Vous êtes sur la page 1sur 97
G. Pluvinage & V. T. Sapunov Exercices & solutions Résistance des matériaux Exercices & solutions Guy PLUVINAGE, Vladimir SaPUNOY CtPADURS-EDITIONS 1H rue Nea Yuin 31100 TOULOUSE France TA, 05 614057 36— Fax -05 6141 7999 detacang) + 385614057 36—Fa + 3561417989 swwcepalescom Cour gues cpa com Chez le méme éditeur Loy hones tips, Borat hermits ar — ara saver Rattan des mata ‘Boudin (cf siren ange = ude, Sube Nani es hides Seiten Chasing Tureen Mange deseo ~ basing. Canes deen e Cole une on nin niga aac etait Gp Satan coc? ined rhs s ue Sinus Oat Manag Frese ston ds mtn, Iaskatnate une te 8 Psqrsle eg. == “ent ‘uly ati or eran. eels iron Rout Initio la dargains Gouri Mieanigue Gaga. —— eer Themiqeet Oytmiqne des Sac / Ecce avez ora hemi ymamigueds Sis, Jans Pauses secs = ‘arses, lr Prats = = “arces Sales Basques Cus are, Bara Soe Lins agus Cus, arses insane Seuss niga nla Oils des vn des Sac Neca Mer Grepn inl esengnag signs Marco) Rémy ana “Pog 6 Sap tee Rupe de Ts nna Plt Sune VT latexes mining - Ping canine daspasiqa delaras. Puce Prévison eau dela stance Plage, Spun Prtepsetapcates de ani folie Pa legs srs rs rts Ho oa Dsoniestes fis, - Thu Intact reangu dsl ct dira, hl ‘©cePAD 2008, Is8N:2.85428,7063 Le coe des propre nlc 1 jut 1992 tert expressément ln reader eae ciao Se pe Seelposibite enc ports aa eee sen ese et esdeceredraerstapenace Nous rappeions dane que toute reproduction part ou totale, du présent Suva estima staan defect ocean tion’ row de copie ere ued Hautteule “5006 Doe Depot legal: 2005, La Résistance des Matériaux est lune des disciplines fondamentales de Vingénieur. Elle joue un role de premier plan dans la formation dee ingénicurs et techniciens de presque toutes les spécialités et a une importance particuligrement grande pour les ingénieurs en mécanique. en construction de machines et en genie civil Ce manuel présente des travaux dirigés de Résistance des Matéiaus, Crest dans la résolution des problémes que les étudianis du cours de Résistance des Matériaux rencontrent le plus de difficutés. Le present Manuel facilitera l'étude de ce cours et, ce qui est essentiel, Jes aldera assimiler les méthodes de résolution des problémes etd acquérit expetieace Dans ce manuel, on montre en déail les méthodes et les procédés de résolution de_problémes typiques de Résistance des Matériaun. Pour le commodité d'utilisation et pour une meilleure assimilation, le contenu du ‘manuel est disposé de fagon breve dans chaque parte indépendante, On examine ees problmes par Tétude des états de contrainte et de «déformation et par lapplication de théories et de crtéres de résistance, Par la suite on caleule tes barres rectlignes soumises 4 types différents de solicitations (traction et compression; cisaillement ; torsion Hexion ; résistance composée) et on calcule les assemblages simples des éléments de construction (assemblages boulonnés, clavetés,rivetés,soudés, entalles dans des poutres en bois, ete). Dans ce manuel, on considére les méthodes se rapportant aux systémes hyperstatiques: méthodes des forees et des déplacements et Adétermination des déplacements pour les portiques et les fermes et equation «des trois moments pour les poutres continues & appuis multiples, Une attention particulére est donnée aux calculs des enveloppes & Parois minces selon Ia théorie de membranes (eéservoits de révelation soumis une pression intérieure syméirique par rapport a Taxe de Menveloppe) eta la stabilité des barres comprimées (perte de stabilité de la forme initial de la bare ;flambement) Dans chaque paragraphe de ce manuel, avant la présentation des résolutions des problemes, on donne briévement les mots clés, les notions théoriques fondamentales, les renseignements principaux et les formules définissant Messentil nécessaire a Ia résolution des problémes examinés Dans ce cadre, on formule les hypothéses de dépar, les régles appropriges ot «enfin, on donne les conclusions et recommandations les plus importantes, CONTENU : Le livre est recommandé pour les étudiants des grandes écoles «ingénieurs, pour la formation de techniciens et il est aussi une aide pour les professeus. Il peut représenter une aide pour les ingénicurs en activité Introduction, cee 7 1 Btats de contrainte et de déformation . 8 2 Critéres de résistance . covets v7 3. Traction et compression des barres droites . 20 4 Cisaillement. en 39 5 Calcul d’assemblages simples d’élément de construction 42 6 Caractéristiques géométriques des figures planes...... 53 7 Torsion des arbres circulaires cee ST 8 Flexion plane transversale .. o7 9 Résistance composée . voce . 8B 10 Méthodes énergétiques de détermination des, déplacements . coceeceee 108 11 Systémes hyperstatiques (détermination des inconnues redondantes) ..... Ruceaseee seve 1B 12 Systemes hyperstatiques (détermination des déplacements) : cece 153 13. Poutres continues & appuis multiples 162 14 Calcul des enveloppes & parois minces nm 15 Flambement des barres comprimées 179 Bibliographie 188 Introduction -7 INTRODUCTION Résistance des matériaux comme discipline scientifique : «résistance, solidité,rigiité, stabilité ; - bare (poutre, arbre), plaque, enveloppe, corps massif. Types de déformations ; notion d'état déformé d'un matériau : = concept de déformation ; - déformation élastique et plastique (résiduele) ; - traction (compression) et déformation linéaire ; « cisallement (glissement) et déformation angulaire ; - torsion (angle de torsion) ; - flexion (fléche) ; - état déformé du matériau en un point du corps (les six composantes de déformation). Hypotheses principales : 6, homogénéité, isotropic du matériau ; - hypothése des petites déformations ; + Glastcité parfaite du matériau ; = relation linéaire entre les déplacements ct les charges (loi de Hooke) ; - principe de I'indépendance des effets et de I'addition des forces (principe de superposition) ; -continui - sections planes, Forces extérieures : - surfaciques (superficielles) et volumiques (massiques) ; - statiques et dynamiques (instantanées, choc) ; - solicitation périodique (cyclique). Forces intérieures : 8 - Résistance des matériaus = méthode des sections ; “forces intétieures (efforts et moments) dans la section transversale de la barre 5 «= diagrammes des efforts et des moments ; ~contraintes dans la section (normale et tangentielle). Solidité et rigidité + = contraintes admissibles ; - eritére de résistance 5 condition de rigidité. 1. ETATS de CONTRAINTE et de DEFORMATION Etat de contrainte en un point : = tenseur des contraintes dans le repére des coordonnées x,y, 2 et dans le repére des trois axes principaux 1, 2,3 eure 10 0 Ty=\t ye 8y te Tz=\0 020 tax try Oz 0 0 os - contraintes principales (1 =52 73): ce sont les trois racines de Téquation Shes? + laq8~ 36 =9 Tags I od s est 1a contrainte normale principale ; 416 » 120 +/30 sont les invariants du tenseur des contraintes Ig =e +8y +92 =81 +02 +83 2, 12, 2, =a9 +0205 +6301 2 yho.th 010205 , Etats de contrainte et déformation -9 ~ contraintes normales prinipales et type d’ at de contrainte 940, o2=05 uniaxial ou état linéaire de contrainte, ©1#0(Gnx) 2 #0(Gnin} 99 =O . piaxial ou état plan de contrainte, 5126220370 . triaxial ou état tridimensionnel de contrainte. Etat uniaxial de contrainte: - contraintes dans un plan quelconque ae Lange entre la direction dele contrainte Principale et la normale extrcute On monte les directions wells es contents. ‘Les directions postves des ‘ontrintes sont les su m\tam xt ” = déformation °1 pour un état uniaxial de contrainte. Loi de Hooke. Module d’élasticité en traction £ (module de Young). Coefficient de oq =o100s% a ty =(01/2)sin2a Poisson e2 aso /E |e Etat plan de contrainte + = détermination des contraintes normales et tangentielles dans deux plans quelconques orthogonaux (probléme direct) Sain 8 =O nam C08? + Spin SiN? CL 11 - noite i9stiminos 9b am [eos cow el g= 8 a [io pov col c8 [eo¥ pov oho ag nna sw to stax esbanobnooo 2b eons 2a! ena anoint eab wens} « EcS nuaqionng ex som 91 1d tos ate 1 0 04 a ae " ate oats 0 0 Pare P outy ate (+ 0+) ae SSX wet {i zolaqioninq olammon estnisunos gol renin wll snoiteups‘I sibuoeda = gel —tpeh + Seo —% uirdnen eob sonal «OL 12 unm stienaoo al ane alg 2) wo 19 iticog noe zug 9 Snqo2 ¥ slamon (no snub lugs ab nen ene a} sin? esinsvine enoidslor 2ol Insitdo no .2stnisxino9 209 104 son? yu? in yas D= w+ zexe gb 19 zaleqioning zolemon esinisunes eb noitsnianstsb - usb gash zsllsilnggnst 19 ealemmon eatnistaod zob rineg & xusqioning (ez19vni smdidoxq) xusnogorino anal : \ x°£*? sesdioqyd'l 9ave zounsido tno2 eabinaeing eolunnidt 23. :x9x8'L 9b nogger1sq *"° 9b noitoatib sl snimarsb O ogne't oH00H 9b io sinistinoa 9b nslq me ns rwoq enoitenmctsh - Beilerng 1 (cor d= 18 (10v~ co) t= el = Yonmoiznomnihin atsinntno sh rx’, sbvilsrdadg sdooH 3b iol - IT 12 - Résistance des matériawx cobs est la contrainte normale principale et 41s » 20» 150 sont les invariantes de l'état de contrainte en un point (invariants du tenseur des contraintes). On peut trouver que : 36 Ig 28x +8y +9. rect Oy $0 yF, +0;8y — Ty ~The 2 Toe 2g 2-2 Tyg = 8x5 82 +2 yy Tyetae ~ Byte Tye — 83TH =O En placant les valeurs des invariants dans l'équation, nous avons 8-38? = s*(s—30)=0 Les trois racines d'une équation sont suivantes: “1°, 2 30 62 Les contraintes principales normales sont ©! tat de contrainte est donc uniaxial Déerminer es contains dans Ia section 7 et les ‘conrntes principales tangentilles- ‘A AF XZ ZA 12 i Les contraintes déterminées (normale et tangentielle) agissent dans le plan paralléle a 71. Elles ne dépendent évidement pas de 1 mais dépendent des contraintes 2 et 3, C'est pourquoi, nous avons la possibilté de passer par un état de contrainte plan et d'utliser les relations précédentes Bats de contain et déformation - 13 Sp =Snyx COS? A+ Gy iy Sin? Snux ~ Fain Sas Sat sin 2a. (est Vangle entre oma et Ia normale 7 compté de nas) Duns ces formules nous avons Srmx =62 , Fmin=3 ot par conséquent “=Y. On trouve les valeurs des contraintes dans la section # d’aprés les formules = 0, =40:2420-1=35MPa eas 4 40- , Tom = = 7 8.66MPa Les contraintes principales tangenticlles valent: u | -03)/2|=20MPa Determiner es contin in ae ee . ‘dans les sections # et Voir le probleme 1.2, Pour la détermination des contraintes dans =-100MPa 4, a=~60° parce que Tangle a est compté a partir de Om et cet angle est compte postif dans Ie sens des aiguilles d'une montre, Dans la section angle o. a la valeur In section % nous avons Sumx =, Sri 10". On obtient : 14 - Résistance des matériaux 4 =-100-(0866? 100. 75MPa_ 0866) =433MPa 6) =—100:(0,5)" =-25MPa D 100, 9s6=—453MPa Determiner es contains principles normals et tangentielles ea Données 4 Jes contrintes sont Lot | “ La contrainte normale ©=20OMPS st principale, Les autres deux contraintes normales principales agissent dans les plans paralles i 7 200MP® et nous avons In possibiité de passer par un that plan de contrainte et utiliser les relations prévédentes ‘Les formules présentées sont déterminées avec Mhypothése 0,25, Dans ce probléme 2 740089 = 0+ =50- Le caloul donne A Spmsnin =200:4 1200" +500? =200::540 son ipesoo Soman mmx =740MPA Spin =~340 4a, tats de contrainte et déformation - 15 L’angle 0 détermine la direction =x par rapport de 'axe x Finalement, 6)=740 6)=200 03-340 (aypqy, 4 =4540 1) =4270 15 = 4270 (gpa y P (eF Dennis: | panies is orale, Ia vavaion de PG Ev | dimension a et la densité énergie de deformation. of Dans ce probleme = %2 + 0 sont les ‘grandeurs inconnues et °3 =~? En conformité avec les conditions aux limites du probleme, les 2 déformations —transversales sont ules 81 =6: et ©3 9 st ia grandeur inconnue. (Ctest pourquoi on peut écrire, en utilisant la loi de Hooke Be, =0} ~v(o) +03)=0 2 ~v(o3 +01 Be; =03 vo, +07) #0 [a résolution des dews premiéres éuations dome re) La variation de la dimension de Paéte a d'un cube élémentare de ‘matigre est lige avec la déformation linéaire 3 par Ia relation Aa=a23 roi nous avons 16 - Résistance des matériaux. La densité d’énergie de déformation élastique est déterminge par Ja formule ees BP love" og (oie; +9282 +0x6s Déterminer les contrintes principales normales ct a Watiaton des dimensions a ab O3=-P Voir le problime 1.5. Ici °2~0, = Les grndeurs Sl, 2 et 3 sont = inconnues. En uilisant la loi de Hooke, nous " qvons 81 =YS3=—YP, Les variations des dimensions «et b sont liges aux déformations °? et 3 Ab=bep =(pb/ E)v(l+v)>0 a= avy =(pal E)\y? — ~ Déterminer les_déformations pcm inet ates ecmaton slo Itc a tats de contrainte et déformation «17 Les déformations principales se déterminent & partir des relations de la loi de Hooke : 6) = (0) ~vo2)/E =(60~0,3:30)/2-108 by = (62 ~vo1)/E=(0-03-60)/2-108 =0,6:10 2,55-104 Nous avons une analogie entre I'état de contrainte et I it de déformation. Pour déterminer les déformations dans les directions #7 et M7, on peut utiliser les formules correspondantes de 1" ‘contrainte, Nous avons ‘Dans ce probleme mx ‘min =£2 =, On peut calculer y= 205-104 ey nm =~ 17-104 ,09-104 2. CRITERES de RESISTANCE Role du eritére de résistance : on est conduit & la réduction d'un tat de contrainte complexe oi les trois contraintes principales ©!, 2, 99 ne sont pas nulles & une traction uniaxiale équivalente Indépendamment du critére utilisé, la condition de résistance a la forme suivante 4 s[o]u Criteres principaux de résistance: + eritére des contraintes normales maximales (premiére théorie de résistance) Om =s[o] = 18 - Résistance des matériaus — rite des d&formations maximales (deuxiéme théorie de résistance) eae 9, -v(o7 +93) [9] ou oll, =01 -(62 +53) Sox rive des contraints tangentilles maximales (toisime théoric de resistance) ste] gy sirosslel un ou 1-83 = i - ertére de Von Mises (quatriéme théorie de résistance) of dees oaF Hera oP _ ritére de Coulomb-Mohs (cinguiéme théorie de résistance) Lae oes; ‘Comparer les contrantes quivalentes selon 1s xa de contents Afferent theories de teiimensionnel 3: oly =20MPa MPa; ; lo ccritére de Coulomb ~ Mohr ~ "1 60 MPa. Damier de ma le Sire er ierie ere Sa es Données lok =lokene (les contraintes sont (Crtéres de résistance - 19, mn Nous savons que 8 ~ 51 —3 Dans le premier cas MPa. Dans le deuxiéme cas : MPa, Le deuxiéme état de contrainte est donc le plus dangereux. Déterminer tes contantes guivalemes dans les sections A et B (uilser la hitme | théorie de ia résistance). L'état de contrainte dans la section A est un état uniaxial de contrainte et se détermine & partir de la charge P et du poids du cble dans Peau Pern st oil S est aire de la section du cable. -lperjis Dans ce cas © uu (08), =(P/S)+ (12-1) L'état de contrainte dans la section B est un état de contrainte 01=P/S_ 9) =03= {ridimensionne! Yt La contrainte (6quivalente dans cette section sera By is)ent, 20 - Résistance des matériaws On peut voir que si (¥2/¥1)> 2, 1état de contrainte en A est le plus dangereux = Tene UL ee Oy 7B) [okompr Dans le cas a) nous avons : 1" 92 Oe, ea = #9 (ertére de Coulomb ~ Mok). Dans le cas 6) (voir le El 1,5) nous avons ol oo La comparaison des eas «) et) permet de montter que > 3 oe ‘On peut voir que si Ke vill-Y), alors °81 <0 . Dans ce cas, o1= ‘on considére toujours °=0. 3, TRACTION et COMPRESSION de BARRES DROITES Caractérstiques mécaniques des matériaucc en traction et en ‘compression : = diagramme de traction dune éprowvette en acier& bas carbone en coordonnées P~ AV ; diagramme des contraintes de traction + «4, Ras Roa Rm - earactéristiques de résistance dun matériau = "S e a ee Jes limites 'élasticité, d’écoulement ou de_plasticit ‘Traction et compression des bares droites -21 (conventionnette), de résistance (résistance ultime) ; 5k - contrainte fu moment de la rupture ; + caractéristiques de plasticité du matériau : 5," sont Fallongement telat et contraction relative d’une éprouvette mesurée aprés rupture de Péprouvette ; + diagrammes des contraintes pour divers matériaux ; + diggrammes de compression pour divers matériaux. Traction (compression) des barres isostatiques : «méthode des sections et détermination de la force axiale “x P T poe Ne Me P, 4 B La condition d'équilibre =*¥~9 ge n'importe quelle partie de barre donne Nx =P . La force axiale Ns est considérée comme positive, si elle provoque une traction, et comme négative, si elle Drovogue une compression ; = contrainte normale x ~N«/Ssee (Ssse est Maire de la section Aioite); + déformation longitudinale By = 02! - sous un chargement en force, f,=(04/E)*870) sun hrgnen of omprti, + déformations transversales, « déplacements des points ! = sous un changement en force, 22 - Résistance des matériaux n=] Medel Eye +0} 7 (ee 0 0 ~ sous un chargement en force et température. Barre hyperstatique et systimes de barre isostatique et Iyperstatique. ‘Tracer Is dagrammes desetfons Y= , des cconteantes ©, des éformations © et des placements 1. Determination de la réaction & eneastrement Ee D’aprés la condition 'équilibre statique, nous avons: Lx =0 | -Ry-P+3P-P=0 2. Diagramme des efforts longitudinaux. seston 1: Bef Pe Section 2 wife pe LHAOL Wa =2P | Section}: Reg EO PPTs EXO, Nes Dx=0_ Naa? ‘Traction et compression des bares droites - 23 3. Diagrammes des contraintes normales ©: et des deformations by Is sont détermings i aide des formules suivantes : Gx =NzIS.c¢ | By 0g /E=Ne! ESeeg 4. LVobtention du diagramme des déplacements " se fora a Vaide de la formule =f, 1FS.c¢ dae les limites de chaqué partic de la bar fonction du rapport Pa! ES), » en réalisant l'intégration dans ure (le diagramme est présenté en n= [vy (#-286 ‘Trongon | ; o Mlx-0=0 , OSxsa/2 Mlamai2 =Pal4eS + fq /-28)dx Trongon 2: #2 = Mi|x=a/2 ! ” Osxsa/2 t|eno = Pal aes + favs se-syax Trongon3: "= Malenare = 3Pal4ES ‘Tracer les diagrammes des efforts longitude des déplacements 1 oe 1 cn compen debe do M}ewo =0 2 1. Détermination de la réaction & |n-aia =a /4ES Tencastrement . f . 4+ fo /8-29)dx = Beet te? 0 Osxsa/2 Yale0= 907 /4ES—t|engin =0 oon 3 . . D‘aprés la condition d”équilibre statique, nous avons: mK =eqar-ax?)/285 [3 /£-5)<: B= 0 = ~RatPqqa=0 Ry aa, y, Bs =0(0) = 2. Diagramme des efforts longitudinaux. Section 1 “CF UX=0 | Na=aa 16). secu: SEs 5x00 Nason 2 : Données Pon, | a ‘ | P-200N, | acer tes dagrmmes Section 3: Mg EX=0 _, Nyg=—ga+gr) 1510 AN | de torr npn (Osx i (4p) pest le déplacement de la section B provoqué par la force P te. (principe de superposition). Nous obtenons pour chaque terme : (\p)p=-P(al2)/£-28 =-Palaes , jest ae a jES £28 ES (p)ay =Raa/ E-S + Rya/ E-28=3Ry /2ES (65), ‘On peut calculer Ry Rg =(Pa—4ga?)/6=(20-1-4-10-1)/6=-3,33kN La valeur négative du résultat montre que la direction choisie pour la réaction au niveau de T'encastrement Ry est incorrecte: ill est nécessaire de la diriger en sens inverse avec la valeur Ry =3,33KN. 2 3 Maintenant nous abendonnons Vencastrement et soumettons & examen une réaction Ry en A. A Taide de équation de ta mderl_ a. statique on a Ry—P+qa-Rg =0 et on détermine la action Ry =1333KN. Ensuite Ia solution du probléme est identique & la solution du probleme prévédent (voir le probléme 3.2), ‘Traction et compression des bares droites- 27 2. Diagramme des efforts longitudinanx ~1333KN, N,9 =6,67KN, Nyy (6,67-103)loceco > = Neal 667 KN, Nesleag =—333 KN. 3. Diagramme des déplacements w, a3 Nax wi y= Nt E 1g BETO , | uj]-0.5 =-0.833-10-m , 3, Naox ty = 0833-104 + M224 __, 4 4 Deg 7 70833-10-4 +0833-10s , : [ (0sx<0,5m) ee vaco 085510", along -a4trttm We 4 FN M0417 10% + fT de =f-0,4174025-(567-5x2)) 10-4 a (sxsiom). stion us =us(x) est une fonction quadraique. Elle présente un Pour x=0,66m, notamment, 15|y0,66 = 0138-10 m. Aux de V'intervalle nous avons : 13) .-9 =-0,417-10-'m = 0 Le demier résultat correspond a lencastrement de la barre Déterminer es valeurs des efforts Tongitadinausy y, A= Pal 2ES = 2,625-10- m= 0,265 em < A= 0,28 em. Le probleme présente done un caractére isostaique, L'elTort longitudinal dans les sections d’aire 25 est égal 8 Ny =P dans les autres sections Ny =0- fongitudinaux Ny, es contrantes 6 des deformations 6, ot des dépacements 1 ment droit B (voir Te probléme 3.3) et ‘Nous abandonnons Tencast Rg comme force soumettons & examen une réaction de remplacement de compression. Le déplacement de la section B est nul = (sn) +2), +a)zy = + ‘oi (Ap)p est te déplacement de la section |B provoqué par une cévation de température 7(x)=T"x/22 ete, Pour chaque terme de Tréquation nous aurons Apso > (ahr -a free aly a] fsteaa os Ggxde gavage pbs E28 ES” (Sa), = (Oa)gg =-Rea! E-S—Rpal E-28=—3Rp IDES La solution de cette équation conduit la valeur de: Ry Ry =2(qa+ aTES)!3=1667EN « “Traction et compression des bares doites -29 Sippeeos nous sbnndomons Tencsnecest 4 et sounatine & examen une réaction Ry en A. A Vaide de I’équatio ‘ i nde La. sta fon détermine la réaction Ry = a Rytqa-Rp=0 = Ry =6,67KN 1. Diagramme des efforts longitudinaux NV, Ny =-R4 =—6,67 KN , Naa =ARatar)losesim § Nyq|x0 =~6,67KN , Nya|x=1 = “16,67 KN. 1042 2. Diagramme des comtraintes. 6, iagramme des déformations ¢,. ‘valeurs des variations des longueurs (absolues ou relat lues ou relatives) hauftées ou refroidies sont égales aux sommes algergues ie provoquées par les efforts (les contraintes) et les variations Dans notre eas pour la détermination des déformations €,=(6, /E)+a7(x). C'est pourquoi 10,42-10°9 ; 30/- Résistance des matériaux ramme des déplacements. Dans le cas examiné n= JO, B5.qc)ae+ af Melee a 2 En réalisant P'intégration dans les limites de la premiére partie de la ‘barre, nous avons Nyde tr TF dx=(-0,834r +0938? 10+ isla 18 10 m La fonction a =1(x)est quadratique; elle présente un minimum pour x=044m: mq|y29,44 = —0.186-10* m, Aux extrémités nous avons : leo =O, mya =0104-10~4 mm Dans la deuxiéme parte de la barre nous prenons en considération que la distribution de température 7(x)=T"x/2a est déterminge dans ‘un intevalle 0<.x<2M. Done, See a ng =0108-107 +| 22 safe’ 5 0 i ob OSx => M=PID 32+ Résistance des matériaux. mM OMe Ex=0 > Ny=Nq- & Zy-0 = Pre = 2(Ny—P/ Boosts gal? =0 ak = Ny~aa+(P/s2) - +2, Détermination des contraintes normales dans les sections des tere aaslerdas 0 =02=P/SV2, 93> 4 " ion de force Pest la 3. Le déplacement 8 du point d'applicat oe ejections veriates des longest abols des barres 1 et 3: B=8, +83, ob 8 =Aljcosds” et 53 =Alzeos4s" - Les valeurs des allongements des barres 1 et3 sont : A= Nal BS, Aly =N3al ES Finalement nous obtenons, 5=(Pa+ga?V3\/Es. Determiner ta valeur daimisble de La free P Tapes fs coniton do résistance ((o]_est_ lt contrainte admissible). Le systéme aticulé propose est isostatique. 1. Détermination des efforts dans les bares " iy-05™ Ey=0 = 2Nysina—~P+N3=0 ™ My ‘Traction et compression des bares droites «33 Nous avons comme demigre équation de la statique Ny=P-N, La solution de I’équation des moments par rapport au point 4 permet woir EMy=0 = P-2a+Ny-2a4Ny asin Ny =8P/3 ‘Ainsi, 2, Détermination de la force admissible. ‘aprés la condition de résistance Sms =Nowx (Ss[0] > P<35fo]/ Déterminer les. eff (des frees intéieues) dans es bares, systéme articulé proposé est hyperstatique, parce que les efforts (au nombre de 3) ne peuvent pas étre détermings & l'aide des ns de la statique (au nombre de 2). La difference entre le nombre et le nombre d’équations de la statique est le degré icité. Dans ce probleme, le degré d’hyperstaticité est égal & cestai-dire, qu'il est nécessaire d’avoir en dehors des deux de la statique une équation de compatibilté des déplacements, jon géométrique entre les allongements des différentes barres duu ion de la compatibilité des déplacements des points du Les schémas possibles de la déformation du systéme articulé sont au nombre de deux (a et b) Veariate 3) ‘Variant b) Dans les figures a) et b) nous avons : Ad’= A, , BB'= Al; , CC'=Aly . La relation géometrique entre les allongements des différentes barres du systéme a la forme pour le schéma a) n= Ah _ As Ale 5 ah, + 2A —3Als= ppour le schéma b) Map AA! oe oan sano Mee 2. Equations de la statique. Le schéma des forces doit étre en pleine conformité avec le sehéma de la déformation. Les schémas possibles des forces sont Variante a) Nous aurons : ‘Traction et compression des bares droites -35 pour le schéma a) Ni+N2+N3=0, (2a) pour le schéma b) M-N2+N3=0, (2b) Ni2a=Ny-a . (3a) M2a=-Nz-a . (3b) 3. Calcul des allongements des barres en fonction des forces inconnues a, -Mue Ne rg fa Te Ah Als 4, Détermination des efforts longitudinaux dans les barres Pour la détermination des efforts longitudinaux, nous avons les ws La 3a ou Ib - 3b avec les valeurs des allongements des ‘en conformité avec le point 3. Par résolution de Pensemble des fobtenues, il vient: = 2P/29, Nz =-A4P/29 , Ny=6P/29 ~ pourle schémaa) © 2P/29, Ny=4P/29 , Ny=6P/29 ~ pourleschémab) Sehéma des déplacements des déplacements nous avons : Al =26Pa/29 de barre), Aly =4Pa/'29(raccourcissement de barre) et 29 (raccourcissement de barre). (s)-0=ns000zty-+0¢4 etn +0ly Oh) ‘0=a-"N + musty + IVs Kay ) “Q= 8007 ~ a 2 « O=ms00tw— Lar ty fen “andes ap suo @ > ous= fy ey a “opm wi ty SIV = 00 “w= og “WW= ‘oup aym0 ap ty 9s satEg sop vont ©1-.9. 3g suoqsod xme waaejdop os agysks np 539-4 nedwos ap uonenby » ‘anbneys e 9p su 1 (F woaniseoua,y g uondeas B ap sojursoduiod Z 19 saLieg sos} Suqye ¢) sanuuoour ¢ suose snow : z a0 gniomeysiedkuy,p aupuo, Np sod sep suowaoe|dgp sop 9 “oyqeises ones 2988s SP € 3 [ sauieq say anod sosyin,p asso 49 1, 1108 nad wera rzP — wss'si=[o]/ ™yzy/ ung ‘ourastsas ap oxpiua 9] squde,¢y usa np Ssouing sap soutejnauto suonoas sop suorsuouup sop voneuTULaTSC 6 “sono, wos ¢ 12 1 saummq sap sainotiadns somumd say) NX S96] = EY = ly “(sopuutaduioy Ios ¢ 1 | saumeq sap sainounyut sonsed so}) NA cep ~ = Ey a IY L¢ Soup saute sop uorssauduiog 19 uonae, * (uonsen) N» FE'SL = TN sonuaigo suonrenb9 sep uonjosps ze sazieg $9] sump xneuipry/Zuo] SHoya sop uoNLURIDIDG] “¢ eee oN TEN . St, St ST, STi Epa ep recyw (cia Ww oy ‘ty somuuoouy suqye sop aureippuuoiut,| sed swowoejdap sop uorssordxg “¢ “auivg ap ammauigyut ansed vy step YoYo un aso EA’ no) Hy: «f 20) 2aun,p uorarjdde,p juiod np snossap-ne sagdnoa wos ¢ 19 | $0409 ST IN 2 te IW Ww -anbans Bp suonenbg Z () 0= tw tous nz (2) Aa ‘uloap v aypnd ap uty 98 soureg Sop uoespUIN eT a) pus= v/v ” Waa S Ww=e ronbsnod 389, wig1s48 np HORBULIO;IP eI 2P ‘snes @ F PR=DU Mp HOMsod a|faAnoU BY 189 ,F -uiysis ‘np siutod sop swiowaeidep sop suiqnedwoo ap uowenbg “| -anbjeis b| ap suonenby xnap 19 sauseq S9] suep smutOdUt suoye sion suoae snow : anbneysiodéy, 189 guuop aUigIsks oY eu | way oc ~ [6] ap saueg sop ssi | “NSS Sonsos sop suorsioup |, 209" sop soupy “souerssas | “N00 =e 3p wompuos wy sade.a |: se9uuoq negro Sop aus - 96 ‘38 - Résistance des matériau 3. Présentation des déplacements en fonction des Nj, N2, Ny . Al =Na/ES, Ml =NzaV5/ES , 4, Determination des efforts longitudinaux dans les barres. Pour la détermination des efforts Ny, Nz et N3 dans les barres, il est suffisant de résoudre les équations (1). (2) et (5 ) compte tenu du fait que les déplacements sont en conformité avec le point 3 (sin =0,4472; cosa =0,8945), On trouve Ny =0525P,N=0,21P, Ny=LOSP . 308 Donnécs: ] Déteminer les eonvaintes B=210° MPa, | temigues Test la astas.io') | ein "de tmpe ec,, | dans fe bere centale du r-173°C, ©" | spteme, Als = N32a/ ES aks Fa Lrordre dhyperstaticité du systéme est €gal 1 : nous avons 5 efforts inconnus dans les barres et 4 équations de la statique (2 pour chacun des deux noeuds). 1. Equation de compatibilité des déplacements des points du systéme, CH= Ah, DB= Aly, Ad'+ BB'= Aly. ‘On peut voir que AA'= Al; 60530? , BB'= Aly /c08 60° Nous aurons ly = (28% / V8) +2844 - a 2. Equations de la statique (2 pour chacun des deux noeuds). AX MONS My “Traction et compression des bares doites -39 Ni=N, (2) Ng=Ns, 4) Nj €0830° = Ny (3) 2W4eos60°=N3. (5) 3. Expression des déplacements par Vintermédiaire des. efforts Jnconnus et de la variation de temperature ‘On peut caleuler que haly=2a/ 8. jaa aly h=2a, Done, Ah =N2a/ ES, Aly = Nq2a/ ESV3 Pour la barre 3 nous considérons le schéma de déplacement indiqué Ta figure, oi est le déplacement provoqué par Ia température t ALY est Le déplacement provoqué par action de a force Ny (la on de la barre 3 avec les autres barres du sysitme limite le ement thermique) : “Als = aff -ais¥= arr(2a/V3)-(3 /28)(2a/3) |, Détermination des efforts longitudinaux dans les barres. olution simultane des équations obtenues donne = N>=60S (MN), N3=Ny=Ny=1048 (MN) . lement, les contraintes thermiques ont pour valeurs: 62 =60MPa, 93 =05=05 =10,4MPa. 4. CISAILLEMENT lement pur ; mation absolue de cisaillement ; 40 - Résistance des matériaws «déformation relative de csaillement ou déformation angulire 75 - contrainte tangentielle + Loi de Hooke pour le cisallement pur : «relation entre déformation angulaire et scission «relation entre les constanes élastiques E, v et « déformations angulaires. principales yy, Y2» 73 et eontraintes tangentiells principales £), 12+ *3 3 I Condition de résistance en cisaillement : e]=K[o] (k=05+06) Domfes ‘Déterminer les deformations e-2-10°MPs, | Poymer =03, | glgsenent ocaednaue elit res conten wre Les contraintes données sont aussi Jes contraintes normales principales (en MPa) : 1 =100, 92 =-20, 93 =—40- ‘Les contraintes principales tangentielles sont égales & Ta demi différence de contraintes normales principales : \oy—@2|/2= 60, ty =|5)—03|/2=10, y2|03-0))/2=70- Pour la détermination des déformations principales angulaires, nous utilisons la loi de Hooke sous la forme de la relation 1G. La valeur du module de torsion ou module de Coulomb du matériau Gest G=£/2(+v)=1,7-108MPa CCisallement 41 s BO, Y= 49 /G=13-104, 73 =13/G=78-104 Le glssoment relaif cetstique (i i Spe (Gorton angus terminé par la formule connue : ae : fais) et 10= (2/3/71 +73 479 = 804-10. 0 Données Déemniner les contin les containtes en MI ae 19) dans i section ur le cisaillement pur ¢ , les facettes principales font des angles de avec lea fees de éxonos Les contsnes nome principals oo i ainaet (voir le problime 1.4). Par quent, le probléme posé se réduit a la déterminato q mn des Nes pour une facete donnée quand les contintes nomales pales sont connues (voir les problémes 1.2 ou 1.3). 42- Résistance des matériaux Cisallement - 43 Diétermine es containts Principles noel, 10" hPa, | 4Sformation angus ct oh déformation de la agonal L'éat de contrainte du parallélépipéde rectangle est le csaillement pur, La scission maximale est égale & t= P/Sgjg 50-10 /10-104 =SOMPa Done, les contraintes normales principales sont oy =—o3=50MPa et Ja déformation angulaire ot G=2A( 1+ Vy) B=065-107 La déformation de la diagonale correspond & la déformation normale ,, dans la direction de la diagonale 7 déterminge par l'angle de 30", que l'on peut déterminer & l'aide du schéma suivant (voir le probleme 17): Nous aurons: 0) By ~(01 —¥0)/ E &3 =Enin = (63 ~ vou)! 8 =Epmy COS? A+ Epgn Sin? @=2,81-109. 5. CALCUL d’ASSEMBLAGES SIMPLES d’ELEMEN de CONSTRUCTION Types de joints = boulonnés, rivetés, soudés, clavetés, goujonnés, cencastrements (en charpente) ete. Types de déformations : traction, compression, cisaillement et matage. Données : P, Dimensionner le b3, Joint boulonné Eo] v5 (0) canes ]} déterminer le : diamétre dda [6] sac = [o]ax- | boulon, (b et & sont = (22,5) o]ecope| It largeur et Vépaisseur des ‘oles |. Determination de diamétre du boulon satisfaisant la condition de tance au cisaillement. La condition de résistance au cisaillement du boulon pour la section M peut s"écrire sous la forme TO/Suis<[e], O=P est la force transversale ; Syig=nd?/4 est Vaire du llement, Ceci nous permet d’évalue le diamétre du boulon 2 4Pixi Détermination de diamétre du bouton satisfaisant la condition de Prat /Srt STI > fest la pression de matage; Pyae est Ia force de matage et la section matée ou Paire projetée de la surface de contact du de la tle sur le plan diamétral Pay =P Sigg =8-d nous aurons De ces deux valeurs des diamétres, on prend la plus grande et on Varrondit la valeur normalise. 3. Verification de la résistance la rupture en traction de la tale dans la section la plus affaiblie (pour la valeur choisie du diamétre du bouton), 8=P/Soa =P/3(b~d) Io] Calcuter toutes Tes dimensions P=32KN, | inconnues des [o]= 160 MPa,| éléments de joint [+]=0,7 [0], | depres la condition d'égale résistance. 1. Détermination du diamétre do & partirde la condition de résistance 4a rupture en traction, La condition de résistance & la rupture en traction dans la section do peut s’écrire sous la forme o=P/5p ~4P/nd3 <[o] => dz faPiafe] . Nous obtenons & partir de cette relation : dy =0,01596m=1,6em 2, Détermination du diamétre d partir de la condition de résistance 4 la rupture au cisaillement La condition de résistance au cisaillement a la forme suivante t=P/2Sg,=2P/nd? d>,2P/ ale], 4'oit nous tions 4 =00135m=1,35em . Calcul assemblages simples «élément de construction - 45, 3. Détermination de la dimension 8 & partir de la condition de ‘ésistance au matage. nat =P/Su =P/d< [ome => 52 Pdf] elation obtenue permet de trouver : 8=0,0074m=0,74em . 4, Détermination de la dimension b a partir de la condition de tance i la rupture en traction dans a section la plus affaiblie, =P IS.q=P/2685[o] > b2 P/28f0) « uss obtenons de cette relation : Calculer toutes les dimensions P=480KN, | inconnues des [o] = 160 MPa, | éléments du joint [t] = 120 MPa,} daprés la [ol a= 320 S6gae MPa. résistance. Données : ion de diamétre d des rivets & partir de la condition de ‘au cisaillement. AScg=P/nd? le] => az /PTaR , 0357m=3,57em , ination d'épaisseur 8 de la t6le & partir de la condition de iu matage. PI 8p. = P/ 2d <[o] 46 Résistance des matériaux 3. Détermination de largeur b de la t6le & partir de la condition de résistance a la rupture en traction dans la section la plus affaiblie (Sper =Snin dans la direction transversale). O=P!Spin =P/SO-2d) <[o] = HB Ad+(P/A[o)) - b=0,2142m=21,4em . 4, Détermination de dimension / de la tle & partir de la condition de résistance au eisaillement. °c £2 P/AS gg = P/40[(1/2)-(4/2) she] => = red+(P/25{e)) ‘oli nous avons, 1=0,131m=13, lem, Calculer toutes les imensions inconnues des Gléments du joint daprés la condition d'égale résistance. Ta rupture en traction. Fit exPis=Pids[o] => a2,Pife] ,0316m=3,16em . Calcul dassemblages simples élément de construction 47 2. Determination de la dimen: a lit sion ¢ & panic dela condition de istance au cisaillement. me snaion T= PIAS ag=P/daes[e] > 2 P/4ale], {ot nous avons: €=0,0106m=1,06em Détermination de la dimension d & partir de In condition de ance au cisaillement, PI4S8g=P/4hd <[] > dz P/Aale], <0 nous avons : 4 =0,0086m=0,86em Détermination de dimension b a partir de la condition de nce fla rupture en traction, o=P/s=Pi(b?—-0?)s[o] > = bz o?e(P/[o) tenons A partir de cette relation 0,05 m=S em. UU SZXZINB.: SBMURAINS $9] HOS aqIOAeI9 ¥| ap suOISHOUUID suouoigo snou quai [}epezinoo=1 = pez noo ‘suoune snow se9 99 8 WN 9182 ©/V =/¥ HO 2p iuowou! 9} “s/] UD agUUOP I$9.99/4UZ=O aug uN,P HO 9p autyjndue asaya wl 10 Siem Uo agUUOP 159’ aauEssiNd Ry 2 3891 21930 ans aoanssind 039 *sjosiaasuen won 995 1 9p suoysuounp 59] twos q 32 P) sane] * 1p psnondioy} * unig "WeAHT ap nou Un ed ay qrEYE aH, 189 Peg = < vaM o> vaWost = [9]59(P-a)/a= "S/d =o “on 4389 aoummsIS91 9p UoHIpUOD PL anb anUOK ‘9p WONBDIJLDA WY 'p P89 auop 189 siaaL1 ap autessangu arquioN 9°] levee = ™]pgrgzs = ™[S]Sep-1/a= 0 {6 -worronasuod op wouupispsoqdins sapyquiassep ye ‘9Seyou np souvysis9u ap Wi weer = blewaver = bls perava2 oy testa ne aauests94 3p uoRpuoD wap - (eg uaygoed 2) anaed @ nuargo ang aad syst sap aupsssopu aug.0U 1 JraW oz =" “Pav O01 = “ea 091 = angumeip 21389 p) | ez =P “we sianuisap saiquou| “ug =q =f aroun | NIOE=d = saputog ‘iOaUs ap a1quIOU np suno|EA xnop sop apuess snyd BL EAISIOD UD) enguietp upjd 2] ans opueq B| 2p 12 AL Np EHUD ‘9p soujins Bf ap uonaafoud ap auve,| no afeyeur np ane,| so ™g no < ™s)porrz! = ™[S]5ep-a= MS-ta= oO feyeu nv aousts92 ;puod v| ap smd y nuaygo S9 SIOALs Sap autEss099KIAIqIOU 27] * Plperace = seid =* + aUDUID||SI9 9]Qnop ne aourysISpI 2p woNTPLIOD ‘| ap anand » siaau sap J aiquiou 9] s9anox) ynod uo ‘sYoau sa} sto} ax}u9 siuvdas yuouiguuoysun uos g uoRIeN ap SUOJ> so} onb quesoddng “(anu np angumyp 2] 389 p) Siaals ap 7 ‘uquioU 9] OULD — s1aau WHOL 9] 49|N9}~ xnousroU Sap SOURIS = 8h '50- Résistance des matériaux Etablir la relation entre d, 8 et les caractéristiques des deux matériaux (poingon et t6le) pour {que le poingon ne soit pas détériore. La condition de découpage de la tole sans détérioration du poingon est la suivante t= P/Scis = Tule » fo Seg = nd -8 est Pare de cisailement. La valeur de la force P permet de déterminer de la condition de résistance la compression du poingon P/S=Pifed?/4)<[oleonpe = P= 74 [Slonpr/4 (om peut trouver que: 3 ot [r]q est la contrainte tangentille admissible pour le meal fondu de la soudure a Pare électrique. La condition de résistance A la rupture seer: Teale 2 P!1,483[t] =0,208 m= 21cm. La longueur névessaire de soudure est : 1 fete + 1Omm=22 om Le pourcentage d'utilisation de la résistance & la rupture du matériau des bandes est égale a 100% . En effet , P/b,-6,=140MPa=[o] et P/b,-5,=140MPa= Données 5=10mm, b= 180mm, 140 MPa, Déterminer la force de traction P et la pourcentage utilisation du matériau des bandes. ‘Les joints pour une soudure a clin travaillent au cisaillement dans la section commune (voir le probléme 5.10). La condition de résistance au cisaillement est la. suivante t=P/48leaieSia | = PslMleactla » Ot eae =D —10mm=170mm, (On peut trouver que la force de traction est éale & P=214KN . Calcul eassemblages simples élément de construction - 53, "La valeur trouvée de la force de traction permet de déterminer Ia jnte dans une bande, Nous aurons @=P/b-5=118,9 MPa. Le pourcentage d’utilsation de la résistance la rupture du matériaw andes est le suivant (07 {e)-100%=85% lb, A, | déterminer les [esau » [+] dimensions xety Jongueur x de la partie de charpente est déterminée & partir de la tion de résistance au cisaillement f= Peosa! Se, =Peosa/b-x<[s] > x2 Poosa/ Me] profondeur de l'encastrement y est foumie de la condition de fance au matage : ne = PCOSCL/ Spy = Poosct/b-y S[Clynt => => ye Poosc/6 [lm 6. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES FIGURES PLANES Aire dela section: S= {dS s Moments statiques dune aire : 5,2 [yd8=yo-8, Sy=J2dS=25-S, 5 5 54 - Résistance des matériaux ott ye, Zc sont les coordonnées du centre de gravité. Moments d’inertie des figures planes (sections) : ~ axials 1=[yas , 2 Ip =[prdS=1, +1, s Axes centraux, principaux, centraux principaux et moments dinertie correspondants. Moments d'inertie par rapport a des axes paralléles aux axes centrawe : an Ty aly 48'S, Moments d'inertie de sections simples par rapport & des axes ‘centrauex principaux : = rectangle (I'axe y est paralléle a la hauteur de la section, P'axe z est paralléle & la largeur 6) 1,20 NZ, 1y=B HN; « triangle isocéle (Iaxe y est paralléle & la hauteur h de ta section, 'axe zest paralléle a la base b ) 1, = 136, Ly = DH 48 (Caractéritiques géomsériques des figures planes - $5 rcle de diamétre d Ip= ly =nd* 164, 1, =nd* 132 ; eau (dest diamétre extérieur, dy -intérieur) Déterminer la position du centre de gravité. oordonnées du centre de gravité sont égales & =5,/8, yo=S,/8 =Jrds=yo8 ot sy = JzdS=z,-S sont les moments F F le V'aire par rapport aux axes y et 2 respectivement, La S est aire de la figure S) + Sz =4a-2a+4a-a=12a2 ccaleuler les moments statiques dune figure complexe, il faut la viser en formes simples : 4a 2 B48: = 20 fvay=160° , Sy, = [2d8, =4a xtra? , i A 0 : & jydS2=Aafyay=20° , Sy = fed, =a fe =160 3 a es formes simples on peut utiliser les formules suivantes Sa = Si ye Sy2 =Saze2 =4a-a-4a=16a° Finalement nous avons S,=18a°, S,= 24a et 22a, Déterminer les ‘moments d’inertie par rapport aux axes ccentraux. La position du centre de gravité et la position des axes centraux pour une géométrie donnée sont immédiatement connues. Pour calculer les moments d’inertie de la géométrie par rapport aux axes yet = nous Apres une subdivision en formes simples (en trois rectangles), nous avons atlas a(b-ay (6)? ha? ot i=) tod), ye (nous avons utilisé la formule donnant le moment d'inertie par rapport es axes paalléles), Finalement, 1, =1968em!, 1, =315em*, Torsions des arbres ctculaires - 57 7. TORSION DES ARBRES CIRCULAIRES. Diagramme de torsi comparaison avec le diagramme de traction : existence dune méme jie de troncons et de points caractéristiques : types de rupture en torsion pour les matériaux fragiles et ductiles. Facteurs associés aux forces extérieures et intérieures : yment de torsion extérieur (en Nim) M=9736.N in (N est la puissance en kW, 1 est le nombre de ls par minute) ; M=7162.N/'n (N est la puissance en chevaux, 1 est le nombre {ours par minute) ; es de départ et déformations en torsion : Iypothéses des sections planes, de la rectitude des rayons et de la vation des distances entre les sections de arbre en torsion ; actére de la déformation est le cisaillement pur tion angulaire y4,=r9, ob 9=dp/dr est Vangle de de in it 9 = Mod tion tt 9] Gy o a, arbre de longueur x (Gi, est la rigidité en torsion). ‘ontraintes en torsion : onirainte tangenticlle tyy=Mz,r/Fy et contrainte tangemtille ale (CasJoax =My/Wp, ob Wy = Ip (d/2) est le moment ant polaire ; 58. Résistance des matériaux Torsions des arbres citeulaires - $9 ~ at de contrainte en torsion. tion3: M4-3M+ Mzs=0 => My=M Conditions de résistance et de rigidté. Stow ws 3. Diagramme des angles de torsion Arbres hyperstatiques, lyperstatig Fre disgramme des angles de torsion @ est déterming a Taide de ta mule 9={(¥,/G1,)de, en satan ane intégaton dans tex i ‘Tracer les diagrammes M, et Mies atau partic de Varbre, Puisque le moment dVinertiepolaire es ‘valeurs différentes pour les différentes parties de Pate © Ip =®D4 132, Ty =nd* 132; Ip =161p9), le diagramme est inG aver les unités Ma/ Gly , 1. Détermination de la réaction & ; eneastrement, Trongon ts 9, = f(y /GIp ker, o My=2M . 2. Diagramme des moments de torsion M,. Ma Diaprés Méquation de ta Données, | Tracer les Section 1: May "atane a, | diagrammes 4, et @ Ma+ My =0 Ma mets 4 4 etdéterminer la G contrainte Hous avons My, tangentielle ‘maximale, Section2: My-3M+ Mg =0 > My =M 60 - Résistance des matériaux 1, Détermination des réactions a Peneastrement. a M. 1 b eas Seen, Mitm-2a-4M+ Mg =0 => = Mp=ma. 2. Diagramme des moments de torsion My Section 1: —Mp+ My=0 = Mgy=ma ~ Mp +4M~m-x+ My =0 My) =me—3ma, (0Sx<2a) Maalnoo=—3ra , Mya|xa2q=—ma Section3: Myy+M=0 => Myy=-ma 3. Le diagramme des angles de torsion @ est déterminé avec les unités ma? /GI,, Trongon I : Silive =a" Gly Trongon2> = | ra + fle (Gl, )de, 0Sx<2a @ a)x0= Ma" /Gly . 2\y-2q=—3ma" Gl, (la fonction 9 =3() est une fonction quadratique) Trongon 3 : 3= Galeeza + (Mus /Gtp)de, Osxsa. a Torsions des arbres cicculaires- 61 2 2 “Sma?! Gly 5 Qs)yaa=—4ma? Gly 4, Détermination de la contrainte tangentielle maximale Pour un arbre de section circulaire, la contrainte tangentielle est ninée par la formule Ba=M,ril, , 7 est une distance du centre & tout point arbitraire, On peut rire Ca eax = My ax Mp » Wy =p /(d2)=nd3 /16 est le moment résistant polaire, a e ° Sepiaee Teyana i= 10K ela (fe emule ( f= soma | Pg is), Compare es poids des arbres. conditon de Waidance 3a rapture de Paine on Gaya Te Bivane: baa mmx = (My Yerux ‘Wy SE) ‘ce probléme, le moment de torsion est My = M. (62- Résistance des matériaux Les dimensions de Ia section seront déterminées par le moment polaire résistant : Wy =p Md 12)2 M ifs] =067-10 m? =167em3 - Pour un arbre a setion cireulaire pleine nous avons : Wy =nd? 16=167em° => d=943em = Sj =698em" Pour une seetion annulaire : Les poids des arbres sont dans le rapport des aires de leurs sections transversales : IP) =8, 18, =237 On peut voir que la section annulaire est plus économique en terme de matiere, Données Determiner ies =4510 | dimensions des sections Na730KW, | “drotes et leurs anges n= 360 Uma | detorsion respects [y= 20mpa, | (G=810' MPa), mm b-2m (On peut considérer la puissance No comme fa puissance fournie et les puissances Nj et Np comme les puissances consommées. Les moments de torsion My et Mz correspondants aux puissances Ny et ‘Nz sont déterminés par la relation bien connue My =9736N, /n=1217N-m , Mz =9736N2/n=8113Nm La condition d°équilibre de (arbre (la condition dune rotation ‘uniforme) permet de déterminer le moment Mo ‘Torsions des arbres crculires - 63 Mg= M,* Mz=2028,3 Nm ao ent vor que our la partie de Varbre dont le diametre est lous avons le moment de torsion M,j = My et pour la part Ie one on 1 = Mp et pour la partie dont le Pour assurer la résistance en torsion de la secti fous avons : ion de diamétre « , Wo = Mo M[x\=1014em> => dy =80em ment, pour la section de diamétre ds = Wpr=Mzi[e]=406em> > d=59em €5 angles de torsion pour chaque trongon de arbre sont les suivants: 1 = Moa! Gly, =18.6:10 , = Myb/ Glyn =16,74-103 . Leangle de torsion total est : “Trace es diagrams Mpeg 1. Ce probléme est hyperstatique nous avons deux réactions aux eneastrements et une équation équilibre, Pout la solution du probléme, lise le proctds suivants nO” Pe Aandonnons encasement droit Bet considtans une wcton eet Ue vrobeme 3.3). Ce probeme sera Téquivalen du le départ si angle de torsion de la section B est égal 2éro. En (64 Resistance des matéviaux autres termes, I’équation complémentaire est obtenue par la somme algébrique des angles de torsion de toutes les parties de Marbre et puisque les sections extrémes ne tournent pas, cette somme doit aussi ire égale a zéro : 0-0 > (9a) +(2)y +2) uy 8 (9m) ,, est Pangle de torsion de la section B provoqué par le moment M ete (principe de superposition). On peut calculer que (5) y= Ma! Gl» (en), <7} 2a __ 36m? mg Gl, pr Gl py Gy Mg-2a M, 34Mpa (0B) = Mo Gig Glyn Ty ‘Nous avons tenu compte de la valeur de Jpy = 161 yo. Lasolution de I’équation fonetion de My donne Mg = 35ma/34 La réaction My est déterminée & Taide de I’équation de la statique : = M-+m-2a~My =0 = Mg = mal34. 2. Détermination du diagramme des moments My, Section]: My+M4=0 = => My =-0,03ma. Section2: M4-M+M,=0 > > My = 097 ma: Section 3: M4—M+me+My=0 => M,3=097ma ~ me. ‘orsions des arbres cicculires- 65 des extrémités du trongon 3 de arbre nous avons My3|x=0=097ma, — Mg3|y-2g=—LO3ma diagramme du moment M,, est déterminé en unités| ma 43. Détermination du diagramme de langle de torsion us déteminons Ie digramme de Tangle de torsion @ en unités P/Gly, = 003 ma Gly 92= lama + |(Ma2/Gly jie, Osea a P2\x<0 =-0,03ma? /Gl py, Salen =O ma? Gi 95= rls0 + [GMs Gly bir, 05x24 0 onction 9;~93(x) est une fonction quadratique présentant un } \ 6 - Résistance des matériaux Daéterminer le ‘deplcement vertical 8 ‘au point application dela force P. Si la force P est petite, c'est arbre droit 2 qui travaille. Dans ce cas ‘Mg = P-a et le déplacement vertical 5 se détermine par la relation A28=0)-4=Pal/ Gy — (PSAGIy/a7l) Si la force est grande (P>AGI,/a7l), le systéme est hyperstatique. Pour déterminer les moments de torsion M; et Mz nous avons les deux équations suivantes : My+Mz=Pa_— ~ équation de la statique, 93-4—9]-4=A. ~ équation de compatibilité des déplacements de tous les points du systéme. Compte tenu de Ia relation g = MI/ GI, nous aurons cette deuxiéme Equation sous la forme = My—M,=AGIy/al . La résolution du systéme d’équations par rapport aux moments de torsion donne = Pa_AGl, 12 al Finalement, le déplacement vertical 8 sera : Flexion plane transverse - 67 8. FLEXION PLANE TRANSVERSALE Classification des forces extérieures : force concentrée et moment concentré (couple) ; ‘charge par unité de longueur, _ Péfinitions dela flexion plane (pure et ransversale). Classification des poutres et leurs appuis : Pui articulé mobile, appui articulé immobile, encastrement Poutre cantilever, poutre a deux a imple), poutre en console ; oulte isostatique, poutre hyperstatique Fracteurs de forces intérieurs : ippuis (@ une travée ou poutre hode des sections et définitions du é nitions du moment fléchis. eon ee sant M, et de les pour les signes des MM. et Q, Qo awe zone de traction quences principales des équations différentielles d i lifférentielles de flexion Sertaines particulartés des diagrammes des M, ct Q,. fz et Dy sxion pure : héses initiales et déformations en flexion pure ; inte normale o, =(M. /1.) y ; les normales maximales de traction et de compression (68 - Résistance des matériaus. Flexion plane transversal - 69 a | (oli = EE rg = Déplacements en flexion : M, M, ore Me come __ Me Cool = Ta quation dittérentielle de axe curviligne dune poutre ou de la formée élastique ( EY. =const) Blev"(s)= M.(2) 5 jon des angles de rotation = JM. (x)de+ Cy 5 Oo} yfhy et YRE sont les coordonnées des points les plus éloignés de ! axe neutre dans les zones de traction et compression ; WS" et } WE°"®" sont les moments résistants de la section en flexion. Flexion transversale : = contrainte normale 6, 1.60)” oi S2(y) est le moment statique de la partie de section située au-dessus H du niveau y ; 6(y) est Ia largeur de la section a ce niveau ; tions aux limites (conditions existant aux extrémités de la poutre) ~ contrainte tangentielle yy = ation des constantes C; et C> . i] ~ diagrammes des contraintes normales et tangenticlles pour diverses | sections, | Caleut de résistance en flexion plane transversale : + [he #1 leonpe a Tp pas | (x Mie Me lemx WE" Slee « | (re) Mz lane / WS ESleonpe 5 = Elevy + E1.99x] + ME=2) + [ole Sleompr =o] et WE = WSOP = 7 eA 70 - Résistance des matériaux “Tracer les diagrammes dd Pesfort anchant Qy,etdu moment Aeéchisant Me t 1! 1. Détermination des réactions coo, aux appuis. Va AT Dan contin ms | statique = (LY=' et Py M4 =0) nous avons Ry-P+Ry=0, ee La résolution du systéme des équations par rapport aux réactions aux appuis donne Ry=P/2, Ry=P/2 2, Détermination des diagrammes de Veffort tranchant Qy et du moment fléchissant M. Les efforts tranchants Q, et les moments fléchissants MM. sont déterminés par Ia méthode des sections. Pour simplifier les expressions de Q,, et de M, . nous considérons les sections 1 et 2 du e6té gauche et fa section 3 du c6té droit Re Mat On =Ra=P/2, Section 1: t \) Moy. Mg = Ra-x=Px!2 Me Qy2 =P/2, (osx P-Ry+Rg—2g-a+P=0, IMy=0 > Peat M+ Rg-2a-2ga-2,5a+ P-3a=0 La résolution du systéme des équations par rapport aux réactions des appuis donne Ry=qal2 , Rg=qal2. 2. Diagrammes de effort tranchant Q,, et du moment fléchissant M, (M, est aux unités de ga”), Pour déterminer les efforts tranchants Q, et les moments féchissants M, , nous considérons les sections 1 et 2 du c6té gauche ct la section 3 du cété droit. Mar Section 1 ‘. Qn 7 (0sxsa) Flexion plane transversale - 73 ald, Me =(gae/2)~ ga? (OSxS2a) Qy3=4(2x—a), Mzs=4x(a-x) (00) nous avons ohn (6pm =(Mz/Iz)91=Mz (Wa) « (ymin =(M-/ 1.) ¥2 =-Mz Weg (exyax C8 21 et ¥2 Sont les distances a laxe des fibres les plus éloignées tendues ou comprimées ; W., et ‘sont les moments résistants de la section, = Distributions des contraintestangenteles ty pour les différentes ties de la section. ‘un point arbitrairement choisi de la section dr : ide la section droite dune poutre en Ja valeur de la contrainte tangentielle est déterminge par la = 2, S2(y)/1.6(y) 76 - Résistance des matériaux od Qyest Meffort tranchant dans la section; S2(y) est le moment statique par rapport a I'axe neutre z de la partie de I'aire de la section droite situge au-dessus du niveau y oi la contrainte est déterminée ; (9) est la largeur de ta section au niveau de y ; 7, est le moment inert de Maire de Ia section. L'effort tranchant étant connu et la géométrie de la section donnée, la distribution de la contrainte tangentielle ty, selon la hauteur de 1a section dépend de deux grandeurs S(y) et b(y) et est une distribution non-linéaire Comme exemple, nous considérons pour la poutte dune section rectangulaire ans le eas considéré 5 = const et I, =I /12. Le moment statique $;(y) est calculé par la relation SI(y)=F*-y2, 'S = bh est V’aire de la section droite de la poutre. Flexion plane transversal - 77 Déerminer les dimensions nvensires des sections sirclaire, rectangular, ‘arte eten double T Bfectuor a vésifcation de la résistance ala rupture dans ce dernier es. 1, Détermination des. réactions aux appuis. 0 Les équations d’équilibre dans le ‘go Probleme posé ont Ia forme : TM4z-0 > ga(ai2)~Rgb+P(b+c)-M=0 , LDMp=0 > aalb+(a/2)]+Pe—M-Ryb=0 La solution de ce systéme d’équations donne les réactions aux Ry=S8KN , Ry -48KN 2. Diagrammes de Q, ct Mz (Qy : KN; M, : KN-m). ‘Nous considérons les sections 1 et 2 du cdté gauche et la section 3 £6 droit (OSrsa) My = Rax~aal My=Px-M fonction Mz, = M,,(x) est une fonction quadratique. 3, Détermination du moment résistant JW, de la section droite de la Flexion plane transverse = 79 ‘78- Résistance des matériaux, Pour les poutres dont les résistances en traction et en compression i wet inn = sont identiques, c’est-d-dire [6],,= [6]onpe=[3]} il faut trouver le Z ca : 8 partir de la condition « a moment résistant 7, partir de ! wo : . Mz Imma! We S10] We 2| Melia M91 « : apres le digramme de M, nous avons (Mz Jy, =5OKN=1 et, } ~ = 7 2s so par conséquent Etant donné que le poids de la poutte est proportionnel a Vaire de la ion droite, le rapport des poids des poutres est égal au rapport des de leurs sections. En prenant aire de la section en double T 4, Détermination des dimensions nécessaires des sections circulaire, unit, on aura rectangulaire,carrée et en double T. Ww, =5-10+m? =500em* SESS SHE 13.34.17 4,66. Section eireulaire (dl) outre en double T, méme avec des dimensions plus grandes : : i 2 les exigées (I, > 500em*) est & 4,66 fois plus légdre que la 2 => d=172em > S* =232,5em cd - Pl WS" =nd3 /32=5000m) => d=17.26m > S a circulaice, Co Ce . 5. Verification del sistance dela pout en double T. eS 2 a=l4dom => S* =208em’ ramme des contraintes normates. On détermine la contrainte WS" =a /6=500em) => male par Ia formule connue 6, =(IM, //.) y (M,= $0 KN -m), ‘Section rectangulaire (h=2b)+ Yaleurs des contraintes normales aux points les plus éloignés de me 2 et de compression et aux points A et B sont les suivantes: WE iP /12=500em> => h=182em => S™ = 165m 1s“4964MPa , og|ynatags = #89,5MPa Section en double T : L ee sete r décrivant les poutres en double T, on trouve la piznes des von mnt donnés pour M- > 0 pour lequel k Dans les catalogues ° . infricures sont tenducs. i ‘moment résistant de la section WV, 50cm". Comme son ene ae exemple, nous prenons 3 tangentielle sont déterminges par la formule connue ‘s18cm?, 1, =7780em! , S!/?=292em’ (le moment st Eon W, =518cm , 1, =77800m , Sz -0,52(9 sur la demi-section), S=49,9cm?. Les dimensions de la section Li (lQ)1 = 30 KN). Nous saleulons les contintes Sends url dssin sont hem tielles aux points suivants : 801 Résistance des matériaux 14,5 = 0,6 MPa , ylpetis=o > “yesiton tas Syy|yatta9qaengs =133IMPa, Tyy]y-0 =17,32MPa (St -ago3=145-107-1446=2244em? ) (On peut voir (selon les diagrammes de o, et t,,) que les points 4 et B sont les plus dangereux ; le point se trouve dans le domaine de la compression, le point B dans le domaine de la traction. i i les aux points Détermination des contraintes principales normale point plus dangereux. Les stats des contraintes aux points A et B sont tes La détermination des contraintes principales (voir le probleme 1.4 ) ‘pour ces états des contraintes permet d'avoir : pour le point A Sm nin =~ 44754467 => Gym =195 5 nin =-9145 9) =195MPa , 03 =-9145MPa pour le point B =44752467 > Gm =9145, nin 63 =-195MPa. Sm, min 9 =9145MPa , 92 Flexion plane transverse - 81 cation te tu résistance & fe raptore ex pote ter plas ses 1a custhinn G thakdoue Kim sagem en pote pin B ela forme oll =o; 3 =924MPa<{o]—100MPa ‘La condition de résistance & la rupture est done assurée, vertical la che) da point Cet Tangle de rotation de 1. Détermination des réactions & encastrement, Les équations d°équilibre donnent LY=0 = Ry=29a; IM=0 > My=25qa? 2, Puisque Vorigine des coordonnées se trouve & leneastrement, les tres initiaux vp et Bp (la fléche et la rotation de la section ite de la poutre i origine des coordonnées) sont nuls, L’équation rselle de la ligne élastique ou équation de la fléche v sera 2 la partie Inous avons 0<.x Ry=Ngala L’équation universelle de la ligne élastique pour une section arbitraire x de Ia partie droite de la poutre s*écrit ’ & P a (x-a)* (x-2a)> oot" pla ay Pour la partie I nous avons O Sold fo} > «if 86 - Résistance des matériaux En prenant par exemple [r]=05[o], nous avons xo =0,5h « np Daéterminer I charge ' ‘maximale pour un he 1 be [ecco any piacementverieat saximal sous charge P Le caleul des ressorts est un probléme compliqué, mais on peut laborer une théorie approchée pour le calcul des ressorts avec un degré {approximation suffisant fondée sur le principe du calcul de la poutre gale résistance. 1, Caleul de la poutre d'égale résistance de section droite rectangulaire avec une hauteur constante h et un largeur variable (x) - 89 Le moment fléchissant M,(x) dans la section arbtraie x de la poutre a une valeur M,(x)=Px/2 La largeur (2) se détermine de I'équation H(s)=6| M,(2)|/#?{o]=3Pe/7°[9] - Pourx= 12 nous avons by =3P1/2i?[a] 2, Hypothése d'un ressort comme poutre d’égale résistance, a bo o oa. iu . 1——l On peut calculer dans ce probléme que by = b-= 60.em. 3. Détermination de la force maximale Prax - Flexion plane transverse - 87 En utilisant la valeur caleulée de by , nous avons Payx =2hyh[o]/31=16-10-4 MN=1,6KN 4, Détermination du déplacement vertical maximal. Pour la détermination des déplacements de la poutre a section jable, on élablit pour chaque trongon de la poutte I"équation entielle de la leche Ev" = M,(x)/1e(3) + 1,(x) est le moment inertie variable des sections de la poutre par ort 'axe neutre. ‘On peut ainsi utiliser léquation simplifiée Eloy" =M (xo (1-(8)=Mrea - Mya = Mz(x)lo/ I-(x) est le moment féchissant réduit ; = byH? /12 est le moment d'inertie de la section constante. ans ce probléme nous avons = Jo= by? 12. T.s)=(sPB 2 > Ig /Ta(x)=L/28 5 Mreq = PLA introduisant My dans l’équation de la fléche, il vient = Fa cr+0) 1 un 7 (CER constantes d'intégration C, et C s‘obtiennent a partir des ditions aux limites 88 Resistance des matériaux v(x) =(P1/8ETa) (x? ts) Le déplacement vertical maximal du resort vaut Vaux =¥[xeu/2 =-PP (32g =~ 0,04m= dem 9, RESISTANCE COMPOSEE Définition du problame de résistance composée d'une barre. Principe daddition des efforts ou principe de superposition et prisentation de la résistance composée comme | différentes Primbinaisons de déformations simples ou de contraintes simples + “facteurs de forces intérieures en résistance composée (on montre les directions positives) hy — = traction "3 _— => flexion transversale dans un plan xy 28) f= » Mo S flexion transversal dans un plan x= = contraintes normales et tangentielles [yal o, 2 s \2,|20) I, bly) . 7 -/21SO = TAG)” Sommations de contraintes ‘normals; on donne les signes des Somrmaintes, pour les points du premier quadrant du systéme des ceordonnées pout les directions réelles des facteurs de forces intérieurs nih Ss Résistance composée - 89 Dans cette relation, les signes sont donnés pour les directions positives. Sommation des contraintes tangentielles (Oy )+ Fre(Qz)+ Ear(Mz) Equation de la fibre neutre et localisatic ir f isatons des points dangers dans la section d’une barre rectiligne. hacer » yen zone de teuction Cateul de ta résistance aux points dangereux. Problemes particuliers de résistance composée : xxion composée et dévige ; dion avec traction, Traction (compression) excentrée d’une barre Déterminer la valeur ‘maximale de la contrainte normale ct la position de axe neuue | dans la section dangereuse probleme pose es un probleme de exion eomposée P On peut constater que [My |= Px, [Me |= P(s+a) (90 - Résistance des matérisux Les directions réelles des moments fléchissants sont montrées dans la figure. La section plus dangereuse est la section a I'encastrement (x = 2a), videmment, dans cette section pour le premier quadrant nous avons : L'équation de axe neutre dans la section dangereuse est ta suivante: a2Pa PM yg > yazteB , peels od tg =2/, /31, =2h7 /36? =1,851 est la valeur de la tangente de rangle formé par I'axe neutre avee 'axe =. On trouve p=62°. La contrainte normale maximale se trouve au point A le plus éloigné deVaxe nevtre: Aly 1x)4=Os|yhidemb/2 « 12a 4 Jp =38Pa/ bh? =9,5 MPa D Fj P| Comparer les contrantes ant) (lar an! | normales maximales (épaisseur de éprowvete esta). P 2 Résistance composée - 91 Pour la deuxiéme éprouvette la traction est excentiée : l'excentricité de la force P est égale & ald du coté de la force longitudinale Ny = P. La valeur du ‘moment fléchissant | M,|=Pa/4, Dans ‘cas les contraintes normales en tout point du premier quadrant sont par la relation Lquation de le Tgne neure dans ta section droite de Véprowvete la suivante : # af const = 2=(3/4)a. On peut voir a partir de I"équation obtenue que la ligne neutre passe extrémité droite de la section et toute la section se trouve dans la en traction. Dans ce cas la contrainte normale maximale se trouve points de I'extrémité gauche de la section et est égale & 4 ova = 4(P1 -PatRy2a~P3a=0 = Rg=2P DMp=0 => Pa-Ry2a-Pa=0 = Ry=0. Btant donné que la section droite de la barre est circulaire, les sions déterminées & partir des efforts tranchants ont une valeur faible et seront négligées dans le calcul. C'est pourquoi dans ce probléme, il sufft de déterminer les moments fléchissants .M. . Pour les ‘trongons de la barre 4 partir de gauche, nous avons : M,=0 M,y=-Px (05x50), Mz =0 Mz4=-Plrta)+Rgx (0Sx yantgBe ot tgB=(F, /7, )tex (la droite passe par les quadrants 2 et 4). pie Puisque pour ta section examinée pes Ie>Ty (le=b4/12, 1) =BA/12 ), on peut voir que la fibre neutre n'est pas perpendiculaire la ligne d’action de la force B fase" (tgB> tga ; B= 58°), Si nous avons I, =/y (par exemple, une section carrée ow circulaire), on rencontre la perpendicularité de la fibre neutre avec | ligne d’action de la force. Les points 4 (zone en traction) et B (zone en compression) sont les plus dangereux du point de vue de Ia résistance (ce sont les points plus Résistance composée - 95 Verifier ta rsistance de barre daprés le tosieme ‘ttre de nésistince Dans le probleme Dans roposé, nous rencontr 5 Pans ; rons un cas Tie a yeOseeS. Le principe de superposition “ine oS Fanta ute Présentation de ta résistance composse conn yt mbinaison de déformations simples, enpees comme ae sont Brésentation de ce probleme sous I forme d'une somme de nous “déterminons tes. facteurs de. forces directions réelles des effi ét rections eles des efforts intéieus dans Wabscisse x ‘ont indiquées dans le dessin, mie section ABS soumise simultanément 4 une compression (at ree 2P), 8 une torsion (au moyen eet 96 - Résistance des matériaux, ‘M, =3Pd/2) et & deux flexions (au moyen du moment M, =Pd et dela force P => My =Px). La section plus dangereuse est la section & l'encastrement (x= 84), La sommation de contraintes normales (les signes sont relatifS au premier quadrant du systéme des coordonnées) conduit a la relation suivant Dans le cas général, on determine 1a contrainte tangentielle résultante qui est Ia somme vectorielle des contraintes tangentielles dues a la flexion (Qy et Q_) et & la torsion (.M, ). Dans ce probleme, la section droite de la barre est circulaire. C’est pourquoi, la contrainte tangentielle de cisaillement déterminée a partir de Q, (ou de 0.) a ddone une valeur faible et est négligée dans le calcul. En conséquence : ” I est évident que dans ce probléme, le 5 point le plus dangereux se trouve sur le contour de la section. En effet, 'équation de Paxe neutre est : ue Ld NOt doe] [Mel site compan sr 7 La ligne neutre découpe sur les axes y et z les tranches yy >0 et 29<0 Puisque le matériau de la barre travaille également en traction et en compression, le point le plus dangereux est done le point A qui se trouve dans la zone de compression. La contrainte tangentille ty, a la valeur maximale en tout point du contour de la seetion. Le point A a pour coordonnées 24 >0, y4 <0 et p=d/2. Pourle cealeul, on peut prendre z4=d/2 et y4=—d/2 , ce qui augmente le coefficient de sécurité. Le calcul des contraintes au point A donne : Résistance composé - 97 tala La contrainte équivalente au point 4 selon le troisime eritére de stance est oll Va? +40? = Jo? vac, =300P/na?, Finalement, la condition de résistance a la forme suivante 300P xd? <[o] . Données Détermine les efforts Pi. Pa, | inésours dans les sections a ela potence. 1. Détermination des valeurs des forces intérieures dans les sections a potence. Nous déterminons les valeurs des efforts intérieurs d'aprés les ditions d°équilibre de la partie coupée (les efforts tranchants étant dans ce probléme). Pour I'indexation des forces et des ns sur toute la longueur de la potence, nous utilisons le systéme oordonnées xyz en dirigeant I'axe x le long de l'axe de la potence. M ba m% Trongonl: O10), ‘on effectue le caleul uniquement pour la torsion selon la formule Tua =8PD/ md? fe]. [r]=[0]/2 ‘Si nous avons D/ d <10 , on introduit dans la condition de résistance ‘un coefficient de correction k : Tame =MSPD/ nd) <[x] Les valeurs du coefficient k pour divers rapports D/d sont données dans le tableau suivant Da Ts es Sse | son et) sO | TO bass Dae Ds) sare ie Te La relation générale pour la détermination du déplacement axial 6 du ressort a la forme suivante : q 2) si? pee sel fi. te (1. A Je 2D 2D Fos E o our le ressort avec un pas petit, le déplacement axial 8 peut re caloulé avec Mutilisation de la formule simplifige en tenant seulement compte de la déformation de torsion : 8=8PD'n/ Gd". Pour 1a solution du probléme proposé nous intégrons dans les relations obtenues les données initiales : a = 15° > 14° et D/d=4-<10. On obtient P=10,7KN. 8 =0,0362m=3,62em. -Meéthodes énergétiques de détermnination des déplacements- 103, Le caleul du déplacement axial du ressort par la formule simplifige donne la valeur 8=3,42em, 10, METHODES ENERGETIQUES de DETERMINATION ; des DEPLACEMENTS Travail des forces extérieures. Travail des forces intérieures (élastiques) : Ja foree axiale NV, effectue un travail par le déplacement (cs)=Nydx/ ES le travail de a force axiale Ny pour la barre dela Jjongueu I est done égal puede } 26S Iravail effectué par Ia force intérieure est toujours négati) ; s le cas général (en résistance composée) [Mar aa tM2dx bN2dx 9 2G, 9 2El, 4 26, 4 269 * Mx» My, ete sont les facteurs de forces intérieures dans les de barre sous action du systéme de charges donne. ‘accord avec le principe de la conservation de I'énergie U iMBdx aay Ly, ide Mids aBde fhe 0 2Ely 9 2El, 9 2ES rees et déplacements généralisés : = force généralisée (force ou moment); = déplacement généralisé (linéaire ou angulaire). Théorbme de Castigliano + GU /aP=8p Le déplacement du point d'application dune force généralisée dans la direction d'action de cette derniére équivaut a la dérivée partielle de énergie potentille par rapport cette force. Imtégrates de Mohr : tue ee Ma ggg MoM gy (MeMe ge gf NN ey . 0 Gy "9 Ely 9 Elz "9 ES ot Hz, My, ete sont les facteurs de forces intérieures dans les sections de bare sous action d'une charge unitaie (d'une force généralisée unitaire non-dimensionnelle P = 1). La charge unitaire est appliquée au point de la section dont le déplacement 6 nous intéresse et dans la direction pour laquelle le déplacement cherché se dirige. Quand ‘on détermine le déplacement linéaire dans la direction donnée, on applique une force unitaire, quand on détermine un déplacement anguloire, c'est un moment ‘uniaire que Ton applique. Si le déplacement obtenu par calcul est de signe positf, cela signifie que sa direction coincide avec celle de la charge unitaire. Un signe négatif montre que le déplacement effectif est de direction opposée a celle de Ia charge unitaire. Déterminer le déplacement «du point dapplicaton de I Tove P aT aide da ‘théorime de Castgliano. Les barres du systéme articulé proposé travaillent en traction. Dans ce eas, I'énergie potenticlle de déformation est déterminée par la relation : Méthodes énergétiques de détermninaion des placements - 105 (ol (V,,); =; sont les forces intéricures longitudinales dans les barres ‘du systime ; 1;=a sont les longueurs des barres. Les. forces lngitudinales (axiales) V; ont les valeurs suivantes (voir le mrobléme 3.7) M=N2=PI2 , Ny=Ny=qa+(P/s2). L*énergie potentielle de déformation du systéme sera v2 era ave 2foarr/h) dx= a pees) £ + (aa? + V2 9a] ilisation du theoréme de Castigliano pour détermination du ‘ement du point d’application de la force P donne le résultat nt: (voir fe probléme 3.7): 8-00 /aP=(Pa+qa*v3)) Es Determiner le dgplacement «du point application de force P Paid du thoréme de Castilian, barres du systéme articulé proposé travaillent en traction . Dans » I'énergie potentielle de déformation est déterminée par la 106 - Résistance des matériaux oN; sont les efforts longitudinaux dans les barres du systéme 5 1; sont les longueurs des barres. Dans ce probleme, nous avons /; =h=2,h et N= Nz =8P/3, Ny=-SP/3 (voir le probleme 3.8) L'énergie potentille de déformation du systéme sera Pe FESPBE 281 P20 (PIP jy, {SPAY » 281 P20 2ES 2ES _ u=2f ° 0 Le déplacement du point d’application de la force P est: B=dU/dP=281Pa/9ES => 8=0,7-10?m Calculer la rotation oc dela section C aside du théoreme de Castine, Ce probléme est un probléme de torsion d'un arbre. Dans ce cas énergie potentielle de déformation est déterminge parla relation = 3o Me dx= f Mays f M2 ay ) 261" } 26%, ‘ott /; sont les longueurs des trongons de Varbre ; Mg; sont les moments de torsion dans les sections de 'arbre pour le trongon examin’ 3 Lpi Sont les moments d’inertie polaire de Maire de la section droite ‘pour le trongon examiné. ‘On peut constater que Myy = My, My2 = Mj + My et Iyp =161 Crest pourquoi U=(a/1661) (2549 +244.M +08) F angulaire (la Dans ce probleme, nous cherchons le déplacement angulaire (| rotation de la section C), Le role de la force généralisée est joué le “Méthodes énergétiques de détermnination des déplacements - 107 ‘moment My. L’utilisation du théoréme de Castigliano conduit au résultat suivant @0=0U 18M, = (2/1661) (50402 +284) =344 Ma Ga. Donnas Pi = Pa =290, * Détermine le ‘placement vertical fe ‘du point (dela section) C AT aide du théoréme Bl de Castilian, Ce probléme est un probléme de flexion de poutre. Dans ce cas, ‘énergie potenticlle de déformation est déterminée par la relation : ft a Sar [Maes fare faesar| PEI, i 0 0 4; sont les longueurs des trongons de la poutre ; M,; sont les ‘léchissants dans les sections des trongons de la poutre ; El: la rigidité de la poutre en flexion, Pour la détermination des moments fléchissants dans les sections de Poutre, il est nécessaire de connaitre les réactions aux appuis. Les ations de Ia statique de la poutre (les équations des moments par nt aux appuis A et B) sont: EMs-0 > — Ra-q-4a-a—Rp4a+ BSa= Mp0 3 PSa+q-da2a-Ry4a+Pa=0 . ‘solution des équations d'équilibrestatique donne Ry =(P,+57, 8qa)i4 Ry =(SP+P +8qa)/4 . simplifier les expressions de AM;, nous considérons les mis I et 2 du c6té gauche et la section 3 du eété droit. Nous 108 - Résistance des matériaux Myy=-Pyx , Mjz=-P(xta)+Ryx—gr?/2 My =Pyx Substituant les valeurs des moments fléchissants obtenus dans expression pour I’énergie potenticlle de déformation et en utilisant le théoréme de Castgliano, nous avons pout fe: 261, fo = 2EI,(0U/ aR) = 4 4 =2R ft? fleas Plax) (ax? (2) (60/4) alas « ° a Le calcul des intégrales donne EL, fe =(56/3)Rya -(73/3) Pra? — (88/ 3)ga*. Sachant que P,=2ga et Ry =Sga,on peut caleuler : \6ga* /3ET, vertical et langle de rotation dela section 4 ‘Comme dans le probleme précédent, nous sommes en présence de la flexion dune poutre, mais ’application du théoréme de Castigliano dans ce probleme n'est pas possible, parce que nous n'avons ni force ‘concentrée, ni moment fléchissant dans la section A Dans ce cas pour la determination des déplacements généralisés ingaires ou angulaires), il est nécessaire d’utiliser des formules plus sénérales que la formule de Castigliano, telles que les intégrates (ou les formules) de Maxwell-Mobr. En considérant que la poutre fléchit dans Ie plan xy, pour la M+Rg2a~ga-25a=0 => Ry=qa. DY=0 > Ry +Ry—ga=0 > Ry=0 Les moments échissants My (/=1,2,3) sont les suivants M=-qa?!2, Mj =-gr2/2 sections I et 2 sont situées du c6té gauche et la section 3 du cdté i. 2. Détermination du déplacement vertical du point C. Pour le calcul du déplacement vertical fo du point Cit est stire de trouver dans les sections de I poutre les moments eS ticale unitaire non-dimensionnelle appliquée a la section C. Les réactions aux appuis de I'action dela force unitire 2s wele Rg=3/2 , Ry =1/2 Bh conservant Mordre adopté pour les sections de la poutre, nous t) comme valeurs cles moments féchissants M1") (7=1,23) 112- Résistance des matériaux. meas, MY --a+9+G/2)-x , m=0 31 = Le calcul des intégrales de Mohr déterminges le déplacement du point © donne : by El, fo= |{-qa? /2)-a+(x/2)|dx= qa" /2 a Pour le déplacement du point C nous obtenons : fo=qa* /2El, . 3, Détermination de 1a rotation de la section C. Pour le calcul de la rotation 9¢- , il est nécessaire de trouver dans les sections de la poutre les moments Méchissants WG) (i=1, 2.3) provogués par action du moment unitaire non-dimensionnel appliqué i Ia section C. Re Réactions aux appuis dues & Maction du ‘moment unitaire Tas data. Rg=li2a , Rg=l/2a En conservant lore des sections de Ia poutre, nous obtenons pout Jes moments fléchissants 372) (i= 2) wl} Le caleul des intégrales de Mohr déterminées Ia rotation de la section C permet d’avoir : 2 EL8¢= | (ga? /2)[-14(1/2a)x] dx =ga? (2. o Finalement, pour la rotation 9¢ de la section C nous obtenons : 9¢=ga? /2EI, ‘Méthodes énergétiques de détermnination des déplacements -113 CCaleuer le déplacement vertical et ta rotation de section C en utilisant la ‘méthode de multiplication des diagrams. En considérant que Ia poutre fléchit dans le plan xy , nous in ‘placement généralisé a T'aide des intégrales de a EI, 8={M.Maidx + [M.yMzrdx a ° Ta méthode de multiplication des diagrammes (ou rigle de *¢ la méthode mathématique de calcul des ignification physique de la méthode de n des diagrammes est la suivante Si Ia rigidté de Ia poutre est constante dans un trongon, chaque Brule de Mohr peut étre calculée en multiplant Taire w ‘da 44a aux forees données par Ia coordonnée & du méme di @ une force unitaire généralisée (ce diagramme est iement linéaire) ; Ia eoordonnée & est supposée passer par le de gravité du premier diagramme pratique, pour ce probléme de flexion, cette régle prend la forme 2 28=Diok, . 7 Sommation s'étend & tous les trongons de la poutre, Ous remarquons que pour les diagrammes M, et W/: ayant le signe, le produit ©& est positif (@—>0), mais pour tes S des signes différents le produit est négait (eé <0), Teas oli les deux diagrammes sont linéares, on multiple Paine un d’entre cux par lordonnée & de lautre et cette ondonnee Pond au centre de gravité de Maire du premier (la. propridté atative du procédé de multiplication des diagrammes) 114 Résistance des matériaux 1. Détermination du diagramme de M, sous V'action dune charge donnée, Re Ro oh pana DM4=0 => Pa+Rg3a—q-2a-2a=0 |; i L => Rp=ga Ty Les réactions aux appuis sont : “My DMp=0 => ~3Rya~2Pa+2ga? =0 = Ry=0. Les moments fiéchissants dans les sections de la Ppoutre pour la charge donnée sont les suivants My=0 , Ox Rp=I/3 Mp =-Ry3a+l-2a=0 > Ry =2/3 Les moments fléchissants dans les sections de la Poutre sont déterminés selon l’ordre précédent d’apparition des ‘trongons wt) Osesa ; Qa-3)/3 , Osxs2a, 3. Détermination du diagramme de WA") sous action du moment tnitaie non-dimensionnel appliqué la section C. “Méthodes énergétiqus de détermnination des déplacements «115 Re Les réactions aux appuis : 1) = (0/30). wf) A) =(1/3a)(a+x)- =(¥/3a)-(2/3) O Ry =P. LY=Ry+Rp=P => Rp =0. Trongon 1 M,=Px. (O Ry=1/30 aa Trongon2 | o Ry=3P/2, XMp=-P-a+Ry2a=0 => Ry=P/2. Ny =P/2- traction, M, =(P/2)-x Ny=P/2- ‘compression, M, =(P/2)-2a N, =3P/2- compression, ® diagrammes des efforts intricurs (effort normal) et M_ ment fléchissant) sont donnés dans les figures suivantes = 122 - Résistance des matériau Pa, ét forces intércures dans des sections d'un porigtesne Taos Te eae eee sia sam ge ‘irigée vers la gauche horizontalement, I est évident que comme réactions aux appuis, nous n’avons que la réaction horizontale Ry =1. Le sens de Rq est opposé a celui de la force unitare. Trongon] (O et Ke ‘ésultat de la multiplication des. diagrammes conduit & ta relation : I I #150-(0024). anes! 9). tc toisiéme trongon (le deuxitme terme) nous avons ‘multiplié Gu jdisgramme di a une force unitaite par la coordonnée Spondante du diagramme di aux forces imposées, Finalement : 8g =7Pa? /2e1, |. SYSTEMES HYPERSTATIQUES (DETERMINATION des INCONNUES REDONDANTES ) Classifications des systimes de barres : times de barresisostaiques ct hyperstatiques (défintion générale). °s plans, plan-trdimensionnels,tridimensionnels: * Portiques (cadres), 124 Résistance des matériaux. Ordre d'hyperstaticité du systeme : isons nécessaires (extérieures) assures par 'invariabilité ‘géométrique du systéme et liaisons supplémentaires (extéricures et intéricures) ; hyperstaticité d’un contour plan fermé + ~ diminution de ordre dhyperstaticité du syst8me en présence de charniére; les chariéres simples (isolées), binaires, ete. : - détermination de Vorde dhyperstaticité s des systémes plans d’apris la formule s = 3e-a (est le nombre de contours fermés et a est le nombre darticulations comptées comme des articulations isolées ; FPembase (au sol) est considérée comme une barre de rigidité infnie), Systéme de barres hyperstatique donné ; systdme isostatique de base ; systdme équivatent, Méthode des déplacements (voir les chapitres 3 et 7). Méthode des forces : = principe du minimum de I’énergie potentelle de déformation élastique ‘du systéme (théoréme de Menabréa) ou principe du travail minimum (ous forme directe et avec présentation des équations du méme principe par les intégrales de Maxwell-Mobr) ; = méthode des forces sous forme canonique. Données Calculer les efforts e longitudinaux dans les P i bares de a ferme haa Dans ce probléme, nous avons une liaison extérieure supplémentaire (appui_avec articulation mobile), pour cette raison lorie hyperstaticité de la ferme est égal I unt ‘Systémes hyperstatiques - 125 ‘Systéme principal (de base) Systéme équivatent |. Détermination de ta force superflue inconnue X avec utilisation de principe de minimisation de énergie potetiell, Puisque les barres de la ferme it la méme rigidit scot ni nH BS oh lastique du systéme s’écrt sous la forme suivante Lee st Pane #NE NG) (vB 0) Déterminons les efforts dans Jes barres de la ferme Nord 4 nage ZY=N2/V2-P=0 = ny =P. Po LX=N +N 2-0 = N,=-P. % zr = yer. % = Ny=P. Ns. P leu : XY=Ns/V2+X,-P=0 0 = chy = Ns=2(P-x) ENAN/NE+NG P20 Neu xy 27, Nous remarquons qu’il n'y be a Ww'il n'y a pas de nécessité de calculer énergie lentil de deformation, uisque pour le détenmnaton ae fone 126 - Résistance des matériaus surabondante Xj en coniormité avec le principe du travail minimum il suffit d’utiliser I'équation suivante ob AN 6 /AX) =1 et aNs/ AX; =—~/2. Pour Ia determination de la foree surabondante x, ['équation sera: Ne-2N5=0 = x, -2P-23(P—%; 40: nous trouvons ; X,=126P Pour les efforts Longitudinaux dans les barres § et 6 nous avons Ns + Ne=-0,74P 2. Détermination de la force surabondante X, avec utilisation des intégrales de Maxw el} Moke. {Le principe de rjnimisation de I'énergie potentiele de déformation élastique du systéme (le principe du travail minimum) dans ce probleme est _présenté par ley jnfégrales de Maxwell-Mohr sous la forme de Péquation ok xf Ao fo Nj sont les e-fons fongitudinaux dans les barres du systéme Equivalent dus aux forces données et & la force X, ; Nj sont ces mémes efforts danse systéme principal, mais qui sont dus 4 action dune seule force g&néralisée surabondante inconnue X= Les valeurs des forees Vj sont connues Nia-P. Ny =BP, Ny=P, Ng=-P, Ns=s2(P-%), Ne=Xi-2P . ‘Systémes hyperstatiques -127 Pour la force unitaire .X; =1 nous obtenons Mi=N2=N3=Ns=0, Ms LY=NsiW2+1-0 > Ns= NowiC N _ = c IX=N5/V2+N6=0 > No En substituant les valeurs des forces N, et Ni aux intégrales de johr Fae Ay)v2)ae+ f(y -27)-1ae Q avons pour la détermination de X1 la méme équation : -2P-2WH(P-X{)=0 => XY, =126P Déterminer lee moment actif dans les eneastrements aun cextrmités de arbre, } Détermination du moment réactif X, directement a aide du ipe de minimisation de I’énergie potentielle. les sections de 'arbre sous I'action des charges données et duu I inconnti Xj_nous avons les moments de torsion suivants : Mie Mag =Xi- My, My3=X,— My + My — me. 128 - Résistance des matériaux ‘L’énergie potentielle sera tft xe Ll fxPace f(x —myPaee f(x) — My +My —m)P ac Ayla 0 0 application du principe du minimum d’énergie potentielle méne i l’équation pour la détermination du moment inconnu Xj : 2Xya+2(Xj— My)2a+2(Xj— My + Mz)3a—2nf9a/2)=0 , 041 nous trowvons: 6X, 5M, +3My—(ma/2)=-0 => Xy=mal2 En déterminant le deuxiéme moment réactif pour la condition ’équilibre statique, nous obtenons M4=ma. 2. Détermination du moment surabondant inconnu X; @ l'aide des intégrales de Maxwell-Mohr. Les valeurs des moments de torsion M ,; dans les sections de l’arbre sous Vaction des charges données et duu moment ineonnu Xj (pour le systéme équivalent) sont connues. Les valeurs des moments xi dans le systéme principal de -¥; =1 sont obtenues sans dfficulté Mu = M2 = Me En substituant les valeurs des moments Mj et Wai aux intégraley de Mohr , nous avons se faxydes flay antes fly — an + ata ms eed a Systémes hyperstatiques - 129 Les calculs des intégrales conduisent & une équation fonction de Xy ot nous obtenons la valeur Xj =ma/2 . : Détenminer les séactions das I section eneasinge 4 de la poure (utiliser les inégrates de Moi). Lordre d'hyperstaticité de Ia poutre est égal a Punité L’équation nécessaire pour la détermination de la réaction inconnue est la suivante .; sont les valeurs des moments Mléchissants dans les sections de ‘Poutre sous l'action des charges données et de la force inconnue jour le systéme équivalent) ; 14.) sont leurs valeurs dans le sysitme + Nous considérons que les efforts tranchants sont propo Ma=-a7/2 (Ox My =qa?/d 7 = Données: | Calculer la réaction dans Tapp mobile spteme de date da a} 2a | Mo | arses (uiliser les intérales Eh de Mohr) Lrordre dhyperstatcité du systéme de barres est égal & Munité nous avons une liaison extérieure supplémentaire (U'appui avec Frarticulation mobile) et par conséquent, In force superflue ineonnue x Pout 1a détermination de la force inconnue xX; & Taide des intégrales de Mohr il faut trouver les facteurs de forces intérieures dans les sections du systime équivalent et dans les sections du systéme principal sous Paction de la force unitate Systéme équivalent Systéme principal avec la charge unitaire (systéme auxiliire) Systémes hyperstatiques - 131 Systéme équivatent | Systeme auxtinire Trongon 1 (0<.x<2a) My=X-x Ma=tx Trongon 2 (0s.x n= Pee L’énergie potentielle de déformation du systéme équivalent s’écrit sous la forme suivante (Sachant que Ny =X; et Ny=¥3): aya u-5 [Me Ry? nd xP +3) En utilisant le principe de minimisation de I"énergie potentille, nous établissons les équations pour la détermination des forces redondantes : ‘Systémes hyperstaiques - 133 R oN Ny seo 2M Shean, 2 42x, ]=0 , ( 1 ag, *?82 ay, *?X1 oN Ny ) R 2Ny [2 42%, oak ela, 2ES |" ax, Substituant les valeurs de Ny et Nz dans les équations, aprés transformations nous obtenons A+ Myomp=Plooepsi)/2 Reo ¥,= Pow Ha ous sve X\=P/2, Xq=PoosB/2 Finalement, + Ny=PsinB/2 , Ny=P/2, Ny=Peosp/2 2. Détermination des efforts longitudinaux a l'aide des formules de fohr. Pour a solution de ce probléme avec utilisation des intégrales de fohr, il est nécessaire de trouver les valeurs des facteurs de forces iGrieures dans les sections des trongons du systéme équivalent et dues aux charges données. Dans les sections du systéme principal, ces leurs sont celles dues a I'action d'une seule force superflue inconnue ()=1. Pour résoudre un systéme hyperstatique de degré 1m , il faut considérer les (+1) tats de se systéme : l'état équivalent sous faction des charges données et des forces X; plus m états auxiliaires, jont chacun est soumis & action d’une seule force de X) =1. 7 M=[X2+(¥i—P)eosp}/sinB on, Ny =(P-X;~Xz0sB)/sinB , Ny=X 134 Résistance des matériaux, Laat equivalent Ny=Xp ad 4) =cosf/sinB Nt HO =-1/sinp Le premier at sae Gi) ia ae Le deusidme dat auxiiire (=) Les équations de détermination des forces redondantes X; et par utilisation des intégrales de Mohr ont la forme suivante : aR Nae Sy _ SpE RPh Af, a an,Ann Jeo, ip ESO ana R(y xO), y we) MAES E(w, RP +n +X, )-0 Fa mbstiuant ls valeur ds efor onguour N;, Tt NG) (7=1,2) dans les équations obtenues et aprés transformations, nous obtenons les mémes équations pour la termination de X et X> qu’ point 1. CCaleuter les réactions dans les sootons encastées (utiliser les itégales de Moh), ‘Systémes hyperstaiques = 135 ‘Lrordre d’hyperstaticité de la poutre est égal & deux ; par exemple, “nous avons deux facteurs de forces intérieures X;(i=1,2) dans la section droite encastrée. ‘Nous déterminerons les valeurs des moments fléchissants dans les sections de la poutre dans ['éiat équivalent et dans deux états ‘uxiliaires deg Mya XyxtX (sxsa), = X(x+a) (qx? AT pe Maz = Xi(x+a)+Xa+M-(ax?/2) a Suite @sxsa) o ut) @ donne : Xp=—2qal 48, Xp =Tga?/48 Les réactions dans la section gauche encastrée de la poutre peuvent tre déterminges a partir des conditions de I’équilibre statique. données | Calculer escorts P. Toogitudinaux dans fs bares do Rip, | systtme & Taide de la méthode S des forces dans sa forme 2 -canonique, Ce probléme est résolu a T'side de la méthode des forces et utilisation du principe de minimisation de I’énergic potentielle lastique ddu systéme directement et avec utilisation des intégrales de Mohr (voir le probleme 11.5) La solution du probleme & l'aide de la méthode des forces sous sa forme canonique sous-entend la résolution dun systéme d°équations de la forme suivante : BUN t8i2X2t -. +8inXn + Arp =O By Xi +822.X7 +... +32pXq + Aap = Chacune de ces équations exprime la condition selon laquelle dans tun systéme hyperstatique, le déplacement généralisé correspondant ‘Systémes hyperstatiques -137 hacune des forces généralisées superflues inconnues (1=1,2,....n) est 6galazéro. Les éléments Ajp de ces équations et tous les coefficients 8, et Bie =Bai (K=1,2,...4m) sont les déplacements généralisés dans le systéme isostatique de base allant dans la direction de la force généralisée X; (indiquée par le premier index) : Ajp sont dus Faction de toutes les charges données ; 8), et 8,4 sont dus & chaque force généralisée unitaire X;=1 ou Xy =LGindiquée par le second index). Done, le systéme hyperstatique de degré n doit étre considéré dans les (+1) états : dans 1état principal sous Paction de toutes les charges données (état "P") et dans 1 états auxiliaires sous action de chacune des forces généralisées unites ineonnues , =1 (état "192" ete) Pour la détermination des déplacements généralisés, nous devons Uiliser la méthode énergétique avec application des intégrales de Mohr. Liordre d'hyperstaticité du systéme examin est égal deux. Pour ela, les équations canoniques de la méthode des forces avec deux forces superflues inconnues X; et X> ont la forme : 8X1 +812%2 + Aip=0 , BaX +822X> + Aap =0 Pour la détermination des coefficients de ces équations en utilisant intégrales de Mohr, il est nécessaire de trouver les efforts wx dans les barres en considérant le systéme dans les trois ats suivants Lear "Pp" L'état "1" état "2" (état de base sous (at de base sous (état de base sous action de force ?) Faction de force X1=1) action de free X3= 1) 138 - Résistance des matériaux ‘oA 8 n{?l_2-Peosp/sinp , yf" Ne Pisin 5 xt) | {feds ma, | wihco wm =o. =cosB/sinB, NV) =1/sinp , =1/sinB , ae nO =0, Puisaue les barres du systime étudié ont la méme rigidité et la méme fongueut; les coefficients des équations canoniques s’éerivent sous la forme svivante : gyn a cos? aap oe Nea Pll cos?) isto ES sin? En Aubstituant les valeurs des coefficients dans les équations ‘anonigp®8. nous avons (co? st)/2 xy 4 Xzeos8= Sytéeshypertaiqucs- 139 | X,cos + Xq = PeosB On peut voir que ce sont des équations identiques 4 celles que nous ons obtenues auparavant (voir le probléme 11.5). La solution de ces uations est D X=P/2, xX; Pour la détermination des efforts longitudinaux réels dans les barres| systéme sous l'action des charges imposées, on peut utiliser le incipe de superposition xj_nl ently, ong Finalement, % > Ny=PsinB/2, Ny=P/2, Nq=PeosB/2 Données: | Décminer les réactions us 145 | Vappui droit aide de la Maa, | méthode des forces sous st Fly forme eanonigue Ce probleme est résolu a aide de la méthode des forces avec la présentation du principe de minimisation de I'énergie potentielle de imation élastique par les intégrales de Mohr (voir Ie ibléme 11.6) ordre dhyperstaticité de la poutre est égal a deux. Pour la détermination des coefficients des équations canoniques avee ‘utilisation des intégrales de Mohr, i est nécessaire de trouver les ‘moments fléchissants dans les sections de la poutre en considérant Ia outre dans trois états suivants, Léa "P état "1" Liat "2 140 - Résistance des matérau. M2—M—-@tin. MYararn. Ws ( tapas Pals Pally TPn6 Pan ur Nous avons tracé fe diagramme de mor ; ments fléchissants Mf, parla méthode (addition pour chaque trongon di aa iu portique, Données te Déterminer les efforts longiudinaux dans les bares dela ferme. Systémes hyperstatques - 143 Systéme isostatique de base Systéme qu ordre d'hyperstaticité de la ferme est égal a deux : le systéme a lune liaison supplémentaire extérieure X, et une liaison supplémentaire intérieure X> Les équations canoniques de la méthode des forces ont la forme 8X1 +5)2.42 +Aip 821Xj +829N7 + Age =0 Les efforts longitudinaux dans les bares de la ferme N; 2, ..., 10) sont déterminés pour les trois états : "P", "1" (44 =1) ct "2" (Xy =1). L’obtention de ces efforts ne présente pas des difficultés et c’est pourquoi nous nous bornons aux exemples de la ddétermination des efforts dans les barres. Létat "P", o"P 11 est évident que les réactions 7 Er-PeMOE-0 = MM ame TX=NM EMM /F=0 = NP =P Dr=-N + PMP) 2=0 = MP =P DX= MM +PRi2=0 > NP = 114 - Resistance des matériaux Léa "1", L'état "2", y= Toutes les autres valeurs de NW) ‘Les utes valeurs de {sont cites dans le tableau 1, ee Les autres forces longitudinales sont égales a zéro, 2610. WP) 2=0 = WO 21 EX=NP Ho 5 xo sont citées dans le tableau 1 Tableay 1 forts longitadinaux dans les bares de la ferme dans es dats Numéro] Longueue elatbarre | dela barre "Eons dans Tex barres dans Te sifférons ats dela ferme pep te oo Te [ae] t a e z 2 P i c : a Po ag = baal emma |p 2 «a | 0 T 7 f s we | 0 ° T di a a Ta [eens @ PO ae Les réactions aux appuis sont €gales & zéro. Done, les forces ongitudinales dans les barres 1, 2, 9 et 10 sont aussi égales & et fi ‘Systémes hyperstatiques = 145, s wi? | ~ Pye ¥ Pp iw 4 7 o Pour simplifier la procédure de détermination des coefficients des quations canoniques & I'aide des intégrales de Mohr, nous construisons le tableau 2 sur la base du tableau 1, oi nous montrons pour chaque barre de numéro "7" les produits MNO, WW, ete. ‘Tableas 2 Données pour la termination des coeicients des équationscanoniques Mont, [wneh, [went [Rw y, 7 0 = Pai 2 Pai 2 e a = Pal B =Pai 2 0 0 Par addition de Ia dewxigme colonne, nous déterminons la valeur du cocfticient Ayp : LY verg0) LSM, spares Sap = BRUM N =P Pour les autres coefficients, nous les déterminons de Ia méme fagon et nous avons : Aap =V2Pal ES , 812 =821 =-a/ V2ES , En. substituant les valeurs de ces coefficients dans les équations canoniques, nous obtenons aprés réduction : 7 0 0 a o 822 = 2+ v2} ES wn?) 7 0 a a alt asf a 7 0 146 - Résistance des matéiaux 3X, — ap =-3p , = 102) +2f0+ VI)ey = 5p {Pott nous avons: Fi ee > AD=052P ra termination des efforts longitudinaux réels dans les du systéme sous lactic action des che Principe desuperesition (méthode d addon)” °* Pet wile Nan wl x, ely, Les valeurs des tableau 3, efforts longitudinaux sont présentées dans Tablens3 Les valeurs des efforts longitudinaux dans tes bates du systéme, ‘Tracer le iagramme des moments Méchissants Pour les rongons da portique Lone éypersicté dy por ‘ ersatité du poriaue est égal ok Droposr par exemple dew variants du synicquvaten On Pett Systémes hyperstatiques - 147 “ae 2 2 ’ , En général, il est rationnel de rendre isostatique un systéme hhyperstatique géométriquement symétrique soumis @ une charge symétrique ou antisymétrique, En le coupant suivant le plan de symétrie, cela entraine une diminution du nombre des forces enéralisées redondantes et inconnues 4 déterminer. Dans la section coineidant avee le plan de symétrie, les efforts symétriques sont nuls pour une charge antisymétrique et les efforts antisymétriques sont muls pour une charge symétrique. Il est évident que la deuxiéme variante du systéme équivalent est préférable parce qu'elle permet de simplifier la solution de ce probléme. Dans celui gi, nous avons une charge antisymétrique. C’est pourquoi Xy= N30 et la solution du probleme est ramenge 4 l'obtention une seule inconnue X; de "equation Xp =-Ayp 3, Les coefficients Ayp et 8), sont déterminés par la multiplication des diagrammes des moments fléchissants M. obtenus pour les états "Pp" et "1" (les diagrammes sont construts pour les fibres comprimées : voir le probléme 9.6). tk ig 48- Resistance des matériaux Sans difficuté, on peut constater que El Ap =Pa3i2 , FB =1309 12 = x 0 des moments Aéchissan 0" peut utiliser le principe Calevler es composants es reactions aux appar, Dans ce probléme, aux points C et p, barre annule le moment Phyperstaticité une un Equivalent de fa forme su Rous avons des articulations ‘rear uction dune articulation sur fae d'une ‘échissant dans cette section réduit Vordre it We CEst pourquoi on peut proposer he systéme ivante : Pour la bare CED Mais le portique est géométiquement Py symetiate ‘soumis “i une charge | symétrique. Par conséquant, -¥, Ly Les ‘coeflviemts des. équations Ganpniques sont déterminés ‘par Ip ‘multiplication des diagrammes tee Systemes hypertatiques~ 149 imomentsHchissants “M, obtenus pour es dats “PY , "1 et (les diagrammes sont construits pour les fibres comprimées). a 2o a 2a a ia - tou ie A =1 Re= PR PA tol Ra=Ry=0 Les coefficients des équations canoniques valent (au muliplicateur WEL, pres) 3 811 =807/3 , 3 1 Aip=~Pa? /2 3 = 4003 /3 812 =8q1=170/3 , By =. En substituant les valeurs des coefficients obtenus dans les équations laprés réduetion nous obtenons : BX, +172 =3P/2 , I7X, +40Xp =3P {La résolution de ces équations par rapport aux inconnues X; et X> permet de trouver leurs valeurs : A =-005P , xy =029P . Puisque le probleme est symétrique, nous avons pour chaque appui : Ryn =OSP , yoy =0,29P Calouler Te containte normal Imaximale développée dans la bare brisée par suite d'une élévation de température AT (I et sont le moment nei et la hauteur de a setion) Dans ce probleme, il faut température, ordre des calculs reste le méme, mais les éléments indépendants Air des équations canoniques sont les déplacements généralises dans le systéme isostatique de base (principal) dus a Pélévation de {empérarure dans la direction dela force généralisée inconnue -X,. La Yale du coefficient A,r est postive, i le déplacement thermique ccotncide avec la direction de la force X;. En général, lorsque le systéme est soumis simultanément a Faction de charges eta une variation de température, les éléments indSpendants des Gauations canoniques sont exprimés par la somme Ajy-+Ayp. en conformité avec le principe de superposition des forces, Lorde d’hyperstaticité de la bare brisée est égal a unité, tenir compte de la différence de Systéme de base Systéme équivalent Systémes hyperstatiques - 151 Pour demimton cose iy oy, 20 examin états "T" et "1". Puis stéme plan, les influences des les ats "7" et "1", Puisqu pour ee systéme fornia wns srs maton sont ses, nous ne tragons que le iagramme des moments fléchissants 1¥/") pour état "1" pour les fibres comprimées (voir le probleme 9.6). a La détermination des coefficients de I’équation canonique conduit aux valeurs suivantes : 1a? /3 Myp=-adT-a , Eley Ih esoefsem yp # we valerate, pugs esions de ddéplacement thermique et de la force X, sont opposées. Le coeftici ) me. 81, est obtenu par la multiplication du diagramme WA) par lui-mé La résolution de P’équation canonique 8, X;+Ayp =O en prenant en compte les valeurs obtemues Ayr et 8,1 donne (X, =3EI,@AT/ 11a” 152 - Résistance des matéiaux ‘Le moment fléchissant maximum est situ dans la section cencastrée (Moe =2-¥) = GELAAT/ tha. La contrainte normale maxi ‘connue ‘male est déterminge par ta formule Cateuter la containe normale ‘maximale dans les bares da Portque induite par chauage AT ( 4: th sont le moment inerte et la hauteur de Ia setion) Voir leprobléme 11.12 Puisque dans ce probléme, ows avons une ifrence de temp comme ficteur de charge, il est nessa de teres ee aia indépendants Air et Azz des équations eanoniques, mag les autres coefficients conservent les mémes valeu : Pour lobtention des valeurs de A, r systémes équivalents et de base dans [état ir et Asr nous avons tes "7" suivants : Systéme équivalent On peut constater que Air=0 , Aap aAP-2a Les autres coefficients des équatic Solution du probléme 11.12 a ae de Ia ‘Systémes hyperstatiques - 153 a /3, By = 4007/3. Les équations canoniques pour la détermination des forces X, et _Xq dans ce probléme ont la forme 8X) +17) 17X, +40X3 =6EI, @AT/ a? La résolution des équations donne : Xj=-329EI,aAT/a? , Xp=155EI,aAT/a? . Les valeurs des moments fléchissants dans les sections du portique sont déterminges en utilisant le principe de superposition des effets des forces aM, = Mx, + Wel. On obtient que (Momus -@° X= ISSELAAT/a La contrainte normale maximale est déterminée parla formule : adam = Mme 4 -0375-Eaar\ha) 12. SYSTEMES HYPERSTATIQUES (DETERMINATION des DEPLACEMENTS) [Aprés la détermination des inconnues superflues et le tracé des diagrammes des facteurs de forces intétieures M,, My M,N, les déplacements dans les systémes hyperstatiques sobtiennent par les procédés habituels, Ce faisant, il convient pour chaque cas coneret de se servir de la méthode qui conduit le plus aisément possible au résultat voulu. Par exemple, il est recommandé de déterminer les fléches et les angles de rotation des sections des poutres hyperstatiques supportant une charge 154 Resistance des matériaue complexe daprés equation de la R4=Tqa/8 , Rg =11qa/8 Maintenant, pour 1 i Pour in déserminat des déplacements demands L*équation de la ligne élastique est 3 2 Elev =Ry* vost - PM Ml oy ltt 1 6 Pat differentiation de cee équation, nous trouvor les ations ds section dele pn ms equation pour 2 #19 =R,* x 1,8 Ra ~ Max~q Systémes hyperstaiques - 155 Le caleul des grandeurs inconnues v¢ et 9¢ A partir de ces quations donne 5 gat Bheve= El,v|yn3a = (5/2404 > ve E8¢ 1 S|enu=-(UMio? > 0 FEL. Pour Ia vérification de I'équation de la ligne élastique, nous déterminons le déplacement dela section B : Elzyg =El,¥|yanq=0- En effet, la section B est au droit de Vappui et le déplacement de cette section est égal a zero, M [ei nous avons Ja méme situation que dans Ie probléme précédent la poutre proposée est hyperstatique (‘ordre d’hyperstaticité est égal a deux), et nous avons déja calculé les réactions dans la section encastrée B (voir le probléme 11.8) : Détemminer le déplacement verial et Is rotation de la section C Ry =27qa/l6 , Mg =7ga?/48. Les réactions dans la section encastrée A sont déterminées & partir des équations statiques : 23qa 148, Ry =25gal16 , M, Maintenant, pour le calcul des déplacements, nous pouvons utiliser deux variantes de la poutre isostatique pour lesquelles la charge appliquée est la charge donnée. 156 Résistance des matériaux , my | Me fee go ae 2 T. * i 7 I: Determination des déplacements et 9c aide de Iéquatio de la ligne élastique, En utilisant Ia premigre variante de ‘Bauche), nous écrivons tes équations |a poutre isostatique (figure ‘tation sous la forme suivante + eta ligne élstique ef de 3 2 Fle =— Ry + My =| Buse Baes =U ABe4 oven a FIS¢=EL,9)._, =(13/96)ga3 = 8e=134a /96ET, i Sens da déplacement ¥e (née est oppose a cet ae ‘axe. mn de la section C (positit) est opposé a celui deg 2. Détermination des. dep lacements ve ot Be intégrales de Maxwell-Mohr. Systémes hyperstatigues - 157 je l'action és snts fléchissants M, dé Le diagramme résultant des momet ; eas de la charge donnée est construit en utilisant eee Paes 118 avee application du prineipe de superposi eter des diagrammes 47) et 14) est obtenu par voie of action de Moments féchissants, provogués par lati In charge donnée, dpe Teton de nt inn vo Ine ita pigs atom © Faction da Moments fichissants, provomués par Y ion O. ‘moment unitaire(appliguée ala set w@ U0, vantes : Les relations pour déterminer ve et 9¢ sont les sui ae Elve =| Mai 0 jam ae f "opérent en utilisant 1a méthode Les caleuls des intSgrales de Mohr sopérent en utilisant de muhiplication des diagrammes 2 Iga? 1 24a? 8 158 Résistance des matétiaux ‘Systémes hyperstatiques - 159 Determiner te- déplacement horizontal du point 4 (du point dapplication dela foxce gauche P). En utilisant la solution du probléme 11.11, nous avons En utilisant ta. solution du Probléme 11.4, nous. avons MN " M M Suid : = ° - re : Bp Syste ssa : yt roigue de base Ici nous avons une situation semblable au probléme précédent : pour la détermination du déplacement horizontal 54°" du point 4 application de la force gauche P il est nécessaire de construire le diagramme des moments fléchissants pour le systéme isostatique de base sous Vaction de la force horizontale unitaire, appliquée dans le point considéré 4 Systéme Squivatent Par multiplication des diagrammes des moments fléchissants M, et 77, nous obtenons le déplacement cherché du We” A point A => ator rrp 7881 Il est évident que pour obtenir la solution de ce probleme, on peut employer directement le principe de minimisation de 'énergie potentielle de déformation élastique, puisque la force P est appliquée au point 4. En effet, 160 - Résistance des matériaux Systémes hyperstatigues - 161 [. J ae a2 A : 2BLU= | (PIP Ades f(oPa/t3) a+ f(3P0/13)- Pala, a a 0 ‘ot! nous obtenons le méme résultat : P 2 f L. a en tena ” ou _17Pa8 Satie equivalent 21,5 = 261, 7 oP 39) grammes & our les états "P ” et i -s des moments fléchissants p conta ‘pour les fibres comprimeées ont la forme suivante : Determiner le déplacement 1 1 1 a Pe | eéciproque des points dsposss PSY alata a, | surPaxe horizontal de syne te EL contour ferme vo mp i (P) En utilisant le procédé de multiplication des diagrammes a") et (0. nous obtenons (au multiplicateur 1/ £7, prés). tte d'hypersatcité du contour fermé est égal a trois, mais il Dosti des axes de symévie et est chargé symeétriquement (von fe * nous déterminons les inconnues 2 Pad Pe 5 ag am Aaya g Maintenant nous avons la. possibilité ir ie examiner Mune partie du systéme qui est 4 7 ‘Mmontrée dans le dessin. ‘Compte tenu du caractére symétrique de Jn charge, nous avons X= Fnsuite, Vanalyse des conditions d’équilibre d'une des moitiés donne "équation canonique, Introduisant les coefficients Ayp et 81, dans I’équation canonig ‘nous aurons: 2a-Xy=-PaP/8 = => Xi =—Pall6 Le diagramme des moments Ay=P ree 2" échissants dans Te systime de : base est constuit en conformité ‘Le moment inconnu surabondantX; se déermine a partir Méquaton | canonique : vee Ie principe d’indépendance des effets des forces = M+ Pour déterminer Ie déplacement réiproque des points 4 disposés sur Vane horizontal de syméti dy contour feré, nous appiquons en ces points dans le systéme isostatique de base, des forces hori = Ap lay, PR PR xy Les ‘coefficients Ayp et 51, de Méquation canonique sont I o —_—_ atin! a C’est pourquoi, nous avons la premigre équation qui demeure inchangé, mas a seconde deviendra ‘Syste équivalent Diagramme des moments Agchssants de la charge dounge Mj-2a+2M3(2a++3a)- Pa-da= £ 9) ‘Apres transformations nous obtenons la méme équation obtenue prSeédemment 2M, +10M) =—Pa/3. CCaleuler la valeurde la charge admissible appliqué & pote (I soction droite et cen double TW; ~39,7 on) L’ordre @hyperstaticité de la poutre est égal a quatre. La poutre a deux sections encastrées aux cdtés gauche et droit. Le systéme équivalent et le diagramme des moments fIéchissants de ta ‘charge donnée ont la forme 168 - Résistance des matériaux ais 1s equations des trois moments pour cate poutre sont Ma-a+2M3.2a+My-a My-a+2My-a=0 ‘Les solutions de ce systéme d’équations sont: Systéme équivalent Dingramme es omens lchisants pour charge donnée PPoutres continues & appuis multiples ~169 In travée gauche générée par les moments Mj. et M; et le toisiéme terme est la réaction sur le tiéme appui de la travée droite générée par Tes moments Mjy1 et M; Quand on calcule la réaction de Tencastrement, on ne tient pas compte de la travée fictive. Quand on calcule la réaction de Pappui préeédant Ia console chargée, on incut dans la quanti R? Ia résulante de toutes les forces extérieuresagissant sur la console. Pour ce probléme nous avons Ry =ga+(1/360a)(—47+41-14+41)qa? =127ga/ 120, Ry =(qa/2)+(1/360a)(~41+14+7+14)qa? = 2944/60, Ry =(1/360a)(~14-7)qa? =~74a/120 En faisant la somme des projections de toutes les réactions sur I'axe vertical, nous avons, DY HR, + Ry +Ry + Ry —P- gas Ce résultat confirme la justesse des calculs. Te diagramme complet des moments fléhissants (en unités ga?) est construit par la méthode de superposition : Ry is R Diagn es mens | ‘ena “Ses Diagate de ween ‘ans or aust ota vale Jen |_| : ae Diagramme complet des ‘moments Méshissants ments fléchissants nous ion de résistance s'exprime 927-10 m3, on trouve donc te charge ‘admissible avec la relation suivante: q=W[o\/0131a2 =1213kNim 9a=2426kN . Données: | Calculer a valeur dela amt. | charge admissinie tion en double, apptiquée ala prame {1160 MP. | Un 8i7emh, State Phyperstaticité de ta poute d Si le couple concentré murmédiaire de la poutre continue, i moment M de ‘moment du couple peut étre rap travée droite ou simultanément aux travees c rapporter le © pout a, +2 charge appliguée dans la tree Le jorté a la travée gauche ou a la ées gauche et droite en le dé IS¢ arbitrairement, “mpl Dans le probleme proposé, ons avons apport es deux moments ala travée ‘Moyenne, pee " 4 ‘Systime équivatent Diagramme des Aéchssans de ta charge donnée Les équations des ‘fois moments pour cette poutre sont: 2M, -a+ My. Poutres continues & appuis multiples = 171 M,-a+2.Mp-2a+ My-a=(6/a)(M-a-a/2)=-3Ma , My-a+2Ms-2a+ My-a= —3Ma, My-a+2My-a=0 . La résolution des équations obtenues donne : My=My=MI3,— My= My=-2M/3 Le calcul des réactions exereées sur les appuis (voir le probleme 13.3) conduit aux résultats suivants Ry =(M/3a)(-2-1)=-Mia , Ry =(M/3a)(I4+2-242)= Mia , Ry=(M/3a)(-2424142)= Mla, Ry =(M/3a\-2-1)=-M/a En prenant la somme des projections de toutes les réactions sur I'axe vertical, nous avons : DY =Ry +Ry +Rz+Ry=0 "*[edayome some des moments Réchissuts M; 5 pseu sous la forme suivante Diagramme complet des ‘moments schists On peut voir que (Mz )mux =2M/3, et la condition de résistance rnd la forme den slo] > (2M 13) /W, <[o] 172 - Résistance des matériaux Pour une section en double T, nous avons W, =81,7-10m? et le ‘moment admissible est égal i; M=3W[o/2=196kN-m - 14. CALCUL des ENVELOPPES a PAROIS MINCES Définitions principales et hypotheses de départ de la théorie de ‘membranes pour les enveloppes. Conditions d'équilibre de Venveloppe. Léquation de Laplace : Sm Ste Pm Pe 8 eee... et cirsonférentielle ; by et p, sont les rayons de courbure méridien et| cieonférentiel ; 3 est Pépaisseur de la paroi de enveloppe. La Pelagn {0° 4 Teton du gaz eu du iguide est determing para relation P=Poty: , O8 Po st la pression du gaz au-dessus de a surface du liquide ; y est Ir Poids spéciique du liquide ; = est la distance de Ia surface du liquide & la section de Venveloppe. Conaitions d'équitibre d'une partie de Venveloppe : Om -2nr-B-c058=P, Li\ ou Pest ia résultante des forces Te Ne, eMicures appliques sur la nani se om Venveloppe examinée. Résistance des enveloppes & parois minces, 1s fontaintes normales 20, <0; 20. sont es contrintes Principales; I'éat de contrantes est biaxial (plan). Caleul des enveloppes & parois minces - 173, CCaleuler'gpaisseu de la pari de Fenveloppe selon Ia condition de résistance (utiliser TnI tori), en ne tenant pas compte du poids du réservoir. [o}~ 100 MPa. 2 rede ta oft ease a bln pis pope Venveloppe est négligeable. C'est pourguo, 1c an ps Ge tat Lvs yo ers cour it V'enveloppe dans les parties sphérique, cyl iq ox expat on congue rique. i ae La condition d’équilibre de la partie sphérique de lenveloppe coupée s*éerit 2 (C210 -B)sinp= Pom? « we !équation : En sachant que = Rsing , nous obtenons la solution d*équat m= Pah! « os aa Por in tin li tin Laplace aver p= py =f en ale time ptm de Lapl > = Par On: Nows oben: r= Po l25 « Partie eylindrique. La condition &qulibre de la partie coupée et examinge de Menveloppe a la forme: 2 om yy 2RR-5= py, Pe od nous avons : 6 = PoR!28 174- Résistance des matériaux De I’équation de Laplace avec py = on, sate m=, P,=R nous trouvons Partie conique, La condition cxaminge de Penloneee ning Pate loppe a la forme = (m2a78)cosca= 7? py En sachant que twa (052 (Gyp)pae =OMOSYH7 IS 5 ~ pour la contrainte circonférentielle o do, (de =0561y(H-22)/5=0 => > F=HI2Z > (Cy)guy =O H216 Les diagrammes des contraintes Gp, et o, (en unités de yH?/8) sont montrés dans le dessin. La section la plus dangereuse est la section dans la partie inférieure du réservoir pour 2 = H/2. L'état de contraintes dans la section dangereuse est biaxial = 01 =0147 H? /8, 7 =0,0934y H? /8, 03 =0. En conformité de la troisiéme théorie de résistance, nous avons oll <0, -05 =014y 47/8 [6] - La determination du niveau H du liquide méne au résultat suivant: H=10,1m. Le résulat indique que lorsque le réservoir est plein, son taux de travail est inférieur sa résistance. Comparer la nistanoo de dee eservoirs eyindriques emis eliguideet se distinguant par Nous déterminons les contraintes oy, et c, dans chaque réservoir. Reservoir de gauche. 178 - Résistance des matériaux En considérant la section au niveau ¢ (OSz/) a partir du fond du réservoir, on Prend en compte la partic infricure & cone Section, L'équation déqulibre de cette partie du réservoir a la forme Sm 2AR5=paR+G , of p=y(h~z)est la pression by G=nR?2y est le réservoir, 'ydrostatique pour le niveau donng Poids du liquide dans ta partie examinge du ‘a solution de "équation 4’ équitibre pa rapport de © donne Om =YARIB a contrainte citcontérentielle g, Laplace, en sachant que py =20, p, We 6, = rR z)/3. est déterminge par Méquation de =R et p=1(h~2). Nous avons Réservoir de droite, Nous prenons ici la méme section au niveau = a partir du fond du réservoin, aie 7H om prend en compte ta partie supérieure L'équation d’équilibre donne : Om2nRS = pak? G ob p=1(h~2), mais G=aR2(h ~2)Y- De Méquation d°équilibre ous avons : Om = 1a conttainte cizcontérentielle o, Laplace : se détermine par Péquation de Calcul des enveloppes parois minces - 179 6, =yR(h—2)/3 Comparaison des résistance des réservoirs. les sections au ions plus dangereuses sont Dans les deux eas les sections pl rose sont les fond du réservoir (= =0), oi les contraintes ont les valeut Contrainte é ues avec Ia (On peut wor que les sonmines Suiatenes obtems avec la tose théore de séstance sont Egle pur Is deux effet, by = 91-53 =YAR/B et les réservoirs ont donc une résistance égale. 15, FLAMBEMENT des BARRES COMPRIMEES Equilibre élastique, stable et instable. PcPxy PaPy Formute d’Euler. ” Poy = Elryin oe even seecenety 7 Me? wet eas yeog Peg = 37 Ehgin Mt)? ~ lt formule généralisée d'Euter, Elance acd. pment du poteas . Sénéralisée d’Enters "Condition application de la formute =1a.con inte critique Ser Pe IS=PEN2 , ot =1linin et Vélancement nia Cain = Lyin 1S) inn ~Fmin /S) est te poteau ; ae (Mexibilit) du poteau de la barre de siation de a section dite a condition dapplicat “tion de Ia formule dE uler et élancement lis nt Limite Sar Si (81 Primm St ’Elancement limite # Ope est la limite de proportionnalté Caleut de flambe Proportionnatiés ™" 4% barres comprimées sous ta limite de + formutes expérimentales (er abi. est a relation linéaire de F, Yassinek = Yassinski, Ser =a dated? - ‘elation parabolique pour une fonte, -Flambement des barrescomprimées - 181 Les valeurs des paramétres a,b et ¢ sont données dans des tableaux du coefficient de réduction de la contrainte admissible sdinale) : -caleul a 1 ‘© (du coefficient de réduction du a la flexion longi FP]=e[o]eonpe5 + ot [oleaape est contrainte admissible de compression. La valeur oleleonpe=[e] aa €st la contrainte admissible de fambement Les valeurs du coefficient_g sont présentées dans des tableau Dre Ie (ty caer eal «| BS) oe foe etige e : [4 ) A3em. | conteainte ertique pour Déterminons le taux d’élancement limite au-dessous duquel on n'est plus autorisé a se servir de la formule d’Euler, Pour l'acier utilisé: Daim = EYE! Spr = 91 Pour la barre étudiée nous avons : Tnin =1B°/12=8,6-10-m4 S=bh=2,1-104m? , inin= VToin 15 =V0? /12=2,02.103m Pour le mode de liaisons des extrémités de la barre }1= élancement de cette barre est Le taux D=BM ign 210 uisque 2> jms la foree critique peut étre calculée par la formule généralisée d’Euler Pug = Elgin (41)? =4,24-10-4 MN =424N 182 - Resistance des matériaux La contrainte critique est done CCaleuer a valeur de fa force eritque ete contrainte ertique pour tne bare cylindriaue en dle la formule empiri ique doit étre calcutée a 1 towns das Ie bls a Gap POUT id nue caleuler: les a=464MPa, 5=3, a ous leuler .62MPa. On peut done ‘Scr =283MPa . ‘a valeur de ta fore critique est égale Fer = Gey S=1,42 MPa Déterminer ls force samisible a Taide da coeticient @ (le barre sen aie dinar), Flambement des bares comprimées ~ 183 Le taux d’élancement de la barre est : R=wlli=678 En conformité avec la table du coefficient de réduction de la contrainte admissible de flambement @ (ou coefficient de flambement) ‘pour acier ordinaire (la table est présentée partiellement) nous avons : x 2 Pour la barre étudige : 0 [086 70__[ 0s 2=678 = 9= 082. La force de compression admissible est déterminée par la relation : [P}-oleleompsS FFinalement, nous avons : Déteminer la dimension écenaire del cotion dite carrée (axa) dela bare en (leompe “20 MPa | ois isa Dans e probleme dom, la conition de stabitté [P]= 9 fo]eonprS west pas définie puisque l'on ne connait pas tes dimensions de la section (c'estaidire, Faire 5). On ne peut pas determiner le taux d'élancement 2 de la barre et, par conséquent, le coefficient de flambement 9. Le choix de la section doit se faire par la méthode « essais-erreurs » Déterminons les dimensions de la section droite de la barre par calcul ‘en compression simple (Sleome = 40 = YP TSTo on En prenant quelques valeurs de a> ap , nous caleulons I’lancement h=phl12/a? =693/a (4=2), le coefficient de flambement (en Prag 16-102 m 184 - Resistance des matériaux admissible [P]= dans le tableau : ier pour quelle de température AT In barre en acier ondinaire devient instble, p=. eA => (Ag)r +(Ag)— = Sachant que (4, i shoe ADT TMA Aron termination de la force R=ESaATI~a)/1 Vélévation de tonpéa ie Rous avons I"équation ee le compression R mes La condition de Vinstabilité de ta barre s*écrit Ree= R=ESasT1—4)/1 lambement des bartes comprimées ct sett la détermination de ’élévation de température AT . L’élancement limite détermine 1a condition d°application de ta formule d’Euler. Pour les aciers ordinaires, il prend la valeur suivante ji 100 Lélancement de la barre est obtenu par la formule connue : aaplliswSTT , oa VS/7 =8/ DVS. Le paramétre de réduction de longueur est pris comme égal & 0,5. Aprés suppression du jeu, le schéma de chargement cst équivalent a celui gi: +———_- Finalement, nous obtenons %=107,1 et %>Ajim*100. C'est pourquoi, pour le calcul de la force critique, on peut utiliser la formule Euler, ‘Ainsi la condition d'instabilité de la barre sera rE]! (wl)? = ES(aATI-A)I °oit on peut tirer la valeur de I'élévation de température AT ara\a/)+s(/sui fo=751° . Dsterminer pour quelle éléation de température AT, des bares 1-1 te syste dovint instal (este diaméte des bares ; le atria est de acer ordinate). Le systéme articulé proposé est hyperstatique (voir le probléme 3.5) ordre d’hyperstaticité du systéme égale a I'unité 186 - Resistance des matériaux Léquation de la compatibilité des déplacements S‘écrit en ‘considérant le schéma de déformation suivant: La At=Ah , 4B=ah GN, an ay-osso = Aly =(8/2)4y 2 roagluation de I statiques'abtent partir du schema des forces ui correspond au schéma de déformation : m Mf LY=0 = 2; =2N5 00830" , arn Ni =(s8/2)09 12s Equations des déplacements des barres du sysme en fonction des efforts inconnus donnent Ma =aaTia-Nia Al ies "Nous considérons que les longueurs de barres sont éeales.d a, résolution simultanée de ces équationsabtenues denne M=30A7 28/7, Ny =2V50ar.E5/7 Je, Constant que les dimensions géométriques des bares 1 et sont Seales mois que M;