Triptyque

2012 – 2015

PARTITION
Yann Ics
http://experimental.mus-ics.net

Présentation : Composition pour dispositif électronique en quadriphonie. La partition consiste en une série de fichiers de code SuperCollider * selon
la configuration suivante :
triptyque /
| - - main . scd
|-- a/
| - - | - - play . scd
| - - | - - aux /
| - - | - - | - - in itiali sation . scd
| - - | - - | - - synth . scd
| - - | - - samples /
| - - | - - | - - M - SC1 . wav
...
|-- b/
| - - | - - play . scd
| - - | - - aux /
| - - | - - | - - synths . scd
| - - | - - | - - ti me_str ucture . scd
| - - | - - | - - trajectory . scd
|-- c/
| - - | - - play . scd
| - - | - - aux /
| - - | - - | - - in itiali sation . scd
| - - | - - samples /
| - - | - - | - - L1a . wav
| - - | - - | - - L1b . wav
...
| - - | - - soundscape /
| - - | - - | - - lupi1 . wav
| - - | - - | - - lupi2 . wav
...

*. http://supercollider.github.io

1

À propos :
a/
Lorsque l’on écoute une œuvre musicale, il y a toujours des moments
saillants qui suscitent une attention ou une émotion particulière (François Nicolas, Une écoute à l’œuvre : d’un moment favori dans la Chute
d’Icare, Szendy, 1999, pp. 27-45). Ces moments ne sont pas les mêmes
pour tout le monde, même si il y a consensus, soit délibéré par le compositeur, soit reconnu par des facultés cognitives communes des auditeurs.
Le concept de la partie a repose sur un choix stochastique de moments potentiels d’une œuvre donnée mis en exergue par l’effet doppler,
focalisant le moment au passage au plus près de l’auditeur.
« La vitesse tend à réduire l’espace en une ligne droite et à nous extraire de la gravité terrestre, et finalement revêt le caractère insaisissable
de la divinité. » (Marinetti, 1916)
Le décontextualisation de ces moments ainsi traités vont s’inscrire
dans le temps selon une distribution stochastique de type égale pour
le détermination du point émergent dans l’espace quadriphonique et les
durées de silence entre deux événements – comprises entre une valeur
minimal et une valeur maximal ; de type décroissante linéaire concernant
le zenith ; et de type gaussienne concernant la distance de passage au plus
près. Ceci constituera le premier mouvement de ce triptyque.
b/
La répétition, la variation et l’accumulation d’une pulsation initial va
engendrer un processus de transformation du matériel ponctué par des
objets percussifs distribués aléatoirement dans l’espace quadriphonique.
Ce processus de distribution est défini selon une même trajectoire
d’un mouvement brownien dans l’espace quadriphonique et selon la forme
musicale du canon résumé par la note de programme suivante :
« Canon spatial dit de proportion à cent voix. »
Progressivement, la perception que l’on aura de l’objet musical va
se « dés-abstraire » de façon anamnésique chez l’auditeur évoquant des
situations sonores familères. De plus, la précipitation événementielle induit une contraction temporelle significative. L’objet sonore prend de la
vitesse ; réminescence du premier tableau. Le silence qui suit acquiert de
la sorte une résonance particulière dans la durée.
2

c/
D’un enregistrement d’une performance musicale à la synthèse pure,
le concept musical peut aussi s’inscrire dans un environnement naturel
immersif. Ainsi, selon un paysage sonore donné, une synthétisation –
jonglant sur les concepts évoqués dans le deuxième tableau – va se créer
et s’ajouter pour constituer le troisième tableau de ce triptyque.
« Cantus lupus versus synthétisation. »

Références
Curtis Roads, L’audionumérique – Musique et informatique, Dunod,
2007. Traduction et adaptation de Jean de Reydellet.
Brian Ferneyhough, textes réunis par Peter Szendy, Ircam–L’Harmattan,
1999.
Filippo Tommaso Marinetti, La nouvelle religion – morale de la vitesse.
(nouveau Manifeste publié dans le premier numéro du journal l’Italie
futuriste , le 11 mars 1916). Traduction d’Olivier Lahbib.

3