Vous êtes sur la page 1sur 3

1 Introduction

1. Rappels théoriques des unités


• Longueurs en mètres (m). Sous-multiple : 1 cm = 10–2 m.
• Forces en newtons (N).
Multiples : 1 kN = 103 N (kilonewton) ; 1 MN = 106 N (méganewton).

Remarque

1 MN = 105 daN (décanewton) ≈ 105 kg (kilogramme) = 100 t (tonne).

• Pressions, contraintes en pascals (Pa) : 1 Pa = 1 N/m2.


Multiple : 1 MPa = 106 Pa (mégapascal) = 1 N/mm2.

Remarque

1 MPa = 10 daN/cm2 = 10 bars ≈ 10 kg/cm2 = 100 t/m2.

2. Principe du béton armé


2.1 Principe
Le béton est un matériau qui présente :
• une résistance à la compression relativement élevée (environ 25 MPa) ;
• une résistance à la traction faible et incertaine (environ 2 MPa).

Pour pouvoir utiliser en construction ce matériau économique, on lui associe


des armatures métalliques capables d’éviter les inconvénients résultant de sa
faible résistance à la traction : le matériau ainsi obtenu est le béton armé.

Le fait d’incorporer des armatures dans le béton n’est pas suffisant pour en faire
un béton armé. Il faut en plus une organisation structurale spécifique portant
sur :
• la forme des pièces ;
• la quantité et l’agencement des armatures.
18

Principe
Tout élément doit être armé suivant trois directions non coplanaires, généra-
lement orthogonales.

Toutefois, les éléments de faible épaisseur (dalles) et les semelles de fondation


ne sont généralement armés que dans deux directions parallèles à leur feuillet
moyen (= plan à mi-épaisseur de l’élément).

2.2 Exemple 1 – Poutre console


Poutre encastrée à une extrémité, reposant librement sur un appui intermédiaire,
avec porte-à-faux.

Schéma de résistance des matériaux

t t c c t Face supérieure
c c t t c Face inférieure
a t = tendue
A B c = comprimée

0 Diagramme
effort tranchant

M
Diagramme
moment fléchissant

Mmax

Remarque
En béton armé, les moments sont représentés du côté des fibres tendues :
– vers le haut lorsque le moment est négatif (M < 0),
– vers le bas lorsque le moment est positif (M > 0),
ce qui permet d’obtenir directement la position des armatures tendues
(supérieures ou inférieures équilibrant les efforts de traction engendrés par ces
moments).
Introduction 19

Schéma de ferraillage

1 Armature longitudinale supérieure sur appui (chapeau).

2 Armature longitudinale inférieure.

3 Barre de montage.

4 Armatures d’âme (cadres, étriers).

COUPE XX
Cadre
x ou
4 étrier
1 3 1

3 2 Crochet
x
Rôle des armatures d’âme :
équilibrer les tractions obliques Traction
dues à l’effort tranchant.

2.3 Exemple 2 – Dalle encastrée sur son contour

Chapeaux sur appuis


A Armatures longitudinales
inférieures

B B
lx (< ly)

ly

Vous aimerez peut-être aussi