Vous êtes sur la page 1sur 273
QREGLEMENT ECCLESIASTIQUE DE PIERRE LE GRAND, TRADUIT EN FRANGAIS SUR LE RUSSE AVEC INTRODUCTION ET NOTES PAR yaw LE k. P. C. TONDINI Barnabite EDITION ACCOMPAGNER DE LA TRADUCTION LATINE Imprimee a Sai ©, par les soins da prince Gnecoue: Porsnis tersbourg, en DU TEXTE RUSSE ORIGINAL LINSTRUCTION DU PROCUREUR SUPREME DU SYNODE PARIS LIBRAIRIE DE LA SOCIETE BIBLIOGRAPHIQUE 75, RUE DU Bac, 75 Lonpox, Burns AND Oates | BRuxuuues, H. Gormaene Portm. Street, Portm, Square, 17 Rue de la Montagne, 52 1874 (o- UKASE POCK L'ETABLISSEMENT DU COLLEGE ECCLESIASTIQUE (sYNODE) NOUS PIERRE PREMIER PAR LA GRACE DE, DIEU Tsar et Autocrate de toutes les Russies, etc., etc., etc. Au milieu des nombreuses sollicitudes que l’autorité regue de Dieu Nous impose pour Pamélioration de notre peuple et des autres royaumes qui Nous sont soumis, notre attention s’étant aussi portée sur V’état ecclé- siastique, et ayant remarqué en tout ce qui le concerne beaucoup de désordre et de grands défauts, Notre con- science nous a fait craindre, et non sans fondement, de paraitre ingrat envers le Trés-Haut, si, aprés avoir été si puissamment secondé par Lui dans la réforme de EDICTUM INDULGENTE DIVINA GRATIA NOS PETRUS PRIMUS Tzar et Auctocrator totius Rossiae, etc., etc., etc. Inter tot tantasque, quas summa a Deo Nohis concredita potestas a Nobis efflagitabat, curas, ut populum Nostrum, ita alia ditioni Nostrae subjecta Regna emendandi, cum obtutum Nostrum in ordi- nem etiam sacrum defiximus, atque in eo multa perperam et pre- postere agi, magaamque in ejus rebus gerendis inesse imperfec- tionem deprehendimus; non vano certe in conscientia Nostra metu sumus perculsi, ne adversus supremum Numen ingrati esse videa~ mur, si Nos, qui ope ejus instructi, tot tamque egregios in re mili- tari et civili reformanda fecerimus progressus, omni sacrum ordinem 1 UKASE POUR L’ETABLISSEMENT DU SYNODE. état militaire et civil, Nous négligions celle de l'état ecclésiastique. Et nous avons craint de rester sans ré- ponse devant Dieu, lorsque ce Juge, qui ne fait pointac- ception de personne, Nous demandera compte de la charge si grande qu’ll Nous a confiée; et Cest pourquoi, a Vexemple des pieux rois, tant de Yancienne que de la nouvelle Loi ', Nous Nous sommes chargé du soin de réformer l'état ecclésiastique. Or, ne trouvant aucun meilleur moyen d’y parvenir qu’un Gouvernement Con- ciliaire * (car celui qui est entre les mains d’un seul n’est limandi expoliendique cura supersedebimus. Ad haec extimescendum Nobis erat, ne coram Judice ab omni personarum studio longe remotissimo, tantae a Se Nobis demandatae provinciae rationem a Nobis exacturo, redderemur inexcusabiles. Quibus fiebat, ut Nos Regum, qui superiorum temporam memoria, in Veteri et Novo Tes- tamento' vera pietatis laude floruerant, exemplum aemulati, curam ordinis etiam ecclesiastici ad meliora reducendi susceperimus. Ad hanc vero rem praestandam, praeter ex multis personis conjun- ctum Magistratum*, nulla ratio Nobis visa est commodior. Unicam (1) Nous eroyons que Pierre avait ici en vue surtout Constantin, & qui en effet ila été comparé par Théophane Prokopovitch, qu’a certains égards on pourrait * eonsidérer comme I'Busdbe russe de Pierre le Grand. Or, nour ne saarions nul ment concilier Ia teneur de cet ukase, avec le célébre mot de Constantin aux Evéques, rapporté par Eustbe : « Vous avez été établis par Diew Eoéques des choses qui » sont au dedans de U'Eglise, et moi Epégue des choses qui sont au dehors, » Yusts piv tv tlow tig "ExxAnalag: tyio 62 tiv dards. Eus. Vie de Const., 1. IV, ch. 24). Le lecteur pourra faire plus loin une remarque analogue, & occasion des legons d'humilité chrétienne, que Pierre donne & ses Evéques, quand il leur recommande de ne pas se former une trop haute opinion de leur diguité et, surtout, de ne point s'ima- giner quelle puisse égaler celle du Tsar, (Regl. eccl., II* partie : Res devoirs des Beéques, Now 14 et 15.) : (2) Rus, Coopuce Upasmrasscrso. La version allemande a: « Collegiate Regie- rung ; » Vanglaise de Consett : «a Regulation by @ Synod. » Nous avons préféré le mot ‘« conciliaire » parce que ce mot, outre qu'il traduit exactement I'adjectif russe co6opaoe (de co6ops Concile), rend’ aussi exactement I'idée ou, pour mieux dire, 'équivoque reufermée dans expression russe. Nous verrons, en effet, que le Synode passe aux yeux des Russes comme le Concile de V'Eglise de Russic. (V. & la fin de la IIl* partie du Regt. eccl., avant le Supplém., les Potts soumis & la déci- sion du Tear, n* 2 et Ia note.)