Vous êtes sur la page 1sur 23

Analogie entre les variantes dialectales de Mon Unique Langue Bamiléké

(MULB)

ÉTUDE COMPARATIVE DES
VARIANTES DIALECTALES
DE L'UNIQUE LANGUE
BAMILÉKÉ PART I

Rodrigue Tchamna
RESULAM www.resulam.com

« Póómɑ̄, ǹ shʉ̀ɑ́ pèn sī' ntóó nkɑ̄ɑ̄ bà, ntóó nhèè mā,
ntóó mbè'è mā, tɑ́' sī mfɑ̀' mā bɑ̄! »
Shck. Ca᷅mnà'

Ntìèŋwɑ̀'nì : Shck. Ca᷅mnà'.
Mai (Njwēnɑ̌hntà') 2016

Mbí pōō mba᷅ Shwīnāò pí Hɛ̄ɛp̄ ìì, mbɑ᷅ mbí mɑ̄ ā yɑ̀ɑ̀
mba᷅’ntāb à, tènmvàk à, vɑ̀h zā Ngwá’pēē Ndə᷅nkāp
Sīēwèn. Ngɑ̌ kə̀’ yēē tɑ̀ ngwɑ́ sʉ̄', ngɑ̌ kə̀’ yēē tɑ̀ ngwēn,
ngɑ̌ kə̀' yēē pɑ́' njǎb sī ìngwɑ́ lɑ́ bɑ̄.

Table of Contents
Table of Contents ........................................................................................ i
Liste des tableaux ....................................................................................... v
Préface : mbhìghə̀ə̀ .................................................................................... ix
Motivation ............................................................................................... xvi
Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ ..................................... xviii
I- Correspondances lexicales ...................................................................... 1
I.1. Abus et ablation de la nasalisation ...................................................... 1
I.1.1. Abus de nasalisation ...................................................................... 1
I.1.2. Ablation de la nasalisation............................................................. 3
I.2. Fréquentatif, Répétitif : « tə » « ti » « si » ...................................... 6
I.3. Variation de a'  ε  a ..................................................................... 11
I.3.1. Variation de à'  ɛ̀  a ............................................................... 11
I.3.2. Variation de ā'  έ  ā ............................................................... 14
I.4. Variation de aa  a əd/ad ............................................................. 15
I.5. Variation de ɑ'  a'  a'.................................................................... 17
I.6. Variation de ɑɑ  ap  ɑb ............................................................... 20
I.7. Variation de ah/εh  ak  ag .......................................................... 22
I.8. Variation de ak  əŋ  aŋ ................................................................ 24

I.9. Variation de c/sh  k  k ................................................................ 27
I.10. Variation de e'/ə'  uŋ  ɔ ............................................................. 29
I.11. Variation de en  ʉɔ  ʉn.............................................................. 31
I.12. Variation de ee  ɔ  ɑn ................................................................ 32
I.13. Variation de əə  ɔm  ɑm ............................................................ 34
I.14. Variation de h  h  f .................................................................... 36
I.15. Variation de ie  i  i .................................................................... 37
I.16. Variation de om/əb  əm  um ..................................................... 39
I.17. Variation de oo  o  on ............................................................... 42
I.18. Variation de oo  əm  om ........................................................... 42
I.19. Variation de ɔ  op  ob................................................................ 43
I.20. Variation de oh  ɔk  og/ʉɑg ...................................................... 45
I.21. Variation de ʉʉ  ʉm/o  ʉm/ʉn/ə̄m ........................................... 46
I.22. Variation de ʉɑ'  o'  ə'/ ʉ̀' .......................................................... 48
I.23. Quelques irrégularités ...................................................................... 50
II- Aperçu de la grammaire de la langue bamiléké .................................. 55
II.1. Les pronoms personnels .................................................................55
II.1.1. Les pronoms personnels sujets ................................................55
II.1.2. Les pronoms personnels compléments d’objet direct ..............57
ii

II.1.3. Les pronoms personnels compléments d’objet indirect ...........59
II.2. Le verbe être au présent ................................................................ 60
II.3. Le verbe avoir ................................................................................63
II.4. Les adjectifs possessifs ...................................................................64
II.4.1. Adjectif possessifs classe 1 ...................................................... 65
II.4.2. Adjectifs possessifs classe 3 ..................................................... 66
II.4.3. Adjectifs possessifs classe 5 ..................................................... 66
II.5. Les temps verbaux ............................................................................ 67
II.5.1. Présent progressif : Ntìé'è, ndɔ̌nì, cwə lɔlɔ..................................68
II.5.2. Présent d'habitude : Ntìè' ē ghʉ̀ ndìàndìà ...................................69
II.5.3. Passé immédiat ou présent accompli : tōh mêndɑ̀' ..................... 71
II.5.4. Passé récent (Passé il y a 6 h) : tōh nàm ntōh ............................ 72
II.5.5. Passé récent progressif................................................................ 74
II.5.6. Passé d'hier : ntìē'tōh wāhà ........................................................ 75
II.5.7. Passé supérieur ou égal à deux jours : ntìē'tōh līē' pʉ́ɑ́ ..............78
II.5.8. Passé régulier, imparfait : ntìē'tōh ndìàndìà ............................... 79
II.5.9. Passé lointain : ntìē'tōh tɑ̀ nkwàŋ ...............................................81
II.5.10. Futur proche : ntìē'sɑ̀' mêndɑ̀'...................................................83
II.5.11. Futur imprécis ou incertain (ntìē'sɑ̀' sìzhī). .............................. 86
iii

II.5.12. Futur lointain : ntìē'sɑ̀' sʉ̀sʉ̀ɑ̀. ...................................................87
II.5.13. Simultanéité de deux actions. ...................................................89
II.6. La négation ....................................................................................... 91
II.6.1. La négation du présent de l'indicatif ..........................................91
II.6.1.1. Négation du présent progressif .............................................91
II.6.1.2. Négation du présent d’habitude ...........................................92
II.6.2. La négation du passé immédiat ..................................................94
II.6.3. La négation du passé d’un et de plus d’un jour .......................... 95
II.6.4. La négation de l'imparfait ........................................................... 96
II.6.5. La négation du passé lointain ..................................................... 97
II.6.6. La négation du futur ...................................................................99
II.6.7. La négation du mode impératif ................................................100
II.7. L’interrogation ................................................................................ 102
Appendice 1 : groupements ethniques du Cameroun ............................. 113
Appendice 2 : Extrait de l’une de mes innervations sur Facebook concernant
l’unicité des variantes de la langue bamiléké. ........................................ 114
Appendice 3 : Code Clafrica pour l’écriture des langues camerounaises 117
Bibliographie .......................................................................................... 119

iv

Liste des tableaux
Tableau 1. Alternances consonantiques en langue ghɔ̀málāꞌ (Domche Juin
2012). ......................................................................................................... 3
Tableau 2. Alternances consonantiques en langue mə̀dʉ̂mbɑ̀ et fè'é'fě'è. ... 3
Tableau 3. Quelques exemples d’alternances consonantiques en langue
mə̀dʉ̂mbɑ̀ et fè'é'fě'è. .................................................................................. 4
Tableau 4. Règles de formation de la nasalisation en fè'é'fě'è et mə̀dʉ̂mbɑ̀.
................................................................................................................... 5
Tableau 5. Formation du fréquentatif dans les langues bamilékés. ............ 8
Tableau 6. Exercice portant sur les fréquentatifs et répétitifs. .................10
Tableau 7. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle a'  ɛ̀
 a. ..........................................................................................................11
Tableau 8. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ā'  έ
 ā. ..........................................................................................................14
Tableau 9. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle aa 
a əd/ad .................................................................................................15
Tableau 10 Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ɑ'  a'
 a' ..........................................................................................................17
Tableau 11. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ɑɑ 
ap  ɑb ....................................................................................................21
Tableau 12. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ah/εh
 ak  ag................................................................................................ 22
v

Tableau 13. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ak 
əŋ  aŋ ....................................................................................................24
Tableau 14. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle c/sh
 k  k ...................................................................................................27
Tableau 15. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle e'/ə' 
uŋ  ɔ ......................................................................................................29
Tableau 16. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle en 
ʉɔ  ʉn ....................................................................................................31
Tableau 17. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ee 
ɔ  ɑn ......................................................................................................32
Tableau 18. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle əə 
ɔm  ɑm ..................................................................................................34
Tableau 19. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle h  h
 f ...........................................................................................................36
Tableau 20. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ie  i
 i ...........................................................................................................37
Tableau 21. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle om/əb
 əm  um. ............................................................................................ 39
Tableau 22. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle oo 
o  on ......................................................................................................42
Tableau 23. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle oo 
əm  om. .................................................................................................42
Tableau 24. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ɔ 
op  ob. ...................................................................................................43
vi

Tableau 25. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle oh 
ɔk  og/ʉɑg ............................................................................................ 45
Tableau 26. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ʉʉ 
ʉm/o  ʉm/ʉn/ə̄m. ................................................................................46
Tableau 27. Liste de quelques exemples de mots obéissant à la règle ʉɑ' 
o'  ə'/ ʉ̀' .................................................................................................48
Tableau 28. Liste de quelques mots n’obéissant à aucune règle ...............50
Tableau 29. Les pronoms personnels sujets. .............................................55
Tableau 30. Quelques exemples d’utilisation des pronoms personnels sujets.
.................................................................................................................56
Tableau 31. Les pronoms personnels compléments d’objet direct. ...........57
Tableau 32. Quelques exemples d’utilisation des pronoms personnels
compléments d’objet direct. .....................................................................58
Tableau 33. Les pronoms personnels compléments d’objet indirect. ........59
Tableau 34. Quelques exemples d’utilisation des pronoms personnels
compléments d’objet indirect. ..................................................................59
Tableau 35. Le verbe être au présent. ...................................................... 60
Tableau 36. Exemples d’utilisation du verbe être. ...................................61
Tableau 37. Exemples d’utilisation du verbe être. ...................................62
Tableau 38. Le verbe avoir au présent de l’indicatif. ............................... 63
Tableau 39. Exemples d’utilisation du verbe avoir. .................................63
Tableau 40. Adjectif possessifs classe 1. ...................................................65
Tableau 41. Adjectifs possessifs classe 3. .................................................66
Tableau 42. Adjectifs possessifs classe 5 ..................................................66
vii

Tableau 43. Exercice portant sur les temps verbaux. ............................... 77
Tableau 44. Récapitulatif de la grammaire des variantes fè'é'fě'è, mə̀dʉ̂mbɑ̀
et ghɔ̀málāꞌ de la langue bamiléké. ........................................................ 107

viii

Préface : mbhìghə̀ə̀

Préface : mbhìghə̀ə̀

« Est-il possible de concevoir la mise sur pied d'une langue unique
parlée et écrite Bamiléké ? » Cette question m’a été posée un jour sur
Facebook par un frère Bamiléké. (Voir l’appendice pour plus de détails).

Je répondrais tout simplement « OUI C’EST POSSIBLE » ! En fait, cette
possibilité n’a rien d’extraordinaire, car le faire c'est tout juste revenir à nos
origines. Jadis, il existait en fait une seule langue Bamiléké. Les variantes
dialectales de cette langue, i.e. le fè’éfě’è, le yemba, ghɔ̀málāꞌ, mə̀dʉ̂mbɑ̀,
ngemba, nda'nda', etc, qui se sont développées depuis lors, peuvent servir
de base pour reformuler cette unité linguistique originelle.
« Quelles seraient les bénéfices d’une telle approche ? »

-

Premièrement, au moment où nos dialectes font face à des défis
énormes, une telle langue unique pourrait être la principale
stratégie pour leur survie et leur promotion à long terme. Il est
ix

Préface : mbhìghə̀ə̀
en effet plus aisé de développer des outils de promotion (livres,
films, chansons, poèmes, jeux, radio, télévisions… etc.) pour une
langue qui a un grand nombre de locuteurs qu’il ne l’est pour un
dialecte moins répandu de cette langue.
-

Deuxièmement, cette langue serait un vecteur d’unité renforcée
entre tous les Bamilékés. En effet, l’unicité de cette langue sera un
facteur de décloisonnement tribal, et les mariages inter-bamilékés
ne seraient plus considérés comme des mariages exogamiques.

-

Troisièmement l’unité des variantes dialectales de la langue
bamiléké aura un impact pour le développement économique. En
effet, cette langue pourrait servir d’une des langues d’échange
commercial au Cameroun et en Afrique, et générer ainsi de l’emploi
pour les enseignants, les pédagogues et les consultants en cette
langue. Le cas de la langue swahili en est un bon exemple.

-

Quatrièmement, l’unicité de cette langue contribuerait au
développement personnel des natifs. En effet, l’unicité de ces
variantes dialectales permet de consolider la langue, et permet aux
x

Préface : mbhìghə̀ə̀
natifs ne sachant parler que cette langue d’avoir un degré d’amourpropre élevé. De cette façon, le sentiment que les natifs auront de
leur propre valeur et de leur dignité sera rehaussé, ce qui contribuera
certainement à booster leurs talents et leurs rendements.
-

Cinquièmement,

l’unicité

de

cette

langue

contribuerait

à

l’intégrité nationale et continentale. En effet, l’existence d’une
multitude de dialectes d’une même langue tend à décourager les
apprenants de cette langue. La présence d’une langue unificatrice
encourage les apprenants étrangers de s’y intéresser, agrandissant
ainsi le nombre de locuteurs et accroissant ainsi l’intégrité nationale
et continentale. Les natifs bétis qui se retrouvent par exemple à
Bana, un village de l’Ouest Cameroun, apprendront non pas le
dialecte Bana, ni le fè’éfě’è, mais n’auront à apprendre que la langue
mère,

le

bamiléké,

comme

langue

de

communication.

Réciproquement, un natif Dschang de l’Ouest-Cameroun vivant à
Obala (un village de la région du Centre Cameroun), n’aura pas à
apprendre le dialecte Obala, ni l’ewondo, ni l’eton ou le bulu. Il
xi

Préface : mbhìghə̀ə̀
n’aura qu’à apprendre la langue mère de la province du centre-Sud
Cameroun, c’est-à-dire la langue beti-fang. Le natif ewondo se
trouvant au Nord Cameroun apprendra le fufulde, ainsi de suite. Ceci
réduira le nombre fictif des langues camerounaises et permettra
d’établir quatre grands groupes de langues camerounaises : le béti,
le bamiléké, le fufulde et le sawa, ou en sept grands groupes : le
béti, le bamiléké, le fufulde et le sawa, le tikar, l’haoussa et le gbaya.
(Voir les groupements ethniques du Cameroun en appendice 2).
-

Sixièmement, l’unité et l’unicité de cette langue contribuerait à un
essor scientifico-culturel de ce peuple. En effet,

-

Septièmement, l’unité et l’unicité de cette langue contribuerait à un
essor médical de ce peuple. En effet, plusieurs plantes et écorces à
vertus médicinales n’ont jamais été documentées, ou alors ont été
mal documentées dû soit au fait que les natifs étaient analphabètes
en l’écriture de leur propre langue, ou alors dû au fait qu’ils ne
trouvaient pas des termes techniques correspondant dans les langues
étrangères.
xii

Préface : mbhìghə̀ə̀
Ayant pris conscience de ces enjeux, je me suis mis au travail sur ces
questions il y a de cela plusieurs années. Le présent livre est l’un des
premiers résultats de ce travail.
L’objectif de ce livre est de faciliter dans un premier temps
l’intercompréhension entre les natifs bamilékés utilisant des variantes
dialectales différentes, et dans un second temps de mettre sur pied une
langue unique bamiléké dans laquelle certaines autres variantes seront tout
simplement des synonymes de cette unique langue. [L’objectif de second
temps n’est pas traité dans cet ouvrage et fera partie des prochains ouvrages sur
cette question].
Ce livre contient dans un premier temps trois des principales variantes
dialectales de l’unique langue bamiléké, à savoir : le ghɔ̀málāꞌ (parlé dans
le Département de la Mifi et Koung-Khi au Cameroun, i.e. à Bafoussam,
Bandjoun et ses environs), le fè'é'fě'è (parlé dans le Département du HautNkam et ses bourgades), le mə̀dʉ̂mbɑ̀ (parlé dans le Département du Nde
et ses bourgades).

xiii

Préface : mbhìghə̀ə̀
Ghɔ̀málāꞌ est constitué de ghɔ̀m : la langue, le parler; á : de, du; lā’ : le
village. Ghɔ̀málāꞌ signifie donc la langue du village. Ghɔ̀málāꞌ se dit en
fè’éfě’è Ghə̀əl̄ ɑ̄' et en mə̀dʉ̂mbɑ̀ ça se dit Ncôblɑ̄'.
Fè'é'fě'è est le réduplicatif de fě'è signifiant ainsi, comme ça comme ceci.
La langue fè'é'fě'è est aussi souvent appelé par abus nùfī. En effet, le fè'é'fě'è
parlé et écrit s’appelle nùfī, c’est-à-dire chose nouvelle. Ce nom nùfī date
de l’époque ou le fè’éfě’è était écrit pour la toute première fois, car c’était
une chose nouvelle, quelque chose d’extraordinaire.
Mə̀dʉ̂mbɑ̀ signifie « je dis que hein ! ». Littéralement, mə̀ = je; dʉ̂ = dire,
se dire; mbɑ̀=particule placée à la fin d’une phrase pour demander à
l'’interlocuteur s’il est d'accord avec ce que l'’n dit. Il correspond en français
à « hein ».
Mə̀dʉ̂mbɑ̀ se dit en fè’éfě’è : Ngɑ̌ mɑ̀ ndēn mɑ́ mbɑ̄ ou encore tout
simplement mɑ́ mbɑ̄! Et se dit en ghɔ̀málāꞌ : Gaə̂ wə̄ gɔ̄m gaə̂ bə̀.

Attention !! Malgré plusieurs consultations avec les experts de chacune des
langues présentes dans cet ouvrage, des coquilles n’y manqueront pas. Nous
xiv

Préface : mbhìghə̀ə̀
vous prions, dans le souci d’améliorer cet œuvre, de relever toutes les
erreurs qui s’y sont glissées et de nous les faire parvenir pour une mise à
jour des prochaines éditions du livre. Aussi, seule l’écriture de la langue
fè’éfě’è est consistante dans ce sens que toutes les diacritiques sont
représentées sur les lettres. En mə̀dʉ̂mbɑ̀ et en ghɔ̀málāꞌ, en l’absence d’une
diacritique sur une lettre cette lettre est lue avec le ton moyen. De plus, la
langue mə̀dʉ̂mbɑ̀ omet deux tons : le ton haut et le ton moyen, ce qui rend
la lecture de la langue un peu balbutiante pour les apprenants. En plus de
cela, dans les textes mə̀dʉ̂mbɑ̀ jusqu’à nos jours, la voyelle « e » se prononce
[i], la voyelle [o] se prononce [u]. Ce sont-là quelques-unes parmi tant
d’autres reformes orthographiques que l’auteur suggère pour cette langue.
Pour l’apprentissage audio-visuel de l’alphabet général des langues
camerounaises (AGLC), bien vouloir chercher le lien YouTube de la vidéo
que l’auteur a publié en 2014 et 2015, en recherchant les mots-clés
« alphabet camerounais ».

xv

Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ

Motivation
Lorsque d’autres peuples chantent pour le sexe, les plaisirs et jouissances
de la vie, l’Homme bamiléké, jaloux de ses origines, chante pour le travail,
pour l’amour de son village, pour l’amour de sa patrie, pour l’amour de
l’humanité. Malheureusement, le cordon ombilical de ce peuple a été
rompu. La seule identité qui nous définissait est en train de s’altérer et de
se laisser corrompre. Notre lien placentaire est asphyxié, notre essence est
à l'agonie. Ce cordon ombilical dont je parle, cette identité dont je parle
mes frères, c’est bel et bien notre langue. Oui, sans langue nous devenons
muets. Alors, mon frère, ma sœur, l’heure n’est plus au diagnostic, mais
plutôt au traitement.
Pour vous présenter la gravité de la situation, je vais vous donner une
situation utopique. Imaginez-vous un seul instant que ce soit possible aux
Français, aux Anglais, aux Allemands, aux Italiens, aux Espagnols, aux
Chinois, aux Coréens etc., de vous retirer leur langue que vous parlez
d’ailleurs si bien. Serez-vous en mesure de tenir une conversation de quinze
xvi

Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ
minutes en votre langue maternelle ? Svp, fermez ce livre pour quelques
minutes, retournez-vous vers l’un de vos frères, sœurs, parent ou ami et
essayer cette expérience. Vous constaterez par vous-mêmes votre dégrée de
mutisme.
L’auteur espère par le biais de ce livre réduire votre dégrée
d’analphabétisme en votre langue maternelle. Le livre est subdivisé en deux
grandes catégories : la première partie est dédiée aux correspondances
lexicales entre les variantes de la langue bamiléké, et la deuxième partie
présente une vue globale de la grammaire de la langue bamiléké en
comparant celle de ses différentes variantes. Dans ce livre et dans ceux qui
vont suivre plus tard, il sera démontré que, à l'aide d'une seule variante de
LA langue bamiléké, l'on peut parler toutes les autres variantes par simple
dérivation. Le livre résumera donc les dérivations nécessaires, les clés du
passage d'une variante a l'autre sans avoir nécessairement besoin d'aller
réapprendre l'autre variante.

xvii

Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ

Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ

Je ne saurais clôturer cette préface sans remercier tous ces acteurs qui
mènent un combat d’acharnement pour la sauvegarde des civilisations
ancestrales marginalisées. J’éviterai de lister les noms ici de peur d’oublier
certaines personnes, mais comment ne pas citer l’apport précieux de M.
Tchoumi Léopold pour la relecture de la partie mə̀dʉ̂mbɑ̀ ? Et M. Nana
Nkoundja Alban Marceau pour ses consultations en mə̀dʉ̂mbɑ̀ et à des
heures parfois très tardives ? Comment ne pas remercier M. Stephane
Tatchum pour sa relecture en langue ghɔ̀málāꞌ ? Je ne peux non plus ne pas
mentionner l’apport et le soutien morale de mon frère Serge Zelezeck qui a
partagé avec moi cette idée de rassemblement des variantes dialectales de
la langues bamiléké ?

Je m’incline devant la mémoire de mes devanciers, ceux-là même qui ont
posé les jalons de ce présent travail, ceux-là qui ont bâti le chemin sur
lequel je pose les pas. Mbɑ̄’ Nkamsīē Tchamda, Tɑ́ɑ̀ Mbetbo Pierre Mopelt,
xviii

Remerciements : Ngɑ̌ pén, mə́ bāmə̄, ngaə́ píŋ
Táà Tadadjeu Maurice, Mbɑ̄’ Raphael Tchabok, ngɑ̌ có’ shʉ̀ɑ̀’ zǎ mbǐ pèn!
Nzhǐ mɑ́ nshʉ̀’, mbɑ̀ mʉ̌ nzhì lɑ́!

J’ai un profond respect envers mes pères et consultants en langue fè'é'fě'è,
mbɑ̄’ Sadembouo Etienne, mbɑ̄’ Ngatcheu Maurice, mbɑ̄’ Tcheulahie
(Cə̀'lɑ̀'hwīē) Jean baptiste et mbɑ̄’ Achille Emo.

xix

Centres d'intérêt liés