Vous êtes sur la page 1sur 25
LA KHOLLE Torture gratuite ou plus sûr moyen de réussite 2015- 2016 ALEXIS BLANCHET Encadrante

LA KHOLLE

Torture gratuite ou plus sûr moyen de réussite

LA KHOLLE Torture gratuite ou plus sûr moyen de réussite 2015- 2016 ALEXIS BLANCHET Encadrante :

2015- 2016

ALEXIS BLANCHET Encadrante : Nicole Caligaris

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

« Les examens sont des exercices de volonté. En cela, ils sont beaux et bons (…).L’épreuve de l’examen est utile et juste, et en dépit de faciles déclamations, celui qui ne l’a point surmontée n’en surmontera aucune autre »

Paul Valéry Variété III

2

La khôlle | Alexis Blanchet

Table des matières

Introduction

La khôlle | Alexis Blanchet

LE DEROULEMENT D’UNE KHOLLE

8

LE DEBUT DE LHORREUR

8

LE KHOLLEUR DIVERSIFIE SES INSTRUMENTS DE TORTURE

10

LE TRIBUNAL VOUS A RECONNU COUPABLE ET LA SENTENCE EST :

12

POURQUOI LA KHOLLE

14

REPETITION POUR LE JOUR-J

14

BOURRAGE DE CRANE SAVERANT UTILE

16

LA RELATION EXAMINATEUR-EXAMINE

18

LE MIROIR QUI VOUS AIDE A AVANCER

18

JE TAPPRENDS, TU MAPPRENDS, APPRENONS NOUS

20

4

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

Δ Pour bien commencer Δ

A u cours des années passées en classe préparatoire, un exercice omniprésent reste redouté des élèves : les

interrogations orales ou plus communément appelées khôlles. L’exercice n’est jamais complètement maîtrisé et les inquiétudes varient grandement en fonction de l’examinateur. Pourtant les élèves lui concèdent une

utilité et ne rechignent pas à la tâche.

Etant un ancien de Classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE), cet exercice m’est familier. Mais je suis désormais passé du côté sombre du bureau, tyran au stylo acéré et au regard bienveillant. Ce nouveau point de vue éclaire d’une lumière nouvelle un exercice que je croyais connaître. L’exercice devient plaisant, la maîtrise et la pratique sont transmises ; et voir conclure un élève face à un exercice non trivial procure une grande joie, plus encore que celle de trouver l’exercice lorsqu’on est élève.

Cette relation étrange qui lie l’élève et son examinateur du moment est unique : visant un objectif commun, sans pour autant le comprendre, ils apprennent beaucoup l’un de l’autre.

L’écrit qui suit vise à souligner, ô jeune préparationnaire, que la khôlle est là pour t’aider et que le khôlleur n’est pas là pour te piéger et te dévorer. Non, le sadique qui s’amuse à mettre des 5 et à lancer des craies quand on a le malheur de se tromper n’est pas là pour te crucifier. Certes, les pleurs et les grincements de dents seront nombreux ; certes, tu te feras sans doute virer de la salle si tu ne sais pas ton cours ; mais sache que le khôlleur ne veut que ton bonheur. Quant à ceux qui lisent cela pour se réjouir des épreuves de ces jeunes gens, sachez qu’ils en ressortiront grandis et que toujours ils en garderont des souvenirs. Ce petit livret est ainsi pour vous, jeunes élèves, mais aussi pour les anciens désirant revivre ces instants de durs combats, et pour tous les autres.

C’est justement ces souvenirs qui serviront de terreau à la présentation de l’exercice et à son analyse. Les élèves , tout autant que les examinateurs , sont les témoins à qui je donne voix pour exprimer leur impression sur cet exercice. Examinateurs, qui ont eux aussi été élèves, et se reconnaissent ainsi en ces jeunes taupes, décelant chez eux les réactions qu’ils ont eues lors de leurs propres khôlles, et ayant la possibilité d’en témoigner avec un certain recul. Et les élèves, plein de fougue, de préjugés, de premières impressions, réservoirs intarissables d’exemples.

Dès lors que l’écrit se fonde sur les souvenirs et impressions d’autres, il convient de les récupérer, les trier, les arranger, les présenter, les confronter. Tout d’abord, la partie intéressante résidant dans la spontanéité des élèves et khôlleurs, seul un travail de longue haleine et de tous les jours permettra de recueillir l’ensemble des citations, situations et commentaires que tous me confient, dans de banales discussions, sans pour autant savoir que leurs paroles apparaîtront telles quelles, sans retouche, dans toute leur spontanéité, dans mon écrit. Innombrables seront les propos passés sous silence, les citations oubliées sur une page ; mais l’essentiel marque, l’essentiel se passe de calepin et s’inscrit dans la mémoire, se rappelant à l’auteur lorsque vient le temps de rédiger. Pour le reste, le carnet rouge m’accompagnant toujours sera le gardien des confidences volées. Quand viendra l’heure du choix, les plus caricaturales, les plus comiques seront à l’honneur afin de présenter cet exercice sérieux sous un aspect ludique qui ne rebutera pas les futures générations de préparationnaires et rappellera aux anciens des situations pour le moins cocasses.

Ayant diverses connaissances khôllant avec moi, je pourrai ainsi m’appuyer sur leurs expériences en tant qu’examinateurs et anciens élèves pour décrypter et commenter les anecdotes relevées. Ces connaissances seront donc au courant de mon écrit et pourrons confier des anecdotes qui les ont marquées. Faisant un premier tri dans les citations, ils permettront de rendre l’écrit plus objectif.

Les élèves, quant à eux, ne seront pas au courant et ne répondront pas à des questions, mais vivront leurs Khôlles comme d’habitude, ce qui est la meilleure chose à faire afin d’avoir une observation « in vivo ». Il me sera ainsi possible de varier les façons de me comporter et d’en observer les conséquences sur les élèves. Au cours de l’année, je serais amené à leurs poser certaines questions banales afin de préciser leurs impressions -rien d’anormal, étant ancien élève, je peux les aider et leur donner des conseils- et cela permettra d’obtenir le point de vue de l’élève qui n’a jamais été khôlleur.

6

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet Figure 1-http://s1.e-monsite.com/2009/03/22/05/4550825pipi-jpg.jpg La classe préparatoire
La khôlle | Alexis Blanchet Figure 1-http://s1.e-monsite.com/2009/03/22/05/4550825pipi-jpg.jpg La classe préparatoire

Figure 1-http://s1.e-monsite.com/2009/03/22/05/4550825pipi-jpg.jpg

La classe préparatoire est une jungle affreuse, un bagne gigantesque et il se trouve que les élèves en sont les bagnards volontaires ; il s’agit donc de s’armer de courage et de motivation si l’on compte y entrer. Pour ceux qui regardent de loin, il est bon de prendre conscience de l’effort demandé et de compatir, tout du moins en apparence aux souffrances (futures ou passées) de ces jeunes élèves. Quand à toi, jeune taupin (ou futur taupin) sache que ce dépassement de tes limites te sera bénéfique.

que ce dépassement de tes limites te sera bénéfique. Une khôlle est un exercice bien particulier

Une khôlle est un exercice bien particulier qui possède un ensemble de règles et de traditions dont il faut prendre connaissance avant de débuter une quelconque explication des raisons de l’existence de cette torture gratuite.

Chaque semaine tu te retrouveras à attendre devant une porte avec deux autres victimes. Il est probable que vous aurez tous l’impression d’aller à l’abattoir et que le stress sera intense. « Pas de pression, pas de pression, PAS DE PRESSION ! » (Un élève de CPGE avant une khôlle, puisse-t-il reposer dorénavant en paix) .

Au moment d’entrer, l’esprit s’embrouille , le cerveau se débranche et un voile blanc recouvre toutes les connaissances acquises et révisées pendant des heures. Et puis apparaît le khôlleur, être mystérieux qui a pour rôle sympathique de torturer pendant une heure et qui semble en plus y prendre

torturer pendant une heure et qui semble en plus y prendre Figure

Figure 2-ttp://49.media.tumblr.com/97d07e36f64fb15f17bde35d1358f0d8/tumblr ndu826KyQG1u1m4ono1 500.gif

8

La khôlle | Alexis Blanchet

du plaisir. Assis dans la pénombre, on devine son regard et son sourire carnassier.

Et puis il se penche en avant en joignant les mains, prêt au combat, et son visage apparaît, démoniaque. Un regard de tueur, il te suit pendant que tu déposes tes affaires.

Gros bonnet, Patron, détenteur du pouvoir suprême, sage parmi les sages, le khôlleur a tout pouvoir et te le fait savoir.

Il s’agit alors de tirer un trait droit sur le tableau, afin de le séparer en trois parties plus ou moins égales. Mais la main tremble, le stylo glisse, on cherche à rectifier mais rien n’y fait, c’est un échec. Et d’un !

On écrit ensuite son nom afin que le khôlleur reconnaisse ses victimes du jour et vient l’instant intense ou l’on attend, l’esprit vide, le regard voilé, le stylo dressé à quelques centimètres du tableau, prêt à dégainer et écrire ce que le khôlleur va décider de donner comme sujet.

Et puis résonne dans la pièce comme un coup de tonnerre : « Monsieur Dupont ! » ; le demi-tour qui s’en suit, et le faible « oui, monsieur » tout bafouillé et qui ressemble fort à une plainte exprime toute la détresse ressentie à ce moment.

Voici le début d’une khôlle cauchemardesque mais qui n’a rien à voir avec la réalité !

On entre dans la salle en saluant le khôlleur qui répond toujours poliment, le sourire étant en option. Le ton est amical, bien que formel, l’élève ressent toujours un peu de stress, ne sachant pas encore sur quoi il va tomber, mais rien de bien méchant.

Rares sont les khôlleur méchants, plus rares encore sont les sadiques, alors ne t’en fais pas, tu as toutes les chances de tomber sur des khôlleur aimables, souriants, qui te feront aimer l’heure passer en leur compagnie et que tu reverras avec plaisir. En revanche, les étapes ci- dessus sont à respecter : trace un trait pour que tout le monde ait de la place et que vous ne vous voliez pas le tableau au cœur de l’action ; écris aussi ton nom car le khôlleur ne vous voit qu’une ou deux fois par an et ne peut pas retenir nom et prénom, un petit effort et tout est mis en place pour que la khôlle puisse commencer.

Cette petite étape de préparation en révèle beaucoup sur les élèves : écriture, gestion du tableau, soin, timidité. Elle est donc importante pour se mettre en valeur et annonce la couleur de la suite.

Figure 3-http://lh3.ggpht.com/Wmc1e1jRdhtS0nTQITUtVh1y0Lk-

Q_sQYacB8jNOt3hW18O-lfuKWmuTUhLq5jqz-3LauVVuoeWXsnKEXF-Daw=s240

9

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

« Apprendre son cours sans faire d’exercices, c’est absurde ; mais ne pas apprendre son cours et faire des exercices, c’est stupide : pour réussir, faites les deux !»

Les professeurs demandent à ce que la khôlle débute toujours par une question de cours ; elle consiste en fait à redémontrer un théorème du cours, une propriété ou à refaire un exercice classique afin de vérifier que l’apprentissage du cours est correctement fait.

Ce cours est le support qui te permettra de réussir. Il contient les définitions des notions mais aussi les méthodes de raisonnement, les subtilités à noter, les exercices classiques. Ne le néglige surtout pas !

Mais n’aie pas peur ! Le cours étant volumineux, ton

Produire du « sens » plutôt que du « flux » révèle son niveau d’abstraction et donc son niveau de réflexion . Démontrer, convaincre, argumenter ne peut pas se faire sans organisation.

Rapport de jury mines-pont 2016

professeur donnera à chaque fin de semaine le programme de khôlle qu’il faudra réviser pour la semaine suivante. Il y aura des théorèmes et des notions qui pourront alors faire l’objet d’une question. Attention, les définitions et autres points du cours qui ne demandent pas de démonstrations sont aussi exigibles et doivent être sus sur le bout des doigts sous peine de ne pas comprendre les questions du khôlleur. Si tu ne sais pas faire ta question de cours, attends-toi à subir les foudres du khôlleur pendant le temps restant, pour ensuite affronter la colère de ton professeur quand il découvrira la feuille de khôlle.

Passée l’étape de la question de cours, et à moins de faire par la suite une grave erreur, tu auras assuré la moyenne. La deuxième partie de la khôlle va te permettre de monter encore plus !

10

La khôlle | Alexis Blanchet

Cette deuxième étape consiste en un ou plusieurs exercices en lien avec le cours ; mais contrairement à ce que tu as fait au lycée, il ne s’agit pas d’un exercice à problème unique, c’est-à-dire que tu ne vas pas avoir à appliquer juste un théorème précis de ton cours pour arriver à la solution ; il va falloir construire un raisonnement point par point pour aboutir au résultat. Ce qui intéresse avant tout le khôlleur c’est la démarche, le cheminement qui va mener l’élève jusqu’au résultat. Certains t’aideront et d’autres, pas du tout ! Il te ne reste plus qu’à croiser les doigts et prier pour tomber sur de gentils khôlleurs qui te feront progresser.

Reste concentré et avance en montrant ce que tu sais faire et tout devrait bien se passer ; ne donne pas de prise à l’examinateur en allant trop vite et surtout bannis le « c’est trivial », plus souvent décliné en « c’est évident ». Tu es sûr de voir briller les yeux du khôlleur et de voir un sourire carnassier s’étendre sur sa figure ; et à ce moment-là , tu ne pourras pas dire que je ne t’avais pas prévenu.

Pour conclure voici ce que dit le rapport du concours Mines-Ponts 2015 :

« On retrouve trois grands groupes de candidats : les meilleurs, qui présentent puis analysent bien les exercices proposés ; ils sont capables de réfléchir à une stratégie et de proposer des pistes, ; les plus faibles qui manquent de recul et de méthodes et ont d’énormes difficultés à mobiliser leurs connaissances pour résoudre les questions posées et qu’il faut guider pas à pas ; enfin, la grosse majorité des candidats qui ont des idées ,mais souvent trop imprécises, et utilisent des méthodes lourdes et non adaptées ; ils connaissent leur cours, mais ont du mal à l’utiliser avec efficacité, ils progressent lentement et doivent être aidés. »

ils progressent lentement et doivent être aidés. » ●D’où l’importance de cette division en deux des

●D’où l’importance de cette division en deux des questions en khôlle. Ne l’oublie pas et essaye de ne pas avoir les défauts de la dernière catégorie. Les khôlleurs sont là pour t’aider à ne pas y tomber !

11

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

« Je vous mets 10 à tous les trois : vous vous répartissez les points comme vous voulez »

Instant éprouvant, moment de détresse sans précédent, couperet qui achève le condamné au tableau, roulette russe où l’on est forcé de perdre.

Nombreuses sont les métaphores qui

existent pour tenter de décrire la fin d’une khôlle : le khôlleur fait alors un résumé de l’heure et décide de la note qu’il va te mettre. Plus que la note elle-même, les commentaires du khôlleur sont à l’origine de la souffrance des élèves. Mais il vaut mieux le

prendre avec humour.

Figure 4-yeswekhagne.skyrock.com
Figure 4-yeswekhagne.skyrock.com

«-C’était pas terrible : je te mets 4 !

-Je ne sais même pas où vous avez trouvé ces 4 points »

La note cristallise toutes les appréhensions des élèves. Il s’agit en effet d’évaluer leur travail, de leur donner un aperçu de leur niveau. La note vient donc sanctionner un travail insuffisant, mais peut aussi en déstabiliser certains, car pénalise parfois un élève ayant pourtant travaillé. La note se divise donc en deux parties qui sont néanmoins indissociables : d’un côté la connaissance du cours et des concepts, et de l’autre, la clarté de l’exposé, la justesse des raisonnements, l’utilisation rigoureuse du langage mathématique. Et le khôlleur ne se privera pas de te rappeler à l’ordre, avec plus ou moins de gentillesse. « Même mon petit frère qui est en CM2 sait que cette matrice n’est pas inversible ! Tu viens de perdre 15 points, au minimum.»

Mais cette note est aussi très relative et ne reflète pas forcement le niveau véritable de l’élève ; elle permet donc à certain de dépasser la

« Il est précisé à l’attention des candidats que les examinateurs ne remplissent et ne rendent jamais les bordereaux des notes à la légère. »(Rapport de jury de l’X)

moyenne : « J’aimerais bien que les khôlles ne soient pas notées ; mais alors, comment faire pour remonter les notes des DS ? »

Je te souhaite bien évidemment de ne pas être concerné ; mais voir les choses de manière positive

12

La khôlle | Alexis Blanchet

étant un bon moyen de survie en prépa, je te fournis là un exemple concret.

Cette note variant énormément selon les chapitres, les khôlleurs, le stade de fatigue et la motivation, il est conseillé de ne pas en tenir compte outre mesure mais plutôt de se focaliser sur les conseils de l’examinateur et les erreurs qu’il a relevées afin de progresser. Même les meilleurs peuvent tomber sur des exercices dont ils ne réussiront pas à venir à bout ; et le magnifique 6 qu’ils se prendront te fera rire de nombreuses fois ; mais le khôlleur te paraîtra très dur et la note injustifiée. Et pourtant, il l’aura sans aucun doute méritée.

La khôlle est alors finie, une autre t’attend. Rappelle-toi de respirer. La respiration est la clef de la réussite !

khôlle est alors finie , une autre t’ attend. Rappelle-toi de respirer. La respiration est la

13

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet « Trop souvent, les élèves tournent le dos à l’examinateur et
La khôlle | Alexis Blanchet « Trop souvent, les élèves tournent le dos à l’examinateur et

« Trop souvent, les élèves tournent

le dos à l’examinateur et cachent ce

qu’ils écrivent en silence… »

(Rapport de jury de l’X)

« Sans Travail pas de réussite »

La Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles est une préparation de deux ans aux concours, ce qui signifie que tout doit être mis en œuvre afin d’arriver le jour des concours avec les moyens d’être meilleur que son voisin et d’intégrer l’école de ses rêves. « Le principe d’un concours c’est qu’il y a des perdants : essayez de ne pas en être »

Et pour cela , il convient de garder en tête que les épreuves sont divisées en deux parties :

tout d’abord, les écrits qui déterminent les candidats admissibles, premier tamis où l’on élimine de nombreux candidats ; puis les épreuves orales qui permettent de choisir les candidats qui intégreront l’école. L’épreuve orale est donc une épreuve que les élèves ont tendance à déconsidérer car ils ne voient que la première partie de ces concours:

« Rater les oraux, c’est comme se fouler le pied en revenant dun marathon »

Erreur ! Grossière Erreur ! Les oraux sont la partie la plus difficile des concours et leur préparation prend du temps, beaucoup plus de temps que les quelques semaines qui lui seront réservées après les écrits. C’est un travail de longue haleine qu’il faut entamer dès la première année. La khôlle est là pour ça. Reste que la khôlle et l’oral ont un but différent ; là où le khôlleur est un professeur qui vise à aider et à comprendre, l’examinateur de l’oral a pour but de t’évaluer et de te juger.

C’est pour cette raison que la khôlle ne doit pas être vue comme un oral blanc mais vraiment comme une préparation.

Il s’agit donc d’un entraînement dont il faut profiter ; le khôlleur est un professeur d’une heure dont il faut abuser sans vergogne : « Mettez moi 0, mais expliquez-moi ». Une khôlle où l’on n’a rien appris est une heure perdue. Car comme on le dit souvent « Les concours sont bientôt, alors ne perdez pas de temps ! ».

Profitez donc de cette heure qui vous est offerte pour vous entraîner sur des exercices amoureusement choisis et sélectionnés pour vous par le khôlleur.

14

La khôlle | Alexis Blanchet

« La khôlle doit être un moment privilégié entre le professeur et l'élève. Un dialogue, voire un cours particulier ».

Mais pourquoi déplacer un professeur pour faire un entraînement que tu devrais faire par toi- même ? Et bien, cela tient du fait que, au- delà de l’extrême

gentillesse de tes professeurs qui ne te veulent que du bien, l’entraînement du jeune taupin se fait à deux niveaux : la présentation et la connaissance brute.

Or, afin de juger de la présentation, il n’est pas de circonstance plus propice qu’une interrogation orale où n’intervient qu’un petit nombre d’élèves tous occupés au tableau. Avouons que les timides se sentiront rassurés que personne ne puisse les épier ou rire dans leur dos de leurs possibles erreurs, minant leur confiance. Seul le professeur regarde, et ne regarde qu’afin de t’aider ; alors, tout est fait pour ta réussite.

La forme de la khôlle a donc été pensée expressément pour assurer aux élèves des classes préparatoires la meilleure préparation possible à ces oraux qui sont une épreuve redoutée par tous.

Les rapports de jury soulignent chaque année, que certains élèves continuent de ne pas respecter les règles propres à l’oral. Quel que soit le concours, ces pauvres élèves sont condamnés à un échec sanglant.

Prenons par exemple le rapport de jury du concours Mines-Pont de l’année dernière (2015). Il est dit dans la préface :

l’année dernière (2015). Il est dit dans la préface : Figure

Figure 5-http://media.topito.com/wp-content/uploads/2015/03/the-hamburger-postulate-10-600x337.jpg

« - EXPRIMEZ-VOUS À L’ORAL. L’oral n’est pas une épreuve écrite oralisée »

Préparation de la forme et préparation du fond, la khôlle est essentielle à la réussite des élèves et c’est là sa raison principale d’être : te préparer afin que tu brilles à l’oral. Rien ne pourrait rendre plus heureux tes khôlleurs et professeurs que ta réussite.

afin que tu brilles à l’oral. R ien ne pourrait rendre plus heureux tes khôlleurs et

15

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet « Le cours ! Le cours ! Et encore le cours

« Le cours ! Le cours ! Et encore le cours »

L es professeurs n’ont que ce mot à la bouche : Le cours ! Et pourtant les élèves qui ne le connaissent pas sont nombreux, trop nombreux, beaucoup trop nombreux ! Il y en

a tellement me diras-tu. Certes, mais il n’en est pas moins un passage obligatoire. Et le

seul moyen de ne pas être noyé est la régularité.

Et si tu ne me crois pas, voici un morceau choisi du préface du rapport de jury du concours Mines-Ponts 2015 :

« - APPRENEZ LE COURS, c’est ce que répètent inlassablement correcteurs et examinateurs »

Chacun a sa méthode pour tenter de faire rentrer dans la tête de ses élèves que rien ne peut être fait si l’on ne sait pas son cours.

J’ai connu des professeurs qui renversaient des tables en hurlant après des DS catastrophiques ; d’autres qui fixaient l’élève coupable de ne pas savoir son théorème avec une telle intensité que ce dernier rapetissait à vue d’œil et dépérissait sous ce regard inquisiteur ; un autre encore était d’une telle gentillesse que l’on était forcé d’apprendre son cours au moins pour lui faire plaisir.

Et puis ils y a les classiques interrogations où tout le monde se copie, cache des antisèches, et écrit sur les tables dans le vain espoir de se souvenir, pour la durée de l’interrogation, du cours demandé. Inutiles précautions qui ne préparent en rien aux concours.

Bref, il fallait un exercice régulier qui permettrait de prendre les élèves par petits groupes pour vérifier qu’ils sachent leur cours et le maîtrisent à peu près correctement. C’est de ce constat que l’on comprend l’importance de la khôlle pour les professeurs.

Figure 6-http://media.ecoles2commerce.com/uploads/images/etudiants-prepa.jpg

16

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle est ainsi un instrument puissant pour s’assurer du travail régulier des élèves, de leur niveau d’acquisition et d’appropriation des notions essentielles du cours, et de celles qui sont intéressantes mathématiquement. Bien que cette expression « mathématiquement intéressantes » soit une manière efficace de te faire fuir, tu verras que démontrer des résultats non triviaux et non intuitifs peut s’avérer très plaisant (quand on y arrive).

On a dit que la première partie de la khôlle était une question de cours.

Cette question peut être l’occasion pour l’examinateur de déceler une faiblesse de compréhension ou d’apprentissage chez l’élève.

C’est à ce niveau que l’on voit le double rôle de la khôlle : l’élève ne sait pas répondre à la question posée, mais quelle en est la raison ? Est-ce parce qu’il n’a pas appris son cours ? Ou est-ce parce qu’il n’a pas compris une subtilité dans ce même cours ?

Dans le premier cas, il en sera sanctionné ; seul un apprentissage régulier du cours le mènera à la réussite. Dans le second cas en revanche, c’est l’occasion d’un dialogue entre l’élève et le khôlleur, dialogue qui aboutit à la compréhension, en théorie, de la notion abordée.

« Si vous ne comprenez pas, surtout n’hésitez pas à me demander ». Je me tue à le répéter à chaque khôlle, au minimum deux fois par heure. Mais cela ne semble pas toucher l’ensemble de mes élèves (et oui, pendant une heure, ils sont à moi). J’espère donc qu’il en sera autrement pour toi.

Le « Méthode X », gros livre de méthode, se permet de faire une remarque intéressante au sujet du cours : « le cours brut ne sert à rien. » Ouche ! Eh bien, il a raison. Le cours est obligatoire mais non suffisant ; alors n’oublie surtout pas de faire des exercices pour vérifier que tu sais ton cours, mais aussi que tu l’as suffisamment digéré pour l’utiliser de manière convenable.

« Ils connaissent leur cours, mais ont du mal à l’utiliser avec efficacité »

Rapport de jury Mines-Pont 2015

Ainsi, si tu es désorganisé, que tu n’es pas régulier, ou que tu coules a un point tel que tu ne sais même plus ce que tu sais, alors les khôlles sont là pour t’aider à rester à jour dans l’apprentissage du programme. Vois les donc comme une aide et non pas comme une corvée et tu en tireras des bénéfices incalculables

du programme. Vois les donc comme une aide et non pas comme une corvée et tu

17

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet Figure 7-https://i.ytimg.com/vi/uRJ_0onaU4k/hqdefault.jpg « Bonjour monsieur, pouvons- nous
La khôlle | Alexis Blanchet Figure 7-https://i.ytimg.com/vi/uRJ_0onaU4k/hqdefault.jpg « Bonjour monsieur, pouvons- nous
La khôlle | Alexis Blanchet Figure 7-https://i.ytimg.com/vi/uRJ_0onaU4k/hqdefault.jpg « Bonjour monsieur, pouvons- nous

Figure 7-https://i.ytimg.com/vi/uRJ_0onaU4k/hqdefault.jpg

« Bonjour monsieur, pouvons- nous entrer s’il vous plait ? »

Leur première khôlle était aussi la mienne de ce côté-ci du bureau, et pour tout t’avouer, je ne sais pas qui avait le plus peur.

Ils sont entrés à petit pas, en espérant passer inaperçus ou, peut-être , croyaient-ils que faire du bruit me mettrait de mauvaise humeur et que j’allais les manger tout crus.

Bref , ils m’ont vouvoyé pendant une heure en m’appelant monsieur alors même que j’étais en classe préparatoire l’année précédente, qu’ils ont 18 ans et que j’en ai 21 ; ils m’ont traité comme un être autre qui savait a contrario d’eux, alors même que j’ai passé mes concours sans y briller particulièrement.

Le khôlleur n’a rien de terrifiant : il est humain, il ne sait pas tout faire, et ne connaît certainement pas tout, peut se tromper. Un élève peut donner une réponse qu’il n’aurait jamais trouvée.

Bref, le khôlleur est semblable à l’élève qu’il a en face de lui, à l’exception qu’il possède les réponses aux questions qu’il pose.

Rien d’autre ne le différencie ; et lorsque la discussion s’engage entre l’élève et l’examinateur, elle pourrait s’inverser sans pour autant que l’on y voie une quelconque différence : lorsque l’élève présente sa solution, il en explique la subtilité à l’examinateur qui vérifie au passage qu’elle est cohérente, puis l’examinateur peut exposer la sienne pour faire voir une autre méthode qui permet de mieux comprendre par un regard différent

18

La khôlle | Alexis Blanchet

l’exercice. Les rôles s’inversent, le khôlleur explique, l’élève vérifie en cherchant à comprendre que la solution se tient.

Les élèves de prépa s’entraînent ainsi les uns avec les autres à cet exercice. Je me souviens d’avoir personnellement fait passer une khôlle de math à trois camarades juste avant un devoir de mathématiques afin de les aider dans le raisonnement. J’étais à l’époque en première année. La seule différence est que je maîtrisais le chapitre (pas vraiment soit dit en passant) mais surtout que j’avais compris les solutions des exercices que j’avais posés (et que je les savais).

Cette maigre différence se manifeste par l’emploi quasi spontané du tutoiement au détour d’une argumentation fumeuse faite avec le sourire de celui qui cherche à embobiner :

« mais monsieur, tu comprends, ici je prends la racine, et pouf ça marche! ».

comprends, ici je prends la racine, et pouf ça marche! ». Figure

Figure 8-http://media.giphy.com/media/5yLgoczEvFoE5LyoiZO/giphy.gif

Certes , il existe des khôlleurs qui sont de véritables génies des mathématiques ; mais pour la plus part, ils ne transcendent pas la matière et ne doivent pas être considérés comme détenteurs du savoir unique et faiseurs de loi. Mes professeurs nous disaient souvent de tenir tête et de défendre nos positions si l’on pensait avoir raison, car il est nécessaire d’être sois même convaincu pour convaincre l’examinateur.

La discussion est ainsi le cœur de l’échange et doit se faire à égalité entre les participants. Cela entraîne une relation particulière entre les deux intervenants, relation de confiance qui dure une courte heure et qui s’établit facilement entre ceux qui sont amenés à rester coincés pendant une heure dans une salle.

Le khôlleur et l’élève sont à tous les points de vue semblables et la distinction qui s’opère est purement formelle. La khôlle ne doit donc pas être morte et silencieuse, ni être à sens unique, sinon elle se transforme en pénible exercice qui n’apporte rien.

19

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet C e qu’il y a de beau dans l’enseignement , c’est

C e qu’il y a de beau dans l’enseignement , c’est que la relation n’est pas à sens unique. Quand l’élève apprend de l’examinateur les mathématiques, ce dernier apprend auprès de son élève les subtilités de la pédagogie ; il apprend à son contact

à voir différemment une même chose ; il apprend à s’adapter à l’élève. « Je suis en manque : Il faut que j’aille khôller ! » Cet aveu , d’un de mes camarades après deux semaines de vacances , est l’expression de la joie que le khôlleur a de venir une fois par

semaine transmettre un savoir, et de voir des élèves progresser.

Mon professeur de mathématiques spéciales nous disait que faire des erreurs au tableau était souvent mieux que de résoudre sans faute un exercice ; à chaque fois qu’un élève levait timidement la main en disant qu’il n’était pas sûr, il l’envoyait au tableau pour l’aider et corriger des erreurs que tous nous aurions pu faire. Il souriait aux fautes qui ne relevaient pas du cours, car c’était une occasion pour lui de rectifier des incompréhensions, de souligner des points importants et de nous faire progresser.

Tout le monde a, à un moment ou un autre, aidé un ami qui ne comprenait pas ; tout le monde a déjà eu à jouer le rôle d’enseignant, et l’on voit combien il est compliqué mais aussi gratifiant de prendre le temps de transmettre. Certains en ont la vocation, d’autres le font par intérêt financier, d’autres encore le font pour rendre service ; mais au final, tous ressortent grandis par cette expérience. Professeur d’une heure, le khôlleur doit être pédagogue et l’élève le confronte à des situations où il doit se changer et s’adapter pour répondre à des besoins spécifiques.

De plus, comme dit précédemment, le khôlleur ne diffère que très peu de l’élève qu’il khôlle, et cela est d’autant plus vrai dans mon cas étant donné la faible différence d’âge entre eux et moi, ce à quoi il faut ajouter que j’ai comme élèves des petits frères et sœurs de camarades de promotion. Cette proximité, ajoutée à un dialogue libéré m’a permis de prendre du recul : tout d’abord vis-à-vis du cours de mathématiques de première année que je dois expliquer chaque semaine à des élèves qui n’en ont parfois pas compris les bases ; mais aussi sur la pédagogie à utiliser en fonction des caractères, et donc le management d’une équipe humaine. C’est en effet le côté humain qui est important dans cette expérience ; rien de nouveau en terme de connaissance scientifique, mais une connaissance de l’humain approfondie et surtout une expérience inoubliable qui permet de se rendre compte de la complexité de l’enseignement : il faut trouver le juste milieu entre donner la réponse et ne rien dire du tout ; il faut indiquer le chemin sans faire le travail de l’élève mais sans non plus le laisser dans le noir complet ; il faut doser son intervention

20

La khôlle | Alexis Blanchet

pour ne pas interférer dans la réflexion de l’élève mais lui donner suffisamment pour qu’il y ait réflexion.

Bref il s’agit d’un savant mélange qui ne s’invente pas, mais qui se teste et se perfectionne au cours des heures successives. Et c’est cette capacité à doser qui est importante : dans un projet en équipe, il faut que tout le monde fasse quelque chose, mais il faut tout de même avancer et que les choses soient bien faites ; il faut donc trouver le juste milieu dans la répartition du travail, puis aider là où cela est nécessaire en ménageant les sensibilités.

Khôller est une expérience de vie très intéressante, et je ne regrette pas les heures passées à voir de jeunes taupins massacrer les maths, ni les trajets pour aller jusqu’à ma prépa, ni les heures supplémentaires pour leur expliquer la solution, ni les recherches d’exercices et le temps consacré à préparer avec amour leurs interrogations.

21

La khôlle | Alexis Blanchet

Et pour terminer en beauté, sache qu’il vaut mieux rire que pleurer et que certains survivent pour témoigner.

rire que pleurer et que certains survivent pour témoigner. Figure 9-

Figure 9-

http://40.media.tumblr.com/41bd8d4888ccdd8302cf8ab4f642ff96/tumblr_n7fj8gXbHD1twwwaxo1_500.jpg

22

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle | Alexis Blanchet

La khôlle est un exercice spécifique à la classe préparatoire et suit un déroulement bien défini qui répond aux besoins des professeurs, mais qui fait peur. De nombreuses rumeurs et fables circulent à son sujet. Mais qu’en est-il vraiment?

L’interrogation orale débute par une question de cours, moment de vérification du travail des élèves et de leur régularité ; puis viennent les exercices pour approfondir et appliquer le cours, c’est le cœur de la khôlle. Puis vient la note qui récompense les meilleurs et permet d’évaluer le travail fourni bien que ne reflétant pas le niveau réel de l’élève.

Exercice sadique à première vue, la khôlle est avant tout une préparation aux oraux qui attendent les préparationnaires ; oraux qui sont la dernière étape avant l’intégration, et que l’on oublie souvent de préparer, tant dans la forme que dans le fond.

A cela s’ajoute le besoin des professeurs de vérifier l’apprentissage régulier des élèves et leur bonne compréhension des points essentiels du cours. La khôlle ayant lieu chaque semaine, elle permet ce contrôle sans surcharger le professeur de copies et de travail supplémentaire.

Le khôlleur, examinateur d’une heure, se voit donc charger d’évaluer les élèves qui passent au tableau, et qui ne diffèrent en rien de lui-même : seul l’âge les sépare.

Le khôlleur enseigne les mathématiques et apprend en échange les notions importantes de l’enseignement et de la pédagogie. Cet apprentissage le grandit, affine son sens des nuances, sa connaissance des caractères et le forme à la direction et aux responsabilités.

La khôlle est entourée de mythes que les élèves perpétuent mais qui ne sont qu’une des nombreuses dérisions utilisées pour se décontracter et rire de leur situation.

Figure 10-http://49.media.tumblr.com/b1b982d08891f6dcf8a59085f952b8b5/tumblr_no3g26ZqZn1utllalo3_250.gif
Figure 10-http://49.media.tumblr.com/b1b982d08891f6dcf8a59085f952b8b5/tumblr_no3g26ZqZn1utllalo3_250.gif

24