à Lakhdaria, où il a été extrêmement choqué par le désastre écologique engendré par l’activité de ces deux unités. L’exécution de cette décision a été confirmée, mercredi dernier, et les services de l’APC, ainsi que ceux de la direction de l’environnement et la DPME/PMI ont été chargés de procéder à cette fermeture et la restitution des assiettes de terrain. Au-delà de cette décision, deux interrogations se posent : comment ces deux projets ont-ils été acceptés au niveau de la Calpi ? La commission chargée de l’étude des dossiers d’investissements ne pouvait ignorer qu’une huilerie et un abattoir sont des projets polluants d’une part et d’autre part, comment se fait-il que ces deux investisseurs n’ont pas été contrôlés par les services concernés, laissant le wali découvrir le massacre lors d’une visite d’inspection ? Quoi qu’il en soit, avec ces fermetures, la zone d’activité de Lakhdaria ne compte plus aucun projet opérationnel.

RAMDANE B.

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’Algérie profonde

9

COMPLEXE SIDÉRURGIQUE DE BELLARA (JIJEL)

La phase d'essai sera lancée dans les délais impartis

Selon le responsable de ce projet, la cadence actuelle des travaux, qualifiée de très satisfaisante, permettra de respecter le plan tracé.

L es travaux de réalisa- tion du futur complexe sidérurgique de Bella- ra (El-Milia) avancent à un bon rythme. C'est ce qu'a annoncé le chef

du projet en question lors d'une ré- union présidée par le wali de Jijel

et à laquelle ont participé les diffé-

rentes parties concernées par ce projet d'intérêt économique. Selon des sources de la wilaya de Jijel, 700 pieux réservés pour le premier la- minoir ont été posés à ce jour, tandis que les travaux pour l'ins- tallation des pieux des deuxièmes et troisièmes laminoirs viennent d'être lancés. À ce sujet, nous apprendrons que deux laminoirs seront réservés au rond à béton avec une capacité de 1,5 million de tonnes par an, tan- dis que le troisième laminoir d'une capacité de 500 000 tonnes, sera ré- servé au fil machine. Ce projet de- vrait créer près de 1500 postes d'emploi directs et 15 000 emplois indirects. Selon le responsable de ce projet, la cadence actuelle des tra- vaux, qualifiée de très satisfaisan-

te, permettra de respecter le plan tracé qui consiste à entamer la phase d'essai programmée pour le mois de septembre 2016 avant de

passer à la mise en service officiel-

le en 2017. Dans sa première pha-

se, l'usine sidérurgique produira

D. R.
D. R.

Dans sa première phase, l'usine produira deux millions de tonnes d'acier par an pour passer à quatre millions de tonnes à l'horizon de 2019.

deux millions de tonnes d'acier par an avant de passer à quatre mil- lions de tonnes à l'horizon 2019, ce qui permettra de satisfaire les be- soins nationaux avec des perspec- tives d'exportation comme cela a été annoncé par le ministre de l'Industrie, Abdeslam Bouchoua- reb, lors de sa visite à Jijel en mars 2015 pour la signature du contrat

de réalisation du complexe. Les autres projets qui accompagne-

SKIKDA

ront l'usine sidérurgique, en l'oc- currence la réalisation d'une ame- née d'eau à partir du barrage de Boussiaba (El-Milia) sur une dis- tance de 4 km, a atteint un taux d'avancement de 75% au même titre que les travaux de raccorde- ment en gaz prévus en avril pro- chain. Pour ce qui est de la réali- sation de la double voie ferrée de 49 km qui devra relier le port de Djendjen à cet important pôle in-

dustriel, nous apprendrons que le montage des rails est en cours. Ils seront posés dans les prochaines se- maines, a-t-on précisé. Notons qu'actuellement le projet de réali- sation du complexe sidérurgique de Bellara emploie 800 ouvriers et cadres. Ce chiffre est appelé à aug- menter avec l'avancement des tra- vaux pour atteindre 3000 postes d'emploi.

MOULOUD S.

RACCORDEMENT AU GAZ NATUREL

L'opération se poursuit à Souk Ahras

n Dans le cadre du double

anniversaire du 24 Février, plus de

1700 foyers ont été raccordés au

gaz naturel à Souk Akras. Plusieurs communes de la wilaya étaient concernées par cette opération, dont Ouled Dris où

1200 foyers viennent de dire

adieu à jamais à la bouteille de gaz butane. Cette localité, connue pour son hiver rigoureux, ne craindra plus l'arrivée de la neige et du mauvais temps qui ne seront plus une source d'inquiétude et mettra ainsi fin aux tracasseries d'approvisionnement en gaz butane ou en bois de chauffage. À Aïn Dalia, dans la commune de Henancha, ce sont 250 foyers qui ont bénéficié du gaz. Par ailleurs, 260 foyers dans la localité de Bir El-Hadj-Tayeb dans la daïra d’Oum Ladhaim, ont été raccordés au gaz. Aussi, la couverture en gaz naturel dans la wilaya de Souk Ahras avoisine les 75% et dépasse le taux national qui est de l'ordre de 57%. Dans la perspective

d'atteindre les 100% d'ici la fin du 1er semestre de l'exercice en cours, le premier responsable de la wilaya, M. Abdelghani Filali, a exhorté les différents responsables des secteurs concernés à redoubler d'efforts pour couvrir les trois communes restantes, à savoir Aïn Soltane, Ouled Moumen et Aïn Zana, dont les travaux de raccordement sont

en phase finale.

HOCINE FARROUKI

Journée d'étude sur le nouveau code de procédure pénale

L Sûreté de wilaya a organisé, à la salle Aïssat-Idir de Skikda, une journée d'étude sur les nouveaux amendements relatifs au nouveau code de pro-

a

cédure pénale, avec la participation des représentants des institutions judiciaires en les personnes du pro- cureur de la République et du magistrat instructeur près

le tribunal de Skikda ainsi que des représentants de la

gendarmerie, des bâtonniers et des enseignants de l'uni- versité de Skikda. Le procureur de la République près

le tribunal de Skikda est intervenu sur la relation entre

ses services et la police judiciaire.

D r Abderrahim Mokadem a présenté une communi-

cation sur le droit du suspect à demander l'aide d'un avocat lors de sa garde à vue, alors que M. Nouredi- ne Feligha a axé son intervention sur le thème de “l'in- jonction judiciaire”. Le représentant des avocats, M. Ahcene Latreche, est intervenu sur la présentation en

référé et le droit de défense selon les nouvelles procé- dures. D'autres interventions ont été assurées par le ma- gistrat instructeur sur les amendements concernant l'enquête, et M. Mahmoud Lankar sur les nouvelles dis- positions du code pénal apportées par la nouvelle ré- vision de la Constitution. Cette journée d'étude entre dans le cadre de la relance des moyens de communi- cation sur les plans scientifique et cognitif à travers un cycle de rencontres de formation initié par la direction générale de la Sûreté nationale au profit des différentes forces de la police durant l'année 2016, et qui a pour objectif l'actualisation des connaissances profession- nelles ainsi que l'amélioration du niveau de service et la formation continue des agents de la police judiciaire, c'est ce qui ressortait de l'intervention du directeur de la Sûreté de la wilaya.

A. BOUKARINE

OLÉICULTURE À GUELMA

Production exceptionnelle de 23 640 hectolitres d'huile

L saison oléicole 2015-2016 a

a

dépassé toutes les prévisions optimistes des professionnels

du secteur, puisque la production a enregistré cette année une aug- mentation de l'ordre de 315%, soit 129 420 quintaux d'olives contre 31 320 quintaux l'année écoulée. La responsable de la cellule de com- munication de la DSA (direction des services agricoles) a déclaré à Li- berté : “Les conditions ont été favo- rables durant cette campagne oléi- cole, et l'absence des parasites, par-

ticulièrement la mouche de l'olive qui avait compromis la récolte l'an der- nier, ont contribué à cette perfor- mance inespérée. Les fellahs ont li- vré 125 280 quintaux d'olives aux huileries de la wilaya et ont consa- cré 4140 quintaux à la consomma- tion locale.” Notre interlocutrice souligne que les principales olive- raies sont situées dans les com- munes de Roknia (30 000 quintaux d'olives), de Medjez-Sfa (9700 quin- taux), Oued Fragha (8 800 quin- taux), Bouchegouf, Oued Cheham,

Bouati, Hammam n'Baïls, et Gue- laât Bou-Sbaâ. Les 15 huileries de la région ont produit cette année 23 640 hectolitres d'huile d'olive contre 5124 hectolitres lors de la précé- dente saison. La superficie oléico- le totalise 9443 hectares, dont 4900 hectares abritant plus de 470 000 oliviers. En dépit de cette produc- tion record, les familles achètent l'huile d'olive à raison de 600 à 700 DA le litre, car ce produit est très prisé dans la cuisine traditionnelle.

HAMID BAALI

est très prisé dans la cuisine traditionnelle. HAMID BAALI BRÈVES de l’Est BORDJ BOU-ARRÉRIDJ Gel des

BRÈVES de l’Est

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Gel des activités des APC de Hasnaoua et Sidi M'barek

Le wali de Bordj Bou-Arréridj vient de

geler les activités des APC de Hasnaoua et de Sidi M'barek, respectivement à 9 kilomètres au nord du chef-lieu de la wilaya et à 15 kilomètres. La décision du wali intervient après des mois de blocage. Le chef de l'exécutif a désigné les chefs de daïra de Medjana et de Bir Kasdali pour gérer les affaires des municipalités. Des sources bien informées ont indiqué que le blocage au sein des deux mairies est dû essentiellement à l'affrontement sans concession entre les élus. Notre source a précisé que la configuration de l'exécutif, la présidence des commissions et la désignation des délégués, sont les causes principales de ce conflit qui perdure depuis plusieurs mois, et a engendré énormément de problèmes notamment en matière de développement local. Cette situation n'est pas sans susciter la colère et le mécontentement des habitants.

CHABANE BOUARISSA

FORMATION PROFESSIONNELLE À OUM EL-BOUAGHI

Cinq nouvelles spécialités pour cette rentrée

Pas moins de 3620 places, réparties sur

83 spécialités, tels sont les chiffres de la rentrée de ce 28 février, au niveau de la wilaya d'Oum El- Bouaghi. Cinq nouvelles spécialités viennent s'ajouter à celles déjà existantes, à savoir la charpente métallique, la menuiserie métallique, conseiller des ventes et agent d'entretien des parcs et jardins pour la formation diplômante et opérateur de câblage, pour celle qualifiante. Les inscriptions qui ont débuté le 24 janvier et ont pris fin le 20 février. Elles sont, sur décision ministérielle, prolongées jusqu'au 6 mars 2016. La wilaya compte 26 établissements de formation, 2 INSFP, 13 CFPA et 11 annexes.

B. NACER

ANNABA

135 affaires enrôlées pour la 1 re session criminelle

Pas moins de 135 affaires ont été

enrôlées, lors de la première session criminelle du tribunal de Annaba qui s’ouvrira le 16 mars prochain, apprend- on auprès de la Cour de justice de Annaba. Ces affaires concernent surtout l'atteinte aux personnes et aux biens, entre autres, crime avec préméditation, incendie volontaire, association de malfaiteurs et vols qualifiés. À cela, il faut ajouter des affaires de viols, d'actes contre nature, de trafic de drogue, de fraude fiscale, de coups et blessures volontaires.

BADIS B.

KHENCHELA

Deux morts dans un accident de la route

Un tragique accident de la circulation

est survenu, jeudi dernier, sur la route reliant Khenchela à M'toussa, faisant deux morts. Le drame s'est produit lorsqu'un véhicule, à bord duquel se trouvaient les victimes, un père de famille et son épouse, a dérapé dangereusement sur le bas-côté subissant de sérieux dommages. La voiture a fini par se renverser. Les victimes ont rendu l'âme sur le lieu de l'accident. Les dépouilles mortelles ont été évacuées par la Protection civile vers la morgue de l'hôpital de Khenchela, a-t- on précisé de même source. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité pour déterminer les circonstances de cet accident.

MOUATEZ Z.

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’Algérie profonde

9

ORAN

20 ans de réclusion pour possession de drogue

L’homme a été interpellé incidemment dans la wilaya de Aïn Defla pour conduite sans permis.

L e tribunal criminel d’Oran a statué, mercredi, sur une affaire de trafic de drogue dans laquelle D. Ghalem, éle- veur de poulets à Djelfa, âgé de 42 ans, a été condamné à

20 ans de réclusion criminelle pour pos- session, recel et revente de produits stu- péfiants. L’homme a été interpellé inci- demment dans la wilaya de Aïn Defla pour conduite sans permis. Les vérifica- tions qui s’ensuivirent révélèrent qu’il était cité, et recherché, dans une affaire de trafic de drogue qui avait pour cadre la wilaya de Tiaret, plus précisément Mahdia, où réside sa sœur Nacéra, 50 ans. Il apprendra par la suite qu’en avril 2014, deux dealers, arrêtés en possession d’une quantité de kif, impliquèrent Rachid, son neveu, mineur à l’époque des faits, comme étant leur fournisseur. Une des- cente au domicile de Nacéra permettra la découverte de 14 kilogrammes de résine de cannabis. Les deux dealers, la sœur de Ghalem et son fils seront arrêtés et pré- sentés devant la justice. Nacéra et Rachid écoperont respectivement de 5 et 3 ans de prison ferme : “Je n’ai jamais été convoqué par la police ou la justice. Et je n’ai eu vent de cette affaire qu’après mon arrestation à

Aïn Defla. Et je nie toute implication : la drogue n’est pas à moi et je ne connais pas les deux dealers impliqués”, a affirmé Ghalem devant le tribunal d’Oran démentant les déclarations de sa sœur et

D. R.
D. R.

D. Ghalem, 42 ans, a été condamné pour possession, recel et revente de produits stupéfiants.

son fils selon lesquels la drogue lui appar- tiendrait. Dans son réquisitoire, le minis- tère public considère que Ghalem était en fuite lors de la première instruction, sous prétexte de ne pas avoir été convoqué, et s’appuiera essentiellement sur les déclara- tions de Nacéra et Rachid pour requérir 20 ans de réclusion criminelle. Un sévère réquisitoire que la défense s’emploiera à contrecarrer en basant sa plaidoirie sur

l’absence de documents prouvant que son client -qui vit à Tissemsilt et travaille à Djelfa- a été effectivement convoqué, et la nécessité pour l’accusation de démontrer l’appartenance de la drogue à Ghalem par des éléments de preuves plus solides que les simples témoignages à charge d’une sœur et d’un neveu qui cherchent simple- ment à se disculper.

S. OULD ALI

Mort d’un Français dans un hôtel

Le corps d’un ressortissant français, âgé d’une soixantaine

n

d’années, a été découvert, jeudi après-midi, au deuxième étage d’un hôtel à Es Sénia. Selon les premières constatations, le corps ne porte aucune trace de violence apparente et une enquête a été ouverte.

AYOUB. A.

Un caporal de la Protection civile se blesse

Un caporal de la Protection civile, unité de Bir el-Djir, a été

sérieusement blessé, jeudi matin, lors d’une intervention pour

n

éteindre un incendie qui s’est déclaré dans un local commercial à haï El-Yasmine, bloc 31. Les pompiers qui ont investi les lieux désertés n’ont pas vu un trou d’une profondeur de 3 mètres au beau milieu du local à cause de la dense fumée noire qui se dégageait. Le caporal a été grièvement touché au bassin et souffre de brûlures au premier degré.

A. A.

Six blessés sur la route de Bousfer

n Six blessés à divers degrés de gravité ont été enregistrés, jeudi, vers 12h30, dans le télescopage d’une Atos Hyundaï et d’une Renault Clio 3, survenu sur le CW 84 à Bousfer. Les victimes sont âgées entre 7 et 65 ans.

A. A.

Bousfer. Les victimes sont âgées entre 7 et 65 ans. A. A. AÏN TÉMOUCHENT Fin de

AÏN TÉMOUCHENT

Fin de cavale pour un baron de la drogue

C ondamné à perpétuité par le tribunal criminel d’Oran pour trafic

international de drogue et sous le coup de plusieurs mandats d’arrêt, A. M., 41 ans, un narcotrafiquant notoi- re, a été arrêté dans l’une des villes frontalières de l’ouest du pays par la brigade antistup de

la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Aïn Témouchent mettant fin à une cavale qui a duré plusieurs mois. D’après une source policière, c’est à la suite de l’exploitation d’un renseignement sur l’existence d’un réseau de trafic de drogue dans les environs de Béni Saf que les enquêteurs,

qui se sont déplacés sur les lieux, ont réussi à surprendre deux éléments en pleine tran- saction d’une quantité de 500 g de kif traité qu’ils abandon- neront à la vue des policiers. L’enquête permettra d’identi- fier un troisième complice qui n’est autre que le baron cité plus haut. Il a été arrêté à la

faveur d’une extension de compétence et d’un mandat d’arrêt. A. M. a été placé sous mandat de dépôt pour déten- tion et transport illégal de drogue et sa commercialisa- tion par une association rele- vant du crime organisé.

M. LARADJ

Une adolescente libérée des griffes de ses ravisseurs à El-Amria

n Agissant suite à une plainte déposée par le père d’une

adolescente qui a disparu depuis deux jours, les policiers de la Sûreté de daïra d’El-Amria ont fini par la localiser. En fait, elle a été conduite par une femme jusqu’à la localité de Chabat El Leham où elle a été confiée à deux dangereux individus qui l’ont séquestrée pendant deux jours. L’intervention des policiers ne fut pas de tout repos, nous confia Ziad Tewfik, chef de Sûreté de la daïra d’El-Amria, puisqu’ils ont été confrontés à une farouche

résistance des kidnappeurs qui ont utilisé des cocktails Molotov. Après plus d’une demi-heure d’hostilités, les policiers sont parvenus à libérer l’adolescente et arrêter les trois malfaiteurs dont un certain ‘‘Bouzout’’ un repris de justice notoire. Ils ont saisi une importante quantité de boissons alcoolisées, de la drogue et un lot d’armes blanches de catégorie 4 et 5 ( bouchias et machettes). Les mis en cause ont été écroués.

M.

L.

BRÈVES de l’Ouest

DÉTOURNEMENT DE TIMBRES FISCAUX À TLEMCEN

5 ans de prison pour le fondé de pouvoir

Le tribunal criminel de Tlemcen a condamné, jeudi,

en appel, T. F., à cinq années de prison et 50 000 dinars d’amende pour le détournement de timbres fiscaux de la recette des impôts de Tlemcen-Agadir. Selon les experts enquêteurs de l’inspection générale des impôts d’Alger dépêchés sur les lieux, ce détournement a causé un préjudice pour le Trésor public estimé à plus de 40 milliards de centimes entre 2006 à 2014. Concernant la responsable de la recette, autre inculpée dans cette affaire à qui le tribunal a reproché son absence de contrôle dans la gestion des timbres fiscaux et leur traçabilité, une peine de 6 mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 dinars a été prononcée à son encontre. Le troisième fonctionnaire qui occupait précédemment la fonction de receveur principal a été innocenté par le tribunal criminel. Il y a quinze jours, l’avocat général avait requis 10 ans de réclusion pour les trois prévenus. Cette affaire avait été jugée une première fois en 2015 par le même tribunal qui avait condamné le principal prévenu, occupant le poste de fondé de pouvoir, à 10 années de réclusion criminelle.

B. ABDELMAJID

RELIZANE

Découverte d’un crâne humain

Un aviculteur dans la commune de Zemmoura a

découvert un crâne humain, déterré suite aux mauvaises conditions météorologiques ayant touché la région. Le crâne a été déposé à la morgue de l’hôpital local, en attendant l'envoi d'un échantillon à l’Institut national de criminologie et de criminalistique de la Gendarmerie nationale de Bouchaoui pour analyses.

A. A.

SIDI BEL-ABBÈS

Un cycliste mortellement percuté par un camion

Dans la matinée de jeudi dernier, K. K., un cycliste sexagénaire, a été percuté par un camion sur la RN 95 reliant les communes de Sidi Ali Benyoub et Moulay Slissen (35 km au sud du chef-lieu de wilaya). La victime a été évacuée vers les UMC de l'hôpital de Ben- Badis, où elle a succombé à ses blessures.

A. BOUSMAHA

CHLEF

18 mois de prison pour un voleur

Originaire de la wilaya d’Alger et âgé de 48 ans, un

homme a été condamné, en fin de semaine, par le tribunal de Chlef à 18 mois de prison ferme pour le vol d’un téléphone portable.

AHMED CHENAOUI

SAÏDA

Une mère de 7 enfants se suicide

Une femme, âgée de 43 ans, mère de sept enfants,

s’est pendue, mercredi dernier, à une corde à l'intérieur de son domicile familial situé dans la région de Bhaira El Hamra, commune de Sidi-Boukeur, dans la wilaya de Saïda. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale.

F. ZAAF

MOSTAGANEM

Découverte d’une fosse commune à Khadra

Une commission d’enquête a été dépêchée par les

autorités sécuritaires de la wilaya de Mostaganem pour faire toute la lumière sur la fosse commune découverte à Khadra, ce jeudi, par un fellah. La fosse commune date vraisemblablement de l’époque coloniale, avons-nous appris de sources locales. À l’heure actuelle, aucune information sur le nombre de cadavres découverts et l’époque à laquelle remonte cette fosse, n’a été communiquée. D’après nos sources d’information, dix corps auraient été déterrés et des échantillons ont été pris sur les ossements pour des tests ADN. Les ossements seront par la suite exhumés pour être inhumés dans un cimetière communal.

M. SALAH

MASCARA

Deux clandestins marocains interpellés

Lors d’une patrouille au centre-ville de la localité de

Matemore (Mascara), les gendarmes ont interpellé deux ressortissants marocains, pour immigration

clandestine.

A. A.

10

Culture

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

Culture Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016 LIBERTE … CULTURE EN BREF… Hommage à Mouloud
… CULTURE EN BREF…
… CULTURE
EN BREF…

Hommage à Mouloud Mammeri à Béjaïa

n La direction de la maison de la culture Taous-Amrouche de

Béjaïa devait organiser hier (vendredi) un hommage à Dda Lmulud Nat Maammer (Mouloud Mammeri), à l’occasion du 27 e anniversaire de sa disparition tragique (accident de la route), survenue le 26 février 1989 dans la wilaya de Aïn Defla. C’est pour la première fois, il faut le noter, que cette institution publique de Béjaïa a daigné rendre hommage à cet intellectuel incorruptible et père spirituel du combat identitaire amazigh et démocrate impénitent. Au programme commémoratif à ce monument de la cause amazighe, la maison de la culture Taous-Amrouche a convié Fatima Malika Boukhelou, professeur à l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, pour donner une conférence, à partir de 14h, sous le thème “Œuvres et parcours d’un intellectuel atypique”. Après cette conférence, une représentation théâtrale était au menu de cette journée. Il s’agit d’une représentation de la pièce d’un autre monument et regretté de la cause amazighe et culturelle algérienne, Kateb Yacine. La pièce Le cadavre encerclé a été mise en scène par Mokrab Lyès, et a été présentée sur les planches par la troupe théâtrale La Nova, jouée par des étudiants du département de langue française de l’université Mouloud- Mammeri de Tizi Ouzou. Ce premier hommage à Dda Lmulud que s’apprête à lui rendre la maison de la culture de Béjaïa est survenu après l’officialisation de la langue amazighe dans la nouvelle Constitution.

L. OUBIRA

“L’opéra d’Alger ouvrira ses portes avant juin”

n Le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a annoncé,

mercredi à Alger, que l'opéra d'Alger “ouvrira ses portes avant le mois de Ramadhan” avec le “parachèvement des travaux d'aménagement extérieur”, ajoutant que la formation des techniciens algériens était “en cours”. À l'issue de la cérémonie de signature du procès-verbal de réception officielle du projet de l'opéra d'Alger au Palais de la culture avec l'ambassadeur de Chine à Alger Yang Guangyu, M. Mihoubi a précisé que cette infrastructure “est achevée sur les plans technique et artistique, et il ne reste que les travaux d'aménagement extérieur avant d'annoncer la date d'ouverture qui sera fixée par le président de la République”. Cette réalisation “reflète l'amitié de longue date” entre l'Algérie et la Chine qui remonte à plus de 60 ans, a-t-il dit, exprimant le souhait que cet édifice puisse mettre en valeur la diversité de la culture et du patrimoine de l'Algérie à l'instar de l'orchestre symphonique et du ballet national. L'ambassadeur de Chine à Alger a pour sa part exprimé son “immense satisfaction” quant à la concrétisation de ce projet qui “s'inscrit dans le cadre du partenariat global entre les deux pays et les relations d'amitié entre les deux peuples”, ajoutant que “les techniciens chinois assureront l'accompagnement à leurs homologues algériens pour une durée d'une année”. La cérémonie a été marquée par la présence du wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, des représentants des ministères des Affaires étrangères et de l'Habitat et de l'Urbanisme ainsi que le président de l'opéra, nommé récemment, Noureddine Saoudi, outre un grand nombre de cadres du ministère de la Culture. À l'issue de la cérémonie de signature, le ministre et l'ambassadeur chinois ont effectué une visite au site du projet à Ouled Fayet (ouest d'Alger) où ils ont inspecté les différentes salles de l'opéra avant la remise symbolique des clefs. Les travaux d'aménagement extérieur sont toujours en cours, y compris la route principale menant vers l'opéra et le deuxième parking, a-t-on constaté sur place. L'opéra d'Alger dont la première pierre a été posée en 2012 est un don de la Chine, d'une valeur de 30 millions d'euros, et ce, à l'occasion de la visite d'État effectuée par le président de la République Abdelaziz Bouteflika en Chine en 2006.

APS

TROIS JOURNÉES DE RECUEILLEMENT ET D’ÉVOCATION

La Kabylie rend un vibrant hommage à Mouloud Mammeri

À Taourirt Mimoune, chez les Ath Yanni, sa région natale, comme à Tizi Ouzou, Azazga et dans toutes les localités de Kabylie, la commémoration du 27 e anniversaire de la mort tragique de Mouloud Mammeri est marquée par d’émouvantes cérémonies de recueillement, d’évocation et de travaux de recherche.

mise en exergue de ce legs ancestral, classé patrimoine mondial par l’Unesco, pour lequel Mouloud Mammeri avait un grand intérêt en raison de sa valeur patrimoniale et de son apport incon- tournable à la culture algérienne”. Il est vrai que, du temps où il était à la tête du Centre de recherches anthropolo- giques, préhistoriques et ethnogra- phiques durant toute une décennie allant de 1969 à 1979, Mouloud Mammeri, anthropologue et spécialiste du domaine amazigh, a parcouru toutes les régions d’Algérie et d’Afrique du Nord pour mener un travail de recherche anthropologique remar- quable, notamment dans la région du Gourara, située dans le fin fond du Sahara algérien, où il s’est longuement intéressé au riche patrimoine culturel de l’ahellil, ce genre poétique et musi- cal propre aux Zénètes du Gourara, mais aussi au mode de vie et aux médi- tations des populations amazighes des ksour du grand Sud algérien. D’ailleurs, l'ahellil du Gourara a été recensé en 2008 par l’Unesco en tant que “patrimoine culturel immatériel de l'humanité”. C’est dire que ces trois journées d’étude et d’évocation per- mettront à de nombreux universitaires, chercheurs, archéologues, anthropo- logues et sociolinguistes de débattre de ce riche patrimoine culturel de l’ahellil que l’illustre Mammeri et son équipe de recherche de l’époque ont eu le grand mérite de sortir de l’oubli et de valoriser son authenticité. Et à l’occasion, la maison de la culture Mouloud-Mammeri abrite depuis hier une magnifique exposition de photos, d’articles de presse et de livres portant sur la vie et l’œuvre grandiose de Mouloud Mammeri dans le domaine de la littérature algérienne d’expression française et retraçant surtout le long et noble combat qu’il a mené durant toute sa vie pour la promotion de tamazight en tant que langue et culture. Il est à

À l’occasion du 27 e anni- versaire de la dispari- tion du regretté Mouloud Mammeri, illustre écrivain, linguis- te, anthropologue, toute

la Kabylie s’est, une fois de plus, mobi- lisée pour rendre un vibrant hommage à cet amusnaw et défenseur infatigable de la langue et de la culture amazighes. C’est ainsi que l’association Talwit d’Ath Yanni, en collaboration avec la direction de la culture de Tizi Ouzou, a organisé hier matin une cérémonie de recueillement fort émouvante sur la tombe de Mouloud Mammeri à Taourirt Mimoune, dans la commune d’Ath Yanni, comme elle a programmé deux conférences-débats au centre cul- turel d’Ath Yenni, l’une animée hier par Brahim Tazaghart sur “Le prolon- gement du combat identitaire depuis la crise berbériste de 1949”, et une autre communication qui sera présentée aujourd’hui par Ramdane Achab sur “L’expérience de l’édition dans le domaine de tamazight”. Par ailleurs, cette même association Talwit a concocté, à l’occasion, tout un pro- gramme culturel fait de représenta- tions théâtrales et d’animation artis- tique. La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a mobilisé tout son per- sonnel exerçant dans ses différents éta- blissements, tels que la Maison de la culture de Tizi Ouzou qui porte fière- ment le nom de Mouloud Mammeri, ainsi que l’annexe de la Maison de la culture de Azazga, la cinémathèque de Tizi Ouzou et le théâtre régional Kateb-Yacine pour abriter toute une panoplie d’activités commémoratives qui s’étalera sur trois jours, du 26 au 28 février, et ce, sous la thématique spéci- fique de “Mouloud Mammeri, l’explo- rateur de l’ahellil du Gourara”. Selon la direction de la culture de Tizi Ouzou, “l’objectif de cette manifestation est la

D. R.
D. R.

noter qu’une dizaine de conférences- débats seront animées aujourd’hui et demain par des universitaires, des sociologues et des hommes de lettres sur des thèmes variés tels que “Témoignages sur les travaux de recherche de Mammeri”, “Mouloud Mammeri et la valorisation d'actifs spé- cifiques dans les territoires algériens :

l'ahellil du Gourara”… Enfin, il est à noter que la maison de la culture Mouloud-Mammeri abritera, cet après-midi, la cérémonie de remise des prix aux lauréats du traditionnel concours de dictée en tamazight “Prix Mouloud Mammeri” dans sa 10 e édi- tion, qu’organise habituellement la direction de l’éducation de Tizi Ouzou, en collaboration avec l’association des enseignants de tamazight, alors que les étudiants de l’École régionale des beaux-arts de Azazga réaliseront une grande fresque autour de “l’ahellil du Gourara” sur la façade de la biblio- thèque de la Maison de la culture, et ce, avant la projection du film documen- taire intitulé Dda L’Mouloud, qui sera suivie d’un débat en présence du réali- sateur Ali Mouzaoui, demain à 14h, à la cinémathèque de Tizi Ouzou.

MOHAMED HAOUCHINE

14h, à la cinémathèque de Tizi Ouzou. MOHAMED HAOUCHINE AMIN ZAOUI ÉCRIVAIN

AMIN ZAOUI

ÉCRIVAIN

…SOUFFLES…SOUFFLES…SOUFFLES…

Mes femmes !

L a femme, par excellence, représente l’énergie renouvelable pour une écriture énergétique. Energie magique. Poétique. Solaire. Charnel-

le. Il n’y a pas d’écriture sans la présence de la fem- me, la belle, la moche, l’ange, la démone, la jeune,

la moins jeune, la vieille, la sage, la folle

femme toute littérature est née-morte. Certes, vu l’hégémonie de la culture traditionnelle dans notre société, l’image de la femme/ma- man est dominante dans la littérature algérien- ne, écrite en français, en arabe ou en tamazight. Figée dans une image figée, dans l’imaginaire lit- téraire algérien, la femme/maman symbolise la sainteté absolue. Elle est le lait pur qui déborde sur les tétons des deux seins bénis. Dans la littérature romanesque, l’image de la ma- man n’est que l’image d’Allah imagé dans la tête d’un Algérien. Je parle de l’Algérien, mais en réa-

Sans la

lité on peut généraliser cette situation pour tout musulman. Énormément de qualités et de valeurs collées à l’image de la femme/maman relèvent de celles accordées à Allah. L’écrivain algérien ima- gine la maman sous forme d’un Allah, clément, sensible et attentionné. La littérature roma- nesque algérienne est bourrée d’images de Yem- ma. Mais enfin de compte l’écriture se ressemble, se répète. Les textes se copient. L’écrivain romancier est souvent hypocrite envers cette image de Yemma. Il n’a pas le courage d’al- ler dans la profondeur de la vie. Yemma est re- présentée en femme parfaite. Elle est sans faute. Elle est sans chair. Elle est sans égoïsme. Sans rage. Yemma est tout sauf une femme avec un corps et des envies humaines. La vraie écriture roma-

mone. La maman insoumise. La maman qui lève la voix contre un monde qui la veut docile, qui la préfère obéissante. Sans langue. Sans corps. Aveugle. Dépouille. Sans vices. En somme sans vie ! Dans notre écriture, à l’image de notre société hy- pocrite, dès que la femme atteint la rive de la ma- man, de Yemma, elle est obligée de rendre ses armes. Les armes du charme. Les armes de la re- belle. Elle rejoint le camp des nègres et des ser- viteurs ! Dès qu’il s’agit d’écrire Yemma, l’écrivain élève et transporte dans ses romans cette culture de l’hy- pocrisie. Tous, nous aimons nos Yemma. Mais l’écri- vain est capable d’aller avec cet amour dans des sentiers inconnus, des sentiers non franchis. Le non- dit. Le chuchoté. L’arrière-boutique !

qu’il comprend de bien et de mal, de charnel et de spirituel. Cette écriture beigne dans le faux, dans la morale. Ainsi elle est incapable d’évoquer la mo- dernité, de réveiller la conscience, de susciter la question. Il y a des Yemmas méchantes. D’autres sont moches. D’autres sont belles. D’autres sont traitres. D’autres sont des femmes de plaisir. D’autres des femmes de lit conjugal. D’autres sont torturantes. D’autres torturées. Yemma est une femme avant qu’elle soit maman, avant qu’elle soit Yemma ! On oublie souvent que la maman n’est pas née maman. L’écrivain qui n’arrive pas à libérer l’image de Yemma emprisonnée dans son texte, n’arrivera jamais à construire un espace pour li- bérer son lecteur. N’arrivera jamais à se libérer lui- même.

nesque est celle qui arrive à dépasser les clichés.

L’écrivain qui n’arrive pas à écrire sa maman

A. Z.

Celle qui ose écrire les moments de la maman dé-

Yemma comme un être humain avec tout ce

aminzaoui@yahoo.fr

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

L’internationale

11

IL RÉCLAME UN EMBARGO SUR LES ARMES ET DÉNONCE L’INTERVENTION DE L’ARABIE SAOUDITE AU YÉMEN

Le coup de fouet du Parlement européen

Jusqu’à maintenant, certains pays européens n’osent pas critiquer Riyad sur ses violations des droits de l’Homme et ses crimes commis contre les civils depuis le début de son intervention au Yémen.

L ’Arabie saoudite est dans le viseur des députés eu- ropéens qui ont deman- dé jeudi soir l’instaura- tion d’un embargo sur les livraisons d’armes à

Riyad, accusé de faire “des milliers de morts” au Yémen, depuis le début de son intervention dans ce pays en mars il y a un an. “Les frappes aé- riennes de la coalition menée par l'Arabie et le blocus naval qu'elle a im- posé au Yémen (…) ont conduit à des milliers de morts et ont encore dé- stabilisé davantage le Yémen”, s’est justifié le Parlement européen dans le document qu’il a transmis à la hau- te représentante de l’Union euro- péenne pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini. “Les eurodé- putés, en exigeant l’interdiction de ventes d’armes à l’Arabie, veulent, ainsi, mettre un terme aux crimes de guerre du régime de Riyad au Yémen, estimant que ce projet de loi pourrait être un pas important conduisant à la fin de l'effusion de sang, dans ce pays”, ont ajouté les parlementaires qui ont voté en faveur de cette réso- lution par 359 voix contre 212 et 31

abstentions. “La violation des droits de l’Homme, au Yémen, ainsi que le massacre de sa population avec des armes fabriquées en Europe, ont at- teint un tel paroxysme, que l’Europe doit se mobiliser, pour mettre fin à la vente d’armes au régime de Riyad”, a déclaré Richard Hawitt, l’un des re- présentants du Parlement britan- nique, dont le pays a autorisé l’année dernière la livraison d’avions de chasse et de bombes téléguidées à Riyad. Il “était temps que le Parlement

D. R.
D. R.

européen se saisisse de ce conflit trop longtemps ignoré par la communau- té internationale”, ont indiqué Eva Joly et Pascal Durant, députés fran- çais des Verts, cité par le quotidien L’Humanité. “L’Arabie saoudite est le second plus gros importateur d'armes

et que l'UE est son prin-

cipal fournisseur !”, ont-ils ajouté. Pour rappel, la France est l’un des plus importants fournisseurs d’armes et de matériels militaires à l’Arabie saoudite. En 2015, Paris a signé pour plus de 10 milliards de dollars de contrats de livraisons d’équipements militaires et maritimes pour Riyad. “Cette résolution est un signal à tous les États membres, les invitant à sor- tir du silence et à ne plus participer au désastre humanitaire en cours au Yémen”, s’est félicité Mike Penrose, directeur général d'Action contre la

au monde

faim France, cité par l’AFP. “Cette dé- cision confirme la violation des lois humaines et internationales, par l’Arabie, qui, soutenue par les États- Unis, continue d’attaquer les citoyens et les infrastructures yéménites”, a pré- cisé Mohammed Ali al-Houthi, le président du “Comité suprême de la révolution” (Houthis), cité par l’agen- ce de presse yéménite Saba. “Le pro- cessus politique et le dialogue entre les

Les bombes de la coalition tuent des civils.

Yéménites ont été sapés par les États- Unis et l’Arabie saoudite”, a-t-il ac- cusé. Pour rappel, l’intervention saoudienne au Yémen, sous le cou- vert d’une coalition arabe soutenue par les États-Unis et de nombreux pays européens, a fait plus de 6 100 morts, pour près de la moitié des ci- vils, et environ 30 000 blessés, selon l'ONU.

LYÈS MENACER

Syrie : arrivée en Turquie de chasseurs

n Quatre chasseurs F-15 saoudiens sont arrivés hier sur une base turque pour participer, officiellement, à la campagne de frappes contre les terroristes du grou-

pe autoproclamé État islamique (EI/Daech), a annoncé l'agence officielle Ana-

tolie. Les avions ont été déployés à Incirlik, grande base militaire située dans

le

sud de la Turquie qui accueille déjà des appareils américains, britanniques

et

français prenant part aux bombardements contre l'EI, a précisé l'agence. Une

trentaine de soldats saoudiens et du matériel militaire sont déjà arrivés mar-

di sur cette base, avaient rapporté les médias turcs.

R. I./AGENCES

L’ACCUEIL DES RÉFUGIÉS ET MIGRANTS DÉCHIRE L’EUROPE

Crise diplomatique entre la Grèce et l’Autriche

L a Grèce a durci le ton hier vis-à-vis de l'Au- triche sur fond de dissensions sur la crise des réfugiés, le commissaire européen aux Mi-

grations mettant en garde contre un “désastre” si ces divisions persistent. Dernière en date d'une sé- rie de restrictions aux frontières des pays de la rou-

te des Balkans, la Slovénie a annoncé hier qu'el- le voulait limiter à 580 par jour le nombre de ré- fugiés autorisés à transiter par son territoire, ce qui va inévitablement aggraver l'engorgement en Grèce, un pays déjà en crise économique aiguë. Le commissaire européen aux Migrations, Di- mitris Avramopoulos, a prévenu que l'Europe irait

“au désastre” s'il n'y avait pas “de convergence et une compréhension” lors du sommet extraordi- naire UE-Turquie le 7 mars sur la crise des réfu- giés et migrants à Bruxelles. “Tout sera jugé le 7

il faut une discussion pour partager la res-

mars (

ponsabilité entre (les pays membres), une condi- tion pour commencer à trouver une solution au

)

problème”, a souligné le commissaire à Delphes, dans le centre de la Grèce, en appelant “à mettre fin à des actions unilatérales ou bilatérales ( Hier matin, Athènes a refusé de recevoir la mi- nistre autrichienne de l'Intérieur, Johanna Mikl- Leitner, qui souhaitait venir en Grèce pour “ex- pliquer la position autrichienne en détail et di- rectement”. Le refus grec intervient au lendemain du rappel par Athènes de son ambassadrice à Vienne pour “consultations”, en signe de protes- tation contre la tenue mercredi par l'Autriche d'une réunion des pays des Balkans consacrée à la crise des réfugiés, et dont la Grèce a été exclue, alors que depuis quelques semaines, ce pays de la rive nord de la Méditerranée fait face à un flux in- édit des réfugiés qui fuient la guerre en Syrie, en Irak, en Libye, en Afghanistan et les dictatures en Asie du Sud et de nombreux pays africains. Les vives tensions entre Athènes et Vienne ont em- poisonné la rencontre jeudi à Bruxelles des mi-

nistres de l'Intérieur des pays de l'UE, censée mettre fin à la cacophonie face à l'afflux de mi- grants qui risque de déclencher une crise huma- nitaire. “L'Autriche nous traite comme des enne- mis”, s'était exclamé le ministre grec de la Poli- tique migratoire, Yannis Mouzalas, devant ses ho- mologues au cours de cette réunion, selon une source diplomatique. Les membres de l’UE sont déchirés sur la question des quotas de réfugiés à accueillir, mais leurs dirigeants refusent surtout de reconnaître qu’il s’agit d’une crise de réfugiés et non pas de migrants. Ce qu’il leur a valu de vives critiques de la part des organisations hu- manitaires et aussi de l’ONU qui a appelé l’Eu- rope à assumer une responsabilité morale vis-à- vis de ces dizaines de milliers de personnes en dé- tresse, à cause des guerres et des dictatures dont certains pays du Vieux Continent endossent une part de responsabilité.

L. M./AGENCES

NOUVELLE EXPLOSION DE GRENADES À BUJUMBURA

Burundi :

au moins six blessés

n Au moins six personnes ont été

blessées, dont une “très grièvement”, par l'explosion d'une grenade hier dans le quartier populaire de Buyenzi, dans le centre de la capitale Bujumbura, au deuxième jour de la visite d'une délégation de chefs d'État africains, a indiqué une source locale. “Des criminels viennent de lancer une grenade sur la 19 e avenue de Buyenzi. Elle a fait au moins six blessés, dont un très grièvement”, a annoncé le maire de Bujumbura, Freddy Mbonimpa. Des témoins, cités par des médias, ont assuré que l'explosion a entraîné la fermeture temporaire du marché par la police burundaise et l'arrestation d'une dizaine de jeunes qui se trouvaient dans les environs. Trois autres grenades avaient explosé dans le quartier voisin de Jabe dans la nuit de jeudi à vendredi sans faire de victime, alors que l'explosion nocturne d'une quatrième, dans celui de Musaga (sud), a fait un blessé, selon la même source administrative. Les chefs d'État africains en visite au Burundi devaient rencontrer hier le président Pierre Nkurunziza, après des entretiens la veille avec des représentants de l'opposition puis hier avec un ancien chef d'État burundais. Tous ont insisté auprès de la délégation de l'UA sur la nécessité d'organiser, à l'étranger, un dialogue incluant toutes les parties à la crise.

R. I./AGENCES

“DÉRAPAGES” LORS D’UNE MANIFESTATION POLICIÈRE

Tunisie :

le gouvernement annonce des poursuites

n La présidence du gouvernement

tunisien a annoncé, hier, qu'elle allait engager des poursuites judiciaires contre des responsables

syndicaux, coupables, selon elle, de “pratiques honteuses” et d'“abus flagrants” durant une manifestation policière organisée la veille. Des centaines de policiers, en civil, ont manifesté jeudi devant le siège de la présidence du gouvernement sur la base de revendications salariales, scandant notamment des slogans hostiles au Premier ministre Habib Essid. Dans un communiqué, les services de M. Essid ont déploré “l'expression de

slogans politiques (

l'action syndicale et des revendications professionnelles”, mais aussi “l'introduction intentionnelle des membres du syndicat national des forces de la sécurité intérieure au sein du siège du gouvernement”, ainsi qu'une “perturbation du rythme de travail”. L'appel à manifester avait été lancé par le syndicat national des forces de sécurité, qui réclame une meilleure prise en compte du coût de la vie, mais aussi de la difficulté croissante de la tâche dans un pays à la fois ciblé par des attentats terroristes et théâtre de nombreux mouvements sociaux.

)

loin de

R. I./AGENCES

MISSION ONUSIENNE AU MALI

Un Casque bleu tchadien tue deux collègues

U n Casque bleu tchadien a tué, jeudi à Kidal (nord-est du Mali), un chef d'unité et un médecin militaire de son

contingent, selon une source sécuritaire au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma). Cette source avait, dans un premier temps, in- diqué à l'AFP qu'un chef des Casques bleus tchadiens avait été tué et qu’un autre, dont l'identité n'avait pas été divulguée, avait été

blessé par un soldat “mutin”. Le blessé “vient de rendre l'âme”, a dit la même source, pré- cisant qu'il s'agit d'un médecin militaire. “Quelques dizaines de Casques bleus tchadiens sont mécontents depuis quelques semaines de leurs conditions de vie et de travail dans le nord du Mali”, a encore affirmé la même source. Le poids financier de la présence des soldats de l’ONU au Mali est important et le retard pris

dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger ag- grave les choses. La tension était “vive” jeudi au sein du contingent tchadien à Tessalit, au nord de Kidal, où une dizaine de soldats ont été arrêtés par la hiérarchie pour “indiscipli- ne”, a indiqué la seconde source de sécurité à la Minusma, sans donner les raisons de cette tension. Des soldats tchadiens mécontents de leurs conditions de vie ou réclamant des ar-

riérés de soldes avaient abandonné leurs po- sitions en signe de protestation en septembre 2013 et en novembre 2014. Avec plus de 1 151 militaires et policiers (sur un effectif total de près 11 700 à la mi-décembre 2015), le contin- gent tchadien est le troisième en nombre de la Minusma, derrière le Burkina Faso (1 742) et le Bangladesh (1 725).

R. I./AGENCES

12

Auto

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

PAGE ANIMÉE PAR FARID BELGACEM

liberteauto2011@yahoo.fr

PAGE ANIMÉE PAR FARID BELGACEM liberteauto2011@yahoo.fr L’OFFRE DU MOIS MORRIS GARAGES (KIV-CONCESSIONNAIRE) Des

L’OFFRE DU MOIS

MORRIS GARAGES (KIV-CONCESSIONNAIRE)

Des formules pour taxis sur la MG3

(KIV-CONCESSIONNAIRE) Des formules pour taxis sur la MG3 n KIV-concessionnaire, représentant de la marque Morris

n KIV-concessionnaire, représentant de la marque Morris Garages vient de lancer une formule adéquate et répondant aux besoins des taxieurs en Algérie. Selon notre source, KIV- concessionnaire a choisi le modèle MG3, le plus prisé de tous les segments, pour permettre aux chauffeurs de taxis de renouveler

leur flotte vieillissante. Il faut savoir que la MG3 décline une motorisation, à savoir le bloc moteur 1,5L à 110 Ch, associé à une BVM à 5 rapports, et deux finitions, à savoir Confort+ et Deluxe. Quant aux tarifs, KIV-concessionnaire propose la MG3 à partir de

1 490 000 DA (TTC). Très équipée et

répondant aux normes dictées par le nouveau cahier des charges, la MG3 est notamment dotée de 2 airbags, l’ABS, le CBC (contrôle de freinage en virages) et l’EBD, la climatisation, la direction assistée, une radio CD-MP3 avec 6 haut-

parleurs, un ordinateur de bord et bien d’autres options si utiles pour le confort et les fonctionnalités dont ont besoin les chauffeurs de taxis. Aussi, KIV-concessionnaire a affiché ses nouveaux tarifs concernant la MG350 qui sont à partir de 1 720 000 DA (TTC). Elle est déclinée en trois finitions, à savoir Confort, Confort+ et Deluxe. KIV-concessionnaire décline aussi les mêmes finitions sur la MG5 qui débute à partir de

1 790 000 DA (TTC), la MG-550 à

partir de 1 730 000 DA (TTC) et la MG6 à partir de 1 930 000 DA (TTC).

F. BELGACEM

LE WALI D’ORAN À PROPOS DE L’IMPLANTATION DE L’USINE PEUGEOT

Abdelghani Zaalane : “Ce sera à El-Hamoul d’Oued Tlélat”

M. Zaalane a annoncé l’inauguration, en mars prochain à Oran, d’une usine de production des sièges de voitures. Un investissement qui s’inscrit dans le cadre de la sous-traitance accompa- gnant l’industrie automobile.

C ’est officiel, la localité d’El-Hamoul (Oran) abritera la future usi- ne automobile de Peugeot. Relevant de la daïra d’Oued Tlé-

lat, la localité d’El-Hamoul, au sud d’Oran, accueillera ainsi la future usi- ne automobile de Peugeot. C’est ce qu’a indiqué le wali d’Oran, Abdel- ghani Zaalane, qui estime que “ce projet est un autre acquis qui traduit la politique du gouvernement visant le développement d’un pôle d’indus- trie de l’automobile dans la région”.

Lors d’une émission spéciale diffu- sée par la Télévision algérienne, ce responsable a évoqué le développe- ment de cette filière industrielle à Oran, notamment avec sa proximi- té d’une autre usine, à savoir celle de Renault, basée à Oued Tlélat, en- trée en production depuis environ un an et demi. M. Zaalane a annoncé, en

depuis environ un an et demi. M. Zaalane a annoncé, en outre, l’inauguration, en mars pro-

outre, l’inauguration, en mars pro- chain à Oran, d’une usine de pro- duction des sièges de voitures. Un investissement qui s’inscrit dans le cadre de la sous-traitance accom- pagnant l’industrie automobile. Cet- te usine a pour objectif de dévelop- per le tissu de la sous-traitance de

l’industrie mécanique et la promo- tion de son taux d’intégration na- tionale, en plus du renforcement des capacités locales dans le domai- ne de la technologie en la matière et la création de postes d’emploi, a-t-il expliqué. D’autres projets d’usines de fabrication d’accessoires sont en

voie de concrétisation, à savoir une unité de fabrication des plaques en plastique destinée à l’industrie au- tomobile, a-t-il ajouté. Le responsable de l’exécutif de wilaya d’Oran a rappelé, à l’occasion, les ef- forts fournis par l’État afin de déve- lopper un climat exemplaire encou- rageant l’investissement, notam- ment industriel, tout en valorisant les résultats de la dernière rencontre (gouvernement-walis), soldée, se- lon lui, par des décisions coura- geuses susceptibles de répondre aux exigences du développement éco- nomique. La wilaya d’Oran a bénéficié de 17 nouvelles zones d’activités, finan- cées par le Fonds de solidarité du mi- nistère de l’Intérieur et des Collec- tivités locales, qui s’ajoutent à 20 zones d’activités existantes et trois autres zones industrielles.

FARID BELGACEM

FOCUS La photo historique IL EST L’ŒUVRE DES AGENTS ASSIMILÉS DE CONSTANTINE Peugeot 4DP,1 er
FOCUS
La photo historique
IL EST L’ŒUVRE DES AGENTS ASSIMILÉS DE CONSTANTINE
Peugeot 4DP,1 er véhicule monté en 1968 en Algérie
n Jeudi dernier, 90 élèves du lycée Zoubida Ould-
Kablia de Draria et 40 autres élèves du CEM
Larbi-Tébessi de Chéraga ont immortalisé un
moment fort devant le premier véhicule monté
en Algérie en 1968. Il s’agit du Peugeot 4DP
fabriqué, comme inscrit sur cet écriteau, par des
agents assimilés du service régional du matériel
de Constantine. En effet, à l’occasion de la
Journée nationale du
chahid, et à l’initiative de la
Sûreté de la wilaya d’Alger,
les cellules d’écoute de
l’action préventive (CEAP) de Draria et de
Chéraga ont organisé une visite guidée au
Musée central de la police (MCP) de Châteauneuf
(Ben Aknoun), où le commissaire divisionnaire
et directeur dudit musée, Abdelkrim Chaouki, a
fourni d’amples explications sur les moyens
utilisés par la police algérienne depuis sa
naissance.
FARID B.

COUP DE CŒUR

MALGRÉ LE BLOCAGE DU MARCHÉ AUTOMOBILE

ALD Automotive va passer à 3500 véhicules pour 2016

A LD Automotive, filiale de Société Gé- nérale, voit en grand et veut étoffer son parc automobile. Lors d’une conféren-

ce de presse organisée mardi dernier à Alger, Patrice Reveille, DG de l’entreprise, a fait sa- voir que sa société ambitionne de passer de 3097 véhicules en 2015 à 3500 véhicules pour 2016 avec une croissance de 13%, passer à 57 colla- borateurs au lieu de 54, la livraison de 1123 vé- hicules et la restitution de 720 véhicules. L’en- treprise compte également ouvrir une succur- sale à Oran, comme elle a développé d’autres offres pour être au plus près du client, tel que service VIP (convention avec Renault et sa suc- cursale d’Alger en attendant son extension à d’autres wilayas et concessionnaires), l’ALD Net et My ALD, des applications qui viendraient renforcer l’ALD Eco Drive et qui est en place

depuis un moment. Mais tous ces projets et pré- visions de l’entreprise se heurtent aux nouvelles donnes du marché de l’automobile et à la cri- se que vit le secteur. Selon M. Reveille, la pé- nurie que connait le secteur de l’automobile les affecte directement. “Nous n’arrivons plus à ré- pondre à toutes les demandes. Nous sommes en train de perdre des clients. Il y a quelques jours, nous avons reçu une commande pour une location à longue durée de 45 véhicules et nous n’avons pas pu répondre favorablement”, a déclaré M. Reveille. Selon lui, l’entreprise est en train de s’adapter et de chercher des alternatives pour garder sa position de leader en Algérie. Pour ce faire, l’entreprise lance la location à moyenne durée pour une période allant d’un an à 18 mois. M. Reveille a rappelé que l’ALD Automotive fournit à ses clients, dans le cadre

du LLD, des véhicules neufs, dont la durée de la location est évaluée en années ou en kilo- mètres. ALD Automotive prend en charge tout le volet lié à la maintenance, l’assurance, la ré- vision, la réparation, l’intervention en cas de panne et la mise à disposition de véhicules de remplacement et changement de pneuma- tiques. La rencontre était l’occasion de revenir sur les résultats de l’année écoulée. Ainsi, malgré la crise que vit le marché de l’automo- bile, l’entreprise continue de progresser. Pour 2015, la filiale algérienne termine l’année avec 3097 véhicules, soit une croissance du parc de plus de 12%, enregistrant ainsi sa 6 e année de croissance consécutive, confortant sa posi- tion de leader. Aussi, ce sont 1056 véhicules qui sont venus enrichir le parc et 747 autres ven- dus en occasion durant cette même année.

747 autres ven- dus en occasion durant cette même année. Concernant le portefeuille clients, l’entreprise compte

Concernant le portefeuille clients, l’entreprise compte 112, sachant que 20 nouveaux clients, dont 6 PME algériennes, ont adopté la location longue durée.

DJAZIA SAFTA

QUALITÉ APRÈS-VENTE

VALABLE DU 17 FÉVRIER AU 17 MARS CHEZ PEUGEOT ALGÉRIE

Le forfait vidange “net et précis” à partir de 3 090 DA

C’ est net et précis : Peugeot Algérie vient de lancer le forfait constructeur, qui se veut une réponse aux attentes

des clients. Celles-ci concernent la connais- sance du prix à l’avance d’une intervention courante, le payement du prix annoncé, l’achat d’une offre après-vente adaptée à l’âge, au kilométrage et à l’utilisation du véhicule et la possibilité de comparer les offres (prix/pres- tations). Et dans ce cadre précis, une première opération a été lancée le 17 février dernier et s’étalera jusqu’au 17 mars, soit le 21 e jour du

Salon d’Alger. Cette offre concerne le forfait

jour du Salon d’Alger. Cette offre concerne le forfait vidange «net et précis» (vidange filtre et

vidange «net et précis» (vidange filtre et main-d’œuvre) et qui s’affiche à partir de 3 090 DA. Et cette offre sera suivie prochainement par d’autres forfaits qui concernent d’autres

interventions. “La qualité de service a toujours été l’un des éléments importants de la politique de Peugeot Algérie, et ce, pour se rapprocher du client et lui faciliter la vie”. Du coup, les forfaits Constructeur lancé par Peugeot Algérie offre aux clients Peugeot une réponse et une solution à toutes ces questions à travers plusieurs axes, comme la simplification administrative qui veut qu’il n’y a pas de calcul de prix à faire, le prix de la pres- tation complète (pièces, ingrédients et main- d’œuvre) est fourni au préalable au client. L’autre axe est le professionnalisme puis-

qu’un conseiller du service commercial com- munique rapidement au client la somme des prestations demandées. En face, il s’agit d’une offre cohérente et le conseiller du service commercial accorde suffisamment de temps au client afin de mieux le servir et le conseiller, dans la trans- parence, notamment pour que le client sache qu’il doit connaître le prix d’une intervention avant la réalisation des travaux et que ce der- nier correspond au prix annoncé. N’est-ce pas net et précis ?

F. BELGACEM

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

Supplément TIC

13

13

LA BANQUE À DISTANCE EN ALGÉRIE

Les établissements bancaires boudent encore les applications mobiles

D. R.
D. R.

L e Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, l’une des plus importantes manifestations technologiques du monde, a été marqué cette année par la présentation des

projets de solutions technologiques issues de la convergen- ce inédite des technologies mobiles avec l’informatique. L’optimisation radio des microcellules d’un réseau sans fil cel- lulaire en est un exemple. Plusieurs développeurs de softwares destinés à ce type de fonc- tionnalités ont reçu les honneurs de la plupart des experts des communications intelligentes. La gestion des ressources ra- dio des réseaux mobiles à très haut débit a été l’une des ori- ginalités de ce salon, aux côtés de l’interopérabilité de la 5G, de la voiture connectée, des “chipsets” de demain, et des villes intelligentes. La convergence des technologies hardwares et softwares a été également illustrée par Huawei. La firme chi- noise a exposé sur son stand une solution de convergence bap- tisée “Push to vidéo” qui succédera à celle du “Push to talk” déjà commercialisée par plusieurs opérateurs dans le monde. Hua- wei a réussi à développer une technologie à faible coût pour permettre aux usagers de transmettre en temps réel de la vi- déo HD entre plusieurs terminaux selon le concept “Push to talk”. Cette solution est fonctionnelle sur les réseaux mobiles

La convergence

télécom-

informatique au servicedesréseaux

Par : FARID FARAH

4.5 G et ses utilisateurs deviendront donc des nœuds d’un ré- seau de télésurveillance vidéo mobile. Des prévisionnistes, pré- sents sur le stand Huawei, ont affirmé que la solution “Push to vidéo” sera très bénéfique aux structures d’intervention lors des catastrophes naturelles. Le rapprochement des télécom- munications avec l’informatique, et très prochainement avec l’intelligence artificielle, a également donné naissance au métier de fournisseur de services de communications dé- diés aux objets connectés. Les télécommunications mo- dernes fournissent une bande passante large pour assurer la circulation permanente du flux important des données entre ces objets et le cœur du réseau. Quant à l’informatique, elle a réussi à mettre en œuvre des procédés d’optimisation de la consommation de l’énergie afin de solutionner la conséquence principale de l’augmentation de la vitesse de circulation de la data, en l’occurrence l’aug- mentation de la consommation énergétique. Le prolongement de la vie de la batterie, ainsi réalisé, facilitera la transmission rapide des données sur de longues distances et renforcera l’ef- ficacité économique des solutions liées au domaine de l’in- ternet des objets.

F. F.

Publicité

renforcera l’ef- ficacité économique des solutions liées au domaine de l’in- ternet des objets. F. F.

14

Supplément TIC

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

LES ÉQUIPEMENTIERS ONT MULTIPLIÉ LES DÉMONSTRATIONS

La 5G a été la star du Mobile World Congress 2016

Lors du Mobile World Congress 2013, l’on parlait encore de “Fixed Broadband and Convergence” (le haut débit fixe et convergence). Trois ans plus tard, c’est la mobilité, et en particulier la 5G qui dominent les débats.

L a quasi-totalité des acteurs de l’éco- nomie numérique mondiale ont été au rendez-vous du 22 au 25 fé- vrier à Barcelone pour l’édition 2016 du Mobile World Congress (MWC), la plus grande manifes-

tation planétaire des technologies mobiles. Le

thème central de cette année s’intitule “Mobile is everything” (le

mobile est tout), une façon de

montrer que le mobile a envahi l’ensemble des secteurs de l’in- dustrie. Le MWC est un événement annuel, or- ganisé par la GSM Association (GSMA), une association internationale qui regroupe de nombreux professionnels du secteur des télé- communications. Cette année, il a accueilli plus de 120 000 visiteurs et près 5000 analystes in- dustriels et représentants des médias interna- tionaux, venus voir les nouveautés de quelque 3000 firmes exposantes dont 500 startups qui ont fait la part belle aux produits et services de pointe sur une superficie de 100 000 mètres car- rés nets d'espace d'exposition et d'accueil. Les visiteurs ont pu constater, à travers les proto- types de la voiture connectée, de nouvelles ap- plications, des dispositifs technologiques de la réalité virtuelle ainsi que des objets connectés, l’impact des nouvelles technologies sur leur vie quotidienne. Contrairement aux éditions pré- cédentes, la dixième édition du MWC a ac- cueilli, en plus des opérateurs et fabricants de terminaux, de nouvelles compagnies IT dont celles spécialisées dans l’intelligence artificiel- le. L’occasion nous a été donnée de découvrir le smartphone modulaire exposé par LG, la

Par : FARID FARAH DE BARCELONE

D. R.
D. R.

Mate Book de Huawei, une tablette deux en un, et surtout la solution de la firme Archos, bap- tisée réseau mesh LoraWan, qui permet de mailler un réseau pour obtenir plusieurs nœuds sur une superficie limitée. Mais la star du MWC 2016 était la 5G. Les participants à cette grande manifestation technologique ont eu la chance d’assister à plusieurs démonstra- tions d’équipementiers et opérateurs sur l’im- pact très attendu de la 5G sur l’industrie de la téléphonie mobile.

Huawei annonce une normalisation de la 5G d’ici fin 2016 Si la plupart des orateurs lors des discours pro- noncés étaient unanimes pour annoncer une standardisation de la 5G en 2020, l’équipe- mentier chinois, Huawei, l’annonce, lui, pour

la fin de cette année. “Nous avons effectué plu- sieurs tests de fonctionnement et d’interopéra- bilité avec des dizaines d’opérateurs dans le mon- de”, nous disait un des animateurs du stand de Huawei. À travers sa présentation, nous avons pu comprendre l’impact de la virtualisation des fonctions physiques d’un réseau de télécom- munications sur la connectivité de demain. L’affaiblissement du temps de latence consti- tue la meilleure performance réseau de la 5G. Ceci permettra, par exemple, d’optimiser le flux des données échangées entre les voitures connectées, de piloter à distance des objets connectés actifs, et surtout “d’arroser”, sur une zone limitée, des milliers d’utilisateurs en ca- pacité réseau à très haut débit (20 Gbits/s), le tout avec 0 milliseconde de temps de latence.

Intel mise sur la 5G Le MWC 2016 a également été une occasion pour le géant des puces électroniques Intel de dévoiler sa nouvelle stratégie qui s’appuie es- sentiellement sur la 5G. “La migration vers la 5G augmentera l’influence de l’informatique sur les télécommunications. L’industrie de l’élec- tronique doit donc changer pour permettre à l’in- formatique de gérer les milliards de termi- naux connectés, de synchroniser les services per- sonnalisés avec les applications Cloud. En clair, l’écosystème de la 5G passera obligatoirement par une industrie microélectronique puissante”, nous a déclaré Asha Keddy, vice-présidente chez Intel, en marge d’une conférence-débat sur la standardisation des réseaux sans fil LAA (Licensed Assisted Access). Autre nouveauté du WMC, l’officialisation par Huawei de son MateBook, un ordinateur por- table hybride, un véritable 2-en-1, destiné à sa- tisfaire les besoins de l’utilisateur profession- nel mobile. Tournant sous Windows 10, Ma- teBook est équipé d’un écran de 12 pouces et affiche une autonomie d’énergie de 9 heures. Par ailleurs, plusieurs démonstrations solutions technologiques destinées aux projets de trans- formation numérique ont été présentées par Huawei dans son stand d’une superficie de 5000 mètres carrés. Selon les animateurs du stand, la stratégie du fournisseur chinois des solutions IT repose sur le principe d’accompagner les opérateurs des télécommunications dans les projets de déploiement des réseaux 4G, 4.5G et 5G. “Notre stand a été une fenêtre d’ouver- ture vers le mode des télécommunications de de- main”, disent-ils.

F. F.

CONTRÔLE PARENTAL DE L’INTERNET

Ce que proposent les opérateurs pour sécuriser la navigation des enfants

Selon une étude réalisée en novembre 2015 par des psychologues, 33% des élèves algériens ont déjà atteint un certain degré de dépendance à internet et aux réseaux sociaux en particulier. Ce qui pose le problème de leur exposition aux risques de la cybercriminalité.

L es enfants algériens surfent de plus en plus sur internet. Selon la Fondation nationale pour la

promotion de la santé et le dévelop- pement de la re-

(Fo-

rem), ils passent

77% de leur quotidien sur la Toile. Livrés à eux- mêmes, ils sont ainsi la proie des pré- dateurs et des cybercriminels qui font du Net leur terrain de chasse. C’est dans le but de protéger leurs petits que les parents font appel aux ser- vices de contrôle parental. Que ce soit sur ADSL ou le réseau 3G, ces services varient entre les so- lutions payantes disponibles sur In- ternet et celles, gratuites, proposées par l’opérateur historique Algérie Té- lécom, et les opérateurs de télépho- nies mobiles Mobilis, Djezzy et Oo- redoo. Pour une connexion ADSL, la solu- tion “Fi@mane” (en toute sécurité),

ADSL, la solu- tion “Fi@mane” (en toute sécurité), Par : NES-ALI MEHMED cherche proposée par Algérie

Par : NES-ALI MEHMED

cherche

proposée par Algérie Télécom, “per- met de protéger vos enfants des dan- gers d’internet en quelques clics et en toute tranquillité”, explique l’opéra- teur historique. Le logiciel Fi@mane est téléchargeable sur le site d’AT. Il est installable en différentes langues. Il permet de limiter la durée de connexion quotidienne des enfants, interdire certains sites web, et blo- quer le téléchargement et l’exécution d’un programme sélectionné. Autres possibilités pour les parents, Fi@mane leur permet de visualiser les sites visités par chaque utilisateur ainsi que le temps passé lors de chaque session de navigation. Trois modes de filtrage sont possibles dans Fi@mane. Le “mode enfant” permet de naviguer “sur une sélection de plusieurs milliers de sites Internet dont les contenus sont analysés et vé- rifiés. Les chats, forums ou blogs sont explicitement exclus”. Le “mode ado- lescent” où la navigation est possible

sur tous les sites Internet à l'excep- tion de ceux “identifiés comme in- appropriés par le logiciel”. “Le mode Parent” “vous permet de surfer sans aucun filtrage grâce à votre mot de passe "Parents"”. À noter que l’acti- vation de Fi@mane nécessite une clé de licence que l’opérateur histo- rique fournit contre un paiement de 1500 DA dans une agence commer- ciale. Depuis son lancement en 2013, plus de 10 770 licences ont été attri- buées, apprend-on auprès d’Algérie Télécom. Néanmoins, outre cette solution, les parents peuvent recou- rir à d’autres outils de filtrage em- barqués notamment sur les anti-vi- rus.

Les terminaux mobiles sont risqués aussi Il est plus aisé de vérifier la naviga- tion de ses enfants sur des ordina- teurs que sur des terminaux mobiles, généralement plus “personnels”. Les

opérateurs de téléphonie mobile en Algérie proposent eux aussi aux abonnés de la 3G+ des solutions de contrôle parental préconfigurées. Le contrôle parental chez Djezzy permet une “navigation internet sé- curisée” avec “accessibilité complète

au Web”. Seuls “certains sites sont in- terdits” dont ceux représentant un “Risque Pénal : (Contrefaçon,

)” ou

un “Contenu Adulte : (Alcool, tabac, arme, agressivité, sexe, sites de ren- contres…)”, explique l’opérateur. L’activation du contrôle parental chez Djezzy se fait en composant *707*3#. Les étapes sont explicitées dans le détail sur le site de Djezzy [www.djezzy.dz/] en cliquant sur “Particuliers”, puis “Tout sur la 3G+”, ensuite “Contrôle parental Djezzy”. Les abonnés de Ooredoo peuvent gratuitement aussi bénéficier d’un service de contrôle parental permettant aux enfants naviguer

Drogue, jeux d’argent et casino

sans risque d’accéder à des contenus inadaptés ou inappropriés”. Pour l’activer, il suffit de composer *151*20# et suivre les étapes énon- cées. L’opérateur Mobilis, qui a lancé le service contrôle parental fin janvier 2016, permet aux abonnés de bloquer l’utilisation de certains ré- seaux sociaux, de sites de tchatche et de messageries instantanées. Une option qui peut s’avérer cruciale puisque 80% des délits de cybercri- minalité enregistrés en 2015 par la Sûreté nationale concernent le réseau social Facebook. Le contrôle paren- tal proposé par Mobilis permet aus- si aux parents de bloquer le télé- chargement de nouvelles applications mobiles. Il existe aussi d’autres ap- plications mobiles de contrôle pa- rental disponibles sur Android et iOS. Les plus cotées sont : Kids Pla- ce, Xooloo App Kids, PDLP, Norton Family, et Kid’s Shell.

N.-A. M.

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

Supplément TIC

15

LA BANQUE À DISTANCE EN ALGÉRIE

Les établissements bancaires boudent encore les applications mobiles

Si toutes les banques commerciales, publiques et privées, agréées en Algérie, disposent de services ebanking, via une interface web, seules trois proposent des applications mobiles à leurs clients. État des lieux.

D eux ans après le lancement de l’internet mobile 3G, les banques algériennes, pu- bliques ou privées, ne se bous- culent pas pour lancer des applications mobiles. Hor-

mis trois banques, une publique et deux pri- vées, le reste des éta-

blissements ban- caires n’a pas encore

franchi le pas de la mobilité. Il ne s’agit pas de paiement mobile, pour lequel l’ensemble des acteurs (banques et entreprises) attendent un aboutissement de la législation pour l’encadrer, mais d’applications mobiles permettant de garder le contact avec sa banque lorsqu’on est en déplacement. Commençons par les établissements ban- caires qui proposent une application mobile, en plus d’un service ebanking sur une plate- forme web. Il s’agit de la Banque de dévelop- pement local (BDL) et de BNP Paribas El-Dja- zaïr. Si cette dernière bénéficie d’un support et d’une expérience internationale, la BDL [www.bdl.dz] est la première banque pu- blique à lancer une application mobile. An- noncée à la mi-décembre 2015, l’application MyBDL a été mise en ligne dès les premiers jours de février 2016. Elle est téléchargeable sur la plateforme ebanking BDL et sur PlayStore

de Google. Téléchargée à environ 500 exem- plaires depuis son lancement, MyBDL offre les mêmes services que le ebanking BDL, c’est-à- dire de consulter les comptes, les soldes ac- tualisés et l’historique des opérations, ainsi que de “communiquer vos coordonnées bancaires en un seul geste : RIB, IBAN, Agence” ou “l’en- voi des coordonnées bancaires par SMS ou email”. MyBDL offre en plus les calculs de si- mulations “en mode déconnecté” d’un prêt im- mobilier ou un “plan d’épargne”, ainsi qu’un convertisseur en “13 devises différentes et en temps réel”.

Par : ABDELKADER ZAHAR

MyBank et AGB Phone

La seconde banque algérienne qui offre un ser- vice mobile c’est BNP Paribas El-Djazaïr [www.bnpparibas.dz] qui a baptisé son ap- plication mobile spécialement dédiée à ses clients algériens : MyBank téléchargeable sur

D. R.
D. R.

PlayStore de Google dont le nombre de télé- chargement est de l’ordre de 5000. La banque informe ses clients de la disponibilité de l’ap- plication MyBank dès l’accueil de son site web. Une vidéo Youtube se charge d’expliquer les avantages de cette application. MyBank concerne aussi bien les clients particuliers, pro- fessionnels ou entreprises. Elle permet la consultation du solde et le téléchargement du “relevé d’opérations”, “d’effectuer des vire- ments”, “d’éditer votre RIB” et de “l’exporter en format PDF”, de “commander un chéquier”, “d’accéder aux informations relatives aux cartes bancaires”. Gulf Bank Algeria [www.agb.dz] est la troi- sième banque en Algérie à proposer une ap- plication mobile pour ses clients. Si l’accès à la plateforme AGB Online se fait directement sur la page d’accueil du site, il n’existe aucun lien vers l’application mobile AGB Phone développée par la société Setelia SAS (France). Il faut la chercher sur PlayStore de Google pour les smartphones Android, ou sur iTunes d’Apple pour l’iPhone. AGB Phone permet “d’exécuter toutes les opérations bancaires” que le client a “l’habitude d’effectuer sur notre site www.ag-bank.com, en utilisant le service AGB Online”, c’est-à-dire “faire des virements, re- charger vos cartes VISA et MasterCard pré- payées, effectuer des transferts et des domici-

liations ; en plus de la consultation du relevé et situation de vos comptes”.

Le ebanking, un lieu commun

La première banque algérienne à avoir lancé une plateforme de ebanking c’est Société Gé- nérale Algérie [www.societegenerale.dz]. Si les autres banques privées s’y sont rapidement mises depuis leur installation, les établisse- ments bancaires publics ont mis beaucoup plus de temps. Hormis le CPA, toutes les autres banques publiques ont des sites web et une pla- teforme ebanking, mais aucune ne propose une application mobile (à l’exception de la BDL, voir pus haut). Le site web du Crédit Populaire d’Algérie (CPA) est introuvable. Une re- cherche sur Google oriente vers la plateforme ebanking de la banque. Le lien du site CPA [www.cpa-bank.dz/] renvoie à une page qui propose deux liens : celui de la plateforme ebanking (pour consulter un compte bancai- re) et une adresse mail hébergée par le Cerist. La page facebook du CPA (dont la mise à jour récente date du 26 août 2015) propose un faux lien [www.bank.com] et une adresse email [info@cpa-bank.com] dont la racine (cpa- bank.com) renvoie aussi vers nulle part. Sur le site de la Banque extérieure d’Algérie (BEA) [www.bea.dz/], en cliquant sur eBan- king la page d’accueil renvoie à une page qui

explique “comment adhérer à ce service” et té- lécharger les “tarifs bancaires”. Mais il faut bien chercher sur cette page pour trouver le lien d’accès à la plateforme ebanking de la BEA dé- signée en petits caractères sous le lien “Dé- couvrez nos agences” visiblement plus grand. Rien sur le site web de la Banque nationale d’Algérie (BNA) [www.bna.dz/] n’indique l’existence d’une plateforme ebanking. Seule une recherche Google renvoie vers le site ebanking de la BNA. Le site de la Cnep- Banque [www.cnepbanque.dz/], le plus mo- derne parmi les plateformes web des banques publiques (réalisé par Djaweb), qui affiche un nombre de visiteurs de 2,91 millions depuis 2010, dispose aussi d’un service ebanking bien mis en évidence à l’accueil du site. Pour la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR) [www.badr-bank.dz/index.php], le service ebanking BADRnet est repérable en bas de la page d’accueil.

Pas d’applications mobiles pour le client algérien

Des établissements bancaires de grande re- nommée ne proposent pas encore des appli- cations mobiles à leurs clients algériens. Toutes offrent le ebanking, ou le SMS banking, mais pas d’applications mobiles. La banque Na- tixis Algérie [www.natixis.dz] a un service ebanking et SMS banking, Société Générale Al- gérie (SGA) [www.societegenerale.dz] offre, depuis dix ans, plusieurs services de banque à distance comme SG@NET, Messagi et Messagi Pro Swift, et Sogeline. Cette dernière fonc- tionnalité est aussi déclinée en application mo- bile vocale, la SGA Touch qui “permet d’obtenir des informations sur votre compte sans passer par des menus successifs et sans saisir votre iden- tifiant à chaque connexion”. Les banques Bank ABC Algeria [www.bank- abc.com], Arab Bank PLC Algeria [www.arab- bank.dz], Trust Bank Algeria [www.trust- bank-algeria.com], Housing Bank Algeria [www.housingbankdz.com] et Fransabank El-Djazaïr [www.fransabank.dz/] offrent toutes des services de banque à distance consultables sur leurs plateformes ebanking que les clients peuvent retrouver sur les sites web respectifs.

A. Z.

BRÈVES

Samsung dévoile le Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge au MWC 2016 de Barcelone

n Comme attendu, Samsung Electronics a dévoilé ses deux nouveaux smartphones : Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge lors du Mobile World Congress (MWC) qui se tient à Barcelone. “Les Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge introduisent le premier appareil photo à la technologie Dual Pixel dans un smartphone, offrant des photos plus nettes et plus précises, même à lumière faible”, explique Samsung. La fiche technique des deux smartphones indique aussi que les Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge sont respectivement “de 5,1 et 5,5 pouces”, conçus “avec du verre et un métal 3D”, et dotés de “la nouvelle technologie d’affichage Always-On de l’appareil qui offre une expérience zerotouch aux utilisateurs, où ils ne se soucient plus de manquer un appel ou une notification importante”. Les deux nouveaux smartphones de Samsung disposent d’une technologie de chargement avec et sans fil plus rapide. En addition, le conteneur hybride de la carte SIM permet d’insérer une carte mémoire microSD avec une mémoire allant jusqu’à 200GB. Dans certains pays, le conteneur peut être utilisé pour une carte SIM secondaire. Samsung affirme avoir “également réalisé des améliorations significatives au matériel et au logiciel pour optimiser l’expérience de jeu”. Game Launcher permet aux utilisateurs de gérer la consommation de la batterie et de minimiser les notifications. La technologie API Vulkan qui équipe ces smartphones permet de jouer à des jeux graphiques de haute performance avec une faible consommation de batterie.

Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge fonctionnent sous Android 6.0 (Marshmallow). Ils sont dotés respectivement d’un microprocesseur Octacore (2.3GHz Quad + 1.6GHz Quad) et Quad core (2.15GHz Dual + 1.6GHz Dual). La RAM est de 4GB (LPDDR4), et la capacité mémoire est de 32/64GB selon les modèles.

MyShake une application pour détecter les tremblements de terre

n Vos smartphones pourraient devenir des détecteurs de séisme grâce à une nouvelle application lancée récemment pour suivre les tremblements et, potentiellement, sauver la vie des utilisateurs. MyShake, disponible sur Android, permet de détecter la formation d’un tremblement de terre à proximité en utilisant l’accéléromètre de votre smartphone. MyShake a été créée par des chercheurs de l’université de Californie à Berkeley. “MyShake ne peut pas remplacer les réseaux sismiques traditionnels comme celles qui sont gérés par le US Geological Survey” a déclaré Richard Allen, chef du projet de l'application et directeur du Laboratoire de sismologie de Berkeley. “Mais nous pensons MyShake peut être une alerte rapide d’un séisme et plus précis dans les zones qui ont un réseau sismique traditionnel, comme elle peut fournir une alerte précoce dans les pays qui n’ont pas de réseau sismique”. L'algorithme derrière MyShake, développé par une poignée de programmeurs de la Silicon Valley, repose sur la même technologie qui permet de détecter l'orientation du téléphone, connu sous le nom de l'accéléromètre, afin de mesurer le mouvement causé par les tremblements. L’application

fonctionne mieux si elle comptabilise beaucoup d’utilisateurs pour faire partie d’un réseau de “stations sismiques” connectées et permettre des projections plus fiables. Environ 300 smartphones équipés de MyShake dans une zone de 110 km 2 sont suffisants pour estimer l’emplacement d’un tremblement de terre, l'ampleur et la durée.

La justice française habilitée à trancher des litiges impliquant Facebook

n La clause de compétence qui désigne un tribunal de l'État de Californie comme étant le seul habilité à trancher les litiges avec Facebook a été jugée “abusive” par la Cour d'appel de Paris. Cette dernière a confirmé la compétence de la justice française pour juger le réseau social en cas de conflit l'opposant à un internaute. Selon Reuters, l’arrêt des magistrats valide l'ordonnance du tribunal de grande instance de Paris du 5 mars 2015 qui avait jugé “abusive” la clause exclusive de compétence, obligatoirement signée par tous les utilisateurs de Facebook. “La cour déclare l'appel de la société Facebook irrecevable”, écrivent-ils. À l’origine de cette action en justice, “un professeur féru d'art qui a assigné Facebook pour “atteinte à la liberté d'expression”, accusant le réseau social d'avoir censuré son compte sur lequel il avait posté une photo du tableau de Gustave Courbet L'Origine du monde, représentant un sexe féminin”, ajoute Reuters. Facebook avait alors estimé que les tribunaux français n'étaient pas compétents pour traiter cette affaire et avancé que “le contrat n'est pas un contrat de consommation en raison de la gratuité de son service”.

16

Publicité

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

LIBERTE

LIBERTE PUB

ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

PETITESPETITES

ANNANNOONCESNCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

LIBERTE PUB

OUM EL-BOUAGHI

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99 O FFRES D ’ EMPL OI

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Société française recrute des commerciales femmes pour vendre ses produits par télé- phone au centre-ville de Tizi Ouzou. Très bonne rémuné- ration (fixe important et primes). Cadre jeune et bonnes conditions de travail. Etudiantes acceptées. Vous êtes sérieuses et franco- phones, postulez par CV à :

cv531@orange.fr - T.O-BR5848 ————————————— Société internationale recrute ses conseillères pour vendre ses produits par téléphone pour son site de Bab Ezzouar (Alger). Vous êtes motivée, sérieuse, dynamique et francophone, ce job est fait pour vous. Conditions de travail agréables et professionnelles. Travaillez à mi-temps et gagnez le salaire d’un plein temps. Contrat de travail avec fixe intéressant. Primes en plus. Postulez à :

algerabi@hotmail.fr - T.O-BR5851 ————————————— Importante entreprise de car- relage sise à Fréha, wilaya de Tizi Ouzou, cherche des opé- rateurs et automaticiens. Tél. : 0550 77 31 42 - TO/BR5902 ————————————— Restaurant à Alger-Centre cherche cuisinier, aide-cuisi- nier, pizzaïolo, serveur quali- fiés avec hébergement. Tél. : 0552 13.65.16 - 0552 13.84.11 - BR20011 ————————————— Restaurant à Dély Ibrahim recrute : femme de ménage, serveuse, serveur, aide-cuisi- nier, plongeur, barman, hébergement assuré. Tél. : 0550 13.94.33 - 0550 46.68.86 - BR20010 ————————————— Cherche femme de ménage couchante à Alger 25-35 ans chez famille honorable, salaire selon compétence. Tél. : 0658 38.27.20 -ALP

COURS

ET LEÇONS

————————————— ELTC Language School lance

now session français et anglais adultes et enfants le 4 mars cité Bouzegza, Frantz-Fanon, Réghaïa. Tél. : 0676.11.82.07 /

0549.53.92.93.

Facebook :eltc.school. -F175 ————————————— SBL English School, votre partenaire pour améliorer

votre anglais, lance nouvelle session adultes et enfants 4 mars : SBL Alger Grande- Poste. Tél. : 021.74.20.58 /

0550.86.47.84

SBL Rouiba coop. Ibn Sina,

proximité CEM Ibn El Khatib. Tél. : 0549.39.80.56 /

0561.38.64.33

SBL Boumerdès : coopérative 11 Décembre, en face pâtisserie Mezghena. Tél. : 024.91.41.95 /

0550.10.14.16

www.sblschool.org - F174

————————————— Etudier à l’étranger avec EF !

Séjours linguistiques à l’étran- ger pour adultes et enfants, placement universitaire garanti. Tél. : 021 54.65.31 - 0560

73.28.30

www.ef.com - ALP

————————————— Ecole agréée par l’Etat lance en avril 2016 formation accé- lérée de déclarant en douanes, durée 3 mois, niveau d’accès minimum 1re AS. Contacter l’école : 0561 37.12.91 - ABR43600

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— Vends plieuse + guillotine Omag 3M rouleuse de tôle

2500 grignoteuse de tôle bor- deuse V et contre V pour plieuse 3500 neuf. Tél. : 0772 20.11.17 - 0772

36.60.77 - F160

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV+plasma à domicile, 7/7, Lyès Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR20020

APPARTEMENTS

————————————— Coop. vend à Bouzaréah F3 90m2 1er étage semi-fini 1200u lég. nég. Tél. : 0556 05.01.28 - BR4491 ————————————— Vends étage complet composé de 2 F2 s-fini à Boghni centre. Tél. : 0550 93.82.44, accepte crédit bancaire. - T.O-BR5919

TERRAINS

————————————— Boudouaou Merzouga vend des lots 150 m2, 200 m2, 250

m2 acte + certificat d’urbanis- me ttc. prix 10 000 DA/m2. Tél. : 0662 09.16.54 - 0555

44.59.16 - ALP

————————————— Part. vend plusieurs lots de

terrain avec acte 188 à 234 m2 près tram. Bordj El Kiffan. Tél. : 0550 12.27.24 - 0550

81.14.78 - Comega

LOCATIONS

————————————— AG loue 3 niveaux de villa à Belfort côté portable 2 F4 et F3 avec 11 chambres, 3 sdb, 3 cui., 3 wc pour bureaux, école ou autre. 12,5 nég. libre de suite. Tél. : 0550 40 63 07 - BR20029

DEMANDES

DEMPLOI

————————————— JH sérieux, dynamique, pré- sentable avec exp. cherche emploi comme agent de sécu- rité, étudie toute proposition. Tél. : 0550 88.03.41 ————————————— JH cherche emploi comme chauffeur ou agent de sécuri-

té, libre de suite, accepte toute proposition. Tél. : 0772 65.44.19 - 0550

39.30.64

————————————— JF TS en ressources humaines ayant 2 ans d’exp. comme assistante commerciale cherche emploi dans le domaine commercial ou administratif. Tél. : 0559 88 99 49 ————————————— JF licenciée en sciences éco- nomie gestion d’entreprise exp. 4 ans assistante de direc- tion commerciale cherche emploi. Tél. : 0542 38 69 15 ————————————— JH 30 ans DEUA en manage-

ment 3 ans d’exp. commercial gestion stocks cherche

en

rapport, libre de suite et

pays cherche emploi comme

disponible, étudie toute pro-

acheteur-démarcheur, gérant

emploi. Tél. : 0550 70 16 40 —————————————

position. Tél. : 0665 53 06 89 —————————————

de

cantine, chauffeur dans ste

nle

ou étrangère.

JH

32 ans licence compt.

JF

cherche emploi comme

Tél. : 0552 47.00.15 —————————————

CAC 5 ans d’exp. décl. fisc. parafiscale bilan, PC Compta cherche emploi. Tél. : 0555 99 62 61 ————————————— JF CMTC, CED 2e année

comptabilité finance universi-

agent de saisie.

Tél. : 0782 02 24 85 —————————————

61 ans, parle et écrit bien le

français, ayant passé de longues années dans le sud du pays dans des sociétés natio- nales et étrangères cherche emploi chef de parc autos,

H

JH

sérieux cherche emploi

comme chauffeur.

Tél. : 0556 03 49 59 —————————————

Dély Ibrahim formation

JH

34 ans cherche emploi

apte à gérer votre parc et cela, quel que son effectif. Tél. : 0554 171 966 —————————————

SCF 8 ans d’exp. dans le

comme chauffeur. Tél. : 0540 89 15 63 —————————————

domaine (cabinet d’expertise comptable) cherche emploi à

mi-temps dans le domaine environs d’Alger.

Tél. : 0699 43.48.36 —————————————

à

JH 25 ans licence en sciences économiques de gestion et commerciales filière sciences de gestion formation en bureautique cherche emploi

dans la wilaya d’Alger. Tél. :

H

62 ans de bonne famille

homme de terrain, apte à tra- vailler de jour comme de nuit cherche emploi acheteur- démarcheur, chargé de mis- sion, chef de parc roulant, rendement assuré. Tél. : 0795 08 27 03

JH sérieux cherche emploi comme chauffeur. Tél. : 0549 81.42.39 —————————————

0698

51 51 90

—————————————

JF

27 ans habite El Achour

JH

31 ans, bac + 3 en génie

—————————————

exp. 3 ans com. comptable dans un cabinet et autres cherche emploi dans une ste environs Alger Ouest (Draria,

électrique ayant plus de deux

H

61 ans en bonne santé, père

ans

d’exp. dans une multina-

de famille, homme de confiance cherche emploi comme chef de parc autos. Tél. : 0791 80 72 92 ————————————— Superviseur avec permis de conduire cheche emploi en mar-

keting représentation industrielle. Tél. : 0793 47.10.35 ————————————— Gestionnaire administratif per- sonnel, social, moyens sûreté

tionale (maintenance) + des bricoles dans le domaine

Zéralda). Tél. : 0551 76.61.03 —————————————

dégagé de toutes obligations de SN, cherche emploi. Tél. : 0549 97 01 72 —————————————

ancien comptable avec

H

JH

25 ans habite à El Achour

licence sce com. option bud- jet dégagé du s. national cherche emploi comme comptable ou agent commer- cial sur Alger et environs. Tél. : 0550 85 48 72 —————————————

long. exp. bilan G50 CNAS

cherche emploi disponible de suite. Tél. : 0559 01 80 45 —————————————

H

comptable retraité exp.

cherche emploi société privée à Biskra. Tél. : 0791 40 13 05 —————————————

JH

diplôme master 2 en génie

SCF droit social, fiscalité

des

procédés exp. moins d’un

bilan G50 CNAS cherche

an

cherche emploi dans le

emploi libre. Tél. : 0558

JF

licence gestion opt. compta-

domaine ou autre.

08.64.01

bilité exp. 7 ans maîtrise l’outil informatique PC-Compta, PC-

Tél. : 0558 71 76 78 —————————————

—————————————

JH

ingénieur en génie civil

paie, tenue de comptabilité,

H

retaité cherche emploi dans

cherche emploi dans le domai-

décl. G-50, parafiscal, bilan fis-

le

domaine sécurité ou divers

ne sur le territoire national exp. de 19 mois dans bureau d’études. Tél. : 0795 93.33.65

nourdine241@yahoo.fr

————————————— JH 30 ans ingénieur en génie civil cherche emploi dans le domaine sur le territoire national exp. presque 2 ans dans bureau d’études. Tél. : 0794 61 12 92 —————————————

cal

cherche emploi.

apte au service 3 fois 8, libre de suite, sérieux, ponctuel dynamique habitant à Chevaley. Tél. :0553 26.13.16 —————————————

Tél. : 0549 08 48 05 ————————————— JH 29 ans licence en droit + CAPA exp. un an dans le domaine maîtrise les langues étrangères + l’outil informa- tique + Photoshop cherche emploi. Tél. : 0790 10.12.86 ————————————— JH opérateur machine indus-

JH

26 ans de Tizi Ouzou ing.

GC option CCI dégagé du

service national maîtrise Etabs, Autocad cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0557 68 16 71 —————————————

en

JH

30 ans cherche emploi

trielle presse moule soufflage inject. exp. 10 ans, connais- sance dessin industrie Autocad, CAO, DAO est libre

H

cadre comptable plus de 30

comme chauffeur léger. Tél. : 0662 05 64 02 ————————————— Retraité 59 ans hab. Bouzaréah long. exp. dans la gestion du personnel paie et moyens généraux cherche

ans d’exp. PC Compta, décl. fiscale, parafiscale CNAS,

bilans, cherche emploi à plein temps ou mi-temps. Tél. : 0771 02 45 83 —————————————

de

suite habite Alger-Centre.

Tél. : 0795 00 13 47 —————————————

H

54 ans cherche emploi

chef comptable 30 ans

d’exp. CAP, CMTC, CED tenue comptabilité, bilans

décl. fiscale, parafiscale, adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 ————————————— Conducteur de travaux de bâtiment TCE génie civil VRD, niveau ingénieur, 40

H

emploi. Tél. : 0793 04 93 96 —————————————

JH licence en génie électrique à l’USTHB maîtrise Autocad cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0550 49.77.42 ————————————— JH métreur vérificateur exp. 3

comme DRH organisation, paie, formation déclaration,

CNAS suivi de carrière, pro- cédures Alger. Tél. : 0663 16.43.46 ————————————— Ex-directeur retraité actif finances gestion moyens RH

ans

cherche emploi.

et

formation cherche emploi.

Tél. : 0542 14 12 66

Email :

ans

d’exp. cherche emploi ou

—————————————

sultanconseil@gmail.com ————————————— JH ayant exp. domaine M-G administrateur dans une coopérative base vie ou prend gardiennage villas site, très bonnes relations avec loc. parlant tb français, habite à

sous-traitance environs 100

JH

30 ans chauffeur avec exp.

km

ouest d’Alger.

présentable sérieux, responsable connaît très bien le secteur d’Alger, cherche emploi dans une

Tél. : 0662 91 23 37 —————————————

H

sérieux, présentable, poly-

société avec/sansvoiture à Alger

valent, dynamique, long. exp. dans le domaine agent de sécurité, libre de suite, cherche emploi. Tél. : 0658 51 00 70 —————————————

et environs. Tél. : 0796 74 21 59 —————————————

JH

29 ans soutien de famille

Alger-Centre, sérieux et

attaché administratif sérieux, dynamique cherche une nou- velle opportunité à Alger et

ponctuel. Tél. : 0790 92.37.74 ————————————— Homme cadre comptable plus

H

retraité ex-secrétaire admi-

environs dans l’administra-

de

30 ans d’exp. PC Compta

nistration plus de 35 ans

tion

ou autres, dégagé du SN.

décl. fiscal, CNAS bilans

d’exp. en particulier domaine

Tél. : 0558 10 66 60

cherche emploi plein temps

de

la santé désire poste en

—————————————

ou

mi-temps.

rapport dans clinique, centre médical, privé, entreprise ou

24 ans master 2 en génie

des procédés expérience moins d’un an, cherche

JH

Tél. : 0771 02.45.83 —————————————

autre, étudie toute proposition Tél. : 0790 85 06 82 ————————————— Ingénieur génie civil plus de 20 ans d’exp. dans le domaine

H

famille à charge cherche

emploi. Tél. : 0558 71.76.78 -

emploi comme livreur, ven- deur, magasinier agent de sécurité, polyvalent, dyna- mique, sens du travail en groupe, libre de suite.

0674

54.65.45

————————————— H en cours de retraite en

du

BTP désire poste stable et

bonne santé connait bien le

Tél. : 0793 32.35.40

—————————————

F mariée 32 ans ponctuelle

cherche emploi diplômée édu- catrice de crèche avec exp.

étudie toute proposition, libre

et disponible résidant à

Kouba. Tél. : 0553 14 75 50

—————————————

H marié 40 ans sérieux dyna-

mique ponctuel cherche emploi chauffeur ou agent de sécurité dans société privée ou étatique, étudie toute proposi-

tion, libre et disponible, rési- dant à Kouba.

Tél. : 0661 48 52 91

—————————————

JH 30 ans TS exp. 10 ans

informatique maintenance réseau, possède permis de conduire, apte déplacement cherche emploi à Béjaïa ou

environs. Tél. : 0557 020 170

—————————————

JH 26 ans, 3e AS, 5 ans exp.

maîtrise informatique, chauf- feur, démarcheur, facturier magasinier, accepte déplace- ment cherche emploi à Béjaïa

ou environs.

Tél:0779 38.03.23

—————————————

JH 35 ans marié 2 enfants

maîtrise informatique ayant

permis de conduire, commer- cial, facturier-démarcheur, magasinier cherche emploi à Béjaïa ou environs. Tél. : 0772 39 26 13

—————————————

H 60 ans instruit 30 ans exp.

boulanger, chauffeur, démar-

cheur cherche emploi à Alger

ou environs. Tél. : 0774 46 47 16

—————————————

JH célibataire 32 ans cherche emploi conducteur niveleuse chargeur 6 ans exp. permis conduire BCDE. Tél. : 0670 25 88 30

—————————————

Chauffeur expérimenté poids léger ponctuel et sérieux

53 ans, 4 enfants, connaissant tout le territoire national, cherche emploi. Tél. : 0554 76 91 17

—————————————

H marié sérieux cherche

emploi comme chauffeur. Tél. : 0556 03.49.59

—————————————

JH 26 ans diplôme master en hydraulique option hydrau-

lique urbaine année 2015

cherche emploi, libre de tout engagement. Tél. : 0790 14.64.10 email :

serrar.brahim@hotmail.com

—————————————

H chef comptable 30 ans

d’exp. CAP CMTC CED tenue

comptabilité bilans décl. fiscal

parafiscal adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32

—————————————

H retraité ex-secrétaire admi-

nistratif (principal) en parti-

culier secteur de la santé plus de 35 ans d’exp. désire poste

en rapport ou autre, étudie toute proposition. Tél. : 0790 85 06 82

—————————————

Ingénieur génie civil grande exp. professionnelle dans le BTP plus de 20 ans désire

poste stable et en rapport, étu-

dier toute proposition.

Tél. : 0665 53 06 89

—————————————

Cherche emploi chauffeur léger

et lourd.

Tél. :0556 98 40 88

—————————————

Chauffeur semi-remorque +

porte-char cherche emploi. Tél. : 0540 43 96 58

—————————————

LIBERTE

Vendredi 26 - Samedi 27 février 2016

Publicité

17

ANEP N°406 315, Liberté du 27/02/2016
ANEP N°406 315, Liberté du 27/02/2016

Sos

———————————— Urgent cherche LEVOMAD 250. Tél. : 0559 46 57 58 —————————————————— Amouchi Omar, âgé de 25 ans, handicapé au niveau du pied gauche avec prothèse endomma- gée, a besoin de la changer par une autre prothèse triasse d’origine allemande. Pour plus d’informations, appeler le 0550 73 00 11. ——————————— Un homme âgé de 50 ans, marié et père de 3 petites filles, souffrant du cancer du rectum à 4 cm de la M.A classé T3, problème digestif très grave et rare, ayant subi 5 interventions sans suc- cès, portant des couches et une ceinture au ventre à vie, vivant dans des conditions sociales misé- rables, dans une seule chambre, sa femme souf- frant d’une maladie chronique (poumons), demande à toute âme charitable une aide pour une intervention. Dieu vous le rendra. Tél. : 0553 84 67 30

Pensée «MAMA», trois ans déjà depuis que tu nous as quittés. Je garde en mémoire
Pensée
«MAMA»,
trois ans déjà
depuis que tu
nous as quittés.
Je garde en
mémoire ton
doux visage et, dans mon cœur, de
belles images. Ton absence est cruelle
et aujourd’hui ceux qui m’écoutent
n’ont pas tes qualités. Pour
née
MME KHAZINI
ABDELLAOUI FARIDA
Tes enfants Karima, Bilal, Meriem et
Sofiane demandent à tous ceux qui
t’ont connue d’avoir une pieuse
pensée à ta mémoire.
BR20005
Pensée Cela fait une année, le 26 février 2015, que notre chère et regrettée mère,
Pensée
Cela fait une année, le
26 février 2015, que
notre chère et regrettée
mère, grand-mère et
arrière-grand-mère
ABROUS DJOUHER
fut rappelée à Dieu
pour un monde
meilleur, laissant derriè-
re elle le souvenir d’une brave femme pleine de
courage, de sagesse et de bonté. Son visage angé-
lique, son sourire innocent et ses conseils sages
nous manquent beaucoup. Elle a laissé un grand
vide que nul ne peut combler, mais elle demeure
toujours vivante dans nos cœurs et nos esprits. En
ce douloureux souvenir, sa famille de Bouira et de
Taguemount Azzouz, ses enfants et ses petits-
enfants d’Algérie, des USA, de France et du Canada
demandent à toutes celles et à tous ceux qui l’ont
connue et appréciée d’avoir une pieuse pensée à sa
mémoire. Que le Paradis mérité soit ta demeure
éternelle. A Dieu nous appartenons
et à Dieu nous retournons.
F.196
Pensée A la mémoire de notre regretté et inoubliable mari et père M. FEZOUI ABDEL
Pensée
A la mémoire de notre
regretté et inoubliable
mari et père
M. FEZOUI ABDEL DINE
Déjà trois années, le 27
février 2013, de souffran-
ce due à ton départ. Tu es
chaque jour au cœur de
nos pensées. Tu as été
pour ta femme, tes enfants et ta famille un
homme exemplaire. Ton courage, ta générosi-
té, ton honnêteté, ta loyauté, ton dévouement
et ta bravoure resteront gravés à jamais dans
l’esprit de tous ceux qui ont croisé ton chemin.
Nous ne te remercierons jamais assez pour
tout ce que tu as fait pour nous et pour toutes
les promesses tenues.
Notre amour ne te quittera pas.
Repose en paix, cher époux et père.
A Allah nous appartenons
et à Lui nous retournons.
Ton épouse, tes enfants
et la famille Moussouni
ALP

Carnet

—————————————

Pensée

—————————————

Déjà 22 ans, c’était le 27 février 1994. Triste fut ce 17e jour de Ramadhan quand notre vie a basculé, car a été assassinée notre mère et épouse Z’hor Meziane, condamnée par l’obscuran- tisme, la haine et une déci- sion arbitraire qui n’avait rien de divin. Nous écrivons en ce triste anniversaire pour ne pas oublier, car il nous semble qu’aujourd’hui les mémoires se perdent. Il est vrai que ces quelques mots

sont si dérisoires eu égard à ce que l’on ressent, mais cela reste le seul rampart contre l’oubli. Repose en paix, maman, et que Dieu Tout-Puissant t’ac- cueille en Son Vaste Paradis.

BR20034

—————————————

Vingt-deux années se sont déjà écoulées depuis que tu nous as quittés, maman Z’hor Meziane, mais sache que tu es présente à chaque instant dans la vie de ceux qui te sont chers. Aussi, à l’occasion de ce douloureux anniversaire, nous prions Dieu de continuer à nous accorder la force de suivre la voie que tu nous as tracée, fidèles à ton idéal et à tes

principes que tu n’aurais reniés pour rien au monde, pour lesquels des êtres mal-

faisants et lâches t’ont ôté la

vie

un 17e jour de Ramadhan

en

date du 27 février 1994.

Repose en paix, et que Dieu Tout-Puissant t’accueille en Son Vaste Paradis.

BR20034

—————————————

A notre cher et regretté

Monsieur Alem Mohamed

Arezki. Cela fait 17 ans que tu nous

as quittés. Ta femme et tes

enfants demandent à tous ceux qui t’ont connu d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Que Dieu t’ac- cueille en Son Vaste Paradis.

ABR43608

Pensée Il y a six ans de cela, le 26 février 2010, dispa- raissait à
Pensée
Il y a six ans de cela, le
26 février 2010, dispa-
raissait à jamais notre
chère mère
MME TAMINE ZAHIA
NÉE HAMRENE
laissant derrière elle
une image impérissable
et un vide glacial. Beaucoup de choses ont chargé
depuis ta disparition, maman. Ton visage, ton
sourire sont gravés dans notre mémoire, nul au
monde ne pourra combler ton vide, notre
quotidien est rongé de chagrin et de tristesse.
En cette douloureuse circonstance, ton mari, tes
enfants, tes petits-enfants, tes belles-filles et tes
gendres demandent à tous ceux qui t’ont aimée
d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire.
Que Dieu Tout-Puissant t’accueille en Son Vaste
Paradis. Repose en paix, chère maman, nous ne
t’oublierons jamais.
T.O-BR5885
Hommage Militant de l’OCFLN (Algérie et France), ancien condamné et détenu dans les geôles du
Hommage
Militant de l’OCFLN
(Algérie et France),
ancien condamné et
détenu dans les geôles
du colonialisme
(Béjaïa, Sétif, El
Harrach), ancien cadre
supérieur de la CNAS
(centres diagnostics, clinique psychiatrique de
Chéraga, s-direction informatique auprès D.G
de Ben Aknoun), ingénieur en ergonomie et
en techniques d’organisation (Sorbonne),
honoré en 2001 par le ministre du Travail, feu
EL
HADJ YAHIA CHERIF BOUALEM
exemple de droiture et de rigueur que tu as su
transmettre, tu nous as quittés à jamais en
cette terrible journée du 5 janvier 2016. Cher
époux, cher père, repose en paix. A Dieu nous
appartenons et à Lui nous retournons.
BJ-BR23450
Pensée Cela fait trois ans, le 27 février 2013, que nous a quittés notre père
Pensée
Cela fait trois ans, le 27
février 2013, que nous a
quittés notre père et
grand-père
RESSAF MOH AREZKI
Aujourd’hui, nous, tes fils,
tes petits-enfants, tes
belles-filles et tes épouses,
avons une profonde pensée pour toi et invitons
toute personne ayant une relation quelconque avec
toi à partager cette douloureuse commémoration
et à avoir une pensée spéciale pour toi.
Tu nous as quittés mais tu resteras dans nos
cœurs. Tu seras toujours présent pour nous guider
et nous montrer le bon chemin. Tes paroles, ton
sourire et surtout ton humour resteront ancrés
dans nos pensées.
Puisse Dieu Tout-Puissant t’accorder Sa Sainte
Miséricorde et t’accueillir en Son Vaste Paradis.
Repose en paix.
A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.
TO-BR5932
Pensée A notre cher père DJOUAIDIA SALAH décédé le 14 janvier 2016 Dieu a dit
Pensée
A notre cher père
DJOUAIDIA SALAH
décédé le 14 janvier 2016
Dieu a dit : «Chaque âme goûtera la
mort, mais vous ne recevrez votre
exacte rétribution que le jour de la
résurrection.» Papa, tu nous as quit-
tés voilà déjà 40 jours, nous n’arri-
vons pas à dépasser notre tristesse,
ni cesser de pleurer. Tous parlent de toi à la maison, tes
souvenirs de tous les jours qui ne finissent pas de revenir,
tu nous manques terriblement, il reste de toi ce que tu
nous as donné sans jamais calculer, tu ne nous as jamais
refusé un sacrifice. Je pleure en écrivant ces lignes, il reste
de toi ce que tu as semé en nous, un bon père qui a su se
faire craindre sans se faire haïr, et qui a su se faire aimer
sans perdre l’autorité, en joignant la bonté et la tolérance
d’un homme digne et généreux à la fermeté des vertus
familiales, il reste de toi Papa le Moudjahid qui a tant aimé
l’Algérie. Ton absence, rien ne la comble. Maman, moi
Hayet, Mounira, Sihem, Lamia et Ouarda, Djamel, Hatem
et tes petits-enfants surtout Amira, Mohammed, Sarah et
Ritadje, qui t’aiment beaucoup et qui ne t’oublieront jamais,
demandons à tous ceux qui t’ont connu et aimé d’avoir une
pieuse pensée à ta mémoire. Que Dieu Tout-Puissant
t’accorde Sa Sainte Miséricorde et t’accueille en Son Vaste
Paradis incha Allah ya baba ya lahnine.
BR20038

Pensée

Pensée Dix ans déjà depuis que vous n’êtes plus de ce monde. Tristes et amers furent

Dix ans déjà depuis que vous n’êtes plus de ce monde.

Tristes et amers furent pour nous ces jours des 13 et 27 février 2005 quand la mort est venue vous arracher aux

vôtres, chers parents

HADJA TERKOUYA ET HADJ AHMED

Beaucoup de choses ont changé depuis votre dispari- tion. Vous avez laissé derrière vous un grand vide que personne au monde ne peut combler. Le souvenir de