Vous êtes sur la page 1sur 8
temps des colonies 3 < A partir des débris d’un premier empire d'outre-mer constitué sous |'Ancien Régime, la France n'a cessé de s’étendre, aprés 1815, en Afrique, en Asie et dans le Pacifique. Une succession d’engrenages qui jusqu'en 1870, ne fut cependant gui- dée par aucun grand dessein colonial. PAR PHILIPPE CONRAD ‘A FRANCE AVAIT PARTICIPE, AU XVI SIECLE, A la grande aventure de ouverture du monde par les Européens, mais les voyages d'un Ver~ razzano, d'un Jacques Cartier ou des marins idieppois ne lui avaient pas permis de rivaliser avec les puissances ibériques, et les tentatives effec- tuées en Floride ou au Brésil sétaient conclues sur des échecs. Le xvi sitcle avait wu, en revanche, Pins- tallation au Canada d'une colonic de peuplement, omplesce parla mainmise sur la valle dt Misi sippi et la Louisiane alors que la Martinique, la Gua~ deloupe et les Mascareignes fournissaient, désor- Aux origines de «la plus grande France» mais, le sucte et les épices. De plus, la fondation de Pondichéry par Francois Martin ouvrait des pers pectives encourageantes pour la présence frangaise en Inde. Les efforts ainsi consents furent ruinés au sitcle suivant, qui vit la France contrainte d’abandonner le Canada ct la Louisiane et de renoncer 3 ses ambi- tions indiennes. A laveillede la Révolution, et ral- ré la prospérité des isles & suere » des Antilles ~ font Saint Domingue, quite en 1697 lor de a paix de Ryswik, est alors la « perle »- les colonies sont, si 'on excepte Vactivité des grands ports de T'Adantique, entichis par le trafic triangulaite, de peude profit pourla métropole : rapportanc 7 mil: Tions de livres au Tréson elles lui cotitent 17 mil- lions. La Révolution et f Empire ne font que conti. mer le désintérér pour Voutre-mer. Labolition de Vesclavage, suivie de la décision de le rtablir, 'ac- és A l'indépendance de Saint-Domingue ct l'im- possibilité de faire face aux Anglais, Pocgan, font que la France se voit privée, dés 1810, de toutes ses possessions coloniales. Déaite ct iso- Iée, épuisée par vingt-tois années de guerresrévo. lutionnaires et napoléoniennes, elle o'a d’autre choix, en 1815, qued’effectucr « addition dépaves» quévoque amérement un contemporain. La Mar tinique et la Guadeloupe, de nouveau occupées par Algerie ~ 1830 La Bataille de Sidi Ferruch (14 juin 1830) ~ huile sur toile, dlaprés Jean-Charles Langlois, x1x’ siecle, chateau de Versailles. Cet la, a trente kilometres, a Touest d’Alger, que débarquerent les premiers éléments du corps expéditionnaire francais ‘commandé par le général de Bourmont. lis ne trouvérent sur place qu'un petit détachement d'une batterie cétiere, qui fut vite débordé (scone du tableau). Bombardée les 1~ et 3 juillet, ‘Alger capitula le 5 juillet, et le dey Hussein embarqua avec sa famille pour Napi Destinée a rehausser le prestige des Bourbons, 'expédition dAlger ne comportait, 1e, aucun plan de conquéte en profondeur. A partir do 1835, la monarchie de Juillet sly laissa peu a peu entrainer, non sans hésitation, et sans vision précise. Jes Anglais & la favcur des Gent-Joury sont toute- fois récupérées en 1816, tout commele minuscule archipel de Saint-Pierre-et Miquelon, peuplé de seule 100 ines cies ue catat a park Bees, Sur lector d Abe Ieeeetean tion au Sénégal intervient apres le drame du nau- frage dela Méduse, alors que, dans Pocéan Indien, Ja France retrouve lancienne ile Bourbon, devenuc La Réunion, mais doit abandonner aux Anglais, intéressés pat la rade de Port-Louis, Pile de France, rcbaptisée ile Maurice, duu nom de son découvreur hollandais. Sion ajoute Pile de Sainte-Marie, située 3 proxi- mité des cdtes de Madagascan ct les « cing comp- toirs de I'Inde » ~ Pondichéry. Yanaon, Chander- nagor, Karikal et Mahé ~, on constate que Te empire » colonial frangais de 1815 ~7 000 kilo- étrescarrés peuplés d'un million habitants, dont 100000 dorigine métropolitaine — ne pése pas dourd fave & cous Que coma Slt es Beane ‘OUT va changer & partic de 1830. L'expédition d’Alger engagée parle gouvemement du ducde Polignac marque, en effer, le débutd un engrenage il avait nullement prévu. Obéissanc au dessein fejuguler la piraterie barbaresque en Méditerranée cc celui de rehausscr le prestige des Bourbons, cette expédition fur décidée la suite d'une série 'inci- dents liés 4 des créances impayées parle gouverne- ment frangais la régence d’Alger depuis I