Vous êtes sur la page 1sur 17

Détroit

Du funk électronique à la

techno

Stan

Cet écrit et la musique dont il est le sujet me

semblent inséparables. Je vous invite donc à vous rendre sur la chaine Youtube PACE - Détroit Du

Funk Electronique à la Techno afin d’avoir un accès rapide aux références que propose cet écrit.

un accès rapide aux références que propose cet écrit. https://www.youtube.com/playlist?list=PL3hsuZBT

https://www.youtube.com/playlist?list=PL3hsuZBT

8bpTlbalXucJRnQ6SCa4I90Ml

Kevin Saunderson, Derrick May et Juan Atkins, fondateurs de la techno

Kevin Saunderson, Derrick May et Juan Atkins, fondateurs de la

techno

Préface

La musique et la musique électronique en particulier m’ont toujours fasciné. Le premier appareil électrique que j’ai appris

à utiliser seul est sans doute le lecteur CD de mes parents.

Jeune, j’ai été bercé par la musique électronique. Mes parents,

amateurs de New Wave britannique me faisaient écouter Depeche Mode ou New Order. J’ai grandi en écoutant Moby, Ratatat et comme une grande partie de ma génération j’ai été marqué par la French Touch des années 1990-2000 avec des artistes comme Stardust, Modjo, The Supermen Lovers ou bien sûr Daft Punk.

Modjo, The Supermen Lovers ou bien sûr Daft Punk. Music For The Masses Classics Homework Depeche
Modjo, The Supermen Lovers ou bien sûr Daft Punk. Music For The Masses Classics Homework Depeche
Modjo, The Supermen Lovers ou bien sûr Daft Punk. Music For The Masses Classics Homework Depeche

Music For The Masses

Classics

Homework

Depeche Mode

Ratatat

Daft Punk

1987

2006

1997

Adolescent,

je

joue

avec

des

amis

à trouver

la

meilleure

musique

ayant

le

moins

de

vues possible

sur

Youtube. Je

découvre

alors

la

grande

variété

qu’offre

la musique

électronique avec des artistes comme Roudoudou, Aphex Twin, Nicolas Jaar ou Kollectiv Turmstrasse. En 2008, je suis marqué

par le film Berlin Calling qui met en scène la vie nocturne

berlinoise dans les milieux techno. La bande originale du film

produite par l’allemand Paul Kalkbrenner connait un grand succès commercial en Allemagne et en Europe. Elle m’a donné un

premier

accès

à

la

musique

techno.

Space Is Only Noise Richard D. James Rebellion Der Nicolas Jaar Aphex Twin Traumer 2011
Space Is Only Noise Richard D. James Rebellion Der Nicolas Jaar Aphex Twin Traumer 2011
Space Is Only Noise Richard D. James Rebellion Der Nicolas Jaar Aphex Twin Traumer 2011

Space Is Only Noise

Richard D. James

Rebellion Der

Nicolas Jaar

Aphex Twin

Traumer

2011

1996

Kollektiv

 

Turmstrasse

2010

A l’âge de 19 ans, je réalise un tour d’Europe en train avec 3

amis. Nous visitons les grandes capitales européennes et nous

remarquons que la techno est présente dans chacune d’entre elles. C’est lors de ce voyage que j’ai réellement découvert la culture techno notamment dans les boites de nuit berlinoises. J’ai été frappé par le caractère brut, industriel et puissant de ce style notamment au Pratersauna, boite de nuit de Vienne, devant une performance du DJ allemand Len Faki.

Après ce voyage, j’ai découvert la richesse des différents

styles que propose la techno en m’orientant vers des sonorités plus minimaliste avec Basic Channel, Thomas Fehlmann ou Robag Wruhme et en remontant aux origines du genre avec la Techno de Détroit.

aux origines du genre avec la Techno de Détroit. L e n F a k i

Len Faki

genre avec la Techno de Détroit. L e n F a k i Radiance Gute Luft
genre avec la Techno de Détroit. L e n F a k i Radiance Gute Luft

Radiance

Gute Luft

Basic Channel

Thomas Fehlmann

1994

2010

Introduction

La techno s’est imposée en Europe depuis le début des années 2000 comme une culture de masse. Depuis, les boites de nuits de techno ne désemplissent pas et les DJ sont devenus de véritables hommes d’affaires enchainant leurs tournées en Europe et dans le monde. Certains pays comme l’Allemagne ou la

Croatie ont même développé un tourisme centré sur ce genre

musical en organisant soirées ou festivals dans des lieux

une musique

insolites. Souvent vue de l’extérieur comme

blanche, la techno ne s’est pas développée en Europe mais aux

Etats-Unis, au

Détroit

afro-américaine de

sein

de

la communauté des

à

partir

années

1980.

Quelles sont les causes du développement de la Techno ? Quels

ont été les impacts des événements historiques et économiques

de la ville de Detroit sur sa société et sur ses artistes ? Quelles ont été les faits marquants du développement de la Techno à Détroit ? Quel a été l’impact de la techno de Détroit sur le continent européen?

I) Détroit, ville industrielle en

déclin

Détroit est l’une des principales villes du Nord des Etats Unis. Elle connait un grand développement au XIXème siècle et au début du XXème siècle grâce à l’industrie automobile. Elle est même considérée comme la capitale de l’automobile et est surnommée Motor City en référence aux nombreuses usines que présente la

ville comme celle de Ford, Chrysler ou encore Packard.

Cependant, à partir de 1960, la ville est sur le déclin. Petit à petit les machines remplacent les ouvriers dans les usines. Le chômage augmente fortement et des tensions sociales et raciales apparaissent. Le 23 juillet 1967, les émeutes les plus sanglantes de l’histoire des Etats-Unis éclatent en plein Détroit causant 43 morts et 467 blessés.

43 morts e t 4 6 7 b l e s s é s . Emeutes

Emeutes de 1967 à Détroit

A

banlieues. En 15 ans, la population de Détroit passe de 70% de

blancs à 80% de noirs. Détroit est alors dévasté et a perdu 45%

vers les

la

suite

de

cet

épisode a

lieu

un

exode blanc

de ses emplois entre 1967 et 1982. Egalement, plus de la moitié

La population de

Détroit n’a aucun espoir en une vie meilleure et la ville est

des usines automobiles

quittent la ville.

associée avec la notion d’échec.

Ruines de l’usine de la Packard Motor Car Company C’est dans ce contexte que s’est

Ruines de l’usine de la Packard Motor Car Company

C’est dans ce contexte que s’est développée

Selon Derrick May, l’un des pères fondateurs de la techno

de Détroit, c’est l’imagination causée par le rêve de quitter Détroit qui a permis à ses artistes de développer

de nouveaux styles

quitter le manque d’opportunité qu’offre la ville de

est l’imagination du futur. Elle semble alors

normale que la techno, musique futuriste et porteuse d’espoir, se soit développée à Détroit dans ce contexte.

moyens de

la techno.

musicaux. Ainsi, l’un des

Détroit

II) Les Influences Musicales

Dans les années 1970, Détroit est une capitale musicale. L'une des plus grandes maisons de disque, la Motown y est installée depuis 1959 et y développe les plus grands titres de soul et de

ryhthm and blues si bien que la ville est surnommée Hitsville

USA. En attirant les plus grands artistes de l'époque tel que Marvin Gaye, Stevie Wonder ou Diana Ross, la maison de disque permet à Détroit le fleurissement d'un milieu artistique riche et principalement afro-américain.

Cependant, la Motown déménage à Los Angeles

en 1971 et laisse de nombreux artistes sans

grande carrière musicale. Le

Détroit est

très certainement lié à ce départ de la Motown. En effet, Détroit est à nouveau relié à la notion d’échec mais cette fois sur le plan artistique. La ville devient un

lieu où aucune évolution n’est possible.

C’est en cherchant à fuir cette perspective

que les artistes Afro-Américains de Détroit en sont venus à développer une musique

moyens

technologiques comme le synthétiseur et le séquenceur.

espoir de développement

de

la

Techno à

futuriste à partir des nouveaux

de la Techno à futuriste à partir des nouveaux Logo de la Motown George Clinton Leader

Logo de la Motown

Techno à futuriste à partir des nouveaux Logo de la Motown George Clinton Leader de Funkadelic

George Clinton Leader de Funkadelic

Les influences musicales sont nombreuses. Si

l’on devait en citer qu’une on choisirait

surement le Funk. En effet, on retrouve des mélodies et le groove du Funk dans les premiers titres Techno. Juan Atkins, pionnier de la Techno de Détroit, explique avoir été largement influencé par George Clinton et son groupe Funkadelic. Cependant, les groupes

européens de musique électronique comme

Kraftwerk ou Tangerine Dream ont profondément marqués les premiers artistes Techno. Si leurs morceaux ne sont pas particulièrement dansants, ils présentent pour la première fois une maitrise des nouveaux moyens technologiques mis au service de la musique

ainsi qu’une ambiance futuriste.

Ces morceaux européens passaient régulièrement dans l’émission radiophonique culte Midnight Funk Association de The Electrifying Mojo, DJ légendaire de Détroit. Ils ont donc

marqué toute la première génération d’artiste de Techno de

Détroit. Enfin, la House s’est développée parallèlement à la Techno à Chicago. La proximité de ces deux villes et de ces genres musicaux a donné lieu à de grands échanges et la Techno a ainsi été largement influencée par la House.

Techno a ainsi été largement influencée par la House. Maggot Brain Funkadelic 1971 Album phare des

Maggot Brain

Funkadelic

1971

Album phare des Funkadelic, Maggot Brain est peut être l’album symbolisant le mieux le Funk. Il contient l’émouvant morceau Maggot Brain ainsi que Hit It & Quit It ou Super Stupid qui comme les premiers titres Techno sont musicalement simples mais

terriblement efficaces.

sont musicalement simples mais terriblement efficaces. Cet album du groupe allemand ne comprend qu’une

Cet album du groupe allemand ne comprend qu’une seule chanson séparée en deux parties. La maitrise de nombreux types de séquenceurs et synthétiseurs comme le Moog ou le mellotron permet le développement d’une ambiance planante et futuriste. Rubycon

Tangerine Dream

1975

planante et futuriste. Rubycon Tangerine Dream 1975 Computerwelt Kraftwerk 1981 Dans cet album du groupe

Computerwelt

Kraftwerk

1981

Dans cet album du groupe originaire de

Dusseldorf, le monde des ordinateurs et plus

généralement celui du numérique est particulièrement présent. Pour la première fois pour ce groupe, les rythmes et les sonorités sont dansantes. Le DJ légendaire de Détroit The Electrifying Mojo avait l’habitude de jouer cet album dans son émission radiophonique Midnight Funk Association.

III) La Naissance de la Techno

Au début des années 1980, Détroit connait un renouveau culturel

et musical avec l’émergence des premiers artistes techno. Ils proviennent tous des milieux afro-américains.

L’un d’entre eux est Juan Atkins, né en 1962 à Détroit. Il est

ancien

combattant de la guerre du Vietnam. Ce dernier produit de la musique avant-gardiste, abstraite et futuriste. Atkins est

fasciné mais souhaite rendre cette musique plus accessible et

dansante. Ils produisent ensemble, sous le nom de Cybotron, leur première composition « Alleys Of Your Mind » sortie en 1981. On y retrouve les sonorités funk mais aussi celles de Kraftwerk qui seront la base de la techno quelques années plus tard.

passionné de funk. Il rencontre Richard

Davis,

un

tard . passionné de funk. Il rencontre Richard Davis, un Juan Atkins en 1985 Pochette du

Juan Atkins en 1985

de funk. Il rencontre Richard Davis, un Juan Atkins en 1985 Pochette du vinyle Alleys Of

Pochette du vinyle Alleys Of Your Mind

En 1982, le DJ local le plus populaire The Electrifying Mojo repère le duo lorsque sort leur nouveau titre « Cosmic Cars ». Cybotron jouit alors d’une grande popularité et sort un premier album en 1983 : Enter. Cette album structure le genre techno et reste une référence aujourd’hui. En effet, la nouvelle édition de cet album sortie 20 ans plus tard s’est même mieux vendue que la version originale. Ensuite, Cybotron produit « Clear » qui devient son titre phare ainsi que « Techno City ». Le groupe

puisqu’il se sépare en 1985. Juan

connait alors son apogée

Atkins décide alors de créer Metroplex, la première véritable maison de disque de techno. Il produit sous le pseudonyme Model 500 le titre « No OFU’s » dans lequel il critique le pouvoir américains qui, selon lui, retire au peuple son droit à l’imagination.

Il collabore ensuite avec Derrick May, né en 1963 également à

Détroit. Ils se sont connus à la fin des années 1970 à Belleville, petite ville en périphérie de Détroit où tout deux habitaient. Derrick May est lui aussi artiste et est marqué par le développement de la House à Chicago. En 1985, les deux amis se voient offrir une émission radiophonique qu’ils appellent Street Beat. Cette émission précède dans la

programmation l’émission musicale de référence Midnight Funk

Association de The Electrifying Mojo. Elle devient une vitrine pour les créations des deux artistes comme « String Of Life » produit en 1987 par Derrick May à partir de samples de l’Orchestre Symphonique de Détroit.

de samples de l’Orchestre Symphonique de Détroit. Derrick May en 1988 T h e E l

Derrick May en 1988

l’Orchestre Symphonique de Détroit. Derrick May en 1988 T h e E l e c t

The Electrifying Mojo

1988 T h e E l e c t r i f y i n g

Kevin Saunderson

Autre artiste du même courant, Kevin Saunderson est un proche

de May et Atkins. Il a également grandit à Belleville. Il

forme le groupe Inner City et sort l’album Big Fun en 1989. Celui-ci contient les morceaux Big Fun, Good Life, Ain’t Nobody Better et Do You Love What You Feel. Ces quatre morceaux ont chacun atteint la première place du classement Billboard Hot Dance Music. Inner City devient le premier groupe techno à avoir un grand succès commercial en vendant

près de 6 millions de disques et en s’imposant pour la

première fois en Europe.

Les « Belleville Three », comme sont souvent appelés Juan

Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson en référence à leur ville d’origine, ont fortement contribué au développement de la techno. Ils sont considérés comme les pères fondateurs du genre. Ils sont même parfois déifiés par la presse qui les surnomme « La Sainte Trinité » alors que Richard Davis, membre fondateur de Cybotron semble être tombé dans l’oubli.

IV) Une seconde génération d’artistes

Au début des années 1990, en partie grâce aux travaux des Belleville Three, Détroit est la capitale de la techno. Alors apparait une seconde génération d’artistes.

proche de

Derrick May, revient à Détroit en 1990 après

un séjour à Londres. Avec ses influences

européennes il s’impose comme l’un des

producteurs les plus innovants. Il crée avec Damon Booker la maison de disque Retroactive et sort en 1990 l’album Equinox qui présente les travaux de jeunes talents. Tout en étant fidèle aux Belleville Three, cet album présente de grandes nouveautés et semble même

redéfinir la techno de Détroit.

Tout d’abord,

Carl

Craig,

un

la techno de Détroit. Tout d’abord, Carl Craig, un C a r l C r a

Carl Craig

Parmi les artistes ayant participé au projet Equinox on trouve le collectif Underground Resistance ou UR (jeu de mot avec You

Are). Alors que certains artistes de techno profitent de leur

célébrité nouvelle, le collectif préfère se centrer sur la musique ainsi que sur la ville de Détroit et son état social. Les leaders sont Jeff Mills et Mike Banks surnommé Mad Mike. Ce

dernier cache toujours son visage d’un bandeau car selon lui c’est l’œuvre qui doit être mise en avant et non l’artiste. En limitant les interviews et en établissant une frontière opaque

entre l’intérieur et l’extérieur d’Underground Resistance, le

collectif développe un caractère mystique et accroit paradoxalement sa notoriété. Avec la lutte des classes et la réhabilitation des quartiers pauvres de Détroit, l’un des enjeux majeurs de UR est la défense de la communauté afro- américaine. Ils sont ainsi régulièrement comparés au groupe de hip-hop Public Enemy, très populaire notamment pour leur

engagement envers les afro-américains. En 1991, UR produit

Punisher qui critique violement le modèle américain ainsi que

le

pouvoir.

Mad Mike Au sein de ce collectif se développe des maisons de disque comme Los

Mad Mike

Au sein de ce collectif se développe des

maisons de disque comme Los Hermanos, Soul

City, Somewhere in Detroit ou encore Red Planet. La plus populaire est Red Planet créée en 1992 qui produit les morceaux d’un

artiste anonyme qui utilise le pseudonyme The Martian. En réalité, et même si cela n’a jamais été exprimé officiellement par souci de discrétion, c’est bien Mad Mike,

leader de UR au visage inconnu qui se cache

derrière The Martian. Les

Mars et

productions sont la conquête de

donc de façon imagée le futur et l’espoir

ces

thèmes

de

comme

dans

Sex

In

Zero

Gravity

ou

Sky

Painter

sorties

en

1993

et

1994.

L’autre leader du collectif, Jeff Mills développe parallèlement à UR sa propre maison de disque Axis Record fondée en 1992. Il y

produit ses titres phares comme Gamma Player ou The Bells mais

également Step To Enchantment ou Inner Self sous le pseudonyme de Millsart. Cette maison de disque est probablement la plus représentative de la techno de Détroit et ce notamment grâce aux collaborations entre Jeff Mills et Robert Hood, autre membre de UR. Le duo prend le nom de H&M et produit de nombreux morceaux comme Mutant Theory en 1992 ou Drama en 1993. En 1994, Robert Hood

produit au sein d’Axis Records l’album Minimal Nation. Hood adopte

ici un style plus minimaliste. Les titres Ride ou Station Rider E sont caractéristiques de la techno de Détroit. En ouverture du morceau Rhythm, Hood rend hommage au groupe japonais précurseur Yellow Magic Orchestra en incluant un sample vocal du titre Technopolis .L’album Minimal Nation présente une intemporalité remarquable. Il est en effet réédité en 2009 et connait un grand succès commercial.

Les différents artistes de techno de Détroit ont redonné de l’espoir aux habitants de la ville en faisant évoluer le rapport entre l’homme et la machine. En effet, si le développement des machines dans l’industrie a causé de nombreux licenciements parmi la classe ouvrière, la techno a été entièrement construite à partir d’ordinateurs, synthétiseurs et séquenceurs. Ainsi les

artistes ont pu reprendre le dessus sur les machines en créant

quelque chose de positif à partir de celles-ci.

Conclusion

Parallèlement à son développement, la techno de Détroit

s’exporte en Europe. Elle y connait une popularité bien

plus forte qu’aux Etats Unis. Elle convient parfaitement à la culture rave qui se développe au Royaume Uni et est donc souvent associée aux soirées illégales et à la drogue. La politique de Margaret Thatcher est très dure vis-à-vis des rave-parties. Le phénomène rave s’installe alors en France. La France puis l’Europe découvre ainsi la

techno. Ce mouvement joue un rôle particulier dans la

réunification de l’Allemagne en 1989. En effet, les jeunes de Berlin Est parvenaient à capter les chaines radio de l’Ouest avant la chute du mur et furent rapidement séduit par la techno. A la chute du mur, la techno est donc un premier point commun entre les jeunesses de l’Ouest et de l’Est et leurs permettra de tisser des premiers liens dans

les boites de nuit de Berlin Ouest comme le UFO.

D’ailleurs, aujourd’hui la plupart des boites de nuits de techno de Berlin se situent du coté Est illustrant ainsi l’intégration à l’Ouest de la jeunesse de l’Est par la techno.

En Europe, la techno affermit ses valeurs de tolérance et de rassemblement avec des évènements comme la Love Parade

organisée chaque année depuis 1989 et rassemblant jusqu’à

1,6 millions de personnes.

Aujourd’hui, les artistes de techno de Détroit sont déifiés en Europe et sont également reconnu par la communauté artistique classique. Par exemple, Jeff Mills a monté un projet avec l’Orchestre Philharmonique de Montpelier. Ils jouent ensemble les morceaux de techno de Jeff Mills en mêlant instrument classique et synthétiseur lors de concert. Egalement, Carl Craig a été invité par la Deutsche Grammophon, éditeur de musique classique de référence, avec le génie allemand de la techno minimaliste Moritz Von Oswald à retravailler sur le Boléro de Maurice Ravel ayant beaucoup influencé les artistes de musique électronique.

Bibliographie

Ouvrages :

BERK Michael, ESHUN Kodwo, MARCUS Tony, REIGHLEY Kurt, REYNOLDS Simon, RUBIN Mike, SHAPIRO Peter, SHARP Chris, TOOP David (2014). Modulations : Une Histoire de la Musique Électronique,

Éditions ALLIA, Paris, p.340.

PERNOT Olivier (2014). Electo 100, Le Mot et le Reste, Paris, p. 256

SICKO Dan (2010). Techno Rebels : The Renegades of Electronic Funk, Painted Turtle, Détroit, p. 176

Documentaire :

DELUZE Dominique (1996). Universal Techno, La Sept Arte et Les Films à Lou, 62 minutes.

LEE Iara (1998). Modulations: Cinema for the Ear, Paula Heredia, 73 minutes.