Vous êtes sur la page 1sur 1
Transcription : Marche pour la paix en Tunisie Voix off Noire de monde : l’avenue

Transcription :

Marche pour la paix en Tunisie

Voix off Noire de monde : l’avenue du 20 mars qui commémore l’indépendance de la Tunisie. Comme les Français après les attentats de Paris, les Tunisiens ont défilé par dizaines de milliers pour dire non au terrorisme et rendre hommage aux victimes de l’attentat du musée du Bardo. Simples citoyens, représentants de partis politiques, d’associations ou de syndicats, tous étaient là pour la même raison. Femme interviewée Je suis là bien sûr pour manifester contre le terrorisme parce que vraimentle terrorisme bien sûr, c’est connu, il n’a pas de patrie ; il ne peut pas être… ce n’est pas la Tunisie. Homme interviewé Nous devons sauvegarder la Tunisie parce qu’elle est notre héritage, notre mère, celle qui nous prend dans ses bras. C’est l’unité nationale et le seul pays de tous les Tunisiens, peu importe les différences de nos idées, de nos idéologies politiques et intellectuelles. Voix off Les responsables étrangers qui avaient fait le déplacement pour manifester leur solidarité ont rejoint les manifestants à la mi-journée. À la tête du cortège placé sous haute sécurité : les présidents français et tunisien, main dans la main. Entourés d’autres chefs d’État et de gouvernement tels que le président de l’Autorité palestinienne et le Premier ministre italien, ils ont marché quelques centaines de mètres le long de l’enceinte du musée du Bardo où ils ont rendu un dernier hommage aux 22 victimes dont les noms ont été inscrits dans le marbre.

François Hollande, président de la République française

Les Tunisiens voulaient aussi qu’il y ait cette solidarité internationale pour lutter, à leurs côtés, contre le terrorisme. La France a eu aussi quatre de ses ressortissants qui ont été victimes de cet attentat odieux, ici-même là où je m’exprime. Et il était très important que nous puissions aussi leur faire hommage*. Voix off Peu avant le début de cette grande marche populaire contre le terrorisme, le ministre tunisien de l’Intérieur a annoncé que neuf djihadistes avaient été abattus par les forces de l’ordre, dans le centre du pays. Parmi eux, Lokman Abou Sakhr, le chef du principal groupe armé tunisien, accusés par les autorités d’être les responsables de l’attentat du 18 mars.

* Dans ce contexte, lexpression « rendre hommage à quelquun » serait plus correcte.