Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 5

FONCTIONS CIRCULAIRES
RECIPROQUES

5.1 Fonction Arcsinus


5.1.1 Définition
π π
La fonction sinus est continue et strictement croissante sur [− , ] qu’elle applique bijective-
2 2
ment sur [−1, 1]. Elle admet donc une bijection réciproque définie sur [−1, 1], appelée Arcsinus
et notée Arcsin.
π π
y = Arcsin x ⇐⇒ x = sin y et y ∈ [− , ]
2 2
π π
Arcsin x est donc l’arc (en radians) de [− , ] dont le sinus est x.
2 2
Remarque : On a : ∀x ∈ [−1, 1], sin(Arcsin x) = x mais on n’a pas toujours Arcsin (sin y) = y.
π π
Ce n’est vrai que si y ∈ [− , ]. Par exemple, Arcsin (sin π) = 0.
2 2

5.1.2 Propriétés
Les propriétés suivantes se déduisent de celles de la fonction sinus (à l’aide des résultats sur les
fonctions réciproques) : Arcsinus est définie continue et strictement croissante sur [−1, 1]. Cette
1
fonction est de plus impaire et dérivable sur ] − 1, 1[ : ∀x ∈] − 1, 1[, Arcsin  (x) = √ .
1 − x2
Démonstration :
• Parité : [−1, 1] est bien symétrique par rapport à 0 et pour y = Arcsin x, on a x = sin y
π π π π
avec y ∈ [− , ] donc −x = −sin y = sin(−y) avec −y ∈ [− , ] et donc
2 2 2 2
−y = Arcsin (−x) soit Arcsin (−x) = −Arcsin (x).
• Dérivabilité : On utilise le théorème de dérivation des fonctions réciproques.
dy 1 1 π π
Si y = Arcsin x, on a : = = car y ∈] − , [ et donc cos y > 0. Et
dx cos y 1 − sin2 y 2 2
dy 1
sin y = sin(Arcsin x) = x donc =√ .
dx 1 − x2

5.1.3 Représentation
Elle se déduit de celle de sinus par symétrie par rapport à la première bissectrice (dans un repère
orthonormé).

31
y = Arcsin x




O ı

5.2 Fonction Arccosinus


5.2.1 Définition
La fonction cosinus est continue et strictement décroissante sur [0, π] qu’elle applique bijective-
ment sur [−1, 1]. Elle admet donc une bijection réciproque définie sur [−1, 1], appelée Arccosinus
et notée Arccos.

y = Arccos x ⇐⇒ x = cos y et y ∈ [0, π]

Arccos x est donc l’arc (en radians) de [0, π] dont le cosinus est x.
Remarque : On a : ∀x ∈ [−1, 1], cos(Arccos x) = x mais on n’a pas toujours
Arccos (cos y) = y. Ce n’est vrai que si y ∈ [0, π]. Par exemple, Arccos (cos 2π) = 0.

5.2.2 Propriétés
Les propriétés suivantes se déduisent de celles de la fonction cosinus : Arccosinus est définie,
continue et strictement décroissante sur [−1, 1]. Cette fonction est dérivable sur ] − 1, 1[ et
−1
∀x ∈] − 1, 1[, Arccos  (x) = √ .
1 − x2
De plus, pour tout x de [−1, 1], on a : Arccos (−x) + Arccos (x) = π. Sa courbe représentative
π
admet donc le point de coordonnées (0, ) comme centre de symétrie.
2
Démonstration :
dy −1 −1
• Dérivabilité : Si y = Arccos x alors on a = = √ car y ∈]0, π[ et donc
dx sin y 1 − cos2 y
dy −1
sin y > 0. Et cos(Arccos x) = x donc =√ .
dx 1 − x2
• Symétrie : [−1, 1] est bien symétrique par rapport à 0 et pour y = Arccos x, x = cos y avec
y ∈ [0, π] donc −x = −cos y = cos(π − y) avec π − y ∈ [0, π] et donc π − y = Arccos (−x)
soit Arccos (−x) = π − Arccos (x).

32
5.2.3 Représentation
Elle se déduit de celle de cosinus par symétrie par rapport à la première bissectrice (dans un
repère orthonormé).
y = Arccos x
π

π
2




O ı

5.3 Fonction Arctangente


5.3.1 Définition
π π
La fonction tangente est continue et strictement croissante sur ] − , [ qu’elle applique bijec-
2 2
tivement sur R. Elle admet donc une bijection réciproque définie sur R , appelée Arctangente
et notée Arctan.
π π
y = Arctan x ⇐⇒ x = tan y et y ∈] − , [
2 2
π π
Arctan x est donc l’arc (en radians) de ] − , [ dont la tangente est x.
2 2
Remarque : On a : ∀x ∈ R, tan(Arctan x) = x mais on n’a pas toujours Arctan (tan y) = y.
π π
Ce n’est vrai que si y ∈] − , [. Par exemple, Arctan (tan 2π) = 0.
2 2

5.3.2 Propriétés
Les propriétés suivantes se déduisent de celles de la fonction tangente : Arctangente est définie,
continue et strictement croissante sur R.
1
Cette fonction est de plus impaire et dérivable sur R : ∀x ∈ R, Arctan  (x) = .
1 + x2
Démonstration :

• Parité : R est bien symétrique par rapport à 0 et pour y = Arctan x, on a x = tan y avec
π π π π
y ∈] − , [ donc −x = −tan y = tan(−y) avec −y ∈] − , [ et donc
2 2 2 2
−y = Arctan (−x) soit Arctan (−x) = −Arctan (x).

• Dérivabilité On utilise le théorème de dérivation des fonctions réciproques.


dy 1 1 1
Si y = Arctan x, on a = 
= 2
= .
dx tan y 1 + tan y 1 + x2

33
5.3.3 Représentation
Elle se déduit de celle de tangente par symétrie par rapport à la première bissectrice (dans un
repère orthonormé).
y = Arctan x

π
y= 2



Oı

y = − π2

5.4 Quelques formules


Théorème 1
π
∀x ∈ [−1, 1], Arcsin x + Arccos x =
2
π π
Démonstration : Soient x ∈ [−1, 1] et y = Arcsin x. Alors x = sin y avec y ∈ [− , ] donc
2 2
π π π
x = cos( − y) avec − y ∈ [0, π] et donc par définition − y = Arccos x.
2 2 2
Théorème 2
1 π
∀x ∈]0, +∞[, Arctan x + Arctan( ) =
x 2
1 π
∀x ∈] − ∞, 0[, Arctan x + Arctan ( ) = −
x 2
π
Démonstration : Soient x ∈]0, +∞[ et y = Arctan x. Alors x = tan y avec y ∈]0, [ et on a par
   2
1 1 π π π π 1
suite = = tan − y avec − y ∈]0, [ et donc − y = Arctan . La fonction
x tan y 2 2 2 2 x
Arctan étant impaire, le deuxième résultat en découle.

34