Vous êtes sur la page 1sur 26

QUATRE JOURS APRÈS L’ATTAQUE TERRORISTE CONTRE LE SITE GAZIER DE KRECHBA

Les explications de Sonatrach P.7

APS
APS

IL EFFECTUE SES PREMIERS PAS EN ÉQUIPE NATIONALE

Benzia : “Je ressens beaucoup de fierté”

P.17

IL A PRÉSENTÉ HIER LE RAPPORT 2014 ET LES DERNIÈRES TENDANCES DE L’ANNÉE 2015

Laksaci malmené à l’APN P.7

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

IL LA QUALIFIE D’“INSTRUMENT DE LA PROPAGANDE ET DE LA DÉSINFORMATION”

Le parti de Benflis tire sur l’ENTV P.6

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7188 MERCREDI 23 MARS 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

D. R. AU MOINS 34 MORTS ET PLUS DE 200 BLESSÉS DANS DES ATTENTATS À
D. R.
AU MOINS 34 MORTS
ET PLUS DE 200 BLESSÉS
DANS DES ATTENTATS
À BRUXELLES
Daech
frappe
au cœur
de l’Europe
P.2/3

Publicité

ET PLUS DE 200 BLESSÉS DANS DES ATTENTATS À BRUXELLES Daech frappe au cœur de l’Europe

AF

ET PLUS DE 200 BLESSÉS DANS DES ATTENTATS À BRUXELLES Daech frappe au cœur de l’Europe

2

L’actualité en question

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

DAECH FRAPPE AU CŒUR DE L’EUROPE

APRÈS LES ATTENTATS MEURTRIERS DE BRUXELLES

Les pays de l’UE en état d’alerte

Les attentats meurtriers de ce mardi à Bruxelles ont mis l’Europe en état d’alerte. Plusieurs pays voisins de la Belgique, comme l’Allemagne, les Pays-Bas et la France, ont renforcé leurs mesures de sécurité, notamment aux frontières. Même les pays non limitrophes, à l’exemple du Portugal et de l’Espagne, rapporte l’AFP, ont relevé le niveau de vigilance.

L premières

es

consé-

quences fâcheuses ont été l’annulation de plus de 1 000 vols, selon les calculs de l'AFP, après la fermeture de l'aéroport

de Bruxelles. L’agence de presse française a fait savoir que “les avions déjà en route pour Bruxelles au mo- ment des explosions ont été redirigés vers d’autres aéroports”. Côté rail, se- lon toujours l’AFP, “le trafic des Thalys (liaisons Paris-Bruxelles-Am- sterdam-Cologne) est à l'arrêt sur l'en- semble du territoire belge et ceux en circulation dans les pays limitrophes rebroussent chemin”. Aussi, “les Eu-

rostar qui relient Bruxelles à Londres sont également suspendus dans les deux sens et ceux qui étaient déjà en circulation ont été arrêtés à Lille”. Des mesures sécuritaires ont été immé- diatement prises, d’abord au niveau des pays voisins de la Belgique. Le ministre de l’Intérieur français, Bernard Cazeneuve, avait annoncé quelques instants après les attentats que “1 600 policiers et gendarmes sup- plémentaires vont être déployés en dif- férents points du territoire, pour contrôler les frontières mais aussi dans les infrastructures de trans- port”. Au Royaume-Uni, “la pré- sence policière a été renforcée dans les

endroits névralgiques, dont les trans- ports”, a annoncé le chef de la section antiterroriste de la police anglaise, Mark Rowley. Les Pays-Bas ont éga- lement mis en place des “mesures de sécurité supplémentaires” surtout “dans les aéroports et les contrôles à la frontière avec la Belgique”. Les services néerlandais de lutte contre le terrorisme ont parlé de “pa- trouilles supplémentaires par la gen- darmerie à Schiphol (aéroport), Rot- terdam et Eindhoven, ainsi que des contrôles renforcés à la frontière sud”. En Allemagne, “les contrôles à la fron- tière avec la Belgique ont été inten- sifiés (…) et des mesures de sécurité

ont été renforcées dans les aéroports et les gares”, a indiqué à l'AFP un por- te-parole de la police fédérale alle- mande. Par ailleurs, le niveau de vi- gilance a été également relevé dans les pays non limitrophes à la Bel- gique, à l’exemple du Portugal. L’agence de presse française a cité aussi “Copenhague et Prague (qui) ont relevé la sécurité dans les aéro- ports, gares ou stations de métro”. Même situation à Genève, où “la po- lice a décidé de renforcer le dispositif de sécurité sur le site de l'aéroport et augmenter la visibilité des forces de sé- curité autour de plusieurs lieux sen- sibles, en particulier les gares, les bâ-

timents internationaux et les lieux de rassemblement”. À Barcelone, affir- me la même source, “la police régio- nale catalane a déployé des patrouilles d'agents de la police anti-émeute et d'unités canines et des blindés ont été envoyés à Roissy et Orly”. Enfin, l’AFP a signalé que “plusieurs chefs de gouvernement ont aussi convoqué des réunions d'urgence à la suite des attentats à Bruxelles, à l'instar de la Première ministre polo- naise, Beata Szydlo, ou du Premier ministre britannique, David Came- ron, d'où pourraient émerger des mesures supplémentaires”.

MEHDI MEHENNI

RENFORCEMENT DU DISPOSITIF DE SÉCURITÉ DANS TOUT LE PAYS

La France redouble de vigilance

L a France a réagi, hier, aux attentats ter- roristes de Bruxelles avec une grande cé- lérité en renforçant son dispositif de sé-

curité. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Ca- zeneuve, a annoncé, en fin de matinée, des me- sures de protection

des populations et des édifices publics. Le

gouvernement a, en effet, décidé de déployer 1 600 policiers et gen- darmes supplémentaires aux frontières et dans les infrastructures de transport comme les gares et les aéroports, dont 400 en Île-de- France. Ce chiffre porte à 6 600 le nombre d’agents mobilisés depuis les attaques de Pa- ris du 13 novembre 2015. Les frontières avec la Belgique font l’objet d’une surveillance ac-

De Paris : SAMIA LOKMANE-KHELIL

crue. Plus globalement, M. Cazeneuve a indi- qué que 220 points d’entrée sur le territoire français sont contrôlés, dont 42 de manière permanente et systématique. La vigilance est particulièrement de mise dans les 36 aéroports du pays, avec une mention spéciale pour les sites d’Orly et de Roissy. Tous les vols en di- rection de Bruxelles ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre. Les liaisons ferroviaires à bord du Thalys et de l’Eurostar sont également ar- rêtées. Des trains, qui devaient rallier la Bel- gique, ont dû rebrousser chemin. Dans les gares françaises, les patrouilles ont été renfor- cées, notamment à la gare du Nord, point de départ vers Bruxelles. L’accès aux zones de transport est lui aussi soumis à des restrictions. N’y sont autorisés que les usagers munis

d’un titre de transport et/ou d’une carte d’identité. Le ministre de l’Intérieur a égale- ment annoncé la systématisation des palpa- tions corporelles. Faisant le bilan des actions de contrôle depuis la mise en place du plan Sentinelle en novembre dernier, Bernard Ca- zeneuve a révélé que 10 000 individus ont été interdits d’entrée sur le territoire français sur six millions qui ont été soumis aux véri- fications d’usage. Qualifiant la menace terro-

riste de très élevée, il a évoqué, il y a quelques semaines, six attentats déjoués depuis janvier

2015.

Pour le moment, aucun lien n’est établi entre les attaques de Bruxelles et l’arrestation, ven- dredi dernier, dans la localité de Molen- beeck, de Salah Abdeslam, un des terroristes

du 13 novembre à Paris. Il est néanmoins pos- sible que le groupe auquel il appartient ait agi par désir de vengeance. Cette probabilité est prise très au sérieux par la France, qui craint des actions de représailles sur son propre ter- ritoire. Dans un discours prononcé à l’issue de la tenue d’un Conseil des ministres restreint, le président François Hollande a fait montre de sa solidarité et de sa compassion à l’égard des Belges, en affirmant que “c’est toute l’Eu- rope qui est frappée”. De son côté, le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé à la mobili- sation de tous les pays européens. “Nous su- bissons depuis plusieurs mois en Europe des actes de guerre. Il faut une mobilisation de tous les instants”, a-t-il dit.

S. L.-K.

LA MESURE SERA LEVÉE “UNE FOIS LA SITUATION NORMALISÉE”

Air Algérie suspend la vente des billets à desti- nation de Bruxelles

n Le P-DG de la compagnie Air Algérie, Mohamed Abdou Bouderbala, a annoncé, hier à Oran, la suspension provisoire de la commercialisation des billets d’avion à destination de la Belgique à la suite des attentats ayant ciblé, dans la matinée d’hier, l’aéroport international de Bruxelles- Zaventem. “Nous n’avons pas de vols réguliers ces mardi et mercredi à destination de Bruxelles, mais nous avons décidé de suspendre la vente des billets à destination de la Belgique jusqu’à nouvel ordre”, a-t-il indiqué au cours d’un point de presse, tenu en marge d'une visite de travail à Oran. M. Bouderbala a ajouté que cette mesure “sera levée une fois la situation normalisée et que les autorités belges décideront de la reprise du trafic aérien au niveau de cet aéroport”.

Réactions…

L’Algérie condamne avec “vigueur”

n L’Algérie a condamné avec “vigueur” les attentats

meurtriers de Bruxelles, via un communiqué rendu public par le ministère des Affaires étrangères, repris par l’APS. “Les attentats qui ont frappé, ce matin, la capitale belge Bruxelles sont des actes terroristes lâches et abjects que l'Algérie condamne avec vigueur”, a indiqué le communiqué, ajoutant que “cette agression montre encore une fois le visage hideux du terrorisme dont l'aveuglement et la haine n'ont d'égal que le peu de cas que font les terroristes de la vie humaine et des valeurs communes de l'humanité”. Tout en réaffirmant sa solidarité avec le royaume de Belgique et son “rejet du terrorisme”, l’Algérie a rappelé “sa disponibilité à poursuivre sa coopération avec l'ensemble des acteurs internationaux pour le réduire à néant”,

ajoute la même source. “Pour ce faire, la lutte globale contre le terrorisme doit prendre en compte le nécessaire traitement des racines desquelles ce mal tire sa nocivité et sa capacité de nuisance”, a conclu le communiqué.

L. M./APS

JEAN-CLAUDE JUNCKER, PRÉSIDENT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE

L’Europe est visée “dans son entièreté”

n Le président de la Commission européenne, Jean-

Claude Juncker, a apporté, hier, son “soutien” et sa “solidarité” aux autorités belges à la suite des attaques sanglantes qui ont frappé Bruxelles dans la matinée d’hier, affirmant que c’est l’Europe entière qui est visée par ces attentats. “Je souhaite apporter mon soutien et ma solidarité aux autorités belges”, a-t-il écrit dans un message publié suite

aux attentats. “Ces attaques touchent aujourd'hui Bruxelles. L'Europe dans son entièreté est visée”, a-t- il estimé, soulignant que l'Union européenne et les institutions “resteront unies face à la terreur”. “Ces événements nous touchent mais ne nous effraient pas”, a-t-il encore ajouté, relevant la nécessité de continuer le “travail pour faire face ensemble à la menace terroriste et pour apporter des solutions européennes aux questions qui nous concernent tous”. Le chef de l’exécutif de l’UE a tenu, par ailleurs, à rassurer le personnel de la Commission européenne et des autres institutions, assurant que leur sécurité reste “une priorité” et que “toutes les mesures possibles seront prises de concert avec les autorités belges”.

ALORS QU’IL SE TROUVAIT À LA HAVANE

Obama appelle le monde à “s’unir”

n Barack Obama a condamné, hier, depuis La Havane, les attentats qui ont frappé Bruxelles, appelant le monde à “s'unir” face à ceux qui “menacent la sécurité” des peuples. “Nous ferons tout ce que nous pourrons pour soutenir nos amis et alliés”, a déclaré le président des États-Unis au début de son discours au peuple cubain, dans un grand théâtre de la capitale cubaine. “C'est un nouveau rappel de la nécessité pour le monde de s'unir”, a-t-il ajouté. “Nous devons être ensemble — au-delà des nationalités, des races ou des religions — pour combattre le fléau du terrorisme”. Peu avant, M. Obama avait appelé le Premier ministre belge Charles Michel pour lui faire part de son soutien. Lors cet échange téléphonique, il avait en particulier offert l'aide des États-Unis pour “mener à bien les investigations sur ces attaques et s'assurer que les coupables soient traduits en justice”, selon un compte-rendu de la

Maison-Blanche.

IL A TENU UNE RÉUNION D’URGENCE DE SON GOUVERNEMENT

Cameron : “Nous ne les laisserons jamais gagner”

n “Nous ne laisserons jamais ces terroristes

gagner”, a déclaré, hier, le Premier ministre britannique, David Cameron, à l'issue d'une réunion d'urgence de son gouvernement consacrée aux attentats de Bruxelles. “Nous faisons face à une menace terroriste très concrète à travers les différents pays européens et nous devons l'affronter par tous les moyens”, a ajouté M. Cameron, alors qu'un Britannique a été blessé dans les attaques qui ont fait au moins 35 morts à Bruxelles. Il a déclaré avoir parlé au Premier ministre belge, Charles Michel, auquel il a offert ses condoléances et son aide. “Aujourd'hui est un jour de sympathie, de condoléances et aussi de renforcement de notre propre sécurité”, a-t-il dit à l'issue de cette réunion, assurant faire “tout ce que nous pouvons pour assurer notre sécurité”.

LE HAUT COMITÉ DES NÉGOCIATIONS SYRIEN

“Le monde doit être uni contre le terrorisme”

n Le Haut comité des négociations (HCN) syrien,

qui rassemble les groupes-clés de l'opposition au régime de Damas, a condamné “le plus fermement” ces attentats. “Le monde doit être uni pour vaincre le terrorisme”. En Iran, Hossein Jaber Ansari, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a appelé à une “réaction globale contre ce phénomène néfaste (du terrorisme) et les centres politiques et financiers qui le soutiennent”.

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’actualité en question

3

DAECH FRAPPE AU CŒUR DE L’EUROPE

QUELQUES JOURS APRÈS L’ARRESTATION DE SALAH ABDESLAM

Double attentat à Bruxelles

Le niveau d’alerte est passé de 3 à 4, son niveau maximal, après ces attentats qui interviennent quelques jours seulement après l’arrestation de Salah Abdeslam, un des auteurs des attaques de Paris de novembre dernier.

U n double attentat terroriste, revendi- qué par l’organisa- tion autoproclamée État islamique, a fait hier matin au moins

34 morts et plus de 200 blessés, dans la capitale belge Bruxelles, se- lon un bilan provisoire. La premiè- re attaque a visé, aux environs de 8h, l’aéroport international de Bruxelles- Zaventem, causant la mort de 14 per- sonnes et blessant 96 autres, ont af- firmé les pompiers. Deux kamikazes se seraient fait exploser, selon les au- torités belges qui ont fait état de la fuite de leur complice. Une capture d’écran de la vidéosurveillance, mon- trant trois suspects, a été diffusée à la mi-journée par les médias. Des té- moins ont affirmé avoir entendu deux explosions au niveau du hall de l’aéroport, précédées par des coups de feu. Le parquet de Bruxelles a ex- pliqué qu’une arme d’assaut de type Kalachnikov a été découverte à côté de l’un des kamikazes, précisant qu’une bombe a explosé devant le stand d’enregistrement de la com-

D. R.
D. R.

L’aéroport de Bruxelles a été la cible hier d’un attentat terroriste.

pagnie American Airlines. Une deuxième bombe a explosé entre un Starbucks et l’accueil de la com- pagnie aérienne Brussels Airlines. Une troisième bombe, qui n’a pas explosé, a été découverte à l’intérieur de l’aéroport. Le parquet n’a pas précisé s’il s’agissait d’une bombe ou d’une ceinture d’explosifs. La troi- sième bombe a explosé, une heure plus tard, au niveau de la station de

métro de Maelbeek, au cœur du quartier européen de la capitale. Bi- lan de cette deuxième attaque : au moins 20 morts et au moins 130 bles- sés. En début de soirée, la police bel- ge a affirmé avoir trouvé d’autres ex- plosifs à l’intérieur de l’aéroport qui est resté fermé durant toute la jour- née d’hier. Quant au métro et au tram, la situation se normalise pro- gressivement dans Bruxelles et les ré-

gions environnantes, a indiqué le média public, la RTBF. Quelques mi- nutes après ce double attentat, la po- lice et l’armée ont été dépêchées pour sécuriser les centrales nu- cléaires qui constituent une cible po-

tentielle des terroristes, selon des rap- ports des services de renseignement belges. Soupçonné d’être derrière cette meurtrière attaque, l’État isla- mique a revendiqué sa responsabi- lité à travers un communiqué rédi- gé en français. “Par la grâce d'Allah et Son bienfait, une cellule secrète des

s'est élancée en

direction de la Belgique croisée qui n'a cessé de combattre l'Islam et les mu- sulmans”, a affirmé Daech dans son communiqué, évoquant “un nombre de soldats du califat — portant des ceintures explosives, des bombes et des fusils-mitrailleurs, et ciblant des lieux choisis avec précision dans la capita- le belge Bruxelles — (qui) se sont élan- cés à l'intérieur de l'aéroport Zaven- tem de Bruxelles et d'une station (de) métro pour tuer un grand nombre de croisés”. Les autorités belges ont renforcé le dispositif de sé-

soldats du califat (

)

curité à travers tout le pays. “Diverses perquisitions sont en cours à plusieurs endroits du pays, plusieurs témoins sont également entendus”, a précisé le procureur Frédéric Van Leeuw lors d'une conférence de presse, à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité. Les médias ont été appelés

à ne pas fournir de détails sur les

lieux concernés par les perquisi- tions. Les attentats de Bruxelles in- terviennent quatre jours seulement après l’arrestation de Salah Abdes- lam, seul survivant des attaques meurtrières de Paris du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts et 300 blessés. Le Premier ministre Charles Mi- chel avait affirmé, après l’arrestation de Salah Abdeslam, que des attaques de grande envergure étaient “immi- nentes”, mais personne ne sait quand et où elles pourraient être menées. Hier soir, il n’a pas écarté la possi- bilité d’autres attaques, appelant tous les pays d’Europe à lutter en- semble contre le terrorisme qui, se- lon lui, n’a pas de frontières.

LYÈS MENACER

LES TERRORISTES ONT AGI AVEC UNE FACILITÉ DÉCONCERTANTE

Y a-t-il eu faillite du système sécuritaire belge ?

L es sanglants attentats qui ont se- coué hier la capitale belge, Bruxelles, alors que le pays était

en état d’alerte depuis plusieurs mois, posent de nouveau la lancinante question de l’efficience des mesures de sécurité prises pour parer aux at- taques terroristes. Les autorités belges

et même européennes savaient pour- tant que la menace djihadiste était réelle, notamment ces derniers mois, vu que les auteurs des terribles at- tentats de novembre 2015 à Paris avaient pour base arrière Molen- beek, un quartier de Bruxelles connu pour abriter des cellules islamistes radicales. À l’évidence, les attentats d’hier, in- tervenus à un moment où toute l’Eu- rope était censée être totalement mobilisée pour éviter la répétition d’attaques semblables à celles qui ont frappé la capitale française, ont mis à nu des failles criantes dans le système sécuritaire belge, que ce soit au niveau du renseignement ou sur le plan de l’opérationnel. Et les cir- constances paraissent aggravantes pour la couverture sécuritaire, surtout lorsqu’on voit les sites ciblés par le groupe terroriste. Comment des élé- ments intensivement recherchés de- puis des mois peuvent-ils frapper avec une telle facilité et au moment où tous

les services de sécurité sont mis en état d’alerte maximale ? Comment un homme lourdement armé, flanqué d’une ceinture explosive, a-t-il pu s’in- troduire dans une enceinte aussi stratégique qu’un aéroport sans être débusqué ou inquiété ? Y a-t-il eu des complicités de la part de quelque em- ployé de l’aéroport ? Citant les autorités belges, l’agence de presse Belga a rapporté hier que des images sur lesquelles figurent des auteurs présumés des attentats ont été captées par la vidéosurveillance. Mais tout cela après coup. Ce qui renfor- ce la thèse de l’existence de failles au niveau du système de contrôle des passagers fréquentant l’aéroport. Les images en question montrent, en ef- fet, trois hommes poussant des cha- riots à bagages. Mais, évidemment, tout cela n’a pas été d’une grande utilité puisque l’at- tentat a été perpétré à l’intérieur du bâtiment. Les mêmes questions se po- sent à propos de l’autre cible des at- tentats, en l’occurrence le métro de Bruxelles, un endroit très fréquenté par le public. Au-delà des défaillances enregistrées sur le plan opérationnel, c’est-à-dire au niveau des systèmes de contrôle et de la présence policière sur le terrain, ces attentats mettent à nu des lacunes

ATTENTATS DE BRUXELLES

Cellules de suivi à l’ambassade et au ministère des Affaires étrangères

n Deux cellules de suivi ont été installées, l’une à l’ambassade d’Algérie à Bruxelles (Belgique), et

respectivement au niveau de notre ambassade à Bruxelles et au ministère des Affaires étrangères.”

l’autre au ministère des Affaires étrangères, après les attentats

Numéros de téléphone à contacter:

perpétrés hier, mardi, à Bruxelles,

n

Cellule ministère : 021 50 45 00

indique un communiqué du MAE.

n

Ambassade à Bruxelles : 00 32 23

“Suite aux attentats terroristes

43

50 78

perpétrés ce jour à Bruxelles, deux

n

Consulat général à Bruxelles :

cellules de suivi ont été installées

00

32 25 37 81 33

APS

touchant le système de renseigne- ment. Comment, en effet, les auteurs de ces attaques ont-ils pu prendre le temps de préparer minutieusement les attentats, de se procurer des ex- plosifs et des armes et de passer à l’ac- tion dans deux endroits différents sans que le système de renseignement se rende compte de la moindre sus- picion ? Pourtant, des perquisitions

ont été opérées, en février passé et ces derniers jours à Bruxelles, et ont ci- blé les milieux appartenant aux ré- seaux islamistes. Plusieurs personnes, dont l’homme le plus recherché d’Eu- rope jusque-là, Salah Abdeslam, en l’occurrence, connu pour son impli- cation directe dans les attentats de Pa- ris, avaient été arrêtées, vendredi dernier, après quatre mois de cavale

en territoire belge. Bien évidem-

ment, cela n’a pas empêché d’autres membres du même réseau de passer

à l’action et de commettre l’innom-

mable, hier, au cœur de la capitale eu- ropéenne. C’est dire que des failles subsistent encore dans le dispositif sé- curitaire mis en place après les san- glants attentats de Paris.

HAMID SAÏDANI

LÉDITO

PAR OMAR OUALI

Drame sans frontières

A priori, cet attentat de Bruxelles

marque l’échec patent du modus operandi des services de sécurité européens face au phénomène Daech, qui donne cette terrifian- te impression de frap- per où il veut et quand il veut. En effet, les dispositifs de lutte et de prévention mis en place au niveau de chaque pays, en dépit de l’importance des moyens humains et logistiques déployés s’avèrent inopérants, en tout cas pas assez

bien pensés pour dis-

suader les velléités

destructrices des ter-

roristes qui ont le culte de la mort. “

L a Belgique, capitale de l’Union européenne et aussi symbole de sa puis- sance politique, économique et militaire, a été frappée, hier, au cœur, par

un double attentat terroriste qui vient allonger ainsi la liste des victimes

du drame sans frontières signé et revendiqué par l’État islamique. Si le mo-

ment est à la douleur, l’émotion et la compassion, il devrait l’être assez ra- pidement pour un sursaut salvateur de l’intelligence. Car il s’agit de comprendre ce qui s’est passé et ce qui se passe depuis l’apparition fulgurante de cet ovni qu’est Daech.

A

priori, cet attentat de Bruxelles marque l’échec patent du modus operan-

di

des services de sécurité européens face au phénomène Daech, qui donne

cette terrifiante impression de frapper où il veut et quand il veut. En effet, les dispositifs de lutte et de prévention mis en place au niveau de chaque pays, en dépit de l’importance des moyens humains et logistiques déployés, s’avè- rent inopérants, en tout cas pas assez bien pensés pour dissuader les velléi- tés destructrices des terroristes qui ont le culte de la mort. C’est dire combien est nécessaire et urgente aujourd’hui une halte pour prendre toute la mesure de l’échec des systèmes de défense “domestiques” mis en pla-

ce jusque-là. C’est, comme l’a si bien souligné le Premier ministre Matteo Ren-

zi, une stratégie de lutte transfrontalière, mondiale qui s’impose à l’image de ce qu’est le phénomène islamo-terroriste qui frappe en Europe, en Asie, en Afrique, en Amérique. Cette stratégie suppose au préalable une identifi- cation, une approche transversale pour démonter la mécanique de l’islamo- terrorisme qui puise ses ressorts dans la marginalisation sociale, dans l’ex- clusion politique, dans le rêve messianique d’un retour au califat, comme si l’histoire pouvait faire marche arrière… Mais encore faut-il que les grands de ce monde soient convaincus qu’il y a plus à gagner en faisant un front uni contre le terrorisme islamiste qu’à en tirer les ficelles pour des intérêts éco- nomiques et géostratégiques. That is the question. n

4

L’actualité en question

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

NOUVEL ATTENTAT DANS LA CAPITALE MALIENNE

Attaque contre un hôtel abritant des instructeurs de l’UE

Les terroristes, au nombre de quatre, ont utilisé des armes légères et les militaires de l’EUTM ainsi que la garde autour de l’hôtel ont repoussé l’attaque.

L a capitale malienne, Ba- mako, a encore une fois été ciblée, lundi soir, par une attaque terroriste. Et encore une fois, la cible a été un hôtel, un lieu

hautement symbolique, puisque y est abritée la mission de l’Union euro- péenne (EUTM Mali) chargée de la formation de l’armée malienne. L'hôtel est situé dans le quartier ACI 2000 non loin du Radisson Blu qui a été ciblé par Aqmi le 20 no- vembre 2015 et qui a fait 20 morts. Un quartier résidentiel censé être sé- curisé, surtout après la sanglante at- taque du Radisson Blu. Les terroristes, au nombre de quatre,

ont utilisé des armes légères, et les militaires de l’EUTM, ainsi que la garde autour de l’hôtel ont repous- sé l’attaque. L’un des éléments du groupe a été abattu, alors que les trois autres, dont un blessé, ont réussi à prendre la fuite. Par ailleurs, l’AFP a rapporté que deux suspects ont été interpellés et qu’ils étaient interrogés. L’attaque n’a, jusqu’à hier soir, pas été revendiquée même si l’on peut, d’ores et déjà, supposer qu’elle est l’œuvre de l’un des trois groupes ac- tivant dans le pays, Aqmi, Front de libération du Macina ou Ansar Dine, qui ont revendiqué tous les attentats de 2015 commis au Mali.

Trois groupes qui ont signé un ac- cord tacite de coordination des actes ciblant particulièrement les intérêts français dans la région. Et à torpiller l’accord de paix signé en mai-juin 2015 entre le gouvernement et les groupes de la rébellion du Nord. Des attentats qui ont fait parfois l’objet de double revendication. Par ailleurs, cette attaque intervient à la veille du forum de Kidal qui de- vra constituer le premier pas dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger qui a fait l’objet de tergiversations de part et d’autre, ce qui a poussé l’ONU, l’UA, la médiation et les partenaires étrangers à hausser le ton.

Réunis dans un seul bloc, les groupes rebelles ont fini par accorder leurs violons dans la perspective de mettre en place les mécanismes de l’ac- cord de paix. Et le forum de Kidal d’amorcer le retour de l’adminis- tration, des forces maliennes et l’en- tame des patrouilles mixtes à la fois pour le contrôle du respect de l’ac- cord, mais aussi et surtout pour combattre les terroristes qui est une clause d’engagement dans le docu- ment paraphé à Alger et à Bamako. Une perspective qui dérange les trois groupes terroristes qui profitent du chaos dans le Nord depuis 2012 pour occuper de vastes territoires pour s’adonner à leurs activités cri-

minelles, dont le trafic de drogue, le trafic d’armes, la contrebande et la traite des êtres humains. Iyad Ag Ghaly a, d’ailleurs, menacé de s’en prendre aux signataires de l’accord d’Alger accusé, selon lui, d’avoir vendu “le sang et le sol”. La réaction des groupes terroristes n’a pas tardé à venir. Naguère can- tonnés dans les régions du Nord, les terroristes ont étendu leur champ d’action ainsi que les cibles en s’at- taquant à Bamako, après Sévaré, et au-delà des frontières maliennes, à Ouagadougou au Burkina Faso et à la Côte d’Ivoire.

DJILALI B.

RÉUNION DES PAYS VOISINS DE LA LIBYE SUR FOND DE BLOCAGE POLITIQUE À TRIPOLI

Le gouvernement d’union ou le chaos sécuritaire

L es

la

attentats d’hier à Bruxelles relancent

encore une fois le débat sur l’urgence de

mise en œuvre de l’accord de Skhirat

en Libye, à travers, principalement, le soutien du gouvernement d’union nationale, seule voie pour mener une lutte efficace contre l’expan- sion de l’organisation autoproclamée État is- lamique (Daech) dans ce pays. Réunis hier à Tunis, les pays voisins de la Li- bye ont abordé le dossier libyen sous l’angle sécuritaire, appelant à davantage de coopéra- tion pour endiguer Daech qui menace aussi bien la région que l’Europe. “La multiplication

des groupes terroristes et leur contrôle de

) (

certaines régions libyennes est une source d'in- quiétude extrême”, a indiqué le communiqué final de la 8 e réunion des pays voisins de la Li- bye, qui intervient deux semaines seulement après la tentative de Daech d’implanter son “émirat” en Tunisie et le jour même où ses

membres en Europe commettent un carnage

à Bruxelles en Belgique. Tout en rappelant “la

nécessité d'accélérer” le départ du gouverne- ment d’union “pour Tripoli”, les ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Li- bye ont rappelé que “toute action militaire (en Libye) destinée à combattre le terrorisme”

doit se faire “sur la base d'une demande du gou- vernement d'entente nationale et conformément aux principes de la charte des Nations unies”,

a ajouté le communiqué final. “La situation sé-

curitaire, humanitaire et économique difficile en Libye nous impose à tous davantage de co- ordination et de redoubler d'efforts pour trou- ver les moyens de mettre un terme aux souf- frances du peuple libyen”, a déclaré en ouver- ture des travaux le ministre tunisien des Af- faires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, a rap- porté l’AFP. Présent à la réunion de Tunis, l’émissaire de l'ONU pour la Libye, Martin Ko-

bler, a exhorté les participants à cette réunion à soutenir le processus politique parrainé par les Nations unies. “Le processus (de paix,

ndlr) demeure précaire (

les groupes terroristes continuent à tirer profit des divisions politiques et les Libyens ainsi que les peuples voisins continuent à en subir les conséquences”, a-t-il affirmé. “Daech en Libye constitue une menace croissante et imminen- te”, a déclaré Martin Kobler, avant d’ajouter :

“Le pays doit aller de l’avant maintenant, sinon, il risque de s'exposer à la division et à l’éclate- ment.” Prenant la parole, Fayez Sarraj, le chef du Conseil présidentiel libyen, a appelé “tous les Libyens à oublier les différends et à placer l'in- térêt de la patrie avant toute autre considéra- tion”. De son côté, le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et la Ligue des État arabes, Abdelkader Messahel, a

). Pendant ce temps,

affirmé hier, à l’ouverture de la réunion de Tu- nis, qu’il n’existe aucune autre “alternative” à la voie politique et diplomatique pour résoudre la crise libyenne et mettre fin à l’avancée de Daech. “Il s'agit du sursaut national auquel as- pire le peuple libyen qui fait face à une grave crise économique et humanitaire accentuée par la menace terroriste”, a précisé M. Messahel dans son allocution, a rapporté l’APS. “Il nous appartient de les encourager et de les ac- compagner (les Libyens, ndlr) dans cette voie à même de préserver l'unité territoriale et na- tionale de la Libye et de renforcer la cohésion de son peuple”, a ajouté M. Messahel, précisant que l'accord politique approuvé par la com- munauté internationale constituait “une en- tente essentielle de la communauté nationale libyenne qui trace la voie à suivre pour mettre fin à la crise et faire face au terrorisme”.

MERZAK TIGRINE/LYÈS MENACER

POUR LA TROISIÈME FOIS DEPUIS LA RÉINSTAURATION DE LA MESURE

La Tunisie prolonge l'état d'urgence

L a

Tunisie a prolongé, hier,

mardi, de trois mois, l'état d'urgence instauré après la sé-

provoquer ou entretenir le désordre”, de fermer provisoirement “salles de spectacle et débits de boissons” ou en- core de “prendre toute mesure pour assurer le contrôle de la presse et des publications”. Si cette décision n'est pas une sur- prise, la dernière prolongation, le 22 février, ne prévoyait qu'une période d'un mois. Depuis, la Tunisie, à la fois pionnière et unique rescapée des Printemps arabes de 2011, a été frappée - le 7 mars - par des attaques sans précédent de dizaines de jiha- distes lourdement armés contre des installations sécuritaires de Ben Guerdane, une ville proche de la Libye. Treize membres des forces de l'ordre et sept civils sont morts, tandis que 49 extrémistes ont été tués. Ces at- taques n'ont pas été revendiquées mais les autorités ont affirmé qu'elles

visaient à instaurer un “émirat” du groupe État islamique (EI) dans le pays. Des opérations de ratissage ont encore lieu dans la région, où trois “terroristes” ont été abattus ce week- end. Le ministère de l'Intérieur a aus- si indiqué qu'une “cellule” avait été démantelée lundi à Tunis. Certains de ses 12 membres “avaient aidé des terroristes arrêtés ou abattus récem- ment à Ben Guerdane à se rendre au- paravant en Libye”. La ville de Ben Guerdane (60 000 habitants) est toujours sous couvre-feu noctur- ne. Les postes-frontières avec la Li- bye, fermés depuis le 7 mars, ont, eux, rouvert hier et le flux de voya- geurs a repris progressivement. L'ou- verture de ces points de passage est cruciale pour l'économie du Sud-Est tunisien. Confrontée à un essor de la mouvance jihadiste depuis sa révo- lution de 2011, la Tunisie compte

rie d'attentats de 2015, tout en ten- tant de mobiliser les autres pays voisins de la Libye, où le chaos constitue une “source d'inquiétude extrême”, selon Tunis. Le chef de l'É-

tat, Béji Caïd Essebsi, “a décidé,

après consultations, (

l'état d'urgence pour une période de trois mois à compter du 23 mars”, a indiqué la présidence de la Répu- blique. Il s'agit de la troisième pro-

longation depuis que la mesure a été réinstaurée le 24 novembre, au soir de l'attentat perpétré en plein Tunis contre un bus de la sécurité prési- dentielle (12 agents tués). Critiquée par des organisations de défense des droits de l'Homme, la mesure donne la possibilité d'interdire les grèves et les réunions “de nature à

LUTTE ANTITERRORISTE

Trois casemates détruites à Bouira et à Tizi Ouzou

)

de prolonger

n Trois casemates ont été détruites lundi à Bouira et à Tizi Ouzou, par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP), dans le cadre de la lutte antiterroriste, a indiqué, hier, un communiqué du ministère de la Défense nationale

(MDN). Dans le cadre de la lutte antiterroriste, trois casemates ont été détruites, le 21 mars 2016 à Bouira et à Tizi Ouzou (1 re RM) précise le communiqué du MDN. À Khenchela et Mila (5 e RM), “six individus ont été appréhendés,

tandis que 5 armes à feu de fabrication artisanale, 12 000 cartouches pour fusils de chasse, 1,95 kilogramme de poudre noire et 2 véhicules ont été saisis”, est-il ajouté.

R. N.

plusieurs milliers de ressortissants dans les rangs d'organisations com- me l'EI, en Syrie, en Irak mais aus- si en Libye voisine. La situation s'est sensiblement dé- gradée l'an dernier avec trois atten- tats d'ampleur (au musée du Bardo, à Sousse et dans le centre de Tunis), tous revendiqués par l'EI, qui ont fait 72 morts au total dont 59 touristes étrangers, fragilisant encore davan-

tage l'économie du pays. Plusieurs des auteurs présumés s'étaient en- traînés au maniement des armes en Libye, selon les autorités tunisiennes, qui expriment régulièrement leur inquiétude s'agissant de ce pays, où le chaos a permis à l'EI de prospérer. Ces derniers mois, elles ont érigé un “système d'obstacles” sur près de la moitié des 500 km de frontière commune.

Mobilis partenaire de la 13 e édition du Championnat d’Afrique des nations de gymnastique

n Mobilis, partenaire de la Fédération algérienne de gymnastique (FAG), accompagne la 13 e édition du championnat d’Afrique des nations de gymnastique, organisée pour la 3 e fois en Algérie, du 19 au 26 mars 2016, à la coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf d’Alger. Plus d’une quinzaine de pays africains entreront en lice dans les disciplines de la gymnastique artistique, masculine et féminine, et d’aérobic juniors et seniors. Pour l’Algérie, l’objectif majeur est d’abord de défendre les couleurs nationales et surtout de conserver les titres en gymnastique artistique masculine et en aérobic chez les filles, décrochés, haut la main, lors de la précédente édition tenue en 2014 en Afrique du Sud, mais aussi, faire mieux que les résultats obtenus récemment aux Jeux africains Brazzaville 2015. Mobilis, l'opérateur national, reste fidèle à son engagement de soutenir et d’accompagner le sport national avec toutes ses disciplines, et confirme son ambition d’être le partenaire numéro 1 du sport en Algérie. Mobilis, fier d'être le 1 er partenaire du sport national et de la Fédération algérienne de gymnastique, souhaite bon courage et bonne chance à nos gymnases ! Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Mobilis au www.mobilis.dz ou la page facebook.

LIBERTE Mercredi 23 mars 2016

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

WILAYAS FRONTALIÈRES AVEC LA TUNISIE

Un dispositif sécuritaire inhabituel déployé

LA TUNISIE Un dispositif sécuritaire inhabituel déployé n Des mesures de sécurité inhabituelles sont prises

n Des mesures de sécurité inhabituelles sont prises depuis quelques jours, au niveau de toutes les localités de la wilaya d’El-Tarf. Elles sont assurées par les services de sécu- rité, tous corps confondus. Des agents de la Gendarmerie nationale, de la Sûreté natio- nale et des Douanes dressent des barrages fixes aux points névralgiques et procèdent à des contrôles des véhicules. La sécurité a été renforcée aussi sur la ban- de frontalière et les points de passage. Selon des sources fiables, le nombre des trafi- quants de carburant, vers la Tunisie, a bais-

sé de plus de 70% comparativement au mois de février dernier. Des opérations coup-de- poing sont engagées dans plusieurs agglo- mérations de la wilaya pour mettre hors d’état de nuire les fraudeurs. Des instructions émises par de hauts commandements sont appliquées à la lettre, nous dit-on, pour mettre en échec des incursions terroristes du côté de la frontière tunisienne, particulière- ment depuis le 19 mars, jour où un groupe terroriste armé a tenté un assaut contre un poste avancé de la Garde nationale tunisienne à Elaadj, près de Sidi Rebah.

11 e FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM ORIENTAL DE GENÈVE

La romancière algérienne Ahlam Mosteghanemi présidente d'honneur

n Après la regrettée Edmonde Charles-Roux, ex-présidente de l'Académie Goncourt (2013),

Tahar Ben Jelloun (2014) et Adonis (2015), la

présidence d’honneur du 11

tional du film oriental de Genève (FIFOG) est

Ahlam

confiée à

Mosteghanemi. Cette dernière est classée par-

confiée à Mosteghanemi. Cette dernière est classée par- e Festival interna- algérienne la romancière mi les

e Festival interna-

algérienne

la romancière

mi

les 10 femmes les plus influentes du mon-

de

arabe en 2016, selon le magazine Forbes, a

affirmé que “les créateurs arabes migrent en nuée à la recherche d'une terre de liberté car cette der- nière est la sœur de la création. C'est le ciel sans qui le créateur ne peut voler”. Dans ce sens, elle

est heureuse de contribuer à rendre ce ciel plus

clément en présidant le FIFOG. La cuvée 2016

célèbrera la Liberté sous toutes ses formes. Et

choisir

l'ordre naturel des choses. Il s'agit aussi de mettre en valeur l'apport inestimable des femmes dans les sociétés des pays d'Orient. Enfin, l'univers du cinéma n'est pas étranger à cette écrivaine, qui a côtoyé de grands cinéastes, dont Youssef Chahine. Juste avant sa mort, ce dernier avait acheté les droits du roman Mémoires de la chair, œuvre d'Ahlam Moste- ghanemi, qui donna le vertige au poète Nizar Qabbani.

une

femme

de

lettres s'inscrit dans

BONNE DISCIPLINE DES ENSEIGNANTS ET DE L’ENCADREMENT

Les recommandations du directeur de l’éducation

Les recommandations du directeur de l’éducation n Le directeur de l’éducation nationale de la wilaya de

n Le directeur de l’éducation nationale de la wilaya de Mascara a recommandé, par le truchement d’une instruction, aux personnels d’encadrement et aux en- seignants à respecter la discipline que re- quiert leur mission, en leur rappelant que les établissements scolaires ne sont pas des centres de repos mais des lieux de tra- vail. Il a notamment insisté sur l’inter- diction des châtiments corporels infligés aux élèves ainsi que le bon accueil qui doit être réservé aux parents.

POUR FÉDÉRER AUTOUR DE L’INITIATIVE “LE BLOC NATIONAL”

L’appel du P/APW d’Alger à ses 47 homo- logues

n Le président de l’Assemblée populaire de la wilaya d’Alger lance un appel aux 47 P/APW pour les inciter à s’impliquer dans la réussite de l’initiative dite “Le bloc national”, qui vise à renforcer et consolider le front intérieur du pays, soit appuyer les troupes de l’ANP dans leurs missions de préservation de l’intégrité territoriale. Indépendamment de leur couleur politique, l’ensemble des élus, des animateurs du mouvement associatif et de la société civile se doivent de s’engager corps et âme afin de faire barrage aux forces occultes du mal. Pour cela, l’adhésion des Algériens de tous bords est vivement souhaitée”, a expliqué M. Bennour, qui demeure optimiste quant à l’aboutissement de la démarche. À ce titre, notre interlocuteur appelle le mouvement citoyen à être nombreux, ce 30 mars, au grand meeting qui se tiendra à la Coupole du complexe Mohamed-Boudiaf. Rappelons que cet appel intervient trois jours après un Conseil des ministres restreint avec à son ordre du jour le dossier sécuritaire.

INITIÉ DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT DES STRUCTURES LÉGÈRES DE TOURISME

Le projet de camping de Zéralda freiné par la collectivité locale

de camping de Zéralda freiné par la collectivité locale n Un investisseur engagé dans l’aménagement d’un

n Un investisseur engagé dans l’aménagement d’un camping à proximité de la plage Kheloufi 1 de Zéralda, sur une surface de 5000 m 2 , est confronté à de grosses entraves bureaucratiques, au niveau de l’APC et de la wi- laya déléguée. Ayant ficelé son projet sur la base d’un ca- hier des charges préétabli, il a déjà accompli toutes les procédures réglementaires, obtenu les avis favorables des administrations concernées, présenté un plan d’aména- gement et consenti au verse- ment des redevances au pro- fit du service des Domaines pour chaque année d’exploi- tation. Malheureusement à ce jour, le promoteur ne par- vient toujours pas à le faire démarrer. Pourtant, l’initia- tive n’est pas solitaire. Elle est

inscrite dans le cadre d’une démarche globale du minis- tère du Tourisme. La tutelle a, en effet, programmé la création de campings dans l’ensemble des aggloméra- tions côtières dans l’objectif de développer des structures légères qui serviront d’ap- point à l’hébergement, qui souffre d’un grand déficit du- rant la saison estivale. C’est encore une fois un cas illus- tratif de la mauvaise coordi- nation entre le département du Tourisme et les collecti- vités locales dans la concré- tisation de la politique secto- rielle. Conséquence : les pro- moteurs de projets de tou- risme sont non seulement découragés par la bureau- cratie, mais perdent aussi de l’argent… beaucoup d’ar- gent.

IL A PARTICIPÉ À L’OPÉRATION MONDIALE “GOÛT DE/GOOD FRANCE 2016”

Un restaurant de Tizi Ouzou honoré par l’ambassade de France

n Le restaurant l’Algéria, situé au boulevard Krim-Bel- kacem, à Tizi Ouzou, réputé pour sa haute gastronomie, a reçu une distinction honorifique pour sa récente par- ticipation à l’opération mondiale “Goût de/Good Fran- ce 2016” organisée à l’initiative du ministère français des Affaires étrangères et du Développement international et du chef cuisinier Alain Ducasse dans le cadre du “sa- voir-faire culinaire français”. La distinction a été remi- se, lundi soir, par un représentant de l’ambassade de France à Alger à Mohand-Akli Djerrah, le propriétai- re du restaurant.

ARRÊT SUR IMAGE

M me Sellal, présidente de l’Association de l’Imzad, offre cet instrument atypique au Premier ministre français, Manuel Valls, lors du Salon du livre de Paris.

Ph. Zinedine Zebar
Ph. Zinedine Zebar

6

L’actualité en question

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

IL L’ACCUSE D’ÊTRE LE PRINCIPAL RESPONSABLE DE LA CRISE ÉCONOMIQUE

Makri : “Chakib Khelil n’est pas le bienvenu !”

Pour lui, son retour est un affront à la justice et un signal fort à l’encouragement de la corruption et de l’impunité.

L e chef du Mouvement pour la so- ciété de la paix, (MSP), Abderre- zak Makri a animé, hier, une conférence de presse lors de la- quelle il a tenu à décortiquer l’es- sentiel des questions de l’heure. À

commencer par le retour de l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil,

dont l’accueil avec les honneurs par le pouvoir

a fait jaser dans les chaumières.

Ce qui, regrette M. Makri, symbolise “l’im- punité” permise par le système politique y com- pris à celui-là qu’il juge comme “le responsable principal” de la crise économique qui affecte aujourd’hui le pays. Pour M. Makri, l’ancien ministre de l’Énergie est, de toute façon, “impliqué” du point de vue “légal, logique et juridique”. Raison pour la- quelle Chakib Khelil “n’est pas le bienvenu !”. L’accueil réservé à Chakib Khelil, ajoute

M. Makri, ne fait que confirmer “la décom- position, l’impunité, la provocation des senti- ments du peuple et l’immoralité” qui restent les principales caractéristiques par lesquelles se distingue le régime actuel. Pour M. Makri, le retour de Chakib Khelil re- présente un nouveau “coup fatal” porté à la jus- tice. Le chef du MSP ajoute que le retour de l’ancien ministre de l’Énergie confirme, en outre, la réalité de lutte des clans au sommet

de l’État. Laquelle lutte, déplore-t-il, qui fait que le sort d’un responsable d’État dépend des rap- ports de force. Il en veut pour preuve la montée au créneau

des “symboles partisans, politiques et média-

tiques” des clientèles qui osent, depuis quelque temps, s’attaquer à leur mentor d’hier, en l’oc- currence le général Mohamed Médiene, dit Toufik ! Cela dit, M. Makri impute la res- ponsabilité au système dans son ensemble. Car,

dénonce-t-il, les différents clans ne cherchent que leurs intérêts restreints et que les conflits sont intrinsèquement liés. “S’il existe quelques responsables ou clans que la compétition poli- tique intéresse parmi ces clans, ils n’ont qu’à quitter le sérail et former un parti politique pour qu’ils soient visibles par le peuple”, a-t-il sug- géré appelant ainsi les concernés à “sortir de l’ombre”. Que pense M. Makri de la possibilité de voir Chakib Khelil hissé prochainement à la tête de l’État pour succéder au président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika, comme soutenu par certains observateurs ? “Désormais, tous les scénarios restent possibles”, répond le chef du MSP qui croit savoir que Chakib Khelil serait, par ailleurs, ramené pour mettre à exécution les dispositions de la très controversée loi de finances 2016, et ce, dit-il, “de manière direc- te ou indirecte (…)”.

M. Makri dont la sortie intervenait à la veille

de la réunion, programmée pour aujour-

d’hui, de l’Instance de concertation et de sui-

vi de l’opposition, (Icso), préparatoire à “Ma-

zafran II” prévu pour le 30 mars prochain, n’a

pas raté l’occasion de réitérer l’engagement de l’opposition à poursuivre son combat pour le changement démocratique pacifique.

Il a tenté, du coup, de minimiser l’autre

congrès programmé pour la même journée du 30 mars par les partis de la “clientèle” auquel,

estime-t-il, le peuple refuse d’adhérer. Cela dit,

M. Makri, refuse de se désolidariser avec les

services de sécurité pour faire face à la mena-

ce terroriste qui pèse plus que jamais sur notre

pays. Il appelle même à la constitution d’un front interne, mais loin de celui que proposent les partisans du pouvoir…

FARID ABDELADIM

IL VA PRENDRE ATTACHE AVEC LES AMBASSADES, DES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET DES PARTIS PROGRESSISTES À TRAVERS LE MONDE

Le MDS veut un Nuremberg de l’islamisme

V oilà une idée qui ne man- quera pas de faire du chemin, même si, a priori, la mission

de ses promoteurs s’annonce ardue : le Mouvement démocra- tique et social (MDS) vient de lancer l’idée d’un tribunal international du terrorisme islamiste, un véritable Nuremberg de l’islamisme, comme le procès qui avait permis de juger le régime nazi à la fin de la Seconde Guerre mondiale. “Hier, le procès de Nuremberg a clôturé une guerre mondiale et donné naissance à un nouveau droit international. La guer- re contre le terrorisme islamiste doit nous inciter à renouer avec cette idée, alors sans précédent dans l’his- toire, et qui s’explique par le caractère total du conflit”, a affirmé, hier, lors

d’une conférence de presse, Hamid Farhi, coordinateur national du MDS. “Il faut que ce procès soit bien conçu, bien conduit et cohérent. Il per- mettra de démonter la formidable mécanique de destruction qu’est l’is- lamisme terroriste. Il devra aider le monde arabo-musulman à se purger définitivement de l’islamisme”, ex- plique-t-il. “Il est important que l’is- lamisme terroriste soit jugé pour son action contre la foi et les convic- tions, et d’abord celles des musul- mans. Ainsi, il ne sera plus abusive- ment assimilé à l’islam. Comme à Nu- remberg, il faudra faire connaître tou- te la vérité sur les crimes, livrer les ar- chives, diffuser les procès”, ajoute-t- il, précisant qu’il appartient aux Na- tions unies de prévoir la juridiction

et les fonctions du tribunal. En for- mulant cette proposition, le MDS part du constat que le terrorisme is- lamiste, dont la marque de fabrique est la négation de l’humanité, n’épargne désormais personne, en té- moignent les attentats en Belgique (qu’il condamne), et que le phéno- mène se mondialise. “L’islamisme ne renoncera pas tant qu’il n’aura pas subi une défaite stratégique à l’échel- le internationale. Cette abdication de l’État théocratique doit être autant militaire que politique et idéolo- gique. Elle exige d’extirper l’islamis- me du monde musulman, elle requiert sa disqualification, sa condamna-

soutient Hamid

)”,

Farhi, accompagné, pour l’occasion, du SG du parti, Yacine Teguia, et de

tion définitive (

Fethi Guerras. Il s’agit donc, dans un premier temps, de mener une cam- pagne mondiale et de sensibiliser les partis, la société civile, les chancel- leries et des institutions internatio- nales. “Nous voulons mobiliser l’opi- nion mondiale et, dans un premier temps, nous allons échanger autour du document avec l’ensemble des partis démocratiques et de gauche dans le monde arabe, avec des partis progressistes européens et plus d’une centaine d’associations de lut- te pour les droits de l’Homme à tra- vers le monde. Nous allons enfin prendre attache avec un certain nombre d’ambassades et d’institutions internationales afin de sensibiliser et de mobiliser les États à cette propo- sition”, ont-ils expliqué. Même s’ils

reconnaissent que la mission ne s’annonce pas de tout repos, ils ne cachent pas pour autant leur opti- misme dans la mesure où il y a une prise de conscience au niveau des sociétés.

KARIM KEBIR

Le congrès fixé au 30 avril

n Le MDS tiendra son congrès les 30 avril et 1 er mai prochains. Une demande d’autorisation a été introduite, dans ce sens, auprès des autorités le 6 mars courant. “Si elles refusent, nous saisirons la justice”, a indiqué Hamid Farhi.

K. K.

IL LA QUALIFIE D’“INSTRUMENT DE LA PROPAGANDE ET DE LA DÉSINFORMATION”

Le parti de Benflis tire sur l’ENTV

D ans une lettre adressée au DG de l’ENTV, le porte-parole du parti Talaie El-Hourriyet, Ahmed Adhimi, expri-

me sa réprobation et sa condamnation des agissements de l’Unique, rappelant que la té- lévision publique a exprimé sa disponibilité à couvrir les activités du parti. Or, comme il fal- lait s’y attendre, l’Entreprise publique de la té-

lévision n’a pas dérogé à sa propre règle, en af- firmant qu’elle est encore et toujours au ser- vice du régime politique. L’ENTV reste bien

“cette excroissance du régime politique en pla-

ce que nous connaissions”, et “ses vieilles ha- bitudes” demeurent “tenaces”, écrit M. Adhi-

mi qui estime qu’“envers et contre tout”,

l’ENTV demeure “cet instrument de la pro- pagande et de la désinformation que rien ne re- bute et que rien ne fait reculer”. Lors de la couverture d’une activité du parti à Bouira, l’Unique “a donné libre cours à ce qui

se fait de mieux en matière d’irrespect pour la déontologie de votre profession et de mépris du

droit de nos concitoyennes et de nos concitoyens à une information impartiale, honnête et ob- jective”, dénonce encore M. Adhimi, ajoutant que “comme tous les propagandistes, elle s’est contentée de puiser dans les recettes éculées des régimes totalitaires : filmer la salle avant le dé- but du rassemblement ; déconstruire puis re- construire à sa guise les propos de l’orateur, en l’occurrence M. Ali Benflis, président de Talaie El-Hourriyet ; et n’extraire de son discours que ce qui ne dérange pas les gardiens vigilants de

vos parcours professionnels”. Pour le parti de Benflis, “ces agissements désolent plus qu’ils ne surprennent ; ils stigmatisent leurs auteurs plus qu’ils ne lèsent pas leurs victimes ; et, plus que tout, ils donnent de l’information dans notre pays une image qui ne la grandit pas et qui ne l’honore pas. Je suis sûr qu’au sein de votre en- treprise même, il y a un grand nombre de femmes et d’hommes que cette image attriste et désole”.

M. MOULOUDJ

CAMPAGNE “JE SUIS UN HOMME, JE RESPECTE LA FEMME” EN ALGÉRIE

L’UNFPA favorable à l’implication de la population masculine

“J e suis un homme, je respecte

la femme” est le slogan de la

seconde phase de la cam-

pagne du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), initiée en novembre 2015.

La phase 2, lancée le 8 mars dernier,

à l’occasion de la célébration de la

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, est organisée conjointement avec le ministère de la Solidarité nationale, de la Famil- le et de la Condition de la femme, avec l’appui de l’ambassade du Ca- nada en Algérie. Elle vise à impliquer la population masculine (hommes et garçons)

dans la protection et la promotion de

la femme, en raison du rôle fort uti-

le, voire “positif”, qu’elle peut jouer. Pour le Fonds, “la question des droits des femmes ne doit plus être la cau- se des femmes à elles seules” et il est surtout possible de “faire des droits de la femme une réalité”. D’où son appel à une “grande solidarité et (à)

une mobilisation de l’ensemble des partenaires au sein de la société, pour éradiquer les violences sous toutes leurs formes, la soumission, la dépendance et les violations des droits des femmes et leur bien-être”. L’UNF- PA relève, en outre, que la campagne 2016 est “une occasion pour faire ap- pel à la société algérienne à être so- lidaire et à mobiliser tous les efforts, pour promouvoir l’autonomisation de

la femme, lutter contre les violations

des droits des femmes et assurer leur bien-être”. Dans ce cadre, l’orga- nisme onusien présente 16 “his- toires” de femmes et d’hommes al- gériens : un retraité, une moudjahi- da, un vendeur de gandouras tradi- tionnelles, un commerçant, une couturière, un chargé de communi- cation, un étudiant et deux frères ju- meaux. Ces derniers témoignent, à visage dé- couvert, du respect qu’ils ont pour leur mère, leur sœur, leur femme, leur mari et/ou leurs filles, de leur re- jet de la “violence” à l’égard des femmes, des rapports égalitaires au sein de la famille. Sur un autre plan, le Fonds pour la population propo- se une série d’outils d’intervention

pour les organisations de la société civile et les activistes, pour “ré- pondre efficacement aux défis de la violence basée sur le genre auprès des hommes et des institutions”. Il faut savoir que l’UNFPA est un or- ganisme de développement inter- national, qui a été créé en 1969. Il œuvre en faveur du droit à la santé et de l'égalité des chances pour chaque femme, homme et enfant. Le Fnuap travaille en partenariat avec les gouvernements, les institu- tions et la société civile pour réaliser sa mission. Deux cadres orientent ces efforts : le Programme d’action adopté à la Conférence internationale sur la population et le développement

(CIPD) de 1994 et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), visant à réduire l’extrême pauvreté. Concrètement, la mission du Fonds repose sur 4 grands axes :

les droits de l’Homme et l’égalité des sexes (impliquer les hommes et les garçons, violence sexiste…), les jeunes (mariage d’enfants, éducation à la sexualité, grossesses adoles- centes…), la santé sexuelle et re- productive (planification familiale, VIH et sida, santé maternelle, san- té sexuelle et reproductive…) et les questions relatives à la population (recensement, vieillissement, chan- gement climatique, migrations, ur- banisation…).

HAFIDA AMEYAR

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’actualité en question

7

QUATRE JOURS APRÈS L’ATTAQUE TERRORISTE CONTRE LE SITE GAZIER DE KRECHBA

Les explications de Sonatrach

Sonatrach affirme accorder “la plus haute importance à la sécurité de l’ensemble du personnel et l’intégrité des installations”.

L e site gazier de Krech- ba, situé à 200 km au sud d’El-Goléa dans la wilaya de Ghardaïa, a subi une attaque, le vendredi 18 mars

2016, vers 6h05 du matin, sans causer d’impact sur l’intégrité des personnes et des installations d’ex- ploitation de la plateforme gaziè- re, selon les termes d’un commu- niqué rendu public hier par So- natrach qui y explique que la pro- duction a été “suspendue mo- mentanément” par son personnel, conformément à la procédure d’urgence, pour mettre l’usine à l’arrêt et en décompression de façon à éviter tout risque. Il y est ajouté que “les plus hauts respon- sables de Sonatrach et les autorités étaient présents le jour même sur le site, pour s’assurer des conditions sécuritaires et techniques sur pla- ce”. La compagnie nationale d’hy- drocarbures, poursuit le commu- niqué, a “partagé toutes les infor- mations dont elle disposait avec ses partenaires”.

Sonatrach affirme accorder “la plus haute importance à la sécuri- té de l’ensemble du personnel et l’intégrité des installations”. Et d’expliquer : “Après avoir consta- té que les conditions sécuritaires et techniques étaient réunies et as-

surées, elle a pris la décision de rou- vrir les puits et remettre l’usine en exploitation le jour de l’incident, à minuit.” Cette reprise, est-il men- tionné dans le document, “qui s’est effectuée d’une manière gra- duelle par le personnel de Sona- trach, a permis d’atteindre les ni- veaux de production ciblés”. Actuellement, est-il indiqué, la production est de 19,5 millions de m 3 jour sur Krechba à In Salah (la production avant l’incident était de 18 millions de m 3 jour) et plus de 13,5 millions de m 3 à Tiguen- tourine (In Amenas) pour at- teindre 15 millions m 3 jour. So- natrach précise, par ailleurs, que “son personnel continuera à assu- rer la production et l’exploitation des installations selon les procé- dures en vigueur sur le site”. Pa- rallèlement, ajoute-t-elle, la même décision a été prise pour “redé- marrer des installations de traite- ment de gaz situées à In Amenas, qui étaient en révision program- mée”. Le projet In Salah est consti- tué de sept champs qui sont conjointement exploités par So- natrach, BP et Statoil dont quatre sont déjà en production. Le site de Krechba produisait 18 millions de m 3 jour de gaz sec expédié par un gazoduc sur Hassi-Rmel. Sa pro- duction est appelée à augmenter

Archives Liberté
Archives Liberté

Sonatrach "a pris la décision de rouvrir les puits le jour de l’incident, à minuit.”

par la mise en production des trois gisements restants. Lundi, 21 mars, les groupes britannique BP et norvégien Statoil ont an- noncé qu’ils allaient “temporaire- ment retirer leur personnel de deux sites gaziers en Algérie, après une attaque contre l’un d’eux” vendredi, 18 mars. BP a décidé d’entreprendre “progressivement un déménagement temporaire de

tous ses employés des coentreprises d’In Salah et In Amenas”, au cours des deux prochaines semaines, a indiqué la compagnie britannique dans un communiqué. Statoil va aussi déménager “dans les se- maines à venir” ses effectifs pré- sents sur ces deux sites ainsi que sur “son centre opérationnel de Hassi-Messaoud”.

YOUCEF SALAMI

PÉRIMÈTRE DE HASSI BIR REKAIZ

Sonatrach, PTTEP et Cnooc réussissent un forage à 4 037 mètres de profondeur

n La Société nationale pour la recherche,

la production, le transport et la

commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach) et ses partenaires PTTEP (Thaïlande) et Cnooc (Chine) ont annoncé, dans un communiqué diffusé hier, avoir réalisé avec “succès le forage du puits Rhourde Ez Zita-1 bis (REZ-1 bis)”, souscrit au titre de la campagne de forage de la

3 e phase de recherche du contrat Hassi Bir Rekaiz. En effet, le puits REZ-1 bis, qui a atteint la profondeur finale de “4 037 mètres”, a produit 40,7 m 3 /h d’huile

à partir du réservoir Trias Argileux

Gréseux Inférieur (Tagi) et 2 m 3 /h d’huile à

partir du réservoir Ordovicien.

Le communiqué précise que les résultats de ce puits rajoutés à ceux déjà enregistrés durant la campagne de forage d’exploration, qui a commencé fin 2011, “viennent confirmer le potentiel important du périmètre Hassi Bir Rekaiz”.

II est à rappeler que dans le cadre de ce

contrat, Sonatrach est partenaire majoritaire à hauteur de 51%) avec Cnooc à 24,5% et PTTEP, en charge de l’operating durant la phase de recherche, à 24,5%.

LORS DE SA CONFÉRENCE DE PRESSE À ORAN

Bouderbala défend le plan de restructuration d’Air Algérie

E déplacement à Oran, Mohamed Abdou Bouderbala,

P-DG d’Air Algérie, a animé, hier, une conférence de presse dans laquelle il a défendu le plan de restructura-

tion visant à redorer le blason d’Air Algérie terni par des an- nées de mauvaise gestion. M. Bouderbala a réitéré sa convic- tion qu’Air Algérie n’avait d’autre choix que de se conformer aux standards internationaux pour espérer faire face à la concur- rence féroce des compagnies internationales. Pour cela, il a souligné que le pavillon national est en train de créer des filiales, cinq en tout, qui permettront à la compagnie un meilleur fonctionnement, à la fois, au bénéfice de sa tré- sorerie et au profit des passagers. Cinq filiales sont au pro- gramme : Catering, Maintenance, Fret-cargo, Handling et Ser- vices. “Lorsque ces filiales seront opérationnelles, gérées par des ressources qualifiées, Air Algérie pourra offrir des services de qua- lité”, a-t-il assuré en indiquant qu’une école nationale de l’aé- ronautique pour la formation et le recyclage des ressources a été ouverte. Le P-DG a tenu à rassurer que ce plan de mo- dernisation et de profond réaménagement d’Air Algérie

n

n’inclut pas une quelconque privatisation d’une compagnie qui reste la propriété de l’Algérie. Citant en exemple la wilaya d’Oran qui dispose désormais d’une base “autonome”, c’est-à-dire cinq avions entièrement pris en charge par la base en question, M. Bouderbala a affirmé qu’Air Algérie se portera mieux lorsque d’autres wilayas, comme An- naba, Constantine et des villes du Sud, seront dotées de leurs propres bases qui permettront de désengorger l’aéroport d’Alger et d’améliorer les prestations de services. “Aujourd’hui, 600 000 passagers transitent par Oran mais avec la réception du nouvel aéroport en 2018, le nombre atteindra les 3 millions”, a-t-il lancé pour souligner tous les bénéfices attendus de la création de ces bases. Les retards, la mauvaise qualité de l’accueil, tant décriés par les usagers d’Air Algérie, seront graduellement résorbés et les prestations de services très moyennes s’amélioreront pro- gressivement, promet Mohamed Abdou Bouderbala en appelant toutefois au sens civique des Algériens pour qu’ils prennent aussi soin des appareils.

Le P-DG prévoit le rajeunissement progressif de la flotte aé- rienne (dont le nombre s’élèvera à 60 en septembre, une fois que la compagnie aura réceptionné ses 8 nouveaux avions) pour parvenir à un parc composé d’appareils dont la moyenne d’âge serait de quatre ans. Alors que la conférence de presse se tenait au moment où une attaque terroriste ciblait un aéroport bruxellois, M. Bouder- bala a indiqué que tous les vols en direction de la capitale eu- ropéenne avaient été annulés et rassuré que la sécurité des aé- roports algériens est aux normes internationales et que toutes les dispositions sont prises pour éviter pareilles tragédies. “Et c’est souvent ce souci sécuritaire qui induit les retards des avions”, a-t-il rebondi en reconnaissant toutefois que le manque de moyens matériels contribue à ces retards. En tout état de cause, malgré l’énorme défi que représente le réaménagement en profondeur d’une compagnie très décriée par les usagers mais aussi parfois par ses propres personnels, le P-DG d’Air Algérie veut croire que le miracle est possible.

S. OULD ALI

IL A PRÉSENTÉ HIER LE RAPPORT 2014 ET LES DERNIÈRES TENDANCES DE L’ANNÉE 2015

Laksaci malmené à l’APN

gouverneur de la Banque

d’Algérie, Mohamed Laksaci, a passé, hier, un mauvais quart

d’heure à l’Assemblée populaire na- tionale, lors de sa présentation des évolutions de la situation écono- mique et monétaire 2014 et les der- nières tendances de l’année 2015. Certains députés qui sont intervenus dans le débat, dans un hémicycle quasiment vide, l’ont critiqué sévè- rement. Le gouverneur de la Banque d’Algérie a essuyé des tirs croisés, comme s’il était la cause de la dé- gradation de la situation écono- mique en Algérie. Alors que depuis plus de trois années, la Banque d’Al- gérie, dans tous ses rapports, n’a pas arrêté d’alerter le gouvernement et l’opinion publique sur la vulnérabi- lité de l’économie nationale trop

L e

dépendante des ressources hydro- carbures. Le député Tahar Missoum a demandé le départ de Mohamed Laksaci, estimant qu’il a trop duré au poste de gouverneur de la Banque d’Algérie. Le député ne s’est pas ar- rêté là. “Ce gouverneur vient nous ra- conter chaque année la même histoi- re”, a-t-il lancé, en s’adressant à ses collègues de l’APN, en exhibant le rapport sur la situation économique et monétaire 2014. “Je ne vois pas d’évolution en Algérie”, a fait remar- quer le député. “J’ai l’impression de lire les chiffres d’un autre pays, d’une autre planète”, a renchéri un autre député. La plupart des intervenants ont dénoncé la mauvaise program- mation de l’intervention du gouver- neur de la Banque d’Algérie. Le dé- puté du Front pour la justice et le

développement, Lakhdar Benkhalaf,

a signalé que les chiffres contenus

dans le rapport sont dépassés. Il a, par ailleurs, regretté l’absence des membres du gouvernement pour écouter les préoccupations des dé- putés et les mettre en œuvre. Car, a- t-il souligné, “le gouverneur est res- ponsable devant le président de la Ré- publique. Le Parlement et le gouver- nement n’ont aucun pouvoir sur lui”. Lakhdar Benkhalaf s’interroge : “À quand la fin de cette comédie ?” Le député du Front pour la justice et

le développement a rappelé avoir de-

mandé, à maintes reprises, l’appli- cation de loi 84/17 relative aux lois de finances qui a fixé clairement les documents qui accompagnent les lois de finances, notamment la loi du rè- glement budgétaire et les rapports de

la cour des comptes de la Banque

d’Algérie, pour être examinés avant l’adoption de la loi de finances. “Quatre mois après l’adoption de la loi de finances 2016, vient ce rapport périmé dont les chiffres sont dépassés et ne revêtent aucun intérêt devant une conjoncture économique et fi- nancière dangereuse”, constate M. Benkhalaf. “Où sont vos pro- messes concernant l’ouverture de bu- reaux de change pour drainer 3 700 milliards et 20 milliards de dollars qui circulent d’une manière illégale dans

le marché parallèle ?” interpelle le dé- puté du FJD qui accuse le gouverneur de la Banque d’Algérie d’avoir “dé- truit le dinar” en le dépréciant de 50% l’année dernière. “Vous avez légali- sé le marché parallèle de la devise. C’est un signal clair et un feu vert à

la mafia du blanchiment d’argent et une reconnaissance officielle des ca- naux de transfert illicite”, accuse Lakhdar Benkhalaf. Un député du FLN, Brahim Boulgane, reproche au gouverneur de ne pas prendre en compte les remarques des députés, alors que M me Hayat Taiati du FFS observe l’absence de coordination entre la Banque d’Algérie et le mi- nistre des Finances pour imposer la rigueur budgétaire. “Tout le Parle- ment est contre vous. Il ne faut pas ac- cepter de venir seul. Vous devez être accompagné par les membres du gou- vernement. Les ministres doivent aussi assumer leurs responsabilités. S’ils vous ont laissé seul, c’est qu’ils pré- parent votre limogeage”, a lancé Slimane Sadaoui du FLN.

MEZIANE RABHI

8

L’actualité en question

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

SALON DE LA FILIÈRE AGROALIMENTAIRE 2016 DJAZAGRO

La production nationale mise en valeur

Djazagro va réunir, ainsi, pour cette 14 e édition, 700 exposants et s’attend à plus de 21 000 visiteurs professionnels.

R endez-vous incontour- nable pour les profes- sionnels de la filière agroalimentaire, le Sa- lon Djazagro est plus que jamais une opportunité

pour les professionnels de l’agroalimen- taire pour se rencontrer et découvrir les nouveautés du secteur. Pour cette an- née, le salon, prévu du 18 au 21 avril à la Safex d’Alger, et qui a confirmé sa notoriété et son rôle de salon de réfé- rence pour plusieurs pays, compte inscrire son action comme une suite lo- gique de la politique économique du gouvernement. Djazagro va réunir,

pour cette 14 e édition, 700 exposants et s’attend à plus de 21 000 visiteurs professionnels qui vont découvrir les nouveaux équipements de l’agroali- mentaire. Conçu pour s’adapter aux mutations économiques actuelles, Dja- zagro s’emploie pour être le carrefour de la production nationale et une vitri- ne ouverte, notamment sur le continent africain. Comme soutien aux orienta- tions des pouvoirs publics, les organi- sateurs du salon ont mis les bouchées doubles pour donner plus d’espace et de visibilité aux producteurs nationaux. Ainsi, l’objectif tracé est de servir d’in- termédiaire ou de facilitateur entre le

fabricant national et l’acquéreur, en mettant en première ligne le produc- teur algérien. Pour ce faire, les respon- sables du Salon ont prévu une forte pré- sence des producteurs nationaux. Ces derniers auront à mettre en valeur leur produit aux potentiels acquéreurs des pays africains, comme ceux du Ni- geria, du Maroc, de la Tunisie, du Sé- négal et du Ghana. Nabil Bey Boumez- rag a expliqué que les efforts fournis pour tenir le Salon visent “à donner un espace visible aux producteurs algé- riens”, afin qu’ils mettent “leurs offres au profit de professionnels venus de plu- sieurs pays”. M. Painvin explique,

quant à lui, que l’organisation d’un tel salon obéit à une règle très simple : ré- pondre aux besoins d’un marché local en équipements et machines de process et de conditionnement, d’arômes et d’ingrédients, en boulangerie et pâtis- serie, en restauration et, enfin, en pro- duits finis alimentaires et boissons. Pour ce qui est du soutien à la produc- tion locale, les organisateurs ont pré- vu une conférence dite de l’export. Elle se tiendra le 19 avril et traitera du dis- positif public de soutien aux exporta- tions par l’Agex, de l’exportation des produits agroalimentaires par l’Anexal, du rôle de la Caci dans la promotion

des exportations… Un concours nom- mé Djazaïr Excellence dans le secteur de la restauration sera organisé et les lauréats bénéficieront d’une forma- tion chez Valrhona. Ce concours est soutenu par Cevital, Aigle… En résu- mé, le Salon Djazagro est cet espace in- contournable qui a su gagner la confiance de centaines d’exposants nationaux et étrangers au fil de 13 an- nées d’existence. Pour cette année, il sera encore cet outil qui permettra à la production nationale de se comparer, le temps d’un salon, aux expériences françaises, turques, espagnoles…

MOHAMED MOULOUDJ

SID-AHMED FERROUKHI À JIJEL

Nécessité de préserver le patrimoine forestier et d’encourager l’exportation

“I l faut encourager l’investissement dans le

domaine forestier et préserver ce patrimoi-

ne vu son importance dans l’économie na-

tionale, le tourisme et bien d’autres domaines.” C’est ce qu’a déclaré le ministre de l’Agricultu- re, du Développement rural et de la Pêche, Sid- Ahmed Ferroukhi, qui a effectué une visite d’inspection et de travail de deux jours dans la wilaya de Jijel. Invité pour la clôture du 2 e col-

loque national sur la protection du patrimoine forestier qui s’est tenu lundi au centre de forma- tion pour les agents spécialisés en forêts à Kis- sir (El-Aouana) à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des forêts, le ministre a rappelé la nécessité de valoriser le patrimoine forestier à travers des investissements et de créer des postes d’emploi, précisant que la pré-

servation des forêts est la responsabilité de tou- te la société. Lors de sa visite d’hier (mardi), le ministre s’est rendu en premier lieu à la laiterie de Tassouste, dans la commune de l’Émir-Ab- delkader, où il a visité les différents comparti- ments et services de cette usine qui a bénéficié d’une aide de l’État de l’ordre de 4 millions de di- nars. M. Ferroukhi, qui a tenu à féliciter et en- courager ce genre d’activité, a fait savoir que “cet- te usine est une bonne expérience pour la wilaya de Jijel, elle permettra de faire de cette région une zone-pilote en la matière, surtout que nous sommes dans une stratégie qui vise à diminuer l’importation de la poudre de lait”. En effet, avec ses 80 000 litres de lait par jour et une production annuelle de 6,5 millions de litres, cette laiterie représente 60% du marché lo-

cal. La délégation s’est rendue ensuite à la pépi- nière hors sol de Kissir où elle a eu droit à diverses explications sur le secteur des forêts à Jijel, en l’oc- currence le liège qui a atteint un taux de produc- tion de 20% par rapport à la production natio- nale qui est de l’ordre de 66 000 quintaux, et ce, sans compter la quantité en stock. Selon Sid-Ah- med Ferroukhi, “le problème ne réside pas dans la collecte du liège qui avance à un rythme appré- ciable, mais plutôt dans l’exportation de ce patri- moine qui nous permettra parallèlement de créer des postes d’emploi”. Sur un autre plan, nous apprendrons que 1 500 personnes ont bénéficié de projets de proxi- mité du développement rural intégré (PPDRI). Dans ce sillage, une halte a été marquée dans une exploitation agricole située dans la ville de Jijel

où le raccordement des serres au gaz naturel sera étudié. Pour ce qui est de l’exportation, le P-DG du port de Djendjen, Abderezak Sellami, nous a fait savoir que la Compagnie nationale de navi- gation (Cnan) est disposée à fournir un navire pour l’exportation des produits agricoles depuis le port de Djendjen, se référant à la décision du Premier ministère et l’ouverture du couloir vert aux exportateurs des fruits et légumes. Enfin, et lors de son passage au port de Boudis, le ministre a visité la halle à marée où le PV de transfert de cette dernière au profit de l’Entrepri- se des gestions des ports de pêche (EGPP) a été signé, avant d’assister à la manipulation des ap- pareils électroniques de la vente aux enchères des marins pêcheurs.

MOULOUD S.

POUR DÉFAUT DE REMBOURSEMENT DES PRÊTS

Boumerdès : 450 bénéficiaires de l’Ansej devant la justice

P our ne pas avoir honoré leurs en- gagements, plus de 450 jeunes entrepreneurs sont poursuivis

en justice par l'antenne de Boumerdès de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) dont 50 ont été convoqués en pénal, a affirmé le di- recteur de l’antenne, avant-hier, lors d’une conférence de presse. “Nous avons été obligés de prendre de telles me- sures après épuisement de toutes les voies de règlement à l’amiable”, a précisé ce

responsable, qui a ajouté que l’année

2016

sera l’année du recouvrement. Si

400

entrepreneurs seront entendus

aux tribunaux administratifs pour “non-respect des engagements ou non- remboursement des créances”, il n’en demeure pas moins que 50 investis- seurs risquent gros puisque leurs dos- siers ont été transmis au pénal. Il est re- proché à certains d’entre d’eux d’avoir rétrocédé ou vendu des équipements gagés ou encore d’avoir changé d’acti-

vité autre que celle qui était prévue dans le cahier des charges. Le directeur de l’antenne a tenu toutefois à minimiser cette situation puisque, selon lui, la plu- part des entrepreneurs ont continué à honorer leurs engagements. “Nous de- vons financer les nouveaux projets par les créances détenues sur les micro-en- treprises existantes, c’est pourquoi il a été décidé de faire de l’année 2016, l’an- née du recouvrement”, a-t-il répété. Il a toutefois rappelé que plus de 7 727

entreprises ont été créées depuis 1997 sans donner de précision sur le taux de réussite. “Certes, il y a quelques entre- prises en difficultés mais nous avons en- registré beaucoup de cas de réussite”, dit- il en citant l’exemple de certaines en- treprises qui emploient, selon lui, plus de 50 travailleurs. Selon les respon- sables de l’Ansej, les activités dites de services, qui caracolaient en tête depuis 1997, sont en nette baisse ces dernières années en raison de la suppression de

certaines activités liées à ce créneau. Ils citent l’exemple de l’année 2016 où sur les 343 projets engagés, 116 relèvent du secteur de l’industrie et maintenan- ce, alors que 91 projets sont liés au BTPH et l’hydraulique. L’activité ser- vice ne vient qu’en troisième position avec 78 projets suivie de l’artisanat avec 27 projets et l’agriculture et pêche avec 17 projets bien que la première vo- cation de la wilaya est l’agriculture.

M. T.

Publicité

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT A LA CONCURRENCE

La Fédération Algérienne de Football (FAF) lance un avis d’appel d’offres national ouvert à la concurrence pour :

La fourniture et la livraison des produits suivants définis sous forme de lots :

• Lot 01 : Alimentation générale

• Lot 02 : Lait et dérivés

• Lot 03 : Fruits et légumes frais

• Lot 04 : Viande rouge ovine, bovine (fraîche, congelée)

• Lot 05 : Poissons frais

• Lot 06 : Poulets et œufs

Les soumissionnaires intéressés par le présent avis d’appel d’offres peuvent retirer le cahier des charges dès la parution du présent avis auprès du :

Secrétariat de l’administration générale Fédération Algérienne de Football Chemin Ahmed Ouaked, Dély Ibrahim, Alger contre paiement non remboursable de la somme de cinq mille dinars (5 000 DA). Les soumissions doivent parvenir sous double pli fermé au plus tard le jeudi 7 avril 2016 à 14h, date limite du dépôt des offres. L’enveloppe extérieure devra être strictement anonyme et comporter uniquement la mention sui- vante :

Appel d’offres n°01/FAF/2016 A ne pas ouvrir

F.296

Recherchons pour recrutement dans l’immédiat à Alger

F.293

1 SUPERVISEUR MÉDICAL/MÉDECIN

- Diplôme dans la filière

- Age 40-45 ans

- Expérience minimale de 10 ans dans le domaine

2 - CHIMISTE H/F

- Age 30-40 ans

- Diplôme d’ingénieur ou équivalent

- Expérience de 10 ans

3 - SECRÉTAIRE DE DIRECTION

- Universitaire

- 30-40 ans

- 10 ans d’expérience

4 - ASSISTANTE DG

- Universitaire

- 40-45 ans

- Expérience de 10 ans minimum dans le domaine

- Maîtrisant l’anglais

5 - SUPERVISEUR MEDICAL

- Médecin

- Age 40-45 ans

- Expérience minimale de 10 ans dans le domaine

Merci d’envoyer votre candidature à

equipedynamique.2015@gmail.com

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’Algérie profonde

9

LE DIRECTEUR DE L’ADE À TIZI OUZOU L’A RÉAFFIRMÉ

“Le seuil de remplissage du barrage de Taksebt demeure critique”

Pour faire face à la situation, Amar Berzouk dit s’en remettre en partie au ciel en espérant que d’autres précipitations seront enregistrées durant cette période du printemps.

“M algré les précipi-

tations enregis-

trées depuis le dé-

but du mois, avec

104 millions de m 3

emmagasinés, et

donc avec encore un déficit de 75 millions de m 3 , le seuil de remplissage du barrage Taksebt demeure critique”, a réaffirmé le directeur de l’ADE de Tizi Ouzou, Amar Berzouk, lors d’une conférence de presse qu’il animé, avant hier, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau. Selon lui, pour pouvoir passer une sai- son estivale sans difficultés, il faudrait que ce barrage atteigne un niveau de 140 à 150 mil- lions de m 3 . En ce sens, M Berzouk souligne que même si le transfert d’eau vers Alger de- meure toujours suspendu, les wilayas de Tizi Ouzou et de Boumerdès continuent, entre- temps, à être alimentées à raison de 200 000 m 3 /jour. “Avec 130 000 m 3 /jour, le barrage de Taksebt alimente 60% de la wilaya de Tizi Ou- zou, soit environ 700 000 habitants”, a-t-il pré- cisé. Pour faire face à la situation, Amar Ber- zouk dit s’en remettre en partie au ciel en es- pérant que d’autres précipitations seront en- registrées durant cette période du printemps. Un certain nombre d’actions sont, dit-il, déjà entreprises par les services concernés pour se préparer à d’éventuelles mauvaises sur- prises. Il s’agit, entre autres, de reprendre et remettre en service 30 à 35 forages de la wi-

Liberté
Liberté

En dépit des nombreuses précipations, le barrage enregistre un déficit de 75 millions de m 3 .

laya, a-t-il expliqué tout en éludant, subtile- ment, la question du rationnement d’eau qui a soulevé, récemment, une polémique no- tamment après que le ministre des Res- sources en eau ait tenté, vainement, de démen- tir la décision annoncée du rationnement d’eau dans la wilaya. Le conférencier rappelle que l’entreprise pu- blique qu’il dirige est confrontée également à d’autres problèmes parmi lesquels il cite le vo-

lume des fuites d’eau qui sont de l’ordre de 20%, l’insuffisance des moyens de l’entrepri- se, le manque de civisme du consommateur qui se décline par le vol et le gaspillage d’eau et surtout les créances dues aux factures im- payées qui sont de l’ordre de 150 milliards de centimes dont 100 milliards concernent les ménages et 50 autres sont détenues auprès des administrations.

S. LESLOUS

ILS ONT MARCHÉ LUNDI À BOUIRA

Les propriétaires de fusils de chasse accusent l'État de mensonge

L es propriétaires de fusils de chasse de Bouira, ont battu le pavé, lundi, afin de récla-

mer encore une fois la restitution de leurs armes, confisquées du- rant les années 1990. À travers cette nouvelle action, les contestataires ont tenu à dénon- cer “les lenteurs administratives”

qu’enregistre l’opération de res- titution des fusils. D’après les chiffres des représentants du mouvement, seuls 1 390 fusils ont été rendus à leurs propriétaires sur 8500 confisqués à Bouira. M. Abdelkader Gueraz, porte-paro- le des propriétaires de fusils, dit être “déterminé plus que jamais”

à alerter l’opinion publique sur les “mensonges” des autorités pu- bliques, à leur tête le ministre de l’Intérieur, Noreddine Bedoui. “Monsieur Bedoui nous a menti. Désormais, nous en avons la cer- titude que sa déclaration, faite ici même à Bouira, n’était que du vent”, a-t-il dénoncé.

Pour rappel, le 29 octobre 2015, M. Bedoui avait promis que les fusils de chasse seront resitués “dans les plus brefs délais”, en pré- cisant que cette décision est du Premier ministre.

RAMDANE B.

CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE NATIONALE DES AVOCATS À BOUIRA

Hommage aux avocats tombés en martyrs

L es avocats de la wilaya de Bouira ont célébré, avant- hier, la Journée nationale

des avocats, coïncidant avec le 23 mars de chaque année. Pour cet-

te occasion, une centaine d'avo- cats se sont donné rendez-vous au niveau de l'auditorium de l'uni-

versité Akli-Mohand Oulhadj de Bouira, afin de célébrer leur jour- née et rendre un vibrant homma- ge à Ali Boumendjel, l'un des pre- miers avocats tombé en martyr en 1957. Mais cet hommage ne concernait pas uniquement le défunt Boumendjel, il englobait,

également, tous les hommes de loi et les défenseurs des libertés, tombés au champ d'honneur. En effet, les participants ont salué la mémoire des avocats assassinés lors de la guerre de Libération na- tionale. Me Wafia Sidhoum, bâ- tonnière de Bouira, a exprimé son

émotion et surtout sa fierté d'ap- partenir à l'ordre des avocats “des chevaliers garants des droits de la défense et rempart contre les injustices”, a-t-elle déclaré.

R. B.

JOURNÉE INTERNATIONALE DES FORÊTS

Vaste campagne de reboisement à Tizi Ouzou

n Dans le cadre de la célébration de la Journée internationale des forêts, la direction de la Conservation des forêts de la wilaya de Tizi Ouzou, en partenariat avec l’ADE, la DTP, les APC et le mouvement associatif organise depuis quelques jours une vaste campagne de reboisement à travers plusieurs localités. Cette opération écologique, qui se prolongera jusqu’à la fin du mois de mars, touche également vingt-quatre établissements scolaires de la wilaya. Dans la daïra de Tigzirt, 2000 plants d’eucalyptus ont été plantés

durant ces trois derniers jours afin de consolider deux glissements de terrain localisés sur les parties est et ouest. Suivant le programme établi par la Conservation des forêts, la campagne de reboisement a touché aussi les berges du barrage de Taksebt, la décharge contrôlée de Tadmaït, le Centre d’enfouissement technique de Oued Falli, la maison de l’environnement ainsi que quelque sites dans la commune de Tizi Rached. “Dans la zone est de la daïra de Tigzirt, 1000 plants d’eucalyptus ont été déjà plantés afin de fixer

la bordure de la RN24, qui connaît un important glissement de terrain. La campagne a été menée grâce à la mobilisation de 120 volontaires locaux. Nous allons offrir aux gens 60 000 plants qui représentent la production de notre propre pépinière qui emploie quatre personnes et produit 35 espèces”, nous affirmera Moussa Tabti, conservateur des forêts de la wilaya, tout en soulignant la nécessité d’impliquer les enfants dans ce genre d’actions.

K. TIGHILT

les enfants dans ce genre d’actions. K. TIGHILT BRÈVES du Centre M’SILA Démission du P/APC de

BRÈVES du Centre

M’SILA

Démission du P/APC de Khoubana

n Le P/APC de la commune de Khoubana, à 68

de km du chef-lieu de la wilaya de M’sila, a démissionné dimanche, a-t-on appris de source locale. D’après la même source, l’élu a justifié sa démission par des soucis de santé. Le wali a validé cette démission, et le successeur du P/APC devrait être connu dans quelques heures. C’est lors d’une réunion extraordinaire de l’assemblée communale, tenue dimanche à l’appel du maire, que ce dernier a présenté sa démission aux élus.

C. BOUARISSA

TOUGGOURT

Colloque sur le mauvais usage des réseaux sociaux

n La salle des conférences de la commune de

Tibesbest de Touggourt a abrité, récemment, un colloque sur le mauvais usage des réseaux sociaux. Cette rencontre, à laquelle ont pris part des officiels et une pléiade d’universitaires, de psychologues et de religieux, a été une occasion de dévoiler les impacts négatifs du mauvais usage des réseaux sociaux sur la vie de l’individu. À la clôture dudit colloque, les participants ont dressé une liste de recommandations destinées aux parents et aux partenaires de l’éducation. L’on cite, entre autres, l'importance de l’éducation spirituelle chez l’enfant, inculquer aux parents la culture de la communication, le contrôle rigoureux des cybercafés et surtout d’occuper l’enfant par une pratique sportive, artistique ou culturelle.

A. DAFEUR

EPH DE TAMANRASSET

Inauguration de la télémédecine

n L’hôpital de Tamanrasset est désormais relié

directement au CHU de Tiz Ouzou grâce à la télémédecine. Cette opération a été effectuée, lundi, en présence des responsables et des coordinateurs techniques et médicaux des deux structures sanitaires. Selon le président de l’Ordre des médecins à Tamanrasset, Elias Akhamok, la coordination de la télémédecine de l'EPH se réunira périodiquement pour exposer les dossiers à traiter avec des spécialistes du CHU de Tizi Ouzou. “Cette nouvelle technique permettra sans doute d’améliorer la communication entre médecins et créer une interactivité au sein des deux établissements hospitaliers”, souligne le D r Akhamok en faisant savoir que les dossiers complexes seront traités chaque lundi dans le cadre de la télémédecine. Le directeur de la santé et de la population de Tamanrasset, Amar Bensenouci, a émis le désir de pérenniser cette opération afin de passer du stade d’étude de dossiers à la téléconsultation pour éviter les longs déplacements aux malades de cette wilaya du Sud.

R. KARECHE

GHARDAÏA

1700foyersraccordés

au gaz naturel

n Mille sept cents foyers, situés sur le site dit

la Zone des Sciences, empiétant sur le territoire des communes de Bounoura et d’El-Atteuf dans la vallée du M’zab, ont été raccordés en début de semaine au réseau de gaz naturel. Cette opération, qui s’est déroulée en présence des autorités locales, a coïncidé avec la célébration du 54 e anniversaire de la Fête de la Victoire (19 mars 1962). Elle a nécessité la réalisation d’un réseau de distribution de plus sept kilomètres linéaires et mobilisé une enveloppe de plus de 70 millions de dinars, a indiqué le directeur local de la Société de distribution de l’électricité et du gaz Centre (SDC-filiale de Sonelgaz). Le raccordement de ce site au réseau de gaz naturel a été accueilli avec une “grande satisfaction” par la population, visiblement soulagée après les difficultés rencontrées dans l'approvisionnement en gaz butane. Les autorités locales ont également procédé, sur le même site, au raccordement de quelque 200 habitations, nouvellement construites, au réseau de distribution de l’énergie électrique. Par ailleurs, pour l’année 2016, un montant de 320 millions DA a été dégagé par la SDC afin de répondre à la demande sans cesse croissante et au renforcement du réseau de distribution de l’électricité à travers la wilaya de Ghardaïa, a-t- on fait savoir.

BOUHAMAM AREZKI

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’Algérie profonde

9

SOUK AHRAS

Mercredi 23 mars 2016 L’Algérie profonde 9 SOUK AHRAS BRÈVES de l’Est TÉBESSA Saisie de 54000

BRÈVES de l’Est

TÉBESSA

Saisie de 54000 cartouches de fusils de chasse

Dans la nuit de dimanche à lundi,

les éléments de la brigade mobile des Douanes algériennes de Bir El Ater ont procédé lors d'une patrouille de routine, à l'arrestation d'une personne impliquée dans le trafic des munitions au lieudit El Oglat Malha, avons-nous appris d'un communiqué de la cellule de communication de la direction régionale de Tébessa. En effet, sur l'axe Cheria-Ogla Malha, les douaniers ont arrêté une voiture RAV4 pour une vérification routinière. Lors de la fouille de la malle, les douaniers ont découvert 54 000 cartouches pour fusil de chasse. Le conducteur du véhicule réussira cependant à prendre la fuite, alors que son passager a été arrêté. La valeur de la marchandise saisie a été estimée à 35 800 000,00 DA.

RACHID G.

SÉTIF

Une femme meurt fauchée par un poids lourd à Aïn Azel

Une femme âgée de 57 ans a trouvé

la mort, avant-hier, après avoir été fauchée par un poids-lourd sur la RN

78 près de la ville d’Aïn Azel, cinquante

kilomètres au sud de Sétif. Selon des informations en notre possession,

l’accident est survenu lundi à

18 heures alors que la victime

traversait la route pour rejoindre son village dit Mechta El-Horiguet. Selon nos sources, le poids-lourd roulait à pleine vitesse après la suppression des ralentisseurs, la semaine passée, pour permettre le passage des cyclistes dans le cadre du Grand Tour d’Algérie de cyclisme (GTAC). Il convient de rappeler que chaque année, la suppression des ralentisseurs fait des victimes dans la wilaya de Sétif.

A. LOUCIF

Les Cubains pour renforcer le secteur de la santé

L'arrivée d'une délégation cubaine de 17 spécialistes, dont des paramédicaux, a contribué à l'amélioration des prises en charge des patients.

D. R.
D. R.

I l y a quelques années, le secteur de la santé à Souk Ahras a connu un déficit en matière de spécialistes. Les ambulanciers ne cessaient de faire la navette entre

Souk Ahras et Annaba. Des malades étaient évacués parfois pour un simple plâtre. L’année 2007 a connu une légère amélioration dans la prise en charge des malades. La pré- sence de trois gynécologues a per- mis de réduire les transferts vers Annaba. Depuis 2015, la situation sanitaire s'est améliorée d'une ma- nière particulière. L'arrivée d'une délégation cubaine de 17 spécia- listes, dont des paramédicaux, a contribué à l'amélioration des prises

en charge des patients. Selon Dib Abdelaziz, directeur de l'hôpital régional de Souk Ahras, toutes les spécialités sont aujourd'hui pré- sentes. Sept gynécologues dont trois Algériennes et quatre Cubains veillent sur la santé des futures mamans. Parmi les spécialités venus renforcer les structures médicales de Souk Ahras, on note la présence des orthopédistes, des ORL, des pé- diatres, des spécialistes en chirurgie maxillofaciale, des urologues, des ophtalmologues, des médecins anesthésistes-réanimateurs, de l'ana- pathe introduite récemment, et une première, l'arrivée à Souk Ahras d'un spécialiste en néonatologie qui s'occupe de l'évolution du bébé

Le renforcement des équipes médicales et paramédicales est une véritable aubaine pour les malades.

depuis sa naissance jusqu'à son 30 e jour. Cependant, malgré cette amé- lioration, des efforts restent à faire dans le domaine médical, notam- ment le recrutement d'un spécialis- te en radiologie, sachant que l'hôpi- tal Ibn-Rochd de Souk Ahras et l'hô- pital de Sedrata sont équipés d'un scanner qui demande la présence d'un radiologue. La couverture paramédicale, selon notre interlo- cuteur, est de 100%. L'hôpital qui date de 1872 est en plein chantier, et l'opération démolition et de construction se fait de concert. Cet- te situation n’a pas eu un impact né- gatif sur le fonctionnement de l'hô- pital qui prend en charge les 26 communes que compte la wilaya,

ainsi que celles des wilayas limi- trophes comme Ouenza (Tébessa) et Oued Cheham (Guelma). Fini donc la galère pour le citoyen qui devait faire le parcours du combat- tant pour un rendez-vous ou une prise en charge. La régularisation de la situation administrative et fi- nancière du personnel exerçant qui avoisine les 650 a concouru à la sta- bilité du secteur. HOCINE FARROUKI

RAMASSAGE DES ORDURES MÉNAGÈRES

La flotte de Mila-Net se renforce

Dix-sept candidats en formation pour la récitation du Coran

L récitation et la psalmodie du saint livre est l’ob- jet d’une session nationale de formation à Mila. Dix-sept candidats venus de plusieurs wilayas

sont en conclave, depuis dimanche et jusqu’au mar-

di 22 mars, au centre culturel de la ville, afin de déve-

lopper leurs compétences en matière d’apprentissage,

de récitation et en techniques de lecture du texte co-

ranique. Selon Noureddine Mouhammedi, directeur

au ministère des Affaires religieuses, l’objectif de cet-

te formation consiste à consolider les compétences des

candidats dans les domaines de la mémorisation et de

a

la récitation du Coran et développer en eux l’esprit de compétitivité pour qu’ils puissent représenter l’Algé- rie dans différents concours internationaux. Des conférences spécialisées sur les règles de lecture du tex- te sacré sont également au programme. Les dix-sept candidats bénéficieront, en marge de leur formation, de sorties touristiques guidées aux sites his- toriques et mosquées de la wilaya. Rappelons que cet- te session nationale est la deuxième à Mila après cel- le organisée en 2015.

KAMEL B.

Cartes d’identité biométriques remises aux candidats au baccalauréat

L salon d'honneur de la wilaya de Guelma a abri-

e

dimanche après-midi une cérémonie de remi-

se symbolique de cartes d'identité biométrique

à une vingtaine de candidats du baccalauréat. Prési-

dée par Madame le wali, cette rencontre à laquelle ont pris part la DRAG, les chefs de daïra, le président de l'APC de Guelma, des responsables de la direction de l'éducation, a permis de faire un bilan exhaustif de cet-

te

opération initiée par les ministères de l'Intérieur et

de

l'Éducation nationale.

La

directrice de la règlementation et de l'administra-

tion générale souligne : “Au titre de l'année scolaire 2015-2016, il est recensé 11 578 candidats au baccalau- réat, dont 8 089 scolarisés. Nos services sont mobilisés au niveau des 34 communes, en coordination avec les

responsables du secteur éducatif, pour concrétiser dans les meilleures conditions possibles cette opération stra- tégique. À ce jour, 10 875 dossiers ont été déposés au- près des APC et des daïras pour l'obtention de la car- te d'identité biométrique qui est exigée aux candidats de cet examen de fin du cycle secondaire. Il convient de souligner que 530 détenteurs du passeport biomé- trique sont dispensés du dépôt du dossier et qu'ils rece- vront automatiquement leur CIB. Tout se déroule par- faitement puisque 7 518 CIB sont déjà confectionnées par le centre d'Alger et leur remise à leurs destinataires se déroule au niveau des établissements scolaires de l'en- semble de notre wilaya et ce, afin de ne pas perturber les études des candidates des deux sexes ».

HAMID B.

L ’établissement Mila-Net, char- gé de l’enlèvement et du traite- ment des ordures ménagères de

la ville de Mila, vient de renforcer son parc mobile de trois camions-bennes. L’établissement, qui gère également le centre d’enfouissement technique (CET) d’Ouled Bouhamma, vient

d’acquérir un camion neuf de marque Sonacome et passer dans son patri- moine deux autres camions usagés. Cette opération vient en prévision de la saison estivale et du mois de ra- madhan, qui connaissent, d’ordinai- re, une augmentation substantielle du

volume des déchets domestiques dans la ville. Le directeur du CET pré- cise que pendant le mois sacré, on en- registre jusqu’à 90 t de déchets do- mestiques par jour. Celui-ci appelle les riverains et les commerçants à res- pecter les heures de passage des en- gins de Mila-Net afin d’optimiser les opérations de nettoyage. Il est à si- gnaler que l’enlèvement, le trans- port et le traitement des détritus do- mestiques est dévolu, depuis janvier dernier, à l’établissement Mila-Net en vertu d’un accord conclu avec l’APC de Mila.

KAMEL B.

GUELMA

25 accidents de la circulation enregistrés en février

L e dernier bulletin émanant de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Guelma fait

état de 25 accidents de la circulation survenus durant le mois de février écoulé qui ont engendré 1 décès et

20 blessés. Les services de sécurité ont

sanctionné 825 infractions au code de

la route durant cette période. Celles du premier degré sont au nombre de

66 et elles concernent le défaut de pré-

sentation du permis de conduire, de la carte grise, de la police d'assuran- ce et du carnet du contrôle tech- nique. Il est relevé 83 infractions du

deuxième degré (utilisation abusive de l'avertisseur sonore, absence du pan- neau 80 km/h à l'arrière du véhicule), 546 du troisième degré (stationne- ment dangereux) et 130 du quatrième degré (sens interdit, non-respect pas-

sage véhicules prioritaires et dépasse- ments dangereux). D'autre part, les services de la DGSN ont retiré

255 permis de conduire aux automo-

bilistes, ce qui s'est traduit par 130 re- traits pour une durée de 3 mois et

125 pour une durée de 6 mois par les

commissions de daïras.

HAMID BAALI

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’Algérie profonde

9

TRIBUNAL CRIMINEL DE AÏN TÉMOUCHENT

Deux acquittements dans une affaire de meurtre

Ce samedi 26 décembre 2014, lorsque B. K., 43 ans, s’était rendu à sa droguerie située en plein centre-ville de Hammam Bou Hadjar, il était loin d’imaginer qu’il avait rendez- vous avec la mort.

L e tribunal criminel de la cour de Aïn Témouchent a acquit- té, ce lundi, SM. B. et B. S., accusés du meurtre d’un com-

merçant. Cités à la barre, les deux mis en cause ont rejeté les accusa- tions qui leur sont portées. Les faits remontent au samedi 26 décembre 2014, lorsque B. K., 43 ans, s’était rendu, après avoir accompli la prière du matin, à sa droguerie située en plein centre- ville de Hammam Bou Hadjar, à 22 km du chef-lieu de wilaya Aïn Témouchent, à bord de son véhi- cule, une Hyundai Accent qu’il venait d’acquérir. Il faisait encore sombre en ce jour d’hiver lorsqu’il s‘apprêta à ouvrir le portail qui donne sur la cour de son local pour y stationner son véhicule laissé moteur en marche. Profitant de l’occasion, des indivi- dus se sont emparés de sa voiture et sa tentative de les en empêcher lui a coûté la vie puisqu’il a été trainé sur plus de 40 mètres avant de percuter un arbre qui lui a fra-

cassé le crâne et écorché la rate. Abandonné dans une mare de sang par ses agresseurs qui ont pris la fuite à bord de son véhicu- le, il succomba à ses blessures après son admission aux UMC, laissant derrière lui une veuve et trois enfants en bas âge. Lors de la plaidoirie, les deux avocats ont plaidé l’innocence de leurs man-

D. R.
D. R.

dants insistant sur l’absence de preuves tangibles et de témoi- gnages précis déclarant que si SM. B., a été mêlé à cette affaire c’est parce le vol de ce type de véhicule coïncidait avec la série de vols de 14 Hyundai Accent qu’il a recon- nu avoir commis dans plusieurs régions. De son côté, la défense de la par- tie civile a indiqué que les deux mis en cause étaient des voleurs

Les deux accusès, S. M. B. et B. S. ont été acquités pour absence de preuves.

professionnels et qu’ils sont venus à Hammam Bou Hadjar à la recherche d’une Hyundai Accent qu’ils ont finalement trouvée en stationnement et moteur en marche après avoir sillonné plu- sieurs villes dont Tlemcen, Hennaya, Maghnia, Aïn Témouchent, Béni Saf, Mécheria, Hassi El Ghella, Chabat El Leham et El Malah. Dans son réquisitoi- re, le représentant du ministère

public, tout en déclarant que SM. B., aurait pu reconnaître le vol du véhicule comme il l’avait fait pour le reste de ses actes si ce vol n’avait pas été suivi d’homicide, a requis la peine capitale à l’en- contre des deux prévenus. Après délibération, le tribunal criminel a prononcé l’acquitte- ment des deux coaccusés pour absence de preuves.

M. LARADJ

ment des deux coaccusés pour absence de preuves. M. LARADJ B R È V E S

BRÈVES de l’Ouest

CHLEF

Amar Ghoul limoge son responsable de parti

n Le président du parti TAJ, Amar

Ghoul, a désigné le député Mohamed Hamouni comme nouveau secrétaire général du parti dans la wilaya de Chlef, en attendant la tenue prochaine d’une assemblée générale élective. Il est reproché à l’ancien responsable local de ne pas avoir assumé pleinement les missions qui lui ont été attribuées. Fermeture fréquente du siège du parti, fuite massive des militants vers d’autres formations politiques, marginalisation des cadres de TAJ et retard énorme dans le renouvellement des structures du parti demeurent, entre autres, parmi les raisons qui ont incité Amar Ghoul à prendre cette décision.

AHMED CHENAOUI

SIDI BEL-ABBÈS

Arrestation de deux narcotrafiquants

n Les gendarmes de Sidi Bel-Abbès ont

interpellé sur la route reliant Tlemcen à Sidi Bel-Abbès deux narcotrafiquants qui transportaient 38 kg de kif traité à bord d’un véhicule de marque Dacia Logan. Poursuivant les investigations et en vertu d'une autorisation d'extension de compétences, les gendarmes ont saisi dans le domicile de l'un d'eux, dans la commune d’Ouled Yaïch, wilaya de Blida, 30 comprimés psychotropes.

A. A.

TIARET

Saisie de 2049 paquets de cigarettes sans facture

n Lors d'un barrage sur la route reliant

Naïma à Sougueur, les gendarmes ont interpellé une personne qui transportait à bord d'un véhicule de marque Peugeot Partner 2049 paquets de cigarettes de marques étrangères, sans facture. Le mis en cause a été remis en liberté et la marchandise remise aux services des domaines de Sougueur.

A. A.

ORAN

Un maçon chute d’une hauteur de 4 m

B. A., maçon de son état, a été sérieusement

blessé, hier matin, après avoir chuté d’une hauteur de quatre mètres. Il travaillait sur le chantier du tribunal de Gdyel. Il a été évacué à l’hôpital d’El-Mohgoun.

A. A.

Saisie de plus de mille comprimés psychotropes à Sidi Chahmi

Agissant sur renseignements, les

gendarmes de la brigade de Nadjma ont interpellé une personne à bord d’une motocyclette, à Sidi Chahmi, en possession de 47 comprimés psychotropes et d’une somme d’argent. Poursuivant les investigations et en

vertu d'un mandat de perquisition, les gendarmes ont saisi dans son domicile 998 comprimés psychotropes de différentes marques.

AYOUB A.

Les pluies noient les routes d’Oran

n Les pluies qui se sont abattues, hier, sur la wilaya d’Oran ont inondé plusieurs axes routiers sur le quatrième boulevard périphérique près de haï Sabah et à Aïn Beïda, bloquant la circulation automobile. Les pompiers ont dû se servir de pompes pour évacuer les eaux de pluie. Le même scénario s’est produit au quartier des Plateaux, à proximité de la 2 e sûreté urbaine.

A. A.

Le Royal Hôtel partenaire de “Goût de France 2016”

n Dans le cadre de l’opération “Goût de France 2016”, l’Institut français d’Algérie et le Collège culinaire de France se sont associés en invitant cinq chefs bordelais dans les cinq antennes de l’IFA. Au menu, un dîner d’excellence avec leur homologue algérien de l’établissement partenaire. Par ailleurs, et dans le cadre des “ formations d’excellence ”, les chefs français ont profité de leur séjour algérien pour sélectionner cinq cuisiniers algériens qui suivront un stage dans leur restaurant à Bordeaux. À l’Institut français d’Oran, ce sont Jean- Pierre Xiradakis et Franck Audu du restaurant La Tupina qui ont été à l’honneur de cette journée. Au Royal Hôtel d’Oran, établissement partenaire de l’événement, un dîner d’excellence a été donné, ce lundi, en présence

du Consul général de France à Oran et la directrice de l’Institut français local. Le chef bordelais Franck Audu a été accompagné par son homologue Faïçal Habbi pour proposer une carte alliant produits du terroir local et spécialités bordelaises. Au final, une table aux goûts de la Méditerranée. Rappelons que Bensebbah Houari, le chef cuisinier du Royal, a passé le concours de sélection au Méridien. Créé à l’initiative de 15 chefs français, le collège culinaire de France est une association ouverte à tous les acteurs de la gastronomie qui partagent les mêmes valeurs, en France et à l’étranger. Véritable lieu d’échange, ce collège destine également ses réflexions aux décideurs et au grand public, peut-on lire sur la brochure de présentation de l’événement.

S. O.

MOSTAGANEM

Arrestation de deux cambrioleurs

n Les éléments de la police judiciaire de la 7 e sûreté urbaine

de Mostaganem ont arrêté, dimanche, H. W., 19 ans, et B. A., 19 ans, soupçonnés de cambriolage. L’opération est intervenue suite à une plainte déposée par la victime indiquant que son domicile, situé au quartier de Kharrouba, a été cambriolé par deux suspects qui ont volé des appareils informatiques, des caméras et un téléphone portable. Les objets volés ont été récupérés et les deux mis en cause placés en détention provisoire.

M. SALAH

Relogement de 30 familles à Sour

n Dans le cadre de lutte contre les habitations précaires, 30

familles viennent d’être relogées dans la commune de Sour,

près de Aïn Tédelès. Selon le maire de cette commune, Guezgouz Charef, 200 logements seront distribués durant les prochains mois, tout en ajoutant que 23 logements sociaux locatifs ont été distribués en plus de 3 autres au profit des familles expropriées à cause du projet de l’autoroute Est- Ouest. Le même responsable a révélé que les travaux de projet de réalisation de 100 unités de logement ont atteint un taux de 70%.

M. S.

Neuf arrestations pour trafic de drogue

n Les éléments de la Sûreté de wilaya de Mostaganem ont arrêté 9 personnes impliquées dans une affaire de consommation et commercialisation de drogues, alors qu’une arme blanche a été trouvée dans le domicile d’un des suspects, B. B. B., âgé de 26 ans, domicilié à Tigditt. Trois

individus ont été interpellés à l’entrée de Mostaganem suite au contrôle de leur véhicule de marque Golf, où une plaquette de 100 g de kif a été trouvée. Les mis en cause ont été placés en détention préventive.

M. S.

La plage de Kef Laouer à l’heure du solaire

n La nouvelle plage de Kef Laouer (commune de Hadjadj) va être totalement alimentée en énergie solaire la prochaine saison estivale qui débutera en juin. Cette expérience sera lancée pour la première fois à travers les plages de Mostaganem. Les responsables de l’entreprise Enie se sont déjà déplacés sur les lieux pour la réalisation d'un devis, et les travaux de réalisation vont être lancés incessamment.

M. S.

10

Publicité

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

F.299 F.299 F.302
F.299
F.299
F.302
10 Publicité Mercredi 23 mars 2016 LIBERTE F.299 F.299 F.302

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

Culture

11

SOUAD ASLA, CRÉATRICE DU PROJET MUSICAL “LEMMA”, À LIBERTÉ

“Mon plus grand souhait est que l'Algérie exporte ce spectacle”

Après son premier album Jawal, où l’artiste a rendu hommage à sa manière aux musiques traditionnelles du Maghreb, Souad Asla revient sur le devant de la scène avec Lemma. C’est un projet musical qui lui tient à cœur, réunissant 12 femmes de Béchar (dont sa mère spirituelle, Hasna El-Bécharia) qui revisitent le répertoire de

quatre styles de musique de la Saoura (ferda, djebbariate, diwane et hadra). Dans cet entretien, elle revient sur la naissance de ce projet et sur son entreprise, fabuleuse, de présenter et de transmettre le patrimoine musical d’une région riche par ses airs et ses rythmes.

Liberté : Lemma est présenté com- me une comédie musicale com- posée de quatre tableaux inter-

prétés par 12 artistes femmes. Comment est né ce spectacle ? Souad Asla : Lemma est avant tout une comédie musicale, une création, un groupe

Entretien réalisé par :

d'artistes

HANA MENASRIA

femmes

qui chan- tent, dansent et jouent des instru- ments parfois ancestraux en re- prenant des répertoires du patri- moine.

L'idée m'est venue lors de mes mul- tiples allers-retours, où j'ai mal- heureusement constaté que chaque année une des femmes âgées man- quait (disparaissait), et que la nou- velle génération, en plus d'être por- tée sur un autre style de musique, oubliait ces chants qui ont tant bercé notre enfance lors de toutes sortes de cérémonies (baptême,

mariage, deuil, waâda

mination de ce spectacle Lemma se voulait tel que la traduction le dit :

rassembler, unir, fédérer, ramas-

Le projet cogitait

depuis plus de deux ans, mais il exis- tait dans ma tête depuis bien long- temps, et c'est à partir de ça juste- ment que je me suis inspirée pour mes différents ateliers de chants et danses en France, y compris pour les ateliers d'arts thérapie que j'ai eu à animer. À chaque atelier, ma gran- de surprise était de voir toutes ces femmes parfois de plus de 12 na- tionalités différentes reprendre en chœur ces chants (parfois carré- ment des louanges à Dieu) avec moi.

ser, se retrouver

). La déno-

D. R.
D. R.

Quelles démarches avez-vous entreprises pour mener à bien ce projet ? Il y a un an, je me suis posée, j'ai tra- cé une stratégie d'action et j'ai mis tout ça sur papier. Il fallait par la sui- te repartir sur les lieux pour re- grouper, écouter et convaincre ces femmes à adhérer au projet. Après une sélection, j'ai animé deux rési- dences à Taghit avec elles, où nous avons appris à mieux nous connaître et nous avons revu tout le répertoire qui est très riche. Par la suite, nous avons répété, chanté et dansé des heures durant, pendant

La sublime Souad Asla

5 jours. J'ai réalisé une chorégraphie sur ça, et cela a duré plus d'une se- maine. Et puis, il y a eu plusieurs autres résidences. Je tiens quand même à le signaler, ces résidences ont été autofinancées.

Vous êtes auteure-compositrice et interprète, et pour Lemma vous portez la casquette du metteur en scène. Pouvez-vous nous parler de cette nouvelle expérience ? La mise en scène a été réalisée par moi, et ce, par manque de moyens d'associer un metteur en scène Une équipe coûte énormément

cher ! Pour la réalisation de cette co- médie musicale, j'ai fait dans la simplicité. Mais aussi dans l'au- thenticité des rituels qui repré- sentent les quatre disciplines du spectacle : ferda, hadra, diwane et djebbariate. En fait, je mets en scè- ne des rituels de cérémonies exis- tantes. D’ailleurs, ces quatre disci- plines ne reprennent pas unique- ment Béchar mais la région de la Saoura.

Depuis la création de votre projet, avez-vous été contactée pour vous produire sur scène ? Des dates fixes non, des promesses, des promesses et des promesses ! Nous nous sommes déjà produites en Algérie, au Festival international du diwane, au colloque internatio- nal sur le patrimoine à Constanti- ne qui a été organisé par Slimane Hachi et l'Unesco, et la dernière date était à l’occasion de la Journée in- ternationale des droits des femmes, le 8 mars, organisée par l’Office national de la culture et de l’infor- mation (ONCI) à la salle mythique de l'Atlas. Ce fut à chaque fois une découverte pour le public, ce dernier a chanté et dansé avec nous. Le pu- blic n'a jamais vu des femmes jouer du karkabou, du tbal et la ferda. Nous avons une date également en France, où nous allons faire décou- vrir une des multiples richesses culturelles de notre Algérie. Mon plus grand souhait est que l'Algérie exporte ce spectacle et qu'il ne nous soit pas importé, car c'est le nôtre.

H. M.

UN LIVRE VIENT DE LUI ÊTRE CONSACRÉ

Slimane Rahmani, l’un des premiers ethnologues de la Kabylie

A vec Boulifa, Slimane Rahmani est considéré à juste titre comme le premier ethnologue de la Kabylie. Il a, à son actif, de nombreuses

études érudites sur l’identité kabyle. Pourtant, de cet ethnologue avant l’heure, on n’a quasiment rien, en témoignent les difficultés auxquelles avaient été confrontés les auteurs du livre sur sa vie, qui vient d’être édité chez Afriwen éditions. Les auteurs, Abderrahmane Amara, retraité de l’en- seignement supérieur, et Nacer Medjdoub, di- recteur du centre culturel, ne désespèrent pas de pouvoir enrichir cet ouvrage de 170 pages, l’im- portant étant de faire sortir de l’oubli cet auteur prolixe, originaire de Cap Aokas. En 1926, il fut instituteur diplômé de langue ber- bère, chargé du cours de berbère à l’école normale de Bouzaréah. En 1940, il fut aussi diplômé en langue et littéra- ture arabes, et a soutenu son doctorat en lettres françaises à l’âge de soixante ans. En 1954, il a soutenu une thèse de doctorat à Aix- en-Provence. Les auteurs en ont profité à l’occa- sion d’une conférence-débat, organisée samedi der- nier au centre culturel d’Aokas, pour lancer un ap-

pel aux personnes susceptibles de leur procurer un exemplaire de cette thèse pour appréhender un tant soit peu l’œuvre et la pensée de cet intellectuel, alors que, sa vie durant, il n’avait cessé d’étudier et d’écri- re sur les Berbères des Babors. Il a, à son actif, une dizaine d’œuvres littéraires de portée sociologique ; il avait étudié la société qu’il connaissait le mieux, la sienne, diront ses biographes. Coutumes des la- bours chez les Béni Amrous, Le mois de M’Lai chez les Kabyles, L’enfant chez les Kabyles jusqu’à la cir- concision, Le mariage chez les Kabyles de Cap Ao- kas, Le divorce chez les Kabyles furent entre autres des publications qu’il avait réalisées dans les an- nées trente. La conférence a été animée par les deux auteurs du livre ainsi que leur éditeur, Rachid Ou- lebsir en l’occurrence. Abderrahmane Amara dira que Slimane Rahma- ni avait été oublié et ignoré par les institutions offi- cielles. Il pouvait le dire, car cet auteur avait assisté même à son enterrement en 1964 sous un soleil de plomb. Et les premiers à le sortir de l’anonymat :

le journaliste Tahar Djaout et le dramaturge Mo- hia. “Avec Nacer, dira-t-il avec insistance, nous avons cherché les moindres informations pour es-

sayer de faire quelque chose pour la mémoire de Sli- mane Rahmani. Nous sommes partis de rien. Et nous avons dû faire des enquêtes journalistiques pour arriver à glaner les informations qui nous ont servi à élaborer ce livre.” Et d’ajouter : “Mais pour continuer ce travail de re- cherche, nous avons besoin de plus d’informations, notamment l’accès au texte de la thèse de doctorat en lettres françaises qu’il a soutenue à Aix-En-Pro- vence, le 4 juillet 1954.” Et de conclure : “Nous fai- sons appel à toute personne, en Algérie ou ailleurs, qui pourrait nous le procurer, sous une forme ou une autre.” L’éditeur a confié pour sa part que “pour la réali- sation du livre sur Slimane Rahmani, ce sont les au- teurs qui ont apporté le financement nécessaire, no- tamment en recourant à la technique de la sous- cription”. Un livre qui aborde les différentes facettes du per- sonnage : textes et photos, la vie de l’ethnologue, puis son œuvre. Dans la troisième partie, on y a glissé des témoignages d’hommes de culture sur Slimane Rahmani.

M. OUYOUGOUTE

d’hommes de culture sur Slimane Rahmani. M. OUYOUGOUTE … CULTURE EN BREF… 3 e édition des
… CULTURE EN BREF…
… CULTURE
EN BREF…

3 e édition des Journées du court métrage et du film documentaire de Mostaganem du 27 au 31 mars

n La maison de la culture Ould

Abderrahmane Kaki de Mostaganem organise, du 27 au 31 mars, la 3 e édition des journées du court métrage et du film documentaire. À cette occasion, l’Aarc (Agence algérienne pour le rayonnement culturel) sera présente à cette manifestation pour présenter ses activités de promotion et de diffusion cinématographiques. Elle participera également avec la programmation de ses coproductions : dans la catégorie long métrage, il sera projeté Mémoire de scène de Rahim Laloui (27 mars à 18h), Le Puits de Lotfi Bouchouchi (29 mars à 18h) et Opération Maillot de Okacha Touita (30 mars à 18h). Dans la catégorie court métrage, il sera présenté Papillon de Kamel Iaich et Nsibi de Hassen Belaïd (30 mars à 14h30) et Point de fuite de Mehdi Laâbidi (31 mars à

14h30).

Ouverture de la librairie du Fibda durant les vacances

n Le comité d’organisation du

Festival international de la bande dessinée (Fibda) a le plaisir de vous annoncer l'ouverture de la librairie internationale (avec plus de 20 000 ouvrages dédiés à la bande dessinée) durant les vacances de printemps, et cela tous les jours de 10h00 à 18h00 au grand chapiteau du Fibda (esplanade de Riad El-Feth).

Concours artistique “Puits de lumière” :

appel aux artistes

n La galerie Ezzou’art (centre

commercial de Bab Ezzouar) prépare une série d’expositions de sculptures et d’installations plastiques dans le puits de lumière du centre. L’appel est ouvert aux étudiants des beaux-arts et à tous les artistes algériens jusqu’au 8 mai 2016. La série d’expositions aura pour thème “Hors normes” et sera exposée durant trois semaines : le concept est de remplacer les supports suspendus imprimés dans le

puits de lumière par des œuvres réalisées par de jeunes talents. À retenir une seule

condition : le matériel utilisé doit être léger. Les artistes souhaitant participer au concours sont priés de faire parvenir :

- Un CV plus portfolio

- Cinq photographies de vos créations ou œuvres pour

l’exposition (les photos doivent être accompagnées du titre, de la technique, des dimensions

- Une démarche artistique ou

une explication du projet. À faire parvenir par email à l’adresse suivante :

galerie@babezzouar-dz.com

marketing@babezzouar-dz.com

)

12

Publicité

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

12 Publicité Mercredi 23 mars 2016 LIBERTE ANEP n°410 275 Liberté du 23/03/2016 F.301   SPA
ANEP n°410 275 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 275 Liberté du 23/03/2016

F.301

  SPA NGAOUS CONSERVES, SPA
 

SPA NGAOUS CONSERVES, SPA

 

AU

CAPITAL SOCIAL DE 1 790 030 000 DA

 

OFFRE D’EMPLOI

 

Dans le cadre de la mise en service prochaine de son unité de production de boissons au niveau de son site de KHEMIS EL KHECHNA, la SPA de NGAOUS

recrute

du personnel

qualifié dans les spécialités suivantes :

POSTES

   

QUALIFICATIONS EXIGEES

RESPONSABLES :

   

- Finances comptabilité

- Administration générale

- Diplôme supérieur et expérience probante dans la spécialité avec un sens

élevé dans la coordination des activités et gestion des hommes.

- Technique

- Qualité

- Commercial

CHEFS D’ATELIERS

 

- Ingénieurs tous les domaines techniques avec expérience minimale de 05 années dans la filière agroalimentaire et la coordination des activités.

ET CONTREMAITRES

CHEFS D’EQUIPES

 

- Formation technique + expérience dans poste de commandement des hommes avec un âge minimum de 35 ans.

TECHNICIENS

 

- Techniciens ou TS en mécanique ou électromécanique ou électricité industrielle avec expérience minimale de 03 années en milieu industriel.

UTILITES

OPERATEURS

 

- Techniciens ou TS dans une spécialité technique avec expérience minimale de 03 ans en milieu industriel.

MACHINES

   

- Ingénieur ou T S

en chimie ou en contrôle qualité avec expérience minimale

LABORANTINS

de 3 années dans la filière boissons ou agroalimentaire en général.

   

- Ingénieur ou T S

en chimie ou en contrôle qualité avec expérience minimale

SIROPEURS

de 2 années dans la préparation de boissons ou produits agroalimentaires.

CARISTES

 

- Permis de conduire catégorie léger + grande expérience dans la conduite de chariots élévateurs (clarcks).

ELECTRICIENS

 

- Ingéniorat ou équivalence en électricité industrielle ou en automatisme ou en électrotechnique ou en électronique avec expérience minimale de 3 années d’activité en milieu industriel

INDUSTRIELS

MECANICIENS

 

- Ingéniorat ou équivalence en maintenance industrielle ou en électromécanique ou en construction mécanique avec une expérience minimale de 3 années d’activité en milieu industriel.

INDUSTRIELS

Les candidats intéressés sont priés d’adresser leur C V détaillé à :

 

- Par courrier postal à : Zone industrielle lot N° 71 DAR EL BEIDA, ALGER

- Par fax au : 023. 83.37.85 /86/87

 

- Par mail à : ngaousrec@gmail.com Pour tous les candidats retenus, il sera proposé un emploi stable et une rémunération intéressante en rapport avec la compétence.

F.294

retenus, il sera proposé un emploi stable et une rémunération intéressante en rapport avec la compétence.

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

PAGE ANIMÉE PAR FARID BELGACEM

Auto

13

liberteauto2011@yahoo.fr

 
 

19 e SALON INTERNATIONAL DE L’AUTOMOBILE D’ALGER

Foton Algérie : une participation, un engagement et des surprises

Pour sa première participation au Salon d’Alger, Foton Algérie a misé sur l’image et la visibilité. C’est cela un opérateur engagé.

C e qui frappe d’em- blée, c’est la qualité du stand. Foton Algérie a marqué de son empreinte cette première par-

ticipation au SIAA-2016, avec

une panoplie de produits, par ailleurs

dis-

ponibles,

avec des prix défiant toute concurrence, mais aussi des surprises et des remises qui attendent les clients. Le patron de Foton Algérie, Samir Allouche, nous dira tout de go que “tout est basé sur le logo de Foton. Il s’agit, avant tout dans un salon pareil, de miser sur l’image et la visibilité. Je veux dire par là que Foton Algérie est un opérateur engagé. Aussi, Foton Algérie est un nouvel acteur du marché à s’impo- ser depuis le début de son activité en avril 2015. Nous représentons fièrement Beiqi Foton Motors Co- Ltd en Algérie et on n’a jamais cessé de participer aux manifesta- tions du secteur automobile”. En moins d’une année, ce conces- sionnaire automobile a réussi à s’installer dans 11 wilayas, et ce, en répartissant ces agents au centre, à l’est, à l’ouest et au grand sud du pays. C’est dire à quel point Foton Algérie s’est engagé en qualité d’un partenaire professionnel, en assurant la proximité avec le client, un service après-vente digne de ce nom. À ce sujet, il fait savoir que ce concessionnaire

Par :

FARID BELGACEM

tous

commercialise des véhicules utili- taires performants et adaptés aux besoins des différents corps de métiers, en assurant des presta- tions de qualité à sa clientèle, comme il veille à l’écoute du consommateur à travers toutes ses structures. Respectant son engagement auprès du consommateur, Foton Algérie est ainsi présente au SIAA-2016 pour satisfaire les demandes de ses prospects qui le plébiscitent de façon continue pour son écoute et sa réactivité aux différentes requêtes qui lui sont adressées. À cette occasion, le distributeur officiel de la marque, connu pour ses offres généreuses et ses succès lors des événements à caractère commercial, a exposé différents produits de sa large gamme. Dans le segment du pick-up, on retrouvera le Tunland simple cabine 4x2, passant de 1 849 000 DA à 1 749 000 DA, soit une remise de 100 000 DA, et le Tunland double cabine 4x2, pas- sant de 1 990 000 DA à 1 890 000 DA, soit une remise de 100 000 DA. Sur le camion, on retrouvera évi- demment Aumark FL 1,6 t au prix de 995 000 DA, soit une remise de 20 000 DA, le camion frigo Aumark FL au prix de 1 830 000 DA, soit une remise de 20 000 DA, le camion Aumark C 2,5 t châssis nu au prix de 2 500 000 DA, soit une remise de 100 000 DA, le camion Aumark C 2,5 t plateau au tarif de 2 600 000 DA, soit une remise de 100 000 DA et,

D. R.
D. R.

enfin, le camion Aumark C à

benne basculante au tarif de 2

800

000 DA, soit une remise de

100

000 DA. Durant ce salon, le

camion Aumark FL 1,6 t, qui s’af- fiche au prix de 995 000 DA, a

ravi la vedette, sachant que son

gabarit permet aux commerçants

et aux

chemin très facilement dans les

livreurs de se frayer un

zones urbaines.

F. B.

ASSURANCE AUTOMOBILE

Axa assurances Algérie sur les stands de tous ses partenaires

n Axa Assurances Algérie a marqué sa participation à la 19e édition du Salon international de l’automobile d’Alger (SIAA-2016) sur tous les stands de ses partenaires du secteur, dont Renault Algérie, Peugeot Algérie, Citroën et le groupe Sovac. En effet, une équipe de commerciaux dispose d’un bureau pour accueillir le client et le conseiller sur le choix d’une assurance automobile adaptée à ses besoins. À Rappeler que la compagnie a signé des conventions de partenariat avec ces concessionnaires pour marquer des présences en continu dans les principaux showrooms.

FARID B.

de partenariat avec ces concessionnaires pour marquer des présences en continu dans les principaux showrooms. FARID

IL ANNONCE UNE DISPONIBILITÉ DES PRODUITS

Le groupe Ival fait son salon dans le réseau

DES PRODUITS Le groupe Ival fait son salon dans le réseau L e groupe Ival, absent

L e groupe Ival, absent du SIAA-2016, fait

son salon dans le réseau et propose une

et modèles, comme Daily (châssis nu), Iveco 682 (tracteur 4x2) et Iveco Leocino. Chez Fiat, Professionnel, l’offre concerne les modèles uti- litaires du New Ducaton et New Doblo en plu- sieurs finitions et motorisations. Quant à la marque d’engins New Holland, elle propose une gamme pratique et ouverte à la commande immédiatement. Son offre touche les modèles Pelle, Retro-chargeur et Bulldozer, avec 12 mois de garantie, un SAV et des prix promotionnels.

FARID. B.

offre sur quelques modèles de véhicules

disponibles immédiatement en stock très limi- té. Justifiant sa défection par “l’absence d’une réelle visibilité commerciale”. Selon Ival, repré- sentant des trois marques italiennes Iveco, Fiat Professional et New Holland, offre une pano-

plie de produits, dont les véhicules utilitaires, semi-utilitaires et engins de travaux publics. La gamme disponible sur le réseau d’Ival inclut pour la marque Iveco plusieurs configurations

GPL, GPS ET CRÉDIT AUTOMOBILE

La Symbol “Made in Bladi” dans tous ses états

R enault Algérie a fait le plein au Salon

d’Alger (SIAA-2016). Pour cause, l’espa-

ce réservé pour accueillir les clients, qui

voudraient contracter un crédit pur l’acquisi- tion d’une Renault Symbol “Made in Bladi” ne désemplit pas. C’est ce que nous avons constaté depuis le premier jour du salon. Le rush y est, après chacun à sa bourse et ses capacités de remboursement. Pour faire face à cet engoue- ment, la marque au losange a dû engager huit vacataires pour prendre en charge les demandes en nette croissance. Selon les don- nées recensées sur place, la banque engagée dans ce processus, à savoir BNP Paribas, donne des préaccords aux clients. Après étude, et si tous les critères sont remplis, les clients éligibles

au crédit-auto reçoivent un accord définitif. Et s’il est précoce pour avancer des chiffres concernant cette formule qui sauve les ventes dans un salon en crise, il est évident que la filia- le française a exposé une autre Symbol équipée du kit GPL au prix de 1 349 000 DA (TTC). Ce modèle, en provenance de la Roumanie est, en effet, doté d’un kit, embarqué et sera bientôt proposé aux clients en Algérie. Concernant le GPS, la marque au losange développe actuelle- ment un plan d’extension, non sans assurer un service de qualité dans les 16 wilayas couvertes par ce système de navigation. Signalons que la Symbol commence à partir 1 190 000 DA (TTC).

F. BELGACEM

la Symbol commence à partir 1 190 000 DA (TTC). F. BELGACEM LE LIGHT PAINTING BOX
LE LIGHT PAINTING BOX BY RENAULT Des milliers de photos sur les réseaux sociaux !
LE LIGHT PAINTING BOX
BY RENAULT
Des milliers
de photos sur les
réseaux sociaux !
n Light Painting Box by Renault
(semblable au Photomaton) est un
concept simple : il suffit de prendre
une photo dans le noir, comme le
montre notre photo, de la
personnaliser en Light Painting et
de la poster sur les réseaux sociaux,
notamment Facebook. Ce concept a
capté l’attention des milliers de
visiteurs au SIAA-2016, d’autant
que Renault Algérie a joué sur les
lumières pour mettre en valeur son
pavillon, mais surtout la nouvelle
Mégane (berline) et le Kadjar (SUV
compact) et le Talisman (Premium).
FARID. B.

14

Publicité

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

ANEP n°410 338 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 338 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 533 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 533 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 190 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 190 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 362 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 362 Liberté du 23/03/2016
ANEP n°410 533 Liberté du 23/03/2016 ANEP n°410 190 Liberté du 23/03/2016 ANEP n°410 362 Liberté

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

L’internationale

15

ACCUSANT LE MAROC DE “VIOLER LA CHARTE DES NATIONS UNIES”

Le SG de l’ONU demande au Conseil de sécurité d’agir

Avertissant le Maroc des conséquences de sa décision d’expulser les effectifs de la Minurso, Farhan Haq, le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU, a affirmé qu’en l’“absence d’une force efficace de maintien de la paix, les tensions vont s'exacerber dans ces territoires”.

L a tension est loin d’être retombée entre l’ONU et le Maroc, notamment après l’ordre donné di- manche soir par Rabat aux Nations unies de

fermer son bureau de liaison mili- taire à Dakhla, dans le territoire oc- cupé. Réagissant à ces développe- ments, alors que rien n’a filtré sur la réunion à huis clos du Conseil de sé- curité, consacré lundi soir à cette cri- se entre le Maroc et l’ONU, le por- te-parole adjoint de Ban Ki-moon a accusé lundi le Maroc de “violer la charte des Nations unies”, tout en ap- pelant le Conseil de sécurité à in- tervenir, en prenant les mesures nécessaires pour mettre fin aux dé- passements de Rabat. Farhan Haq a confirmé l’évacuation de la composante civile de cette mission des territoires sahraouis occupés, en précisant que “des 84 membres de la Minurso concernés par les mesures de rétorsion de Rabat, 72 ont quitté ces territoires sahraouis, alors que 11 autres membres sont en fin de mandat et ne font plus partie, de ce fait, de cette mission. Un seul

membre de ces effectifs est resté pour des raisons de santé”. La même source a révélé que le Maroc a également ordonné aux Nations unies de fermer leur bureau de liaison militaire à Dakhla. Pen- dant ce temps, le Conseil de sécuri- té s’est abstenu de faire une décla- ration dans ce sens à l’issue de sa ré- union de lundi, car trois pays – la France, le Sénégal et l’Égypte – continuent de bloquer une “décla- ration musclée” du Conseil de sécu- rité contre Rabat, pourtant prévue avant la première réunion, tenue la semaine dernière. Selon une source bien au fait du dossier, “ces trois pays ont empêché le Conseil de sécurité d’avoir une position unanime forte contre le Maroc”. Face à cette situation de blocage, le secrétaire général du Front Polisario,

D. R.
D. R.

Mohamed Abdelaziz, a lancé un appel urgent au Conseil de sécurité de l'ONU dans lequel il l’exhorte à assumer ses responsabilités en tant que mandataire et premier respon- sable de la Minurso, après les me- sures annoncées par le Maroc visant à démanteler cette mission onu- sienne. “Face à ces développements dangereux, le Front Polisario lance un

Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général de l’ONU.

appel urgent au Conseil de sécurité pour assumer ses responsabilités en tant que mandataire et premier res- ponsable de la Minurso et garant de la mission dont elle a été investie, à savoir l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara oc- cidental”, a écrit Mohamed Abdela- ziz dans une lettre adressée au pré- sident du Conseil de sécurité, Ismael

Gaspar Martins. “Le Front Polisario prend à témoin le Conseil de sécuri- té de l’ONU contre toute manifesta- tion probable de l’aventurisme et de l’expansionnisme marocain qui constituerait une nouvelle escalade de l’agression et une menace sérieuse à la sécurité régionale”, a ajouté le patron du Front Polisario.

MERZAK TIGRINE

BARACK OBAMA À PROPOS DE SA VISITE À CUBA

Un “jour nouveau” dans les relations bilatérales

n Tout en reconnaissant que de réelles “différences” demeuraient entre les deux pays, Barack Obama a salué lundi à La Havane un “jour nouveau” dans les relations entre les États-Unis et Cuba. L’avenir de Cuba “sera décidé par les Cubains”, a martelé le président américain au deuxième jour de sa visite historique dans la capitale cubaine, sans oublier de souligner que Washington continuera à avoir avec les autorités cubaines des “discussions franches” sur les sujets qui dérangent. “Nous avons eu une bonne discussion sur les questions de démocratie et de droits de l'homme”, a assuré Barack Obama à l’issue d'un entretien avec son homologue cubain au palais de la Révolution de La Havane, puissant symbole de la lutte contre “l’impérialisme américain”. “J’espère que ma visite ici montre à quel

point nous sommes prêts à entamer un nouveau chapitre dans les relations cubano-américaines”, a-t-il insisté. Saluant “l'esprit d'ouverture” de son homologue cubain, le président US a cependant assisté, visiblement surpris, aux réponses courroucées de ce dernier lorsqu’un journaliste américain lui a posé une question sur les prisonniers politiques. Premier président américain en exercice à se rendre à Cuba depuis 88 ans, Barack Obama, qui quittera le pouvoir en janvier 2017, souhaite mettre à profit cette visite pour rendre irréversible le processus de rapprochement. Il a une nouvelle fois invité le Congrès américain à lever l'embargo qui pèse sur Cuba.

R. I./AGENCES

RIYAD UTILISE AU YÉMEN DES ARMES LIVRÉES PAR WASHINGTON ET LONDRES

Les dénonciations d’Amnesty et de HRW

A mnesty international a appelé, hier, les États-Unis et la Grande-Bretagne à s'abs- tenir de tout transfert d'armes utilisées

dans la guerre au Yémen, marquée en près d'un an par de graves violations du droit humanitai- re international. Human Rights Watch (HRW) a lancé un appel similaire, invitant Washington et Londres, mais aussi Paris à suspendre leurs ventes d'armes à l'Arabie saoudite jusqu'à ce qu'el- le, non seulement, limite ses frappes aériennes illé- gales au Yémen, mais enquête aussi d'une manière crédible sur les violations du droit humanitaire. La guerre, déclenchée avec l'intervention le 26 mars 2015 au Yémen d'une coalition militaire ara- be conduite par l'Arabie saoudite, a fait près de 6300 morts, pour la moitié des civils, selon l'ONU. “Les États-Unis et la Grande-Bretagne -- les plus importants fournisseurs d'armes à l'Ara- bie saoudite-- et d'autres États ont continué à au- toriser les transferts d'armes qui ont été utilisées pour commettre et faciliter des violations graves et

générer une crise humanitaire d'une ampleur sans précédent”, écrit Amnesty international dans un communiqué. “Il est temps pour les di- rigeants du monde de cesser de mettre en avant leurs intérêts économiques”, ajoute l'organisation de défense des droits de l'homme, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer un em- bargo global et total sur les transferts d'armes pour une utilisation au Yémen. “Un an après, la réponse de la communauté in- ternationale au conflit au Yémen a été profondé- ment cynique et tout à fait honteuse”, dénonce James Lynch, directeur adjoint d'Amnesty pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Soulignant les pertes civiles humaines enregistrées en un an de guerre au Yémen, Amnesty indique avoir do- cumenté une série de graves violations du droit humanitaire et des droits de l'homme, incluant des crimes de guerre. “En vertu du droit internatio- nal humanitaire, toutes les parties au conflit doi- vent chercher à minimiser les risques pour les ci-

vils, y compris en annulant ou en reportant une at- taque s'il devient évident que des civils pourraient être touchés d'une façon disproportionnée”, sou- ligne l'organisation. “En outre, toutes les parties au conflit doivent veiller à ce que la population ci- vile dans les zones sous leur contrôle ait accès à l'ai- de humanitaire”, déclare James Lynch. Dans un communiqué hier, HRW déplore pour sa part que “durant l'année écoulée, les gouvernements qui ar- ment l'Arabie saoudite ont rejeté ou minimisé des preuves convaincantes que les frappes aériennes de la coalition (arabe) ont tué des centaines de civils au Yémen”. “En continuant à vendre des armes à un contre- venant connu et qui a fait peu pour limiter les abus, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ris- quent d'être complices de la mort illégale de civils”, prévient un responsable de HRW, Philippe Bo- lopion, cité dans le communiqué.

R. I./AGENCES

PRÉSENCE DU HEZBOLLAH EN SYRIE

Hassan Nasrallah écarte tout retrait

n Le Hezbollah libanais continuera

le combat auprès du régime syrien

jusqu’à la défaite des terroristes de l’organisation autoproclamée État islamique et du Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, a annoncé lundi soir le chef du parti chiite Hassan Nasrallah. “Nous sommes allés en Syrie pour aider le pays à ne pas tomber aux mains de

Daech et d'Al-Nosra (

nous avons la responsabilité d'être là-bas, nous resterons là-bas”, a-t-il affirmé à la chaîne Al-Mayadeen basée à Beyrouth. L’interview, menée en direct, intervient une semaine après l'annonce par la Russie, grand allié du régime de Bachar al-Assad, qu'elle allait retirer l’essentiel de son contingent

militaire en Syrie. “Tout ce qui se dit à propos de notre retrait de Syrie en ce moment est faux”, a souligné Hassan Nasrallah, à la question de savoir si son puissant parti armé allait faire de même. “Que les Russes partent ou restent, et je vous dis même plus, si les Iraniens partent ou

restent, (

)

Tant que

)

notre destin, nous le

Hezbollah, et celui de nos frères syriens est le même et indivisible”, a assuré le chef du Hezbollah, qui vit dans un lieu secret. “Si la Syrie tombe aux mains de Daech et d'Al- Nosra, c’en est fini de la Syrie, c’en est fini du Liban”, a poursuivi Hassan Nasrallah. “Nous nous devons de rester jusqu’à ce que cet objectif soit atteint, que ce soit par le retrait des groupes extrémistes de Syrie ou par un règlement politique”, a-t-il encore dit. “Nous sommes capables d'envoyer davantage de forces en Syrie”, a-t-il précisé. “Mais nous n'avons pas la mentalité de ceux qui veulent une solution militaire. Nous voulons une solution politique.” Pour rappel, les six monarchies du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient pris la décision au début du mois de mars de classer le Hezbollah, qu'elles accusent de servir de tête de pont à l'Iran, comme organisation “terroriste”.

R. I./AGENCES

ACCORD UE/TURQUIE SUR LES RÉFUGIÉS

Les réserves du HCR

n Le chef du Haut-Commissariat de

l’ONU pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a prévenu qu'il suivrait en détail la mise en œuvre de l'accord conclu entre l'UE et la Turquie sur les migrants, faisant une nouvelle fois part de son inquiétude sur de possibles entorses au droit international. “Le diable est dans les détails de cet accord :

comment sera-t-il mis en œuvre ?”, s'est interrogé Filippo Grandi, lors d'une conférence de presse à Ottawa au Canada. Pour le haut commissaire onusien, il est crucial que “des garde-fous garantissent

(aux réfugiés) le respect de principes fondamentaux”, tels que leur non- renvoi contre leur gré dans leur pays d'origine. Il est nécessaire en particulier d'identifier les réfugiés qui “ont des raisons de craindre leur renvoi en Turquie”, a-t-il souligné. En outre, aucun réfugié ne devrait être placé en détention, et tous ont le droit de déposer une demande d'asile, a-t-il répété. Le HCR a rappelé l'Union européenne et la Turquie à leurs obligations légales, a indiqué le diplomate italien. “Les garanties que nous avons décrites feront, selon qu'elles soient respectées ou non, que (l'accord) sera, ou non, en conformité avec le droit international et le droit européen”, a souligné le haut commissaire.

R. I./AGENCES

Liberté

16

Sport

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

DOPAGE

La FIFA étend à l'échelle internationale les suspensions de Belaïli, Boussaïd et Merzougui

n La commission de discipline de

la Fédération internationale de football (FIFA) a étendu à l'échelle internationale les sanctions infligées par les organes juridictionnels de la fédération algérienne (FAF) à Youcef Belaïli (USM Alger), Rafik Boussaïd (RC Arbaâ) et Kheireddine Merzougui (MC Alger) pour “violation des règles antidopage”, a annoncé lundi l'instance mondiale sur son site officiel. Belaïli et Boussaïd ont été suspendus par la commission de discipline de Ligue de football professionnel (LFP) de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) pour une durée de quatre ans, “après avoir été contrôlés positifs à la cocaïne”, souligne la FIFA. De son côté, Merzougui a également été suspendu pour quatre ans - décision par la suite confirmée par la commission de recours de la FAF - après que celui-ci ait été contrôlé positif à la méthylhexaneamine. Le président de la commission de discipline de la FIFA a décidé d'étendre ces sanctions au niveau mondial conformément aux articles 136ss du code disciplinaire de la FIFA. Les parties concernées ont été dûment informées ce jour de ces décisions. Mohamed Youcef Belaïli et Rafik Boussaïd sont suspendus jusqu'au 19 et 20 septembre 2019 respectivement, tandis que Kheireddine Merzougui est suspendu jusqu'au 24 janvier 2020. La FIFA rappelle qu'elle continuait de travailler en étroite collaboration avec ses associations membres dans la lutte contre le dopage. L'un des principaux piliers de la stratégie antidopage de la FIFA est la prévention par l'éducation. Ces derniers mois, la FIFA a lancé une série d'initiatives de prévention dans le cadre de ses efforts continus pour préserver le football de tout type de dopage. L'objectif est de sensibiliser les joueurs, entraîneurs et médecins sur les dangers du dopage et de fournir les outils pédagogiques appropriés aux responsables de contrôle de dopage dans le monde.

ESS

Saâdi allonge la liste

n Coup dur pour l’Equipe des U21

de l’ESS à quelques jours des quarts de finale de la Coupe

d’Algérie face à la JSS. En effet, la commission de discipline de la LFP vient de suspendre le milieu offensif, Ismaïl Saâdi jusqu'à la fin de la saison en cours et ce, suite aux tragiques incidents intervenus

à l’issue du match des 1/8 de finale

disputé face au CRB au stade du 20 Août 55 et qui fut émaillé par une bagarre générale à l’issue des tirs aux buts qui ont souri au club des Hauts-Plateaux. C’est également

une perte pour le coach de l’équipe senior Alain Geiger qui a fait appel

à cet élément à plusieurs reprises.

On retiendra en outre que la CD de la LFP a annulé la sanction de Farès Houari qui a été sanctionné dans un premier temps de trois matches de suspension ferme. Il est utile de souligner que le onze du coach Alain Geiger se présentera samedi face à l’ASMO sans certains titulaires à l’image de Delhoum et Benlamri suspendus, Amokrane et Keniche qui ont rejoint l’EN des U23 à Séoul ou encore Dagoulou retenu par l’Equipe nationale de Centrafrique en vue de la double confrontation face à Madagascar dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017.

F. R.

MC ALGER

Amrouche : “Abid va nous manquer”

D ans une déclara- tion à Liberté, l’en- traîneur du Mouloudia d’Alger Lotfi Amrouche a

regretté l’expulsion de son atta- quant Abid dans l’ultime minute du clasico face à la JSK disputé samedi à Tizi Ouzou. “Certes nous avons perdu face à la JSK, et c’est tout à fait normal vu que l’adver- saire était plus volontaire que nous, mais ce que je n’ai pas admis, c’est le fait que notre joueur Abid s’est fait expulser bêtement par l’arbitre du match. Ce n’est pas du tout nor- mal, Abid aurait pu garder son sang-froid. Déjà que nous avions des insuffisances au niveau du sec- teur offensif, en perdant les services de ce joueur pour au moins deux rencontres est trop handicapant pour nous. J’ai discuté avec le joueur, il a regretté ce qu’il a fait, mais le mal est fait. Dommage pour nous, puisque je comptais énormé- ment sur Abid pour le prochain derby face au NAHD”, a affirmé hier le coach mouloudéen. En

outre, le jeune entraîneur du MCA a voulu nous donner des explications quant à l’incident

qu’il a eu avec son joueur Demmou juste après l’expulsion d’Abid. Amrouche a précisé que “Demmou a fauté. J’étais hors de moi après l’expulsion d’Abid à une minute du terme, et je lui ai reproché ça, mais Demmou et je ne

sais pas pour quelle raison n’a pas apprécié mes dires à l’encontre d’Abid. Je l’ai remis à sa place, quelques minutes plus tard il est venu me voir pour s’excuser. Mais pour instaurer une discipline dans le groupe, cela ne va pas passer inaperçu, il va être sanctionné après le stage de Tlemcen”, nous a fait savoir Amrouche. Revenant à

la rencontre perdue face à la JSK,

Amrouche a expliqué cela par le fait que “mes joueurs étaient dans un jour sans. Il ne faut pas blâmer que la défense qui a commis certes des erreurs fatales, mais c’est toute l’équipe qui n’a pas bien joué. Ma foi, ça arrive, on doit juste se remettre au travail et profiter de cette mini-trêve pour essayer de combler toutes les lacunes”. En par- lant de stage, le Mouloudia d’Alger sera à Tlemcen à partir de vendre-

di prochain pour un mini-stage de

cinq jours. “Je dirai que cette mini-

trêve vient au bon moment.

“Je dirai que cette mini- trêve vient au bon moment. L’équipe est usée et moralement et

L’équipe est usée et moralement et physiquement. Il ne faut pas oublier que nous avions joué la plu- part de nos dernières rencontres en déplacement. Une seule rencontre s’est jouée à Alger, c’était le derby face à El Harrach. Donc, c’est dans ce sens que j’ai accordé aux joueurs quatre jours de repos. On va

reprendre les entraînements demain à Bouchaoui avant de ral- lier le lendemain la ville de

Tlemcen”, dira Amrouche. Par ailleurs, évoquant le mini-stage de Tlemcen, Lotfi Amrouche nous a révélé que l’équipe “va bien tra- vailler à Tlemcen avec des séances bi-quotidiennes. Notre travail sera beaucoup plus axé sur le volet tac- tique. On ne va pas négliger aussi le bloc offensif et on va le travailler, surtout que j’ai décelé des carences dans ce compartiment”.

SOFIANE MEHENNI

ABDELHAKIM AMOKRANE, ATTAQUANT DE L’ÉQUIPE NATIONALE OLYMPIQUE

“Séoul, une étape importante avant les JO”

A pproché par Liberté avant

de s’envoler en direction de

Séoul pour rejoindre l’équi-

pe nationale des U23, l’attaquant sétifien Abdelhakim Amokrane a affirmé que le stage de Séoul, qui sera ponctué par deux joutes ami- cales, sera bénéfique pour le grou- pe entraîné par le Suisse André Pierre Shurmann. “Et comment ! Se mesurer à des équipes comme la Corée du Sud, qui a un autre style de jeu et une mentalité différente de ce que nous avons déjà affronté

jusque-là, sera sans doute bénéfique pour nous. Ça reste un stage de pré- paration qui sera très important pour nous les joueurs. On manque d’expérience internationale, et des matches de ce type vont certaine- ment nous servir en prévision de notre prochaine participation aux

Jeux Olympiques de Rio”, nous a-t- il dit tout heureux du double évé- nement qu’il venait de vivre à l’is-

sue du match de la LDC qui a

présenter. Ils font leurs preuves en

opposé l’ESS à l’Étoile du Congo,

club. C’est de toutes les manières un

au

cours duquel il a contribué à la

renfort qui va sûrement donner un

qualification au prochain tour en

plus à notre groupe qui manque

réalisant son tout premier but

terriblement d’expérience. J’estime

depuis qu’il a rejoint les rangs du club champion d’Algérie en titre

que la présence de ces joueurs sera d’un grand apport en vue des

en

décembre dernier après un prêt

échéances officielles”, ajoute notre

de

six mois au DRBT. Interrogé en

interlocuteur qui s’est déclaré heu-

outre au sujet de la venue de cer- tains joueurs du championnat local appelés en renfort par le sélectionneur national Olympique

reux d’avoir enclenché son comp- teur aux buts après une longue période de disette. “Sincèrement, j’attendais ce but depuis longtemps.

prévision du tournoi de Rio, le joueur de 21 ans nous a indiqué

en

J’étais très content. C’est comme si je venais de me débarrasser d’une

que la présence desdits éléments dans l’équipe va sûrement appor- ter un plus, notamment vis-à-vis

poisse qui me collait depuis quelques semaines. Ce fut, sincère- ment, un soulagement pour moi.

de

l’expérience. “Je pense que notre

Ceci va sûrement me motiver à

entraîneur est le mieux placé pour juger l’apport que pourront donner les joueurs qu’il avait convoqués. Et puis, il faut reconnaître que des gars comme Sayoud, Abid, Benyada et Seddiki ne sont pas à

l’avenir afin de tenter d’inscrire d’autres buts et aider mon équipe à obtenir des résultats positifs”, dira- t-il, avant de conclure sur les 1/8 es de finale qui va opposer l’ESS à El- Merrikh du Soudan, dernière

étape avant la phase de poule de la plus prestigieuse compétition interclubs du continent. “Il est cer- tain qu’au fil de la compétition, les choses deviennent de plus en plus difficiles. En Afrique, maintenant, toutes les équipes se valent ou presque. Il n’y a plus de place pour les surprises. Nous avons confirmé cela lors de notre double confronta- tion face aux Congolais au précé- dent tour. C’est vrai qu’on va affronter une bonne et coriace équi- pe d’El-Merrikh qu’on connaît bien. Mais n’empêche que nous aussi nous avons des atouts à faire valoir. En tous cas, la qualification se jouera sur les deux matches. Pour nous, le plus important c’est d’essayer de ramener un bon résul- tat de Khartoum afin de jouer la seconde manche avec moins de pression”, conclut l’ancien avant centre de l’ESM Koléa.

FARÈS ROUIBAH

DRB TADJENANET

Graïch : “Sayoud sera cédé seulement à un club étranger”

L e président du DRB Tadjenanet Tahar

Graïch a indiqué que son joueur Amir

Sayoud ne sera libéré qu’à un club étran-

ger au moment où plusieurs clubs de l'élite algé- rienne se sont manifestés pour bénéficier de ses services en vue de la saison prochaine. “Je suis au courant des tentatives de certains clubs d'en- gager Sayoud alors qu'ils étaient censés prendre attache avec moi, étant donné que le joueur est encore sous contrat avec nous. Cela dit, il ne sera libéré que pour un club étranger”, a déclaré à l'APS le premier responsable du nouveau promu en Ligue 1 algérienne de football. Non épargné par les blessures, Sayoud, formé au Ahly du Caire (Égypte) a mis du temps à émer- ger. Sa première expérience en championnat d'Algérie lorsqu'il a été prêté par les Égyptiens au MC Alger en 2012, fut un échec. Le joueur

de 25 ans a atterri par la suite en Bulgarie où il a porté les couleurs du PFK Beroe Stara Zagora (2013-2014), puis rallié le Club sportif sfaxien en Tunisie (2014-2015), deux expériences non fructueuses elles aussi. Ce n'est qu'en rejoignant le DRBT, l'été dernier, que Sayoud a commencé à retrouver la plénitu- de de ses moyens. Il est devenu l'un des meilleurs joueurs du championnat national, estiment les observateurs. Auteur de six buts jusque-là, le natif de Guelma suscite d'ores et déjà les convoitises des gros bras de l'élite, alors qu'il a encore une autre année de contrat à honorer avec Tadjenanet. “Quelle que soit l'offre que certains clubs comptent me faire à propos de Sayoud, je ne changerai pas de position. Si trans- fert il y aura, ce sera pour l'étranger”, insiste le patron du DRBT, qui a évoqué du reste des

touches” qu'aurait déjà eues son poulain de la part de clubs de l'extérieur, sans toutefois

dévoiler leur identité. “Une chose est sûre, le challenge sportif sera pris en considération si on venait à transférer Sayoud à l'étranger”, a enco- re assuré le même responsable. L'ex-international olympique postule actuelle- ment pour une place dans l'effectif de la sélec- tion algérienne des moins de 23 ans (U-23) en vue des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro (Brésil). Un quota de trois joueurs dont l'âge dépasse les

23 ans est attribué à chaque équipe qualifiée aux

Olympiades. D'ailleurs, Sayoud se trouve

actuellement avec la sélection nationale des U-

23 en Corée du Sud pour disputer deux matchs

amicaux contre la sélection locale dans le cadre de ses préparatifs pour les JO.

Corée du Sud pour disputer deux matchs amicaux contre la sélection locale dans le cadre de

LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

Sport

17

IL EFFECTUE SES PREMIERS PAS EN ÉQUIPE NATIONALE

Benzia : “Je ressens beaucoup de fierté”

L e nouvel attaquant de la sélection nationale, Yassine Benzia, vit sa première convocation en sélection algérienne et ce, après avoir déci-

dé de rejoindre les rangs des Verts en février dernier. Pour ses pre- miers pas chez les Verts, le socié- taire de Lille ressent de la fierté, lui qui a été vite adopté par ses com- patriotes. “Je ressens beaucoup de fierté. Je suis très heureux de me re- trouver ici en Algérie, tout le mon- de m’a bien accueilli. Pour le mo- ment, ça se passe bien et j’en suis très content”, a déclaré, hier, Yassine Benzia lors du point de presse or- ganisé au Centre technique natio- nal de Sidi-Moussa. L’ex-attaquant de L’Olympique Lyonnais ne cache pas ses ambitions concernant son statut au sein de l’EN. “Je suis im- patient de commencer mon premier entraînement. Je viens ici en pleine forme sans blessure. Je me mets à la disposition du coach et c’est à lui de faire ses choix. Si je dois commen- cer comme titulaire, je me donne- rai à 100%. Maintenant, si je joue

pour cinq minutes, je me battrai à fond. C’est dire que l’intérêt de l’équipe passe avant toute autre considération”, fait-il savoir. À propos du Centre technique na- tional, Benzia est satisfait des conditions mises à la disposition des Verts. “Je ne suis pas du tout surpris du centre de Sidi-Moussa.

APS
APS

On m’en avait déjà parlé, c’est un très beau lieu. Il existe de très bonnes installations. Ce qui permet aux joueurs de se préparer dans de bonnes conditions. C’est le plus im- portant pour l’équipe.” Revenant sur le choix de jouer pour l’Algé- rie, Benzia révèle n’avoir pas été du tout influencé par ce qu’endurent Benzema et d’autres en équipe de France. “Pas du tout. Chaque cas est différent. C’est leur affaire avec

l’équipe de France. Moi, je n’ai pas pensé à ça du tout. J’ai fait un choix du cœur. J’ai vu tout ça avec ma fa- mille et tout le monde est content. Pour vous dire que ça n’a rien changé par rapport à ma décision”, martèle-t-il. À propos de son nou- veau statut de remplaçant au LOSC, Benzia n’a pas voulu polé- miquer là-dessus. “Je ne sais pas du tout. C’est le choix du coach. Je ne suis pas là pour commenter cela. On

prépare une double confrontation face à l’Éthiopie. De ce fait, je vais tout donner pour la sélection.” En- fin, Benzia sait à quoi s’en tenir en terre africaine. “On m’a déjà brie- fé. Mon coéquipier à Lille, Mounir Obbadi, (Ndlr Maroc), m’a parlé de toutes les conditions. Donc, il n’y a aucun problème. Je vais m’adapter, je sais maintenant dans quoi je vais me lancer”, conclut-il.

NAZIM T.

SOFIANE HENNI À “LIBERTÉ”

“La concurrence ne m’effraie pas !”

Liberté : Le sélectionneur national a fait appel à vous après avoir constaté le forfait de Hilel Soudani. Cela vous a-t-il gêné ? Sofiane Henni : Je ne vous cache pas que

j’étais trop content d’avoir reçu mon invita- tion, mais aussi très fier de faire partie de l’équipe d’Algérie pour la première fois. D’ailleurs je n’ai

pas discuté avec le coach pour savoir

pourquoi il ne m’a pas porté, dès le départ, sur la liste des convo- qués. Cela prouve également qu’en football il faut toujours se tenir prêt, c’est d’ailleurs ce que j’ai fait et même si mon nom ne figurait pas sur la première liste du sélectionneur cela ne m’a pas empêché d’être appelé après pour participer à ce regroupement.

Entretien réalisé par :

AHMED IFTICEN

C’est votre première convocation en équipe d’Algérie. Comment avez-vous trouvé l’am- biance au sein de la sélection algérienne ? Je suis très heureux d’être ici en Algérie et de faire partie de l’équipe nationale d’Algérie ce sont des moments importants dans ma car- rière.

Au cours de ce regroupement, vous allez af- fronter la sélection d’Éthiopie en aller-re- tour, pour le compte des éliminatoires de la CAN. Êtes-vous prêt à prendre part à ces deux matches ? Le plus important est de rester concentré au maximum et de se tenir prêt pour jouer et tra- vailler à l’entraînement pour être disponible et, jour après jour on va s’approcher du mat- ch pour évaluer nos aptitudes. Il s’agit de deux confrontations importantes et c’est à nous, les joueurs, de tout donner pour les remporter.

davantage à l’avenir pour assu- rer une présence permanente en sélection.

Vous êtes un milieu offensif, sauf qu’à ce poste la concur- rence s’annonce rude avec la présence de Feghouli, Brahi- mi et autres. Comment comp- tez-vous vous imposer en sé- lection ? J’ai l’habitude de jouer derrière les attaquants ou encore sur le côté gauche et droit aussi. Main- tenant pour ce qui est de la concurrence en équipe natio- nale, je dirai que c’est important d’évoluer dans un contexte pareil. Je sais que l’EN regroupe de très

bons joueurs au milieu et cela ne peut être que bénéfique pour moi sur le plan personnel et pour la sélection d’une ma- nière générale.

En affrontant l’Éthiopie, vous allez décou- vrir le continent africain pour la première fois. N’est-ce pas ? Oui, c’est vrai, mais dans ma tête je pense plu- tôt au match qu’aux conditions dans lesquelles on va jouer. Le plus important pour moi sera de se tenir prêt si l’entraîneur me fait appel.

APS
APS

Dans votre carrière vous n’avez pas évolué dans de grands clubs mais vous avez réus- si à attirer l’attention du sélectionneur na- tional vu vos performances individuelles. Comment cela s’est-il passé au juste ? Je pense qu’on est plus remarqué par nos per- formances individuelles qui étaient bonnes ces dernières années et aussi le fait de mar- quer des buts était important pour moi. C’est d’ailleurs les raisons pour lesquelles j’ai été remarqué. Cela me poussera à travailler

À PROPOS DE LA RUMEUR DU DÉPART DE GOURCUFF

Mesloub : “Ce sont des bruits de couloir”

n Le milieu de terrain de l’EN, Walid Mesloub, révèle que le sélectionneur national, Christian Gourcuff, n’a rien insinué quant à son départ de la sélection nationale. “Le coach était tout à fait normal. Nous avons travaillé le plus normalement du monde. Ce sont des bruits de couloirs”, affirme le sociétaire de Lorient.

N. T.

Le onze de Gourcuff se dessine !

n Le sélectionneur national Christian

Gourcuff ne va pas trop chambouler son effectif lors de la double confrontation face

à l’Éthiopie. En effet, mis à part la défense où il pourra y avoir quelques modifications, c’est pratiquement les mêmes joueurs, qui ont pris part au dernier match officiel face à la Tanzanie, qui vont être reconduits. Ainsi, le seul problème pour le Breton est sa charnière centrale, avec le retour de blessure de Mandi, qui était même annoncé forfait face à l’Éthiopie, le technicien français pourrait composer sa charnière avec la paire habituelle Mandi-Medjani, alors que Zeffane et Ghoulam occuperont respectivement le couloir droit et gauche de la défense. Néanmoins, avec la forme affichée par Hicham Belkaroui avec son nouveau club portugais du National de Madère et ses dernières prestations aussi avec les Verts jugées satisfaisantes, Gourcuff pourrait essayer la variante Belkaroui-Medjani dans l’axe de la défense. Avec cette nouvelle option, Mandi passera sur le côté droit alors que Ghoulam sera aligné à gauche. Dans ce cas de figure, c’est Zeffane qui sautera du onze de départ. Sinon il n’y aura pas de surprise pour les autres compartiments ; dans les bois, et, sans surprise, M’bolhi sera aligné. Dans l’entre- jeu, Christian Gourcuff va, une nouvelle fois, faire confiance à son quatuor gagnant - Mesloub, Taider, Brahimi et Feghouli -, bien que ces deux derniers soient loin de leur niveau. En attaque, et sans surprise, le sélectionneur national fera confiance au tandem de feu Mahrez- Slimani qui font les beaux jours de Leicester et du Sporting Lisbonne.

S. M.

Gourcuff boude la presse

n Décidément, le sélectionneur national

Christian Gourcuff ne porte pas dans son cœur les journalistes algériens, sinon comment expliquer le fait que depuis les deux derniers matchs amicaux en octobre dernier face, respectivement, à la Guinée et au Sénégal, le coach français ne s’est plus exprimé à la presse nationale. Il est clair que Christian Gourcuff, et depuis le fameux incident avec l’un de nos confrères après le match face à la Guinée (0-1) au stade du 5-Juillet, a pris la décision de ne plus animer de conférences de presse avant un rendez-vous important de l’EN, mis à part celles qui sont tenues après chaque rencontre officielle ou amicale afin d’éviter, bien sûr, les probables sanctions de la CAF ou de la Fifa. L’attitude du technicien français est totalement différente de son prédécesseur, Vahid Halilhodzic, en l’occurrence, qui, malgré ses relations froides avec la presse nationale, communiquait toujours avec eux, ce que devrait faire Christian Gourcuff pour faciliter la tâche aux différents médias pour leur permettre de faire leur travail, à savoir éclairer l’opinion publique ! À bon entendeur

S. M.

Doukha : “Il n’y a pas de numéro 1 en équipe nationale”

n Alors que normalement c’est Ryad

Boudebbouz qui était annoncé comme le dernier arrivé au Centre technique de Sidi- Moussa, hier, il y avait une absence de taille, en l’occurrence celle du gardien d’Antalya Sport, Raïs M’Bolhi. Ce dernier, qui était attendu dans la journée de lundi, a retardé sa venue à Alger pour hier. En effet, il devait regagner le CTN, hier en fin de journée, afin de rejoindre ses coéquipiers qui sont, depuis lundi, en regroupement à Sidi-Moussa. En outre, et même si M’Bolhi est annoncé comme le n°1 face à l’Éthiopie, Azzedine Doukha à un autre avis sur ce sujet.“Il n’y a pas de gardien n°1 en sélection nationale. Nous sommes trois gardiens, à savoir M’Bolhi, Assla et moi, ma foi, nous avons tous les mêmes chances de disputer la double confrontation face à l’Éthiopie. Il existe une concurrence saine entre nous, le meilleur d’entre nous va jouer. Il faudra toujours se tenir prêt pour être aligné d’entrée”, dira Doukha dans la zone mixte organisée hier au CTN.

SOFIANE MEHENNI

18

Publicité

LIBERTE PUB

BLIDA

79, boulevard Larbi Tebessi Tél./Fax : (025) 30 70 72

79, boulevard Larbi Tebessi Tél./Fax : (025) 30 70 72 Mercredi 23 mars 2016 LIBERTE LIBERTE

Mercredi 23 mars 2016

LIBERTE

LIBERTE PUB

PETITESPETITES

AANNNNOONCESNCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

: 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr ALGER 37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021

OFFRES

 

DEMPLOI

————————————— Entreprise privée cherche des ingénieurs et TS en construc- tion mécanique avec ou sans expérience motivés maîtrisant la langue française et l’outil informatique postes localisés à Azazga. CV à :

industrinnov@gmail.com

T.O-BR5999

————————————— Ste recrute technicien et dépanneur sur machine à chaussettes et comptable femme salaire intéressant. Tél. : 024 97.60.77 - 0666 64.13.10 - ALP ————————————— Société recrute conseillère pour vente par téléphone à Alger, salaire de base 32 000 DA pour le mi-temps (matin ou après-midi) + prime. Postuler par email :

45.62.54

- ALP

algerabi@hotmail.fr - ABR43644 ————————————— Cherche gestionnaire com- merciale avec expérience. Fax : 023 51.70.74 - BR20118 ————————————— Cabinet recrute secrétaire connaissance comptabilité, expérience souhaitée, lieu de travail Boumerdès. Faxer CV au 024 79.14.25 -

79.30.29

XMT

————————————— Particulier cherche chauffeur femme pour ses enfants habi- tant à Kouba, préférence Vieux-Kouba, âgée entre 45 et 55 ans. Envoyer CV à recrutementbek@gmail.com -

BR20125

————————————— Clinique dentaire à Dély Ibrahim cherche une récep- tionniste, une assistante den- taire, une prothésiste dentaire. Envoyer CV à :

97.60.77

- ALP

cliniquedentaire12@gmail.com

 

- F276

————————————— Recrute à Tizi Ouzou à mi- temps étudiante pour saisie informatique, maîtrisant le français. Tél. : 0550 95 58 01 -

026 41 72 93 TO-BR22528

————————————— Recrute à Tizi Ouzou un élec- tricien, un bricoleur en bâti- ment avec permis de condui- re, une aide-comptable, une gestionnaire des stocks. Tél. : 0550 95 58 01 TO-BR22529 ————————————— Jeunes rapporteurs d’affaires, vous voulez travailler en free- lance ? Vous avez un moyen

Pensée

 

Les morts ne sont pas partis, ils sont seulement devenus invisibles. Il y a une année, aujourd’hui, nous quittait

DJOHRA BENYOUNÈS

vaincue par la maladie, partie avec dignité et courage. Son silence, son absence nous oppressent. Sa mémoire nous

guide. Ses enfants proches demandent à

et ses

celles et

ceux qui l’ont connue d’avoir

une pieuse pensée pour elle.

BR20128

- BR20121

de transport ? un tél mobile ? Cela suffira pour relever un challenge ensemble.

CV

ding, toutes commodités, accepte crédit bancaire. Tél. : 0770 25 68 04 0674 32 37 14 ALP ————————————— Vends F3 Zéralda. Tél. : 0550 57 53 95 ABR43647

 

TERRAINS

————————————— Boudouaou Merzoug vend

150, 200, 250 m2 acte + certi- ficat d’urbanisme prix 10 000 DA/m2. Tél : 0662 09.16.54 -

0555

44.59.16 - ALP

————————————— Vends terrain urbanisé 430m2 Chevalley. Tél. : 0560 62.65.09 - ABR43646 ————————————— Particulier vend 5 lots de ter- rain à Sidi Ghilès, Cherchell, acte + LF, belle vue sur mer, convient pour construire mai- son de vacances. Tél. : 0550 70 28 31 XMT ————————————— Vends terrain à Saoula-Centre 465 m2 PC R+3. Tél. : 0792 95 88 13 ABR43648

 

LOCATIONS

————————————— Bd Med V, loue F3 top 3e étage 2f vue sur mer p. gg. prix 6u f. Tél. : 0550 57.50.23 - BR20123 ————————————— Loue à Tizi Ouzou studio F1 sans meubles, vends F4 90 m2 au rdc. Tél. : 0550 95 58

01/802 TO- BR22527

————————————— Corim loue F4 Birkhadem, Zonka, haut stanting. Tél. : 0667 21 10 11 ABR43647 ————————————— Corim loue duplex Dély Ibrahom 250 m2, 7 pièces. Agence Tél. : 0667 21 10 11 ABR43647 ————————————— Corim loue F4 Bouzaréah, 4,5 u, F4 Dar El Beïda, 4,5 u. Tél. : 0550 57 53 95 ABR43647 ————————————— Corim loue F1 Hydra (cité DNC) 5 u, F2 rue Hoche, 4,5 u, F3 Koléa, 2,9u, F3 meublé bd des Martyrs, 5,5 u, F3, meublé Birkhadem (Affak), 8,5u. Agence Tél. : 0550 57 53 95 - 0542 66 63 28- 0667 21 10 11 ABR43647 ————————————— Corim loue pour bureaux F4 Didouche, Sacré-Cœur, 4e

étage, ascenseur 7,5 u. Tél. :

0542

66 63 28 Agence ABR43647

LOCAUX

—————————————

 

Condoléances

Le Bureau

régional de Tizi-Ouzou,

WilayaVII historique, (ex-Fédération FLN en France), les membres du Bureau et l’ensemble des adhérents, très

affectés par le décès du

MOUDJAHID TAMADARTAZA AREZKI

présentent à sa famille et ses

proches

leurs sincères condo-

léances et les assurent de leur profonde sympathie. Puisse Dieu Tout-Puissant accorder au défunt

Sa Sainte Miséricorde et l’ac- cueillir en Son Vaste Paradis.

TO BR22533

Envoyer votre

oceanccb@gmail.com EPCOM