Vous êtes sur la page 1sur 1

La Bhagavad-Gt, ou Chant du Bienheureux

64

7
Je les soustrais bientt cette mer des alternatives de la mort,
parce que leur pense est avec moi.
8
Livre-moi donc ton esprit, repose en moi ta raison, et bientt
aprs, sans aucun doute, tu habiteras en moi.
9
Si tu nes point en tat de reposer fermement en moi ta pense,
efforce-toi, homme gnreux, de matteindre par une Union de persvrance.
10 Que si tu nes pas capable de persvrance, agis toujours mon
intention en ne faisant rien qui ne me soit agrable, tu arriveras la
perfection.
11 Mais cela mme est-il au-dessus de tes forces ? Tourne-toi vers
la sainte Union ; fais un acte de renoncement au fruit des uvres, et
soumets-toi toi-mme.
12 Car la science vaut mieux que la persvrance ; la contemplation
vaut mieux que la science ; le renoncement vaut mieux que la
contemplation ; et tout prs du renoncement est la batitude.
13 Lhomme sans haine pour aucun des vivants, bon et misricordieux, sans gosme, sans amour-propre, gal au plaisir et la peine,
patient ;
14 Joyeux, toujours en tat dUnion, matre de soi-mme, ferme
dans le bon propos, lesprit et la raison attachs sur moi, mon serviteur : cet homme mest cher.
15 Celui qui ne trouble pas le monde et que le monde ne trouble
pas ; qui est exempt des transports de la joie et de la colre, de la
crainte et des terreurs : celui-l aussi mest cher.
18 Lhomme sans arrire-pense, pur, adroit, indiffrent, exempt de
trouble, dtach de tout ce quil entreprend, mon serviteur : est un
homme qui mest cher.