Vous êtes sur la page 1sur 2

Bonjour ma natalie, je vous envoie mes salutations les plus distingués, ainsi que à 

ton joli petit sexe, avant d'aller plus loin dans mon approche de ce bijou, je décidais 
qu'il fallait que j'arrive au même résultat avec ton trou d’anus, au début tu a été très 
réticente à me laisser t’approcher. Chaque fois que je tentais de te faire allonger sur 
le ventre, tu résistait avec douceur, est ce que tu as peur de moi ou quoi pourquoi ce 
changement soudainement, tu résiste avec fermeté, et je ne progressais guère dans 
cette voie..

Etant parvenu une fois, avec succès, à lécher ton sexe et à te donner du plaisir de 
cette façon, cette voie­là m'était ouverte définitivement.

Le soir, où je m'appliquais à enfoncer ma langue, le plus profondément qu'il me soit 
possible de le faire, dans ton vagin, je m'étais emparé, pour parvenir à cette fin, des 
deux mamelons charnus de tes fesses, que je pétrissais à pleines mains en les 
soulevant un peu pour commodément disposer l'ouverture sous ma bouche.

Natalie tu as semblait apprécier sans retenue cette pénétration limitée. dans le feu de 
l'action, alors j’ai aussitôt soulever tes jambes pour amener ton anus à portée directe 
de ma langue, avant de te pénétrer profondément, Oui natalie je prenais du plaisir à 
ces pénétrations, j’exigeais toujours plus

Ton anus a apporté du plaisir c’est une bonne chose, cela prouve que tu bénéficies 
d'une sensibilité sexuelle complète et bien équilibrée. Une femme qui peut jouir avec 
son clitoris, avec son vagin et avec son cul est bénie du Dieu et fera mon bonheur
∙Au cours de nos débats amoureux je n'ai vu qu'un joli petit trou ainsi que ta 
délicieuse chatte, prenant ta main droite dans la mienne, je la portais à mon sexe, 
pour que tu constate la belle érection qui était en cours, ce premier contact avec mon 
sexe prouvant que vous êtes une femme de décision, tu a allongé soudainement sur 
ton ventre, m'offrant ton postérieur, légèrement en saillie, les cuisses un peu 
écartées. Avec un rire, et tu cris encore :

Tu m’a déclaré que « Je ne te dirais pas de ne pas me faire mal, mais de pénétrer 
profondément », Sans plus attendre, je me couchais sur toi et tu a guidé mon sexe 
bandé vers son objectif. J'aurais bien voulu prendre le temps de bien regarder et 
caresser ton dos gracile, qui s'achevait par le renflement parfaitement arrondi de ton 
postérieur. C'est quand je peux disposer ainsi du dos d'une jeune fille aussi jolie que 
vous,

La pénétration fut quand même très agréable et j'aurais mauvaise grâce à me 
plaindre, avant de mettre un doigt profondément enfoncé, dans le trou l’ansus de ma 
belle, savez que ton petit orifice pouvez faire mon bonheur

j’ai envie de vivre avec vous à l’éternité, et de me retrouver avec vous, dans mon lit, 
étroitement enlacés et nus, ton petit corps blotti dans les creux du mien, m'était 
devenu presque indispensable, du moins, très agréable