Vous êtes sur la page 1sur 1

La Bhagavad-Gt, ou Chant du Bienheureux

57

Sanjaya.
9
Lorsque Hari, Seigneur de la sainte Union, eut ainsi parl, il fit
voir au fils de Prith sa figure auguste et suprme,
10 Portant beaucoup dyeux et de visages, beaucoup daspects admirables, beaucoup dornements divins, tenant leves beaucoup
darmes divines ;
11 Portant des guirlandes et des vtements divins, parfume de clestes essences, merveilleuse en toutes choses, resplendissante, infinie,
la face tourne dans toutes les directions.
12 Si dans le ciel se levait tout coup la Lumire de mille soleils,
elle serait comparable la splendeur de ce Dieu magnanime.
13 L donc, dans le corps du Dieu des dieux, le fils de Pndu vit
lUnivers entier et Unique dans sa multiplicit.
14 Alors, plein de stupeur, les cheveux hrisss, le hros baissa la
tte et, joignant les mains en haut, parla ainsi la Divinit :
Arjuna.
15 O Dieu, je vois en ton corps tous les dieux et les troupes des
tres vivants ; et le Seigneur Brahm assis sur le lotus ; et tous les
Rishis et les clestes serpents.
16 Je te vois avec des bras, des poitrines, des visages et des yeux
sans nombre, avec une forme absolument infinie. Sans fin, sans milieu, sans commencement, ainsi je te vois, Seigneur universel, forme
universelle.
17 Tu portes la tiare, la massue et le disque, montagne de lumire
de tous cts resplendissante ; je puis peine te regarder tout entier :
car tu brilles comme le feu et comme le soleil dans ton immensit.