Vous êtes sur la page 1sur 24

UN TRANSFUGE DU PT QUI A RALLIÉ LE FLN S’EN EST PRIS À LUI

Le frère de Louisa Hanoune agressé à Annaba P.3

MCA : AZZI ET DEMOU OPÉRATIONNELS, KARAOUI INCERTAIN

9 000 places pour les supporters algérois à Mascara P.19

MANIFESTATION CONTRE L’AUGMENTATION DES PRIX DES TRANSPORTS À BÉJAÏA

Cinq arrestations et des escarmouches P.4

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

À LA VEILLE D’UN SOMMET CRUCIAL LE 7 MARS POUR DÉSAMORCER LA CRISE DES RÉFUGIÉS

L’Union européenne met la pression sur la Turquie P.11

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7170 MERCREDI 2 MARS 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

AU MOINS 7 D'ENTRE EUX SONT IMPLIQUÉS DANS LE SCANDALE DE COLOGNE MEETING D’ABDERREZAK MAKRI
AU MOINS 7 D'ENTRE EUX SONT IMPLIQUÉS
DANS LE SCANDALE DE COLOGNE
MEETING D’ABDERREZAK
MAKRI À TIZI OUZOU
500 Algériens
dans les prisons
allemandes
“Bouteflika
est
responsable
de la crise” P.2
OUVERTURE CE MATIN DE LA
SESSION DE PRINTEMPS
DU PARLEMENT
P.4
Les
appréhensions
de l’opposition
P.2
AFFAIRE KAMEL DAOUD
Le parquet
d’Oran requiert
6 mois de
prison ferme
contre
Hamadache
P.3
D. R.

ILS SE SONT AUTOMUTILÉS POUR RÉCLAMER DE L’EMPLOI

Annaba : les trois chômeurs suicidaires pris en charge P.4

: les trois chômeurs suicidaires pris en charge P . 4 SIGNALEMENT DES SITUATIONS DE DANGER

SIGNALEMENT DES SITUATIONS DE DANGER DE L’ENFANCE

Le citoyen appelé à s’impliquer P.6

pris en charge P . 4 SIGNALEMENT DES SITUATIONS DE DANGER DE L’ENFANCE Le citoyen appelé

2

L’actualité en question

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

MEETING D’ABDERREZAK MAKRI À TIZI OUZOU

“Bouteflika est responsable de la crise”

“Le régime ne mérite plus la moindre concession. Le peuple lui a donné toutes ses chances et le mieux que ses tenants trouvent à faire c’est de se lancer dans une guerre de clans larvée et digne des films de la mafia”, a soutenu Makri.

I ntervenant au cours d’un meeting po- pulaire animé, hier, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, le président du HMS, Abder- rezak Makri, n’a pas hésité à imputer la responsabilité de l’échec et de la cri-

se que vit le pays au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. “Depuis l’arrivée de Bouteflika à la Présiden- ce, on ne cesse de nous parler du programme du Président, il avait toutes les prérogatives et il nommait qui il voulait là où il voulait, et maintenant que la crise est là, on nous dit qu’il n’est pas responsable. Si, Bouteflika est le pre- mier responsable de l’échec et de la crise que vit le pays”, a déclaré Abderrezak Makri, non sans revenir sur la cagnotte de 800 milliards de dol- lars dépensée pour, dit-il, “nous retrouver en plein dans la crise aux premiers soubresauts du marché de l’énergie”. “Ils ont dépensé 800 milliards de dollars, de quoi couvrir tout le territoire national de billets, et ils viennent nous expliquer, en 2016, que la ren- te du pays provient à 98% des ressources éner- gétiques, que l’Algérie ne dispose en tout et pour tout que de 200 entreprises économiques et que la croissance économique des pays voisins est meilleure que la nôtre. Qui en est responsable si ce n’est le pouvoir, à sa tête Bouteflika ?”, dira-

t-il avant d’expliquer que l’Algérie vit du Fonds de régulation qui va être à sec fin 2016 et des réserves de change qui vont s’épuiser

Louiza Ammi/Archives Libté
Louiza Ammi/Archives Libté

avant fin 2018. Pour Makri, “le régime ne mé-

rite plus la moindre concession. Le peuple lui

a donné toutes ses chances et le mieux que ses

tenants trouvent à faire c’est de se lancer dans

une guerre de clans larvée et digne des films de

la mafia”. Ce qui intéresse le pouvoir, c’est jus-

Le président du HMS Abderrezak Makri.

te son maintien, et c’est à cela qu’il vient jus- tement de consacrer la nouvelle Constitution. “La nouvelle Constitution consacre une monar- chie moyenâgeuse absolue où le roi a toutes les prérogatives et où personne ne peut lui deman- der des comptes. Le reste est juste une maniè-

re d’humecter le peuple de quelques droits qu’il présente comme des privilèges”, a résumé Ma- kri, tout en réaffirmant son rejet de la nouvel- le Constitution dans laquelle, dit-il, “le seul point positif est l’officialisation de tamazight” qu’il a appelé de ses vœux à hisser au même rang que la langue arabe. Tout en estimant que “le régime est une me- nace pour le nationalisme en bafouant son fon- dement : la citoyenneté”, Makri n’a pas man- qué de tailler des croupières au RND auquel il dénie tout droit de “surenchérir sur la lutte antiterroriste”. “Le RND est né en 1997 d’une fraude électorale, et à cette époque, le terroris- me était déjà presque terminé après les accords entre l’armée et l’AIS, et aujourd’hui, il fait la surenchère sur le sang des patriotes qui ne sont pas les leurs”, a-t-il déclaré, non sans estimer que le régime a peur d’une opposition forte. “Le pouvoir s’est toujours nourri de nos querelles idéologiques, et maintenant que nous sommes unis par l’objectif des libertés et de la démocra- tie, il surfe sur la crise économique et sécuritai- re aux frontières”, a expliqué l’orateur, tout en soulignant que “l’opposition sait faire la diffé- rence entre le régime et l’État” et en soutenant que “des jours sombres attendent le régime”. S’agissant de la prochaine rencontre de l’Icso, Makri a annoncé que ce pôle d’opposition sera intégré par 10 à 13 entre nouvelles personna- lités et partis politiques.

SAMIR LESLOUS

OUVERTURE CE MATIN DE LA SESSION DE PRINTEMPS DU PARLEMENT

Les appréhensions de l’opposition

L a session de printemps du Par- lement qui s’ouvre aujour- d’hui suscite bien des appré-

hensions chez les partis de l’opposi- tion qui y siègent. Ces derniers s’at- tendent à un remake des précé- dentes sessions où les “coups de for- ce” du pouvoir exécutif ont toujours

empiété sur les débats parlemen- taires, faisant passer les différents projets de loi comme une lettre à la poste. L’espoir de l’opposition se rétrécit davantage du fait de la mise au pla- card de certains projets de loi non moins importants à l’instar de la loi sur le règlement budgétaire, le rap- port de la Banque d’Algérie ou en- core le rapport de la Cour des comptes, qui devaient logiquement être débattus et adoptés lors de la précédente session d’automne et

avant-même l’adoption de la très controversée loi de finances. C’est ce que regrettent Djelloul Djoudi et Lakhdar Benkhelaf, députés respec- tifs du PT et du FJD, contactés hier au téléphone. Voilà, déplorent-ils en- core, qui dénote du fonctionne- ment de l’actuelle Assemblée trans- formée en une simple chambre d’enregistrement. Rappelant le nombre important, “entre 12 et 18”, de projets de loi organiques et autres règlements devant atterrir à l’Assem- blée l’occasion de cette session pour les mettre en conformité avec les dis- positions de la nouvelle Constitu- tion, l’élu du PT se demande, par ailleurs, si la période de quatre mois que durera cette session, suffira réel- lement pour débattre de tout cet ar- senal juridique. Une interrogation partagée par son homologue du

FJD d’autant plus que, note ce der- nier, la nouvelle Constitution n’est pas encore publiée au Journal officiel. D’où d’ailleurs le maintien de cette session de printemps, la dernière du genre avant le passage à la session unique prévue dans la nouvelle Constitution, adopté le 7 février dernier. M. Benkhelaf n’a pas man- qué de dénoncer cette “échappatoi- re” inventée par le législateur afin de permettre le maintien de la pré- sente session de printemps du Par- lement. Selon lui, la publication de la nouvelle Constitution au Journal officiel risque d’être retardée, confor- mément à la réglementation permet- tant au Président d’attendre jus- qu’à 30 jours après son adoption par l’Assemblée pour la valider, jus- qu’au 7 mars. Outre la longue liste des textes de loi à mettre en confor-

mité avec les dispositions de la nou- velle Constitution, s’ajoutent ceux hérités de la précédente session. Ce qui fait dire à M. Benkhelaf qu’il est quasiment impossible de faire adop- ter l’ensemble des textes attendus durant cette session de printemps. La loi sur les partis, la loi sur les as- sociations, le code électoral ou en- core les codes communal et de wi- laya figurent parmi les textes les plus importants à adapter aux dis- positions de la nouvelle Constitu- tion. L’urgence, prédit l’élu du FJD, est de commencer par la révision du règlement intérieur de l’Assemblée et la loi 99-02 régissant la relation entre les deux chambres du Parle- ment et le gouvernement. Au-delà de la forme, les partis de l’opposition appréhendent, dans le fond, des projets de loi vidés de leur contenu

EN VISITE DE TRAVAIL À M’SILA

comme cela a déjà été le cas lors des réformes intervenues en 2012. Contrairement à ces deux partis qui seront, malgré leurs critiques, présents à l’ouverture de cette pré- sente session, le FFS, lui, a décidé de la boycotter. Dans un communiqué laconique rendu public hier, la direc- tion du parti du défunt Hocine Aït Ahmed a, en effet, fait savoir qu’il préfère consacrer la journée d’au- jourd’hui à une cérémonie de re- cueillement sur la tombe de Aïssat Idir, pour ne pas se rendre à l’hémi- cycle à l’occasion de l’ouverture de cette session parlementaire. “Le FFS a décidé d’ouvrir la session parlemen- taire par un recueillement sur la tombe de Aïssat Idir…”, a écrit la di- rection du FFS, sans toutefois évo- quer son boycott à cette session.

FARID ABDELADIM

Amar Ghoul évite les questions sur ses propos sur le DRS

L ors de sa visite de travail, hier, dans la wi- laya de M’sila, où il a inspecté plusieurs sites relevant de son secteur, Amar

Ghoul, ministre de l’Aménagement du terri- toire, du Tourisme et de l’Artisanat, a refusé de répondre aux questions des journalistes. Il s’est juste contenté de faire une brève décla- ration sur son secteur. M. Ghoul, par cette esquive, aurait-il évité de

donner plus de précision sur ses dernières dé- clarations sur le DRS et l’implication de ce corps dans la fabrication des dossiers de cor- ruption pour nuire au Président et à ses pro- jets dont celui de l’autoroute Est-Ouest ? Concernant sa visite à M’sila, le ministre a rap- pelé que son département a pris la décision d’exiger des exploitants des sites touristiques privés de former leurs gérants et personnels

dans les instituts spécialisés du tourisme. “Aucune autorisation d’exploitation de site tou- ristique ne sera délivrée à travers le pays avant que l’opérateur ne forme son personnel (touris- me et hôtellerie)”, dira-t-il, en ajoutant que la prochaine année va connaître un changement radical dans la formation. Afin d’encourager le tourisme intérieur, le mi- nistre, qui table à moyen terme sur 6 millions

de touristes algériens et 1 million de touristes étrangers, appelle les opérateurs publics et pri- vés à baisser leurs prix. “Nous devons augmen- ter notre participation au PIB de 2 à 10% et cela avec l’entrée en service des 500 000 lits à tra- vers le pays”, dira-t-il en annonçant le lance- ment de 1 300 projets touristiques.

CHABANE BOUARISSA

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

L’actualité en question

3

UN TRANSFUGE DU PT QUI A RALLIÉ LE FLN S’EN EST PRIS À LUI

Le frère de Louisa Hanoune agressé à Annaba

Le conflit entre le PT et le FLN ne risque pas de s’estomper de sitôt. Il vient même de connaître un prolongement assez dangereux. Aux diatribes échangées par les responsables et cadres des deux chapelles partisanes a succédé, dès hier, la violence physique.

L ville d’Annaba a été, en effet, le théâtre d’une

agression physique qui a tout l’air d’un règlement de compte politique, conséquence prévisible des

échanges verbaux d’une rare violence entre la patronne du Parti des travailleurs et l’ex-parti unique, marqués par les étalages publics de scandales souvent par mé- dias interposés. La guéguerre a atteint, lundi, le seuil de l’intolérable avec l’agression caractérisée du frère de Louisa Hanoune, militant du PT et élu à l’APW d’Annaba. Le conflit vient ainsi de franchir un pas entre les deux partis et risque de s’envenimer davan- tage. Fawzi Hanoune, un militant du PT, membre de l’APW d’Annaba, a été violemment agressé par un de ses pairs au niveau de cette Assemblée, lundi. Selon la victime, l’agression était d’une telle violence qu’el- le lui a occasionné plusieurs contusions et notamment une fracture au bras, ce qui lui a valu une incapacité de travail de 21 jours, comme en atteste le certificat médical délivré par un médecin légiste. Selon les dé- clarations de Fawzi Hanoune, qui se trouve être le frè- re de la secrétaire générale du Parti des travailleurs, son agresseur, le nommé Mehdi Noureddine, un ex- élu PT devenu vice-président de l’APW d’Annaba de- puis qu’il a rallié le parti FLN, il y a quelques semaines seulement, s’en serait pris à lui, lorsqu’il lui a demandé

a

de restituer les clés du siège du parti, qu’il détenait. “Je lui ai simplement demandé de me remettre les clés du bureau du parti, qu’il n’avait aucune raison de gar- der du moment qu’il ne fait plus partie de notre for- mation depuis son adhésion surprise au FLN. C’est alors qu’il a commencé à m’insulter vertement avant de m’as- sener des coups de poing et des coups de pied sans me laisser l’occasion de me défendre”, explique le militant agressé. Et d’expliquer que par-delà la voie de fait, dont il a été victime de la part d’un “ex-compagnon de com- bat”, il y a une volonté délibérée de vengeance, sur- tout que, poursuit-il, “personne n’ignore que les rela- tions sont tendues à l’extrême entre notre parti et le FLN représenté à Annaba par Baha Eddine Tliba”. Fawzi Hanoune évoque, notamment, la guéguerre qui a op- posé la secrétaire générale du PT à Amar Saâdani et n’omet pas de rappeler le reportage “commandité par Baha Eddine” qui a été diffusé en janvier dernier par une chaîne de télévision privée, le mettant person- nellement en cause dans une obscure affaire de spo- liation du foncier. Notre interlocuteur profitera de cet- te occasion pour annoncer qu’une enquête a été ou- verte à propos des mensonges distillés à l’encontre de la famille Hanoune et qu’aucune des allégations de la- dite chaîne n’a pu être corroborée.

A. ALLIA

Louiza Ammi/Archives Liberté
Louiza Ammi/Archives Liberté

Le frère de Louisa Hanoune a été agressé par un militant du FLN.

AFFAIRE KAMEL DAOUD

Le parquet d’Oran requiert 6 mois de prison ferme contre Hamadache

L procès très attendu opposant

l’écrivain et journaliste Kamel Daoud au prédicateur salafis-

te, Abdelfattah Hamadache Ze- raoui, a eu lieu, hier matin, au tri- bunal correctionnel de la cité Dja- mel, à Oran. En réaction à une fetwa lancée contre lui par Abdelfattah Hama- dache, exhortant l’État algérien à ap- pliquer la peine de mort contre l’écrivain pour apostasie, Kamel Daoud a officiellement porté plain- te pour menaces de mort. Cela s’est passé en décembre 2014, alors que l’écrivain faisait la promotion de son livre Meursault, contre-enquête, can- didat au prix Goncourt. “Kamel Daoud a tenu des propos blasphé- matoires. Il a porté atteinte à Dieu, à notre religion et à toutes nos va- leurs. Je me suis senti concerné com- me n’importe quel musulman algé- rien, et j’ai décidé d’appeler l’État à appliquer la charia”, explique le sa- lafiste, seul à la barre, sans se faire as- sister par un avocat. Très à l’aise dans le maniement du verbe arabe, il poursuit : “On parle d’appliquer la peine de mort pour les trafiquants de drogue et assassins d’enfants, pourquoi ne pas l’appliquer pour apostasie comme le stipule l’is- lam ?”, s’est-il interrogé, en réfutant le terme de fatwa, tout en persistant à défendre son “droit” de réclamer la condamnation à mort de Kamel Daoud qui, a-t-il encore signalé, aurait refusé de débattre avec lui sur un plateau de télévision. Des re- grets ? Abdelfattah Hamadache n’en avait pas, et a continué, durant tou-

e

te l’audience, “avec honneur” à dé- fendre “la justesse de son acte”. Dans sa plaidoirie, le représentant du plaignant, M e Fodil Abderrezzak, a déploré que l’accusé n’ait pas ex- primé de remords d’avoir, ainsi, jeté en pâture un écrivain qui “pro- duit des idées et du sens, et non pas des menaces”. “La fatwa de l’accusé a valu à mon client de nombreux en- nuis. Il aurait pu engager le débat au lieu d’appeler ainsi au meurtre”, poursuit l’avocat en citant la lettre écrite par un journaliste américain à Kamel Daoud pour lui faire quelques reproches sur sa tribune “Cologne, lieu de fantasmes”. “Au lieu de cela, il a appelé au meurtre et au lynchage sans se soucier de ce que son appel pouvait trouver écho quelque part et mettrait la vie de notre client en danger”, a-t-il regretté en évo- quant la mémoire des journalistes as- sassinés durant les années 1990. Pour Fodil Abderrezzak, la fetwa ca- chait mal les intentions du salafiste, par ailleurs membre de la Ligue al- gérienne des oulémas et salafiste et chef du parti non agréé du Front de la sahwa islamique, de profiter de la célébrité naissante de l’écrivain à des fins politiques. “Si Kamel Daoud était réellement coupable d’un crime, l’accusé aurait dû le poursuivre en justice”, a-t-il conclu en réclamant la condamnation d’Abdelfattah Ha- madache au dinar symbolique. De son côté, le représentant du mi- nistère public a admonesté l’accusé. “Il fallait emprunter les voies de la justice et non pas se substituer aux instances officielles”, lui a-t-il lancé

en rappelant le code pénal et son ar- ticle 144-bis qui stipule la condam- nation à des peines allant de trois à cinq années pour offense au pro- phète, au dogme ou préceptes de l’is-

lam… “Vous deviez porter plainte auprès de la justice et non pas appe- ler au meurtre”, a-t-il souligné, en re- quérant six mois de prison ferme et 50 000 DA d’amende.

Le verdict a été mis en délibéré et sera rendu la semaine prochaine.

S. OULD ALI

L’ÉDITO

PAR OUTOUDERT ABROUS

abrousliberte@gmail.com

Délit d’opinion

L e tribunal d’Oran, qui a eu à statuer dans l’affaire opposant le jour- naliste et écrivain Kamel Daoud au prédicateur cathodique Ab- delfattah Hamadache, a requis de la prison ferme contre le sa-

Le journaliste

n’a fait

qu’exprimer un

avis, une opinion. Ce qui relève de la liberté d’expression. Quid de la liberté de conscience ? À l’auteur du réquisitoire, représentant de l’État, il y a, sûrement, lieu de rappeler que la loi fondamentale du pays consacre la liberté de culte, de conscience et, surtout, d’expression.”

lafiste. Un réquisitoire dont il faut assurément prendre acte, tant on commençait à désespérer de l’enrôlement de la plainte déposée par le confrère qui a fait l’objet d’un appel au meurtre. Sauf que le représentant du ministère public, qui a, certainement, pris en compte la pression internationale et la notoriété du journaliste pour décider de son réquisitoire, n’a pas condamné l’apostasie en elle-même. Mais, seulement, le fait que la condamnation ne soit pas le fait de l’É- tat, qui, du coup, assume incidemment sa dimension profondément religieuse. Voilà qui est dit. À entendre l’argumentaire du procureur, la condamnation à mort du journaliste est fondée en soi. Hamadache et autres nervis n’avaient qu’à saisir la justice qui en fera son affaire. D’autant que les lois de la République incriminent lourdement les atteintes et les offenses au Prophète Mohammed. Autrement compris, le parquet a condamné symboliquement Kamel Daoud. Pourtant, le journaliste n’a fait qu’exprimer un avis, une opinion. Ce qui relève de la liberté d’expression. Quid de la liberté de conscien- ce ? À l’auteur du réquisitoire, représentant de l’État, il y a, sûrement, lieu de rappeler que la loi fondamentale du pays consacre la liberté de culte, de conscience et, surtout, d’expression. La fatwa de Hama- dache aurait pu être suivie d’actes. Ce que le procureur n’est pas cen- sé ignorer, encore moins, justifier. Ce sont de telles permissivités qui nous ont valu la décennie noire. n

4

L’actualité en question

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

AU MOINS 7 D’ENTRE EUX SONT IMPLIQUÉS DANS LE SCANDALE DE COLOGNE

500 Algériens dans les prisons allemandes

La question a été au cœur des entretiens entre le ministre algérien de l’Intérieur et des Collectivités locales et son homologue allemand, lors de sa visite à Alger lundi soir.

L e nombre de demandes d’asile, dé- posées par les ressortissants algé- riens en Allemagne est estimé entre 3 500 et 4 000 personnes, a affirmé hier une source diploma- tique, sous le couvert de l’anony-

mat, citant un chiffre fourni par les autorités allemandes. La même source précise que par-

mi les Algériens en situation irrégulière en Al-

lemagne, il y a au moins 500 personnes qui se- raient incarcérées actuellement pour diverses raisons. Leur rapatriement se fera au cas par cas, mais “il a été convenu que, pour ceux dont

les reproches ont été établis, l’Algérie va leur ac- corder un laissez-passer”, a expliqué notre sour- ce. Mais Alger a refusé le recours aux charters, a précisé cette source, ajoutant que “plusieurs réunions ont été tenues entre les représentants de l’ambassade d’Algérie à Berlin avec les différents États (Landers, ndlr)” pour faciliter cette opération, qui intervient dans le cadre d’un accord relatif à la coopération sécuritai-

re, à la lutte contre le terrorisme et à la migra-

tion clandestine. Cette question a été d’ailleurs

au cœur de la visite, lundi soir à Alger, du mi-

nistre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière. Les Algériens, qui n’ont “aucune perspective d’obtenir un permis de séjour”, après s’être introduits clandestinement en Alle-

magne, seront reconduits, a déclaré M. de Mai- zière, à l’issue de sa rencontre avec son homo- logue algérien, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui. “Les détails relatifs à leur rapatriement seront abor- dés par les services de sécurité des deux pays”, a-t-il ajouté dans une déclaration à l’agence of- ficielle APS. Évoquant la série d’agressions, no-

APS
APS

Le ministre de l’Intérieur allemand Thomas de Maizière et Nouredine Bedoui, son homologue algérien, lundi, à Alger.

tamment sexuelles, contre des femmes la nuit de la Saint-Sylvestre (soirée du réveillon, ndlr), notre source a déclaré que l’Algérie a for- mellement démenti le chiffre des Algériens im- pliqués dans cette affaire. Selon Alger, le nombre d’Algériens impliqués dans les agres- sions de Cologne est de sept personnes. Pour rappel, dans la nuit du 31 décembre au 1 er jan- vier, plusieurs dizaines de femmes ont été agressées, dont certaines ont même été violées, par des hommes “d’origine arabe et nord-afri-

caine”, au niveau et à proximité de la gare cen- trale de la ville de Cologne, a rapporté la pres- se locale, citant des policiers et des témoins. Of- ficiellement, le nombre de plaintes qui ont été déposées est de 170. Trois quarts d’entre elles sont relatives aux agressions sexuelles, dont deux pour viols. Cette affaire a déclenché un vent de colère et d’indignation à travers tout le pays, rajoutant une couche à la vague de xé- nophobie et de stigmatisation des réfugiés sy- riens que l’Allemagne a accueillis par di-

zaines de milliers les derniers mois de l’année 2015. Moins de deux semaines après cette affai- re, le dossier de reconduite des Algériens en situation irrégulière en Allemagne a été à l’ordre du jour de la visite effectuée par le Pre- mier ministre Abdelmalek Sellal, lors de sa ren- contre avec la chancelière allemande Angela Merkel. “Je peux vous assurer en tant qu'Algé- rien que ce serait inacceptable”, s’il est confir- mé que des Algériens ont participé aux vio- lences du Nouvel an à Cologne, a déclaré le Premier ministre.

LYÈS MENACER

ILS SONT ENTRÉS EN GRÈCE VIA LA TURQUIE

Athènes renvoie 308 migrants du Maghreb

n Au moins 308 migrants, en majorité des Algériens, des Tunisiens et des Marocains, ont été renvoyés par la Grèce vers la Turquie, d’où ils sont partis illégalement, a indiqué une source du ministère de la Protection du citoyen, sous le couvert de l’anonymat, à l’AFP. La moitié de ces migrants, environ 150 personnes, a été renvoyée hier tandis que l’autre moitié a été reconduite ce matin, a ajouté la même source. D’autres migrants seront renvoyés dans les jours et semaines à venir, dans le cadre d’un “accord de réadmission”, qui a été conclu entre Athènes et Ankara en 2002. Ce processus a déjà commencé au mois janvier dernier, durant lequel des dizaines de jeunes Maghrébins ont été refoulés par les autorités grecques vers la Turquie, devenue, depuis quelques années, un véritable pays de transit des migrants, originaires d’Afrique et d’Asie.

L. M.

ILS SE SONT AUTOMUTILÉS POUR RÉCLAMER DE L’EMPLOI

Annaba : les trois chômeurs suicidaires pris en charge

L a tentative de suicide collectif qu’ont faite, lundi matin, sur le toit du siège de la wilaya d’An-

naba, les trois jeunes chômeurs, n’est pas restée sans suite, ont affir- mé, hier, des sources sécuritaires. Ces

mêmes sources indiquent que le chef de l’exécutif, Youcef Cherfa, a exigé qu’une enquête soit ouverte, non seulement pour savoir les rai- sons qui ont poussé ces jeunes de- mandeurs d’emploi à cet extrême, mais aussi pour comprendre com- ment ces derniers ont pu s’introdui-

re aussi facilement dans l’enceinte de la cité administrative, malgré la pré- sence des agents de sécurité interne et des policiers censés en réguler l’ac- cès. Nos sources croient savoir que les trois jeunes gens dont l’âge varie entre 31 et 33 ans, ont bénéficié d’une prise en charge médicale et que leurs jours ne sont pas en danger. On assure même que deux ont été autorisés à rentrer chez eux après avoir été entendus par la police, alors que le troisième est encore en

observation post-traumatique au sein du service des urgences du CHU Ibn-Rochd. Pour rappel, cet événement, qui au- rait pu avoir des conséquences dra- matiques, n’était la médiation du chef de la police d’Annaba en per- sonne, a eu lieu lundi vers 8h30 à l’occasion d’une manifestation de de- mandeurs d’emploi devant le siège de la wilaya. Profitant d’une baisse de vigilance des services de gar- diennage et de sécurité de l’édifice, trois jeunes résidant dans la commu-

ne de Sidi-Amar (daïra d’El-Hadjar), qui avaient l’air totalement déprimés, ont pu s’introduire à l’intérieur du bloc administratif avant de grimper sur les toits pour manifester leur co- lère et exiger des autorités locales un emploi dans l'immédiat. Torses nus, ils ont menacé d'abord de se suicider collectivement puis ont commencé à s’automutiler le corps à coups de couteau à cran d’arrêt, sous le regard terrifié des passants, des policiers et d’agents de la Protec- tion civile, dépêchés en renfort sur

les lieux. Les jeunes protestataires sont descendus après avoir reçu des garanties et des promesses de satis- faire leurs revendications, d’avoir ac- cès à un travail au complexe sidérur- gique d’El-Hadjar. À signaler que ce n’est pas la premiè-

re fois que le siège de la wilaya est le théâtre de pareilles scènes de déses- poir, des jeunes de la même commu- ne de Sidi-Amar avaient tenté un acte similaire, au début de l’année

2011.

B. BADIS

MANIFESTATION CONTRE L’AUGMENTATION DES PRIX DES TRANSPORTS À BÉJAÏA

Cinq arrestations et des escarmouches

L e rassemblement organisé, hier, par l’Association pour la défense et l’infor- mation du consommateur (Adic), devant

le siège de la wilaya de Béjaïa, a été violemment

dispersé par la police antiémeute, a-t-on ap-

pris des manifestants ayant échappé aux arres- tations. Cinq manifestants y seront interpel-

lés, dont le président de l’association, Anis Ad-

jlia, qui était en train de rendre compte aux ma- nifestants de la rencontre avec le SG de la wi- laya, qui les a reçus quelques minutes aupara- vant. Ont éclaté alors des escarmouches, circons- crites au quartier périphérique d’Ihaddaden où des jeunes manifestants ont commencé à dresser des barricades, obligeant les automo- bilistes à faire des détours, alors qu’une par-

tie de la route est en travaux depuis quelques

semaines déjà. Nous avons appris de sources policières que les cinq manifestants allaient être

libérés dans les heures qui suivent. La mani- festation, pacifique, se voulait une dénoncia- tion de l’augmentation des prix des tickets de transports, jugée injustifiée et disproportion- née. Elle survient, en outre, le jour où l’arran- gement, formalisé, mardi dernier, par la direc- tion des transports et le syndicat des transpor- teurs de voyageurs pour une hausse de 10% du ticket de transport, est entré en application. Les tarifs de transport des bus sont passés, hier, à 20 DA. Le raisonnement de l’Adic est simple : “On ne peut pas passer de 15 à 20 DA”, ce n’est pas une augmentation de 10%, mais de 33%, d’où leur verdict : “Ces augmentations des prix sont exa- gérées, anarchiques et insupportables.” Et “elles sont absolument injustifiables”. C’est la raison pour laquelle ils ont tenu à dénoncer avec for- ce cet accord, ainsi que les comportements “mercantilistes” des transporteurs de voya-

geurs, tout en pointant du doigt la responsa- bilité morale et politique des autorités compé- tentes dont c’est le rôle de veiller à un parta- ge équitable du sacrifice. Lequel sacrifice ne doit pas seulement être supporté par les couches les plus défavorisées. Selon le président de l’Adic, le SG de la wilaya aurait rétorqué qu’il ne pouvait rien y faire et qu’il fallait saisir le wali par écrit. Le problè- me, c’est que c’est déjà chose faite : “Nous avons remis une lettre en main propre au wali, il y a à peine quarante-huit heures. Et on nous de- mande encore une fois de lui écrire”, s’est écrié le président de l’association. Dans la foulée, il déclare que “nous exigeons maintenant d’être reçus par le wali”, a-t-il ajouté. “Nous ne de- mandons rien d’autre que l’application de la ré- glementation et le respect du cahier des charges”. Mais avant même qu’il ne termine son spee- ch, on a assisté à une charge de la police an-

tiémeute. Cinq manifestants, dont le président d’Adic, seront embarqués et introduits avec force dans l’enceinte de la wilaya. La bande- role, accrochée sur le fronton de la wilaya, sera arrachée. Pour rappel, l’Adic ne se limite pas aux constats, elle propose des solutions aux pou- voirs publics. Comme, par exemple, renforcer la flotte des bus de l’entreprise publique, l’ETUSB, et la création de nouvelles lignes pour desservir des quartiers non couverts actuelle- ment. L’ETUSB assure la desserte depuis et vers la gare routière. Et amener ainsi les transporteurs privés sur le terrain de la concurrence, d’où son diktat. Mais aussi d’élaborer des tarifs “par section ou par arrêt de bus, si nécessaire (5, 10, 15 DA) et insister sur le respect des horaires et l’instauration de permanence jusqu’à 22h minimum.”

M. OUYOUGOUTE

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

LE RADAR

LIBERTE Mercredi 2 mars 2016 LE RADAR DE LIBERTÉ 5 PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

5

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

EN RAISON DE TRAVAUX D’EXCAVATION EN GRANDE PROFONDEUR À LA RUE JEAN-JAURÈS (EL-BIAR)

Affaissement de la chaussée et fragilisation des fondations des habitations voisines

et fragilisation des fondations des habitations voisines n Les habitations de plusieurs familles, ré- sidant à

n Les habitations de plusieurs familles, ré-

sidant à la rue Jean-Jaurès à El-Biar, sont menacées d’effondrement à la suite des travaux de terrassement entrepris sur l’emplacement d’une petite villa rachetée par un particulier puis détruite pour ré- cupérer le terrain et y ériger un im- meuble de 5 étages. Très en colère contre les risques induits par ce chantier dans un quartier pavillonnaire, les riverains ont si- gné une pétition qu’ils ont adressée aux autorités municipales, à la Duch et au wali d’Alger. “Le 2 février s’est produit un grand éboulement qui a causé l’affaisse- ment de la chaussée, la fissuration des trot- toirs et a fragilisé les fondations des mai- sons limitrophes. La villa n°35 risque l’ef-

fondrement”, s’insurgent des délégués des familles, qui se sont rapprochés de notre rédaction. En outre, les travaux ont provoqué la rupture d’une conduite d’alimentation en gaz de ville et l’instabilité du sol. “Toutes les requêtes introduites au- près des autorités locales et services com- pétents se perdent dans les dédales de la bu- reaucratie et du laxisme. Pourtant, il y a danger de mort. Il y a quelques jours, le pro- moteur a évacué une famille de nuit vers un appartement qu’il a mis à sa disposition le temps de rafistoler les fissures apparues sur les murs”, témoignent nos interlocu- teurs. Tous les habitants du quartier sont déterminés à aller en justice pour éviter le pire.

AÏN TAYA

Dégorgement d’eau potable sur la chaussée depuis 45 jours

n Depuis plus d’un mois, de l’eau potable dégorge abondamment dans un quartier de Aïn Taya, lo- calité de la banlieue est d’Alger, sans susciter la moindre réaction des ser- vices de la Seaal ou des agents de la municipalité, malgré les multiples interpellations des riverains. Pré- cisément à la cité Si El-Haouès, à proximité de l’hôpital, plusieurs mètres cubes d’eau potable coulent sur la chaussée, sur une distance de 300 m. Cette eau finit sa course dans un regard d’eaux usées. “Nous avons saisi les services concernés entre autres celui de la Seaal. Nous avons appelé le numéro vert 1594, en vain. Nous avons saisi le servi- ce technique de l’APC, mais personne n’a daigné venir réparer cette fuite. L’eau conti- nue à couler depuis plus de 40 jours, alors que certains habitants ont les robinets à sec et ont soif”, dénoncent les habitants du quartier.

de 40 jours, alors que certains habitants ont les robinets à sec et ont soif”, dénoncent

IL A RÉUNI LES ÉDITIONS DE 1993 À 2005 DANS 23 VOLUMES

“Liberté” en reliure chez Mohamed Tiab

n Écrivain et historien, Mohamed Tiab vient de mettre, dans la wilaya de Chlef, une

collection des éditions du quotidien Liberté, publiées entre 1993 et 2005. Il en a fait une belle reliure. Il a expliqué son initiative par une volonté de donner, à la future généra- tion, un support qui lui permettra de prendre connaissance des évènements qui ont ébran- lé le pays dans tous les domaines pendant cette période et rapportés par le journal Li- berté. Cette collection se décline en 23 volumes. Il reste à l’écrivain d’en faire autant pour les années suivant 2005. Mohamed Tiab est auteur de nombreux ouvrages historiques, dont La chronologie de la Révolution algérienne de 1830 à 1962, paru en 1999, Les 2804 jours de la guerre d’Algérie 1964 - 1962, paru en 2004, Voyage en diligence d’Orléansville à Ténès en 1895, paru en 2009, et L’affaire de Marguerite du 26 avril 1901 à travers la presse française. Il travaille actuellement sur deux autres projets de livre, en l’occurrence La Guillotine dans l’Algérie coloniale de 1843 à 1962 et un Dictionnaire des communes de l’Algérie de A à Z.

UNE CONFÉRENCE SUR LE THÈME EN AVRIL PROCHAIN

“Le bonheur au travail”, une utopie en Algérie ?

n Une conférence autour de la problématique du “bonheur au travail” est programmée pour le 18 avril prochain, à la nouvelle faculté de médecine d’Alger. Les relations de travail entre collègues d’un côté, et la hiérarchie et les subordonnés de l’autre, la gestion des carrières, les mécanismes de motivation de la ressource humaine sont autant d’aspects qui concourent à créer le climat de travail. Bon ou délétère, cela dépend de plusieurs paramètres. À l’évènement qui a obtenu le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, ainsi que celui du département du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, participeront des managers et des DRH, qui interagiront avec l’assistance pour exposer le vécu dans l’enceinte de l’entreprise.

SELON LE RAPPORT D’ACTIVITÉ ET DE GESTION DE LA LFP En Ligue 1, le RCA
SELON LE RAPPORT D’ACTIVITÉ ET DE GESTION
DE LA LFP
En Ligue 1, le RCA est
la plus jeune équipe
et le CSC la plus vieille

n Dans le rapport d’activité et de gestion de la Ligue de football pro- fessionnel dont Liberté détient une copie, il ressort que, durant l’exercice 2015, plusieurs seg- ments liés à l’activité des 32 clubs professionnels, évoluant en Ligues 1 et 2, commencent à réviser leur politique de recrutement, en in- tégrant de plus en plus dans leurs effectifs des joueurs issus des ca- tégories U21 et U19. Ainsi, la moyenne d’âge des joueurs de la Ligue 1 est 26 ans. Le RCA est le club qui a fait davantage confian- ce aux jeunes talents, avec une moyenne d’âge de 23 ans, suivi de

l’USMH, l’ASMO, le DRBT, la JSK, l’ESS et la JSS (25 ans). En re- vanche, le CSC reste le club qui a le plus vieil effectif avec une moyenne d’âge qui frôle les 29 ans. Dans un autre chapitre, il est in- diqué, dans le document, que du- rant cette saison, 30 footballeurs étrangers jouent en Ligue 1, soit une diminution de deux éléments par rapport à l’exercice précé- dent. C’est la JSS, le CSC et le MCA qui ont fait appel le plus aux étrangers. Au plan disciplinaire, la LFP a infligé des dizaines de sanc- tions, soit 443 avertissements, 23 expulsions et 8 huis clos.

MILLE LUNETTES OFFERTES AUX ENFANTS DÉMUNIS

Auscultation gratuite d’ophtalmologues à Riad El-Feth

n À l’occasion de la Journée nationale des personnes souffrant d’une déficience physique le 14 mars, des ophtalmologues bénévoles pro- cèderont à des auscultations gratuites d’enfants, vendredi 11 mars à partir de 9h00 à l’esplanade de Riad El-Feth. Sous le slogan “Mieux voir, mieux étudier”, les praticiens contribueront à dépister d’éven- tuels troubles de vision chez les gosses scolarisés. Dans un premier temps, 1000 lunettes seront offertes aux enfants issus de familles aux faibles revenus. Bien entendu, les verres seront adaptés à la vue de leur attributaire.

ARRÊT SUR IMAGE

Le téléport de Lakhdaria, l'un des fleurons d'ATS, fonctionne encore avec des ordinateurs datant des

années 90 ! Pis encore, le logiciel de ces machines tourne sous

XP ! Autrement dit, ils

sont encore à l'âge de pierre au plan des nouvelles technologies de l’information !

Windows

Liberté
Liberté

6

L’actualité en question

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

SIGNALEMENT DES SITUATIONS DE DANGER DE L’ENFANCE

Le citoyen appelé à s’impliquer

Le dispositif de signalement d’enfant en situation de danger doit être vulgarisé. C’est un signe de conscience, un acte de citoyenneté et une preuve de bravoure. Explications.

C omment

peut-on

impliquer le citoyen dans l’organisation du signalement d’en- fants en situation de danger ? Voici une

question à laquelle plusieurs experts et officiels ont tenté de répondre, hier, lors d’une conférence interna- tionale tenue à Alger, sous l’égide de l’Unicef. Le signalement est cet acte “citoyen” de prévention contre toute situation qui met en danger un enfant. Le dispositif de signalement est aus- si cette forme d’organisation, de re- cueil, de traitement et d’évaluation des différentes situations où l’enfant se trouve devant un risque de maltrai- tance physique, morale, sexuelle et psychologique. En Algérie, ce dispositif nécessite une vulgarisation, de le porter à la connaissance du grand public et ex- pliquer qu’un signalement d’une si- tuation de danger qui guette un en- fant est d’abord un signe de conscien-

ce, un acte de citoyenneté et une preuve de bravoure. Le constat fait au jour d’aujourd’hui est décevant. “Trop peu de cas sont portés à la connaissance des autorités concernées”, regrettent les anima-

teurs de la conférence. Selon les re- présentantes des services de sécurité, DGSN et Gendarmerie, “5 763 cas de signalement ont été portés à la connais- sance de la police”, et seulement “2 111 cas signalés pour la gendarmerie”. Même si le taux est en baisse par rap- port à l’année 2014, il n’en demeure pas moins que ces chiffres ne reflètent pas la réalité du terrain et le “signa- lement” reste un “tabou”. Qui oserait signaler un enfant en situation de danger aux services de sécurité ? À vrai dire, personne ne prendrait le risque de “s’immiscer” dans la vie “pri- vée” d’un foyer. Qui oserait contredire un parent sur l’éducation de ses en- fants ? C’est à cette problématique que la conférence veut apporter des ré- ponses et des éclairages, en s’ap- puyant sur les expériences de pays comme le Canada, la Grande-Bre- tagne ou la France. Pour Mounia Meslem Si Ameur, mi- nistre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la fem- me, cet acte “doit être l’œuvre de tout un chacun” de “tous ceux qui, de par leur fonction ou leur relation avec la victime, sont appelés à prévenir consciencieusement”. Elle a rappelé, dans ce contexte, que la loi n° 15-12

du 15 juillet 2015 relative à la pro- tection de l’enfant est inspirée dans “le but de renforcer son arsenal juridique et d’énoncer clairement la manière dont la protection de l’enfant a été dé- cidée, et sera entreprise, après la série de kidnappings enregistrée fin 2012, début 2013 et la vague de terreur qui en a découlé”. Elle a aussi ajouté que le groupe de travail interministériel qui agit dans le cadre du Plan national action pour la protection et le bien-être de l’enfant reposera sur une démarche “perti- nente de prévention, de protection, et de participation citoyenne qui puise- ra sa substance de la coordination, de la concertation et de la communica- tion”. Hier, plusieurs communications ont été présentées. Marc Lucet, repré- sentant de l’Unicef Algérie, a mis l’accent sur l’engagement de l’Uni- cef à soutenir les efforts de l’Algérie dans le renforcement du dispositif de signalement et de protection de l’en- fant, avant d’appeler à l’implication des citoyens dans le signalement qui reste, selon lui, “important” dans la mesure où il identifie la victime, la violence et cherche la protection.

MOHAMED MOULOUDJ

la violence et cherche la protection. MOHAMED MOULOUDJ SORTIE DE NOUVELLES PROMOTIONS DE LA PROTECTION CIVILE

SORTIE DE NOUVELLES PROMOTIONS DE LA PROTECTION CIVILE

Sellal et Bedoui assistent à la cérémonie

L a cérémonie de sortie des nouvelles pro- motions de la Protection civile, soit la 44 e pour les agents, la 46 e pour les sous-lieu-

tenants, la 15 e pour les lieutenants et la 14 e pro- motion pour les médecins lieutenants, a eu lieu, hier, à l’école de Dar El-Beïda, à Alger. Cette nou- velle promotion est baptisée au nom de la défunte femme de lettres Assia Djebar. L’événement coïncide avec la journée mondia- le de la Protection civile. Les célébrations se sont déroulées en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui a procédé à la remise des grades et diplômes aux lauréats des nouvelles pro- motions, du ministre de l’Intérieur, Noureddi- ne Bedoui, du ministre de la Justice Taïeb Louh, ainsi que de la ministre de la Poste et des Tech- nologie de l’information, Houda Imane Fa- raoun. D’autres membres du gouvernement et des représentants de la société civile étaient également présents à cette manifestation.

Le thème arrêté par le conseil exécutif de l’Or- ganisation internationale de la Protection civi- le (OIPC) est dédié cette année à “La Protection civile et les nouvelles technologies de l’information” pour mettre en exergue l’importance de la scien- ce et de la technologie et leur rôle dans l’intro- duction des changements importants dans l’ap- proche intégrée de la problématique des catas- trophes, le but étant de souligner l’importance qu’il convient là d’accorder à la science et à la technologie qu’il faut mettre au service de l’or- ganisation des secours pour réduire les consé- quences des catastrophes. Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités lo- cales, Noureddine Bedoui, a déclaré en marge de la cérémonie que “le rôle que jouent les agents de la Protection civile est plus qu’honorable du fait qu’ils sont toujours au premier rang, car ils sont là pour veiller sur la vie des citoyens. La Pro- tection civile algérienne est d’un grand profes-

sionnalisme”. Pour sa part, le directeur de l'école de la Protection civile, le colonel Ezired Abdelhamid, a appelé “les effectifs des promo- tions sortantes à faire preuve de patience, de pro- fessionnalisme et de sens du sacrifice dans l'exercice de leur mission caractérisée, particu- lièrement, par sa dimension humaine et dont l'es- sence même est la préservation des personnes et des biens”. Par ailleurs, le chargé de la communication de la Protection civile, le colonel Achour, a souli- gné qu’un tel événement est l’occasion pour la corporation de revenir sur ses activités. “Pour l’année 2015, la Protection civile algérienne a en- registré plus de 900 000 interventions, soit une hausse de 27%”, précisant que “plus de 45% de ces interventions sont des opérations de secours, notamment suite à des accidents domestiques qui connaissent une évolution inquiétante”. Il a souligné que les interventions quotidiennes

enregistrent, elles aussi, une hausse en passant à 3 000 interventions/jour en 2015, dont 1 123 suite à des accidents domestiques, contre 2 600 interventions/jour en 2014. Le porte-parole de la Protection civile a également annoncé la mise en place d’un nouveau centre national de l’information et de la communication à Aïn Nâadja. La cérémonie a vu, entre autres, une revue des promotions sortantes, suivie de mouvements d’ensemble, d'exercices de simulation et l’exé- cution de manœuvres combinées entre différentes équipes de la Protection civile. Parmi les effectifs des promotions sortantes, dont le nombre total s’élève à 2 998, on compte des agents de différentes nationalités, dont des Ni- gériens, des Palestiniens, des Ivoiriens et des Ma- liens ayant suivi des formations dans plusieurs catégories.

DJAZIA SAFTA

PRODUITS ALIMENTAIRES

Recul quasi général des prix à l'importation en 2015

L es prix moyens des produits alimentaires importés par l'Al- gérie ont, dans l'ensemble, di-

minué durant l'année 2015 par rapport à 2014, selon le ministère du Com- merce. Cette baisse s'explique par le re- cul des prix à l'importation des poudres de lait (-42%), suivies des sucres roux et blanc (-18%), des viandes (-15%), des différentes huiles (entre -3% et -22%), des céréales, semoule et fa- rine (-3,7%). Ainsi, le prix moyen à l'importation de la poudre de lait a baissé à 2 775 dol- lars/tonne en 2015 (contre 4 817 dol- lars/t en 2014). Le prix d'achat du blé tendre a reculé à 239 dollars/tonne (contre près de 292 dollars/t), tandis que le maïs a baissé à 197 dollars/ton- ne (contre 237 dollars/t). En revanche, le prix à l'importation du blé dur a augmenté à 444 dollars/t (contre 396 dollars/t). Le prix d'achat moyen du sucre roux est passé à 346 dollars/t (contre 423 dollars/t), alors que le sucre blanc a diminué à 503 dol- lars/t (contre 614 dollars). Les prix de cinq variétés d'huiles brutes ont éga-

lement enregistré des baisses : l'huile de palme a diminué à 705 dollars/t (contre 903 dollars), l'huile de soja à 746 dollars/t (contre 906 dollars), l'huile de tournesol à 853 dollars/t (contre 887 dollars) et l'huile de coco à 1 285 dollars/t (contre 1 324 dollars). Les prix d'autres huiles alimentaires brutes ont, cependant, augmenté de 93% à 4 512 dollars/t (contre près de 2 340 dollars). Outre le blé dur et certaines catégories d'huiles brutes, les autres produits alimentaires qui ont connu une haus- se des prix à l'importation sont es- sentiellement les amandes (+47%), les lentilles (+29%), le double concen- tré de tomates (+22%), le café torréfié (+22%), l'ail (+18%), les crustacés congelés (+9%), les viandes bovines congelées (+8%), le thé (+3%) et les pâtes alimentaires (+14%). L'analyse des prix élaborée par le mi- nistère du Commerce aborde égale- ment les prix à l'importation du ci- ment. Il est constaté que le prix moyen de ce produit de construction a enre- gistré des baisses oscillant entre -3% et

-20% selon les catégories de ciment. Concernant la répartition détaillée des importations par opérateur éco- nomique pour les produits alimen- taires de large consommation et le ci- ment, il est relevé qu'en 2015, les deux offices de régulation, l'Office national interprofessionnel de lait (Onil) et l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), ont dominé les importations de poudre de lait et des blés respectivement. Ainsi, l'Onil a im- porté 189 910 tonnes de poudre de lait destinées à la transformation (53% des quantités globales importées), tandis que les 47% restants ont été répartis entre 13 principaux importateurs pri- vés. Pour les blés dur et tendre, l'OAIC a réalisé la quasi-totalité des quantités importées avec l'achat de plus de 8 mil- lions de tonnes en 2015 (94,7% du vo- lume global importé). Quant aux importations de maïs, elles ont été effectuées principalement par 10 sociétés privées à hauteur de 90% du total importé, tandis que l'Office na- tional de régulation (Onab) est inter- venu sur le marché du maïs avec 3%

seulement des importations globales. Pour les huiles alimentaires brutes dont les importateurs sont au nombre de 6, une société privée est demeurée en position dominante avec 54% du to- tal importé en 2015. En matière d'im- portation de sucre, sur les 11 princi- paux importateurs, la même société privée est demeurée dominante à la fois pour le sucre roux en assurant 91,2% du total importé pour une quantité de plus de 1,5 million de tonnes (523 millions de dollars), ain- si que pour le sucre blanc avec 43% des importations pour une quantité de 100 310 tonnes (50 millions de dollars). Concernant le café non torréfié, les principaux importateurs sont au nombre de 7 avec 52% du total des im- portations lesquelles ont été de près de 129 000 tonnes pour une facture de près de 292 millions de dollars. 6 autres principaux importateurs ont couvert 76% des importations de café torréfié, estimées à 394 tonnes pour plus de 5,2 millions de dollars. Pour ce qui concerne les importations du ci-

ment, établies à près de 6,6 millions de tonnes pour un montant de 473,5 millions de dollars en 2015, elles ont été réalisées à hauteur de 38% par 10 opérateurs privés dont 5 ont effectué 31% de ces importations (2 millions de tonnes). En ce qui concerne les im- portations de fruits frais, constituées essentiellement de 4 produits, elles se sont chiffrées à près de 284 millions de dollars : 181 millions de dollars pour les bananes, 99,5 millions de dollars pour les pommes, de 1,8 million de dollars pour le raisin frais et 1,6 mil- lion de dollars pour le citron. Quant à la facture des principaux fruits secs, elle s'est établie à plus de 144 millions de dollars : 62 millions de dol- lars d'arachides, 41 millions de dollars d'amandes, 25 millions de dollars de raisins secs, de 10,5 millions de dollars de pruneaux secs et 6,1 millions de dol- lars d'abricots secs. Par ailleurs, l'Al- gérie a importé pour près de 16 mil- lions de dollars de légumes frais dont 15,7 millions de dollars d'ail et 40 350 dollars d'oignon.

APS

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

L’actualité en question

7

LANCÉ EN 2011 POUR UN DÉLAI DE RÉALISATION DE DIX-NEUF MOIS

Le centre anti-cancer de Draâ Ben-Khedda accuse du retard

D’une capacité de 140 lits, le CAC de Draâ Ben-Khedda a connu une réévaluation de l’autorisation de programme qui est passée de 1,5 milliard de dinars à plus de 4,2 milliards de dinars.

S itué à dix kilomètres à l’ouest de Tizi Ouzou, le centre anti-cancer (CAC) de Drâa Ben-Khedda, dont les travaux ont été confiés à l’entreprise por-

tugaise Abrantina, devrait être ré- ceptionné, en principe, en juillet 2016, a affirmé le directeur de la san- té et de la population de la wilaya de Tizi Ouzou, le D r Bouda Abdenacer, à l’issue d’une visite d’inspection ef- fectuée lundi par une délégation d’élus de l’APW, conduite par le pré- sident de cette Assemblée, Mohamed Klalèche. “Si nous comptions récep- tionner ce CAC en juillet 2016, cer- taines considérations exogènes rele- vant notamment du bureau d’études, entraîneront certainement un léger retard dans sa livraison. Il sera pro- bablement réceptionné au cours du 4 e trimestre 2016”, a précisé le DSP lors de cette visite du chantier qui en- registre un taux d’avancement des travaux évalué globalement à 75%,

selon les estimations avancées par le DSP de Tizi Ouzou. Lancé en 2011, pour un délai de réalisation initial de dix-neuf mois avant d’être rééche- lonné à trente-sept mois, le CAC de Draâ Ben-Khedda, qui est d’une capacité de 140 lits, a connu égale- ment une réévaluation de l’autori- sation de programme qui est passée de 1,5 milliard de dinars à plus de 4,2 milliards de dinars. Dans une présentation de cet im- portant projet aux élus locaux, le di- recteur de la santé a tenu à souligner que “ce centre a connu, durant ces dernières années, des péripéties et de nombreuses contraintes dans le pro- cessus de sa réalisation, ce qui s’est traduit par un impact négatif sur les délais impartis et a généré de grands retards pour sa livraison qui dépas- serait les vingt-deux mois, ce qui est considérable”. Parmi toutes les contraintes qui ont engendré ce retard, le DSP a cité, entre autres, “l’occupation d’une

parcelle de terrain où sont projetés les locaux techniques du CAC par une entreprise avicole, la découverte d’une importante conduite d’eau potable alimentant pratiquement tout le flanc nord de la wilaya, l’attente de l’approbation et l’homologation des bunkers où seront installés les trois ac- célérateurs linéaires du service ra- diothérapie et, enfin, l’étude d’ap- probation de la commission nationale des différents avenants du projet”. S’adressant au directeur de la santé et aux responsables de l’entreprise portugaise chargée du projet, le pré- sident d’APW, Mohamed Kla- lèche dira qu’ “au rythme actuel des travaux, il est très difficile d’affirmer que ce CAC sera réceptionné dans les délais annoncés mais nous espérons au moins le recevoir d’ici à la fin de l’année en cours”. Il est à rappeler que le futur CAC de Draâ Ben- Khedda qui est constitué de 34 blocs construits selon des normes anti- sismiques, pourra assurer jusqu’à

K. Tighilt/Liberté
K. Tighilt/Liberté

Les travaux de réalisation du centre anti-cancer de DBK avancent à pas de tortue.

250 consultations par jour, ce qui soulagera d’ici à là la wilaya de Tizi Ouzou qui enregistre annuellement

une moyenne de 1 500 nouveaux cas de cancer chaque année.

K. TIGHILT

KADA NOURI, PRÉSIDENT DE TOUBIBS TRAIT D’UNION MÉDITERRANÉE (ASTTUM)

“Je me suis senti humilié par la révision de la Constitution”

Ce praticien, spécialiste en chirurgie maxillofaciale, est l’un des créateurs de l’ASTTUM. Très remonté contre les amendements de la Constitution ciblant les expatriés algériens, il livre ses impressions sur les motivations de cette démarche et ses conséquences sur la diaspora.

Liberté : La présence dans la nouvelle Consti-

tution de dispositions qui excluent les expatriés algériens de l’accès à des responsabilités au sein de l’État a provoqué une vive réaction de la part de notre communauté à l’étranger. La compre- nez-vous ? Kada Nouri : Bien au-delà de la simple compré- hension, je partage cette vive réaction car je me suis senti

comme tous les autres hu-

miliés. Je ne convoite bien évidemment aucun haut poste de responsabilité en Algérie et je reste persuadé que la grande majorité des expatriés, binationaux ou pas n’y ont jamais pensé. Je pense que c'est plus l'émoi qu'a généré cette résolution constitution- nelle qui explique la réaction vive à laquelle vous faites allusion.

Entretien réalisé à Paris par :

SAMIA LOKMANE-KHELIL

Qu’avez-vous ressenti à titre personnel et en votre qualité de président d’association ? À titre personnel, je le dis une fois encore, je me suis senti humilié car taxé d'être un faux citoyen, voire un traître. Le gouvernement algérien igno- re à mon sens à quel point l'Algérie doit sa res- pectabilité aux comportements de son intelli- gentsia à l'étranger. Nous avons porté loin de chez nous le drapeau national sur nos visages et sur nos têtes. Le respect acquis par nos qualités hu- maines, nos compétences et notre savoir-faire a amené les autres peuples à voir l'Algérie autrement et positivement, et à se rendre compte qu'ils ne sont pas plus intelligents que nous.

D. R.
D. R.

En tant que président d'association, j'ai ressenti cet article constitutionnel comme un croche- pied à tout un élan que nous étions en train de mettre en place au service de notre pays en par- ticulier. Il ne faut pas oublier que beaucoup de “cer- veaux” ont été contraints de quitter l'Algérie à une période, et pour des raisons que vous n'êtes pas sans ignorer. Les fédérer et les remotiver pour mettre leur savoir-faire et leurs compétences au service de leur pays n'était pas chose aisée. Alors quand ces “cerveaux” se sont sentis déclassés au rang de faux citoyens, le doute a envahi leur es- prit. C'est dommage même si cela reste surmontable.

Quelles sont, selon vous, les motivations de cet- te réforme très contestée ? Le marasme institutionnel et socioéconomique que connaît notre pays nous amène, en effet, à nous poser des questions. Les gouvernants actuels, conscients de leurs échecs, craignent-ils que des expatriés, de surcroît compétents et intègres, se proposent de gouverner à leur place ? Les États étrangers qui ont la mainmise sur l'eldorado al- gérien auraient-ils conseillé à nos gouvernants d'exclure les expatriés de toute future gouvernance pour barrer à l'Algérie toute possibilité de rebondir ?

D’aucuns pensent que cette forme de rejet va dis- tendre davantage les liens entre les Algériens

de l’étranger et leur pays d’origine. Partagez-vous cet avis ? Les Algériens demeureront attachés viscéralement

à leur pays. Rien ne peut les rendre indifférents

à ce que l'Algérie traverse. Cependant, il est à

craindre que cette démarche mine toute impli- cation future si tant est qu'elle soit urgente et gâche l’apport de cette ressource humaine capi- tale représentée par les binationaux.

Cette réforme a-t-elle un impact sur les enga- gements et le travail de votre association ? J'ose dire aucun. Car nous essayons de servir des frères et des sœurs, un peuple, une patrie auxquels nous devons beaucoup et envers lesquels nous avons une dette. Et là, si vous le permettez, je pour- rais faire une extrapolation sur mon cas person- nel. J'ai quitté mon pays sans aucun moyen com- me peu d'autres, à un moment où il fallait aller chercher une discipline et une compétence qui n'existaient pas à l'époque en Algérie. Aujourd’hui, l'Algérie a plus que jamais besoin de nous. Par ailleurs, j'ai des collègues qui ont quit- té l'Algérie, meurtris pendant la décennie rouge, et d'autres bien après et cela continue car ils ont compris que le tunnel de l'espoir se rétrécit de plus en plus pour notre peuple et notre pays. Ceux-là, on les dissuade de ne pas rompre les liens, mais rien n’est garanti.

Existe-t-il, d’après vous, un moyen pour contrer l’exclusion constitutionnelle ou la fai- re annuler ? Bien évidemment. Il faut rester optimiste. Les Constitutions ne sont pas éternelles. Le jour viendra où celle qui nous concerne aujourd’hui sera amendée. L’homme inspiré saura la revisiter le mo- ment venu. Malheureusement, beaucoup de

temps risque de s’écouler d’ici à là et affaiblir da- vantage le capital confiance des Algeriens de l’étranger.

En amendant la Constitution, l’État semble faire marche arrière sur sa politique de capta- tion des cadres algériens expatriés. Pourquoi ? L’État algérien a toujours été conseillé par des ex- perts étrangers pour mener sa propre politique (c'est une faiblesse des pays du tiersmonde). Ces conseils servent à garder la mainmise de certains États sur les richesses de l'Algérie et à proscrire toutes les initiatives contraires à ses intérêts, qui pourraient venir de l’intelligentsia algérienne à l’étranger. L'autre hypothèse est beaucoup plus simple. Elle consiste à pérenniser le système et à le renouveler indéfiniment à travers des pra- tiques comme le népotisme. Enfin, il y a ce res- sentiment qui est nourri à l’égard des Algériens de l’étranger. Ils sont rejetés, parfois honnis. L’histoire de notre nation regorge d’histoires d’hommes qui ont subi ce sort.

La révision de la Constitution algérienne est in- tervenue alors qu’un débat déchirait la France sur la déchéance de la nationalité, ajoutant au désarroi et à la déception des binationaux. Quel est votre sentiment ? Je n'ai toujours pas compris pourquoi tout le mon- de essaye de faire ce rapprochement. Cela n'a au- cun sens. Cette coïncidence a surtout profité aux médias pour maintenir leur exercice. N'im- porte quelle nation dispose de son droit de décréter juridiquement ou constitutionnellement du ré- gime à réserver à un traître, un assassin, un pé- dophile ou un terroriste que ce dernier soit citoyen uni, bi ou tri national ou pas. Pour moi, les choses sont claires. La France traite du fléau du terroris- me alors que l’Algérie se joue de son intelligent- sia à l’étranger (ses enfants) et de son avenir.

Des médecins au service de l’Algérie

n L’Association Toubibs Trait d’Union Méditerranée (ASTTUM) existe depuis 2013. Elle est basée à Montélimar, au centre de la France. Ses adhérents sont des Franco- Algériens exerçant dans diverses spécialités. Ce sont des cancérologues, des urgentistes, des pharmaciens et des biologistes qui travaillent dans les hôpitaux et à titre libéral. L’association entend également fédérer des agents du corps paramédical comme elle aspire à s’étendre à toute l’Europe. Son but étant de mettre au service de l’Algérie les compétences de ses adhérents, dans le domaine des soins, à travers une aide médicale proprement dite ou technique, et de la recherche scientifique. L’ASTTUM souhaite également prendre part à la réforme du système de santé à travers l’organisation de rencontres et de séminaires.

S. L. K.

8

Publicité

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

ANEP n°405 662 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°405 662 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°406 759 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°406 759 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°210 648 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°210 648 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°408 203 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°408 203 Liberté du 2/03/2016
ANEP n°406 759 Liberté du 2/03/2016 ANEP n°210 648 Liberté du 2/03/2016 ANEP n°408 203 Liberté

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

Environnement

9

PRODUITS PHARMACEUTIQUES PÉRIMÉS

Menace sur l’environnement et la santé publique

L’Agence nationale de balayage des décharges de déchets spéciaux estime que les déchets industriels stockés et non traités dépassent 2,5 millions de tonnes, dont plus de 15 000 t de produits pharmaceutiques périmés.

D. R.
D. R.

Composés de principes actifs et de substances toxiques, les médicaments périmés doivent absolument être incinérés.

À l'occasion du 10 e Salon de l'in- dustrie pharmaceutique et pa- rapharmaceutique qui s’est tenu à Alger du 18 au 20 février dernier, la question de la ges- tion des produits pharmaceu-

tiques périmés a été remise à l’ordre du jour. Les sujets ayant trait

à l’industrie phar-

maceutique, à la production et à l’importation de médica- ments sont, eux, récurrents dans la presse na- tionale (pénuries, génériques, parts de marché et depuis quelque temps contrefaçon…). Au- tant ces produits sont indispensables pour la santé en général, autant la maîtrise de leur “cycle de vie” est primordiale pour les mêmes raisons. Comme toute marchandise, les mé- dicaments sont périssables, et des procédures rigoureuses de leur élimination doivent être dé- ployées pour s’assurer que les principes actifs ainsi que les nombreuses substances toxiques qu’ils contiennent ne se propagent pas dans l’environnement. Farid Yaker, expert de l’ONU, lors d’une conférence sur “le rôle des Nations unies et des organisations de la société civile dans la mise en place de réglementations et de pratiques favorables à l'environnement dans le domaine pharmaceutique”, a mis en garde, à l’occasion de ce salon, “contre les dan- gers des déchets pharmaceutiques sur l'envi- ronnement et la santé humaine.”

Par : RABAH SAÏD

État des lieux

L’Agence nationale de balayage des décharges de déchets spéciaux estime que les déchets in- dustriels stockés et non traités dépassent 2,5 millions de tonnes, dont plus de 15 000 t de produits pharmaceutiques périmés. Dans ce dernier domaine, malgré le plan national de gestion de déchets privés mis en œuvre par le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement (MATE) en 2002, le ni- veau des quantités entassées en attente de trai- tement ne cesse de grandir. Un cadre du mi- nistère des Ressources en eaux et de l’Envi- ronnement nous indique que les chiffres ren- dus publics sur les quantités de déchets spé- ciaux en attente d’élimination sont loin de re- fléter la réalité. Ils datent d’une enquête pilo- tée par “la direction générale de l’environnement

entamée en 2004 en vue d’un cadastre du phé- nomène que les autorités en charge n’ont pu me- ner jusqu’au bout.” C’est ce que corrobore un opérateur dans le secteur de l’incinération, Ab- delbaki Belfar, dans le site d’information éco- nomique, l’econews. Pour lui, “l’Algérie possède un grand stock de médicaments périmés qui gisent sur des milliers de mètres carrés… Les responsables principaux de ces déchets sont les grands laboratoires pharmaceutiques qui génèrent et stockent des quantités énormes de résidus toxiques”, ajou- tant qu’“il faut savoir que tous les types de mé- dicaments périmés doivent être incinérés. Mal- heureusement, cette opération ne se fait pas en Algérie par manque de temps et d’établissements spécialisés. Il faut être logique, les quatre éta- blissements (existants) ne peuvent pas inciné- rer 150 t e déchet annuellement.”Au plan ré- glementaire, cette catégorie de déchets est ré- gie par le décret exécutif n°03-477 du 9 dé- cembre 2003 fixant les modalités et les pro- cédures d’élaboration, de publication et de ré- vision du plan national de gestion des dé- chets spéciaux (section 3 pour les déchets toxiques). Le Plan national de gestion des dé- chets spéciaux PNAGDES, institué par la loi 01/19 du 12 décembre 2001, a été élaboré sui- te à la contribution de la Commission euro- péenne à travers son programme EC-LIFE3 et du programme METAP4 administré par la Banque mondiale. Le PNAGDES devait réaliser un cadastre na- tional des déchets spéciaux, un choix des op- tions technologiques concernant les modes de traitement pour les différentes catégories de dé- chets, une détermination des sites d’empla- cement des installations de traitement ainsi que leurs capacités de traitement des déchets et les moyens économiques et financiers néces- saires à leur mise en œuvre. On est loin quin- ze années après.

Une situation préoccupante

Les opérations ponctuelles ne peuvent venir à bout d’une situation d’entassement qui a duré trop longtemps. L’indigence des moyens a conduit le Snapo (Syndicat national des phar- macies d’officine) à solliciter le groupe Lafar- ge Algérie – via le MATE – pour procéder à la destruction dans les fours de cette entreprise

d’un demi-million de boîtes de vaccin Tami- flu périmées avec un coût “raisonnable”. Pour rappel ce médicament a été importé en gran- de quantité en 2009 pour vacciner la popula- tion contre le virus H1N1 (grippe aviaire), seu- lement 3% des quantités importées ont été consommées. Certains industriels se sont équipés d’inciné- rateurs. Mais ce procédé est déconseillé par- tout car les déchets ne peuvent pas être trai- tés d’une manière uniforme. La norme est l’ac- quisition d’un équipement capable de faire d’abord le tri en fonction du degré de dange- rosité du déchet. Certains déchets pharma- ceutiques sont interdits à l’incinération à cause des risques sur l’environnement, ils nécessitent une autre procédure d’élimination. Pour Farid Yaker, la problématique doit être appréhendée dans son ensemble, investir dans des installations pour la limitation des émissions, amener les industriels pour mettre en place des systèmes de filtrage pour limiter le rejet de substances nocives. Des études ont montré que des antibiotiques, des hormones, des antiparasitaires… se retrouvent dans les milieux aquatiques, ce qui constitue une me- nace directe sur l’eau potable.

Qu’en est-il des déchets hospitaliers ?

La situation qui prévaut dans le domaine de la gestion des médicaments périmés est pra- tiquement la même dans les déchets de soins hospitaliers. La précipitation dans laquelle a été acquis l’incinérateur de Kouba (hôpital) est symptomatique d’une situation qui échappe à l’administration centrale ; le conflit entre l’ex- MATE et le ministère de la Santé publique à ce sujet est révélateur. Même “boycotté” par les autres hôpitaux de la capitale, les fumées qu’il dégage deux ans après sa mise en service seraient plus nocives que les déchets restés en l’état solide selon les spécialistes de la filière incinération. Les autres hôpitaux ont opté pour des “banali- seurs” qui en principe permettent de stériliser les déchets pour les mettre ensuite dans les centres d’enfouissement technique. Nous re- viendrons sur cette question de santé publique dans un prochain article en y incluant les cli- niques privées.

R. S.

PROPAGATION DU VIRUS ZIKA

Un monde sans moustiques est-il possible ?

n Avec l’apparition du virus Zika, qui a déjà

touché 1,5 million de personnes au Brésil (les projections donnent une contamination de 4,5 millions en 2016), la vieille question de l’éradication des moustiques revient. À l’actif des espèces qui transmettent à l’homme des virus ou bactéries mortels, on compte le paludisme qui tue encore environ un demi- million d’humains sur deux millions infectés chaque année, la dengue, la fièvre jaune et le chikungunya. La tentation de supprimer les moustiques est une éventualité souvent invoquée et parfois envisagée (Amérique du Sud) d’autant qu’ils sont les plus meurtriers sur terre. A ce titre, une compilation d’études sur la période 1950-2000, faite par (passeurdesciences.blog.lemonde.fr), montre qu’en moyenne, annuellement, ces insectes sont responsables de 745 000 décès, les humains eux- mêmes (guerres…) viennent en deuxième position avec 425 000 (50 000 par les morsures de serpents et 25 000 par la rage). Dans les faits, sur les 3 500 espèces de moustiques recensées, près d’une centaine pique les humains pour aspirer du sang qui permet le développement de leurs œufs ; c’est exclusivement les femelles qui piquent. Mais il n’y a que peu d’insectes qui portent et transmettent des virus dangereux pour l’homme (6%). Les obstacles pour un monde sans moustiques sont surtout du domaine des impacts écologiques. Quel va être l’impact sur de nombreux écosystèmes et surtout sur la chaîne alimentaire dans la mesure où d’autres espèces sont des prédateurs d’insectes dont les oiseaux ou des poissons quand les insectes sont à l’état de larves ? Le rôle des insectes dans la décomposition de déchets organiques est aussi à prendre en considération. Au delà de la faisabilité technique et des risques sur la biodiversité par l’épandage massif d’insecticides ou même les modifications génétiques (stérilisation), l’étude se termine par un questionnement, à savoir:

peut-on supprimer des espèces entières, aussi meurtrières soient-elles, quand les humains eux-mêmes constituent un danger pour la nature dans son ensemble ?

R. S.

POLLUTIONS DE L’AIR EN CHINE

Un Pékinois assemble une brique de 7 kg en aspirant l’air pollué de Pékin durant 100 jours…

n Pour sensibiliser les citoyens chinois sur la

protection de l'environnement, un jeune Pékinois de 34 ans Wang Renzheng, militant écologiste, a pendant 100 jours collecté de la poussière issue de l’air pollué. Pour ce faire, il a mis au point un aspirateur pour recueillir cette poussière les jours de grande pollution en marchant dans les rues de la ville. C’est ce que rapporte l’agence Chine Foto Press .Wang s’est ensuite rendu dans une usine de Tangshan à environ 165 km à l’est de Pékin, pour assembler la poussière de pollution qu’il avait aspiré tout au long de ses “randonnées”. Le résultat est stupéfiant, avec cette poussière il a pu fabriquer une brique pesant 7 kg. Il espère ainsi “pousser les gens à réfléchir sur la façon dont nous

utilisons les ressources naturelles, qui rend nos villes congestionnées et le siège de nombreuses

substances chimiques

l’extraction des ressources naturelles, plus nous produisons de poussières”. Il compte poser cette brique avec l’écriteau “100% made in China”, comme il le dit sur un site en construction de la capitale chinoise. Cette initiative suscite déjà un grand écho dans les médias et réseaux sociaux.

Plus nous poursuivons

 

R.

S.

…Une femme se perd une journée durant à cause d’un nuage de pollution

n

Une femme, partie tôt dans la journée pour

rendre visite à un proche a littéralement perdu son chemin dans les nuages de pollution dans la province d’Anhui en Chine. N’ayant plus de nouvelles d’elle pendant toute la journée, son époux, en rentrant chez lui, a contacté les autorités pour signaler la disparition de sa femme. Elle a été retrouvée dans un bois. Elle a expliqué s’être perdue dans la pénombre du nuage de pollution… Elle errait fatiguée et affamée près d’une route, la visibilité étant inférieure à 200 mètres.

 

R.

S.

10

Publicité

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

10 Publicité Mercredi 2 mars 2016 LIBERTE Société industrielle privée cherche dans lʼimmédiat A SSISTANT

Société industrielle privée cherche dans lʼimmédiat

ASSISTANT DÉPARTEMENT HYGIÈNE ET SÉCURITÉ

 

40-45 ans / Universitaire / Expérience de 10 ans dans un poste similaire / Vigilant / Maîtrisant lʼoutil informatique.

-

ASSISTANT(E) DG

 

Universitaire / 40-45 ans / Maîtrise de la langue anglaise / 10 ans dʼexpérience minimum / Bonne présentation / Disponible dans lʼimmédiat.

-

STANDARDISTE

 

35-40 ans / Bon niveau dʼinstruction / Bonne présentation / Bonne élocution / Avec expé- rience dans le domaine.

-

TS EN MAINTENANCE INDUSTRIELLE

 

35-40 ans / Diplôme en électromécanique ou électronique / Expérience de 10 ans sur machine industrielle / Résidant à Alger et environs / Disponible dans lʼimmédiat.

-

 

F.227

Transport et cantine assurés

Envoyer CV avec photo à:

 

Pers.recrutement15@gmail.com

F.223
F.223
AF
AF
F.227 Transport et cantine assurés Envoyer CV avec photo à :   Pers.recrutement15@gmail.com F.223 AF

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

L’internationale

11

À LA VEILLE D’UN SOMMET CRUCIAL LE 7 MARS POUR DÉSAMORCER LA CRISE DES RÉFUGIÉS

L’Union européenne met la pression sur la Turquie

La crise des réfugiés prend de nouvelles proportions, avec l’annonce hier par le Haut- Commissariat aux réfugiés de l’ONU à Genève, de l’arrivée sur le Vieux Continent de plus de 131 000 candidats à l’émigration depuis le début du mois de janvier, un chiffre supérieur à celui du 1 er semestre 2015.

CRISE POLITIQUE AU BURUNDI

L’UA appelle à un “un dialogue sans pré-conditions”

n La délégation des chefs d'État

africains, emmenée par le président sud-africain, Jacob Zuma, a appelé à “un dialogue sans pré-conditions” pour sortir le Burundi de la crise, selon un communiqué. Les chefs d'État ont “invité toutes les parties prenantes à la crise burundaise à prendre part à ce dialogue, sans pré-conditions, et dans le strict respect de l'accord de paix d'Arusha”, qui a mis fin à la guerre civile (1993-2006), précise le communiqué cité hier, mardi, par l'AFP. Ils ont “encouragé” pour cela le médiateur ougandais, le président Yoweri Museveni, “à annoncer début mars la date pour la reprise immédiate du dialogue interburundais”. Le Burundi est plongé dans une crise politique depuis 10 mois. Jusqu’à maintenant, Bujumbura continue de rejeter tout dialogue avec le Cnared, une plateforme qui regroupe la quasi- totalité de l'opposition burundaise et qu'il accuse d'être derrière les violences au Burundi.

L a situation des réfugiés et leur accueil préoc- cupent sérieusement l’Union européenne, au point que le prési- dent du Conseil euro-

péen, Donald Tusk, a entamé hier

à Vienne une tournée, qui le mè-

nera dans les pays des Balkans, avant de se rendre également de- main et après-demain en Turquie. L’objectif de ce périple est de pré- parer un sommet européen crucial prévu le 7 mars pour faire face à cet- te crise des réfugiés. Mais c’est la Turquie qui détient, en partie, la clé de la résolution de cette crise et Bruxelles maintient toujours la pression sur Ankara pour le main- tien des réfugiés en Turquie, contre une aide financière et logistique conséquente. “L’Europe est prête, ainsi qu’elle l’a déjà démontré, à accorder une aide financière substantielle aux pays voisins des zones de guerre”, a dé- claré M. Tusk lors d'un point-pres- se à Vienne. “Mais en même temps, nous attendons de nos partenaires qu'ils s'engagent davantage, une

condition indispensable pour éviter un désastre humanitaire. Ce sera le

sujet de mes entretiens en Turquie”, a-t-il ajouté. Il faut croire que les chiffres dévoilés hier par le HCR, qui font état de l’arrivée en Europe en ces deux mois de 2016 d’autant de réfugiés que ceux ayant débar- qué en six mois l’année écoulée, ne laisse pas les responsables euro- péens de marbre. Ainsi, le pro- chain sommet sera très important pour les dirigeants de l’UE, qui es- père convaincre la Turquie, conviée spécialement pour ce rendez-vous,

à mettre en œuvre, le plus rapide-

ment possible, le plan d'action UE- Turquie, dans lequel Ankara s’est engagé à endiguer les départs de ré- fugiés vers l’Europe, en échange d'une aide financière et de conces- sions politiques. Cet accord, scellé fin novembre 2015, n’a pas encore porté ses fruits, déplorent les Eu- ropéens qui se déchirent sur la gestion de la crise, alors que l’afflux

D. R.
D. R.

de réfugiés depuis les côtes turques ne fait qu’augmenter. C’est dire l’importance des rendez-vous de Donald Tusk demain à Ankara, avec le Premier ministre turc Ah- met Davutoglu, et le lendemain à Is- tanbul avec le président Recep Tayyip Erdogan. La Turquie est de plus en plus considérée, côté européen, comme la clé pour résoudre la crise des ré- fugiés qui divise l’UE. Les escales du président du Conseil européen à Vienne et Ljubljana hier, et au- jourd’hui à Zagreb et Skopje, ainsi que demain matin à Athènes, consi-

dérés comme les principaux pays des Balkans visent à “continuer à bâtir un consensus européen sur la manière de traiter la crise des réfu- giés et préparer le sommet avec la Turquie du 7 mars et le Conseil eu- ropéen des 17-18 mars”, avait-il in- diqué. Selon le Wall Street Journal, Bruxelles pourrait dégager une en- veloppe d’aide de 700 millions d'euros sur trois ans. Dimanche, le ministère grec à l’Im-

Les réfugiés fuient, au péril de leur vie, les guerres et la barbarie.

migration a estimé avoir besoin dès maintenant de 450 millions d'euros “en équipements et person- nels pour les camps temporaires ac- cueillant les réfugiés coincés dans notre pays”. Par ailleurs, le ministre macédonien des Affaires étrangères, Nikola Po- poski, a défendu hier la décision des autorités à Skopje d'utiliser des gaz lacrymogènes pour contenir des réfugiés et mis en garde contre les

tensions grandissantes sur les Bal- kans susceptibles de provoquer des conflits. Pendant ce temps, le dé- mantèlement d'une partie du camp français de Calais regroupant des réfugiés voulant rejoindre l'Angle- terre a repris hier sous tension après des heurts la veille, sur fond de restrictions imposées par plu- sieurs pays européens bloquant des milliers de réfugiés dans cette crise devenue “mondiale”.

MERZAK TIGRINE

LA TUNISIE INTENSIFIE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Quatre terroristes abattus,plusieurs autres arrêtés

n Quatre terroristes ont été abattus dans la nuit de lundi à mardi, lors d’une vaste opération militaire dans le centre du pays, a indiqué un communiqué du ministère de l’Intérieur, alors que trois femmes en niqab ont été interpellées lundi en essayant de rejoindre un groupe terroriste en Libye. “Des unités spéciales de la Garde nationale (gendarmerie, NDLR) chargées de la lutte contre le terrorisme ont abattu dans la nuit (de lundi à mardi) quatre terroristes dans la région d’Aïn Jaffel”, a affirmé à l'AFP le porte-parole du ministère, Yasser Messbah. Dans un communiqué, le ministère a déclaré qu’“une kalachnikov, une grande quantité de détonateurs

R. I./AGENCES

L’ATTAQUE A VISÉ LE QUARTIER GÉNÉRAL DE L’ARMÉE

Irak :six militaires tués, dont un général

n Quatre kamikazes du groupe

terroriste autoproclamé État islamique ont tué six militaires, dont un général, dans une attaque contre un QG de l'armée à l'ouest de Bagdad, dans lequel ils avaient réussi à s'infiltrer, ont indiqué, hier, des responsables. L'attaque, qui a eu lieu tard lundi dans la région de Haditha, dans la province occidentale d'Al-Anbar, a causé la mort du général de brigade Ali Abboud, du lieutenant-colonel Farhan Ibrahim et de quatre autres militaires, selon ces responsables de l'armée et la police. “L'un des kamikazes a fait détoner sa ceinture d'explosifs à l'intérieur du bureau du général Abboud tandis que les trois autres se sont fait exploser à d'autres endroits du QG”, a affirmé, à l'AFP, le général Ali Ibrahim Daaboun, selon lequel sept soldats ont été blessés. Dans un communiqué publié hier sur Internet, l'EI a revendiqué l'attaque mais n'a mentionné que deux kamikazes, les présentant comme des Syriens.

R. I./AGENCES

) (

grenade artisanale et des téléphones portables. Quant aux filles niqabées, originaires de Gafsa, elles s’apprêtaient à rejoindre l’organisation autoproclamée État islamique (Daech) en Libye. Elles ont été arrêtées à l’intérieur d’une mosquée à Ben Guerdane, a précisé le ministère de l’Intérieur dans un autre communiqué. Par ailleurs, une cellule “takfiriste” de quatre terroristes a été démantelée à Sijoumi, près de Tunis. Ses membres ont été interpellés alors qu’ils s’apprêtaient, eux aussi, à se rendre en Libye pour rejoindre Daech, a indiqué le ministère de l’Intétrieur lundi soir.

et de munitions” ont été récupérées, ainsi que d'une

L. M./AGENCES

PARALLÈLEMENT À L’ACCORD CONCLU ENTRE KERRY ET LAVROV SUR LES FRAPPES CONTRE DAECH ET AL-QAÏDA

La Russie exige la fermeture de la frontière turco-syrienne

T rois jours après le début d’un cessez-le- feu en Syrie, “globalement” respecté, Moscou et Washington se sont enten-

dus lundi soir à mettre en place un dispositif qui leur évitera tout télescopage de leurs forces dans la guerre qu’ils mènent contre les groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda et à l’or- ganisation autoproclamée État islamique (Daech). “Il a été convenu d'intensifier l'action pour mettre au point un mécanisme qui ga- rantisse de porter les frappes aériennes en Sy- rie contre les deux réseaux terroristes Daech et le Front al-Nosra (la branche syrienne d’Al-Qaï- da)”, a indiqué le secrétaire d’État américain John Kerry, cité hier par l'agence de presse sy- rienne Sana. “Nous nous sommes entendus sur

la façon dont nous procéderons”, a ajouté John Kerry, précisant que ces derniers jours, “je me suis entretenu à plusieurs reprises avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov”, lit-on sur le site de l’agence de pres- se moscovite Sputnik News. Les États-Unis et la Russie se sont mis d'accord en octobre pour échanger des informations sur leurs vols mi- litaires respectifs en Syrie, pour éviter toute col- lision ou incident armé entre leurs appareils. L'accord prévoit des conversations régulières entre les deux ministères de la Défense, pour affiner les procédures utilisées par les militaires pour communiquer entre eux, a rapporté l’AFP. Par ailleurs, Sergueï Lavrov a exigé, hier, la fermeture de la frontière turco-syrienne,

considérée comme une des principales voies d'approvisionnement des “terroristes”, y com- pris par le biais de convois humanitaires. “Il n'y a pas de place pour les terroristes et les ex- trémistes, ni dans les accords de cessez-le-feu ni dans un processus de règlement politique” en Syrie, a déclaré M. Lavrov devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à Genève. “Une tâche très spéciale consiste à couper l'ap- provisionnement des terroristes depuis l'exté- rieur. Pour y parvenir, il est important de fer- mer la frontière entre la Syrie et la Turquie, car à travers elle, ces gangs reçoivent des armes, y compris par le biais de convois humanitaires”, a-t-il affirmé. Le chef de la diplomatie russe a souligné qu'une “défaite massive de l’État is-

et du Front al-Nosra est une condi-

tion préalable et nécessaire pour préserver les droits de la population syrienne qui a trop souf- fert”. Et d’insister : “Améliorer la situation hu- manitaire en Syrie est l'une des priorités clés de l'ONU.” Toutefois, la résolution des pro- blèmes humanitaires et la restauration du pays détruit par la guerre ne seront possibles que grâce au maintien d'un cessez-le-feu durable et à la mise en place d'un dialogue inter-syrien sur l'avenir du pays, qui doit être décidé par les Syriens eux-mêmes, sans ingérence exté- rieure. Pour rappel, l'accord de cessation des hostilités a été négocié et conclu, avec le sou- tien de l'ONU, par Moscou et Washington.

LYÈS MENACER

lamique (

)

12

Auto

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

PAGE ANIMÉE PAR FARID BELGACEM

liberteauto2011@yahoo.fr

Le Salon de Genève en bref :

n 120 conférences de presse dédiées à 10 000 journalistes

120 conférences de presse dédiées à 10 000 journalistes représentants les médias spécialisés des quatre coins

représentants les médias

spécialisés des quatre coins du monde et près de 500 B2B seront organisées lors de ce salon.

120 nouveautés présentées en

avant-premières mondiales, en sus d’une centaine de concept-cars.

200 exposants issus de 30 pays

occuperont 77 323 m 2 pour recevoir plus de 700 000 visiteurs. 80 célébrités issues du monde artistique, sportif, culturel, littéraire, politique et diplomatique sont attendues sur les stands des participants. Les exposants sont répartis sur 7 secteurs d’exposition et selon les centres d’intérêt. Le 1 er secteur accueillera les voitures particulières et châssis complets de voitures particulières à 3 ou 4 roues et plus, voitures électriques et à propulsion alternative. 12 parkings sont consacrés au Palexpo où 10 000 places sont disponibles pour accueillir les visiteurs. Le 2 e secteur est réservé aux carrosseries spéciales de voitures particulières, Concept-cars et préparateurs de voitures particulières. Le 3 e secteur est dédié aux accessoires et à la pièce détachée pour voitures particulières. Le 4 e secteur est exclusivement consacré à l’OEM (Original Equipment Manufacturers), c’est-à- dire aux produits issus des fournisseurs des constructeurs automobiles. Le 5 e secteur reçoit les installations de garage pour l’entretien, le stockage et la réparation de voitures particulières. Le 6 e secteur est réservé aux divers produits et services en rapport avec la branche automobile. Le 7 e secteur est exclusivement consacré à l’animation et à l’attraction.

F. B.

consacré à l’animation et à l’attraction. F. B. Dernière minute ELLE SUCCÈDE À LA PASSAT Opel

Dernière minute

ELLE SUCCÈDE À LA PASSAT

Opel Astra : le Winner de “Car of the Year”

LA PASSAT Opel Astra : le Winner de “Car of the Year” De Genève : F.

De Genève :

F. BELGACEM

n La nouvelle Opel Astra a été élue

Voiture de l’année 2016. Cela s’est passé lundi soir en marge de la 86 e édition du

Salon Genève 2016. D’une excellente qualité et répondant aux critères qualité/prix/équipements, cette bagnole a subjugué le jury. Comme indiqué sur le tableau de classement, Volvo XC90 et Mazda MX-5 talonnent Opel Astra, alors que la Série 7 de BMW a déçu le jury qui l’a sanctionnée pour occuper la dernière place. Il faut savoir que le jury composé de 58 journalistes spécialisés dans l’automobile et de 22 d’Europe avait arrêté 7 finalistes, à savoir Audi A4, BMW Série 7, Jaguar XE, Mazda MX-5, Opel Astra, Skoda Superb et Volvo XC-90.

F. B.

C’EST L’UN DES MOTORS-SHOWS LES PLUS IMPORTANTS AU MONDE

Genève à l’heure du “rêve automobile”

Palexpo, appellation dédiée à l’immense Palais des expositions de Genève, accueillera, dès demain matin, un monde fou pour découvrir les nouveautés, les concept-cars, le design en vogue, les Facelift, les stars et les constructeurs du “rêve automobile”.

L’ évènement helvétique est, avant tout, synonyme de passions. Une passion que portent les visiteurs pour l’évènement et ses nou- veautés, donc pour l’automobile, une autre pour l’engagement des

constructeurs à disputer un marché After Motor-

Show. L’enjeu est majeur. À J-1 de l’ouverture des portes au grand pu-

blic, sachant que les journées du 29 fé- vrier au 2 mars sont

exclusivement dédiées aux 10 000 journalistes, le Palexpo est déjà prêt à recevoir ce beau monde venu des quatre coins de la planète. Les Suisses n’ont laissé rien au hasard. Lumières, indications, orientations, informations et sécurité du site et de ses alentours sont autant d’ingrédients et de décors plantés par les Genevois pour réus- sir cette manifestation avec un zéro faute. Dehors, sur la route François-Peyrot où est basé Palexpo, les milliers de journalistes et autres représentants des constructeurs rencontrés à Geneva-Aréna, à la Route-Douanière et à la Voie-Des-Traz, une seule question brûle les lèvres : quelle sera la voi- ture qui sera élue Car of the year, à la 86 e édition du Salon de Genève. Le thème passionne tous les constructeurs et tous les clubs des journalistes au- tomobiles. Les échanges amicaux vont bon train

et on appréciera tant cet intérêt de nos confrères

français à s’intéresser au marché algérien et à la

voiture qui domine les ventes en Algérie. Bref, les hôtels limitrophes à Palexpo ont affiché “complet”

il y a au moins 45 jours avant cet évènement, té-

moigne un industriel asiatique qui ne se plaint pas pour autant des températures qui affichent 4°C. Tout autour des stands soigneusement préparés, les acteurs de l’industrie automobile mondiale, dont de grands constructeurs carrossiers et des

Reportage réalisé à Genève par :

FARID BELGACEM

et des Reportage réalisé à Genève par : FARID BELGACEM préparateurs haut de gamme, comptent éblouir

préparateurs haut de gamme, comptent éblouir les visiteurs avec plus de 120 premières mondiales et européennes. Prête pour le grand jour, l’ap- plication “Salon Car Collector” permettra aux vi-

siteurs de trouver les voitures énergétiquement efficaces et de gagner une voiture. Annoncé par les organisateurs, le Salon ouvrira ses portes en présence du conseiller fédéral et Alain Berset. Les Genevois veulent, encore une fois, perpétuer la tra- dition qui fait de ce Motor-Show un signe de confiance que l’univers automobile témoigne à la Suisse et qui confirme son rang parmi les cinq plus importantes manifestations de la branche. Au plan organisationnel, ce salon est connu pour égaler ceux de Paris, de Francfort ou encore de New York. Ainsi, et pour accueillir tout ce beau mon- de, de nombreux trains spéciaux et navettes spé- ciales ont été mis à contribution à destination et au départ de Genève-aéroport jusqu’au salon. Pro- mis, nous y reviendrons !

F. B.

CERTAINS MODÈLES SONT ATTENDUS EN ALGÉRIE

Les 25 principales nouveautés attendues

n Voici les principales nouveautés attendues au 86 e salon de Genève qui ouvre ses portes du 3 au 13 mars au grand public :

- Peugeot : 4x4 urbain 2008

restylé, fourgon vitré Traveller

- Audi : petit 4x4 urbain Q2

- Citroën : fourgon vitré Space- Tourer

- Fiat : Berline Tipo

- Hyundai : Hybride Ioniq

- Porsche : coupé

et cabriolet 718

- Renault : Monospace Scénic, break Mégane

- Seat : 4x4 urbain Ateca

- Skoda : prototype de 4x4 urbain Visions

- Toyota : nouveau petit 4x4 urbain

- Volkswagen : prototype de petit 4x4 urbain T-Cross

- Kia : Optima break, petit 4x4 urbain hybride Niro

- Mercedes-Benz : Classe C

cabriolet

- Alpine : prototype Vision

- Aston Martin : Sportive DB 11

- Bugatti : Supercar Chiron

- Ferrari : sportive quatre places GTC 4 Lusso

- Honda : Berline Civic

- Jaguar : Coupé F-Type SVR

- Jeep : 4x4 urbain moyen

Civic - Jaguar : Coupé F-Type SVR - Jeep : 4x4 urbain moyen - Lamborghini :

- Lamborghini : Supercar

Centenario

- Lexus : coupé LC-500 hybride

- Maserati : 4x4 urbain Levante

- Opel : prototype de coupé Opel GT

- Volvo : break v90

F. B.

PREMIER FABRICANT DU PNEU QUI PRODUIT DE L’ÉLECTRICITÉ

Salon de Genève 2016 :

le géant Goodyear veut encore étonner !

Des milliers de visiteurs sont attendus au stand 2056 de la célèbre marque Goodyear Tire and Rubber Company, une société américaine fondée en 1898 par Frank Seiberling, fabricant et leader de pneumatiques au monde.

L e géant Goodyear veut encore étonner et surprendre le mon- de de l’automobile. Présent à la

86 e édition du Salon international au- tomobile de Genève (SIAG-2016), ce

fabri-

cant

e

pneu-

matiques compte marquer de son empreinte sa participation lors de cet

évènement planétaire. On s’en sou- vient, Goodyear avait présenté au Sa- lon de Genève 2015 un pneuma- tique, en l’occurrence BH03. Sa fonction principale : produire de l’énergie électrique. Pour le moins étonnant, ce concept-pneu, puisque BH03 ne sera jamais commercialisé,

a mis devant le fait accompli des

concurrents qui, jusqu’ici, tra- vaillaient sur des pneus quatre-sai- sons, des gommes qui réduisent les distances de freinage, la résistance au roulement ou encore la résistan- ce aux chaleurs conférées dans les circuits par les grandes vitesses. Le manufacturier US ne voit pas de cet

œil le monde du pneu. Pour cause,

le centre de recherche et de déve-

loppement de Goodyear, à travers

Reportage réalisé à Genève par :

FARID BELGACEM

d

Reportage réalisé à Genève par : FARID BELGACEM d BH03, voulait faire passer un mes- sage

BH03, voulait faire passer un mes- sage phare : quand on développe des voitures électriques et hybrides, il ne faudrait pas négliger les équipe- ments qui doivent développer des énergies renouvelables et écolo-

giques. Pour les érudits de l’indus- trie automobile, le révolutionnaire pneu BH03 est connu pour avoir gé- néré de l’électricité via l’action ré- active de deux types de maté- riaux. Selon Goodyear, le premier est un matériau thermoélectrique qui transforme la chaleur générée à l’in- térieur du pneu par la texture ultra- noire par absorption de lumière (sta-

tique) ou en roulant, en énergie électrique. Le second est un maté-

riau piézoélectrique qui transfor- me la pression provoquée par la déformation du pneu en énergie électrique. Rien ne se perd, tout se transforme, Goodyear a captivé l’at- tention des participants et le succès s’ensuivra après le Salon de Genève. Car, selon les explications des pro- fessionnels de la pneumatique, ces nouveaux matériaux forment un réseau 3D qui constitue la structu- re interne du pneu et qui pourrait supporter le poids d’une voiture en cas de crevaison d’un pneu, une ap- proche alternative à la technologie Run-On-Flat chère à Goodyear. Aussi, la même année a été marquée par Goodyear qui s’est fait attribué

Award Prix Special du Jury 2015 pour son pneu Goodyear Vector 4- Seasons. Le manufacturier américain efface d’un revers de la main l’été, l’automne ou l’hiver, le sec ou le mouillé, le chaud ou le froid en dé- veloppant la deuxième génération de Vector 4-Seasons. Goodyear dé- crochera les homologations Mud and Snow et 3PMSF (Pics Mountain Snow Flake), un marquage attribué aux pneus hiver. Du reste, Goo- dyear Innovative Technologies, c’est aussi les pneus autoportants Run- On-Flat (2005) pour rester sur la route même après une éruption, Active-Corner-Grip et Active Bra- king (2007) pour réduire la mani- pulation lors des freinages appuyés et les virages, Smart-Wear (2008) pour une meilleure résistance à l’aquaplaning sur la vie du pneu, 3D- BIS (tridimensionnelle système de verrouillage Block) pour améliorer la rigidité du pneu et de la stabilité (2011) et Efficient-Grip de perfor- mance qui diminue la résistance au roulement pour la consommation de carburant réduite sans compromis de performance (2013).

F. B.

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

Publicité

13

LIBERTE Mercredi 2 mars 2016 Publicité 13 AF ANEP n°210 658 Liberté du 02/03/2016 AF
LIBERTE Mercredi 2 mars 2016 Publicité 13 AF ANEP n°210 658 Liberté du 02/03/2016 AF

AF

ANEP n°210 658 Liberté du 02/03/2016

LIBERTE Mercredi 2 mars 2016 Publicité 13 AF ANEP n°210 658 Liberté du 02/03/2016 AF

AF

14 L’Algérie profonde Mercredi 2 mars 2016 LIBERTE BRÈVES du Centre ILS AGRESSAIENT DES ÉCOLIERS

14

L’Algérie profonde

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

L’Algérie profonde Mercredi 2 mars 2016 LIBERTE BRÈVES du Centre ILS AGRESSAIENT DES ÉCOLIERS À MÉDÉA

BRÈVES du Centre

ILS AGRESSAIENT DES ÉCOLIERS À MÉDÉA

10 jeunes délinquants arrêtés par la gendarmerie

n Des jeunes délinquants qui écumaient les abords

d’un établissement scolaire situé à Aïn D’heb, dans la périphérie de la ville de Médéa, ont été appréhendés par les éléments de la Gendarmerie nationale et condamnés à des peines diverses. S’introduisant à l’intérieur de l’école primaire, les jeunes malfrats utilisaient des armes blanches pour obliger leurs victimes à les suivre vers des endroits abandonnés afin d’abuser d’elles. Suite à une information parvenue aux services du groupement de la gendarmerie sur les agressions commises par un groupe de jeunes délinquants, une enquête a été déclenchée et a abouti à l’arrestation des auteurs de violence sur les écoliers, 10 jeunes âgés entre 13 et 17 ans. N’ayant pas reçu de plainte de la part des parents des victimes, les enquêteurs ont pris l’initiative d’organiser des rencontres avec les élèves de l’école qui leur a permis de constater l’état de choc psychologique de certains d’entre eux. Les victimes et leurs parents ont été invités par les enquêteurs pour enregistrer leurs dépositions et les orienter vers le médecin légiste, ce dernier ayant identifié onze enfants, dont les âges varient entre 8 et 12 ans, ayant été victimes des agissements de la bande de délinquants. Présentés devant le procureur de la République, ces derniers ont été placés en détention provisoire pour 5 d’entre eux, le placement dans le centre de rééducation pour mineurs pour l’un et la convocation des autres pour une autre date.

M. EL BEY

LAGHOUAT

Deux suicides en 24 heures

n Au courant de la semaine, et en l'espace de 24

heures, la wilaya de Laghouat a enregistré deux

suicides. Le premier dans la commune de Tadjmout,

à une cinquantaines de kilomètres au sud-ouest de

Laghouat, où T. Mohamed, un jeune homme âgé de 20 ans, célibataire, a été découvert pendu à une

corde dans une exploitation agricole. Selon des indiscrétions, la victime aurait affiché ces derniers jours des signes de dépression nerveuse. Le deuxième est celui d'un autre jeune homme, la trentaine, découvert avant-hier, pendu à un pilonne

à l’aide d’une corde, dans la cité El Moudjahidine,

au chef-lieu de la commune de Laghouat. Alors que les services de sécurité ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ces drames, les corps des deux victimes ont été transportés par les éléments de la Protection civile à l'hôpital Ahmida- Ben-Adjila de Laghouat pour une autopsie.

BOUHAMAM AREZKI

LE RÔLE DES MÉDIAS DANS L’ACCOMPAGNEMENT DE L’AGRICULTURE ET DE L’AQUACULTURE À OUED SOUF

La communication partenaire du développement durable

Partenaires sont devenus les agriculteurs, administrateurs du secteur et la presse à Oued Souf autour du besoin de communiquer pour les uns et celui d’informer pour les autres autour de ce domaine appelé plus que jamais à se développer, pour lequel les médias sont sollicités pour accompagnement.

L a Chambre

interwi-

laya de la

pêche et de

l'aquacul-

D. R.
D. R.

La vulgarisation de l’aquaculture et de l’agriculture est vitale pour permettre un meilleur développement de l’économie nationale.

tion agricole. Le procédé consiste à développer les deux activités, parallèlement ou séquentiellement, en bénéfi- ciant des avantages de l’une pour l’autre. Cette branche est préconisée dans les zones rurales, notam- ment au niveau des exploita- tions agricoles moyennes et petites, pour son apport notable en protéines. “Cette rencontre a pour objectif de permettre aux journalistes

d’avoir une idée sur la termi- nologie utilisée et les tech- niques relatives au domaine de l’aquaculture. Aussi de les (journalistes) rapprocher de la source d’information leur per- mettant d’avoir un accès facile à l’information du secteur de l’agriculture”, nous dira M. Abitha, directeur de la Chambre interwilaya de la pêche et de l’aquaculture d’Ouargla, et d’ajouter : “Pour que l’information soit crédible

et objective, le journaliste doit la chercher à partir de la sour- ce, que sont l’administration et les agriculteurs.” Cette rencontre a aussi permis aux représentants de la presse de soulever quelques obstacles liés à l’accès à l’information. À la clôture de la journée, des attestations d’honneur ont été remises aux journalistes et aux autres participants.

AMMAR DAFEUR

ture de la

wilaya d’Ouargla et la Chambre de l’agricul- ture d’Oued Souf ont organisé, dernière- ment à l’hôtel Lousse (Oued Souf), une ren- contre nationale sur le rôle des médias dans l’accompagnement du développement de l’agriculture et de l’aquaculture sous le slogan “Les médias sont le partenaire de toujours du développe- ment durable”. Cette rencontre à laquelle ont pris part les autorités locales, des représentants des services agricoles, des

associations et des journalistes intervient au moment où la politique de l’État s’est orientée, ces der- nières années, vers le secteur de l’agriculture pour dévelop- per l’économie nationale. En marge de cette rencontre, une session de formation sur les techniques de la piscicultu- re intégrée a été organisée au profit des journalistes. Les intervenants ont expliqué que la pisciculture est l’intro- duction de l’élevage de pois- sons dans un milieu à voca-

BOUIRA

CONNEXION ADSL

Une nette amélioration observée

n La connexion ADSL dans la wilaya de Bouira connaît, ces

dernières semaines, une nette amélioration, et ce, de l’avis de nombreux abonnés qui s’estiment “relativement satisfaits”. La connexion est plus stable, les chutes de débit sont moins fréquentes, même si durant les week-ends la connexion “ralentit” légèrement, mais globalement une amélioration significative a été observée par les abonnés. Il est vrai que les chantiers de modernisation des installations en fibre optique et la mise en place des équipements Msan tirent à leur fin, et cela s’en ressent. Ainsi, selon les responsables d’Algérie Télécom de Bouira, pas moins de 1000 km de fibre optique ont été déployés depuis 2012, date à laquelle l’opérateur historique a décidé de se moderniser. Les mêmes sources indiquent que 70 postes Msan ont été mis en service à travers la quasi-majorité des communes de la wilaya. D’ailleurs, en termes de budget, Algérie Télécom n’a pas lésiné sur les moyens, en investissant pas moins de 260 millions de DA ces quatre dernières années, dont plus du tiers a été consacré au

déploiement de la fibre optique. Certes, les débuts étaient plus que laborieux et les abonnés ne cessaient de se plaindre de la piètre qualité de leur connexion, notamment des coupures récurrentes et des chutes de débit. Parmi les artisans de cette amélioration significative, on citera l’ex-DOT de Bouira, Mohamed Boufedji, qui avait entrepris une véritable révolution au sein de son entreprise, avec l’objectif de la rendre moins archaïque et toujours à l’écoute des clients. L’actuel DOT de Bouira, Abdelhalim Bouachri, s’est également fixé l’objectif de rapprocher AT de ses clients et parachever l’œuvre de modernisation de l’opérateur historique. Assurément, les services d’Algérie Telecom de Bouira, et après des années d’errance, sont en passe de remplir leur engagement et celui de la ministre de tutelle en vue de passer au 100% fibre

optique, prévue pour la fin de cette année.

RAMDANE B.

LES PROPRIÉTAIRES DE FUSILS DE CHASSE REVIENNENT À LA CHARGE

“Les pouvoirs publics nous ont menés en bateau !”

n Les propriétaires des fusils de chasse dans la wilaya de Bouira sont revenus à la charge hier, en organisant un énième

sit-in devant le siège de la wilaya, afin de réclamer la restitution de leurs biens, confisqués en 1994. Ils étaient près d'une cinquantaine de citoyens à s'être rassemblée devant le parvis de la wilaya pour crier leur colère et leur désespoir face à cette situation qu'ils jugent ubuesque. “Cela fait près de 14 ans que nous attendons nos fusils ! Les pouvoirs publics nous ont menés en bateau !”, déclarent certains protestataires. Pour Abdelkader Guerraz, porte-parole de ce mouvement, ces citoyens “sont abreuvés

de fausses promesses (

) l’État s’est

engagé à concrétiser cette opération de restitution des fusils de chasse dans les plus brefs délais, mais c’est une promesse sans lendemain”, a-t-il déploré. Selon notre interlocuteur, plus de 8500 fusils de chasse sont en attente de restitution à l'échelle de Bouira.

R. B.

UNIVERSITÉ AKLI-MOHEND-OULHADJ DE BOUIRA

Bagarre générale entre l'Ugel et des étudiants du DLCA

n Une altercation a eu lieu entre les syndicalistes de l'Ugel de l'université Akli Mohend-Oulhadj de Bouira et des étudiants du département de langue et culture amazighes (DLCA) de la même université. L'objet du litige réside dans le fait que l'Ugel voulait fermer l'ensemble des départements que compte cette université, mais c'était compter sans le refus catégorique de certains étudiants du DLCA. C'est hier vers 11h30 que la situation a dégénéré, lorsque certains étudiants des deux camps en sont arrivés aux mains pour “régler” leur différend. S'ensuit une bagarre générale entre les étudiants. Ce n'est que grâce à l'intervention rapide des agents de sécurité que la situation s'est calmée. Selon certains membres de l'Ugel, des individus se proclamant du mouvement séparatiste MAK auraient entamé les hostilités. Ce que réfutent catégoriquement les étudiants du DLCA.

R. B.

Un sexagénaire tente de se suicider en ingurgitant de l'acide

n Un sexagénaire et père de neuf enfants, originaire de la commune de Aïn Bessam, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Bouira, a tenté dans la soirée d'avant-hier de mettre fin à ses jours, en ingurgitant de l'acide, a-t-on appris de sources locales. Les faits se sont déroulés vers 19h30, lorsque cet homme s'est enfermé dans la salle de bain de son domicile et aurait, selon les mêmes sources, bu une bouteille d'esprit de sel. Son entourage, ne voyant pas la victime sortir au bout d'une heure de temps, ont littéralement défoncé la porte, trouvant le malheureux gisant sur le sol. Une fois la Protection civile alertée, l'homme a été évacué vers l'EPH de Aïn Bessam, où il a été admis au service des urgences. Selon nos informations, la victime se trouverait dans un état critique. À souligner que les éléments de la gendarmerie ont ouvert une enquête préliminaire, afin de connaître les motifs d'un tel geste.

R. B.

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

L’Algérie profonde

15

TIARET

20 ans de réclusion criminelle pour deux assassins

Les deux comparses, en état d’ébriété, lui ont asséné 25 coups de couteau sur toutes les parties du corps avant de l’achever en l’égorgeant.

D. R.
D. R.

Le 31 mai 2015, M. Ali, 28 ans, taxieur clandestin, a été assassiné par deux clients, B. Mustapha, 32 ans, et K. Aoumir, 24 ans.

L a cour d’assises de Tiaret a condamné, dans l’après-midi de lundi, B. Musta- pha, 32 ans, et K. Aoumir, 24 ans, à

20 ans de réclusion criminelle dans l’affaire de l’assassinat, à Sougueur, de M. Ali, 28 ans, taxieur clandestin de son vivant. À l’issue du procès, B. Kamal, S. Khadidja et F. Mokhtaria, frè- re, mère et épouse de B. Mus- tapha, poursuivis pour non dé- nonciation de crime, ont écopé de six mois de prison avec sur- sis. Cette affaire remonte au 31 mai 2015 quand la victime avait transporté, à bord de son véhi- cule, les principaux accusés qui venaient de braquer un maqui- gnon sur la route menant de Sougueur à Tousnina. En cours de route, ils ont marqué un ar-

rêt pour boire. Une halte qui fi- nit en querelle pour un malen- tendu sur les frais de la course, selon les prévenus. Les deux comparses, ivres, lui ont assé- né 25 coups de couteau sur toutes les parties du corps avant de l’achever en l’égorgeant. Leur forfait accompli, ils traînè- rent le cadavre loin de la route pour le jeter dans une mare où il n’a été retrouvé que trois jours plus tard. Quant au véhi- cule, qu’ils ont pris soin de nettoyer, il a été abandonné de-

vant l’hôtel Bab Essahra, dans la périphérie de la ville. En rentrant chez lui dans la soirée, B. M., le principal accusé, avait remis l’arme du crime, un poi- gnard de 30 centimètres, à sa mère tout en avouant à la famil- le son forfait. À la découverte du corps, les policiers ont engagé des inves- tigations qui n’ont pas tardé à les mettre sur le chemin des cri- minels. À la barre, chacun des deux a tenté de faire endosser le crime à l’autre sans pour

autant convaincre le tribunal. Rattrapés par leurs déclara- tions, illustrées par des contra- dictions flagrantes, la prémédi- tation du crime a été confirmée, sauf que le mobile exact n’a pas été révélé. Le représentant du ministère public a requis la peine capitale à leur encontre pour homicide volontaire avec préméditation, et un à deux ans pour les trois autres accu- sés pour non-dénonciation du crime.

R. SALEM

Arrestation d’un dealer

n Les éléments de police judiciaire de Tiaret ont appréhendé, au quartier Oued-Tolba, dans les bas-fonds de la ville, H. M., un dealer âgé de 21 ans, en possession de plus de 100 g de kif traité. Il a été placé sous mandat de dépôt.

R. S.

4 000 poussins brûlés dans un incendie

n Suite à une fuite de gaz butane, un incendie s’est déclaré dans le poulailler d'un aviculteur, dans la commune de Frenda, occasionnant sa destruction totale et la perte de 4000 poussins. Une enquête a été ouverte.

A. A.

ORAN

Un agent de sécurité dealer

n Trois personnes dont un agent de sécurité d’un hôtel à Aïn Turk ont été placées sous mandat de dépôt pour détention et commercialisation de stupéfiants. Agissant sur renseignements et en vertu d'un mandat de perquisition, les gendarmes enquêteurs ont interpellé ledit agent à l'intérieur de l’hôtel et saisi dans sa chambre au même hôtel 200 g de kif traité et 135 500 DA, représentant le revenu de vente des stupéfiants. Il a déclaré que la drogue avait été rejetée par les vagues à la plage de l'hôtel. L’enquête permettra aux gendarmes d’interpeller deux de ses complices présumés au centre-ville de Bousfer.

AYOUB A.

Un corps décomposé dans une chambre à coucher

n Lundi vers 23h40, les services de la

Protection civile ont découvert le corps de M. B., 64 ans, dans un état de décomposition très avancée dans la chambre à coucher de son domicile sis à Aïn Turk. Une autopsie a été ordonnée pour connaître les circonstances de cette mort.

Il heurte deux piétons avec son bus et s’enfuit

n Le chauffeur d’un bus fou a heurté deux

A. A.

sexagénaires sur le boulevard Mascara avant de prendre la fuite. L’accident s’est

produit lundi vers 21h15, et les victimes, S. F., 61 ans, et A. A., 65 ans, souffrent de sérieuses blessures. Le conducteur du bus est activement recherché.

A. A.

Un fourgon prend feu dans un rond-point

n Un fourgon a pris feu, lundi matin, à proximité du rond-point de la Pépinière de Bir El-Djir, la calcinant entièrement. Le chauffeur, A. Y., 30 ans, s’en est tiré à bon compte.

A. A.

A. Y., 30 ans, s’en est tiré à bon compte. A. A. BRÈVES de l’Ouest CHLEF

BRÈVES de l’Ouest

CHLEF

Dix ans de prison pour un pervers

n Le tribunal de Chlef a condamné, cette semaine,

un homme, âgé de 53 ans, à 10 ans de prison ferme pour attouchements sexuels sur des enfants de son quartier à haï Zebboudj, dans la commune de Chlef. Les circonstances de cette affaire remontent à la semaine dernière lorsque plusieurs parents se sont présentés aux services de police les informant des outrages que subissaient leurs enfants par l’un de leurs voisins. “C’est grâce au témoignage de l’une de nos voisines qui a remarqué des bleus et des traces de suçons sur des parties du corps de sa fillette, âgée de cinq ans, que l’affaire a éclaté. La petite a révélé à sa maman que le voisin, vivant seul, ramenait chez lui, chaque fois, plusieurs fillettes du quartier en les attirant à l’aide de gourmandises avant de pratiquer sur elles des attouchements sexuels”, témoignent de nombreux habitants du quartier présents au tribunal de Chlef. C’est suite à une souricière tendue par les policiers que le pervers a été surpris et arrêté, en flagrant délit.

AHMED CHENAOUI

AÏN TÉMOUCHENT

Le cheptel bovin vacciné à 95%

n Le taux de vaccination du cheptel bovin, en

particulier les vaches laitières, contre la brucellose

et la fièvre aphteuse a atteint les 95% au niveau de la wilaya de Aïn Témouchent, selon le responsable des maladies épidémiologiques des animaux auprès de la direction des services agricoles. Ce dernier rappellera que le vaccin est disponible et gratuit.

M. LARADJ

MOSTAGANEM

Dix ans de prison pour apologie

du terrorisme

n L’affaire jugée au tribunal correctionnel de

Mostaganem, lundi dernier, remonte à décembre 2015 quand le prévenu D. M., âgé 26 ans, résidant dans la wilaya de Tlemcen, qui circulait à bord d’un véhicule touristique, a été interpellé par les éléments de police judiciaire, à la cité de 800- Logements à Mostaganem-ville pour un contrôle de routine. Son comportement suspect a poussé les policiers à procéder à une fouille minutieuse de sa voiture pour y découvrir un kilogramme de kif, ainsi qu’un film vidéo clip, vantant le terrorisme, sur son portable. Il a été condamné à dix ans de prison ferme pour détention de stupéfiants et apologie dU terrorisme.

M. SALAH

32 morts sur les routes en 2015

n En marge de la célébration de la Journée

mondiale de la Protection civile, le directeur de wilaya de Mostaganem a déclaré que les accidents sur les routes ont fait 32 morts et 328 blessés en 2015. Par ailleurs, 44 incendies de forêt ont été enregistrés durant la même période.

M. S.

TLEMCEN

Saisie de plus de 15 quintaux de kif traité

n Agissant sur renseignements, les gendarmes de

Ghazaouet, en dispositif de barrage sur la route reliant les communes de Souahlia et Ghazaouet, ont immobilisé un camion dont le conducteur a refusé d’obtempérer. Malgré ses pneus crevés, le chauffeur a continué son trajet en direction de la localité de Ghazaouet, avant d’abandonner le camion à 1 km du

barrage et prendre la fuite à pied. La fouille du camion a permis de récupérer 15,30 quintaux de kif traité. Le conducteur d’un véhicule de marque Audi Q5 qui servait d’éclaireur a été interpellé lors de cette opération. Par ailleurs, les éléments du 19 e groupement des gardes-frontières de Bab El-Assa ont saisi, ce dimanche, 91,600 kg de kif, au cours d’une ronde effectuée le long de la frontière, dans la

région de Bab El Assa.

A. A.

BÉCHAR

Découverte du corps d’un nouveau-né

n Le corps d’un nouveau-né, enveloppé dans un sac

en plastique a été découvert au bord de la route, à la sortie de la ville de Béchar. La dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital et une enquête a

été ouverte.

A. A.

16

Publicité

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

LIBERTE PUB

OUM EL-BOUAGHI

Cité 1000-Logements (NASR) Tél./Fax : (032) 55 78 99

PETITESPETITES

ANNANNOONCESNCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

LIBERTE PUB

ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08 O

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Pizzeria cherche pizzaïolo, cuisinier, serveur, serveuse. Tél. :0561 27 64 79 - ALP ————————————— Safi Overseas recrute techni- cien en vérins et pompes hydrauliques. Envoyer CV par email :

safioverseas.algerie@gmail.com Tél. : 0675 72.09.18 - BR20047 ————————————— Société privée à Tizi Ouzou recrute techniciens en infor- matique ou électronique aptes

aux déplacements.

Tél. : 0550 955 808 - 026

11.69.44 - T.O-BR5941

—————————————

Entreprise privée cherche des ingénieurs et TS en construc- tion métallique avec ou sans expérience, motivés, maîtri- sant l’outil informatique, postes localisés à Azazga.

CV à

industrinnov@gmail.com-T.O-BR5937

————————————— Hôtel avec alcool sis à Alger cherche gouvernante, maître d’hôtel, chef de rang, expé- rience exigée. Tél. : 0551 58.33.18 - BR20053 ————————————— Restaurant à Oued Romane cherche serveur, horaire de travail : 9h à 17h ou 16h à 00h. Tél. : 0553 24.21.75 - 0558

92.97.32 - BR20041

————————————— Magasin Petit Paris à Meissonnier sis à cité Barnave recherche piqueuse pour ses

ateliers haute couture et ven- deuses, exp. exigée. Tél. : 021 23.86.54 - 0552

28.98.41 - XMT

————————————— Pharmacie sise à Azazga recrute vendeurs, hommes qualifiés et expérimentés, âge max. 35 ans. Tél. : 0790 63.73.75 - T.O-BR5934

————————————— Hôtel Regina recrute agent d’accueil, femmes de ménage. Envoyer CV : 021 73.85.95 -

ABR43614

————————————— Société privée cherche à

recruter 4 manœuvres, 2 chef

de parc, 4 grutiers, 2 factu-

riers, 2 mécaniciens hydro

diesel, 2 agts relations ext. 2

agt adm. 4 agts sécurité,

1 cariste. Contact email :

recrutementbek@gmail.com -

BR20058

COURS

ET LEÇONS

————————————— ELTC Language School lance now session français et anglais adultes et enfants le 4 mars cité Bouzegza, Frantz-Fanon,

Réghaïa. Tél. : 0676.11.82.07 /

0549.53.92.93.

Facebook :eltc.school. -F175

————————————— SBL English School, votre partenaire pour améliorer

votre anglais, lance nouvelle session adultes et enfants 4 mars : SBL Alger Grande- Poste. Tél. : 021.74.20.58 /

0550.86.47.84

SBL Rouiba coop. Ibn Sina,

proximité CEM Ibn El Khatib. Tél. : 0549.39.80.56 /

0561.38.64.33

SBL Boumerdès : coopérative

11 Décembre, en face pâtisserie Mezghena.

Tél. : 024.91.41.95 /

0550.10.14.16

www.sblschool.org - F174

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— A vendre 2 charpentes métal- liques 14,25x60mx4 m 20x60x6 m.

Tél. : 0770 54.10.41 - T.O-BR5939 ————————————— Achat meubles, électroména- ger d’occasion. Tél. : 021 23 17 48 - 0559 70 09

99 - ABR43592

AVIS DIVERS

————————————— Prends tous travaux étanchéi- té. Tél. : 0550 14.96.29 - BR20051

APPARTEMENTS

————————————— Promo immo vend logts F2, F3, F4 à Tizi Ouzou et Tigzirt/Mer avec crédit CNEP

1%. Tél. : 0552 28.21.13 - 0550

97.85.25 - Acom

————————————— Ag vend F3 bd Bougara El Biar 80 m2 1er étage. Tél. : 0661 52.20.78 - F204

TERRAINS

————————————— Part. vend plusieurs lots de

terrain avec acte 188 à 234 m2 près tram. Bordj El Kiffan. Tél. : 0550 12.27.24 - 0550

81.14.78 - Comega

————————————— Boudouaou Merzouga vend des lots 150 m2, 200 m2, 250m2 acte + certificat d’ur- banisme ttc. prix 10 000 DA/m2. Tél. : 0662 09.16.54 - 0555 44.59.16 - ALP ————————————— Vends terrain 152ha hangar 700m2 park 2000 m2, ch. froid 4000m2 3 oliviers 10 000 habit 2 prix après visite. Tél. : 0554 50.88.93 Aïn Oussera - ALP

LOCATIONS

————————————— AG loue 3 niveaux de villa à Belfort côté portable 2 F4 et F3 avec 11 chambres, 3 sdb, 3 cui., 3 wc pour bureaux, école ou autre. 12,5 nég. libre de suite. Tél. : 0550 40 63 07 - BR20029

LOCATION

DE LOCAUX

—————————————

S. Yahia locaux à louer (p.à.p)

30 et 15 m2 pour bureaux.

Tél. : 0559 05.02.93 - BR20057

PROSPECTION

————————————— Ag cherche achat studio, F2 quartier résidentiel Hydra, Golf, Beaux-Arts. Tél. : 0661 52.20.78 - F204

PERDU - TROUVE

————————————— Perdu cachet portant men- tions : Sarl SOROGEL, cité centre Illizi, RC n°33/00- 0046168 B06. Décline toute responsabilité -

T.O-BR5946

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JH sérieux, dynamique ayant expérience dans le commercial, maîtrisant par- faitement le français cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0552 97 66 05 ————————————— JH sérieux, dynamique, pré- sentable avec exp. cherche emploi comme agent de sécu-

rité, étudie toute proposition. Tél. : 0550 88.03.41 —————————————

28 ans réside à Hydra,

F

————————————— JH 29 ans, licence en droit + CAPA, maîtrise les langues

étrangères, l’outil informa- tique, cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0790 10 12 86 ————————————— JH ing. en génie civil 34 ans habite à Alger 8 ans d’exp. sur chantier cherche emploi. Tél. : 0540 27 06 40 —————————————

H

retaité cherche emploi dans

JH

30 ans ingénieur en génie

le

domaine sécurité ou divers

civil cherche emploi dans le domaine sur le territoire national exp. presque 2 ans dans bureau d’études. Tél. : 0794 61 12 92 ————————————— JH 30 ans cherche emploi comme chauffeur léger. Tél. : 0662 05 64 02 ————————————— Retraité 59 ans hab. Bouzaréah long. exp. dans la gestion du personnel paie et moyens généraux cherche

emploi. Tél. : 0793 04 93 96 —————————————

apte au service 3 fois 8, libre de suite, sérieux, ponctuel dynamique habitant à Chevalley. Tél. :0553

26.13.16

licenciée en sciences écono- miques option : monnaie finances et banques avec 3 ans et demi d’exp. (RH, finances, administration…) cherche emploi. Email :

—————————————

JH

26 ans de Tizi Ouzou ing.

en

GC option CCI dégagé du

job2016.rh@gmail.com

service national maîtrise Etabs, Autocad cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0557 68 16 71 —————————————

cadre comptable plus de 30

H

—————————————

Commercial retraité expérien-

ce

avérée traitement CDC

JF 38 ans dip. sciences poli- tiques avec exp. en hôtellerie cherche emploi dans adminis- tration ou autres non sérieux s’abstenir. Tél. : 0675 59 01 02 —————————————

contrat appel d’offres suivi prospect bâtiment construc-

tion

métal. cherche emploi.

ans d’exp. PC Compta, décl. fiscale, parafiscale CNAS,

Tél. : 0550 28 63 47 —————————————

JH

licence en génie électrique

bilans, cherche emploi à plein temps ou mi-temps. Tél. : 0771 02 45 83 —————————————

à

l’USTHB maîtrise Autocad

Retraité bonne santé physique

cherche emploi dans le

mentale cherche activité

chauffeur permis de conduire BCD longue expérience ou gardiennage, agent de sécurité

et

JF 26 ans diplômée en comp- tabilité 3 ans d’exp. maîtrise l’outil informatique et PC Compta cherche emploi dans le domaine ou autres.

domaine. Tél. : 0550 49.77.42 —————————————

H

chef comptable 30 ans

JH

métreur vérificateur exp. 3

d’exp. CAP, CMTC, CED tenue comptabilité, bilans

ans cherche emploi.

coursier, sachant lire et écrire

Tél. : 0542 14 12 66 —————————————

le

français, apte aux déplace-

Tél. : 0559 14 82 25 ————————————— Conducteur travaux génie civil cherche emploi ou sous- traitance dans 48 w. Tél. : 0792 08.67.62

décl. fiscale, parafiscale, adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 ————————————— Conducteur de travaux de bâtiment TCE génie civil VRD, niveau ingénieur, 40

ments habite à Boumerdès. Tél. : 0557 64 78 35 —————————————

30 ans chauffeur avec exp.

présentable sérieux, responsable connaît très bien le secteur d’Alger, cherche emploi dans une

JH

JF

34 ans diplôme en compta-

bilité CMTC ayant expérien-

société avec/sans voiture à Alger

ce

de 4 ans dans le domaine

————————————— JH cherche emploi comme chauffeur ou agent de sécuri-

et

environs. Tél. : 0796 74 21 59

avec logiciel de PC Compta

ans

d’exp. cherche emploi ou

—————————————

cherche emploi dans la comp- tabilité. Tél. : 0553 56 43 27 —————————————

sous-traitance environs 100

JH

29 ans soutien de famille

té, libre de suite, accepte toute proposition. Tél. : 0772 65.44.19 - 0550

km

ouest d’Alger.

attaché administratif sérieux, dynamique cherche une nou- velle opportunité à Alger et

Tél. : 0662 91 23 37 —————————————

JH

comptable possède CAP

39.30.64

H

sérieux, présentable, poly-

environs dans l’administra- tion ou autres, dégagé du SN. Tél. : 0558 10 66 60 —————————————

comptabilité 7 ans d’exp. en

————————————— JF TS en ressources humaines ayant 2 ans d’exp. comme assistante commerciale cherche emploi dans le domaine commercial ou administratif. Tél. : 0559 88 99 49 ————————————— JF licenciée en sciences éco- nomie gestion d’entreprise exp. 4 ans assistante de direc- tion commerciale cherche emploi. Tél. : 0542 38 69 15 ————————————— JH 30 ans DEUA en manage-

valent, dynamique, long. exp. dans le domaine agent de sécurité, libre de suite, cherche emploi. Tél. : 0658 51 00 70 —————————————

Compta et PC paie et outil

inf. cherche emploi même poste assimilé, habite à

PC

H

en cours de retraite en

Réghaïa. Tél. : 0676 11.45.60 —————————————

bonne santé connait bien le pays cherche emploi comme

JH

32 ans licence en sciences

H

retraité ex-secrétaire admi-

acheteur-démarcheur, gérant

de

gestion opt. comptabilité 5

nistration plus de 35 ans

de

cantine, chauffeur dans ste

ans

d’exp. tenue de comptabi-

d’exp. en particulier domaine

nle

ou étrangère.

lité

jusqu’au dépôt de liasse

de

la santé désire poste en

Tél. : 0552 47.00.15 —————————————

fiscal (bilan fiscal), déclara-

rapport dans clinique, centre médical, privé, entreprise ou

tion

fiscale G50 et déclaration

H

61 ans, parle et écrit bien le

parafiscale, prendre en charge

autre, étudie toute proposition Tél. : 0790 85 06 82 —————————————

français, ayant passé de longues années dans le sud du pays dans des sociétés natio- nales et étrangères cherche emploi chef de parc autos,

relations bancaires, four-

nisseurs, clients et impôts maîtrise PC Compta et…l’ou-

les

JF

cherche emploi comme

til

informatique. Tél. : 0559

ment 3 ans d’exp. commercial gestion stocks cherche emploi. Tél. : 0550 70 16 40 ————————————— JH 32 ans licence compt. CAC 5 ans d’exp. décl. fisc. parafiscale bilan, PC Compta cherche emploi. Tél. : 0555 99 62 61 ————————————— JF CMTC, CED 2e année comptabilité finance universi- té Dély Ibrahim formation SCF 8 ans d’exp. dans le domaine (cabinet d’expertise comptable) cherche emploi à à mi-temps dans le domaine environs d’Alger. Tél. : 0699 43.48.36 ————————————— JH sérieux cherche emploi

agent de saisie. Tél. : 0782 02 24 85 —————————————

JH sérieux cherche emploi comme chauffeur. Tél. : 0556 03 49 59 ————————————— JH 34 ans cherche emploi comme chauffeur. Tél. : 0540 89 15 63 —————————————

25 ans licence en sciences

JH

86.01.80

————————————— Licenciée en finances ayant deux ans d’exp. comme assi- tante administrative cherche emploi. Tél. : 0553 34.94.59 —————————————

Licenciée en droit et ayant le CAPA 3 ans d’exp. comme assistante administrative, maîtrisant l’outil informa- tique cherche emploi.

Tél. : 0553 34.94.59 —————————————

apte à gérer votre parc et cela, quel que son effectif. Tél. : 0554 171 966 —————————————

H

62 ans de bonne famille

homme de terrain, apte à tra- vailler de jour comme de nuit cherche emploi acheteur- démarcheur, chargé de mis- sion, chef de parc roulant, rendement assuré. Tél. : 0795 08 27 03 —————————————

économiques de gestion et

commerciales filière sciences de gestion formation en bureautique cherche emploi dans la wilaya d’Alger. Tél. : 0698 51 51 90 —————————————

H

61 ans en bonne santé, père

28 ans sérieux dynamique

master 2 en philosophie poli- tique cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0552 83 58 35 —————————————

JH

de famille, homme de confiance cherche emploi comme chef de parc autos. Tél. : 0791 80 72 92 —————————————

31 ans, bac + 3 en génie

électrique ayant plus de deux ans d’exp. dans une multina- tionale (maintenance) + des bricoles dans le domaine dégagé de toutes obligations de SN, cherche emploi. Tél. : 0549 97 01 72 —————————————

JH

cadre comptable CAP,

CMTC 27 ans d’exp. PC Compta, paie cherche emploi place stable dans bureau de comptabilité, Alger. Tél. : 0662 19 57 70 —————————————

H

comme chauffeur. Tél. : 0549 81.42.39 ————————————— JF 27 ans habite à El Achour

exp. 3 ans com. comptable dans un cabinet et autres cherche emploi dans une ste environs Alger Ouest (Draria,

Superviseur avec permis de conduire cheche emploi en mar-

keting représentation industrielle. Tél. : 0793 47.10.35 ————————————— Gestionnaire administratif per- sonnel, social, moyens sûreté cherche emploi société privée à

Ingénieur en génie civil, gran-

H

ancien comptable avec

Biskra. Tél. : 0791 40 13 05 —————————————

de

expérience professionnelle

Zéralda). Tél. : 0551 76.61.03 ————————————— JH 25 ans habite à El Achour licence sce com. option bud- jet dégagé du s. national cherche emploi comme comptable ou agent commer- cial sur Alger et environs. Tél. : 0550 85 48 72 ————————————— JH diplôme master 2 en génie des procédés exp. moins d’un an cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0558 71 76 78 - 0674

long. exp. bilan G50 CNAS cherche emploi disponible de suite. Tél. : 0559 01 80 45 —————————————

dans le domaine, plus de 20 ans, désire poste stable et en

rapport. Libre de suite, étudie toute proposition. Tél. : 0665 53 06 89 —————————————

licence gestion opt. compta-

bilité exp. 7 ans maîtrise l’outil informatique PC-Compta, PC-

JF

comptable retraité exp. SCF

droit social, fiscalité bilan G50 CNAS cherche emploi libre.

H

paie, tenue de comptabilité, décl. G-50, parafiscal, bilan fis-

cal

cherche emploi.

JF

la trentaine passée cherche

Tél

: 0558 08.64.01

Tél. : 0549 08 48 05 ————————————— JH 29 ans licence en droit + CAPA exp. un an dans le

emploi comme femme de ménage ou autre. Tél. : 0555 38 34 48 ————————————— Jeune homme 33 ans, 5 ans d’expérience comme décla- rant en douane, cherche un emploi dans la spécialité. Tél. : 0558 40 99 70

————————————— JH ingénieur en génie civil cherche emploi dans le domai-

sur le territoire national exp. de 19 mois dans bureau d’études. Tél. : 0795 93.33.65 nourdi-

ne

domaine maîtrise les langues étrangères + l’outil informa- tique + Photoshop cherche emploi.

54.65.45

ne241@yahoo.fr

 

—————————————

—————————————

 

Tél. : 0790 10.12.86 —————————————

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

Publicité

17

LIBERTE Mercredi 2 mars 2016 Publicité 17 Pensée Cela fait cinq ans, le 2 mars 2011,

Pensée

Cela fait cinq ans, le 2 mars 2011, nous quittait à jamais notre très chère et regrettée mère, grand-mère

RABIA DJERMANE

NÉE BERRAZOUANE

Un immense nuage et de l’obscuri- té. Sans toi maman la vie n’a plus de sens et le vide que tu as laissé, nul au monde ne pourra le combler. Ainsi a été la volonté de Dieu. Allah yarahmek, tu as été une maman merveilleuse. Tes enfants et tes petits-enfants demandent à tous ceux et à toutes celles qui t’ont connue d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Que Dieu Tout-Puissant t’ac- corde Sa Miséricorde et t’accueille en Son Vaste Paradis. Repose en paix, Maman.

Que Dieu Tout-Puissant t’ac- corde Sa Miséricorde et t’accueille en Son Vaste Paradis. Repose en paix,

G

Que Dieu Tout-Puissant t’ac- corde Sa Miséricorde et t’accueille en Son Vaste Paradis. Repose en paix,
Pensée Cela fait trois années, jour pour jour (2 mars 2013 / 2 mars 2016),
Pensée
Cela fait trois années, jour
pour jour (2 mars 2013 / 2
mars 2016),
que notre très cher père et
grand-père
M. ARRIS
MOHAND-SAÏD
nous a quittés à jamais à l’âge de 63 ans,
pour un monde meilleur.
En ce pénible et douloureux souvenir, ses
enfants et ses petits-enfants demandent à
tous ceux qui l’ont connu et apprécié pour
son courage, sa bonté et ses qualités
humaines exceptionnelles d’avoir une
pieuse pensée à sa mémoire. Repose en
paix, très cher père ! Nous ne t’oublierons
jamais.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons
Acom

SOS

Urgent malade cherche MATELAS ANTI-ESCARRES Tél. : 05 60 61 08 90

—————————

Urgent cherche LEVOMAD 250. Tél. : 0559 46 57 58

Pensée Une année déjà, le 2 mars 2015, nous quittait tragiquement à jamais notre cher
Pensée
Une année
déjà, le 2 mars
2015, nous
quittait
tragiquement
à jamais notre
cher père
et grand-père
HADJ AHMED HAMZAOUI
à l’âge de 80 ans. En ce triste anni-
versaire, nous demandons à tous ceux
qui l’ont connu et apprécié pour
sa bonté, sa spontanéité et sa vivacité
d’avoir une pieuse pensée
à sa mémoire.
Qu’il repose en paix, Inch’Allah.
BR20060

Carnet

————————————————————

Pensée

————————————————————

“Les êtres chers ne meurent que lorsqu’on les oublie.” Le 1er mars 2005 nous a quittés à jamais notre très cher et regretté époux, père, grand-

père et beau-père Kerrad Abderrahmane (retraité du CHU Nedir Med de Tizi Ouzou), laissant un immense vide que nul ne pourra combler. Son épouse, ses enfants, ses petits- enfants, ses belles-filles et son beau-fils demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à sa mémoi- re. Repose en paix. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

T.O-BR5929

nous appartenons et à Lui nous retournons. T.O-BR5929 Pensée A la mémoire de notre regretté AIOUAZI
Pensée A la mémoire de notre regretté AIOUAZI RABAH Cela fait déjà deux ans, le
Pensée
A la mémoire de
notre regretté
AIOUAZI
RABAH
Cela fait déjà deux
ans, le 02-03-2014,
que tu es parti pour
un monde meilleur,
laissant derrière toi
un vide immense
que nul ne peut combler. Tu étais une source de
tendresse, de bonté et de générosité. Un exemple
de droiture et de sagesse. Ton souvenir guide nos
pas et réchauffe nos cœurs. Merci d’avoir été notre
mari, notre papa. Puisse Dieu t’accorder une place
en Son Vaste Paradis. A l’occasion de ce doulou-
reux souvenir, nous demandons à tous ceux qui
t’ont connu d’avoir une pieuse pensée pour toi.
Repose en paix, très cher mari et papa.
Ta femme et tes filles Kadri, Djamila, l’époux,
les filles Aiouazi Siham, Louiza et Nasrine.
BR20052

Condoléances

C’est avec une immense douleur que la famille Chabane de Jijel, Alger, Genève et Paris fait part du décès de son frère

CHABANE ABDERRAHMANE (DIT DAHMANE)

L’enterrement a eu lieu samedi 27 février 2016. Puisse Dieu Tout-Puissant accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

0523

SPR

Pensée Il est des êtres que nul ne peut oublier, il est des dates que
Pensée
Il est des êtres que
nul ne peut oublier,
il est des dates que
nul ne peut effacer,
comme le 17 jan-
vier 2016, quand
nous quittait à
jamais pour un
monde meilleur notre cher père
et grand-père
FERNANE RACHID
à l’âge de 67 ans. En ce douloureux souve-
nir, sa femme et ses enfants demandent à
tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir
une pieuse pensée à sa mémoire.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous
retournons. Repose en paix, très cher père.
Tes enfants, tes petits-enfants et ta femme
qui t’aiment
XMT
40 jour e Triste et pénible fut pour nous ce jour du 4 février 2016
40 jour
e
Triste et pénible fut pour nous
ce jour du 4 février 2016 quand
nous a quittés à jamais notre
chère et regrettée épouse, mère,
grand-mère et belle-mère
FERHAT NÉE MEFTOUH
TASSADIT
Ayema azizène, ta disparition
est une épreuve insoutenable, la
douleur de ton absence est profonde et inconsolable, nos
larmes ne cessent de couler… Ton visage angélique,
ton beau sourire, ta bonne humeur, tes paroles en or,
tes conseils, ta bonté, les invocations (douaâ) que tu
nous prodiguais, tout nous manque terriblement !
Akemyerham Rabi ayemathnagh azizène ! Que le
Paradis soit ta dernière demeure. Son époux, ses
enfants, ses petits-enfants et sa belle-fille demandent
à tous ceux qui l’ont connue, aimée et appréciée pour
sa générosité et sa bonté d’avoir une pieuse pensée à sa
mémoire et informent les amis et les proches que le
40e jour aura lieu le jeudi 3 mars 2016 en leur domicile
sis aux Genêts, Tizi Ouzou.
Repose en paix, chère mère, grand-mère et belle-mère.
A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
T.O-BR5945

D. R.

18

Sport

Mercredi 2 mars 2016

LIBERTE

RCA

Bakir dans le viseur de l’USMA

n Le jeune milieu de terrain du

RC Arba attire déjà les convoitises des clubs huppés de la capitale. En effet, on vient d’apprendre que le joueur est déjà dans le viseur de l’USM Alger. Selon nos sources, le joueur, qui, faut-il le rappeler, est un fin technicien et plein de qualités techniques intrinsèques, a tapé dans l’œil du directeur sportif de l’USM Alger, Simondi, lequel a demandé des renseignements sur lui. Et comme le prochain match du RC Arba sera contre l’USM Alger à Bologhine, on s’attend à ce que tous les regards soient braqués sur ce joueur et que tout porte à croire que l’homme fort du club de Soustara, Haddad, profitera de l’occasion pour contacter la direction du RCA pour demander les services du joueur. Ainsi, le jeune maître à jouer du RCA a un bel avenir devant lui, il sera probablement usmiste la saison prochaine, d’autant plus qu’il fait partie des joueurs sur lesquels le sélectionneur national de l’EN espoirs, Schürmann, compte.

NASSER ZERROUKI

LIGA NOS - 24 e JOURNÉE

Belkaroui dans l'équipe type

n Le défenseur international

algérien de Nacional Madeira, Hichem Belkaroui, a été choisi dans l'équipe type de la 24 e journée du championnat portugais de football, clôturée lundi. Vendredi, Belkaroui a remporté sa première victoire avec sa nouvelle formation, vainqueur à domicile de Paços Ferreira (3-0). L'ancien joueur du Club Africain a été élu homme du match après avoir obtenu la note de 7,4. Selon les statistiques publiées par la presse portugaise, le natif d'Oran, âgé de 24 ans, a remporté 90% de ses duels, contribuant grandement à garder vierge la cage de son équipe. Belkaroui, signataire d'un contrat de six mois avec Nacional Madeira cet hiver, en provenance du Club Africain de Tunisie, a enchaîné pour l'occasion son troisième match avec la formation portugaise. Belkaroui n'a pas été chanceux lors de son baptême du feu dans le championnat de Liga Nos, lorsque son équipe a été sévèrement battue à domicile par le leader, Sporting Lisbonne, où évolue le buteur algérien Islam Slimani, sur le score de 4-0. Au terme de la 24 e

journée, Nacionl Madeira pointe à la 13 e place au classement de la Liga Nos avec 25 points, comptabilisant six unités d'avance sur la zone de relégation.

À PROPOS DE SA NATIONALITÉ SPORTIVE

Ounas : “Je prendrai une décision en 2017”

M ême pas une se- maine après l’officialisation de la venue de Yassine Benzia chez les Verts,

voilà que le sociétaire de Bordeaux Adam Ounas décide de maintenir le suspense quand à son avenir spor-

tif en sélection, et ce, jusqu’à sep- tembre 2017. L’intéressé lui-même

a révélé dans les colonnes de L’É-

quipe, lundi soir, vouloir s’accorder

le

temps qu’il faut avant de trancher

la

question. “Je ne tiens pas à chan-

ger de position jusqu'à septembre 2017. Je veux d'abord faire mes preuves sur le plan sportif”, a-t-il confié au très sérieux quotidien français. Le sociétaire de Bordeaux est catégorique : pas question de ve- nir en équipe algérienne avant la fin de l’année 2017, qui coïncidera avec les éliminatoires du Mondial 2018, lui qui veut d’abord briller avec son club entraîné par un certain Willy Sagnol. Ce dernier, comme tout le monde le sait, est réputé pour ses

“frasques” et ses déclarations in- cendiaires concernant le cas des bi- nationaux. N’est-ce pas lui qui a ten- té de mettre des bâtons dans les roues à un Yacine Brahimi lors- qu’il était à la tête des Bleuets (NDLR : équipe de France espoirs). Pis en- core, l’actuel entraîneur de Bordeaux est allé jusqu’à affirmer que “quel- qu’un d’indécis qui ne sait pas entre quelles sélections choisir, croyez-moi, il ne fera rêver personne. Les joueurs

choisir, croyez-moi, il ne fera rêver personne. Les joueurs qui choisissent de changer de natio- nalité

qui choisissent de changer de natio- nalité sportive, je dis presque bon dé- barras”, provoquant une certaine polémique en France avec notam- ment cette phrase destinée à Nabil Bentaleb lorsque ce dernier avait re- joint les rangs des Verts en 2013. “On

ne peut pas modifier les règles de la FIFA. Personnellement, je pars du principe qu’un joueur qui, à un mo- ment donné, choisit une autre sélec- tion que la France, c’est un joueur sur qui on n’aurait jamais pu compter dans les moments difficiles. Il nous au-

rait lâchés à un moment donné”, avait indiqué Sagnol sur le choix de Bentaleb. Et l’on comprend mieux pourquoi Ounas a voulu retarder sa réponse. En effet, l’attaquant bor- delais sait pertinemment qu’il serait confronté à des problèmes avec son patron technique en optant pour l’Algérie. Il n’aurait pas cer- tainement intérêt à “froisser” son entraîneur sous peine de voir son temps de jeu se réduire comme une peau de chagrin, surtout qu’il est sur une courbe ascendante avec des apparitions convaincantes avec Bordeaux. Même s’il préfère tem- poriser pour s’imposer d’abord avec son club, Ounas aura du mal à décrocher une place au sein des Bleus, lui qui avait critiqué le sé- lectionneur Didier Deschamps dans un tweet posté le jour de l’annon- ce de la liste des Bleus pour la Cou- pe du monde au Brésil où il lui re- prochait d’avoir snobé Hatem Ben Arfa et Samir Nasri. Le compte d’Ounas a été supprimé depuis… En tout cas, le joueur en question se sent algérien, comme l’a tenu à dé- clarer le sélectionneur national Gourcuff lors de sa rencontre avec Ounas et sa famille. “Ounas et Ben- zia se sentent Algériens”, avait-il indiqué. En attendant septembre 2017, Ounas pourrait prendre une dé- cision en fin de saison, surtout qu’on annonce d’ores et déjà le départ de Sa- gnol de la tête du staff technique bor- delais.

NAZIM T.

ESS

L’écueil congolais

L’ Entente de Sétif aura comme prochain ad- versaire pour le compte du second tour des éliminatoires de la Ligue des champions

d’Afrique, l’Étoile du Congo, qui a battu le cham- pion du Gabon, Mangasport, par le score de trois buts à zéro. Au match aller, les deux équipes se sont

séparées sur un nul vierge.

La première manche se jouera le 12 ou le 13 mars

au stade Alphonse Massamba-Débat de Brazzaville,

alors que le match retour est programmé pour le 19 mars au stade du 8-Mai-1945 de Sétif. Un ad- versaire qui ne va sûrement pas poser de grands soucis aux partenaires d’Akram Djahnit pour

passer à la troisième et ultime étape des élimina- toires avant la phase des poules.

Il faut savoir qu’en cas de qualification, les En-

tentistes pourront hériter cette fois d’un gros morceau, en l’occurrence le club soudanais d’El- Merrikh. En attendent, les Sétifiens ont mis le cap depuis avant-hier sur le rendez-vous de vendredi dans le cadre des quarts de finale de la coupe face à l’USMBA, tombeur du DRBT lors du tour pré-

cédent. Tout auréolés de leur large succès en championnat devant la JSS (3-0), les Ententistes au- ront à cœur de poursuivre leur dynamique en ten- tant de passer le cap du club de la Mekerra et ar- racher leur qualification au dernier carré de l’épreuve populaire pour la huitième fois durant les dix dernières années. Un trophée qui constitue maintenant l’objectif du club cette saison. Cependant les gars des Hauts Pla- teaux doivent d’abord passer l’écueil bélabbé- sien. Une mission qui s’annonce à la portée de Khe- daïria et consorts qui joueront dans leur jardin du 8-Mai-1945 devant leurs supporters. Néanmoins, le coach Alain Geiger et ses joueurs restent prudents et méfiants vis-à-vis d’un adver- saire qui est en passe de réussir une bonne saison en Ligue 2 Mobilis, où il occupe la deuxième pla- ce du classement, à deux unités de retard du lea- der, l’O Médéa, et qui ne viendra pas à Sétif pour faire du tourisme. Il faut savoir que le club dirigé par l’expérimenté coach Abdelkrim Benyellès a la réputation d’être redoutable hors de ses bases. C’est

d’ailleurs la meilleure équipe de L2 à l’extérieur pour avoir engrangé 15 points dans les onze matches qu’elle a disputés. La dernière victoire à Bou-Sâada devant l’ABS confirme le bon com- portement des partenaires de Laâmouri Djediat. “Certes, nous allons jouer une équipe de l’USMBA qui évolue en Ligue 2, mais cela ne veut rien dire dans un match de coupe. Je pense que si cette équi- pe est arrivée à ce stade de la compétition, ce n’est pas sur un coup de chance”, nous a dit le technicien helvète au lendemain de la victoire de son team de- vant la JSS et qui n’a rien laissé au hasard en es- sayant de rassembler le maximum d’informa- tions sur son prochain adversaire. Il a d’ailleurs confié au DTS Hadj Noureddine d’aller supervi- ser vendredi cette équipe au cours de son dernier match à Bou-Sâada dans le souci de mettre les meilleurs atouts du côté de son équipe qui sera pri- vée dans ce match des services de Djamel Benlamri, expulsé face à la JSS et qui a écopé de trois matches de suspension ferme.

FARÈS ROUIBAH

DISCIPLINE

Charef dirigera l’USMH à partir des tribunes face au CSC

E xpulsé lors du derby algérois face au Mouloudia d’Alger, l’entraîneur de l’USMH, Boualem Charef, a écopé d’un

match de suspension et d’une amende finan- cière de 30 000 DA pour contestation envers officiel, selon le rapport de la commission de discipline de la Ligue nationale réunie avant- hier. Boualem Charef dirigera donc le prochain match de son équipe face au CS Constantine au stade 1 er -Novembre d’El- Harrach depuis les tribunes. De son côté, le défenseur central de l’Entente de Sétif, Djamel Benlamri, a été

sanctionné de 3 matches et une amende de 30 000 DA, suite à la rencontre du week-end dernier de l’ESS face à JS Saoura, alors que l’at- taquant du MO Béjaïa, Mohamed Walid Ndoye, a été suspendu pour les deux pro- chaines rencontres de son équipe après son ex- pulsion dès la 15 e minute face à l’USMA pour jeu brutal. Plusieurs autres joueurs de différents clubs de la Ligue 1 Mobilis ont été suspendus pour un match par la commission de discipline de la Ligue nationale pour cumul de cartons ou

contestation de décision, à l’image du joueur du MC Oran, Larbi Kamel, celui du NAHD, Lakhdar Drifel, et Fouad Hadad du DRB Tadjenant pour cumul de cartons, alors que le sociétaire du RC Relizane, Djarar Adel, pour contestation de décision. En Ligue 2, c’est l’USMM Hadjout qui dis- putera sa prochaine rencontre à huis clos, puisque la commission de discipline se fiant au rapport des arbitres de sa dernière appari- tion face à la JSMB pour jet de projectiles, alors que l’USMMH a été déjà avertie par la CD, et

recevra, du coup, son prochain adversaire sans public, ce huis clos a été suivi également d’une amende de 200 000 DA, selon l’article 69 alinéa C du nouvel amendement du code disciplinaire, pour le mauvais comportement de ses dirigeants en fin de partie en déplace- ment chez l’O Médéa, l’AS Khroub a été amendé de 50 000 DA, alors que l’OM Arzew a été averti pour jet de projectiles de ses sup- porters face à l’ASO.

AHMED IFTICEN

LIBERTE

Mercredi 2 mars 2016

Sport

19

MCA : AZZI ET DEMOU OPÉRATIONNELS, KARAOUI INCERTAIN

9 000 places pour les supporters algérois à Mascara

A fin de sauver sa sai- son, le Mouloudia d’Alger va jeter toutes ses forces en Coupe d’Algérie. Il s’agit d’un secret de

Polichinelle. Les Vert et Rouge font de cette compétition leur objectif majeur, surtout qu’en championnat, l’équipe peine et

trouve des difficultés à enchaîner la performance. Même si la deuxième place reste en-

core jouable, sachant que l’écart qui

sépare le dauphin, le CR Belouizdad, du Doyen n’est que de trois points, il n’en demeure pas moins que le vieux club de la capitale va miser sur la Coupe pour sauver une saison pas du tout à la hauteur des moyens mis à la disposition de l’équipe. Pour

cette sortie à l’ouest du pays, les di- rigeants du club, à leur tête le pré- sident Achour Betrouni, et son bras droit, Rafik Hadj-Ahmed, ont mis

tous les moyens pour que l’équipe

revienne avec le ticket des demi-fi- nales face à une équipe de l’ARB Ghriss, qui avait éliminé des for- mations de paliers supérieurs, à

l’image de l’ASMO (Ligue 1) ainsi

que le CRBAF et le MCS (Ligue 2).

Seulement, le problème qui in- quiète quelque peu l’entraîneur, Lotfi Amrouche, réside dans la dis-

Billel Zehani/Liberté
Billel Zehani/Liberté

ponibilité de son effectif, notam- ment en défense où il enregistre quelques défections. Dans l’axe de la défense, le Mouloudia espère ré- cupérer ses joueurs, blessés lors

des derniers matches. En effet, face

à l’USMH l’équipe a vu la blessure

de Bouhenna et d’Azzi, alors que

Demou était déjà indisponible il y

a plusieurs jours.

Cependant, les informations qui viennent de la maison moulou- déenne sont plutôt rassurantes, à quelques jours du déplacement à Mascara. En effet, Azzi pourrait

tenir sa place après avoir effectué une IRM, qui n’a rien décelé de gra- ve. Le joueur s’est entraîné le plus normalement du monde lundi et hier mardi et selon les responsables du club, il pourrait être opération-

nel samedi prochain. Idem pour Demou, qui travaille avec ses ca- marades après avoir fait l’impasse

sur le dernier match de champion- nat. Pour sa part, Rachid Bouhen- na n’est pas sûr de prendre part à la rencontre, même si tout reste pos- sible d’ici à samedi. Une chose est sûre, en récupérant Azzi et De-

mou, le coach mouloudéen aura plus de solutions surtout avec la pré- sence de Bachiri, auteur d’une en- trée prometteuse face à l’USMH, lui qui n’a pas été beaucoup utilisé cette saison. Dans l’entrejeu, la par- ticipation de l’international Amir Karaoui est incertaine. Selon l’en- tourage du club, ce sera du 50-50. Le joueur, à l’instar de ses coéquipiers Hachoud, Zeghdane et Gourmi, se trouve à Sidi-Moussa pour le stage de l’équipe nationale A’, qui a dé- buté lundi sous la houlette de Chris- tian Gourcuff. Par ailleurs, les res- ponsables du Mouloudia d’Alger ont été rassurés par leurs homo- logues de l’ARB Ghriss concernant le quota réservé aux supporters mouloudéens au stade de l’Unité africaine. Le MCA bénéficiera des gradins face à la tribune couverte dont la capacité peut atteindre 9 000 places. Les supporters algérois au- ront un accès pour eux seuls et achè- teront leurs billets aux guichets qui leur seront réservés afin d’éviter tout contact entre les deux galeries. L’équipe se déplacera la veille du match, vendredi, à Oran où elle éli- ra domicile à l’hôtel El-Mouahidi- ne. Tout a été mis en œuvre pour que le MCA revienne avec le sésa- me pour le dernier carré.

MALIK A.

AMEL RIADHI BALADIAT GHRISS

Faire honneur à la région

C’ est dans des circonstances liées essen- tiellement aux activités sportives que la commune de Ghriss est sortie de l’ano-

nymat. En effet, l’équipe locale de football bap- tisée Amel Rhiadhi Baladiat Ghriss s’est parti-

culièrement distinguée au cours de l’actuelle sai-

son, notamment en Coupe d’Algérie, puisque ce

Petit Poucet est qualifié pour les quarts de fina-

le et doit, de ce fait, affronter l’ogre algérois, le

MC Alger.

La création de cette formation remonte à l’an-

née 1972 avec pour première appellation Widad

Athlétique Ghriss puis Amel Riadhi Baladiat Gh- riss. Après avoir gravi les échelons des divisions inférieures, particulièrement celles de la wilaya de Mascara, puis de Saïda, l’ARBG évolue cette saison en interrégions groupe Centre-Ouest et occupe, après le déroulement de la 19 e journée, la 3 e place à 9 points des deux leaders. En l’ab- sence forcée du président de l’association, c’est le président de la section qui a tenu à définir les objectifs du club. “Au début de l’année, nous nous sommes fixé com- me objectif l’amélioration de la situation de notre formation qui commence à acquérir une ex-

périence. Le but est d’occuper une place parmi les trois premiers, un rang conforme à nos ambitions.” Ce sentiment et ces aspirations sont partagés par une grande partie de la population de Ghriss et particulièrement les supporters qui vivent cet- te saison au rythme des résultats acquis par l’ARBG. La particularité de cette équipe reste son inat- tendu parcours en Coupe d’Algérie ponctué par une qualification aux quarts de finale et surtout l’honneur d’affronter le Mouloudia d’Alger. Pour parvenir à ce stade, l’ARBG a notamment éliminé, entre autres, des formations qui évoluent à des paliers au-dessus du sien tels le Moulou- dia de Hasasna, le Mouloudia de Saïda, l’ASM Oran et sa dernière victime le Chabab d’Aïn Fa- kroun. Si ces performances relèvent de l’exploit pour les amateurs de football, pour l’entraîneur Bott Tawfik, “les résultats obtenus jusque-là sont les fruits des efforts collectifs et des sacrifices consentis par les joueurs. Pour nous, la Coupe d’Algérie est un bonus car à aucun moment, nous n’avons pensé parvenir à ce stade. Certes, cela constitue un stimulant pour les joueurs qui ten- tent de se surpasser et ainsi jouer l’accession”.

Et d’ajouter : “Concernant la rencontre contre le MCA, nous allons jouer notre football sans com- plexe et loin de tout calcul. L’essentiel est de par- venir à offrir un spectacle à la mesure de l’évé- nement et de représenter avec honneur les couleurs du football de la wilaya de Mascara en général et celui de Ghriss en particulier. Maintenant que le problème de domiciliation de la rencontre est ré- solu, nous allons axer notre travail sur le double plan technique et tactique.” Dans ce contexte, des problèmes, relatifs à une question de prime, ont surgi dans les rangs des joueurs. En effet, en guise de récompense, le wali a accordé à l’équipe une enveloppe financière de 5 millions de dinars. Les joueurs ont réclamé la totalité de cette enveloppe, mais les dirigeants ne leur en ont proposé que la moitié. Une décision qui n’a pas été du goût des joueurs qui ont boy- cotté les séances d’entraînements. Mais di- manche dernier, les éléments sont revenus à de meilleurs sentiments et ont repris les entraîne- ments pour préparer comme il se doit le match contre le MCA programmé pour le 5 mars au sta- de de l’Unité africaine de Mascara.

A. B.

SPORTING CP - BENFICA SL

Slimani présent au derby lisboète

n Tout le monde se rappelle la

polémique qui a suivi le choc lisboète entre le Benfica et le Sporting CP lors du match de Coupe de Portugal. Les responsables du Benfica accusent Slimani d’avoir agressé leur défenseur Samaris et ont même déposé une plainte pour suspendre l’Algérien. Finalement, le deuxième meilleur buteur du championnat portugais sera bel et bien présent pour cette confrontation, qui s’annonce décisive pour l’attribution du titre de champion du Portugal. Il faut savoir que le Sporting de Slimani ne compte plus qu’un seul point sur son rival après avoir été tenu en échec lundi soir (0-0) par Vitoria Guimarães. À signaler que le choc de la prochaine journée de la Liga “NOS” sera également un duel entre le meilleur buteur du championnat, le Brésilien, et son dauphin, Slimani. Certes, ce dernier accuse un retard de 8 buts sur le premier, mais l’Algérien souhaite certainement marquer de son empreinte ce derby, comme il l’avait déjà fait en Coupe du Portugal en inscrivant le but de la qualification. À signaler que Brahimi et le FC Porto espèrent profiter du derby entre Sporting et Benfica pour se rapprocher de la première place. Les Dragões guettent la moindre occasion pour revenir en course vers le titre puisqu’ils occupent la troisième place avec 55 points, à trois longueurs du Benfica et quatre du Sporting.

M. A.

SELON LE SITE ANGLAIS “ESPN”

Arsenal prépare une offre pour Mahrez !

n Le club londonien d’Arsenal a

réitéré son intérêt pour l’international algérien de Leicester City, Riyad Mahrez. En effet, selon ESPN, le site anglais spécialisé dans les transferts, Riyad Mahrez serait sur les tablettes d’Arsène Wenger. L’entraîneur français des Gunners n’est pas du tout satisfait du rendement de ses attaquants, notamment lors des derniers matches que ce soit en Ligue des champions ou en championnat. Les Giroud, Walcott ou encore Ramsey sont loin de leur niveau. Le Français veut renforcer sa ligne offensive, notamment par des joueurs vifs qui savent faire la différence. Le profil de Mahrez est le mieux indiqué. Arsène Wenger n’a jamais caché son admiration pour l’international algérien, à chaque occasion qui se présente, il loue les mérites de Mahrez. À en croire ESPN, Arsenal prépare une offre conséquente au n°7 algérien. Arsenal veut prendre de l’avance par rapport aux autres clubs qui veulent s’offrir les services de l’Algérien, comme Chelsea ou Manchester United.

SOFIANE M.

MOHAMED HAMOUNI DÉNONCE LE VERDICT DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE

“Je défie la FAF de m’attaquer en justice”

L’ ancien portier international et joueur de l’ASO, Mohamed Hamouni, n’a pas tardé à réagir au communiqué de la

FAF dans lequel elle innocente le président de

la Ligue de wilaya de Chlef, Djilali Touil, à la suite d’une commission d’enquête dépêchée d’Alger conduite par Guidouche Saïd, Nou- redine Boulefaât et Khelil Hammoum. “Je suis abasourdi et stupéfait par le verdict ren- du par le BF de la FAF, je m’attendais à une ra- diation à vie du président de la Ligue de wilaya de Chlef, et le voila réhabilité, c’est grave et très grave même, je suis convaincu maintenant qu’on ne veut pas des gens honnêtes dans notre pays et le football reste l’un des milieux les plus pourris de notre société. Je suis vraiment frustré, je sais que certaines ligues de wilaya, à

l’instar de celle deRelizane et de Tipasa, ont por- té secours à leur collègue, elles ont fait pression pour qu’aucune sanction ne soit prise à son en- contre. En tant qu’ex-international, j’ai le droit de dénoncer la mauvaise gestion de ma ligue, je suis protégé par la loi 06-01 du 20 fé- vrier 2006 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption dans ses articles 47 et no- tamment 33 qui stipule que la convention qui porte sur la protection et le soutien des personnes qui communiquent des informations. En tant que sportif et entraîneur, j’ai dénoncé la gestion catastrophique, je n’ai pas porté plainte, il faut que les gens fassent la part des choses, les pièces à conviction sont en ma possession avec la signature et les cachets des officiels, en l’oc- currence la Protection civile, ce n’est pas nor-

mal que les conclusions de l’enquête soient in- fondées, il y a anguille sous roche, le plus gra- ve, c’est que la FAF mentionne qu’ils peuvent me poursuivre en justice. S’ils sont des hommes, qu’ils le fassent, moi j’ai toutes les preuves de ce que j’ai avancé”, a confié à Liberté Hamouni qui ne compte pas s’arrêter là, il veut encore aller plus loin. “Ils croient que je vais m’arrê- ter là et baisser les bras, au contraire, je vais poursuivre inlassablement mon combat, je ne vais pas me taire, je vais voir le TAS pour connaître un peu le processus de la procédure pour aller à la Fifa déposer le dossier avec toutes les pièces. Il n’est pas question d’abandonner ma démarche”, conclut l’homme qui a dénoncé, il y a quelques semaines, la gestion de la Ligue de wilaya de Chlef. Notons que le bureau fé-

déral a donné gain de cause à Touil Djilali, président de ligue. “Le bureau fédéral a entendu le rapport établi par la commission d’enquête concernant la gestion des championnats par la Ligue de football de la wilaya de Chlef. Il res- sort du rapport d’enquête que toutes les parties requérantes ainsi que le président de la ligue ont été entendus et invités à fournir les preuves de leurs contestations. À l’issue de cette procédu- re, la commission a conclu qu’il s’agit de dé- clarations non fondées contre la ligue. Le bu- reau fédéral autorise la ligue à recourir à la jus- tice pour le cas de diffamation et ne tolèrera au- cune forme de délation à l’encontre des diri- geants élus sans preuves”, mentionne le com- muniqué de la FAF.

RACHID ABBAD

Mercredi 2 mars 2016 LIBERTE 20 Jeux Par : Document Rectal Col des Alpes Editoriaux
Mercredi
2 mars 2016
LIBERTE
20
Jeux
Par :
Document
Rectal
Col des Alpes
Editoriaux
Prédilection
s
s
s
s
Huileuses
Nacer Chakar
s
s
juridique
----------------
-----------------
Mesura
-----------------
-----------------
-----------------
s
Superlatif
s
-----------------
Métal
Chiffres
le bois
Fruit
Conseiller
Fatigués
Actif
précieux
romains
exotique
s
s
ss
s
Peser le
contenant
d’une
marchandise
Gêneraient
Général
-----------------
sudiste
Concept
s
Chose latine
Exploitations
Cardon
----------------
ferroviaires
Avec clarté
s
s
Eclosion
Maghrébine
Fin de verbe
----------------
Possessif
Importun
s
s
Bières
anglaises
Façon d’agir
-----------------
blâmable
Coiffure
s
papales
s
Organisation
Glossine
armée
-----------------
Explosif
-----------------
Raconteront
Reconnu non
Obtenue
coupable
s
s
Service
Rigolé
(abrégé)
-----------------
-----------------
Purifiaient
Fictives
s
s
Les gens
Pronom
-----------------
-----------------
Excaverai
Commune de
Palmipède
la Haute-
Garonne
s
Sent
Escalier
-----------------
exterieur
Qui se com-
porte en
ennemi
Divulguée
-----------------
Négation
s
s
s
Femelle du lièvre
Immatriculé
Province de
-----------------
-----------------
France en
Ruban pour
Affluent de
pays gaulois
maintenir tendus
l’Oubangui
les bas
s
s
En ville
Contraignit à
rester au lit
Causer
----------------
du tort
Resistera
s
s
Elément
Ascendant
chimique
-----------------
Morceau
-----------------
Employé d’un
Poisson proche
de la perche
service public
s
s
Liquide
nourricier
Fluctuation
-----------------
Carnassier
Monnaie
bulgare
s
s
Avantages
Nonchalent
-----------------
-----------------
Dénaturé
Caleçon
s
s
Adverbe
Petit chemin
-----------------
pédestre
Grugés
s
Enleveraient
Drogue
-----------------
-----------------
Première
page
Engin qui gravi-
te autour d’une
planète
Ramollisse
s
s
Vieux do
Condition
Tondu
Caméra
Particules
-----------------
-----------------
-----------------
numérique
Nombre
Monarque
Iridium
s
ss
s
s
Sociables
Avare
-----------------
Guider
-----------------
Bouleversés
Patates
Paralyser
douces
s
s
s
Idiot
Petit tour
-----------------
Filtre
-----------------
Monnaie du
naturel
Séculiers
Nigeria
s
s
s
Général
Prison
sudiste
-----------------
-----------------
Molybdène
Lettres de
lavabo
s
Communau-
taire
-----------------
Orient
Argent au
labo
s
Possessif
Hitlérienne
-----------------
Sexualité
-----------------
Jeu de
-----------------
Ongulé
construction
Différent
pour enfants
d’Afrique
s
s
Planche de
Non cuit
chêne
-----------------
-----------------
Ventile
La rumeur
s
s
s
Etat insulaire
Employée
Mois chaud
Province
Assommé
de
-----------------
d’Arabie
-----------------
l’Atlantique
pour dési-
gner la der-
nière fois
Lettre
-----------------
Chandelle
Nord
grecque
Amusé
s
s
s
s
Mesure le bois
Symbole de
-----------------
l’étain
Chiffres
----------------
romains
Branché
s
s
Donne les
Bout
Petit canal
Despotiques
couleurs de
d’opium
côtier
l’arc-en-ciel
Prince
troyen
SOLUTION
DE LA GRILLE N°248
C - A - P - T - S - D - C - B. Compromettre - Oil. Matelot - Rotonde. Spi - Vineraient - S. Assiégées - Nuits. Esope - Oses - I - Nue. Sn - Nul - L - Orages. Bison - Iules -
Mer. O - Vénérer - Renié. Antan - Na - Géantes. Attentionné - Sc. Rani - Tee - Tigre - A. Idoles - Ree - Sar. Arène - Fermenter. Amnésies - Ecarté. Li - E - An - Té -
Rais. Nordique - Doigt. Est - Etuvées - Noêl. Ain - Iasi - Sen - A. Originel - Dais - Ob. ATU - At - Rets - Abo. If - Augurer - Aimer. Ion - Eden - Altéra. Osséine - EOR -
A - Et. Te - St - Ag - Boléro. Forts - Blair - In - I. Laîus - Ut - Etêter. Reines - Ness - Névé.
GRILLE GEANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 249
s
s
s
s
ss
s
s
ss
s
ss
ss
ss
ss
s
s
s
s
s
s
s
s
s
ss
s