Vous êtes sur la page 1sur 10
OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Direction Recherche et

OFPPT

OFPPT Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail Direction Recherche et Ingénierie

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail

Direction Recherche et Ingénierie de la formation

Examen de fin de formation, formation initiale et cours du soir Session Juillet 2013

Filière : Technicien Spécialisé Gros œuvres Niveau : Technicien Spécialisé Durée : 4 heures

Epreuve : Théorique

Barème: / 20

1. Expliquer qu’est-ce que signifie le terme maladies professionnelles et les droits et les obligations des employés.

Réponse :

le terme maladies professionnelles et les droits et les obligations des employés. Réponse : EFF 2013
le terme maladies professionnelles et les droits et les obligations des employés. Réponse : EFF 2013

EFF

2013

TSGO

T V1

1 /10

2.

Expliquer la gestion de la qualité et le plan d’assurance de la qualité.

Réponse :

La gestion de la qualité est un ensemble de méthodes et de procédures qui visent à la fois à satisfaire les besoins du client et à procurer des gains de productivité à l’entreprise. Ces deux objectifs sont compatibles et l’atteinte du second est une condition nécessaire à l’atteinte du premier.

PLAN D'ASSURANCE DE LA QUALITE (P.A.Q.):

Document explicitant par rapport à un référentiel choisi, l'ensemble des dispositions prises par une entreprise pour donner confiance à ses clients en l'obtention de la qualité et en vérifiant qu'elle a bien été obtenue. C’est une partie du plan qualité qui est remise au maître d’ouvrage pour lui donner l’assurance que l’entreprise s’est effectivement organisée pour obtenir la qualité requise et qu’elle a mis en place un système de contrôle intérieur. Le P.A.Q. est un document propre à une réalisation qui énonce les modes opératoires, la séquence des activités engagées pour obtenir la qualité des travaux réalisés. Il comprend habituellement:

l’organigramme nominatif situant les responsabilités de chaque personne en matière de contrôle interne; la référence aux documents techniques décrivant les modes opératoires utilisés sur le chantier; la qualification des personnes employées; les dispositions concernant la commande et la réception des fournitures; l’organisation et le fonctionnement du contrôle interne; la description des procédures de correction des non-conformités.

3. Expliquer les possibilités d’installation d’une grue à tour

Réponse :

GRUE STATIQUE DESSERVANT UNE SURFACE CIRCULAIRE

EFF

: ∑ GRUE STATIQUE DESSERVANT UNE SURFACE CIRCULAIRE EFF cadre de télescopage massif de scellement 2013
cadre de télescopage massif de scellement
cadre de
télescopage
massif de
scellement

2013

TSGO

T V1

Grue fixe installée sur un tronçon de voie, entre butoirs d'extrémités, moteurs de translation débranchés. cette solution est la plus souvent pratiquée.

Grue fixe installée sur un massif de béton, avec pieds de scellement. cette solution requiert une étude spécifique du massif, l'achat d'un kit de pieds de scellement ( 2500 €), la construction du massif en béton armé puis sa destruction. Solution à réserver pour les cas qui le nécessitent (grue dans cage d'escaliers par exemple)

Grue fixe installée à l'intérieur d'un bâtiment, télescopable et hissable au fur et à mesure de l'élévation de la construction. cette solution requiert une étude spécifique au niveau de la conception des planchers, ainsi que l'acquisition de cadres de télesopage. Solution à réserver pour les IGH lorsqu'il n'y a pas de possibilité d'installation à l'extérieur du bâtiment.

Grue fixe posée sur plots en béton

2 /10

cette solution est pratiquée pour des grues de puissance modeste ou moyenne. Se référer à la notice du constructeur (cf grues "city crane" de Potain).

Grue fixe ancrée à la structure ou haubannée cette solution est appliquée lorsque la grue dépasse sa hauteur d'autonomie (exemple: construction de tours de réfrigérants H > 150 m). Les grues doivent également être haubannées dans les régions à cyclônes.

également être haubannées dans les régions à cyclônes. 4. Le suivi de l’exécution de chantier nécessite

4. Le suivi de l’exécution de chantier nécessite la saisie de l’avancement. Expliquer les possibilités d’évaluer l’avancement sur le chantier. Définir dotation.

Calculer les charges proportionnelles :

Ex. : Le poste maçonnerie représente au total 355 m 2 de blocs de béton creux de 20 cm d’épaisseur. Le chef d’équipe a relevé une quantité exécutée de 218 m 2 à ce jour.

L’avancement correspondant sera

218

=

355

100

=

61,4%

Réponse :

SAISIE DE L'AVANCEMENT :

Le chef de chantier indique sur son rapport journalier la quantité cumulée réalisée pour chaque tâche. Il s’agit d’une quantité concrète, facile à mesurer sur le chantier. Cette quantité exécutée déclenche un avancement en pourcentage par rapport à la quantité totale à réaliser. Cette donnée est rigoureuse, à la précision de la mesure près.

L'avancement peut être évalué en quantités absolues (m², m 3 , nombre de poteaux, …) ou bien en %.

Avancement des charges proportionnelles :

A partir de l’avancement physique constaté de la tâche, on exprime le pourcentage de l’exécuté par rapport au total de la tâche :

% d'avancement =

Quantité cumulée exécutée

Quantité totale à exécuter

Toutes les ressources contenues dans la tâche ont le même avancement que celui de la tâche.

Ex. : Le poste maçonnerie représente au total 355 m 2 de blocs de béton creux de 20 cm d’épaisseur. Le chef d’équipe a relevé une quantité exécutée de 218 m 2 à ce jour.

L’avancement correspondant sera

218

=

355

100

=

61,4%

Avancement des charges temporelles :

Les tâches comportant des ressources temporelles (location de matériel) avancent proportionnellement au calendrier. Il s’agit essentiellement des tâches contenues dans les frais de chantier. L’avancement se fera donc proportionnellement au planning.

CALCUL DE LA « DOTATION » (ou « crédit » ou encore « budget débloqué ») :

La dotation ou budget débloqué en quantité ou en valeur est un budget auquel on applique un avancement. C’est donc une référence en quantité et en valeur à un instant donné.

EFF

2013

TSGO

T V1

3 /10

Ex. : Pour un ressource de base (exemple la main d’œuvre)

DOTATION = BUDGET PREVISIONNEL x % d’AVANCEMENT

Ces quantités et valeurs créditées (droit à dépenser) sont ensuite comparées aux quantités et valeurs réellement consommées, (avec les prix unitaires réels qui peuvent être différents de ceux pris en compte lors de l’établissement du budget), afin de faire apparaître des écarts.

5. Expliquer la caractéristique mécanique complémentaire angularité des granulats.

Réponse :

CARACTERISTIQUES COMPLEMENTAIRES Les CCTP peuvent imposer des spécifications d'emploi portant sur d'autres caractéristiques:

l'angularité, la sensibilité au gel, l'absence de matières organiques, le module de finesse, la porosité

Angularité:

La notion d'angularité ne s'applique qu'aux seuls granulats d'origine alluvionnaire: elle exprime la présence d'arêtes vives obtenues

après concassage. L'indice de concassage Ic est la proportion en poids d'éléments supérieurs au D du granulat élaboré,

contenu dans le matériau d'origine soumis au concassage. Ex. : un granulat élaboré 0/20 a un Ic = 75, si 75% du matériau d'origine avait une dimension >

20mm

du matériau d'origine avait une dimension > 20mm toutes les faces sont concassées face lisse >D
du matériau d'origine avait une dimension > 20mm toutes les faces sont concassées face lisse >D
du matériau d'origine avait une dimension > 20mm toutes les faces sont concassées face lisse >D

toutes les faces sont concassées

face lisse

>D > >D D D D D >D Concassage D >D >D D D D
>D
>
>D
D D
D D
>D
Concassage
D
>D
>D
D
D
D
>D
>D
>D
D
D
D
Grave alluvionnaire d’origine
Granulat concassé 0/D

Exemple

75%

d’éléments

>>>> D

masse m

Grave 0/120 contenant 75% de 20/120

D masse m Grave 0/120 contenant 75% de 20/120 Granulat 0/D de masse M Granulat concassé
D masse m Grave 0/120 contenant 75% de 20/120 Granulat 0/D de masse M Granulat concassé

Granulat 0/D

de masse

M

Granulat concassé 0/20 Ic = 75

Pour obtenir une bonne angularité, on recommande d’avoir une grave d’origine avec des éléments 4D sinon trop peu de grains auraient des arêtes vives. (Pour obtenir un bon 6/10 concassé, il faut partir d’un granulat de taille 40 mm.) Le rapport de concassage Rc est le rapport entre la plus petite dimension du matériau soumis au premier concassage et le D du granulat obtenu. Rc = 4 pour un granulat concassé 0/10 obtenu à partir d'une grave brute 40/D 0

EFF

2013

TSGO

T V1

4 /10

d 1 /D 1 d Rc = 1 = D 2 Exemple : On concasse
d 1 /D
1
d
Rc =
1
=
D
2
Exemple :
On concasse un 20/200 pour produire un :
2/5
⇒⇒⇒⇒
Rc = 20/5 = 4
d 2 /D
2
5/10
⇒⇒⇒⇒
Rc = 20/10 = 2
10/20 ⇒⇒⇒⇒
Rc = 20/20 = 1

Plus les valeurs de Ic (0 Ic 100) et de Rc (Rc 2) sont grandes, plus la proportion de

granulats présentant des arêtes vives sera importante.

6. Donner la définition et le but d’un levé planimétrique. Citer les 2 méthodes les plus simples

de levé planimétrique

Réponse :

Lorsque l'on souhaite représenter des éléments tels que des routes, une construction, un cours d’eau ou les limites de propriétés, on fait appel au levé planimétrique. Le levé planimétrique consiste en effet à mesurer les angles et les distances au sol.

Les méthodes de levé planimétrique les plus simples sont:

- le levé par abscisses et ordonnées;

- le levé par rayonnement.

7. Soit donné le plan de coffrage du niveau +4,60 du projet de la terrasse non accessible au

public d’un bâtiment à usage commercial.

Poids des éléments constitutifs :

- du plancher sont comme suit :

revêtement :

béton de granulats légers pour isolation avec épaisseur moyenne de 10 cm :

plancher avec poutrelles+entrevous en béton+table de compression 20 + 5 cm: 3200 N/m 2

1 kN/ m 2 ;

9 kN/m 3 ;

plafond décoratif suspendu et au-dessous des poutres - des poutres et poteaux en béton armé :

béton armé : 25000 N/ m 3 ;

: 0,60 kN/m 2 ;

Charge d’exploitation pour terrasse technique : 3500 N/ m 2 .

fe = 400 MPa ;

fc 28 = 28 MPa ; enrobage 2 cm

Hauteur du poteau lo=5,10 m. On considère le poteau encastré à chaque extrémité. La majorité des charges seront appliquées après 90 jours.

EFF

2013

TSGO

T V1

5 /10

Travail demandé : 7.1. Exécuter la descente des charges sur le poteau P7 et faire

Travail demandé :

7.1. Exécuter la descente des charges sur le poteau P7 et faire la combinaison à l’ELU.

7.2. Faire le dimensionnement du poteau P7 si Nu = 0,244 MN.

N.B : Documents autorisés : formules de dimensionnement des poteaux et tableau des sections des barres d’acier ci dessous :

CARACTERISTIQUES DES BARRES POUR BETON ARME – SECTION EN CM 2

barres d’acier ci dessous : CARACTERISTIQUES DES BARRES POUR BETON ARME – SECTION EN CM 2

EFF

2013

TSGO

T V1

6 /10

POTEAUX Compression centrée

Données : Combinaison de base : Nu = 1.35G + 1.5Q Longueur de flambement :
Données :
Combinaison de base
: Nu = 1.35G + 1.5Q
Longueur de flambement : l f
Section du poteau
Matériaux
:
a, b ou d
:
f c28 , f e
i = ¨¨¨¨ I/B
= l f /i 70
flexion
composée
50
αααα =
0.85
αααα = 0.6(50/
1+0.2( /35)²

Br = (a –0.02)(b- 0.02)

type de section
type de section
Nu _ Br f c28 s αααα 0.9 b f e
Nu
_
Br f c28
s
αααα
0.9 b
f e

A th

A(4u) = 4u (en cm²)

c28 s αααα 0.9 b f e A t h A(4u) = 4u (en cm²) A(0.2%

A(0.2% ) = 0.2 B/100

b f e A t h A(4u) = 4u (en cm²) A(0.2% ) = 0.2 B/100

A min = Sup( A (4u) ; A 0.2% )

A(0.2% ) = 0.2 B/100 A min = Sup( A (4u) ; A 0.2% ) A

A sc = sup(A th ; A min )

; A 0.2% ) A s c = sup(A t h ; A m i n

Br = ππππ(d –.02)/4

0.2 B/100 A sc 5 B/100

Armatures transversales

t>>>>

l max /3

Réponse :

EFF

7.1.

2013

TSGO

T V1

Espacement des cadres

t<<<<inf(15 lmin ; 40 cm ;a+10cm)

7 /10

Réponse :

7.1.

Charges sollicitant P7 Descente des charges :

1. Charges permanentes :

plancher 20+5 béton de pente plafond revêtement

0,10x9

= 3,20 kN/m 2 = 0,90 kN/m 2 = 0,60 kN/m 2 = 1,00 kN/m 2 5,700 kN/m 2

Poutre 8:

p.p.

0,25x0,65x25x7,25/2

= 14,726 kN

Poutre 4 : p.p.

0,25x0,50x25x5,90/2

=

9,219 kN

Poutre 3 : p.p.

0,25x0,50x25x5,90/4

=

4,609 kN

Poutre 5 : p.p.

0,25x0,30x25x3,40/2

=

3,188 kN

De b :

5,70x3,40x7,25/4

= 35,126 kN

De c sur poutre 4 :

5,70x3,50x5,90/4

=

29,426 kN

De c sur poutre 3 :

5,70x3,50x5,90/8

=

14,713 kN

 

111,008 kN

Revêtement sur poutres 4, 5, 8,3 :

 

1,00x0,25x(5,90/2+ 3,40/2+7,25/2+5,90/4) Béton de pente sur poutres 4, 5, 8,3 :

=

2,438 kN

0,90x0,25x(5,90/2+ 3,40/2+7,25/2+5,90/4) Plafond décoratif sur poutres 4, 5, 8,3 :

 

=

2,194 kN

0,60x0,25x(5,90/2+ 3,40/2+7,25/2+5,90/4) Charges permanentes :

=

1,462 kN

 

117,102 kN

Charges d’exploitation :

Poutre 4 + c : 3,5x(3,50/2+0,25)x5,90/2 = 20,650 kN Poutre 5 : 3,5x0,25x3,40/2 = 1,488 kN Poutre 3 + c : 3,5x(3,50/2+0,25)x5,90/4 = 10,325 kN Poutre 8 + b : 3,5x(3,40/2+0,25)x7,25/2 = 24,741 kN 57,204 kN

Combinaison :

N u = 117,102 x1,35 + 57,204 x1,5 = 243,894 kN

Nu = 0,244 MN

7.2. Ferraillage du poteau

EFF

1. Armatures longitudinales

N u = 0,244 MN = 0.7 x 5,10 = 3,57 m

Lf

λ = 2

3
3

x l f / a =

2

= 0,244 MN = 0.7 x 5,10 = 3,57 m Lf λ = 2 3 x

3 x 3,57 / 0,25 = 49,5<50

2013

TSGO

T V1

8 /10

0.85 α = = 0.687 2   1 + 0.2   35 
0.85
α =
= 0.687
2
1
+
0.2 
35

B r = (0.23) 2 = 0.0529

Ath

0,244

0,687

0.0529

x

28 1.15

0,9 1,5

x

400

= - 0,0032

Amin =max (4u ,0.2B/100)

4 u = 4 x 4 (0.25) = 4,0 cm²

0.2 B/100= 0.2(25) 2 /100 = 1,25cm²

Amin = 4,0 cm²

d’ou

Asc = 4,0 cm²

2. Armatures transversales

soit 4 HA 12 ( 4,52 cm²)

Øt = Ølmax /3 =12/3 = 4 mm on prend Øt= 6 mm

t= min { 0.4 ; a+0.1 ; 15 Ølmin }

t= min { 40 cm ; 40 ; 21}

on prend

t = 15

(20) cm

8. Observer le schéma donné représentant des anomalies détectées en phase étude.

Le rapport d’étude de sol n’exclut pas formellement la possibilité de fondations sur radier. Après analyse, il apparaît, que malgré la mise en œuvre envisagée d’un remblai de substitution compacté, cette solution aurait conduit à des tassements différentiels de 3 cm entraînant des fissurations dans l’ossature et d’un tassement absolu de l’ordre de 10 cm entraînant des désordres dans les canalisations.

Proposer une autre solution de la construction de ce lotissement de 40 villas en R+1.

autre solution de la construction de ce lotissement de 40 villas en R+1. Réponse : Barème

Réponse :

autre solution de la construction de ce lotissement de 40 villas en R+1. Réponse : Barème

Barème /20

EFF

2013

TSGO

T V1

9 /10

1 :………… 2,5 pts

2 :………… 2,5 pts

3 :………

4 :………… 2 pts

2,5 pts

EFF

2013

TSGO

T V1

5 :…………

6 :…………… 1,5 pts

7 :……………4,5 pts 8 :…………….1,5 pts

3

pts

10 /10