Vous êtes sur la page 1sur 20

Volume LXXXIII N 0 22

- Le journal indépendant de l’Université d’Ottawa -

Mois de la francophonie

La FÉUO manque
le bateau
FACEBOOK TWITTER WEB YOUTUBE
LaRotonde @LaRotonde www.larotonde.ca La RotondeVideo
section

éditorial Didier Pilon


redaction@larotonde.ca

Le défi omnivore
Il est donc indéniable que certains ani-
DIDIER PILON maux non-humains ont des capacités
cognitives plus développées que certains
Parler des droits des animaux en public, ILLUSTRATION MARINE DUMAS humains. L’intelligence mène donc à des
c’est se soumettre à un chaos d’opinions, conclusions problématiques : une com-
munauté morale qui inclut les cochons,
d’égos fragiles et d’arguments mal-songés. mais exclut les bébés! Aporie.
On parle d’apparence physique, de plaisir
culinaire, de santé publique, d’environne- Le potentiel
ment, de pauvreté humaine… Bref, on évite L’appel à la potentialité est particulière-
autant que possible la question centrale : ment populaire chez les groupes pro-vie.
Quelles vies comptent, quelles vies ne Selon cet argument, les êtres humains –
comptent pas? Quelle souffrance compte, embryons inclus – ont un potentiel plus
important que les animaux. Les grandes
quelle souffrance ne compte pas?
réalisations de la civilisation humaine,
La question n’est pas rhétorique. Au disent-ils, en témoignent.
contraire, végétariens et omnivores s’en-
Si l’argument est difficile à saisir, c’est
tendent que certaines vies ont une valeur
que le potentiel n’est jamais défini. Le
morale, d’autres non. Les enfants, par
potentiel de faire quoi au juste? De de-
exemple, comptent. Les betteraves et les
venir architecte, par exemple? D’accord,
spermatozoïdes ne comptent pas.
plusieurs enfants, même s’ils n’ont pas
Comment identifions-nous alors les vies déjà les compétences requises, l’auront
qu’on valorise? En autres mots : qu’est- un jour. Mais ce n’est pas le cas de tous.
ce qui fait qu’une vie compte?
L’argument se défait toutefois lorsque
Pour les végétariens, il n’y a rien de plus l’on prend conscience de tout ce qui a le
facile. Un être qui ressent de la douleur a bactéries. Ces différences se manifestent les perroquets, comme Irene Pepper- potentiel de devenir un être humain ac-
intérêt à ne pas en ressentir. Si un être a dans des traits qui peuvent avoir une im- berg, ont compris près d’un millier de compli. Ce n’est pas que les embryons,
la capacité de souffrir, il est immoral de portance morale ou non. concepts au point de pouvoir répondre chaque spermatozoïde et chaque ovule,
contribuer à sa souffrance. correctement à de nouvelles questions et dans des conditions contrôlées, ont ce
L’argument n’est pas qu’aucune diffé- tenir une conversation structurée; les ho- potentiel. Imaginez s’il fallait pleurer
Pour les omnivores par contre, la ques- rence génétique n’est à prendre en consi- minidés (bonobos, chimpanzés, gorilles chacun de ces morts! Mais ça n’arrête pas
tion est plus difficile. Quelle justification dération, mais qu’il faille argumenter et orangs-outangs – sans ici compter là. Avec les progrès scientifiques des der-
rationnelle peut-on utiliser pour inclure lesquelles et pourquoi. Il faut justifier la les êtres humains) ont démontré qu’ils nières années, on peut maintenant créer
tous les êtres humains dans la commu- valeur morale d’un être en fonction de peuvent apprendre la langue des signes. un être humain en laboratoire à partir de
nauté morale, tout en excluant l’en- ses traits et non en fonction d’une diffé- Koko, ce gorille célèbre, a obtenu un n’importe quelle cellule humaine. Cha-
semble des animaux? rente base nucléique ici et là. score entre 75 et 90 sur ses tests de QI. cune renferme donc le même potentiel.
La communauté morale prend des pro-
Génétique L’intelligence Les rats, les cochons et les pieuvres sont portions démesurées. Apagogie.
capables de résoudre des problèmes
La première avenue de réponse semble A priori, il peut sembler qu’une démar- complexes. Bien au-delà des chats qui Défi ouvert
évidente : si un être a de l’ADN humain, cation claire existe entre les humains et apprennent à ouvrir une porte ou des ra-
alors il compte. Mais cette réponse les animaux non-humains en fonction de tons laveurs qui défont le travail d’ingé- La question est vaste et difficile à navi-
est particulièrement problématique. leur intelligence. On pourrait donc dire guer. Plusieurs personnes, en fonction de
nieurs pour rentrer dans nos poubelles,
En effet, presque toutes les formes de que les êtres qui ont tel niveau intellectuel leurs expériences personnelles et de leur
les cochons sont parvenus à apprendre
discrimination – racisme, sexisme, comptent. Outre que la corrélation entre héritage culturel, ont sûrement d’autres
les règles de jeux vidéo afin de naviguer
homophobie, capacitisme – ont été jus- l’intelligence et la valeur morale n’est pas avenues de réponse.
ses labyrinthes avec une manette.
tifiées à un moment ou un autre en fonc- intuitive, cette vision humano-centriste a
tion d’un certain bagage génétique. La question est donc ouverte : envoyez
deux lacunes importantes. D’un côté, elle Du côté humain, il faut aussi trouver
vos réponses à redaction@larotonde.ca
néglige l’intelligence des animaux de ma- une place dans notre communauté mo-
Oui, il est vrai que tel chromosome dé- lors des deux prochaines semaines et elles
nière à ne plus concorder avec le savoir rale pour les enfants et les gens avec
termine le développement d’organes paraitront dans la dernière édition. Il n’y
scientifique actuel. De l’autre, elle oublie des troubles cognitifs sévères. Un jeune
sexuels. Il est aussi vrai que la pigmen- a qu’un critère à suivre : l’argument doit
qu’il y a un nombre important d’êtres enfant ne pourrait jamais démontrer
tation de la peau résulte de plusieurs être scientifique. Nier que les animaux
gènes. De même, différentes espèces ont humains qui n’ont pas cette intelligence la même capacité de créer des outils et ressentent de la douleur n’est pas un ar-
des codes génétiques différents. Mais la non plus. Plusieurs animaux sont plus résoudre des problèmes que bien des gument correct en 2016. Dire que les hu-
question demeure : pourquoi ces gènes intelligents que plusieurs humains. animaux. Les gens vivant avec une « mains ont une âme n’est pas un fait véri-
auraient-ils une pertinence morale? déficience intellectuelle profonde », se- fiable et ne saurait que convaincre les plus
Des animaux intelligents, il y en a plein. lon la définition médicale, ont un QI de spirituels.
Il y a une infinité de différences génétiques Des chiens ont maitrisé des centaines moins de 25, requièrent une supervision
entre les êtres humains eux-mêmes, sans de mots; les dauphins communiquent constante, ne communiquent pas ou très La question détermine une si grande
prendre en considération les autres ani- pour coordonner leurs actions et entre- peu et éprouvent de la difficulté à suivre partie de notre vie. On devrait pouvoir y
maux, les végétaux ou même les archéo- prendre des plans à plusieurs étapes; des directives élémentaires. répondre.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

ACTUALITÉS Clémence Labasse


actu1@larotonce.ca

Vox pop
Que pensent vraiment les étudiant.e.s
de la FÉUO
Le 15 mars dernier, la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa (FÉUO) organisait sa
quatrième Assemblée générale. Moins de 0,5% de la population étudiante était là. Pour la
4e fois, ce fut un échec. La FÉUO dit pourtant représenter et rejoindre tous les étudiant.e.s.
La Rotonde est allée voir sur le terrain ce qu’il en est vraiment.

CLÉMENCE LABASSE
Alanna Cunningham-Rogers
Claire Eldrington 2e année en Sciences politiques et Communication
4e année en Biochimie DE LA FÉUO : J’ai pas mal d’amis qui
travaillent pour eux, donc je sais que
DE LA FÉUO : Les clubs sont le fun. Ils ont la démocratie à l’interne n’est pas for-
des services très utiles. Personnelle- cement la meilleure. Ce n’est pas force-
ment, je ne comprends pas les gens qui ment très efficace, ou transparent. Mais
prennent le temps d’être tellement in- je sais qu’il y a quand même de bonnes
vestis. Moi, je me concentre sur mes personnes qui travaillent fort pour que
études, je participe à quelques clubs, et cela fonctionne pour les étudiants.
ça va. C’est le fun de voir des gens qui
DE L’AG : Oui je savais qu’il y avait l’As-
s’impliquent avec leur université mais
semblée générale mais je n’y suis pas
parfois je trouve ça beaucoup.
allée. Il pleuvait, j’étais déjà conforta-
de l’AG : Je savais que c’était l’AG la se-
blement installée dans mon lit.
maine dernière mais je n’y suis pas allée.
Je vais graduer de toute façon, alors les
changements potentiels ne m’affectent Retrouvez l’ensemble
pas. Et puis je ne connais pas assez ce des entrevues sur
qu’ils font, c’est pas quelque chose qui
notre chaine YouTube :
Hippolythe Gallot m’intéresse. Y’avait pas de gros pro-
blèmes qui m’ont poussée à participer Larotondevideo
3 e année en Science vraiment.
politiques et Économie
DE LA FÉUO : La FÉUO est très mal com-
prise par la plupart des étudiants. Ils es-
Mickaël Laliberté
saient très fort de faire des efforts pour 3 e année en Génie
inclure tout le monde, mais si quelque électrique
chose va mal, on les attaque et on les
diabolise. C’est dommage, mais bon, ils DE LA FÉUO : Qu’est-ce que je pense de la
ne sont pas parfaits non plus. FÉUO ? C’est une bonne… non, honnê-
Sur l’AG : J’étais à l’Assemblée générale, tement, j’ai aucune idée dessus. J’y suis
parce que je voulais participer aux dé- complètement indifférent. Je vois des
cisions et voter. Je connais beaucoup affiches sur les murs parfois, mais bon,
de gens qui y sont allés, mais en même il y en a tellement, ce n’est vraiment pas
temps je suis en Sciences politiques, ça qui va retenir mon attention.
c’est un peu normal. Si on n’a jamais DE L’AG : Je savais pas que ça se passait
eu le quorum, c’est qu’il y a un manque avant que tu me le dises. Mais bon, si
d’intérêt d’une part, et un manque de c’est notre fédération, et qu’ils veulent
communication entre la Fédération étu- que les étudiants s’impliquent, ils de-
diante, les corps fédérés et les étudiants vraient avoir des bénévoles dans les bâ-
de l’autre. Un maillon dans la chaine de timents, comme ici à SITE, pour venir PHOTO ANTOINE SIMARD-LEGAULT
communication est brisé. nous parler directement.

w w w. l a r o t o n d e .c a
4 ACTUALITÉS la rotonde le mardi 29 mars 2016

Matinée-conférences

Les chercheurs de demain s’attaquent


à la francophonie
et minoritaire. » Selon elle, le taux d’insé-
BONI GUY-ROLAND KADIO curité linguistique serait plus élevé chez
les femmes et les Acadiens, du fait de rap-
Dans le cadre du Mois de la francophonie, l’Asso- ports de force anciens, et du faible niveau
ciation des étudiant.e.s diplômé.e.s en éducation de conscientisation d’endogroupe.
(EGSA-AÉDÉ), en collaboration avec le Service Brigitte Murray a, pour sa part, travaillé
de vie communautaire (SVC), a organisé, le mer- sur la relation à l’écrit chez les étudiants
credi 23 mars, une matinée-conférence sur la universitaires francophones issus de
communautés minoritaires, dans le but
francophonie. Sept conférenciers, des étudiants à
de faire « un diagnostic de l’abandon des
la maitrise ou au doctorat, ont pu présenter leurs études postsecondaires ». Elle a relevé,
recherches. dans son groupe de participants, que l’in-
sécurité linguistique est en grande partie
Vers une francophonie canadienne liée à une connaissance insuffisante du
vocabulaire et de la grammaire, malgré le
Les premières oratrices se sont penchées fait que ces derniers aient conscience de PHOTO MARINE DUMAS
sur les défis de la constitution d’une véri- l’avantage d’être bilingue sur le marché
table francophonie pancanadienne forte. du travail, et qu’ils fassent des efforts pour
Marlyse Ekassi, étudiante à la maitrise se sentir plus à l’aise avec leur langue. cien ministre québécois de l’Éducation comme au Québec et de comment abor-
en éducation, s’est intéressée à la mise en Paul Gérin-Lajoie pour la francophonie. der une transition pour que la gestion de
valeur de l’école de langue française en Mina Zeroual, étudiante à la maitrise en La doctrine qu’il a énoncée dans les an- l’eau se fasse en fonction des contextes
Ontario, un domaine qu’elle juge « peu éducation, a finalement présenté sa re- nées 1960 a guidé les engagements inter- particuliers. Chikh a quant à lui énoncé
exploré ». Elle a exposé les stratégies de cherche sur les pratiques de formation en nationaux du Québec dans les décennies les conséquences de la colonisation fran-
markéting scolaire et a proposé des straté- médecine dans le programme de langue qui ont suivi. Valiquette-Tessier a souli- çaise à l’égard de la question de la langue
gies afin de valoriser les études en langue française à l’université au Canada. gné la pertinence de cette approche en- amazighe en Algérie.
française auprès de clients potentiels. core de nos jours.
et une francophonie internationale En tout, une trentaine de personnes se
Par la suite, Lisa Savoie Ferron, étudiante Les deux derniers intervenants, sont rassemblées ce matin-là, étudiants
à la maitrise en sociologie, a exposé le Les autres présentations touchaient Alexandre Lillo et Djamel Chihk, tous pour la plupart. L’archiviste en chef de
concept d’« imaginaire linguistique » chez plutôt à la francophonie internationale. deux étudiants au doctorat en philoso- l’U d’O, Michel Prévost, était également
les étudiants francophones à l’université. Sara-Ève Valiquette-Tessier, étudiante à phie, se sont penchés sur des problèmes présent. Selon l’organisatrice Brigitte
Elle a expliqué : « Il existe une certaine la maitrise en sociologie, a parlé des ap- connexes des pays francophones. Lillo Murray, cette première édition fut un
animosité entre francophones majoritaire ports internationaux de la vision de l’an- a parlé de la gestion de l’eau en France franc succès.

L’U d’O face au réchauffement planétaire

Se désinvestir ou non, telle est la question sinvestissement pour l’U d’O. Voloaca quelle manière il est possible d’« utiliser membres du mouvement pour le désin-
BONI GUY-ROLAND KADIO a expliqué que le désinvestissement est l’énergie plus efficacement et ainsi pas- vestissement des universités. Rockarts
« un outil moral et politique », avant ser à une technologie verte pour réduire s’est indignée de la faible réactivité de l’U
Lundi 21 mars 2016 se déroulait la première mati- d’exprimer son souhait que l’Université le coût de l’écart ». d’O dans ce domaine.
née d’échange d’une série organisée par le Bureau réponde à ce défi. Berubé a prôné une
décarbonisation financière, car selon de Nathalie Chalifour, codirectrice du « Notre université doit faire face à ses
des gouverneurs (BdG) de l’Université d’Ottawa (U Centre du droit de l’environnement et responsabilités en prenant de réelles dé-
nouvelles recherches, il y aura un retour
d’O) pour repenser la place de l’institution dans la sur investissement important quand la de la durabilité mondiale a quant à elle cisions, en se désinvestissant totalement
lutte contre le réchauffement climatique. Beaucoup transition se fait. exposé qu’il existe d’autres solutions que de l’industrie fossile, et en investissant
le désinvestissement. Selon elle, il est dans l’énergie verte », a-t-elle insisté.
de participant.e.s étaient présent.e.s pour ces trois Robert Gorman, analyste financier agré- plus important qu’il y ait au Canada une
premières rondes de discussion, et les échanges gé et ancien de l’U d’O, ne partage ce- reformulation du droit, reformulation Le recteur Allan Rock était présent tout
n’en étaient que plus tendus. Retour sur un bras pendant pas cet avis. « L’Université a dé- qui prendrait en compte la question de au long de l’évènement, contrairement à
veloppé ses propres mesures, ce qui est l’équité et de la « responsabilité clima- la plupart des membres du BdG. Inter-
de fer de quatre heures entre deux points de vue, pellé par l’assemblée sur ces absences,
un pas très important », a-t-il expliqué, tique », comme c’est d’ailleurs le cas au
désinvestissement d’un côté, solutions alternatives avant d’ajouter : « Le désinvestissement Danemark. il s’est montré hésitant, puis a rappelé :
à court et moyen termes de l’autre. est inefficace. » « Je ne suis pas venu pour parler, mais
Les étudiants convaincus de la pour écouter. » Puis, il a tenu à assurer
Comment l’U d’O peut-elle lutter? Le Canada face à la menace climatique marche à suivre que la transcription des échanges ainsi
que les documents et recherches pré-
Lors de cette première ronde de discus- Lors de la deuxième ronde de discussion, La dernière table de discussion a mis en sentées leur seraient acheminés, afin
sion, Misha Voloaca et Annie Bérubé, le professeur de droit spécialisé dans les vedette les points de vue étudiants de que, lors de la réunion d’avril du BdG où
membres de l’organisation Équiterre, affaires environnementales Stewart El- Kristen Perry de l’Université McGill et de seront présentés ces enjeux, les débats
ont présenté sur les avantages du dé- gie a examiné avec les participants de Chloe Rockarts de l’U d’O, toutes deux n’en soient que plus informés.

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 22 5

Francophonie à l’U d’O

Une minorité invisible aux yeux


de la FÉUO Leblanc, le bilinguisme est perçu comme
CHARLOTTE CÔTÉ un fardeau par l’exécutif de la FÉUO : «
Une fois le test de bilinguisme passé, ils ILLUSTRATION ANDREY GOSSE
Le mois de mars est le mois de la célébration de la n’ont plus du tout besoin de s’en préoccu-
francophonie. C’est en tout cas ce que l’Universi- per », affirme-t-il.
té d’Ottawa (U d’O) tente de faire en y organisant « Le bilinguisme, ce n’est pas trop leur
des activités pour souligner la culture francophone. fort », renchérit Mariko Sumi, présidente
Pour autant, il semblerait que les étudiant.e.s de l’Association de la culture francophone
soient moins concerné.e.s par cette célébration : (ACF), un des rares clubs destinés à l’épa-
nouissement des francophones sur le
aucun évènement n’a été purement organisé par campus. « Le gala des clubs il y a quelques
la Fédération étudiante de l’U d’O (FÉUO). Cette semaines par exemple s’est déroulé uni-
semaine, La Rotonde a donc décidé de s’interro- quement en anglais. En fait, la majorité
ger sur l’importance qu’accorde le syndicat, qui des activités de la FÉUO sont organisées
en anglais. »
se targue de militer pour les droits des groupes
minoritaires, au 32% d’étudiants francophones qui Étudiants de seconde zone
cotisent à son organisation?
Jonathan Marleau, étudiant en 3e année
Lorsqu’on demande aux étudiants leur en développement international et mon-
avis sur les activités de la FÉUO en lien dialisation, a souvent relevé ce manque
avec le mois de la francophonie, une seule de considération pour le français sur le
réponse revient : « Quels évènements ? » campus de l’U d’O. Ancien membre élu de
En effet, même si 11,200 étudiants sur le la Fédération étudiante collégiale du Qué-
campus ont pour langue d’usage le fran- bec (FÉCQ) pendant la grève étudiante de
çais, aucun évènement n’a été proposé 2012, il est particulièrement au fait de la
pour eux par la FÉUO ce mois-ci. mobilisation étudiante et de ces lacunes :
« Sur ce campus, on nous présente le bi-
Même dans le courriel mensuel envoyé à linguisme comme cette grande richesse…
ses membres, où la Fédération fait la pro- en anglais ».
motion de ses initiatives, pas une seule
mention du mois de la francophonie. La semaine dernière par exemple, au
conseil d’administration de la FÉUO, les
Il semblerait cependant que la FÉUO ait administrateurs ont débattu pendant
aidé pour un évènement. Néomie Duval, une vingtaine de minutes, presque entiè-
gestionnaire des relations avec les mé- rement en anglais, sur une motion pour
dias de l’U d’O, a confirmé que le syndicat mieux inclure les francophones dans les
étudiant aurait aidé à l’organisation du corps fédérés. « We need to remember Selon Marleau, il existe un réel « tabou évènements avec des conférenciers qui
festival de la poutine, avec le Service de that we have such a large community of de la francophonie » : tout en étant fier s’adressent à l’auditoire dans les deux
vie communautaire (SVC). Mais la fran- francophone on campus », a d’ailleurs re- de vivre le bilinguisme formel à l’U d’O, langues; écrire des courriels aussi précis
cophonie, vous diront plusieurs, ne se ré- marqué le vice-président aux communi- aucun effort concret n’est mis en place en français qu’ils le sont en anglais, etc.
sume pas à la poutine. cation bilingue, Roméo Ahimakin. pour encourage ou mettre en place un bi-
linguisme réel. Leblanc acquiesce : « Avec Pour Leblanc, l’unité ne fonctionne plus
Les leaders francophones découragés « Au début de chaque événement, on se cette culture à l’U d’O, les francophones : « On ne se fait pas respecter depuis des
contente de mentionner ‘feel free to ex- deviennent des étudiants de second années. » Il ajoute : « Je pense que dans
Pour Jocelyn Leblanc, représentant de press yourself in the language of your ordre. » les prochaines années, l’élite francophone
l’U d’O pour le regroupement étudiant choice’ », rappelle Marleau. « Paradoxa- va commencer à songer à créer une fé-
franco-ontarien (RÉFO), cette situation lement, cela nuit plus qu’autre chose. En Ce manque de considération a des consé- dération étudiante indépendante où les
n’a rien de surprenant : « La FÉUO milite tant que franco, à part si on est militant, quences. Le représentant du RÉFO émet besoins de la minorité linguistique de l’U
pour plusieurs causes de justice sociale, on ne veut pas être la personne lourde l’hypothèse que les difficultés de la FÉUO d’O seront réellement entendus et respec-
que je reconnais et j’appuie, mais elle en qui ralentit tout le groupe en demandant à atteindre le quorum lors de ses Assem- tés. »
laisse d’autres de côté. Les élus ne recon- d’être accommodée. » blées générales (AG) proviennent en par-
naissent pas que les francophones en si- tie de son incapacité à rejoindre les étu- Tout au long de cette semaine, La Rotonde
tuation minoritaire sont opprimés. C’est Pour lui, cette conception de l’anglais en diants francophones. « En ignorant nos a contacté Roméo Ahimakin, vice-pré-
vraiment déplorable. » tant que langue universelle et l’organi- préoccupations, c’est un tiers de sa popu- sident aux services et communications,
sation de quelques activités uniquement lation étudiante qu’elle perd », ajoute-t-il. à maintes reprises pour parler des évè-
Le problème est beaucoup plus grand dédiées aux francophones par année nements et initiatives féuosiennes sur la
qu’un simple manque d’activités ce aliènent les étudiants francophones et Quelles solutions possibles? création d’espaces où la culture franco-
mois-ci. Selon lui, il existerait une réelle rendent le reste de la population étu- phone peut s’épanouir. Ces demandes
frustration étudiante : « Il n’y a aucune diante passive. « Hors des regroupements Un environnement plus bilingue s’orga- ont été ignorées. C’est à croire que lors-
offre active du service bilingue à l’U d’O. formels ou informels francophones, per- niserait autour d’une plus grande com- qu’il est temps de parler de la francopho-
Il ne suffit pas d’employer des gens qui sonne n’a l’opportunité d’entendre le préhension, selon Marleau : organiser nie, personne au sein de la FÉUO n’est «
peuvent parler français. Il faudrait que français, personne n’a besoin de commu- des assemblées, conseils ou congrès une en mesure » de répondre aux questions,
ceux-ci veuillent parler français. » Pour niquer en français. » fois sur deux en français; présenter des et le seul à l’être disparait.

w w w. l a r o t o n d e .c a
6 ACTUALITÉS la rotonde le mardi 29 mars 2016

Il fait son entrée dans le palmarès Globe and Mail des Canadiens les plus riches

Hot Dog milliardaire Il est vrai que le succès de mon-


YASMINE MEHDI
sieur Hot Dog surprend. L’intéressé,
qui préfère rester anonyme,
Le printemps arrive, et avec lui reviennent commente : « Je crois que c’est grâce à la
les mille et une odeurs caractéristiques de qualité de mes produits, mais l’appétit des
l’Université d’Ottawa (U d’O) : saucisse, étudiants sous-alimentés y est pour beau-
coup. »
cannabis, relish, ketchup et moutarde. Si
l’homme qui vend des hot dogs au coin des Tallon McCloud, étudiant de 2e année en
rues Laurier et University Private est surtout génie, avoue avoir une sérieuse dépen-
dance aux hot dogs : « J’ai dû vendre la
connu comme un vieil homme bienveillant, montre de mon arrière-grand-père pour
sa prospérité en affaires l’est beaucoup financer mon addiction. Maintenant qu’on
moins. En effet, celui-ci a rejoint le palma- en parle, j’ai vraiment besoin d’un hot
rès 2015 du Globe dévoilé vendredi dernier dog. » Suite à ce commentaire, l’étudiant
s’est éloigné les yeux écarquillés, les mains
classant les Canadiens les plus riches, dans
tremblantes et le front en sueur. de l’U d’O, ne peut se comparer à ces noms que l’Université d’Ottawa crée des million-
la surprise générale. Il n’est toutefois pas prestigieux, il n’en demeure pas moins que naires? Je n’en ai aucune idée. Aurais-tu 25
le seul à apparaitre dans un palmarès du L’obsession hot dog en toucherait appa- son salaire de 395 000 $ de l’an dernier en cents à me prêter? »
remment plus d’un. Selon des sources
genre à l’Université, où près de 1250 em- fait un fonctionnaire particulièrement bien
proches de l’administration, Calin Ro- Le mystère s’épaissit. Le campus de l’Uni-
ployés sont sur la Sunshine List. Y aurait-il payé.
vinescu, chancelier de l’U d’O et PDG d’Air
versité d’Ottawa semble être un nouvel El
quelque chose dans l’air du campus qui crée Canada, aurait rassemblé une équipe de Y a-t-il un point commun entre Rock et Dorado du commerce. Une source proche
la prospérité? Décryptage. quinze experts éminents afin de com- monsieur Hot Dog? Absolument : tous de la Fédération étudiante confie : « Ça
prendre l’engouement pour les produits de deux tirent leur chiffre d’affaires de l’argent
monsieur Hot Dog. Il n’aurait d’ailleurs pas reste entre nous, mais Pivik prépare son
« C’est une success-story comme on des étudiants. Si l’un leur facture 5 $ par
quitté son bureau depuis le dévoilement du entrée de bourse… On devrait annoncer ça
n’en a jamais vue! » hot dog, l’autre leur offre un morceau de
palmarès, il y a dix jours. dans les prochaines semaines. »
papier moyennant des dizaines de milliers
La Rotonde a rencontré Ludwig Fried- de dollars. S’il reste plusieurs questions quant au
man, professeur en markéting à Telfer : Le campus de l’U d’O, terre fertile
Qu’en pensent les étudiants? Cherry boom entrepreneurial du campus de l’U
« Honnêtement je suis bluffé. C’est une pour les entrepreneurs?
success-story comme on n’en a jamais Smith est étudiante de 2e en linguistique. d’O, une est sur toutes les lèvres : pour-
vue. Sans déployer de campagne publici- Le nom de monsieur Hot Dog, avec un pro- La Rotonde l’a aperçue alors qu’elle cher- quoi les étudiants restent-ils si pauvres?
taire, monsieur Hot Dog a réussi à s’im- fit net frôlant les 5 milliards, se situe sous chait de possibles bonbons oubliés dans le Noémie Valdue, gestionnaire aux relations
poser comme un compétiteur féroce dans celui de grands noms comme Paul Desma- compartiment métallique d’une machine avec les médias de l’U d’O, n’a aucune hy-
l’agroalimentaire. » rais ou Jean Coutu. Si Allan Rock, recteur distributrice. Elle commente : « Si je crois pothèse à suggérer.

Enquête

Le campus où l’on « pardon mon french »


vice Marketing de l’U d’O, explique : « mêmes comportements se répéter. des candidats? Quand je les ai lues, j’ai cru
RENÉ CHARIVARI Nous avons mis un hamburger sur nos que c’était une blague, on dirait qu’ils ne
affiches, mais ce n’est que pour un évè- « Hier, alors que j’avais dans les mains savent pas écrire anglais. Ils ne peuvent
Qu’en est-il aujourd’hui de la situation entre les nement parmi tant d’autres, la fête du une barquette de Ocean Rolls (en fran- pas passer leurs textes sous Grammarly?
Hamburger. » Rappelons que l’année der- çais, sushis) dans les mains, une des Où sont les traducteurs quand on a besoin
francophones et les anglophones sur le cam- caissières du Pivik s’est contentée de me
nière, un dessinateur était venu à l’Agora d’eux? » Il ajoute : « Peu importe qu’un
pus? La Rotonde a cherché à démêler le pour- du UCU pour faire des caricatures des balancer ‘bonjour’ quand je suis arrivé à mois nous soit, en théorie, consacré. Tant
quoi du comment des protestations de la mino- membres de la communauté étudiante as- sa caisse. C’était horripilant, j’ai pensé qu’on ne nous prendra pas en considéra-
rité anglophone qui surgissent dernièrement à sez courageux pour attendre 30 minutes qu’elle se moquait des anglophones. Elle tion pour de vrai, cela ne servira à rien. »
dans une queue remplie de francophones. m’a expliqué qu’elle essayait de pratiquer
l’Université d’Ottawa (U d’O). Et il semble que Ainsi, il semblerait que ce Mois de l’Anglo-
son français. Je lui ai rétorqué que les
la situation soit loin d’être reluisante. Patrick Miles, étudiant en 4e année en anglophones étaient en minorité sur le phonie ne soit au final qu’un autre moyen
Sciences infirmières témoigne : « C’est campus et qu’elle devrait me saluer dans pour le campus le « plus bilingue au monde
L’anglophonie célébrée à coup de incroyable, le campus est censé être bi- les deux langues pour laisser le choix aux » de se moquer de la culture anglaise. Le
hamburgers lingue… mais quand le dessinateur parlait clients, et elle m’a ri au nez, et m’a deman- vendeur de hot dogs sur Laurier se dit of-
en anglais, l’étudiante faisait mine de ne dé si je voulais ma facture... en français », fensé, puisqu’il pense que le hamburger
Ce mois-ci, comme tous les ans, c’est le rien comprendre. Il a été obligé de swit- témoigne John McKleggan, étudiant en 1e ne représente pas du tout l’anglophonie
Mois de l’Anglophonie. Partout sur le cher au français! » année en Sciences politiques. à Ottawa. D’autres personnes disent que
campus, on voit fleurir des panneaux avec le Mac’n’Cheese est plus représentatif,
des hamburgers, afin de rappeler aux ba- Les anglophones moqués au ucu Kerwin Tamboise fait partie des 7 % mais au final, la question reste la même :
dauds que ce qui représente une langue, d’étudiants ayant voté aux dernières élec- « Qu’est-ce que je vais bien faire à manger
c’est évidemment son plat emblématique. Au centre universitaire (UCU), ils sont tions de la Fédération étudiante (FÉUO). ce soir? Est-ce que je vais tomber dans l’ap-
Jean-Félix Péquelin, responsable du Ser- nombreux à voir jour après jour les Il confie : « Vous avez lu les plateformes propriation culturelle? »

w w w. l a r o t o n d e .c a
actualités la rotonde numéro 22 7

Résultats non officiels des élections


de la GSAÉD { La Parenthèse
française
franco-actus d’à
{
travers le monde
Commissaire à l’équité Stéphanie Bacher Oui : 200
Non: 20 CLÉMENCE LABASSE

belgique – Attentats de Bruxelles :


Commissaire aux
Warsama Ahmed Oui : 196 entre stupéfaction et réaction – La
nouvelle a pétrifié les médias du monde
ressources Non: 21 entier : un double attentat s’est produit
mardi 22 mars à l’aéroport et dans le mé-
tro de la capitale belge, faisant 34 morts

Commissaire à l’interne William El Khoury Oui : 189 et près de 200 blessés. Dans les jours qui
ont suivi, de nombreuses interpellations
Non: 21 ont eu lieu. Les assaillants faisaient appa-
remment partie de la même cellule terro-
riste que ceux du 13 novembre. Vendredi

Commissaire à l’externe Lindsey Thomson Oui : 198 25, le président Hollande annonçait que
ce réseau était « en voie d’être anéanti ».
Non: 20

cameroun – Un assaillant des at-


Commissaire à la vie
Kawtar Jaanid Oui : 182 tentats de ParisUne kamikaze in-
terpelée dit être une des lycéennes
étudiante Non: 21 de Chibok – Les autorités camerou-
naises s’interrogent sur l’identité d’une
jeune kamikaze arrêtée vendredi 25 mars
Commissaire aux
Victor Hatai Oui : 192 dans l’extrême nord du pays, à Limani,
près de la frontière du Nigéria. Celle-ci
affaires universitaires Non: 19 aurait affirmé aux enquêteurs être une
des 219 jeunes filles kidnappées il y a de
cela 2 ans par Boko Haram.
Commissaire aux
Matthew Lafreniere Oui : 200
finances Non: 18 madagascar – La sécurité au cœur
de l’organisation du sommet de la
Francophonie– Les préoccupations
Référendum Oui : 216 de sécurité pour le prochain sommet
étaient sur toutes les lèvres lors de la vi-
Non: 80 site de la secrétaire générale de la Fran-
cophonie, Michaëlle Jean. C’est en effet
sur la Grande île, qui avoue être peu pré-
par Frédérique Mazerolle
Revue de presse parée à ce genre de menace, que celui-ci
se déroulera le 26 et 27 novembre 2016.

Un code vestimentaire « sexiste » au gymnase de l’Université de Calgary États-unis – La francophonie, fac-


The gauntlet, Université de calgary teur clé de la radicalisation dji-
hadiste? – C’est en tout cas ce qu’af-
Deux étudiantes de l’Université de Calgary ont été forcées, en février dernier, de quitter le gymnase Active Living, en rai- firment deux chercheurs américains de
son de leurs tenues. Bobola Olayinka et Gorana Jeftic portaient toutes les deux des soutiens-gorge de sport quand elles la Brookings Institution dans un article
ont été interpelées par des gardes de sécurité, leur demandant de se couvrir. Depuis l’incident, le gymnase a commencé intitulé « The French Connection » pu-
un processus pour revoir ses politiques de code vestimentaire. blié jeudi 24 mars dans la revue Foreign
Affairs. Selon eux, les valeurs politiques et
Une réunion du Sénat interrompue par des manifestants culturelles françaises joueraient parado-
xalement un rôle substantiel dans la ra-
the charlatan, Université carleton dicalisation de nombreux individus, plus
encore que le statut socioéconomique ou
Le 18 mars, un groupe d’étudiant.e.s a interrompu la réunion mensuelle du Sénat de l’Université Carleton pour manifes-
l’origine des individus.
ter leur mécontent quant à l’inaction de leur administration dans la mise en place d’une politique sur le harcèlement et la
violence sexuelle. Les organisatrices Lauren Montgomery, étudiante diplômée, et Dawn Mooroe, professeure associée au
Département de droit et d’études légales, espèrent que l’Université ne se limitera pas au strict minimum de la prévention, Congo - FRANCE – Le PS français
et s’accorderont au nouveau Plan ontarien d’action contre la violence et le harcèlement sexuels. conteste la réélection de Sas-
sou-Nguesso – Dans un communiqué
Pas de désinvestissement des carburants fossiles pour McGill de presse, le Parti socialiste a jugé « non
The Mcgill daily, Université mcgill crédible » la réélection du président
de RDC pour un troisième mandat di-
Lors de la dernière réunion du Bureau des gouverneurs de l’Université McGill, le 23 mars, l’institution a annoncé son manche 20 mars. Le PS juge que les
refus de se désinvestir de l’industrie fossile. La décision était soutenue par un rapport publié par le Comité de conseil élections manquaient de transparence,
sur les questions de responsabilités sociales. Plus d’une douzaine d’étudiant.e.s et membres du groupe Divest McGill et appelle l’Union africaine et l’Union
étaient présents lors de l’annonce, avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « SILENCED », pour exprimer leur européenne à réagir. L’Élysée n’a pour
désaccord avec cette décision. sa part pas émis de commentaires.

w w w. l a r o t o n d e .c a
8 ACTUALITÉS la rotonde le mardi 29 mars 2016

Portrait
Alexandre Baril, au-delà
des idées préconçues
Alexandre Baril est un chercheur, un activiste et une personne tout ce qu’il y a de plus ordi-
naire. Il est aussi l’unique professeur transgenre de la Faculté des sciences sociales (FSS). Ce
portrait est une reconstitution fictive d’une journée dans sa vie qui, en plus de dépeindre une
r e B a r il
lexand
personnalité importante sur le campus, cherche à informer des enjeux auxquels sont confron-
tés les personnes trans. A
YASMINE MEHDI

Alexandre Baril se réveille ce matin et, comme qu’une personne cisgenre ne se fera jamais po- fois que je dois déménager, ma plus grande an-
tous les matins, il se rase, enfile chemise et cra- ser… », se dit-il tout haut. Et pourtant, Alexandre goisse est de ne pas trouver de médecin. » Le droit
vate, avale son petit-déjeuner, sort de chez lui, et comprend cette curiosité. Il se fait un devoir de à la santé, pourtant assuré par toutes les chartes
marche jusqu’au campus de l’Université d’Ottawa répondre aux questions, mais surtout de les dé- et déclarations des droits de la personne, semble
(U d’O). construire et de profiter de ces interactions pour incertain pour les personnes trans.
sensibiliser ses interlocuteurs.
Alexandre est professeur remplaçant à l’Institut La journaliste demande un exemple de ce manque
d’études féministes et de genre. C’est un des rares Un cognement à la porte vient interrompre sa d’accessibilité. Alexandre lui explique qu’au Ca-
chercheurs francophones au monde à consacrer réflexion. Alexandre se souvient avoir accepté nada, seul un chirurgien est reconnu par les sys-
ses travaux aux enjeux de la communauté trans. d’accorder une entrevue à une journaliste de La tèmes de santé provinciaux pour mener à bien les
Ce n’est pas tout : Alexandre Baril est le seul pro- Rotonde. Elle s’installe un peu maladroitement, chirurgies de confirmation de genre. Les délais
fesseur trans que compte la FSS. « Difficile à croire enlève son manteau, sort un carnet et pose une
d’attente étant excessivement longs, il déclare que
», se dit-il en réfléchissant aux dizaines d’étu- première question : Pourquoi avoir accepté cette
la plupart des personnes trans paient leurs opé-
diants trans, non-genrés ou de genres non-bi- entrevue? La représentation, répond Alexandre.
rations de leur poche. La journaliste demande à
naires qui participent à ses cours et qui passent Il réitère un constat assez dérangeant : le manque
par son bureau pour lui demander conseil. de professeurs trans et la quasi-absence de cher- combien se chiffrent ces opérations. Alexandre lui
cheurs francophones sur les enjeux trans. Il passe donne une fourchette : entre 30 000 et 120 000 $.
Alexandre a fait son doctorat à l’U d’O. Si la re- de ce constat à un autre, celui de la discrimination Second haussement de sourcils. Décidément, cet
présentation trans au sein du corps professoral vécue par plusieurs étudiant.e.s. entretien se fait sous le ton de l’incrédulité.
n’a pas évolué depuis 2008, il se réjouit de l’aug-
mentation de la représentation médiatique des Bien que l’U d’O permettra aux étudiants, à par- L’entretien s’achève, la journaliste s’en va et
personnes trans, qui a contribué à encourager tir de septembre, de se faire appeler par leur nom Alexandre finit de travailler sur son dernier
une certaine acceptation sociale. « Les jeunes d’usage et de pouvoir changer leur mention de article. Un peu plus tard, il rentre chez lui et
d’aujourd’hui savent que c’est une possibilité », sexe sans preuve médicale, Alexandre dénonce le écoute la télévision en attendant que sa parte-
se dit-il. manque d’accessibilité des naire soit prête à aller au restaurant. Ce soir-là,
infrastructures sur le cam- en marchant dans la rue, Alexandre ne sera pas
Alexandre a mis du temps
avant de découvrir cette
Chaque fois que je dois pus. « J’ai des étudiants
qui doivent marcher des
insulté ou agressé. Au restaurant, on l’appellera
monsieur sans qu’il ait à le demander. « Tout ça
possibilité. S’il a toujours dizaines de minutes pour
désiré endosser la mas- déménager, ma plus sortir du campus et trou-
parce que je suis un homme blanc de la classe
moyenne dans une relation hétérosexuelle et que
culinité, ce n’est qu’à la ver des toilettes indivi- les gens considèrent que mon apparence phy-
maitrise qu’il a découvert
la communauté trans à
grande angoisse est de duelles ou tous genres. » sique correspond à mon genre », songe-t-il. Si
la transphobie existe, le sexisme, le racisme, le
travers la littérature et les
Drag Kings. Le voilà qu’il ne pas trouver de mé- La discrimination ne
s’arrête pas au campus.
classisme et tous ces –isme se superposent sou-
vent à celle-ci.
pense à toutes les fois qu’on Alexandre mentionne
lui a demandé quand il a «
découvert » qu’il était trans.
decin. les enjeux de violence et
d’accessibilité aux soins
Alexandre se sent privilégié. Même si près d’une
personne trans sur trois a déjà tenté de se suici-
Chaque fois, la même réponse : « Et toi, quand as- de santé auxquels fait face la communauté trans.
der. Même si plusieurs ont déjà été renvoyées à
tu découvert que tu t’identifiais au genre qu’on t’a Il rappelle que 80 % des personnes trans ont été
assigné à la naissance? » victimes d’une forme de violence dans la dernière cause de leur identité. Même si la discrimination
année. La journaliste hausse les sourcils. C’est dans le domaine de la santé est omniprésente.
Des questions, toujours des questions. Quand on dans ces moments que la réalité est si choquante Comment dit-on déjà? Au royaume des aveugles,
est professeur, chercheur et activiste, on s’en fait qu’elle semble fabriquée. les borgnes sont rois? Eh bien, au pays des trans,
poser chaque jour. Certaines dérangent plus que ceux qui « performent » le mieux leur genre sont
d’autres : « Est-ce que tu as eu une opération? », Alexandre mentionne également les délais inter- les moins discriminés. « Il reste tellement de tra-
« Comment se passent tes rapports sexuels? » ou minables pour avoir accès à un médecin. « Je me vail… », soupirera Alexandre avant de s’endor-
« Comment ont réagi tes parents? » Alexandre est suis déjà fait dire par un médecin : ‘J’ai rien contre mir. Il n’a pas tort, mais il se réveillera demain
habitué à ces questions plaçant un premium sur les gens comme vous, mais je ne traite pas ça’ », matin et continuera d’inspirer et de sensibiliser
la sexualisation des corps trans et le sensationna- confie-t-il. Lorsque la journaliste lui demande ceux qui croiseront son chemin. Finalement, c’est
lisme des drames familiaux. « Tant de questions comment cet enjeu l’affecte, il répond : « Chaque peut-être ça l’espoir.

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Arts et culture culture@larotonde.ca

Les Hay Babies au nouveau Festival de musique émergente

Fières d’être francophones... à leur manière!


j’ai grandi, tout le monde parle comme
ODÉLIE JOLY ça. C’est ça ma langue maternelle, c’est
ça mon héritage », a affirmé Julie Aubé.
Originaires du Nouveaux-Brunswick, les trois
filles du groupe folk Les Hay Babies étaient Un groupe pas si émergent que ça
en spectacle au Café Nostalgica le 23 mars Malgré son nom, la première édition du
dernier pour la première édition du Festival de Festival de musique émergente a présenté
musique émergente, organisé dans le cadre des artistes déjà bien campés sur la scène
musicale francophone. Les Hay Babies
du Mois de la francophonie.
ont en effet gagné les Francouvertes en
2013, vainquant entre autres le groupe
Salle comble et spectacle endiablé
de rap québécois Dead Obies. Elles ont
Les Hay Babies, trio composé des au- d’ailleurs gagné plusieurs autres prix et
teures-compositrices-interprètes Ju- se sont aussi produites en Europe depuis.
PHOTO GABRIELLE PILLIAT
lie Aubé (au banjo), Katrine Noël (au Leur énergie débordante, les histoires au-
ukulélé) et Vivianne Roy (à la guitare), thentiques qu’elles racontent et leurs har-
ont présenté plusieurs chansons tirées monies vocales comparables aux Sœurs retourner [au Nouveau-Brunswick]. Je lancé son premier album solo le 24 mars
de leur premier album Mon Homesick Boulay ont su faire l’unanimité. pense que c’est comme une histoire ro- dernier et celui de Julie Aubé devrait sor-
Heart, paru en 2014. Le spectacle a dé- mantique avec les Maritimes. On est trop tir en 2017. Au plus grand bonheur du
buté à l’image des Maritimes, avec un Leurs chansons abordent plusieurs bien là-bas, mais en même temps c’est public, Les Hay Babies ont aussi annon-
peu moins d’une heure de retard! thèmes : l’amour, la vie ordinaire et difficile d’y vivre », concluent-elles. cé la sortie de leur nouvel album à l’au-
l’exode rural, problématique criante qui tomne, en espérant qu’elles reviennent à
Le chiac, un genre de franglais parlé dans les touche particulièrement. « À chaque Beaucoup de projets à venir Ottawa l’an prochain pour le présenter.
le sud du Nouveau-Brunswick, est aussi fois qu’on tourne [ailleurs au Canada], Qui sait, peut-être pourraient-elles par-
un mode de vie qui influence la façon de on rencontre des Acadiens et ils parlent Malgré leur jeune âge, elles ont de nom- ticiper à la deuxième édition du Festival
créer de ces trois Acadiennes : « Moi, où tout le temps de comment ils aimeraient breux projets à leur actif. Vivianne Roy a de musique émergente?

Gazoline, du rock saguenéen qui sait faire danser


plus tôt! On a hâte d’arrêter de jouer un
MARIE-PIER PERNICE peu pour voir qu’est-ce qu’on va changer
dans [notre façon d’être] sur scène en
Le jeune groupe de rock francophone Ga- groupe. On tient à être punk et à ne rien
zoline débarquera à l’Université d’Ottawa le planifier, ne rien chorégraphier, mais ça
va être le fun d’avoir le temps de remettre
vendredi 1er avril alors qu’il jouera en pre-
ces [décisions-là] en question et de peut-
mière partie de Lisa Leblanc dans le cadre être faire évoluer le show qu’on donne.
du spectacle de clôture du Festival de la
LR : Votre 2e album est en route, à
poutine. Originaires du Saguenay, Xavier
quoi est-ce qu’on peut s’attendre?
Dufour-Thériault, David Dufour et Jean-Cim- PHOTO COURTOISIE
mon Tellier-Dubé y termineront ici la tournée XDT : Il va y avoir plus de sons électro-
niques, plus de synthétiseurs que sur le
de leur célébré premier album éponyme paru plus tard et on a fait des covers long- c’est un des seuls [artistes] qui nous don-
premier. Ça va être quelque chose de
en 2014. La Rotonde s’est entretenue avec temps! C’est vraiment récemment qu’on nait l’impression que c’était pertinent
plus dance et d’un peu moins rock. On
a commencé à écrire nos propres chan- de faire du rock en français. Je pense
Xavier Dufour-Thériault, qui chante, écrit, et brise encore plus les espèces de clichés
sons et qu’on est finalement devenu un que d’avoir pu faire cet album-là avec
joue de la guitare au sein du groupe. groupe en décidant de notre style et de lui, alors que je commençais à écrire des ou les sonorités rock. On joue avec ça et
notre direction. chansons, ça a été vraiment bénéfique. Il des fois, on les exagère! Ça reste rock et
La Rotonde : Raconte-moi l’his- un peu punk, car c’est notre signature,
s’est mis all in dans le projet!
toire de Gazoline avant d’en arriver LR : Votre premier album éponyme c’est ce qui nous colle à la peau!
à votre 2e place aux Francouvertes (2014) a été accueilli très chaleu- LR : Votre show à l’U d’O marque-
en 2012 et au lancement de votre reusement au Québec et avait été ra la fin de la tournée de votre pre- LR : Si quelqu’un ne connait pas
premier EP, Futurbabymama. en lice au Gala de l’ADISQ dans la mier album. Comment est-ce que Gazoline, quelle chanson devrait-il
catégorie Meilleur album rock de vous vous sentez? écouter en premier?
Xavier D-T: Le guitariste (Jean-Cimmon l’année. Quelle est la recette de son
Tellier-Dubé) et moi, on était juste un succès? XDT : On a hâte! On est contents de tirer XDT : « Du Feu » ! J’ai fait aussi une
autre band de covers au secondaire. On a un trait sur ça. En plus, on joue en pre- vidéo pour la chanson qui se retrouve
commencé à écrire des tounes beaucoup XDT : On est des gros fans de Caféine et mier, alors on va pouvoir faire le party sur YouTube.

w w w. l a r o t o n d e .c a
10 A r t s e t c u lt u r e la rotonde le mardi 29 mars 2016

Cabaret Oh la la!

Du rire aux larmes les aspects typiques d’un cabaret pari-


ARIANE LECOMPTE sien des années 20, avec ses corsets, ses
danses sensuelles et extravagantes sans
Le Cabaret Oh la la! est enfin arrivé dans la toutefois être grotesques, et ses chan-
région de la capitale nationale et le public est sons françaises burlesques célèbres. La
pièce s’inspire de chansons classiques à
donc invité à plonger dans le monde intriguant la Juliette Gréco, en intégrant aussi des
du Burlesque, et ce, jusqu’au 16 avril au morceaux modernes d’artistes tels que
Théâtre de l’Île à Gatineau. Jean Leloup et Bruno Mars.

Le Cabaret Oh la la! a transporté la De plus, ce cabaret était divisé en quatre


foule à travers le temps grâce à son ré- tableaux, ce qui a permis à chaque acteur
pertoire musical et aux péripéties de d’interpréter plus de quatre différents
sa troupe. Celle-ci est composée du personnages tout au long de la pièce, qui
maître de cérémonie (Richard Bénard), était tout simplement hilarante. La salle
de Lola la Fatale avec une voix en or intime du Théâtre de l’Île a permis une
(Marie-Ève Fortier), d’Alice la stagière participation active du public, qui riait
(Julie Grethen), d’Angel l’acrobate im- souvent aux éclats.
pressionnante (Andrée Rainville), de
Billy le beau barbu (Alexandre-David Le Cabaret Oh la la, c’est donc une
Gagnon) et finalement de Didier, le oeuvre hors du commun, notamment
jeune homme à la recherche de gloire en raison de ses costumes loufoques, de
(Charles Rose). L’harmonie de leurs ses acteurs talentueux et de ses danses
voix et de leurs mouvements de danse aguichantes. On y trouve d’ailleurs des
ont fait de la pièce un succès indéniable. hommes habillés de belles robes de soi-
rée, des acrobaties dignes du Cirque du
Cette oeuvre enchanteresse a d’abord Soleil et encore plus... Rires et larmes se
PHOTO COURTOISIE
entraîné le public à Paris, en début de confondent à l’excentrique Cabaret Oh
XXIe siècle. On pouvait y reconnaitre La La!

Le voyage d’Eugénie, la vieille excentrique qui


conquit les cœurs de tout âge
La Rotonde a rencontré Anne-Lise
YASMINE MEHDI Fritsch, qui jouait le rôle d’Eugénie. Les
lignes, entre réalité et fiction, étaient
Il est 18 h 40 à l’Auditorium du Centre univer- floues pour la comédienne de 78 ans, qui
s’est trouvé plusieurs points en commun
sitaire quand la pièce de théâtre suisse Le
avec son personnage tels l’autodérision
voyage d’Eugénie débute. Une quarantaine ou les soucis de santé. « Vous m’y faites
de curieux sont venus profiter de ce spectacle penser, je dois prendre mon médicament
organisé par le Service de vie communautaire pour le cœur! » s’est-elle exclamée. « C’est
un texte qui parle d’une personne âgée,
dans le cadre du Mois de la Francophonie. Eu-
mais qui touche tout le monde d’une fa-
génie, l’unique personnage de ce monologue, çon différente. C’est la magie du théâtre
a su charmer son public en livrant un texte hila- », a-t-elle ajouté tout sourire.
rant, mais triste; léger, mais sérieux. Pascale Rocard, metteure en scène, a
aussi parlé de son projet miracle. « On
Quand la vieillesse et la mort font prépare un spectacle deux ou trois ans
rire aux éclats en avance. Là, on a commencé au mois
d’août », a-t-elle expliqué. Bien qu’il fût
Le Voyage d’Eugénie met en scène Eu- PHOTO COURTOISIE difficile de réserver les salles et de trou-
génie, une vieille dame excentrique, ver les fonds, Rocard y est parvenue : «
mais attachante. Au gré de son mono- Je me suis battue comme une chienne par
logue, elle confie ses angoisses, mais s’y identifier. Eugénie, c’est notre grand- Vin et fromage avec Eugénie amour du théâtre. Ça a été une aventure
aussi ses petits bonheurs. Veuve, c’est mère qui se désole que des étrangers lui humaine, mais aussi artistique. Moi, j’ai
avec beaucoup d’émotions qu’elle parle aient cédé leur place dans l’autobus. C’est La représentation du jeudi à l’Universi- besoin d’art, sinon je meurs. »
de solitude, de maladie ou de mort : té d’Ottawa marquait la fin de la tournée
aussi notre mère qui ne comprend pas
« Mourir, ça me va, mais c’est de ne plus nord-américaine du voyage d’Eugénie, la Déçu.e d’avoir manqué cette pièce?
grand-chose à la technologie ou notre
vivre qui m’angoisse », soupire-t-elle du- pièce ayant été présentée à Vancouver, à Brocard garde le mystère, mais déclare
petite sœur qui se plaint de ses amies à Victoria et à Atlanta. C’est pour célébrer vouloir retravailler avec l’auteur, Gilles
rant une scène.
longueur de journée. Eugénie, c’est une cette clôture que les spectateurs ont été Vuissoz. « Je crois avoir enfin trouvé ma
Si le thème central est la vieillesse, cela vieille excentrique, mais c’est aussi un conviés à une petite réception après la paire d’écriture », a-t-elle conclu avec un
ne veut pas dire que tous ne peuvent pas peu de nous tous. pièce. sourire en coin.

w w w. l a r o t o n d e .c a
A R T S e t C U LT U R E la rotonde numéro 22 11

Université d’Ottawa | University of Ottawa

Suivez-nous

Retrouvez tous
nos articles et
toutes nos vidéos
en ligne Service d’appui à l’enseignement et à
l’apprentissage
Centre d’innovation en technologies éducatives
FACEBOOK TWITTER
LaRotonde @LaRotonde Vous demeurez dans la région de Cornwall, Pembroke ou Hawkesbury et aimeriez
poursuivre Evos
D études
U C Apendant
T I O N l’été?
Contactez-nous pour en savoir plus sur les cours à distance offerts dans votre région.

WEB YOUTUBE Tél. : 613-562-5787


www.larotonde.caa La RotondeVideo Courriel : cite@uOttawa.ca
www.saea.uOttawa.ca

Calendrier Culturel
Du 21 au 27 mars

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche

Hell Heart, Taco-Fest


Festival de la Vente Gazoline, Film : L’Hermine
Salon maison et The Great
poutine d’artisanat du Lisa Leblanc 2016
jardins d’Ottawa Diversion,
printemps 2016
FSS
Moonfruits centre shaw Cinéma ByTowne
Centre E.Y. UCU
11 h Centre e.y. 20h 17 h à 22 h
10 h à 18 h Centre E.Y.20 h 30 18 h 30
(jusqu’au 1er avril) 11 h

Scène Gorod, Festival du


Mur de femmes Inire, Buffalo
ouverte Bookake, Virée Blues : contre les oléo- film irlandais
Dissentient: ducs et projec-
Theory MTL, Railroad Poetry
Brent Johnson Reading
Soirée tion documen- Inside Out,
& The Call Up
Heavy métal taire Mind at War
Bistro Rainbow Café Pressed
Petit Chicago Cour des arts
20 h 30 15 h à 17 h
house of targ 20 h UQO 19 h Le minotaure
19h 17 h 30 19 h
(jusqu’au 3 avril)

Lundi jazz ChiSeries : Da- Love is in the


Perception : The Weather
Concert : Duos Expo : Échelle
vid Lee Neil et birds : Une soirée
film court Station francophone pour piano humaine
S.M. Carrière
Petit Chicago sans boule disco
Galerie SAW 4e salle du CNA Freiman Hall, Musée desbeaux-
Pour Boy
21 h 20 h à 22 h 20 h 30 Pavillon Pérèz arts du canada
La Nouvelle Scène
19 h 8h
19 h 30

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

sports et bien-être
PHOTO COURTOISIE

Steve Nkusi, la passion d’un champion PHOTO COURTOISIE

hasard que Nkusi a été initié au saut en saison prochaine. « Entre temps, je fais conseils. Selon Nkusi, cette atmosphère
MARCEL ONDAKO hauteur et a entamé la saison 2014-2015 des entrainements avec mon équipe, je le pousse à vouloir gagner non seule-
avec les Gee-Gees. Le début de la pre- continue à jouer au basketball et à m’en- ment pour lui, mais aussi pour l’hon-
Étudiant en deuxième année en gestion, Steve mière saison en était un rempli d’espoir trainer dans la salle de musculation afin neur du Gris et Grenat : « Quand je suis
Nkusi est aussi un membre de l’équipe d’athlé- pour l’athlète, mais le destin en aura de rester en forme », explique-t-il en ré- capable de remporter des victoires, cela
voulu autrement, et Nkusi, pour cause férence à sa routine de préparation pour donne de la bonne publicité à l’univer-
tisme de l’Université d’Ottawa (U d’O). La deu-
de blessure, dût bientôt être confiné au la saison prochaine. sité et montre aux autres l’excellence
xième saison de Nkusi dans les rangs des Gee- rang de spectateur. « Je n’ai jamais per- des Gee-Gees. »
Gees remplie de hauts et de bas qu’il a traversé du espoir », ajoute-t-il cependant, « et une deuxième famille
avec une vive détermination. j’ai toujours eu confiance ». La saison prochaine
L’aspect unique du programme d’ath-
L’athlète a toujours démontré une pas- létisme de l’U d’O a encouragé Nkusi à Après un retour avec des hauts et des
Il ne fait aucun doute que la présence
sion pour l’activité physique, passion progresser au sein de l’équipe des Gee- bas cette saison, Nkusi a quand même
de Steve Nkusi, qui mesure pas moins
qui a commencé avec la pratique du Gees. Que ce soit pour l’esprit d’équipe bien performé, ce qui lui a permis de
de 6 pieds 2 pouces, se fait ressentir sur
basketball, qui le pousse à toujours al- ou l’atmosphère qui règne dans les se hisser jusqu’aux finales de la SIC,
le terrain lors des compétitions. Grand,
ler plus loin dans sa quête de la réus- couloirs du complexe sportif Minto, où il a terminé 5e avec un score de 2.04
élancé avec la carrure et la taille d’un
site. Pour Nkusi, il est aussi impossible il avoue que tous les éléments sont là mètres. « Pour l’instant, je me pratique
basketteur professionnel, Nkusi a ce afin de créer l’ambiance parfaite. « Les avec un club local afin de me préparer
de renoncer aux défis qui se présentent
qu’il faut pour dominer dans le saut en Gee-Gees, c’est devenu une famille pour davantage pour la saison prochaine.
dans sa carrière sportive : « Ce n’est pas
hauteur. C’est pourtant une passion qui moi. Je n’avais pas cru que cela allait Il faut s’attendre à un Steve prêt à 110
une blessure qui mettra un terme à mon
a commencé par le hasard de ses talents être le cas au début de ma première %. » Pour l’instant, il ne reste plus qu’à
parcours, j’ai commencé cette saison
: « J’ai commencé après le secondaire. saison, mais avec l’atmosphère qui est attendre la saison prochaine afin de sa-
avec beaucoup d’espoir. »
Avant, je jouais au basketball, je ne fai- créée par les autres équipes et les autres voir si Nkusi sera en mesure d’atteindre
sais de l’athlétisme qu’après la saison C’est très tôt le matin, avec le lever du so- membres de mon équipe, je ne pour- l’excellence qu’il a tant cherchée. Avec
de basket, pour passer le temps. C’est leil, que les gens peuvent apercevoir son rais pas demander mieux. » En effet, il une routine disciplinée et une passion
un gérant de l’équipe d’athlétisme des ombre passer comme un vif d’argent. y a aussi beaucoup d’entraide entre les toujours aussi forte, il ne fait toutefois
Gee-Gees qui m’a approché pour une En effet, l’athlète s’entraine avec achar- joueurs des Gee-Gees, qui s’entrainent aucun doute que la saison 2016-2017
place dans l’équipe. » C’est donc par nement à améliorer son cardio pour la souvent ensemble et se donnent des sera celle de Steve Nkusi.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Sports et Bien-être la rotonde numéro 22 13

Hockey masculin

Un nouveau souffle pour les Gee-Gees


les défis qui s’annoncent.
MARCEL ONDAKO
Reconstruction d’un programme
Cette semaine, La Rotonde présente la vision
du nouvel entraineur en chef de l’équipe mas- Comme engagement à long terme avec
culine de hockey des Gee-Gees, Patrick Grand- les Gee-Gees, l’entraineur compte
restructurer petit à petit et rebâtir le
maître. Grandmaître entre en poste à la suite du
programme, « afin que ce soit une
scandale d’agressions sexuelles qui a touché constance que l’équipe soit parmi les
l’équipe et qui avait fini par coûter deux saisons meilleures équipes au Canada ». La
à tous les joueurs. restructuration du programme se fera
aussi par le recrutement des joueurs
Le nouvel entraineur des Ottaviens qui représenteront le Gris et Grenat,
a décidé de mettre son talent et son joueurs qui devront être très discipli-
expérience au service de l’Université
nés, autant sur la glace que hors du
d’Ottawa. « Pour moi, le sport univer-
terrain. Un des buts ultimes de Grand-
sitaire a tout le temps été une passion. PHOTO ARCHIVES
maître est d’atteindre une certaine sta-
Je me suis dit que si je devais un jour
bilité dans le programme, cela afin que
être entraineur, j’aimerais que ce soit de Grandmaître. Selon lui, il s’agit maître permettra au Gris et Grenat de
certains dossiers deviennent moins
au niveau universitaire », a déclaré d’une chance inégalée de pouvoir bâtir retrouver son éclat d’antan et sa place
complexes. « Quand on a une réputa-
Grandmaître. « Je me vois être en- un programme de ses propres mains : parmi les meilleurs au pays.
tion établie », explique-t-il, « certaines
traineur ici à long terme. » Selon lui, « C’est reconstruire la confiance du
choses ont tendance à graviter vers le
le hockey universitaire est un sport programme, c’est un beau défi et une La saison prochaine entrainera cer-
programme ».
de très haut niveau, qui reste quand belle opportunité de pouvoir faire tainement son lot de défis, mais aussi
même négligé par les amateurs de hoc- quelque chose d’aussi grand. » C’est beaucoup d’espoir. Avec un nouvel en-
Une chance inégalée
key. Les Gee-Gees ne font pas excep- donc par cette opportunité que l’en- traineur-chef et de nouveaux joueurs,
tion à la règle et Grandmaître utilisera En somme, ce n’est pas l’ombre du traineur a saisi, et à l’aide de sa passion c’est un nouveau début pour le hockey
sa passion pour le sport afin de relever scandale qui va freiner les ambitions enflammée pour le sport, que Grand- masculin à l’Université d’Ottawa.

Catherine Traer, rester ou quitter ?


« J’ai dû devenir leader, un rôle impor-
LAMIAE BELHAJ tant dans lequel on en apprend beau-
coup sur nos limites. »
L’équipe de basketball des Gee-Gees d’Ottawa
Selon Traer, son intégration dans
est connue pour ses exploits et ses excellents
l’équipe a été une expérience sans pré-
classements, autant à l’échelle provinciale que cèdent. « C’était un défi dès le départ,
nationale. Catherine Traer, étudiante en Science du fait qu’on a perdu beaucoup de filles.
politique et numéro 13 du Gris et Grenat, est un On a été la plus jeune équipe à être allée
élément indispensable à ce succès. En effet, aux nationaux. On s’est qualifiées cette
année, mais je pense qu’on aurait pu ga-
cette étudiante athlète a été la meilleure mar-
gner. On a déjà l’expérience et on est ca-
queuse Ottavienne. pable de gagner l’année prochaine. Il est
Traer note que son succès est en grande toutefois vrai qu’il nous manquait notre
partie redevable à l’encadrement d’An- plus grande joueuse et ça aurait fait une PHOTO GABRIELLE PILLIAT
dy Sparks, coach de l’équipe depuis différence si elle avait été là. »
2008. « Ce qu’il a fait avec notre équipe Après un long séjour chez les Gee-Gees, reste beaucoup de choses à accomplir et
est incroyable », s’étonne la basket- Regard sur l’avenir Traer est toutefois arrivée à une inter- de défis à relever. C’est une décision im-
teuse. « C’était impressionnant de pou- section : « Le basketball restera toujours portante à prendre, mais je ne regrette
Rejoindre l’équipe de basketball requiert
voir arriver première au classement. dans mon cœur, ce sera toujours une pas- rien. J’ai appris à être plus mature, à
une grande organisation. Selon l’athlète,
Personne ne pensait qu’on pourrait ar- sion. Maintenant, je dois choisir : Dois-je écouter mon corps, mais aussi à prendre
cette qualité est une compétence non
river ici. » aller plus loin? Faire une carrière profes- en considération mes études », explique-
négligeable pour quiconque voudrait
Lors de ses quatre dernières années rejoindre les rangs des Gee-Gees : « Je sionnelle ou me diriger plus vers ma car- t-elle. « C’est un défi chaque année. Per-
avec les Gee-Gees, l’arrière s’est démar- n’arrête pas. On a presque 40 heures par rière politique? Je ne suis pas certaine de sonnellement, un de mes buts était de me
quée en tant que leader et mentor des semaine d’entrainements, et je travaille pouvoir être avec l’équipe des Gee-Gees sentir bien à la fin de la session et, grâce
nouveaux venus. « Ça fait longtemps 15 heures par semaine, sans oublier l’an prochain, mais je n’ai pas encore dé- à cette étape franchie aux nationaux, je le
que je joue au basket », explique-t-elle. toutes mes heures d’étude et de cours! » cidé si c’est la fin du basket pour moi. Il suis », conclut-elle en souriant.

w w w. l a r o t o n d e .c a
14 Sports et Bien-être la rotonde le mardi 29 mars 2016

tawa, Dria Bennette, capitaine d’équipe, et Irene 2015-2016, avec un total de 30 points, ce qui a per-
EN BREF Patrinos ont été nommées étoiles du tournoi. mis à Victoriaville de terminer la saison régulière 11e,
avec une fiche de 33-28-3-4.
Rugby Les Gee-Gees ont aussi recruté quatre nouvelles
joueuses et une joueuse étoile. Football
Les Ottaviennes ont remporté le tournoi de rugby
de l’Université Laval même si le tournoi a débuté Hockey masculin En vue du Souper Touchdown qui aura lieu le mois
par une défaite des Gee-Gees face à Concordia. À prochain, l’Université d’Ottawa a décidé d’introniser
la suite de leur défaite, les Gee-Gees ont repris le Les Gee-Gees ont repêché un nouvel ailier pour la de nouveaux membres au Temple de la renommée
contrôle des choses pour battre Montréal et Laval. saison 2016-2017. Marc Beckstead, des Tigres de de football. Le 30 avril prochain au château Laurier,
En demi-finale, elles ont affronté Concordia une Victoriaville, a décidé de s’engager du côté du Gris et les accomplissements de Christopher Banton, recrue
fois de plus, mais cette fois se sont imposées, pour Grenat afin d’aider l’équipe à atteindre de nouveaux SIC l’année 1989, de Mike Fabiilli, et de Brad Sinopo-
ensuite remporter la finale contre Laval. Pour Ot- sommets. Beckstead a connu une très bonne saison li seront honorés. Un rendez-vous à ne pas manquer.

Station Campus
Fermeture le 24 avril
La station Campus fermera en vue de la construction
du nouveau service de la Ligne de la Confédération
de l’O-Train. Vous avez besoin de vous rendre sur le
campus? Utilisez la station Laurier ou le nouvel arrêt sur
l’avenue King Edward. Le service sera moins fréquent
au Campus Lees – utilisez les circuits 16, 85, 95 ou 98.

CIRCUITS ALTERNATIFS SUR KING EDWARD

OU ALLEZ À LA STATION LAURIER

UTILISEZ LE PLANIFICATEUR
DE TRAJET
OCTRANSPO.COM

VERS UN NOUVEAU
ON TRACK SUR LA VOIE

TRAIN DE VIE

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

Labyrinthes
Félix ou la recherche du Pollo Guisado
F
élix avait pour chambre une pièce La mère s’arma de la serpillère et se char- le pauvre garçon ne voyant plus aucune n’y avait plus grand-chose à faire pour
moderne avec des murs blancs, des gea de vilaines paroles vides de sens. Félix solution dut se rendre à l’évidence : une ses parents  : « Ils se réifient, tu com-
meubles gris épurés et linéaires… n’y comprenait rien : appartement dis- seule personne pouvait l’aider. Son meil- prends ? Ils sont malades de la réification
le hall d’entrée, le salon, les chambres, la pendieux. Lâche ! Mettre à la rue ! Tapis leur ami ne lui serait d’aucune utilité. Non
! Ils se transforment l’un l’autre en valeur
cuisine, la table de la cuisine, les chaises, trop cher… ! Il devait parler à quelqu’un ayant de l’ex-
d’échange». Ainsi, l’industrialisation et
les verres carrés. Maman, papa et leurs périence et de l’expertise. Félix se leva de
souliers carrés. Ils ont le teint verdâtre, Divorce ! Décidément, les parents ne s’ai- table. l’américanisation les avaient perdus. Ils
sont trop minces. maient plus. Félix ne les entendait plus se concentraient trop sur la mode, leurs
faire l’amour depuis longtemps, contrai- - T’inquiète pas mon garçon, tu l’auras ta emplois et l’argent. Ils mettaient un prix
Grand-mère à table avec Félix. La télé rement à Fernando dont les parents, Ado- nouvelle console, l’encouragea son père aux gens qui les côtoyaient.
est ouverte : « L’élargissement du canal lphe et Adela se faisaient la bise constam- en voyant ses lèvres pincées.
avance à grands pas… tous espèrent que ment. Parfois, des mains taquines allaient Autrefois, les gens qui habitaient le Pa-
les travaux seront finis en 2016, permet- sous les chandails. Mais Fernando ne vi- Le garçon hocha la tête et partit. Il sentait
nama venaient du Panama, alors qu’au-
tant ainsi au canal de mieux rivaliser avec vait pas en ville. ses jambes faiblir, comme assaillies par les
les nombreuses arrivées de bateaux et de mêmes maux que ses parents. De vraies jourd’hui beaucoup arrivaientt d’ailleurs
cargos. » Chancelant lentement, grand-mère partit grandes boîtes de conserves vides. Comme pour y vivre leur retraite à l’ombre des
vers sa chambre. Félix curieux, resta pour cette gigantesque tour de 293 mètres de arbres sous le soleil cuisant des plages.
- C’est génial tous ces bateaux regor- détailler ses parents. C’est qu’il avait l’œil haut. Félix l’avait appris à l’école. La Tru- À l’époque, on avait encore ce sens de la
geants de marchandises en provenance malin. À priori, ses parents se portaient mp Ocean Club International Hotel & culture. Elle lui dit que lorsqu’elle était
des quatre coins du monde, s’exclama la bien. Tower construite en 2011. Ses parents lui jeune, le Canal de Panama existait depuis
mère en lissant faiblement son tailleur de Très peu de graisse, plutôt grands. Ils faisaient penser à cela, deux grandes tours
un moment, mais que les gens s’entrai-
ses mains. ressemblaient à tous ces mannequins se promenant. Si hautes qu’elles perdaient
peuplant les magazines. Ils travaillaient de vue l’essentiel. daient encore et qu’ils festoyaient. Au-
Ils mangeaient sushis ce soir. tous les deux une cinquantaine d’heures jourd’hui, les parents de Félix ne se sou-
par semaine, mais s’efforçaient de ren- Félix longea les murs à grande vitesse, la venaient plus des carnavals, des fêtes de
- Mais maman, grand-mère n’aime pas ce trer le soir et de dîner avec Félix. C’était la maladie était à ses trousses. Une fois arri- la société, des musiques envoutantes et
genre de truc! se plaignit le jeune garçon mode que d’être occupé vé à destination, il tourna la poignée sans significatives. Évidemment, le Carnaval
de treize ans en interrompant sa mère. tout en étant socialement intégré. C’est hésiter. Une forte odeur le prit à la gorge. restait la fête la plus attendue au Panama,
très fashion. Le McDonald aussi était po- Quelque chose de familier lui rappelant mais regarde tes parents, lui dit-elle, ils
- Grand-mère ne sait pas ce qu’elle dit, fis- pulaire, même chose pour Beyonce… des souvenirs d’enfance. Les jupes affrio-
ne sortent plus dans les rues.
ton, c’est très tendance, répliqua le père. lantes et virevoltantes des danseuses du
Les parents de Félix étaient pourtant Carnaval, les mets régionaux, l’odeur de
La grand-mère regarde son petit-fils, malades, mais le jeune homme ignorait la terre mélangée à celle de l’eau salée. - Que dois-je faire alors ? Comment rame-
l’approuvant. Elle n’avait plus son jeune de quoi il s’agissait. Malgré son cours de ner mes parents ? Ils sont si tristes, ils ne
corps ferme, ses cheveux grisonnaient, science, le diagnostic qu’il posait sur ses - Grand-mère, les parents… ils vont mou- savent plus qu’ils s’aiment.
mais Félix reconnut en son regard le feu parents semblait peu prometteur. Une rir ! Je vous en prie aidez-moi ! Je ne sais
de la vie. maladie incurable. L’âme sensible, Félix pas ce qu’ils ont ! - Il y a très peu de remèdes efficaces, c’est
préférait ne pas y penser.
une maladie à lente évolution qui nous
Un bruit strident survint. Les remèdes derniers cris ne serviraient Le corps tout courbé de la vieille femme
à rien. Son père regardait la télévision, regardait par la fenêtre l’eau de l’océan ronge de l’intérieur sans qu’on s’en rende
- Argh ! Regarde ce que tu as fait ! s’écria comme fasciné par l’écran, la bouche se mouvoir. Il ferma la porte derrière lui compte. Comme un cancer ! Lorsqu’on
le père auprès de la mère en se levant vi- entrouverte, un filet de salive s’écoulant et s’approcha. La forte odeur s’accentua. parvient à l’éradiquer, ce cancer, les pro-
vement de table. Le tapis est en poil d’al- presque de sa bouche. Comme pris d’une Il posa sa main sur l’épaule de la bonne babilités de récidives sont importantes.
paga ! C’est bien toi ça, tellement tête en absence causée par le ralentissement sou- femme et la contourna. La vieille chouette
l’air. dain des activités cérébrales. tenait un bol de ragoût de poulet aux lé- C’est ce que le monde leur a légué. Mais
gumes. Pollo Guisado. Le tout assaison-
tu dois comprendre, petit Félix, que les
En effet, la mère avait renversé son vin - Ha ! Regarde, une nouvelle console Wii, né. Ça sentait bon les épices. La grand-
générations futures détiennent la clé de
rouge Italiano au sol. Félix, nous irons l’acheter la semaine mère resta quelques instants sans parler.
prochaine, dit son père qui sortait de sa l’avenir et qu’il ne tient qu’à vous de
- C’est de ta faute aussi, s’envenima la transe en pointant la publicité diffusée - Mais qu’est-ce que vous faites ? lui de- cesser ces échanges humains vides de
femme, le vin est si mauvais qu’il m’a sur son Iphone. manda-t-il. sens. Après tout, l’essentiel n’est visible
prise au dépourvu, je l’ai échappé ! Tu l’as que de par le cœur.
choisi en dessous des vingt balboas ou La mère fit volte-face : - Mais je mange, cela ne se voit donc pas !
quoi ! - Alors ce remède ? s’enquit-il.
- Et avec quelle promotion, Monsieur «ça - Mais si,… mais vous auriez pu man-
Félix détailla sa mère d’un œil étrange, fait six mois que je n’ai impressionné au- ger les sushis. Je sais bien qu’ils ne vous
comme si elle était atteinte d’une maladie cun patron » ! répliqua sa mère. plaisent pas, mais tout de même. Maman - Rien de mieux qu’un bon bol de Pollo
affectant les réflexes moteurs, les mus- les a pris d’un endroit huppé qu’elle Guisado pour remuer le bon vieux temps!
cles, provoquant ainsi des spasmes mus- - Tu peux bien parler, tu es peut-être la affectionne particulièrement. Votre refus
culaires. secrétaire d’un haut gradé, mais tu restes a dû lui faire de la peine. Et grand-mère Matilda lui tendit le bol.
une secrétaire, répliqua l’homme amère-
- Mais tu es folle, c’est toi qui ne sait pas ment. Félix prit peur. De jour en jour ses La grand-mère hausse des épaules avant
apprécier la vraie valeur des choses. parents se mouraient dans l’ignorance et de lui dire de s’approcher. Selon elle, il Beverly M.
16 l a by r i n t h e s la rotonde le mardi 29 mars 2016

La dernière maille
L
e 2227, rue François-Nobert était toute petite. Elle s’y était rendu demanda-t-il après deux heures de brune et doublé à l’intérieur d’un tri-
s’éloignait dans le rétroviseur. pendant des années après l’école, à route et pointant la tuque. cot de fausse fourrure.
Ils prirent le boulevard Rigaud, la sortie de Keranna. Aujourd’hui,
puis celui des Chenaux. Dans quelques cela devait faire plus de 4 ans qu’elle Trut, trut, trut. Elle lui répondit que - Elle va être bien chaude ta calotte !
minutes, ils suivraient l’autoroute 40. n’avait plus mis les pieds dans l’un de celui-là était le vingt-septième bonnet Tu la fais pour quelqu’un de la tribu en
De ses mains, une jeune femme tri- ces lieux qui sent la mort. La maison sur une collection qui comptait en plus
particulier ?
cotait un bonnet. Le dernier de toute dans laquelle elle 30 paires de mitaines et 15 foulards.
la marmaille : 27 petits bonnets. Tric, avait vécue à Trois-Rivières sentait la Trut, trut, trut.
Tric, Tric. Ses doigts l’élançaient de- même odeur. - Ho… c’est pour la bénévole. Elle va
puis quelques mois. Elle s’attelait de- Surtout, ils ne devaient pas oublier de en avoir de besoin je pense.
puis l’été. D’abord, avec la chaleur Garry lui tapota la cuisse : passer prendre les productions de l’As-
d’août, ses mains avaient imprégné les sociation étudiante du Département de - Tu la connais, s’enquit-il.
confections de leur sueur, mais avec - T’as-tu aidé Ben avec ses devoirs ? français de l’Université d’Ottawa qui
l’hiver la peau avait fini par se craque- s’était affiliée à celle d’Aiyana pour le - Pas beaucoup. Elle se cherche je
ler quelque peu. La femme hocha la tête et entama de projet «Tricotons de l’amour pour les crois. Elle a un goût pour l’aventure,
monter les mailles à l’envers afin de gens du Nord». T’es tellement sensible mais quelle aventure ce sera !
La camionnette tangua et le véhicule créer un joli effet. Pendant qu’il était à la douleur du monde ! s’était excla-
qui suivait la rampe d’accès à l’auto- occupé à faire des heures supplémen- mé Garry en lui embrassant le front. Je
route accéléra. Aiyana rebondit sur taires, elle avait préparé des mets à suis très fier de toi ! Elle l’avait serré Ils descendirent de la voiture et elle
son siège, échappant une maille. Zut… congeler pour les deux semaines à ve- dans ses bras en retour. monta la fermeture-éclair de son
nir et dressé le calendrier des devoirs manteau avant de se dandiner avec
-J’ne comprends toujours pas com- et des études pour les trois jeunes La camionnette suivait la 417 Ouest, la jusqu’à l’arrière du véhicule. Puis, ils
ment tu peux rester assise à faire ça frères de Garry. Les lits étaient faits, la Transcanadienne, depuis bientôt trois chargèrent leurs bras et progressèrent
toute la vadrouille passée et la vaisselle rangée. heures lorsqu’ils descendirent du vé- jusqu’à l’appareil qui attendait déjà.
journée! hicule dans le stationnement entre la
- Oui, oui. Tu sais, ils sont de plus en résidence universitaire et Simard. Une - Faut quand même avoir le goût de
La jeune femme se tourna vers le plus autonomes, lui fit-elle remarquer odeur de poutine emplissait encore l’aventure pour aller passer même une
conducteur du «Super tuyau tout beau en observant sa réaction. l’air frais du mois de novembre. Ils
semaine dans des lieux si isolés ! an-
mobile». Elle détailla Garry de profil, descendirent au sous-sol de Simard.
lui et son chandail blanc taché d’une Trut, trut, trut. Il se gratta le crâne, Le café ALT battait son plein. Ils co- nonça Garry au pilote.
goutte de graisse sur son ventre. Elle perplexe. Il finit par sourire. gnèrent à la porte du 0036. Une jeune
avait rencontré Garry deux ans aupa- femme leur ouvrit. Il s’agissait de la - Je vous le fais pas dire Monsieur !
ravant, en sortant de l’une des cabines - J’sais bien que j’t’ai négligée derniè- Présidente de
des toilettes. Il était là, étendu au sol, rement. Je n’ai pas pu m’occuper de toi l’Association. Aiyana comptait les sacs de tricot. Les
regardant sous l’évier. Mam’zelle bon- Aiya. C’est pourquoi, j’suis bien étudiants de l’Université d’Ottawa, les
jour!, qu’il lui avait souri. content que l’on y aille ensemble. Elle - Vous pouvez me les donner, les sacs, mères et les grands-mères des étu-
se raidit. je vais les porter. Ça sera trop lourd diants avaient tant contribué qu’elle
Garry, avait appris à s’occuper des pour toi Aiya ! avait du mal à tenir le compte. Elle
autres, notamment de ses trois frères - S’t’un peu loin, par contre, concéda-
tapota l’épaule de Gary.
et deux sœurs. Il avait pris plusieurs t-il, mais ça sera ma bonne action de La mademoiselle chargea les bras
emplois, dès 14 ans, dans une compa- l’année! de Garry qui grimaça en les portant
gnie de plomberie et comme plongeur jusqu’à la voiture. Il y avait des di- - J’ai oublié un sac de tricot, sous le
pour une chaîne de restauration. Puis, - C’est vrai, je t’en remercie. Je sais que zaines de sacs. siège avant passager je crois ! Tu veux
avait fondé sa propre compagnie, la tu n’y gagne rien en retour. C’est bien bien aller le chercher ? Je vais refaire
généreux de ta part. - Coudonc ! Ils ont mis quoi là-dedans le compte !
«Tuyau tout beau», à l’âge de 22 ?
ans. Quant à Aiyana, ses parents, un La tricoteuse avait songé, lorsqu’elle Garry partit aux pas de course. Le ca-
homme révérencieux et une femme avait rencontré Garry, à prendre des Aiyana se pencha au-dessus de l’em- pitaine s’approcha de la jeune femme.
devenue mère à l’âge des vieilles filles, cours de conduite. Après tout, les au- bouchure du sac que Garry lui main-
l’avaient chérie. tobus de Trois-Rivières ne passaient tenait ouvert.
- Alors cette bénévole, elle va venir
pas à chaque quart d’heure et comme
Ainsi, pour leur première sortie, Garry elle finissait sa maîtrise cette année-là, - Oui, oui. Une bénévole va être sur ? Je comprendrais qu’elle ai chan-
lui avait-il proposé de mijoter un pe- elle devrait se trouver un travail qui place, elle va embarquer dans l’avion. gé d’idée, car pour se rendre à un tel
tit plat dans son humble maison. nécessiterait peut-être des déplace- Elle voulait aller les livrer elle-même, endroit, ça va nous prendre plusieurs
Quelques semaines plus tard, alors ments sur de plus longues distances. histoire de s’assurer que le fruit de jours et plusieurs arrêts seulement
âgée de 24 ans, elle aménageait avec Elle avait apprécié son expérience tous nos efforts se rende bel et bien à pour faire le plein, puisqu’il s’agit d’un
lui. d’assistante professeure que l’univer- destination. petit appareil.
sité trifluvienne lui avait offerte. Son
Tric, tric, tric. Aiyana avait récupéré nouveau copain l’avait arrêtée dans Garry acquiesça et ils reprirent la - Ho, oui, oui, elle est là !
sa maille à l’aide d’un petit crochet et son mouvement. Tu manqueras d’ab- route pour descendre King Edward,
s’était mise à tricoter de nouveau. Tric, solument rien avec moi. Je te condui- emprunter l’autoroute 5 en direction
Lorsque Garry revint, il avait les mains
tric, tric. rai où tu voudras les weekends et pis la de Gatineau. Ils suivirent la voie ra-
semaine tu t’occuperas de Ben, Fred et pide jusqu’à la sortie de l’aéroport et vides. Il regarda avec incompréhen-
- Cela me distrait, répondit-elle. Jacob. T’es pas habituée de travailler prirent des chemins plus sinueux qui sion l’hélice du petit avion qui com-
et je te forcerai à rien ! Trut, trut, trut. aboutirent à un petit aéroport : mençait à effectuer quelques tours.
- C’est un bon passetemps pour toi, tu À l’intérieur de l’avion, Aiyana adres-
es si timide! - Ça me fait plaisir, ma petite fleur, tu « Aéroport Exécutif, Gatineau». sa un faible sourire à Garry avant de
sais que j’t’aime bin ! s’enfoncer le bonnet de fourrure sur la
Elle tricotait depuis toujours. Une pa- Aiyana venait tout juste de terminer tête.
tiente de l’hôpital où son père travail- Elle lui sourit. de placer la dernière maille du bon-
lait jadis le lui avait appris lorsqu’elle - Tu en es à combien avec celui-là, lui net qu’elle avait tricoté en grosse laine Beverly M.
w w w. l a r o t o n d e .c a
l a by r i n t h e s la rotonde numéro 22 17

Tout le tact du monde


Comment on annonce à une mère qu'elle ne connaî-
tra plus l'été?
Comment on la regarde dans les yeux,
LE CHANT DU CYGNE
Je lève la tête. Il n’y a plus d’horizon. Je tombe. …
Qu'on lui prend les mains qu'elle a déjà froides,
Une étoile file dans le ciel. J’ai froid. Catacombes. Laisse faire
Et qu'on lui explique qu'elle ne pourra pas être là à
Pars. Ma jeunesse me quitte. Comme un baiser mortel. …
la graduation de ses enfants?
Les mots me manquent. Dors. Je replie mes ailes. Rappelle-toi pas
Comment peut-on lire des mots si abjectes,

À des oreilles qui ont passé des humanités à écouter
Tout m’échappe. Je suis un Aigle. Soir, je m’envole. Dors
ses fils
Tout éclate. La lune pâlie. Fuis. Le jour tombe. …
Lui raconter comment ils ont traversé Babylone à
Tout est noir. Mon cheval hennit, je pars en trombes. Réveille-toi pas
dos de dragon,
C’est la nuit. Je suis une ombre. Minuit sonne. Tout vole. …
Lui expliquer pourquoi le roi de Coeur n'aime pas
Ouvre pas les yeux
les pieuvres,
Plumes dans le ciel. Pleurs dans le vent. Dernier souffle. …
Et lui demander comment c'était possible qu'il
Va-t’en. Souviens-toi pas
pleuve et fasse soleil en même temps?
Larmes de brume. Ta main dans ma main. Silence. Je …
Comment peut-on montrer ces masses à une mère,
brûle. Je n’ai plus de langue
Qui faisait naître l'hyperborée dans ses platebandes,
Chut. Ciel noir. Cheval mort. Crinière au vent. Pas long- …
Qui souriait, mais de plus en plus faiblement,
temps. Quoi?
Et qui était sublime au téléphone?

Oui, la chambre 207 s'il-vous-plaît.
Je tombe. Mes lèvres tremblent. J’ai plus de mots. Bye. Je comprends plus
Comment peut-on enfermer une tigresse dans une
Langue morte. …
cage
Nuit. Linceul de neige. Couche-toi. Dis rien. Claque la Rien
Bardée de lames de rasoir,
porte. …
Et se dire qu'elle y est confortable?
Vole. Fuis-moi. Le lys et le trille tombent. Anyway. Plus Arrête
Comment peut-on déchirer une planète,
de rimes. …
Et se surprendre d'y trouver un coeur,
Rends-toi
Une histoire gravée à même les murs?
Juste un drapeau qui claque …
Comment peut-on poignarder Pandore,
Dans l’enfer blanc
Lui dérober sa boîte,
D’un jour qui passe Ma page est blanche
Et y enfermer ma mère,
Trop lentement
Sans avoir laissé l'Espoir sortir?
Dis rien. …
Comment? On ne peut tout simplement pas.
Vert et blanc.
On ne devrait pas.
Dis rien. Le ciel brûle
Règlement 17.
Comment on annonce à son fils qu'on ne verra pas
Dis rien. …
naître sa petite-fille?
SOS Montfort
Comment on explique qu'on ne sera pas là pour la
Dis rien Ma langue chauffe
voir grandir,
Un accent à Orléans
Quand il sera trop occupé à l'élever?
Dis rien ….
Comment on prend le téléphone,
UFO
Comment on compose?
(Université Franco-Ontarienne) Mon drapeau flambe
Comment on serre ses enfants?
Dis rien
Comment on s'empêche de pleurer,
On pourrait t’entendre …
Quand on sait qu'ils nous sentent maigre entre leurs
Dis rien
bras,
Tais-toi Dernier mot
Comment est-ce qu'on cache les fissures,
Oublie
Comment est-ce qu'on s'empêche de trembler
Dors …
quand notre chambre se transforme en glacier,

Et que nos larmes ne coulent plus,
Rêve en anglais Adieu
Que tout est aride, figé,
….
Que l'araignée qui nous dévore de l'intérieur a qua-
Ma langue est morte …
siment fini de tisser sa toile?

Comment est-ce qu'on meurt en souriant?
C’est quoi, le français, déjà? Je suis mort

Les hommes ne survivront pas à la mort de la Terre.
Pourquoi est-ce que je devrais survivre à la mort de
What? Frédérique Champagne
ma mère?

Frédéric Lanouette

Mastodonte Pays d’en haut


Sous la peau pendante d'un mastodonte Contre l'abîme macabre Je scelle d’ici un épître éperdu Du fond du Pays d’en haut
Trempes au pelvis Axonge en mitraillade Du septentrion, mon écritoire Je t’inscris l’indigne missive
Trompe au coccyx Songe en enjambade Je me fais histrion confondu Tout pâteux et tout penaud
La matraque cinglante Pandore veut se rendre Au débit blasphématoire D’une oeuvre si impulsive

Au lion aux dents de sabre Aux picrates et chandelles intempérantes Des abords de cette mer douce J’incante alors ces assonances
Semonce à l'œillade Dans ce pantalon Je dégrade l’immaculé moniteur Je les emprunte à l’aléatoire
Semence à naïade Danse en pantelant Et j’imprime d’odieuses secousses Pour estomper les dissonances
Naïade qui se cambre La danaïde prégnante À ton infini dédit censeur Et quereller le péremptoire

w w w. l a r o t o n d e .c a
section

opinions
En réponse à « uOttawa : La francophilie de
convenance », de Flagada Jones
Premièrement, merci. Merci d’avoir mis dotent d’un opportunisme auprès des francophone naître en Ontario », et Franco-Ontariens. L’Université d’Ot-
en mots ce que je – et d’ailleurs plu- Franco-Ontariens. Cette institution et vous avez complètement raison. Mais tawa sera parmi les noms oubliés de
sieurs de nos collègues étudiants fran- son président, qui s’opposent ouverte- la motivation de M. Rock ne vient pas
ceux qui ont mis bâtons dans les roues
cophones – ressens depuis mes pre- ment à l’établissement d’une université de sa francophilie. Elle vient d’un dé-
du progrès du peuple Ontarois.
miers pas sur ce campus. Votre prose gérée par et pour les Franco-Ontariens, sir de protéger à tout prix les intérêts
et votre contenu sont splendides, et je ne sont pas des alliés de la francophonie de l’U d’O, intérêts qui ne sont plus
vous lève mon chapeau. ontarienne. convergents avec ceux de la commu- Monsieur Jones, merci encore de votre
Cependant, vous ne portez pas assez nauté franco-ontarienne. témoignage.
loin votre point. Au contraire.
Je l’ai dit en personne à Marie-France
L’Université d’Ottawa – et notre cher Monsieur Jones, vous dites à merveille Lalonde et je le dirai ici à M. Rock : le Monsieur Rock, if you really love us, let
Alan Rock – ne se contente pas d’une qu’un « véritable francophile se réjoui- bilinguisme institutionnel n’est pas, et us go
francophilie de convenance, ils se rait de voir une nouvelle institution n’a jamais été, un point positif pour les Lucas Egan

vidéo hebdomadaire

Découvrez nos
Lundi, 11 avril 2016 vidéos sur notre
chaîne YouTube
L LaRotondeVideo
Procrastination
Easy Sudoku Puzzles 1
www.printablesudoku99.com

1 4 2 9 5
7 4 8 9
8 5 2 4
2 4 8
3 1 2 6
8 7 2 9 4 1
5 2 6
2 8 9 4 1
7 9 1 8 5 3
par Madame Badroulbadour

Votre horoscope d’avril


1 9 4 7 5
5 7 3 1 2
4
Capricorne – 21 décembre au
20 janvier
Offrir Netflix Canada à qui veut Netflix
5 3 1 8
Bélier – 21 mars au 20 avril
Caillou, en grandissant, a changé son
nom pour devenir Pierre. C’est un piège
Cancer – 22 juin au 23 juillet
Pierre qui roule est souvent poussée
par Paul. En avril, remerciez les Paul de
Balance – 24 septembre au
23 octobre
Ce mois-ci, vous verrez une de vos en-

8 1 5 6 7 3 4
US, c’est donner du pain à qui est into- dans lequel Mousseline n’est pas tom- votre vie. Ou jetez-les du bord d’une fa- treprises connaitre une évolution rapide
lérant au gluten. Méditez. bée. Pensez-y. laise, histoire d’inverser la roue. et inattendue… Ça pourrait être le cas
de votre point noir sur le dos. Dégueu.

8 1 7
Verseau – 21 janvier au 19 février Taureau – 21 avril au 20 mai Lion – 24 juillet au 23 août

5 6 4
Les quinconces d’Uranus et du Soleil
suggèrent que vous devrez confronter 9 2
Profitez du printemps pour dire ce que
vous pensez! Sauf si vous oubliez le mot
Saviez-vous que les bébés voient en noir
et blanc jusqu’à leurs trois ans? En avril,
Scorpion – 24 octobre au
22 novembre
les conséquences des choix que vous « cheville » et dites à votre médecin que cessez de croire tout ce que vous lisez Le corbeau crie toujours son propre nom.

4 6
avez faits cet hiver. Si vous ne rentrez
plus dans vos pantalons d’été, ne blâ-
mez pas la sécheuse.
9
vous « avez mal au poignet de pied ».
Malaise.
dans les journaux. Évitez de crier la même chose soixante-
cinq fois lorsqu’en présence d’alcool.

3 9 1 7 6 Vierge – 24 août au 23 septembre


Gémeaux – 21 mai au 21 juin Mercure est en rétrograde et vous sen- Sagittaire – 23 novembre au
9
Poisson – 20 février au 20 mars
Mercure est en rétrograde et c’est un
4
Le Soleil et Vénus sont en sextil. Résultat
: attendez-vous à une histoire d’amour
tez une lassitude vous gagner. C’est
sûrement à cause des jokes plates que
20 décembre
Qui a un cul, pète. On ne peut être plus roya-
signe que vous devriez espacer la fré- et à des papillons dans le ventre. Ou à vous entendez chaque fois que vous liste que le Roi. Le point commun entre ces
quence de vos statuts Facebook sur Do- une intoxication alimentaire, je ne suis dites que votre signe astrologique est deux dictons? Aucun. En avril, arrêtez de
nald Trump. L’univers vous remercie. pas sûre. vierge. chercher des liens où il n’y en a pas.

w w w. l a r o t o n d e .c a
Bonne poutine!

ILLUSTRATION ANDREY GOSSE